Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Port-Vendres une fondation d’inspiration maçonnique

Texte intégral

BEAULIEU, Sébastien de Pontault (sieur de), Les plans et profils des villes, places, forteresses et chasteaex conquis par Louis XIV, 1676.

1Dernier projet de ville neuve du xviiie siècle en France, le seul du règne de Louis XVI avec Arc-et-Senans de Claude-Nicolas Ledoux, Port-Vendres est également la dernière fondation littorale du golfe du Lion avant que la frange côtière ne soit l’objet au xxe siècle d’aménagements destinés aux fréquentations intermittentes du tourisme. Port-Vendres constitue également le point d’orgue des Lumières en Roussillon. À plusieurs titres : voulue par le maréchal de Mailly, sa gestation puis sa construction s’étalèrent sur une vingtaine d’années ; soigneusement pensée, elle visa à établir une synthèse entre le manifeste et le dissimulé, le montré et le suggéré, les idées nouvelles et le culte monarchique.

  • 1 J. B. F. Carrère, Voyage pittoresque de la France avec la description de toutes les provinces..., (...)

2Comme elle fut complaisamment mise en scène pour la gloire du roi et de son principal initiateur, on dispose d’une heureuse documentation qui contraste avec la médiocrité de ses vestiges : le volume des Voyages pittoresques de la France consacré par Carrère au Roussillon publié en 1787 lui accorde une place importante, reproduit nombre d’esquisses et de gravures préparatoires qui permettent d’en saisir clairement l’intention1.

Une création de la fin du xviiie siècle

La concrétisation d’une idée ancienne

  • 2 1 C 1155 ; J.-C. Gigot, « La renaissance de Port-Vendres au xviiie siècle », Actes du 84e Congrès (...)

3Contrairement à Aigues-Mortes et à Sète, sites neufs lorsqu’on les choisit, Port-Vendres disposait d’un passé. Le port, utilisé antérieurement, jouissait d’une belle réputation. Venu pour la première fois en Roussillon en 1669, plus longuement en 1679 et en 1680 où il s’attacha à reconsidérer la défense de la province, Vauban n’avait pas manqué de remarquer la valeur de Port-Vendres, abri naturel protégé des vents dominants, proche de la frontière, susceptible de se substituer avantageusement à Collioure. Dans un rapport achevé le 2 mai 1679 n’écrit-il pas : « Je trouve tant d’avantages pour la France à bâtir une place à Port-Vendres que si je vivais cent ans et qu’on me fit faire cent voyages en Roussillon, je me ferai toujours un point de conscience d’en proposer la fortification ». Collioure, à ses yeux, ne pouvait se comparer : pour lui, le renforcement de ses défenses n’avait été qu’amusement. Deux sites, à son avis, méritaient d’être retenus et aménagés dans ce secteur côtier : La Franqui, sous le cap Leucate en Languedoc, Port-Vendres où il serait bienvenu d’« établir une résidence de frégates légères et quelques galères en temps de guerre pour donner la chasse aux Majorquins qui ont désolé toutes les côtes »2.

4« Sans ce port, ce pays ne nous peut servir à rien pour la guerre de Catalogne » ajoute-t-il, n’oubliant pas l’autre fonction qu’il remplirait avantageusement : « sans un port, ce pays sera toujours dépeuplé et misérable. Avec un port, il se rétablira facilement ». Police côtière, guerre éventuelle en vue de laquelle le Roussillon devait comporter trois verrous pour sa défense – Mont-Louis en Cerdagne, le Perthus, Port-Vendres –, et commerce se combinaient. Il n’est pas indifférent de remarquer que ces trois sites ont constitué au cours de la seconde moitié du xviiie siècle les principaux points d’ouverture et de passage symbolisant la pacification des relations avec le royaume voisin.

  • 3 1 C 1156. Il s’agit exclusivement de travaux de dragage.
  • 4 1 C 1159.
  • 5 Arch. dép. Hérault, C 6576, 1760 : attaque de pêcheurs de Collioure et d’un bateau de poste venant (...)

5Quelques travaux seront entrepris, notamment entre 1693 et 16973. Mais comme pour le port de La Franqui jamais commencé, le canal reliant La Nouvelle à Perpignan entrepris mais resté inachevé, rien de durable fut exécuté. Port-Vendres, seulement équipé d’un modeste fanal, servit uniquement de lieu de relâche et d’abri par mauvais temps4. L’insécurité qui régnait dans ce secteur exposé à la piraterie mahonnaise, aux maraudes barbaresques et à l’omniprésence des bâtiments anglais, justifiait néanmoins la création d’un solide appui portuaire5.

Le grand œuvre du commandant en chef de la province

  • 6 Plan de Port Vendres situé près de la frontière d’Espagne et carte des côtes de la Méditerranée po (...)

6Port-Vendres fut le fruit de la volonté du maréchal de Mailly qui entendit réaliser là son grand œuvre. Il avait conseillé, aidé, facilité des projets, prêté de l’argent, multiplié les dons dans la province. Jamais jusque-là cependant il ne s’était lancé dans une entreprise aussi considérable. À l’évidence, Mailly aimait imprimer sa marque, que cela se vit et se sut. Reconnaissons son efficacité, même si ses débuts en Roussillon furent marqués par des querelles si vives avec l’intendant Bertin qu’on dut les rappeler tous deux à Versailles. Port-Vendres représente le couronnement de sa carrière dans la province. On connaît maintenant son rôle décisif dans le développement local de la franc-maçonnerie. À son retour à Perpignan, le bâtiment construit pour abriter l’université fut un manifeste de l’ordonnance classique et de l’esprit maçonnique. Restait pour lui, après avoir encouragé des réalisations réussies mais dispersées, à promouvoir une œuvre d’envergure dont il aurait seul la paternité : une ville nouvelle, un port, maintes fois suggérés, jamais réalisés, qu’il parviendrait à créer pour la gloire du roi et la sienne. Fondation, on l’a peu remarqué car l’indication figure discrètement au bas d’un plan, à laquelle il promettait 12 000 habitants6, soit autant que la population de Perpignan alors. Rêva-t-il que sa ville égalât la capitale de la province ?

  • 7 1 C 1160-1161.
  • 8 1 C 1162-1163, arrêt du conseil du 5 juin 1779.
  • 9 1 C 1164.

7Une fois son projet arrêté, le maréchal n’eut de cesse d’obtenir des moyens pour le réaliser, des avantages pour que Port-Vendres attirât. Si peu de choses avait été fait pendant plus d’un demi-siècle c’est en partie parce que l’on avait transféré la responsabilité du port au ministère des Finances, sans ressources pour cet objet. Le retour à la Guerre lui ouvrit des subsides. En 1784, par exemple, le financement des travaux se répartit ainsi : 41 000 livres du département de la Marine, 30 000 du fonds des fortifications, 37 050 du droit d’impariage. Ce dernier, mis sur les entrées et les sorties de marchandises de la province, avait été doublé par arrêt du 15 mars 1772 et affecté à l’aménagement du port7. Secondé par Noailles, il réclama une réduction des droits pesant sur les vins, principale denrée susceptible d’être exportée, des franchises ; fit acheter des parcelles de terre afin de les rétrocéder gratuitement à ceux qui s’engageraient à construire, obtint pour les nouveaux venus l’exonération pendant quinze ans des impôts du vingtième, de l’industrie, de la capitation8. Port-Vendres fut également mis au nombre des ports francs pour le commerce des États-Unis9.

