Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le canton, un territoire du quotidien ?

 | 
Jean-François Tanguy
, 
Jean Le Bihan
, 
Yann Lagadec

Troisième partie. Le canton, territoire politique

Le canton : un espace oublié des partis politiques sous la Troisième République ? Étude de l’emprise électorale du Parti républicain radical et radical-socialiste en Biterrois

Fabien Nicolas

Texte intégral

  • 1 Le Béguec Gilles, « L’élu local », dans Rioux Jean-Pierre et Sirinelli Jean-François (dir.), La Fr (...)
  • 2 Nous retiendrons ici pour définition du parti politique celle de La Palombara Joseph et Weiner Myr (...)
  • 3 Nicolas Fabien, Ressources privées et mobilisation politique : la construction du Parti républicai (...)
  • 4 Grémion Pierre, Le pouvoir périphérique : bureaucrates et notables dans le système politique franç (...)

1Élu au scrutin uninominal direct, le conseiller général (ou le conseiller d’arrondissement) fait couramment figure de notable, voire de potentat local1. Le canton, de son côté, passe pour un territoire politique dans lequel les partis politiques seraient peu actifs2. Curieux quand on sait que, sous la Troisième République, le canton a pour principale caractéristique d’être l’espace le plus sollicité en matière de consultation électorale, une fois tous les trois ans en moyenne : état de fait dont on conviendra qu’il n’est pas de nature à vraiment favoriser la mainmise d’une personne. Pareil paradoxe interroge. Il conduit à faire l’hypothèse que le canton ne doit plus être seulement perçu comme le territoire d’action du notable, mais bien aussi comme un territoire « adapté » à l’organisation partisane. Cette hypothèse, nous la vérifierons à travers l’exemple du Biterrois, plus précisément en examinant l’emprise électorale du Parti républicain radical et radical-socialiste (Parti radical), qui domine le processus électoral local, sur les deux cantons de Béziers, ce tout au long du premier XXe siècle (1904-1937)3. L’étude des campagnes électorales, des modes de désignation interne des candidats ainsi que celle du renouvellement des élus montrent que c’est davantage l’organisation politique que les élus qui agit sur ce territoire électoralement spécifique. Voilà qui remet en cause l’idée d’une domination personnelle, exercée par un seul homme4.

Le canton, un territoire politique ?

2Appréhender le canton comme un territoire politique impose de s’interroger sur les caractéristiques des élus cantonaux et sur les modalités des élections cantonales. La fréquence des scrutins tout autant que le nombre et le profil des élus permettent de dégager des particularités qui empêchent de ramener ce processus électoral à un simple affrontement de personnes, et ainsi d’avancer l’hypothèse de la mainmise partisane sur ce type de scrutin.

Le canton, territoire notabiliaire par excellence ?

  • 5 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1663, élection au conseil d’arrondissement en 1904, Béziers I ; 3 M 1 (...)
  • 6 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1804, élection au conseil général en 1937, Béziers I ; 3 M 1804, élec (...)

3De 1904 à 1937, sur un ensemble de vingt-cinq élections, générales ou partielles, ayant eu lieu dans les deux cantons de Béziers, treize hommes sont élus. Quelles sont leurs caractéristiques ? Leurs origines communales tout d’abord. Dans ces deux circonscriptions, le poids de la ville de Béziers augmente au cours de la période : ainsi en 1904 les électeurs de la commune de Béziers représentent 63 % des électeurs du premier canton et 56 % du second5, en 1937 respectivement 78 % et 65 %6. Il n’en est cependant rien pour les élus puisque huit d’entre eux sont électeurs à Béziers mais que cinq ne le sont pas : ainsi le poids électoral de la commune de Béziers ne semble pas prépondérant. D’autre part, l’examen des profils de carrière conduit à distinguer trois types. D’abord les élus établis, dont la longévité électorale est supérieure à deux mandats. Ils sont quatre dans ce cas : Joseph Pradal, Antoine Moulin, Hyppolite Bernard et Ernst Blanchon. Puis ceux qui ont été élus deux fois. Ce second type ne comprend à vrai dire qu’un individu : Auguste Albertini. Enfin ceux qui n’ont été élus qu’une seule fois. C’est la catégorie la plus nombreuse : elle compte Henry Biscaye, Pierre Daury, Henri Pech, Louis Lafferre, André Granaud, Émile Claparède, Aimé Mathieu et Marc Maurice. Cela dit, la plupart de tous ces élus ont en commun de cumuler leur mandat avec un ou plusieurs autre (s), notamment ceux de sénateur-maire, de député-maire ou de député. Trois sont par ailleurs maires de Béziers et quatre d’autres communes, adjoints ou conseillers municipaux. Enfin, s’il y a un plus petit dénominateur commun à tous ces élus, c’est bien l’appartenance à la famille républicaine et plus précisément au Parti radical. Un seul élu – Aimé Mathieu – est membre d’une autre formation politique – la SFIO, l’unique organisation concurrente dans le Biterrois. Origine communale hétérogène, important turn over, mais aussi tendance partagée au cumul et quasi-unanimité partisane sont donc les principales caractéristiques de ce groupe de conseillers généraux et d’arrondissement.

