Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges artistiques entre la France et l’Espagne, xve-fin xixe siècles

 | 
Julien Lugand

Peinture

Joseph Flaugier (1757-1813) peintre néoclassique et fondateur du Musée de Barcelone

Mythe ou réalité de l’influence française ?

Julien Lugand

Texte intégral

1Né en Provence en 1757, Joseph Flaugier se forma en Catalogne où il fit l’ensemble de sa carrière : on ne saurait trouver meilleure illustration des échanges entre la France et l’Espagne dans la peinture de l’époque moderne. Illustration parfaite, certes, mais complexe. Car la personnalité de Flaugier dépasse le cadre strict des échanges stylistiques. S’il est en effet admis qu’il fut l’introducteur du néoclassicisme dans la peinture catalane, c’est également lui qui, nommé à la direction de l’École de dessin de Barcelone par les troupes napoléoniennes en 1809, fonda la première collection publique de peinture de la ville à partir des œuvres réquisitionnées dans les couvents. Comment dès lors attribuer, dans son œuvre autant que dans son action patrimoniale, ce qui revient à sa culture française d’origine ou à sa culture catalane d’adoption ? C’est la question permanente à laquelle l’historiographie a tenté de répondre. L’éparpillement des fonds entre Provence et Espagne, la période concernée –l’invasion napoléonienne– qui en fait un sujet passionné et impose une lecture critique des documents, ou encore l’utilisation d’un corpus artistique et documentaire souvent partiel, fut à l’origine d’interprétations diverses.

  • 1 Casellas, 1910.
  • 2 Maseras, 1932, p. 668-673 ; 1933a, p. 65-73 ; 1933b, p. 257-264 ; 1934.
  • 3 Bohigas Tarragó, 1944, p. 23-29.
  • 4 Folch i Torras, 1955, p. 28-29 ; 1962, p. 22-24.

2La première, romancée, fut initiée par Ramon Casellas, qui le premier s’intéressa au peintre dès les années 19101. Celui-ci vit en Flaugier un artiste français de culture et de formation, élève de David après la Révolution française, qui en fondant une collection publique de peinture et en introduisant le style néoclassique aurait reproduit à Barcelone le modèle français et définitivement inscrit la Catalogne dans la modernité. L’analyse de Casellas était cohérente. Flaugier, suivant un schéma de progrès, concluait la « renaissance » de la peinture catalane initiée par Antoni Viladomat dès le début du XVIIIe siècle. Dans les années 1930, Alfons Maseras2 tenta de reconstituer les liens du peintre avec son pays d’origine –lieu de naissance, parentèle, références stylistiques : il s’agissait, encore une fois, de démontrer la filiation avec le modèle français, démarche que Pere Bohigas3 ou Joan Folch i Torras4 poursuivirent au cours des années suivantes.

  • 5 Alcolea, vol. XIV, p. 187-188 et p. 284-286 ; vol. XV, p. 70-75.
  • 6 Fontbona, 1983, p. 8-10 ; 1989, p. 8-23.
  • 7 Triadó, 1988 ; 2001, p. 124-149.
  • 8 Trenc, 1996, p. 297-303.
  • 9 Quílez, 1994, p. 15-81.
  • 10 Miralpeix, 2009.
  • 11 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona, fons manuscrit, Mn-B-192 « Fons Flaugier » (à présent AHC (...)

3C’est Santiago Alcolea, dans sa thèse sur la peinture à Barcelone au XVIIIe siècle (1958-1962), qui modifia profondément cette vision. S’appuyant sur sa connaissance intime des archives barcelonaises –un inventaire sommaire du « fonds Flaugier » figure en annexe de sa thèse– Santiago Alcolea clarifia la chronologie du peintre, mentionna les grands chantiers (Poblet, Reus, Tarragone), les œuvres sûres, l’activité de dessinateur, l’implication de Flaugier au sein de l’École de dessin de la ville, son rôle dans l’évolution stylistique de la peinture catalane... et l’impossibilité d’un séjour au sein de l’atelier de David5. Cette mise au point fut déterminante. Au Flaugier « peintre français », Francesc Fontbona substitua la vision, plus nuancée, d’un peintre, provençal de naissance, élevé et formé en Catalogne qui, en passant du baroque au néoclassicisme français ne fit qu’épouser les évolutions de son temps6. Par la suite, certaines analyses, partielles, ne virent en Flaugier que le peintre néoclassique (Joan-Ramon Triadó)7, ou qu’un opportuniste qui se serait contenté de s’adapter aux souhaits des nouveaux commanditaires français à la suite de l’invasion de la Catalogne par les troupes napoléoniennes (Eliseu Trenc)8. Qu’en est-il ? Ces interprétations témoignent de la difficulté d’appréhender cet artiste, ce que rappellent fort à propos Francesc Quilez9 ou plus récemment Francesc Miralpeix10. Le fonds « Flaugier »11, conservé aux Archives de la ville de Barcelone, confronté aux œuvres du peintre, s’il ne permet pas de mettre en lumière toutes les questions que soulève sa personnalité en une période si riche et compliquée, livre cependant quelques réponses quant à la réalité de l’influence française dans l’œuvre et la démarche patrimoniale de ce peintre.

