Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L’invention d’une Méditerranée

 | 
Marie-Hélène Solère-Sangla

Un siècle de réflexion et d'action autour du patrimoine (1789-1880)

I-3. Le temps des grands chantiers de restauration 1832-1880

Testo integrale

1Avec la création en 1837 par le ministre de l’Intérieur Camille de Montalivet, de la Commission des monuments historiques, afin de légitimer une politique de conservation des monuments, leur prise en charge en Roussillon suscite des attitudes contradictoires. En France, la nouvelle politique patrimoniale s’appuie sur l’action des correspondants en étroite relation avec le ministère de l’Intérieur. En Roussillon, cette collaboration existe bien mais sans la participation des associations savantes et des membres du mouvement historique roussillonnais. La question de la répartition des responsabilités et au-delà, des pouvoirs d’intervention réels, entre les institutions nationales et les associations locales, l’intégration d’un projet patrimonial local dans un cadre institutionnel, se pose avec acuité. En effet, ce projet est lui-même confronté au processus de redécouverte d’une histoire roussillonnaise dans lequel il s’inscrit et à l’histoire nationale que le pouvoir a annexée par l’intermédiaire des historiens.

2Des éléments de réponses à ces questions se trouvent dans la manière dont la délégation des institutions de mémoire a été mise en place, leurs mécanismes de fonctionnement et leurs rapports entre les différents niveaux de représentation par l’intermédiaire des correspondants. Cerner leur rôle, tant sur le plan pratique, que dans les choix des propositions de classement, peut expliquer le sens donné aux restaurations. Sont-elles motivées par la nécessité d’un acte simple de conservation ou, par l’intention de préserver un particularisme monumental ? Lorsque Jaubert de Passa sélectionne les églises romanes pour leur classement, il a le souci de se conformer à l’idée d’une « école » afin de rassembler des édifices autour d’un modèle. Cependant, l’école ou le groupe implique les notions de territorialisation et de spécificité. Enfin l’exemple de la restauration de la cathédrale est significatif de la pertinence à maintenir des modèles imposés et détournés face aux propositions régionales et dans ce cas nous dirions méridionales, qui finissent par l’emporter au nom d’une cohérence historique et stylistique qui rejette les modèles nationaux.

LA QUESTION DES POUVOIRS : L’ENJEU SOCIAL DES MONUMENTS ET DE LEUR CONSERVATION

  • 1 Bercé, 1998. p. 7-13.

3En 1837, la Commission des monuments historiques est placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur et de son représentant, l’inspecteur des monuments historiques. Son action concrète sur les monuments est complétée par celle du Comité des arts et monuments créé en 1834 par Guizot, ministre de l’Instruction publique. Le Comité travaille sur la publication des textes historiques et sur les monuments dont l’étude est une science auxiliaire de l’histoire1. Ces deux institutions s’opposent au très puissant Service des cultes dont dépendent les architectes diocésains. Commission et Comité nomment leurs représentants dans les départements. Dans les Pyrénées-Orientales, François Jaubert de Passa assure la fonction de correspondant pour les deux institutions et il est rejoint peu après sa nomination par Prosper de la Barrière, chevalier de Basterot, nommé correspondant de la Commission des monuments historiques. Dominique-Marie-Joseph Henry, correspondant du Comité des arts et monuments est aussi président de la Commission archéologique des Pyrénées-Orientales créée en 1842 pour écrire l’histoire des monuments.

La désignation des correspondants du ministère de l’Intérieur

  • 2 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 7 mars 1835. ADPO, 4T 29.
  • 3 Lettre du ministère de l’Instruction publique au préfet des Pyrénées-Orientales du 22 août 1837. A (...)
  • 4 Les Notes d’un Voyage dans le Midi de la France de Prosper Mérimée sont publiées en 1835, l’année (...)
  • 5 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de la Justice et des Cultes du 20 mai 1837. (...)
  • 6 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 7 novembre 1837. ADPO, 4T (...)
  • 7 Taylor ; Nodier ; Cailleux, 1835, n.p.

4François Jaubert de Passa est nommé correspondant du ministère de l’Intérieur pour la conservation des monuments historiques le 7 mars 18352. Il est désigné le 22 août 1837 correspondant du ministère de l’Instruction publique pour collaborer aux travaux sur l’histoire de France « et plus spécialement [de] l’exploration des monuments »3. La reconnaissance des compétences de Jaubert de Passa par les deux institutions doit beaucoup à ses liens personnels avec Prosper Mérimée4 depuis son voyage en Roussillon en novembre 1834. Malgré une nomination controversée en 1837, Basterot, architecte du département depuis 1825, fait également office de correspondant pour, à sa demande, renforcer ses prérogatives dans le cadre de ses fonctions officielles et empêcher que n’importe quels travaux, souvent à l’initiative des curés, ne se fassent dans les églises5. Le 7 novembre 1837, le préfet Pascal appuie la candidature de Basterot au titre « d’inspecteur des monuments historiques et religieux » auprès du ministre de l’Intérieur : « sa position comme architecte du département le met à portée de seconder activement la surveillance de monsieur Jaubert de Passa, conservateur des Monuments Historiques avec lequel il est en relation intime, et j’ai la certitude que cette surveillance ainsi répartie sera exercée de la manière la plus convenable »6. Basterot a besoin d’une légitimité pour imposer son autorité alors qu’il est suspecté de « vandalisme » par le baron Taylor au moment de la parution des Voyages pittoresques dans l’ancienne France pour sa restauration du cloître d’Elne7.

  • 8 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de la Justice et des Cultes du 20 mai 1837. (...)
  • 9 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au chevalier de Basterot du 16 février 1841. ADPO, 4T 31.

5Le préfet des Pyrénées-Orientales, en représentant de l’État pragmatique, souhaite un équilibre entre Jaubert de Passa, conservateur des monuments historiques et Basterot, homme de terrain zélé. Ce dernier assure la surveillance de plusieurs chantiers dispersés dans le département alors que Jaubert de Passa ne s’implique d’aucune façon dans les questions relatives à l’entretien courant des édifices : « Monsieur Jaubert de Passa en sa qualité de conservateur, monsieur De Basterot comme inspecteur réuniraient leurs soins, leurs talents et leur influence pour préserver nos richesses monumentales de tout acte de vandalisme »8. Basterot dresse les plans et les devis, adresse les demandes d’aides au ministère de l’Intérieur, suit les procédures alors que la notice historique pour chaque dossier est demandée à Jaubert de Passa, « inspecteur archéologique du département »9. Paradoxalement l’initiative du préfet est de dégager Jaubert de Passa de responsabilités qu’il n’a jamais vraiment endossées.

  • 10 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 16 décembre 1837. ADPO, 4T (...)
  • 11 Ibidem.

6Cette répartition des tâches pouvait contribuer à l’efficacité de la politique de la Commission des monuments historiques et favoriser l’attribution des aides financières. Pourtant, la nomination de Basterot est rejetée en 1837 car plusieurs motifs s’y opposent. Le premier est que le service dans les Pyrénées-Orientales comme dans les autres départements ne nécessite pas deux inspecteurs10. Le second motif est plus subjectif car la raison indiquée par le ministre est que la désignation de Basterot peut porter ombrage à Jaubert de Passa : « sans m’arrêter en ce moment à ce qu’il pourrait y avoir de pénible pour monsieur Jaubert de Passa archéologue distingué, à voir ainsi ses fonctions partagées »11. La décision du ministre a sans doute été soufflée par Mérimée qui connaissant les rapports tendus entre Jaubert de Passa et Puiggari n’a pas voulu imposer de contrariétés supplémentaires à son ami :

  • 12 Rapports généraux, septembre 1837 : Avis de Monsieur Mérimée sur diverses demandes de secours pour (...)

« Quant à la nomination de monsieur De Basterot présentée par monsieur le préfet des Pyrénées-Orientales je crois qu’elle doit être ajournée jusqu’à l’organisation définitive des correspondants du ministère. Monsieur Jaubert de Passa a déjà été nommé correspondant pour le ministère de l’Intérieur dans le département des Pyrénées-Orientales. C’est un archéologue plein de zèle et très instruit connaissant parfaitement le Roussillon ; tous les artistes, tous les voyageurs honorent en lui le guide le plus serviable ; je ne sais s’il verra avec plaisir ses fonctions partagées ; les correspondants du ministère n’ont pas d’appointement et l’importance qu’ils attachent à être choisis pour surveiller la conservation des monuments dans l’étendue du département ne leur paraîtrait elle pas diminuer si le même titre était accordé à plusieurs personnes dans la même localité. Cette question me parait grave et je crois qu’elle doit être examinée sérieusement avant qu’une décision soit rendue à cet égard »12.

  • 13 Lettre de Bordes, sous-préfet de Prades au préfet des Pyrénées-Orientales du 26 juin 1839. ADPO, 4 (...)
  • 14 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 12 novembre 1839 confirman (...)

7En 1839, Bordes, le sous-préfet de Prades délégué pour la recherche des antiquités en 1819, relance le projet de nomination de l’architecte départemental : « qui a du zèle, de l’instruction, une grande habitude du dessin et assez versé dans l’archéologie et connait d’ailleurs toutes les parties de l’arrondissement de Prades qu’il a souvent visité : aussi sous tous les rapports je pense qu’il serait difficile de faire un meilleur choix »13. La circulaire du 15 juin 1839 du ministère de l’Intérieur arrive au bon moment pour Basterot, car elle invite les préfets à procéder à la nomination de correspondants pour surveiller les travaux de restauration des édifices « antiques et du Moyen Âge », pour signaler les découvertes archéologiques et prévenir les actes de vandalisme sur les monuments. Elle permet à Basterot d’accéder au titre de correspondant par la voie administrative. Basterot est nommé « inspecteur correspondant » le 18 octobre 183914.

  • 15 Rapport de Jaubert de Passa sur les monuments historiques du 25 janvier 1838. AMH, 81/66/1, rappor (...)
  • 16 Rapport de l’architecte du département, inspecteur des monuments historiques à Son Excellence le m (...)
  • 17 Jaubert de Passa accepte sa nomination d’inspecteur. Lettre de Jaubert de Passa au préfet des Pyré (...)
  • 18 Grau, 1985a, p. 123-137.

8Depuis 1838 et jusqu’en 184115 il transmet, comme Jaubert de Passa, un rapport sur l’état des monuments confiés à sa surveillance et obtient la légitimité pour « s’opposer ouvertement à ces soi-disant réparations [...] je regarde donc les monuments religieux de nos campagnes comme à l’abri de toutes mutilations »16. Basterot est dévoué et cherche dans ses nouvelles fonctions le moyen de justifier une attitude interventionniste sur les monuments, alors que Jaubert de Passa reconnaît à son titre un certain prestige et une distinction sociale difficile à partager : « [ces fonctions] me fourniront je l’espère des occasions plus fréquentes de solliciter des secours et des mesures pour la conservation des monuments et parce que de pareilles fonctions ne touchent en rien à la position que le temps, l’âge et mes occupations m’ont faites »17. Jaubert de Passa est un notable influent qui se tient à l’écart des intellectuels roussillonnais. Il est aussi élu en 1836, conseiller général du canton de Thuir. Président de l’assemblée départementale à partir de 1848, il occupe un espace administratif, économique, culturel, social. Il représente une nouvelle notabilité politique et institutionnelle renforcée sous la monarchie de Juillet avec l’élargissement du suffrage censitaire18. Aussi, la nomination de Basterot soutenue par le préfet Pascal devient-elle un enjeu. Elle prend une dimension politique, car elle témoigne sans doute, au-delà des questions de patrimoine, du désaccord entre le préfet et Jaubert de Passa qui exprime une certaine défiance à l’égard du régime de Juillet. Cependant, l’incapacité à accepter l’introduction dans la sphère de cette notabilité d’un membre sans fortune d’origine foncière, étranger à la bourgeoisie libérale et entreprenante est sans doute la raison principale.

Les délégations régionales : Le Comité des arts et monuments et la Commission archéologique des Pyrénées-Orientales

  • 19 Circulaire du ministère de l’Instruction publique du mois de décembre 1834, remise le 17 février 1 (...)
  • 20 Ibidem.
  • 21 Circulaire du préfet des Pyrénées-Orientales aux sous-préfets et maires du département du 16 mars (...)
  • 22 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 8 décembre 1843. ADPO, 4T (...)
  • 23 Arrêté du préfet des Pyrénées-Orientales pour la constitution de la Commission archéologique du 7 (...)

9Le 16 mars 1835, Henry est désigné pour remplir les fonctions de correspondant du Comité des arts et monuments créé en 1834 par Guizot19, car « le département, théâtre de tant de vicissitudes historiques y trouvera la place dont il est digne, si chacun de vous veut concourir avec zèle aux explorations qui convient de faire, dans toutes les localités »20. Il coordonne les recherches historiques qu’entreprennent les délégués des communes avec l’arbitrage du préfet21. Ce réseau est comparable à celui mis en place pour la recherche des antiquités en 1821. Il est à l’origine de la fondation en 1841 de la Commission archéologique, présidée par Henry et constituée dès sa première séance le 29 novembre 184222, puis par arrêté préfectoral le 7 mars 184323 :

  • 24 Lettre de Henry au préfet des Pyrénées-Orientales du 11 mai 1842. ADPO, 4T 26.

« L’impulsion que le gouvernement a donnée aux études historiques par la création d’un comité historique résidant près du ministère de l’Instruction publique et se ramifiant par ses correspondants dans toutes les parties du royaume a porté plusieurs de vos collègues à instituer dans les départements des commissions archéologiques chargées de recueillir tous les documents qui se rattachent à la recherche et à l’étude, à la conservation des monuments de toute nature se rapportant à l’histoire des temps passés depuis la plus haute antiquité jusque et y compris le moyen âge. Le sol des Pyrénées-Orientales n’est pas celui qui offre le moins d’intérêt sous ce rapport ; les différentes époques de l’histoire tant de la période gauloise que de la période gallo-Romaine et de la période romane ont laissé dans ce pays d’abondantes traces de leur civilisation respective et chaque jour sous la charrue du laboureur ou sous le marteau du carrier la terre décèle quelques nouvelles parties de constructions antiques ou rend à la lumière des fragments archéologiques qui s’y trouvaient enfouis »24.

10Au moment de sa constitution, la Commission archéologique semble la mieux placée dans les Pyrénées-Orientales pour encadrer le mouvement historique protéiforme et disparate :

  • 25 Minute de Henry au préfet des Pyrénées-Orientales pour la Commission archéologique des Pyrénées-Or (...)

« faute d’un point central vers lequel puissent converger les études, les recherches ou les découvertes partielles et d’où puissent partir les instructions qui donnent une bonne direction aux explorateurs, et qui puissent assurer la conservation des objets retrouvés, l’archéologie s’égare, et les divers objets exhumés passant dans des mains ignorantes, finissent par se perdre, ou tout au moins par rester ignorés des personnes que leurs études spéciales mettraient en position de déduire de la connaissance de ces objets des inductions précieuses soit pour la géographie et la topographie locales aux différentes périodes, soit sur l’état des arts à ces mêmes époques et enfin pour la détermination et l’appréciation des faits historiques auxquels la vue de ces objets pourrait conduire »25.

  • 26 Arrêté de constitution de la Commission archéologique : articles 2 et 3. Préfecture des Pyrénées-O (...)
  • 27 Le 28 mars 1843. Liste des membres de la Commission archéologique des Pyrénées-Orientales. Lettre (...)

11Les membres de la Commission, architectes, hommes de lettres, avocats et représentants des administrations départementales comme les Ponts et Chaussées participent à des degrés divers à l’étude des monuments en tant qu’acteurs influents du mouvement historique et anciens collaborateurs du journal Le Publicateur26. Les membres de cette commission sont membres de la Société agricole, scientifique et littéraire27, sauf Jaubert de Passa, Renard de Saint-Malo, Puiggari, le vicaire Le Gay, l’avocat Jaubert-Campagne et Jean de Gazanyola. Son histoire de Perpignan est terminée et éditée en 1856 par Guiraud de Saint-Marsal, maire de Perpignan depuis 1840, président de la Commission archéologique, et membre de la commission histoire, archéologie et belles lettres de la Société agricole, scientifique et littéraire. Siau, directeur des Ponts et Chaussée, en poste en 1833 à Bordeaux est à ce moment-là membre correspondant de la Société agricole, scientifique et littéraire, alors que Rabourdin, son prédécesseur à la tête de cette administration n’en faisait pas partie. Le chevalier de Basterot, architecte du département, est en 1835, membre résident de la Société agricole, scientifique et littéraire puis en 1843, membre des commissions beaux-arts et histoire, archéologie, belles-lettres. Bonafos, docteur en médecine, est membre résident de la Société agricole, scientifique et littéraire depuis 1840 et a rejoint la commission sciences physiques et naturelles. Caffe, architecte de la ville de Perpignan, est membre fondateur de la Société agricole, scientifique et littéraire et membre de la commission des beaux-arts. Fauvelle, agent-voyer en chef, est membre fondateur de la Société agricole, scientifique et littéraire, et de la commission beaux-arts. Huret, principal du collège de Perpignan est membre de la Société agricole, scientifique et littéraire depuis 1841, et membre de la commission histoire, archéologie, belles-lettres. Le cas de Henry, bibliothécaire de la ville de Perpignan, à l’origine de la fondation de la Commission archéologique est intéressant, car il est depuis 1835 simple membre correspondant de la Société agricole, scientifique et littéraire et en 1843, n’appartient à aucune commission. Cet érudit est en marge de la Société agricole, scientifique et littéraire dont des membres, comme Sirven, ont plusieurs fois contesté la valeur de ses travaux historiques. Cette nouvelle société lui donne l’occasion de dominer un champ d’études sans avoir à débattre avec des opposants. Il a regroupé autour de lui des érudits finalement dans la même situation : Puiggari, Saint-Malo, Jaubert de Passa notamment.

  • 28 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 8 décembre 1843. ADPO, 4T (...)
  • 29 Lettre du ministère de l’Instruction publique du 22 décembre 1843. ADPO, 4T 26.
  • 30 Lettre de Henry à Gazanyola du 7 avril 1843 à laquelle est joint le rapport de Lenorman pour l’Aca (...)
  • 31 Rapport de la commission chargée des examens des mémoires envoyés à l’Académie des inscriptions et (...)
  • 32 Instructions à MM les correspondants, Commission archéologique des Pyrénées-Orientales, manuel imp (...)
  • 33 Rapport de la commission chargée des examens des mémoires envoyés à l’Académie des inscriptions et (...)
  • 34 Instructions à MM les correspondants, Commission archéologique des Pyrénées-Orientales, manuel imp (...)

12Les travaux de la Commission archéologique suivent les instructions du Comité historique des arts et monuments28, dont elle reçoit les publications dès sa fondation29. Cela n’empêche pas la délégation roussillonnaise de produire sa propre grille d’évaluation avec trente-neuf questions regroupées sous forme d’Instructions de la Commission archéologique des Pyrénées-Orientales. L’historien Jean de Gazanyola définit les axes de recherche et s’appuie sur les enquêtes d’Alexandre de Laborde pour organiser méthodiquement son propre inventaire30. Notons qu’en Roussillon, depuis la Restauration et malgré les publications individuelles dans les revues, aucun support ni aucune étude globale sur les monuments ne peut servir de référence. Il en résulte que les enquêtes locales prévues par la Commission archéologique suivent une méthode fondée sur la périodicité « de façon à ne pas surcharger les correspondants locaux »31 pour leur simplifier l’approche de l’histoire, « époque gauloise, époque romaine, époque du Moyen Âge »32 et se concentrent sur cette dernière, sur « les châteaux et abbayes rappelant le mieux l’ancien régime »33, qui synthétisent aussi à ce moment-là l’idée que l’on se fait de la France monumentale. Les résultats devront livrer une « carte archéologique »34 complétée par les sources documentaires encore conservées – chartes, manuscrits, médailles du fonds de la préfecture ou de particuliers – conformément aux directives de la Commission des arts et monuments.

  • 35 Lettre de Parès de Rivesaltes à Henry pour lui signifier sa participation aux travaux de la Commis (...)
  • 36 Lettre de Just de Bompas à Henry pour lui signifier sa participation aux travaux de la Commission (...)
  • 37 Instructions à MM les correspondants, Commission archéologique des Pyrénées-Orientales, manuel imp (...)
  • 38 Arrêté de constitution de la Commission archéologique : Article 1. Préfecture des Pyrénées-Orienta (...)
  • 39 Instructions pour la recherche des antiquités monumentales et historiques du département des Pyrén (...)
  • 40 Ibidem.
  • 41 Instructions à MM les correspondants, Commission archéologique des Pyrénées-Orientales. Sd. Vers 1 (...)

13Il existe peu de traces de ce réseau dans les sources documentaires : un certain Parès, proche de Henry est nommé pour la commune de Rivesaltes35. S’agit-il de Joseph Parès, propriétaire et président de la Société philomatique en 1835, membre du conseil général des Pyrénées-Orientales ? À Bompas, le maire et un dénommé Just36 recueillent les petits objets archéologiques et des documents. Chacun prospecte en suivant le questionnaire complété par des dessins d’identification, procède aux relevés des éléments épigraphiques suivant la technique de l’estampage37. Après le récolement des sources documentaires, la Commission archéologique contribue aux actions de protection des monuments et tente le rapprochement de l’archéologie et de la recherche historique. Henry et ses collaborateurs recueillent toutes pièces ou objets ayant un rapport avec l’histoire, en assurent la conservation et font connaitre leurs travaux38. Il n’est pas seulement utile de connaitre l’existence des vestiges mais il importe d’en connaître le sens : « A-t-on fouillé, a-t-on trouvé ? ». La Commission archéologique initie un nouveau rapport au patrimoine car l’analyse et la synthèse des sources priment sur la simple collecte des informations archéologiques et historiques. De nouvelles méthodes d’investigation et le recours à des disciplines complémentaires comme l’épigraphie accompagnent cette démarche. Le choix des méthodes d’analyse, le corpus des sources retenu, conduit tout naturellement à l’étude du patrimoine médiéval. Il s’agit d’abord de reconnaître les formes et les parties constituantes des monuments. Ils sont expliqués et datés par les textes, « les épitaphes ou inscriptions utiles pour l’histoire »39, par les titres, les chartes, les chroniques, les manuscrits des dépôts publics, « les noms de lieux en latin ou en dialecte »40 et la microtoponymie. La Commission archéologique tente d’adapter le vocabulaire et la grille de lecture globale des « Instructions » nationales au cas particulier du patrimoine roman roussillonnais. Pourtant, des questions posées par la Commission archéologique des Pyrénées-Orientales à partir d’une nomenclature générale sont à l’évidence sans réponse. Il reste à étudier la fonction des monuments, à distinguer les églises des monastères et des cloîtres, à recenser les constructions civiles et militaires. Il reste à répondre par l’intermédiaire de questions diverses au problème posé par le plan des églises, l’élévation et les supports, les ouvertures, les voûtes, les couvrements et les décors41.

  • 42 Lettre de Henry au préfet des Pyrénées-Orientales du 14 novembre 1842 pour demander que siège un e (...)
  • 43 Arrêté de constitution de la Commission archéologique des Pyrénées-Orientales, ADPO, 4T 26.
  • 44 Ibidem.

14Le résultat et la manière dont ces enquêtes ont été menées ne sont pas connus, par manque de sources et parce qu’il est difficile d’appréhender la culture archéologique des membres. Il apparaît néanmoins qu’il existe un décalage important entre les niveaux de connaissances de ceux qui produisent les instructions générales influencées par la recherche en matière d’archéologie monumentale et les érudits roussillonnais. Leur rôle se complique lorsqu’ils se prononcent pour les travaux de restauration des églises à propos desquels ils n’ont aucune compétence ni technique ni statutaire. En effet, les statuts prévoient que les correspondants s’interposent seulement pour la protection des objets mobiliers auprès des curés, des maires, des propriétaires en cas de destructions, de restaurations ou d’aliénation abusive. Par exemple, le vicaire Legay rejoint les membres de la Commission pour lutter contre la destruction ou le remplacement par les curés et les marguilliers des objets liturgiques « passés de mode »42. Un militaire est associé à la Commission archéologique car il « peut prêter un utile concours pour la conservation de telles parties de fortifications à laquelle se rattacherait un souvenir historique et qu’on pourrait avoir l’intention d’anéantir. Si une Commission avait existé il y a vingt ans elle aurait fait tous les efforts pour faire restaurer la porte d’entrée de la citadelle au lieu de raser la jolie lanterne qui la couronnait »43. En effet, la Commission déplore qu’aucune intervention n’ait eu lieu pour empêcher la destruction du dais de cette porte monumentale. Le représentant de l’administration des Ponts et Chaussées est associé car « ses agents étant toujours sur les grandes routes ils peuvent être chargés par lui de faire connaître toutes les découvertes de restes de voie antiques, de tombeaux ou de constructions qui parviendraient à leur connaissance »44. La Commission se veut pragmatique, efficace car elle met en place un réseau avec des représentants des administrations départementales et compte profiter des compétences de chacun afin d’agir en s’ouvrant auprès de nombreux collaborateurs, contrairement à la Société agricole, scientifique et littéraire dont les membres sont plutôt représentatifs d’une élite sociale. Puiggari et Renard de Saint-Malo sont bien les derniers témoins de l’activité du journal Le Publicateur, mais la commission constitue un réseau, pour la première fois dans l’histoire des institutions de mémoire en Roussillon, structuré, organisé autour d’un projet avec des « méthodes » d’investigation.