BEAULIEU, Sébastien de Pontault (sieur de), Les plans et profils des villes, places, forteresses et chasteaex conquis par Louis XIV, 1676.

  • 10 M. Mosser, D. Rabreau (et al.), Charles de Wailly, peintre architecte dans l’Europe des Lumières, (...)
  • 11 Au château de Menars près de Blois, propriété de la Pompadour puis du marquis de Marigny son frère (...)
  • 12 Conservée à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris.
  • 13 Projet d’utilité et d’embellissement pour la ville de Paris qui s’accorde avec les projets déjà ar (...)

8Le commandant en chef ne lésina pas, fit appel à un architecte confirmé, Charles de Wailly, type même de l’architecte urbaniste dont la carrière européenne s’accordait pleinement à l’esprit du temps10. Élève de Blondel et de Legeay, le futur architecte du roi de Prusse, lié à William Chambers architecte du roi d’Angleterre Georges III ainsi qu’à d’autres artistes plus jeunes comme Claude-Nicolas Ledoux, de Wailly, grand prix d’architecture (1752), pensionnaire de l’Académie de France à Rome, s’était rapidement fait connaître grâce à son originalité, à son sens de la mise en scène, à sa capacité à s’attirer de précieuses protections pour lesquelles il travailla : celles du marquis d’Argenson, du Directeur des Bâtiments, le marquis de Marigny frère de la Pompadour qui n’hésita pas au risque d’un scandale retentissant, à le nommer en 1767 à première classe de l’Académie d’Architecture sans qu’il fut passé par la seconde, de la du Barry plus tard. Approché par Catherine II de Russie – elle lui proposa la direction de son Académie des Beaux-Arts – Charles de Wailly fut sollicité en France et hors du royaume pour la construction ou la décoration d’hôtels particuliers, de châteaux, de jardins, d’édifices religieux, de salles de spectacle11. Mailly connaissait son aptitude à concevoir des ensembles monumentaux, son sens de la mise en scène, perceptibles déjà dans sa Fantaisie architecturale à double portique (1763)12, qu’il venait de manifester avec la construction du Théâtre français –l’Odéon, œuvre commune avec Marie-Joseph Peyre – et le projet d’urbanisme qui l’accompagna, dont il donnera la pleine mesure dans son Projet d’utilité et d’embellissement pour la ville de Paris rédigé en 1788 pour de Breteuil et l’Académie des Sciences13, puis après 1789 en imaginant des projets grandioses pour la capitale.

  • 14 A. Le Bihan, Francs-maçons parisiens du Grand Orient de France (fin du xviiie siècle), Paris, 1966 (...)
  • 15 M. Mosser, « Monsieur de Marigny et les jardins. Projets inédits des fabriques pour Menars », Bull (...)
  • 16 1 C 1161, devis de l’obélisque.

9De plus – cela compta probablement beaucoup dans le choix du maréchal et son acceptation de participer au projet –,Wailly était franc-maçon, comme beaucoup d’architectes parisiens. Plus de 120 d’entre eux furent membres des loges affiliées au Grand Orient de France entre 1774 et 1789. La loge des Cœurs simples de l’Etoile Polaire où Wailly fut initié le 11 décembre 1774 n’en compta pas moins de dix entre 1775 et 177714. Wailly, d’ailleurs, fut un de ceux qui laissa le plus grand nombre de projets et de réalisations clairement maçonniques : deux dessins de l’intérieur d’un temple maçonnique vu de l’est et de l’ouest exécutés l’année où il fut initié ; le plan probablement du Temple de la loge l’Amitié à Arras inaugurée en 1786 en sa présence ; les temples des jardins maçonniques conçus pour Marigny à Menars15 ; une Restitution du Temple de Jérusalem (1766) où il imagina pour décrire le chemin de l’initiation une suite majestueuse de places, de longues allées, d’escaliers monumentaux bordés d’obélisques qui montaient vers le sanctuaire dont l’extérieur combinait les formes du temple grec et du panthéon romain, bon exemple de son goût pour les associations de formes architecturales, etc. Formation classique, académisme, inspiration maçonnique et expérience européenne se donneront libre cours à Port-Vendres car l’architecte travailla sur une page blanche. Les plans et les dessins de l’obélisque bénéficieront d’une large diffusion : plusieurs d’entre eux seront présentés au Salon de 1781, 3 400 exemplaires seront imprimés, sans compter ceux réservés au roi et à ses ministres16. Le projet de Port-Vendres ne restait pas une opération confinée aux marges du royaume. Détail, qui témoigne néanmoins du renom de Wailly et de l’intérêt porté au nouveau Port-Vendres : en 1781, le confiseur du roi Duval plaça dans la devanture de sa boutique lors des fêtes de la naissance du Dauphin un obélisque en sucre figurant le monument élevé à Port-Vendres.

Scepticisme et lenteurs

  • 17 1 C 1161, 1 C 1719, 16 juillet 1769.
  • 18 Ibid.
  • 19 1 C 1160.
  • 20 1 C 1161.

10Quand Mailly pensa à Port-Vendres le bâtiment de l’université venait d’être achevé et le royaume sortait de la guerre de Sept Ans. L’intendant de Bon ne partageait pas son engouement, exprima ouvertement ses réserves à plusieurs reprises – « dans quelque état que ce port se trouve, il sera toujours d’une médiocre utilité pour le Roussillon »17–, faisant valoir que la province ne disposait guère de superflu. Le vin, principale denrée exportée, s’expédiait à partir des plages ; son transport jusqu’à Port-Vendres renchérirait inutilement son prix. S’il n’écrivit pas que le projet lui semblait chimérique, il fit clairement comprendre sa réticence à voir la province en supporter entièrement la dépense18. Languedocien il est vrai, de Bon voyait peut-être dans le nouveau port poindre un concurrent éventuel pour Sète. Le projet n’obtint l’aval de Versailles qu’en 1772, avec l’assurance de son financement et l’ordre donné de commencer le déblaiement des vases et des graviers19. Les devis et les marchés des ouvrages principaux destinés à décorer la place principale seront passés dans la foulée, le 12 juin exactement, ce qui laisse à penser qu’ils étaient déjà prêts20. À l’évidence, on attendait l’arrêt du Conseil pour commencer le chantier.

  • 21 Id.
  • 22 1 C 1162.

