Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Ouvertures. La province du Roussillon dans le royaume au xviiie siècle

Texte intégral

  • 1 Cf. la communication de Fabrice Charton.

1La campagne à l’« île de Cayenne » (la Guyane), entreprise entre 1722 et 1725 par Pierre Barrère (1690-1755) à l’initiative d’Antoine de Jussieu, peut servir d’exemple inaugural pour aborder les Lumières en Roussillon au xviiie siècle. Jeune médecin, Barrère participa à l’expédition d’exploration de la flore dans ce secteur de l’Amérique qui en sus de l’inventaire à réaliser visait à limiter la dépendance du royaume à l’égard de l’Espagne pour les plantes médicinales. Cette expédition marquait pour lui une reconnaissance de ses qualités, lui ouvrait des relations prestigieuses avec Montpellier, Paris, dirigeait ses pas vers l’Atlantique, ce qui restait peu fréquent encore pour des natifs de la province du Roussillon : ouverture géographique, scientifique, des réseaux savants. Précurseur à beaucoup d’égards, esprit curieux, il s’intéressa autant à la flore locale – il réalisa une Topographie botanique du Roussillon – qu’à la culture du café, de la canne à sucre, du riz auquel il consacra en 1743 un intéressant mémoire sur les essais effectués à proximité de Perpignan, l’année même où il publia sa Nouvelle relation de la France équinoxiale traduite ultérieurement en anglais. Attaché à l’hôpital de Perpignan, Barrère réunit la bonne société de la ville pour l’entretenir de botanique, ce qui lui valut quelques attaques ; mais nous vaut d’apercevoir ses relations dans les milieux académiques1.

2Premier correspondant de l’Académie des Sciences natif de la province, il entreprit de constituer des collections d’histoire naturelle, imagina de créer une Académie des Sciences à Perpignan sur le modèle de celle de Montpellier, ne parvint pas à faire aboutir son projet de cabinet d’histoire naturelle auquel il tenait beaucoup. Ce dernier le sera ultérieurement dans le cadre de la rénovation de l’université. Son rôle précurseur, les attaques dont il fut la cible, ses projets inaboutis, témoignent d’une place de la province encore mal assurée, mais d’une orientation décidée en direction du royaume. La position du Roussillon se modifie radicalement au xviiie siècle en raison de facteurs qui lui sont extérieurs. La guerre de Succession d’Espagne, l’accession au trône d’Espagne d’un Bourbon, font cesser du côté des Pyrénées les affrontements qui se répétaient en Roussillon depuis plus de deux siècles. Perpignan, avec le rattachement du Roussillon au royaume de France, fut le siège d’une intendance, d’un Conseil souverain, d’une université, sans compter l’évêché transféré depuis Elne en 1602 ; situation unique dans le royaume pour une ville de cette taille – moins de 10 000 habitants au début du xviiie siècle.

3La nouveauté, au xviiie siècle, fut que pour la première fois depuis longtemps le Roussillon jouit de relations directes avec le royaume auquel il appartenait. Précédemment, celles-ci passaient par des institutions – les Corts, la Généralité –, sans que des représentants du pouvoir monarchique résident sur place, exercent directement une influence. Ce contexte nouveau, de plus, intervient alors que les réseaux académiques prenaient leur essor où les natifs du Roussillon s’insèreront comme naturellement. Une conjonction, voire le produit d’une conjoncture favorable. C’est ce à quoi il convient de réfléchir sans se laisser déborder par un déterminisme inopportun.

Une province pacifiée

Un siècle de paix

4La paix dont jouit le Roussillon entre la fin du règne de Louis XIV et 1789 constitue une nouveauté majeure pour la province. Les Comtés, devenus province du Roussillon, avaient supporté directement ou indirectement la guerre près de trois siècles durant : le financement des expéditions catalano-aragonaises au xve siècle dont ils tirèrent parti néanmoins grâce aux marchés qu’elles lui ouvrirent, l’occupation française entre 1463 et 1493, les guerres entre les Habsbourg et le royaume de France où la forteresse de Salses et Perpignan furent l’objet d’attaques répétées. Jamais les troupes espagnoles ne pénétrèrent durablement en France, sinon en Fenouillèdes pour des raids dévastateurs. Les Comtés, par contre, supportèrent l’essentiel du poids de la guerre dans le secteur car les troupes françaises ne dépassèrent guère les Pyrénées jusqu’au conflit ouvert en 1635. On l’aperçoit bien après le traité des Pyrénées : périodiquement, les effectifs des troupes stationnées dans la province égalent presque le chiffre total de la population. Certes, avec la réorganisation de l’armée par Lionne puis Louvois, l’encadrement des soldats s’améliora, les exactions diminuèrent, l’approvisionnement des troupes fut mieux assuré. L’attitude très réservée de la population à l’égard des troupes venait aussi de ce que nombre de soldats recrutés hors des frontières du royaume étaient suspects de protestantisme. La génération parvenue à l’âge adulte au cours de la décennie 1730-1739 fut la première depuis la fin du xve siècle à ne pas avoir connu la guerre.

  • 2 G. Larguier, « Le canal du Languedoc en Roussillon. Projets et débuts de réalisation, xviie-xviiie(...)

5Au début de cette même décennie la composition des troupes stationnées dans la province se modifia également : des soldats de milice, mieux supportés par la population, remplacèrent partiellement les régiments étrangers. L’image du soldat prédateur commença à s’estomper. Plus important sur le plan symbolique, bien que d’impact moins sensible dans la population : les officiers se firent éducateurs par le biais des loges militaires en contribuant à diffuser la franc-maçonnerie. Le commandant en chef de la province, le maréchal de Mailly, rompant avec une politique séculaire, encouragea même la construction d’une route entre la France et l’Espagne passant par le col du Perthus avec la participation aux travaux de militaires français et espagnols qui travailleraient de concert2. Le commandant en chef contribuera fortement à modifier l’image du soldat qui, d’homme de guerre, se transformait en homme de paix plus soucieux de construction que d’occupation et de destruction.

  • 3 G. Larguier, « Les Lumières dans la ville », L’Université de Perpignan au xviiie siècle, J. Sagnes(...)

6Mars quitte le Roussillon. Le pouvoir royal, relayé par ses agents sur place, insistera sur ce thème : la paix avec le royaume voisin se double de la paix à l’intérieur de la province qui avait souffert du bandolérisme comme le reste de la Catalogne à la fin du xvie et au cours de la première moitié du xviie siècle. La construction d’un nouveau bâtiment pour l’université décidée en 1759 à l’occasion du centenaire du traité des Pyrénées en constitua un moment fort : paix, éducation, vont de pair avec une attention portée aux talents de la province auxquels on assurait la reconnaissance du royaume. Ces thèmes, associés à la célébration de la monarchie, seront repris avec insistance jusqu’en 17893. La paix aussi, on le souligne peu, avait favorisé une récupération démographique. La Catalogne avait souffert d’une chute sévère de sa population au xvie et au xviie siècle.

