Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Perpignan et son université xive-xviiie siècle

Texte intégral

Une université de frontière

1Le bâtiment élevé à l’intitative du maréchal de Mailly de 1760 à 1763 reste le meilleur témoignage de l’ancienne université de Perpignan. Le meilleur et l’unique a-t-on envie d’écrire, tant la documentation qui subsiste sur son activité est pauvre ; lacune qui interdira de faire l’histoire fouillée d’un chapitre important de l’histoire perpignanaise et plus généralement catalane. On peut le regretter, car rarement université fit autant corps avec le destin d’une ville.

2Le caractère le plus durable qu’on peut lui reconnaître est sa capacité à révéler avec pertinence les recompositions de l’espace citadin et régional. Son association étroite aux étapes importantes du destin de Perpignan, à l’émergence et à la maturation de situations qu’elle fixe et éclaire, trace la perspective dans laquelle il faut aborder sa reconstruction sous l’impulsion du comte de Mailly, épanouissement et testament à la fois de la première période de son histoire car la distance des quatre siècles séparant sa naissance de sa restauration – selon le terme inscrit sur la médaille dédiée au roi et gravé au fronton du nouvel édifice – s’efface à peu près entièrement. Les deux événements sont à considérer ensemble si l’on entend dégager leur signification.

3Il serait nécessaire, pour en saisir correctement la portée, de replacer cette création dans l’histoire des tentatives qui se succèdent depuis le xie siècle afin de faire émerger des constructions politiques dans l’espace occitano-catalan – entre la Provence, l’Aquitaine et l’Ebre. Elle suit de près la dernière d’entre elles, le royaume de Majorque ; la plus inattendue et la plus originale aussi.

  • 1 G. Larguier, « Narbonne, l’expédition du Roussillon et les courants migratoires. Un révélateur pou (...)

4Sa fondation marque l’achèvement du processus de recomposition de Midis qui se cherchaient, l’épuisement de solutions et de devenirs possibles explorés, qui avaient parfois trouvé de manière fugace une concrétisation1. Le studium generale sfondé par Pierre IV d’Aragon le 20 mars 1349 (1350 n. s.) est la première expression de la frontière installée au cœur du domaine occitano-catalan et le premier établissement qui lui donne institutionnellement corps. L’université de Perpignan est donc déterminée dès sa fondation par la mise en place d’espaces politiques qu’elle contribue à délimiter et à caractériser.

5Deux hégémonies, deux formes de constructions territoriales, s’étaient affrontées dans le domaine occitano-catalan depuis le xie siècle dont les centres d’impulsion avaient été Barcelone et Toulouse et les communs dénominateurs le Languedoc méditerranéen et la Provence. Aucune des deux ne put s’imposer ni construire durablement. L’État toulousain fut absorbé par le Capétien. Barcelone put saisir sa chance au sud et construire le couple catalano-aragonais. L’université perpignanaise fut le produit indirect et le principal héritage du dernier avatar des regroupements précaires apparus dans l’espace catalano-occitan, dont le caractère principal fut de s’appuyer sur les deux villes les plus récentes de cette partie de la côte méditerranéenne, Montpellier et Perpignan, l’une et l’autre en pleine croissance, et d’hériter d’une université dont l’enseignement de la médecine, son principal fleuron, avait peu d’équivalent en Occident.

6L’éclatement du royaume météore scelle l’avenir, car il s’effectue en fonction de la frontière qui partage le Midi, et ses dépouilles vont à deux souverains dont les territoires et les bases de la puissance se situaient pour l’essentiel en dehors du domaine catalano-occitan. La création de l’université intervient dans ce contexte, tend à compenser un vide et à répondre au sentiment de frustration que pouvaient éprouver les Perpignanais. Leur ville réintégrait l’espace catalan qui s’était trouvé partagé, au moins dans la forme. Elle n’en perdait pas moins sa fonction de capitale. L’acte de fondation du studium generale stipula qu’il était octroyé à la demande des consuls de Perpignan et de l’évêché d’Elne. Ce lien originel de l’université avec l’institution municipale restera extrêmement fort jusqu’à sa suppression en 1793.

7Doter une ville, lui concéder des privilèges, était le meilleur moyen de gagner sa reconnaissance et de s’assurer de sa fidélité. Montpellier ne sera pas oubliée de sitôt cependant. Bien que Perpignan disposât désormais d’un instrument capable de former les élites, les étudiants catalans continueront à fréquenter Montpellier et formeront une des « nations » de son université au xve siècle. La Catalogne et l’Aragon n’avaient pas il est vrai de centre qui pût rivaliser dans l’enseignement de la médecine avec l’université languedocienne.

  • 2 J. Vogler (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, 1986 ; Les universités du Languedo (...)

8Perpignan n’est issue ni d’une génération spontanée ni du développement d’écoles cathédrales ou canoniales. Elle appartient au type des universités « plantées », créées de toutes pièces par le pouvoir souverain2. Ce type de création avait déjà des précédents. Toulouse devait son existence à une initiative de la papauté. Le pouvoir civil agit seul à Perpignan, même s’il affirme répondre à la sollicitude des consuls de la ville et de l’évêché d’Elne. Pierre IV le Cérémonieux est un précurseur à cet égard. Ce type de création volontaire est promis à un bel avenir. Le comte de Provence à Aix, le duc de Bourgogne à Dôle, le duc de Bretagne à Nantes, pour se limiter au cas d’universités qui comme Perpignan entreront dans le royaume de France ultérieurement, fondèrent des établissements à la fin du xive et au xve siècle. Ces créations répondaient à une double préoccupation : de prestige pour les capitales administratives des princes, de formation de clercs et de juristes compétents dont un besoin croissant se faisait sentir. La papauté n’intervenait que dans un second temps pour confirmer le studium generale par une bulle. Perpignan obtiendra la sienne de Clément VII en 1379, qui lui donnera le statut de studium universale. Ces universités de second rang appartiennent à une strate interstitielle qui densifie un réseau dont les pôles majeurs sont déjà en place. Leur recrutement plus régional réduira le rayonnement de leurs devancières et contribuera à limiter la périgrinatio étudiante.