11Les travaux furent menés assez lentement dans un premier temps : curage du port, élargissement de la route conduisant de Collioure à Port-Vendres à partir de 1778, terrassements dans le secteur destiné à recevoir les quais et les premières constructions. Le ministère de la guerre consentit à contribuer aux dépenses l’année suivante seulement. Wailly se rendit sur place en 1779, donna un premier plan du port et le dessein de l’obélisque21. Le chantier ne prit vraiment forme qu’en 1780 : la duchesse de Mailly procéda le 28 septembre à la pose de la première pierre de l’obélisque au centre de la place « au milieu de tout le concours de la province ». Les choses traînèrent encore cependant car le devis définitif de l’obélisque, signé par le directeur des fortifications, ne fut prêt que le 5 novembre 1781. Charles de Wailly apporta des modifications à ses premiers plans en 1782 et 1783. La ville nouvelle attirait peu d’ailleurs : 88 personnes seulement l’habitaient en 1786, des employés majoritairement comme le préposé au fanal, l’inspecteur et le sous-inspecteur des vases, le maître des ports ; 7 seulement étaient venues s’établir au cours des trois années précédentes22.

  • 23 3 B 14, 1781, construction de la Comtesse de Mailly, 24 tx., par Louis Pons « entrepreneur des ouv (...)
  • 24 1 C 1164.
  • 25 3 B 13, 1 C 1164.
  • 26 De 50 à 300 tx., avec une moyenne de 146 tx. ; J.-G. Gigot, « Échec d’implantation de marins génoi (...)

12En fait, les principaux intéressés seront les gens de mer, mahonais, napolitains, génois, attirés par l’espoir de bénéficier du pavillon français. D’aucuns, semble-t-il, ont fait miroiter la venue à Port-Vendres d’armateurs mahonais et la perspective de former une marine marchande. Les constructions, peu nombreuses, seront seulement le fait de gens intéressés directement aux travaux en cours23. De Versailles on invita à la prudence à cause des risques de fraude et de pavillons de complaisance. L’intendant des classes informa l’intendant de la province en 1787 que « des gens sans aveu » auxquels on n’accordait aucune confiance se trouvaient parmi les candidats à l’installation24. Aussi, exigea-t-on des patrons génois, les plus nombreux à se présenter, l’obtention de cautions incontestables, la construction d’une maison d’habitation, avant de pouvoir composer leur équipage de la moitié de matelots étrangers contre le tiers prescrit par les règlements. Entre 1785 et 1789, 55 capitaines au grand cabotage furent reçus, la quasi totalité de Gênes même ou des ports voisins – San Remo, Port-Maurice25... Les Génois connaissaient bien le secteur pour y faire relâche et venir régulièrement embarquer du vin. L’intérêt néanmoins de ces immatriculations résidait dans le tonnage des embarcations, très supérieur en moyenne à celui des bateaux attachés aux autres ports du golfe du Lion26.

J. B. F. CARRÈRE, Voyage pittoresque de la France..., t. V, Province du Roussillon, Paris, 1787.

13Les équipages demeurèrent composés de Génois principalement. Des marins de Collioure s’engagèrent, quelques matelots de Argelès, Sigean, Marseille, La Ciotat aussi. Les négociants français, par contre, furent moins empressés. Aucun de Collioure ou de Perpignan ne vint s’y établir avant 1789 semble-t-il. Les demandes de renseignements de marchands plus éloignés furent rares et tardives.

Un nouvel urbanisme

14Port-Vendres se trouvait excentré par rapport à la province du Roussillon, peu étendue pourtant. Sa valeur, comme havre sur une route très fréquentée à la fin du xviiie siècle car les bateaux allaient rarement en droiture en Méditerranée et naviguaient non loin des côtes pour bénéficier des courants marins, à proximité immédiate d’une frontière, ne compensait pas la médiocrité de ses liaisons avec l’intérieur ni la faiblesse de son hinterland. Ses débuts le montrent : la fondation nouvelle ne suscita pas un grand élan en Roussillon quoi qu’ait prétendu le comte de Mailly. Le négoce et les autres types d’activités maritimes, peu développés, ne pouvaient entraîner un mouvement immédiat.

Des marges au centre de l’univers

15L’intérêt pour Port-Vendres se manifesta d’abord depuis la mer. Conçue pour proclamer en Roussillon et à la face des puissances étrangères le prestige de la monarchie, la ville n’attira guère d’abord qu’une population peu stable, bien qu’héritière d’une longue tradition de fréquentation et d’établissement en Méditerranée occidentale : les Génois avaient participé activement aux fondations précédentes sur les bords du golfe du Lion à Aigues-Mortes et à Sète. De même, les parts de bateaux se répartissaient sur l’ensemble du littoral, les équipages se composaient fréquemment de marins issus de toute la côte nord. Rencontre entre la clarté recherchée d’un urbanisme riche en symboles, le monde mobile et mêlé de la mer, la communauté maritime de la Méditerranée nord-occidentale.

  • 27 1 C 1155.
  • 28 J. B. F. Carrère, op. cit., p. 18.

16Indirectement, les premières descriptions de Port-Vendres ainsi que les textes à vocation publicitaire qui en vantaient les atouts reprennent des thèmes voisins de convergence et de rencontre. Des mémoires rédigés en 1779 placent le port « au centre de la côte de la Méditerranée et du détroit de Gibraltar », insistent sur son heureuse position pour les vaisseaux venant à l’est de l’Italie et à l’ouest de l’Océan27. Pour Carrère, le port devait être « regardé par toutes les nations commerçantes comme un des plus importants de la Méditerranée pour le commerce intermédiaire des deux mers dont il devient en même temps un lieu de sûreté et de rafraîchissement », « le point de réunion des deux mers »28 ; il faut entendre par là la Méditerranée et l’Océan atlantique : Port-Vendres n’était plus seulement à la jonction de deux navigations comme dans les prospectus de 1779, l’une qui depuis le détroit de Gibraltar remontait le long de la péninsule ibérique, l’autre qui s’y dirigeait à partir des golfes de Gênes et du Lion, mais le point de rencontre des deux étendues liquides. Dilatation de l’horizon maritime et, imaginait-on, des trafics à venir de Port-Vendres, consécutive à la guerre d’Indépendance américaine, au rôle joué par la France, au renouveau de sa marine.

17Le projet initial ne prévoyait pas que la place au centre de laquelle serait placé l’obélisque fut royale. De Mailly sollicita en 1782 qu’elle le devint. Les plaques de bronze mises sur les quatre côtés du socle de l’obélisque qui célèbrent la rencontre des deux mers et l’aide apportée aux Insurgents n’étaient pas non plus envisagées. Port-Vendres, symbole du renouveau maritime du royaume, constitue aussi une forme d’appropriation du Nouveau monde. L’accent était mis en effet sur les positions en latitude quasi identiques de Boston et de la fondation nouvelle, sur son inscription au nombre des ports autorisés à commercer directement avec les États-Unis. Aigues-Mortes avait ouvert une fenêtre sur la Méditerranée occidentale afin de s’insérer dans ses trafics. Port-Vendres jouerait une fonction analogue en direction du Nouveau Monde.