  • 45 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 12 décembre 1843. ADPO, 4T (...)
  • 46 Lettre du ministère de l’Instruction publique au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 septembre 18 (...)
  • 47 Jaubert de Passa, en remplacement du préfet P. de Soubeyran, rencontre en octobre 1852 à Narbonne (...)
  • 48 Lettre du ministère de l’Instruction publique et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales, du (...)
  • 49 Lettre du sous-préfet de Prades au préfet des Pyrénées-Orientales du 19 avril 1858. ADPO, 4T 105.
  • 50 Lettre du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts au préfet des Pyrénées-Orientales (...)

15À partir de 1852 le Comité historique sous tutelle du ministère de l’Instruction publique assure le financement des publications, laissant au ministère de l’Intérieur et à la Commission des monuments historiques la gestion des aides aux communes pour les restaurations45. Ce changement n’a aucune répercussion en Roussillon. Le nouveau Comité historique de la langue de l’histoire et des arts de la France conserve comme interlocuteurs les délégués de la Commission archéologique des Pyrénées-Orientales. Cependant le maintien des personnes à leur fonction comme les représentants des monuments historiques46 dans la réorganisation des partenariats avec les différents ministères, relève aussi de la question poli- tique. Par exemple, Jaubert de Passa favorable au Prince Président, cumule toujours les responsabilités. Comme président du conseil général des Pyrénées-Orientales47, il est maintenu dans ses fonctions de conservateur, devient membre de la Commission archéologique des Pyrénées-Orientales, correspondant du Comité historique, membre de la Société française d’archéologie. À partir de 1855, Jaubert de Passa s’étant retiré un an avant sa mort, la délégation du Comité historique de la langue de l’histoire et des arts de la France est confiée à Édouard de Barthélemy, conseiller de préfecture48. Il séjourne environ un an en Roussillon et publie en 1856 une note importante sur ses monuments dans le Bulletin monumental. En 1858, François Jasper de Boaça auteur de quelques notes littéraires et historiques49, propriétaire à Prades et membre de la Société agricole, scientifique et littéraire, succède à Jaubert de Passa comme membre correspondant du Comité historique. En 1886, Jean-Auguste Brutails est le correspondant le plus actif. Archiviste du département, il est nommé sur proposition du Comité historique50. Dès cette date, la portée de ses interventions sur le patrimoine au sens le plus large et sur les monuments romans en particulier, dépasse largement le cadre des Pyrénées-Orientales et des associations locales.

LE RÔLE DE LA COMMISSION DES MONUMENTS HISTORIQUES DANS LES PYRÉNÉES-ORIENTALES

  • 51 Nayrolles, 1994, p. 452.
  • 52 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales à Jaubert de Passa, membre du conseil général du 18 septe (...)

16Les choix des monuments pour les premières listes des monuments historiques constituent le socle initial de la politique de conservation et de valorisation du patrimoine menée tout au long du XIXe siècle jusqu’aux premières années du XXe siècle en Roussillon. Ces listes ont été établies dans chaque département français lorsque le ministre de l’Intérieur, Marthe Camille de Montalivet demande aux préfets par l’intermédiaire de la circulaire du 10 août 1837, de « classer » les monuments par ordre d’importance afin de les restaurer. Le classement était censé motiver la participation financière des collectivités locales en complément de la somme allouée par l’État, sur proposition de Vitet et de Mérimée51. En Roussillon, dès septembre 1837, le préfet Pascal demande au conseil général, par l’intermédiaire d’un de ses représentants, François Jaubert de Passa, une participation financière dans « un souci de conserver le culte du souvenir qui se rattache à l’histoire des arts ou aux annales du pays »52.

17Entre 1837 et 1851, Jaubert de Passa, inspecteur départemental des monuments historiques et son adjoint Basterot établissent séparément les premières listes de monuments pouvant prétendre au classement. Les deux inspecteurs travaillent seuls et le rapprochement souhaité par le ministère de l’Intérieur avec les sociétés savantes comme partenaires institutionnels, n’a aucune conséquence sur les rapports entretenus par Jaubert de Passa avec les milieux intellectuels perpignanais. De plus, la vivacité de ses rapports avec Basterot laisse entendre une collaboration parfois difficile.

  • 53 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales à Jaubert de Passa, membre du conseil général du 18 septe (...)
  • 54 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales à Jaubert de Passa du 10 janvier 1838. ADPO, 4T 31.

18Sous le contrôle du préfet, Jaubert de Passa « classe les monuments dans leur ordre d’importance en indiquant les sommes qui seraient nécessaires pour les conserver et les remettre en bon état »53. La circulaire du 30 décembre 1837 rappelle aussi que la somme attribuée pour la restauration des monuments du département doit se faire à condition « qu’ils présentent le plus d’intérêt sous le double rapport de l’art et de l’histoire »54. L’association de monuments proposée en 1837 par Jaubert de Passa va dans ce sens et forme un groupe stylistiquement homogène alors que ceux proposés par Basterot sont au contraire plus diversifiés. Deux visions s’opposent : la première est théorique, la seconde, pragmatique.

Les propositions de classements de 1837

  • 55 Copie des notes sur les monuments de François Jaubert de Passa non datée, non signée, par le secré (...)
  • 56 Voir annexes p. 320-321.

19En 1837, Jaubert de Passa propose à la Commission des monuments historiques une liste de monuments à classer. Elle résulte de la synthèse de ses propres travaux avec les observations de Mérimée, Dauzats et Taylor sur les monuments du Roussillon. Il s’agit d’églises classées selon une typologie définie par l’auteur à l’intérieur d’une période comprise « depuis Charlemagne jusqu’à Charles le Bel »55, c’est-à-dire entre le moment où les anciens comtés font partie de l’empire carolingien et celui où le royaume de Majorque est rattaché à celui de l’Aragon. Pour Jaubert de Passa, cette idée d’un grand Moyen Âge où domine la culture catalane correspond à la période d’épanouissement de l’art roman56.

  • 57 Lettre de Jaubert de Passa au ministère de l’Intérieur du 30 janvier 1838 accompagnant son rapport (...)
  • 58 Copie des notes sur les monuments de François Jaubert de Passa non datée, non signée, par le secré (...)

20La sélection des édifices prend en compte les travaux d’entretien déjà effectués, les restaurations à faire, l’intérêt archéologique, historique et sanitaire des monuments. Par exemple, selon Jaubert de Passa, ces trois dernières conditions sont réunies à l’église de Planés, décrite comme un monument arabe : « mosquée ou marabout selon les uns, baptistère du bas empire selon les autres ; c’est toujours un curieux monument, il a été réparé depuis peu ». L’église de Coustouges est appréciée pour la qualité des sculptures du portail, la stéréotomie de l’ensemble du bâtiment, qui justifient de nouvelles restaurations57. Le conseil général a déjà financé la restauration de Serrabonne, mais la Commission des monuments historiques doit prendre le relais car la ruine menace58. Une somme de 250 francs est demandée pour la réparation de la toiture de l’église de Corneilla-de-Conflent car Jaubert de Passa l’apparente aux églises de Coustouges et de Serrabonne. Elles constituent ensemble un groupe homogène avec un appareil en pierre de taille, une belle sculpture monumentale cantonnée aux ouvertures [ill. 19].

ill. 19 - Églises de Serrabonne, Corneilla-de-Conflent, Coustouges.

  • 59 Feuille remise au ministère de l’Intérieur pour la constitution de la liste des monuments à classe (...)
  • 60 Ibidem.
  • 61 Ibid.

21Cette approche des monuments romans va bien au-delà de l’objectif fixé au départ par la Commission des monuments historiques. Elle montre l’étendue de la culture archéologique de Jaubert de Passa, elle sous-entend sa proximité avec l’actualité scientifique lorsqu’il propose un ensemble d’édifices rassemblés par leurs caractères communs, à l’intérieur des limites de l’ancien comté de Cerdagne-Conflent. Sa démonstration qui met en évidence la cohérence d’un style et d’un espace historique définit une culture matérielle avec ses schémas constructifs. Le groupe est composé des églises de Dorres, Hix, Estavar, Err [ill. 20] à « l’architecture romane simple et solide »59, auquel est ajoutée l’église de Formiguères d’un intérêt historique de premier plan. Elle contient, selon Jaubert de Passa, « les débris de la tombe du roi Sanche »60. Il complète la liste des églises de Cerdagne avec celles du Conflent : Conat, Sahorre et Molitg, « nues, solides et gracieuses » [ill. 21]. Dans l’ancien comté du Vallespir, les édifices sélectionnés ont le même plan à nef unique avec abside, clocher carré ou campanile en pierres taillées. Il s’agit des églises de Montferrer, Serralongue, Corsavy et Saint-Martin dans les Albères voisines. Jaubert de Passa ajoute à cette liste mais pour des raisons différentes, l’église de Marcevol construite au XIe siècle, en petit appareil avec arcatures aveugles et lombardes, si différentes des églises déjà mentionnées [ill. 22]. Dans un rapport, Jaubert de Passa, indique que cette église contient les cendres de la mère du pape Lin « née à Llivia dans la Cerdagne »61. Son intérêt historique justifie par conséquent son classement. Jaubert de Passa propose également celui des cloîtres roussillonnais. Celui d’Elne est restauré et ne figure pas sur la liste de 1837, mais il permet de montrer avec ses quatre galeries intactes et les cloîtres d’Arles, du Monastir del Camp, qu’il existe un ensemble logique du point de vue de la chronologie du style [ill. 23]. Dans la première moitié du XIXe siècle, les cloîtres des monastères de Saint-Martin du Canigou et de Saint-Michel de Cuxa sont en ruine et l’inspecteur des monuments historiques n’en signale pas l’intérêt. Ces vestiges ne correspondent pas à l’idée que l’on se fait alors de l’architecture romane puisque nous savons aujourd’hui, à l’exception des cloîtres, qu’ils sont antérieurs au XIIe siècle. Enfin pour achever la liste de ses propositions, Jaubert de Passa ajoute les monuments romains, les bains d’Arles, l’enceinte romaine du Boulou. Il propose au classement les monuments dits de la période wisigothique, à laquelle il rattache le pont de Céret, et ajoute un ensemble d’églises à trois nefs, à celle de Saint André de Sorède, le prieuré de Marcevol, les églises de Villefranche, Elne, Corneilla-de-Conflent.

  • 62 Berce, 1979, p. 34.
  • 63 Lettre de Jaubert de Passa au ministère de l’Intérieur du 30 janvier 1838 accompagnant le rapport (...)
  • 64 Le conseil général a aussi participé en 1827 au financement de la restauration du cloître d’Elne.

22Le 12 mars 1838 la Commission des monuments historiques distingue pour le département des Pyrénées-Orientales les églises de Planés, Coustouges, Elne, Serrabonne, Corneilla-de-Conflent, les bains d’Arles et le pont de Céret62, monuments qui illustrent les trois périodes de l’histoire qui avaient été déterminées et les typologies qui allaient avec. En 1838, le conseil général des Pyrénées-Orientales accorde une allocation annuelle pour l’entretien des églises et presbytères « pour leur double rapport religieux et monumental »63 et 300 francs pour la restauration de Serrabonne64.

ill. 20 - a. Église de Dorres, b. Église d’Hix, c. Église d’Estavar, d. Église d’Err, e. Église de Formiguères, f. Église de La Llagonne.

ill. 21 - a. Églises de Conat, b. Sahorre, c. Molitg.

ill. 22 - a. Églises de Montferrer, b. Serralongue, c. Corsavy, d. Coustouges, e. Saint-Martin de l’Albère, f. Riuferrer, g. Marcevol.

ill. 23 - a. Cloîtres d’Elne, b. du Monastir del Camp, c. d’Arles-sur-Tech.

Les listes de 1840 et de 1842

  • 65 Lettre de Jaubert de Passa, inspecteur des monuments historiques au ministère de l’Intérieur du 20 (...)

23En 1840, le ministère de l’Intérieur demande à Jaubert de Passa la révision de la liste des monuments historiques classés. Il propose une seconde liste qui « n’est pas complète sous le rapport de l’art, mais renferme tous les monuments qui méritent une attention spéciale »65. Elle regroupe les monuments du Moyen Âge par catégorie : les églises romanes, les cloîtres, les ruines. Pour Jaubert de Passa, histoire et monuments sont liés.

  • 66 Rapport de la Commission des monuments historiques, ministère de l’Intérieur, direction des Beaux- (...)
  • 67 Demande d’une aide de 300 francs pour l’église de Planés, de 500 francs pour l’église de Serralong (...)
  • 68 Ibidem.
  • 69 Ibid.

24Basterot, nommé entre-temps correspondant du ministère de l’Intérieur, propose une liste de monuments tout à fait différente de celle de Jaubert de Passa. Il rectifie la liste de 1837 pour fixer les contours de celle de 1840. Ses propositions tiennent compte de trois facteurs. Premièrement des travaux à entreprendre avec l’approbation de la Commission66, notamment aux églises de Planés, Serralongue, Saint-André et Conat67. Deuxièmement Basterot « ne considère comme monuments importants que ceux dont la conservation est parfaite, le style pur et l’époque assez déterminée pour permettre une étude suivie »68, sans préciser toutefois ce qu’est un style pur. Troisièmement, il ne se réfère pas à l’histoire, s’en tient aux formes et se contente de reprendre quelques observations de Mérimée données dans les Notes d’un voyage dans le Midi de la France69. Par conséquent la liste des suggestions de l’architecte du département ne contient plus que 19 monuments au lieu des 27 proposés par Jaubert de Passa. Il associe au classement, le principe d’une restauration systématique, mais les édifices demandant trop d’argent pour être relevés sont supprimés de la liste. Dans l’idée de Basterot le classement au titre des monuments historiques est associé à l’entretien courant des édifices au langage architectural clair dont lui-même comprend les formes, l’équilibre et le vocabulaire, autant d’éléments qui forment ses propres critères de sélection. Basterot trouve la liste de Jaubert de Passa trop exhaustive et en demandant le retrait de quelques édifices en détruit la cohérence basée sur une étude du style et la continuité chronologie sur un temps long.

  • 70 Lettre du chevalier de Basterot au ministère de l’Intérieur du 26 novembre 1840. AMH, 0800/020/1.
  • 71 Ibidem.
  • 72 Ibid.

25En 1842, seul Basterot compose la nouvelle liste et supprime d’abord les monuments de la « nomenclature de monsieur Mérimée »70, ce qui correspond entre autres, aux édifices à la charge des autres ministères ou des particuliers. Il s’agit du pont de Céret entretenu par le service des Ponts et Chaussées, du Monastir del Camp, propriété de Jaubert de Passa, ou encore de l’ancienne nef de Saint-Jean-le-Vieux, placée sous la responsabilité du ministère des Cultes. La chapelle du Palais des rois de Majorque est propriété du ministère de la Guerre, « qui pourrait la faire disparaître sans qu’il fût possible d’élever la voix pour sa conservation car le Génie militaire est le fléau de l’art »71. La Loge de Mer est retirée de la liste car c’est un « monument très frustre [qui] a été mutilé plusieurs fois et [qui] n’offre plus le moindre intérêt »72. Ce retrait est une des raisons ayant empêché l’intervention de Basterot et le contrôle qui aurait du être exercé par l’inspecteur des monuments historiques au moment des travaux décidés par le conseil municipal.

  • 73 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 30 janvier 1838. AMH, 81/6 (...)
  • 74 Rapport de Basterot au ministère de l’Intérieur du 15 décembre 1841. AMH, 0080/002/1.

26L’architecte du département retire également des églises paroissiales de la liste des monuments historiques proposée en 1837, en expliquant qu’il exerce lui-même leur surveillance ce qui est largement suffisant pour leur conservation. C’est ainsi que le classement de l’église du Boulou ne se justifie pas, seul le portail est à ses yeux d’une certaine importance. Les églises de Saint-Martin de l’Albere, Molitg, la Llagonne, Arles-les-Bains, les églises de Dorres, Estavar ont déjà fait l’objet de demandes de subventions en 1838, il n’est donc pas nécessaire de les reconduire73. L’église de Saint-Martin de Corsavy est en ruine, celles de Formiguères, Saillagouse ne présentent pas d’intérêt. La façade en marbre de l’église d’Ille-sur-Têt, construite en 1720 par le sculpteur et marbrier languedocien, Jean-Joseph Chauvenet, relève « d’un mauvais goût [...] et d’un style détestable »74.

  • 75 Minute de la lettre du ministre de l’Intérieur au chevalier de Basterot du 9 février 1841. AMH, 81 (...)
  • 76 Ibidem.

27L’approche radicale mais sans aucun doute pragmatique de Basterot ne fait pas l’unanimité au ministère de l’Intérieur qui rappelle notamment que « l’inscription sur la liste n’implique pas la condition d’un entretien complet à la charge du ministère de l’Intérieur, mais seulement d’une surveillance et d’un intérêt qui peut s’appliquer à des édifices appartenant à des particuliers ou de services publics qui ne dépendent pas du ministre de l’Intérieur »75. De ce fait, le ministre décide de maintenir sur la liste, l’église du vieux Saint-Jean, la chapelle du Palais des rois de Majorque, la Loge de Mer, le pont de Céret, le cloître du Monastir del Camp, les églises du Boulou et de Formiguères. Quant à la situation des églises de Cerdagne, leur statut n’est pas tranché76.

  • 77 Rapport de l’architecte du département, inspecteur des monuments historiques au ministère de l’Int (...)

28Comment expliquer une telle différence d’opinion avec Jaubert de Passa ? Les sources documentaires laissent penser que Basterot possède une culture artistique et il connaît vraisemblablement la classification de Caumont. À plusieurs reprises, Basterot mentionne le contexte historique, et tient compte de l’existence d’une frontière politique mouvante et par conséquent, d’une culture partagée : « le Roussillon considéré sous le rapport de l’art offre le plus grand intérêt alternativement à la France et à l’Aragon il y avait au moyen-âge des usages particuliers et un caractère d’originalité dont ses monuments religieux, civils et militaires ont conservé le cachet »77. Ainsi, les propositions d’identification de Caumont « n’étant pas applicables ici où étant en rapport avec l’intérieur de la France », il met en place son propre système de classification.

  • 78 Ibidem.

29Il répond à une réalité à la fois historique et territoriale, et s’il prend en compte un maximum d’édifices, c’est sous réserve qu’ils puissent être restaurés. La hiérarchisation des monuments proposée par Basterot ne repose pas sur des critères précis mais sur une classification d’édifices majeurs dont dépend un réseau d’édifices secondaires choisis en fonction de leur état de conservation. Si Basterot utilise comme point de départ la liste de Jaubert de Passa produite en 1837, il ne prend pas en compte les observations de Mérimée sur les monuments romans : « des artistes étrangers et archéologues qui ont visité ce pays, mais ils l’ont fait à la hâte et plusieurs publications m’ont prouvé qu’en général les idées et les faits avancés par eux avaient le soin d’être rectifiés »78. Cette allusion vise directement l’inspecteur des monuments historiques et corrige sans doute l’injustice dont il s’estime victime après le report de sa nomination par Mérimée.

  • 79 Liste des monuments historiques provisoirement classés dans le département des Pyrénées-Orientales (...)
  • 80 Liste des monuments historiques provisoirement classés dans le département des Pyrénées-Orientales (...)
  • 81 Ibidem.
  • 82 Ibid.

30Ses propositions en 1842 ne sont pas retenues. Étaient-elles défendables ? Le rôle joué par Jaubert de Passa auprès des institutions, les arguments historiques développés par lui ont montré une connaissance plus élargie des monuments alors que ceux mis en avant par Basterot sont plus anecdotiques. Il se réfère pourtant aux travaux d’Henry, correspondant du Comité des travaux historiques et président de la Commission archéologique des Pyrénées-Orientales79. Dans le cadre de ses fonctions de correspondant, Henry défend l’idée qu’un souvenir historique est rattaché à chaque église. Par exemple, le retrait de la liste de l’église Saint-Jean-le-Vieux intervenu deux ans auparavant est une erreur, car un premier rapport archéologique confronté au compte rendu historique montre l’importance de l’ancienne église. Comme Henry l’a démontré, elle résume à elle seule un pan de l’histoire religieuse du Moyen Âge en Roussillon et se trouve liée à la construction de l’ensemble cathédral. La même situation est observée par Henry à l’église de Formiguères. Il soutient le projet d’inscription sur la liste des monuments historiques puisqu’elle contient selon lui les tombeaux des rois de Majorque80. Basterot avait écarté cette église deux ans auparavant contre l’avis de Jaubert de Passa. Henry suggère aussi le classement de l’église de Toulouges remarquable par la qualité de son portail et par le souvenir de la Trêve de Dieu qui s’y rattache81. Il est favorable au classement de l’église de Riuferrer située à quelques kilomètres du monastère d’Arles car la communauté de prêtres de ce lieu serait à l’origine de la fondation de l’abbaye dont on déplore en 1842 le déclassement. En effet, le cloître est retiré de la liste à cause du retard pris par une procédure administrative, destinée à accélérer la donation à la commune et qui devait permettre la restauration de l’édifice. Auteur d’une importante histoire du royaume de Majorque publiée en 1842, Henry montre tout l’intérêt des monuments de cette époque : la Loge des marchands, le palais de justice, ancienne Députacio : « remarquable aussi par ses deux entrées en face l’une de l’autre dont les voussoirs ont deux mètres de longueur particularité de l’ancienne architectonique catalane dont les exemples deviennent rares »82.

  • 83 Extrait des délibérations du conseil général session de 1860, 31 août. ADPO, 4T 36.

31Quels ont été les avantages de ces mesures sur les monuments du département des Pyrénées-Orientales ? Elles ont d’abord contribué à la prise de conscience d’un art roman roussillonnais expliqué sous l’angle historique et artistique. Entre 1837 et 1842, les propositions de Jaubert de Passa et de Basterot forment d’une part le socle sur lequel se construit la politique de protection des monuments historiques et d’autre part la liste des édifices majeurs autour desquels se concentrent les priorités des générations suivantes en matière de restauration83. Ces églises présentées en sous-groupes par secteurs géographiques, avec leurs caractères spécifiques contribuent toutes ensemble à définir le vocabulaire de ce que l’on ne nomme pas encore le second âge roman. Les propositions de classement écartent les églises en petits moellons et décor lombard car les références de Jaubert de Passa et de Basterot sont des modèles septentrionaux, d’écoles régionales encore peu différenciées par une nomenclature encore inadaptée en Roussillon. Pour les deux correspondants de la Commission des monuments historiques, la terminologie de Caumont n’est pas reproductible et ils façonnent un cadre spécifique lié à l’histoire régionale.

  • 84 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministre de l’Intérieur, du 10 août 1850. AMH, 81/66/1
  • 85 Rapport de Jaubert de Passa sur les monuments du département au préfet des Pyrénées-Orientales le (...)
  • 86 Ibidem.
  • 87 Renseignements sur les monuments provisoirement classés, proposition pour un classement définitif. (...)

32De 1842 à 1850, d’une façon générale la plupart des listes d’édifices classés ne sont pas modifiées en France, ni dans les Pyrénées-Orientales. Basterot a été très actif, voire militant pour la conservation et la restauration des monuments, mais après sa mort en 1844, la question de la protection des monuments n’est plus une priorité pour les préfets ni pour le conseil général dont Jaubert de Passa reste président jusqu’en 185384. Il intervient à la demande du préfet en 1851 pour un avis sur les monuments classés85 et complète pour la première fois depuis dix ans la liste, sans tenir compte des observations de Basterot faites en 1842 : « j’ignore quels sont les monuments dont on a proposé le classement en 1842 et qui ne figurent point sur la liste que vous m’avez transmise »86. Cette remarque confirme qu’il n’a pas donné son avis à ce moment-là pour une raison que nous ne pouvons pas expliquer. Le préfet soumet à la Commission des monuments historiques le classement des églises du Boulou, d’Arles, de Corneilla-du-Conflent – pour son architecture, son cloître et son retable de marbre blanc – de Serrabonne, d’Hix, d’Espira de l’Agly – pour son architecture et son portail sculpté – de Saint Génis-des-Fontaines. Jaubert de Passa demande que soient ajouté le cloître d’Arles, les églises de Serralongue, Saint-Féliu d’Amont, Riuferrer et la croix du cimetière de Collioure. Par contre disparaissent de la liste, les églises de Dorres, Estavar, Montferrer, Fuilla, Conat, « qui ternissent la liste des monuments provisoirement classés ». Molitg, « ne présente aucun intérêt historique ni monumental : c’est une église rurale sans importance ». Les églises de Saint-Martin l’Albère, Corsavy, Formiguères, Saillagouse, la Llagonne, sont retirées alors qu’il en avait quelques années plus tôt encouragé la protection87.

