Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges artistiques entre la France et l’Espagne, xve-fin xixe siècles

 | 
Julien Lugand

Architecture

La commission d’architecture de l’académie des beaux-arts de Saint-Ferdinand de 1786 à 1808

Bilan des recherches

Basile Baudez

Texte intégral

1La Commission d’architecture de l’Académie des beaux-arts de Madrid placée sous le vocable de Saint-Ferdinand constitue l’aboutissement le plus original d’une politique culturelle ambitieuse qui donna naissance à l’académie elle-même. Nous nous proposons de faire ici le point sur l’état des recherches sur l’institution madrilène, tout en sachant qu’il conviendra de mener des études similaires sur l’action des académies de Saint-Charles de Valence fondée en 1790 et de Saint-Louis de Saragosse de 1792.

  • 1 Sambricio, 1986.
  • 2 Bédat, 1974.
  • 3 Quintana Martinez, 1983.
  • 4 Arbaiza Blanco-Soler, 1999, p. 27‑56.
  • 5 García Melero, 1991, p. 283‑347.
  • 6 Santa María Almoda, 2000a ; Santa María Almoda, 2000b, p. 329-359.
  • 7 On peut citer par exemple Camacho Martinez, 1988, p. 265‑290 ; Balsalobre García, 2002 ; Guillén Ma (...)
  • 8 Un certain nombre de fonds d’archives concernent cette institution. Les principaux sont conservés à (...)

2L’étude de l’architecture espagnole de la seconde moitié du XVIIIe siècle a connu depuis les travaux de Fernando Chueca Goitia un changement notable de direction. Traditionnellement, l’historiographie espagnole considérait que les références culturelles des architectes qui travaillèrent durant les règnes de Ferdinand VI et Charles III étaient plus ou moins italiennes. Les premiers travaux publiés par Chueca Goitia ont mis en lumière les différences essentielles entre ceux qui, comme Ventura Rodríguez, se sont formés sur le chantier du Palais royal avec les maîtres italiens et ceux qui, comme Juan de Villanueva, se formèrent à Rome, comme pensionnaires de l’Académie, en contacts étroits avec les artistes français pensionnaires de l’Académie de France. Dans son étude sur l’Académie de Saint-Ferdinand, Claude Bédat a analysé de manière brillante des thèmes comme les tensions existantes entre les vieux artistes liés au baroque et la jeune aristocratie des Lumières, la constitution de la bibliothèque, les conflits entre professeurs... Une nouvelle génération d’historiens espagnols s’empara ensuite de thèmes peu abordés par Claude Bédat, notamment sur la théorie architecturale espagnole, la réalité constructive de la même période : Juan Calatrava, Delfín Rodríguez, Pedro Moleón ou José Luis Sancho se penchèrent sur des questions comme la relation entre l’idéal encyclopédique et la nouvelle architecture, l’œuvre de Juan de Villanueva, l’étude des antiquités nationales et les influences françaises dans l’art de cour de Charles III et Charles IV. De son côté, Carlos Sambricio dans un recueil d’articles paru en 19861, réfléchit à la manière dont se produisit le changement d’orientation de l’architecture espagnole, mettant en avant le rôle des modèles français et tentant de comprendre ce que l’on peut qualifier de « despotismo ilustrado ». De son côté José Enrique García Melero étudia l’année 1792 et la question de changement générationnel au sein de l’Académie de Saint-Ferdinand. Cependant, depuis 1994, peu de véritables synthèses sur l’architecture de cette période ont été publiées. Par contre, de nombreux travaux entrepris depuis une trentaine d’années sur l’histoire de l’Académie de Saint-Ferdinand au XVIIIe siècle ont permis de faire progresser de manière notable notre connaissance de cette institution et de son rôle. L’ouvrage primordial demeure encore aujourd’hui celui que Claude Bédat consacra en 1974, en français, à l’histoire de l’Académie de 1752 à 18082. Ce travail fut complété quelques années plus tard par Alicia Quintana Martinez qui étudia l’architecture et les architectes à l’Académie de 1744 à 17743. La revue Academia publia de nombreux articles de chercheurs travaillant sur l’histoire de l’institution. On peut citer pour notre sujet l’article de Silvia Arbaiza, conservateur au Musée de l’Académie de Saint-Ferdinand sur le rôle de cette dernière dans la conservation du patrimoine espagnol4. Pourtant la Commission d’architecture n’a, pour sa part, jamais bénéficié d’une véritable étude depuis l’article fondamental que José Enrique García Melero consacra à cette institution en 19915. Claude Bédat ne semble pas avoir mesuré l’importance de cette institution dans sa thèse et Alicia Quintana Martinez arrêtait son étude douze ans avant la fondation de la Commission. Rosario Santa María Almoda a mené dans sa thèse son étude sur les années postérieures à la purificación6 Certes, grâce à l’extraordinaire vitalité de la recherche en histoire de l’architecture locale espagnole, nous bénéficions de très nombreuses études de terrain. Quelques études se rapportent même à l’action des architectes de l’Académie, mais les publications sur le sujet demeurent encore trop lacunaires7, le lien n’étant pas toujours fait avec le contrôle central et surtout, il manque un véritable travail de comparaison et de synthèse8.

  • 9 Bédat, 1974, p. 29.

3La Commission d’architecture ne peut se comprendre sans l’étude des motivations qui présidèrent à la création de l’Académie des beaux-arts de Madrid en 1752. La naissance de l’Académie fut lente et laborieuse. La volonté de transformer la jeune école du chantier du Palais royal de Madrid en un établissement officiel se heurtait aux volontés contradictoires des artistes et des aristocrates éclairés qui gravitaient autour du souverain. Pour ces derniers, l’académie devait mettre un terme au recrutement des artistes étrangers faute d’indigènes correctement formés. Car pour le vice-protecteur Fernando Triviño, dans une lettre au marquis de Villarias datée du 20 septembre 1746, « il faut perfectionner la pratique de [l’architecture] chez les Espagnols, pour que nous n’ayons plus besoin à l’avenir du secours et de l’aide des artistes étrangers, aide et secours qui sont actuellement indispensables : cette certitude est du domaine et de la notoriété publics »9. Les conseillers aristocratiques tenaient les artistes espagnols pour des gens de peu de talent, notamment les architectes. Un discours comparable se retrouvait dans la plupart des lettres des fondateurs des académies européennes au XVIIIe siècle. À Moscou, le favori de l’impératrice Élisabeth Ire, Ivan Ivanovitch Chouvalov, défendait devant le Sénat en 1757 la nécessité de la création de l’Académie impériale des beaux-arts dans les termes suivants :

  • 10 [Recueil des lois de l’Empire depuis 1649], Saint-Pétersbourg, t. XIV, no 10 776, 6 novembre 1757, (...)