Un rythme ternaire, jusqu’à l’obsession29

  • 29 S. Pressouyre : « Un ensemble néoclassique à Port-Vendres », Les Monuments historiques de la Franc (...)
  • 30 G. Larguier, « Les Lumières dans la ville », L’université de Perpignan au xviiie siècle, J. SAGNES (...)

18Port-Vendres s’aborde, se regarde, se lit de la mer. Tous les plans, les représentations contemporaines, les gravures qui dévoilent le projet et ses intentions le donnent à entendre : un rythme ternaire presque obsédant structure et parcourt la ville. En ce sens, Port-Vendres constitue l’amplification de ce qui avait été réalisé à Perpignan avec l’université dont l’utilisation du terrain choisi, l’élévation du bâtiment principal, les fonctions, reposaient sur un rythme identique30. Sans trop verser dans une déclinaison facile, on perçoit sans difficulté, après avoir dépassé trois redoutes échelonnées en profondeur, trois espaces nettement différenciés : la mer, c’est-à-dire la rade où les bateaux pourraient faire relâche et se mettre à l’abri en cas de mauvais temps ; les montagnes en arrière-plan, toujours représentées fortement pentues, arides ; le territoire aplani grâce aux travaux de terrassement, humanisé, où s’établirait la ville. Dans sa conception, son développement et sa structure,

J. B. F. CARRÈRE, Voyage pittoresque de la France..., t. V, Province du Roussillon, Paris, 1787.

19cette dernière accède ainsi et participe à la domestication de la nature entre l’étendue liquide, improbable, sujette aux caprices des éléments, aux fortunes de mer, et la montagne, sauvage, difficile à contraindre, sauf à l’employer pour y loger des fortins et des tours d’observation.

20La ville elle-même s’organisait rigoureusement en trois parties : la place royale à laquelle on accédait par deux rampes d’escaliers, degrés de transition entre l’onde mouvante et la surface aplanie dédiée au souverain et à la glorification de la monarchie ; l’ensemble monumental en forme de π destiné à abriter un grand hôtel pour les étrangers, des magasins, un bureau de police, une bourse ; les maisons d’habitation ordonnées en profondeur autour de la rade en trois rangées. Le pouvoir, le négoce, la population ; l’espace symbolique, saturé de sens, mais aéré afin que rien ne vint en distraire le message, les fonctions vitales grâce auxquelles la ville s’animerait, les lieux privés...

  • 31 M. Mosser, D. Rabreau, op. cit., p. 73.

21Le rythme ternaire se retrouvait jusque dans les plus infimes détails. Déjà dans le développement en profondeur de l’espace monumental depuis la place royale jusqu’au Fer à cheval qui le fermait : la place royale formait un carré de 31 toises de côté, le grand bâtiment en forme de π un second de même dimension ; un rectangle de même longueur mais de largeur trois fois moindre les séparait – rectangle formé donc de trois carrés égaux – : deux autres rectangles derrière le bâtiment en forme de π constituaient le premier la terrasse et le jardin du bâtiment surmonté d’un dôme, le second l’espace terminal du grand Fer à cheval et de l’ensemble ; soit au total en développement trois fois la longueur du côté de la place royale. L’obélisque culminait à une hauteur égale à la moitié de ce côté, au niveau du dôme... Quant au bâtiment en π, rigoureusement situé dans l’axe tracé depuis les escaliers par où l’on accédait du port à la place royale, il répétait la progression 1, 2, 3 – c’est-à-dire 3, 6, 9 – avec trois ouvertures sur les petits côtés (une grande encadrée par deux fenêtres), six pièces sur les ailes latérales avec les ouvertures correspondantes, un triptyque de neuf ouvertures sur la façade principale. Empire du chiffre qui organise l’espace, les volumes ; leur impose sa dictature sans porter atteinte aux correspondances fermes et harmonieuses des principaux édifices publics imaginés ni à leur symétrie par rapport aux anses de la côte et aux axes des rues31.

Une ville dépourvue de fortifications

  • 32 C’est le cas notamment de Perpignan, G. Larguier, « Fiscalité et institutions à Perpignan (xiie-xv (...)

22La nouveauté principale de Port-Vendres n’est cependant pas dans cette répartition spatiale des fonctions. On compte en effet de nombreux précédents depuis le milieu du xve siècle. L’innovation pour cette ville destinée à exercer une fonction militaire fut qu’on ne prévoyait pas de ceinture forte. On sait la fonction des murailles dans la formation des villes. Leur financement a contribué puissamment à l’apparition d’organes représentatifs32, les remparts ont assumé une fonction symbolique essentielle dans la représentation des villes. Une localité dépourvue de remparts pouvait-elle d’ailleurs être qualifiée de ville ? Leur absence à Port-Vendres étonne d’autant plus que le principal concepteur du projet était un militaire.

  • 33 1 C 1155.

23La raison expliquant l’ouverture de la ville, innovation sans guère de précédent, s’explique par sa situation et par l’évolution des moyens de défense. Des reliefs élevés l’entouraient. Cela n’avait pas dissuadé précédemment de fortifier Collioure bien que des forts l’aient protégé, comme celui de Saint-Elme construit en surplomb. Les défenses, le long de la frontière avec l’Espagne, la proximité de Perpignan aussi, limitaient les risques. Le danger principal viendrait de la mer. Une série de batteries à l’entrée mais aussi à l’intérieur du port, capables de tirs de barrage croisés, interdirait l’approche, encore davantage l’intrusion de bâtiments ennemis, retiendrait les bateaux entrés lorsqu’on le voudrait33. Celles qui gardaient l’entrée comportaient des mortiers de calibre 36 capables de porter à 1 800 toises, davantage que la distance accessible aux canons embarqués sur les bateaux.

24Protégée par ses défenses naturelles sur ses arrières et par les mortiers, Port-Vendres achevait un itinéraire défensif et constituait le terme d’une évolution de la configuration de la ville autour du golfe du Lion, condensé des transformations des défenses urbaines face aux capacités d’offensive et de destruction des engins de siège. Aigues-Mortes, construite en un lieu improbable, est le type même de la ville neuve dissimulée derrière ses remparts, fières murailles quadrangulaires. Antithèse des châteaux construits sur les hauteurs, la fondation de saint Louis précède la mise au point de l’artillerie. Contraste total, la forteresse de Salses, conçue une poignée d’années après la restitution du Roussillon aux rois Catholiques, s’enterre. L’artillerie, les nouveaux projectiles utilisés lors des premières campagnes des guerres d’Italie, ont rendu obsolètes les ouvrages de défense construits auparavant. Désormais, on s’enterre, on se protège par des glacis engazonnés, les angles d’attaque des engins ennemis sont l’objet de toutes les attentions. Sète, également, forme un jalon intermédiaire avec des défenses insuffisamment réfléchies. Port-Vendres constitue ainsi une étape majeure dans l’histoire urbaine : les murailles dissuasives pour les hommes, cachées aux frappes de l’artillerie, deviennent inutiles à partir du moment où les engins de défense disposés judicieusement sont capables de couper la route aux assaillants. L’artillerie avait imposé une modification radicale des défenses urbaines, son perfectionnement les rendait superfétatoires.

