Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Les testaments apostoliques du diocèse d’Elne au xviiie s. Contribution à l’étude du processus de « francisation » de la province de Roussillon

Texte intégral

  • 1 P. Rosset et S. Caucanas, Guide des archives départementales des Pyrénées-Orientales, Perpignan, 1 (...)
  • 2 A. Peyre et S. Caucanas, Inventaire de la sous-série 3 E, 30 à 59, Perpignan, 1985 ; 3 E 35, p. 65 (...)
  • 3 11 512 testaments dénombrés de 1695 à 1792. Les années 1693, 1694, 1759, ne sont pas communicables (...)
  • 4 Les travaux portant sur les testaments, nombreux depuis la thèse fondatrice de M. Vovelle, Piété b (...)
  • 5 Les testaments reçus par les notaires apostoliques du diocèse d’Elne ont fourni la matière des mém (...)

1Les fonds notariaux sont, on le sait, une des grandes richesses du département des Pyrénées-Orientales1. Une des séries les plus originales, conservée sous la cote 3 E 35, est constituée pas les testaments reçus par les notaires apostoliques du diocèse d’Elne, les Tersols, notaires à Perpignan, qui se succèdent sans discontinuer de la fin du xviie à la fin du xviiie siècle2 : 99 liasses renfermant près de 12 000 testaments, assurément le plus bel ensemble de testaments des comtés catalans et même de la France méridionale3. Cette série remarquablement continue, massive, demandera une analyse exhaustive car elle constitue une des sources majeures des pratiques religieuses du diocèse d’Elne au xviiie siècle4. En attendant l’étude du contenu des dispositions testamentaires, longue à faire5, on peut s’attacher à deux points : les conditions dans lesquelles elle a été réunie, la pratique testamentaire et ses relations avec la législation royale. Ces deux aspects vont de pair en effet et nous renseignent sur les processus de « francisation » de la province du Roussillon.

  • 6 Excepté dans des zones isolées, comme les Corbières.
  • 7 I. Pont, p. 19 (7 % des testaments ne portent pas d’indications sur l’état de santé des testateurs (...)
  • 8 Moins de 0,5 % des cas.
  • 9 153 Edt 6, 21 août 1775, n. f.

2J’entendrai par testaments apostoliques les testaments reçus par les ecclésiastiques. Appeler un prêtre pour rédiger ses dernières volontés, préparer le déroulement de la cérémonie funèbre, prévoir les célébrations post-mortem, régler sa succession, était chose courante. On la trouve attestée dans toutes les régions aux xve et xvie siècles. L’habitude demeure au xviie siècle de demander aux prêtres de venir recueillir les testaments dans les Comtés et en Cerdagne alors que cette pratique est en recul ailleurs, ainsi dans le Languedoc proche6. Le nombre réduit des notaires, leur lieu d’exercice plus encore, expliquent en grande partie cet état de fait. Les notaires habitent en ville ou dans les bourgs de la plaine et des vallées. L’habitude de ne tester qu’à la dernière extrémité, lorsqu’on était en danger de mort, accentue les effets de la distance et de la difficulté des chemins. Le prêtre est partout, c’est lui que l’on va chercher en cas de besoin. 93 % des testaments entre 1737 et 1742, 98 % entre 1743 et 1749 mentionnent que les testateurs, malades, sont alités7. Il est rarissime que les testaments recueillis par les prêtres soient pris auprès de gens en bonne santé8. Les testaments eux-mêmes où les prêtres tiennent à préciser qu’étant dans leur presbytère on est venu les prier de se rendre auprès d’un malade, ainsi que les conseils en forme d’instruction à l’intention de ses successeurs que rédige aux trois quarts du xviiie siècle le curé Auberge de SaintPierre-dels-Forcats à la fin de ses registres paroissiaux, donnent à voir les conditions dans lesquelles ils officiaient : « il serait souhaitable... de ne pas attendre la dernière extrémité, ... que chacun fit son testament tandis qu’il est à lui-même et en parfaite santé », de manière à ne pas obliger les curés « quelque fois bien embarrassés... à recevoir les testaments et à les écrire à la hâte sans aucune réflexion de conscience, sans aucune prudence »9.

  • 10 Ce point demandera à être éclairci. L’impréparation était-elle complète, ou bien la succession éta (...)
  • 11 Le faible nombre de testaments en provenance de Prats-de-Mollo s’explique-t-il aussi par le fait q (...)
  • 12 On note dans le fonds des Tersols la présence de communautés situées hors du diocèse d’Elne : comm (...)

