Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Penser les Lumières en Roussillon

Texte intégral

  • 1 G. Larguier, « De révoltes en ‘années admirables’ : les Comtés pendant la période moderne », dans (...)

1À l’automne 2004 une exposition sur les Lumières en Roussillon au xviiie siècle a été présentée dans les locaux des Archives départementales des Pyrénées-Orientales à Perpignan. L’occasion se présentait de tenter une réflexion sur le sujet, de proposer quelques résultats à partir de travaux récents ou en cours, de suggérer des pistes de recherche. La question des Lumières dans la province du Roussillon n’avait guère été abordée pour elle-même jusque-là. La complexité du sujet n’explique pas tout. L’aborder de front obligeait à penser les Lumières, ce qui s’est révélé difficile lorsque s’est construite l’histoire du Roussillon à partir du milieu du xixe siècle. Sur beaucoup de plans, les trois quarts de siècle qui s’écoulent entre la Régence et 1789 sont l’inverse du siècle précédent en effet : une paix durable s’installe après le Grand Règne, les troubles internes sous la forme d’émeutes, de révoltes ou de prises d’armes s’apaisent, le nombre des habitants augmente d’environ 50 %, ce qui est le taux le plus élevé de tout le royaume. 1789 concrétise ce cycle. Nombre d’idées mises en avant, de personnalités arrivées sur le devant de la scène, se retrouvent au premier plan. Mais la Révolution y mit un terme car reparurent des divisions internes affichées et la guerre1.

2Turbulences avant 1714, turbulences après 1789. En comparaison, le xviiie siècle paraît dépourvu d’aspérités, de faits saillants organisateurs. L’historiographie, d’abord attachée à l’établissement des faits, aux « événements », s’y trouvait peu à l’aise. Elle privilégia longtemps les rivalités entre États, les affrontements entre factions, les révoltes. Or entre ceux qui ont pour cadre le xviie siècle et la Révolution se trouve une solution de continuité d’autant plus surprenante au premier abord qu’elle est placée entre deux moments producteurs d’identité. La « révolution catalane », suscitée par l’intrication des conflits entre le pays catalan et Madrid, l’Espagne et la France, fut marquée par une recherche des origines, un effort pour donner corps à la correspondance entre un territoire, une foi, un patrimoine institutionnel, afin de justifier la rupture de la Généralité avec la monarchie castillane. Les voix ne furent pas complètement accordées, mais pour la première fois, les traits donnant forme et contenu à l’identité catalane furent clairement définis et explicités. Cette tension qualificatrice rappelle à nombre d’égards celle qui parcourut la France pendant la seconde moitié du xvie siècle avec Étienne Pasquier et ses Recherches sur la France, Jean Bodin, Charles Loyseau à ses débuts. Elle ne pouvait s’oublier, même après la partition du pays catalan à la suite du traité des Pyrénées. Martí Viladamor, l’exégète le plus radical, ne fut-il pas un des premiers membres du Conseil souverain du Roussillon ?

  • 2 M. Brunet, Le Roussillon, une société contre l’État (1780-1820), Canet-en-Roussillon, 1990, p. 31- (...)
  • 3 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, (...)
  • 4 Cf. les cartes des retables et des sociétés populaires dans J. Sagnes (dir.), Nouvelle histoire du (...)

3Les prémices de 1789 et les événements qui s’enchaînent à partir de la convocation des États généraux peuvent paraître étrangers à la province du Roussillon. Elle ne fut jamais à l’écart. Une assemblée provinciale se réunit à partir du mois d’octobre 1787. L’effervescence antérieure à la rédaction des cahiers de doléances et aux réunions des assemblées chargées d’élire les députés des trois ordres s’y manifesta. La noblesse réunie le 21 janvier adopta la position sur l’impôt arrêtée par la noblesse du Languedoc, accepta l’idée d’une contribution fiscale identique pour tous. Aucune différence sensible ne se remarque ensuite entre la province et les autres membres du royaume : le Roussillon, le département des Pyrénées-Orientales bientôt, formé par les vigueries du Roussillon-Vallespir, du Conflent-Capcir, de la Cerdagne, auxquelles on ajouta le Fenouillèdes, vécut au rythme des nouvelles de Paris. Les idées discutées, le vocabulaire employé, le déroulement du débat public, furent identiques, comme si le Roussillon apportait sans réticence sa contribution à la formation du « grand Tout national ». Les mouvements d’humeur, les violences même, comme l’attaque et le saccage des bureaux de la Ferme, de la Messagerie et du Domaine à Perpignan et à Prades à la fin du mois de juillet et au début du mois d’août2, empruntèrent les formes d’expression que l’on observe dans le reste de la France3. Plus significative encore est la fondation des sociétés populaires, à Perpignan d’abord, hors de la ville ensuite, dont le réseau évoque de manière troublante celui des confréries de piété et des retables aux xviie et xviiie siècles4, à la différence près néanmoins que l’impulsion et la diffusion des confréries et des retables vinrent de l’intérieur, des campagnes, alors que les sociétés populaires apparurent d’abord en ville.