Puisque maintenant le terrain est préparé pour le développement scientifique à Moscou, il semble nécessaire, pour que celui-ci soit parfait, de fonder une académie des arts dont les fruits non seulement enrichiraient la gloire de notre tsar, mais aussi serviraient grandement les besoins du Trésor et des citoyens dans la mesure où maintenant les étrangers reçoivent de grosses sommes pour des réalisations médiocres et, dès qu’ils se sont enrichis, retournent dans leur pays, sans qu’il en reste rien pour nous autres Russes10.

  • 11 Copie des statuts signés par le roi le 8 avril 1751 à l’époque de José de Carvajal, Archives de l’A (...)

4La fierté nationale se trouvait toujours étroitement mêlée à des considérations économiques. Dans les Statuts de l’Académie des beaux-arts de Madrid de 1751 écrits par le sculpteur du roi Felipe de Castro dans une ultime tentative visant à confier l’avenir de l’Académie aux artistes en limitant l’influence des conseillers aristocratiques, on pouvait lire le point de vue des artistes. La tâche principale dévolue à l’Académie consistait à « chasser de la jeunesse espagnole l’oisiveté, mère de tous les vices, en l’encourageant par l’exemple, l’instruction et la récompense à cultiver et propager les trois nobles arts de peinture, sculpture et architecture »11.

  • 12 Assemblée particulière du 5 septembre 1766. Bédat, 1974, p. 388.
  • 13 Rodríguez Ruiz, 1992.

5Le roi attendait également de l’Académie madrilène qu’elle jouât un rôle moteur dans la valorisation du patrimoine espagnol. En septembre 1766, Charles III fit savoir à l’assemblée particulière qu’il engageait les académiciens à dessiner et graver les « bâtiments proches ou éloignés de Madrid qui manifestaient l’antique perfection de l’architecture et des autres arts cultivés en Espagne ». Le but était d’amener les nations étrangères à estimer l’Espagne en leur permettant de connaître « les grandioses édifices anciens d’architecture dont elles n’avaient pas la moindre notion »12. Cette volonté d’assigner un rôle patrimonial à l’Académie de Saint‑Ferdinand se manifestait également par l’ambitieuse publication des Antigüedades Arabes de España, des relevés des édifices arabes de Cordoue et de Grenade, lancée la même année13 et ne se retrouvait pas dans les activités des autres grandes académies d’art en Europe.

  • 14 Assemblée particulière du 10 août 1777. Bédat, 1974, p. 332‑334.
  • 15 Rodríguez G. de Ceballos, 1992.
  • 16 Chueca Goitia, 1947.
  • 17 Rodríguez G. de Ceballos, 1989, p. 42.
  • 18 Léon Tello ; Sanz Sanz, 1994, p. 609.

6Au fil du temps, les instances académiques espagnoles s’engagèrent de manière résolue dans la promotion d’une architecture en rupture avec le « baroque » comme l’indiquaient les conseillers en 1777 dans leur Información sobre la arquitectura de los templos14. Cette supplique adressée à Charles III présentait la promotion du bon goût comme une des missions essentielles de l’Académie de Saint‑Ferdinand. La réforme de l’architecture nationale passait par l’adoption des canons esthétiques adoptés par l’aristocratie éclairée qui dirigeait l’académie madrilène. Le titre d’un ouvrage de l’historien Alfonso Rodríguez G. de Ceballos, El siglo XVIII entre tradición y Academia publié en 199215, résume le rôle de l’Académie dans la lutte contre la tradition architecturale espagnole héritée du « baroque castizo » tel qu’il a été défini par Fernando Chueca Goitia16 : un mélange d’espaces immobiles et statiques, de volumes simples avec une frénésie ornementale qui semble prendre le pas sur l’architecture proprement dite17. Sous l’influence des conseillers, d’anciens pensionnaires architectes ayant fait le voyage à Rome et à Paris, des publications et de la circulation des projets étrangers, notamment français, l’Académie se convertit à partir du milieu des années 1770 à un dogme antiquisant en rupture avec l’architecture nationale traditionnelle et les projets des architectes italiens appelés par les souverains espagnols. Ainsi, l’Académie se proposait comme objectif la régénération de l’architecture nationale. Dans son Viaje artistico a varios pueblos de España publié en 1804, Isidoro Bosarte, ancien secrétaire de l’Académie, écrivait que « la gloire des académies royales d’art et la raison première de leur fondation sont de conserver le goût juste de l’Antiquité »18. Cette lutte passait par l’enseignement, mais également par un organisme de contrôle de l’architecture religieuse et publique dans les pays dépendants de la Couronne espagnole.

  • 19 Le passage qui suit est repris de Bédat, 1974, p. 294-301.

7Le premier pas dans ce combat visant à réformer l’architecture nationale consista à restreindre la délivrance du titre d’architecte. Jusqu’en 1735, le Conseil de Castille avait la responsabilité de délivrer le titre d’architecte à ceux qui le réclamaient après avoir consulté l’architecte en chef de la capitale, mais aucun critère précis ne venait régler la procédure. Dans une lettre du 24 septembre 1735, Pedro de Ribera, architecte en chef de Madrid depuis 1726, demandait que le Conseil de Castille instituât un examen préalable de dessin architectural aux candidats. Les architectes en chef du roi et de la ville de Madrid composeraient le jury et seuls les récipiendaires du titre d’architecte délivré par le Conseil de Castille pourraient légalement construire dans le royaume19. Cette lettre devait contrer les manœuvres d’une partie des architectes madrilènes de la corporation de Notre-Dame-de-Bethléem présidée par Francisco Ruiz. La corporation cherchait à obtenir le monopole de la délivrance du titre d’architecte. Le procureur du Conseil de Castille réunit les divers protagonistes en 1739 afin de créer une structure supérieure capable de remplir ce rôle ; il proposait la création d’une académie d’architecture. L’idée fut reprise en 1743 alors que Giovanni Olivieri proposait de son côté au roi la création d’une académie des beaux-arts issue de son atelier de sculpture du palais royal. Le sculpteur proposa fort habilement à Francisco Ruiz la direction honoraire de l’architecture dans la nouvelle structure, mais la mort de l’architecte permit à la corporation de Notre-Dame-de-Bethléem de réitérer ses prétentions. Elle tenta d’invalider la nomination de José Pérez comme architecte en chef adjoint de la ville de Madrid en 1747 sous le prétexte qu’il ne s’était pas soumis à l’examen qu’elle organisait pour désigner les architectes. Le Conseil de Castille appuya cette demande, par hostilité envers l’Assemblée préparatoire qui soutenait José Pérez.