7Le Principat et les Comtés additionnés dépassaient à peine 400 000 habitants dans la première moitié du xviie siècle, ce qui n’avait pas été sans influence sur le choix fait par les autorités catalanes de se placer sous la protection de Louis XIII. Le recul des épidémies, la fin des destructions, avaient ouvert la voie à un redressement durable. À la veille de la Révolution, le Roussillon comptait deux fois plus d’habitants qu’au milieu du xviie siècle. Doublement – on observe à peu près l’équivalent de l’autre côté de la frontière – qui n’alla pas sans modifier sensiblement la répartition de la population : la Cerdagne, le Vallespir, le Conflent, progressent peu, la plaine qui accueillait précédemment la majeure partie des migrants, bénéficiant des gains les plus substantiels.

Mise en place d’une administration

  • 4 ID., « Perpignan ville de commerce et de finance, xiiie-xviiie siècle », Perpignan une et pluriell (...)

8Une autre nouveauté, peu goûtée au début, fut l’installation d’une administration royale à Perpignan. La province, avant 1659, n’entretenait que des relations distantes avec le vice-roi de Catalogne, plus lointaines encore avec Madrid. Passée la période initiale d’observation où son sort resta incertain – servirait-elle de monnaie d’échange contre des territoires au nord du royaume ? – ce fut moins le nombre des représentants du pouvoir qui compta que les relations directes entretenues avec les bureaux de Versailles, les méthodes d’administration mises en œuvre, les travaux publics entrepris, les initiatives en matière sociale, etc. Les ingénieurs militaires introduisirent une manière nouvelle d’aborder le territoire, le directeur du Domaine, le receveur des Fermes, furent dans leurs fonctions en contact permanent avec les agents de change, les banquiers de Montpellier, de Marseille, de Lyon, des places européennes4.

9La majorité sinon la totalité des agents du pouvoir pourvus des principales responsabilités n’étaient pas natifs de la province. Le Conseil souverain, au contraire, se recrutait majoritairement dans des familles catalanes qui avaient choisi le camp français avant 1659, s’étaient employées à conserver leurs charges même si la vénalité n’avait pas cours en Roussillon, avaient cultivé leurs relations avec ceux qui détenaient une influence dans et hors de la province. Les gouverneurs du Roussillon, les Noailles, se feront constamment un point d’honneur de protéger, de patronner, de recevoir à Paris et à Saint-Germain-en-Laye tous les gens du Roussillon, depuis le viguier de Cerdagne qui entendait n’avoir de rapport qu’avec eux, les nobles, jusqu’aux jeunes gens prometteurs envoyés se former à Paris.

10Ceci concerne directement une partie infime de la population de la province, domiciliée à Perpignan principalement. Le changement n’en est pas moins radical. La question est l’objet de discussions encore et ne peut être définitivement tranchée car il convient probablement de se défier de la documentation à disposition, issue pour l’essentiel du pouvoir monarchique, de ses agents, des cercles qui lui étaient les plus favorables. À partir de la Régence néanmoins, de la décennie 1730-1739 plus encore, une stabilité remarquable jointe à une qualité certaine caractérise l’administration en Roussillon – Orry et Bertin ne furent-ils pas intendants en Roussillon ? Le maréchal de Mailly, personnalité parfois encombrante mais efficace, exercera une influence déterminante dans tous les secteurs de la vie publique pendant près de quatre décennies ; une longévité exceptionnelle qui va de pair avec celle des gouverneurs – deux seulement au cours du siècle : les ducs de Noailles Adrien Maurice (1678-1766) et Louis (1713-1793) –, représentative de la stabilité dont jouit la province au xviiie siècle.

Des communications améliorées

  • 5 ID., « Le canal du Languedoc en Roussillon... », art. cit. La partie creusée est figurée sur la ca (...)
  • 6 ID., p. 189.

11L’amélioration des communications en Roussillon constitue également une nouveauté majeure. Elles étaient médiocres, traditionnellement. C’était le lot des régions de frontières : de bonnes routes, des ponts sur les rivières, auraient facilité l’avance des troupes ennemies, de l’artillerie. Des projets avaient été échafaudés, ainsi le creusement d’un canal entre le port de La Nouvelle et Perpignan, branche la plus méridionale de circonvolution du golfe du Lion destinée principalement au ravitaillement des troupes dont l’exécution fut partiellement réalisée5. Un autre projet vit le jour au début de la décennie 1720 – un canal à nouveau –, mais à des fins exclusivement civiles. Un religieux carme de Paris proposa le creusement d’un canal reliant La Nouvelle au Roussillon. Le frère Pons, manifestement, n’avait plus que de lointains souvenirs de sa province natale : il imaginait pouvoir faire passer une branche de son canal à travers les Corbières ! Il s’agita beaucoup néanmoins, forma une société constituée de personnalités bien introduites à Paris et à la Cour, intéressa beaucoup de monde en Roussillon : le Conseil de ville de Perpignan, le corps des négociants, marchands droguistes et marchands de draps, la noblesse, le commandant en chef de la province6. Les arguments avancés en faveur du projet associaient l’établissement d’un port à Canet, la liaison étroite du Roussillon au Fenouillèdes, aux Corbières, au Languedoc. Ils inquiétèrent fortement les Languedociens, les diocésains de Agde et de Montpellier en particulier, qui craignirent l’extension des superficies plantées en vigne, une concurrence préjudiciable, l’affaiblissement de la position de Sète. Le canal ne se fera pas.

12Des discussions qu’il suscita, il faut retenir le désir des gens de la province de faciliter le déplacement des personnes et du courrier grâce à une barque de poste, l’exportation de produits pondéreux, la réflexion présentée non plus en termes d’objectifs militaires mais de développement économique.

  • 7 Carrère insiste sur cet aspect dans le Voyage pittoresque... : le col du Perthus « était presque i (...)

13En employant le langage contemporain on pourrait parler de tentative de « désenclavement ». Il viendra de la route. Le Roussillon bénéficiera puissamment du programme routier financé par les États de Languedoc, bien avancé déjà au milieu du xviiie siècle. Le Roussillon, resté sous l’emprise des militaires, dépourvu d’une assemblée provinciale qui put donner une impulsion, restait en retard. Machault d’Arnouville en 1749 nomma dans la province des ingénieurs des Ponts et Chaussées, s’occupa du financement des travaux publics. Son initiative est à mettre en relation avec les travaux réalisés de l’autre côté de la frontière. Comparée aux projets de la fin du xviie siècle, la perspective se modifiait radicalement. Il ne s’agissait plus de véhiculer des troupes, des munitions, des provisions, d’éviter les dangers de la mer, mais de faciliter le passage et le commerce entre les deux royaumes. Des ponts seront construits au dessus de l’Agly, le premier fleuve rencontré en venant du Languedoc ; la route du col du Perthus sera considérablement améliorée7. Dès le milieu du siècle, la poste joua un rôle essentiel en direction de l’Espagne et de la France jusqu’à Narbonne où s’effectuait une rupture de charge vers Toulouse, Montpellier et au-delà. Par là passaient les marchandises les plus diverses : des cadeaux, des livres, des journaux, des sacs d’espèces monnayées, des effets de commerce, etc.

