Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges artistiques entre la France et l’Espagne, xve-fin xixe siècles

 | 
Julien Lugand

Sculpture

Les têtes en médaillon dans le décor sculpté de la Renaissance

Typologie et diffusion d’un ornement à travers la France méridionale et l’Espagne

Sarah Munoz

Texte intégral

1Les têtes en médaillon, particulièrement récurrentes dans l’ornementation sculptée des monuments de la première moitié du XVIe siècle en France et en Espagne, matérialisent un des nombreux liens entre ces deux pays durant la Renaissance.

  • 1 L’imago clipeata désignait à l’origine la figure placée dans les boucliers antiques qui semblaient (...)

2Composant le décor « à l’antique » de cette période en France, les origines typologique et symbolique de cet ornement se trouvent dans l’Antiquité romaine, dans les médailles impériales, les imagines clipeatae1 et les stèles funéraires. Parmi cette ornementation « à l’antique », les portraits en médaillon furent les derniers à disparaître de l’architecture de la Renaissance, après les rinceaux ou les trophées, lorsque, dans les années 1550, les structures classiques et les ordres architecturaux devinrent la référence essentielle à l’Antiquité. Dans un contexte humaniste fondé sur la découverte et l’étude des vestiges antiques, notamment les médailles, ces portraits sculptés étaient un gage de culture et d’érudition pour le propriétaire de la demeure.

  • 2 Guillaume, 2003b, p. 144 ; Jestaz, 2003, p. 293-295.
  • 3 Ibidem, p. 295-297.
  • 4 Lesueur, 1926, p. 169-180 ; Guillaume, 2003b, p. 162.
  • 5 Pour une bibliographie complète sur le château de Gaillon, voir : Bardati, 2009. Sur les portraits (...)

3Les têtes en médaillon apparurent tout d’abord en Italie, dès le XIVe siècle. Les exemples les plus prestigieux et parmi les plus précoces se trouvent, entre autres, au baptistère de Florence, sur les portes nord et est, réalisées par Lorenzo Ghiberti en 1401 et en 1425-1452. L’apparition de cet ornement en France se fit entre 1502 et 1508, principalement par l’importation de réalisations italiennes, au château du Verger2, au château de Meillant3, à l’hôtel d’Alluye de Blois4 et au château de Gaillon5, avant d’être diffusée dans tout le royaume, témoignant d’une « mode » qui perdura jusque dans les années 1550.

  • 6 Bottineau-Fuchs, 1982, p. 191-198 ; 1992, t. I, p. 119-136 ; 2003, t. I, p. 99-122.
  • 7 Guillaume, 2003a, t. I, p. 83-98 ; 2003b, p. 143-176.
  • 8 Dagnas Thomas, 1998. Concernant les recherches actuelles sur l’ornement, voir le numéro « Ornement  (...)
  • 9 Sleptzoff, 1982, p. 19-37.
  • 10 Corzo Sánchez, 2007, p. 243-296.
  • 11 Roudié, 1981, p. 233-239 ; Suau, 2000, t. CXVI, p. 669-712.
  • 12 Vasselin, 2003, p. 259-270 ; Embs, 2007, p. 73-84 ; Alix ; Embs, 2009, p. 114-119 ;. Munoz 2012 et (...)
  • 13 Turcat, 1994. Voir plus particulièrement le chapitre « Le sculpteur de médaillons », p. 111-117.
  • 14 Thirion, 1998.
  • 15 Marc, 2007.

4Les recherches concernant ce sujet restent rares. Il en va de même, par ailleurs, pour les travaux centrés sur le thème général de l’ornementation sculptée de la Renaissance qui fut l’un des sujets d’étude de MM. Yves Bottineau-Fuchs6 et Jean Guillaume7 et qui fut notamment développé par Mme Évelyne Thomas8. L’article de Mme Lola Sleptzoff, publié en 1982, est l’une des seules études espagnoles consacrées aux têtes en médaillon, mais ne concerne que le cas français9. Cette ambigüité posait déjà la question de la diffusion de cet ornement et de la place non négligeable qu’il détient dans l’étude des liens entre la France et l’Espagne. L’article de M. Ramón Corzo Sánchez, de 2007, quant à lui, insiste sur l’origine italienne des modèles choisis pour une demeure de Jerez de la Frontera10. En France, l’étude des têtes en médaillon reste ponctuelle et se concentre sur un édifice11, une zone géographique12 ou un sculpteur13, tandis que l’emploi du motif dans le mobilier a été étudié par Jacques Thirion en 199814 et par Mme Kristina Marc en 200715. L’étude de l’iconographie a généralement été favorisée, afin de comprendre les choix des représentations, au détriment des interrogations typologiques. Pourtant, au cours de la première moitié du XVIe siècle, cet ornement prend des formes considérablement différentes. Ces changements typologiques, particulièrement visibles dans le foyer toulousain, sur lequel cette étude s’appuie principalement, ne sont cependant pas les mêmes en Espagne.

5En observant les changements formels des têtes en médaillon et leur chronologie en France méridionale et en Espagne et en établissant des comparaisons, cette étude pose la question des transferts de modèles et d’hommes au XVIe siècle, à travers les royaumes et leurs provinces, et la question du rôle des nombreux sculpteurs français en Espagne. Sans prétendre à une analyse exhaustive des différents types de portrait en médaillon, ces observations sont destinées à enrichir une recherche croisée entre les deux pays.

TYPOLOGIE DES TÊTES EN MÉDAILLON EN FRANCE MÉRIDIONALE ET EN ESPAGNE

Un ornement issu de la médaille

  • 16 Chalande, 1987, vol. 1, p. 233 ; Julien, 2004, p. 107.
  • 17 Sire, 1992, p. 105-107.
  • 18 Chalande, 1987, vol. 1, p. 265.
  • 19 Ibidem, p. 263.

6Comme dans les autres régions françaises, les portraits en médaillon furent introduits dans le foyer toulousain par le biais de profils en bas-relief représentant des personnages « à l’antique », plus petits que ceux du château de Meillant ou de Gaillon. Ces premières têtes en médaillons toulousaines, dont la typologie est proche des monnaies anciennes, ornaient ainsi la porte de la tour de l’hôtel Bérenguier-Maynier, à Toulouse, et plusieurs fenêtres, dont une est conservée au Musée des Augustins [ill. 1]. Le premier décor Renaissance de cette demeure fut réalisé entre 1515 et 1528 et a été attribué au sculpteur Jean Dubois16. Ces ornements furent mêlés, sur la tour, à quatre bustes présentés de face, en haut-relief, caractérisés par une certaine rigidité, et toujours inscrits dans de riches encadrements. Ce rapprochement de visages de profil et de face s’observe également dans le décor sculpté de la tribune d’orgue de la cathédrale de Lavaur, réalisée vers 1523, où deux bustes de face encadrent quatre profils entourés de lourds chapeaux de triomphe17, ou dans celui de l’hôtel toulousain du célèbre humaniste Jean de Pins, qui fut sénateur de Milan en 1515, ambassadeur de France à Venise en 1516 et à Rome en 1520, puis évêque de Rieux18. Réalisées vers 152819, les arcades de la cour sont ornées de profils et de visages projetés hors d’encadrements simplifiés à rapprocher des têtes en médaillon qui décorent les portes du baptistère de Florence [ill. 2].

ill. 1 - Toulouse, fenêtre provenant de l’hôtel Bérenguier-Maynier (Toulouse, Musée des Augustins), vers 1515-1528.

ill. 2 - Toulouse, cour de l’hôtel de Pins, vers 1528.

  • 20 Serrano, 1992, p. 44-45.
  • 21 Ibid., p. 253.
  • 22 Chueca Goitia, 1953, p. 41 ; Checa ; Morales ; Nieto Alcaide, 2009, p. 54-55.
  • 23 Martín González, 1982, p. 398-404 ; Rodríguez De Ceballos ; Pereda, 2003, p. 205-216.
  • 24 Urrea Fernández, 2002, p. 37-38.