UN FRANÇAIS EN CATALOGNE

  • 12 « Laisser passer le citoyen Joseph Bernard Flaugier peintre natif de cette commune de Martigues all (...)
  • 13 L’un au Musée du Prado, l’autre au Musée d’Histoire de la ville de Barcelone.
  • 14 « Moi, Joseph Flaugé [sic], pintor en Barcelona habitant, fill legitim y natural de Joseph Flaugé m (...)
  • 15 « En cordova dia diez y nueve de abril de mil setecientos stenta y ocho murio y se enterro en el ho (...)
  • 16 Deux quittances pour les legs pieux et messes à la mémoire de Marianna Blai en date du 26 avril 176 (...)
  • 17 Rosalie, sa sœur, naît le 12 novembre 1759 à Martigues (copie non datée du registre paroissial de M (...)
  • 18 Mariage de Joseph Flaugier avec Emanuelle Flaugier fille de Pierre Flaugier et Marie Lacoste le 3 f (...)
  • 19 « Die tres de janer de mil vuit cents tretse professo associant a enterrar en la present iglesia ab (...)

4« 39 ans, taille de 5 pieds 3 pouces, cheveux et sourcils chatain, yeux idem, nez gros, bouche moyenne, menton rond, front visage ovale » : la description de Flaugier établie dans un laissez-passer le 8 juin 179712, corrobore les deux autoportraits du peintre qui nous sont parvenus13 [ill. 1]. C’est un paradoxe : longtemps on connut mieux la physionomie que la vie de Flaugier. Grâce à plusieurs documents, la biographie du peintre peut cependant être révisée. Joseph Flaugier, né le 10 décembre 1757 à Martigues en Provence, est le fils d’un maçon de cette ville14. En 1760, ses parents émigrent en Espagne, en même temps que l’oncle et la tante du peintre. Le 19 avril 1768 son père, veuf, décède alors qu’il réside à Cordoue15. Son oncle, qui perd sa femme au même moment16, recueille le peintre et sa sœur Rosalie17. Remarié à une Française, son oncle aura une fille, Emmanuelle, qui deviendra la femme de Joseph en 181018. Deux enfants naîtront de ce mariage –Louise (1810) et Joseph (1812)– dont seul le fils survivra. Joseph Flaugier meurt à Barcelone le 3 janvier 181319.

ill. 1 - Autoportrait, Musée national d’art de Catalogne, Barcelone.

  • 20 « J’ai pris des renseignements du possesseur ou fermier de votre terre en vigne », lettre d’un ami (...)
  • 21 « Veuillez s’il vous plaït présenter mes respects à Monsieur et Madame Rave ainsi qu’à toute son es (...)
  • 22 Sur cet aspect, nous renvoyons à l’analyse faite par Francesc Miralpeix dans ce volume.
  • 23 Le détail des livres n’est pas donné. Sont uniquement mentionnés « dos dotzenas de Llibres entre gr (...)
  • 24 « Doctor Joseph Flaugier Profesor de Artes Liberales, frances habitant en España, humildemente dese (...)

5La documentation révèle le lien permanent qu’entretint Joseph Flaugier avec la France. Il s’agit, d’abord, de liens économiques. Le peintre, toute sa vie, conserve des fermages hérités de ses parents, dont il vérifie les revenus et charge à plusieurs reprises des personnes de sa famille restées en Provence d’en contrôler le suivi20. Ensuite, de liens familiaux et amicaux : le choix d’épouser une cousine française, plutôt qu’une Catalane ; la fréquentation de familles françaises à Barcelone –les Rave, les Maureau21– dont on devine la proximité dans sa correspondance et qui semble constituer l’essentiel de ses relations. Rien d’étonnant lorsque l’on connaît l’importance de cette communauté à Barcelone à l’époque moderne et tout particulièrement après la Révolution française –on estime que près de 2 000 Français résidaient dans cette ville à la fin du XVIIIe siècle, ce qui ne fut pas sans influence sur les mœurs et la culture du moment22. Ce sont, enfin, les liens culturels, telles ses lettres montrant sa maîtrise de la langue, ou encore la possession exclusive d’ouvrages en français23, certainement considérés comme « dérangeants » puisque le peintre est contraint, en 1805, de demander une indulgence à l’église pour pouvoir les lire et les conserver24.