  • 20 Lettre de Francisco Ruiz au Conseil de Castille du 16 décembre 1735 citée par Bédat, 1974, p. 294.
  • 21 Ibid, p. 297.

8Une lutte s’engageait sur la définition de l’architecte en Espagne entre les corporations d’artisans selon lesquelles, d’après les termes de Francisco Ruiz, un architecte n’avait pas besoin de savoir dessiner –il lui suffisait d’indiquer si une maison avait « un premier, un deuxième ou un troisième étage et quelles étaient ses parties les plus élevées »20– et les aristocrates éclairés de l’entourage du souverain qui souhaitaient réformer l’architecture nationale. Selon leur témoignage dans un mémoire adressé au Conseil de Castille le 8 janvier 1748, « la conception, la direction et l’évaluation des édifices relèvent du bureau de l’architecte ; leur réalisation matérielle, des ouvriers adroits ; quant au travail de préparation des matériaux, il est réservé à la fatigue des manœuvres. Aujourd’hui, ces catégories sont confondues et n’importe quel ouvrier fait le plan d’une maison s’il peut se faire passer pour maître d’œuvre aux yeux du propriétaire ; de même le manœuvre se transforme en ouvrier s’il offre de travailler pour un salaire modeste »21. Le Conseil de Castille valida la nomination de José Pérez mais renouvela sa confiance à la corporation de Notre-Dame-de-Bethléem en lui confiant la rédaction d’ordonnances sur l’architecture. Ce texte publié en novembre 1749 instituait que personne ne pouvait utiliser « le nom de maître d’œuvre, d’architecte ou de maître maçon, s’il n’a été examiné et admis au sein de la corporation de Notre-Dame-de-Bethléem ». Le Conseil de Castille tenta de faire approuver par l’assemblée préparatoire ces ordonnances mais cette dernière attendait l’arbitrage royal. Ce dernier intervint lors de la publication en 1757 des nouveaux statuts de l’Académie des beaux-arts de Madrid.

  • 22 Ibid, p. 293.
  • 23 « Por ningún tribunal, juez o magístrado de mi Corte se conceda à persona alguna título o faculdad (...)
  • 24 Décret évoqué dans l’assemblée ordinaire du 13 janvier 1765. Bédat, 1974, p. 328.
  • 25 Mémoire du 4 décembre 1768. Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint‑Ferdinand, leg. 2 (...)

9Le souverain, par l’article 33, interdisait « toutes les assemblées, congrégations ou confréries déjà établies ou qui essaieraient de s’établir dans mon royaume pour organiser les études et la pratique des trois nobles arts et en particulier celle qui s’intitule de Notre-Dame-de-Bethléem »22. De même, « aucun tribunal, juge ou magistrat de la Cour ne délivrera de titre ou la faculté de pouvoir toiser, évaluer ou diriger des chantiers de construction sans un examen et une approbation préalables donnés par l’Académie sur ses capacités et sur ses fonctions. Ainsi quelque que soit le titre délivré autrement, je le déclare nul et sans valeur ni effet »23. L’Académie semblait obtenir ipso facto le monopole de la délivrance du titre d’architecte. En 1765, un décret royal obligeait les chapitres des cathédrales et les municipalités à s’attacher les services d’un architecte validé par l’Académie de Saint-Ferdinand24. Il ne semble pas que cette mesure fut réellement appliquée car trois ans plus tard, des conseillers académiques envoyèrent une représentation au roi sur les abus commis par les maçons, tailleurs de pierre et sculpteurs d’ornement qui pouvaient construire, sans aucun contrôle de l’Académie, des retables, des autels, des fontaines et des façades qui, selon les rédacteurs de la missive, enlaidissaient les villes et fournissaient des exemples désastreux pour la jeunesse studieuse25.

  • 26 Bédat, 1974, p. 330.
  • 27 « Abolidos desde ahora los privilegios que contra el verdadero crédito de la nación y decoro de los (...)
  • 28 Lettre datée du 6 juillet 1778. Navascués Palacio, 1975, p. 130.

10Sur le front de la délivrance des diplômes d’architecte cependant, l’Académie se heurta longtemps aux prétentions du Conseil de Castille. En mai 1770, par exemple, le Conseil soutint avec succès l’architecte Antonio Plo que l’Académie voulait chasser du chantier de l’église madrilène de San Francisco qu’il dirigeait sans posséder le diplôme d’architecte26. Les municipalités, de leur côté, conservaient la possibilité de délivrer des titres d’architecte. En 1787, le roi supprima ce privilège, déclarant « dorénavant abolis les privilèges que conservaient, au détriment du véritable prestige de la nation et de l’honneur des nobles arts, quelques municipalités de pouvoir délivrer des titres d’architectes et de maîtres d’œuvre, de manière arbitraire, et généralement à des sujets incapables »27. Or, au milieu des années 1780, C. Bédat a comptabilisé trente-sept architectes diplômés par l’Académie contre deux cent deux architectes bénéficiant d’un titre accordé par les municipalités. Les seuls véritables architectes étaient en réalité les académiciens, seuls habilités, selon Antonio Ponz dans une lettre adressée à la municipalité de Madrid en juillet 1778, à travailler sur des chantiers publics ou sur des ouvrages d’art28.