3Les remarques du curé de Saint-Pierre-dels-Forcats qui conseille fermement à ses successeurs de résister à leurs paroissiens et de les renvoyer autant que possible devant un notaire – agissant dans la précipitation au seuil de la mort « ils oublient leur salut » tonne-t-il – distinguent-elles les testaments apostoliques, ruraux, des derniers instants, rédigés avec un soin insuffisant, et les testaments des notaires, citadins, des successions mûrement réfléchies ? L’examen attentif de la partie des testaments qui concerne la désignation des héritiers et le partage des biens donne du crédit aux propos du curé Auberge. Les informations que l’on peut en tirer sont de valeur assez médiocre en effet à cause d’une rédaction trop imprécise et dépourvue de rigueur10. La carte établie à partir des testaments adressés au notaire apostolique de Perpignan montre que l’on recourait naturellement aux ecclésiastiques dans toutes les campagnes pour rédiger ses dernières volontés. Les taches blanches signalent presque à tous coups les localités où les notaires sont installés (carte 1). Certes, quelques nuances apparaissent. Le haut Vallespir livre relativement peu de testaments apostoliques ; le chapelet d’agglomérations à caractère urbain comme Prats-de-Mollo ou Céret forme un écran qui augmente la distance entre le bassin supérieur du Tech et la capitale de la province11. À l’inverse, des lieux où exerce un notaire, comme Collioure, donnent de nombreux testaments apostoliques12. Dans l’ensemble, la dichotomie ville-bourgs/villages est particulièrement marquée.

  • 13 R. Sala, op. cit., p. 280, a obtenu cette proportion à partir de testaments tirés des minutes de n (...)
  • 14 I. Pont, p. 206 sq. ; C. Donet, p. 86 sq. ; C. Azzopardi, p. 93 sq.

4Les propos peu amènes du curé de Saint-Pierre-dels-Forcats à l’égard de ses paroissiens et sa réticence à tenir la plume au chevet des mourants ne doivent pas induire en erreur. Le prêtre joue dans les campagnes un rôle qui va très au-delà de ses fonctions pastorales et d’administration. L’homme d’Église est sollicité sans cesse pour intervenir dans les affaires privées. Le curé Auberge qui invite à la plus grande prudence, à maintenir égale la distance entre tous ses paroissiens, quelles que soient ses sympathies, attire l’attention sur les attentes des fidèles et le rôle qu’ils assignent au desservant. Le prêtre médiateur pour l’au-delà doit prolonger sa vocation ici-bas. La fonction du prêtre ne se borne pas à accéder aux prières de ses paroissiens et à venir instrumenter auprès de ceux qui craignent pour leur vie. Elle serait déjà essentielle car le prêtre qui s’entoure de témoins – sept en principe pour que les testaments nuncupatifs soient valables – a ainsi en quelques années de ministère à connaître des affaires privées de tous les membres de la communauté. Greffier des dispositions testamentaires, il est choisi aussi fréquemment pour en surveiller et en assurer l’exécution. L’ecclésiastique est au nombre des manumisseurs dans plus d’une succession sur deux environ dans la première moitié du xviiie siècle. Les testaments apostoliques confirment à cet égard l’observation déjà faite par Raymond Sala en haut Vallespir et lui donnent une valeur plus générale13. L’homme d’Église est choisi partout avant les membres les plus proches de la famille, les conjoints, les frères, les fils, pour administrer et transmettre les biens des défunts14. C’est dire la place centrale qu’il occupe dans la société catalane.

Carte 1 : Les testaments apostoliques du diocèse d’Elne (1737-1749)

  • 15 Édits de Henri II de septembre 1547, de juin 1550, de Louis XIII de novembre 1637.
  • 16 C. Donet, p. 42.
  • 17 Article VII, « et lorsque le curé de la paroisse du testateur ou son vicaire auront reçu un testam (...)

5Réunie tardivement au royaume, la province du Roussillon n’avait pas été concernée par les édits antérieurs à son annexion qui avaient défini le champ d’exercice et réglementé l’activité des notaires apostoliques15. Les testaments continuèrent donc à être reçus après 1660 selon la tradition. Les modèles proposés aux rédacteurs par les formulaires n’enserrent pas les testaments dans un modèle rigide. La sève locale, mère des diversités qui s’imposent aux prêtres, est perceptible jusqu’au milieu du xviiie siècle. Les phrases se répètent d’un testament à l’autre comme à Toulouges où quatre desservants se succèdent entre 1743 et 1748, mais changent lorsqu’un prêtre passe d’une paroisse à l’autre16. L’édit du mois de décembre 1691, qui crée des notaires royaux et apostoliques, introduit une nouveauté importante en Roussillon, alors qu’il n’apportait que des précisions et des compléments dans le reste du royaume. Le diocèse d’Elne aura désormais un notaire apostolique au même titre et dans les mêmes conditions d’exercice que les autres diocèses. Dans une note introductive au répertoire préparé pour les testaments qu’il est appelé à recevoir en vertu de l’article 7 de l’édit17, Emmanuel Tersols rapporte comment il fut pourvu de cet office :

  • 18 3 E 1/4622.