25La ville, avec Port-Vendres, abandonne les configurations contraintes originelles. Les plans tracés de la nouvelle fondation sont éclairants à cet égard : derrière les rideaux de maisons entourant la rade, des rectangles tracés en pointillés qualifiés de « terrains sur les hauteurs propres à construire des maisons pour douze mille habitants » recoupent les premières pentes des reliefs, peu aptes pourtant à recevoir des voies commodes de circulation. La séparation entre la ville et la campagne n’est par nettement marquée : invitation à la croissance de la ville dépourvue « d’intérieur » au sein des remparts et de faubourgs adjacents bourgeonnants et discontinus. La ville pourrait s’étendre harmonieusement vers l’arrière sans solution de continuité. Port-Vendres constitue ainsi un des premiers exemples de ville nouvelle qui se développera à partir du xixe siècle.

Symbolique

26Les présentations de Port-Vendres, celle de Carrère dans sa description du Roussillon notamment, ainsi que les devis préparés pour la construction de l’obélisque de la place royale rapportent de manière explicite les intentions de la fondation et la signification qu’on lui assignait. Voici ce qu’écrit Carrère :

  • 34 J. B. F. Carrère, Voyage pittoresque..., op. cit. , p. 19.

« A peine le monarque bienfaisant sous lequel nous avons le bonheur de vivre a-t-il connu les avantages que ce port présentait pour le bien particulier des peuples du Roussillon, pour le bien général du commerce du royaume, pour celui des commerçans de toute l’Europe et pour les flottes de la Marine royale qu’il s’est décidé à le faire rétablir. Le projet était vaste, difficile à exécuter, exigeait des sommes très considérables ; mais son amour pour ses peuples, soutenu des vues d’utilité générale, a applani tous les obstacles et ce prince a signalé les premières années de son règne en se présentant aux peuples du Roussillon comme un astre bienfaisant dont l’influence salutaire vivifie une province qu’un oubli trop affecté laissait dans l’inertie »34.

Du conquérant au roi libérateur

27Emphase mise à part, on retrouve dans ce passage les arguments développés par Mailly pour justifier l’entreprise. Son intérêt tient au vocabulaire employé, aux images suggérées. Les thèmes du bien particulier et du bien général accordés, du bonheur, de la bienfaisance et de l’utilité générale accouplées, l’impulsion vivifiante donnée par le monarque astre tutélaire, sont mis en gerbe. Carrère, « monté » à Paris après une brillante carrière à l’université de Perpignan, introduit dans les cercles ouverts aux Lumières, adhérait à la vision positive de la monarchie. Le Roussillon – cela vaut pour la Catalogne également –, s’était trouvé marginalisé, pris comme dans un étau entre deux monarchies conquérantes, avait été acquis par le fer, moins pour être dominé que pour être appelé à jouir d’un souffle vivifiant. Médecin, Carrère employait le vocabulaire des théories médicales en vogue de l’élan vital de l’école de Montpellier. La guerre avait eu lieu il est vrai. Le but n’était pas d’asservir, de dominer sans contrepartie. Le roi de France, par être et par vocation, recherchait le bien de ses peuples – le terme sujet n’est pas employé–, se portait à leur rencontre, les servait, également attentif aux populations de chacune des provinces du royaume, qu’elles soient en son milieu ou sur ses frontières, les plaçant chacune au centre en quelque sorte, ce qu’entendait être Port-Vendres. Vision d’une monarchie unificatrice, non centralisatrice. Moins que les « sommes considérables », à relever néanmoins car elles étaient consacrées à une œuvre de paix alors que le prélèvement monarchique avait été justifié jusque-là principalement par la guerre, compte « l’aplani » des obstacles, métaphoriquement des terrains et de la nature.

28Ce texte, aussi, dans sa première phrase, livre la clé des bas-reliefs de bronze vert placés avec deux rostres et une ample draperie autour du dé de l’obélisque chargés de signaler les travaux du souverain dignes de passer à la postérité :

  • La servitude abolie : le roi sortant de son Palais annonce la liberté aux serfs de ses États ;
  • L’indépendance de l’Amérique : d’un côté la ville de Boston et les peuples de l’Amérique rassemblés sur le rivage, tendent les mains à la frégate du roi qui leur porte le traité qui annonce leur indépendance ;
  • La marine relevée : deux escadres sortant l’une de Toulon, l’autre de celui de Brest ; au milieu un piédestal surmonté d’une renommée au bas duquel sont appuyés les dieux des deux mers ;
  • La liberté du commerce : le génie de la France et celui de la liberté annoncent aux vaisseaux de toutes les nations dont la mer est couverte, la liberté du commerce due à la protection du roi.

29Le vent d’Amérique souffle sur Port-Vendres. L’indépendance de l’Amérique, sur la face orientée vers le port, occupe le meilleur emplacement. La place n’avait pas vocation à être royale initialement. Les bas-reliefs mis autour du socle de l’obélisque ont été ajoutés chemin faisant. Une idée commune les anime : la liberté. Louis XVI est campé en roi libérateur à l’intérieur de son royaume où il abolit les derniers vestiges du servage, comme à l’extérieur où il apporte l’indépendance aux États-Unis tandis qu’il libère les mers grâce au rétablissement de la marine : la force employée non pour la conquête mais mise au service de la liberté des hommes, d’un pays en train de naître, de toutes les nations. Ces plaques célèbrent moins le souverain en majesté, victorieux et dominateur comme l’avait été Louis XIV campé en empereur romain au centre de la place du Peyrou à Montpellier devant ses travaux sculptés sur l’arc de triomphe placé à l’entrée la plus élevée de la ville par exemple, qu’en missionnaire de la liberté. Il est d’ailleurs vêtu simplement, dépourvu des attributs de son pouvoir, homme d’action sur le seuil d’un palais si sobre qu’il en est presque anonyme comme sur le bateau qui le porte, tendant ses bras vers lesquels se lèvent d’autres bras, des serfs ou des habitants de Boston, hommes, femmes et enfants libérés. Le geste des peuples reconnaissants anticipe les sentiments que ne pourront manquer de manifester les peuples du Roussillon, rejoint l’image de la jonction des deux mers mise en avant pour Port-Vendres que suggèrent les deux escadres sortant de Brest et de Toulon.