9À la différence des exemples précédents, les intentions concernant Perpignan n’eurent pas comme seule finalité de doter la ville d’une institution nouvelle destinée à lui donner un surcroit de prestige. La fondation du studium répondait à une série d’objectifs. Elle intervenait très rapidement après l’aboutissement des tractations menées entre Jacques II et Philippe VI de Valois et la prise de possession de Montpellier par les représentants du roi de France. La filiation de Perpignan à l’égard de Montpellier est à la fois de rupture, de concurrence, et d’imitation, car le modèle montpelliérain ne cessera d’influencer Perpignan, notamment sur le plan réglementaire.

  • 3 Bibl. mun. Perpignan, ms 84.

10La création quelque peu précipitée du studium empêchant la rédaction immédiate de statuts, on lui accorda le bénéfice des privilèges et des statuts de l’université de Lérida. Cette connexion institutionnelle voire spirituelle sera confirmée sans cesse. Les statuts de Lérida inspireront ceux que recevra Perpignan vers 1380, seront constamment rappelés et recopiés dans les livres de l’université, comme dans celui connu sous le nom de Livre des Quatre clous3 . Ce lien ombilical ne sera jamais vraiment rompu. Il ne faisait pas de Perpignan un établissement satellite mais soulignait fortement l’appartenance du studium à la communauté universitaire catalane.

11Le studium sera aragonais aussi. Pierre IV signe ses lettres de fondation à Saragosse. Rarement université aura eu dès sa naissance une fonction identitaire aussi nettement marquée. C’est le propre des organismes de frontière.

12Le nouvel établissement a un dernier caractère auquel on prête insuffisamment attention. Certes, les termes du préambule de la lettre de création sont rappelés avec complaisance. Perpignan, vantée pour « l’opulence de ses produits », son « abondante richesse », disposait d’un sol généreux, d’hommes de qualité, de facilités d’échange grâce à la proximité de la mer, en un mot jouissait de la « faveur des dieux ». Or nous sommes en 1350. La peste noire ravage l’Occident. La bulle clémentine de 1379 se place sur le même registre et réitère les formules qui célébrent la richesse du pays. Sont-elles uniquement des figures de rhétorique ? On pourrait les interpréter comme une forme d’exorcisme dans un temps de malheur et une manière de conjurer la colère divine. Elles sont davantage une reconnaissance et une consécration. Reconnaissance de la part du souverain de l’excellence perpignanaise : une des fonctions du souverain, médiateur de la puissance divine, est de reconnaître et de consacrer les vertus dont la ville et son territoire sont doués. Consécration d’une croissance exceptionnelle : Perpignan triple sa superficie quand elle est capitale du royaume de Majorque.

13L’extension de la ville et son accession au rang de capitale s’expliquent moins l’une par l’autre qu’elles ne coïncident. La vague de croissance urbaine est à son maximum en Occident et sur la bordure nord-ouest de la Méditerranée occidentale. La draperie perpignanaise parvient à maturité, exporte au loin ; l’expulsion des juifs du royaume de France et même de Montpellier attire à elle des habitants, des capitaux et des savoir-faire. Perpignan doit construire, en a les moyens et développe un urbanisme original. Les consuls recherchaient des bâtiments pour elle dans la paroisse Saint-Mathieu vers 1380. L’université, qui en cela est bien un des signes et des moyens de la croissance médiévale que l’on observe ailleurs, sera logée dans les nouveaux quartiers, loin des institutions apparues les premières et des fonctions de commandement. L’université, c’est un des traits de sa longue histoire, sera toujours au cœur des quartiers grandis tardivement. La création du studium apparaît donc comme le résultat de l’exceptionnelle croissance qui avait marqué le royaume de Majorque et de l’échec du royaume météore.

14Après une mise en place qui se fait par étape en trois quarts de siècle –le studium generale, le studium universale ensuite, la suppression puis le rétablissement de l’enseignement de la théologie, l’adjonction de celui de la médecine – l’histoire de l’université de Perpignan se résume-t-elle à ceci, comme on le présente souvent en raccourci : un début très honorable sinon brillant d’abord à la fin du xive et au début du xve siècle puisqu’elle attira des centaines d’étudiants, un dépérissement ensuite, accéléré par le traité des Pyrénées qui coupe Perpignan de son aire naturelle de recrutement ?

15On ne peut retenir sans nuance ce schéma unidirectionnel qui enferme l’histoire de l’université dans une opposition apogée/décadence par trop simpliste. À bien des égards le destin de Perpignan est comparable à celui des autres universités, même les plus prestigieuses. Les effectifs étudiants sont à la fin du xive et au début du xve siècle à un niveau qu’ils ne retrouveront jamais plus, par exemple ? C’est le cas à peu près partout. Mais une comparaison entre périodes éloignées a-t-elle un sens si l’on ne s’entoure pas de quelques précautions : la densification du réseau universitaire eut pour effet de régionaliser les recrutements, les collèges qui sont la grande nouveauté en matière d’équipement scolaire de la première partie de l’âge moderne rendirent les mêmes services que le premier degré de l’enseignement des universités médiévales. Les universités garderont seulement, sans que la césure soit encore parfaitement nette, le niveau « supérieur » des formations ou les enseignements à caractère technique et pratique dans lesquels on peut ranger la médecine. La perte d’audience des universités est réelle. Se placer sur le terrain de la décadence en tenant compte uniquement des effectifs étudiants est commettre une erreur de perspective.