« rubrica general dels testamens presos per los rectors y vicaris del diocese de Elne en nom dels notaris tant de Perp(ign)a com de Rossello Conflent y Vallespir y son estats entregats a Emanuel Tersols notari publich y apostolich de Perpigna en forsa de l’edict del mes de decembre 1691 portant creatio de notari real y apostolich y de ordonança de Monsenyor l’intendant Trobat feta al peu de une requesta per dit Tersols a ell presentada lo die de 16 abril 1694 y los que endevenidor rebran dits curats y vicaris de llurs parrochian amb defensas a dits nott(ari) de prendren negu testament que dits vicaris y rector rebran »18.

6On ne perçut guère dans un premier temps les effets possibles de l’édit qui plaçait les testaments reçus par les prêtres dans les rets de la législation royale, en dehors de la concentration qu’il opérait et de l’avantage qu’il donnait à un notaire au détriment de ses confrères. Les usages ne furent pas bouleversés. La diversité de la présentation, du format, de la qualité du support des testaments, reste étonnante. La date de l’édit qui institue les notaires apostoliques explique probablement pourquoi il y eut peu d’effets dans l’immédiat. Il est antérieur à l’édit du mois de février 1700 qui impose l’emploi de la langue française dans tous les actes publics à partir du mois de mai 1700.

  • 19 Ibid., nombreux exemples dans la série C.

7Les prêtres continuèrent à rédiger les testaments en catalan ; et Emmanuel Tersols à les accepter. L’édit de 1691 précisait pourtant avec la plus grande netteté dans son article 10 que les notaires apostoliques devaient être obligatoirement aussi notaires royaux. D’actes publics, les testaments reçus par les curés tombaient au rang d’actes à caractère privé. Les prêtres ne se sentirent-ils pas concernés ? Les ecclésiastiques de la province, d’une manière générale il est vrai, continuèrent après 1700 à écrire en catalan les actes paroissiaux, leurs Mémoires ou leurs llevadors19. Les représentants du pouvoir royal dans la province et le Conseil souverain ont probablement ignoré cette situation, en tout cas ils ne s’en inquiétèrent pas.

8Deux textes, qui n’ont pas de lien direct entre eux, vont affecter beaucoup plus profondément la pratique testamentaire. Le premier, l’ordonnance d’août 1735 sur les testaments, rappelait, précisait, rendait plus cohérente et contraignante la législation dans ce domaine. Le second, la déclaration du 9 avril 1736, à appliquer à partir du premier janvier de l’année suivante, imposait des règles uniformes pour la tenue des registres paroissiaux. L’un et l’autre, applicables à l’ensemble du royaume, ne visaient pas expressément la province du Roussillon. L’ordonnance sur les testaments, en particulier, qui fait allusion dans ses articles 25 et 26 aux prêtres habilités à recevoir les testaments, ne leur imposait pas de contrainte particulière. Obligés de se plier au régime commun ils ne s’en trouveront pas moins placés dans une position radicalement nouvelle, davantage encore pour le fond – la légalité des testaments – que pour la forme – la langue.

  • 20 « 700 infectés », 4 000 reçus depuis 1700. Dissimule-t-on l’ampleur du problème au Conseil souvera (...)
  • 21 2 B 36, fos 262-263vo.
  • 22 Les curés sont très attentifs ensuite à ne pas prêter le flanc à la critique. Un exemple de formul (...)

9Dès lors, les pratiques testamentaires de la province ne pouvaient plus esquiver l’épreuve de la conformité et de la légalité. Le Conseil souverain eut à connaître une affaire de contestation de légalité d’un testament en 1745. Il s’émut moins du vice de forme qui rendait trop de testaments attaquables, car ils ne mentionnaient pas en toutes lettres que lecture avait été faite au testateur de ses dernières volontés, que de découvrir l’inapplication de l’édit de 170020. Les milliers de testaments rédigés en catalan retenus par le notaire apostolique du diocèse d’Elne étaient-ils valables ? Le Conseil souverain embarrassé n’osa pas donner une réponse catégorique. Une déclaration du roi prescrivant « la forme des testaments ou autres actes de disposition de dernières volontés qui seront faites à l’avenir dans la province du Roussillon » régla le problème en 175421. Ce texte, court, se borne à rappeler les dispositions de l’arrêt de février 1700 et de l’ordonnance d’août 1735 (art. 1 et 2), demandant qu’elles soient scrupuleusement respectées désormais (art. 5), mais déclare valables tous les testaments reçus jusque-là (art. 4). Une question était posée néanmoins dans le préambule : comment « les curés qui reçoivent dans lad(ite) province une grande partie des testaments ont négligé de s’y conformer [...] malgré des dispositions si précises », ce qui a conduit à « contester la validité d’un grand nombre de testaments qui ont été rédigés en langue catalane » ? Elle avait perdu de son actualité car elle intervenait alors que l’effort des prêtres pour se conformer aux textes réglementaires avait abouti22.

