Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Un cahier de doléances du clergé du Roussillon inédit. Saint-Mathieu et les communautés de prêtres du diocèse d’Elne à la fin du xviiie siècle

Texte intégral

  • 1 E. Frenay, Cahiers de doléances de la province du Roussillon (1789), Perpignan, 1979 ; Ph. Torreil (...)

1On a toujours déploré que le cahier de doléances du clergé de la province du Roussillon rédigé en 1789 n’ait pas été conservé, lacune d’autant plus importante que l’on ignore à peu près tout des débats qui eurent lieu dans l’assemblée qui le rédigea. Une pièce essentielle manque pour connaître l’état de l’opinion en Roussillon au printemps 1789 même si cette conjonction fut rapidement dépassée, et savoir comment réagirent les ecclésiastiques face aux péripéties qui marquèrent l’élaboration du cahier du tiers état. Les représentants de Perpignan, on le sait, entrèrent en conflit avec les députés des vigueries et la noblesse tint à marquer dans son cahier le soutien qu’elle leur apportait1. La perte de ce cahier est d’autant plus dommageable qu’il y eut en Roussillon pour le clergé un processus comparable à celui des villes où les corporations assemblées les premières couchèrent par écrit leurs doléances puis désignèrent des députés qui les portèrent à l’assemblée de la ville où le cahier fut rédigé. Cette procédure peu employée dans le royaume souligne l’originalité du clergé de la province et donne son prix au cahier de doléances de la communauté des prêtres de Saint-Mathieu de Perpignan.

  • 2 Gp 57. La réunion où Michel Brial est désigné se tient le 15 avril. L’ordonnance du juge de la vig (...)

2Celui-ci, rédigé le 16 avril 1789, a été inséré dans le cahier des délibérations de la communauté à la suite de la réunion où son premier syndic, Michel Brial, fut choisi pour la représenter à l’assemblée des trois ordres qui devait se tenir le 21 avril suivant2.

  • 3 Publiée à Perpignan, 1890.
  • 4 Ph. Torreilles, Histoire du clergé..., Perpignan, 1890, p. 26-27. Ce cahier, depuis, est resté ign (...)

3Philippe Torreilles avait eu connaissance de ce cahier lorsqu’il préparait son Histoire du clergé du département des Pyrénées-Orientales pendant la Révolution française3. Ce document faisait alors partie du supplément de la série C aux Archives départementales. Il eut l’intention de le publier dans les annexes de son ouvrage. La note 1 de la page 609 nous informe qu’il y renonça, comme pour d’autres appendices, en raison de son peu d’importance. Il est vrai que le commentaire fait de ce cahier par l’abbé ne rend pas exactement compte de son contenu4. D’autres communautés de prêtres ont probablement rédigé un cahier de doléances. Il serait étonnant que les trois autres communautés de Perpignan aient laissé leurs représentants à l’assemblée de leur ordre sans directives. On voit tout l’intérêt qu’il y aurait à les connaître, à les comparer, à savoir ce qui fut retenu dans le cahier du premier ordre. On a rarement l’occasion en effet d’assister au processus d’élaboration des cahiers de doléances, de savoir ce qui fut pensé, et ce qu’acceptèrent les assemblées plénières.

Les communautés de prêtres du diocèse d’Elne

  • 5 Le diocèse d’Elne comportait 164 paroisses. À Perpignan, communautés des églises paroissiales Sain (...)
  • 6 P. Bonnassie (éd.), Le clergé rural de l’Europe médiévale et moderne, XIIIe journées international (...)

4Les communautés de prêtres constituent une des originalités du clergé du diocèse d’Elne. Il y en avait 22 en 1789, dont une dans chacune des paroisses de Perpignan, soit, en dehors de la ville, une communauté pour dix paroisses environ. L’archiprêtré d’Oms, seul, n’en possédait pas5. Ces communautés se distinguaient nettement de la plupart des communautés de prêtres constituées en France, au sud de la Garonne, en Rouergue ou dans le diocèse de Clermont par exemple, se rapprochaient davantage de celles qui existaient dans les Pyrénées comme dans le Val d’Aran, sans pour autant avoir une organisation et un fonctionnement en tous points similaires6.

  • 7 Le Mémoire concernant la compagnie des prêtres bénéficiers de l’Église Saint-Jean-Baptiste... cons (...)

5Aucune recherche n’ayant porté sur leurs origines, on ne connaît pas exactement la date, les circonstances, ni le processus de leur formation. Elles ne paraissent guère remonter pour la majorité d’entre elles avant la fin du xiiie siècle. Les actes les concernant, donations, censives, rentes constituées, fondations de bénéfices, augmentent considérablement au cours de la première moitié du xive siècle. Cette période, qui est celle du royaume de Majorque, peut être considérée comme le moment de leur essor. Toutes les communautés dont on a la mention existaient au xive ou au début du xve siècle, aucune ne se constitua ultérieurement. La formation de ces communautés mériterait de retenir l’attention car elles ne répondent peut-être pas toutes aux mêmes nécessités7. Elles contribuèrent puissamment en tout cas à renouveler la géographie du clergé ainsi que l’encadrement des fidèles, à enrichir les strates des établissements ecclésiastiques entre les premières fondations des vallées et de la montagne et les fondations urbaines et rurales de la plaine du xviie siècle.

  • 8 1 J543, État des bénéfices du diocèse d’Elne, de leurs titulaires et de leurs patrons, 1746-1784.

6Leur développement paraît être étroitement lié à une vague de fondations de bénéfices. Le nombre de ces dernières a largement déterminé l’implantation et la hiérarchie des communautés. Les églises urbaines, cela se conçoit aisément étant donné l’importance, la structure et la richesse de la population, furent les mieux pourvues ; l’église Saint-Jean-Baptiste plus particulièrement, qui attira les fondations de bénéfices des souverains, des confréries de métiers comme celle des pareurs, et en compta au total plus que les trois autres églises paroissiales de Perpignan réunies8. De petites villes anciennes comme Elne, ou en forte expansion alors grâce à la draperie, Ille-sur-Têt notamment, furent également très honorablement pourvues.

  • 9 G 722, 724, 766, 865, 873, 874, 933.

7Six autres communautés au moins, en plus de celles qui se maintenaient à la fin du xviiie siècle, existaient au début du xve siècle à Tautavel, Baixas, Saint-Feliud’Avall, Sainte-Marie-la-Mer, Saint-Nazaire et Marquixanes. Elles complètent et accentuent les caractères de leur diffusion géographique. Le contraste est grand entre les montagnes et les vallées où se logent les bourgs, entre la partie amont des vallées, la plaine et la ville. Peu nombreuses en Vallespir, en Conflent ou au sud de Perpignan, les communautés prolifèrent autour de la ville, à proximité de la mer, dans la partie moyenne et inférieure de la vallée de la Têt, incontestablement plus riche que les autres vallées. C’est dans cette zone d’ailleurs, où elles furent les plus proches les unes des autres, que se produisirent les disparitions. Saint-Nazaire et Tautavel n’ont laissé que peu de traces. Leur existence semble avoir été éphémère. Saint-Feliu-d’Avall résista au moins jusqu’au début du xvie siècle. Marquixanes un demi-siècle de plus puisque la rectorie du lieu fut unie à la communauté en 1566. La communauté de Baixas s’éteignit la dernière : elle existait encore en 16399.

  • 10 À Céret, à Villefranche-de-Conflent, G 764, 986.

8La chronologie sommaire de l’extinction des communautés les plus fragiles marque assez bien la période où la majorité des communautés éprouva des difficultés de tous ordres : revenus et effectifs en baisse, ou désordres internes. L’union des rectories aux communautés comme à Marquixanes10, les rappels à l’ordre et la rédaction de nouveaux statuts, sont autant de symptômes d’une crise prolongée. Le xviie siècle, troublé en Roussillon pourtant, sera beaucoup plus favorable. Les effectifs des communautés se redressent, on l’aperçoit bien dans les procès-verbaux d’élection aux charges. Le respect des statuts et des obligations auxquelles devaient se plier les prêtres devient beaucoup plus satisfaisant.

  • 11 N. Lemaître, L. Welter, L. Latour, art. cit.

9Les communautés de prêtres du diocèse d’Elne furent-elles aussi étroitement liées au développement de la croyance du Purgatoire comme on a pu le montrer ailleurs ? L’esquisse de leurs période d’élan, de crise prolongée, puis de redressement, les distingue nettement des communautés de prêtres filleuls des diocèses du Rouergue, de Clermont ou même des communautés du pays gascon. Peu nombreuses à la fin du xve siècle, celles-ci proliférèrent au xvie siècle. Mais, de structure beaucoup moins bien assurée, elles virent leur vigueur s’affaiblir au bout d’un siècle. La majorité d’entre elles ne comptait guère plus de trois ou quatre prêtres, le curé compris, au xviiie siècle11. Les bénéfices et la résidence, communs à toutes les communautés du diocèse d’Elne quelle que fût leur taille, constituaient leur principale spécificité. Parmi les bénéfices fondés, un nombre variable d’entre eux selon les communautés imposait la résidence. Il fallait en obtenir un au préalable pour être admis dans une communauté. Leur nombre stable, les prérogatives qu’ils donnaient, expliquent pourquoi les communautés du diocèse parvinrent à se perpétuer aussi longtemps. Une seule échappa à cette règle : celle de Prades. Mais ce fut assez tardivement. La communauté, après accord entre le conseil général de la commune et les patrons de l’église en 1597, fut réservée aux prêtres de la ville quel que fût leur nombre.

  • 12 1 C 1081. Le dénombrement des deux autres vigueries est exécuté également. Mais il ne comporte pas (...)
  • 13 Bibl. mun. Narbonne, ms 292.
  • 14 L’État ne comprend pas dans les chiffres qu’il indique les chanoines du chapitre d’Elne et de la c (...)
  • 15 1 C 1081.
  • 16 À la suite du transfert du siège épiscopal de Elne à Perpignan en 1601, la bulle de Clément VIII d (...)

