Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges artistiques entre la France et l’Espagne, xve-fin xixe siècles

 | 
Julien Lugand

Architecture

L’architecture jésuite française et espagnole à l’époque moderne

Bilan historiographique

Adriana Sénard

Texte intégral

  • 1 Leniaud, 2005.
  • 2 Dhôtel, 1991.

1Dans l’histoire de l’architecture de l’époque moderne, un type de construction a particulièrement retenu l’attention des spécialistes : les maisons et les églises de la Compagnie de Jésus1. Á la suite de la reconnaissance de l’Ordre, fondé par Ignace de Loyola et approuvé par Paul III, le 27 septembre 1540, les Jésuites commencèrent à ériger leurs premiers ensembles. L’expansion territoriale de l’Ordre à travers l’Europe et l’Amérique du Sud entraîna, dès le milieu du XVIe siècle, la construction de nombreuses maisons destinées à l’habitation et à l’exercice des activités apostoliques et missionnaires des Pères. Les maisons et les églises de l’Ordre se multiplièrent et s’épanouirent jusqu’en 1773, date de la suppression papale de la Compagnie de Jésus prononcée par Clément XIV2.

  • 3 Galassi Paluzzi, 1951. Cet ouvrage a été repris par Rey, 1955, p. 79-98.

2La bibliographie relative à l’étude de l’architecture de cet ordre religieux est abondante3.

  • 4 O’Malley, 1991, p. 3-97 ; Bailey, 1991, p. 38-89.
  • 5 Galassi Paluzzi, 1951, p. 9 ; Leroy, 1992 ; Meyer, 1878, p. 952 ; Gurlitt, 1887.
  • 6 L’église du Gesù de Rome fut la première église construite par la Compagnie. Les travaux commencère (...)

3Dans le sillage des revendications anticléricales apparues au siècle des Lumières, les premiers travaux sur l’architecture jésuite virent le jour en Allemagne4. Dans un courant profondément « jésuitophobe », des auteurs tels Cornelius Gurlitt, affirmèrent dès 1878 qu’il existait un « style » architectural propre à la Compagnie de Jésus5. En fondant leurs observations sur l’emploi récurrent d’éléments structurels et décoratifs, ces auteurs insistèrent sur l’analogie de ces partis-pris avec ceux élaborés au cours du chantier du Gesù de Rome6. L’homogénéité des ensembles de l’Ordre fut alors interprétée comme le résultat d’un « plan-type » dont les caractéristiques auraient été définies par les Supérieurs Généraux, puis systématiquement imposées aux futurs chantiers jésuites.

  • 7 Serbat, 1902, p. 84-134, 1903, p. 315-370 ; Braun, 1907 ; Braun, 1913 ; Duhr, 1907-1913.

4Dans les premières années du XXe siècle, ces affirmations furent reconsidérées. Entre 1902 et 1913, Louis Serbat et les pères Joseph Braun et Bernard Duhr, démontrèrent combien il était inapproprié de parler de « style jésuite »7. À travers une étude systématique de l’architecture des églises de la Compagnie en France, en Belgique, en Allemagne ainsi qu’en Espagne, ces auteurs soulignèrent la diversité structurelle des ensembles européens de l’Ordre.

  • 8 Dainville, 1955 ; Rey, 1955.
  • 9 Moisy, 1959 ; Vallery-Radot, 1960 ; Rodriguez G. de Ceballos, 1963, p. 5-101 ; 1967 ; 1993, p. 187- (...)

5Ces recherches donnèrent une nouvelle impulsion à l’étude de l’architecture de la Compagnie qui aboutit dès 1955 au caractère arbitraire de l’expression « style jésuite »8. La France et l’Espagne s’inscrivirent dans ce mouvement. À la fin des années 1950, les principales études sur l’architecture jésuite française et espagnole à l’époque moderne furent publiées. Parmi celles-ci, les travaux de trois auteurs ont particulièrement retenu notre attention : ceux de Pierre Moisy, d’Alfonso Rodríguez G. de Ceballos et de Jean Vallery-Radot9.

6Dans le cadre de cette journée d’étude, il a été choisi de dresser un bilan historiographique des publications parues sur l’architecture jésuite franco-espagnole. Cette approche, organisée thématiquement, permettra de soulever successivement les principaux aspects abordés par ces travaux et de percevoir quels furent les apports de chacun à la connaissance de l’architecture jésuite française et espagnole.

7La lecture croisée de ces thèmes permettra de rejoindre les préoccupations de cette journée et de voir dans quelle mesure il est possible de parler d’échanges entre la France et l’Espagne dans l’architecture de la Compagnie de Jésus à l’époque moderne.

LA COMPAGNIE DE JÉSUS ET L’ARCHITECTURE

  • 10 Loyola, 2002, p. 263.

8Comme d’autres ordres religieux, la Compagnie de Jésus fut amenée à se pencher sur les problèmes de la construction dès les premières années qui suivirent sa reconnaissance papale. Les premières recommandations concernant l’usage de l’architecture furent données par Ignace de Loyola. Dans les dernières pages de son manuel de dévotion, le fondateur des Jésuites préconisait de « louer la magnificence dans la construction »10. Au-delà de cette exhortation, il fallut attendre 1558 pour voir apparaître dans les textes de l’Ordre les premières précisions relatives à l’édification des maisons et des églises de la Compagnie. Les seules prescriptions données furent précisées par le 11e canon de la Ratio aedificiorum, publiées lors de la première Congrégation générale :

  • 11 « Canones primae Congregationis, canon 11 », Institutum Societatis Iesu, tome II, Florence, 1893, p (...)