16L’université de Perpignan subit au xviie siècle, il est vrai, deux amputations en moins de cinquante ans dont elle eut du mal à se relever. La première vint de l’installation des Jésuites à Perpignan en 1601 qui ouvrirent un collège en 1614 et concurrencèrent durablement l’université en la coupant de sa base, la seconde de l’annexion au royaume de France. Le traité des Pyrénées consacra plus que jamais Perpignan comme ville-frontière. La ville se trouva de fait, c’était nouveau, entre deux frontières. Elle ne reçut plus rien du sud, recruta peu en Languedoc. Son audience s’en trouva considérablement affaiblie. On peut s’interroger néanmoins sur son rayonnement à la fin du xvie siècle. Était-il vraiment considérable ?

17Quelle fut l’attitude du pouvoir à l’égard de l’université une fois les Comtés annexés au royaume de France ? Il faudrait se livrer au préalable à une enquête approfondie pour répondre correctement à cette question, comparer avec la politique menée dans les autres provinces annexées dotées d’une université avant d’entrer dans le royaume. L’université fut-elle un des fers de lance de la francisation ? L’intervention du pouvoir, évidente et immédiate, se marque dès 1661 par la place donnée aux Jésuites, consacrés comme les alliés privilégiés de la monarchie, et par l’attention vigilante portée aux élections destinées à pourvoir aux charges honorifiques et de responsabilité. Le contrôle par la tête en quelque sorte. Mais d’impulsion nouvelle point, et encore moins de projet de développement. Le contraste est flagrant avec la rapidité de la mise en place du Conseil souverain et de la construction d’une nouvelle ligne de défense. L’université ne fait pas partie des domaines considérés comme prioritaires par la monarchie. L’introduction du français n’interviendra d’ailleurs qu’avec une certaine lenteur.

  • 4 J.-M. Carbasse, « L’enseignement du droit français à l’université de Perpignan (1683-1791) », Écol (...)

18Il faut attendre une génération environ pour que se dessine une franche politique de substitution du français au catalan. Celui-ci reste jusqu’en 1690 la langue dans laquelle sont rédigées la plupart des délibérations du conseil de l’université. L’enseignement du droit français à partir de 1684 ne concerne pas seulement Perpignan. Il fut établi en effet dans toutes les universités du royaume après l’édit de Saint-Germain de 1679 rendu à l’initiative de Colbert4. La première mesure imposant le français date de 1688. Des lettres royales prescrivirent que les chaires de philosophie et de théologie devaient être occupées exclusivement par des francophones, c’est-à-dire des gens maîtrisant parfaitement la langue française, Roussillonnais d’origine ou natifs du reste du royaume.

19Si l’on prend les moyens accordés comme mesure de l’intérêt porté par la monarchie à l’université, il est difficile d’affirmer qu’elle eut le dessein de lui voir tenir un rôle de premier plan. L’université ne bénéficia pas de ressources nouvelles qui lui eussent permis de se développer ou au moins de se soutenir convenablement. Certes, la politique de défense et les fortifications furent longtemps la préoccupation principale du pouvoir. Mais une fois la guerre du Grand Siècle refermée, l’université manqua à ce point de moyens que les locaux où elle dût trouver refuge croulèrent. L’absence d’ambition pour elle et d’une politique dynamique la vouait-elle à jouer les utilités, c’est-à-dire à parachever la francisation préparée dès les petites écoles et au collège ? De fait, au terme du règne de Louis XIV, l’université demeurait un établissement d’au-delà de la frontière placé dans une position marginale et dont l’avenir ne paraissait pas assuré.

Les Lumières dans la ville

20C’est souvent au creux des périodes difficiles qu’apparaissent les nouveautés promises au plus bel avenir. On peut les apercevoir à l’œuvre à travers l’exemple de la médecine, dont l’enseignement qui paraissait de moindre enjeu alors était resté quelque peu en retrait par rapport à la théologie, au droit et aux matières littéraires. Scientifique et pratique, touchant à la vie et à la nature, la médecine est en accord avec les tendances profondes du xviiie siècle. Elle sera une des voies par où les élites roussillonnaises du savoir s’ouvriront à de nouveaux horizons et feront la rencontre de la société éclairée. Les germes du renouvellement ne viendront ni du pouvoir souverain ni des institutions locales, mais de l’université elle-même.

  • 5 J. Chaia, « Pierre Barrere (1690-1755) médecin botaniste à Cayenne », 89e congrès des sociétés sav (...)

21Le cas de Pierre Barrère dont l’importance et le rôle précurseur commencent à peine à être reconnus est exemplaire des mutations silencieuses qui se produisent au cours de la première moitié du xviiie siècle5. Docteur en médecine de l’université de Perpignan, il ne suivit pas tout de suite le cursus réservé aux brillants sujets qui bénéficiaient d’appuis. Avant de devenir professeur à l’université – en 1727 – et médecin à l’hôpital militaire, il s’intéressa à la botanique, acquit des compétences telles dans cette discipline qu’il fut remarqué par Antoine de Jussieu et choisi, sur la recommandation du duc d’Orléans, pour aller à Cayenne comme médecin-botaniste du roi. Pierre Barrère resta en Amérique du sud de 1722 à 1725. Trois années qui marquèrent profondément une destinée et la vie intellectuelle de la ville.