4En forçant à peine le trait on pourrait qualifier ainsi le changement de position du Roussillon : d’une tension créatrice pour penser la distinction à un moment où le sort de la Catalogne se trouvait en balance à l’abandon de la différence, par littérale absorption sous le pression irrésistible d’un projet visant à dissoudre toute les différences.

5Comprendre comment cette mutation put intervenir sans susciter de fortes résistances est tout l’enjeu des Lumières en Roussillon. Dans un premier temps, la présence de l’armée fut voyante, pesante. L’administration, par contre, n’eut longtemps qu’un personnel restreint. La masse d’archives produites par l’armée, l’intendance, le Conseil souverain érigé en 1660, retient l’attention. Donne-t-elle une idée exacte de leur influence réelle ? Rien n’est moins sûr. Il n’y eut que très peu de suppressions, si ce n’est de l’Inquisition qu’on laissa dépérir. Sous la surface, tout continua à fonctionner comme précédemment : justices inférieures, corps de métiers, confréries de piété, chapitres, communautés de prêtres, corps municipaux, etc. Même ces derniers furent peu pénétrés, sauf à Perpignan. On dit vouloir encourager l’apprentissage du français. L’effort manqua de persévérance, de moyens, resta cantonné à la ville capitale. L’obligation de rédiger les actes publics en français prise quarante ans après l’annexion, qui a retenu l’attention, répond autant au souci de prévenir des contentieux pour les actes authentiques des notaires qu’à la volonté d’imposer le français, même si elle y contribuera fortement. C’était déjà le sens de l’ordonnance de Villers-Cotterêts.

6Une fois la stabilisation acquise, avec l’éloignement de la guerre, on n’assista pas à la mise en œuvre d’une politique déterminée visant à renforcer l’emprise du pouvoir sur la société ni à étendre la pratique du français. Des efforts pour plier la province au régime commun furent bien entrepris, ainsi sur le plan fiscal avec l’intendant Jallais à partir de 1730, mais l’usage du catalan écrit et parlé résista comme le montrent les testaments reçus par les prêtres des villages, les actes des communautés non destinés à l’intendance. La connaissance du français progresse après 1720. Faut-il y voir le résultat d’une politique de « francisation » ? Ce vocable, employé avec insistance, a focalisé l’attention sur la langue et le pouvoir, suggéré un dessein. Présentation unidirectionnelle des échanges qui a conduit à une vision réductrice des processus à l’œuvre, à une démobilisation de la recherche, à empêcher de penser les Lumières en Roussillon.

  • 5 J. Sagnes (dir.), L’université de Perpignan au xviiie siècle, Perpignan, 1996.
  • 6 A. Marcet-Juncosa, « L’université de Perpignan », leçon inaugurale de la rentrée solennelle de 198 (...)

7Pour cela il faut être attentif aux symptômes d’ouverture, observer où et comment ils se manifestèrent. Les premiers vinrent de l’université. L’ouvrage collectif publié en 1996 sous la direction de Jean Sagnes a confirmé la qualité des professeurs, tous natifs de la province5. On ne peut plus retenir l’idée de son déclin, illustration du déclin de la province6. Au contraire. Un vigoureux rétablissement se manifeste à partir de talents locaux qui s’illustrent dans des domaines peu cultivés jusque-là : la botanique, la médecine, la chimie bientôt. La construction du nouveau siège de l’université fut davantage le résultat de ce renouveau qu’un nouveau départ comme il a souvent été dit. Les Lumières n’auraient pu avoir de prise en Roussillon si des compétences et des énergies ne s’étaient pas manifestées durablement.