  • 8 A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, traduction H. Sée, Paris 1931, t. 1, p. 123. Le (...)

14L’agronome anglais Arthur Young, grand voyageur qui avait parcouru l’Italie et l’Espagne, souvent critique à l’égard du coût et de la magnificence inutile des routes du royaume, fut frappé en redescendant de la Junquera le 21 juillet 1787 par la qualité des routes du Roussillon. Presque à son corps défendant elles l’amenaient à penser « qu’il n’y a qu’une cause toute puissante qui stimule l’humanité, et c’est le gouvernement »8.

Les Lumières en Roussillon : volonté, moyen, ou nécessité ?

15En raison de facteurs qui lui sont en grande partie étrangers, la position de la nouvelle province du Roussillon par rapport aux royaumes d’Espagne et de France se modifie ainsi radicalement. Le sujet majeur qui avait mobilisé les Comtés et le Principat au cours de la première moitié du xviie siècle – le respect de ses privilèges et constitutions face aux empiètements de Madrid – avait été tranché doublement : par le traité des Pyrénées, par les décrets de Nova Planta à l’issue de la guerre de Succession d’Espagne. Faut-il penser qu’une génération n’eut d’autre alternative que de porter son regard hors de la province, ce à quoi elle fut incitée ?

Curiosités personnelles

  • 9 Cf. les communications de Caroline Lentz et de Céline Sala.
  • 10 1 J 53. Il s’agit de La Nouvelle Maison rustique ou économie générale de tous les biens de campagn (...)
  • 11 1750-1757, 5 vol. , 2e éd. augmentée, 1753-1761, 6 vol. 
  • 12 Ibid., V, 1757, p. 249-250 ; Duhamel du Monceau y fait part des courriers reçus en 1755-1756.
  • 13 Ibid., VI (1761), p. 17, 404, 456, 488.
  • 14 1762, 2 t., p. 224-225.
  • 15 Arch. dép. Hérault, C 2949, G. Larguier (dir.), La terre et les paysans en France et en Grande-Bre (...)

16Il convient, d’abord, de faire la part des curiosités personnelles. On les perçoit par le biais de la fréquentation des librairies de la ville et des commandes de livres9. Certaines venaient de nécessités professionnelles, ainsi pour les professeurs de médecine de l’université. D’autres témoignent de l’attention portée à ce qui se faisait hors du Roussillon. On l’aperçoit dans le domaine agricole. Le libraire Lecomte avait en rayon La Nouvelle Maison rustique, preuve qu’une clientèle existait pour ce type d’ouvrage100. Le Traité de la culture des terres suivant les principes de M. Tull, Anglois de Duhamel du Monceau dont la publication débute en 175011, intéressa beaucoup en Roussillon. Le marquis de Blanes qui faisait office de chef de la noblesse de la province se manifesta le premier auprès de Duhamel du Monceau pour lui dire qu’il embrassait la nouvelle culture12. Lecteur attentif de l’ouvrage, le baron de Sournia, un des introducteurs de la franc-maçonnerie en Roussillon, se livra immédiatement à une série d’expériences sur le fumier de pigeon, les moyens de prévenir la nielle et le charbon, la conservation des grains13. Duhamel du Monceau le cite également dans ses Eléments d’Agriculture à propos de la préparation des terres14. Le baron s’intéressait aussi aux instruments agricoles. Son nom figure, en 1761 également, avec ceux du baron de Cabreins et de madame de Mailly, parmi les premiers acquéreurs du semoir à bras que l’abbé Soumille fertile inventeur de systèmes mécaniques venait de faire approuver par les États de Languedoc15. Ces initiatives furent-elles suivies d’effet ?

17On ne sait rien de l’emploi du semoir, de la manière dont il fut perçu localement. Son prix – 72 livres – ne le rendait guère attractif étant donné les structures foncières du Roussillon où l’on comptait peu de grandes exploitations. Ceci témoigne des informations dont disposait la noblesse par le livre, par l’administration provinciale voisine.

  • 16 Abbé Marcé, Essai sur la manière de recueillir les denrées de la province de Roussillon, Perpignan (...)

18Son intérêt pour tout ce qui touchait l’agriculture est contemporain de la fondation de la Société d’Agriculture de Bretagne, la première du royaume. L’établissement d’une Société par l’intendant Saint Sauveur en 1779 n’interviendra pas dans une province encore à éveiller aux innovations agricoles. Arthur Young, traversant le Roussillon, sera frappé par la présence de prairies artificielles, caractère discriminant à ses yeux de l’agriculture évoluée. Voyageur pressé, l’agronome anglais ignorait qu’on y était attentif depuis longtemps aux fourrages en raison, notamment, des nombreuses montures à entretenir pour l’armée. Il n’est pas étonnant cependant qu’un ecclésiastique, curé de Corneilla-la-Rivière, lecteur occasionnel de l’Encyclopédie, intéressé par tout ce qui touchait à l’agriculture car il avait été un des premiers à participer aux concours lancé par la Société d’Agriculture de la province, se soit essayé à rédiger un ouvrage sur l’ agriculture. Lui aussi connaissait bien les ouvrages de Duhamel du Monceau et de La Quintinie16.

  • 17 Cf. les contributions de Céline Sala et de Caroline Lentz.
  • 18 Arch. dép. Hérault, C 2805.

19Glanes dans un seul domaine, limités à une poignée d’individus, qui témoignent néanmoins de lectures, d’un attrait pour les nouveautés, d’un goût pour l’expérimentation. Il est certain, lorsqu’on voit le stock d’ouvrages en rayon et la fréquentation du cabinet de lecture du libraire Lecomte à partir de 174417, qu’on lisait davantage à Perpignan que dans la ville la plus proche, d’importance équivalente, Narbonne. À une demande d’information, le subdélégué répondait en 1730 : « à l’égard de la librairie [le sieur Besse] n’en fait point commerce, crainte que les livres qu’il acheteroit ne vinssent à pourrir dans sa boutique faute de trouver à les vendre »18.