« Concernant la manière de construire, la proposition suivante a été faite : il faut établir une façon de construire les maisons et les collèges, et cela dépendra de nous afin d’éviter que l’on fasse des palais aristocratiques plutôt que des bâtiments aptes à être habité et utiles à nos activités, des bâtiments hygiéniques et solides, où la mémoire de la pauvreté est encore visible et qui, par conséquent, ne devront être ni somptueux ni recherché […]. À propos des églises, rien n’a été décidé, et il est apparu opportun que toute la question soit mieux prise en considération »11.

9Les Jésuites définirent l’agencement de leurs ensembles à partir de préceptes d’ordre moral et pratique. La Compagnie fit de la salubrité des terrains, de la solidité, de l’utilité et de pauvreté des ensembles des critères fondamentaux pour les futurs chantiers de construction de l’Ordre.

  • 12 Moisy, 1959, p. 61-69 ; Rodríguez G. de Ceballos, 1963, p. 64-81 ; Rodríguez G. de Ceballos, 1967, (...)

10Dès les dernières années du XIXe siècle, certains auteurs cherchèrent à voir dans ces indications les prémices d’une doctrine architecturale jésuite. L’historiographie franco-espagnole a souligné la brièveté des directives données par la Compagnie en matière de construction. Pour Pierre Moisy et Alfonso Rodriguez G. de Ceballos, les directives émises par la première Congrégation générale furent trop imprécises pour être à l’origine d’une architecture propre à la Compagnie de Jésus12. Alors qu’en 1558, aucune instruction ne fut donnée au sujet du caractère formel des édifices de la Compagnie, celle-ci, en revanche, s’inquiéta, du bon agencement spatial de ces ensembles. La fonctionnalité des bâtiments fut le maître-mot des chantiers de construction de l’Ordre. Soucieuse d’édifier des ensembles adaptés à la vie spirituelle et à l’exercice de ses activités apostoliques et missionnaires, la Compagnie tint à ce que tous les projets d’édification répondent aux exigences liées tant aux besoins structurels de l’Ordre qu’à ses moyens financiers.

LA COMPAGNIE DE JÉSUS ET LE « MODO NOSTRO »

  • 13 L’expression « modo nostro » apparue pour la première fois dans les Regula Provincialis et dans le (...)

11Dès la première Congrégation générale, la Compagnie de Jésus exprima la volonté « d’établir une façon de construire », selon un certain « modo nostro »13. La redécouverte de cette expression poussa certains spécialistes de la fin du XIXe siècle à penser qu’il existait une manière de faire spécifique à la Compagnie dans le domaine de la construction.

  • 14 Moisy, 1959, p. 45-60 ; Vallery-Radot, 1960, p. 6-8.

12Les projets de construction ou d’aménagement des maisons et des églises de l’Ordre s’inscrivaient dans une longue et coûteuse procédure qui faisait intervenir différents acteurs14. Dans la grande majorité des cas, les recteurs furent à l’origine de ces entreprises. Pour des raisons de compétences, ceux-ci se tournaient la plupart du temps vers des architectes laïques ou religieux pour la confection des plans de leurs futurs chantiers. Une fois le projet fini, celui-ci était ensuite présenté au Provincial puis remis au Supérieur Général, résidant à Rome.

  • 15 « Canon 29-30 », Canones trium Congregationum generalium Societatis Iesu, auctoritae tertiae Congre (...)

13À l’occasion de la seconde Congrégation générale, tenue en 1565, il fut stipulé que « l’on devra envoyer au R. P. Général le plan de nos édifices à construire, pour que celui-ci puisse décider ce qui lui aura paru bon pour le Seigneur »15. Tous les projets devaient donc être préalablement soumis à l’approbation du R. P. Général.

  • 16 Moisy, 1959, p. 51-53 ; Vallery-Radot, 1960, p. 8-10 ; Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 23-28. Pa (...)
  • 17 A.R.S.I. : « Canon no 11 », Institutum Societatis Iesu, fo 465-466.

14Une fois arrivés à Rome, les plans étaient étudiés attentivement par le R. P. Général et par une commission de réviseurs en architecture nommée à cet effet16. Ces « consiliarius aedificiorum », architectes et mathématiciens de formation, examinaient chacun des dessins. Ils apportaient les corrections nécessaires à la construction d’édifices « saints et solides », puis donnaient leur avis quant à la réalisation des projets17. La décision finale revenait au Supérieur Général. Après avoir examiné à son tour le rapport de la commission d’architecte, il accordait ou non son approbation. Ce n’est qu’après avoir jugé le projet recevable que les chantiers pouvaient commencer.

  • 18 Galassi Paluzzi, 1951 ; meyer, 1878 ; C. Gurlitt, 1887.

15Le travail mené conjointement par le Supérieur Général et les « consulteurs en architecture » fut interprété comme ayant été à l’origine d’une architecture jésuite. La participation active d’architectes à la correction des plans et l’ultime approbation des projets par le R. P. Général auraient abouti à la normalisation des constructions de l’Ordre. La centralisation des projets sur Rome fut perçue comme un moyen efficace d’imposer au reste de la Compagnie un certain modèle de construction dessiné selon le « modo nostro » créé par les Supérieurs Généraux et ses conseillers en architecture18.