7Dans les monuments espagnols, les premiers exemples de têtes en médaillon sculptées furent légèrement postérieurs à ceux de France. Comme dans les hôtels français, ces ornements correspondaient majoritairement à des profils en bas-relief. En 1509, le sculpteur valencien Damián Forment réalisa le retable majeur de la basilique del Pilar de Saragosse, dont il orna le soubassement de son autoportrait placé dans un médaillon20. Il fit de même au retable majeur de la cathédrale de Huesca, en 1520‑1522, où il plaça également le portrait de son épouse21. Parmi les premiers exemples de profils en médaillon, ceux de l’arc de la façade dite de las cadenas de la cathédrale de Murcia furent réalisés entre 1512 et 1520‑1521 par Francisco Florentín, témoignant d’une insertion de modèles italiens22. Ces six profils en médaillon sont de plus petite taille que les portraits de Damián Forment et furent sculptés aux côtés de quelques bustes de face. Comme en France, certains édifices concentrent ainsi plusieurs types de têtes en médaillon, à l’instar de la façade de l’Université de Salamanque, terminée avant 1529, dont les ornements du dernier niveau auraient en partie été réalisés par le Français Juan de Troya et par Alonso Berruguete23. Jusqu’en 1520, les médaillons semblent cependant peu nombreux dans les monuments espagnols et sont concentrés, le plus fréquemment, dans l’architecture religieuse et son mobilier, sans que leur goût ne soit encore véritablement affirmé dans les palais et les hôtels particuliers. La casa de Contreras à Avila, réalisée entre 1520 et 1530 par des tailleurs de pierres formés dans l’entourage de Vasco de la Zarza, qui aurait lui-même été formé en Italie, est un des rares exemples de demeures privées espagnoles ornées de portraits en médaillon avant 153024.

ill. 3 - Bourges, cour de l’hôtel Lallemant (détail), vers 1510.

ill. 4 - Toulouse, portail de l’hôtel de Bernuy (détail), 1530-1536.

ill. 5 - Toulouse, tour de l’hôtel de Bernuy (détail), 1530-1536.

De la médaille à l’imago clipeata

  • 25 Ribault, 1973, p. 66-82. La précocité du décor sculpté a été mise en relation avec l’hypothétique p (...)
  • 26 Vasselin, 2003, p. 262.
  • 27 Douais, 1902, p. 267 ; Chalande, 1987, vol. 2, p. 214-224.
  • 28 Archives départementales de la Haute-Garonne, 3 E 423, fo 236 v.-237 (document trouvé en collaborat (...)
  • 29 Tollon, 1993, p. 87-98.
  • 30 Balagna, 2003, p. 153-154.

8Le buste présenté de face, sculpté en haut-relief et émergeant d’un encadrement circulaire parfois orné d’une coquille, s’affirma dans les décennies suivantes, aussi bien en France qu’en Espagne, aux dépens des profils en bas-relief qui tendirent à disparaître du décor sculpté. Si l’apparition de ce type de tête en médaillon se fit vers 1510 à l’hôtel Lallemant de Bourges [ill. 3]25, ce ne fut qu’à partir des années 1530 que cet ornement se diffusa largement dans toute la France. Les exemples sont nombreux en France méridionale : à la maison des Consuls de Riom, édifiée vers 1527-153126, à l’hôtel de Bernuy de Toulouse, dont les portraits en médaillon furent sculptés entre 1530 et 1536 par Louis Privat et son atelier [ill. 4]27, sur la cheminée de l’hôtel Tornié-Barrassy, dans la même ville, réalisée en 1540 par Pierre Augier et Guyot Estienne28, à l’archidiaconé Saint-Jean de Cahors29, à l’ancienne cathédrale Saint-Pierre de Condom, exécutés entre 1534 et 154430, à l’hôtel Lauthonie de Tulle ou encore à l’hôtel d’Alibert de Caunes-Minervois. Tous ces exemples témoignent par ailleurs d’une simplification des encadrements, comme sur la tour de l’hôtel de Bernuy, où le médaillon est réduit à un disque concave, « plié » en deux pour épouser la forme de l’angle et faire davantage émerger le buste [ill. 5].

  • 31 López Guzmán, 2005, p. 64-65.
  • 32 Ibid., p. 45-51.
  • 33 Bérchez, 1994, p. 52.
  • 34 Turcat, 1994.

9Ces bustes en médaillon, qui accentuent les jeux d’illusions sur les élévations, se retrouvent en Espagne dès 1530, à la casa de los Pineda de Grenade par exemple, dont la construction fut attribuée à Diego de Siloé31, sur la façade de la casa de Castril de Grenade, dont les têtes en médaillon sont datées de 1539 et dont le sculpteur fut mis en relation avec Sebastián de Alcántara32, ou au Consulado del Mar de Valence, dont les quarante médaillons furent insérés dans la façade entre 1533 et 154833. Le Français Esteban Jamete diffusa également largement ce type d’ornement dans toute l’Espagne, au palais du docteur Beltran de Medina del Campo et à la « maison du Capitaine » de Valladolid en 1535, à la maison de Cobos, de Valladolid également, en 1536, à la cathédrale de Tolède en 1537-1538 ou encore à l’église du Salvador d’Ubeda en 1541-154334.

ill. 6 - Toulouse, tour de l’hôtel de Brucelles (détail), 1544.

ill. 7 - Bournazel, cour du château (détail), vers 1545.

Des typologies et des emplacements différents en France et en Espagne

  • 35 Malafosse, 1891 ; Debuiche, 2008, vol. 1, p. 49. La présence de Pierre Augier parmi les témoins d’u (...)
  • 36 Vitry, 1938, p. 351-359 ; Tollon, 1974, p. 138.
  • 37 Arramond ; Augé, 1996.
  • 38 Corvisier, 2007, p. 419-423.
  • 39 Gay, 1985, p. 40.

10Aux alentours de 1545, l’architecture française méridionale témoigna d’une transformation de l’ornement qui ne se vérifia pas en Espagne. Des bustes en très haut-relief dépourvus d’encadrement ornent plusieurs hôtels particuliers du foyer toulousain et des foyers périphériques, tels que l’hôtel toulousain de Brucelles, dont la tour fut construite en 1544 [ill. 6]35, le château de Bournazel, construit vers 154536, où des bustes sont sculptés dans des frontons [ill. 7], l’ancien clocher de Notre-Dame de la Dalbade, qui était décoré d’une frise d’une trentaine de bustes environ placés par Nicolas Bachelier et Guyot Estienne entre 1547 et 155737, ou l’hôtel Labenche de Brivela-Gaillarde, dont les fenêtres surmontées de bustes sont datées de 1548‑156038. Ces personnages sont sculptés à mi-corps, proches de la ronde-bosse, conférant ainsi une plus grande théâtralité au décor de la demeure. Ils peuvent également représenter de véritables scènes mythologiques, comme à la maison Dardenne de Villefranche-de-Rouergue, dont le décor peut être daté de 1543 environ39. Lucrèce y est représentée plantant un poignard dans son cœur, près de son père, son mari et des deux consuls qui vengèrent son suicide causé par l’agression de Tarquin, lui aussi représenté [ill. 8].

ill. 8 - Villefranche-de-Rouergue, cour de la maison Dardenne, vers 1543.

  • 40 Turcat, 1994.
  • 41 Sebastián López, 1980, p. 5-19 ; 1983, p. 8-20 ; Esteban Lorente, 1995.
  • 42 Je remercie vivement M. Javier Ibáñez Fernández qui a eu l’amabilité de m’indiquer l’existence de c (...)

11Il semble en revanche que les commanditaires espagnols restèrent imprégnés du goût pour le buste en médaillon coupé aux épaules, qui se multiplia considérablement, notamment par le biais d’Esteban Jamete40. Il continua ainsi d’en réaliser jusque vers 1560. Quelques édifices espagnols présentent des ornements qui pourraient être proches de ces bustes dépourvus d’encadrement, mais il s’agit de cas isolés qui, de surcroît, ne répondent pas exactement à cette typologie. Ainsi, à Saragosse, le patio de la Infanta, qui provient de la casa Zaporta et qui fut réalisé vers 1549-1551, est orné de personnages à mi-corps sculptés en très haut relief mais pourvus de grands médaillons41. Le palais des comtes de Ribagorza de Benasque, non daté, semble faire figure d’exception par ses fenêtres surmontées de bustes sans encadrement42.

  • 43 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 237-249.
  • 44 Uranga Galdiano, 1947, p. 34.
  • 45 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 206-210.

12Une différence de destination et d’emplacement s’observe également. Les médaillons sont beaucoup plus fréquents dans l’architecture religieuse espagnole et son mobilier, tandis qu’en France, ils ornent le plus souvent les châteaux et les hôtels particuliers. Plus particulièrement, cet ornement était très courant dans les retables espagnols tout au long du XVIe siècle : en témoignent le retable de San Juan de Vallupié, à l’église de Sediles de Saragosse, réalisé par le Florentin Juan de Moreto en 153243, le retable majeur de l’église de la Magdalena de Tudela, sculpté par Domingo de Segura sous la direction de Juan Remírez en 155144 ou celui de la chapelle San Bernardo du monastère de Veruela, exécuté par Arnao de Bruselas en 1556, actuellement conservé dans l’église de Vera de Moncayo, à Saragosse45. Le buste de Dieu le Père dans un fronton était quant à lui très fréquent dans les retables espagnols jusque dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Cette différence d’emplacement donne également lieu à une différence de matériau, puisque de nombreux portraits en médaillon espagnols, sculptés dans le mobilier religieux, sont réalisés en bois, alors que la majorité des têtes en médaillon françaises conservées sont en pierre.