33En 1851, la liste est enfin complétée par l’ensemble majeur que constituent la cathédrale et l’église Saint-Jean-le-Vieux unies par des liens historiques. Jaubert de Passa souligne l’intérêt de l’architecture gothique de la cathédrale, la richesse du décor et du mobilier, la spécificité de son caractère méridional rattaché à l’histoire complexe de la province. C’est ainsi que Saint-Jean-Baptiste de Perpignan devient un édifice emblématique, à la fois du patrimoine et de l’histoire roussillonnaise, rayonnement que confirmeront les études et l’archéologie du bâti au début du XXe siècle :

  • 88 Rapport de Jaubert de Passa sur les monuments du département au préfet des Pyrénées-Orientales, du (...)

« Outre l’église Saint-Jean le Vieux nous avons la moderne cathédrale commencée l’an 1324 sous le règne de Don Sanche de Majorque et terminée vers l’an 1476 sous le règne accidentel de Louis IX. Dans la cathédrale je signalerai en outre de la nef, trois monuments qui sont : la cuve monolithe en marbre blanc servant de fonds baptismaux provenant de l’antique église de Mailloles (villa gothorum) ville wisigothique voisine de Perpignan et détruite au commencement du IXe siècle par les Normands ; le buffet de l’orgue dont l’élégante et riche sculpture remonte au XVe siècle ; le retable du maître autel en marbre blanc. C’est un monument bien caractérisé de la renaissance que Charles Quint admira et que Philippe II proposait d’acheter en offrant une copie plaquée d’argent [...]. Il importe donc de classer la cathédrale actuelle »88.

  • 89 Ibidem.
  • 90 Ibid.
  • 91 Rapport de Jaubert de Passa sur les monuments du département au préfet des Pyrénées-Orientales, du (...)

34En 1851, Jaubert de Passa est la seule personne capable d’intervenir en Roussillon pour favoriser la politique de la Commission des monuments historiques et la reconnaissance tardive de certains monuments montre à la fois, la progression des connaissances de l’inspecteur des monuments historiques et sa capacité à élargir la notion de patrimoine à partir des modèles romans. Par exemple, le site roman des Cluses près du Perthus est classé89. Il fait évoluer la liste des monuments classés qui se révèlent comme autant de témoignages de l’histoire, de la société des hommes à un moment donné : « Nos richesses monumentales ont un mérite aujourd’hui reconnu. Mais à côté de leur nomenclature, je voudrais voir figurer celle des vases sacrés, des habits sacerdotaux, des meubles anciens et des inscriptions dont l’antiquité serait bien constatée, et qu’on dénature journellement, sans opposition et au grand préjudice de l’art »90. Autre exemple, l’abbaye ruinée de Saint-Martin du Canigou dépourvue de ses ornements ne représente plus grand-chose aux yeux de Jaubert de Passa qui privilégie l’inscription au titre des monuments historiques de l’église voisine de Casteil où quelques éléments sculptés de l’ancien monastère sont conservés : « la vigilance de l’administration supérieure doit suivre les nobles débris de l’art ancien et non des ruines informes et sans valeur »91. A contrario, alors qu’il avait proposé en 1837, le classement de l’église de Riuferrer construite comme d’autres églises du Vallespir, son état d’abandon entraîne son retrait de la liste des monuments classés au nom de cette nouvelle cohérence recherchée.

LE PATRIMOINE RESTAURÉ 1836-1880

35Bien avant l’application de la circulaire du 10 août 1837, le conseil général des Pyrénées-Orientales a financé quelques restaurations auxquelles succèdent, après la création de la Commission des monuments historiques, des demandes d’aide groupées pour des édifices classés. À partir de 1840, les interventions vont du simple entretien aux travaux de restauration plus conséquents pour des édifices à l’intérêt stylistique, archéologique et historique démontré. Ainsi, les mesures de classement favorisent une politique départementale coordonnée par l’architecte du département, le représentant de la Commission des monuments historiques, contribuent indirectement à l’enrichissement des techniques et à la connaissance historique des monuments.

La restauration des monuments historiques. Les premières expériences de 1836 à 1844

  • 92 Lettre du chevalier de Basterot, architecte du département au préfet des Pyrénées-Orientales du 16 (...)

36La restauration de l’église de Planès en 1836 est l’exemple intéressant d’une initiative locale destinée à conserver le caractère d’un édifice peu commun. Basterot est appelé par le maire de la commune opposé au projet des paroissiens qui veulent agrandir l’église par l’adjonction d’une nef complémentaire : « la marguillerie de cette chapelle qui ne voit qu’une tour dans ce monument circulaire voulait en abattre la moitié pour y faire une nef afin d’en faire une église »92. Basterot voit un assemblage de figures géométriques tout à fait original et plus simple que celui décrit par Jaubert :

  • 93 Devis estimatif et détails des travaux à effectuer à l’église de Planés par le chevalier de Baster (...)

« La base principale de la forme de l’église de Planés est un triangle équilatéral. Sur chacun de ses côtés est un demi-cercle formant une abside et le tout est réuni par un cercle inscrit dans le triangle. Cette singulière combinaison qui rappelle la forme des baptistères construits par les premiers chrétiens offre à l’extérieur un ensemble assez satisfaisant. Chacune des parties supporte son toit de sorte qu’on y remarque trois toits en demi-cônes trois en demi-pyramide et un toit conique »93.

  • 94 Minute de la lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au sous-préfet de Prades du 5 août 1836. ADP (...)
  • 95 Lettre du maire de Planés au sous-préfet de Prades du 22 juin 1836. ADPO, 4T 53.
  • 96 Devis estimatif et détails des travaux à effectuer à l’église de Planés par le chevalier de Baster (...)

37Intérêt suffisant pour justifier l’attribution d’une subvention de 300 francs pour la restauration bien que l’église ne soit ni cure, ni succursale mais avant tout une construction remarquable94. Connue de Mérimée à travers les études de Jaubert de Passa, cette église est : « l’une des plus anciennes et des plus remarquables du département par sa structure laquelle est regardée pour avoir été autrefois une mosquée est considérablement dégradée par les pluies et les intempéries de saisons [...] même les ornements de l’église, les images et autres ustensiles ne sont pas épargnés de l’humidité tant les murailles sont pourries et sans consistance »95. Le devis de l’architecte du département soucieux de préserver l’ensemble, comprend la dépose de la toiture et sa reconstruction en ardoise96.

  • 97 Le coût des travaux est inférieur à la subvention demandée. Il s’agit du déplacement de la croix s (...)
  • 98 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales à Jaubert de Passa du 10 octobre 1839. ADPO, 4T 47.
  • 99 Suivant le rapport de Basterot, s’ajoute à cette demande, 400 francs pour la construction d’un éch (...)
  • 100 Rapport du 27 février 1840. Sont présents, Vitet, Mérimée, Golbéry, Denis, Cavé, Taylor, Lenormant (...)
  • 101 Rapport de la Commission des monuments historiques, par le baron Taylor, séance du 1er février 184 (...)
  • 102 Ibidem.
  • 103 Classement provisoire des monuments historiques du département des Pyrénées-Orientales présenté en (...)
  • 104 Ibidem.

38Les travaux remarquables sur les églises du département s’enchaînent à partir de 1839 grâce aux subventions du ministère de l’Intérieur. L’entretien du cloître d’Elne déjà restauré et la restauration de la croix monumentale d’Ille-sur-Têt97, absorbent la subvention accordée pour la restauration du cloître d’Arles et de l’église de Coustouges demandée par Jaubert de Passa98. En 1840, 1 000 francs d’aide du ministère de l’Intérieur permettent la restauration de son imposant portail, alors que l’église de Marcevol reçoit 100 francs, l’église d’Elne 300 francs99. En 1841, la Commission des monuments historiques propose le rachat à la congrégation espagnole de l’église et du prieuré de Serrabonne100 comme l’avait suggéré le baron Taylor : « il y a quelques années ont aurait pu obtenir cette église dont une grande partie est en marbre pour deux ou trois mille francs »101. La même année, Basterot demande la restauration des églises de Conat, Serralongue, Planés et Saint André, mais faute d’éléments justifiant la dépense, la subvention est reportée102. Afin de sélectionner les chantiers, Basterot met en concurrence les communes et le conseil général qui complète la subvention des monuments historiques. Dans un deuxième temps, il distingue l’entretien courant, des travaux de restauration. Pour l’église d’Elne par exemple, « des réparations ayant été soigneusement faites pour sa conservation, cette église se trouve en très bon état. Il faudrait seulement refaire le pavé qui est brisé et s’enlève partout »103. Il invite les communes à faire de même, à distinguer conservation et restauration : « ces demandes doivent être considérées comme non avenues parce qu’elles ne seront basées sur aucun projet régulier et qu’il est impossible d’évaluer la dépense sans un devis. Les toitures des églises sont généralement en mauvais état »104. Cependant, les faibles ressources locales ne peuvent pas compléter l’aide de l’État et le financement des restaurations demeure un problème quel que soit le parti pris.

  • 105 Lettre du maire de Bourg-Madame au sous-préfet de Prades, du 28 septembre 1841. ADPO, 4T 38.

39D’autres difficultés interviennent lorsque les restaurations fantaisistes encouragées par les curés ou les fabriciens qui n’ont pas toujours conscience de l’intérêt artistique des églises, déjouent la procédure bien rodée du ministère de l’Intérieur. Faute de soutien financier, des communes mettent en avant n’importe quel argument, étayé ou pas, pour obtenir des aides. Par exemple, le maire de Bourg-Madame explique à propos de l’église d’Hix située sur sa commune : « l’église d’Hix est classée au nombre des Monuments Historiques du département, elle mérite d’y occuper un rang par sa construction et son ancienneté ; Hix étant le village le plus ancien des deux Cerdagne, elle fut sacrée par quatre grands personnages ecclésiastiques qui se trouvaient dans le temps, prisonniers d’état dans ce village qui était le séjour des seigneurs de la Cerdagne »105. D’autres élus, pragmatiques, demandent des subventions pour travaux afin d’alléger la contribution de leur commune :

  • 106 Lettre du maire de Saillagouse au préfet des Pyrénées-Orientales du 15 novembre 1841. ADPO, 4T 55. (...)

« Toutes nos communes sont excessivement pauvres et les fabriques n’ont pour revenus que les produits des quêtes, ce revenu suffit à peine pour les besoins du culte. Le seul moyen que l’on puisse adopter pour effectuer les travaux indispensables, c’est de profiter de la session du Conseil Général pour présenter des devis sur lesquels le conseil pourra voter quelques secours mais comme il a peu de ressources à consacrer à cet objet j’emploierai toute mon influence auprès de messieurs les curés et maires pour obtenir des habitants quelques sacrifices à réaliser ces prestations »106.

  • 107 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 11 juin 1841. AMH, 0081/06 (...)
  • 108 Minute de la lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au chevalier de Basterot du 5 juillet 1842. (...)

40Dans les régions de montagnes, plus qu’ailleurs les municipalités sont démunies et doivent entretenir la plupart des édifices classés sans grand moyen. L’économie de subsistance est basée sur une agriculture pauvre où l’élevage domine. Sans intermédiaire, peu de paroisses de ces régions sont en mesure de solliciter la bien lointaine Commission des monuments historiques. Il existe bien une géographie des restaurations en fonction de la configuration naturelle du département. Ce déséquilibre régional est accentué par le manque de rigueur plusieurs fois constaté de Basterot qui complique le suivi administratif des dossiers. Ils sont souvent incomplets ou trop détaillés et confus, retardant la mise en chantier. Il explique lui même ce problème en 1841 : « ces explications que j’ai cru devoir transmettre à son excellence motivent l’ajournement des subventions réclamées en faveur de ce département »107. L’ajournement des aides contrarie le préfet : « il est d’autant plus fâcheux de n’avoir pas pu profiter cette année de dispositions bienveillantes annoncées par monsieur le ministre » qui de son coté exprime « le regret de n’avoir pu accorder des subventions sur les fonds de cette année [1842] à cause du défaut de devis détaillé et des pièces réclamées par la circulaire du 21 février 1841 »108.

41Basterot a le défaut de ses qualités, son dévouement nuit à son efficacité. Pourtant il est une grande figure méconnue mais indissociable, tout autant que Jaubert de Passa, de la politique menée par la monarchie de Juillet en faveur du patrimoine. Il a assumé avec clairvoyance, sens de l’économie, les restaurations des églises et les premiers grands travaux de restauration de la cathédrale qui lui sont confiés jusqu’en 1842. Basterot a honoré sa charge d’inspecteur avec zèle mais son travail s’est trouvé accru au fil du temps. Ses chantiers ont parfois pris du retard contre son gré, par excès de perfection. Il s’est trouvé en fait bien seul pour une tâche qui l’a rapidement dépassé. À sa mort en 1844, il est d’abord remplacé par César Drogard jusqu’en 1853 lorsque celui-ci devient architecte diocésain puis par Jules Vignol. À partir de ce moment là, les demandes de subventions se font plus rares : il s’agit des demandes de crédit d’entretien et la liste des monuments historiques n’est plus révisée, ce qui a pour conséquence une baisse relative des prises en charge.

La restauration de la Loge de Mer et de l’hôtel de ville de Perpignan

42L’exemplarité de la restauration de la Loge de Mer a pour origine un projet de reconquête de l’espace urbain dans une démarche historiciste. Les premiers travaux débutent en 1841 sous la conduite du maire de Perpignan et de son conseil municipal. L’ancienne Loge des marchands entre dans le domaine public pour devenir un café dont les bénéfices de l’affermage seront perçus par la municipalité. Le bâtiment ne figurant pas sur les listes des monuments classés de 1837 et 1840, les deux inspecteurs des monuments historiques, Basterot et Jaubert de Passa n’ont pas été consultés. Les travaux de restauration débutent au moment où Henry développe à travers ses publications et dans le cercle étroit de la communauté des intellectuels, l’idée que la fin du Moyen Âge est une période de référence culturelle et artistique. Ainsi en 1842, la mise en conformité du bâtiment laisse la place à un projet de conservation et de valorisation d’un lieu fortement marqué par l’histoire culturelle et économique de Perpignan.

  • 109 Rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842 adressé au préf (...)
  • 110 Copie de la lettre du 10 décembre 1841 de Me Saisset, avocat, saisi par la mairie de Perpignan pou (...)

43Peu d’éléments nous renseignent sur l’état du bâtiment avant la restauration de 1842. Le dessin d’Adrien Dauzats pour les Voyages pittoresques dans l’ancienne France du baron Taylor exécuté en 1834 montre les changements apportés à l’édifice depuis la Révolution ou à une époque sensiblement antérieure. Durant la première moitié du XIXe siècle, la Loge de Mer est une salle de spectacle : les grandes baies sont partiellement murées, un enduit recouvre les façades. Sur l’une d’entre elles, à l’est, un parement épais masque les ouvertures, il correspond à l’arrière de la scène du théâtre. La balustrade sur le toit est rompue ; enfin un balcon en bois relie l’hôtel de ville et la Loge de Mer : « il n’existait pas et ne fut établi qu’à l’époque où le bâtiment fut converti en salle de spectacle. C’est aussi à cette époque que furent fermées les baies dont on vient de parler »109. Peu après, l’édifice est affermé par l’administration des diligences et devient une remise à fourrages jusqu’en 1840. L’encadrement d’une des portes de la façade nord a perdu ses piédroits, démontés pour le passage des véhicules. Il manque les pierres de taille, les moulures de la partie supérieure de l’encadrement et le carrelage intérieur110.

  • 111 Rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842 adressé au préf (...)
  • 112 Délibérations du 26 octobre et 11 décembre 1840, 3 mars 1841. Lettre du maire de Perpignan au préf (...)
  • 113 Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 12 mai 1842, ADPO, 4T 51.

44L’adjudication du 31 mars 1841 afferme le bâtiment à un particulier pour huit ans. La Loge de Mer, construction flamboyante de la seconde moitié du XIVe va devenir un café111. Un nouveau contrat d’affermage est passé par la mairie de Perpignan avec un autre exploitant en mars 1842112. L’investissement du fermier s’élève à « 4 000 ou 5 000 francs, sans garantie de succès »113. Pendant ce temps, la dégradation du bâtiment s’amplifie :

  • 114 Il s’agit d’une maquette du XVe siècle en fer forgé représentant une « nave », un navire catalan r (...)
  • 115 Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 3 février 1842, ADPO, 4T 51.

« La façade est sillonnée de petites excavations pleines de trous dans lequel il faut incruster des cubes de pierres plus ou moins forts ; couverte de plâtre sur certains points de fumée qui a pénétré profondément sur d’autres. On doit arracher des tiges de fer très fortes qui soutenaient le bateau114 ; chaque pierre a autour d’elle un joint souvent très large qu’on devrait remplir de mortier ; il manque des colonnettes aux croisées ; tous les ornements des ogives sont à refaire pour le plus grand nombre, à retoucher, à compléter pour tous. Une foule de cassures exige qu’on affecte des pièces aux ornements ; on fera un volume de détails des objets à restaurer »115.

  • 116 Ibidem.
  • 117 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 avril 1842. ADPO, 4T 51.
  • 118 Rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842 adressé au préf (...)

45La restitution de l’état initial est improbable compte tenu de ces dégradations, aussi le maire de Perpignan envisage en 1842 « de raser cet édifice et d’élever un beau bâtiment moderne ayant 50 mètres de façade et une distribution intérieure appropriée au besoin de l’administration »116 de manière à étendre l’espace disponible pour la mairie. Cette idée n’est pas suivie des faits. Dès 1841, le maire, Guiraud de Saint-Marsal, a obligation de travaux pour le respect des conditions du marché, contesté par l’administration des monuments historiques, qui soutient l’installation d’un service public117. Toutefois, au moment où l’adjudication avait prévu le transfert du bâtiment, la Loge de Mer a été inscrite sur la liste des monuments historiques publiée en mars 1841. La mairie, informée par le préfet de son obligation de rendre compte à l’administration des modifications est sommée d’attendre que le projet ait reçu l’accord du ministère. Malheureusement, l’alerte arrive trop tard, les travaux ont commencé118, échappant au contrôle de Basterot, récemment nommé inspecteur correspondant.

  • 119 Lettre du chevalier de Basterot au préfet du 28 octobre 1841. ADPO, 4T 51.
  • 120 Ibidem.
  • 121 Lettre du préfet au maire de Perpignan du 5 novembre 1841, ADPO, 4T 51.
  • 122 Ibidem.
  • 123 Lettre du préfet au maire de Perpignan du 2 février 1842, ADPO, 4T 51.
  • 124 Lettre de Jaubert de Passa au préfet du 29 octobre 1842, ADPO, 4T 51.
  • 125 Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales, ADPO, 4T 51.
  • 126 Lettre de Jaubert de Passa au préfet du 10 avril 1842, ADPO, 4T 51.
  • 127 Ibidem.
  • 128 Rapport de Jaubert de Passa au préfet des Pyrénées-Orientales du 24 mai 1851. AMH, 0081/066/0149.

46Aucun plan d’ensemble des travaux n’a été envisagé par la municipalité ou par l’architecte de la ville au grand étonnement de Basterot119. Des changements importants ont eu lieu, notamment le dégagement des grandes baies. Le problème qui se pose à Basterot, est qu’il n’existe à proximité aucun modèle de ce type d’architecture, donc aucune référence. Les connaissances sur l’architecture gothique sont aussi très limitées si on s’en tient à ce que Basterot laisse entendre à ce sujet dans ses correspondances, par rapport à ce que la science archéologique de cette époque a déjà produit. L’inspecteur ne peut juger de l’opportunité des changements : « j’ignore si les nouvelles dispositions peuvent nuire à l’ensemble et à la conservation du monument »120. Les solutions de recours viennent du préfet. Aussitôt, il demande au maire de signaler les travaux au ministère et l’engage à faire un projet d’ensemble pour la restauration des façades en attendant son accord121. À cette occasion, Jaubert de Passa rappelle en vain les consignes délivrées par la circulaire du 1er octobre 1841, selon lesquelles des travaux ne peuvent être entrepris sans son accord. Il s’inquiète pour la transformation de l’édifice : « cela me fait supposer que l’on regrattera plus tard les ornements qui encadrent si bien les ouvertures »122. En effet, l’enduit des façades a été retiré pour rattraper les irrégularités survenues au moment du percement d’une baie123 et le monument semble dénaturé à ses yeux124. Guiraud de Saint-Marsal, malgré les pressions exercées par Jaubert de Passa, reste sur ses positions125 alors que les travaux sont exécutés à l’aide d’un crédit particulier du ministère, destiné à motiver le respect des procédures. Les alertes prononcées par Jaubert de Passa restent sans effet, le grattage de la façade arrive à son terme126. L’inspecteur n’a pas pu exercer les prérogatives que lui confère le privilège de sa charge et exprime ses regrets de n’avoir pas su convaincre qu’un « parement neuf convient assez peu à un monument du XIVe siècle »127. Ces regrets, Jaubert de Passa les exprime encore en 1851 : « tout ce que l’on peut dire de ces travaux c’est qu’ils sont faits et que le mal est sans remède »128.

47Avec la même détermination, le conseil municipal engage la réfection de la toiture et le rehaussement préalable des façades :

  • 129 Délibération du conseil municipal de la ville de Perpignan du 10 mai 1842. AMH, 0081/066/0149.

« Quant à l’altération et la dégradation de l’édifice nous conservons avec un respect religieux jusqu’au moindre détail de sculptures. À la vérité on a ouvert des bayes mais elles étaient ouvertes jadis, il fallait bien éclairer l’intérieur. On a rehaussé d’un mètre en reconstruisant la toiture mais c’était obligé, indispensable pour une salle de 25 m sur 11 et au moins 6 m de hauteur ; il est du reste reconnu que ce rehaussement donne plus d’élégance à la façade qu’elle établit de l’harmonie entre le bas et le haut tout à fait dépourvu de sculpture et le haut qui en est surchargé »129.

  • 130 Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 3 février 1842, ADPO, 4T 51.

48Dans la première étape d’une restauration non concertée, entreprise pour rendre le monument opérationnel dans une logique commerciale, personne ne s’est préoccupé de l’intégration de la façade dans l’espace urbain, de son rapport esthétique avec l’hôtel de ville dont la reconstruction est alors programmée et de l’éventuelle jonction de leurs espaces respectifs130.

  • 131 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Achille Leclerc, inspecteur général du 24 mars (...)
  • 132 Rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842 adressé au préf (...)
  • 133 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Achille Leclerc, ibidem.
  • 134 Rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842, ibidem.
  • 135 Ibid.
  • 136 Minute du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 9 septembre 1842. AMH, 008 (...)

49La restauration de la Loge de Mer ne satisfait pas non plus le Conseil des bâtiments civils131 qui demande la suspension des travaux car « ils pourraient modifier ou altérer les proportions de l’édifice »132. Les aménagements intérieurs sont aussi discutés. Dans les différents projets exposés, il apparait que la reconstruction programmée de la mairie devait s’accompagner d’une extension des espaces administratifs au premier étage de la Loge de Mer grâce à une communication entre les deux bâtiments. Le Conseil des bâtiments civils fait alors remarquer que ce projet doit être exécuté sans modifications supplémentaires : « dans ce cas le monument perdrait de son prix fixe et ne pourrait plus être considéré comme monument historique »133. La présence d’un café au rez-de-chaussée de l’édifice est encore rediscutée134 même si la destination de la Loge de Mer précède son classement. Les membres du Conseil des bâtiments civils ignorent certainement les sacrifices qui seraient alors imposés à la ville : résiliation de bail, perte d’indemnité, paiement de dommages au fermier. Quant à la Commission des monuments historiques, elle suggère la création d’un musée ou une école, proposition à laquelle le maire de Perpignan répond : « si cette destination [un café] et c’est incontestable est peu convenable pour cet édifice de caractère elle n’en compromet nullement la conservation et peut être tolérée sans inconvénient au moins comme disposition provisoire jusqu’à l’expiration du bail en faisant toute réserve pour les nouvelles dispositions à prendre à cette époque [...] »135. L’avenir de la Loge de Mer est tributaire de cet imbroglio où s’opposent la mairie de Perpignan et les institutions. Selon le représentant de la Commission des monuments historiques : « les modifications que cet édifice a subies sont déplorables et je ne puis que vous répéter que j’aurais dû être averti plus tôt du projet qui avait été formé de les exécuter [...] veuillez en conséquence de ces observations me renvoyer un projet de restauration de la Loge de Mer dans son état primitif et des modifications apportées en réservant toutes les parties anciennes et monumentales et la décoration extérieure »136.

  • 137 Adjudication du 20 août 1841, rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer (...)