  • 7 Worms Jean-Pierre, « Le préfet et ses notables », Sociologie du travail, 1966-3, p. 249-275.

4La distinction entre « notables » et « hommes de partis » dans la France de la Troisième République, notamment à l’échelon cantonal, n’est pas facile à faire. On a coutume de dire que la légitimité électorale de l’élu notable est due à tout un ensemble de ressources politiques et administratives7, alors que l’élu de parti, lui, ne devrait compter que sur son réseau de proximité et la capacité de mobilisation de sa marque politique. Toutefois, dans les faits, les deux types font tout autant appel à des ressources privées qu’à des réseaux sociaux. Et c’est plus souvent l’affiliation partisane que la personnalité du candidat qui est mise en avant à l’occasion des élections. Ainsi lorsque candidats entrants et élus sortants forment une équipe de campagne. En 1910, par exemple, la campagne électorale est menée conjointement par les élus du Parti radical sortants et postulants. Lors de l’élection du conseiller d’arrondissement de Béziers I,

  • 8 « 1er Canton de Béziers. Candidature Pradal », Le Petit Méridional, 21 juillet 1910.

« […] le citoyen Pradal, maire de Lieuran-les-Béziers a commencé sa tournée électorale. Accompagné par le citoyen Daury, conseiller d’arrondissement sortant et par les élus républicains, il parcourt à ce moment les communes du premier canton8 ».

  • 9 « Élections au Conseil d’Arrondissement », Le Petit Méridional, 22 juillet 1910.

5Cette union permet évidemment d’affirmer une continuité partisane : « Vous connaissez mon programme, c’est celui du grand Parti radical-socialiste et socialiste, dont [sic] j’ai l’honneur d’appartenir9. » En insistant sur cette continuité, le candidat entend souligner qu’il défend un programme politique : aussi a-t-on moins affaire à une candidature notabiliaire que partisane.

  • 10 « Arrondissement de Béziers. Candidature de Lafferre », Le Petit Méridional, 23 juillet 1910.
  • 11 « Arrondissement de Béziers. Congrès radical-socialiste », ibid., 17 juillet 1910. Le congrès en q (...)

6Le cas de l’autre élection de 1910 éclaire mieux encore l’émergence de la forme partisane à l’échelle du canton. La presse mentionne une équipe de campagne composée du postulant et du sortant : « Notre sympathique député s’est rendu dans notre commune, accompagné du citoyen Biscaye, conseiller général sortant10. » Ainsi la non-investiture du sortant lors du congrès de désignation ne remet même pas en cause son soutien à son successeur11. Il faut dire que c’est de lui-même que Biscaye s’est retiré en faveur de Louis Laferre. Ce dernier est le chef de file d’une des deux tendances qui divisent le radicalisme biterrois ; il voit dans cette élection cantonale, en juillet, le dernier tour de l’élection législative du mois de mars précédent, qu’il a remportée face à Henri Pech, conseiller général de Béziers I. En d’autres termes, et ce qui importe, c’est de comprendre que la décision de Biscaye n’a de sens que rapportée à ce fractionnalisme local ; elle est par conséquent l’expression d’une logique d’appareil, une logique de parti.

  • 12 « En matière de tactique électorale, le congrès s’est prononcé pour l’unité de candidature aux pro (...)
  • 13 Miquet-Marty François, Aux origines du parti politique moderne. Les groupes sociaux à l’épreuve du (...)
  • 14 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1787, le préfet de l’Hérault au président du Conseil, ministre de l’I (...)

7Cet antagonisme interne aux radicaux-socialistes biterrois est en totale rupture avec les directives nationales de candidature unique approuvées lors du congrès de Nantes en 1909 en prévision des élections législatives de 191012. Il est à noter que si l’unicité de candidature est généralement posée comme la règle permettant de définir un parti politique moderne13, dans le Biterrois son non respect ne remet pas en cause la prégnance et l’affirmation de la forme « parti » durant tout le premier XXe siècle. Ainsi, en 1931, lors de l’élection cantonale de Béziers I, « il y a deux Comités radicaux-socialistes » en présence, l’un soutenant la candidature du sortant Antoine Moulin, le « comité Radical et Radical-Socialiste, présidé par M. Ricardou et qui représente la tendance modérée du parti », et l’autre « le Comité Radical Socialiste Herriot14 », qui soutient la candidature du maire de Béziers, Émile Suchon. L’élection au premier tour du challenger dé montre la primauté de la « tendance Herriot » tant à l’intérieur du parti qu’à l’extérieur. L’important, une nouvelle fois, c’est d’observer que le candidat maire n’a pu compter sur ses seuls réseaux sociaux et a eu besoin du soutien de son parti politique.

8Bref, tout indique que ces élus ne sauraient être appréhendés seulement comme des notables disposant de ressources propres ; ils sont aussi et peut-être plus encore les représentants d’une formation politique hégémonique : le Parti radical.

Le canton, une circonscription électorale particulière

  • 15 Jandot Anne, « Élections doubles », dans Perrineau Pascal et Reynié Dominique (dir.), Dictionnaire (...)
  • 16 Ostrogorski Moisej Akovlevic, La démocratie et l’organisation des partis politiques (1912), Paris, (...)