30Le bâtiment de l’université, dans son programme iconographique de 1759 à l’occasion du centenaire du rattachement de la province au royaume, insistait sur la paix offerte au Roussillon. L’étape de la pacification des relations avec le royaume voisin était dépassée. Port-Vendres se projetait résolument vers l’extérieur, s’agrégeait à l’orientation atlantique recherchée déjà à Sète dès le début du siècle sous l’impulsion des États de Languedoc, renforcée par l’Indépendance américaine. La Loge Les Amis Fidèles des Treize États-Unis est fondée dans le port languedocien au mois de février 1782 ; on sait le rôle des loges maçonniques dans la Révolution américaine, celui de Benjamin Franklin à Paris où il fut reçu dans la loge Les Neuf Sœurs en 1779.

Une mise en scène renouvelée des deux corps du roi

  • 35 J. F. B. Carrère, op. cit., note p. 19.
  • 36 1 C 1155 ; Arch. dép. Hérault, C 6937. Son devis dressé par Renard de Saint-Malo est signé le 13 s (...)
  • 37 E. Iversen, The myth of Egypt and its Hieroglyps in European Tradition, Copengague, 1961.
  • 38 Auteur d’une première étude qui remporte le prix de l’Académie des Inscriptions, un article est pu (...)

31L’obélisque insistait Carrère, répétant ce que le commandant en chef de la province ne cessait de répandre, était le premier monument « consacré à la gloire de Louis XVI ; les bons Français verrons avec plaisir la reconnaissance des peuples [à l’égard] des premiers bienfaits de ce prince »35. En relevant au passage l’expression « bons Français », notons combien l’obélisque déclinait sur un autre registre l’idée de centre omniprésente depuis l’origine du projet, lui conférant une dimension cosmique36. Solitaire au centre de la place, tout en servant de convergence à l’implantation triangulaire des rues, il frappe par sa sobriété et sa luminosité. Son dépouillement tranche avec les mises en scène antérieures ; on est loin du programme des places royales du règne de Louis XIV, des statues équestres, des arcs de triomphe employés depuis le xve siècle. L’utilisation de l’obélisque comme pièce centrale d’un décor royal n’avait guère de précédent. Charles de Wailly s’en était déjà servi dans sa Restitution du Temple de Jérusalem qui comme à Port-Vendres – mais là de manière plus concise en raison de contraintes spatiales – donnait une grande importance aux degrés successifs auxquels on accédait par des rampes et des degrés monumentaux. Wailly est représentatif du style égyptien qu’avait contribué à propager la franc-maçonnerie puisque dès la première décennie de son implantation en France s’était répandue l’idée qu’elle tirait son origine de la tradition égyptienne. L’intérêt pour l’Égypte antique et sa sagesse ésotérique n’était pas nouveau. Il remontait à l’Italie du xve siècle, au cercle de Marsile Ficin, à la redécouverte du corpus hermétique. Les obélisques égyptiens, interprétés comme des symboles de gloire éternelle, s’étaient multipliés au xvie siècle, édifiés notamment à l’occasion de fêtes urbaines avec des arcs de triomphe, des fontaines, comme lors de l’entrée du pape Léon X à Florence en 1715. Des érudits s’étaient mis à collectionner des antiquités égyptiennes, le pape Sixte-Quint avait fait ériger un obélisque à Rome en 1587 et la mode s’en était propagée jusque dans le nord de l’Europe37. Le Projet de reconstruction du Temple de Jérusalem atteste de la fascination de l’Égypte considérée comme à l’origine des rites d’initiation. Les Constitutions d’Anderson publiées en 1723, dont on sait le rôle fondateur pour la maçonnerie, avaient présenté l’Égypte comme le lieu où s’était réfugié le savoir architectural après la destruction de la tour de Babel et où les tribus d’Israël, captives, avaient acquis de nouvelles connaissances. Jean-Philippe Rameau avais composé La Naissance d’Osiris lorsque Wailly commença sa carrière. En 1782, Cagliostro introduira le rite égyptien à Paris quand Quatremère de Quincy, membre de la loge parisienne Thelie, s’intéressait attentivement à l’architecture égyptienne38.

  • 39 Sur les obélisques, leur importance à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle : L. Haut (...)
  • 40 M. Mosser, D. Rabeau, op. cit., p. 27-28.
  • 41 M. Mosser, art. cit., p. 278-278.

32L’idée de l’obélisque est-elle due à l’architecte pressenti ?39 Il y a tout lieu de le croire, il les employait depuis longtemps dans ses dessins et avait pu en voir d’exécutées. On possède de lui deux superbes dessins réalisés lors de son séjour romain des places du Panthéon et de Saint-Pierre où trônait un obélisque majestueux40. Il est troublant néanmoins de constater la similitude de l’obélisque de Port-Vendres avec celui construit pour le marquis de Marigny à Menars en 1769. Le Directeur des Bâtiments en avait voulu pour ses jardins. Soufflot fit le dessin de l’un d’entre eux destiné à l’extrémité d’une grande allée : un socle carré posé sur une plate-forme de trois marches, sur lequel quatre tortues supportaient l’aiguille de pierre41. À Port-Vendres le socle de marbre blanc et rouge de Villefranche-de-Conflent, le dé, le collier et l’aiguille de marbre blanc d’Estagel, reposaient sur trois marches de marbre blanc et un perron en mosaïque de marbre blanc et rouge. La province recelait les matériaux qui convenaient à la célébration du prince.

J. B. F. CARRÈRE, Voyage pittoresque de la France..., t. V, Province du Roussillon, Paris, 1787.

33Quatre trophées portant « les attributs des quatre souverains principaux des quatre parties du monde comme soumis à la puissance et à la bienfaisance du souverain » reliés par une grille de fer l’encadraient. Ils seraient aussi sculptés dans des blocs de marbre blanc. L’obélisque ne reposait pas à même le socle décoré maintenant de bas-reliefs, mais sur la carapace de quatre tortues en bronze fondu sorties tout droit du vocabulaire occultiste dont les têtes regardaient vers les quatre points cardinaux. Transition entre le socle massif et l’aiguille gracile orientée vers le ciel par l’intermédiaire de l’animal-atlas dont la partie inférieure de la carapace est plate comme l’ici-bas, le dos rond comme la voûte céleste, qui lui conférait la stabilité et lui promettait la durée.

34La place de l’obélisque paraît s’écarter des représentations traditionnelles du microcosme et du macrocosme où le carré terrestre s’inscrit dans un cercle. Pas complètement puisque les éléments circulaires ne sont pas totalement absents : les petites guérites placées aux quatre coins de la place portent chacune un globe ; si on les aligne sur le dos rond des tortues elles déterminent des diagonales dont le globe terrestre en cuivre placé au sommet de l’obélisque est l’intersection. Une fleur de lys dorée d’or moulu le surmontait, dont les feuilles le recouvraient, annonçait « la protection que le roi accordait à toutes les Nations ». L’inscription suivante y était gravée : « Du règne de Louis XVI, ce port sera à jamais un monument de sa bienfaisance, un refuge à toutes les nations, un asile à la marine militaire, et un motif de reconnaissance envers un monarque qui ne règne que par ses bienfaits. 1780 ».