10Combien les communautés de prêtres du diocèse d’Elne comptaient-elles de membres à la veille de la Révolution ? Il est difficile de proposer un chiffre précis étant donné l’absence d’états exhaustifs du clergé. Cette lacune de la documentation explique probablement pourquoi on n’a pas pris l’exacte mesure de leur importance au sein du clergé séculier. Heureusement, les renseignements puisés dans des dénombrements partiels comme celui que fit réaliser l’intendant Jallais pour la viguerie du Roussillon en 173012, ou dans les États, les Descriptions, les Almanachs du Roussillon, dont les informations sont de bonne qualité, peuvent en donner une idée correcte. En 1751, selon l’État militaire, ecclésiastique et politique du Roussillon13, les communautés auraient compté 306 prêtres au total. Chiffre considérable, inférieur encore à la réalité car les chanoines d’Elne et de La Réal qui en faisaient partie n’y étaient pas compris. Mais il n’y avait pas de comparaison entre l’imposante communauté de Saint-Jean avec ses dizaines de bénéficiers et de chanoines et les plus petites. 4 comptaient moins de 5 membres, 6 de 5 à 9 membres, 2 de 10 à 19 membres, 4 seulement dépassaient ce nombre14. Ces ordres de grandeur restituent correctement la réalité au milieu du xviiie siècle. Le dénombrement général de la viguerie du Roussillon et du Vallespir de 1730 donne, si l’on tient compte du mouvement des démissions, des décès et des admissions, des chiffres à peu près identiques15. Ces derniers sont particulièrement précieux car ils indiquent aussi le nombre des prêtres qui desservaient les paroisses, excepté celles de Perpignan intra muros : 276 pour 103 paroisses et leurs annexes. Sur ce total, 166 relevaient des 15 paroisses de la viguerie où se trouvaient des communautés de prêtres, soit environ 60 %. Cette proportion était à peu près la même en Conflent. Près des deux tiers du clergé séculier du diocèse, si l’on tient compte des membres du chapitre d’Elne16 et de la collégiale de La Réal, relevaient donc des communautés de prêtres. C’est dire leur importance.

  • 17 Ph. Torreiles, Histoire du clergé..., introduction ; ID., Perpignan pendant la Révolution, 1789-18 (...)

11Ces chiffres et ces proportions du milieu du xviiie siècle sont transposables à la veille de la réunion des États généraux. Philippe Torreilles avance le chiffre de 139 prêtres pour les 4 communautés de Perpignan, ce qui correspond à leur effectif maximum, lorsque tous les bénéfices étaient pourvus, chanoines d’Elne et de La Réal compris17. Le nombre des prêtres des communautés situées dans les bourgs a peut-être diminué. Le fléchissement, s’il a eu lieu, est resté limité. L’étude précise des communautés de Collioure, de Prats-de-Mollo et de Vinça l’a bien montré. La résistance des communautés de prêtres contraste avec l’effondrement des effectifs des religieux dans les monastères. Ainsi, à Perpignan, les établissements d’hommes qui comprenaient 132 membres en 1723, à peu près autant que les communautés de prêtres, n’en comptaient plus que 54 en 1789. À cette date, Perpignan possédait environ un prêtre pour 100 habitants, un taux d’encadrement très supérieur au reste de la province.

12Leur recrutement, les règles qui les régissaient et les fonctions qu’elles remplissaient, faisaient des communautés des organismes à la fois très fermés et étroitement liés à la population. Il fallait pour y entrer obtenir impérativement un bénéfice de résidence, appelé ainsi car l’appartenance à une communauté exigeait, règle constamment rappelée qu’on ne pouvait transgresser sous peine d’être privé de distributions, d’assister aux exercices spirituels quotidiens de la communauté et d’exercer avec toute la disponibilité requise les charges auxquelles les prêtres se trouvaient éventuellement appelés. Le titulaire du bénéfice n’était admis, bien évidemment, que s’il était prêtre, si bien que plusieurs années pouvaient s’écouler entre l’obtention du bénéfice et l’admission.

  • 18 1 J 543, État des bénéficiers du diocèse d’Elne... : bénéfices à la fondation royale, fondés essen (...)

13Le poids des communautés dans le clergé était tel que l’on aperçoit sans peine l’influence des patrons de bénéfices. Ils étaient nombreux et divers, l’addition d’une longue histoire de fondations privées ou publiques au nombre desquelles on peut ranger celles qu’avaient faites les souverains, les communautés d’habitants, les confréries de métiers18, les chapitres, les marguilleries ou les communautés de prêtres elles-mêmes en corps de communauté ou par l’organe de leurs syndics. L’équilibre variait d’une communauté à l’autre. Les consuls, collateurs d’au moins un bénéfice dans chaque communauté, jouaient un rôle important à Collioure, à Estagel, à Pia, à Vinça ou à Argelès. L’influence du souverain, héritée essentiellement des bénéfices fondés par les rois de Majorque ou des confiscations consécutives aux guerres du xviie siècle, par contre, se limitait aux communautés de Perpignan et de Collioure.

  • 19 Les d’Oms (Saint-Jean, Saint-Mathieu, Elne, Vinça, Thuir) ; le marquis de Montferrer (Saint-Jean, (...)

14La majorité des désignations revenait aux laïcs : seigneurs des localités qui abritaient les communautés, grande noblesse à l’échelle de la province19 ou familles qui disposaient de solides positions locales. Aussi, n’est-il pas surprenant que l’on rencontre souvent les mêmes noms dans les communautés, que des oncles, des cousins, des neveux ou des alliés aient cohabité ou se soient succédés dans les bénéfices, et que les places fussent tenues majoritairement par des milieux étroits socialement et bornés territorialement. 9 Rodoni furent admis dans la communauté de Prats-de-Mollo au cours du xviiie siècle. Les Hortet, une influente famille de pareurs qui donna plusieurs surposés de la confrérie locale et monopolisa la ferme des moulins foulons, furent presque aussi nombreux. À Villefranche, Vinça, Ille-sur-Tet, comme à Céret, partout on observe le même phénomène. Dans cette dernière ville, il arriva que deux, voire même trois Companyo apparentés, membres d’une puissante famille de notaires qui exerçaient parallèlement ou successivement les fonctions de procureur juridictionnel, d’agent seigneurial, de receveur du Domaine du roi, etc., officièrent ensemble dans la communauté.

  • 20 Un Descatllar à Ille-sur-Têt par exemple, G 795, cf. C. Cucq, op. cit., p. 117 ; Raphaël Descatlla (...)

15La composition sociale de chaque communauté variait en fonction de leur taille, des patrons qui présentaient aux bénéfices, des caractéristiques socioprofessionnelles locales. Ici, les fils d’artisans pouvaient y accéder ; là, les enfants de pagès étaient en nombre ; à Collioure, des fils de brassiers et de pêcheurs furent admis. Ils ne furent jamais en position dominante. Les prêtres étaient majoritairement issus des milieux qui détenaient la fortune, l’éducation, l’influence dans les conseils de communautés directement ou par personnes interposées. À cet égard, les communautés de prêtres étaient de petites sociétés où se consolidait la cohésion des groupes sociaux dominants, la noblesse exceptée, encore que de temps à autres quelques descendants de la bonne noblesse locale en aient fait partie20.

  • 21 G 785, 787, 795, 796, 836.

16Les communautés se composaient essentiellement de prêtres natifs des localités mêmes où elles se trouvaient, ou de leur voisinage. Il n’y eut guère de prêtres de la plaine qui fit acte de candidature en Conflent et en Vallespir, pas de prêtre quasiment du Conflent qui fut reçu en Vallespir et vice versa. Quelques prêtres du sud des Pyrénées, des diocèses de Vic et d’Urgel, furent accueillis cependant, de même que des prêtres issus des provinces méridionales du royaume, Rouergue et Languedoc principalement. Leur nombre, rapporté à l’effectif total des communautés, fut réduit. Cette ouverture sur l’extérieur, relativement tardive dans le xviiie siècle, n’en est pas moins intéressante à observer car elle se produisit dans les communautés situées à proximité de la frontière avec le Languedoc : Ille-sur-Têt, Pézilla-la-Rivière, Estagel21. Doit-on y voir l’indice d’une difficulté à attirer de nouveaux prêtres, d’un tarissement des vocations en Roussillon, ou bien la manifestation d’un affaiblissement de la frontière entre la province et le reste du royaume ? Il n’est pas possible d’en décider. Ces changements sont trop ténus encore pour modifier en profondeur la composition des communautés. Celles-ci, du fait du patronage des bénéfices et des caractères de leur recrutement, constituaient autant de bastions de la tradition sur lesquels l’évêque ne disposait que de peu de prise. La place qu’elles tenaient dans le clergé séculier réduisait considérablement l’autorité du prélat sur les prêtres.

  • 22 À Collioure, G 955 ; S. Commandre, p. 31. La cérémonie est à peu près la même à Ille-sur-Têt.

17Une fois admis, le prêtre payait un droit d’entrée en argent et en cire, qui allait de 20 à 50 livres selon les communautés ou le lieu de naissance, destiné en principe à l’achat de vêtements sacerdotaux. Venait alors la cérémonie de prise de possession, solennelle, où le nouveau membre accomplissait une série de gestes symboliques, prière à genoux devant le maître autel, baisement de l’autel, ouverture et fermeture du tabernacle, tintement de la cloche, lecture d’un livre de chœur22, etc. Membre à par entière de la communauté, le prêtre devait satisfaire à une dernière condition pour jouir des distributions dès lors qu’il assistait aux offices : réussir l’examen du plain-chant. Les refusés disposaient de quatre mois pour se perfectionner, puis de quatre mois supplémentaires en cas de nouvel échec pendant lesquels ils ne percevaient pas les distributions. Au vu de la proportion des refus, l’examen ne paraît pas avoir eu la même difficulté partout. Plus de 40 % des impétrants furent ajournés au moins une fois à Vinça par exemple au cours de la seconde moitié du xviiie siècle. L’attention portée à cet examen montre l’importance accordée à la connaissance du plain-chant. Les prêtres devaient chanter les heures canoniales chaque jour, à l’occasion des grands messes de fêtes, ou des messes de requiem doble llargs, contribuant ainsi à l’éclat et à la solennité des cérémonies.

18Commençait alors pour le nouveau promu une période de probation plus ou moins longue, qui durait de quelques mois à un an, parfois davantage. Le dernier admis en effet devait assumer une série de tâches dans l’église, comme chanter ou faire chanter les évangiles aux messes, dire la première messe avant mâtine. Surtout, il exerçait la fonction de percepteur des censives et des censaux, charge prenante et ingrate car les intérêts des rentes constituées se réglaient le jour où le contrat avait été passé. Le procureur des censaux et des censives devait presser les retardataires et les poursuivre en justice en cas de nécessité.

19L’adminission dans la communauté n’entraînait pas pour les prêtres une rupture avec la société. Ils ne vivaient pas ensemble dans un local commun, demeuraient dans leur propre maison ou avec des membres de leur famille. Les prêtres des communautés, qui en dehors des curés ne s’occupaient pas de pastorale, gardaient par là des liens particulièrement étroits avec les laïcs. Leur vie n’en était pas moins strictement réglée. Grandes ou petites, les communautés dont on connaît insuffisamment les statuts étaient organisées et fonctionnaient toutes sur le même modèle. Elles possédaient un syndic au moins et des charges en nombre variable électives que les prêtres exerçaient pendant un an en principe : procureur des censaux et censives, auditeurs des comptes, trésorier des funérailles, receveur des messes, boursier, étaient les plus courantes. La veille ou le jour anniversaire du saint patron de l’église, la communauté se réunissait au grand complet dans la sacristie ou la salle du « syndicat » où se tenaient des délibérations et procédaient à « l’extraction des charges » selon des modalités complexes qui alliaient l’élection et le tirage au sort. Chaque communauté possédait un mode de désignation spécifique auquel elle tenait par dessus tout, mais qui n’était pas intangible car on décèle des modifications au fil du temps.

