Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Les étudiants du Roussillon entre Perpignan et les universités du Languedoc

Texte intégral

1La création de l’université de Perpignan est liée à la fin du royaume de Majorque. Pierre IV d’Aragon l’avait emporté sur Jacques II de Majorque sans pouvoir s’emparer de Montpellier, ville la plus peuplée du royaume éphémère dotée d’une université déjà renommée. Constitua-t-elle une compensation pour Perpignan qui perdait sa position de capitale ? Tout l’indique. La charte de fondation souligne que Pierre IV satisfaisait une demande pressante des consuls de la ville et de l’évêché d’Elne. De fait, il s’agit d’un établissement de frontière, interstitiel, au centre d’un triangle formé par des universités déjà réputées : Montpellier, Toulouse, Barcelone voire Lérida.

  • 1 Ce qui ne se pouvait guère, le siège épiscopal se trouvant à Elne.

2Perpignan appartient donc au type des universités « plantées » de toutes pièces par un pouvoir souverain puisqu’elle n’est pas issue d’une école cathédrale ou canoniale1. Le studium generale bénéficia du patronage royal, du soutien de l’Aragon à Clément VII lors des prémices du Grand Schisme d’Occident qui lui conféra le statut de studium universale. Cette création concrétisait un siècle de croissance spectaculaire pour la ville, une position excentrée par rapport à l’ensemble catalano-aragonais aussi. Le studium generale comportait trois facultés – théologie, droit (romain et canon), arts libéraux. Clément VII octroya la médecine, supprima la théologie, rétablie en 1447. Perpignan jouit ainsi d’une offre qui n’avait rien à envier à des universités plus prestigieuses.

  • 2 J.-G. Gigot, Inventaire analytique de la série D. Université de Perpignan (1350-1793), Perpignan, (...)

3D’où, dès l’origine, les interrogations suivantes : de quels moyens disposa la nouvelle université pour la satisfaire ? Quel fut son rayonnement ? Comment se situa Perpignan par rapport aux pratiques étudiantes de la peregrinatio academica, aux mutations de la fréquentation des universités dont l’aire de recrutement tendit à se réduire, à la frontière en raison des tensions entre Habsbourg et Bourbons puis du changement de souveraineté ? Questions stimulantes auxquelles il est difficile de répondre à cause d’une documentation particulièrement indigente2. La présence d’une université à Perpignan ne signifie cependant pas que celle-ci ait entièrement satisfait les aspirations locales. D’autres universités attiraient les Roussillonnais bien qu’ils eussent sur place des formations comparables.

  • 3 Les informations concernant ces étudiants proviennent de la base de données constituée et éditée p (...)

4La mise en lumière de ces aires, à considérer moins en termes de concurrence que de complémentarité car elles se recoupent souvent, n’est pas le moindre intérêt de l’analyse synoptique des recrutements universitaires. À défaut de connaître dans le cas de Perpignan le nombre exact et l’origine géographique des étudiants, on peut du moins scruter ceux qui fréquentèrent les universités françaises, Toulouse et Montpellier principalement3.

De la fondation à l’annexion

  • 4 J. Capeille, Dictionnaire des biographies roussillonnaises, Perpignan, 1914, notices par exemple d (...)

5Quelle place, donc, parvint à conquérir l’université de Perpignan ? Sa fondation intervint dans un contexte original : de recomposition territoriale d’un Midi encore incertain, de déploiement d’une politique méditerranéenne par la couronne d’Aragon à laquelle participa très activement une noblesse des Comtés qui s’était prononcée contre Jacques II de Majorque et fut fortifiée grâce à sa défense de la frontière avec le Languedoc4, de contraction démographique et de besoin croissant de personnel administratif compétent. La charte de fondation ne manque pas de l’indiquer de même que Clément VII : le but de l’université était de procurer des hommes sages, éclairés, de bon conseil.

  • 5 M. Fournier, Les statuts et privilèges des Universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1 (...)
  • 6 Un seul étudiant de Raguse, D 1/8, et le 10 novembre 1594, baccalauréat en « lois et canons » de B (...)
  • 7 Ph. Torreilles, « Les testaments des consuls de Perpignan au xviie siècle », Bulletin SASL, 1903, (...)

6Les premiers rotuli conservés du dernier quart du xive siècle suggèrent un succès très honorable. Celui de 1394 comporte le nom de près de 400 maîtres et élèves5. Le recrutement issu très majoritairement des diocèses d’Elne, de Gérone, d’Urgel, de Vich, de Barcelone, débordait Barcelone et même Valence, s’étendait à Majorque, à Alghero en Sardaigne, à Raguse en Sicile6. Aucune autre liste exhaustive d’étudiants ne nous est parvenue ensuite. Les rares indications fournies par les annuaires, les almanachs et autres descriptions du Roussillon, approximatives, n’interviennent qu’au xviiie siècle. L’université traversa des périodes difficiles. Les consuls de Perpignan se plaignent à plusieurs reprises dans leurs « testaments » au cours du premier quart du xviie siècle que les meilleures familles préféraient envoyer leurs enfants étudier à Gérone ou dans d’autres universités du Principat plutôt que sur place7.

  • 8 D 3 (1566-1579), 4 (1591-1603), 5 (1595-1597), 6 (1600-1613). 42 étudiants pour la première périod (...)
  • 9 D 3, fos 19vo, 23, 27vo, 64.

7À défaut d’autres sources disponibles, quelques procès-verbaux de graduations conservés pour la fin du xvie siècle corroborent cette assertion. Deux dossiers, le premier des années 1566-1578, le second de 1595-1597, regroupent une grosse centaine d’étudiants dont trente natifs du diocèse d’Elne8. Parmi eux, un fort contingent d’ecclésiastiques, des carmélites notamment, formés à Salamanque et à Alcala de Hénarès venus enseigner la théologie à l’université9.

8Ces Castillans émissaires du renouveau spirituel tridentin mis à part, se dessine une aire catalane de peregrinatio academica et de communauté de formation. Venaient prendre leurs grades à Perpignan des étudiants issus des villes et des diocèses de Gérone, Vich, Urgel, Barcelone, Valence, Majorque, Alghero. Les diocésains d’Elne, de Perpignan ou de localités modestes, fréquentaient les universités de Barcelone, Lérida, Valence, avant d’achever leur cursus à Perpignan. 10 % ne font pas état d’études effectuées hors du diocèse. Fait significatif, ces étudiants venaient de localités peu peuplées, proches de la frontière avec la France : Codalet, Estagel, Tautavel. On ne saurait toutefois dire si les diocésains d’Elne prenaient la totalité de leurs grades dans d’autres universités catalanes ni inférer que l’attraction de Perpignan provenait du moindre coût des grades ou de leur facilité. Par contre, malgré la minceur du dossier, il est manifeste que le Vallespir fournissait peu d’étudiants par rapport à Perpignan, au Conflent, aux localités de la plaine.