13L’analyse de ces ressemblances et divergences entre les effigies en médaillon françaises et espagnoles, qui indiquent une réception et une adaptation différentes des modèles, doit être conjuguée à l’examen des sculpteurs qui réalisèrent ces ornements dans les deux pays afin de déterminer la manière dont les médaillons s’y diffusèrent.

DIFFUSION DES TÊTES EN MÉDAILLON EN ESPAGNE : LE RÔLE DES SCULPTEURS FRANÇAIS

Une apparition et une évolution différentes en France et en Espagne

  • 46 La construction de cette demeure, réalisée entre 1540 et 1544, a été attribuée à Juan de Vallejo et (...)
  • 47 Corzo Sánchez, 2007.

14Dans les deux pays, les têtes en médaillon se développèrent considérablement dans les grands foyers humanistes. Ce type de portrait fut ainsi un mode de représentation de choix dans les demeures des humanistes ou collectionneurs français et espagnols. Il apparaît, à Toulouse, dans la cour du célèbre humaniste Jean de Pins, tandis qu’en Espagne, il orne la maison de Francisco de Miranda y Salon de Burgos, qui dessina lui-même le programme iconographique46, et la maison de Fernando Riquel, à Jerez de la Frontera, qui demanda la réalisation de portraits antiques47.

  • 48 Les incertitudes concernant la formation de Damián Forment ne permettent pas d’affirmer que l’origi (...)
  • 49 Silva Maroto, 1998 ; Silva Maroto, 2003.

15Néanmoins, le processus d’introduction des têtes en médaillon fut différent dans les deux pays. Leur apparition en France se fit avant 1508 dans l’architecture civile par le biais de profils d’empereurs romains réalisés par des Italiens, tandis que leur introduction en Espagne fut légèrement postérieure et se fit dans le retable majeur de la basilique del Pilar de Saragosse, en 150948. Des éléments d’architecture ornés de têtes en médaillon apparaissaient pourtant déjà dès la fin du XVe siècle dans les réalisations du peintre Pedro Berruguete, qui travailla en Italie, à Urbino, de 1474 à 148349. Dans ses tableaux représentant saint Pierre et saint Paul, réalisés entre 1493 et 1499, les saints, représentés sous des plafonds à caissons or‑ nés, sont placés dans des encadrements gothiques surmontés de profils et de têtes de trois quarts en médaillon. De même, dans son Annonciation réalisée en 1505 pour la chartreuse de Miraflores à Burgos, la scène est placée sous une voûte surbaissée et surmontée de deux petites têtes en médaillon.

16À partir des années 1540, le portrait en médaillon semble avoir été adapté de différentes façons en France et en Espagne. Dans les monuments français, il peut s’apparenter à des bustes placés dans des médaillons plus ou moins ornés, dont les bras apparaissent parfois, à des bustes placés dans des frontons triangulaires ou semi-circulaires ou à des bustes aux positions tortueuses, en très haut-relief et sans encadrement. En Espagne, la majorité des portraits en médaillon semble répondre à un unique type de buste présenté de face, coupé aux épaules, en haut-relief et inséré dans un médaillon aux moulures simples. Si quelques exceptions existent, notamment à Saragosse, tels que les personnages à mi-corps sculptés dans de grands médaillons dans le patio de la Infanta ou les étranges têtes insérées dans de grands encadrements situées à la retombée des voûtes de la cathédrale, les commanditaires espagnols privilégiaient néanmoins le buste inspiré de l’imago clipeata antique, constituant ainsi un goût espagnol.

Le rôle des sculpteurs français en Espagne

  • 50 Ibáñez Fernández, 2005, p. 31.
  • 51 Lleó Cañal, 1998.
  • 52 Ce décor fut réalisé en 1542 par Fernando Álvarez : Corzo Sánchez, 2007, p. 261.

17Les exemples de têtes en médaillon qui témoignent de sources italiennes semblent peu fréquents en Espagne. Outre les ornements déjà cités de la façade dite de las cadenas de la cathédrale de Murcia, qui furent réalisés entre 1512 et 1520-1521 par Francisco Florentín, la chapelle San Miguel de la cathédrale de Jaca, dont l’entrée est ornée de plusieurs bustes en médaillon, fut projetée par le Florentin Giovanni Moreto en 1520-1523 et fut réalisée par Gil Morlanes el Joven et le sculpteur Juan de Salas50. Deux exemples témoignent d’une introduction directe de modèles italiens en Espagne : à Séville, en 1533, l’humaniste Hernando Colón commanda aux sculpteurs génois Antonio María de Carona et Antonio de Lanzio une réplique de la porte genevoise de la maison de Pilatos datant de 152851, tandis qu’à Jerez de la Frontera, les répliques de trois têtes en médaillon de la chartreuse de Pavie ornent la demeure de Fernando Riquel, diffusion qui s’effectua vraisemblablement par des frères chartreux qui voyagèrent depuis la chartreuse de Pavie vers celle de Jerez de la Frontera52.

  • 53 Chueca Goitia, 1953, p. 297 et 321 ; Vila Jato, 1993-1994, p. 301 ; Gómez Martínez, 2001, p. 131-15 (...)
  • 54 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 256-260.
  • 55 Azcárate Ristori, 1965, p. 513 ; Vila Jato, 1993-1994, p. 301.
  • 56 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 206-210.
  • 57 Castro Santamaría, 2002.
  • 58 Martín González, 1982.
  • 59 Casaseca Casaseca, 1988, p. 81 et 248 ; Castro Santamaría, 2002, p. 164, n. 181.
  • 60 Ibáñez Fernández, 2001.
  • 61 Ibáñez Fernández, 2005, p. 115 ; 2007, p. 478.

18Les sculpteurs français jouèrent un rôle important dans le développement des têtes en médaillon en Espagne, particulièrement dans l’architecture civile. De nombreux portraits en médaillon ornant les monuments espagnols furent réalisés par des Français, au même moment où des Italiens en réalisaient. Ces ornements ont ainsi été considérés comme étant une interprétation française des motifs lombards ou comme faisant partie d’une exubérance décorative « à la française »53. Le Rouennais Esteban de Obray réalisa vers 1519-1525 le chœur en bois de la cathédrale de Tudela, orné de têtes en médaillon et de candélabres et recouvert de grotesques, comme le sont les portes de la collégiale Santa María de Cala‑ tayud qu’il réalisa en 152554. En 1520, les Français Martín de Blas et Guillén Colás sculptèrent des portraits en médaillon pour la façade de l’Hospital Real de Santiago55. En 1521, Gabriel Joly réalisa le retable la chapelle de Santiago de la cathédrale de Saragosse, qui est orné d’une Vierge à l’enfant en buste placée dans un grand chapeau de triomphe56. Juan de Troya réalisa un décor sculpté comprenant des médaillons en 1529, avec Diego de Siloe, pour le Collège Fonseca de Salamanque57. Ce sculpteur d’origine troyenne aurait également réalisé, avec Alonso Berruguete, le décor du dernier niveau de la façade de l’Université de Salamanque, terminée avant 1529, qui contient des médaillons58. Il réalisa, entre autres ornements, sous le nom de Juan de Troas, des médaillons pour la cathédrale de Salamanque en 154259. Plusieurs maîtres français, dont Pierre del Fuego, seraient également à l’origine de la décoration du cloître du monastère de Veruela, aux arcades ornées de bustes60. Enfin, l’entrée du palais des comtes de Morata, à Saragosse, dont les écoinçons du porche sont ornés de deux têtes placées dans des coquilles, fut réalisée par Guillaume Brimbeuf en 155261.

  • 62 A. Turcat, 1994.
  • 63 Concernant les portraits en médaillon à Orléans, voir Embs, 2007 ; et Alix ; Embs, 2009. Je remerci (...)
  • 64 Ribault, 1973. À propos des médaillons de Bourges, voir Chancel-Bardelot, 2002, p. 20-24. J’adresse (...)
  • 65 Droguet, 2007, p. 99-108.
  • 66 Embs, 2007, p. 74.