  • 19 Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 23.

16Les études françaises et espagnoles parues dès les années 1960 ont remise en question la prééminence du rôle tenu par Rome. Pour Alfonso Rodriguez G. de Ceballos, la part du Supérieur Général dans l’examen des plans fut secondaire19. N’étant ni architecte, ni mathématicien, il ne participa que de loin à la correction des plans. C’était davantage la commission de réviseurs en architecture qui examinait. Les architectes et les mathématiciens de cette commission possédaient les qualités requises pour juger du bien-fondé d’un projet et pour apporter les corrections nécessaires à la réalisation de ce dernier.

  • 20 Moisy, 1959, p. 305-540.
  • 21 BnF, Cabinet des Estampes et de la Photographie : Hd-4 (1-18), Recueil. Plans des maisons et des ég (...)
  • 22 Rodríguez G. de Ceballos, 1993.
  • 23 Rey, 1955 ; Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 24.

17La pluralité des solutions architecturales développées par la Compagnie comme l’a démontré Pierre Moisy pour la france, permet de conclure que le contrôle exercé par Rome ne visait ni à uniformiser les constructions de l’Ordre à partir d’un schéma unique, ni à juger du caractère stylistique d’un édifice20. Pour Alfonso Rodriguez G. de Ceballos, les plans des édifices jésuites conservés à la Bibliothèque nationale de France, témoignent de cette diversité21. La simplicité des dessins et la précision des annotations jointes manuellement à ces derniers révèlent l’importance accordée au caractère fonctionnel de chacun des espaces composant ces ensembles22. Les choix faits par la Compagnie en matière d’édification ne doivent plus être lus du point de vue « formel et esthétique », mais ils doivent être interprétés selon le sens vitruvien du terme de « modo » leur capacité à répondre efficacement aux exigences liturgiques de l’époque et aux besoins spirituels de la Compagnie23.

18Le « modo nostro » ne doit plus être entendue comme le synonyme d’une doctrine architecturale élaborée par les Jésuites, mais comme la référence aux critères de fonctionnalité et de pauvreté retenus par la Congrégation générale de 1558.

LA QUESTION DU « PLAN-TYPE » DANS L’ARCHITECTURE JÉSUITE

  • 24 Meyer, 1878 ; Gurlitt, 1887.

19Les premiers spécialistes à s’être penchés sur l’architecture des maisons et des églises jésuites ont souligné l’homogénéité des constructions de la Compagnie24. L’emploi récurrent de certains éléments, telle la nef unique bordée de chapelles latérales communicantes entre elles s’ouvrant sur un transept peu saillant et un chevet arrondi, directement empruntés au chantier du Gesù de Rome, a laissé penser qu’il existait des modèles de construction définis par la Compagnie et réutilisés à l’occasion des nouveaux projets d’édification.

20Les premières années de l’Ordre (1565-1580) furent ponctuées par plusieurs tentatives de réglementation des constructions. Certains Supérieurs Généraux désireux d’uniformiser les constructions, essayèrent d’établir une série de « plans-types », destinés à servir de référence pour les futurs chantiers de la Compagnie.

  • 25 Rodríguez G. de Ceballos, 1963, p. 76.
  • 26 Ibidem.

21À la suite de la seconde Congrégation générale de 1565, le Supérieur Général, le R. P. François de Borgia, sollicita la participation de plusieurs jésuites, tel que l’architecte Bartolomé Bustamante, « per risolvere quello che la Congregatione commese al Generale de li dissegni delli edificii della Compagnia »25. Cette commission devait poursuivre le travail entamé par les deux premières Congrégations générales au sujet des modalités de construction des édifices de l’Ordre. Il reste, cependant, difficile de savoir quels furent le rôle et le travail accompli par cette commission. Nous ne savons rien des idées développées par cette dernière26.

  • 27 Moisy, 1959, p. 48.
  • 28 Pirri, 1975, p. 269-270.

22Au cours des années 1570, des requêtes furent adressées par différentes provinces de l’Ordre au Supérieur Général27. En 1573, les provinces de Naples et d’Espagne demandèrent à ce que des indications concernant l’élévation des maisons soient officiellement établies28. Mais Rome refusa catégoriquement de donner un modèle-type à suivre.

  • 29 A.R.S.I : Institutum. 40 ; Exemplum libri ordinationum communium, fo 36-37 ; Duhr, 1907, p. 606 ; M (...)

23Il faudra attendre le généralat du P. Everand Mercurian (1578-1580) pour que soit explicitement mentionnée l’existence de « plans-types »29. Dans une lettre adressée aux provinces d’Espagne, datée du 1er janvier 1580, le P. Everand Mercurian annonce que :

« Les dessins généraux qui ont été faits ici des édifices de notre Compagnie sont envoyés par les Procureurs à ces provinces pour que celles-ci possèdent en eux des instructions et des éclaircissements sur la forme que selon ce que nous pensons ici, doivent avoir généralement nos édifices ; et je désire qu’on nous donne en son temps si, à l’usage, ils présentent quelques défauts, de façon à les améliorer, dans le but de tendre dans la Compagnie a une certaine uniformité en ce domaine et d’épargner le temps et les frais dépensés à écrire si souvent à Rome pour indiquer en particulier la forme que l’on prétend donner aux édifices qui seront à élever en diverses provinces ».