50Qu’en est-il des travaux exécutés en 1842 ? La comparaison de deux relevés à dix ans d’intervalle ne fait pas apparaître de modifications profondes sur les structures. Il s’agit du dessin de Dauzats réalisé en 1833 pour les Voyages Pittoresques dans l’ancienne France et du dessin présentant le projet de restauration de l’hôtel de ville où figure la Loge de Mer. Ce relevé signé Caffe, architecte de la ville de Perpignan date de 1842. On peut observer que les façades ont été rehaussées d’un mètre environ car l’intérieur du bâtiment a été partagé horizontalement par le plancher d’un étage supplémentaire137 destiné à recevoir une salle de réception :

  • 138 Lettre du maire de Perpignan Guiraud de Saint-Marsal du 12 mai 1842, ADPO, 4T 51.

« Le plancher de l’étage ne pouvait s’établir au-dessous du sommet de l’ogive. Son épaisseur déduite il restait cinq mètres. Fallait-il condamner à former une espèce d’entrepont ? N’y avait-il pas nécessité de se procurer au moins six mètres de hauteur ? C’est ce que l’on a cru devoir faire et loin de nuire à l’effet architectural cette modification sans importance pour le respect du à l’antiquité du monument au goût de l’époque a certainement ajouté de la grâce à l’édifice et tourné au profit des détails de sculptures autour desquelles l’œil peut jouir tandis qu’il y avait confusion quand l’attique dentelé était immédiatement posé sur les pointes des filets fleurdelisés couronnant les croisées »138.

  • 139 Rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842, ibidem.
  • 140 Lettre de Jaubert de Passa, membre du Comité historique au préfet des Pyrénées-Orientales du 24 ma (...)

51Après la réfection de la toiture, une balustrade fabriquée sur le modèle des fragments encore en place vient les compléter : « loin de nuire à l’effet architectural [elle] donne plus d’élégance à la façade et rétablit l’harmonie entre les sculptures du bas et du haut »139. Jaubert de Passa semble d’ailleurs favorable au rétablissement « de l’ancienne balustrade dans le style ogivique flamboyant. Ce dernier travail exécuté par de simples ouvriers du département prouve que le goût peut accompagner à peu de frais toutes nos restaurations »140. Cette initiative montre une certaine liberté quant à l’idée que l’on se fait alors du monument gothique et surtout de la manière de concevoir sa restauration en conciliant restitution et fonctionnalité. D’ailleurs au début du XXe siècle, la balustrade a été entièrement refaite, ce qui confirme que le parti pris dans les années 1840 a eu valeur d’exemple.

  • 141 Lettre de Guiraud de Saint-Marsal, maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 12 mai (...)
  • 142 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 12 mai 1842 avec copie de (...)
  • 143 Rapport de l’architecte Stym Popper du 1er mars 1951. Remplacement des remplages de fenêtres et dé (...)
  • 144 Ibidem.
  • 145 Ibid.
  • 146 Projet d’installation des lampadaires et velums devant la façade de la Loge approuvé par Alfred Jo (...)

52Dans un deuxième temps, la démolition des « locaux accolés du côté de la rue des marchands »141 qui enfermaient l’arrière-scène du théâtre, a permis le dégagement des deux ouvertures donnant sur cette rue. Quant aux portes donnant sur la place « l’enlèvement du remplissage des baies du rez-dechaussée ne saurait être considéré comme une atteinte à la conservation, c’est au contraire un rétablissement de ce qui existait »142. La salle du rez-de-chaussée, devenue un café, est fermée par des huisseries en bois conservées jusque dans les années 1950. Elles sont retirées par Sylvain Stym-Popper, architecte des monuments historiques qui se réfère au modèle de la Loge de Mer de Barcelone : « les grandes baies du rez-de-chaussée étaient dépourvues de fermetures au moins du côté de la rue des marchands »143. Ces remplages qualifiés par Stym-Popper de « style troubadour, exagérément gothique »144, avec vitraux colorés ont été apportés en 1842 afin de parachever la décoration intérieure du café. Des huisseries assorties sont toujours conservées à l’étage dans l’actuelle salle du conseil municipal. Selon l’architecte, les huisseries néo-gothiques « en dehors même de la laideur prétentieuse de leur dessin, ces menuiseries présentent le grave défaut de constituer une sorte de cloison opaque là où autrefois l’air passait librement. En avant de la façade ont été installé naguère des lampadaires en fer forgé qui forment écran et n’ajoute aucune beauté au monument »145. Ces luminaires réalisés par l’architecte Édouard Mas Chancel dans les années 1930, s’inspirent à la fois des ouvrages en fer forgé torsadé de l’époque romane et de la tradition régionaliste146. Il reste toutefois à réaliser une observation minutieuse des remplages extérieurs à l’étage afin de déterminer la nature exacte des restaurations et des reconstructions des fenêtres opérées en 1842.

  • 147 Michonneau, 2007, p. 19.

53Il y a donc eu dans les différentes étapes de la restauration de la Loge de Mer, entre les années 1840 et 1930, l’intention de recourir à un historicisme pour mettre le bâtiment en conformité avec l’époque de sa construction et restituer à la place de la Loge un caractère médiéval. Ce bâtiment très marqué par son style et son décor a aussi une empreinte mémorielle dans l’espace perpignanais. Il symbolise le passé hégémonique des rois d’Aragon et leurs conquêtes en Méditerranée, il figure parmi les monuments emblématiques que l’on retient de Perpignan et participe à l’idée que l’on se fait de cette ville dans les années 1830-1840 : une ville stable avec une cohérence urbaine. Les remparts délimitent la cité et rappellent sa position stratégique entre deux États. La continuité de la fonction militaire de la ville se lit dans la typologie de son enceinte faite de couronnes successives autour du noyau médiéval. Malgré les guerres et la Révolution, la stabilité du tissu urbain et monumental témoigne de l’unité et de la cohérence de cet espace intra-muros. Il reflète, pour reprendre une expression de Stéphane Michonneau appliquée à Barcelone, une sorte « d’actualité du passé lointain en plein cœur du XIXe siècle »147. La permanence de ce cadre, des objets qui en structurent la trame dans l’espace et dans son évolution historique implique le nécessaire rapport au passé parce qu’il est vécu comme un espace de tradition.

  • 148 La desamortizacion correspond depuis la fin du XVIIIe siècle en Espagne à la vente aux enchères de (...)
  • 149 Michonneau, 2007, p. 20.
  • 150 De Roux, 1996.

54Au début du XIXe siècle ce cadre est perçu comme immuable, incapable d’évoluer au-dehors de son enceinte et prisonnier à la fois de ses propres structures et de son immobilisme économique et social. Si aux alentours de 1835, Barcelone provoque par la volonté de la bourgeoisie et sous les effets de la troisième desamortizacion de Mendizabal en 1836148 la transformation de son espace urbain149, Perpignan n’envisage à ce moment-là, ni de reconsidérer le tracé de ses remparts, propriété du ministère de la Guerre150, ni de bouleverser sa topographie interne ou externe. En effet, depuis le XVIIIe siècle et jusqu’en 1840 environ, l’activité économique en Roussillon est dans une phase de pré-industrialisation, c’est-à-dire une industrie diffuse sans centres structurants, autour de la draperie, de l’activité minière par exemple où on constate l’absence de techniques et de modèles de production innovants. Cette activité est contingentée dans des ateliers locaux, associée au travail à domicile, il n’y a pas de grands établissements et l’écoulement de la production est régional.

  • 151 Marty, 2004, p. 7-23.
  • 152 Ibidem.

55Aussi, la situation entre Barcelone et Perpignan est-elle comparable et jusqu’à quel point ? La première conquête de l’espace extra-muros se produit aux alentours de 1858 avec l’arrivée du chemin de fer, la construction de la gare, ce qui modifie les systèmes d’écoulement de la production locale. Le dynamisme industriel et économique est renforcé par le traité de Libre échange en 1860 et par l’activité conduite par de grands capitaines d’industrie151. À Perpignan, un nouvel axe relie l’extérieur des murs à la ville intra-muros. Des maisons, des exploitations agricoles, des entrepôts s’y greffent pour se rapprocher de la gare152. Il faut attendre la démolition des remparts à partir de 1901 pour percevoir une tentative d’appropriation de nouveaux espaces par la bourgeoisie qui s’installe dans les quartiers libérés par la destruction des fortifications, alors que l’espace topographique intra-muros n’est pas modifié.

56La vie civile et administrative de Perpignan s’organise encore dans la première moitié du XIXe siècle autour des anciens lieux d’intervention de la puissance publique. Ils prennent le relais des neuf puissantes maisons religieuses, sécularisées depuis la Révolution. Elles n’évoquent qu’une trame et un espace de sociabilité dépassé. Par contre, la Loge de Mer et l’hôtel de ville rappellent l’histoire du Moyen Âge et d’une double conquête. Premièrement, celle du pourtour nord-occidental de la Méditerranée à laquelle les Roussillonnais participent étant rattachés aux royaumes de Majorque et d’Aragon. Deuxièmement, celle d’une société qui à la même époque produit une nouvelle culture matérielle. Le souvenir de cette prédominance est très présent dans les milieux intellectuels et il se traduit par le désir de revalorisation des lieux centraux notamment du forum de la cité et de sa mise en scène. Cet espace, avec la restauration de la Loge de Mer suivie de près par celle de l’hôtel de ville, devient un lieu symbolique et mémoriel.

  • 153 Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 3 février 1842, ADPO, 4T 51.

57En février 1842, le maire de Perpignan fait connaître son intention d’adresser un projet de reconstruction de la mairie située entre l’ancienne Loge des marchands et le Palais de justice153. L’hôtel de ville dont le rez-de-chaussée s’ouvre sur la place par deux baies en plein cintre soigneusement appareillées est séparé de la Loge de Mer par une construction délabrée sans aucun intérêt architectural. Le but est de rejoindre les deux bâtiments pour faire un nouvel ensemble, mais le rapprochement des deux bâtiments pose un problème d’aménagement des façades, de cohérence esthétique entre des constructions dont le style est fortement marqué. La question du choix du modèle dans l’élévation, la conformité avec l’architecture gothique et le respect des éléments en place autour d’un espace hautement symbolique au regard de l’histoire se pose avec acuité sans toutefois être nouvelle.

  • 154 Il n’a pas été possible à ce jour d’identifier Bert et Torreilles.
  • 155 Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales, du 8 février 1815. ADPO, 2OP 2641.
  • 156 Une indemnité de 300 francs a été accordée à Bert pour son projet. Lettre du maire de Perpignan au (...)

58L’idée de construire un bâtiment neuf entre l’hôtel de ville et la Loge de Mer date de 1815. Trois artistes, Bert, Torreilles154 et François Boher dont la « réputation est fondée sur des ouvrages connus »155 se présentent. Seul le dénommé Bert étranger à la ville et sans travail répond au cahier des charges plus ou moins précisé par une commission formée pour ce projet des représentants élus de la commune, mais ses propositions ne sont pas validées156. Les vagues esquisses de Boher ne permettent pas à la commission des bâtiments civils de se prononcer.

  • 157 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet du 29 avril 1842, ADPO, 4T 51.
  • 158 Lettre du maire de Perpignan Guiraud de Saint-Marsal au préfet des Pyrénées-Orientales du 12 mai 1 (...)
  • 159 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet du 23 juillet 1842, ADPO, 4T 51.
  • 160 Délibération du conseil municipal de la ville de Perpignan du 10 mai 1842, AMH, 0081/066/0149.
  • 161 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 avril 1842, ADPO, 4T 51.

59Le projet est donc reformulé et présenté en 1842 avec celui de la restauration de la Loge de Mer. Le montant des travaux s’élève à 60 000 francs157. Le ministre de l’Intérieur remet son avis le 29 avril 1842 avec celui du Conseil des bâtiments civils : le projet doit être revu158. La réfection de la Loge de Mer étant déjà fort avancée, la cohérence de l’ensemble doit être étudiée avec la Commission des monuments historiques159. Le conseil municipal reconnaît à demi-mot les imperfections du projet « néanmoins exagérées sous quelques rapports [...] il y aura quelques difficultés à coordonner le bâtiment central de manière à se mettre en harmonie avec les anciens bâtiments entre lesquels il se trouve placé »160. Un nouvel architecte doit être désigné161, car la maîtrise de l’harmonie et du style des façades bloque l’exécution de cette réalisation ambitieuse.

  • 162 Lettre du préfet portant copie de la lettre du maire de Perpignan au ministère de l’Intérieur du 1 (...)

60« Quant au projet de construction neuve, nous sommes loin de prétendre qu’il ne mérite pas une partie de la critique sévère qu’on en fait et on nous trouvera très disposés à l’abandonner pour tout autre qui satisfait le conseil des bâtiments. Aussi lui demanderons-nous la faveur d’un dessin ; nous aurions été charmés qu’on nous donnât des idées, des indications du système, du mode d’architecture à employer ; on se borne à nous dire qu’il faut se raccorder aux deux bâtiments attenants : la loge et le tribunal placé de l’autre côté ce dernier n’étant pas d’intérêt et de caractère. Pour qu’on puisse juger de son architecture, j’adresse un dessin de sa façade ; on verra s’il est facile de se raccorder de ligne et d’ensemble avec deux bâtiments dont l’un déjà dénaturé d’ailleurs au rez-de-chaussée et recevant à peine du jour a tout à fait l’extérieur d’une prison ; tandis que dans l’autre la croisée élevée au-dessus de deux mètres au-dessus du pavé de l’étage ne laisse presque pas de trumeau entr’elles »162.

ill. 24 - Caffe, projet pour la reconstruction de l’hôtel de ville de Perpignan (AMH).

61Or comment faire cohabiter des bâtiments médiévaux d’époques différentes entre eux ? Le contenu des propositions sur le fond n’est pas connu, mais un dessin portant la date du 21 février 1842, signé de Caffe permet d’en mesurer la complexité [ill. 24].

  • 163 ADPO, 1S 8.
  • 164 Lettre de la direction générale des Ponts et Chaussées au préfet des Pyrénées-Orientales du 19 aoû (...)
  • 165 Lettre de Rabourdin, ingénieur en chef au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 juin 1833 au sujet (...)
  • 166 Lettre de Rabourdin au préfet des Pyrénées-Orientales du 27 mars 1834, ADPO, 1S 8.
  • 167 Nomination le 13 mai 1834 de Vila en remplacement de Caffe au poste de conducteur deuxième classe. (...)
  • 168 Note de service, signifiant le remplacement de Capella par Rabourdin. ADPO, 1S 8.
  • 169 Grau, 2004, p. 439.
  • 170 Ibidem.

62Dans les années 1820-1830, Caffe est conducteur deuxième classe au service des Ponts et Chaussées163. La direction générale refuse sa demande d’avancement le 19 août 1833, car il est un « conducteur embrigadé » probablement auprès du groupe d’agitateurs saint-simoniens de Perpignan164. De plus ses fonctions officieuses d’architecte de la ville de Perpignan sont appréciées mais jugées incompatibles avec sa fonction au sein du service des Ponts et Chaussées165. Si Rabourdin, ingénieur en chef en poste admet la complémentarité des activités si elles sont maîtrisées et menées ensemble166, Caffe finit par démissionner pour se consacrer à ses fonctions d’architecte de la ville de Perpignan167. Sans qu’il soit possible d’apporter les preuves de son appartenance à l’église saint-simonienne de Perpignan fondée en 1831, plusieurs éléments montrent qu’il était proche des propagateurs de la doctrine. Son supérieur hiérarchique au sein de l’administration des Ponts et Chaussées n’est autre qu’Étienne Capella, polytechnicien, à la direction de l’Église de Perpignan dès 1831. À ce moment-là, Capella, pour une raison inconnue, doit être remplacé au sein de l’administration par Rabourdin168. On peut penser que ce changement de direction est motivé par une raison importante, peut-être la trop grande implication de Capella dans l’organisation de la propagande qui manque de bras169. Caffe est aussi membre résident de la Société philomatique. Le discours de fondation prononcé par le pharmacien Farines en 1834 met en avant des arguments de progrès, d’utilité, d’avancement des connaissances au sein du principe d’association d’inspiration saint-simonienne. Or Caffe se rapproche de ces idées dans la réalisation du projet d’hôtel de ville. Enfin il est cité comme membre de l’Église par l’historien H. R. d’Allemagne en 1930170.

63Cela suffit-il pour démontrer l’impact des idées saint-simoniennes dans le projet d’un nouvel hôtel de ville pour la commune de Perpignan ? Peut-on parler d’historicisme romantique, mouvement à travers lequel l’architecture joue un rôle social ? L’incohérence apparente du projet et du style avec les bâtiments environnants, exprime-t-elle une rupture ou une continuité des thèmes de l’architecture ? Ces thèmes sont développés à la manière d’une chronologie dans le temps sur cet espace symbolique. Quel rapport, la succession des modèles sur le projet de Caffe entretient-elle avec l’écriture de l’histoire ?

  • 171 Hippolyte Fourtoul, 1842, cité par Bergdoll, 1996a, p. 20-25.

64L’absence a priori d’intégration du projet entre la Loge de Mer et le Palais de justice remarqué par le Conseil des bâtiments civils est justifiée par le non-alignement des ouvertures d’une façade à l’autre, le dépouillement de ces dernières et l’absence de référence au passé monumental de Perpignan. Peut-on réellement parler de rupture ? Oui, avec celle du style gothique, fin XIVe siècle pour la Loge de Mer, début du XVIe siècle pour le Palais de justice. Il y a rupture avec la tradition puisqu’il n’y a pas de reproduction de modèle. Cependant le modèle néo-classique dont Caffe s’est inspiré en est le prolongement historique. Cette expérience est une référence au XVIIIe siècle monumental, expérience tournée vers une référence à la culture française. Dans ces années 1840, Hippolyte Fourtoul en donne le cadre et en rappelle le contexte en France : « je vous ai parlé souvent de ces esprits délicats qui ont rapporté de Rome, avec un sentiment vrai et nouveau des monuments antiques, le besoin de reprendre la tradition architecturale au point où elle était en France au commencement du XVIIe siècle, [...] ils se sont rangés autour de Mr Duban »171. La rupture dans ce projet d’extension est purement stylistique, sans références historicistes, et Caffe perçoit cette rupture comme un enjeu vers la modernité. Comme l’explique par ailleurs Barry Bergdoll :

  • 172 Ibidem, p. 24.

« En France, le retour au langage classique de l’architecture antique opéré par la renaissance italienne fut rapidement assimilé aux types architecturaux, aux prouesses structurelles et à la liberté décorative du gothique français. De même qu’ils avaient été les témoins de la transition entre les architectures étrusques et romaines, ils considérèrent cette nouvelle époque de transition historique comme particulièrement significative pour le dilemme d’une modernité en devenir au début du XIXe siècle »172.

  • 173 Mac William, 2007, p. 65.
  • 174 Bergdoll, 1996b, p. 191-198.

65Le projet de Caffe s’emploie, pour reprendre une expression de Neil Mac William à « perpétuer le système idéologique dans lequel il opère »173 mais au sein d’une culture française, en décalage avec le mouvement de reconstruction identitaire qui a lieu au même moment dans le Principat. Comme les architectes français des années 1830-1840 sensibles à la doctrine des saint-simoniens174, Caffe réfléchit à la transmission d’une idée de stabilité correspondant avec celle d’une nouvelle phase organique. Il fait référence à l’histoire mais avec ce modèle s’éloigne d’une référence aragonaise. Le mouvement historique a pourtant qualifié la période des rois d’Aragon comme celle d’une stabilité économique, sociale et artistique ou pour reprendre les termes de la philosophie historique des saint-simoniens comme une période organique de l’histoire roussillonnaise. Cependant, Caffe se réfère aux mêmes conditions de prospérité mais dans un rapport avec l’histoire de France.

  • 175 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Achille Leclerc, inspecteur général du 24 mars (...)
  • 176 Bergdoll, 1996a, p. 20-25.
  • 177 Mac William, 2007, p. 30.
  • 178 Delaborde H., « Félix Duban, l’exposition de ses dessins à l’École des beaux-arts », Revue des Deu (...)

66Cette création fait appel au sentiment collectif qu’inspire la rationalité du projet dans un but purement politique. Aussi, le bâtiment dans sa modernité transmet l’idée de cohésion sociale qui s’exprime de deux manières différentes. La première est dans l’amalgame apparent entre les fonctions des espaces combinés de la Loge de Mer devenue un café et les salles administratives du nouveau bâtiment. De plus une salle destinée aux réunions devait occuper le premier étage de la Loge de Mer, avec pour conséquence le fractionnement d’un lieu consacré aux loisirs auquel s’ajoute une fonction administrative. Cette interaction des espaces pose des problèmes essentiels de sécurité relevés en tant que tels par le Conseil des bâtiments civils175. Cependant, cette association qui se lit au-delà de la rupture esthétique des façades des bâtiments, est une démarche conduisant à rassembler les couches de la population. Comme l’explique Barry Bergdoll ces expériences consistaient à « trouver une loi dans laquelle l’ordre social plus large et la nouvelle liberté accordée à l’individu dans une société démocratique et scientifique aient tous deux leur place »176. L’autre idée pour assurer la cohésion sociale sur cet espace fait référence à l’histoire. La place et la Loge de Mer ont été depuis le XIVe siècle le lieu d’échange et de la représentation politique et commerciale des intérêts perpignanais que prolonge en théorie le nouveau bâtiment du pouvoir communal. Cette restauration d’une image fixe de l’histoire rappelle en deux points le passé réhabilité et l’idée moderne selon laquelle les saint-simoniens rassemblent toutes les couches de la population sous une élite dirigeante. Le bâtiment de Caffe n’exprime-t-il pas le désir d’adhésion universelle qui fait le lien entre esthétique et politique ? Mac William rappelle : « Pour les adeptes d’une esthétique radicale, la culture est d’abord et avant tout le fait de l’État. En sa qualité de citoyen l’artiste a le devoir de contribuer au développement des idées progressistes définies par les dirigeants politiques et conformes à l’intérêt national et de calibrer le sentiment populaire en conséquence. La culture opère ainsi une institution organique ; elle contribue à forger le lien entre l’individu et la collectivité en éveillant les consciences à la morale qui règle le moindre aspect de la vie publique et privée »177, ou encore ce que Delaborde indique au sujet de Félix Duban : « chercher dans la reproduction d’un monument d’architecture l’occasion de nous donner non un simulacre inutile des accidents de la réalité, mais l’image des formes qui en accusent la beauté originelle, en révélant le secret principe et pour ainsi dire, en démontrant l’âme »178.

  • 179 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Achille Leclerc, inspecteur général du 24 mars (...)
  • 180 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet du 23 juillet 1842, ADPO, 4T 51.

67Les choix de Caffe pour la ville de Perpignan pouvaient-ils être compris localement et acceptés ? Le problème ne s’est pas posé aux édiles perpignanais car le Conseil des bâtiments civils relève des incohérences du plan et celles des interactions des espaces fonctionnels179. La Commission des monuments historiques observe que les soubassements en pierre de taille et les portes plein cintre de la mairie ont été supprimées dans le projet180. Le rapport de l’Inspecteur général suggère que l’on maintienne le lien esthétique entre les parties existantes, la Loge de Mer et l’ancien Palais de justice, car ces bâtiments devaient être conservés dans l’aménagement global de la place de la Loge. Leur élévation sur la rue n’aurait aucun caractère monumental avec un édifice de cette nature et par la contrainte esthétique qu’impose sa situation entre deux façades d’intérêt archéologique et historique.

  • 181 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Achille Leclerc, inspecteur général du 24 mars (...)
  • 182 Minute du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 9 septembre 1842. AMH, 008 (...)
  • 183 Extrait du registre de délibération du conseil municipal de la ville de Perpignan du 27 mars 1868. (...)

68Le projet de Caffe est rejeté. Achille Leclerc, rapporteur du Conseil des bâtiments civils justifie la décision : « sans copier servilement le style de ces édifices il est nécessaire au moins d’éviter une discordance aussi complète en s’y raccordant aussi bien que possible de lignes et d’ensemble »181. Pour les architectes amenés à concourir après Caffe, l’équivalent d’un cahier des charges les invite à se tourner résolument vers un modèle inspiré du Palais de justice : « Quant à la façade il paraîtrait convenable d’imiter le style et la disposition du tribunal qui est à droite et qui de toutes les manières doit être respecté »182. L’architecture de la façade apparait comme un beau témoignage des procédés constructifs mis en œuvre à l’époque aragonaise. D’ailleurs, Viollet-le-Duc l’a cité dans le Dictionnaire raisonné de l’architecture, Mérimée et Taylor en font état. L’ancien Palais de justice évoque la solidité d’une tradition médiévale, un contexte identitaire dont les élites prennent peu à peu conscience. Ce long processus aboutit à la fin du XIXe siècle à la renaissance culturelle et entre-temps l’exécution de la façade n’est toujours pas réglée. En 1868 l’aménagement de la cour intérieure de l’hôtel de ville doit se faire « sans porter préjudice à l’aménagement de la façade si elle intervient plus tard »183. Ce n’est qu’en 1952 que la façade délabrée reliant l’ancien hôtel de ville et la Loge de Mer est réalisée dans un style néo-roman inspiré par la mode de l’architecture régionaliste et que La Méditerranée de Maillol est placée dans la cour pour conclure un aménagement tourné vers la recherche d’une tradition.