  • 25 En 1801, lettre de Joseph Flaugier « peintre français habitant à Barcelonne [sic] » à l’Ambassadeur (...)
  • 26 « Grâces en soient rendues à Bonaparte, les jacobins sont muselés, les royalistes bridés, les briga (...)

6Une question demeure. Dans tous les actes qui nous sont parvenus, Flaugier revendique sa nationalité française25. Pourquoi, ayant conservé des relations en Provence n’a-t-il pas fait le choix de revenir en France ? Sans doute l’habitude, depuis sa plus jeune enfance, d’un lieu mais aussi la fréquentation de la communauté française, importante, qui lui permet de vivre, en ayant fait de lui son peintre attitré. Mais aussi la méfiance vis-à-vis des idées révolutionnaires et la peur de la législation sur les émigrés. Dans une lettre de 180126, un de ces amis récemment retourné en France évoque le calme rétabli par Bonaparte après « le chaos de la Révolution » mais surtout les plus grandes difficultés qui lui sont faites par les « autorités supérieures » citant le cas de son « père rayé deffinitivement (sic) de la liste des émigrés depuis trois ans [et qui] ne peut point faire ôter le séquestre de dessus ses biens ». Nul doute que ces témoignages n’ont guère incité Flaugier, établi en Espagne depuis son enfance, à prendre le risque de s’installer en France.

L’ÉCOLE DE LA LLOTJA ET LA COLLECTION DE PEINTURES

  • 27 Ruiz Ortega, 1999.
  • 28 Cantos, 1989.
  • 29 Projet du 26 février 1810 de « Josef Flaugier, director de la escuela gratuita de las tres nobles a (...)
  • 30 « Que para completar una escuela de dibujo de las tres nobles artes, era mui util añadir los estudi (...)
  • 31 Pour les gravures achetées à Paris par le premier directeur de l’École : Jimeno, 2005, p. 153-185 ; (...)

7Ce tropisme français est tout aussi visible dans la démarche qu’adoptera le peintre à compter de sa désignation comme directeur de l’école de la Llotja (école de dessin) de Barcelone en 1809. Son rôle, en tant qu’enseignant, transmetteur d’une doctrine, est insignifiant. Avec l’arrivée des troupes françaises, les élèves et les professeurs sont partis27, certains ayant fui à Majorque28. Mais le projet que rédige Flaugier en 181029 est riche d’enseignement. Il témoigne d’une vision et d’un sens très poussé de l’organisation. La volonté de reproduire strictement le modèle français ? Il est impossible de l’affirmer. En tous cas, aucun aspect n’est négligé : organisation de l’école, composition des classes, contenu des cours avec désignation de professeurs « de perspective et d’ornementation » –tous deux Italiens30–, attribution rigoureuse des salles, dont une spécialement dédiée à la collection de peintures. C’est ce dernier point, dans l’action de Flaugier en qualité de directeur, qui est remarquable. Certes, depuis sa fondation en 1775, l’Ėcole possède, à destination des élèves, une collection de tableaux, gravures, statues ou copies de statues, légués ou achetés par les précédents responsables de l’institution31. Mais la réquisition des biens de l’église, décidée en 1809 par Joseph I, va permettre à Flaugier de l’enrichir considérablement. N’évoque-t-il pas dans son programme de 1810 « un moment très favorable pour constituer une collection » ?

  • 32 Garcia Sastre, 1997, p. 183-187 ; Fontbona, 1993-1994.
  • 33 Géal, 2005, p. 140-141 et p. 203.

8La forme retenue pour constituer cette collection laisse deviner l’influence de la France. D’abord, par la démarche légaliste lors de la réquisition des œuvres, directement inspirée de la Révolution française. On sait, par des témoignages contemporains, que Flaugier se rend dans les maisons religieuses accompagné des deux autres professeurs de l’École et qu’il remet pour chaque tableau réquisitionné un procès-verbal aux religieux32. Ensuite, par la conscience patrimoniale que sous-tend cette démarche : Flaugier ne réquisitionne pas tous les tableaux, mais les « chefs-d’œuvre », qu’il destine aux élèves de l’Ėcole mais également au public. Une vocation muséale en somme, particulièrement innovante pour l’époque, non seulement en Catalogne, mais plus largement dans le Royaume d’Espagne, et qui permet à l’École de la Llotja de posséder une collection publique parmi les plus précoces de ce Royaume, contemporaine de celle de Madrid qui date de 181233. Une réplique, toutes choses égales, du Louvre de David ? Aucun document ne s’y réfère explicitement, même si la comparaison est tentante.

