Version classiqueVersion mobile

Hiérarchies, subordinations et insubordinations en Roussillon et en Provence

 | 
Christophe Juhel

Le crime de tentative d’homicide de soi-même en Roussillon

Le procès de Joseph Gelcen, bourgeois noble de Perpignan, coupable d’avoir tenté de s’égorger « avec un canif à couper plumes »1

François-Pierre Blanc

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La répression de la tentative de crime est clairement affirmée dans notre ancien droit. « C’est, nous dit Daniel Jousse, une règle générale en matière de crimes, que la simple volonté ou attentat, quoique non suivie d’effet, doit être punie ». Cela apparaît logique dès lors que l’on admet que « la noirceur du crime consiste moins dans l’effet que dans le dessein ». Et il ajoute, que la répression doit intervenir « à plus forte raison, dans le cas où celui qui a voulu commettre le crime, a pris toutes les mesures nécessaires pour y parvenir, et a fait tout ce qui dépendoit de lui pour que ce crime eut son effet »2. La tentative est donc punissable, mais la doctrine estime cependant que la punition peut être moindre « toutes les fois que le crime n’est pas suivi d’effet ; il ne doit pas être puni de la peine ordinaire due au crime » : une peine arbitraire suffit alors à sa répression. Une seule exception tempère ce principe, celle des « crimes énormes » : pour ces infractions, « le si...

© Presses universitaires de Perpignan, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search