  • 23 3 E 40/663, fos 362vo-366.

20Pénétrer dans les sacristies et percer le secret du déroulement de l’élection aux charges apprendrait beaucoup sur les mentalités et les relations qu’entretenaient les bénéficiers. Un exemple. La communauté des prêtres de Céret se réunissait tous les 28 septembre dans la sacristie de l’église paroissiale. Le 28 septembre 1782, sous la présidence de son premier syndic le curé Michel Companyo et en présence du notaire secrétaire de la communauté Louis Companyo, l’assemblée commença par inscrire le nom de tous les bénéficiers sur des billets23. On les plaça dans une bourse, puis on en tira trois au sort. Les trois bénéficiers désignés restèrent dans la sacristie avec les syndics tandis que les autres se retiraient. L’élection proprement dite revenait à ce collège restreint. Elle s’effectuait en suivant le rang d’honorabilité des charges, en commençant par le premier syndic. Les cinq grands électeurs établirent sans se concerter deux billets « pour faire le nombre des prêtres qui sont en concurrence » – on ne pouvait exercer la charge de syndic qu’au bout de quatre ans après son admission à Céret. Puis ils présentèrent secrètement leurs billets au notaire chargé de comptabiliser les suffrages. Celui-ci annonça le nom des deux prêtres le plus souvent désignés. On fit alors deux nouveaux billets à leur nom que l’on plaça dans des boules de bois portées aussitôt dans un bénitier rempli d’eau bénite. Un petit enfant qu’on avait introduit tira au sort l’une des deux boules. La même procédure recommença pour le second syndic, les auditeurs des comptes en premier et en second, les procureurs des funérailles en premier et en second, les deux quêteurs des messes, le marguiller de la marguillerie de Saint-Pierre, le maire et exacteur du décret de Palol, le prieur de la chapelle Sainte-Anne, le prieur du saint crucifix, l’hospitalier.

21Les trois archivistes dont la fonction consistait entre autre à renouveler les papiers terriers et à faire reconnaître les emphytéotes furent confirmés ce jour-là, mais pour un an seulement. Le dernier entré dans la communauté, admis au mois de juin 1781, fut commis d’office à la charge de procureur des censives et des censals comme le spécifiaient les statuts de la communauté. L’extraction achevée, on prévint les autres prêtres avec une cloche. Ils prirent connaissance de la nouvelle répartition des charges, l’approuvèrent, donnèrent par acte notarié tous les pouvoirs nécessaires à leur accomplissement.

22Cette manière de procéder n’avait pas toujours été la même à Céret. Au début du siècle, les prêtres votaient « avec fèves et lupins et avec tillets », les fèves l’emportant sur les lupins. Dans le cas des charges qui comprenaient deux titulaires, un en premier, un en second, comme les auditeurs des comptes ou les procureurs des funérailles, les prêtres les plus titrés ou les plus anciens dans la communauté prenaient au milieu du siècle la première place, même si le sort en avait décidé différemment. On aimerait savoir qui fut à l’origine de ces modifications ainsi que leurs raisons. Les registres de délibérations de la communauté n’ont malheureusement pas été conservés.

23La communauté des prêtres de Saint-Jean employait un système analogue, un peu plus complexe encore à cause de la présence en son sein de chanoines et de simples bénéficiers. Chaque 23 juin, le conseil général de la communauté s’assemblait dans la sacristie major sur la convocation de ses 4 syndics, 2 chanoines et 2 bénéficiers. On plaçait leurs noms dans deux bourses, une pour les chanoines, une pour les simples bénéficiers, et l’on en retirait 24, 8 de chanoines, 16 de bénéficiers. Les syndics accompagnés des 24 prêtres qui venaient de se voir désignés gagnaient la salle du « syndicat » où avait lieu l’élection aux charges, toujours par ordre de dignité. Les suffrages s’exprimaient par des boules noires, favorables, et blanches. À Thuir, il y avait des bénéficiers du bras majeur et du bras mineur. À Elne, héritage de l’ancien statut de son église comme cathédrale du diocèse, chaque partie du chœur fournissait des « conseillers de tables ».

24En dehors des grandes communautés, le système d’attribution des charges assurait leur redistribution régulière entre tous les bénéficiers. Ces procédures de désignation, mélange de la main de Dieu par le truchement des albats et de la main des hommes, mériteraient de retenir l’attention et d’être étudiées avec précision. Leurs règles instituaient une démocratie tempérée par les rangs d’ancienneté ou de dignité. Elles étaient le contraire de celles qui régissaient les chapitres ou les collégiales avec leurs bénéfices de dignité. D’où l’originalité de la communauté de l’église Saint-Jean-Baptiste de Perpignan qui comprenait une collégiale avant 1601, supprimée pour laisser la place au chapitre d’Elne lors du transfert du siège épiscopal. Les chanoines y jouissaient de prérogatives mais n’en étaient pas membres de droit. Ils devaient solliciter leur admission et recevaient les mêmes distributions que les autres bénéficiers.

25Les fonctions exercées par les communautés, que l’on peut déduire des charges à pourvoir, étaient essentiellement au nombre de trois : célébrer les offices, participer aux processions, contribuer à l’éclat des cérémonies grâce aux chants, aux orgues en plusieurs endroits qui faisaient l’objet d’une grande attention et d’un soin particulier pour recruter des organistes compétents ; assurer le service des fondations de messes pour les vivants et les morts ; prêter de l’argent. On en aura un aperçu à travers l’exemple des communautés des quatre paroisses de Perpignan.

Les communautés de prêtres de Perpignan

26Le clergé des quatre paroisses de Perpignan était donc organisé en communautés. Deux paroisses comportaient un chapitre ou une collégiale dont les membres appartenaient également à la communauté. Dans les deux autres, Saint-Jacques et Saint-Mathieu, les communautés n’étaient composées que de bénéficiers. Cette structure héritée d’une longue histoire de la ville, de la formation des paroisses, du clergé urbain et diocésain, reflétait assez bien leur importance respective à la fin du xviiie siècle. Trois types d’informations en donneront une idée : le nombre des prêtres qui les composaient, les déclarations de biens et de revenus faites au directoire de département en 1790, le montant des recettes annoncées par les procureurs et les trésoriers lors de la reddition de leurs comptes en fin d’exercice.

Tableau 1. Les revenus des communautés de prêtres de Perpignan d’après les déclarations de 1790 (en livres)

Tableau 1. Les revenus des communautés de prêtres de Perpignan d’après les déclarations de 1790 (en livres)
  • 24 États en G 284, 1 Qp 494 et 1 Qp 507 par exemple. La déclaration de la communauté de Saint-Mathieu (...)
  • 25 Les possessions les plus importantes sont la grange de Canamals, les biens de Torreilles et de Châ (...)
  • 26 G 607. Saint-Mathieu n’affermait que 4 champs en 1675-1676. Les biens de Saint-Nazaire, de Pia et (...)
  • 27 Modeste propriétaire foncier la communauté de Saint-Mathieu était aussi la moins bien dotée en cen (...)
  • 28 Tableau 2 (en livres).

27Leur contenu n’est pas toujours comparable cependant et les écarts de l’une à l’autre sont considérables. On se gardera d’entrer dans le dédale des chiffres parfois contradictoires pour n’en retenir que quelques exemples et des ordres de grandeur. Leurs états produits en 1790 comportent ainsi des différences selon le moment où ils ont été confectionnés et l’on en possède parfois plusieurs versions, comme à Saint-Jean, dont les chiffres ne concordent pas tout à fait24. Ils ont été établis sur la base de la moyenne des recettes des douze années antérieures pour les dîmes, les censives, les droits de lods. Mais les communautés avaient intérêt à ne rien omettre, quitte à gonfler les recettes, à inscrire à leur actif des sommes qu’elles n’encaissaient pas comme les loyers qu’auraient pu rendre des locaux inoccupés, et au passif des avances consenties aux fermiers des biens ruraux, ce que le directoire du département n’accepta pas toujours. Malgré les quelques incertitudes qui persistent, la hiérarchie des communautés se déduit sans peine de leurs déclarations. Saint-Jean dominait toutes les autres. La Réal venait en second, Saint-Mathieu paraîtrait minuscule en comparaison. La communauté de l’église majeure jouissait d’un patrimoine foncier très supérieur aux autres communautés, constitué essentiellement par des fondations25. La communauté de La Réal ne disposait comparativement que de peu de choses, Saint-Mathieu encore de moins26. Les communautés des prêtres de Perpignan n’étaient donc pas de grandes puissances foncières ou seigneuriales27. Leurs biens-fonds, leurs seigneuries et leurs décimaires les cantonnaient à la ville, à son terroir et aux paroisses voisines. On peut étendre cette remarque au chapitre d’Elne ainsi qu’à la collégiale de La Réal. Les biens-fonds du chapitre étaient inférieurs à ceux que détenaient la communauté de Saint-Jacques et la collégiale de La Réal se signalait, comme la communauté, par l’extrême modicité de son patrimoine foncier. Cas rare, qui la distingue du chapitre, la collégiale ne percevait aucune dîme, alors que ce type de prélèvement constituait plus des trois quarts des recettes du chapitre28.

  • 29 50 % à Prades, 46,20 % à Millas, Lp 1086 ; J. Capeille, op. cit., p. 172.
  • 30 V. Billes, op. cit., p. 54 ; E. Cazach, op. cit., p. 65.
  • 31 151 remboursements contre 24 créations à Saint-Jean au cours de la décennie 1720-1729, soit près d (...)