Réseaux académiques et reconnaissance

20L’exemple de la culture des terres permet de distinguer les étapes et les modalités de l’ouverture vers l’extérieur. Le marquis de Blanes, lorsqu’il intervient au nom de la noblesse en faveur du canal du frère Pons, appuyait une initiative commandée depuis Paris, même si elle venait d’un naturel de la province. La lecture du Traité de Duhamel du Monceau nécessitait une démarche personnelle, de même que le passage à l’expérimentation puis l’acquisition d’un engin nouveau. On aperçoit là comment se diffusa l’innovation dans le domaine agricole, plus profondément une des raisons principales de l’ouverture du Roussillon aux Lumières. Elle ne résultait pas de la médiation d’un grand, ni d’une relation de dépendance directe ou indirecte à l’égard du pouvoir royal. Se manifester, voir son intervention retenue, imprimée dans un ouvrage destiné à une large diffusion, valait reconnaissance. Celle-ci est certainement un des ressorts principaux des correspondances avec des représentants éminents de disciplines scientifiques en plein essor, de l’entrée dans des réseaux académiques, de l’attrait exercé par de nouvelles formes d’association. Un des propos les plus éclairants à cet égard est la réflexion souvent citée de l’avocat général du Conseil souverain Jean Noguer faite à un de ses amis académicien lyonnais : « Depuis l’annexion [...] nous nous sommes éclairés un peu, ... nous lisons beaucoup, et depuis vingt ans les Lumières et la raison ont fait des progrès parmi nous » (1784). Les relations entretenues avec les hommes de sciences et les réseaux académiques concernent une poignée d’individus, professeurs de l’université, membres du Conseil souverain. Leur importance n’est pas secondaire car elles contribuaient à dissiper un sentiment d’éloignement voire d’infériorité issu de la position périphérique de la province.

  • 19 R. Sala, « Les Xaupi, une famille de Catalans francisés », Bulletin SASL, 1997, p. 173-181.

21Par delà les personnalités, les décennies également, car il convient de se placer dans une perspective d’accumulation, il serait souhaitable d’apprécier dans le détail la nature et les modalités des échanges humains et intellectuels entretenus par la province et le royaume. Ils avaient toujours été soutenus, orientés pour les hommes et les marchandises essentiellement dans le sens nord-sud, s’étaient traduits par l’établissement de bergers, d’hommes de bras, d’artisans, de boutiquiers. Après le traité des Pyrénées, la guerre de Succession d’Espagne, ils se font plus complexes, ne cessent pas avec le sud des Pyrénées, le recours aux artistes du Principat pour la construction des retables le montre. Des Roussillonnais « montent » et réussissent à Paris par contre. Quelques uns sont bien connus : le peintre Rigaud déjà, le chanoine Josep Xaupi, doyen de la faculté de théologie de Paris, fils d’un médecin recteur de l’université en 1691 qui avait envoyé en 1718 à l’Académie des Sciences de Paris un rapport sur les coquillages fossiles de Néfiach19, le médecin Jean Baptiste François Carrère installé dans la capitale depuis 1774, suffisamment bien introduit pour publier chez Le Breton, l’éditeur de l’Encyclopédie, etc.

  • 20 Cf. la contribution de Fabrice Charton.
  • 21 Y. Laissus, « Le Jardin du Roi », Enseignement et diffusion des sciences en France au xviiie siècl (...)

22Présence prolongée, encouragée même par la possibilité donnée aux talents prometteurs de compléter leur formation comme Louis-Michel Costa-Seradeil et Joseph-François Anglade venus étudier la botanique et la chimie en vue d’occuper des chaires que l’on envisageait de créer à l’université. Par eux on entrevoit une filiation qui renvoie au Languedoc et au Jardin du Roi. Ce dernier, ouvert en 1640, venait après celui de Montpellier créé en 1593. Immédiatement novateur avec ses trois enseignements d’anatomie, de botanique et de chimie, en bute d’abord à l’hostilité de la Faculté de Médecine de Paris, il s’était orienté résolument depuis la fin du xviie siècle vers l’étude de l’histoire naturelle. D’où ses liens particulièrement étroits avec Montpellier, les Jussieu, les encouragements donnés aux campagnes de prospection dans les pays lointains auquel Barrère participa, le recrutement de savants de haute volée comme Joseph Pitton de Tournefort dont Barrère se réclame20, la transformation du « droguier » en « Cabinet d’histoire naturelle » en 172921. On comprend mieux le désir de Barrère d’en créer un à Perpignan – reconnaissance à la fois de sa formation montpelliéraine et manifestation de ses liens avec le Jardin du Roi –, l’établissement ultérieurement d’un jardin et d’un cabinet associés à l’université rénovée en 1759. Avec ces deux jeunes gens se consolideraient dans une université provinciale des disciplines cultivées d’abord dans un jardin de province, puis à Paris hors de l’université. On peut être sûr que ces longs séjours ont marqué profondément ceux qui en ont bénéficié.

  • 22 1 C 1313 : ouvrages d’anatomie et de chirurgie du Danois Winslow, de l’Anglais Allen, de l’Italien (...)
  • 23 La Nouvelle relation de la France équinoxiale fait l’objet d’une traduction en anglais, le Manuel (...)

23L’éventail des livres qui circulaient à Perpignan s’était considérablement élargi depuis le début du second tiers du siècle également ; l’inventaire réalisé en 1743 des ouvrages détenus par les libraires de la ville le montre. En médecine, pour se limiter à un seul domaine, figuraient de nombreux ouvrages d’auteurs étrangers, des pays du nord plus particulièrement, indice sûr des lieux d’où provenaient les nouveautés22. Nombre d’ouvrages écrits par des médecins de la province feront ultérieurement l’objet de traductions en langue étrangère, autre forme de notoriété et de reconnaissance23.

Médiation ou instrumentalisation ?

24Avec les livres, lus ou écrits, présents sur les rayonnages des libraires, voire les déplacements à caractère scientifique qu’ils fussent d’exploration ou de formation, on demeure dans le registre de la production intellectuelle et de la circulation d’idées guère perceptibles pour la quasi totalité de la population. La province du Roussillon, par ailleurs, fut l’objet d’un véritable investissement à vocation culturelle qui embrasse les domaines les plus divers : encouragement de loges maçonniques, création d’une salle de spectacle dans la Loge de Mer, organisation de spectacles à la Miséricorde, rénovation de l’université marquée par l’établissement d’une bibliothèque publique qui recevrait tous les ouvrages imprimés au Louvre, fondation de huit prix, deux pour chaque faculté de l’université, une médaille d’or pour le premier prix, une d’argent pour le second, destinés à distinguer les étudiants les plus méritants, ouverture d’un jardin public sur les remparts, etc.

25Une action persévérante fut conduite, à l’évidence radicalement neuve pour la province car jamais un pouvoir monarchique n’avait joué précédemment un rôle comparable, impossible d’ailleurs en raison de la position de la Catalogne dans le règne d’Espagne.

26Si l’on perçoit assez bien les réalisations ainsi que son principal animateur dans la province à partir du milieu du siècle, on saisit moins bien qui en fut l’inspirateur. S’agit-il d’ailleurs d’une politique mûrement réfléchie, méthodiquement mise en œuvre ? Sur le tard, on ne compte pas les marques d’attention données aux gens du Roussillon par le gouverneur de la province, par les proches conseillers du souverain : le chancelier Maupeou fut ainsi très empressé auprès de l’avocat Jaume. Mais au début ? Notons la conjonction suivante : les mesures de régularisation et d’apurement du passé se multiplient au cours de la décennie 1730-1739 : règlement de la question jusque-là pendante des confiscations opérées lors des guerres précédentes, politique de mise ordre fiscale et financière dont Jallais successeur à l’Intendance de Orry avait été chargé. L’attention portée aux élites constitua-t-elle un accompagnement – voire une contrepartie – à cette réduction aux normes appliquée ailleurs ? L’attitude du pouvoir sera constante en ce sens. Ce sera une des intentions de la création de l’Académie des Haras par le maréchal de Mailly : donner une formation aux jeunes nobles afin de les préparer au service, synonyme d’éloignement de leur province d’origine.