UN PEINTRE ÉCLECTIQUE

  • 34 Subirana, 2003, p. 651-666.

9L’historiographie a toujours associé le nom de Flaugier au néoclassicisme. C’est à la question de déterminer l’origine de cette évolution que les opinions varièrent. Aboutissement logique, pour les premiers, d’un peintre passant du « barrochetto » au néoclassicisme assimilé au sein de l’atelier de David ; adaptation, pour les autres, d’un peintre religieux baroque, qui devient ensuite un peintre de portraits au style néoclassique. C’est certainement du point de vue de l’œuvre que Flaugier est le plus complexe à appréhender, le moins « français » dans ses références. Certes, on devine une évolution dans son style. Mais plus que d’évolution, il faut parler d’éclectisme : la coupole de l’église Sant Sever de Barcelone [ill. 2] (1801) est un décor très influencé par Corrado Giaquinto ; ses peintures religieuses, tel le cycle de saint Joseph Oriol (1807) [ill. 3], sont d’un baroque traditionnel –dans le sens d’une peinture de dévotion claire et lisible ; certaines des toiles et dessins [ill. 4] sont clairement d’inspiration néoclassique, et il est dans le même temps très folkloriste dans ses scènes de batailles [ill. 5] ou ses peintures constumbristes. Les raisons de cet éclectisme ? Les conditions particulières d’exercice du métier de peintre et les débats théoriques et stylistiques à Barcelone en cette fin du XVIIIe siècle34.

ill. 2 - Gloire céleste, Coupole de l’église des saints Sever et Charles Borromée, Barcelone, 1798.

ill. 3 - Miracle de Saint Joseph Oriol, Barcelone, Musée d’histoire de la ville.

  • 35 Alcolea, 1958-1962, vol. XIV, p. 29-63.
  • 36 Miralpeix, 2010, p. 144-153.
  • 37 Alcolea, 1958-1962, vol. XV, p. 70-75.
  • 38 Ibid.

10En Catalogne comme dans l’ensemble du Royaume d’Espagne, la volonté de libéralisation du métier de peintre dès la fin du XVIIe siècle est restée sans suite, face à la résistance des puissants collèges qui ont continué de régenter l’exercice du métier jusque dans la seconde moitié du XVIIIe siècle35. À Barcelone, le cas d’Antoni Viladomat, qui refusa d’obéir aux injonctions du collège l’intimant de passer la maîtrise pour exercer, est connu36. Mais l’attitude de Viladomat reste l’exception. Le protectionnisme est la règle, comme le prouve la relation difficile qu’entretint Flaugier avec l’École de la Llotja37 : en 1775, elle ne lui accorde qu’un troisième prix de dessin ; en 1787, elle lui refuse l’accès au concours pour l’obtention d’une bourse afin de se rendre à Rome ; en 1790 elle l’autorise à concourir mais il ne remporte rien. En 1805, il se tourne vers l’Académie de San Fernando de Madrid, mais sa demande sera refusée. Pourquoi ? Parce qu’il est perçu comme un artiste français –origine qu’il revendique d’ailleurs nous l’avons vu– et qu’il n’est pas d’une famille de peintres, qualités essentielles sinon indispensables pour ouvrir un atelier, obtenir des commandes et éventuellement se spécialiser. Car la communauté française, dont il fut certainement le peintre favori, ne suffit pas à le faire vivre et ne lui permit pas de développer son propre style. Flaugier n’a d’autre choix que d’aller où les commandes le mènent –ce qui explique son nomadisme en Catalogne, (Reus Poblet, Tarragone) et ses adresses itinérantes à Barcelone38– et de s’adapter aux souhaits des commanditaires, ce qui lui laisse peu de libertés.

  • 39 Ibid.
  • 40 Triado ; Subirana, 2001, p. 131-133.
  • 41 La première histoire de cette collection a été faite par Federico Marés Deulovol, 1964 ; Fontbona, (...)
  • 42 Triado ; Subirana, 2001, p. 133-137
  • 43 Il suffit de comparer le tableau de Francesc Rodriguez Pusat, vainqueur en 1789 à celui de Miquel C (...)