  • 29 Assemblée ordinaire du 7 décembre 1783. Archives de l’Académie de Saint-Ferdinand, leg. 3/84, fol. (...)
  • 30 Ortiz y Sanz, 1787, t. I, premier chapitre. Cité par Léon Tello ; Sanz Sanz, 1994, p. 614‑615.
  • 31 Reflexiones de Pedro de Silva sobre los estudios de arquitectura de la Academia. 6 novembre 1792. A (...)
  • 32 Assemblée ordinaire du 2 octobre 1796. Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdin (...)
  • 33 Assemblée ordinaire du 11 novembre 1764. Bédat, 1974, p. 327‑328.
  • 34 Camacho Martinez, 1988, p. 270.
  • 35 Lettre du 16 septembre 1796. Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, leg. (...)

11L’Académie de Saint-Ferdinand établissait une distinction entre les architectes, c’est-à-dire les académiciens de mérite, et les maîtres d’œuvre. En 1783, les modalités d’attribution du titre d’académicien en architecture furent précisées : le candidat, admis à passer l’examen sur dossier, devait d’abord dessiner dans les salles académiques un projet selon un programme fourni par l’assemblée ordinaire de l’institution, puis il passait un examen oral portant sur ses connaissances en construction, en mathématiques et en théorie de l’architecture. Ces modalités d’admission, qui reflétaient le caractère scolaire de l’Académie de Saint-Ferdinand en comparaison avec les autres grandes institutions européennes, souffrirent de nombreuses exceptions car les candidats pouvaient être exemptés de cet examen s’ils avaient préalablement fait leurs preuves dans des concours ou s’ils présentaient des dessins d’un projet particulièrement réussi. En réalité, les examinateurs détenaient tout pouvoir de délivrance du titre d’architecte à qui bon leur semblait le mériter. Selon cette réforme, l’examen pour le titre de maître d’œuvre répondait aux mêmes modalités avec des sujets cependant moins complexes et limités à l’architecture privée29. Cette tâche fut confiée par la suite à la Commission d’architecture mise sur pied au sein de l’Académie de Saint-Ferdinand par le roi en mars 1786 et elle devint, on l’oublie trop souvent, une de ses principales attributions. De nombreux plans de réforme tâchèrent par la suite de préciser les différents termes qualifiant les professionnels du bâtiment. José Ortiz y Sanz, dans sa traduction commentée des Dix Livres d’architecture de Vitruve parue à Madrid en 1787, distinguait trois types de constructeurs : les aparejadores, tout juste bons à exécuter les ordres de l’architecte ; les téoricos, aptes à disputer de la beauté, de la commodité, à disserter sur l’eurythmie, mais incapables de définir la résistance d’un matériau ou d’inventer des solutions nouvelles ; les arquitectos qui, sans participer directement au chantier, possédaient des connaissances suffisantes pour pouvoir corriger les ouvriers30. Cinq ans plus tard, Pedro de Silva, conseiller de l’Académie de Saint-Ferdinand, proposait de délivrer des certificats aux appareilleurs, de supprimer le titre de maître d’œuvre, impossible à définir, et de séparer le titre d’architecte de celui d’académicien afin de relever le niveau d’exigence demandé pour entrer au sein de l’institution31. Enfin, le 18 septembre 1796, Charles IV approuvait la décision de l’assemblée ordinaire de l’Académie de ne plus délivrer que deux titres : celui de maître architecte et celui d’académicien de mérite. Le second ne pouvait s’accorder qu’après délivrance du premier32. Cette simplification entérinait l’échec des tentatives répétées du pouvoir pour concéder à l’Académie de Saint-Ferdinand le monopole de la délivrance des titres d’architecte dans les Royaumes d’Espagne. Les résistances locales et les faibles moyens de contrôle dont disposait l’Académie rendaient illusoire l’idée de pouvoir contrôler la qualité de tous les maîtres d’œuvre des territoires de la couronne. Les nombreux exemples d’absence d’application des dispositions des statuts de 1757 qui interdisaient aux artisans de diriger des chantiers soulignent cet échec. Dès 1764, l’assemblée ordinaire de l’Académie constatait que les maîtres maçons contrevenants disaient soit ignorer l’interdiction, soit travailler « sur ordres d’autorités supérieures ». Pire, ils se servaient d’architectes académiciens comme prête-noms contre rémunération33. Les mêmes abus se poursuivaient en 1777. Ces mesures souffrirent surtout du faible nombre d’architectes validés par l’Académie. Aucun architecte ayant travaillé à Malaga au XVIIIe siècle n’était reconnu par l’Académie de Saint-Ferdinand. José de Castillo, s’étant vu refuser en 1801 le titre de maître architecte par l’académie madrilène, se tourna vers l’académie de Saint-Charles de Valence qui le lui octroya en 180334. Car les nouvelles académies de Valence puis de Saragosse reçurent les mêmes privilèges que l’Académie de Saint-Ferdinand, ce que regrettait bien le vice-protecteur de cette dernière. Dans une lettre au comte de Floridablanca qui lui demandait si la transformation de l’école de dessin de Murcie en académie était souhaitable, Bernardo Iriarte répondait qu’il fallait éviter la multiplication des académies qui avaient tendance à accorder le titre d’architecte à des candidats qui ne savaient édifier que « des bâtiments barbares et peu solides »35. Le pouvoir royal avait confié à l’Académie de Saint-Ferdinand la mise au point des critères de définition de l’architecte. Les multiples hésitations et la volonté de contrôle hégémonique de l’Académie entraînèrent son échec. Dans le domaine du contrôle des projets, dont la Commission d’architecture était également chargée, on relève des effets similaires.

  • 36 Rodríguez G. de Ceballos, 1992, p. 115-127.
  • 37 García Melero, 1991, p. 290.
  • 38 Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, Libro de juntas generales, 3/84, f (...)