10L’institution d’un notaire apostolique à Perpignan, les conditions dans lesquelles sont concentrés les testaments, la suspicion dont ils sont bientôt l’objet, instituent ainsi la série 3 E 35 comme une source significative des relations entre l’État et la coutume locale, car derrière le procès en illégalité à cause d’un défaut ou du manque de rigueur des formules, le souci affiché d’une meilleure protection des testateurs et l’exigence de la langue française, est en cause la place du prêtre dans la société catalane.

  • 23 Démographie et crises en Bas-Languedoc (1670-1790), IRHIS, 1992 ; G. Larguier, C. Marquié, M.-R. V (...)

11Le diagramme que l’on peut construire en comptant année après année les testaments conservés par les Tersols, malgré les lacunes dues à la destruction probable de quelques documents, donne une excellente image du destin des testaments apostoliques dans le diocèse d’Elne au xviiie siècle. Trois périodes bien distinctes s’aperçoivent avec netteté : 1693-1739, 1740-1766, 1767-1792. Jusqu’en 1739 on peut considérer que la production testamentaire passant par les desservants des paroisses reflète assez bien celle qui avait cours précédemment. Les habitudes locales n’ont pas été fondamentalement dérangées. Certes, on aperçoit des fluctuations assez prononcées. Le nombre élevé des testaments dans telle ou telle paroisse laisse à penser que sont signalées ainsi les pointes de mortalité. 1708, 1712-1713, 1720, 1729, 1734, se détachent, ce qui est conforme à ce que l’on connaît par ailleurs, en Languedoc notamment23. Le nombre des décès n’augmente pas sensiblement en 1709 à la différence de 1712-1713 où la question des subsistances, après une série d’années difficiles, continue à se poser de manière aiguë. 100 testaments au minimum parviennent chaque année chez le notaire apostolique de Perpignan, 182 en moyenne entre 1695 et 1739.

  • 24 I. Pont, p. 31 sq. ; C. Donet, p. 29 sq., C. Azzopardi, p. 29 sq.

12La chute de 1740, inhabituelle, annonce malgré un rétablissement provisoire, un recul sensible des testaments de « proximité ». La moyenne s’établit à 92 entre 1740 et 1766 ; la moitié moins exactement qu’au cours de la période précédente. Les variations annuelles, beaucoup plus fortes, accentuent l’impression d’hésitation de la société rurale. Celles-ci ne sont pas la conséquence d’une réticence affichée de telle ou telle région ou de paroisses particulières, à l’exception peut-être des communautés de la couronne perpignanaise dont le nombre de testaments adressés au notaire Tersols se réduit sensiblement. Au contraire, la stabilité des zones émettrices de testaments apostoliques apparaît comme remarquable. De même, une analyse attentive des catégories sociales où se recrutent les testateurs ne révèle pas une désaffection sélective à l’égard de cette forme de testament. La proportion des brassiers et des pagès qui fournissent le plus gros contingent de testateurs reste identique en aval de la cassure de 1740 à ce qu’elle était précédemment24, ce qui donne encore davantage de signification à la distance que prend la société catalane à l’égard des testaments apostoliques.

Testaments reçus par les notaires apostoliques du diocèse d’Elne (1695-1792).

Testaments reçus par les notaires apostoliques du diocèse d’Elne (1695-1792).

Testaments apostoliques en français (1695-1792 en %).

Testaments apostoliques en français (1695-1792 en %).

13Une nouvelle phase de recul des testaments apostoliques s’amorce en 1767, plus prononcée encore. Pour la dernière fois, le notaire reçoit plus de 100 testaments en 1766 (104) – le plancher de la première moitié du xviiie siècle. 57 seulement lui parviennent l’année suivante. En moins de cinq ans les testaments apostoliques tombent à un étiage dont ils ne s’écartent plus guère – si ce n’est en 1786, 51 – : une trentaine annuellement environ et même moins encore. La moyenne s’établit à 35 entre 1770 et 1792, moins de 20 % de ceux qui étaient rédigés dans la première moitié du xviiie siècle !

  • 25 Tradition chez les Trinxeria ? Dorothée de la Trinxeria, femme du notaire de Prats-de-Mollo, appel (...)

14Cette fois, une modification radicale affecte l’aire géographique d’où proviennent les testaments. Issus jusque-là de l’ensemble du diocèse d’Elne et de ses marges, des diocèses de Narbonne et d’Alet, ils vont se réduire, à peu de choses près, en de brèves étapes, au territoire de la viguerie du Roussillon, c’est-à-dire à la plaine et à la zone la plus proche de Perpignan (carte 2). Ce resserrement spatial n’explique pas dans un premier temps l’effondrement du nombre des testaments. Il lui est postérieur et n’est vraiment sensible qu’à partir de 1775. On note même une ouverture à des localités qui n’en avaient livré que par intermittence jusque-là, comme Prats-de-Mollo : 8 testaments en proviennent entre 1770 et 1774, dont celui de Marguerite de la Trinxeria, l’épouse du notaire François de la Trinxeria25.