  • 24 À cet égard voir les listes des français établis dans la province : J. Peytavi Deixona : Catalans (...)
  • 25 C. Sala, Franc-maçonnerie et sociabilité en pays catalan au siècle des Lumières : un particularism (...)

27Les conditions étaient plus favorables pour entreprendre une politique de séduction. Les structures de l’immigration « française », toujours aussi vigoureuse24, s’étaient modifiées avec l’arrivée de négociants de plus grande envergure, d’individus appelés à des fonctions d’encadrement depuis le subdélégué de l’intendant jusqu’aux employés des Fermes. Ils constituaient un appui non négligeable, d’autant qu’il était possible de compter sur la noblesse restée dans la province, sur les membres du Conseil souverain, leurs réseaux de relations et d’influence. Le vent nouveau issu du centre du royaume pénétra-t-il d’autant mieux qu’il ne se heurtait plus à l’obstacle de l’Inquisition que Louis XIV avait laissé dépérir ? On sait le frein qu’elle représenta en Espagne pour l’Illustració. C’est toute la question des idées nouvelles qui ne pouvaient être véhiculées que par une langue de large communication –le français en l’occurrence – et des nouvelles formes de sociabilité au premier rang desquelles se trouve la franc-maçonnerie. Les loges furent précoces et nombreuses à Perpignan par rapport au nombre de ses habitants, surtout si l’on tient compte des loges militaires25. Ce succès releva-t-il du hasard, du simple attrait de la nouveauté facilité par la disparition de l’Inquisition, ou d’une instrumentalisation ?

  • 26 Son frère Philippe également, A. Le Bihan, Francs-maçons et ateliers parisiens de la Grande Loge d (...)

28Il n’est pas facile d’apporter une réponse nette. Bornons nous à quelques remarques. La Franc-maçonnerie était dans les limbes lorsque se manifestèrent les premiers signes d’ouverture en Roussillon. Elle ne put être initialement un instrument de conquête des élites dans la province. La condamnation de l’Art royal par le pape n’empêcha pas son succès ultérieur en Roussillon réputé pour être ultramontain. Les loges vinrent-elles à point nommé pour offrir un moyen de pénétration de la société tout en donnant aux individus la distinction à laquelle ils aspiraient ? Le duc Louis de Noailles avait été précocement initié26. Le principal propagateur de l’Art royal sur place en Roussillon fut le maréchal de Mailly, si bien que les réalisations les plus visibles comme le bâtiment de l’université et Port-Vendres furent d’inspiration française et maçonnique à la fois.

Limites

29Tout se passe comme si une répartition des tâches avait existé. Dans la province, les célébrations publiques, les Te Deum à l’unisson de toutes les communautés du royaume lors des succès des armes françaises et des événements heureux de la famille royale, la médiation et les réalisations publiques ou privées qui visaient le même but du commandant en chef ; à Paris, l’accueil et la sollicitude du gouverneur aux natifs de la province ; à Versailles, les entrevues accordées par le roi ou les ministres. Peu de provinces, si l’on tient compte de la taille réduite du Roussillon, de la présence d’une seule ville, ont entretenu directement ou indirectement au xviiie siècle des liens aussi étroits avec le pouvoir royal. Pour aussi neuf qu’ait été ce traitement comparé à la défiance installée au cours de la première moitié du xviie siècle avec Madrid qui avait entraîné un changement volontaire de souveraineté en pleine guerre, il ne faut pas en surévaluer les effets. Toutes les couches de la population ne furent pas touchées également, ni tous les secteurs de la province.

Une ouverture inéluctable ?

  • 27 G. Larguier, « Les échanges franco-catalans à la fin du xvie et dans la première moitié du xviie s (...)

30Les signes d’ouverture identifiables qu’il serait facile de multiplier, notamment sur le plan économique, constituent-ils une preuve ? L’ouverture n’était-elle pas inéluctable, Lumières ou pas ? Les conditions dans lesquelles elle s’effectua comptent néanmoins autant que son ampleur. Le rattachement du Roussillon à la France l’a indiscutablement accéléré en lui conférant des caractères originaux. La province sortait de plusieurs décennies particulièrement difficiles. On a beaucoup parlé de déclin pour le xvie et le xviie siècle, sans l’étudier sérieusement. La guerre, la présence de troupes nombreuses, le déplacement de la frontière sur la ligne de crête des Pyrénées, avaient porté un coup sérieux à la fonction de transit du Roussillon. Mais il rivalisait avantageusement avec le Languedoc sur le plan des techniques financières27. Une fois les troubles passés, ce qui l’handicapa le plus, découragea les fabrications excepté celles à vocation locale, fut le coût du travail, structurellement plus élevé que dans une bonne partie du Languedoc, le pays de Foix, le Comminges voisins. Ce facteur explique pour une part l’attraction exercée sur les travailleurs, les trafiquants de tous calibres. La proportion des boutiquiers par rapport aux métiers de production et de transformation y est étonnamment élevée. Le Roussillon jouirait ainsi d’une consommation élevée favorable à l’introduction de produits nouveaux.

31D’autres facteurs ont pu intervenir, plus circonstanciels, mais non dépourvus d’effets sur la capacité à consommer au début du xviiie siècle comme l’effondrement du système de Law, en raison du système de crédit public et privé. Les ventes « à pacte de rachat » totales ou partielles des biens immeubles étaient de pratique courante comme les rentes constituées. On s’en libérait en principe si l’on parvenait à rembourser le capital quelle que fut la date de l’engagement. Le papier qui circula, signe patent d’intégration de la province dans le royaume ou au moins d’opportunité des plus habiles, servit à un désendettement massif dont pâtirent les ordres religieux, les communautés de prêtres, les hôpitaux, les confréries, la bourgeoisie citadine, la noblesse dans une moindre mesure. Les produits nouveaux se font sensiblement plus nombreux dans les boutiques alors comme le café, le chocolat, les tissus nouveaux, les mousselines bientôt. Un peu comme si s’étanchait une soif de consommation après deux générations d’incertitude. Le commerce local s’approvisionnait directement auprès de la Compagnie des Indes. Les nouveaux produits de consommation arrivaient en Roussillon par la route en provenance du Languedoc, par la mer depuis Marseille qui servait de centre de redistribution. Un fait est certain, attesté par les livres de comptes des négociants et les inventaires de boutique : les marchandises introduites provenaient presque exclusivement du royaume.

32Ouverture ou dépendance dans ce cas, quel est le terme adéquat ? Le phénomène n’était pas nouveau, pour les tissus notamment. C’est pourquoi nouvelles consommations ne signifie pas forcément adhésion aux idées nouvelles, d’autant que l’on manque encore d’informations suffisamment fines sur leur diffusion.