12La Commission d’architecture avait été fondée tout particulièrement pour appliquer les décrets de 1777 concernant le contrôle des projets d’architecture publique et religieuse dans le domaine royal. Le décret du 23 novembre 1777, adressé au Conseil de Castille, concerne l’architecture civile ; celui du 25 novembre est adressé aux autorités ecclésiastiques et concerne l’architecture religieuse. Ils obligeaient tous les maîtres d’œuvre et les architectes chargés d’édifier un bâtiment religieux ou public dans les territoires soumis à la couronne de Castille d’envoyer leur projet pour censure à l’Académie de Saint-Ferdinand. Comme l’a bien résumé A. Rodríguez G. de Ceballo36, ces décrets participent avant tout à une politique de réforme de l’Église espagnole menée sous l’influence des cercles jansénistes proche du pouvoir royal. Pedro Rodríguez de Campomanes, le comte de Floridablanca, Manuel de Roda et Gaspar Melchor de Jovellanos étaient très proches de ce courant, comme Antonio Ponz qui rédigea le 14 août 1777 la Consulta al Rey sobre la arquitectura de los templos. À Rome, Ponz s’était rapproché en 1751 du janséniste Francisco Pérez Bayer, futur bibliothécaire de Charles III37. L’application de ces décrets réclamait la mise en place d’une structure ad hoc capable de faire face à l’afflux de dossiers soumis à son contrôle. Il fallut attendre neuf ans pour qu’une telle institution soit mise en place. En attendant, les professeurs d’architecture, débordés, répondaient comme ils le pouvaient aux demandes. Lors de la séance de l’Assemblée ordinaire du 5 décembre 1784 par exemple, fut examinée une demande du Conseil de Castille visant à confier à l’Académie la désignation des maîtres d’œuvre capables de construire des ponts importants et la rédaction d’un manuel de règles de construction. Les membres de l’assemblée se refusèrent de se prononcer, sous le prétexte qu’un bon architecte connaissait les règles, notamment Vitruve, Serlio et Scamozzi et que, s’il était mauvais, cela ne servirait à rien de lui fournir des règles38.

  • 39 García Melero, 1992, p. 115. La lettre est conservée aux Archives de l’Académie royale des beaux-ar (...)
  • 40 Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, leg. 3/85.
  • 41 García Melero, 1991, p. 295. Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand Circul (...)
  • 42 García Melero, ibid., p. 298.
  • 43 Ibidem, p. 300-301.
  • 44 Bédat, 1974, p. 342.
  • 45 En mars 1793 par exemple, pour le projet d’autel pour la chapelle de Tous-les-Saints de Séville, «  (...)
  • 46 La séance de la Commission d’architecture du 6 mars 1792, par exemple, rejeta en totalité les cinq (...)
  • 47 García Matas, 1979, p. 29-30, 59-66. Serrano, 2007, p. 293-319.

13Finalement, par une lettre de Floridablanca du 22 mars 1786 lue par Antonio Ponz lors de la séance académique du 2 avril, il fut indiqué à la compagnie que le roi souhaitait établir une commission d’architecture formée des directeurs et des adjoints d’architecture de l’Académie ainsi que des académiciens de mérite que l’on souhaitait y agréger39. L’objectif serait de voir, d’examiner et d’établir des rapports sur les projets d’édifices publics transmis par le Conseil de Castille ou par d’autres corps autorisés par le roi. La cédule royale qui créa la Commission d’architecture de l’Académie royale des beaux-arts de Madrid fut donnée au Pardo le 22 mars 178640. Le second directeur de mathématiques, José Moreno, fut nommé secrétaire de la Commission avec un traitement de 4 000 réaux, plus 1 000 réaux pour ses frais, en plus de son traitement ordinaire. Lui succédèrent le peintre Luis Paret en 1792, puis l’architecte Silvestre Perez en mars 1799. Les liens avec l’académie étaient particulièrement étroits puisque la cédule royale du 22 mars 1786 précisait que le secrétaire de la Commission aurait aussi le titre de vice-secrétaire de l’Académie de Saint Ferdinand41. Les projets arrivaient au secrétaire de l’Académie qui en faisait une copie avec tous les documents pour le secrétaire de la Commission d’architecture. Les résultats à la fin étaient lus par le secrétaire académique en assemblée ordinaire qui les approuvait quasiment sans observation tout le temps. Le secrétaire renvoyait ensuite le dossier à l’envoyeur avec les observations et les rajouts de la Commission. À partir de 1802, l’Académie conserva et archiva les projets non approuvés afin qu’on ne puisse les utiliser42. Les architectes membres de la Commission d’architecture corrigeaient bénévolement les plans qui leur étaient soumis. Ils passaient tout leur temps entre leurs cours à l’Académie et l’étude des projets à la Commission. Par exemple, Pedro Arnal refit en février 1795 les plans de l’église paroissiale de Covalles, dans le diocèse d’Oviedo et en juillet 1796 redessina « graciosamente » la façade de l’église des capucins de Murcie43. Le travail fut considérable. C. Bédat a recensé que la Commission avait examiné entre 1786 et 1805 2 662 projets d’architecture, d’urbanisme et de mobilier d’église, dont 973 pour les seules trois premières années. Il comptabilisa 352 projets d’églises, 220 de ponts, 61 de prisons, 39 d’hôtels de ville, 32 de fontaines, 26 de routes, 22 de tours, 19 d’édifices communaux, 7 de théâtres, 6 d’écoles et 99 projets divers44. Pour chacun des projets, une procédure différente pouvait être adoptée. La commission établit quatre types distincts d’action dans le cas où le projet soumis n’était pas approuvé : dans le premier cas la commission recommandait d’effectuer des modifications et assumait que l’auteur du projet, qui avait la confiance de l’académie, était capable de prendre en compte les critiques de la commission ; dans le deuxième cas, la commission demandait à un de ses membres qu’il travaillât avec l’auteur du projet à en corriger les principaux défauts, exigeant qu’après ce travail, le projet soit de nouveau présenté devant la commission45 ; une troisième possibilité consistait à retirer à l’auteur son projet pour demander à un membre de la commission un nouveau dessin46 ; enfin une dernière possibilité consiste à confier les dessins à un certain nombre d’architectes de confiance nommés dans les provinces. Parmi ces architectes, on relève les noms des frères Tomás à Grenade, Loys de Monteagudo en Galice, Humaran et Alexo de Miranda en Biscaye, Agustin Sanz en Aragon47, Boch en Catalogne, Álvarez Benavides à Burgos, Sagarbinaga à Salamanque, Ramón Alonso en Albacete et en Murcie par exemple.

  • 48 García Melero, 1991, p. 330-332.
  • 49 Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, Assemblée ordinaire du 3 août 1800 (...)
  • 50 Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, leg. 2-32/5. García Melero, ibid.,(...)