15Le processus de contrôle et de marginalisation des testaments apostoliques, dont l’ordonnance fut la première étape, parvient à son terme dans la décennie qui précède la Révolution. Contrairement à l’hypothèse que l’on aurait pu émettre en partant de l’image du testament rural/testament reçu par un prêtre, ce ne sont pas les zones éloignées de Perpignan, au relief difficile, où les communications étaient peu aisées, qui résistent le plus longtemps, mais la plaine du Roussillon. Cette désaffection a-t-elle conduit la clientèle potentielle des campagnes dans les études des notaires royaux des bourgs et des agglomérations à caractère citadin ? Une mesure exhaustive de l’ensemble de l’activité notariale pourrait seule apporter une réponse à cette question.

Carte 2 : Les testaments apostoliques du diocèse d’Elne (1780-1789)

16Là n’est pas l’essentiel cependant. La courbe de la production des testaments apostoliques révèle le choc entre la loi régalienne dont le Conseil souverain est le puissant relais et la coutume locale, entre l’État et la société catalane. La rupture de pente de la décennie 1740 ne met pas seulement en lumière la « francisation » – entendons par là la substitution d’une langue à une autre – mais également l’altération des modes de fonctionnement de la société catalane, moins perceptible dans un premier temps, plus lente à produire ses effets, qui n’est pas de moindre conséquence à terme. Les deux processus se superposent d’ailleurs largement.

  • 26 C. Azzopardi, p. 94-95.
  • 27 R. Sala, op. cit., p. 336. Ce pourcentage reste très élevé, comparé à ceux que l’on observe dans l (...)

17Le prêtre de paroisse est appelé beaucoup moins souvent pour recueillir les testaments, d’une part. Il est choisi moins fréquemment, d’autre part, comme manumisseur. Si les membres du clergé gardent la première place pendant une décennie encore, leur position s’affaiblit fortement au tournant du demi-siècle au bénéfice des membres de la famille. Ces dernier figurent deux fois sur cinq parmi les manumisseurs en 1750 – 41,6 % –, trois fois sur cinq en 1758 – 60,2 %. Parallèlement, on observe une forte augmentation des testaments qui restent silencieux sur l’identité des manumisseurs : la proportion passe de 20,6 % en 1750 à plus de 30 % après 1755, avec une pointe à 50,8 % en 175826. Doit-on supposer que les ecclésiastiques gardent leur fonction de surveillance de la transmission des héritages même si on ne les désigne pas par écrit ? L’éviction des clercs de leur fonction d’intermédiaires entre les générations, au cœur des affaires privées des familles, est décelable aussi chez les notaires royaux. À Prats-de-Mollo 43,7 % des testateurs seulement choisissent un prêtre comme manumisseur27.

18Une délimitation plus rigoureuse entre le profane et le sacré s’effectue donc sous la pression de la loi. Le prêtre, de fait, se trouve ainsi progressivement relégué dans ses fonctions cléricales. Les testaments apostoliques, source documentaire unique, risquent toutefois de nous livrer une image trop réductrice et univoque du processus en cours. Celui-ci ne se borne pas à une entreprise destructrice de la part de l’État. Le témoignage si précieux du curé de Saint-Pierre-dels-Forcats et la date à laquelle il est porté, sont révélateurs d’une attitude qui ne dut pas être solitaire dans le clergé. Se faisant l’apôtre du refus du rôle traditionnel du prêtre dans la paroisse, comme substitut du notaire, d’une distance à maintenir en toutes circonstances à l’égard des individus et des familles, exaltant sa fonctions sacrée, il s’affirme comme le champion de la distinction, de la singularité du prêtre, qui doit éviter d’être trop mêlé au siècle et aux affaires privées de ses paroissiens.

19Il adhère pleinement par la même occasion au procès en suspicion de légalité des testaments rédigés par les prêtres et donne la main à l’exclusion des ecclésiastiques d’un domaine important de la vie sociale dont ils étaient un des piliers essentiels. L’entreprise de l’État, la réduction à la norme, l’intégration dans le royaume par la disparition progressive des particularismes, reçoit donc l’appui de membres du clergé, eux-mêmes facteurs à ce titre d’un processus qui les affectera au premier chef et modifiera radicalement leur place dans la société. Sans nuance, en simplifiant très fortement le phénomène, la série des testaments apostoliques du diocèse traduit-elle le recul de l’influence du clergé rural dans la société catalane ? Elle attire au moins l’attention sur une mutation décisive de sa position dans les paroisses.

20Doit-on considérer les liasses des testaments apostoliques comme un témoignage de la résistance passive du monde rural contre l’introduction autoritaire de la langue française ? L’attitude du clergé, formé en ville, et du notaire apostolique qui habite Perpignan, pourrait être assimilée à de la connivence. Elle fut suffisamment discrète pour que le Conseil souverain n’en ait pas eu vent. La « francisation » n’irait pas d’un même pas à la ville, dans les bourgs et dans les campagnes. L’analyse attentive des testaments rédigés en français invite à plus de nuances.