33Par contre, concernant la circulation des produits, on constate ceci : l’approvisionnement en livres s’effectuait principalement par la ligne de poste qui descendait la vallée du Rhône, reliait Montpellier à Narbonne ; les grands négociants qui pratiquaient la banque à Perpignan, dépassaient le cadre régional, travaillaient essentiellement avec des confrères, des agents de change, des banquiers de Montpellier, Marseille, Lyon, Paris ; les relations n’étaient pas aussi soutenues avec la partie occidentale du royaume. Une remarque analogue peut être faite à propos des relations maçonniques ou académiques d’autant mieux que livre, grand négoce par le biais des membres des premières loges, et relations de sociabilité ne peuvent se disjoindre.

Des conditions favorables au « vent de France »

34L’accueil fait aux Lumières en Roussillon s’explique aussi par d’autres facteurs dont il est plus difficile de mesurer l’influence exacte. Le premier, le plus déterminant peut-être, bien que le plus difficile à apprécier et à mettre en évidence, est la faiblesse relative des publications, des productions intellectuelles plus généralement, de la Catalogne au cours des deux premiers tiers du siècle comparé à la production de la première moitié du xviie siècle qui gonfle étonnamment autour de 1640 en raison de la guerre et des choix douloureux à faire. La première moitié du xviiie siècle, une fois la défaite représentée par l’issue de la guerre de Succession d’Espagne consommée, fait pâle figure. Les œuvres, rares, sont infiniment moins nombreuses et diverses que dans le royaume où se trouve désormais le Roussillon. Une analyse attentive des inventaires de bibliothèques le suggère. Des ouvrages en langue catalane y figurent, au même titre que des livres écrits en castillan, en italien, voire en anglais. Mais les œuvres possédées datent du xvie ou du xviie siècle, même dans les bibliothèques dont on peut être à peu près certain qu’elles ne proviennent pas d’héritages familiaux. Un phénomène de haute et de basse pression, en quelque sorte, s’installe : les Lumières, les idées et les connaissances nouvelles, viennent du nord, majoritairement en langue française, non du sud, de la patrie linguistique et institutionnelle car le doit privé resta régi jusqu’en 1789 dans la province essentiellement par les Constitutions de Catalogne.

  • 28 H. Lüthy, La banque protestante en France de la révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Pa (...)
  • 29 R. Sala, Dieu, le Roi, les Hommes. Perpignan et le Roussillon, 1580-1830, Canet-en-Roussillon, 199 (...)

35Le « vent de France », qui n’est pas seulement institutionnel ou le fruit d’un pouvoir coercitif comme il a été parfois affirmé sans examen approfondi, est alimenté aussi par des facteurs conjoncturels. Ainsi l’arrivée de marchands de plus grande envergure que précédemment, originaires principalement du Languedoc. On pourrait y voir un effet direct de l’annexion. Leur arrivée n’intervint cependant qu’à la fin du xviie siècle, pendant la guerre de Succession d’Espagne, voire plus tard. Elle est davantage la version roussillonnaise de la diaspora bien connue par ailleurs consécutive à la révocation de l’Édit de Nantes, à l’expansion des négociants languedociens qui acquiert une dimension européenne au xviiie siècle28. Le Roussillon, dans cette expansion, n’est qu’un satellite, un relais, via Perpignan, Mont-Louis, points de passage des piastres monnayées ou du papier commercial manié par la banque. Les Brouzet, les Durand, en sont de bons représentants. Leur originalité est de ne pas occuper des places de pouvoir, même s’ils n’en sont pas toujours loin : ils participent ainsi aux opérations qui fondent et accompagnent Port-Vendres, constituent une catégorie intermédiaire, neuve, entre les membres du Conseil souverain, autochtones d’abord, et les agents du pouvoir venus de l’extérieur. Classiquement, comme on l’observe ailleurs, ils nouent des alliances matrimoniales à la seconde ou à la troisième génération, font bénéficier leur parentèle de leurs relations, de leurs ouvertures. Ils ne seront pas les derniers à entrer dans les loges maçonniques. En sens inverse, la noblesse locale n’hésite pas à sortir de la province. Plusieurs nobles et non des moindres résident même temporairement à Paris comme le marquis d’Oms, le président de Copons qui espérait une charge de contrôleur des finances, d’autres encore qui ne manquaient pas de leur rendre visite29.

36Ce facteur externe s’additionne à un autre, particulier à la province. La société catalane, des Comtés encore davantage car plus éloignée de l’Aragon et de la Castille, n’avait jamais connu les type de réseaux de clientèle qui s’étaient formés dans le royaume de France avant le milieu du xviie siècle, structurés autour de Grands présents au Conseil royal, influents dans les provinces où ils disposaient de fidélités ramifiées. De même, la vénalité des offices comme le « service », notamment militaire, lui étaient étrangers. Les perturbations de l’annexion apaisées – elles se prolongent jusqu’à la fin du règne de Louis IV avec les guerres, des choix partisans et des confiscations –, la noblesse catalane restée jusque-là en retrait ne fut pas dans l’obligation d’entrer dans des clientèles, de faire allégeance à un homme ou à une maison, de se structurer hiérarchiquement pour exister. Les Lumières, la franc-maçonnerie, se présentèrent à point nommé pour qu’elle put participer sans se voir enserrée dans des liens de dépendance trop étroits. La fondation précoce de la première loge maçonnique et son recrutement exclusivement nobiliaire sont particulièrement frappants : s’offrait en quelque sorte une nouvelle forme de sociabilité plus compatible avec la société catalane absolument rétive aux relations de stricte dépendance à l’égard de tout pouvoir monarchique.

Perpignan et l’intérieur de la province

  • 30 J. Peytavi Deixona, op. cit.

37Ces constatations et remarques conduisent à s’interroger sur la pénétration éventuelle des Lumières et sur l’impact qu’elles purent avoir à terme, qu’on les appréhende à l’étage inférieur, banalement, comme une ouverture aux nouvelles consommations, ou plus précisément à une strate supérieure seulement accessible à des cercles plus restreints comme la découverte et l’appropriation d’un langage, de concepts, d’idées nouvelles : quels secteurs géographiques, quelles strates et catégories sociales furent-elles atteintes, superficiellement ou plus profondément. Beaucoup, voire tout reste à faire sur ce plan car c’est l’ensemble du territoire et de la société, dans tous ses ressorts, qu’il faut embrasser. La province du Roussillon en effet n’était pas un ensemble homogène, ne serait-ce qu’en raison de la configuration du relief et de la répartition de la population. Trois ensembles se distinguaient nettement : les villages situés sur les reliefs, les bourgades des vallées où se trouvaient les notaires, les communautés de prêtres, les artisans, la capitale de la province. Les activités, la structure sociale, les stimuli reçus y étaient radicalement différents. La composition de la population aussi. Les dénombrements du xviie siècle ou antérieurs montrent que les migrants s’étaient établis principalement dans les localités de la plaine et à Perpignan30, les mêmes secteurs à peu de choses près où s’installent les nouveaux venus au xviiie siècle. L’investissement du pouvoir royal, traditionnellement dirigé dans le royaume vers les villes dotées d’institutions représentatives et de cours souveraines, accentua cet état de fait. Les édifices construits, les projets échafaudés ou partiellement réalisés, le donnent clairement à voir : l’effort du pouvoir concerna d’abord la ville, la côte, la liaison routière principale entre le Languedoc et l’Espagne. Les Lumières en Roussillon, en ce sens, seraient aussi à comprendre comme un investissement citadin encouragé par le pouvoir qui en espérait un effet d’entraînement, au moins au niveau des élites.