19Parallèlement à ces sculptures, de 1535 à 1560 environ, l’Orléanais Esteban Jamete exécuta des centaines de médaillons pour des monuments espagnols, à Medina del Campo, Salamanque, Santiago, Valladolid, Ségovie, Ubeda, Tolède, Cuenca ou encore à León où il œuvra pour le couvent San Marcos avec son atelier et le Français Juan de Juni62. Mieux connu que les autres sculpteurs français présents en Espagne grâce aux recherches de M. André Turcat, les origines orléanaises d’Esteban Jamete peuvent ainsi expliquer son rôle dans la diffusion de cet ornement en Espagne. Avant son arrivée en Espagne en 1535, ces portraits en médaillon étaient déjà présents en nombre dans l’Orléanais et dans le Berry voisin63. Le sculpteur put ainsi observer ceux de l’hôtel d’Alluye de Blois, ceux de l’hôtel Lallemant de Bourges64 ou ceux de l’hôtel de ville de Beaugency65. Néanmoins, l’imprécision de la datation des monuments orléanais ne permet pas de savoir quelles têtes en médaillon Esteban Jamete put observer avant son départ pour l’Espagne. Les médaillons conservés à Orléans possèdent par ailleurs la particularité de présenter des personnages de profil, en bas-relief, à l’exception d’un provenant du numéro 19 de la rue du Tabour66, dont la proximité avec les bustes réalisés par Esteban Jamete est d’ailleurs à souligner, tout comme la proximité avec les bustes qui ornaient l’hôtel Genton de Bourges. Si les têtes en médaillon firent leur apparition en Espagne avant l’arrivée du sculpteur orléanais, ce dernier joua un rôle important dans le développement de cet ornement dans l’architecture civile et diffusa largement un type de portrait dont il se fit une spécialité : le buste d’homme ou de femme présenté de face et coupé aux épaules, en haut-relief, placé dans un encadrement simple.

Le goût des têtes en médaillon et ses particularités en Espagne

  • 67 Concernant les têtes en médaillon de Salamanque, voir Cortés, 1971 ; Caamaño Martínez, 1986, p. 443 (...)
  • 68 Castro Santamaría, 2002, p. 161-165.

20Si une « manière » française a souvent été observée dans les têtes en médaillon réalisées dans les monuments espagnols, la récurrence d’un unique type de portrait en médaillon en Espagne et sa persistance jusque dans les années 1550-1560 poussent néanmoins à se poser la question d’une spécificité espagnole et d’une adaptation de la part des sculpteurs français. La multitude de bustes sculptés au couvent San Marcos de León, à la Generalitat de Valence, sur les élévations de la Lonja de Saragosse, où se trouvent cent-cinquante-six médaillons, ou dans l’ensemble des monuments de Salamanque, ne se retrouve que très rarement en France67. Ce goût prononcé pour le médaillon en Espagne fut ainsi propagé par des sculpteurs espagnols, tel que Juan de Alava, dont l’apprentissage n’est pas bien connu, qui montre une maîtrise parfaite du motif, comme à la casa de las Muertes de Salamanque, à la sacristie de la cathédrale de Plasencia ou au Collège Fonseca de Salamanque, dont il orna le cloître de cent-vingt-huit têtes en médaillon, avec une douzaine de sculpteurs non identifiés68.

  • 69 Medidas del romano [Tolède, Remón de Petras, 1526], Tolède, Antonio Pareja, 2000.
  • 70 Sagredo, 1526, fo d VII.
  • 71 Serlio, 1584, fo 161.
  • 72 Vitruve, 1547, fo 39 v.
  • 73 Cesariano, 1521, fo 59.

21L’explication de ce goût pour le médaillon en Espagne pourrait en partie se trouver dans l’ouvrage de Diego de Sagredo, Las Medidas del romano, publié pour la première fois à Tolède en 1526 et qui eut un grand succès dans la péninsule69. Diego de Sagredo indique que la frise ionique doit être ornée de « medallas/follajes/epygramas y otras muchas labores con que enrriquecian y ataviavan la dicha pieça »70. Ce détail prend toute son importance si l’on considère les règles à suivre concernant cette même frise dans les interprétations italiennes et françaises de Vitruve, où son décor est résumé à « alcuna cosa »71 ou à des « besongnes de tailles »72. Seul Cesare Cesariano expliqua : « Item il zophoro che è sopra lo epistylio si fa de la quarta parte mancho cha lo epistylio, ma si fara di bisogno esser designato li sigilli, siano facti de la quarta parte più alti cha lo epistylio, aciò che auctoritate habiano le sculpture »73. « Sigilli » peut être traduit par « figurines » ou « sceaux », ce qui renvoie aux scènes et aux portraits que ces derniers renfermaient, mais qui permet un large choix de représentations. Sans expliquer totalement l’utilisation des têtes en médaillon en Espagne, car celles-ci doivent être ici placées dans la frise ionique, cette règle préconisée par Diego de Sagredo pourrait néanmoins expliquer en partie leur multiplication dans les monuments espagnols à partir de 1526 et leur persistance jusque dans les années 1560, voire jusqu’au XVIIe siècle dans les retables.

  • 74 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 206-210 ; Marías, 1981, p. 425-429.

22Parallèlement à ce goût espagnol, la multiplication des chantiers religieux et des retables en Espagne entraîna un foisonnement de portraits en médaillons en bois, qui restent peu fréquents en France, originalité à laquelle les sculpteurs français s’adaptèrent. Les Français Gabriel Joly et Felipe Bigarny sculptèrent ainsi plusieurs têtes en médaillon dans les stalles et les retables espagnols74. Un phénomène de diffusion et d’influence entre les deux pays pourrait néanmoins être visible. Si les portraits en médaillon français sont le plus souvent en pierre, la France méridionale, plus précisément, comporte plusieurs églises dont le mobilier en bois est orné de têtes en médaillon. Il en va ainsi de la tribune d’orgue de Saint-Alain de Lavaur, du retable de Notre-Dame de Jézeau [ill. 9], des stalles de Sainte-Marie d’Auch, du retable de l’abbaye de Loc-Dieu ou encore des clôtures de chœur de l’église de Salles-Curan, de Notre-Dame de Bourisp et de la cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges [ill. 10]. Ces nombreuses compositions, dont les sculpteurs demeurent anonymes, posent ainsi la question de la circulation des modèles et des hommes de chaque côté des Pyrénées et poussent à s’interroger sur l’influence de l’Espagne sur le proche foyer pyrénéen français et sur les réalisations des sculpteurs du Nord de la France lors de leur parcours vers l’Espagne.

ill. 9 - Jézeau, retable du maître-autel de l’église.

  • 75 Villotte, 1927 ; 1929, p. 1-72 ; 1930, p. 305-317 ; Gavelle, 1937, p. 51-54 ; 1938, p. 55-60 ; Gave (...)

23Plus particulièrement, la cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges, située dans les Pyrénées, semble occuper une place capitale dans l’étude des échanges entre les deux pays, par sa situation géographique et par l’ampleur de son chantier. Son chœur en bois sculpté fut commandé par l’évêque Jean de Mauléon vers 1533-1535. La clôture de ce chœur est ornée sur son registre supérieur d’une frise de trente-deux bustes en haut-relief, où hommes et femmes sont alternés, placés dans des frontons semi-circulaires, tandis que chaque travée est séparée par une colonne candélabre [ill. 10]. La proximité de la cathédrale avec l’Espagne et ses similitudes avec les stalles sculptées dans le pays voisin, antérieurement ou postérieurement, ont souvent entraîné une attribution à des ateliers itinérants de sculpteurs venus d’Espagne75.

  • 76 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 257-259 ; Criado Mainar, 2008, p. 215-216 et 241.
  • 77 Mateo Gomez, 1997 ; Caballero Cuesta, 2001, p. 167-214.
  • 78 Marías, 1976, p. 225 ; 1981, p. 425-429.
  • 79 Gaya Nuño, 1944 ; Azcarate, 1963 ; Gómez Moreno, 1983.

24Plusieurs églises espagnoles sont dotées de stalles dont le décor sculpté présente, au registre supérieur, une série de bustes d’hommes et de femmes placés dans des encadrements. La clôture de chœur de la cathédrale de Tudela, qui fut réalisée par Esteban de Obray entre 1519 et 1525, est ainsi ornée de têtes en médaillon en très haut-relief76. Un autre Français, Felipe Bigarny, réalisa plusieurs stalles décorées d’une série d’effigies en haut-relief placées dans des encadrements semi-circulaires, parfois à coquille, à Burgos vers 1506‑151277, au monastère de San Clemente el Real de Tolède à partir de 153678 et à la cathédrale de Tolède, avec Alonso Berruguete, vers 1539‑154379. Le chœur de cette dernière se révèle d’une richesse ornementale très proche de celui de la cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges, sculpté quelques années auparavant. Les stalles hautes sont ornées, au registre supérieur, de bustes d’hommes et de femmes tournant la tête les uns vers les autres, placés dans des frontons semi-circulaires à coquilles. Ici, cette frise de portraits n’est pas placée sur l’extérieur de la clôture de chœur mais à l’intérieur de celui-ci.

ill. 10 - Saint-Bertrand-de-Comminges, clôture de chœur de la cathédrale (détail), 1533-1535.

  • 80 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 259.