24Ce texte, conservé aux Archives Romaines de la Société de Jésus, confirme la réalisation de « plans-types » par Rome. Cette volonté d’homogénéiser les ensembles de l’Ordre fut stimulée par différentes raisons. Le recours à des modèles définis préalablement par Rome permettait de ne plus soumettre les plans au Supérieur Général selon la longue et coûteuse procédure déjà détaillée. Le P. Giovanni De Rosis fut chargé de concevoir une série de « plans-types », dont une copie est aujourd’hui conservée à la bibliothèque d’Estense de Modène. La constitution de ce corpus visait à faciliter, dans la pratique, la construction des maisons et des églises de l’Ordre. Le gain de temps et d’argent ainsi obtenu libérait Rome de son obligation de correction et facilitait la construction in-situ. Le P. Everand Mercurian eut également pour projet d’ouvrir au sein du Collège Romain une académie destinée à la formation des futurs architectes de la Compagnie.

  • 30 Moisy, 1959, p. 51 ; Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 21-33.

25Mais ces tentatives de codification furent brèves. L’académie ne vit jamais le jour et sous le généralat du P. Claudio Aquaviva, le recours à ces « plans-types » fut abandonné30. Les seules instructions retenues et diffusées par Rome en matière de construction se résumèrent dès lors aux directives publiées par les Congrégations générales de 1558 et 1565.

  • 31 Dainville, 1955, p. 16 ; Moisy, 1958, p. 64.

26L’analyse minutieuse de l’architecture des maisons et des églises jésuites françaises et espagnoles, proposée par Pierre Moisy, Jean Vallery-Radot et Alfonso Rodriguez G. de Ceballos, a mis en évidence la variété des formes architecturales développées dans les constructions de la Compagnie. Pour ces spécialistes, la multiplicité des solutions spatiales adoptées pour l’édification de ces maisons et de ces églises atteste de l’absence d’un schéma-unique de construction. Cette diversité illustre combien la variété des contextes d’implantation, qu’ils soient géographiques, économiques ou religieux, rendait impossible l’application d’un modèle unique de construction. Les villes où s’installèrent les Pères n’offraient pas les mêmes environnements. La morphologie des terrains, les possibilités d’expansion des complexes ainsi que les moyens financiers dépendaient étroitement de ces contextes urbains. En raison de cette variété conjoncturelle, il était nécessaire de « trouver le plan adapté » à chacun des projets de construction de l’Ordre31. Le contrôle exercé par Rome ne visa pas à imposer un « plan-type ». La commission des réviseurs en architecture et le Supérieur Général s’assuraient de la simplicité ainsi que du bon agencement de chacun des ensembles, répondant ainsi aux exigences de solidité et de fonctionnalité définies en 1558.

  • 32 March, 1926, p. 220-228 ; Rodríguez G. de Ceballos, 1993, p. 287-292.

27La diversité structurelle des ensembles de l’Ordre témoigne des facteurs qui pesaient sur ces projets de construction. En dehors des contraintes urbaines, l’adoption de la nef unique bordée de chapelles latérales peu profondes découlait d’une adaptation de l’architecture sacrée aux besoins spirituels de la Compagnie ainsi qu’aux nouvelles exigences liturgiques et cultuelles imposées par la Réforme Tridentine32. Certaines singularités architecturales révèlent le poids des traditions constructives locales sur les projets d’édification de l’Ordre. La présence de tribunes au-dessus des chapelles latérales longeant la nef des églises jésuites françaises montre l’incidence que put avoir l’architecture gothique encore ancrée dans les pratiques constructrices françaises du XVIIe siècle.

  • 33 Braun, 1907.

28L’historiographie franco-espagnole a montré que même si les constructions de la Compagnie étaient reconnaissables par certains éléments architecturaux, l’emploi de ces derniers était systématiquement adapté au lieu et à l’époque. Les choix faits par les Jésuites ne répondaient pas à des critères définis selon une doctrine architecturale matérialisée par des « plans-types », mais à un souci constant de concilier « les usages » de l’Ordre et « les modes » de son temps33.

LES ARCHITECTES-RELIGIEUX : À L’ORIGINE D’UNE ARCHITECTURE JÉSUITE ?

29Parmi les réflexions sur l’architecture jésuite, un point a particulièrement retenu l’attention des spécialistes : le rôle joué par les religieux-architectes dans la codification et dans la théorisation de l’architecture de la Compagnie de Jésus.

30Tout au long des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, nombreux furent les Ordres qui, comme les Jésuites, firent appel à leurs religieux, architectes de métier. La principale raison de ce choix était financière. Soumis au vœu de pauvreté, les Jésuites ne purent se permettre, dans les premières années qui suivaient leur fondation, d’engager des architectes laïques en plus des lourdes dépenses inhérentes aux travaux. Afin d’alléger les coûts investis dans les chantiers, les Supérieurs Généraux s’adressèrent à leurs propres architectes qui mirent gratuitement leurs compétences artistiques au service des projets de l’Ordre.

  • 34 Moisy, 1959, p. 57-60 ; Vallery-Radot, 1960, p. 27-34.

31Ces religieux avaient à charge plusieurs tâches : dessiner les plans des futurs ensembles, discuter avec les divers entrepreneurs et maîtres-maçons chargés de l’élévation des corps de bâtiments, réaliser des maquettes, rédiger des mémoires et des notes à l’attention du Supérieur Général, il leurs était également demandé de surveiller l’avancée des travaux et de veiller à ce que tout fusse conforme aux plans préalablement approuvés par Rome34.