La sauvegarde des cloîtres roussillonnais

69Le terme de cloître dans la terminologie utilisée notamment par les antiquaires au début du XIXe siècle, se substitue parfois à celui d’abbaye dont il donne une idée réductrice. En Roussillon, les cloîtres sont, ou conservés, ou ruinés. Ceux de Saint-Michel de Cuxa et de Saint-Martin du Canigou sont autant délabrés que les églises abbatiales : les éléments sculptés sont disséminés, les églises effondrées en partie, leur restauration n’est pas envisageable. Les cloîtres des maisons religieuses de Perpignan – des Grands Carmes, Dominicains, Franciscains en particulier – ont été démantelés après la Révolution et les anciens ensembles conventuels sont pour la plupart désaffectés ou reconvertis. Il reste à l’appréciation des antiquaires, les cloîtres de Saint-Génis-des-Fontaines, d’Elne, du Monastir del Camp et d’Arles-sur-Tech dont Jaubert de Passa dresse l’état des lieux :

  • 184 Lettre de Jaubert de Passa au préfet des Pyrénées-Orientales du 24 avril 1837, ADPO, 4T 30.

« Tous ces cloîtres, sont en beau marbre blanc. Ils serviront quelque jour de tête à 3 chapitres sur l’histoire de l’art. Mais alors seront-ils encore debout ? Je crois à l’avenir du cloître d’Elne. Je dois croire à celui de Monastir car c’est ma propriété, et sa conservation est un devoir pour lequel j’ai déjà fait plusieurs sacrifices. Mais le cloître d’Arles, si vaste, si solide, si gracieux adossé à l’église dont il dépend, tout reste de l’antique abbaye dont Charlemagne releva les ruines, la révolution l’a ouvert, et livré aux enfants et aux vagabonds. Plusieurs futs de colonnes ont disparu. La toiture, le pavé, l’enduit des mortiers, tout en mauvais état. Ce cloître est aujourd’hui un passage public, toujours ouvert pour les fidèles et pour les propriétaires de l’abbaye. C’est un chantier pour des tonneliers, un atelier pour les cordiers ; ce monument du 12e siècle menace ruine. Qu’il se présente des acheteurs et on démolira pour vendre. Il est temps de songer à sa conservation »184.

70Le cloître d’Elne a été restauré en 1827, des travaux sont prévus en 1840 avec ceux de l’ancienne église cathédrale. La même année le classement et les restaurations du cloître d’Arles sont suivis de ceux de l’église. À Serrabonne, les éléments sculptés de la tribune suscitent le plus grand intérêt. Jaubert de Passa est un incontournable intermédiaire pour favoriser la restauration des cloîtres, et autant que son implication, ses études sur ce sujet, contribuent à la construction de son image d’antiquaire provincial. En effet, en s’appuyant sur l’observation des cloîtres, il détermine une chronologie des styles comme autant de jalons de l’histoire de l’art, de l’époque féodale sans influences aragonaise et française. Selon Jaubert de Passa, les cloîtres appartiennent à une école méridionale et leur originalité artistique est aussi soulignée en 1835 par le baron Taylor dans les Voyages pittoresques dans l’ancienne France. Leur restauration soutenue par la Commission des monuments historiques s’impose au nom de la préservation d’un ensemble cohérent. Chaque élément permet d’évoquer le « principe d’évolution » de la sculpture entre les parties composant le cloître d’Elne et celle plus épurée du cloître d’Arles dont Jaubert de Passa encourage la restauration :

  • 185 Ibidem.

« C’est donc sur le cloître d’Arles que je me bornerai à appeler toute votre sollicitude. Des travaux conservateurs y sont indispensables. Il importe de soutenir deux ou trois arcades privées de colonnes, de refaire ou du moins de réparer la toiture ; de renouveler le pavé de briques, de placer deux portes fermant à clef et de murer toutes les autres ouvertures. Je n’ose fixer le montant de ces travaux mais il me semble que 4 000 francs bien employés ajouteraient plusieurs siècles d’existence au cloître d’Arles »185.

  • 186 Lettre du curé Juval de la paroisse d’Arles, au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 avril 1858. A (...)
  • 187 Extrait du registre du conseil de fabrique de la paroisse de Céret, du 29 janvier 1842, ADPO, 4T 3 (...)
  • 188 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de la Justice et des Cultes du 20 mai 1837. (...)

71Le cloître d’Arles a été vendu à la Révolution à trois habitants de la commune dont l’intention était d’empêcher le démantèlement par l’indivision, mais par le jeu des successions le nombre des propriétaires en 1841 est porté à trente-cinq186. La mise en route d’un chantier de restauration empêchée par le morcellement et les servitudes n’est possible que par le retour du cloître dans le domaine public grâce à une donation collective187. Pourtant, malgré l’irrégularité de la situation juridique, sous la pression exercée par Jaubert de Passa, le préfet demande à Basterot en 1837 un devis pour les travaux du cloître188. Dans son rapport, la même année, Mérimée soutient la demande de subvention et la justifie auprès de la Commission des monuments historiques :

  • 189 Rapports généraux, septembre 1837 : Avis de Monsieur Mérimée sur diverses demandes de secours pour (...)

« Ce cloître très remarquable et sur lequel j’ai appelé l’attention de Monsieur le Ministre dans mon rapport de 1835 n’a jamais été terminé. Il est élégant dans sa simplicité et dans son style qui se rapporte au commencement du XIIIe siècle le rend particulièrement curieux dans un pays où les édifices gothiques sont si rares ; Monsieur Jaubert de Passa correspondant du ministère de l’Intérieur pense qu’une somme de 4 000 francs serait nécessaire pour en assurer la conservation. Je ne sais si la situation des fonds permettra à Monsieur le Ministre d’accorder toute ou partie de cette somme je me borne à lui signaler l’importance très réelle du cloître d’Arles et à lui recommander dans l’intérêt des arts de vouloir bien en favoriser la restauration. On pourrait dès à présent faire droit à une des conclusions du rapport de Mr Jaubert de Passa en invitant monsieur le maire d’Arles à fermer le cloître dans lequel les polissons de sa ville font sans cesse de nouvelles dégradations »189.

  • 190 Tableau descriptif des travaux à effectuer au cloître d’Arles dressé par la commune pour une deman (...)
  • 191 Ibidem.
  • 192 Extrait du registre du conseil de fabrique de la paroisse de Céret, 29 janvier 1842, ADPO, 4T 36.

72La subvention de 4 000 francs n’est semble-t-il toujours pas utilisée en 1841190. Cette année-là, Basterot constate l’état dégradé du cloître d’Arles dans son rapport commandé par le préfet des Pyrénées-Orientales. Les conclusions de l’architecte se rapprochent de celles dressées en 1827 pour le cloître d’Elne : « Cet édifice présente dans son ensemble un état de vétusté, les murs sont dégradés, il y existe de fortes crevasses qui peuvent provenir de l’état de ruines des parties supérieures et adjacentes »191. La procédure d’acquisition par la commune n’a toujours pas abouti. Le principe d’une donation collective défendue par Jaubert de Passa est retenu192 :

  • 193 Feuillet non daté, non signé mais de la main de Jaubert de Passa après 1840, ADPO, 4T 36.

« En fait que demande-t-on : l’acceptation d’une donation authentique faite de bonne foi [...] inspirée par la religion en faveur de l’art, de la religion, d’une Église renommée, d’un monument encore debout, admirable de forme et de grandeur, de détail, vaste attenant à l’église qui va s’écrouler, si l’on délibère et hésite encore un ou deux ans. Pourquoi cela ? Par respect pour certaines formes. Autoriser... serait un acte de bonne administration, un bienfait pour l’art... il ne donnerait lieu à aucune réclamation... »193.

  • 194 Enregistrement le 24 avril 1841 de la donation en faveur de la fabrique de l’église paroissiale d’ (...)
  • 195 Ordonnance du roi du 12 janvier 1845. ADPO, 4T 36.
  • 196 Lettre du curé Juval, de la paroisse d’Arles, au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 avril 1858. (...)
  • 197 Le ministre de la Justice et des Cultes renvoie le dossier de demande d’enregistrement de la donat (...)
  • 198 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales, sans date, au chevalier de Basterot et à Jaubert de Pass (...)
  • 199 Ibidem.
  • 200 Facture du sieur Sennen Sicre pour les travaux au cloître d’Arles du 1er au 30 novembre 1842, d’un (...)
  • 201 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales à l’architecte du département du 19 février 1844. ADPO, 4 (...)

73L’acte est enregistré en deux temps, le 24 avril 1841194 et le 12 janvier 1845, par ordonnance du roi195. La situation n’est pourtant pas réglée car la donation : « fut accordée et déposée chez Me Cassoly notaire. Celui-ci ayant vendu son étude son successeur ne l’a jamais pu trouver. D’autre part le plus grand nombre de donateurs ayant refusé de se rendre chez le notaire, le trésorier de la fabrique n’a pas pu accepter définitivement ladite donation »196. Par ailleurs, plusieurs propriétaires ne se sont pas manifestés et Basterot n’a jamais fourni le procès-verbal d’estimation du cloître en 1842197. Les démarches préalables ont donc été vaines. Le classement est demandé avec une autre subvention, en complément d’une allocation de 573.07 francs pour la réparation de la toiture, accordée par le conseil général des Pyrénées-Orientales sur l’exercice de 1842198. Le préfet demande « la double intervention de l’habile architecte et de l’archéologue judicieux »199, réunis pour la première fois dans une procédure officielle, pour que le chantier soit conduit à son terme200 sans l’estimation des bâtiments et tente de faire accélérer la donation201.

74Six ans plus tard, César Drogard, architecte du département, successeur de Basterot, procède enfin à l’estimation du cloître en ignorant la valeur artistique, essentielle pour accélérer la donation des propriétaires, aussi la confusion ne cesse de s’amplifier.

  • 202 Procès verbal d’estimation du cloître d’Arles fait par l’architecte Drogard, le 4 août 1851. ADPO, (...)

75« Toute cette architecture est de marbre blanc, fortement veiné de bleu ; la toiture en tuiles ordinaires du pays repose sur un plancher et le tout est appuyé sur des poutrelles visibles ; les eaux de cette toiture viennent se déverser vers le centre du cloître [...] l’architecture a déjà beaucoup souffert par de nombreuses mutilations et les fûts de quinze colonnettes avaient entièrement disparus ainsi que le pavé [...] d’après cet examen considérant que le cloître ne devant pas être évalué pour son importance artistique mais bien pour sa valeur intrinsèque j’estime cet immeuble à 4 000 francs »202.

  • 203 Lettre du curé Juval de la paroisse d’Arles, au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 avril 1858. A (...)
  • 204 Extrait des délibérations du conseil général, session de 1860, 31 août. ADPO, 4T 36.

76Drogard évalue les travaux en ayant réduit la valeur marchande du monument ce qui paralyse encore pour longtemps une restauration complète. En 1858, le curé Juval rapporte que la toiture est très dégradée203 malgré les travaux de conservation déjà effectués et en 1860, son statut a provoqué son retrait de la liste des monuments classés204. Sa restauration n’a pas été à la hauteur de son intérêt archéologique :

  • 205 Ibidem.

« Le cloître d’Arles est peut-être le plus ancien monument de ce style encore debout sur notre sol. Il n’a pas le luxe de détail que l’on admire dans celui d’Elne placé par les archéologues au-dessus de tout ce qu’on peut voir dans ce genre même en Italie [...] les cloîtres d’Elne et d’Arles sont chacun dans leur genre des modèles précieux sur lesquels il faut veiller et c’est rendre un immense service à l’archéologie et à l’histoire locale que de sauver d’une destruction imminente un monument qu’on s’est borné jusqu’à ce jour à empêcher de crouler par des réparations mesquines et inintelligentes »205.

  • 206 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au maire d’Arles du 11 septembre 1890 pour lui signifier (...)
  • 207 En 1894, la Commission des monuments historiques alloue la somme de 10394 francs ; le conseil géné (...)

77Cette situation compliquée se dénoue en 1889 lorsque la commune devient l’unique propriétaire du cloître par acte de donation de l’ensemble des copropriétaires. La municipalité a la charge de le conserver et de le protéger de la ruine, de « classer à nouveau le cloître comme monument historique et comme il l’était jadis, et entreprendre dans les plus brefs délais les travaux les plus urgents pour éviter la ruine prochaine et complète »206. Des travaux de restauration importants sur l’ensemble du cloître sont pour la première fois engagés en 1894 après attribution d’une subvention de la Commission des monuments historiques. Les financements du conseil général des Pyrénées-Orientales, de la commune et de l’État sont soutenus par l’industriel Edmond Bartisol, ancien député des Pyrénées-Orientales, mécène occasionnel dont on ignore la motivation vis-à-vis du patrimoine architectural, car au même moment il fait installer un générateur électrique dans la nef septentrionale de Saint-Jean-le-Vieux à Perpignan207.

  • 208 Lettre de Trullès, propriétaire de l’ancien prieuré de Serrabonne au ministre de l’Intérieur du 27 (...)
  • 209 Poisson, 1981.
  • 210 « Les réparations exécutées en 1838 avec les fonds du département constituent un acte de propriété (...)

78Si la conservation du cloître d’Arles a mobilisé architectes, inspecteurs des monuments historiques et représentant de l’État pendant plusieurs décennies, la situation est assez comparable à Serrabonne. Malgré le classement du prieuré et les tentatives appuyées de Taylor et de Mérimée pour le faire racheter par la collectivité au chapitre de Solsona, les restaurations ont été considérablement retardées. La tribune de Serrabonne est reconnue pour la qualité de ses sculptures que l’on trouve comparable à celle des cloîtres d’Elne et d’Arles, mais encore en 1895, comme le constate le notaire Trullès, futur acquéreur du monument « jusqu’à ce jour [...] aucun travail n’a été fait, aucune subvention accordée pour l’entretien du vieux monument qui dépérit tous les jours »208. Le prieuré est devenu église paroissiale après la sécularisation des établissements augustins en 1592. Les transformations de son architecture et du décor sont liées au passage progressif depuis cette date du rang d’église régulière à celui d’une église séculière adaptée aux modalités du culte post-tridentin. Propriété d’une maison religieuse espagnole, Serrabonne échappe à la vente des biens nationaux en 1789. En 1820, Jaubert de Passa et L’Éveillé209 découvrent le monument dont Mérimée en 1834 apprécie la qualité des sculptures. Au début du XIXe siècle, le chapitre de Solsonna et son représentant conçoivent le projet de vendre les chapiteaux de la rangée intérieure de la galerie sud. Cette dilapidation du monument est évitée par une proposition de classement au titre des monuments historiques et par une restauration engageant les fonds publics, gages de propriété publique210.

  • 211 Lettre du chevalier de Basterot au préfet des Pyrénées-Orientales du 30 août 1840. ADPO, 4T 38.
  • 212 Poisson, 1981, p. 149.
  • 213 Ibidem.
  • 214 Lettre du chevalier de Basterot au préfet des Pyrénées-Orientales du 30 août 1840. ADPO, 4T 38.
  • 215 Le ministre de l’Intérieur rappelle dans ce sens l’intérêt de l’édifice et la nécessité de son cla (...)
  • 216 L’achat pour destruction représente la somme de 1000 francs demandée au ministère de l’Intérieur. (...)

79Afin de commencer quelques réparations sur la toiture, une subvention de 300 francs est votée par le conseil général des Pyrénées-Orientales en 1836211. Le chevalier de Basterot envoyé sur les lieux imagine pour le sanctuaire un nouveau décor avec les colonnes et les chapiteaux déposés dans le chœur de l’église212. Il compose un nouveau maître-autel avec des éléments d’un retable du XVIIIe siècle et des sculptures romanes. Si ce nouvel ensemble modifie la perception de l’espace intérieur de l’ancienne église romane, il a l’avantage de préserver les éléments sculptés et leur conservation in situ213. En 1840, Basterot propose de dégager l’église des constructions qui l’enveloppent afin de réduire les infiltrations d’eau pluviale et laisser aux curieux le loisir d’admirer l’édifice214. Celui-ci est classé au titre des monuments historiques215, aussi une subvention permet l’achat des masures, leur démolition dégage le monument216.

  • 217 Ordre de mission pour l’architecte Laisné pour faire « les dessins du palais des anciens rois d’Ar (...)

80La galerie sud, la tribune de Serrabonne et le cloître d’Arles présentent l’avantage d’être intact même si des réparations ont été nécessaires pour les maintenir dans leur état. Ce n’est pas le cas d’autres cloîtres roussillonnais ruinés ou dispersés pour lesquels dans la première moitié du XIXe siècle des solutions sont imaginées comme alternatives à leur restauration. Car à la question des restaurations pour ces ensembles, s’ajoute celle de ses limites. Les abbayes de Saint-Michel de Cuxa et de Saint-Martin du Canigou devenues propriétés privées sont en ruine. Saint-Martin figure sur la liste des monuments historiques de 1842, mais en 1851 Jaubert de Passa propose de remplacer le monastère par l’église de Casteil où sont conservés quelques éléments sculptés. L’abbaye de Saint-Michel de Cuxa disparaît de la liste après 1840. La Commission des monuments historiques propose en 1854, à la place d’une restauration de faire le relevé des vestiges217 et de sauvegarder les dernières sculptures dans un musée :

  • 218 Ibidem.

« Bientôt il ne restera plus trace de ces monuments remarquables. Pour éviter une perte aussi regrettable il serait à désirer que la ville de Perpignan consente à créer un musée dans lequel ces débris intéressants pourraient être réunis. Cette dépense serait justifiée par l’importance des objets à sauver de la ruine, tels que les colonnes de marbre rouge des Pyrénées qui décoraient le magnifique cloître de Saint-Michel, qui n’avait pas moins de 35 m de large sur autant de longueur ; l’ancienne fontaine qui décore encore aujourd’hui le milieu de ce cloître ; les chapiteaux de Saint-Martin dont certains se trouvent au clocher de l’église de Casteil »218.

81Des sculptures d’origines diverses ont été recueillies au musée de Perpignan depuis sa création aux alentours des années 1820. Il est probable que dans la première moitié du XIXe siècle des sculptures provenant des monastères en ruine aient été régulièrement confiées au musée comme en témoigne ce document non signé et pourtant significatif des moyens mis en œuvre :

  • 219 Document non daté, non signé. 4T 39. La lettre du sous-préfet de Prades au préfet du 5 juin 1829 c (...)

« écrire à monsieur le sous-préfet de Prades pour qu’il fasse parvenir au musée l’un des deux devants d’autel et les deux voiles de calices provenant de l’abbaye de Saint-Martin du Canigou et brodé vers 1018 par la comtesse Guisla ; plus l’inscription antique existante au Viviers et promise par le juge de Paix de ce canton [...] lui demander encore si Monsieur Jacomet ne consentirait pas à céder au département la porte d’entrée de la maison abbatiale de Saint-Michel de Cuxa en lui payant une indemnité et en la faisant remplacer par une autre (cette porte est un monument du beau gothique, le plus voisin de la renaissance des arts) ; écrire à monsieur le maire de Saint-André pour qu’il fasse parvenir au musée (à l’université) le cippe romain qui se trouve dans sa commune et qu’il a promis d’envoyer par sa lettre du 6 octobre 1821 »219.

  • 220 Nayrolles, 2005, p. 81-102.

82La restauration des cloîtres roussillonnais est l’exemple d’une entreprise de sauvegarde du patrimoine liée aux études sur l’art médiéval. Les recherches de Jaubert de Passa ont démontré la nécessité de prendre en compte les trois cloîtres d’Elne, Arles et du Monastir del Camp comme autant de jalons de l’histoire de l’art roussillonnais. Conformément aux différents débats archéologiques qui se tiennent en France et en Angleterre sur l’évolution des styles et les styles dits de transition220, les commentaires de Jaubert de Passa servent à expliquer l’évolution stylistique de la sculpture pendant une période de l’histoire où se mettent en place ce que Jaubert de Passa appelle « les bases d’une civilisation », à partir de laquelle s’élabore la culture roussillonnaise. Par sa conviction et sa sensibilité, il réussit une forte mobilisation autour de la restauration de ses ensembles. Par contre, le partage des compétences entre les ministères de l’Intérieur et de la Justice et des Cultes éloigne Jaubert de Passa des restaurations de la cathédrale Saint-Jean de Perpignan, classée au titre des monuments historiques en 1851.

La recherche d’une unité de style à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan

  • 221 Léniaud, 1988, p. 229.
  • 222 Ibidem, p. 230.
  • 223 Tableaux de la circonscription des diocèses arrêtés par le ministère de l’Instruction publique et (...)
  • 224 Lettre du ministre des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 10 mai 1849. ADPO, 3V 4.
  • 225 Leniau, http://elec.enc.sorbonne.fr/architectes. Lettre du ministère de l’Instruction publique et (...)

83César Drogard, nommé architecte du département en 1844 à la mort de Basterot, assure la conduite des travaux de restauration de la cathédrale jusqu’en décembre 1848, date à laquelle il est écarté de son poste. La même année, Durieu, directeur général de l’administration des cultes221, autorise entre autres, la mise en œuvre de crédits supplémentaires et réorganise le corps d’architectes spécialisés pour l’entretien des cathédrales. Cette réforme change le regard que l’on portait alors sur ces édifices222. Auguste Lejeune est nommé pour les Pyrénées-Orientales en remplacement de Drogard et assure les fonctions d’architecte diocésain dans la circonscription du grand sud dont dépend Perpignan223 : « L’importance de la cathédrale de Perpignan est telle que le ministre a dû se préoccuper d’en remettre la conservation à des mains très expérimentées ; son attention a été appelée sur M. Lejeune architecte à Paris dont les études et les travaux présentent toutes les garanties sous le rapport des connaissances archéologiques et la science de la construction »224. Lejeune occupe le poste de 1848 à 1850225, mais en 1849 le préfet des Pyrénées-Orientales demande que les travaux de restauration de la cathédrale soient confiés à Drogart car il a dirigé en 1847 la restauration des vitraux :

  • 226 Minute du préfet au directeur général de l’administration des Cultes du 22 mai 1849. ADPO, 3V 4.

« Je pense donc Monsieur le directeur général que les édifices diocésains de Perpignan peuvent rester en dehors des circonscriptions formées pour la conservation des œuvres d’art que de maladroites restaurations peuvent compromettre. D’ailleurs si la cathédrale de Perpignan qui seule offre de l’intérêt comme Monument Historique nécessitait à l’avenir des travaux de quelques importances, ils pourraient être confiés à monsieur Drogart architecte du département dont les connaissances spéciales en archéologie ne laissent rien à désirer »226.

  • 227 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales à l’administration des Cultes du 21 juin 1853. ADPO, 3V 4
  • 228 Arrêté du 30 mars 1850, nomination de Léon Ohnet aux fonctions d’architecte diocésain en remplacem (...)

84Peu après, suite au coup d’État du 2 décembre 1851, l’architecte du département, républicain, est révoqué de ses fonctions227, puis il est désigné au poste d’Inspecteur diocésain sur proposition de Léon Ohnet nommé en 1850 architecte diocésain du département228 en remplacement de Lejeune.

  • 229 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales au ministre des Cultes du 31 mai 1880, ADPO, 3V 4.
  • 230 Frénay, 2001c, p. 375-376.

85La révocation de Drogart et les motifs évoqués ne doivent pas être minimisés. En effet, en 1851, l’évêque de Perpignan, Mgr Saunhac de Belcastel est âgé et c’est son vicaire qui tient le diocèse en main. Il est aussi le chef du parti légitimiste, or ce parti compte autant d’opposants farouches au régime impérial que de membres qui s’en sont plus ou moins accommodés. Drogard, comme ces derniers, devait être suspect pour la police de Napoléon III, car proche des milieux ecclésiastiques et c’est à ce titre et au titre d’opposant qu’il a été révoqué : « Drogart est un républicain de vieille date, [que] sa carrière a été brisée au coup d’État de 1851 qui l’a révoqué sans motifs de ces fonctions d’architecte départemental et qui pendant tout l’Empire il n’a jamais cédé ni transigé »229. Contre l’avis du préfet, il est à nouveau relevé de ses fonctions le 27 mai 1880. Un an plus tard il est candidat heureux du parti radical pour l’élection municipale de Perpignan, puis est réélu en 1884230.

  • 231 Minute du préfet à l’administration des Cultes du 21 juin 1851. ADPO, 3V 4.
  • 232 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales à l’administration des Cultes du 21 mai 1853. ADPO, 3V 4.
  • 233 Lettre du ministre des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 13 juin 1853. ADPO, 3V 4.
  • 234 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales à l’administration des Cultes du 21 juin 1853. ADPO, 3V 4
  • 235 Arrêté du ministère de l’Instruction publique et des Cultes du 13 août 1853, signé Fourtoul.
  • 236 Léniaud, http://elec.enc.sorbonne.fr/architectes. Les inspecteurs sont nommés au cas où l’architec (...)
  • 237 Arrêté du ministère de l’Instruction publique et des Cultes du 27 mai 1880 pour la nomination d’Ew (...)
  • 238 Minute du préfet au ministre des Cultes du 31 mai 1880. ADPO, 3V 4.
  • 239 Ramoneda, 2008.
  • 240 Lettre du sous-secrétariat d’État du ministère de l’Instruction publique et des Cultes au préfet d (...)
  • 241 Ibidem.
  • 242 Ibid.
  • 243 Ibid.