11Mais le contexte n’est pas aussi sombre qu’il y paraît. Ni la réglementation du métier, ni les contraintes imposées par les commanditaires n’empêchent les débats et les évolutions39. C’est au XVIIIe siècle qu’apparaissent, à Barcelone, les premières académies privées de peintre –celle de Viladomat ou des frères Tramulles– et la création de l’École de la Llotja en 1775 ne fera qu’amplifier l’intérêt pour les débats stylistiques et théoriques les plus contemporains. On en trouve de nombreux indices : ces annonces dans les journaux barcelonais de la in du XVIIIe, de vente de copies tableaux classiques français, sous forme de gravures ou de copies en séries40 ; la collection pour les élèves de l’École montrant une prédilection pour les modèles classiques –l’Albane, Guido Reni, Guerchin, Poussin– jusqu’aux 91 dessins de Mengs envoyés depuis Rome par l’ambassadeur José Nicolas de Azara entre 1783 et 1786 qui s’ajoutent aux 5 dessins déjà donnés à l’Ėcole dès 1781 par le frère de ce dernier, Eustaqui de Azara, évêque de Barcelone41 ; les références permanentes dans les discours faits à l’occasion des remises de prix à l’École de la Llotja reprenant tous les topoï de l’esthétique classique42 comme le lien entre peinture et poésie, la mimesis correctrice ; ce sont, enfin, les tableaux primés aux concours de l’École de la Llotja pour l’obtention de bourse à Rome : on y devine une évolution nette vers le néoclassicisme43.

ill. 4 - Dessin de modèles à l’antique, encre, Barcelone, Musée national d’art de Catalogne.

ill. 5 - Bataille de Molins del Rei, Barcelone, Musée militaire, 1809.

PARIS, ROME, MADRID ?

  • 44 Lettre de Antoni Celles à Joseph Flaugier depuis Rome, AHCB - F.F.

12Flaugier, peintre français ? L’affirmation doit être nuancée. Au seul modèle parisien de David, il faut substituer, selon nous, un triptyque Paris, Rome, Madrid. Trois foyers dans lesquels il puisera constamment modèles et références. Paris –tout au moins la France– Flaugier s’y réfère incontestablement par la langue, les lectures, les fréquentations, le style néoclassique de certains dessins et tableaux, et la démarche patrimoniale engagée à l’École de la Llotja. Rome, et l’Italie en général, du point de vue didactique, c’est-à-dire de la transmission : on le constate aux œuvres acquises pour la collection de l’école de dessin, au fait qu’il s’entoure de deux professeurs italiens à la suite de sa désignation comme directeur, ou encore par l’amitié qui le lie à l’architecte catalan Antoni Celles qui résida un temps à Rome et avec lequel il eut une correspondance abondante44. Madrid, enfin, où il présenta sa candidature –refusée– à l’Académie San Fernando en 1805, et dont il connut dès 1781 les orientations théoriques et stylistiques grâce aux donations à l’École de la Llotja des dessins de Mengs.

13Comment, dès lors, le définir ? Deux aspects de sa personnalité se détachent. Le premier tient à sa formation, certainement au sein d’une académie privée de Barcelone (celle des Tramulles ?), qui lui permit d’acquérir une bonne formation technique et une solide culture visuelle. Sa démarche patrimoniale, la qualité de ses dessins, la maîtrise des décors à l’italienne ou du genre constumbriste, la claire référence à Mengs dans son Adoration des Bergers [ill. 6], jusqu’à l’extrême modernité de Judith et Holopherne [ill. 7] sont autant de preuves d’une curiosité qui fait de lui un des « peintres majeurs de son temps » (Francesc Fontbona). La seconde caractéristique tient à son statut d’expatrié. Rarement évoqué, à notre connaissance, ce statut dut pourtant être déterminant. C’est précisément au moment où les élites catalanes copient les mœurs et la culture française que les opinions anti-françaises s’exacerbent –en raison de l’invasion napoléonienne. Ni véritablement français ni véritablement catalan, ce statut ne lui permit ni de pouvoir créer un grand atelier ni de s’enrichir– en témoigne l’extrême modestie de son inventaire après-décès. L’invasion française (1808) lui offrit certes une opportunité. Mais les conditions économiques, politiques et surtout artistiques ne lui permirent ni de mener à terme son grand projet –le premier Musée de Barcelone– ni devenir le chef de file –on ne lui connaît aucun apprenti ou compagnon– qu’il espéra certainement être sa vie durant.

ill. 6 - Adoration des Bergers, Barcelone, Académie de sant Jordi.

ill. 7 - Judith et Holopherne, Castres, Musée Goya.