28Point commun entre les communautés qui les distinguaient du chapitre et de la collégiale : la place tenue par les rentes constituées qui occupaient le premier rang dans les revenus de la communauté de La Réal si l’on ne prend pas en compte le produit des messes. Il en était de même dans les autres communautés du diocèse où leur part dans les ressources des communautés pouvait approcher 50 %29. Plus de 800 rentes constituées assises en majorité sur des maisons courraient pour celles de Saint-Jean dans la seconde moitié du xviiie siècle. 358 en 1768 pour celle de La Réal30. Ces chiffres qui peuvent servir d’ordre de grandeur sont à replacer dans la longue durée. Un mouvement de créations de censaux et de rachats de lluismes, c’est-à-dire de remboursements, existait en effet, bon indicateur des périodes de difficultés ou de désendettement. Deux siècles après la fin du xvie siècle, alors que des contrats avaient été rachetés entre temps, le nombre de censals créés entre 1580 et 1610 gardait le souvenir de ces années sombres. Le demi-siècle qui suivit l’annexion des Comtés à la France fut marqué également par une forte augmentation de la demande de crédit auprès des communautés de prêtres, plus particulièrement au cours de la décennie 1690-1700. Après l’effondrement du Système, l’expérience de Law, qui permit aux débirentiers de se libérer à bon compte de leurs dettes, les prêts consentis semblent se réduire sensiblement31. Ceci est particulièrement net à Saint-Jean. Doit-on considérer ceci comme l’indice d’une amélioration de la condition des populations en Roussillon grâce à une conjoncture plus favorable, à la disparition de la guerre et de la peste, ou comme la marque d’une réticence de la communauté à consentir de nouveaux prêts après la réduction de l’intérêt des précédents censaux de 5 % à 2 % en 1728, soit une perte de plus de la moitié du capital, du contrôle plus strict des finances des communautés d’habitants par les intendants ou de nouvelles occasions de placement, ce que suggère l’importance des billets de banque dans les déclarations de 1790 ? Tous ces facteurs ont pu avoir leur part. Les communautés de prêtres n’en continuaient pas moins à la fin du xviiie siècle à jouer un rôle éminent comme institutions de crédit. Une analyse fine des rentes permettrait d’établir la distinction entre les créations et les transports de censaux, c’est-à-dire entre les prêts et les rentes reçues par donation, de dresser une sociologie et une géographie des débirentiers, d’évaluer le volume des crédits.

  • 32 E. Cazach, op. cit., p. 65. Les rentes constituées les plus importantes de Saint-Mathieu ne produi (...)
  • 33 G 537-539, on reconnaît les années de peste, Saint-Jacques avait prêté à de nombreuses autres comm (...)
  • 34 E. Cazach, op. cit., l’université de Perpignan emprunte 700 livres en 1770 pour effectuer des répa (...)
  • 35 Parmi eux, 36 % résident dans la paroisse de La Réal, 25 % dans la paroisse Saint-Jean, 19 % dans (...)
  • 36 C’est l’expression employée pour une constitution de rente.

29Le montant des pensions, les actes de reconnaissance, les transports ou les créations de censaux, donnent des résultats concordants. Les rentes concernaient en majorité des sommes relativement modestes : 34,8 % des pensions payées à la communauté de La Réal ne dépassaient pas 3 livres, 33 % étaient comprises entre 4 et 10 livres, 6,2 % donnaient lieu à un versement d’intérêts annuels supérieur à 25 livres. Les rentes reconnues à Saint-Jean entre 1734 et 1788 s’échelonnaient de 40 à 3 100 livres. Les plus nombreuses étaient comprises entre 100 et 250 livres32. Au xviie siècle, les communautés avaient l’occasion de prêter des sommes beaucoup plus considérables, aux municipalités surtout. Perpignan obtint ainsi 30 000 ducats de la communauté de Saint-Jacques en 1652, Millas 20 000 livres l’année suivante33. Mais les prêts de quelques centaines de livres ne doivent pas être considérés comme de peu d’objet. Ils étaient fonction de la valeur des biens hypothéqués et sont à comparer à la moyenne des transactions sur le marché foncier et immobilier. Toutes les catégories sociales utilisaient les services des communautés : les travailleurs de terre, les jardiniers, les artisans, les catégories plus fortunées comme les professions judiciaires, les marchands et même les nobles. 40 % des créanciers de la communauté de La Réal se recrutaient parmi les brassiers, les jardiniers et les pagès. 14 % étaient des commerçants, 8 % des artisans. Les nobles empruntaient beaucoup à la communauté de Saint-Jean. Les couvents, les confréries de métiers ou de piété, l’université de Perpignan à l’occasion, ou même d’autres communautés de prêtres en cas de dépense inopinée, sollicitaient la communauté aussi, quitte à rembourser leur dette au bout de quelques années34. Les communautés prêtaient en priorité dans leur paroisse même et dans la ville. 70 % des débirentiers de La Réal habitaient ainsi à Perpignan35. Des ruraux, des habitants de localités ou d’autres communautés de prêtres, prêtaient aussi à rentes constituées, venaient également à Perpignan imposer des censals36. Par le crédit se tissaient ainsi des liens qui participaient des relations ville-campagne concrétisées chaque année par le déplacement à Perpignan des débirentiers pour acquitter leur pension.

  • 37 G 539. Il en est de même pour de petites communautés comme celle d’Estagel où 20 % des débiteurs à (...)

30Sans exagérer la place que pouvaient tenir les communautés dans ce domaine, car les rentes constituées n’étaient qu’une forme de crédit à la fin du xviiie siècle et certainement pas la plus importante, dépassée par les ventes à pacte de rachat et les obligations, il faut reconnaître qu’elles jouaient un rôle non négligeable. Étaient-elles aussi importantes que précédemment ? On manque d’informations à cet égard pour établir une comparaison avec les autres formes de crédit. Pourtant, des communautés connaissaient à la fin du siècle de sérieuses difficultés à percevoir leurs pensions. Le chiffre que donne la communauté de Saint-Jacques dans sa déclaration au directoire de département correspondait à ce qu’on lui devait, non à ce qu’elle percevait réellement. Les municipalités lui réglaient mal, voire pas du tout, les intérêts dus malgré ses plaintes réitérées37. Cette situation avait probablement eu des précédents. La nouveauté venait de la situation économique plus satisfaisante qu’à d’autres périodes car il n’y a plus d’épidémies ou de guerres au xviiie siècle. En l’absence de comptes pour des périodes éloignées qui pourraient nous informer, il est difficile cependant de se prononcer, de dire si le manque d’exactitude dont étaient victimes plusieurs communautés pouvait menacer leur solidité à terme. Les rentes formaient un de leurs fondements les plus sûrs en effet, car leurs ressources n’avaient pas dépendu exclusivement des messes contrairement aux communautés des prêtres filleuls qui s’étaient retrouvées en difficulté lorsque la demande de suffrages avait reculé.

  • 38 « Chants des heures canoniales, grands-messes, vêpres, solennités, processions, anniversaires et a (...)
  • 39 Lp 1086.

31Rares, par contre, sont les informations circonstanciées et exhaustives qui nous donnent une idée de l’emploi du temps des prêtres des communautés, des cérémonies auxquels ils devaient assister pour bénéficier des distributions quotidiennes38. Elles seraient nécessaires pourtant afin de pouvoir comparer l’activité des communautés urbaines et rurales en fonction du nombre des prêtres qui les composaient. La déclaration la plus précise vient de Villefranche-de-Conflent à l’appui de sa déclaration en 1790. Les prêtres, tenus « à une résidence de matin et de soir », devaient dire les mâtines tous les jours de l’année, les fêtes comprises, les complies et les vêpres, aller en procession jusqu’aux chapelles rurales les jours de fête et y célébrer l’office, etc. Ils comptabilisaient en tout 1 468 messes à dire dans l’année dont 552 chantées et 912 basses. Ceci pour ce qui relevait directement de la communauté. S’ajoutaient à cela les funérailles, les messes de mariage, les messes d’intention commandées par les fidèles39, etc.

  • 40 1 Qp 496, 20 doble llargs, 119 anniversaires simples, 47 anniversaires généraux, 9 anniversaires g (...)
  • 41 1 Qp 478. Ces messes produisaient un revenu de 537 livres 3 sols 4 deniers, inférieur à Saint-Jacq (...)

32L’état produit par les prêtres de Saint-Jacques est très inférieur. Il ne mentionne en effet que 249 messes basses de fondation, sans compter les 49 messes que la communauté avait l’obligation de célébrer40. Bien que le nombre de ses prêtres fut inférieur de moitié, la communauté de Saint-Mathieu en célébrait presque autant. À un moment difficile pour elle, en 1776, où elle se trouvait réduite à quatre prêtres valides, les bénéficiers avaient fait un inventaire exhaustif de leurs obligations pour obtenir de l’évêque qu’il les déchargeât de messes basses pour lesquelles ils n’obtenaient plus aucune rétribution. Ils avaient à célébrer chaque année 239 anniversaires dont une cinquantaine de doble llargs – messes de requiem chantée avec cérémonies accompagnées des chants de l’office du jour qui réclamaient la participation de tous les prêtres de la communauté –, 291 messes basses fondées, 25 mariages, une centaine de funérailles et 590 messes commandées par les familles dévotes ou les femmes qui relevaient de couches. L’état qu’ils produisirent en 1790 est à peu près identique. La communauté célébrait 249 anniversaires dont 57 doble llargs où l’usage voulait que l’on donnât 10 sols pour la charité de la messe, 8 sols à chaque prêtre présent à la messe de requiem, et 52 messes basses à célébrer le dimanche après la messe de paroisse41. Quant à la communauté de Saint-Jean, elle avançait une recette annuelle de 20 000 livres pour les messes quotidiennes, les funérailles, les messes chantées, les convois, le pain, le vin, le luminaire.

  • 42 On n’a pas l’évaluation du revenu moyen par bénéficier pour Saint-Mathieu. Il devait être plus pro (...)
  • 43 À Saint-Jacques, en dehors d’un bénéficier qui jouissait d’autres bénéfices, le mieux doté recevai (...)
  • 44 1 Qp 494.

33Ces brèves indications peuvent paraître bien disparates. À bien regarder cependant, elles ont plus de cohérence qu’il ne paraît au premier abord, car elles sont en relation directe avec l’importance numérique des communautés. D’après les calculs faits par les agents du directoire du département à partir des états produits en 1790, le revenu partagé entre les prêtres de Saint-Jean s’élevait à 382 livres 11 sols, celui auquel pouvaient prétendre les bénéficiers de Saint-Jacques à 422 livres 12 sols 6 deniers. Les membres de la communauté de La Réal recevaient moins, 169 livres 10 sols42. Mais cette portion du revenu de chaque communauté allouée aux bénéficiers ne représentait qu’une partir de ce qu’ils percevaient. S’y ajoutait le produit de leurs bénéfices. Or c’est celui-ci qui créait les différences entre communautés et à l’intérieur de chacune d’entre elles. Saint-Jean et La Réal se distinguaient à cet égard nettement de Saint-Jacques et de Saint-Mathieu. Les bénéfices de résidence – il en allait de même dans les autres communautés du diocèse – produisaient peu généralement, voire rien du tout. C’était le cas pour 6 bénéfices de Saint-Jacques par exemple et pour autant de bénéfices à La Réal. « Un bénéfice de droit de résidence sans revenu » écrivaient les bénéficiers sur leurs déclarations de 1790 ; « avec des distributions manuelles ». Dans ces petites communautés, les bénéfices les plus rémunérateurs n’allaient guère au-delà de 300 livres, ce qui ne créait pas trop de disparités entre les prêtres43. Il en allait différemment à La Réal et surtout à Saint-Jean. Le clivage était net entre les simples bénéficiers qui se contentaient de leur portion du revenu de la communauté et les chanoines de Saint-Jean qui y ajoutaient ce qui leur venait du chapitre. Entre les simples bénéficiers et les chanoines les moins bien pourvus, l’écart allait de 1 à 6. Les bénéficiers atteignaient exceptionnellement 1 000 livres. L’archidiacre du chapitre déclarait 7 610 livres44.