35Deux registres se distinguent nettement : le théâtre des hommes avec sa place plane, le socle quadrangulaire dont les faces illustrent les actions bienfaisantes d’un roi rendu à l’humaine condition, le globe terrestre dans le ciel surmonté d’une fleur de lys, image du Très Chrétien. Représentation des deux corps du roi : le roi vivant, agissant ; la monarchie intemporelle figurée par son symbole le plus épuré.

Déchristianisation et détournement de sens ?

36Le savant agencement de la place royale ne laisse pas indifférent. Une certaine sécheresse tempère son élégance néanmoins peut-être parce que sa symbolique recherchée avec une fleur de lys placée à 30 mètres au-dessus du sol ne s’impose pas d’emblée à l’observateur. Trop abstraite, trop aérienne, n’est-elle pas mise à trop grande distance si bien qu’elle perd de sa force ? Le contraste est grand en effet entre la vie des bas-reliefs et le caractère figé, voire la solitude du symbole de la monarchie. Un trait encore plus frappant du projet dans son entier développement est la place réduite laissée aux établissements religieux. Le globe terrestre surmonté de la fleur de lys se substitue d’abord à la croix qui surmontait l’obélisque de la place du Panthéon de Rome.

  • 42 M. Mosser, D. Rabeau, op. cit., p. 80.

37On n’oublie pas ce qui a trait à l’assistance : après le retour en force de l’Église dans la première moitié du xviie siècle avec la réforme catholique, elle était à nouveau en voie de sécularisation. Les établissements religieux n’occupent qu’une place seconde, réduite à la portion congrue à la suite des modifications apportées aux projets initiaux. Un couvent et Hôpital Saint-Joseph, une église Saint-Louis, une chapelle du port étaient prévus. On aperçoit cette dernière sur une estampe qui illustre le premier projet derrière l’obélisque dont le dé ne porte pas encore les bas-reliefs qui l’orneront ultérieurement42. Elle disparaît dans le programme simplifié de 1783, remplacée par un magasin quand l’obélisque s’enrichit de significations nouvelles. Dans les dernières esquisses, les établissements religieux n’apparaissent pas distinctement, restent en marge de la savante construction d’inspiration maçonnique.

38L’obélisque mettait à distance l’Au-delà chrétien, même s’il servait à placer l’orbe terrestre et la fleur de lys en pleine lumière dans le ciel. La monarchie rayonne sur les quatre parties de l’univers mais sa célébration est soumise à des règles et à un langage qu’elle n’a pas créés, qui ne lui appartiennent pas, sont perceptibles au premier abord uniquement à des initiés. Charles de Wailly et le commandant en chef de la province, tous deux initiés, ont travaillé en étroite collaboration. L’architecte-dessinateur mettait en scène ce que Mailly désirait. Entre le moment où le maréchal conçut le projet de donner une ville nouvelle au Roussillon et la première partie de la décennie 1780-1789 où les travaux battent leur plein, les événements l’ont favorisé et l’ont chargé de sens avec le redressement de la marine royale après la guerre de Sept Ans, l’Indépendance américaine, la négociation de traités de commerce. Le commandant en chef mène le jeu, s’impose à l’intendant et aux services ministériels, fait en quelque sorte l’offrande de Port-Vendres au roi, mais dicte un langage modifié qui n’était pas loin d’en dénaturer le sens.

39La liberté exaltée sur les bas-reliefs – l’ici-bas – parlera bientôt davantage aux hommes que les symboles monarchiques et l’Au-delà.

Conclusion

40Le programme voulu par le maréchal de Mailly s’achève au printemps 1789, avec quelques retouches qui affaiblissent la conception d’ensemble. Le moment était peu favorable pour organiser la réception d’une fondation à la gloire de la monarchie, d’où peut-être, avec l’enchaînement des événements qui conduisent à son abolition et à la mise en sommeil des loges maçonniques, le faible intérêt porté au projet et aux intentions qui le sous-tendaient.

41Mieux que toute autre réalisation, Port-Vendres manifeste l’ouverture dont fait preuve la province au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, le rôle joué par des personnalités comme le maréchal de Mailly qui ne sont plus comme naguère de simples exécutants du pouvoir central, n’hésitent pas à utiliser leur fonction et leurs réalisations pour se faire les agents de réseaux et de courants de pensée qui ne relevaient plus strictement de l’autorité et de la mystique royales. La ville nouvelle en est à la fois l’aboutissement et l’apothéose. Cette réalisation symbolise aussi un moment important pour le royaume et la monarchie. L’ambition – l’illusion – était de faire retrouver à la province le goût de la mer alors que le commerce maritime connaissait un essor sans précédant en France. La guerre d’Indépendance américaine offrait l’occasion d’associer l’économie, la foi maçonnique et la glorification monarchique, de mettre en avant un nouveau programme pour la geste royale fondé sur la liberté qui unissait harmonieusement la guerre et la paix. Son exécution est extrêmement rapide car les bas-reliefs furent réalisés quand l’Indépendance américaine était à peine acquise.

42La personnalité et les formes d’action du commandant en chef illustrent un nouveau stade de la monarchie, à peine esquissé, brutalement interrompu en 1789, avec la conquête d’une liberté d’action à l’égard du pouvoir. On peut voir dans son activité débordante, dans sa propension à faire avancer ses projets personnels, le signe d’une émancipation, même si Mailly s’appliquait à en attribuer le mérite et les résultats à la volonté royale. Il incarne un nouveau type d’influence dans le royaume. Richelieu, Louis XIV, avaient brisé les anciennes clientèles, rétives derrière les grands à s’incliner en tout devant le pouvoir royal. Un siècle plus tard, l’autorité du pouvoir royal est moins ferme, l’administration dans les province s’est consolidée. Un membre de la vieille noblesse comme Mailly, servi par la durée de son commandement, peut agir efficacement par le réseau maçonnique et les idées qu’il diffuse bien qu’il ne soit pas issu de la province : un nouveau type de relations s’instaurait qui attirait le pouvoir royal dans les fils invisibles de sa mise en scène bien qu’il la lui dédiât. Neuf à beaucoup d’égards, Port-Vendres constitue ainsi un des derniers avatars de l’Ancien Régime.

Notes

1 J. B. F. Carrère, Voyage pittoresque de la France avec la description de toutes les provinces..., t. V, Province du Roussillon, Paris, 1787.

2 1 C 1155 ; J.-C. Gigot, « La renaissance de Port-Vendres au xviiie siècle », Actes du 84e Congrès national des sociétés savantes, Paris, 1960, p. 139-148 ; A. Chèle, Port-Vendres à l’époque moderne, mémoire de maîtrise, Montpellier 3, 1986 ; A. Blanchard, Vauban, Paris, 1996, p. 263-264.

3 1 C 1156. Il s’agit exclusivement de travaux de dragage.

4 1 C 1159.