Bibliographie

Alcolea, 1958-1962 : Santiago Alcolea, « La pintura en Barcelona durante el siglo XVIII », Anales y Boletin de los Museos de arte de Barcelona, XIV-XV, 1958-1962.

Bohigas Tarragó, 1944 : Pere Bohigas Tarragó, « Contribución a la biografia de Flaugier », Anales y Boletín de los Museos de Arte de Barcelona, 1944, p. 23-29.

Casellas, 1910 : Ramon Casellas, « L’estil imperi a Barcelona », La Veu de Catalunya. Pàgina Artístíca, février-avril 1910.

De Cantos, 1989 : Priam V. de Cantos « La presència d’artistes forans a Mallorca durant la Guerra del Francès : el pintor català Salvador Mayol », Mirador, 25 février 1989, p. 30-34.

Folch i Torras, 1955 : Joan Folch i Torras, « Obras de Flaugier (1757-1813) en tierras tarraconenses », Destino, 956, 1955, p. 28-29.

Folch i Torras, 1962 : Joan Folch i Torras, « Los primeros cuadros de género en la pintura barcelonesa », Destino, 1278, 1962, p. 22-24.

Fontbona, 1983 : Francesc Fontbona, « Del Neoclassicisme a la Restauració », Història de l’art català, Barcelone, Edicions 62, 1983.

Fontbona, 1989 : Francesc Fontbona, « Rapports artistiques Catalogne-France au début du XIXe siècle », Le néoclassicisme en Espagne, Paris, Éditions de l’Albaron, 1989, p. 8-23.

Fontbona, 1993-1994 : Francesc Fontbona, « El museu de la Reial Acadèmia Catalana de les Belles Arts de Sant Jordi (1775), primer Museu d’Art de Catalunya », Butlletí de la Reial Acadèmia Catalana de Belles Arts de Sant Jordi, 7-8, 1993-1994, p. 167-186.

Garcia Sastre, 1997 : Andrea Garcia Sastre, Els museus d’art de Barcelona : antecedents, gènesi i desenvolupament fins a l’any 1915, Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1997.

Géal, 2005 : Pierre Géal, La naissance des Musées d’art en Espagne (XVIIIe-XIXe siècles), Madrid, Casa de Velásquez, volume 33, 2005.

Jimeno, 2005 : Frédéric Jimeno, « Algunos datos ineditos sobre la estancia de Pasqual-Pere Pere Moles en París », Butlletí de la Reial Acadèmia Catalana de Bellas Arts de Sant Jordi, 19, 2005, p. 153-185.

Marés Deulovol, 1964 : Federico Marés Deulovol, Dos siglos de enseňenza artística en el Principado, Barcelone, Real Academia de Belles Artes de San Jorge, 1964.

Maseras, 1932 : « Un peintre provençal fameux en Catalogne et incognu (sic) dans son pays », Revue des Pays d’Oc, 1932, p. 668-673.

Maseras, 1933a : Alfons Maseras « Un peintre provençal fameux en Catalogne et incognu (sic) dans son pays », Revue des Pays d’Oc, 10, I, 1932, p. 668-673.

Maseras, 1933b : « Una decoració de Josep Flaugier al Museu de les Arts Decoratives de Pedralbes », Butlletí dels Museus d’Art de Barcelona, 22, III, mars 1933, p. 65-73.

Maseras, 1933c : « Clarícies sobre l’origen de Josep Flaugier », Butlletí dels Museus d’Art de Barcelona, 28, III, septembre 1933, p. 257-264.

Maseras, 1934 : « Les pintures de Flaugier llegades pel doctor Fábegras als nostres museus », Butlletí dels Museus de Barcelona, 41, IV, octubre 1934, p. 306-312.

Miralpeix, 2009 : « Homer recitant els seus versos als grecs (o Al. legoria dels Himnes homèrics) », La fascinació per Grècia. L’art a Catalunya als segles XIX i XX, Gérone, Museu d’Art de Gérone, 2009, p. 18 (catalogue de l’exposition).

Miralpeix, 2010 : Francesc Miralpeix, « Antoni Viladomat et la peinture catalane du XVIIIe siècle », La peinture baroque en Méditerranée de Gênes à Majorque, Perpignan, Trabucaire, 2010, p. 144-153.

Quilez, 1994 : Francesc Quílez, « Tradició i modernitat en la pintura de Josep bernat Flaugier i Salvador Mayol », L’albada de la modernitat : Josep Bernat Flaugier-Salvador Mayol. Els iniciadors de la pintura costumista a Catalunya a principi del segle XIX, Barcelone, Artur Ramon, 1994, p. 15-81.