86Ohnet séjourne peu de temps dans sa circonscription, son départ en 1853 laisse à nouveau le champ libre à Drogart soutenu par l’évêque ou le vicaire. Il est dorénavant « architecte de la cathédrale, de l’évêché et du séminaire »231 et sa conduite « le rend digne de remplir les fonctions d’architecte des édifices diocésains dont il est inspecteur »232 et pour lesquelles il est obligé de résider à Perpignan233. Le 11 août 1852, Jules Vignol, ancien élève de l’école des beaux-arts de Perpignan prend ses fonctions d’architecte du département234 et Drogard est nommé officiellement le 20 août 1853235. Architecte résident, il n’est pas secondé par un inspecteur et assume seul les travaux de restauration de la cathédrale jusqu’à sa seconde révocation en 1880236. Le 27 mai, Eugène Ewald, architecte à Paris est nommé en remplacement de Drogart, dans le cadre d’un rajeunissement du corps des architectes diocésains237. Le préfet Soubeyran demande au ministre de surseoir immédiatement à cette mesure : « si j’avais été consulté je vous aurais dit que cet architecte est un homme intègre, dévoué que jamais un reproche ne lui a été fait pour son service »238. Or, un climat anticlérical règne en Roussillon, après les lois sur les congrégations239 et Drogart a aussi fait les frais de son rapprochement avec le clergé et l’évêque de Perpignan en particulier. Pour le ministre et le sous-secrétaire d’État il ne s’agit que d’un remaniement global touchant l’ensemble du corps des architectes et il ne porte pas atteinte à l’honorabilité de Drogart240 : « ce n’est pas l’homme qui est atteint par l’arrêté de nomination d’un nouvel architecte dans le diocèse de Perpignan, c’est l’architecte, c’est l’artiste qui n’est plus aujourd’hui dans les conditions requises pour exercer les fonctions qui lui ont été confiées en 1853 »241. Le ministre exprime de la rancune à l’égard de Drogard, car en 1872, il a laissé faire les peintures décoratives de la cathédrale décidées par l’évêque Ramadié contre l’avis du ministère des Cultes. Drogart ne manifesta aucune autorité contre l’évêque242 parce qu’à son corps défendant, ces travaux relevaient d’un financement privé et de dons. Il fut donc accusé d’insubordination : « le zèle de cet architecte à seconder les désirs de l’évêque devait mal se concilier avec les devoirs de sa charge »243. Drogart ferme les yeux sur les décors de la cathédrale, juste retour sans doute du soutien de Mgr Ramadié lors de sa nomination aux fonctions d’architecte diocésain. Malgré tout, Ewald prend ses fonctions à Perpignan où il demeure jusqu’en 1887 épaulé par l’inspecteur Remorain. Henry Rapine et Léon Bénouville se succèdent entre 1887 et 1901, année où Louis Mayeux entreprend les derniers grands travaux sur l’ensemble cathédral avec la restauration de la façade et de Saint-Jean-le-Vieux.

87Au début du XIXe siècle les descriptions de la cathédrale insistent sur la profusion baroque opposée à la légèreté du décor monumental. Elles soulignent la force des lignes architecturales dans lesquelles le mobilier s’insère. Le baron Taylor dans les Voyages pittoresques et romantiques de l’ancienne France présente la cathédrale :

  • 244 Taylor ; Nodier ; Cailleux, 1835, n.p.

« Cette cathédrale est cependant curieuse par le caractère de sa décoration intérieure qui est toute espagnole ; on y voit encore les barres d’Aragon, ces longues lignes rouges et jaunes qui existent sur les tentures, sur les murs des cathédrales et des monuments royaux de Saragosse, de Barcelone et de Valence [...] au fond de cette spacieuse nef et au-dessus du maitre-autel s’élève un beau retable de la renaissance qui est dit-on tout en albâtre, et qui est remarquable par ses ornements et par le goût qui règne dans son exécution [...] plusieurs chapelles ont des retables entièrement dorés, des styles des XVIe et XVIIe siècles qui rappellent la somptuosité des églises de l’Espagne »244.

ill. 25-Dauzats, relevé du chœur de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan, dans Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France de Taylor, Nodier et Cailleux, 1835.

  • 245 Un dessin en plan du sanctuaire réalisé par l’abbé Mathieu au début du XIXe siècle confirme cette (...)
  • 246 Mérimée, 1835, p. 404.
  • 247 Ibidem, p. 404.
  • 248 Casanovas i Moro ; Quilez i Corella, 2006.
  • 249 Dessins de François Ligier, Catedral de Barcelona, et vista interior de Montserrat. Ibidem, p. 88, (...)

88La lithographie de Thierry d’après le dessin d’A. Dauzats va dans le même sens : quelques marches précèdent le chœur sans en épouser toute la largeur [ill. 25]. Il est fermé d’un chancel en ferronnerie245. Le retable de marbre blanc à trois registres est surmonté d’un attique en bois246. Les murs du sanctuaire sont couverts dans leur premier tiers inférieur de lambris composés d’une succession de lancettes qui rappellent le remplage des fenêtres de l’abside. Ces boiseries sont surmontées de tableaux et des tentures à bandes verticales de couleurs alternées tapissent les murs sous les fenêtres. Deux d’entre elles sont bouchées, les deux ouvertures centrales le sont dans leur partie inférieure. Mérimée retient l’essentiel de ce décor : « ce grand retable, les dorures, les tapisseries de l’église, l’absence de chaises, toute la décoration intérieure rappellent la pompe du culte catholique en Espagne »247. Comme les voyageurs de l’époque romantique, il situe l’origine du goût baroque et l’expression des sentiments religieux en Roussillon, dans la proximité de l’Espagne. La plupart des observateurs soulignent cette atmosphère particulière de la cathédrale de Perpignan rencontrée aussi dans les sanctuaires de la péninsule. Alexandre de Laborde dans le Voyage pittoresque et historique de l’Espagne248 et Dauzats montrent par leurs relevés de l’intérieur de la cathédrale de Barcelone249 et de la cathédrale Saint Jean-Baptiste, la monumentalité des édifices. Le dépouillement de la nef contraste avec la richesse des chapelles et du sanctuaire. Les églises d’Espagne et du Roussillon donnent une impression d’unité. Elles évoquent la rencontre des cultures méditerranéennes, la superposition des séquences historiques qu’elles déroulent à leur tour comme un fil continu, un ensemble homogène dans le temps et dans un espace unifié.

89Cette vision romantique, avec ses descriptions pittoresques, rappelle ce que fut la cathédrale Saint-Jean sous l’Ancien Régime. La réorganisation du diocèse en 1824, les changements de décor souhaités par les évêques sous le contrôle des architectes diocésains et du Conseil des bâtiments civils ont profondément modifié sur toute la durée du XIXe siècle l’aspect intérieur. Peu à peu son caractère méridional disparaît sous l’effet de la mise en conformité de son décor avec les modèles septentrionaux. Après avoir accentué le type gothique de l’édifice dans les années 1830-1840, le clergé, avec la complicité de l’architecte diocésain, rétablit une vision historiciste du monument en faisant de la Renaissance un modèle stylistique. Cependant, les questions liées à la culture artistique des différents intervenants n’ont pas écarté celles relatives à l’entretien et à la restauration des superstructures.

  • 250 Devis estimatif des travaux à exécuter aux toitures de la cathédrale de Perpignan. Basterot, 5 jan (...)
  • 251 Devis du 4 janvier 1838, Basterot ADPO, 3V 7.
  • 252 Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 20 septembre (...)
  • 253 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Rohault, séance du 24 juin 1834, cathédrale de (...)
  • 254 Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 8 février 184 (...)
  • 255 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Rohault, séance du 24 juin 1834, cathédrale de (...)
  • 256 Un autel devait précéder le retable. Son décor est jugé « un peu maigre et sans harmonie avec les (...)
  • 257 Ibidem.
  • 258 Lettre de Basterot au préfet des Pyrénées-Orientales en réponse au rapport du Conseil des bâtiment (...)

90Rappelons que depuis 1808, les architectes en charge des travaux de la cathédrale sont confrontés aux problèmes causés par l’état très dégradé de la toiture. En 1825 et en 1830, Basterot coordonne une suite de travaux importants et en 1835 il fait le point sur ceux qui restent à exécuter250. Une première tranche relevant de l’entretien courant d’un édifice diocésain est réalisée entre 1836 et 1839251. À la restauration des toitures s’ajoute dès 1834, la question des réaménagements liturgiques déjà posée en 1824. L’évêque demande l’extension du chœur par un planum sans prendre en compte les contraintes liées à la gestion de l’espace liturgique et les questions de style que soulève, au contraire, Basterot dans un de ses projets. L’architecte écarte le projet de l’évêque tout comme le Conseil des bâtiments civils qui examine les propositions de l’architecte en juin 1834 pour juger de la « concordance des ouvrages projetés avec le style de l’édifice »252. Le rapporteur Rohault de Fleury souligne trois points principaux. Le premier concerne la suppression au niveau des soubassements des murs, des faisceaux des colonnes, préjudiciables à l’harmonie de l’édifice gothique. Le deuxième point porte sur le style du mobilier que Basterot prévoit d’ajouter, les stalles, la grille du chœur, le tabernacle. Selon Rohault, « dans une église gothique il ne soit nécessaire que tous les meubles (je comprends dans cette dénomination l’autel, les stalles) participent au style de l’église, mais je crois que ces meubles ne doivent pas faire altérer la grosse construction »253. Cela revient à dire qu’il faut malgré tout se conformer au style dominant, ainsi l’ensemble néo-gothique proposé par Basterot convainc : « Monsieur De Basterot a appliqué le style gothique à la composition des grilles et des boiseries des stalles. Je ne saurais qu’applaudir à cette pensée »254, avec une restriction d’importance sur le retable : « œuvre tout à fait inutile ; n’aurait-il pas été convenable de profiter de la restauration du chœur pour le démolir ? On aurait ainsi agrandi le chœur et il aurait gagné en magnificence »255. D’après Rohault, la suppression du retable a deux avantages : elle permet de gagner de la place et d’économiser les frais dus à l’extension de la surface du sanctuaire, coûteuse en matériaux et en marbre en particulier256. Quant au retable, si sa conservation s’avère vraiment indispensable « il gagnerait à la suppression de l’attique »257. Ce dernier est retiré, car étant en bois, il est jugé de peu de valeur. L’unité du style gothique est préservée, au moins provisoirement, et la conservation in situ du retable est décidée. Basterot demande qu’un relevé soit fait pour : « peut-être, provoquer la restauration de ce beau monument et rendre par là un service aux arts »258.

  • 259 Rapport du 29 janvier 1846 établi par le maire de Perpignan Guiraud de Saint-Marsal ; renseignemen (...)
  • 260 Rapport de Basterot au préfet des Pyrénées-Orientales du 7 décembre 1838. AN, F 19/7816. Cité par (...)

91En 1838, la restauration de la façade occidentale s’ajoute aux problèmes causés par l’aménagement du chœur et à l’entretien des voûtes [ill. 26 & ill. 27]. Depuis le XVIIIe siècle des fissures entrainent la séparation de la façade des voûtes de la première travée. En 1741 l’architecte des États du Languedoc mandaté par l’intendant du Roussillon constate cette poussée et préconise d’arcbouter la face extérieure du clocher259. Basterot observe le même problème en 1838 et en situe l’origine dans la nature même de l’appareil en cailloux roulés, dans l’absence de contreforts extérieurs ou intérieurs, dans l’instabilité du sol et dans le manque de cohésion avec les fondations260.

ill. 26 - Façade de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan avant sa restauration (AMH).

92En 1839 il suggère de reconstruire la façade non pas pour des raisons esthétiques mais pour maintenir la stabilité de tout l’édifice :

  • 261 Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 25 mars 1839. (...)

« M. de Basterot constate l’état de dégradation dans lequel se trouve le mur de face, les murs latéraux des 1re et 2e travées et les voûtes des mêmes parties ; il en conclut à la reconstruction du mur de face et afin de donner à cette partie de bâtiment plus de solidité, à l’établissement dans l’espace laissé sur le parvis d’un péristyle qui contrebutât le devant du bâtiment ; cette mesure lui paraissant absolument nécessaire afin de prévenir le danger auquel se trouverait exposé le monument tout entier si un écroulement avait lieu dans les premières travées »261.

  • 262 Ibidem.
  • 263 Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 10 juin 1842, (...)

93L’architecte propose de reconstruire un porche à trois entrées sur le modèle de ceux des cathédrales gothiques mais ce projet est trop coûteux et démesuré : « on pourrait croire [...] que deux contreforts s’élevant dans toute la hauteur de la façade auraient plus d’efficacité que la décoration projetée, le tout indépendamment des précautions qui pourraient être prises pour relever la partie antérieure de l’édifice à la partie postérieure »262. Il consent à adopter la solution des contre forts s’appuyant sur la façade263 sans pouvoir mettre le chantier à exécution. En effet, à partir des années 1842, les réaménagements du chœur deviennent la préoccupation essentielle de Mgr Saunhac de Belcastel, de Basterot puis de Drogart en 1844.

ill. 27 - Façade de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan.

  • 264 Ausseil, 1975, p. 225-229.

94Le souvenir de l’ancien jubé monumental, dont les boiseries furent probablement exécutées comme le buffet d’orgue vers les années 1520-1550264, est dans la mémoire, un des symboles de la puissante communauté de chanoines sous l’Ancien Régime, le siège de l’évêché étant à Elne, la résidence de l’évêque à Perpignan depuis 1602. En 1787, Carrère en donne une description :

  • 265 Carrère, 1787, n.p.

« Le chœur est au milieu séparé du maître autel par un intervalle très considérable et absolument isolé ; son enceinte extérieure est en marbre rouge et blanc, ornée de pilastres, et a six pieds d’élévation. Mais intérieurement elle a huit pieds six pouces de hauteur parce qu’on descend dans le chœur par quelques marches. Le peu d’exhaussement de cette enceinte fait qu’en entrant dans l’église, on en découvre toute l’étendue et qu’on aperçoit aisément le maître autel. L’église est terminée par un cul-de-lampe qui forme le sanctuaire et contient le maître-autel »265.

  • 266 Lettre de l’évêque de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 15 novembre 1842. ADPO, 3V 6.
  • 267 État des sommes jugées nécessaires par Mgr l’évêque de Perpignan pour les besoins des établissemen (...)
  • 268 Leniaud, 2007, p. 266-283.
  • 269 Lettre de l’évêque au ministère des Cultes, du 20 février 1843. AN, F 19/7816, et cité par Coudray (...)

95Après la disparition du jubé à la Révolution, la nef de la cathédrale s’ouvre largement sur le sanctuaire où s’élève le retable de marbre blanc au milieu d’un décor qui ne correspond plus au goût du clergé. En 1842, l’évêque revient sur le projet formulé en 1829 et que Basterot avait tenté avec plus de modestie de mettre en forme266. Selon Mgr Saunhac de Belcastel, il convient de redéfinir l’espace cultuel, la place du prélat et de distinguer celle de la communauté de clercs de celle des fidèles267. Il est question à la fois de la mise en espace et de la mise en scène de l’acte eucharistique268. La présence ou le retrait du retable en place se pose une nouvelle fois et montre les limites de la culture artistique du clergé. En 1843, l’évêque insiste sur son projet d’avancée du chœur vers le sanctuaire. La cathédrale étant ouverte au culte paroissial, cette extension est le seul moyen d’obtenir un espace suffisant délimité par un jubé ouvert en se référant à l’ancien, sans nuire à l’effet d’ensemble269 :

  • 270 Ibid.

« ainsi dans toutes les églises de la capitale et des provinces, le chœur est-il ouvert à l’exception de quelques anciennes cathédrales destinées primitivement à l’office canonial et non à l’office paroissial dont le chœur avait été fermé à cause des matines qu’on y chantait la nuit, mais depuis que ces églises sont devenues paroissiales, les fidèles gémissent, avec quelques raisons, de ne pouvoir jouir de l’aspect des cérémonies et se plaignent de ne pouvoir suivre les offices généraux qu’avec peine. Frappé de la justesse de ces réclamations, dans plusieurs cathédrales dont le chœur est fermé, le clergé le transporte dans la nef pour y célébrer l’office paroissial sous les yeux des fidèles »270.

  • 271 Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 8 février 184 (...)

96Pourtant, le projet de Basterot conserve la préférence de l’État, car271 :

  • 272 Ibidem.

« Il ne s’agirait plus [...] d’établir les stalles à l’intérieur du sanctuaire mais de les placer en dehors dans une sorte de chœur prolongé au moyen de boiseries et de grilles jusqu’au deuxième pilier de la nef. Cette disposition ne me semble pas heureusement combinée. Elle aurait l’inconvénient de resserrer la nef, de gêner la circulation et les abords des chapelles latérales de réduire le nombre de places des assistants et de les éloigner de l’autel, de nuire à l’effet architectural de l’édifice afin d’isoler le clergé et de le mettre en vue d’une manière peu convenable au milieu des fidèles »272.

  • 273 Extrait du rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Achille Leclerc, inspecteur général (...)

97Achille Leclerc, inspecteur général au Conseil des bâtiments civils propose de retenir le principe du projet initial de Basterot et conserver le retable à sa place, adossé au mur qui partage le sanctuaire273 :

  • 274 Ibidem.

« De grands avantages résulteraient de cette disposition ainsi le transept resterait presque libre ; la nef ne serait pas obstruée par une avance ne laissant des deux côtés qu’un étroit passage où incontestablement la circulation ne pourrait exister les jours de grandes cérémonies [...]. Enfin sous le rapport de l’art et de la conservation du caractère de l’édifice il n’y a pas de doute que le nouveau projet détruirait l’effet du monument et la disposition primitive »274.

  • 275 Léniaud, 2007, p. 266.

98Du point de vue liturgique, la démarche tend vers la simplification et un retour aux sources, comparable à un des aspects de la théorie viollet-le-ducienne dans le projet de Clusy « qui vise à réduire les spécificités de l’espace sacrificiel [...] à gommer la différence entre le ministre sacrifiant et l’assemblée »275. En 1843, la restauration du chœur est toujours inachevée et insatisfaisante parce qu’elle n’adopte aucun parti.

  • 276 Devis pour de grosses réparations à effectuer à la cathédrale du 14 janvier 1844 dressé par Baster (...)
  • 277 Ibidem.
  • 278 Lettre du 12 décembre 1845 du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orienta (...)
  • 279 Rapport du ministère de la Justice du 26 juillet 1843, pour adopter des modifications au projet du (...)
  • 280 Devis descriptif des travaux de grosses réparations à exécuter en 1855, dressé par Drogart. AN, F (...)
  • 281 Devis descriptif des travaux de grosses réparations à exécuter en 1855 dressé par Drogart. Le 6 ja (...)
  • 282 Ibidem.

99En 1844, pour accompagner ce futur aménagement, Basterot prévoit de peindre les murs et les voûtes du sanctuaire « à la colle, à trois couches couleur de pierre de taille »276 en s’assurant que l’édifice ne conserve pas quelques traces anciennes de peintures décoratives277. Dans un souci de cohérence esthétique et archéologique il demande le remplacement des vitraux du sanctuaire, demande que rejette le Conseil des bâtiments civils. L’idée est reprise par Drogart pour les chapelles Saint-Pierre et de la Grenade, où il suggère la pose de verres blancs et de couleur ainsi que la reconstruction des meneaux dans le style flamboyant278. Aucun des deux architectes n’imagine la pose de vitraux historiés sans preuve de leur existence parmi les vestiges conservés. Ils se sont conformés à tour de rôle à la réalité archéologique. Pour terminer l’aménagement du chœur, Basterot réalise différents projets de stalles279. L’inspiration néo-gothique domine dans les premiers, rappelle l’époque de la construction de la cathédrale, contribuant à la mise en valeur de formes ou de modèles lui appartenant. En 1855, Drogart prévoit « le débouchement des dix fenêtres [du fond des chapelles] pour rendre à la nef la clarté convenable »280, avec la reconstruction de remplages identiques pour conserver l’unité de style. Pour la reconstruction des roses du transept, Drogart fait relever avant leur démolition « les contre-profils afin de conserver le type de chaque moulure pour donner à la nouvelle construction le même caractère »281. Il choisit pour ces ouvertures « des vitraux à personnages et ornements [...] d’après les indications données par l’évêque »282.

  • 283 Rapport de l’architecte diocésain sur les travaux exécutés depuis 1853 et ceux restant encore à fa (...)
  • 284 Lettres du conseil de fabrique adressées au ministère de la Justice et des Cultes, 18 avril 1864 e (...)
  • 285 Rapport des dépenses à effectuer en 1864, 15 octobre 1864, AN, F 19/7816.

100Après l’épiscopat de Mgr Saunhac de Belcastel, les années 1863-1864 sont consacrées à l’entretien de l’édifice, des toitures et de la façade. Son état dégradé constaté en 1838 par Basterot n’a jamais été pris en compte. En 1863, Drogart envisage la réouverture des anciennes portes d’entrée alors que le problème du décollement des maçonneries reliant la façade aux voûtes de la première travée n’a pas été résolu283. L’essentiel de son activité se concentre sur les toitures du sanctuaire et des chapelles où ses préconisations commencent à empêcher les infiltrations d’eau. Il a étudié la spécificité de la construction des voûtes et des couvrements jamais observés auparavant. Des décombres protègent l’extrados des voûtes et servent d’appui à la toiture sans l’intermédiaire d’une charpente : « la voûte est adhérente à la toiture il est impossible de circuler entre les deux pour examiner les points où s’infiltrent les eaux usées »284. Ce système d’isolation de la voûte a l’inconvénient majeur de conserver des poches d’humidité. Ni les travaux de Basterot procédant aux rejointoiements des tuiles, ni la pose de conduits d’évacuation n’ont résolu les problèmes d’infiltration. Drogart conclut donc « que l’état dans lequel se trouve la cathédrale ne permet en aucun cas l’ajournement de sa restauration et établit un projet de réparations indispensables d’une somme de 8 234.87 francs dans lequel il prévoit un étayage de la voûte en partant du sol car le moindre ébranlement des murs occasionnerait la chute »285. Il déclare même préférer démolir la toiture pour améliorer ces dispositions. L’ampleur des travaux pose une question de fond : l’aménagement de la toiture, notamment par la pose d’une charpente ne va-t-elle pas modifier l’allure générale de l’édifice ? Dans son rapport Drogart laisse entendre, à tort, que ces dispositions prises aux XVe et XVIe siècles pour la toiture étaient provisoires :

  • 286 Rapport de Drogart pour les dépenses à faire en 1866, du 1er octobre 1865. Ministère de l’Instruct (...)

« Les gravats qui régularisent les pentes en suivant l’inflexion des berceaux prouvent d’une manière évidente l’état de pauvreté dans lequel on se trouvait lors de la construction. Cependant le mode adopté, à donner à l’édifice par la forme des gâbles, un caractère dont l’ensemble est très satisfaisant »286.

  • 287 Mayeux, 1907, p. 656-658
  • 288 Rapport de Drogart pour les dépenses à faire en 1866, du 1er octobre 1865. Ministère de l’Instruct (...)
  • 289 Le montant des travaux s’élève à 8 2231.95 francs. Devis descriptif des travaux de réparations à e (...)
  • 290 Le rapport de Vaudoyer est dressé lors de son premier voyage à Perpignan entre 1824 et 1853, ce qu (...)

101En fait, Drogart ne connaît pas les techniques employées au XVe siècle en Catalogne, identifiées par Mayeux en 1905287. L’architecte diocésain réfléchit donc sur « une disposition de charpente qui permit une circulation facile entre la voûte et la toiture [...] pour ne rien changer dans la forme des gâbles qui sont du reste le seul ornement extérieur de la cathédrale »288, car les inflexions de la toiture suivent les courbes des voutains. En revanche, les modifier conduirait à la suppression des murs pignons au-dessus des chapelles alors qu’ils définissent la silhouette de l’édifice et en rythment l’élévation289. Le Comité des inspecteurs généraux modifie le devis en proposant d’adopter un modèle septentrional de combles à deux pentes, avec pour conséquence un exhaussement de quatre mètres et la charge des combles en plus. Au-delà des problèmes techniques liés à la capacité des murs latéraux à supporter une telle charge, c’est le caractère même de l’édifice qui serait modifié par la proposition des inspecteurs. Léon Vaudoyer, un des trois inspecteurs généraux mandaté pour résoudre cette affaire, vient à Perpignan en 1867 et témoigne des mêmes réticences que Drogart290. Le profil de la cathédrale ne sera pas modifié. Reste à savoir si la faiblesse des murs a constitué un argument plus fort que la question stylistique et esthétique ?