25Au cœur de l’hypothèse selon laquelle un atelier itinérant venu d’Espagne aurait réalisé les stalles de la cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges, le Normand Esteban de Obray semble également mériter une attention particulière. Ce Français, qui fit sa carrière en Espagne, réalisa des têtes en médaillon pour la clôture de chœur de la cathédrale de Tudela qui possèdent des caractéristiques sculpturales très proches de celles des bustes de Saint-Bertrand-de-Comminges. Ils se distinguent par un nez aquilin, des pommettes saillantes, des arcades sourcilières et des clavicules marquées. Par ailleurs, si l’historiographie espagnole a amplement documenté le sculpteur et l’a situé à Calatayud en 1531-1532, où il résidait, le Normand reste totalement absent des archives espagnoles de 1532 à 153980.

26À soixante kilomètres de la cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges, l’église Notre-Dame de Bourisp fut également dotée d’une clôture de chœur scandée de colonnes candélabres et ornée, au registre supérieur, d’une frise de bustes placés dans des médaillons. Cette dernière pose non seulement la question d’une éventuelle activité espagnole, mais également celle du modèle que représentait la cathédrale. Les moyens financiers employés pour la réalisation de la clôture de Boursip semblent limités, mais l’intention fut vraisemblablement de reproduire une composition et un décor proche de ceux de Saint-Bertrand-de-Comminges, voire de ceux de la cathédrale de Tudela, dont les têtes en médaillon sont extrêmement proches. La clôture de chœur se compose en effet de fines colonnes candélabres surmontées d’une série de bustes en haut-relief d’hommes et de femmes alternés se tournant les uns vers les autres, placés dans des encadrements circulaires.

27Si les têtes en médaillon ont été considérées en Espagne comme un ornement dit « à la française », la comparaison de leurs changements typologiques en France et en Espagne met néanmoins en avant une diffusion et un développement de cet ornement différent dans les deux pays. Alors que les commanditaires et sculpteurs français affichèrent un goût pour l’émergence du buste hors de l’encadrement, les commanditaires espagnols privilégièrent l’effigie de face coupée aux épaules et placée dans un médaillon, à la manière de l’imago clipeata antique, que certains sculpteurs espagnols s’approprièrent par la suite.

28La diffusion et l’adaptation des ornements sculptés de la Renaissance en France et en Espagne sont particulièrement complexes à analyser en raison des transferts de modèles qui témoignent de va-et-vient incessants du Nord de la France vers l’Espagne, puis de l’Espagne vers la France méridionale. Les sculpteurs français développèrent des types de têtes en médaillon qu’ils purent observer en France mais également d’autres ornements qui répondaient à un goût et une manière espagnols, tels que les médaillons placés dans les trompes des coupoles ou les bustes supportant des voûtes, qui ne se retrouvent pas dans les monuments français méridionaux.

29Une connaissance améliorée des sources françaises éclairerait ces questions de circulation, de même qu’une étude plus exhaustive des têtes en médaillon qui ornent les monuments espagnols permettrait d’obtenir une vision plus large de l’emploi de cet ornement dans les deux pays et de mieux comprendre la réception de cet ornement en Espagne.

Bibliographie

Questions d’ornements, [actes du colloque international, organisé par Ralph Dekoninck, Caroline Heering, Pierre-Yves Kairis, Michel Lefftz et le Group for Early Modern Cultural Analysis, Namur, Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix, 4-5 décembre 2009 ; Louvain, Université catholique, 4-5 février 2011 ; Bruxelles, Institut royal du patrimoine artistique, 16-17 février 2012], à paraître.

Alix et Embs, 2009 : Clément Alix et Anne Embs, « Médaillons et têtes sculptées dans les habitations d’Orléans au 16e siècle », Orléans, une ville de la Renaissance [catalogue de l’exposition, Orléans, collégiale Saint-Pierre-le-Puellier, 16-23 août 2009, sous la dir. de M.-L. Demonet, D. Rivaud et P. Vendrix], Orléans, Ville d’Orléans, 2009, p. 114-119.

Allinne, 1932 : Maurice Allinne, « Note sur un médaillon en marbre provenant de Gaillon », Bulletin de la Société libre d’Émulation du commerce et de l’industrie de la Seine-Inférieure, 1932, p. 369-373.

Álvaro Zamora et Borrás Gualis (dir.), 1993 : María Isabel Álvaro Zamora et Gonzalo M. Borrás Gualis (dir.), La escultura del Renacimiento en Aragón [catalogue d’exposition, Saragosse, Museo e instituto de humanidades Camón Aznar, 1993], Saragosse, Museo e instituto de humanidades Camón Aznar, 1993.

Arramond et Augé, 1996 : Jean-Charles Arramond et Jean-Louis Augé, Notre-Dame de la Dalbade à Toulouse des origines à nos jours, mémoire de maîtrise d’histoire, Université Toulouse II, 1996.

Azcárate Ristori (de), 1963 : José María de Azcárate Ristori, Alonso Berruguete, cuatro ensayos, Valladolid, Ministerio de Educación nacional, Dirección general de Bellas Artes, 1963.

Azcárate Ristori (de), 1965 : José María de Azcárate Ristori, « El Hospital Real de Santiago : la obra y los artistas », Revista Compostellanum, 1965, p. 513.

Balagna, 2003 : Christophe Balagna, « L’apparition des formes de la Renaissance dans l’architecture religieuse de la Gascogne centrale », Du gothique à la Renaissance. I - Architecture et décor en France (1470-1550) [actes du colloque, Viviers, 20-23 septembre 2001], Aix-en-Provence, Université de Provence, 2003, p. 145-162.

Bardati, 2009 : Flaminia Bardati, « Il bel palatio in forma di castello » : Gaillon tra Flamboyant e Rinascimento, Rome, Campisano Editore, 2009.

Bérchez, 1994 : Joaquín Bérchez, Arquitectura Renacentista/Renaixentista valenciana (1500-1570), Valence, Bancaixa, 1994.

Bottineau-Fuchs, 1982 : Yves Bottineau-Fuchs, « La décoration des tombeaux des cardinaux d’Amboise à la cathédrale de Rouen : Arnoult de Nimegue ou Nicolas Castille », Gazette des Beaux-arts, décembre 1982, p. 191-198.

Bottineau-Fuchs, 1992 : Yves Bottineau-Fuchs, « La sculpture ornementale en Haute-Normandie au début du XVIe siècle », L’art en Normandie [actes du XXVIe Congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, sous la dir. de B. Poulle, Caen, 25-29 octobre 1991], Caen, Archives départementales, 1992, t. I, p. 119-136.

Bottineau-Fuchs, 2003 : Yves Bottineau-Fuchs, « L’ornementation " à l’antique" en Normandie au début du XVIe siècle », L’architecture de la Renaissance en Normandie [actes du colloque, sous la dir. de B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron, Cerisy-la-Salle, 30 septembre-4 octobre 1998], Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, 2003, t. I, p. 99-122.

Bresc-Bautier, 2007a : Geneviève Bresc-Bautier, « Les médaillons de marbre provenant du château de Gaillon, début du XVIe siècle », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 2007, p. 160-178.

Bresc-Bautier, 2007b : Geneviève Bresc-Bautier, « Profils et médaillons de marbre au Musée d’Amiens », Vases, bronzes, marbres et autres antiques, dépôts du Musée du Louvre en 1875, Montreuil, GourcuffGradenigo ; Paris, Musée du Louvre, 2007, p. 206-231.

Bresc-Bautier, Hellal et Pagazani, 2010 : Geneviève Bresc-Bautier, Salima Hellal et Xavier Pagazani, Le château de Gaillon : fastes de la Renaissance en Normandie [catalogue d’exposition, Rouen, Musée départemental des Antiquités, 27 février-12 mai 2008], Rouen, Musée départemental des Antiquités, 2010.

Caamaño Martínez, 1986 : Jesús María Caamaño Martínez, « Los medallones salmantinos », Salamanca : geografía, historia, arte, cultura, Salamanca, Ayuntamiento de Salamanca, 1986, p. 443-475.

Caballero Cuesta, 2001 : José María Caballero Cuesta, « La sillería del coro de la catedral de Burgos », Burgense, no 42, 2001, p. 167-214.

Casaseca Casaseca, 1988 : Antonio Casaseca Casaseca, Rodrigo Gil de Hontañon (Rascafría, 1500-Segovia, 1577), Salamanque, Junta de Castilla y León, 1988.

Castro Santamaría, 2002 : Ana Castro Santamaría, Juan de Álava, arquitecto del renacimiento, Salamanque, Caja Duero, 2002.

Cesariano, 1521 : Cesare Cesariano, Di Lucio Vitruvio Pollione de architectura libri dece traducti de latino in vulgare affigurati : commentati et con mirando ordine insigniti, Côme, Gottardo da Ponte, 1521.