9Les scrutins au conseil d’arrondissement et au conseil général constituent un type particulier d’« élections doubles15 ». Dans le cas des cantons de Béziers I et Béziers II, les citoyens votent dans chaque circonscription tous les trois ans, chaque conseil se renouvelant par moitié : il s’agit donc d’une élection couplée. Ce type de consultation électorale, notons-le, est très rare. Jamais, hors de ce cas d’espèce, les mêmes électeurs ne désignent dans la même circonscription électorale deux représentants dans deux institutions différentes. Ce type d’élection ne favorise évidemment pas le personnalisme en dépit même des modélisations de type caucus sur la prégnance d’un boss local16.

  • 17 « Le destin des conseillers d’arrondissements offre trois possibilités : il s’agit rarement d’un t (...)
  • 18 Chaubin Hélène, « L’Hérault », dans Le Béguec Gilles et Peschanski Denis (dir.), Les élites locale (...)

10Parfois, la circonscription d’un conseiller d’arrondissement ne comprend qu’une partie du canton, territoire d’élection du conseiller général. Dans ce cas ce dernier peut apparaître comme un élu intermédiaire entre le conseiller d’arrondissement et le député et à ce titre comme le leader partisan de ce territoire, ce qui invite alors à voir en lui un boss. Cette hiérarchisation entre élus selon la taille de leurs circonscriptions n’a cependant aucune réalité à Béziers en raison de la similitude des circonscriptions : ainsi n’y a-t-il pas ici de différence entre la conquête de l’un ou celle de l’autre mandat. Le mandat tout comme le rôle du conseiller d’arrondissement restent, on le sait, les parents pauvres de la recherche, tant en histoire qu’en science politique. Tout au plus peut-on dire que le conseiller d’arrondissement joue, comme le conseiller général, un rôle d’intercesseur entre le sous-préfet de l’arrondissement et les maires des communes de sa circonscription. Notons en passant qu’un seul élu, Émile Claparède, adjoint au maire de Béziers et président de la fédération départementale du Parti radical, ne cumule pas son mandat de maire avec celui de conseiller d’arrondissement. Ce mandat serait-il le moyen de sortir de sa commune ? Le début d’un cursus honorum ? Jean Gouëffon répond par la négative dans son étude sur l’arrondissement de Pithiviers17. Le cas biterrois confirme au demeurant son analyse (réserve faite du cas d’Émile Claparède, candidat malheureux aux élections législatives de 1936 puis maire de Béziers et sénateur à partir de 1947, qui fait de nouveau exception ici18).

  • 19 « Lettre ouverte à Monsieur Suchon. M. A. Granaud, conseiller d’arrondissement du 2e canton adress (...)
  • 20 « Nous avons annoncé que le Congrès des maires radicaux du 2e canton réunis avait proclamé la cand (...)

11Le mandat de conseiller général est pour sa part détenu par des élus de Béziers, du moins à une exception près : Ernest Blanchon, maire de Sérignan. Cette répartition entre ville et campagne témoigne-t-elle d’une hiérarchisation ? Cette hypothèse est difficile à démontrer. Elle est néanmoins probable et suppose l’existence d’une autorité régulant le choix des candidats, en clair l’intervention active du parti, qui se réunit à cette fin en congrès. En 1931, par exemple, le retrait d’André Granaud se fait au motif de l’unité partisane : il « souhaite ardemment qu’un jour l’union se fasse dans les clans radicaux aujourd’hui dressés l’un contre l’autre ; effleuré dans sa frondaison, le radicalisme reste solide sur ses fondements19 ». À noter que, selon le journal monarchiste L’Éclair, l’instance de désignation ne semble plus être alors le congrès de la circonscription, comme il est pourtant prévu par les statuts, mais la Fédération20.

12L’étude des élections de 1910 met encore en lumière un autre phénomène : le « ticket de candidature », ici soutenu par un comité électoral, le Comité du Bloc républicain radical-socialiste et socialiste. Ce dernier lance un appel :

  • 21 « Arrondissement de Béziers. 1er et 2e cantons de Béziers », Le Petit Méridional, 23 juillet 1910.

« C’est en toute confiance que nous présentons nos candidats à vos libres suffrages. En les désignant comme porte-drapeau de notre parti, nous n’avons qu’un but : servir vos intérêts. Nous n’avons qu’un désir : affirmer à nouveau dans les deux cantons de Béziers l’idée républicaine et travailler à la prospérité économique de notre circonscription21. »

13Ainsi le rôle du parti s’affirme peu à peu face au personnalisme politique. L’élection couplée de 1913 le montre encore. Le décès du conseiller général Henri Puech, maire de Béziers, permet cette année-là la candidature d’Antoine Moulin, laquelle est préparée de longue date :

  • 22 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1726, état du personnel au conseil général, 16 décembre 1913.

« M. Moulin [est] mêlé depuis très longtemps à la politique de Béziers comme propagandiste de l’idée républicaine. Il n’a pas personnellement d’ambitions politiques, mais certains groupements républicains de Béziers mettront son nom en avant le jour où pour une raison quelconque M. Lafferre ne sollicitera pas le renouvellement de son mandat22. »

  • 23 Sawicki Frédéric, « Le leadership politique : un concept à remettre sur le métier », dans Smith An (...)
  • 24 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1722, tract électoral « Aux électeurs républicains, élections de 1913 (...)