  • 7 C. Sala, Franc-maçonnerie et sociabilité en pays catalan au siècle des Lumières : un particularism (...)

8Que les professeurs regardent vers l’extérieur, par nécessité intellectuelle, par besoin de reconnaissance, cela peut se concevoir. Plus inattendue est l’audience rencontrée par la franc-maçonnerie dans la province qui fit de Perpignan, si l’on considère sa taille, une des villes qui compta le plus grand nombre de loges en France au xviiie siècle7. L’emprise d’une religiosité qualifiée d’« hispanique », la condamnation de l’Église, l’origine de l’Art royal, ne paraissaient guère prédisposer le Roussillon à l’accueillir favorablement. Ce ne fut pas le cas. Son introduction fut due d’ailleurs à des membres de la noblesse locale et les initiés ne purent ignorer que les principaux représentants du pouvoir, intendants, commandant en chef de la province, gouverneur, étaient eux-mêmes maçons.

9Ces deux exemples – on ne peut les développer ici – montrent des échanges actifs et diversifiés à l’intérieur de la province, entre elle et le reste du royaume. Les agents du pouvoir ne restèrent pas inactifs. L’aménagement d’une salle de spectacle dans la Loge de Mer répondit à une intention délibérée de montrer des œuvres françaises. Mais les spectacles rencontrèrent un public : une fraction non négligeable de la société, au moins à Perpignan, accueillit les Lumières – entendons par là des œuvres, des idées, une sensibilité nouvelles – dans une langue autre que l’idiome local. Sans l’abandonner. On eut davantage affaire alors à une addition, à un enrichissement, qu’à une substitution, à un retranchement, même si le fossé se creusa entre la majorité de la population qui entendait seulement le catalan et le petit nombre – des hommes surtout – capable de parler, d’écrire le français, de manier le latin, ce qui allait souvent de pair.

10S’arrêter à ces aspects serait rester à la surface néanmoins, manquer l’ampleur des processus à l’œuvre dans la société roussillonnaise tout au long du xviiie siècle. Le succès de la franc-maçonnerie le donne à voir. Les loges accueillirent des individus d’origines diverses – naturels du pays, nouveaux venus en Roussillon, militaires de passage –, de strates sociales, de formations différentes. Le travail qui s’y accomplit cultiva des pratiques, des idées, un langage communs. L’amalgame se consolida car des fils suivirent les traces de leurs pères, des alliances familiales unirent des initiés. Les Lumières en Roussillon ne sont pas seulement la lecture de tel ou tel livre, la proximité avec des puissants grâce à laquelle quelques individus réussirent de belles ascensions. Les ressorts les plus profonds de la société furent à l’œuvre. À quel degré et selon quelles modalités ? Beaucoup de travail reste à accomplir pour le savoir exactement.

11Le cas du Roussillon, province de puissante personnalité, aux marges du royaume, est exemplaire en effet pour les relations entretenues par une terre tardivement annexée avec la monarchie, le processus de pénétration des Lumières, les transformations de la société qui s’y produisirent. En moins de trois quarts de siècle. Les Lumières sont à penser autant comme révélateur et agent de transformation de la société que pour elles-mêmes.

Notes

1 G. Larguier, « De révoltes en ‘années admirables’ : les Comtés pendant la période moderne », dans L’Histoire à travers champs. Mélanges offerts à Jean Sagnes, Perpignan, 2002, p. 215-229.

2 M. Brunet, Le Roussillon, une société contre l’État (1780-1820), Canet-en-Roussillon, 1990, p. 31-32.

3 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, 2002.

4 Cf. les cartes des retables et des sociétés populaires dans J. Sagnes (dir.), Nouvelle histoire du Roussillon, Perpignan, 1999, p. 224 et 258.

5 J. Sagnes (dir.), L’université de Perpignan au xviiie siècle, Perpignan, 1996.

6 A. Marcet-Juncosa, « L’université de Perpignan », leçon inaugurale de la rentrée solennelle de 1989 (VIIe centenaire des universités de l’Académie de Montpellier), Du Roussillon et d’ailleurs. Images des temps modernes, Perpignan, 1993, p. 255-267.

7 C. Sala, Franc-maçonnerie et sociabilité en pays catalan au siècle des Lumières : un particularisme de frontière, Caneten-Roussillon, 2005.

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540