Chalande, 1987 : Jules Chalande, Histoire des rues de Toulouse : monuments, institutions, habitants, Marseille, Lafitte, 1987.

Chancel-Bardelot (de), 2002 : Béatrice de Chancel-Bardelot, « Hommes illustres en médaillons », Berry Magazine, no 62, 2002, p. 20-24.

Checa, Morales et Nieto Alcaide, 2009 : Fernando Checa, Alfredo José Morales et Victor Nieto Alcaide, Arquitectura del Renacimiento en España, 1488-1599 [1re éd. : 1989], Madrid, Cátedra, 2009.

Chueca Goitia, 1953 : Fernando Chueca Goitia, Arquitectura del siglo XVI, Madrid, Plus Ultra, 1953.

Cortés, 1971 : Luis Cortés, Cincuenta medallones salmantinos, Salamanque, Excmo, Ayuntamiento de Salamanca, 1971.

Corvisier, 2007 : Christian Corvisier, « L’hôtel Labenche de Brive-la-Gaillarde », Congrès archéologique de France [163e session, Corrèze, 2005], 2007, p. 419-423.

Corzo Sánchez, 2007 : Ramón Corzo Sánchez, « Las réplicas de los medallones de Giovanni Antonio Amadeo para la cartuja de Pavia en la Casa de Riquelme de Jerez de la Frontera », Boletín de Bellas Artes, no 35, 2007, p. 243-296.

Criado Mainar, 2008 : Jesús Criado Mainar, « Relaciones entre la Ribera de Navarra y Aragón durante la época del Renacimiento », Cuadernos de la Cátedra de Patrimonio y Arte Navarro, no 3, 2008, p. 215-216 et 241.

Dagnas Thomas, 1998 : Évelyne Dagnas Thomas, Le système ornemental de la première renaissance française, thèse de doctorat nouveau régime d’histoire de l’art, Université de Tours, 1998.

Debuiche, 2008 : Colin Debuiche, Les ordres dans l’architecture toulousaine à la Renaissance : emplois, conceptions et représentations de 1518 à 1630, mémoire, Université Toulouse II, 2008.

Douais, 1902 : Célestin Douais, « L’art à Toulouse. Matériaux pour servir à son histoire du XVe au XVIIIe siècle », Revue des Pyrénées, t. XIV, 1902, p. 261-283.

Droguet, 2007 : Vincent Droguet, « L’hôtel de ville de Beaugency et sa restauration au XIXe siècle », Bulletin monumental, t. 165, no 1, 2007, p. 99-108.

Duprat, 1937 : Clémence-Paul Duprat, « Le décor sculpté des hôtels toulousains », Gazette des Beaux-Arts, 1937, p. 5-22.

Duprat, 1956 : Clémence-Paul Duprat, « L’influence espagnole sur le décor sculpté des hôtels toulousains de la Renaissance », Annales du Midi, t. LXVI, 1956, p. 129-142.

Embs, 2007 : Anne Embs, « Ensemble de médaillons provenant de maisons orléanaises », Catalogue du Musée historique et archéologique de l’Orléanais : sculptures de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance [texte remanié de mémoire de 3e cycle de l’École du Louvre, 2003, préface de J.-R. Gaborit], Orléans, Société archéologique et historique de l’Orléanais, 2007, p. 73-84.

Erlande-Branderburg (dir.), 2000 : Alain Erlande-Branderburg (dir.), Saint-Bertrand-de-Comminges, le chœur Renaissance ; Saint-Just de Valcabrère, l’église romane, Graulhet, Odyssée, 2000.

Esteban Lorente, 1995 : Juan Francisco Esteban Lorente, El palacio de Zaporta y patio de la Infanta, Zaragoza, Saragosse, IberCaja, 1995.

Gavelle, 1937 : Émile Gavelle, « Les stalles de Saint-Bertrand-de-Comminges, nouvelles observations (I) », Revue de Comminges et des Pyrénées centrales, t. I, 1937, p. 51-54.

Gavelle, 1937 : Émile Gavelle, « Les stalles de Saint-Bertrand-de-Comminges, nouvelles observations (II) », Revue de Comminges et des Pyrénées centrales, t. II, 1938, p. 55-60.

Gavelle, 1985 : Robert Gavelle, « Trente-deux observations sur la cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges et ses abords », Revue du Comminges, 1985, p. 43-78.

Gay, 1985 : Danièle Gay, L’architecture civile à Villefranche-de-Rouergue du XIIIe au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise d’histoire de l’art, Université Toulouse II-Le Mirail, 1985.

Gaya Nuño, 1944 : Juan Antonio Gaya Nuño, Alonso Berruguete en Toledo, Barcelone, Editorial Juventud, 1944.

Gómez Martínez, 2001 : Javier Gómez Martínez, « El Renacimiento a la francesa en la obra de los Corral de Villalpando », Cultura y arte en Tierra de Campos. I Jornadas Medina de Rioseco en su historia, Valladolid, Diputación de Valladolid, 2001, p. 131-151.

Gómez Moreno, 1983 : Manuel Gómez Moreno, Las aguilas del renacimiento español : Bartolomé Ordoñez, Diego Siloe, Pedro Machuca, Alonso Berruguete, Madrid, Xarait ediciones, 1983.

Guillaume, 2003a : Jean Guillaume, « Le candélabre en Normandie. Les métamorphoses d’un ornement de 1500 à 1540 », L’architecture de la Renaissance en Normandie [actes du colloque, sous la dir. de Bernard Beck, Pierre Bouet, Claire Étienne et Isabelle Lettéron, Cerisy-la-Salle, 30 septembre-4 octobre 1998], Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet ; Caen, Presses universitaires de Caen, 2003, t. I, p. 83-98

Guillaume, 2003b : Jean Guillaume, « Le temps des expériences. La réception des formes "à l’antique" dans les premières années de la Renaissance française », L’invention de la Renaissance [actes du colloque, Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, 1-4 juin 1994], Paris, A. Picard, 2003, p. 143-176.

Ibáñez Fernández, 2001 : Javier Ibáñez Fernández, Splendor Verolae : el monasterio de Veruela entre 1535 y 1560, Tarazona, Centro de Estudios Turiasonenses de la Institución « Fernando el Católico », 2001.

Ibáñez Fernández, 2005 : Javier Ibáñez Fernández, Arquitectura aragonesa del siglo XVI : propuestas de renovación en tiempos de Hernando de Aragón (1539-1575) [texte remanié de thèse de doctorat d’histoire de l’art, Université de Saragosse, 2004], Saragosse, Institución Fernando el Católico, Instituto de estudios Turolenses, 2005.

Ibáñez Fernández, 2007 : Javier Ibáñez Fernández, « Renacimiento " a la francesa" en el Quiniento aragonés », Artigrama : Revista del Departamento de Historia del Arte de la Universidad de Zaragoza, no 22, 2007, p. 473-512.

Ibáñez Fernández, 2009 : Javier Ibáñez Fernández, « La arquitectura civil aragonesa del quinientos y sus relaciones con Navarra », Cuadernos de la Cátedra de Patrimonio y Arte Navarro, no 4, 2009, p. 151-189.

Jestaz, 2003 : Bertrand Jestaz, « Les rapports des Français avec l’art et les artistes lombards : quelques traces », Louis XII en Milanais [actes du colloque, Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, 30 juin-3 juillet 1998], Paris, H. Champion, 2003, p. 273-303.

Julien, 2004 : Pascal Julien, D’ors et de prières : art et dévotion à Saint-Sernin de Toulouse : XVIe-XVIIIe siècles (thèse, Université Toulouse II, 1996), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2004.

La Coste-Messelière (de), 1957 : Marie-Geneviève de La Coste-Messelière, « Les médaillons historiques de Gaillon », Revue des Arts, 1957, p. 65-70.

Lambert-Augé, 1996 : Sylvie Lambert-Augé, « Figures et ornements de l’Antiquité dans les boiseries du chœur de Saint-Bertrand-de-Comminges », Le miroir des miséricordes (XIIIe -XVIIe siècle) [Les cahiers de Conques, no 2, février 1996, Actes du colloque organisé par le groupe de recherches Images et Sociétés et la section d’histoire de l’Art de l’Université de Toulouse-Le Mirail], Conques, Centre européen d’art et de civilisation médiévale, 1996, p. 39-57.

Lesueur, 1926 : Frédéric Lesueur, « Hôtel d’Alluye », Congrès archéologique de France [88e session, Blois, 1925], 1926, p. 169-180.

Lleó Cañal, 1998 : Vicente Lleó Cañal, La casa de Pilatos, Madrid, Electa, 1998.

López Guzmán, 2005 : Rafael López Guzmán, Los palacios del Renacimiento, Granada, Diputación de Granada, 2005.