32Ce double statut de religieux et d’architecte suscita de nombreuses critiques dès le XIXe siècle. De part les multiples tâches qui leur étaient attribuées, les architectes jésuites furent présents à chacune des étapes des projets. Ils en devinrent une figure centrale, depuis leur élaboration jusqu’à leur exécution. La contribution active de ces architectes fut interprétée comme un moyen efficace de normalisation et de diffusion des pratiques constructives de l’Ordre au travers ses différentes provinces.

  • 35 Moisy, 1959, p. 352-362.
  • 36 Ibidem, p. 355.

33Les plans laissés par Étienne Martellange, l’architecte le plus actif de la Compagnie en France au XVIIe siècle, furent perçus comme le reflet de cette théorie architecturale. Les similitudes observées dans la disposition de ses ensembles, et notamment dans les dessins des églises, firent penser qu’il concevait ses plans selon un « schéma idéal », dont les caractéristiques furent empruntées aux premiers chantiers auxquels il participa et réinterprétées d’après sa conception de l’architecture religieuse35. « L’architecture standard » développée par Martellange fut interprétée comme étant une preuve de la codification des normes de construction jésuites au XVIIe siècle36.

  • 37 Charvet, 1874 ; Bouchot, 1889, p. 2-52 ; Delattre, 1942, p. 3-65 ; Pirri, 1943, p. 3-55 ; Moisy, 19 (...)
  • 38 Moisy, 1959, p. 45-60 ; Rodríguez G. de Ceballos, 1963, p. 76 ; Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p.  (...)
  • 39 Pirri, 1970, p. 161 et 269. En 1578, le Père architecte Giuseppe Valeriani se proposa d’écrire un l (...)

34Ces dernières années, les spécialistes français et espagnols ont montré un intérêt particulier pour ce thème. Depuis les années 1960, plusieurs monographies ont été consacrées à certains de ces architectes, tels que Bartolomé Bustamante, Pedro Sanchez ou encore Étienne Martellange37. Alfonso Rodriguez de Ceballos et Pierre Moisy ont signalé l’absence de textes théoriques38. En dépit de leur intense activité, ces architectes n’ont pas écrit sur leur pratique. Malgré quelques tentatives avortées de théorisation, aucune source explicitant une démarche architecturale singulière à la Compagnie n’est connue à ce jour39.

35La participation des religieux architectes aux constructions de la Compagnie semble avoir davantage servi les besoins de l’Ordre en termes d’aménagements structurels qu’en termes de doctrine.

« LE STYLE JÉSUITE N’EXISTE PAS »40

  • 40 Christ, 1959, p. 15-17.

36En fin de compte, l’une des grandes problématiques qui a parcouru en toile de fond les débats sur l’architecture jésuite se résume dans la question : existe-t-il un « style » architectural jésuite ?

  • 41 Mayer, 1878 ; Gurlitt, 1887 ; Galassi Paluzzi, 1951.

37La procédure, le « modo nostro », la participation de religieux-architectes aux constructions de la Compagnie, furent interprétés à la fin du XIXe siècle comme la preuve tangible de l’existence d’un « style » architectural jésuite41.

  • 42 Rodríguez G. de Ceballos, 1993 ; Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 21-33.

38Ce bilan historiographique confirme combien cette affirmation, tenue longtemps pour indiscutable, est infondée. Depuis les années 1960, les publications et les nombreux travaux de recherche menés de part et d’autre des Pyrénées ont montré qu’il est difficile de parler de « style jésuite ». Les spécialistes ont délaissé la question du « style » pour revenir à une analyse systématique de l’architecture des maisons et des églises jésuites. Afin de comprendre les choix faits en matière de construction par la Compagnie, il est nécessaire de ne plus chercher à voir dans l’usage de l’architecture l’expression d’une conception esthétique mais plutôt l’écho des préoccupations spirituelles et fonctionnelles spécifiques à l’Ordre42.

  • 43 Schapiro, 1982, p. 35-83.
  • 44 Ibidem.

39Aujourd’hui les historiens de l’art, tant en France et en Espagne qu’à l’échelle internationale, s’accordent à dire que la notion de « plan-type » ne doit plus être questionnée dans son rapport au« style ». De fait, si l’on entend par style : « un système de forme qui possède une qualité et une expression significatives rendant visible la personnalité d’un artiste et la conception générale d’une collectivité », ce bilan montre que ce terme est inapproprié pour parler des constructions jésuites43. L’absence de cadre théorique prouve que les décisions prises par la Compagnie n’étaient pas le reflet d’une conception esthétique jésuite de l’architecture. Qui plus est, si l’on sous-entend par « système de forme », l’utilisation de « forme constante », les études franco-espagnoles soulignent la diversité des solutions architecturales adoptées pour l’édification des maisons de l’ordre et de ses lieux de culte notamment44.

40Même si la « légende du style jésuite » persiste dans l’imaginaire collectif, les partispris adoptés par la Compagnie doivent être perçues selon la fonctionnalité spirituelle de leurs aménagements intérieurs et extérieurs et non plus comme l’expression matérielle d’un « style jésuite ».

CONCLUSION

41Depuis la fin du XIXe siècle, l’architecture jésuite a suscité l’intérêt des historiens de l’art et a été à l’origine de nombreuses discussions. Paradoxalement, ce bilan montre qu’aucune synthèse sur l’architecture jésuite franco-espagnole n’a jamais été publiée.