22Le médecin perpignanais participa donc aux voyages scientifiques du xviiie siècle. La mission qu’on lui confia, analogue à celle qu’avait accomplie Antoine de Jussieu en 1717-1717 sur l’injonction du duc d’Orléans dans les Alpes, les Pyrénées, l’Espagne et le Portugal pour rechercher des plantes rares et utiles, en était un prolongement et le dépassement puisqu’elle concernait les mondes extra-européens. Son but, clairement précisé, était utilitaire et économique : il consistait à trouver des plantes douées de vertus curatives de manière à réduire les importations de plantes médicinales envoyées d’Amérique du sud par les Jésuites espagnols. Ce voyage à « l’île de Cayenne » a une valeur inaugurale pour la société roussillonnaise. Précocement dans le xviiie siècle, avant la fin de la Régence, il impliquait et concrétisait une série d’orientations déterminantes : l’intérêt pour la botanique et plus généralement les sciences de la nature, le contact étroit et constamment renforcé avec le Jardin du Roi, l’ouverture sur les milieux du savoir et du pouvoir provinciaux et parisiens.

  • 6 E. Frenay, Le thermalisme en Roussillon, xviiie-xixe siècle, Perpignan, 1987.

23La prédilection pour la botanique ne se démentira pas tout au long du xviiie siècle en Roussillon ainsi que dans l’ensemble des pays catalans aussi bien chez les médecins dont plusieurs deviendront des spécialistes éminents et reconnus qu’au sein des cercles éclairés. Le règne végétal, comme les eaux thermales ultérieurement et complémentairement, faisaient se rejoindre harmonieusement la connaissance scientifique et la découverte du pays, la participation active à la société locale et les échanges savants avec des correspondants languedociens et parisiens6.

  • 7 P. Izarn, « Vicq d’Azir et les médecins roussillonnais », Bulletin SASL, 1994, p. 265-278.

24Allaient de pair également, ce qui est important pour comprendre le regard neuf que l’on portera sur l’université, des relations suivies nouées avec le gouverneur et son adjoint, l’intendant et les ministres à Versailles. On ne saurait trop insister par ailleurs sur l’importance du Jardin du Roi qui eut la fonction d’un véritable centre de formation pour plusieurs Roussillonnais. L. M. Costa-Serradeil y étudia trois ans par exemple, envoyé par le duc de Noailles, avant de prendre la direction du Jardin des Plantes de Perpignan dont l’aménagement se terminait en 17687.

  • 8 Renseignement communiqué par monsieur J. D. Bergasse.
  • 9 D. Roche, Le siècle des Lumières en province, 1680-1789. Académies et académiciens provinciaux, Pa (...)
  • 10 J. Lafont, Les Carrere. Une famille de médecins perpignanais aux xviie et xviiie siècles, Mémoire (...)

25Barrère s’inséra très tôt dans le réseau académique. Correspondant de l’Académie royale des sciences de Paris depuis 1725, associé à celle de Montpellier, il fut en relation suivie avec J. Bouillet, le fondateur de l’Académie des sciences et belles lettres de Béziers, peut-être par l’intermédiaire de J.-J. Dortous de Mairan, le secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences qui était biterrois de naissance. Eut-il lui-même l’idée de fonder une Académie des sciences à Perpignan dès son retour de Cayenne ? Une correspondance de Dortous de Mairan à J. Brouillet le laisserait penser8. La taille de la population de Perpignan, à la limite inférieure des villes qui composent au xviiie siècle le réseau académique, rendait difficile la concrétisation de cette idée9. Celle-ci n’en traduit pas moins, par la séduction du modèle académique qu’elle montre et les démarches qu’il fallait entreprendre pour obtenir l’autorisation du pouvoir royal, une insertion dans le système culturel, social et politique du royaume. Pierre Barrère n’en continua pas moins à entretenir assidûment ces relations. On l’aperçoit aux soutiens qu’il reçut à l’occasion d’attaques dont il fut l’objet en 1740 de la part d’un de ses collègues, Thomas Carrère, contre les conceptions qu’il professait sur la botanique10.

  • 11 1 C 1307.

26Barrère fut habité toute sa vie par la passion de la botanique. La rédaction de plusieurs ouvrages, fruit de ses recherches sud-américaines, lui acquit une réputation qui franchit les frontières, puisque sa Nouvelle relation de la France équinoxale, parue en 1740, fut traduite en anglais. Mais c’est à Perpignan même qu’il imprima la marque la plus profonde. Pierre Barrère déploya son activité dans trois directions : la rédaction d’un catalogue des plantes du Roussillon, dont le résultat fut remis en 1754 par l’intendant de Bon au garde des Sceaux Machault d’Arnouville qui suivait de près ce travail et lui avait octroyé l’année précédente une gratification de 1 200 livres11, la création d’un cabinet d’histoire naturelle enrichi grâce aux libéralités de ses amis savants et d’un jardin botanique, simple « jardin d’apothicaire » d’abord à l’hôpital militaire, où le duc de Noailles fit acclimater des espèces d’arbres venus du Jardin du Roi, la vulgarisation des connaissances pour intéresser un large public à la botanique. La conférence publique annoncée par voie d’affiches qu’il organisa en 1740 dans son jardin de l’hôpital militaire sur l’intérêt qu’il y avait à connaître les plantes, alors qu’il était en train de faire paraître une Apologie de la botanique, est restée célèbre. Trois ou quatre cents personnes s’y pressèrent avec les représentants les plus éminents du Conseil souverain et de l’université.