14Ce système de contrôle bureaucratique eut des effets dommageables pour l’architecture espagnole. J. E. García Melero a bien montré que les projets américains notamment eurent particulièrement à souffrir de la procédure de contrôle par la Commission d’architecture en raison du temps que prirent les allers-retours dans la prise de décision. La mise au point des plans prenait un temps considérable, cinq ans pour ceux de la cathédrale de Cuenca dans le diocèse de Quito (de 1789 à 1814) ; dix ans pour celle de Cuba (de 1790 à 1800), dix-huit ans pour celle de Popayán (de 1787 à 1805)48. La Commission d’architecture eut également à subir l’hostilité de nombreux architectes qui se sentaient bridés par le contrôle de l’Académie, contrôle qui souvent les défavorisait par rapport à certains de leurs collègues qui parvenaient à échapper aux mailles du filet. Antonio Losada par exemple, expliquait en août 1800 que dans les reales poblaciones de la Sierra Morena, ils étaient trois architectes et qu’il était le seul soumis au contrôle de la Commission d’architecture49. Pour éviter les conflits d’honneur, les humiliations et les ressentiments, l’Académie avait d’ailleurs décidé le mois précédent d’établir le caractère confidentiel des envois de projets préalables. Cependant, de l’aveu même de son secrétaire à qui le Conseil de Castille demandait des renseignements sur la Commission d’architecture en juillet 1805, il ne pouvait y avoir de réel contrôle de l’architecture. L’Académie dépendait du bon vouloir des autorités locales et des architectes qui pouvaient sans peine se soustraire à sa censure en refusant d’envoyer les projets à Madrid. En mai 1804 par exemple, le chanoine Joaquín Antonio del Camino signalait à la Commission que dans la cathédrale de Lugo trois retables en bois, un autel, un buffet d’orgue, les grilles du chœur et une chapelle du cloître destinée à la sépulture de l’évêque et des chanoines avaient été construits sans consultation de l’Académie50.

15Si la Commission d’architecture de l’Académie des beaux-arts de Madrid ne réussit pas à établir un contrôle sur la totalité des projets publics et religieux dans les domaines castillans, elle permit cependant de poser les fondements de la définition du métier d’architecte et exerça une influence certaine sur la plupart des grands projets architecturaux de la fin du XVIIIe siècle et du début du siècle suivant. Elle constitue une tentative unique en Europe de contrôle des arts, avant que soit mis en place en France le Conseil des bâtiments civils et l’administration des Cultes. La poursuite systématique de son étude se justifie ainsi pleinement au regard de sa place dans l’histoire de l’architecture et des institutions européennes.

Bibliographie

Anonyme, 1757 : [Recueil des lois de l’Empire depuis 1649], Saint‑Pétersbourg, t. XIV, no 10 776, 6 novembre 1757, p. 806‑807.

Arbaiza Blanco-Soler, 1999 : S. Arbaiza Blanco-Soler, « La Academia y la conservación del patrimonio », Academia, Madrid, no 89, 1999, p. 27‑56.

Balsalobre García, 2002 : J. M. Balsalobre García, Catalogo de proyectos de académicos, a rquitectos y maestros de obras alicantinos. Censuras de obras y otras consultas en la Academia de San Fernando (1760‑1850), Alicante, Instituto Alicantino de Cultura Juan Gil Albert, 2002.

Bédat, 1974 : C. Bédat, L’Académie des beaux-arts de Madrid 1752-1808, Toulouse, Publications de l’université Toulouse-Le Mirail, 1974, 478 p.

Camacho Martinez, 1988 : R. Camacho Martinez, « Arquitectos de la Academia de San Fernando en la Malaga del siglo XVIII », Academia, Madrid, no 67, 1988, p. 265-290.

Chueca Goitia, 1947 : F. Chueca Goitia, Invaríantes castízos de la arquitectura española, Buenos Aires, Dossat, Madrid, Tip. Artistica, 1947, 102 p.

Ezquiada Domínguez, 1988 : J. M. Ezquiada Domínguez, « La ciudad descada : las ordenanzas urbanas en el Madrid de Carlos III », Carlos III Alcalde de Madrid, cat. expos. Madrid, 1988, C. Sambricio dir., Madrid, Ayuntamiento, 1988, p. 296.

García Matas, 1979 : M. García Matas,« Contribución a la obra del arquitecto Agustin Sanz (1724‑1801) », Seminario de arte aragones, Zaragoza, 1979, p. 29-30, 59-66.

García Melero, 1991 : J. E. García Melero, « Arquitectura y burocracía : el proceso del proyecto en la Comisión de Arquitectura de la Academia », Espacio, tiempo y forma, serie VIII, no 4, Historia del arte, UNED, 1991, p. 283‑347.

García Melero, 1992 : J. E. García Melero, Renovación. Crisis. Continuismo. La Real Academia de San Fernando en 1792, Madrid, Real Academia de Bellas Artes, 1992, p. 109.

Guillén Marcos, 1990 : E. Guillén Marcos, De la Ilustración al Historicismo, arquitectura religiosa en el Arzobispado de Granada (1773-1868), Grenade, Diputación Provincial, 1990.

Léon Tello, M. V. Sanz Sanz, 1994 : F. J. Léon Tello, M. V. Sanz Sanz dir., Estética y teoría de la arquitectura en los tratados españoles del siglo XVIII, Madrid, Consejo superior de investigaciones scientificas, 1994, p. 609.

López, 1991 : D. G. López, Carracedo : monasterio y palacio, Edilesa, 1991, 32 p.

Navascués Palacio, 1975 : P. Navascués Palacio, « Sobre titulación y competencias de los arquitectos de Madrid 1775‑1825 », Anales del Instituto de estudios madrileños, t. XI, 1975, p. 130.

Quintana Martinez, 1983 : A. Quintana Martinez, La arquitectura y los arquitectos en la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando 1744‑1774, Madrid, Xarait, 1983, 151 p.

Rodríguez G. de Ceballos, 1989 : A. Rodríguez G. de Ceballos, « L’architecture baroque espagnole vue à travers le débat entre peintres et architectes », Revue de l’art, no 70, 1989, p. 42.

Rodríguez G. de Ceballos, 1992 : A. Rodríguez G. de Ceballos, El Siglo XVIII, entre tradición y Academia, Madrid, Silex, 1992, 231 p. (Introducción al arte Español, 7).

Rodríguez Ruiz, 1991 : D. Rodríguez Ruiz, José Ortiz y Sanz, teoría y crítica de la arquitectura, Madrid, 1991.

Rodríguez Ruiz, 1992 : D. Rodríguez Ruiz, La Memoria fragil. José de Hermosilla y Las Antigüedades Arabes de España, Madrid, Fundación cultural COAM, 1992, 303 p.