38La fondation des loges maçonniques, la présentation de spectacles neufs dans leur forme et leur contenu, l’impulsion nouvelle donnée à l’université à partir de 1759, étaient de nature à accentuer l’écart entre la tête de la province, la plaine en train d’accroître son poids démographique, et l’intérieur. Les nouveaux modèles culturels introduisaient en effet un retournement capital. Dans les Comtés, jusque-là, la ville ne s’était pas signalée par un rôle incitatif décisif. Au xviie siècle au contraire, la vague de fondation des confréries de piété présentes jusque dans les villages les plus modestes, la floraison remarquable des retables, étaient venues de l’intérieur, y compris après 1659, où l’on fit appel à des d’artistes issus majoritairement du Principat. Se fonder sur l’absence de villes en Roussillon en dehors de Perpignan, sur la segmentation du relief, sur l’échelonnement en profondeur des bourgades le long des principales artères du réseau hydrographique dont les plus importantes dépassaient à peine 1 000 habitants au milieu du xviiie siècle, serait probablement de mauvaise méthode cependant. Pour plusieurs raisons. Les relations entre Perpignan et les localités de l’intérieur avaient toujours été étroites. C’est là que se trouvaient les principaux créanciers auxquels deux fois par an il fallait payer les intérêts des rentes constituées ; les édiles municipaux, surtout depuis l’installation d’une administration, devaient se rendre fréquemment à Perpignan ; l’université constituait un passage obligé pour ceux qui espéraient se placer correctement dans l’Église ou la société laïque. Un autre facteur spécifique au Roussillon n’est pas à négliger. La qualité d’habitant de Perpignan procurait de remarquables avantages à ceux qui en jouissaient, notamment sur le plan fiscal. Il fallait pour être reçu disposer d’un logement, résider de temps à autre. Ceux qui bénéficiaient de ce privilège, comme naturellement, avaient leurs habitudes à Perpignan.

  • 31 J. Delmas, « Écrivains du Rouergue. Claude Peyrot, les belles lettres et les arts en Rouergue à la (...)
  • 32 J.-S. Pons, La littérature catalane au xviie et au xviiie siècle, Toulouse-Paris, 1929.

39L’éloignement, les difficultés de circulation, ressenties différemment alors, ne sont donc pas toujours un argument recevable : l’exemple du viguier Sicard de Cerdagne qui possédait une bibliothèque très bien fournie, celui des plus riches propriétaires des paroisses andorranes, le montre. Au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, à moins de cinquante lieues du Roussillon, le Rouergue considéré comme pauvre, mal desservi, jouissait également d’une ouverture remarquable sur tout ce qui se publiait et se produisait de neuf31. Même circonscrites territorialement, si les Lumières contribuaient à orienter vers le royaume, renforçaient l’emploi du français, langue de communication du monde savant, favorisaient de nouvelles formes d’association reliées à des réseaux extérieurs à la province, cela n’empêchait pas que les individus ouverts aux nouveaux modes de pensée ou proches des représentants du pouvoir royal conservent leurs habitudes antérieures : les nobles les plus en vue continuaient à participer à l’administration des fabriques, à désigner des prêtres aux bénéfices dont ils avaient la collation – chose fréquente en Roussillon. De même, on peut percevoir parallèlement une attention nouvelle portée à la langue du pays. Le juge du baillage de Perpignan, lieutenant de l’Amirauté et par ailleurs professeur de droit français à l’Université, écrit ainsi une tragédie mettant en scène des saints populaires. Joseph Jaume, avocat réputé qui avait fait le voyage de Paris et de Versailles, traduit en catalan des tragédies et écrit des cantiques32. Le fossé entre les milieux qui avaient accédé aux degrés supérieurs de la connaissance, été proches du pouvoir, eu des relations soutenues hors de la province, et la culture populaire, ne s’est pas creusé à un point tel qu’une perte de contact se soit produite. Après les découvertes, un retour aux sources ?

Conclusion

40La province du Roussillon, on le voit, offre un remarquable exemple pour observer les conditions, le processus et l’étendue de la pénétration des Lumières en province. Voici en effet, seul exemple à ce point dans le royaume, un territoire qui n’est qu’une fraction d’un ensemble plus vaste doué d’une personnalité affirmée. Tous le différenciait du règne où il entrait : la langue, les institutions, la relation au pouvoir monarchique, même si une minorité constituée de gens de haute volée choisit le camp français. La « révolution de 1640 » avait même conduit à exacerber les représentations identitaires et les sentiments religieux. L’annexion, trop récente, encore douloureusement ressentie, n’allait-elle pas constituer un obstacle insurmontable à toute ouverture ? La pénétration des Lumières ne peut s’y aborder comme dans le reste du royaume, dans des provinces intégrées depuis longtemps où l’on maîtrisait correctement le français.

41Or une ouverture indéniable s’effectue, à un rythme peu différent de ce que l’on observe ailleurs. Certes, il y a l’éloignement, le poids démographique modeste qui limitent les cercles susceptibles d’être atteints. La connexion s’établit deux décennies après la fin de la guerre de Succession d’Espagne, davantage par le canal d’initiatives personnelles que du pouvoir. Ce point est essentiel : l’ouverture venait autant de la société que de la mise en œuvre d’un programme mûrement réfléchi même si à partir de la décennie 1750-1759 la propagande monarchique cultive le thème de la paix procurée, de la protection du souverain attentif au bonheur de ses sujets. L’asthénie dont est victime le Principat, la disparition du frein qu’aurait pu constituer l’Inquisition, laissent le champ libre au « vent de France » auxquels sont sensibles les hommes de sciences d’abord, les juristes ensuite, la noblesse, les gens de négoce qui eux, majoritairement, n’étaient pas originaires de la province. Les réseaux qui s’offraient, académiques ou Art royal, neufs, séduisent : ils distinguaient, acculturaient, intégraient en dehors d’une allégeance étroite à l’égard du pouvoir monarchique, tout en laissant la possibilité de faire reconnaître ses mérites par le public. La présence d’une université à Perpignan fut déterminante. Il n’est pas étonnant que le premier bâtiment de style français et d’inspiration maçonnique tout à la fois construit à Perpignan ait été décidé pour elle en 1759.