27Il serait trop réducteur de borner l’éveil aux nouvelles disciplines scientifiques que l’on perçoit dans la société roussillonnaise à la seule personnalité de Pierre Barrère. Son action et la place qu’il occupe, hors du commun, témoignent néanmoins pleinement pour les mutations en cours à Perpignan et peuvent être caractérisées ainsi : de caractère privé, largement connues du public et de plus en plus reconnues par les hommes de pouvoir, elles n’eurent pas le temps d’accéder à une forme institutionnelle. Essentiellement parce que les structures de l’université restaient traditionnelles. Veut-on une preuve du caractère privé de son action dont les conséquences sont dommageables pour nous ? Les collections de son cabinet d’histoire naturelle furent dispersées par sa veuve après sa mort.

  • 12 Idem.

28Mais l’influence de Barrère fut profonde. Elle contribua fortement à faire de l’enseignement de la médecine le facteur dynamique de l’université au xviiie siècle à partir duquel se diversifieront les matières enseignées, toutes confiées à des médecins, jusqu’à la dernière, la chimie, en 1786, dont on chargea Joseph-François Anglada, envoyé au préalable à Paris pendant deux ans pour s’y préparer12. Toute aussi décisive est la conjonction qui s’établit autour de la personne de Pierre Barrère entre l’audience rencontrée auprès d’un large public sur place, la reconnaissance de la part des milieux académiques hors du Roussillon et l’engagement des instances du pouvoir, toutes impliquées déjà de l’échelon provincial au sommet de l’État. Le pouvoir, en la circonstance, accompagna le mouvement plus qu’il n’en prit l’initiative. Insistons sur l’orientation vers les sources du savoir et de la reconnaissance scientifique ainsi que sur les échanges avec les hommes de culture. Une frontière tombe au cours du second tiers du xviiie siècle Les élites roussillonnaises restent étroites encore certes, mais des membres ou des proches de l’université participent de plein pied à la vie intellectuelle du royaume.

29Tout ceci, acquis au milieu du xviiie siècle et suffisamment solide, est antérieur à la reconstruction de l’université. Celle-ci en sera le résultat plus que le point de départ. C’est pourquoi les initiatives du maréchal de Mailly rencontrèrent un écho aussi favorable en Roussillon et à Versailles et purent se concrétiser si rapidement. Le terrain était largement préparé. L’acte de restauration de l’université, du 7 septembre 1759, est la rencontre entre un homme et une situation. On comprend mieux la reconnaissance dont il fut l’objet et la relation affective qui s’établit entre les universitaires et le commandant en chef de la province.

30Le bâtiment de l’université achevé en 1763 frappe par ses lignes équilibrées d’un bel hôtel classique français revêtu de la livrée roussillonnaise – la brique rouge et la pierre de taille blanche. Les mutilations et les remaniements qui l’ont défiguré nous dissimulent aujourd’hui, malheureusement, sa richesse exceptionnelle de signification.

31Son couronnement originel a disparu ainsi que la belle ordonnance des masses avec la surélévation des ailes à la hauteur du corps central. Surtout, peut-être, il nous manque le recul qui nous permettrait d’embrasser la construction dans son ensemble, la distribution des volumes en façade et en profondeur, ainsi que la cohérence du projet architectural et son ambition. Car cette université est à voir et à imaginer en même temps.

32Par chance, nous possédons l’admirable gravure du Voyage pittoresque de la France... Province de Roussillon, publiée par J. B. F. Carrère en 1787, qui nous restitue l’état de l’université dans sa puissante jeunesse. Cette gravure précise et informatrice est passionnante à cause des inexactitudes qu’elle comporte : le terrain en forte déclivité est représenté complètement aplani, la ruelle du moulin à huile qui longe la façade est transformée en un large dégagement où des groupes conversent, la tour lanterne qui surmonte l’amphithéâtre d’anatomie, presque entièrement cachée par le corps principal, est décalée vers la droite et nettement visible... L’université, comme idéalisée et transfigurée, se donne mieux à lire que l’université réalisée.

33La clé du bâtiment, et le sens qu’on voulut lui donner, est à son couronnement. A-t-il disparu ou fut-il effectivement construit ? Le doute est permis car l’acte notarié qui décrit le bâtiment n’en fait pas mention. Au-dessus du fronton du corps principal, comme hors de l’édifice et des lignes de force qui lui insufflent sa tension en délimitant l’espace où il s’inscrit, trône un dieu casqué qui tient dans ses mains un bouclier et une lance : le dieu Mars, de guerre et des nuées, entouré de trophées, de canons et d’une forêt de drapeaux qui sont rappelés au cœur du tympan de part et d’autre des armes du roi – le médaillon contenant trois fleurs de lys surmonté d’une couronne – ; dieu victorieux, allégorie du roi conquérant, pacificateur et protecteur. Les lions vigilants couchés sur les angles extérieurs du fronton et les trophées placés comme acrotères sur la balustrade qui court au dessus des corps latéraux placent l’université sous l’aile tutélaire du monarque.

  • 13 3 E 7/269 fos 215vosq.