Santa María Almoda, 2000 : R. Santa María Almoda, Los maestros de obras aprobados por la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando (1814-1875), Madrid, Universidad Nacional de Educación a Distancia, 2000, tesis doctoral. Résumée dans « Los maestros de obras aprobados por la Rela Academia de Bellas Artes de San Fernando 1816-1858. Un profesión en continuo conflicto con los arquitectos », Espacio, tiempo y forma, série VII, Historia del Arte, t. 13, 2000, p. 329-359.

Sambricio, 1986 : C. Sambricio, La arquitectura española de la Ilustración, Madrid, Consejo superior de los colegios de arquitectos de España, Istituto de estudios de administración local, 1986, 491 p.

Serrano, 2007 : M. E. Serrano, « Agustin Sanz, arquitecto del duque de Hijar », Jornadas sobre el Señorío-Ducado de Híjar : siete siglos de historia nobiliaria española, M. J. Casaus Ballester dir., Hijar, Centro de Estudios Bajo Martín, 2007, p. 293-319.

Annexes

Exemple des sujets abordés lors de la séance de la Commission d’architecture du 15 janvier 179051 :

1) Examen d’un dessin pour la réparation d’un pont sur le Carrión, dans le village de Saldaña (Castilla y León, Palencia)52. Le devis établi par le professeur Juan Antonio de Otero s’élève à 567 647 réaux, celui du professeur Juan Monje à 664 673 réaux. La commission diverge sur les recommandations techniques et propose pour diriger les travaux l’académicien surnuméraire Ortiz, de Palencia et son frère don Josef53.

2) Approbation de quatre dessins pour une auberge de Murcia par Manuel Turillo54. Les esquisses étaient déjà approuvées le 19 octobre dernier. Présente deux devis : un de 700 ducats et 930 réaux en matériaux incombustibles, l’autre de 650 ducats et 930 réaux en bois ordinaire. La Commission recommande l’emploi de matériau incombustible et propose comme directeur des travaux l’académicien Lorenzo Alonso qui réside à Murcie55.

3) Le 17 décembre 1789, le protecteur de l’Académie [José Moñino y Redondo, comte de Floridablanca] avait remis à la Commission des dessins pour l’autel de l’église Santa Maria de la Antigua d’Orduña56. Elle devait choisir entre ceux de Josef de Moraza, Manuel Martín de Carrera et de Manuel de la Peña y Padura. La Commission déclare préférer celui de Padura, mais il mérite d’être corrigé. Travail confié à Pedro Arnal57.

4) Dessins de l’agrandissement de l’église paroissiale de Agudo58 envoyés de manière confidentielle par Josef Toralla59 le 18 décembre dernier. Le projet est approuvé mis à part quelques modifications. Propose pour l’exécution du projet le même Toralla.

5) Dessins du décor du chœur de la cathédrale de Ségovie par Juan de la Torre. Parmi cinq dessins différents, la commission choisit la disposition alternative de trois couleurs de marbres.

6) Approbation d’un projet de moulin pour Poyos par Juan Martinez Valera sur un devis de 19 ducats et 558 réaux.

7) Envoi par F. Pablo Tarancon, procureur de l’ordre de San Bernardo du projet en onze dessins et deux idées de construction de l’église du monastère royal de Santa Maria de Carracedo par Francesco Ribar, architecte de Léon60. Un mémoire explicatif accompagne les dessins. La commission juge mauvaise la première, comme la seconde idée, à cause du manque de lumière dans le chœur et de la taille réduite de la chapelle majeure « y por la mala forma de toda la obra ».

Notes

1 Sambricio, 1986.

2 Bédat, 1974.

3 Quintana Martinez, 1983.

4 Arbaiza Blanco-Soler, 1999, p. 27‑56.

5 García Melero, 1991, p. 283‑347.

6 Santa María Almoda, 2000a ; Santa María Almoda, 2000b, p. 329-359.

7 On peut citer par exemple Camacho Martinez, 1988, p. 265‑290 ; Balsalobre García, 2002 ; Guillén Marcos, 1990.

8 Un certain nombre de fonds d’archives concernent cette institution. Les principaux sont conservés à l’Archivo de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, calle de Alcalà. Les procès-verbaux de la Commission sont conservés sous la forme d’épais volumes manuscrits tenus par les différents secrétaires de l’institution. Les dossiers des candidats au titre d’architecte ou de maître d’œuvre sont également conservés dans les archives de l’Académie. Les minutes des assemblées particulières, générales et publiques sont d’une grande ressource ainsi que d’une manière générale la correspondance de l’académie avec les pouvoirs politiques. Les archives des institutions de la monarchie, notamment du Conseil de Castille ou du Consejo de Hacienda, conservées à l’Archivo Histórico Nacional doivent contenir un certain nombre de renseignements utiles. Pour ce qui est de l’urbanisme, on pourra consulter les fonds du ministère de l’urbanisme conservés à l’Archivo General de la Administración mais les fonds du ministère espagnol de la Défense paraissent plus riches pour ce sujet. Cette étude nécessite également des recherches dans un certain nombre de localités de la péninsule hors de Madrid, du moins pour les affaires les plus représentatives et les plus riches d’enseignement sur le travail de la Commission. Des archives privées devront être consultées ainsi que les fonds de commanditaires nobles dans la Sección Nobleza del Archivo Histórico Nacional à Tolède. Ce qui concerne les projets outre-Atlantique, déjà en partie analysés par J. E. García Melero en 1991, sera consulté à Séville, aux Archives générales des Indes.

9 Bédat, 1974, p. 29.

10 [Recueil des lois de l’Empire depuis 1649], Saint-Pétersbourg, t. XIV, no 10 776, 6 novembre 1757, p. 806‑807.

11 Copie des statuts signés par le roi le 8 avril 1751 à l’époque de José de Carvajal, Archives de l’Académie de Saint-Ferdinand, arm. 1-3. Bédat, 1974, p. 47.