  • 10 D 11 ; J.-G. Gigot, Inventaire, op. cit., p. 54-88, et « L’université de Perpignan et la formation (...)
  • 11 D 11/133, 1667 ; F. Marti Viladamor, Cataluña en Francia. Castilla sin Cataluña y Francia contra C (...)

9Comparables à beaucoup d’égards, les trois grosses cinquantaines de suppliques pour les grades et d’attestations (1660-1698) ont naguère retenu l’attention à cause des mentions sur la plus ou moins bonne maîtrise de la langue française qu’ils contiennent10. Celle-ci était largement fonction de la date, du lieu, du milieu social d’origine. Elles livrent davantage un aperçu sur la recomposition à l’œuvre dans la province après le traité des Pyrénées. Cohabitèrent puis se succédèrent les « forains » du sud des Pyrénées et du royaume, les diocésains inscrits dans les universités catalanes avant 1659, bientôt la génération suivante ; soit des fils de membres du parti français réfugiés en Roussillon parmi lesquels on ne peut manquer de remarquer celui de Francesc Martí Viladamor, l’auteur de Cataluña en Francia. Castilla sin Cataluña y Francia contra Castilla, avocat général au Conseil souverain de Roussillon, bon connaisseur de la langue française en 166711, des représentants du courant migratoire issu du nord, ancien, encouragés par l’annexion, et des naturels du pays.

10Aux lendemains du Traité se côtoyaient ainsi à Perpignan des postulants formés dans les universités catalanes du Principat, les universités de Cahors, de Paris, de Toulouse surtout, fréquentées aussi bien par les futurs théologiens, les juristes, que les médecins, et les jeunes gens jamais sortis de leur province. Les cursus des candidats ne sont pas toujours détaillés avec soin ; on peut néanmoins jauger la proportion des diocésains allés accomplir une partie de leurs études à Toulouse et à Montpellier : elle est au minimum de 20 %, un peu supérieure chez les étudiants de Perpignan même, moindre pour ceux des bourgs et des villages.

11Plus solide et éclairant est le recrutement des étudiants. La majorité des citadins – de Perpignan – appartenait au cercle des bourgeois honorés, suivait la voie paternelle du doctorat en droit, ou s’inscrivait en théologie en vue d’une carrière ecclésiastique. Tropisme de ville universitaire : réussir ou simplement maintenir le rang familial passait par l’obtention de grades universitaires. Ils se trouvaient en compagnie de condisciples issus de catégories sociales plus modestes dont aucun membre n’avait jusque-là accédé à l’université : marchands, notaires, boutiquiers, chirurgiens, artisans, pagès, etc. L’éventail est suffisamment large néanmoins, particulièrement dans les bourgs, pour qu’on perçoive une dynamique à l’intérieur de la société. Certes, la proportion des inscrits en théologie est plus forte chez les étudiants de condition modeste que chez ceux que l’on peut qualifier d’héritiers. L’accès à une bonne cure, l’entrée dans une communauté de prêtres ou un chapitre collégial, décoraient une lignée sans que la promotion sociale pût se consolider en ligne directe. La séparation des centres traditionnels de formation à la suite de l’annexion ne stérilisa pas les ressorts de la dynamique sociale, même temporairement.

  • 12 2 B 1083.
  • 13 D 11/103-105, ainsi Antoine Gispert, de Rivesaltes, bachelier en philosophie, docteur en théologie (...)

12Cet échantillon est-il représentatif des étudiants inscrits à l’université ? Deux listes d’étudiants en droit nous sont parvenues, d’octobre 1664 et du mois de décembre 1666, à l’occasion de conflits internes à l’université12. La première compte 27 noms, la seconde 35. Quinze étudiants dont on possède les procès-verbaux d’enquête figurent sur cette dernière. Plusieurs d’entre eux ont également étudié la théologie13. Cela suffit-il à nous donner une idée des effectifs des différentes filières ? Le double au total ? Assurément moins du triple.

Les étudiants de la province du Roussillon dans les universités du royaume, 1660-179014

  • 14 L’origine des étudiants, lors de leur inscription, était indiquée par diocèse. La province du Rous (...)
  • 15 Joseph Xaupí (1688-1778), filleul de l’intendant du Roussillon Trobat, fut docteur en théologie de (...)
  • 16 P. Ferte, Répertoire géographique des étudiants, op. cit., tome V en préparation.
  • 17 607 étudiants au total, 30 avant 1660 ; 291 pour la filière droit (laïque), 155 en médecine, 150 p (...)

13Longtemps, à la suite de l’affirmation de l’abbé Xaupí selon laquelle il aurait été le premier étudiant de la province à s’inscrire à l’université de Paris, on crut qu’après le traité des Pyrénées les Roussillonnais n’avaient guère fréquenté d’autre université que celle de Perpignan15. La patiente recension par Patrick Ferté des étudiants gradués dans les universités méridionales16 infirme cette vulgate. Des centaines d’entre eux, en effet, prirent leur(s) diplôme(s) dans les universités du royaume ; d’autres, invisibles avant 1679 en droit, 1709 en médecine et 1745 en théologie, faute de matricule, y étudièrent cependant avant de revenir se faire graduer à Perpignan17. Le phénomène est suffisamment ample et durable pour qu’on l’examine avec attention.

  • 18 P. Ferte, « Les étudiants catalans à l’université de Toulouse du 13e au 18e siècle », dans Aulas y (...)

14La fréquentation des universités situées au nord des Corbières par les étudiants de la péninsule ibérique, catalans plus particulièrement, n’était pas une nouveauté au milieu du xviie siècle : Patrick Ferté l’a multiplement démontré18.

  • 19 Ibid., 88 étudiants catalans inscrits à l’université de Toulouse entre 1624 et 1663, 96 entre 1664 (...)
  • 20 P. Ferte, « La natio hispánica en Toulouse... », art. cit., p. 395-400. Le diocèse d’Urgel n’envoi (...)

15Dans le diocèse d’Elne, un courant s’amorce au cours de la décennie 1650-1659 dont on ne sait exactement s’il est davantage la conséquence des difficultés consécutives à la guerre ou celle d’une option française. Leur nombre augmente fortement après 1660 sans que les étudiants catalans transpyrénéens cessent de venir à l’université de Toulouse19. Début d’une fréquentation assidue marquée par d’amples oscillations cycliques avec trois moments fastes – les décennies 1660-1669, 1710-1719, 1740-1759 – suivis par des phases de moindre afflux, une chute sévère après 1770 (cf. graphique). La partie de la Cerdagne devenue française, mais restée de l’obédience du diocèse d’Urgel, se singularise. Elle n’adresse des étudiants à Toulouse qu’après 1700, participe à la réaction hostile des pays catalans aux décrets de la Nova Planta, à la création de l’université botifler de Cervera. Par contre, quand le flux des étudiants issus du diocèse d’Urgel s’épuise après 1760, la Cerdagne française reste fidèle à Toulouse délaissée par les étudiants des autres secteurs de la province du Roussillon20.