34Ouvrage d’un temps de guerre, conçu et mené à son terme au cours de la guerre de Sept Ans, l’université veut être une œuvre de paix. Les hostilités n’interrompent pas la construction des monuments voués aux forces de l’esprit. La restauration de l’université intervient un siècle exactement après le traité des Pyrénées qui a fait changer la province du Roussillon de domination. Elle est, dans une certaine mesure, un acte de commémoration de la guerre et de la conquête ainsi qu’une justification. Le fracas des armes s’est apaisé. Le temps arrive des moissons de la paix. La cérémonie de la pose de la première pierre, gravée au nom du roi et placée au socle de l’édifice, où la foule crie « vive le Roi » le 27 mai 1760, a ce sens profond13.

35La guerre difficile et coûteuse dans laquelle le royaume se trouvait engagé rappelait combien le théâtre des combats s’était éloigné du Roussillon. Double distance du temps passé et des lieux. Les affrontements se produisaient ailleurs. La frontière méridionale du royaume restait toujours aussi bien gardée. N’étant plus disputée, ne pouvait-elle pas se faire moins guerrière ? Adossée à la frontière des Pyrénées – son couronnement en est-t-il le symbole ? –, l’université restaurée respirait l’ouverture à d’autres travaux, les arts et les sciences, et l’intégration au royaume. Le vaste dégagement nivelé offert à la convivialité qu’invente la gravure du Voyage pittoresque devant l’université peut avoir cette signification : une province – un royaume ? – comme on le voudrait, où s’accorderaient une fois la guerre surmontée le pouvoir souverain, les élites du savoir et le corps social.

36La restauration de l’université n’intervient-elle pas, d’ailleurs, à l’initiative d’un homme de guerre, le maréchal de Mailly, qui avait déjà un long passé militaire sur les frontières du nord et de l’est lorsqu’il fut appelé en Roussillon ? L’action du commandant en chef de la province a été trop célébrée, dès son vivant, pour qu’il soit utile d’y revenir. Le comte de Mailly laisse à Louis XV la gloire de la restauration.

  • 14 Musée Rigaud, Perpignan, attribué à Monnet, 1785.

37Il ne la revendiquera pas moins sous son successeur : un portrait le représente, son bâton de maréchal posé sur le plan des ouvrages dont il a favorisé la réalisation14. Mailly est le type même du représentant du roi – les exemples ne sont pas rares au xviiie siècle – qui se prend de passion pour la province dont il a la charge. L’évergétisme appuyé dont il fait preuve force la décision. La construction de l’université n’est pas le fruit de la volonté politique du pouvoir central, même si c’est le décret du souverain qui l’autorise. Mailly ne sera pas un Vauban, bâtisseur sur la frontière. Son bâton de maréchal attire moins le regard sur la victoire des armes que sur les œuvres pacifiques laissées à la postérité à Perpignan et dans la province.

  • 15 3 E 7/269 fos 69vosq., devis et description des bâtiments, 1er mars 1760.

38La façade du bâtiment frappe par la profonde unité que lui donnent les lignes de l’étage souverain, à partir du fronton triangulaire. Un rythme ternaire parcourt toute la construction : trois niveaux en élévation jusqu’au faîte, trois massifs de forme carrée – un corps central surmonté d’un attique percé de trois ouvertures et deux ailes latérales rigoureusement identiques qui abritent chacune trois pièces destinées aux enseignements –, trois frontons, trois matériaux principaux, la pierre, le verre et le fer – le meilleur que l’on pourrait fabriquer en Vallespir15 – ... Les masses risquaient d’apparaître un peu lourdes avec le rouge de la brique. L’architecte a évité cet écueil en jouant sur la verticalité des colonnes engagées de la façade centrale, sur l’horizontalité de la balustrade qui couronne les membres latéraux et sert de balcon à l’attique et sur la pierre blanche de la façade, des corniches ou des marches d’entrée.

  • 16 1 C 1302.

39Rebâtie sur l’emplacement des maisons ruinées qui lui appartenaient, auquel on ajouta le sol d’une maison que l’on acheta, l’université héritait d’un terrain tout en longueur, grossièrement trapézoïdal qui n’était pas du tout commode à aménager16. La superficie réduite obligeait à une utilisation très rationnelle de l’espace. L’ingénieur des Ponts et Chaussées de la province chargé de concevoir les plans a élaboré un projet animé par l’ordre et la rigueur, en rupture complète avec la situation antérieure : l’imbrication des maisons qui avaient croulées, puis la dispersion des enseignements au couvent des Dominicains, au palais épiscopal et à l’hôtel de ville. L’architecte a surmonté les contraintes qui se sont imposées à lui avec un certain bonheur. Le toit en terrasse des ailes latérales, par exemple, est une solution élégante : il donne son développement et son équilibre à la façade tout en dissimulant le resserrement de l’arrière. La distribution de l’espace, en profondeur, est tout aussi bien maîtrisée. Elle s’ordonne, selon le rythme ternaire de l’élévation, en trois zones d’égale longueur – si l’on tient compte de l’épaisseur des murs – qui correspondent à autant d’éléments et de fonctions.