34Ces quelques indications chiffrées suffiront. Elles permettent d’apercevoir à peu près correctement l’importance et les caractéristiques des communautés de prêtres de Perpignan, ce qui les rapprochait et les distinguait – chacune ayant une personnalité originale –, la place considérable qu’elles occupaient dans la vie religieuse, sociale, voire économique de la ville. Elles restaient de puissantes et vigoureuses institutions encore en 1789.

La communauté de Saint-Mathieu et son cahier de doléances

  • 45 3 E 3/703, p. 273 sq.
  • 46 Ibid., no 297.
  • 47 Ibid., p. 353-355, no 352 (8), 1340 : donation par le roi Sanche d’une portion de dîme ; fondation (...)

35La plus fragile peut-être était celle pour laquelle, malheureusement, les informations sont les moins propres à établir une comparaison entre les autres organismes, la communauté de Saint-Mathieu dont le cahier de doléances nous est parvenu. On ne connaît pas, comme pour les autres, la date exacte de sa constitution. Mais peut-être peut-on la déduire approximativement du répertoire et des analyses de ses actes effectués en 163145. Le premier acte mentionnant explicitement la communauté des prêtres de Saint-Mathieu – la donation par Guilhem Bosqueros écrivain de Perpignan d’un droit seigneurial sur une pièce de terre sise dans le territoire de Toulouges contre la célébration d’un anniversaire pour le repos de son âme – date de 134146. Cette date suit de très près ou est contemporaine d’une vague de donations ou de créations de bénéfices47. Les actes concernant la communauté, peu nombreux jusqu’en 1370-1380, deviennent beaucoup plus abondants ensuite.

36Doit-on voir là l’indice de débuts modestes, puis d’un réel essor à la fin du xive siècle et au xve siècle ?

  • 48 1 J 543, p. 9-10.
  • 49 G 611.
  • 50 Directes dans les terroirs de Saint-Jean à Perpignan, Mailloles, Orle, Canohès, Toulouges, Vernet, (...)
  • 51 601 livres en 1665-1666, 669 livres 3 deniers en 1669-1670, 662 livres 3 deniers en 1674-1675, G 5 (...)
  • 52 G 652.

37À Saint-Mathieu, le patronage des bénéfices revenait principalement à la noblesse et à l’Église : le curé de Saint-Mathieu, les marguillers de la fabrique (pour 2 bénéfices), les Cordeliers et les Dominicains48. Éminemment citadine à cet égard, la communauté rayonnait peu hors de la ville. Elle ne possédait quasiment rien : 4 champs qui lui étaient venus par la donation d’un pagès de Canet49, et des directes dispersées autour de la ville qui ne formaient aucun ensemble cohérent50. Ses seules sources de revenus substantielles provenaient des censaux et des messes. On a déjà vu ce que représentaient les messes. Les censaux produisaient à peine plus. La communauté encaissait à ce titre de 600 à 700 livres dans la seconde moitié du xviie siècle51. Le procureur majeur chargé de cette recette percevait exceptionnellement 1 244 livres 7 sols 7 deniers en 1703-170452. Le tout ajouté, en additionnant les cens, les censaux, la ferme des terres, le produit des messes et des funérailles, les menues recettes diverses, la communauté n’atteignait pas 2 000 livres de revenus les meilleures années. Ce qui, les dépenses enlevées, laissait à peine une centaine de livres à chaque bénéficier.

  • 53 G 610.
  • 54 G 587.
  • 55 Ibid.
  • 56 G 583, jubilé accordé à Louis Condoret qui avait accompli 39 années de résidence sans discontinuer
  • 57 Gp 57. On notera que 5 prêtres seulement signent le cahier de doléances, cf. note no 2.

38Est-ce à cause de la modicité de ses revenus ? La communauté de Saint-Mathieu fut la seule des communautés urbaines à voir l’effectif de ses membres chuter entre le début et la fin du xviiie siècle. Elle comptait 16 bénéficiers en 1678-1679, sans compter le curé53, et un minimum de 14 prêtres au début du xviiie siècle54. Cette période fut peut-être un de ses meilleurs moments. Elle se relevait alors d’une très grave crise. En 1652, en temps de guerre et de peste il est vrai, elle n’aurait plus été composée que du curé, d’un syndic et d’un bénéficier, et même d’un seul bénéficier quelques mois plus tard55. L’absence de livres d’admission empêche de suivre de près toutes les fluctuations que subit la communauté. Elle se trouvait dans une position inconfortable au cours de la décennie 1770, vieillissante et réduite à 5 à 6 membres56. Ce n’est qu’à l’approche de 1789 que 7 à 8 bénéficiers participent à l’assemblée annuelle où s’effectuait le renouvellement des charges57. Michel Brial tenait d’ailleurs sa position de ces difficultés de recrutement.

  • 58 G 647.

39Procureur majeur de la communauté en 1770-1771, il en était un des membres les plus anciens lors de la réunion des États généraux58.

  • 59 G 583, 1772-1781.
  • 60 Refus, par exemple, que les curés célèbrent les missas de partora -de relevailles- ; statuts de la (...)
  • 61 Un exemple, à propos de la canorgue - c’est-à-dire la boucherie exempte de droits dont jouissaient (...)
  • 62 Ibid., 1542. À Saint-Jean ainsi qu’à La Réal, la fabrique fournissait aussi la cire et les ornemen (...)

40La communauté vivait-elle paisiblement pour autant ? Comme toutes ses semblables, elle fut sujette à des tensions internes, eut maille à partir avec les autres communautés, n’eut pas toujours des relations faciles avec la fabrique de l’église. Les tensions internes, classiques, ne doivent pas être surévaluées. Elles prenaient leur source dans la répartition des tâches entre les bénéficiers – notamment, sujet particulièrement sensible, lorsqu’il s’agissait du service du chœur ou de l’exécution des chants59–, des prérogatives respectives du curé et des bénéficiers, davantage encore dans les rapports conflictuels que pouvaient entretenir tel ou tel prêtre, et le non respect des obligations qu’imposaient les statuts. La majorité des cas d’indiscipline se rapportait à la résidence, aux distributions qui y étaient attachées et à la possibilité d’être électeur lors des assemblées de la communauté où l’on procédait au renouvellement des charges60. Quant aux relations avec les autres communautés de prêtres, elles furent correctes dans l’ensemble, excepté avec la communauté de Saint-Jean qui revendiquait la prééminence sur les autres et même sur le chapitre d’Elne qu’elle hébergeait. Les prêtres de Saint-Mathieu supportaient mal, ainsi, de se voir convoquer par ces messieurs de Saint-Jean. Un rien suscitait des frictions61. La communauté de Saint-Mathieu était restée longtemps dans l’ombre de sa puissante voisine. Il fallut attendre le milieu du xvie siècle pour que Saint-Jean cédât la sacristie à la fabrique de l’église et que celle-ci eut à partir de là la charge de fournir la cire, les ornements, les chapes et bourdon, etc., nécessaires aux messes de fondation62.

  • 63 1 C 2142

41Modeste, comparée à ses homologues, même à celle de Saint-Jacques, la communauté de Saint-Mathieu, de par ses caractères, sa vie interne, les services qu’elle rendait et la place qu’elle occupait, est cependant tout à fait représentative des autres communautés de prêtres de Perpignan. Raison de plus pour considérer avec une attention particulière son cahier de doléances ainsi que les rares informations dont nous disposons sur l’assemblée de l’ordre du clergé. Celle-ci se tint à l’église Saint-Jean, dans la salle du syndicat de la communauté des prêtres. Rien n’était de nature à mieux manifester sa prééminence dans le diocèse. Le nombre des députés auquel les communautés eurent droit marqua bien, également, la hiérarchie que l’on a décrite précédemment. Saint-Jean envoya 4 députés, les communautés d’Elne et de La Réal 2, les autres un seul, quel que soit le nombre de leurs membres. Plusieurs prêtres de Saint-Mathieu participèrent cependant à l’assemblée de l’ordre : Michel Brial, mais aussi le curé Dominique Brunet comme procureur fondé du curé de Llauro et un bénéficier renté, Prats. Il en fut de même de toutes les autres communautés de Perpignan63.

  • 64 Gp 57, 2 septembre 1786.
  • 65 On connaît par ailleurs, notamment en Languedoc, des cahiers de doléances rédigés en « langue vulg (...)

42Le cahier de doléances introduisit une nouveauté radicale dans les délibérations ainsi que dans les documents que produisait la communauté. Les prêtres n’avaient utilisé jusque-là quasiment que la langue catalane. Le français ne s’était introduit dans le compte rendu des délibérations que très parcimonieusement, à l’occasion par exemple – pour la première fois ? –, d’un désaccord et des réserves émises par des bénéficiers à la suite d’une réunion64. Certes, on peut objecter que le procès-verbal de désignation de Michel Brial comme député de la communauté et le cahier de doléances étaient des actes à caractère public dont la nature ne peut se comparer aux autres actes de la communauté à usage interne65. La langue catalane ne sera plus employée dans la suite du cahier de délibérations.

  • 66 Inutile d’insister sur ce dernier article, on sait combien la position de la province, réputée étr (...)
  • 67 C. Juhel, La fiscalité directe en Roussillon (1659-1789), thèse droit, université de Perpignan, 20 (...)
  • 68 Article 2, par le revenu des bénéfices de nomination royale qui ne seraient pas pourvus lorsqu’ils (...)
  • 69 Ph. Torreilles, Perpignan pendant la Révolution, op. cit., p. 112 ; ID., « Les élections de 1789 e (...)
  • 70 Et non pas, comme en Roussillon, des receveurs par vigueries que les communautés ne désignaient pa (...)