42Il est intéressant de constater que l’étude de cette dernière s’est faite de manière isolée et ponctuelle. La frontière politique des Pyrénées se retrouve dans les travaux menés sur l’architecture jésuite française et espagnole. Tels les architectes de l’Ordre, les historiens ont travaillé de façon cloisonnée sur leur pays sans inscrire leurs réflexions dans une perspective plus systématique. Ainsi, pour parvenir à une vision précise de ce que fut l’architecture franco-espagnole de la Compagnie, il est nécessaire de procéder à une analyse individuelle de l’architecture jésuite française et espagnole, ainsi qu’à la lecture des textes fondateurs de l’Ordre et des nombreux articles parus sur certaines maisons et architectes jésuites dans les revues d’histoire de l’art françaises et espagnoles.

43Cependant, il ressort de ces études une totale absence de la notion d’échanges artistiques. Comment expliquer cela ? En retraçant les modalités de diffusion des modèles de construction au sein de la Compagnie, ce premier bilan démontre combien la procédure encadrant la construction rendait impossible la libre circulation des idées et des hommes entre les Assistances jésuites comme la France et l’Espagne. Rome, épicentre autour duquel la Compagnie s’épanouit, devint le point d’arrivée et de départ de tous les projets d’édification. Les déplacements des religieux architectes et le devenir de leurs projets dépendaient entièrement de la volonté des Supérieurs Généraux, elle-même définie par les besoins de l’Ordre. Le mouvement et l’action des hommes étaient donc limités. De fait, en ce qui concerne l’architecture jésuite franco-espagnole, il paraît difficile de parler d’échanges. Les religieux architectes travaillèrent dans les villes des provinces constituant les Assistances auxquelles ils étaient rattachés. Bartolomé Bustamante travailla exclusivement en Espagne, comme le fit Étienne Martellange en France. Ainsi s’il y en eut échanges, ce fut via les Alpes et non pas par les Pyrénées.

44Néanmoins, cette journée d’étude permet d’esquisser un certain nombre de perspectives. Il serait intéressant d’envisager un programme de recherche transpyrénéen sur l’architecture jésuite auquel seraient associées différentes universités et institutions tant françaises qu’espagnoles. Cette approche croisée permettrait de parvenir à une vision plus juste de ce que fut l’architecture jésuite et de s’interroger sur les mécanismes de diffusion des modèles de construction dans les anciennes Assistances de la Compagnie de Jésus. Mais, il ne faudra pas oublier d’élargir l’horizon à l’Italie. Ne pas prendre en compte le rôle de Rome serait une erreur qui fausserait notre compréhension de l’architecture jésuite franco-espagnole et plus largement européenne à l’époque moderne.

Bibliographie

Bailey, 1991 : Gauvin Alexander Bailey, « Le style jésuite n’existe pas : Jesuit corporate culture and the visual arts », The Jesuits : culture, sciences and arts, tome I, Toronto, University of Toronto Press, 1991, p. 38-89.

Bouchot, 1889 : Henri Bouchot, « Notice sur la vie et les œuvres d’Étienne Martellange, architecte jésuite (1569-1641) », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. XLVII, 1889, p. 2-52.

Braun, 1907 : Joseph Braun, Die belgischen Jesuitenkirchen. Ein Beitrag zur Geschichte des Kampfes zwischen Gotik und Renaissance, Freiburg, Éd. Herder, 1907.

Braun, 1913 : Joseph Braun, Spaniens alte Jesuitenkirchen. Ein Beitrag zur Geschichte der nachmittelalterlichen kirchlichen Architektur in Spanien, Ed. Breisgau, Freiburg, 1913.

Charvet, 1874 : Léon Charvet, Étienne Martellange (1569-1641), Lyon, Éd. Glairon-Mondet, 1874.

Christ, 1957 : Yves Christ, « Le style jésuite n’existe pas », Cahiers français, janvier 1959, no 36, p. 15-17.

Dainville, 1955 : François de Dainville, « La légende du style jésuite », Études, octobre 1955.

Dainville, 1956 : François de Dainville, « Un jésuite architecte inconnu. Le père Édmond Moreau (1572 [ ?]-1630), XVIIe siècle, 1956, p. 387-402.

Delattre, 1942 : Pierre Delattre, « Notice sur la vie et les œuvres de Frères Charles Turmel, Breton, jésuite et architecte (1597-1675), Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. XXII, 1942, p. 3-65.

Dhôtel, 1991 : Jean-Claude Dhôtel, Histoire des Jésuites en France, Paris, Éd. Desclée de Brouwer, 1991.

Duhr, 1907-1913 : Bernhard Duhr, Geschichte der Jesuiten in den Ländern deutsche Zunge, Freiburg, Éd. Herder, 1907-1913.

Feuillard, 2001 : Nicolaï Feuillard, Étienne Martellange : un état de la question, Mémoire de maîtrise sous la direction de Cl. Mignot, Université Paris-IV-Sorbonne, UFR Histoire de l’Art, Paris, 2001-2002.

Feuillard, 2002 : Nicolaï Feuillard, Étienne Martellange. La carrière d’un architecte jésuite, Mémoire de DEA sous la direction de Cl. Mignot, Université Paris IV-Sorbonne, UFR Histoire de l’Art, 2002-2003.

Galassi Paluzzi, 1951 : Carlo Galassi Paluzzi, Storia segreta dello stile dei Gesuiti, Rome, Éd. Francesco Mondini, 1951.