40Sur le devant, de part et d’autre de la cour d’entrée, s’ouvrent les salles où se dispensent les enseignements : la partie de la formation, fréquentée quotidiennement par les étudiants. Au second plan, le bâtiment principal est occupé à son rez-de-chaussée par une vaste salle des actes destinée aux cérémonies qui réunissaient le corps universitaire : lieu tout à la fois de représentation, de distinction et de consécration du savoir acquis dans l’espace propédeutique. Le plan que l’on a conservé comporte un repentir fort intéressant à observer : la bibliothèque initialement prévue dans une petite pièce située à main droite de la salle des actes prendra place à l’étage et sera ajourée soigneusement. La fonction assignée à la bibliothèque – et au bâtiment universitaire – avait évolué entre les deux étapes du projet. Elle ne serait plus seulement un instrument professionnel, de consultation rapide ou de prêt à l’usage des professeurs et des étudiants, mais publique. Ses dimensions permettraient d’accueillir la société cultivée et d’enrichir les collections sans difficulté. La partie arrière cachée à la vue, un simple recoin en surplomb au-dessus de la rue, présentait de réelles difficultés d’aménagement. L’architecte a imaginé une solution heureuse : une tour cylindrique dont l’arrondi éviterait l’allure massive d’un mur de soutènement rectiligne, où il logea l’amphithéâtre destiné aux démonstrations d’anatomie, un des seuls qui fut construit dans le royaume au cours du xviiie siècle.

41Ces caractères n’épuisent pas, de loin, tous ceux qu’il serait bon de mettre en évidence. Ce bâtiment robuste est neuf à beaucoup d’égards. Un dernier exemple ? On peut être frappé par la présence ou l’absence de certains éléments annexes. Il n’y a pas de place à l’université pour une chapelle, mais l’architecte a conçu les commodités avec un soin particulier. Dans l’ordre des préoccupations, le soin de l’esprit et du corps l’emportent-ils sur ceux de l’âme ?

42De sa base au sommet, du seuil d’entrée à l’amphithéâtre d’anatomie, l’université offrait ainsi des lectures plurielles et complémentaires, traçait une série d’itinéraires à parcourir et autant d’étapes à franchir de la cour largement ouverte au regard des passants à la salle des actes dont on n’apercevait l’intérieur qu’à la dérobée et à l’amphithéâtre totalement dissimulé : la jeunesse inexpérimentée et de la vie, l’âge mûr du savoir consacré, le cadavre examiné et la mort.

43La nouvelle université, la gravure du Voyage pittoresque est lumineuse à cet égard, n’entendait pas vivre repliée sur elle-même. Son trait le plus marquant est son ouverture sur la ville, unique en son genre et véritable modèle dans le royaume. Le public pénètrerait dans l’université pour venir à la bibliothèque. En sens inverse, l’université essaimerait dans la ville.

  • 17 1 C 1307, Plan du jardin de la province et du lieutenant du roi à Perpignan destinés pour le jardi (...)

44Les décisions de 1759 ne visaient pas seulement à relever des bâtiments. Elles traçaient un véritable programme de développement dont la réalisation complète réclamerait plusieurs années. N’en retenons ici qu’un élément. Le Jardin des Plantes dont Louis-Michel Costa-Serradeil sera le premier directeur à partir de 1768 devait être organisé dans un des bastions nord des remparts et l’on prévoyait que la population pourrait y avoir accès17. Bien qu’un seul ouvrage de défense, du côté du Languedoc, fut concerné, la signification des fortifications s’en trouvait profondément transformée. Le bastion de la Villeneuve devenait un théâtre de la nature ouvert aux amateurs et aux promeneurs. La permission très officielle – elle constitue l’article 7 du règlement du 7 septembre 1759 – donnée par le commandant en chef de la province et le souverain d’aménager le jardin botanique à cet endroit traduit un changement d’attitude du pouvoir à l’égard de la province du Roussillon et de la frontière. La politique de défense et les fortifications passent désormais au second plan. Pierre Barrère triomphait à titre posthume. Son jardin de l’hôpital militaire avait un digne successeur sur les remparts ; la botanique, les armes et le pouvoir continuaient à faire bon ménage. La botanique avait donné à Pierre Barrère l’accès aux sciences et aux cercles savants du royaume. Elle serait pour les médecins de l’université un instrument pour prendre le pas sur les arts militaires. Bien qu’il soit « à la française » et d’un style identique au bâtiment de l’université, le Jardin des Plantes représente pour les Roussillonnais une forme de réappropriation et de reconquête d’un territoire resté longtemps interdit.

  • 18 F. G. Belledent et R. Bourgat, « Notice historique du Museum d’histoire naturelle », Bulletin SASL(...)
  • 19 État actuel de l’université de Perpignan depuis son rétablissement, Perpignan, Reynier, 22 p., 176 (...)
  • 20 Arch. Nat., F/17* 2364 ; D. Julia et J. Revel, Les universités européennes du xvie au xviiie siècl (...)
  • 21 H. J. Martin et R. Chartier, Histoire de l’édition française, t. 2, Le livre triomphant, éd. 1990.

45L’achèvement du Jardin des Plantes, bientôt doublé d’un jardin des arbustes et d’un cabinet d’histoire naturelle18, est bien la preuve que le programme ambitieux tracé par les actes de refondation de 1759 fut progressivement exécuté. L’État de l’université de Perpignan imprimé en 1768 célèbre la situation avantageuse qui était la sienne : « il n’est point d’université dans le royaume – dans l’Europe même – qui réunisse des secours si multipliés pour l’Instruction Publique que celle de Perpignan »19. Dotée de ressources financières qui n’avaient désormais rien à envier aux établissements d’égale importance, l’université n’était pas à la fin du xviiie siècle l’organisme exsangue et dépourvu d’avenir que l’on a parfois décrit. Elle était au contraire bien vivante, moderne – l’État de l’université n’insiste-t-il pas sur l’équipement du cours de physique expérimentale de « toutes les machines nécessaires » sous la houlette de l’abbé Nollet ? –, fréquentée par un nombre convenable d’étudiants et dotée d’un personnel enseignant autochtone de qualité. Il suffit pour s’en convaincre d’être attentif par exemple à la statistique portant sur les universités où les médecins français du début du xixe siècle avaient reçu leur formation20, aux œuvres publiées par les universitaires d’âge mûr ou à la carrière que feront ultérieurement les maîtres les plus jeunes comme J.-F. Anglada. Sa vitalité était d’autant plus solide qu’elle s’appuyait sur des élites conquises par le livre et les Lumières. Les Perpignanais figurent à un rang très honorable parmi les clients de l’édition de l’Encyclopédie de Neuchatel21.