43Ce cahier se caractérise à la fois par le nombre réduit des sujets qu’il envisage, par la netteté de ses prises de positions, par la participation qu’il manifeste aux débats en cours, en Roussillon, même si celle-ci, exprimée discrètement, s’aperçoit peu au premier abord. On pourrait en faire plusieurs lectures, distinguer – ce n’est par toujours facile – les revendications d’ordre général qui concernent l’ensemble du royaume et celles qui n’intéressent que le Roussillon, les thèmes majeurs et les doléances particulières, les articles qui concernent la condition des prêtres ou les problèmes spécifiques du clergé et les considérations visant l’administration de la province et du royaume. Elles se recoupent largement. Une dizaine d’articles sur les 25 que comporte le cahier a trait directement ou indirectement à l’impôt : le premier tiers du cahier (articles 1, 2, 3, 4, 5, 6, 8, 9), auquel on peut associer les articles 21 et 25. Les prêtres se prononçaient avec netteté pour l’abolition du régime fiscal en vigueur, la suppression des droits de contrôle (8), des droits qui grevaient la circulation des marchandises (6)66, pour une simplification radicale de la fiscalité et l’institution de deux types d’impôts : l’un pesant sur la terre, universel (3), l’autre frappant le négoce et l’industrie, le travail excepté, puisque les brassiers n’y seraient pas assujettis (5). L’option pour cette fiscalité nouvelle – qui annonce celle que mettra en œuvre l’Assemblée constituante – doit être appréciée à sa mesure, d’autant qu’elle allait dans le sens de ce qui s’écrivait dans les autres cahiers de doléances au même moment. La communauté se prononçait en faveur de la fiscalité introduite depuis le début du siècle avec le Dixième d’abord, le Vingtième sur les biens-fonds et l’industrie ensuite, totalement étrangère alors aux pratiques qui avaient cours en Roussillon et dans les pays catalans67. Le Roussillon, fidèle à ses capbreus – les terriers seigneuriaux –, où la superficie des biens n’était mentionnée que de manière très vague, ne possédait ni cadastre, ni spécialistes de l’arpentage. Doit-on voir là une approbation explicite de l’esprit du Vingtième ? Les bénéficiers de Saint-Mathieu insistent. L’Église, d’une part, devait apporter sa contribution au comblement du déficit68, d’autre part être réduite au regard de l’impôt à la condition commune, c’est-à-dire contribuer comme les particuliers (21). Certes, on se le rappelle, la communauté de Saint-Mathieu ne disposait que d’un patrimoine foncier modeste. Elle s’alignait néanmoins sur une position très largement partagée qu’avait prise en particulier la noblesse de la province lors de sa réunion du 21 janvier précédent69, réclamait en quelque sorte le régime qui avait cours en Languedoc où les communautés désignaient leurs collecteurs70.

  • 71 On notera que l’abbaye de Saint-Martin du Canigou n’est pas citée.
  • 72 L’article 22 atteste de la place occupée par les rentes constituées dans les préoccupations des pr (...)

44Une dizaine d’articles, également, traitait de la communauté et de l’Église. Si l’on excepte la revendication traditionnelle reprise par les autres ordres de réserver les bénéfices de la province à ceux de la province qui en étaient originaires et l’appui apporté aux abbayes de Saint-Michel de Cuxa, d’Arles-sur-Tech et de Saint-Génis-des-Fontaines (18)71, ils se ramènent essentiellement à la condition matérielle des bénéficiers et des curés ainsi qu’aux mesures susceptibles de contribuer à l’améliorer. Les revenus des communautés étant insuffisants (14), tout ce qui serait de nature à les augmenter serait bienvenu : la suppression des bénéfices de patronage ecclésiastique (15), la réduction des revenus des évêques (18), l’affectation des excédents des évêchés aux cures et aux corps ecclésiastiques qui en auront besoin (20), l’union des bénéfices de résidence à la manse des différentes communautés (24) – une disposition qui permettrait de supprimer les différences entre les membres des communautés dont on a vu que la condition variait parfois sensiblement à cause des revenus des bénéfices72. Ce faisant, les prêtres de Saint-Mathieu marquaient leur place au sein du clergé. Les piques adressées aux coadjutoreries des canonicats de la cathédrale (16), aux évêques, montrent qu’ils souhaitaient que le débat s’ouvrit sur la condition des ecclésiastiques à la réunion de l’ordre qui allait se tenir le 21 avril suivant.

  • 73 E. Frenay, Cahiers de doléances..., cahiers 133 (articles 5, 13, 20), 135 (article 13).

45Dernier ensemble, plus disparate et dispersé dans le cahier, sont les doléances qui suggéraient l’octroi de nouvelles facilités fiscales à Perpignan de manière à compenser des recettes dont la suppression avait été demandée (11, 14), sollicitaient la suppression de l’école militaire des haras fondée en 1753 à Perpignan (12), des intendants et des ingénieurs des ponts et chaussées (8), des assemblées provinciales (23), réclamaient que l’accès aux charges ecclésiastiques et militaires fut dû au seul mérite (10). L’école militaire avait dressé toute la province contre elle. La demande de suppression des assemblées provinciales pour les remplacer par des états provinciaux et de l’attribution des bénéfices ecclésiastiques, de la province aux clercs qui en étaient natifs, montre combien les bénéficiers de Saint-Mathieu adhéraient aux vœux du tiers état des trois vigueries : être dans le royaume qui se couvrirait d’états provinciaux puisque chaque province possèderait son assemblée des trois ordres où le Roussillon conserverait sa personnalité73.

46Sur un point, complémentaire du précédent, car c’était se ranger aux côtés des communautés des vigueries contre la ville de Perpignan, les bénéficiers se prononçaient clairement dans le débat – vif – engagé sur les privilèges fiscaux dont jouissaient Perpignan et les propriétaires de la province qui s’y faisaient recevoir comme habitants : en se prononçant pour le paiement de l’impôt au lieu où les terres seraient situées.

  • 74 L’origine sociale des bénéficiers n’a pas été sans importance probablement. Nos sources sont trop (...)

47Ainsi composé, ce cahier est parfaitement révélateur de la communauté dont il émane, de ses caractères comme de sa position modeste à Perpignan et dans l’ordre du clergé. Ses ressources étriquées rapprochent ses membres du tiers état et des positions qu’il prit sur la fiscalité, les exemptions dont jouissait la ville capitale de la province, les états provinciaux74. Un certain nombre d’articles critiques suggéraient des modifications dans les bénéfices et la répartition des revenus qui leur étaient attachés. Quel accueil leur réserva l’assemblée ? On l’ignore, d’autant que l’on ne sait pas comment procéda le clergé pour rédiger son cahier, si une commission étudia les doléances qui lui furent soumises, comme cela fut le cas pour le tiers par exemple.

48La mention « omis » portée en marge de sept articles sur le registre de délibérations de la communauté intrigue (2, 16, 17, 19, 20, 21, 25). Elle a été mise dans un second temps. Ces sept articles ont en commun, à l’exception du dernier, de proposer des modifications dont les effets pouvaient heurter des intérêts particuliers avec des conséquences non négligeables sur le plan local pour les bénéfices et les revenus qu’ils procuraient. Peut-on faire l’hypothèse que l’on aurait ainsi, pointés, les articles rejetés et les doléances incorporées dans le cahier de l’ordre ?

49Toute la première partie du cahier aurait été acceptée, en dehors de l’article 2. N’auraient soulevé des difficultés que l’attaque contre les coadjutoreries des canonicats de la cathédrale (16), contre les revenus des évêchés (19, 20), la demande de ne plus avoir à solliciter la provision des bénéfices en cour de Rome (17), la proposition de placer les biens ecclésiastiques sur le même pied que les biens des laïques face à l’impôt (21). Par contre, l’extinction des bénéfices de patronage ecclésiastique (15) ou l’union des bénéfices de résidence à la manse des communautés qui auraient modifié très sensiblement la constitution des communautés de prêtres et la condition des bénéficiers (24) auraient été retenues. De même, le clergé se serait prononcé en faveur de l’égalité fiscale, d’une fiscalité assise essentiellement sur les revenus de la terre et de l’industrie, et de la formation d’états provinciaux.

50Il s’agit d’une hypothèse, plausible, au regard des articles acceptés et « omis ». Le cahier de doléances de Saint-Mathieu donnerait ainsi un aperçu du cahier de l’ordre du clergé de la province du Roussillon que l’on peut encore espérer retrouver.

Cahier de doléances des prêtres de Saint-Mathieu

51Caÿer de plaintes, doléances et remontrances de la vénérable com(munau)té de l’église paroissiale de S(ain)t-Mathieu de la ville de Perpignan, en conformité de la délibération prise le jour d’hyer, duquel copie a été remise à M. Brial commissaire nommé pour assister à l’assemblée générale des trois états de la province du Roussillon qui doit se tenir dans la ville de Perpignan le 21 avril 1789.

521°. La communauté de S(ain)t-Mathieu supplie sa majesté de faire connaître aux états généraux le montant du déficit dans les finances du royaume, et de faire rendre au s(ieu)r de Calonne ses comptes touchant son administration affin que, vu tout ce qui est à voir, les états généraux puissent pourvoir au paiement de la dette nationale.

532°*. Le montant du déficit, une fois connu, la même communauté désire qu’après la tenue des états généraux, il ne soit nommé par le roi à aucun bénéfice de nomination, royale, et que des revenus des dits bénéfices pendant leur vacance, le déficit de l’état soit payé.

543°. Que dans toute l’étendue du royaume, il soit levé un impôt unique lequel tiendra lieu de gabelles, traites, aydes, et fermes. Cet impôt, d’après le dénombrement qui sera fait des terres dans chaque province, sera payé par les propriétaires par égales proportions, dans le lieu ou territoire seulement où elles seront situées.

554°. Que l’impôt ci dessus soit perçu dans chaque paroisse par un collecteur par elle nommé, lequel videra ses mains dans celles d’un receveur établi dans la capitale de la province, et ce dernier sera tenu de faire passer ses fonds directement aux coffres du roi, à ses frais propres obligeant ledit receveur à donner cautions suffisantes.

565°. Que les particuliers des paroisses qui ne possèdent pas des biens fonds soient taxés par les cottisateurs à certaine somme pour raison de leur industrie ou commerce ; ici non compris les brassiers ou travailleurs vivant de leur journée seulement.

576°. Que tout passage et transport soit libre dans l’intérieur du royaume, transportant à cet effet les barrières et douanes aux frontières.

587°. Que les places de ses intendants ainsi que des ingénieurs des ponts et chaussées soient supprimées vu que leurs opérations peuvent être remplacées par les municipalités respectives.

598°. Suppression des fermiers généraux, ainsi que des tribunaux d’attribution et juridiction.

609°. Suppression des droits actuels de contrôle, centième denier et insinuation et n’assujettir les actes qu’à la simple formalité, en payant indistinctement pour chaque acte 10 s(ols) et pour les exploits des huissiers 5 s(ols), et le sceau quelconque à 1 s(ols).

6110°. Que les membres du tiers état, aussi bien que ceux de la noblesse, puissent concourir aux places et dignités de l’église sans en excepter les évêchés, une fois que leurs talents et leur mérite les rendront dignes de ces places, qu’il en soit usé de même à l’égard des militaires dont la bravoure et l’expérience dans l’art de la guerre seront reconnues, étant les uns et les autres également sujets de sa majesté.

6211°. Que dans la ville de Perpignan il ne soit perçu d’hors en avant aucun droit de ville, sous quelque prétexte qu’il soit établi, laissant à la municipalité le soin de pourvoir par une seule taxe sur la province aux dépenses nécessaires et utiles à la ville, avec pouvoir de faire cesser celles existant à ce jour, si la municipalité les trouve déplacées.