  • 21 Selon P. Ferté. N.B. Les étudiants sont comptés à l’année de leur première inscription ou de l’obt (...)

Graphique 1 Nombre d’étudiants de la province du Roussillon inscrits dans des universités méridionales (hors Perpignan), 1660-179021.

Graphique 1 Nombre d’étudiants de la province du Roussillon inscrits dans des universités méridionales (hors Perpignan), 1660-179021.

Provenance des étudiants du Roussillon dans les universités méridionales (1660-1790).

  • 22 Joseph Jaurès, fils d’un médecin d’Ille, plaide auprès de l’intendant Trobat l’ignorance pour avoi (...)
  • 23 État actuel de l’université de Perpignan depuis son rétablissement, Perpignan, Jean-Baptiste Reyni (...)

16Les causes d’oscillations aussi marquées sur une aussi longue période sont multiples. On pense aussitôt au désir des autorités de voir les nouveaux régnicoles envoyer leurs enfants dans des établissements où ils apprendraient la langue française22 ; aux conditions matérielles de l’enseignement rendues difficiles par la perte de ressources à la suite de l’annexion puis au défaut de bâtiment après 1720 : on le réquisitionna pour en faire l’hôtel de la Monnaie, les cours furent dispensés dans les couvents, à l’hôtel de ville, dans le palais épiscopal pour la théologie23. Cela ne rend pas compte de tout ; notamment de leur amplitude, à apprécier en tenant compte du nombre d’habitants de la province, de la structure de la population, des effectifs des classes d’âge susceptibles d’accéder à un enseignement universitaire, des secteurs géographiques d’origine.

  • 24 J.-P. Pelissier, Paroisses et communes de France, Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, 1986, p. 245 ; (...)

17Au moment de l’annexion, Perpignan ne comptait guère plus de cinq mille habitants, la province soixante mille environ : un étiage comparable au reste de la Catalogne qui ne commença à être effacé qu’après 1730. Perpignan atteint six à sept mille habitants en 1740, dépasse dix mille trente ans plus tard24 ; le Roussillon approche cent mille en 1789 après une des plus fortes croissances du royaume au xviiie siècle. Les effectifs étudiants roussillonnais à l’extérieur ne reflètent donc pas l’essor démographique : au contraire, leur étiage correspond au moment où la population de la province et de sa ville principale atteint son maximum.

18Le choix des filières où les étudiants s’engagèrent rend mieux compte des variations observées (cf. tableaux 1 et 2). Le droit (filière laïque) l’emporte largement, suivi presque à égalité par la médecine et la filière cléricale ; le devenir du petit lot d’étudiants n’ayant obtenu qu’une maîtrise ès arts est plus incertain (futurs médecins ou prêtres gradués impécunieux ?)

Tableau 1 : Évolution des types d’études (1660-1790), en pourcentages

Tableau 1 : Évolution des types d’études (1660-1790), en pourcentages

19Cette distribution n’est pas étale. Deux périodes de durée à peu près égale se distinguent nettement de part et d’autre de l’année 1720 (cf. tableau 1). Au cours de la première, le droit (filière laïque) l’emporte, sans dominer outrageusement la médecine. L’écart se creuse après 1720 : plus de 50 % des étudiants choisissent des études de droit. Cela provient pour une part d’une inégale vigueur des principales filières selon les périodes. Chacune d’elles connaît une phase de moindre succès. La première vague d’inscriptions en droit (filière laïque) commencée en 1654 se clôt en 1673. Deux inscriptions seulement interviennent jusqu’en 1690 dont celle de Michel de Copons, fils d’un président à mortier du Conseil souverain de Roussillon, lui-même futur Premier président à mortier, qui obtint entre le premier et le six décembre 1686 par dispense royale le baccalauréat, la licence, le doctorat en droit français, canonique et civil. La filière cléricale fut moins prisée entre 1728 et 1740. En douze ans, cinq étudiants s’inscrivirent contre trente-deux au cours des seize années précédentes. Quant à la médecine, c’est à une véritable désaffection à laquelle on assiste. Aucun étudiant ne s’inscrit hors de la province entre 1772 et 1786, trois seulement ensuite.

  • 25 Dernier étudiant de Perpignan à obtenir son doctorat de médecine à Toulouse : Blaise Garrau (1714) (...)

20Toulouse et Montpellier se partagent les étudiants en médecine, avec, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, un léger avantage à la première. Les universités comme Orange et Avignon attirent quelques sujets seulement qui vont quasiment tous achever leur cursus à Montpellier. L’avantage de Toulouse est net jusqu’en 1710. S’opère ensuite au bénéfice de Montpellier un véritable transfert commencé par les Perpignanais. Ceux-ci vont plus tôt à Montpellier, cessent de fréquenter la ville de la Garonne au cours de la décennie 1710-1719. Les carabins du reste de la province leur emboîtent le pas deux décennies plus tard, cessent eux-mêmes de s’inscrire à Toulouse après 176025.

Tableau 2 : Toulouse ou Montpellier, les étudiants de médecine.

Tableau 2 : Toulouse ou Montpellier, les étudiants de médecine.
  • 26 2 à Avignon, 2 à Cahors.

21Pour les études de droit, l’empire toulousain était total. Une poignée d’étudiants seulement vont prendre leurs grades ailleurs26. La faveur de Toulouse s’explique par plusieurs facteurs, outre son prestige ancien. L’université de Perpignan ne conférait pas la licence en droit, requise pour tout office moyen ou supérieur dans le royaume et pour le serment d’avocat. Raison supplémentaire, les grades de théologie obtenus à Perpignan, contrairement aux autres titres valables dans l’ensemble du royaume, ne donnaient accès qu’aux bénéfices de la province. Enfin, et peut-être surtout, les Roussillonnais jouissaient d’un privilège unique, comme l’a démontré P. Ferté : être inscrits dans les universités du royaume comme « étrangers » – tamquam extranei –, même après le rattachement, leur permettait d’échapper à la réforme de 1679 qui imposait le respect rigoureux du temps d’études obligatoire et des interstices entre les examens et donc d’obtenir tous les degrés en quelques jours !

  • 27 5 licences et doctorats en droit civil encore délivrés au cours de la décennie, dont 3 après un ba (...)
  • 28 5 étudiants dont un avant 1660 postulent in utroque jure avant la réforme de 1679.

22Autre singularité, héritière de leur « constitutionalisme », les Roussillonnais manifestaient un attrait marqué pour le droit civil. D’où, des cursus originaux dans la continuité de ce qui s’effectuait avant l’annexion où tous les étudiants laïques du diocèse d’Elne prenaient leurs grades en droit civil seulement, au bénéfice de l’âge ou en un temps record, sans être astreints à l’examen de droit français obligatoire depuis 1679. Cette pratique se prolongea jusque dans la décennie 1720 où les Roussillonnais rejoignirent la norme27. On peut se demander si la dispense royale octroyée à Michel de Copons pour passer le baccalauréat le premier décembre 1686, la licence le quatre, le doctorat le six, in utroque jure, ne fut pas une invitation à se conformer au « régime français »28. Sans succès. Par contre, l’entrée en conformité entraîna une recrudescence spectaculaire des grades obtenus au bénéfice de l’âge (licence en six mois au lieu de deux ans) ou par dispense (quelques jours) : 50 % au bénéfice de l’âge entre 1750 et 1769, 90 % au bénéfice de l’âge et de la procédure accélérée après 1780 !