Ruiz Ortega, 1999 : Manuel Ruiz Ortega, La escuela gratuita de diseňo de Barcelona (1775-1808), Barcelone, Biblioteca de Catalunya, 1999.

Subirana, 2003 : Rosa Maria Subirana Rebull « Academisme versus neoclassicisme a l’escola gratuïta de dibuix de Barcelona », Predalbes, 23, 2003, p. 651-666.

Trenc, 1996 : Eliseu Trenc, « Le peintre Josep Bernat Flaugier et l’influence de l’art français en Catalogne au début du XIXe siècle », L’image de la France en Espagne (1808-1850), Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 297-303.

Triado, 1988 : Joan-Ramon Triadó, « L’època del Barroc. Segles XVII-XVIII », Història de l’art català, Barcelone, Edicions 62, 1984.

Triadó ; Subirana, 2001 : Joan-Ramon Triadó ; Rosa Maria Subirana, « El triomf de l’Academisme », Art de Catalunya. Pintura moderna i contemporanea, Barcelone, Ars Cataloniae, 2001, p. 124-149.

Notes

1 Casellas, 1910.

2 Maseras, 1932, p. 668-673 ; 1933a, p. 65-73 ; 1933b, p. 257-264 ; 1934.

3 Bohigas Tarragó, 1944, p. 23-29.

4 Folch i Torras, 1955, p. 28-29 ; 1962, p. 22-24.

5 Alcolea, vol. XIV, p. 187-188 et p. 284-286 ; vol. XV, p. 70-75.

6 Fontbona, 1983, p. 8-10 ; 1989, p. 8-23.

7 Triadó, 1988 ; 2001, p. 124-149.

8 Trenc, 1996, p. 297-303.

9 Quílez, 1994, p. 15-81.

10 Miralpeix, 2009.

11 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona, fons manuscrit, Mn-B-192 « Fons Flaugier » (à présent AHCB - F. F). Je tiens à remercier mon collègue et ami le Professeur Francesc Miralpeix de m’avoir indiqué ce fonds.

12 « Laisser passer le citoyen Joseph Bernard Flaugier peintre natif de cette commune de Martigues allant à Marseille et autres lieux de la République », 5 prairial de l’an V (8 juin 1797), AHCB - F.F.

13 L’un au Musée du Prado, l’autre au Musée d’Histoire de la ville de Barcelone.

14 « Moi, Joseph Flaugé [sic], pintor en Barcelona habitant, fill legitim y natural de Joseph Flaugé mestre de casas », testament du peintre, 30 décembre 1812, AHCB - F.F.

15 « En cordova dia diez y nueve de abril de mil setecientos stenta y ocho murio y se enterro en el hospital del senyor caridad Joseph Flaugier, viudo de Cathalina Blai », copie d’un registre paroissial, AHCB - F.F.

16 Deux quittances pour les legs pieux et messes à la mémoire de Marianna Blai en date du 26 avril 1768 sont retranscrites dans le fonds Flaugier. Il nous a été impossible d’identifier la paroisse concernée. Signalons que Pierre Flaugier et son épouse ont rédigé leur testament à Malaga, le 21 janvier 1763, AHCB - F.F.

17 Rosalie, sa sœur, naît le 12 novembre 1759 à Martigues (copie non datée du registre paroissial de Martigues) et meurt, à Barcelone, le 21 mai 1804 (sépulture le 22 mai 1804 à l’église Saint-Just Saint-Pastor de Barcelone), AHCB - F.F.

18 Mariage de Joseph Flaugier avec Emanuelle Flaugier fille de Pierre Flaugier et Marie Lacoste le 3 février 1810. Extrait des registres des actes de la chancellerie du consulat de France à Barcelone, AHCB - F.F.

19 « Die tres de janer de mil vuit cents tretse professo associant a enterrar en la present iglesia ab sepultura [...] lo cadaver de Joseph Flaugier pintor y director de la escola gratuita de dibuix de la ciutat de Barcelona », copie authentique du 15 février 1813, AHCB - F.F. Le peintre a rédigé son testament quelques jours auparavant, le 30 décembre 1812, ibid.

20 « J’ai pris des renseignements du possesseur ou fermier de votre terre en vigne », lettre d’un ami envoyée au peintre depuis Tarascon, le 23 mai 1801, AHCB - F.F.

21 « Veuillez s’il vous plaït présenter mes respects à Monsieur et Madame Rave ainsi qu’à toute son estimable famille que je me félicite d’avoir connue. Si Maureau est encore à Barcelone dites-lui bien des choses », ibid.