5 Arch. dép. Hérault, C 6576, 1760 : attaque de pêcheurs de Collioure et d’un bateau de poste venant de Mahon par des Algériens qui pourchassent les passagers dans les montagnes ; 1761 : dangers encourus en raison des corsaires anglais, maures, salétins ; C 6596, 1756 : prise devant Port-Vendres d’un chebek chargé de blé par quatre galiotes d’Alger, etc.

6 Plan de Port Vendres situé près de la frontière d’Espagne et carte des côtes de la Méditerranée pour connaître sa position, etc., s.l.n.d. ; plan d’après le dessin de M. de Wailly ; g : « terrains sur les hauteurs propres à construire des maisons pour 12 000 habitants ».

7 1 C 1160-1161.

8 1 C 1162-1163, arrêt du conseil du 5 juin 1779.

9 1 C 1164.

10 M. Mosser, D. Rabreau (et al.), Charles de Wailly, peintre architecte dans l’Europe des Lumières, Paris, 1979 ; L. Hautecoeur, Histoire de l’architecture classique en France, t. IV, Paris, 1952, p. 232-242 ; A. Brahan, « Charles de Wailly and early Neoclassicism », Burlington Magazine, octobre 1972, p. 670-685 ; A. Picon, Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, Marseille, 1988 ; A. Vidler, L’espace des Lumières. Architecture et philosophie de Ledoux à Fourier, (1987) éd. française : Paris, 1995.

11 Au château de Menars près de Blois, propriété de la Pompadour puis du marquis de Marigny son frère ; dans le parc de Laeken en Belgique où il réalisa par ailleurs plusieurs oeuvres ; en Allemagne...

12 Conservée à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris.

13 Projet d’utilité et d’embellissement pour la ville de Paris qui s’accorde avec les projets déjà arrêtés par le gouvernement, Paris, 1788.

14 A. Le Bihan, Francs-maçons parisiens du Grand Orient de France (fin du xviiie siècle), Paris, 1966, p. 245 ; ID., Répertoire alphabétique des Loges et Chapitres de Paris et de la région parisienne reconstitués par le Grand Orient de France entre 1773 et 1794, Paris, 1966 ; D. Ligou, Histoire des Francs-Maçons en France, Toulouse, 1987, p. 97-158.

15 M. Mosser, « Monsieur de Marigny et les jardins. Projets inédits des fabriques pour Menars », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 1973, p. 269-293.

16 1 C 1161, devis de l’obélisque.

17 1 C 1161, 1 C 1719, 16 juillet 1769.

18 Ibid.

19 1 C 1160.

20 1 C 1161.

21 Id.

22 1 C 1162.

23 3 B 14, 1781, construction de la Comtesse de Mailly, 24 tx., par Louis Pons « entrepreneur des ouvrages à faire à Port-Vendres », Durand, négociant, Bertrand, receveur des Fermes ; le maître d’hache est originaire d’Agde, le capitaine prévu marseillais ; 1783, tartane Comte de Mailly, 36 tx., commandée par Louis Pons, le patron serait de Sète ; 1784, tartane Maréchal de Mailly, 64 t., commandée par le même, le patron serait de Collioure.

24 1 C 1164.

25 3 B 13, 1 C 1164.

26 De 50 à 300 tx., avec une moyenne de 146 tx. ; J.-G. Gigot, « Échec d’implantation de marins génois à Port-Vendres à la fin du xviiie siècle », 1er Congresso storico Liguria-Catalogna, Vintimiglia-Bordighera-Alberga-Finale-Genova, (1969), 1974, p. 602-620.

27 1 C 1155.

28 J. B. F. Carrère, op. cit., p. 18.

29 S. Pressouyre : « Un ensemble néoclassique à Port-Vendres », Les Monuments historiques de la France, Bulletin trimestriel, 1963, no 4, p. 199-222 ; S. Quintilla, Il était une fois Port-Vendres. Son obélique, un monument méconnu, Association Port-Vendres d’abord, Saint-Estève, 1991 ; G. Garidou, « Le ‘Rétablissement du Port-Vendre’ à la fin du xviiie siècle », L’Homme et les espaces maritimes (xvie-xviiie siècle), Palavas-les-Flots, 1998, p. 119-141. L’essentiel des plans et des dessins exécutés pour Port-Vendres sont conservés au Musée du Louvre, Cabinet des dessins, et aux Archives du Génie à Vincennes.

30 G. Larguier, « Les Lumières dans la ville », L’université de Perpignan au xviiie siècle, J. SAGNES (dir.), Perpignan, 1996, p. 31-45.

31 M. Mosser, D. Rabreau, op. cit., p. 73.

32 C’est le cas notamment de Perpignan, G. Larguier, « Fiscalité et institutions à Perpignan (xiie-xviiie siècle) », La ville et les pouvoirs, L. Assier-Andrieu et R. Sala (dir.), Perpignan, 2000, p. 435-448.

33 1 C 1155.

34 J. B. F. Carrère, Voyage pittoresque..., op. cit. , p. 19.

35 J. F. B. Carrère, op. cit., note p. 19.

36 1 C 1155 ; Arch. dép. Hérault, C 6937. Son devis dressé par Renard de Saint-Malo est signé le 13 septembre 1780, elle devait être achevée dans le courant du mois de juillet de l’année suivante.

37 E. Iversen, The myth of Egypt and its Hieroglyps in European Tradition, Copengague, 1961.

38 Auteur d’une première étude qui remporte le prix de l’Académie des Inscriptions, un article est publié dans l’Encyclopédie Méthodique en 1800 avant que ne sorte De l’architecture égyptienne considérée dans son origine, ses principes et son goût.

39 Sur les obélisques, leur importance à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle : L. Hautecoeur, Histoire de l’architecture classique en France, t. V, Paris, 1953, p. 32-33 ; J.-M. Humbert, « Les obélisques de Paris, projets et réalisations », Revue de l’Art, no 23, 1974, p. 9-29 ; ID., L’Égyptomanie. Sources, thèmes et symboles, thèse de doctorat d’État, Paris, 1987.

40 M. Mosser, D. Rabeau, op. cit., p. 27-28.

41 M. Mosser, art. cit., p. 278-278.

42 M. Mosser, D. Rabeau, op. cit., p. 80.

Table des illustrations

Légende BEAULIEU, Sébastien de Pontault (sieur de), Les plans et profils des villes, places, forteresses et chasteaex conquis par Louis XIV, 1676.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende BEAULIEU, Sébastien de Pontault (sieur de), Les plans et profils des villes, places, forteresses et chasteaex conquis par Louis XIV, 1676.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Légende J. B. F. CARRÈRE, Voyage pittoresque de la France..., t. V, Province du Roussillon, Paris, 1787.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/741/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende J. B. F. CARRÈRE, Voyage pittoresque de la France..., t. V, Province du Roussillon, Paris, 1787.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/741/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/741/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/741/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/741/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/741/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende J. B. F. CARRÈRE, Voyage pittoresque de la France..., t. V, Province du Roussillon, Paris, 1787.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/741/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 365k

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540