14Antoine Moulin est alors pressenti pour prendre la succession du mandat de conseiller général de Béziers II et non de Béziers I. C’est que la captation des mandats est avant tout l’affaire de l’organisation politique, non des individus, qui peuvent être alternativement leaders et suiveurs23. C’est le parti politique plus que les élus qui garantit le leadership territorial. Antoine Moulin fait campagne de concert avec Hippolyte Bernard, président du conseil d’arrondissement et candidat à son propre renouvellement, cela au moyen d’une affiche commune24. On a affaire ici à une campagne menée de front par deux candidats d’une même organisation structurée – le Parti radical – laquelle est bien plus qu’un simple comité de campagne. Bien sûr, cette organisation en ticket ne garantit pas une double victoire.

15On le voit, la mainmise de la Fédération sur le choix des candidats, mainmise opérée au détriment des maires de la circonscription, doit beaucoup aux élections couplées, qui défavorisent le personnalisme politique et les notables au profit de l’appareil partisan et du programme politique ; ceux-ci, à l’inverse, poussant à la mise en place des « tickets de candidature ».

Le canton, territoire du parti politique

Le modèle électoral cantonal de Béziers

  • 25 « On définira le système de partis comme l’ensemble structuré constitué des relations tantôt d’opp (...)

16Lors des scrutins dans le Biterrois, la compétition électorale est réduite à trois formations politiques : le Parti radical, la SFIO et la SFIC (Section française de l’Internationale communiste). Ce territoire politique, où seuls les partis de gauche sont en concurrence pour gagner les élections, est désigné sous l’appellation « Midi rouge ». Ce modèle de compétition électorale de premier tour est « arbitré » le plus souvent au deuxième tour par le désistement républicain, qui consiste dans le retrait des candidats Parti radical ou SFIO – mais non du candidat communiste. On peut y voir une rationalisation du phénomène politique dans le Biterrois, où les élections sont le moment d’affrontements entre des structures organisées et pérennes, défendant des idéologies différentes. Il semble que celles-ci soient en interaction les unes avec les autres dans un ensemble cohérent formant un système de partis25. Toutefois, les caractéristiques particulières de ce territoire et notamment l’absence de dualité électorale droite/gauche amènent à considérer ce système de partis local comme un système « extraordinaire » qui fonctionne durant tout le premier XXe siècle. Il est possible de le classer parmi les

  • 26 Lemieux Vincent, Systèmes partisans et partis politiques, Montréal, Presses universitaires du Québ (...)

« […] systèmes unipartistes complexes (à parti hégémonique) comprenant eux aussi un parti qui monopolise la direction du gouvernement. Les partis seconds qu’il tolère lui sont liés et le système est complexe parce que ces partis seconds occupent généralement au moins le quart des sièges au Parlement26 ».

17Dans cette typologie établie à partir du critère du « contrôle politique » par V. Lemieux, c’est le Parti radical, bien sûr, qui fait figure de parti hégémonique lors des élections aux assemblées départementales. Sa domination est telle qu’elle permet à la concurrence interne de se traduire parfois devant les électeurs.

  • 27 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1789, élection au conseil général, Béziers I.
  • 28 « Le Parti radical-socialiste a ainsi, plusieurs fois, réuni ses militants, à Béziers, au cours du (...)

18C’est le cas notamment en 1931 quand s’affrontent deux tendances radicales, l’une fondée sur le républicanisme (Antoine Moulin), l’autre reposant sur un cartel électoral de gauche (Émile Suchon). Sept autres élections mettent en compétition entre eux des radicaux-socialistes : en 1932, par exemple, lors de l’élection partielle, Auguste Albertini, maire de Béziers, affronte Charles Guilhaumon, député de la 1re circonscription27. Ces luttes sont l’expression même du fractionnalisme partisan et traduisent la difficulté d’agréger l’ensemble du parti autour d’un leadership. Néanmoins elles ne signifient en rien l’absence d’organisation politique structurée et pérenne. Au contraire, leur existence démontre que l’organisation politique est capable de s’adapter à la diversité des situations électorales. Il n’empêche, quand il le peut, le Parti radical cherche naturellement à éviter les primaires externes. C’est le cas notamment en 1937. La candidature d’Auguste Albertini, député-maire de Béziers, est alors placée, là aussi, sous le signe du parti, selon l’autorité préfectorale28 :

  • 29 « 1er canton de Béziers. Candidature A. Albertini, Radical-Socialiste », Le Petit Méridional, 7 oc (...)

« Le vœu du Parti radical-socialiste eut été de la voir se dérouler calmement sur le plan des intérêts économiques du canton. Mais d’autres paraissent vouloir poser à l’occasion de simples élections locales tout le problème politique. Citoyens si on nous offre ce débat nous l’acceptons. Le Parti radical a la certitude de ne pas avoir failli dans sa mission, d’avoir bien servi la France et la République qu’il ne sépare pas l’un de l’autre. Il sait que son idéal correspond aux vœux de tous, anciens combattants, ouvriers, paysans, artisans, industriels et commerçants, tous membres de cette classe moyenne qui assure l’équilibre de la nation29. »

  • 30 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 2544, lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’Intérieur, 14 ma (...)