21La substitution du français au catalan est en cours lorsqu’est déclenchée l’offensive contre les testaments apostoliques. Les deux phénomènes ne sont pas réductibles l’un à l’autre bien que leurs effets se conjuguent à terme. Des testaments sont rédigés en français avant la déclaration de 1736. Ils sont en minorité, mais progressent constamment depuis que la série des testaments apostoliques a été formée. Celle-ci s’avère pleine d’intérêt pour observer les progrès de la langue française dans la province, à condition d’avancer avec prudence. Nos connaissances sur le recrutement du clergé qui rédige les testaments, par exemple, sont beaucoup trop imparfaites.

  • 28 3 E 35/5 (1697), 3 E 35/9 (1699).

22La pénétration du français est à apprécier selon le nombre, la proportion des testaments et la répartition géographique des localités d’où ils proviennent. On est dans un univers entièrement catalan avant 1700. Deux testaments sont écrits en français avant cette date : celui de Barthélemy Goffier, un prêtre originaire du diocèse d’Albi qui est vicaire d’Estoher en Conflent, et celui de la femme de François Quinta, un brassier de Toulouges28. À partir de là, le français se fait une place, extrêmement modeste d’abord, qui va en se consolidant sans cesse ensuite. Deux à trois testaments se trouvent chaque année dans les liasses des testaments apostoliques au cours de la décennie 1700-1709. Le cap des 5 % est même atteint trois fois. Entre 1710 et 1719 le seuil des 5 % est dépassé constamment. La barre des 10 % est même franchie à trois reprises. Les progrès sont moins sensibles au cours de la décennie suivante, bien qu’un testament sur sept soit écrit en français en 1727-1728-1729. Cette proportion ne bouge pas jusqu’en 1736, excepté en 1730 où plus d’un quart des testaments emploie la langue française (26,8 %, cf. graphique no 2)

23La proportion du français et ses limites se lisent sur un tableau récapitulatif du nombre des paroisses qui envoient des testaments apostoliques aux Tersols.

Paroisses où des testaments apostoliques sont rédigés en français (1695-1739)

Paroisses où des testaments apostoliques sont rédigés en français (1695-1739)

24L’avance du Roussillon, qui compte davantage de paroisses il est vrai, est certaine. Le Vallespir reste en retrait, même après 1730.

25L’ordonnance qui commande l’emploi du français dans les actes publics a donc des répercussions sur les testaments apostoliques, même si on ne l’applique pas à la lettre. Les modalités et les caractères de la pénétration du français se dégagent aisément (cartes 3 à 6) :

  • elle s’effectue à partir de quelques localités qui une fois acquises ne sont jamais perdues ;
  • tous les testaments de ces lieux « francisés » ne sont pas pour autant rédigés en français. Opoul, Mosset, Collioure, qui offrent l’exemple de situations différentes, ou même Pollestres, Estoher, Nohedes, précocement et durablement acquises, envoient des testaments en catalan et en français aux Tersols ;
  • des places-fortes comme le fort de Bellegarde, des hôpitaux – de Collioure ou de Perpignan –, constituent autant d’îlots où l’usage du français est beaucoup plus courant ;
  • une partie significative des testaments français concerne des testateurs qui ne sont pas originaires des Comtés ;
  • nombre de testaments d’ecclésiastiques sont en français.

26Les conquêtes de la langue française ne doivent pas faire illusion cependant. Si l’on met à part les forains, les testateurs qui ne sont pas d’ascendance et de langue maternelle catalanes, cela ramène la progression apparente du français à peu de chose. L’avancée de la langue française n’en est pas moins effective, perceptible sur nos cartes. Mais autant que de points par où elle pourra se faire, ce sont les agents éventuels de diffusion révélés par les testaments qui présentent de l’intérêt pour nous.

Carte 3 : Les testaments apostoliques en français (1700-1709)

Carte 4 : Les testaments apostoliques en français (1710-1719)

Carte 5 : Les testaments apostoliques en français (1720-1729)

Carte 6 : Les testaments apostoliques en français (1730-1736)

  • 29 Arch. mun. Narbonne, GG paroisse Saint-Sébastien, 3 novembre 1680. Il signe aussi des actes de déc (...)

27Il y en a trois principaux : les soldats, les forains qui sont venus travailler dans la province et s’y établir, les ecclésiastiques. Leur position était différente. Le soldat des places fortes ou soigné dans des hôpitaux, n’avait que des relations assez lointaines avec la population. Le travailleur, pasteur ou brassier le plus souvent, l’employé des Fermes du roi aussi, touchaient relativement peu de monde. L’ecclésiastique était le mieux placé pour diffuser le français. On parvient parfois, avec quelque chance, à discerner son influence. Estoher en Conflent est précocement gagné. Le prêtre qui rédige en français dans le premier tiers du xviiie siècle s’appelle Guillot. Un Raymond Guillot, curé d’Estoher dans la décennie 1680, faisait de longs séjours à Narbonne. Il fut au nombre des témoins du mariage de son frère Jean au mois de novembre 168029. Cette présence « française » ne doit pas être exagérée. Combien de soldats entendaient correctement le français ? Les travailleurs commingeois ou originaires des Corbières s’exprimaient-ils en français dans la vie quotidienne ou en occitan ? Quant aux curés et aux vicaires, dans quelle langue échangeaient-ils avec leurs paroissiens ? De nombreuses investigations seront nécessaires pour s’en faire une idée correcte.