46Conçue comme une source à partir de laquelle se répandraient les Lumières, l’université restaurée concrétise l’ouverture de la province du Roussillon à de nouveaux horizons. Le hasard a contribué à donner à l’événement une signification encore plus intense qu’il était prévisible en 1759. La Compagnie de Jésus est supprimée dans le royaume en 1762. Un édit enregistré par le Conseil souverain le 21 avril 1763, confirmé par les lettres patentes du premier avril 1765, fixe que le collège royal fera partie de l’université et sera placé sous la juridiction de son recteur. Les mutilations dont l’université avait été l’objet au milieu du xviie siècle se réparaient d’elles-mêmes. Elle retrouvait sa base estudiantine. Les frontières qui l’isolaient s’ouvraient. Elle constitue le premier projet pacifique d’envergure mené à son terme depuis le traité des Pyrénées. La route d’Espagne suivra. L’heure n’est plus à raidir la frontière face aux Espagnes, mais à prolonger les routes du Languedoc qui émerveilleront bientôt l’agronome anglais Arthur Young. L’association du commandant en chef et de l’ingénieur des Ponts et Chaussées de la province prend ici tout son relief.

47Comme sa création en 1350, la restauration de l’université est un moment de synthèse fulgurante entre le pouvoir, le savoir et l’espace régional. Symbole de l’intégration du Roussillon dans le royaume de France et de la consolidation de la frontière méridionale du côté des Pyrénées, l’université apparaît aussi comme la manifestation la plus probante de la reprise de confiance en elles-mêmes des élites roussillonnaises... ce qui est une forme de reconquête pacifique. Elle est plus encore. La nouvelle université, bien que l’on ne touche pas au quartier où on l’édifie, participe d’une Europe du goût et de l’esprit. Combien de caractères de son architecture ou d’éléments de sa décoration ne retrouve-t-on pas ailleurs, dans la péninsule ibérique par exemple, que ce soit dans la Madrid des Bourbons – au Palacio real, à la Puerta del sol... – ou dans la Lisbonne pombalienne que l’on relève des ruines du tremblement de terre de 1755 : les amples façades qui encadrent la Praça do Comércio sont surmontées de balustrades rehaussées de trophées. Au même moment, on aménageait à Coïmbra, autre ville de vieille tradition universitaire, un jardin botanique sous l’impulsion du marquis de Pombal...

Notes

1 G. Larguier, « Narbonne, l’expédition du Roussillon et les courants migratoires. Un révélateur pour le domaine occitano-catalan », Ph. Senac (dir.), Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Perpignan, 1995.

2 J. Vogler (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, 1986 ; Les universités du Languedoc au xiiie siècle, Cahiers de Fanjeaux, no 5, 1970.

3 Bibl. mun. Perpignan, ms 84.

4 J.-M. Carbasse, « L’enseignement du droit français à l’université de Perpignan (1683-1791) », Écoles et universités dans la France méridionale. Des Hommes, des institutions, des enseignements, Montpellier, 1990.

5 J. Chaia, « Pierre Barrere (1690-1755) médecin botaniste à Cayenne », 89e congrès des sociétés savantes, 1964, I, p. 17-26 ; ID., « Pierre Barrère médecin perpignanais », 92e congrès des sociétés savantes, 1967, I, p. 209-217.

6 E. Frenay, Le thermalisme en Roussillon, xviiie-xixe siècle, Perpignan, 1987.

7 P. Izarn, « Vicq d’Azir et les médecins roussillonnais », Bulletin SASL, 1994, p. 265-278.

8 Renseignement communiqué par monsieur J. D. Bergasse.

9 D. Roche, Le siècle des Lumières en province, 1680-1789. Académies et académiciens provinciaux, Paris-La Haye, 2 vol. 1978.

10 J. Lafont, Les Carrere. Une famille de médecins perpignanais aux xviie et xviiie siècles, Mémoire de maîtrise, université de Perpignan, 1994.

11 1 C 1307.

12 Idem.

13 3 E 7/269 fos 215vo sq.

14 Musée Rigaud, Perpignan, attribué à Monnet, 1785.

15 3 E 7/269 fos 69vo sq., devis et description des bâtiments, 1er mars 1760.

16 1 C 1302.

17 1 C 1307, Plan du jardin de la province et du lieutenant du roi à Perpignan destinés pour le jardin des plantes, et gravures du Voyage Pittoresque.

18 F. G. Belledent et R. Bourgat, « Notice historique du Museum d’histoire naturelle », Bulletin SASL, 1983, p. 137-155.

19 État actuel de l’université de Perpignan depuis son rétablissement, Perpignan, Reynier, 22 p., 1768, D 13.

20 Arch. Nat., F/17* 2364 ; D. Julia et J. Revel, Les universités européennes du xvie au xviiie siècle. Histoire sociale des populations étudiantes, t. 2, Paris, 1989, p. 261.

21 H. J. Martin et R. Chartier, Histoire de l’édition française, t. 2, Le livre triomphant, éd. 1990.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540