19En résumé, le système partisan biterrois est placé lors des élections cantonales sous la tutelle d’un parti hégémonique qui admet davantage la concurrence en son sein, c’est-à-dire entre les différentes fractions qui le composent, qu’à l’extérieur, c’est-à-dire avec les autres formations politiques de gauche. Ce modèle électoral est en parfaite adéquation avec un système partisan dans lequel le Parti radical est majoritaire, les partis conservateurs absents des scrutins, dans lequel la SFIC fait de la figuration et seule la SFIO fait figure de challenger potentiel à condition que les circonstances lui soient favorables, c’est-à-dire que la compétition interne au parti hégémonique se perpétue lors de la compétition électorale externe. Pour les observateurs, « le Parti radical et radical-socialiste reste l’axe principal de la politique du département30 ». Enfin, capital pour notre propos, l’« étiquette politique » joue un rôle décidément prépondérant dans la compétition électorale, ce qui invite à voir dans le canton bien davantage le territoire du parti politique que celui du notable.

Les défaites électorales : défaite des candidats ou défaite du parti ?

20L’hégémonie du Parti radical n’interdit cependant pas sa défaite, exceptionnelle, aux élections cantonales. À quoi faut-il alors l’imputer : à la « marque » politique ou à la personnalité du candidat ? Ici encore, les rares cas recensés invitent à privilégier la première hypothèse.

  • 31 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1678 et 3 M 1684, scrutins des 28 juillet et 4 août 1907.
  • 32 Gavignaud-Fontaine Geneviève, Languedoc viticole…, op. cit., p. 72.
  • 33 Puech Rémy, « Le Socialisme ferrouliste à Narbonne », dans Droite et gauche de 1789 à nos jours, a (...)
  • 34 La Dépêche, 27 juillet 1907.
  • 35 L’Éclair, 27 juillet 1907.
  • 36 Le Petit Méridional, 25 juillet 1907.
  • 37 Ainsi lorsqu’il précise, par exemple, qu’il « ne désigne pas de candidats aux élections cantonales (...)
  • 38 « Protestation d’Ernest Barrat, Président du Syndicat agricole démocratique des petits propriétair (...)

21Premier exemple : l’élection de 1907. Elle intervient en pleine crise viticole, au pire moment pour le parti de gouvernement effectivement au gouvernement31. La majorité des partis politiques, à l’exception des formations royalistes, ne s’engage pas dans une dénonciation du système politique durant cette crise32. Pour autant, à l’instar du socialiste Ernest Ferroul à Narbonne33, certains élus prennent résolument fait et cause pour le mouvement viticole. Cette année-là, les deux scrutins ont des caractéristiques communes. Il faut d’abord deux tours pour désigner les élus, la faible participation au premier tour empêchant l’élection des candidats uniques, les « candidats de la légalité républicaine » Pierre Salvan et Paul Paget, ce dernier conseiller sortant. Tous deux, d’autre part, sont battus, respectivement par Hyppolite Bernard et Henri Pech, candidats du Comité de défense viticole. Alors que le Comité de vigilance et de défense républicaine « invite à prendre part au scrutin, non dans un intérêt de parti mais dans l’intérêt national pour faire cesser le funeste malentendu qui règne à cette heure entre le Midi et les autres régions de la France et que des malintentionnés cherchent à perpétuer dans un but inavouable34 », le Comité de défense viticole, lui, appelle à l’abstention face « aux candidatures purement politiques, hostiles au mouvement viticole approuvant les procédés de Clémenceau35 ». Sans doute le refus d’un Hyppolite Bernard, conseiller sortant, d’être le candidat du Comité de vigilance et de défense républicaine36 et son adhésion au comité concurrent traduisent-ils l’affirmation de ses ressources propres, en dehors de son affiliation partisane ; cela ne signifie pas que le Comité de défense viticole, malgré ses prises de position37, échappe aux logiques partisanes. Tout au contraire. La désignation d’Henri Pech, par exemple, n’est pas unanime38. De même Louis Rouquet, « radical-socialiste », ancien conseiller d’arrondissement de Béziers I (1898-1904), délégué du Comité de défense viticole de Villeneuve-les-Béziers n’hésite pas à déclarer que

  • 39 Le Petit Méridional, 2 août 1907.

« […] devant la candidature de M. Pech qu’il considère comme politique, il reprenait sa liberté d’action et que, dimanche prochain, il ferait son devoir en votant pour son ami Paget, défenseur de la République laïque39 ».

22Au final, les élections de 1907, si elles ne remettent certainement pas en cause l’hégémonie de parti, montrent comment l’affirmation d’un unanimisme sectoriel dans un champ électoral partiellement maîtrisé par les candidats du parti, est de nature à fragiliser ce ou ces derniers.