28Le rôle des ecclésiastiques est ambivalent. Instruments du maintien de la langue catalane, ils maîtrisent aussi précocement le français. On l’aperçoit de manière subreptice sur les testaments eux-mêmes où la même main transcrit en catalan les volontés des testateurs et ajoute au dos une note d’identification en français. La période 1737-1745 où s’effectue le passage du catalan au français est riche d’enseignement. Les deux langues sont employées simultanément, alternativement. On passe du catalan au français, puis l’on retourne au catalan. Les fluctuations, que l’on peut suivre à la loupe, s’observent dans la plupart des paroisses. Les ecclésiastiques qui depuis 1691 continuent à recevoir les testaments en catalan auraient tout à fait été capables, on peut en faire l’hypothèse, de les rédiger dès 1700 en français comme les notaires. C’est pourquoi la conversion des testaments apostoliques au français s’effectue aussi rapidement et complètement. À peine aperçoit-on ici ou là la trace de quelques tournures locales ou de termes catalans dans la dernière partie des testaments lorsque l’on mentionne des objets usuels et des vêtements. Mais notre instrument de mesure est cassé, il perd toute valeur pour suivre les progrès éventuels du français en pays catalan.

29La création de l’office de notaire royal et apostolique produit donc une source passionnante qui nous introduit au cœur des processus d’intégration de la province du Roussillon au royaume et de leurs mécanismes. Les situations de conflit ouvert, d’affrontement, n’ont plus cours au xviiie siècle. Il est possible encore d’esquiver et de se ménager des espaces où l’on n’applique pas les règlements. Cette position n’est plus tenable entre 1740 et 1760. La loi, toute la loi est-on tenté d’ajouter, doit s’appliquer. L’intégration dans le royaume emprunte des voies plus silencieuses mais autrement plus destructrices pour la société que le fracas des armes.

30Ne croyons pas que le processus entamé soit encore achevé en 1789, même si la courbe testamentaire est au plus bas. La mise en lumière de la place du clergé dans la société locale invite à élargir nos perspectives. Par exemple : la réticence du clergé de la province à adhérer à la constitution civile du clergé et l’attachement des populations à son égard proviennent-ils seulement de sentiments ultramontains, de l’hostilité aux idées révolutionnaires comme on le présente parfois ? Ne sont-ils pas à mettre en relation également avec l’implication des prêtres dans les affaires privées des familles, encore importante à la fin du xviiie siècle, même si elle perd du terrain ? Rejeter la constitution civile du clergé n’était-ce pas aussi refuser un statut du prêtre qui plaçait l’État en position d’avoir un droit de regard dans les affaires privées ?

Notes

1 P. Rosset et S. Caucanas, Guide des archives départementales des Pyrénées-Orientales, Perpignan, 1984.

2 A. Peyre et S. Caucanas, Inventaire de la sous-série 3 E, 30 à 59, Perpignan, 1985 ; 3 E 35, p. 65-67.

3 11 512 testaments dénombrés de 1695 à 1792. Les années 1693, 1694, 1759, ne sont pas communicables en raison du mauvais état des documents. L’état de conservation de la liasse 3 E 35/11 laisse à penser que le notaire Emmanuel Tersols a reçu plus de 85 testaments en 1703. Une soixantaine de testaments apostoliques, qui concernent principalement la période 1735-1749, sont dans la liasse 3 E 1/4623.

4 Les travaux portant sur les testaments, nombreux depuis la thèse fondatrice de M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au xviiie siècle, Paris, 1973, sont à compléter encore pour parvenir à une « couverture » géographique aussi serrée que possible. R. Sala, Le visage de la mort dans les Pyrénées catalanes. Sensibilités et mentalités religieuses en Haut-Vallespir, xviie, xviiie et xixe siècles, Paris, 1991.

5 Les testaments reçus par les notaires apostoliques du diocèse d’Elne ont fourni la matière des mémoires de maîtrise de Isabelle Pont, Céline Donet, Corinne Azzopardi, qui ont étudié respectivement les périodes 1737-1742, 1743-1749, 1750-1758, université de Perpignan, 1995, sous ma direction.

6 Excepté dans des zones isolées, comme les Corbières.

7 I. Pont, p. 19 (7 % des testaments ne portent pas d’indications sur l’état de santé des testateurs) ; C. Donet, p. 18.

8 Moins de 0,5 % des cas.

9 153 Edt 6, 21 août 1775, n. f.