Dynamiques territoriales et sociales

  • 29 Collioure, Thuir, Ille-sur-Têt, Villefranche, Vinça. Comparée à sa population, Prades qui comptait (...)

23Les fluctuations du contingent estudiantin issu du Roussillon sont donc davantage imputables aux évolutions internes des filières qu’à celle du nombre des étudiants. Par là s’instaure une transformation en profondeur de la relation entre la province et le royaume. Si l’on se place maintenant du côté des lieux d’émission – des localités de provenance – qu’observe-t-on ? Sans surprise, Perpignan fournit les plus grosses cohortes : 36,2 % du total alors que la ville ne renferma jamais plus de 13 à 16 % des habitants du diocèse d’Elne. Cette prééminence donne le ton : le caractère urbain des localités émettrices est très marqué, en Vallespir et en Conflent plus encore que dans la plaine avec un net avantage pour les localités de vallées qui jouissaient du statut de ville, députaient aux Corts avant 1659, possédaient une étude de notaire, un siège de viguerie comme Villefranche, ou exerçaient une fonction de défense. Certaines d’entre elles d’ailleurs, si l’on tient compte du nombre de leurs habitants, envoyèrent autant voire davantage d’étudiants hors de la province que Perpignan, ainsi Prades en Conflent29 (cf. carte).

  • 30 1 C 863, 2045 ; E. Perroy, La viguerie de Cerdagne française du traité des Pyrénées à la Révolutio (...)

24La Cerdagne s’écarte un peu de ce modèle. Des lieux faiblement peuplés comme Llo, Sainte-Léocadie, Palau, abritent de belles fortunes fondées sur la terre, un imposant cheptel, le négoce, l’exercice de charges judiciaires, d’offices fiscaux..., ainsi les viguiers Sicard de Sainte-Léocadie ou les Girvès de Llo et Err30. Le contraste est frappant avec le Capcir voisin dont deux étudiants de Formiguères seulement s’inscrivent hors de la province entre 1660 et 1790 contre 32 pour la Cerdagne.

  • 31 On l’aperçoit à travers les exemples de Ille-sur-Têt (D 10/10 : 18 décembre 1661, nomination d’un (...)

25L’originalité du Conflent est manifeste : un axe de vallée fécond s’étend de Villefranche à Vinça ; les bordures montagneuses sont vierges d’étudiants, du moins gradués hors du Roussillon. L’étroitesse des localités, la modicité des moyens des familles, ne pouvaient compenser celle des ressources municipales, insuffisantes pour entretenir des écoles de qualité31.

  • 32 Prades : 22,6 % des étudiants à l’extérieur entre 1720 et 1739, 30,1 % entre 1740 et 1759 ; Ille-s (...)

26En dépit de zones stériles, d’altitude, un semis de localités « estudiantines » participe malgré tout, avec la capitale de la province, à l’ouverture sur les campus extérieurs. Les inflexions principales, plus ou moins accentuées, s’observent partout : fréquentation des universités du royaume avant 1660, diminution des effectifs entre 1680 et 1699, recul prononcé après 176032. Des nuances s’aperçoivent néanmoins d’une localité ou d’un secteur à l’autre à la fois dans le temps, les filières, et les universités choisies pour prendre les grades. Si le flux des Perpignanais – en raison de leur nombre plus important ? – est plus constant et leur choix des filières à l’unisson des moyennes de la province, plus de la moitié des étudiants natifs de Prades ou d’Ille s’inscrivent dans les universités du royaume entre 1720 et 1759.

27Ille, Thuir en Roussillon, Vinça en Conflent, Céret en Vallespir, privilégient la filière médicale, Prades, Villefranche-de-Conflent, préfèrent le droit (filière laïque), et Collioure la filière cléricale (cf. tableau 3).

Tableau 3 : Origine géographique et types d’études (1660-1790), en pourcentage.

Tableau 3 : Origine géographique et types d’études (1660-1790), en pourcentage.

28La médecine illustre, dans le détail, la diversité des choix. Le long de la vallée de la Têt, les habitants de Prades et de Vinça préfèrent Toulouse comme faculté de formation et sont les derniers à lui demeurer fidèles quand ceux de Villefranche et d’Ille choisissent davantage Montpellier. Les petites cités du Vallespir sont également plus orientées vers Montpellier, avec un détour par Avignon ou Orange, usuel alors chez beaucoup d’étudiants français. Les similitudes et les contrastes rapprochent ou opposent moins les vigueries que des localités de chacune d’entre elles : Céret et Saint-Laurent-de-Cerdans en Vallespir, Vinça et Prades en Conflent.

Tableau 4 : Dans quelle université va-t-on faire sa médecine ?

Tableau 4 : Dans quelle université va-t-on faire sa médecine ?
  • 33 Joseph Guillaume François de Massia de Sallèles : inscrit en droit à Toulouse (1724-1725), sans do (...)
  • 34 Voir les travaux de P. Ferté.
  • 35 1 C 803, 807, 809, 1279 (1740-1789). L’indigence des sources empêche d’étudier correctement les ec (...)

29Aller prendre ses grades ailleurs qu’à Perpignan, on l’a vu, n’imposait pas forcément une résidence de plusieurs mois hors de la province avec les frais qui en découlaient. On peut s’interroger cependant : pourquoi une telle démarche et qui l’accomplissait ? Les raisons ont été diverses assurément. La différence d’attitude entre les Cerdans et les étudiants du diocèse d’Elne le montre. A influé également l’origine des familles, établies depuis peu en Roussillon, ainsi les Massia de Sallèles en Languedoc ou les Millous, hôteliers du Boulou venus de Nîmes33. Pour évaluer la nature exacte de cette peregrinatio plus utilitariste que studieuse34, il faudrait également connaître le nombre des inscriptions à Perpignan même. Trois groupes sociaux ou professionnels qui se recoupent partiellement peuvent être sondés avec profit : les bourgeois honorés, les juristes, les médecins, correctement repérables grâce aux précieuses généalogies dressées par Philippe Lazerme et aux listes fiscales35. Les bourgeois honorés, catégorie au statut transmissible spécifique à la Catalogne conféré par le corps de ville de Perpignan, envoyaient de longue date leur progéniture étudier hors du Roussillon. A-t-on assisté à une simple réorientation du sud vers le nord – mais la liaison avec Toulouse ne date pas de 1659 –, accélérée par la nationalisation des diplômes français, invalidant du coup les grades pris en Espagne, et par le privilège d’« étudiants étrangers » accordé aux nouveaux régnicoles, ce qui ravalait la faculté de droit de Toulouse au rang d’officine à diplômes ?