102Celle-ci est débattue encore une fois entre 1863 et 1875 environ, pour le décor de la cathédrale. En 1863, l’abbé Metges nommé archiprêtre de la cathédrale par Mgr Gerbet, représente un clergé rationaliste, consterné par l’état délabré de l’édifice, insensible à sa physionomie et à son atmosphère propice au recueillement. Les travaux intérieurs projetés durant toute la première moitié du XIXe siècle n’ayant pas été réalisés, l’abbé Metges déplore avec exagération l’état de vétusté :

  • 291 Colomer, 1903, p. 367.

« La belle basilique, [...] se trouvait dans un état de misère et de délabrement difficile à décrire. Les grandes aires de la façade et des pans coupés du chevet, les voûtes de la nef, des chapelles et des croisillons du transept, blanchis au lait de chaux, ayant reçu des infiltrations des eaux pluviales, ruisselaient d’humidité. Le grossier badigeon rongé, désagrégé, tombait par gros fragments et venait s’émietter sur le pavé, avec un bruit sec au grand émoi des fidèles [...] la plupart des chapelles n’étaient que des réduits obscurs vides et froids. Les pavés de briques étaient défoncés ; les autels tombaient à moitié vermoulus »291.

  • 292 Travaux de peintures dans le sanctuaire sans adjudication décidés le 10 novembre 1872 pour 7 062.1 (...)
  • 293 Sur ce sujet, Sangla, 2004.
  • 294 Colomer, 1903, p. 374.

103Ni les tentures, ni les ors des retables, ni l’élan des voûtes ne sont admirés par l’abbé Metges dans cette description où l’impression de décrépitude domine. En 1872, l’évêque Ramadié soutient les propositions de l’abbé Metges pour rénover le décor de la cathédrale. Les peintures de Pauthe et de son atelier292 mettent fin à un regard historiciste favorable à l’unité gothique et replacent le style de la Renaissance au cœur d’un nouveau dispositif ornemental. Le répertoire iconographique des peintures murales intègre et complète définitivement celui des retables apportés à la cathédrale, pendant la Révolution française293 [ill. 28]. Pourtant, le retable du maitre-autel, chef-d’œuvre de la sculpture du XVIe siècle est victime de cette campagne de restauration dirigée par Drogart en accord avec l’évêque Ramadié. Ils s’accordent pour faire disparaître ce « retable encombrant »294 :

  • 295 Ibidem, p. 374.

« Cette œuvre est un des objets qui fixe le plus l’attention du visiteur par ses formes majestueuses. Elle n’est pas malheureusement en harmonie avec l’ordonnance de la basilique. Elle parait n’être de loin qu’un grand mur et nuit à la beauté de l’édifice »295.

ill. 28 - Pauthe, peintures de la chapelle Saint-François-de-Paule de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan. Retable de L. Trémullas provenant du couvent des Minimes de Perpignan.

  • 296 Ibid.

104Drogart est sur le point de faire aboutir ce projet présenté plusieurs années auparavant, mais c’était sans compter sur l’opposition énergique de l’abbé Metges. Le travail d’exécution du retable lui semble « si parfait que tout entier à l’admiration, on repousse la critique, et que l’on a honte d’être raisonnable en présence de cette magnifique folie, introduite par la renaissance sous les voûtes d’une cathédrale gothique »296. Il n’est pas le seul. Une pétition signée par les habitants de Perpignan « pour le maintien à sa place actuelle du grand retable de marbre blanc qui décore le maître-autel de l’église cathédrale Saint-Jean » rappelle en quels termes pleins d’admiration le Congrès archéologique de France siégeant à Perpignan en 1868 avait loué ce monument. Les membres de la Société agricole, scientifique et littéraire prennent position à leur tour en 1872 et réclament son classement au titre des monuments historiques :

  • 297 Procès-verbal de la séance de la Société agricole, scientifique et littéraire du 28 juin 1872. ADP (...)

« Il résulte que par suite des travaux exécutés depuis trois ans dans le chœur de la cathédrale ledit retable se trouve menacé, ou d’être enlevé et transporté ailleurs, ou d’être mutilé en vertu d’un arrangement qui consisterait à le couper en trois panneaux pour les appliquer contre le fond de l’abside en sacrifiant de plus les corniches supérieures qui complètent l’ensemble du monument et en font un tout parfaitement beau et parfaitement régulier [...] ce magnifique monument d’après les appréciations motivées des membres compétents de la société, (il) ne peut nuire en rien à l’ensemble artistique des réparations exécutées dans le chœur de la cathédrale »297.

  • 298 Facture du marbrier Lacombe de Perpignan, 1868, Archives diocésaines non classées.
  • 299 Dessins préparatoires, AMH, 81/66-141/20.

105Finalement, la restauration du chœur prend en compte le retable. Le mur sur lequel il était adossé est détruit, déplacé au fond du sanctuaire298. Un projet pour de nouvelles stalles, non daté et non signé, rappelle les formes de la Renaissance présentes sur le retable du maître-autel. Il témoigne d’un souci d’harmoniser un ensemble liturgique avec le mobilier en place pour donner au sanctuaire plus d’homogénéité et surtout de lisibilité299.

  • 300 Foxonet, 2004, p. 1051-1072.
  • 301 Les travaux de peinture ornementale de la chapelle du Dévot Christ sont les seules de l’ensemble c (...)
  • 302 Colomer, 1903, p. 377.
  • 303 Toutain, 2008, p. 157-185.
  • 304 Ibidem, p. 163-165.

106Entre 1864 et 1873, c’est-à-dire sous l’épiscopat de Mgr Ramadié300, toutes les chapelles sont restaurées voire recréées sous la direction de l’abbé Metges301 : « toutes furent dotées d’autels, de statues, de pavés en mosaïques ou de dallage en marbre, de peintures murales, de balustrades en fer forgé, de lustres, de consoles, de candélabres, de lambris »302. C’est grâce aux dons privés des fidèles et de mécènes que les peintures de Jacques Pauthe et de son fils Paul, sont financées303, mais il est assez difficile de déterminer l’origine des choix iconographiques. L’influence de la famille Eychenne ne fait aucun doute pour les peintures de la chapelle Saint-Laurent qu’elle a financées, ou de la chapelle des fonds baptismaux304. Cet ensemble pictural, vaste et homogène correspond à une rupture avec les modèles suivis par les restaurations précédentes. L’œuvre de Pauthe est composée de grands cycles picturaux dont certains sont influencés par des œuvres de la Renaissance, comme celle de Carduccio par exemple, pour la chapelle saint François de Paule. Elles encadrent un retable à panneaux sculptés transporté à la Révolution du couvent des minimes de Perpignan. Le recours aux modèles de la Renaissance s’impose comme un nouveau facteur d’unité stylistique, de plus un certain esprit de reconquête religieuse s’appuie sur la nécessaire profusion des images des saints, esprit véhiculé par le gallicanisme de l’évêque Ramadié, succédant à l’ultramontanisme de Mgr Gerbet son prédécesseur. La cathédrale est plus que jamais le lieu de culte de la bourgeoisie perpignanaise fidèle à son chef de file, attachée à la culture française par opposition à la culture catalane, populaire. S’ajoute à la question d’unité et d’harmonie stylistique celle de l’adhésion au facteur régionaliste.

  • 305 Foucart, 1980.

107Si pour obtenir l’unité de style, le recours au modèle septentrional s’est exprimé par la transposition de modèles gothiques à différentes échelles, la recherche de l’harmonisation de l’ensemble des décors peints avec le mobilier existant semble prévaloir dans le dernier tiers du XIXe siècle. Rappelons que l’inspection des édifices diocésains n’a jamais donné son accord pour la réalisation de ces ensembles peints, à l’origine de la révocation de Drogart. Il y a donc rupture avec l’art médiéval pour une création totale, dans l’esprit de ce que connaît la peinture religieuse alors, outil de reconquête cléricale et expression d’un art chrétien305.

  • 306 Rapport de Jaubert de Passa sur les monuments du département des Pyrénées-Orientales, du 24 mai 18 (...)

108Les différents travaux menés à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan ont été réalisés grâce au dynamisme entreprenant de Basterot et de Drogart, puis de l’évêque Ramadié et de l’archiprêtre Metges. Dans l’intervalle séparant la fin des actions voulues par Basterot et l’épiscopat de Ramadié, la cathédrale n’a pas bénéficié de profonds changements. En 1851, son classement au titre des monuments historiques demandé par Jaubert de Passa modifie le regard porté sur le monument mais n’entraine pas de restaurations remarquables306. De même, entre le renvoi de Drogart en 1880 et l’arrivée de Mayeux en 1901, les architectes ont mené des travaux d’entretien. L’influence de Mgr Carsalade du Pont dans les premières décennies du XXe siècle reste ensuite à déterminer dans le cadre de son implication auprès du mouvement de renaissance et à travers la question plus large du régionalisme.

109La première moitié du XIXe siècle est marquée par la naissance d’une conscience patrimoniale dans les milieux intellectuels roussillonnais qui se consacrent à l’écriture de l’histoire, aux recherches archéologiques et à l’étude des monuments romans. Ce mouvement est confronté à des questions identitaires et appréhende un certain nombre de tensions entre l’expression d’un sentiment d’adhésion à la culture française et le particularisme local. Une identité régionale se dessine à partir de l’idée qu’il existe un héritage historique et une civilisation méditerranéenne à laquelle le Roussillon appartient. Le mouvement historique roussillonnais a posé entre 1810 et 1880 les conditions d’une renaissance culturelle qui bouleverse les rapports entre l’universel et le particulier, le centre et la périphérie.

Note

1 Bercé, 1998. p. 7-13.

2 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 7 mars 1835. ADPO, 4T 29.

3 Lettre du ministère de l’Instruction publique au préfet des Pyrénées-Orientales du 22 août 1837. ADPO, 4T 29.

4 Les Notes d’un Voyage dans le Midi de la France de Prosper Mérimée sont publiées en 1835, l’année de la nomination de Jaubert de Passa comme correspondant.

5 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de la Justice et des Cultes du 20 mai 1837. AMH, 81/66/1.

6 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 7 novembre 1837. ADPO, 4T 29. La demande a été au préalable adressée par le préfet au ministère de la Justice et des Cultes qui a transmis au ministère de l’Intérieur. Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 8 octobre 1837. ADPO, 4T 29.

7 Taylor ; Nodier ; Cailleux, 1835, n.p.

8 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de la Justice et des Cultes du 20 mai 1837. AMH, 81/66/1.

9 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au chevalier de Basterot du 16 février 1841. ADPO, 4T 31.

10 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 16 décembre 1837. ADPO, 4T 29.

11 Ibidem.

12 Rapports généraux, septembre 1837 : Avis de Monsieur Mérimée sur diverses demandes de secours pour la restauration des monuments. AMH, 0080/002/1.

13 Lettre de Bordes, sous-préfet de Prades au préfet des Pyrénées-Orientales du 26 juin 1839. ADPO, 4T 29.

14 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 12 novembre 1839 confirmant la nomination de Basterot et de Jaubert de Passa comme inspecteurs correspondants pour les Pyrénées-Orientales. ADPO, 4T 29.

15 Rapport de Jaubert de Passa sur les monuments historiques du 25 janvier 1838. AMH, 81/66/1, rapport de Jaubert de Passa du 20 novembre 1840 sur les monuments du Vallespir. AMH, 81/66/1, rapport du chevalier de Basterot sur les monuments du département des Pyrénées-Orientales du 15 décembre 1841. AMH, 0080/002/1.

16 Rapport de l’architecte du département, inspecteur des monuments historiques à Son Excellence le ministre de l’Intérieur, avril 1840. AMH, 16. 81/66/135/1.

17 Jaubert de Passa accepte sa nomination d’inspecteur. Lettre de Jaubert de Passa au préfet des Pyrénées-Orientales du 5 décembre 1839. ADPO, 4T 29.

18 Grau, 1985a, p. 123-137.

19 Circulaire du ministère de l’Instruction publique du mois de décembre 1834, remise le 17 février 1835 à Henry, bibliothécaire de la ville de Perpignan. ADPO, 4T 30.

20 Ibidem.

21 Circulaire du préfet des Pyrénées-Orientales aux sous-préfets et maires du département du 16 mars 1835 pour la recherche et publication des monuments inédits, relatifs à l’histoire de France. ADPO, 4T 31.

22 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 8 décembre 1843. ADPO, 4T 26.

23 Arrêté du préfet des Pyrénées-Orientales pour la constitution de la Commission archéologique du 7 mars 1843. ADPO, 4T 26.

24 Lettre de Henry au préfet des Pyrénées-Orientales du 11 mai 1842. ADPO, 4T 26.

25 Minute de Henry au préfet des Pyrénées-Orientales pour la Commission archéologique des Pyrénées-Orientales, novembre 1842. ADPO, 4T 26.

26 Arrêté de constitution de la Commission archéologique : articles 2 et 3. Préfecture des Pyrénées-Orientales ; création de la Commission archéologique. Sans date. AMH, 81/66/1.

27 Le 28 mars 1843. Liste des membres de la Commission archéologique des Pyrénées-Orientales. Lettre de la Commission au préfet des Pyrénées-Orientales, ADPO, 4T 26.

28 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 8 décembre 1843. ADPO, 4T 26.

29 Lettre du ministère de l’Instruction publique du 22 décembre 1843. ADPO, 4T 26.

30 Lettre de Henry à Gazanyola du 7 avril 1843 à laquelle est joint le rapport de Lenorman pour l’Académie des inscriptions et belles lettres contenant les résultats de l’enquête sur les antiquités de la France. ADPO, 4T 26.

31 Rapport de la commission chargée des examens des mémoires envoyés à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. S. d. ADPO, 4T 30.

32 Instructions à MM les correspondants, Commission archéologique des Pyrénées-Orientales, manuel imprimé, sans date. ADPO, 4T 26.

33 Rapport de la commission chargée des examens des mémoires envoyés à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. S. d. ADPO, 4T 30.

34 Instructions à MM les correspondants, Commission archéologique des Pyrénées-Orientales, manuel imprimé, sans date. ADPO, 4T 26.

35 Lettre de Parès de Rivesaltes à Henry pour lui signifier sa participation aux travaux de la Commission archéologique du 8 décembre 1843. ADPO, 4T 26.

36 Lettre de Just de Bompas à Henry pour lui signifier sa participation aux travaux de la Commission archéologique du 15 décembre 1843. ADPO, 4T 26.

37 Instructions à MM les correspondants, Commission archéologique des Pyrénées-Orientales, manuel imprimé, sans date. ADPO, 4T 26.

38 Arrêté de constitution de la Commission archéologique : Article 1. Préfecture des Pyrénées-Orientales, création de la Commission archéologique. Sans date. AMH, 81/66/1.

39 Instructions pour la recherche des antiquités monumentales et historiques du département des Pyrénées-Orientales. Sd. Vers 1819.

40 Ibidem.

41 Instructions à MM les correspondants, Commission archéologique des Pyrénées-Orientales. Sd. Vers 1842.

42 Lettre de Henry au préfet des Pyrénées-Orientales du 14 novembre 1842 pour demander que siège un ecclésiastique au sein de Commission archéologique. ADPO, 4T 26.

43 Arrêté de constitution de la Commission archéologique des Pyrénées-Orientales, ADPO, 4T 26.

44 Ibidem.

45 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 12 décembre 1843. ADPO, 4T 26.

46 Lettre du ministère de l’Instruction publique au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 septembre 1852. ADPO, 4T 29.

47 Jaubert de Passa, en remplacement du préfet P. de Soubeyran, rencontre en octobre 1852 à Narbonne Louis-Napoléon lors de son « voyage d’interrogation ». Selon J. Saquer, ce serait l’occasion pour Jaubert de Passa, président du conseil général des Pyrénées-Orientales de hâter l’arrivée du chemin de fer à Perpignan pour accélérer la commercialisation des produits agricoles. Alors que les députés du département des Pyrénées-Orientales sont républicains, le conseil général comprend une majorité de conservateurs. Le ralliement des royalistes à Louis-Napoléon permet l’adoption dès le 27 août 1850 du vœu en faveur du renouvellement du mandat présidentiel que fait voter Jaubert de Passa. Saquer, 1998.

48 Lettre du ministère de l’Instruction publique et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales, du 21 novembre 1855. ADPO, 4T 105.

49 Lettre du sous-préfet de Prades au préfet des Pyrénées-Orientales du 19 avril 1858. ADPO, 4T 105.

50 Lettre du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts au préfet des Pyrénées-Orientales du 5 juin 1886. ADPO, 4T 106.

51 Nayrolles, 1994, p. 452.

52 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales à Jaubert de Passa, membre du conseil général du 18 septembre 1837, ADPO, 4T 31.

53 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales à Jaubert de Passa, membre du conseil général du 18 septembre 1837, ADPO, 4T 31.

54 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales à Jaubert de Passa du 10 janvier 1838. ADPO, 4T 31.

55 Copie des notes sur les monuments de François Jaubert de Passa non datée, non signée, par le secrétaire de préfecture. AMH, 81/66/1.

56 Voir annexes p. 320-321.

57 Lettre de Jaubert de Passa au ministère de l’Intérieur du 30 janvier 1838 accompagnant son rapport sur les monuments pour leur classement et leur restauration. ADPO, 4T 31.

58 Copie des notes sur les monuments de François Jaubert de Passa non datée, non signée, par le secrétaire de préfecture. AMH, 81/66/1.

59 Feuille remise au ministère de l’Intérieur pour la constitution de la liste des monuments à classer par Jaubert de Passa. Arrondissement de Prades. 15 septembre 1840. Document non signé. AMH, 0800/020/1.

60 Ibidem.

61 Ibid.

62 Berce, 1979, p. 34.

63 Lettre de Jaubert de Passa au ministère de l’Intérieur du 30 janvier 1838 accompagnant le rapport de Jaubert de Passa sur les monuments pour leur classement et leur restauration. ADPO, 4T 31.

64 Le conseil général a aussi participé en 1827 au financement de la restauration du cloître d’Elne.

65 Lettre de Jaubert de Passa, inspecteur des monuments historiques au ministère de l’Intérieur du 20 novembre 1840. AMH, 0800/020/1.

66 Rapport de la Commission des monuments historiques, ministère de l’Intérieur, direction des Beaux-Arts par le baron Taylor, le 1er février 1841. AMH, 81/66/1.

67 Demande d’une aide de 300 francs pour l’église de Planés, de 500 francs pour l’église de Serralongue et de Saint-André et 300 francs pour celle de Conat. Lettre du chevalier de Basterot au ministère de l’Intérieur du 26 novembre 1840. AMH, 0800/020/1.

68 Ibidem.

69 Ibid.

70 Lettre du chevalier de Basterot au ministère de l’Intérieur du 26 novembre 1840. AMH, 0800/020/1.

71 Ibidem.

72 Ibid.

73 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 30 janvier 1838. AMH, 81/66/1.

74 Rapport de Basterot au ministère de l’Intérieur du 15 décembre 1841. AMH, 0080/002/1.

75 Minute de la lettre du ministre de l’Intérieur au chevalier de Basterot du 9 février 1841. AMH, 81/66/1.

76 Ibidem.

77 Rapport de l’architecte du département, inspecteur des monuments historiques au ministère de l’Intérieur, avril 1840. AMH, 16.81/66/135/1.

78 Ibidem.

79 Liste des monuments historiques provisoirement classés dans le département des Pyrénées-Orientales ; observations de monsieur Henry, correspondant du Comité des travaux historiques. ADPO, 63J 1.

80 Liste des monuments historiques provisoirement classés dans le département des Pyrénées-Orientales ; observations de monsieur Henry, correspondant du Comité des travaux historiques. ADPO, 63J 1.

81 Ibidem.

82 Ibid.

83 Extrait des délibérations du conseil général session de 1860, 31 août. ADPO, 4T 36.

84 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministre de l’Intérieur, du 10 août 1850. AMH, 81/66/1.

85 Rapport de Jaubert de Passa sur les monuments du département au préfet des Pyrénées-Orientales le 24 mai 1851. AMH, 81/66/1.

86 Ibidem.

87 Renseignements sur les monuments provisoirement classés, proposition pour un classement définitif. Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 31 janvier 1842. ADPO, 63J 1.

88 Rapport de Jaubert de Passa sur les monuments du département au préfet des Pyrénées-Orientales, du 24 mai 1851. AMH, 81/66/1.

89 Ibidem.

90 Ibid.

91 Rapport de Jaubert de Passa sur les monuments du département au préfet des Pyrénées-Orientales, du 24 mai 1851. AMH, 81/66/1.

92 Lettre du chevalier de Basterot, architecte du département au préfet des Pyrénées-Orientales du 16 avril 1837. ADPO, 4T 30.

93 Devis estimatif et détails des travaux à effectuer à l’église de Planés par le chevalier de Basterot le 16 septembre 1837 et approuvé par le préfet le 12 août 1837. ADPO, 4T 53.

94 Minute de la lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au sous-préfet de Prades du 5 août 1836. ADPO, 4T 53.

95 Lettre du maire de Planés au sous-préfet de Prades du 22 juin 1836. ADPO, 4T 53.

96 Devis estimatif et détails des travaux à effectuer à l’église de Planés par le chevalier de Basterot le 16 septembre 1837 et approuvé par le préfet le 12 août 1837. ADPO, 4T 53.

97 Le coût des travaux est inférieur à la subvention demandée. Il s’agit du déplacement de la croix située aux abords d’un chemin, au centre d’une placette près du chevet de l’église, ce qui est considéré alors comme un moyen de la protéger. Lettre de Bordes, sous-préfet de Prades au préfet des Pyrénées-Orientales du 8 janvier 1840. ADPO, 4T 47.

98 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales à Jaubert de Passa du 10 octobre 1839. ADPO, 4T 47.

99 Suivant le rapport de Basterot, s’ajoute à cette demande, 400 francs pour la construction d’un échafaudage pour la restauration des volets d’orgue de la cathédrale du début du XVIe siècle et pour les fouilles de Ruscino. Cette allocation est refusée. Procès-verbal de la Commission des monuments historiques du 27 mai 1840. Bercé, 1979, p. 73.

100 Rapport du 27 février 1840. Sont présents, Vitet, Mérimée, Golbéry, Denis, Cavé, Taylor, Lenormant. Ibidem, p. 51.

101 Rapport de la Commission des monuments historiques, par le baron Taylor, séance du 1er février 1841. AMH, 81/66/1.

102 Ibidem.

103 Classement provisoire des monuments historiques du département des Pyrénées-Orientales présenté en décembre 1841 par Monsieur de Basterot, architecte du département et inspecteur des monuments historiques. ADPO, 63J 1.

104 Ibidem.

105 Lettre du maire de Bourg-Madame au sous-préfet de Prades, du 28 septembre 1841. ADPO, 4T 38.

106 Lettre du maire de Saillagouse au préfet des Pyrénées-Orientales du 15 novembre 1841. ADPO, 4T 55. Le maire d’Estavar est satisfait du classement de l’église du village pour laquelle il demande des aides pour travaux. Lettre du maire d’Estavar au préfet des Pyrénées-Orientales du 16 novembre 1841. ADPO, 4T 46. La commune de Formiguères demande un budget colossal qui n’a rien à voir avec un budget de restauration pour son église « antique » qui s’élève à 9 800 francs et qui comprend la construction de deux chapelles, « devenues nécessaires à cause de l’augmentation de la population » et d’une sacristie. 1 000 francs supplémentaires s’ajoutent pour la consolidation et 800 francs pour l’entretien annuel. Lettre du maire de Formiguères au préfet des Pyrénées-Orientales du 16 novembre 1841. ADPO, 4T 47.

107 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 11 juin 1841. AMH, 0081/066/0149.

108 Minute de la lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au chevalier de Basterot du 5 juillet 1842. ADPO, 4T 30.

109 Rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842 adressé au préfet et transmis au ministère de l’Intérieur, ADPO, 4T 51.

110 Copie de la lettre du 10 décembre 1841 de Me Saisset, avocat, saisi par la mairie de Perpignan pour l’affaire opposant les anciens locataires du bâtiment, MM Fabre et Rovira au maire. ADPO, 2OP 2652.

111 Rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842 adressé au préfet et transmis au ministère de l’Intérieur, ADPO, 4T 51.

112 Délibérations du 26 octobre et 11 décembre 1840, 3 mars 1841. Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 3 février 1842. ADPO, 4T 51.

113 Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 12 mai 1842, ADPO, 4T 51.

114 Il s’agit d’une maquette du XVe siècle en fer forgé représentant une « nave », un navire catalan rehaussé d’un château caractéristique.

115 Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 3 février 1842, ADPO, 4T 51.

116 Ibidem.

117 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 avril 1842. ADPO, 4T 51.

118 Rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842 adressé au préfet des Pyrénées-Orientales, ADPO, 4T 51.

119 Lettre du chevalier de Basterot au préfet du 28 octobre 1841. ADPO, 4T 51.

120 Ibidem.

121 Lettre du préfet au maire de Perpignan du 5 novembre 1841, ADPO, 4T 51.

122 Ibidem.

123 Lettre du préfet au maire de Perpignan du 2 février 1842, ADPO, 4T 51.

124 Lettre de Jaubert de Passa au préfet du 29 octobre 1842, ADPO, 4T 51.

125 Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales, ADPO, 4T 51.