Gurlitt, 1887 : Cornelius Gurlitt, Geschichte des Barockstiles in Italien, Stuttgart, Éd. Ebner, 1887.

Leniau, 2005 : Jean-Michel Leniaud, Historiographie de l’histoire de l’art religieux en France à l’époque moderne et contemporaine, Brepols, Éd. Turnhout, 2005.

Leroy, 1992 : Michel Leroy, Le mythe jésuite, Paris, Éd. PUF, 1992.

Loyola, 2003 : Ignace de Loyola, « Règles à suivre pour ne nous écarter jamais des véritables sentiments que nous devons avoir dans l’église militante. Huitième règle », Exercices Spirituels. Le Testament, traduit de l’espagnol par E. Thibaut, S. J., Paris, Éd. Arléa, 2002, p. 263.

March, 1926 : José Maria March, « Sobre la origen de la arquitectura jesuítica », Razón y Fe, no 301, 1926, p. 220-228.

Meyer, 1878 : « Jesuitenstil », Meyer Konservation-Lexicon, Leipzig, Verlag des Bibliographischen Instituts, 1878, p. 952.

Moisy, 1952 : Pierre Moisy, « Portrait de Martellange », AHSI, vol. XXI, 1952, p. 282-299.

Moisy, 1959 : Pierre Moisy, Les églises des Jésuites de l’ancienne Assistance de France, Rome, Éd. Institutum Historicum Societatis Iesu, 1959.

O’Malley, 1991 : John O’Malley, « The historiography of the Society of Jesus : where does it stand today ? », The Jesuits : culture, sciences and arts, tome I, Toronto, University of Toronto Press, 1991, p. 3-97.

Pirri, 1943 : Pietro Pirri, « L’architetto Bartolomeo Ammannati e i gesuiti », ARSI, vol. XII, 1943, p. 3-55.

Pirri, 1955 : Pietro Pirri, S. J., Giovanni Tristano e i primordi della architettura gesuitica, Rome, Éd. Institutum Historicum Societatis Iesu, 1955.

Pirri, 1975 : Pietro Pirri, « Il P. Giovanni de Rosis (1538-1610) e lo sviluppo dell’edilizzia gesuitica », AHSI, t. ILIV, 1975, p. 3-104.

Rey, 1955 : Eusebio Rey, « Leyenda y realidad en la expresión estilo jesuítico », Razón y Fe, no 152, 1955, p. 79-98.

Rodríguez Gutierrez de Ceballos, 1963 : Alfonso Rodríguez Gutierrez de Ceballos, « El P. Bartolomé de Bustamante iniciador de la arquitectura jesuítica en España (1501-1570) », AHSI, no 63, 1963, p. 5-101.

Rodríguez Gutierrez de Ceballos, 1967 : Afonso Rodríguez Gutierrez de Ceballos, Bartolome de Bustamente y los orígenes de la arquitectura jesuítica en España, Madrid, Éd. Institutum Historicum Societatis Iesu, 1967.

Rodríguez Gutierrez de Ceballos, 1970 : Alfonso Rodríguez Gutierrez de Ceballos, « El arquitecto Hermano Pedro Sánchez », Archivo español de arte, 1970, no 169, p. 51.

Rodríguez Gutierrez de Ceballos, 1993 : Alfonso Rodríguez Gutierrez de Ceballos « La reforma católica y el arte de los jesuítas », Ignacio de Loyola en la gran crisis del siglo XVI, Congreso international de Historia, Madrid, 19-21 noviembre 1991, Bilbao, Éd. Mensajero, 1993, p. 187-292.

Rodríguez Gutierrez de Ceballos, 2002 : Alfonso Rodríguez Gutierrez de Ceballos La arquitectura de los jesuítas, Madrid, Éd. Edilupa, 2002.

Schapiro, 1982 : Meyer Schapiro, « La notion de style », Style, artiste et société, Paris, Éd. Gallimard, 1982, p. 35-83.

Serbat, 1902 : Louis Serbat, « L’architecture gothique des jésuites au XVIIIe siècle », Bulletin monumental, 1902, p. 84-134 et 1903, p. 315-370.

Sénard, 2011 (à paraître) : Adriana Sénard, « Étienne Martellange : un architecte de la Compagnie de Jésus en France au XVIIe siècle », La aquitectura jesuítica, Actes du symposium international, Saragosse, 9-11 décembre 2010, Saragosse, Ed. Institutción Fernando el Católico, Diputación de Zaragossa, p. 181-206.

Sénard : Adriana Sénard, Un visiteur de l’Ordre à travers la France ; Étienne Martellange et l’architecture jésuite au XVIIe siècle, thèse de doctorat sous la codirection de P. Julien et Cl. Mignot, Université de Toulouse II-Le Mirail, Paris IV-Sorbonne (en cours).

Vallery-Radot, 1960 : Jean Vallery-Radot, Le recueil de plans d’édifices de la Compagnie de Jésus conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris, Rome, Éd. Institutum Historicum Societatis Iesu, 1960.

Notes

1 Leniaud, 2005.

2 Dhôtel, 1991.

3 Galassi Paluzzi, 1951. Cet ouvrage a été repris par Rey, 1955, p. 79-98.

4 O’Malley, 1991, p. 3-97 ; Bailey, 1991, p. 38-89.

5 Galassi Paluzzi, 1951, p. 9 ; Leroy, 1992 ; Meyer, 1878, p. 952 ; Gurlitt, 1887.

6 L’église du Gesù de Rome fut la première église construite par la Compagnie. Les travaux commencèrent en 1568 sous la direction de Vignole et furent achevés en 1584 par Giacomo della Porta.