22 Sur cet aspect, nous renvoyons à l’analyse faite par Francesc Miralpeix dans ce volume.

23 Le détail des livres n’est pas donné. Sont uniquement mentionnés « dos dotzenas de Llibres entre grans y xichs, francesos », 22 novembre 1823, inventaire des biens de Domingo Ubach, second époux de Manuela Flaugier, AHCB - F.F.

24 « Doctor Joseph Flaugier Profesor de Artes Liberales, frances habitant en España, humildemente desea y pide a Vostra Santida licentia durante su vida de ller libros prohibidos ». Ce qui lui est accordé le 12 août 1805, le peintre obtient « la faculdad y licencia de ller y retener durante su vida libros prohibidos [...] exceptuados los libros [...] de l’esprit [souligné dans le texte] », AHCB - F.F.

25 En 1801, lettre de Joseph Flaugier « peintre français habitant à Barcelonne [sic] » à l’Ambassadeur de la « grande République française à la Cour d’Espagne » pour le paiement de la peinture de la coupole de l’église Sant Sever de Barcelone, dans laquelle le peintre espère qu’« être français » sera déterminant. En 1805, dans la demande d’indulgence pour la possession d’ouvrages interdits, il se désigne comme « frances habitant en España ». Son fils conservera, sa vie durant, la nationalité française bien que résident à Barcelone.

26 « Grâces en soient rendues à Bonaparte, les jacobins sont muselés, les royalistes bridés, les brigands qui infestaient les routes fusillés [...] et nous bénirions les autorités supérieures etoint un peu plus près de nous pour réprimer les abus de pourvoir que nous essuyons, vous ne croiriez point que mon père, rayé deffinitivement de la liste des émigrés depuis trois ans ne peut point faire ôter le séquestre de dessus ses biens, tandis que mon frère et moi qui ne sommes qu’en surveillance on nous l’a ôté », lettre du 23 mai 1801, AHCB - F.F.

27 Ruiz Ortega, 1999.

28 Cantos, 1989.

29 Projet du 26 février 1810 de « Josef Flaugier, director de la escuela gratuita de las tres nobles artes », AHCB - F.F.

30 « Que para completar una escuela de dibujo de las tres nobles artes, era mui util añadir los estudios de geometria, arquitectura, perspectiva y adornos, a esto la benificencia de Illustre nombro, dos maestros que fueron, a Don Josef Lucini, para la geometria y arquitectura, y a Don Cesar Carnavale, para la perspectiva y adorno », ibid.

31 Pour les gravures achetées à Paris par le premier directeur de l’École : Jimeno, 2005, p. 153-185 ; Fontbona, 1993-1994, p. 167-186.

32 Garcia Sastre, 1997, p. 183-187 ; Fontbona, 1993-1994.

33 Géal, 2005, p. 140-141 et p. 203.

34 Subirana, 2003, p. 651-666.

35 Alcolea, 1958-1962, vol. XIV, p. 29-63.

36 Miralpeix, 2010, p. 144-153.

37 Alcolea, 1958-1962, vol. XV, p. 70-75.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Triado ; Subirana, 2001, p. 131-133.

41 La première histoire de cette collection a été faite par Federico Marés Deulovol, 1964 ; Fontbona, 1993-1994, p. 169-170, ou pour la collection de gravures de peintures françaises du XVIIe siècle, Jiméno, 2005.

42 Triado ; Subirana, 2001, p. 133-137

43 Il suffit de comparer le tableau de Francesc Rodriguez Pusat, vainqueur en 1789 à celui de Miquel Cabanyes, vainqueur en 1802, Fontbona, 1993-1994.

44 Lettre de Antoni Celles à Joseph Flaugier depuis Rome, AHCB - F.F.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - Autoportrait, Musée national d’art de Catalogne, Barcelone.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende ill. 2 - Gloire céleste, Coupole de l’église des saints Sever et Charles Borromée, Barcelone, 1798.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende ill. 3 - Miracle de Saint Joseph Oriol, Barcelone, Musée d’histoire de la ville.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende ill. 4 - Dessin de modèles à l’antique, encre, Barcelone, Musée national d’art de Catalogne.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7833/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende ill. 5 - Bataille de Molins del Rei, Barcelone, Musée militaire, 1809.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7833/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende ill. 6 - Adoration des Bergers, Barcelone, Académie de sant Jordi.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7833/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende ill. 7 - Judith et Holopherne, Castres, Musée Goya.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7833/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540