10 Ce point demandera à être éclairci. L’impréparation était-elle complète, ou bien la succession était-elle suffisamment précise et connue pour que l’on n’ait pas besoin de la coucher par écrit ? Les constatations fréquentes auxquelles fait allusion le curé Auberge en font douter. Une enquête sera nécessaire pour déterminer, par localité, par catégorie sociale, la proportion des testaments passés devant notaire et recueillis par les ecclésiastiques ; préalable à toute étude systématique des pratiques testamentaires dans la province du Roussillon.

11 Le faible nombre de testaments en provenance de Prats-de-Mollo s’explique-t-il aussi par le fait que les curés sont désignés par le chapitre d’Elne, donc suspects d’être étrangers à la communauté ?

12 On note dans le fonds des Tersols la présence de communautés situées hors du diocèse d’Elne : communautés de la viguerie du Roussillon qui dépendent du diocèse de Narbonne (Tautavel, Vingrau), communautés du Capcir dépendant du diocèse d’Alet, de manière beaucoup plus exceptionnelle communautés du Fenouillèdes comme Sournia.

13 R. Sala, op. cit., p. 280, a obtenu cette proportion à partir de testaments tirés des minutes de notaires. La place des ecclésiastiques dans les testaments ne dépend donc pas de leur forme, ni des personnes qui les recevaient.

14 I. Pont, p. 206 sq. ; C. Donet, p. 86 sq. ; C. Azzopardi, p. 93 sq.

15 Édits de Henri II de septembre 1547, de juin 1550, de Louis XIII de novembre 1637.

16 C. Donet, p. 42.

17 Article VII, « et lorsque le curé de la paroisse du testateur ou son vicaire auront reçu un testament nous leur enjoignons d’en déposer la minute huit jours après le décès du testateur dans l’étude de l’un des notaires royaux et apostoliques du diocèse, pour la grosse en être expédiée par le notaire », G. Du Rousseau de la Combe, Recueil de jurispridence canonique et bénéficiale, Paris, 1748, p. 220-223.

18 3 E 1/4622.

19 Ibid., nombreux exemples dans la série C.

20 « 700 infectés », 4 000 reçus depuis 1700. Dissimule-t-on l’ampleur du problème au Conseil souverain ? Tersols en avait près du double chez lui ; G. Clerc, Recherches sur le Conseil ouverain du Roussillon, 1660-1790, Paris, 1974, t. 1, p. 63.

21 2 B 36, fos 262-263vo.

22 Les curés sont très attentifs ensuite à ne pas prêter le flanc à la critique. Un exemple de formule parmi d’autres, celui du testament de la femme de Jean Dispaut, brassier de Palau, 5 janvier 1780 : « a dicté son testament, lequel luy ayant été lu et expliqué », 3 E 35/88.

23 Démographie et crises en Bas-Languedoc (1670-1790), IRHIS, 1992 ; G. Larguier, C. Marquié, M.-R. Viala, « Trois villes languedociennes sous l’Ancien Régime (1680-1720). Carcassonne, Castelnaudary et Narbonne. Populations et crises démographiques en pays audois : 1680-1720 », Bulletin SESA, 1983, p. 79-105. Pour la province du Roussillon : R. SALA, op. cit., exemple de Prats-de-Mollo, p. 414 sq.

24 I. Pont, p. 31 sq. ; C. Donet, p. 29 sq., C. Azzopardi, p. 29 sq.

25 Tradition chez les Trinxeria ? Dorothée de la Trinxeria, femme du notaire de Prats-de-Mollo, appelle un prêtre pour tester le 19 octobre 1727, 3 E 35/35.

26 C. Azzopardi, p. 94-95.

27 R. Sala, op. cit., p. 336. Ce pourcentage reste très élevé, comparé à ceux que l’on observe dans les testaments apostoliques. Mais il porte sur l’ensemble de la seconde moitié du xviiie siècle, sans distinguer les variations éventuelles d’une décennie à l’autre.

28 3 E 35/5 (1697), 3 E 35/9 (1699).

29 Arch. mun. Narbonne, GG paroisse Saint-Sébastien, 3 novembre 1680. Il signe aussi des actes de décès au mois de juin 1683.

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Les testaments apostoliques du diocèse d’Elne (1737-1749)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Testaments reçus par les notaires apostoliques du diocèse d’Elne (1695-1792).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Testaments apostoliques en français (1695-1792 en %).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/734/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Paroisses où des testaments apostoliques sont rédigés en français (1695-1739)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/734/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Carte 3 : Les testaments apostoliques en français (1700-1709)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/734/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Carte 4 : Les testaments apostoliques en français (1710-1719)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/734/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Carte 5 : Les testaments apostoliques en français (1720-1729)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/734/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Légende Carte 6 : Les testaments apostoliques en français (1730-1736)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/734/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 351k

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540