Malafosse, 1891 : Joseph de Malafosse, Recherches sur l’architecture à Toulouse à l’époque de la Renaissance, Toulouse, Imprimerie de Douladoure-Privat, 1892.

Marc, 2007 : Kristina Marc, La célébration dans le meuble français de la Renaissance : figures en médaillons, écus et trophées d’armes, thèse de doctorat nouveau régime d’histoire de l’art, Université de Tours, 2007.

Marías, 1976 : Fernando Marías, « Vergara y Monegro en San Clemente el Real, de Toledo », Anales toledanos, t. XI, 1976, p. 223-243.

Marías, 1981 : Fernando Marías, « Notas sobre Felipe Vigarny : Toledo y La Espeja », Boletín del Seminario de Estudios de Arte y Arqueología, t. 47, 1981, p. 425-429.

Marías Franco et Pereda (dir.), 2000 : Fernando Marías Franco et Felipe Pereda (dir.), Medidas del romano [Tolède, Remón de Petras, 1526], Tolède, Antonio Pareja, 2000.

Martin, 1547 : Jean Martin, Architecture ou Art de bien bastir, de Marc Vitruve Pollion Autheur romain antique : mis de Latin en Francoys, par Jan Martin Secretaire de Monseigneur le Cardinal de Lenoncourt, Paris, Jacques Gazeau, 1547.

Martín González, 1982 : Juan José Martín González, « Alonso Berruguete y la fachada de la Universidad de Salamanca », Boletín del Seminario de Estudios de Arte y Arqueología, t. 48, 1982, p. 398-404.

Mateo Gómez, 1997 : Isabel Mateo Gómez, La sillería del coro de la catedral de Burgos, Burgos, Caja de Burgos, 1997.

Munoz, 2012 : Sarah Munoz, « Architecture et figure sculptée dans la première moitié du XVIe siècle : les têtes en médaillon dans les monuments toulousains », La sculpture française au XVIe siècle : études et recherches [actes du colloque international, organisé par Marion Boudon-Machuel, Paris, Institut national d’histoire de l’art, Conseil général de l’Aube, 1-3 octobre 2009], Manosque, le Bec en l’air éd., 2012, p. 80-90.

Pereda et Rodríguez de Ceballos, 2003 : Felipe Pereda et Alfonso Rodríguez De Ceballos, « Desarrollo de la ornamentación y el capitel en Salamanca durante las primeras decadas del siglo XVI », L’invention de la Renaissance [actes du colloque, Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, 1-4 juin 1994], Paris, A. Picard, 2003, p. 205-216.

Ribault, 1973 : Jean-Yves Ribault, « À propos du maçon Jean Hudde et de l’Hôtel Lallemant : notes sur la Première Renaissance à Bourges », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, no 35, 1973, p. 66-82.

Roudié, 1981 : Paul Roudié, « Le maître de Biron et les bustes de Montal », Bulletin Monumental, no 139, 1981, p. 233-239.

Sagredo (de), 1526 : Diego de Sagredo, Medidas del romano, Tolède, Remón de Petras, 1526.

Serlio, 1584 : Sebastiano Serlio, Tutte l’opere d’architettura di Debastiano Serlio Bolognese ; Dove si trattano in disegno, quelle cose, che sono più necessarie all’Architetto ; et hora di nuovo aggiunto (oltre il libro delle porte) gran numero di case private nella Città, & in villa, et un’indice copiosissimo, raccolto per via di considerationi da M. Gio. Domenico Scamozzi, Venise, Francesco de’ Franceschi, 1584.

Sebastián López, 1980 : Santiago Sebastián López, « La Casa Zaporta (Patio de la Infanta) : sus claves mitológicas », Boletín del Museo e Instituto Camón Aznar, no 1, 1980, p. 5-19.

Sebastián López, 1983 : Santiago Sebastián López, « El patio de la Infanta de la Casa Zaporta de Zaragoza : lectura iconográfica », Goya : Revista de arte, no 175-176, 1983, p. 8-20

Serrano et al., 1992 : Raquel Serrano et al., El retablo aragonés del siglo XVI : estudio evolutivo de las mazonerías, Saragosse, Gobierno de Aragón, 1992.

Silva Maroto, 1998 : María Pilar Silva Maroto, Pedro Berruguete, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1998.

Silva Maroto (dir.), 2003 : María Pilar Silva Maroto (dir.), Pedro Berruguete : el primer pintor renacentista de la Corona de Castilla [catalogue d’exposition, organisée par la Junta de Castilla y León, Palencia, Église de Santa Eulalia, Paredes de Nava, 4 avril-8 juin 2003], Valladolid, Junta de Castilla y León, Consejería de educación y cultura, 2003.

Sire, 1992 : Marie-Anne Sire, « L’orgue de Saint-Alain de Lavaur », Monuments historiques : Midi-Pyrénées, 1992, p. 105-107.

Sleptzoff, 1982 : Lola Sleptzoff, « Un motivo del arte ornamental francés durante la primera mitad del siglo XVI : los medallones esculpidos con cabezas o bustos », Cuadernos Internacionales de Historia Psicosocial del Arte, no 1, 1982, p. 19-37.

Suau, 2000 : Jean-Pierre Suau, « Les Voies de la création iconographique profane en Comminges : les " pseudo-Preux" des douze médaillons de marqueterie de la clôture sud du chœur de Saint-Bertrand-de-Comminges », Revue du Comminges et des Pyrénées Centrales, 2000, t. CXVI, p. 669-712.

Thirion, 1998 : Jacques Thirion, Le mobilier du Moyen-Âge et de la Renaissance française, Dijon, Éd. Faton, 1998.

Tollon, 1974 : Bruno Tollon, « Le château de Bournazel », L’Information d’histoire de l’art, no 19, 1974, p. 138.

Tollon, 1993 : Bruno Tollon, « Cahors. L’archidiaconé Saint-Jean », Congrès archéologique de France [147e session, Quercy, 1989], 1993, p. 87-98.

Turcat, 1994 : André Turcat, Étienne Jamet, alias Esteban Jamete : sculpteur français de la Renaissance en Espagne, condamné par l’Inquisition [texte remanié de thèse de doctorat nouveau régime de lettres, Université Toulouse II-Le Mirail, 1990], Paris, Picard, 1994.

Uranga Galdiano, 1947 : José Esteban Uranga Galdiano, Retablos navarros del Renacimiento, Pampelune, Diputación Foral de Navarra, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Institución Príncipe de Viana, 1947.

Urrea Fernández, 2002 : Jesús Urrea Fernández, Casas y palacios de Castilla y León, Valladolid, Junta de Castilla y León, 2002.

Vasselin, 2003 : Martine Vasselin, « Les têtes en médaillon dans le décor architectural : l’acclimatation du motif dans le Sud-Est de la France au XVIe siècle », Du gothique à la Renaissance. I - Architecture et décor en France (1470-1550), Aix-en-Provence, Université de Provence, 2003, p. 259-270.

Vila Jato, 1993-1994 : María Dolores Vila Jato, « El Hospital Real de Santiago y el arte portugués », Anales de historia del arte, no 4, 1993-1994, p. 299-308.

Villotte, 1927 : Mathilde Villotte, Les stalles de Saint-Bertrand-de-Comminges : 1535, mémoire de recherche approfondie, Paris, École du Louvre, 1927.

Villotte, 1929 : Mathilde Villotte, « Les stalles de Saint-Bertrand de Comminges, notice-guide », Revue de Comminges, t. XLIII, 1929, p. 1-72.

Villotte, 1930 : Mathilde Villotte, « Les stalles de Saint-Bertrand-de-Comminges (1535) », Congrès archéologique de France [92e session, Toulouse, 1929], 1930, p. 305-317.

Vitry, 1938 : Paul Vitry, « Les châteaux de Bournazel et de Graves », Congrès archéologique de France [100e session, Figeac, Cahors, Rodez], 1938, p. 351-359.

Notes

1 L’imago clipeata désignait à l’origine la figure placée dans les boucliers antiques qui semblaient alors se creuser, l’effigie étant projetée hors de l’encadrement.

2 Guillaume, 2003b, p. 144 ; Jestaz, 2003, p. 293-295.

3 Ibidem, p. 295-297.

4 Lesueur, 1926, p. 169-180 ; Guillaume, 2003b, p. 162.

5 Pour une bibliographie complète sur le château de Gaillon, voir : Bardati, 2009. Sur les portraits en médaillon du château, voir Allinne, 1932, p. 369-373 ; La Coste-Messelière, 1957, p. 65-70 ; Jestaz, 2003, p. 296 ; Bottineau-Fuchs, 2003, t. I, p. 99-122 ; Bresc-Bautier, 2007b, p. 206-231 ; 2007a, p. 160-178 ; Bresc-Bautier ; Hellal ; Pagazani, 2010.