6312o. Que l’école militaire des haras établie à Perpignan en 1753 soit supprimée attendu que cet établissement injuste dans son institution est très onéreux pour la province et presque de toute inutilité.

6413o Que tous bénéfices fondés dans la province de Roussillon ne puissent être possédés suivant notre constitution que par les seuls originaires de la province, lesquels aussi ne pourront posséder qu’un seul bénéfice.

6514o. Que dans la province de Roussillon, et notamment dans la ville de Perpignan, il soit pourvu incessamment à une augmentation des revenus actuels des dites communautés, puisque les membres qui les composent manquent du nécessaire, et ne peuvent, en servant l’autel, s’entretenir honnêtement et décemment, ainsi que la chose est notoire.

6615o. Que pour parvenir aux besoins pressants des ecclésiastiques mentionnés en l’article précédent, tous les bénéfices fondés dans notre province de patronage ecclésiastique que nous appelons ruraux soient éteints, vu que les possesseurs des dits bénéfices fondus dans les manses des corps ecclésiastiques qui ne sont pas suffisamment rentés.

6716o*. Que les coadjutoreries des canonicats de la cathédrale qui par le plus grand abus se sont introduites dans certaines églises, n’aient plus lieu, mais que pour exciter l’émulation des ecclésiastiques et le bien de l’église, les dits canonicats soient mis à la dispute, comme on le pratique pour les chaires de l’université.

6817o*. Que les ecclésiastiques nommés aux cures, canonicats et autres bénéfices de notre province ne soient plus tenus de demander leur provision à la cour de Rome, faisant cesser à cet effet tous règlements, concordats, et déclarations ci devant établis, et que la seule collation de l’évêque diocésain suffise.

6918o. Que les monastères de S(ain)t Michel de Cuxa, d’Arles et S(ain)t Génis de Fontaines soient conservés, étant des établissements très utiles à notre province, qu’il soit permis aux dits monastères de recevoir des novices.

7019o*. Que les revenus considérables de ses évêques dans le royaume sont modérés et fixés à telle somme que les états généraux jugeront convenable.

7120o*. Que les fonds qui proviendront de la diminution des revenus des évêchés soient distribués dans chaque diocèse sur les cures et corps ecclésiastiques qui seront dans le cas d’être augmentés.

  • 75 Barré : payent.

7221o*. Que les biens fonds possédés par les corps ecclésiastiques75 soient taxés à la même proportion que les terres des laïques, si l’impôt unique vient à être établi.

7322°. Sa majesté est très humblement suppliée, nonobstant la disposition de l’édit de 1749 concernant les gens de mainmorte, de permettre aux corps et communautés ecclésiastiques du Roussillon de recevoir les fondations que la piété des fidèles voudra établir, de placer à rente constituée les capitaux qui seront donnés pour les dites fondations déjà établies, comme aussi de remplacer les capitaux des fondations déjà établies à mesure qu’ils auront été remboursés. Cela profitera à l’état et aux particuliers.

7423°. Suppression des assemblées provinciales, et à leur place l’établissement des états provinciaux.

7524°. Que les revenus de tous les bénéfices de résidence fondés dans les églises de Roussillon sont unis à la manse des communautés respectives soit que le pourvu desdits bénéfices les résident ou non : par là le sort des communautaires serait amélioré et chaque résident aurait dans la même église un égal revenu.

7625°*. S’il arrive que les gabelles ne soient point supprimées, que les propriétaires des salines dans la vicomté de Canet et autres lieux de la province de Roussillon soient libres dans la vente des sels qu’ils exploiteront, dérogeant à cet effet à la disposition de [en blanc] qui oblige les dits propriétaires à vendre les sels de leurs salines au directeur général établi à Perpignan à 20 sols le minot seulement, ce qui a empêché jusqu’ici les dits propriétaires de faire valoir les dits salains attendu qu’à un si bas prix, ils ne sont point défrayés du travail et de la dépense que la dite exploitation leur occasionneront.

77Tels sont les objets, et les abus que la communauté de S(ain)t Mathieu a cru devoir mette sous les yeux de l’assemblée relative aux états généraux, les uns et les autres semblent mériter l’attention du plus juste et du mieux intentionné monarque puisqu’il n’a en vue que la prospérité de l’état et le bien d’un chacun de ses sujets, et ont signé M Brial prêtre syndic, Brunet curé, Massime prêtre, Carbasse prêtre, Rols.

78* en marge : noté « omis ».

Notes

1 E. Frenay, Cahiers de doléances de la province du Roussillon (1789), Perpignan, 1979 ; Ph. Torreilles, « Les élections de 1789 en Roussillon », Bulletin SASL, 1891, p. 389-458.

2 Gp 57. La réunion où Michel Brial est désigné se tient le 15 avril. L’ordonnance du juge de la viguerie, qui s’appuie sur l’article XI du règlement du 24 janvier 1789, stipule que les corps et les communautés ecclésiastiques ne pouvaient être représentés que par un seul député ou procureur fondé. Sont présents Denis Giralt premier syndic, Michel Brial second syndic, Dominique Brunet curé, Jean Massine, Joseph Chambon, Emmanuel Carbassa, François Crouxandeu, Jean-Christofle Rols.

3 Publiée à Perpignan, 1890.

4 Ph. Torreilles, Histoire du clergé..., Perpignan, 1890, p. 26-27. Ce cahier, depuis, est resté ignoré. Il n’a pas été publié par E. Frenay dans ses Cahiers de doléances de la province du Roussillon (1789).

5 Le diocèse d’Elne comportait 164 paroisses. À Perpignan, communautés des églises paroissiales Saint-Jean-Baptiste, Notre-Dame de La Réal, Saint-Jacques, Saint-Mathieu ; en Roussillon-Vallespir : Elne, Canet, Collioure, Argelès, Thuir, Ille-sur-Têt, Bouleternère, Millas, Estagel, Pézilla-la-Rivière, Rivesaltes, Pia, Céret, Arles-sur-Tech, Prats-de-Mollo ; en Conflent : Vinça, Prades, Villefranche-de-Conflent. Mémoires de maîtrises de l’université de Perpignan sous ma direction : S. Commandre, La communauté des prêtres de Collioure de 1700 à 1770 (1996) ; C. Garcias, La communauté des prêtres de Vinça, 1750-1791 (1996) ; C. Cucq, La communauté des prêtres d’Ille-sur-Têt, 1750-1790 (1996) ; E. Cazach, La communauté des prêtres de Notre-Dame de La Réal de Perpignan au xviiie siècle (1997) ; V. Billes, La communauté des prêtres de l’église Saint-Jean-Baptiste de Perpignan au xviiie siècle (1997) ; J. Capeille, Étude historique sur Millas. La seigneurie, la communauté et l’église, Céret, 1900 ; Ph. Torreilles, « Une carrière ecclésiastique sous l’Ancien Régime, l’abbé Thomas Tolra (1721-1789-1804) », Bulletin SASL, 1896, p. 279-304.

6 P. Bonnassie (éd.), Le clergé rural de l’Europe médiévale et moderne, XIIIe journées internationales de l’abbaye de Flaran, Toulouse, 1995 ; N. Lemaître, Le Rouergue flamboyant, Paris, 1988 ; EAD., « Les communautés de prêtres filleuls dans le Rouergue de l’Ancien Régime », Ricerche di storia sociale e religiosa, 34, 1988, p. 33-58 ; L. Welter, « Les communautés de prêtres dans le diocèse de Clermont du xiiie au xviiie siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, t. XXXV, no 125, janvier-juin 1949, p. 5-35 ; L. Latour, « Les communautés de prêtres à Auterive (Haute-Garonne) sous l’Ancien Régime », Mélanges historiques midi-pyrénéens offerts à Pierre Gérard, 1992, p. 195-211 ; J. Poumarède, « Les fadernes du Lavedan : associations de prêtres et sociétés de crédit dans le diocèse de Tarbes, xve-xviiie siècle », Mélanges offerts à Jean Dauvilliers, Toulouse, 1979, p. 676-694 ; A. Ramière De Fortanier, « La confrérie Notre-Dame de Fanjeaux et son développement au Moyen Âge », La religion populaire en Languedoc, Cahiers de Fanjeaux, no 11, 1976, p. 321-356 ; S. Brunet, Les prêtes des montagnes : Val d’Aran et diocèse de Comminges (vers 1550-1750), thèse EHESS, 1996. À Puigcerdà, principale localité de Cerdagne, il y avait un collège de prêtres qui desservait les paroisses voisines. Sa structure était donc différente des communautés du Roussillon.

7 Le Mémoire concernant la compagnie des prêtres bénéficiers de l’Église Saint-Jean-Baptiste... considère l’assemblée du 15 décembre 1383 où les bénéficiers, les chanoines, les hebdomadiers, firent « syndicat général » comme le véritable acte de naissance de la communauté des prêtres, 1 Qp 507.

8 1 J543, État des bénéfices du diocèse d’Elne, de leurs titulaires et de leurs patrons, 1746-1784.

9 G 722, 724, 766, 865, 873, 874, 933.

10 À Céret, à Villefranche-de-Conflent, G 764, 986.

11 N. Lemaître, L. Welter, L. Latour, art. cit.

12 1 C 1081. Le dénombrement des deux autres vigueries est exécuté également. Mais il ne comporte pas exactement les mêmes renseignements, comme le nombre des ecclésiastiques.

13 Bibl. mun. Narbonne, ms 292.

14 L’État ne comprend pas dans les chiffres qu’il indique les chanoines du chapitre d’Elne et de la collégiale de La Réal. Ils s’établiraient ainsi, Saint-Jean : 55 (+ 22 chanoines), La Réal : 10 (+ 11 chanoines), Saint-Jacques : 17, Saint-Mathieu : 7, Elne : 10, Canet : 0, Collioure : 13, Argelès : 6, Thuir : 11, Ille-sur-Têt : 30, Bouleternère : 5, Millas : 12, Estagel : 6, Pézilla-la-Rivière : 4, Pia : 1, Céret : 13, Arles-sur-Tech : 7, Prats-de-Mollo : 13, Vinça : 14, Prades : 29, Villefranche-de-Conflent : 7. L’Almanach du Roussillon pour l’année 1772 donne le nombre des bénéfices, non le nombre de prêtres membres des communautés à cette date. Les chiffres sont dans Ph. Torreilles, Histoire du clergé..., p. XII.

15 1 C 1081.

16 À la suite du transfert du siège épiscopal de Elne à Perpignan en 1601, la bulle de Clément VIII du 1er septembre 1601 avait supprimé la collégiale de Saint-Jean et ses 22 chanoines. Les chanoines d’Elne mis en leur lieu et place, ainsi que l’évêque, ne devenaient membres de la communauté des prêtres qu’après avoir été admis et avoir prêté serment entre les mains de ses syndics.