  • 40 Le désistement d’Émile Claparède, déjà cité, conseiller d’arrondissement sortant et candidat malhe (...)
  • 41 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1808, élections au Conseil d’arrondissement de Béziers II, 10 octobre (...)
  • 42 « 2e Canton de Béziers », Le Petit Méridional, 1er octobre 1937.
  • 43 Secondy Philippe, « Regard sur le fascisme dans l’Hérault. La difficile implantation du Parti Popu (...)
  • 44 Allies Paul, « Les élections législatives du 24 avril 1910 dans la circonscription de Pézenas-Béda (...)
  • 45 « Congrès radical-socialiste des 1er et 2e cantons », Le Petit Méridional, 20 septembre 1937.
  • 46 « 2e Canton de Béziers, Candidature Émile Aïn, Radical-socialiste », Le Petit Méridional, 8 octobr (...)
  • 47 PPF : 1 024 voix ; Parti radical : 2 433 ; SFIO : 2 553 ; SFIC 1 129 (arch. dép. de l’Hérault, 3 M (...)

23Le scrutin du 10 octobre 1937 est en revanche une élection atypique dans le Biterrois. En effet quatre candidats sont en présence : un radical-socialiste, Émile Aïn, conseiller municipal de Béziers40 ; un socialiste, Aimé Mathieu, maire de Vendres ; un communiste, Étienne Fabre ; enfin François Vernette, membre du Parti populaire français (PPF)41. On assiste là à la première tentative de percée électorale entreprise à Béziers autour d’un candidat « national anti-marxiste », une tentative soutenue par le PSF (Parti social français)42 et inscrite dans une stratégie d’implantation départementale43. Cette présence au premier tour d’un candidat de droite confère à cette élection un caractère inédit, les électeurs conservateurs servant surtout d’arbitres, depuis 1906, dans la compétition opposant radicaux-socialistes et socialistes44. Si l’on examine de près la composition du comité de campagne d’Émile Aïn, on y découvre une forte unité partisane45. De même observe-t-on, à l’occasion des réunions électorales, que le candidat affirme haut et fort comme siennes les valeurs constitutives de l’idéologie radicale : « la défense des institutions républicaines, le respect de la légalité, les réformes sociales, le besoin de finances saines, la Paix au-dedans et au-dehors, l’Union des Républicains et la discipline républicaine46 ». Indiscutablement, donc, Émile Aïn apparaît ici comme le candidat de son parti ; ses ressources sont bel et bien celles de son parti, le Parti radical. C’est pourtant Aimé Mathieu qui arrive en tête à l’issue du premier tour47 ; en conséquence de quoi

  • 48 « Candidature Émile Aïn », Le Petit Méridional, 14 octobre 1937.

« […] le Comité électoral radical-socialiste du citoyen Émile Aïn réuni le 12 octobre, après examen des résultats du premier tour décide de retirer son candidat pour le scrutin de ballottage et invite ses électeurs à se conformer au second tour à la discipline républicaine48 ».

  • 49 « Nous avions pensé que les radicaux “sortiraient” un candidat de leur parti, mais de tendance nat (...)

24Mais attention : ce résultat indique moins une perte d’hégémonie du Parti radical qu’il ne traduit la perturbation conjoncturelle du système partisan induite par la présence d’un candidat exogène. Du moins est-ce l’analyse du secrétaire du rayon PPF de Béziers49. Preuve, d’ailleurs, qu’il s’agit là d’un accident, l’absence de perturbation du système partisan entraîne une reconduction de l’hégémonie radicale-socialiste lors de l’élection concomitante d’octobre 1937.

  • 50 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1812, lettre du sous-préfet de Béziers.
  • 51 Voir Girault Jacques (dir.), Sur l’implantation du Parti communiste dans l’entre-deux-guerres, Par (...)

25Ce qu’il faut retenir, au final, de ces très rares défaites des candidats radicaux-socialistes, c’est qu’elles sont dues à un effet de système, lié à des contextes chaque fois très particuliers, que ni l’emprise électorale du parti, ni la campagne en ticket50 n’ont pu juguler. Ce qui souligne avec force la primauté de l’organisation sur le « notable ». Remarquons au passage que l’institutionnalisation du Parti radical obéit à des logiques que l’on retrouve dans d’autres formations de gauche, en particulier la SFIO et la SFIC : un ancrage territorial organisé autour de la structure partisane51. Dans le cas biterrois, cette emprise partisane s’organise aussi bien dans les centres urbains ouvriers que dans la plaine viticole, ce qui prouve que cette emprise ne dépend pas forcément du milieu.

*

  • 52 Arch. dép. de l’Hérault, 1 M 1121, VIIe Congrès du Sud-Est du Parti radical et radical-socialiste (...)
  • 53 Le Béguec Gilles, « L’élu local », art. cit.
  • 54 Dedieu Olivier, « Jules Moch, député de Sète. Un parachutage en terre languedocienne », Midi Rouge (...)

26Incontestablement, donc, le parti politique compris comme une organisation durable, complète, désireuse d’arriver au pouvoir grâce au soutien des électeurs est présent sur le territoire cantonal. C’est à cette échelle, en effet, que se structurent les fédérations cantonales52, dont le poids se renforce peu à peu par le biais des investitures partisanes réalisées à l’occasion des très fréquentes consultations électorales. Et c’est d’ailleurs à partir de l’échelon cantonal que se reformeront les structures partisanes à la Libération53. Aussi peut-on bien affirmer que le canton n’est pas seulement un territoire administratif sous l’emprise des notables ; il peut aussi être un espace qui s’adapte au système politique et à l’émergence des partis, cela malgré le poids persistant du personnalisme politique qui tend à occulter ce phénomène d’institutionnalisation capital. Autant qu’on puisse en juger, cette conclusion, valide pour le premier XXe siècle, est également valable pour l’ensemble languedocien54. Il est malheureusement impossible d’extrapoler davantage le « modèle », compte tenu de la rareté des études à notre disposition. Au-delà de sa particularité historique et régionale, il faut, quoi qu’il en soit, réinscrire ce cas dans le phénomène d’affirmation du parti politique face aux notables. L’enquête est en cours.