6 Bottineau-Fuchs, 1982, p. 191-198 ; 1992, t. I, p. 119-136 ; 2003, t. I, p. 99-122.

7 Guillaume, 2003a, t. I, p. 83-98 ; 2003b, p. 143-176.

8 Dagnas Thomas, 1998. Concernant les recherches actuelles sur l’ornement, voir le numéro « Ornement » de Perspective, la revue de l’Institut national d’histoire de l’art : actualités de la recherche en histoire de l’art, 2010-1.

9 Sleptzoff, 1982, p. 19-37.

10 Corzo Sánchez, 2007, p. 243-296.

11 Roudié, 1981, p. 233-239 ; Suau, 2000, t. CXVI, p. 669-712.

12 Vasselin, 2003, p. 259-270 ; Embs, 2007, p. 73-84 ; Alix ; Embs, 2009, p. 114-119 ;. Munoz 2012 et les actes à paraître du colloque Questions d’ornement, 209-2012.

13 Turcat, 1994. Voir plus particulièrement le chapitre « Le sculpteur de médaillons », p. 111-117.

14 Thirion, 1998.

15 Marc, 2007.

16 Chalande, 1987, vol. 1, p. 233 ; Julien, 2004, p. 107.

17 Sire, 1992, p. 105-107.

18 Chalande, 1987, vol. 1, p. 265.

19 Ibidem, p. 263.

20 Serrano, 1992, p. 44-45.

21 Ibid., p. 253.

22 Chueca Goitia, 1953, p. 41 ; Checa ; Morales ; Nieto Alcaide, 2009, p. 54-55.

23 Martín González, 1982, p. 398-404 ; Rodríguez De Ceballos ; Pereda, 2003, p. 205-216.

24 Urrea Fernández, 2002, p. 37-38.

25 Ribault, 1973, p. 66-82. La précocité du décor sculpté a été mise en relation avec l’hypothétique participation au chantier de l’Italien Antoine Juste qui pourrait être reconnu sous le nom d’« Antoine Florentin » dans les textes.

26 Vasselin, 2003, p. 262.

27 Douais, 1902, p. 267 ; Chalande, 1987, vol. 2, p. 214-224.

28 Archives départementales de la Haute-Garonne, 3 E 423, fo 236 v.-237 (document trouvé en collaboration avec M. Colin Debuiche).

29 Tollon, 1993, p. 87-98.

30 Balagna, 2003, p. 153-154.

31 López Guzmán, 2005, p. 64-65.

32 Ibid., p. 45-51.

33 Bérchez, 1994, p. 52.

34 Turcat, 1994.

35 Malafosse, 1891 ; Debuiche, 2008, vol. 1, p. 49. La présence de Pierre Augier parmi les témoins d’un acte concernant Arnaud de Brucelles, passé en 1545, pourrait placer celui qui réalisa en partie la cheminée de l’hôtel Tornié-Barrassy de Toulouse parmi les exécutants possibles : archives départementales de la Haute-Garonne, 3 E 6697, fo 70-70 v.

36 Vitry, 1938, p. 351-359 ; Tollon, 1974, p. 138.

37 Arramond ; Augé, 1996.

38 Corvisier, 2007, p. 419-423.

39 Gay, 1985, p. 40.

40 Turcat, 1994.

41 Sebastián López, 1980, p. 5-19 ; 1983, p. 8-20 ; Esteban Lorente, 1995.

42 Je remercie vivement M. Javier Ibáñez Fernández qui a eu l’amabilité de m’indiquer l’existence de ces bustes.

43 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 237-249.

44 Uranga Galdiano, 1947, p. 34.

45 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 206-210.

46 La construction de cette demeure, réalisée entre 1540 et 1544, a été attribuée à Juan de Vallejo et Diego Guillén : Urrea Fernández, 2002, p. 47, 59-60.

47 Corzo Sánchez, 2007.

48 Les incertitudes concernant la formation de Damián Forment ne permettent pas d’affirmer que l’origine de ce goût pour les têtes en médaillon est ici italienne.

49 Silva Maroto, 1998 ; Silva Maroto, 2003.

50 Ibáñez Fernández, 2005, p. 31.

51 Lleó Cañal, 1998.

52 Ce décor fut réalisé en 1542 par Fernando Álvarez : Corzo Sánchez, 2007, p. 261.

53 Chueca Goitia, 1953, p. 297 et 321 ; Vila Jato, 1993-1994, p. 301 ; Gómez Martínez, 2001, p. 131-151 ; Ibáñez Fernández, 2005, p. 114-118 ; voir également sa contribution dans ces actes : parmi ces ornements qualifiés « a la francesa », l’élément identifié avec certitude est le support anthropomorphe : Ibáñez Fernández, 2005, p. 115 ; 2009, p. 173-174. Concernant les atlantes particulièrement, l’influence d’une « école toulousaine » sur l’Aragon a également été supposée, hypothèse qui a été fondée sur les comparaisons avec le portail de l’hôtel de Bagis de Toulouse.

54 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 256-260.

55 Azcárate Ristori, 1965, p. 513 ; Vila Jato, 1993-1994, p. 301.

56 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 206-210.

57 Castro Santamaría, 2002.

58 Martín González, 1982.

59 Casaseca Casaseca, 1988, p. 81 et 248 ; Castro Santamaría, 2002, p. 164, n. 181.

60 Ibáñez Fernández, 2001.

61 Ibáñez Fernández, 2005, p. 115 ; 2007, p. 478.

62 A. Turcat, 1994.

63 Concernant les portraits en médaillon à Orléans, voir Embs, 2007 ; et Alix ; Embs, 2009. Je remercie particulièrement M. Clément Alix pour ses nombreuses indications.

64 Ribault, 1973. À propos des médaillons de Bourges, voir Chancel-Bardelot, 2002, p. 20-24. J’adresse mes remerciements à Mme Béatrice de Chancel-Bardelot, qui m’a permis d’accéder aux réserves du Musée du Berry et aux dossiers qu’elle a constitués concernant les portraits en médaillon.

65 Droguet, 2007, p. 99-108.

66 Embs, 2007, p. 74.

67 Concernant les têtes en médaillon de Salamanque, voir Cortés, 1971 ; Caamaño Martínez, 1986, p. 443-475 ; A. Turcat, 1994, p. 111.

68 Castro Santamaría, 2002, p. 161-165.

69 Medidas del romano [Tolède, Remón de Petras, 1526], Tolède, Antonio Pareja, 2000.

70 Sagredo, 1526, fo d VII.

71 Serlio, 1584, fo 161.

72 Vitruve, 1547, fo 39 v.

73 Cesariano, 1521, fo 59.

74 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 206-210 ; Marías, 1981, p. 425-429.

75 Villotte, 1927 ; 1929, p. 1-72 ; 1930, p. 305-317 ; Gavelle, 1937, p. 51-54 ; 1938, p. 55-60 ; Gavelle (Robert), 1985, p. 43‑78 ; Duprat, 1937, p. 5-22 ; Duprat, 1956, p. 129-142 ; Lambert-Augé, 1996, p. 39-57 ; Erlande-Branderburg, 2000, p. 75.

76 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 257-259 ; Criado Mainar, 2008, p. 215-216 et 241.

77 Mateo Gomez, 1997 ; Caballero Cuesta, 2001, p. 167-214.

78 Marías, 1976, p. 225 ; 1981, p. 425-429.

79 Gaya Nuño, 1944 ; Azcarate, 1963 ; Gómez Moreno, 1983.

80 Álvaro Zamora ; Borrás Gualis, 1993, p. 259.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - Toulouse, fenêtre provenant de l’hôtel Bérenguier-Maynier (Toulouse, Musée des Augustins), vers 1515-1528.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende ill. 2 - Toulouse, cour de l’hôtel de Pins, vers 1528.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7794/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende ill. 3 - Bourges, cour de l’hôtel Lallemant (détail), vers 1510.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7794/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende ill. 4 - Toulouse, portail de l’hôtel de Bernuy (détail), 1530-1536.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7794/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende ill. 5 - Toulouse, tour de l’hôtel de Bernuy (détail), 1530-1536.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7794/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende ill. 6 - Toulouse, tour de l’hôtel de Brucelles (détail), 1544.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7794/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende ill. 7 - Bournazel, cour du château (détail), vers 1545.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7794/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende ill. 8 - Villefranche-de-Rouergue, cour de la maison Dardenne, vers 1543.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7794/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende ill. 9 - Jézeau, retable du maître-autel de l’église.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7794/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende ill. 10 - Saint-Bertrand-de-Comminges, clôture de chœur de la cathédrale (détail), 1533-1535.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7794/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

Auteur

Doctorante, Université Toulouse II-Le Mirail, FRAMESPA, UMR 5136

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540