12 Assemblée particulière du 5 septembre 1766. Bédat, 1974, p. 388.

13 Rodríguez Ruiz, 1992.

14 Assemblée particulière du 10 août 1777. Bédat, 1974, p. 332‑334.

15 Rodríguez G. de Ceballos, 1992.

16 Chueca Goitia, 1947.

17 Rodríguez G. de Ceballos, 1989, p. 42.

18 Léon Tello ; Sanz Sanz, 1994, p. 609.

19 Le passage qui suit est repris de Bédat, 1974, p. 294-301.

20 Lettre de Francisco Ruiz au Conseil de Castille du 16 décembre 1735 citée par Bédat, 1974, p. 294.

21 Ibid, p. 297.

22 Ibid, p. 293.

23 « Por ningún tribunal, juez o magístrado de mi Corte se conceda à persona alguna título o faculdad para poder medir, tasar o dirigir fábricas sin que preceda el examen y aprobación que le dé la Academia de ser hábil y a propósito para estos ministerios. Y qualquiera título que sin estas circunstancias se conceda, lo declaro nulo y de ningún valor ni efecto ». Estatutos de la Real Academia de San Fernando, 1757, p. 88.

24 Décret évoqué dans l’assemblée ordinaire du 13 janvier 1765. Bédat, 1974, p. 328.

25 Mémoire du 4 décembre 1768. Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint‑Ferdinand, leg. 28-112. García Melero, 1991, p. 286.

26 Bédat, 1974, p. 330.

27 « Abolidos desde ahora los privilegios que contra el verdadero crédito de la nación y decoro de los nobles artes, conservaban algunos pueblos de poder dar títulos de arquitectos y maestros de obras, arbitrariamente a sujetos por lo general incapaces ». Ordre royal du 28 février 1787. Ezquiada Domínguez, 1988, p. 296.

28 Lettre datée du 6 juillet 1778. Navascués Palacio, 1975, p. 130.

29 Assemblée ordinaire du 7 décembre 1783. Archives de l’Académie de Saint-Ferdinand, leg. 3/84, fol. 235v‑236. García Melero, 1991, p. 293-294.

30 Ortiz y Sanz, 1787, t. I, premier chapitre. Cité par Léon Tello ; Sanz Sanz, 1994, p. 614‑615.

31 Reflexiones de Pedro de Silva sobre los estudios de arquitectura de la Academia. 6 novembre 1792. Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint‑Ferdinand, leg. 18-1/1. García Melero, 1992, p. 109.

32 Assemblée ordinaire du 2 octobre 1796. Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, leg. 3/86, fol. 61. García Melero, 1991, p. 311.

33 Assemblée ordinaire du 11 novembre 1764. Bédat, 1974, p. 327‑328.

34 Camacho Martinez, 1988, p. 270.

35 Lettre du 16 septembre 1796. Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, leg. 2‑39. C. Bédat, 1974, p. 381‑382.

36 Rodríguez G. de Ceballos, 1992, p. 115-127.

37 García Melero, 1991, p. 290.

38 Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, Libro de juntas generales, 3/84, fol. 269v-271.

39 García Melero, 1992, p. 115. La lettre est conservée aux Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, leg. 1-18/9. Le procès-verbal de l’assemblée est dans leg. 85/3, fol. 9-10. La Commission se composait le 19 octobre 1791, par exemple, de Pedro Arnal, Francisco Sanchez, Guillermo Casanova, Pablo Morales, Josef Moreno et le 24 février 1792 de Pedro Arnal, Manuel Martin Rodriguez, Francisco Sanchez, Ignacio Haan, Ramon Alonso, Josef de Toraya, Mateo Medina et Luis Parét. Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint‑Ferdinand, Juntas de Comission de arquitectura, 3/139, fol. 175.

40 Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, leg. 3/85.

41 García Melero, 1991, p. 295. Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand Circulares oficiales, 1777-1866, leg. 1-19/29.

42 García Melero, ibid., p. 298.

43 Ibidem, p. 300-301.

44 Bédat, 1974, p. 342.

45 En mars 1793 par exemple, pour le projet d’autel pour la chapelle de Tous-les-Saints de Séville, « el arquitecto pase a oir la intenciones de la junta a don Manuel Rodríguez ». Lettre de Luis Paret à Isidoro Bosarte non datée, Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, leg. 28-5-1. García Melero, 1991, p. 303.

46 La séance de la Commission d’architecture du 6 mars 1792, par exemple, rejeta en totalité les cinq projets de l’ingénieur militaire Manuel Agustín Mascaró pour la manufacture des tabacs de Madrid. La Commission charga Antonio González Velazquez de dessiner le projet selon les idées académiques. Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, leg. 3/139, fol. 179-180. García Melero, ibid., p. 326.

47 García Matas, 1979, p. 29-30, 59-66. Serrano, 2007, p. 293-319.

48 García Melero, 1991, p. 330-332.

49 Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, Assemblée ordinaire du 3 août 1800, leg. 28-1/2. J. E. García Melero, ibid., p. 341.

50 Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, leg. 2-32/5. García Melero, ibid., p. 345.

51 Archives de l’Académie royale des beaux-arts de Saint-Ferdinand, Comisión de arquitectura, 139/9, no 61, fol. 134-135v.

52 Sans doute un pont médiéval célèbre sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

53 S’agit-il de don Josef Ortiz y Sanz (1739-1822) traducteur de Vitruve en 1777 et auteur en 1797 de la Noticia y plan de un viaje arquitectónico-antiquario encargado por S. M. el año 1790 ? cf. Rodríguez Ruiz, 1991.

54 Élève à l’Académie royale des beaux-arts en 1765, il suit les classes de Pedro Arnal, Diego de Villanueva, Benito Bails et de José de Castañeda, participe au grand prix de première classe en 1781. Il faisait partie de la Commission d’architecture comme académicien avec Regalado Rodríguez, Ignacio Tomás et Guillermo Casanova.

55 Lorenzo Alonso avait été élève à l’Académie de Saint Ferdinand en 1763, académicien de mérite en 1789 sur un projet de maison de campagne.

56 Au Pays Basque.

57 Le retable fut exécuté entre 1804 et 1805 par Esteban Alegría dans le sanctuaire de Notre Dame de la Antigua construit par Alejo de Miranda. Centre du patrimoine culturel basque, Vitoria.

58 En Castille-la-Manche, province de Ciudad Real.

59 Élève de l’Académie dès 1781, académicien en 1787, il intègre la Commission d’architecture en 1792 avec Juan Antonio Cuervo et Guillermo Casanova.

60 Carracedo del Monasterio, province de Léon. Voir López, 1991.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site