  • 36 F.-Pierre Blanc, op. cit., p. 330-342.
  • 37 On peut leur adjoindre Joseph et Jean-François Massia de Sallèles gradués en droit à Toulouse, res (...)

30Les mieux connus, grâce à leurs lettres de nomination, sont les magistrats du Conseil souverain institué en 1660. Dans leur grande majorité ils étaient docteurs de l’université de Perpignan36. Si l’on met à part les membres de la Royale Audience de Barcelone qui formèrent l’ossature du Conseil à sa création et les magistrats venus d’autres cours du royaume poursuivre leur carrière en Roussillon, cinq d’entre eux seulement prirent des grades hors de la province dont trois Copons37. Exception qui confirme la règle d’une formation effectuée sur place, d’une étroite relation entre l’université et le conseil exprimée dès que l’occasion s’en présentait.

  • 38 Ph. Lazerme de Regnes, op. cit., 1, p. 339-341 ; M. Brunet, « La naissance, le mérite et le « pist (...)

31Issus d’une famille qui s’honorait d’avoir participé à la conquête de Minorque, les Copons jouirent d’une position unique. Philippe de Copons, partisan déclaré de la France dès 1640, fut un des neuf premiers membres du Conseil où il siégea en qualité de doyen. Son fils, son petit-fils, son arrière petit-fils, occupèrent après lui un office de président à mortier. C’est pour prendre sa suite que son fils Michel bénéficia de la dispense royale d’étude grâce à laquelle la faculté lui accorda ipso facto tous ses grades en une semaine (1686)38.

  • 39 2 B 27, fo 150.

32Les avocats au Conseil souverain dont le nombre augmente fortement au cours de la seconde moitié du xviiie siècle puisqu’il passe d’une quarantaine en 1740 à près d’une centaine en 1790, ont davantage fréquenté l’université de Toulouse : 25 % des avocats en activité en 1760, 30 % en 1760, 28 % en 1780. Ces chiffres, la crue accélérée de ce groupe, signalent deux traits marquants de l’évolution de la société roussillonnaise au xviiie siècle : les premiers effets de la moindre fréquentation des universités extérieures, déjà aperçue, et une réelle dynamique sociale. On peut la suggérer ainsi : les listes d’avocats au conseil assujettis à la capitation comportent trente-neuf patronymes en 1740, quatre-vingt-dix en 1780. Huit disparaissent entre temps. Une cinquantaine émerge donc. Une analyse fine, impossible à exposer ici, montrerait l’étendue des réseaux de relations. Demeure le fait majeur : l’accession de nouvelles familles à une position plus enviable grâce à la présence du Conseil souverain. Ce phénomène d’ascension sociale, particulièrement net en Conflent puisque nombre de ces avocats sont mentionnés comme inscrits sur les rôles de Villefranche et de Prades, est à souligner car se discernent ainsi des lignes de force en voie de façonner la société de la province : le contrôle par le pouvoir de l’accès au statut de bourgeois honoré limité à deux par an depuis 166339, la tendance à l’hérédité des charges au Conseil souverain bien que la vénalité n’y eût pas cours, la promotion de familles grâce au droit et à la formation universitaire recherchée ailleurs qu’à Perpignan. Le « voyage de Toulouse », plus fréquent que dans le cercle restreint des membres du Conseil souverain, fut-il un moyen de l’obtenir à meilleur compte et de mieux le donner à voir ?

  • 40 1 C 809. Cette proportion ne tient pas compte des viguiers, du baille, membres de la noblesse qui (...)
  • 41 Comme pour les avocats au Conseil souverain on constate une forte augmentation des effectifs inscr (...)

33C’est encore plus manifeste pour les officiers des juridictions subalternes ainsi que pour les « docteurs ès loix ». Deux tiers des procureurs du roi, des juges des vigueries de Roussillon et de Conflent ainsi que du baillage de Perpignan en charge après 1740, ont acquis des grades à Toulouse40. 50 % des docteurs ès lois étaient dans ce cas au milieu du siècle, la proportion commençant à se réduire à la fin du siècle – 45 % en 178041. Ces observations sont assez déconcertantes au premier abord : la propension à aller acquérir ses grades hors de Perpignan serait inversement proportionnelle aux espérances professionnelles des postulants, d’autant que la majorité des docteurs ès lois était domiciliée hors de la capitale de la province.

  • 42 1 C 1140, en 1786, 2 médecins en Cerdagne, 8 en Conflent, 31 en Roussillon et Vallespir dont 15 à (...)
  • 43 J. Chaia, « Pierre Barrère (1690-1755), médecin botaniste à Cayenne », 89e congrès des sociétés sa (...)

34Assez bien répartis dans la province puisque toutes les localités de plus de 1 000 habitants disposaient d’au moins un praticien, le corps des médecins fort d’une quarantaine d’individus grossit peu au cours des deux derniers tiers du xviiie siècle, contrairement à celui des juristes42. Son ouverture sur l’extérieur n’est pas moins éclairante, d’autant que les médecins, dans leur ensemble, étaient d’extraction plus humble que ces derniers. Entre 1740 et 1789 la proportion des médecins en activité allés étudier hors de la province oscille entre 30 et 45 % : 30 % environ en 1740, 44 % en 1760, 36 % à la veille de la Révolution. Cette pesée prend tout son relief quand on se rappelle la désaffection de Toulouse au profit de Montpellier dont la célébrité draine alors des carabins de tout le royaume et qui joua un rôle double, de centre de formation complémentaire à celui de Perpignan, d’ouverture sur de plus larges horizons : le Jardin du Roi, des expéditions hors de France comme celle conduite par Pierre Barrère à « l’île de Cayenne »43. Davantage de professeurs de médecine de l’université que de juristes, après 1740, avaient effectué une partie de leurs études hors de la province. Cela n’a pas été pour rien dans la notoriété dont ils jouirent dans les cercles éclairés.

35En dépit des spécificités, des filières de formation, des lieux et des catégories sociales ou professionnelles auxquelles on a affaire, un changement majeur intervient au cours de la décennie 1760-1769 : le nombre d’étudiants inscrits dans les universités languedociennes fléchit sensiblement. La corrélation est si nette avec le « rétablissement » de l’université de Perpignan en 1759 que l’on ne peut qu’y voir une relation directe de cause à effet. Initiative phare du centenaire de l’annexion, le « rétablissement » – le terme est employé dès 1759 – consista à bâtir un édifice, à trouver des recettes assurées, à prévoir la création d’un jardin des plantes, d’une bibliothèque publique, de chaires et de nouveaux enseignements, ainsi un cours de physique expérimentale.

  • 44 Il est béni le 10 janvier 1763.
  • 45 C. Sala, Élites, sociabilité et réseaux relationnels : les Francs-maçons en Roussillon et en Catal (...)