Notes

1 Le Béguec Gilles, « L’élu local », dans Rioux Jean-Pierre et Sirinelli Jean-François (dir.), La France d’un siècle à l’autre, 1914-2000. Dictionnaire critique, Paris, Hachette, 1999, p. 544-551.

2 Nous retiendrons ici pour définition du parti politique celle de La Palombara Joseph et Weiner Myron, « The Origin and Development of Political Parties », dans La Palombara Joseph et Weiner Myron, Political Parties and Political Development, Princeton, Princeton University Press, 1967, p. 5-7. Cette définition « organisationnelle » retient quatre éléments déterminants : organisation durable, complète, désireuse d’accéder au pouvoir grâce à un soutien populaire.

3 Nicolas Fabien, Ressources privées et mobilisation politique : la construction du Parti républicain radical et radical-socialiste à Béziers (1901-1939), thèse de science politique (sous la direction de Paul Alliès), université Montpellier I, 2004.

4 Grémion Pierre, Le pouvoir périphérique : bureaucrates et notables dans le système politique français, Paris, Seuil, 1976.

5 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1663, élection au conseil d’arrondissement en 1904, Béziers I ; 3 M 1670, élection au conseil général en 1904, Béziers II.

6 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1804, élection au conseil général en 1937, Béziers I ; 3 M 1804, élection au conseil d’arrondissement en 1937, Béziers II.

7 Worms Jean-Pierre, « Le préfet et ses notables », Sociologie du travail, 1966-3, p. 249-275.

8 « 1er Canton de Béziers. Candidature Pradal », Le Petit Méridional, 21 juillet 1910.

9 « Élections au Conseil d’Arrondissement », Le Petit Méridional, 22 juillet 1910.

10 « Arrondissement de Béziers. Candidature de Lafferre », Le Petit Méridional, 23 juillet 1910.

11 « Arrondissement de Béziers. Congrès radical-socialiste », ibid., 17 juillet 1910. Le congrès en question est l’émanation d’une réunion où « les maires du canton se sont réunis à Béziers le vendredi 24 juin sur l’initiative de M. Biscaye qui tient à faire part de sa résolution, […] à l’unanimité ils ont décidé d’offrir la candidature à M. Lafferre » (Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1709, lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 29 juin 1910).

12 « En matière de tactique électorale, le congrès s’est prononcé pour l’unité de candidature aux prochaines élections, conformément à l’intention manifestée le 31 mars par le comité exécutif, après une série d’élections partielles qui avaient montré les inconvénients d’une excessive concurrence entre candidats radicaux » (Baal Gérard, Le Parti radical de 1901 à 1914, thèse d’État, université Paris I, 1991, p. 965).

13 Miquet-Marty François, Aux origines du parti politique moderne. Les groupes sociaux à l’épreuve du formalisme démocratique en France, 1848-1914, thèse, École des hautes études en sciences sociales, 1996, p. 350.

14 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1787, le préfet de l’Hérault au président du Conseil, ministre de l’Intérieur, 1er octobre 1931.

15 Jandot Anne, « Élections doubles », dans Perrineau Pascal et Reynié Dominique (dir.), Dictionnaire du vote, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 358-361.

16 Ostrogorski Moisej Akovlevic, La démocratie et l’organisation des partis politiques (1912), Paris, Fayard, 1993. Le caucus de Birminghan est une organisation électorale au milieu du XIXe siècle soutenant les intérêts de son dirigeant (le boss).

17 « Le destin des conseillers d’arrondissements offre trois possibilités : il s’agit rarement d’un tremplin, c’est le couronnement d’une carrière politique modeste mais parfois efficace, c’est une consolidation de l’autorité municipale » (Gouëffon Jean, « Les conseillers d’arrondissement de la circonscription de Pithiviers de 1919 à 1939 », Revue française de science politique, 20-1, 1970, p. 121).

18 Chaubin Hélène, « L’Hérault », dans Le Béguec Gilles et Peschanski Denis (dir.), Les élites locales dans la tourmente. Du Front populaire aux années cinquante, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 207.

19 « Lettre ouverte à Monsieur Suchon. M. A. Granaud, conseiller d’arrondissement du 2e canton adresse à M. Suchon la lettre suivante », Le Petit Méridional, 8 octobre 1931.

20 « Nous avons annoncé que le Congrès des maires radicaux du 2e canton réunis avait proclamé la candidature de M. Blanquier, maire de Lespignan. Nous apprenons aujourd’hui que ce candidat se retire de la lutte et se désiste en faveur de M. Claparède, candidat radical, proclamé par la nouvelle fédération radicale herriotiste » (« Les élections cantonales. Un désistement », L’Éclair, 14 octobre 1931).

21 « Arrondissement de Béziers. 1er et 2e cantons de Béziers », Le Petit Méridional, 23 juillet 1910.