126 Lettre de Jaubert de Passa au préfet du 10 avril 1842, ADPO, 4T 51.

127 Ibidem.

128 Rapport de Jaubert de Passa au préfet des Pyrénées-Orientales du 24 mai 1851. AMH, 0081/066/0149.

129 Délibération du conseil municipal de la ville de Perpignan du 10 mai 1842. AMH, 0081/066/0149.

130 Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 3 février 1842, ADPO, 4T 51.

131 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Achille Leclerc, inspecteur général du 24 mars 1842. AMH, 0081/066/0149.

132 Rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842 adressé au préfet et transmis au ministère de l’Intérieur, ADPO, 4T 51.

133 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Achille Leclerc, ibidem.

134 Rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842, ibidem.

135 Ibid.

136 Minute du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 9 septembre 1842. AMH, 0081/066/0149.

137 Adjudication du 20 août 1841, rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842 adressé au préfet et transmis au ministère de l’Intérieur, ADPO, 4T 51.

138 Lettre du maire de Perpignan Guiraud de Saint-Marsal du 12 mai 1842, ADPO, 4T 51.

139 Rapport de la mairie de Perpignan sur les travaux de la Loge de Mer du 12 mai 1842, ibidem.

140 Lettre de Jaubert de Passa, membre du Comité historique au préfet des Pyrénées-Orientales du 24 mai 1851. ADPO, 63J 1.

141 Lettre de Guiraud de Saint-Marsal, maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 12 mai 1842, ADPO, 4T 51.

142 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de l’Intérieur du 12 mai 1842 avec copie de la délibération du conseil municipal du 10 mai 1842. AMH, 0081/066/0149.

143 Rapport de l’architecte Stym Popper du 1er mars 1951. Remplacement des remplages de fenêtres et dégagement de l’intérieur de la Loge de Mer de Perpignan. AMH, 0081/066/0145.

144 Ibidem.

145 Ibid.

146 Projet d’installation des lampadaires et velums devant la façade de la Loge approuvé par Alfred Joffre, architecte des monuments historiques le 8 février 1936. ADPO, 4T 51. Ces lampadaires sont aujourd’hui placés en haut du grand escalier qui relie la rue François Rabelais à la rue Pierre de Ronsard et sur la place Molière, pour l’éclairage public.

147 Michonneau, 2007, p. 19.

148 La desamortizacion correspond depuis la fin du XVIIIe siècle en Espagne à la vente aux enchères des terres improductives et des propriétés foncières de l’Église et des ordres religieux, processus qui a entrainé la vacance, la ruine et le réemploi de tout un pan du patrimoine historique. http://afhe.ehess.fr.

149 Michonneau, 2007, p. 20.

150 De Roux, 1996.

151 Marty, 2004, p. 7-23.

152 Ibidem.

153 Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 3 février 1842, ADPO, 4T 51.

154 Il n’a pas été possible à ce jour d’identifier Bert et Torreilles.

155 Lettre du maire de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales, du 8 février 1815. ADPO, 2OP 2641.

156 Une indemnité de 300 francs a été accordée à Bert pour son projet. Lettre du maire de Perpignan au préfet, du 18 février 1815. ADPO, 2OP 2641.

157 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet du 29 avril 1842, ADPO, 4T 51.

158 Lettre du maire de Perpignan Guiraud de Saint-Marsal au préfet des Pyrénées-Orientales du 12 mai 1842, ADPO, 4T 51.

159 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet du 23 juillet 1842, ADPO, 4T 51.

160 Délibération du conseil municipal de la ville de Perpignan du 10 mai 1842, AMH, 0081/066/0149.

161 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 avril 1842, ADPO, 4T 51.

162 Lettre du préfet portant copie de la lettre du maire de Perpignan au ministère de l’Intérieur du 12 mai 1842. AMH, 0081/066/0149.

163 ADPO, 1S 8.

164 Lettre de la direction générale des Ponts et Chaussées au préfet des Pyrénées-Orientales du 19 août 1833, concernant le refus d’avancement de Caffe et de Talayrach. ADPO, 1S 8.

165 Lettre de Rabourdin, ingénieur en chef au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 juin 1833 au sujet de la demande d’avancement demandée par Caffe, conducteur de 2e classe et remise à Capella. ADPO, 1S 8.

166 Lettre de Rabourdin au préfet des Pyrénées-Orientales du 27 mars 1834, ADPO, 1S 8.

167 Nomination le 13 mai 1834 de Vila en remplacement de Caffe au poste de conducteur deuxième classe. ADPO, 1S 8.

168 Note de service, signifiant le remplacement de Capella par Rabourdin. ADPO, 1S 8.

169 Grau, 2004, p. 439.

170 Ibidem.

171 Hippolyte Fourtoul, 1842, cité par Bergdoll, 1996a, p. 20-25.

172 Ibidem, p. 24.

173 Mac William, 2007, p. 65.

174 Bergdoll, 1996b, p. 191-198.

175 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Achille Leclerc, inspecteur général du 24 mars 1842. AMH, 0081/066/0149.

176 Bergdoll, 1996a, p. 20-25.

177 Mac William, 2007, p. 30.

178 Delaborde H., « Félix Duban, l’exposition de ses dessins à l’École des beaux-arts », Revue des Deux Mondes, 97, (1er février 1872), p. 629, citée par Bergdoll, 1996b, p. 25.

179 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Achille Leclerc, inspecteur général du 24 mars 1842. AMH, 0081/066/0149.

180 Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet du 23 juillet 1842, ADPO, 4T 51.

181 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Achille Leclerc, inspecteur général du 24 mars 1842, AMH, 0081/066/0149.

182 Minute du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 9 septembre 1842. AMH, 0081/066/0149.

183 Extrait du registre de délibération du conseil municipal de la ville de Perpignan du 27 mars 1868. ADPO, 2OP 2641.

184 Lettre de Jaubert de Passa au préfet des Pyrénées-Orientales du 24 avril 1837, ADPO, 4T 30.

185 Ibidem.

186 Lettre du curé Juval de la paroisse d’Arles, au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 avril 1858. ADPO, 4T 36.

187 Extrait du registre du conseil de fabrique de la paroisse de Céret, du 29 janvier 1842, ADPO, 4T 36.

188 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministère de la Justice et des Cultes du 20 mai 1837. AMH, 81/66/1.

189 Rapports généraux, septembre 1837 : Avis de Monsieur Mérimée sur diverses demandes de secours pour la restauration des monuments « no 4, M. le préfet des Basses-Pyrénées demande un secours pour les réparations du cloître d’Arles ». ADPO, 4T 36. Il faut lire Pyrénées-Orientales à la place de Basses-Pyrénées.

190 Tableau descriptif des travaux à effectuer au cloître d’Arles dressé par la commune pour une demande d’aide au préfet, du 10 novembre 1841. ADPO, 4T 36.

191 Ibidem.

192 Extrait du registre du conseil de fabrique de la paroisse de Céret, 29 janvier 1842, ADPO, 4T 36.

193 Feuillet non daté, non signé mais de la main de Jaubert de Passa après 1840, ADPO, 4T 36.

194 Enregistrement le 24 avril 1841 de la donation en faveur de la fabrique de l’église paroissiale d’Arles et de ses droits sur le cloître et l’ancienne basse-cour du monastère de ladite ville. ADPO, 4T 36.

195 Ordonnance du roi du 12 janvier 1845. ADPO, 4T 36.

196 Lettre du curé Juval, de la paroisse d’Arles, au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 avril 1858. ADPO, 4T 36.

197 Le ministre de la Justice et des Cultes renvoie le dossier de demande d’enregistrement de la donation faute de contenir une estimation de la valeur des bâtiments devant figurer dans le projet d’ordonnance avec le certificat de vie des donateurs. Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 15 avril 1842. ADPO, 4T 36.

198 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales, sans date, au chevalier de Basterot et à Jaubert de Passa. ADPO, 4T 36.

199 Ibidem.

200 Facture du sieur Sennen Sicre pour les travaux au cloître d’Arles du 1er au 30 novembre 1842, d’un montant de 573.05 francs correspondant au montant de la subvention attribuée par le conseil général des Pyrénées-Orientales. Facture réglée par l’architecte du département le 14 décembre 1842. Les matériaux chiffrés indiquent qu’il s’agit de travaux sur la toiture. ADPO, 4T 36. La lettre du 29 décembre 1842 du chevalier de Basterot au préfet indique qu’un coté de la toiture a été refait « c’était la partie la plus mauvaise » avec la somme votée par le conseil général lors de la dernière session. Il espère faire les autres côtés qui demanderont moins de fonds. ADPO, 4T 36.

201 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales à l’architecte du département du 19 février 1844. ADPO, 4T 36.

202 Procès verbal d’estimation du cloître d’Arles fait par l’architecte Drogard, le 4 août 1851. ADPO, 4T 36.

203 Lettre du curé Juval de la paroisse d’Arles, au préfet des Pyrénées-Orientales du 29 avril 1858. ADPO, 4T 36.

204 Extrait des délibérations du conseil général, session de 1860, 31 août. ADPO, 4T 36.

205 Ibidem.

206 Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au maire d’Arles du 11 septembre 1890 pour lui signifier les dispositions à prendre en tant que nouveau propriétaire du cloître depuis le 5 décembre 1889. ADPO, 4T 36.

207 En 1894, la Commission des monuments historiques alloue la somme de 10394 francs ; le conseil général : 2000 francs ; la commune 500 francs et Bartisol 500 francs. Souscription d’Edmond Bartisol pour la restauration du cloître d’Arles, le 9 février 1901. ADPO, 4T 36. L’architecte Carbasse est désigné par le ministre de l’Instruction publique pour diriger les travaux. Lettre du ministère de l’Instruction publique au préfet des Pyrénées-Orientales du 6 septembre 1893. ADPO, 4T 36.

208 Lettre de Trullès, propriétaire de l’ancien prieuré de Serrabonne au ministre de l’Intérieur du 27 mai 1895. ADPO, 4T 38.

209 Poisson, 1981.

210 « Les réparations exécutées en 1838 avec les fonds du département constituent un acte de propriété [...] l’église de Serrabonne peut être considérée comme appartenant à la fraction de la commune de Boule d’Amont qui en jouit depuis fort longtemps ». Lettre du chevalier de Basterot au préfet des Pyrénées-Orientales du 30 août 1840. ADPO, 4T 38.

211 Lettre du chevalier de Basterot au préfet des Pyrénées-Orientales du 30 août 1840. ADPO, 4T 38.

212 Poisson, 1981, p. 149.

213 Ibidem.

214 Lettre du chevalier de Basterot au préfet des Pyrénées-Orientales du 30 août 1840. ADPO, 4T 38.

215 Le ministre de l’Intérieur rappelle dans ce sens l’intérêt de l’édifice et la nécessité de son classement sur la liste de 1840 qui justifie l’attribution d’une allocation au titre des monuments historiques. Lettre du ministère de l’Intérieur au préfet des Pyrénées-Orientales du 6 octobre 1840. ADPO, 4T 38.

216 L’achat pour destruction représente la somme de 1000 francs demandée au ministère de l’Intérieur. Lettre du préfet des Pyrénées-Orientales au ministre de l’Intérieur du 22 septembre 1840. ADPO, 4T 38.

217 Ordre de mission pour l’architecte Laisné pour faire « les dessins du palais des anciens rois d’Aragon dont les restes se trouvent dans la citadelle de Perpignan, de l’église romaine de Corneilla près de Prades, des restes du couvent de Saint-Michel de Cuxa près de la même ville, enfin les ruines de l’ancienne abbaye de Saint-Martin du Canigou ». Lettre du ministre d’État, secrétaire aux Beaux-arts, au préfet des Pyrénées-Orientales du 28 février 1854. ADPO, 4T 98.

218 Ibidem.

219 Document non daté, non signé. 4T 39. La lettre du sous-préfet de Prades au préfet du 5 juin 1829 confirme la disposition de la commune de Casteil, à céder le devant d’autel brodé par la comtesse Guisla, moyennant une indemnité pour la réparation de l’église. Le document non daté a été rédigé aux alentours de cette période. Quant à la porte de la maison abbatiale de Saint-Michel de Cuxa, elle était composée des éléments de la tribune, replacés en 1952 par Sylvain Stym-Popper à l’entrée de l’église. Un dessin de Dauzat dans les Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France montre la disposition consécutive au démantèlement de la tribune. ADPO, 4T 39.

220 Nayrolles, 2005, p. 81-102.

221 Léniaud, 1988, p. 229.

222 Ibidem, p. 230.

223 Tableaux de la circonscription des diocèses arrêtés par le ministère de l’Instruction publique et des Cultes en exécution de l’arrêté du président du Conseil des ministres en date du 16 décembre 1848, pour l’entretien annuel des édifices diocésains : 27e circonscription, Montpellier, Carcassonne, Perpignan. Léniaud, 1993, p. 521.

224 Lettre du ministre des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 10 mai 1849. ADPO, 3V 4.

225 Leniau, http://elec.enc.sorbonne.fr/architectes. Lettre du ministère de l’Instruction publique et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 4 juillet 1849 annonçant la nomination de Lejeune dans la circonscription à laquelle Perpignan appartient. ADPO, 3V 4.

226 Minute du préfet au directeur général de l’administration des Cultes du 22 mai 1849. ADPO, 3V 4.

227 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales à l’administration des Cultes du 21 juin 1853. ADPO, 3V 4.

228 Arrêté du 30 mars 1850, nomination de Léon Ohnet aux fonctions d’architecte diocésain en remplacement de Monsieur Lejeune. ADPO, 3V 4.

229 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales au ministre des Cultes du 31 mai 1880, ADPO, 3V 4.

230 Frénay, 2001c, p. 375-376.

231 Minute du préfet à l’administration des Cultes du 21 juin 1851. ADPO, 3V 4.

232 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales à l’administration des Cultes du 21 mai 1853. ADPO, 3V 4.

233 Lettre du ministre des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 13 juin 1853. ADPO, 3V 4.

234 Minute du préfet des Pyrénées-Orientales à l’administration des Cultes du 21 juin 1853. ADPO, 3V 4.

235 Arrêté du ministère de l’Instruction publique et des Cultes du 13 août 1853, signé Fourtoul.

236 Léniaud, http://elec.enc.sorbonne.fr/architectes. Les inspecteurs sont nommés au cas où l’architecte diocésain est non résident de manière à assurer la continuité des travaux lorsque l’architecte se déplace dans sa circonscription. Léniaud, 1988, p. 243.

237 Arrêté du ministère de l’Instruction publique et des Cultes du 27 mai 1880 pour la nomination d’Ewald. ADPO, 3V 4.

238 Minute du préfet au ministre des Cultes du 31 mai 1880. ADPO, 3V 4.

239 Ramoneda, 2008.

240 Lettre du sous-secrétariat d’État du ministère de l’Instruction publique et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 5 juin 1880. ADPO, 3V 4.

241 Ibidem.

242 Ibid.

243 Ibid.

244 Taylor ; Nodier ; Cailleux, 1835, n.p.

245 Un dessin en plan du sanctuaire réalisé par l’abbé Mathieu au début du XIXe siècle confirme cette disposition. Épiscopologie de l’abbé Mathieu. ADPO, MSS 12.

246 Mérimée, 1835, p. 404.

247 Ibidem, p. 404.

248 Casanovas i Moro ; Quilez i Corella, 2006.

249 Dessins de François Ligier, Catedral de Barcelona, et vista interior de Montserrat. Ibidem, p. 88, 95.

250 Devis estimatif des travaux à exécuter aux toitures de la cathédrale de Perpignan. Basterot, 5 janvier 1835. ADPO, 3V 7.

251 Devis du 4 janvier 1838, Basterot ADPO, 3V 7.

252 Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 20 septembre 1834. ADPO, 3V 6.

253 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Rohault, séance du 24 juin 1834, cathédrale de Perpignan. ADPO, 3V 6.

254 Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 8 février 1843. ADPO, 3V 6.

255 Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Rohault, séance du 24 juin 1834, cathédrale de Perpignan. ADPO, 3V 6.

256 Un autel devait précéder le retable. Son décor est jugé « un peu maigre et sans harmonie avec les détails des stalles et du trône pontifical », mais il est couteux aussi en matériaux et l’inspecteur propose que l’on réduise la dépense « en substituant des marbres de couleur tirés des Pyrénées aux marbres blancs sculptés que l’on fait venir d’Italie », Rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Rohault, séance du 24 juin 1834, cathédrale de Perpignan. ADPO, 3V 6.

257 Ibidem.

258 Lettre de Basterot au préfet des Pyrénées-Orientales en réponse au rapport du Conseil des bâtiments civils, du 18 octobre 1834. ADPO, 3 V6.

259 Rapport du 29 janvier 1846 établi par le maire de Perpignan Guiraud de Saint-Marsal ; renseignements demandés par la circulaire de monsieur le préfet des Pyrénées-Orientales au mois de décembre 1845 d’après les instructions de M. le ministre de la Justice et des Cultes. ADPO, 2OP 2663. Jacques Giral, architecte des États du Languedoc : avis sur l’état du clocher de l’église Saint-Jean de Perpignan et les réparations qu’il conviendrait de faire. 27 février 1741. ADPO, 1C 1585.

260 Rapport de Basterot au préfet des Pyrénées-Orientales du 7 décembre 1838. AN, F 19/7816. Cité par Coudray, 2005, p. 254.

261 Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 25 mars 1839. ADPO, 3V 7. Le préfet a demandé que lui soit envoyé un inspecteur général mais le ministre propose de reporter cette visite. Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 25 mars 1839. ADPO, 3V 7.

262 Ibidem.

263 Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 10 juin 1842, d’après le rapport de Basterot du 8 avril 1842. ADPO, 3V 7.

264 Ausseil, 1975, p. 225-229.

265 Carrère, 1787, n.p.

266 Lettre de l’évêque de Perpignan au préfet des Pyrénées-Orientales du 15 novembre 1842. ADPO, 3V 6.

267 État des sommes jugées nécessaires par Mgr l’évêque de Perpignan pour les besoins des établissements diocésains pendant l’année 1829. ADPO, 3V 1.

268 Leniaud, 2007, p. 266-283.

269 Lettre de l’évêque au ministère des Cultes, du 20 février 1843. AN, F 19/7816, et cité par Coudray, 2005, p. 254.

270 Ibid.

271 Lettre du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales du 8 février 1843. ADPO, 3V 6.

272 Ibidem.

273 Extrait du rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Achille Leclerc, inspecteur général, dans la séance du 26 juin 1843. ADPO, 3V 6.

274 Ibidem.

275 Léniaud, 2007, p. 266.

276 Devis pour de grosses réparations à effectuer à la cathédrale du 14 janvier 1844 dressé par Basterot. ADPO, 3V 8.

277 Ibidem.

278 Lettre du 12 décembre 1845 du ministère de la Justice et des Cultes au préfet des Pyrénées-Orientales, approuvant la décision du Conseil des bâtiments civils d’un projet de 6 436.72 francs pour les travaux de restauration d’une fenêtre des chapelles Saint-Pierre et de la Grenade par l’architecte Drogart. ADPO, 3V 8.

279 Rapport du ministère de la Justice du 26 juillet 1843, pour adopter des modifications au projet du sanctuaire de la cathédrale. ADPO, 3V 6.

280 Devis descriptif des travaux de grosses réparations à exécuter en 1855, dressé par Drogart. AN, F 19/7816.

281 Devis descriptif des travaux de grosses réparations à exécuter en 1855 dressé par Drogart. Le 6 janvier 1855, AN, F 19/7816.

282 Ibidem.

283 Rapport de l’architecte diocésain sur les travaux exécutés depuis 1853 et ceux restant encore à faire du 22 octobre 1863, AN, F 19/7816, et cité par Coudray, 2005, p. 255.

284 Lettres du conseil de fabrique adressées au ministère de la Justice et des Cultes, 18 avril 1864 et 4 septembre 1865, AN, F 19/7816.

285 Rapport des dépenses à effectuer en 1864, 15 octobre 1864, AN, F 19/7816.

286 Rapport de Drogart pour les dépenses à faire en 1866, du 1er octobre 1865. Ministère de l’Instruction publique et des Cultes. ADPO, 3V 9.

287 Mayeux, 1907, p. 656-658

288 Rapport de Drogart pour les dépenses à faire en 1866, du 1er octobre 1865. Ministère de l’Instruction publique et des Cultes. ADPO, 3V 9.

289 Le montant des travaux s’élève à 8 2231.95 francs. Devis descriptif des travaux de réparations à exécuter en 1866, adressé au ministère de la Justice et des Cultes par le préfet des Pyrénées-Orientales 20 octobre 1866. AN, F 19/7816, ADPO, 3V 9.

290 Le rapport de Vaudoyer est dressé lors de son premier voyage à Perpignan entre 1824 et 1853, ce qui correspond à la période de l’épiscopat de Mgr Saunhac de Belcastel et que Vaudoyer à rencontrer : « La cathédrale de Perpignan appartient à cette famille d’église qu’on rencontre particulièrement dans la partie méridionale de la France et dont l’église Sainte-Cécile d’Albi est le type principal [...] on est frappé du caractère de grandeur et d’unité de ce vaste vaisseau dont on embrasse l’ensemble d’un seul coup d’œil [...] le style dominant de la cathédrale de Perpignan est le style ogival du XVe siècle tel qu’on le rencontre dans les églises du Midi [...] la cathédrale de Perpignan offre à l’intérieur un effet d’ensemble très saisissant qui rappelle la pompe du culte catholique des églises d’Espagne. Quelques travaux d’appropriation suffiraient pour remettre cet intérieur dans un état complètement satisfaisant ». AMH, 81/66-141/20.

291 Colomer, 1903, p. 367.

292 Travaux de peintures dans le sanctuaire sans adjudication décidés le 10 novembre 1872 pour 7 062.17 francs. ADPO, 3V 3. Il n’y a pas eu d’adjudication pour ces travaux et le Conseil des bâtiments civils n’en a pas été informé. Dans ce programme, on constate curieusement qu’il n’y a pas eu de peintures de Pauthe dans le chœur. En tout cas les travaux récents de restauration n’en font pas état à notre connaissance. Seules les chapelles en comportent ce qui corrobore leur exécution grâce à un financement privé, et par voie de conséquence l’absence d’adjudication.

293 Sur ce sujet, Sangla, 2004.

294 Colomer, 1903, p. 374.

295 Ibidem, p. 374.

296 Ibid.

297 Procès-verbal de la séance de la Société agricole, scientifique et littéraire du 28 juin 1872. ADPO, 4T 102.

298 Facture du marbrier Lacombe de Perpignan, 1868, Archives diocésaines non classées.

299 Dessins préparatoires, AMH, 81/66-141/20.

300 Foxonet, 2004, p. 1051-1072.

301 Les travaux de peinture ornementale de la chapelle du Dévot Christ sont les seules de l’ensemble cathédral qui ont été financées par la fabrique. Toutain, 2008. p. 157-187.

302 Colomer, 1903, p. 377.

303 Toutain, 2008, p. 157-185.

304 Ibidem, p. 163-165.

305 Foucart, 1980.

306 Rapport de Jaubert de Passa sur les monuments du département des Pyrénées-Orientales, du 24 mai 1851. AMH, 81/66/1.

Indice delle illustrazioni

Legenda ill. 19 - Églises de Serrabonne, Corneilla-de-Conflent, Coustouges.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7675/img-1.jpg
File image/jpeg, 542k
Legenda ill. 20 - a. Église de Dorres, b. Église d’Hix, c. Église d’Estavar, d. Église d’Err, e. Église de Formiguères, f. Église de La Llagonne.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7675/img-2.jpg
File image/jpeg, 806k
Legenda ill. 21 - a. Églises de Conat, b. Sahorre, c. Molitg.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7675/img-3.jpg
File image/jpeg, 803k
Legenda ill. 22 - a. Églises de Montferrer, b. Serralongue, c. Corsavy, d. Coustouges, e. Saint-Martin de l’Albère, f. Riuferrer, g. Marcevol.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7675/img-4.jpg
File image/jpeg, 980k
Legenda ill. 23 - a. Cloîtres d’Elne, b. du Monastir del Camp, c. d’Arles-sur-Tech.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7675/img-5.jpg
File image/jpeg, 436k
Legenda ill. 24 - Caffe, projet pour la reconstruction de l’hôtel de ville de Perpignan (AMH).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7675/img-6.jpg
File image/jpeg, 579k
Legenda ill. 25-Dauzats, relevé du chœur de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan, dans Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France de Taylor, Nodier et Cailleux, 1835.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7675/img-7.jpg
File image/jpeg, 431k
Legenda ill. 26 - Façade de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan avant sa restauration (AMH).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7675/img-8.jpg
File image/jpeg, 846k
Legenda ill. 27 - Façade de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7675/img-9.jpg
File image/jpeg, 374k
Legenda ill. 28 - Pauthe, peintures de la chapelle Saint-François-de-Paule de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan. Retable de L. Trémullas provenant du couvent des Minimes de Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7675/img-10.jpg
File image/jpeg, 312k

© Presses universitaires de Perpignan, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site