36La construction du nouveau bâtiment, vivement menée, fut achevée au début de 176344, l’attention portée à l’université (projets de nouvelles chaires) ne faiblit pas jusqu’en 1789. Fut-il de bon ton désormais de ne plus envoyer les jeunes gens prendre leurs grades en Languedoc, l’omniprésent commandant en chef de la province, le maréchal de Mailly, faisant de ce rétablissement une affaire personnelle, ou s’agit-il de la capitalisation, pour les médecins par exemple, de leur réputation acquise dans le monde savant ? Une chose est sûre : le « rétablissement », objet d’une intense propagande, inaugura une phase nouvelle pour la province qui allia la perte de contact apparente des étudiants avec les universités du royaume, l’insertion des professeurs de l’université, des juristes, dans des réseaux académiques, la pénétration des idées nouvelles par le livre, les loges maçonniques, nombreuses à Perpignan45. Un peu comme si le tarissement du flux d’étudiants « forains », balancé par la séduction des Lumières, signifiait non une prise de distance à l’égard du reste du royaume, mais au contraire une intégration mieux assumée.

  • 46 13 étudiants du diocèse fréquentent Toulouse après 1762, 11 sont de la Cerdagne française.

37Seule la Cerdagne se singularise en persévérant dans son tropisme toulousain, au rebours même des autres secteurs du diocèse d’Urgel, la principauté d’Andorre comprise46. Comment expliquer cette discordance ? Vient-elle du caractère relativement tardif de la fréquentation cerdane de la faculté de Toulouse, dont les grades s’avéraient fort utiles désormais pour les fonctions de juge à la viguerie, d’avocat ou pour obtenir les meilleures cures ? Vient-elle de l’influence des Noailles, gouverneurs de la province, supérieure dans ces hauts cantons à celle du maréchal de Mailly davantage présent à Perpignan ? Cela ne suffit pas à l’expliquer car toutes les familles du groupe étroit qui se dégage après 1720 restent tournées vers Toulouse.

  • 47 Enquête du conseil général citée dans Ph. Torreilles, « L’université de Perpignan... », art. cit., (...)
  • 48 Ph. Torreilles, Mémoires de M. Jaume, avocat au Conseil souverain, professeur à l’université de Pe (...)

38Ne serait-ce que pour le comprendre et mieux saisir les mouvements internes qui traversent la province, on voit combien il serait précieux de connaître les effectifs exacts ainsi que l’identité et la provenance des étudiants de l’université perpignanaise tout au long du xviiie siècle. On ne dispose que d’une information postérieure : à la veille de la Révolution, l’université aurait compté, année courante, 240 étudiants : 70 en philosophie, 80 en théologie, 40 en droit, 50 en médecine et en chirurgie47. Ces chiffres, hélas arrondis, valent-ils pour l’ensemble du siècle ou traduisent-ils les effets du « rétablissement » de l’université et de cohortes de jeunes gens plus nombreuses à cause de l’augmentation de la population ? Deux indices à titre de comparaison : le nombre des étudiants en droit en 1666 – 35 –, celui des étudiants en philosophie en 1752, l’année où Joseph Jaume, futur professeur de droit, obtint son baccalauréat – 3748. À peu de choses près, la moitié des effectifs des années 1780 quand le nombre d’adolescents partis acquérir leurs grades hors de Perpignan était au plus haut. À cette date, trois ou quatre étudiants effectuaient leurs études hors de la province (cf. graphique).

39Des jalons plus nombreux seraient nécessaires. Le témoignage de Joseph Jaume n’en est pas moins précieux sur un autre point. Il nous indique la carrière professionnelle de ses anciens condisciples : 9 prêtres séculiers, 5 religieux, 1 conseiller au Conseil souverain, 1 procureur, 2 commis au greffe, 1 receveur général des douanes, 4 avocats, 3 marchands droguistes, 2 négociants, 1 marchand de drap, 2 chirurgiens, 2 boulangers, 1 pagès, 2 étant notés sans profession. Moins de la moitié – 15 – avaient obtenu le doctorat. L’éventail des qualités de cette cohorte, assez proche probablement de celle de leurs géniteurs, est large. L’université, au moins pour son premier étage de formation, n’était pas réservée à une élite restreinte.

  • 49 Le sieur Pech, clerc tonsuré d’Alet ; Jean-Pierre Campagne de Chalabre, diocèse de Mirepoix, son f (...)

40Précision supplémentaire, à relever : trois des quatre étudiants engagés par son père pour le suivre à son domicile venaient du Languedoc, étudiaient la théologie49. L’université de Perpignan attirait donc des étudiants du Languedoc. Depuis quand ? On aimerait le savoir, comme suivre la balance entre les Roussillonnais partis étudier hors de la province et les Languedociens inscrits à Perpignan, nécessairement positive en faveur du Roussillon après 1770, 1780 au plus tard.

41Le corpus des étudiants catalans inscrits dans les universités du royaume sera-t-il jamais exhaustif ? Pour certaines périodes, évidemment non, faute de matricules ; au contraire pour d’autres, variables selon les facultés (xviiie siècle) et mieux documentées, on aperçoit le rare intérêt de ces listes patiemment colligées. Elles informent sur les flux des étudiants, les filières choisies, indications précieuses dans le cas du Roussillon annexé en 1659. En revanche, pour ce qui est des graduations, connues avec une quasi exhaustivité sur le long terme, l’étude renseigne plus finement sur la fonction du diplôme, sur la société roussillonnaise, sur l’attractivité évolutive des différents campus comme des diverses filières, dont les fluctuations se dessinent nettement entre le traité des Pyrénées et 1789. Le moindre des intérêts n’est pas d’apercevoir les nuances de la géographie des lieux d’émission, les spécificités locales, y compris à l’intérieur de bassins bien circonscrits comme le Conflent, le Vallespir, la Cerdagne.

42Mieux, le corpus d’étudiants renseigne, comme en creux, sur les mutations de l’université de Perpignan, et suggère des évolutions à la fois plus nuancées et plus rapides qu’on ne le présente souvent. On mesure mieux l’importance de l’université pour la province, ses dynamiques internes, son rôle dans la formation (ou certification) des élites, et le vide que provoquèrent sa fermeture en 1793, comme la suppression du Conseil souverain.

Notes

1 Ce qui ne se pouvait guère, le siège épiscopal se trouvant à Elne.

2 J.-G. Gigot, Inventaire analytique de la série D. Université de Perpignan (1350-1793), Perpignan, 1970 ; G. Larguier, « Perpignan, une université de frontière », dans J. Sagnes (dir.), L’université de Perpignan au xviiie siècle, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1996, p. 13-22.