17 Ph. Torreiles, Histoire du clergé..., introduction ; ID., Perpignan pendant la Révolution, 1789-1800, 3 vol. , Perpignan, 1896-1897 : communauté de Saint-Jean : 22 chanoines, 66 bénéficiers ; La Réal : 11 chanoines, 11 bénéficiers ; Saint-Jacques : 20 bénéficiers ; Saint-Mathieu : 9 bénéficiers.

18 1 J 543, État des bénéficiers du diocèse d’Elne... : bénéfices à la fondation royale, fondés essentiellement par les rois de Majorque (p. 37-38) ; la confrérie des pareurs de Perpignan était patronne d’un ou plusieurs bénéfices à l’église Saint-Jean, à La Réal, à Saint-Jacques, à Saint-Mathieu, à Céret.

19 Les d’Oms (Saint-Jean, Saint-Mathieu, Elne, Vinça, Thuir) ; le marquis de Montferrer (Saint-Jean, Elne, Thuir), les comtes de Ros, d’Aranda, etc.

20 Un Descatllar à Ille-sur-Têt par exemple, G 795, cf. C. Cucq, op. cit., p. 117 ; Raphaël Descatllar, docteur en théologie, admis le 16 mars 1731, décédé le 25 décembre 1788.

21 G 785, 787, 795, 796, 836.

22 À Collioure, G 955 ; S. Commandre, p. 31. La cérémonie est à peu près la même à Ille-sur-Têt.

23 3 E 40/663, fos 362vo-366.

24 États en G 284, 1 Qp 494 et 1 Qp 507 par exemple. La déclaration de la communauté de Saint-Mathieu est incomplète, malheureusement, 1 Qp 498.

25 Les possessions les plus importantes sont la grange de Canamals, les biens de Torreilles et de Château-Roussillon (au total 220 ha environ). Les autres pièces de taille très inférieure sont dispersées dans les terroirs de Saint-Genis de Tayneras, Saint-Assiscles, Mailloles, Saint-Jean, Le Vernet, Saint-Estève, Bompas, Pézilla, Villeneuve-la-Rivière. En tout, moins de 350 ha.

26 G 607. Saint-Mathieu n’affermait que 4 champs en 1675-1676. Les biens de Saint-Nazaire, de Pia et de Perpignan affermés 3 031 livres en 1790 en constituaient la part principale.

27 Modeste propriétaire foncier la communauté de Saint-Mathieu était aussi la moins bien dotée en censives : le llevador des revenus de 1774-1775 mentionne 39 cens seulement (G 650). Ils produisaient 13 livres, 2 sols, 4 deniers par an (1790, 1 Qp 498).

28 Tableau 2 (en livres).
Image img02.jpg

29 50 % à Prades, 46,20 % à Millas, Lp 1086 ; J. Capeille, op. cit., p. 172.

30 V. Billes, op. cit., p. 54 ; E. Cazach, op. cit., p. 65.

31 151 remboursements contre 24 créations à Saint-Jean au cours de la décennie 1720-1729, soit près de 15 % du nombre des rentes constituées ; 28 rachats de censaux contre 4 créations à Prats-de-Mollo, V. Billes, op. cit., p. 57-59 ; E. Robinat, op. cit., p. 102. Toutes les communautés religieuses voient leurs ressources sérieusement amputées, cf. V. Melguizio, Origine et composition sociale des réguliers à Perpignan au xviiie siècle, maîtrise, Perpignan, 1997.

32 E. Cazach, op. cit., p. 65. Les rentes constituées les plus importantes de Saint-Mathieu ne produisent pas plus de 30 livres d’intérêt ce qui correspond à un capital de 600 livres (G 579).

33 G 537-539, on reconnaît les années de peste, Saint-Jacques avait prêté à de nombreuses autres communautés d’habitants : Sorède, Bouleternère, Canet, Llupia, Maureillas, Ille-sur-Têt, Joch, Rigarda, Alenya, Thuir, Salses, etc. Saint-Mathieu à Thuir, Salses, Montferrer, Saint-Jean-Pla-de-Corts, Sainte-Marie-la Mer, Palau-del-Vidre, Tautavel (G 589, 596).

34 E. Cazach, op. cit., l’université de Perpignan emprunte 700 livres en 1770 pour effectuer des réparations au jardin botanique. La communauté des prêtres de Collioure, celle de Villefranche, les Augustins, empruntent pour payer des droits d’amortissement ou simplement la congrue du curé de la communauté. Les pénitents bleus de Montpellier obtiennent 3 061 livres 13 sols 4 deniers de la communauté de La Réal en 1770. La moitié des crédits faits à ces communautés au cours de la seconde moitié du xviiie siècle est remboursée avant une dizaine d’années.

35 Parmi eux, 36 % résident dans la paroisse de La Réal, 25 % dans la paroisse Saint-Jean, 19 % dans la paroisse Saint-Mathieu, 18 % dans la paroisse Saint-Jacques.

36 C’est l’expression employée pour une constitution de rente.

37 G 539. Il en est de même pour de petites communautés comme celle d’Estagel où 20 % des débiteurs à peine règlent leur dû avec exactitude. Des retards de plusieurs années s’accumulent, les refus de payer se multiplient (G 539, 786). La communauté de Villefranche déclare en 1790 ne pas pouvoir faire état de certains censaux avant d’avoir réussi à en faire le recouvrement, ce qui veut dire qu’ils n’étaient plus payés depuis longtemps.

38 « Chants des heures canoniales, grands-messes, vêpres, solennités, processions, anniversaires et autres soit d’obligation soit de dévotion » à Millas, J. Capeille, op. cit., p. 174.

39 Lp 1086.

40 1 Qp 496, 20 doble llargs, 119 anniversaires simples, 47 anniversaires généraux, 9 anniversaires généralissimes, 54 messes basses, qui produisent annuellement 720 livres 10 sols. Ces fondations ne sont pas intégrées dans les droits utiles (cf. tableau) qui se répartissent ainsi : funérailles : 90 livres 8 sols, solennités des fêtes dans les chapelles à l’église : 6 livres 6 sols 8 deniers. Les prêtres de Saint-Jacques ne font mention ni des messes de mariage, ni des messes d’intention commandées par les fidèles, etc.

41 1 Qp 478. Ces messes produisaient un revenu de 537 livres 3 sols 4 deniers, inférieur à Saint-Jacques pour un nombre d’anniversaires équivalent. On voit la difficulté qu’il y a à chercher à évaluer le service des messes ou les revenus qui en étaient tirés avec un seul type d’information.

42 On n’a pas l’évaluation du revenu moyen par bénéficier pour Saint-Mathieu. Il devait être plus proche de celui des prêtres de La Réal et de Saint-Jacques, cf. infra.

43 À Saint-Jacques, en dehors d’un bénéficier qui jouissait d’autres bénéfices, le mieux doté recevait 643 livres 10 sols 1 denier, soit 220 livres attachés à son bénéfice.

44 1 Qp 494.

45 3 E 3/703, p. 273 sq.

46 Ibid., no 297.

47 Ibid., p. 353-355, no 352 (8), 1340 : donation par le roi Sanche d’une portion de dîme ; fondation d’un bénéfice de 12 livres de revenu par an par Paul Sicars ; 1352 : fondation d’un bénéfice. La communauté hérite d’un bénéfice fondé précédemment en 1332, etc.

48 1 J 543, p. 9-10.

49 G 611.

50 Directes dans les terroirs de Saint-Jean à Perpignan, Mailloles, Orle, Canohès, Toulouges, Vernet, Ortolanes, Pia, Saint-Marie-la-Mer, Pollestres, Saint-Estève, Villeneuve-la-Rivière.

51 601 livres en 1665-1666, 669 livres 3 deniers en 1669-1670, 662 livres 3 deniers en 1674-1675, G 589. C’est par le biais des rentes constituées et l’hypothèque sur les biens que la communauté avait une influence hors de la ville, cf. G 659 sq.

52 G 652.

53 G 610.

54 G 587.

55 Ibid.

56 G 583, jubilé accordé à Louis Condoret qui avait accompli 39 années de résidence sans discontinuer.

57 Gp 57. On notera que 5 prêtres seulement signent le cahier de doléances, cf. note no 2.

58 G 647.

59 G 583, 1772-1781.

60 Refus, par exemple, que les curés célèbrent les missas de partora -de relevailles- ; statuts de la communauté Saint-Mathieu interdisant aux bénéficiers qui ne résidaient pas effectivement de prendre part aux élections, et privant de distributions les membres qui insultaient les syndics et autres officiers dans ou à propos de l’exercice de leurs fonctions, cf. G 588.

61 Un exemple, à propos de la canorgue - c’est-à-dire la boucherie exempte de droits dont jouissaient les ecclésiastiques de la ville -, 1720, G 588.

62 Ibid., 1542. À Saint-Jean ainsi qu’à La Réal, la fabrique fournissait aussi la cire et les ornements sacerdotaux pour toutes les messes de fondation.

63 1 C 2142

64 Gp 57, 2 septembre 1786.

65 On connaît par ailleurs, notamment en Languedoc, des cahiers de doléances rédigés en « langue vulgaire ».

66 Inutile d’insister sur ce dernier article, on sait combien la position de la province, réputée étrangère, l’avait pénalisée avec ses droits imposés du côté des Pyrénées et à la frontière avec le Languedoc.

67 C. Juhel, La fiscalité directe en Roussillon (1659-1789), thèse droit, université de Perpignan, 2000.

68 Article 2, par le revenu des bénéfices de nomination royale qui ne seraient pas pourvus lorsqu’ils deviendraient vacants.

69 Ph. Torreilles, Perpignan pendant la Révolution, op. cit., p. 112 ; ID., « Les élections de 1789 en Roussillon », art. cit. La noblesse méridionale se prononce sans ambiguïté dans les premières semaines de l’année, avant que ses cahiers ne soient rédigés donc, pour l’égalité devant l’impôt, cf. G. Larguier, 1789 dans la sénéchaussée de Limoux, Limoux, 1989, p. 80 sq.

70 Et non pas, comme en Roussillon, des receveurs par vigueries que les communautés ne désignaient pas, cf. C. Juhel, op. cit.

71 On notera que l’abbaye de Saint-Martin du Canigou n’est pas citée.

72 L’article 22 atteste de la place occupée par les rentes constituées dans les préoccupations des prêtres, facteur déterminant de la stabilité des communautés.

73 E. Frenay, Cahiers de doléances..., cahiers 133 (articles 5, 13, 20), 135 (article 13).

74 L’origine sociale des bénéficiers n’a pas été sans importance probablement. Nos sources sont trop lacunaires à cet égard pour l’apercevoir avec une netteté suffisante.

75 Barré : payent.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les revenus des communautés de prêtres de Perpignan d’après les déclarations de 1790 (en livres)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/736/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540