7 Serbat, 1902, p. 84-134, 1903, p. 315-370 ; Braun, 1907 ; Braun, 1913 ; Duhr, 1907-1913.

8 Dainville, 1955 ; Rey, 1955.

9 Moisy, 1959 ; Vallery-Radot, 1960 ; Rodriguez G. de Ceballos, 1963, p. 5-101 ; 1967 ; 1993, p. 187-292 ; 2002.

10 Loyola, 2002, p. 263.

11 « Canones primae Congregationis, canon 11 », Institutum Societatis Iesu, tome II, Florence, 1893, p. 465-466 et 526 ; Moisy, 1959, p. 45-60 ; Vallery-Radot, 1960, p. 6-8.

12 Moisy, 1959, p. 61-69 ; Rodríguez G. de Ceballos, 1963, p. 64-81 ; Rodríguez G. de Ceballos, 1967, p. 306-328 ; Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 21-33.

13 L’expression « modo nostro » apparue pour la première fois dans les Regula Provincialis et dans le 37e décret de la Congrégation Générale de 1575. Elle sera remployée dans de nombreux décrets de la Congrégation Générale de la Compagnie. Pirri, 1955 ; Moisy, 1958, p. 61-69 ; Vallery-Radot, 1960, p. 6-18.

14 Moisy, 1959, p. 45-60 ; Vallery-Radot, 1960, p. 6-8.

15 « Canon 29-30 », Canones trium Congregationum generalium Societatis Iesu, auctoritae tertiae Congregationis confecti, Rome, 1573, p. 11 ; « Canones secundae Congregationis, Canon 9 », Institutum Societatis Iesu, tome II, Florence, 1893, p. 526 ; Moisy, 1959, p. 46 ; Vallery-Radot, 1960, p. 6 ; Rodríguez G. de Ceballos, 1963, p. 76.

16 Moisy, 1959, p. 51-53 ; Vallery-Radot, 1960, p. 8-10 ; Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 23-28. Parmi les architectes jésuites qui occupèrent cette fonction on peut citer : P. Giovanni Tristano (1558-1586), le P. Giovani De Rosis (1538-1610), le P. Orazio Grassi (1583-1600-1654).

17 A.R.S.I. : « Canon no 11 », Institutum Societatis Iesu, fo 465-466.

18 Galassi Paluzzi, 1951 ; meyer, 1878 ; C. Gurlitt, 1887.

19 Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 23.

20 Moisy, 1959, p. 305-540.

21 BnF, Cabinet des Estampes et de la Photographie : Hd-4 (1-18), Recueil. Plans des maisons et des églises qui appartenaient aux Jésuites avant la suppression. Ces plans ont été inventoriés par Jean Vallery-Radot dans son ouvrage publié en 1960. Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 25.

22 Rodríguez G. de Ceballos, 1993.

23 Rey, 1955 ; Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 24.

24 Meyer, 1878 ; Gurlitt, 1887.

25 Rodríguez G. de Ceballos, 1963, p. 76.

26 Ibidem.

27 Moisy, 1959, p. 48.

28 Pirri, 1975, p. 269-270.

29 A.R.S.I : Institutum. 40 ; Exemplum libri ordinationum communium, fo 36-37 ; Duhr, 1907, p. 606 ; Moisy, 1959, p. 50.

30 Moisy, 1959, p. 51 ; Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 21-33.

31 Dainville, 1955, p. 16 ; Moisy, 1958, p. 64.

32 March, 1926, p. 220-228 ; Rodríguez G. de Ceballos, 1993, p. 287-292.

33 Braun, 1907.

34 Moisy, 1959, p. 57-60 ; Vallery-Radot, 1960, p. 27-34.

35 Moisy, 1959, p. 352-362.

36 Ibidem, p. 355.

37 Charvet, 1874 ; Bouchot, 1889, p. 2-52 ; Delattre, 1942, p. 3-65 ; Pirri, 1943, p. 3-55 ; Moisy, 1952, p. 282-299 ; Dainville, 1956, p. 387-402 ; Rodríguez G. de Ceballos, 1967 ; 1970, p. 51 ; Pirri, 1970 ; Pirri, 1975, p. 3-104 ; Feuillard, 2001-2002 ; Feuillard, 2002 ; Sénard, (en cours) ; Sénard, (à paraître).

38 Moisy, 1959, p. 45-60 ; Rodríguez G. de Ceballos, 1963, p. 76 ; Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 34-57.

39 Pirri, 1970, p. 161 et 269. En 1578, le Père architecte Giuseppe Valeriani se proposa d’écrire un livre dans lequel serait exposées et codifiées toutes les règles à suivre dans la construction des maisons et des églises de la Compagnie. Le projet n’aboutit pas.

40 Christ, 1959, p. 15-17.

41 Mayer, 1878 ; Gurlitt, 1887 ; Galassi Paluzzi, 1951.

42 Rodríguez G. de Ceballos, 1993 ; Rodríguez G. de Ceballos, 2002, p. 21-33.

43 Schapiro, 1982, p. 35-83.

44 Ibidem.

Auteur

Doctorante en Histoire de l’art moderne, Université Toulouse II-Le Mirail, Université Paris IV-Sorbonne

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540