3 Les informations concernant ces étudiants proviennent de la base de données constituée et éditée par Patrick Ferté, dont le tome 5 (à paraître) sera consacré aux étudiants des diocèses du Languedoc et du Roussillon, et, pour la Cerdagne, de P. Ferté, « La natio hispánica en Toulouse : para una prosopografía de los estudiantes españoles en Toulouse en los siglos xvii y xviii », dans Historia de la Educación. Revista universitaria, Salamanca, núm. 19-2000, p. 373-412 (cf. diocèse d’Urgel, p. 395-400). Pour tout ce qui suit, voir P. Ferte, Répertoire géographique des étudiants du Midi de la France (1561-1793). Pour une prosopographie des élites, t. 1 (Toulouse, 2002) et t. 2 (2004) pour l’introduction générale aux problématiques, t. 3 (2006) et t. 4, Diocèses des Pyrénées (2008) ; ainsi que « La population étudiante du Rouergue au xviiie siècle », dans D. Julia, J. Revel (dir.), Les universités européennes du xvie au xviiie siècle. Histoire sociale des populations étudiantes, t. 2, Paris, Éd. de l’ÉHESS, 1986, p. 527-575.

4 J. Capeille, Dictionnaire des biographies roussillonnaises, Perpignan, 1914, notices par exemple des Ça Garriga (p. 83 sq.), Perellos (p. 465 sq.), Oms, (p. 405 sq.), etc.

5 M. Fournier, Les statuts et privilèges des Universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1789, Paris, 2 t., 1890-1894, rotuli de 1393 et 1394, p. 681-689 ; R. P. H. Denifle, Les Universités françaises au Moyen Âge ; avis à M. Marcel Fournier..., Paris, 1892, rotulus de 1378 ; 71,5 % des étudiants du diocèse d’Elne, 15,5 % du diocèse de Gérone, 3,5 % sans indication de provenance.

6 Un seul étudiant de Raguse, D 1/8, et le 10 novembre 1594, baccalauréat en « lois et canons » de Bernard Armenyas, d’Alghero qui avait étudié à Barcelone (D 5, fo 61).

7 Ph. Torreilles, « Les testaments des consuls de Perpignan au xviie siècle », Bulletin SASL, 1903, p. 249-298. Les « testaments » étaient des comptes rendus de l’année d’exercice des consuls sortants. « Manque de latinité, fondement de toutes les sciences » (1618, no 5) ; « les étrangers ne viennent plus chez nous, les Perpignanais sont obligés d’envoyer leurs enfants ailleurs » (1606, no 10 ; 1621, no 10 ; 1622, no 4, etc.). La désaffection viendrait de la médiocrité des professeurs mal rémunérés.

8 D 3 (1566-1579), 4 (1591-1603), 5 (1595-1597), 6 (1600-1613). 42 étudiants pour la première période, 62 pour la seconde.

9 D 3, fos 19vo, 23, 27vo, 64.

10 D 11 ; J.-G. Gigot, Inventaire, op. cit., p. 54-88, et « L’université de Perpignan et la formation au xviie siècle de la société roussillonnaise avant et après le traité des Pyrénées », dans Le xviie siècle et l’Éducation, supplément de la revue Marseille, 1er trimestre 1972, no 88, p. 35-39. 163 individus mentionnés, dont 30 nés hors du diocèse.

11 D 11/133, 1667 ; F. Marti Viladamor, Cataluña en Francia. Castilla sin Cataluña y Francia contra Castilla. Panegírico glorioso al cristianíssimo monarco Luis XIII, el Justo, Barcelone, 1643.

12 2 B 1083.

13 D 11/103-105, ainsi Antoine Gispert, de Rivesaltes, bachelier en philosophie, docteur en théologie, puis bachelier en droit. Trois étudiants s’inscriront à Toulouse : Joseph Costa, Gabriel Mauran, Barthélemy Villaformiu.

14 L’origine des étudiants, lors de leur inscription, était indiquée par diocèse. La province du Roussillon relevait des diocèses d’Elne, d’Urgel (Cerdagne), d’Alet (Capcir), de Narbonne (2 paroisses).

15 Joseph Xaupí (1688-1778), filleul de l’intendant du Roussillon Trobat, fut docteur en théologie de l’université de Paris (11 avril 1705), doyen de la même université, J. Capeille, op. cit., p. 678 ; Ph. Lazerme De Regnes, Noblesa catalana. Cavallers y burgesos honrats de Rosello y Cerdanya, 3 vol. , s. l., 1975, 1976, 1977, t. 3, p. 392-393.

16 P. Ferte, Répertoire géographique des étudiants, op. cit., tome V en préparation.

17 607 étudiants au total, 30 avant 1660 ; 291 pour la filière droit (laïque), 155 en médecine, 150 pour les filières cléricales, 41 pour la maîtrise ès arts. Ces listes de gradués sont quasi exhaustives, mais sous-estiment en effet la fréquentation étudiante puisque certains étudient hors du Roussillon et reviennent se faire graduer à Perpignan. Ainsi des suppliques de candidats aux graduations à Perpignan (1658-1696) signalent qu’ils ont étudié à Toulouse ou Montpellier sans qu’on les retrouve dans les listes de P. Ferté, faute de matricule : 2 ont étudié à Montpellier, 1 à Montpellier et Toulouse, 14 à Toulouse : D 11/3, 33-34, 35, 54-55, 73-74, 83, 89, 106-107, 117-118, 129, 146, 150-151, 165, 187-188, 196, 202, 211.

18 P. Ferte, « Les étudiants catalans à l’université de Toulouse du 13e au 18e siècle », dans Aulas y Saberes, VI Congreso international de Historia de las Universidades hispánicas, Valence, 2003, vol. 1, p. 398-413 ; « La natio hispánica en Toulouse... », art. cit. ; « Le tropisme espagnol vers l’université de Toulouse et le collège de Sorèze au 18e siècle », dans M.-F. Diot, P. Brouzeng (dir.), Transmission et diffusion des savoirs dans le sud de la France, Coll. « Actes des Congrès des Sociétés historiques et scientifiques » (126e Congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Toulouse), CR-ROM C.T.H.S., 2008, etc.

19 Ibid., 88 étudiants catalans inscrits à l’université de Toulouse entre 1624 et 1663, 96 entre 1664 et 1703.

20 P. Ferte, « La natio hispánica en Toulouse... », art. cit., p. 395-400. Le diocèse d’Urgel n’envoie que 15 étudiants entre 1670 et 1709, 32 entre 1720 et 1729, 33 entre 1730 et 1739, 14 au cours de chacune des deux décennies suivantes.

21 Selon P. Ferté. N.B. Les étudiants sont comptés à l’année de leur première inscription ou de l’obtention de leur premier grade.

22 Joseph Jaurès, fils d’un médecin d’Ille, plaide auprès de l’intendant Trobat l’ignorance pour avoir commencé ses études à Barcelone en dépit de l’arrêt du Conseil souverain (1678 ?) interdisant aux Roussillonnais d’aller dans les universités espagnoles. Il produit l’attestation d’inscriptions à Toulouse en 1679, 1680, 1681 (D 11/117).

23 État actuel de l’université de Perpignan depuis son rétablissement, Perpignan, Jean-Baptiste Reynier impr., 1768, p. 2 ; Ph. Torreilles, « L’Université de Perpignan avant et pendant la Révolution Française », Bulletin SASL, t. 33, 1892, p. 274.