22 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1726, état du personnel au conseil général, 16 décembre 1913.

23 Sawicki Frédéric, « Le leadership politique : un concept à remettre sur le métier », dans Smith Andy et Sorbets Claude (dir.), Le leadership politique et le territoire. Les cadres d’analyses en débat, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 74.

24 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1722, tract électoral « Aux électeurs républicains, élections de 1913 ».

25 « On définira le système de partis comme l’ensemble structuré constitué des relations tantôt d’opposition, tantôt de coopération qui existe entre les partis politiques agissant sur la scène politique d’une même société politique » (Seiler Daniel-Louis, Les partis politiques en Occident. Sociologie historique du phénomène partisan, Paris, Ellipses, 2003, p. 196).

26 Lemieux Vincent, Systèmes partisans et partis politiques, Montréal, Presses universitaires du Québec, 1985, p. 52-54.

27 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1789, élection au conseil général, Béziers I.

28 « Le Parti radical-socialiste a ainsi, plusieurs fois, réuni ses militants, à Béziers, au cours du mois de juin » (ibid., 3 M 1812, lettre du sous-préfet de Béziers).

29 « 1er canton de Béziers. Candidature A. Albertini, Radical-Socialiste », Le Petit Méridional, 7 octobre 1937.

30 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 2544, lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’Intérieur, 14 mai 1935.

31 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1678 et 3 M 1684, scrutins des 28 juillet et 4 août 1907.

32 Gavignaud-Fontaine Geneviève, Languedoc viticole…, op. cit., p. 72.

33 Puech Rémy, « Le Socialisme ferrouliste à Narbonne », dans Droite et gauche de 1789 à nos jours, actes du colloque de Montpellier (9-10 juin 1973), Montpellier, Presses de l’université Paul-Valéry, 1975, p. 96-107.

34 La Dépêche, 27 juillet 1907.

35 L’Éclair, 27 juillet 1907.

36 Le Petit Méridional, 25 juillet 1907.

37 Ainsi lorsqu’il précise, par exemple, qu’il « ne désigne pas de candidats aux élections cantonales qui sont des élections purement politiques, mais [qu’] il choisit parmi les candidatures politiques en présence celles qui, au regard des seuls intérêts viticoles, lui offrent le plus de garanties » (La Dépêche, 1er août 1907).

38 « Protestation d’Ernest Barrat, Président du Syndicat agricole démocratique des petits propriétaires, membre du Comité de défense viticole de Béziers » (Le Petit Méridional, 31 juillet 1907).

39 Le Petit Méridional, 2 août 1907.

40 Le désistement d’Émile Claparède, déjà cité, conseiller d’arrondissement sortant et candidat malheureux aux élections législatives de 1936 a pour motif principal son opposition au Front populaire, thème central de la campagne.

41 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1808, élections au Conseil d’arrondissement de Béziers II, 10 octobre 1937.

42 « 2e Canton de Béziers », Le Petit Méridional, 1er octobre 1937.

43 Secondy Philippe, « Regard sur le fascisme dans l’Hérault. La difficile implantation du Parti Populaire Français (1936-1944) », Études héraultaises, 30-31-32, 1999-2000-2001, p. 253-265, p. 254.

44 Allies Paul, « Les élections législatives du 24 avril 1910 dans la circonscription de Pézenas-Bédarieux. Changements politiques et continuité notabiliaire », Études sur Pézenas et l’Hérault, 11-4, 1980, p. 29-41.

45 « Congrès radical-socialiste des 1er et 2e cantons », Le Petit Méridional, 20 septembre 1937.

46 « 2e Canton de Béziers, Candidature Émile Aïn, Radical-socialiste », Le Petit Méridional, 8 octobre 1937.

47 PPF : 1 024 voix ; Parti radical : 2 433 ; SFIO : 2 553 ; SFIC 1 129 (arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1808, élections au Conseil d’arrondissement de Béziers II, 10 octobre 1937).

48 « Candidature Émile Aïn », Le Petit Méridional, 14 octobre 1937.

49 « Nous avions pensé que les radicaux “sortiraient” un candidat de leur parti, mais de tendance nationale pour lequel nous aurions demandé à nos adhérents et amis de voter dans l’intérêt du pays pour barrer la route au marxiste » (« Parti populaire français », L’Éclair, 16 octobre 1937).

50 Arch. dép. de l’Hérault, 3 M 1812, lettre du sous-préfet de Béziers.

51 Voir Girault Jacques (dir.), Sur l’implantation du Parti communiste dans l’entre-deux-guerres, Paris, Les Éditions sociales, 1977. Du même : L’implantation du socialisme en France au XXe siècle. Partis, réseaux, mobilisation, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001 et Des Communistes en France (années 1920-années 1960), Paris, Publications de la Sorbonne 2002.

52 Arch. dép. de l’Hérault, 1 M 1121, VIIe Congrès du Sud-Est du Parti radical et radical-socialiste (1913).

53 Le Béguec Gilles, « L’élu local », art. cit.

54 Dedieu Olivier, « Jules Moch, député de Sète. Un parachutage en terre languedocienne », Midi Rouge : bulletin de l’association Maitron Languedoc-Roussillon, 9, 2007, p. 23-30.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540