42Plus qu’ailleurs, les Lumières en Roussillon furent une rencontre, la conjonction de facteurs favorables qui s’additionnèrent opportunément, contribuèrent par-delà des chicanes qui alimentèrent parfois la chronique à rapprocher des catégories sociales et des individus qui frayaient peu jusque-là, à préparer la formation d’élites nouvelles. Les ducs de Noailles et le maréchal de Mailly, complémentairement, ont beaucoup œuvré en ce sens. La Révolution, le bref instant d’unanimité passé, cassera net le mouvement car elle signifia un retour en force du pouvoir central, supprima des institutions comme l’université et le Conseil souverain qui avaient fourni des talents et contribué à constituer un capital intellectuel reconnu hors de la province.

Notes

1 Cf. la communication de Fabrice Charton.

2 G. Larguier, « Le canal du Languedoc en Roussillon. Projets et débuts de réalisation, xviie-xviiie siècles », Le canal du Midi et les voies navigables dans le Midi de la France, Bulletin SESA, 1998, p. 183-192 ; SHAT, Archives du Génie, art. 5, section 2, paragraphe 1, no 16, 16 avril 1764.

3 G. Larguier, « Les Lumières dans la ville », L’Université de Perpignan au xviiie siècle, J. Sagnes (dir.), Perpignan, 1996, p. 31-45.

4 ID., « Perpignan ville de commerce et de finance, xiiie-xviiie siècle », Perpignan une et plurielle, Perpignan, 2004, p. 103-114.

5 ID., « Le canal du Languedoc en Roussillon... », art. cit. La partie creusée est figurée sur la carte exécutée en 1718 par Roussel en vue de la « Carte générale des monts Pyrénées de 1730 ».

6 ID., p. 189.

7 Carrère insiste sur cet aspect dans le Voyage pittoresque... : le col du Perthus « était presque impraticable ; mais depuis environ trente ans il a été ouvert et on y construit des chemins magnifiques et commodes aux dépens des deux couronnes de France et d’Espagne » (p. 5) ; « depuis vingt ans, on a ouvert de très belles routes, on y a fait des chaussées, des ponts ; on veille avec soin à leur entretien et on aurait de la peine à en trouver de plus beaux dans le royaume. La communication du Roussillon avec le Languedoc et avec l’Espagne est aujourd’hui facile, elle se fait par un très beau chemin ; des routes particulières et belles traversent l’intérieur de la province, on les a déjà conduites du côté des montagnes, en Vallespir jusqu’à Arles et en Conflent jusqu’à Aulete (Olette) ; on les continue et dans peu de temps la communication sera aisée dans la province, même pour les voitures et les charrettes, dans les endroits où à peine un mulet pouvait passer » (p. 72).

8 A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, traduction H. Sée, Paris 1931, t. 1, p. 123. Le passage mériterait d’être entièrement reproduit : « Des routes misérables de la Catalogne, œuvre de la nature en quelque sorte, vous arrivez sur une splendide chaussée, faite avec la solidité et la magnificence qui distinguent les grands chemins de France. Au lieu de lits de torrents, vous avez des ponts bien bâtis ; d’une contrée sauvage, déserte et pauvre, nous nous trouvons transportés au milieu de la culture et du progrès [...] Le présent exemple est remarquable, car le Roussillon constitue en fait une partie de l’Espagne ; les habitants sont espagnols par la langue et les coutumes, mais ils dépendent d’un gouvernement français ».

9 Cf. les communications de Caroline Lentz et de Céline Sala.

10 1 J 53. Il s’agit de La Nouvelle Maison rustique ou économie générale de tous les biens de campagne, donnée ci-devant par le sieur Liger, dont la première édition date de 1721.

11 1750-1757, 5 vol. , 2e éd. augmentée, 1753-1761, 6 vol. 

12 Ibid., V, 1757, p. 249-250 ; Duhamel du Monceau y fait part des courriers reçus en 1755-1756.

13 Ibid., VI (1761), p. 17, 404, 456, 488.

14 1762, 2 t., p. 224-225.

15 Arch. dép. Hérault, C 2949, G. Larguier (dir.), La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne de 1600 à 1800, Paris, 1999, document no 93, p. 161-163.

16 Abbé Marcé, Essai sur la manière de recueillir les denrées de la province de Roussillon, Perpignan, 1785, p. 14, 41.

17 Cf. les contributions de Céline Sala et de Caroline Lentz.

18 Arch. dép. Hérault, C 2805.

19 R. Sala, « Les Xaupi, une famille de Catalans francisés », Bulletin SASL, 1997, p. 173-181.

20 Cf. la contribution de Fabrice Charton.

21 Y. Laissus, « Le Jardin du Roi », Enseignement et diffusion des sciences en France au xviiie siècle, R. Taton (dir.), Paris, 1964, p. 287-341.

22 1 C 1313 : ouvrages d’anatomie et de chirurgie du Danois Winslow, de l’Anglais Allen, de l’Italien Vercellone, du Hollandais Boerhaave, de l’Allemand Heister.

23 La Nouvelle relation de la France équinoxiale fait l’objet d’une traduction en anglais, le Manuel pour les services des Malades de J. B. F. Carrère publié pour la première fois en 1786 de traductions anglaise, italienne, allemande ; mais ce dernier résidait à Paris depuis 1774.

24 À cet égard voir les listes des français établis dans la province : J. Peytavi Deixona : Catalans i occitans a la Catalunya moderna (Comtats de Rosselló i Cerdanya, s. xvi-xvii), 2 vol. , Barcelone, 2005 : t. 1 : Llista dels « francesos » de 1542-1543, p. 319-413 ; t. 2 : Llista dels « francesos » de 1637, p. 159-429.

25 C. Sala, Franc-maçonnerie et sociabilité en pays catalan au siècle des Lumières : un particularisme de frontière, Perpignan, 2005.

26 Son frère Philippe également, A. Le Bihan, Francs-maçons et ateliers parisiens de la Grande Loge de France au xviiie siècle, Paris, 1973, p. 289.

27 G. Larguier, « Les échanges franco-catalans à la fin du xvie et dans la première moitié du xviie siècle », J.-M. Minovez et P. Poujade (éd.), Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées, xiiie-xixe siècle, Toulouse, 2005, p. 523-543 ; « Le crédit en Catalogne au xviie siècle : les foires de change de Perpignan, 1630-1651 », A. M., 2005, p. 347-361.

28 H. Lüthy, La banque protestante en France de la révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Paris, 1959-1961, 2 vol. 

29 R. Sala, Dieu, le Roi, les Hommes. Perpignan et le Roussillon, 1580-1830, Canet-en-Roussillon, 1996, p. 128-130.

30 J. Peytavi Deixona, op. cit.

31 J. Delmas, « Écrivains du Rouergue. Claude Peyrot, les belles lettres et les arts en Rouergue à la fin de l’Ancien Régime », Venance Dougados et son temps, André Chénier - Fabre d’Eglantine, S. Caucanas et R. Cazals (éd.), Carcassonne, 1995, p. 69-79

32 J.-S. Pons, La littérature catalane au xviie et au xviiie siècle, Toulouse-Paris, 1929.

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540