24 J.-P. Pelissier, Paroisses et communes de France, Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, 1986, p. 245 ; A. de Roux, Perpignan. De la place forte à la ville ouverte, xe-xxe siècle, Perpignan, 1996, voir tabl. 4.1 et 4.2, p. 479.

25 Dernier étudiant de Perpignan à obtenir son doctorat de médecine à Toulouse : Blaise Garrau (1714) ; dernier étudiant du diocèse d’Elne à s’inscrire à Toulouse : Nicolas Roger de Prades-en-Conflent (première inscription en 1760, doctorat en 1764). Ce n’est pas un hasard : les étudiants de Prades furent beaucoup plus nombreux à préférer Toulouse à Montpellier (cf. infra).

26 2 à Avignon, 2 à Cahors.

27 5 licences et doctorats en droit civil encore délivrés au cours de la décennie, dont 3 après un baccalauréat obtenu à Perpignan : en 1723 (3), en 1724 (1), les derniers grades en 1726 à Joseph Artigues de Perpignan.

28 5 étudiants dont un avant 1660 postulent in utroque jure avant la réforme de 1679.

29 Collioure, Thuir, Ille-sur-Têt, Villefranche, Vinça. Comparée à sa population, Prades qui comptait c. 2 000 habitants en 1775 fournit de 2 à 2,3 fois plus d’étudiants aux universités du royaume que Perpignan : 94 contre 221. Pour une population équivalente, Ille n’envoie que 38 étudiants.

30 1 C 863, 2045 ; E. Perroy, La viguerie de Cerdagne française du traité des Pyrénées à la Révolution (1660-1790), mémoire de maîtrise, université de Perpignan, 1994.

31 On l’aperçoit à travers les exemples de Ille-sur-Têt (D 10/10 : 18 décembre 1661, nomination d’un prêtre bénéficier comme maître des études de la ville) et de Vinça (G. Larguier, « Des comtés à l’État. Fiscalité et finances municipales en Roussillon : Vinça, xive-xviiie siècle », Les communautés et l’argent. Fiscalité et finances municipales en Languedoc, Roussillon et Andorre, xve-xviiie siècle, Perpignan, 2008, p. 11-42, p. 38-39).

32 Prades : 22,6 % des étudiants à l’extérieur entre 1720 et 1739, 30,1 % entre 1740 et 1759 ; Ille-sur-Têt : 16,2 % entre 1720 et 1740, 37,8 % entre 1740 et 1759. Le Vallespir échappe seul à la moindre fréquentation d’après 1760 : 21 % des étudiants qui s’inscrivent hors de la province le font entre 1760 et 1779.

33 Joseph Guillaume François de Massia de Sallèles : inscrit en droit à Toulouse (1724-1725), sans doute gradué à Perpignan ; Jean-François de Massia de Sallèles, bachelier, licencié et docteur in utroque à Toulouse (26 nov. et 1er déc. 1731 !). Guillaume de Massia, qui avait étudié le droit à Montpellier, fut second puis Premier président du Conseil souverain de 1693 à 1701. En revanche, Jean de Massia, conseiller au Conseil souverain (1737) était docteur en droit de l’université de Perpignan (cf. F.-Pierre BLANC, Les magistrats du Conseil souverain de Roussillon, 1660-1789 (contribution à l’histoire d’une exception institutionnelle : la gratuité des offices à l’époque moderne), thèse droit, Université Toulouse 1, 1999, p. 339. Barthélemy Millous, bénéficier le l’église Saint-Jacques de Perpignan, fut docteur en théologie de Toulouse (15 sept. 1746), de même que Joseph Millous (sept. 1763) selon Jean Peytavi.

34 Voir les travaux de P. Ferté.

35 1 C 803, 807, 809, 1279 (1740-1789). L’indigence des sources empêche d’étudier correctement les ecclésiastiques. J’ai bénéficié, pour les médecins, d’indications de Sébastien Saqué.

36 F.-Pierre Blanc, op. cit., p. 330-342.

37 On peut leur adjoindre Joseph et Jean-François Massia de Sallèles gradués en droit à Toulouse, respectivement en 1724 et en 1731, petits-fils d’un second président à mortier, fils d’un conseiller du Conseil souverain, d’origine languedocienne.

38 Ph. Lazerme de Regnes, op. cit., 1, p. 339-341 ; M. Brunet, « La naissance, le mérite et le « piston » : comment faire carrière au Conseil souverain du Roussillon au xviiie siècle », Bulletin SASL, no 103, 1995, p. 131-147.

39 2 B 27, fo 150.

40 1 C 809. Cette proportion ne tient pas compte des viguiers, du baille, membres de la noblesse qui ne rendaient pas la justice, ainsi que des greffiers.

41 Comme pour les avocats au Conseil souverain on constate une forte augmentation des effectifs inscrits sur les listes de capitation : 26 en 1740, 52 en 1780.

42 1 C 1140, en 1786, 2 médecins en Cerdagne, 8 en Conflent, 31 en Roussillon et Vallespir dont 15 à Perpignan.

43 J. Chaia, « Pierre Barrère (1690-1755), médecin botaniste à Cayenne », 89e congrès des sociétés savantes, 1964, I, p. 17-26.

44 Il est béni le 10 janvier 1763.

45 C. Sala, Élites, sociabilité et réseaux relationnels : les Francs-maçons en Roussillon et en Catalogne des Lumières à la Révolution, thèse de doctorat, histoire, université de Nice, 2006 ; G. Larguier (dir.), Les Lumières en Roussillon au xviiie siècle. Hommes, idées, lieux, Canet, 2008.

46 13 étudiants du diocèse fréquentent Toulouse après 1762, 11 sont de la Cerdagne française.

47 Enquête du conseil général citée dans Ph. Torreilles, « L’université de Perpignan... », art. cit., p. 58.

48 Ph. Torreilles, Mémoires de M. Jaume, avocat au Conseil souverain, professeur à l’université de Perpignan, Perpignan, 1894, p. 251-254.

49 Le sieur Pech, clerc tonsuré d’Alet ; Jean-Pierre Campagne de Chalabre, diocèse de Mirepoix, son futur beau-frère, deviendra professeur de mathématiques. Selon Patrick Ferté, il était maître ès arts (9 août 1748) et bachelier de médecine (7 mai 1749) de l’université de Montpellier (P. Ferte, Répertoire géographique des étudiants, op. cit., t. IV (diocèses pyrénéens no 3 678).

Table des illustrations

Titre Graphique 1 Nombre d’étudiants de la province du Roussillon inscrits dans des universités méridionales (hors Perpignan), 1660-179021.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Provenance des étudiants du Roussillon dans les universités méridionales (1660-1790).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Tableau 1 : Évolution des types d’études (1660-1790), en pourcentages
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 2 : Toulouse ou Montpellier, les étudiants de médecine.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 3 : Origine géographique et types d’études (1660-1790), en pourcentage.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/743/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 4 : Dans quelle université va-t-on faire sa médecine ?
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/743/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540