Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Contrebande par terre et par mer en Roussillon 1715-1815

Texte intégral

  • 1 N. Sales, Senyors bandolers, miquelets i botiflers, ed. Empuries, 1984; X. Torres, Els bandolers ( (...)
  • 2 Les baux de l’impariatge perçu par le Consulat de mer et de la bolla de la collecte de Perpignan, (...)
  • 3 La révolte des Angelets, A. Ayats, Les guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du (...)

1Annexés au royaume de France au traité des Pyrénées en 1659, les Comtés qui vont devenir la province du Roussillon ont derrière eux un long passé de contrebande et de troubles à proximité du Languedoc comme de part et d’autre des Pyrénées1. La guerre, l’occupation d’une partie du territoire, la présence de troupes nombreuses, l’afflux de marchands français, stimulent les échanges entre 1635 et 1660 alors que la frontière entre la France et l’Espagne est moins rigoureuse2. L’annexion change radicalement cette situation. Le Roussillon réputé province étrangère se trouve placé entre deux frontières : la nouvelle sur les Pyrénées, l’ancienne avec le Languedoc qui subsiste, alors que les trafics avec l’Espagne, essoufflée économiquement, se ralentissent. Ce statut, inlassablement dénoncé comme désavantageux et pénalisant, joint à l’instauration de droits inusités comme la gabelle ainsi qu’à une rigueur sur la ligne douanière à laquelle les gens du pays n’étaient pas habitués, suscitent des réactions hostiles et même une grave révolte3.

2Nombre d’activités de complémentarité, de proximité, comme l’élevage ou la production de fer, se trouvaient entravées en effet. L’ont-elles été autant qu’on l’a affirmé ? On peut en douter lorsqu’on aperçoit la solidité des relations familiales qui sont maintenues par-delà les deux côtés de la frontière.

3L’installation des Bourbons sur le trône d’Espagne, la longue paix sur les Pyrénées qui succède à deux siècles de tension et de guerre contribuent à conférer son originalité à la frontière méridionale entre 1715 et 1815 par rapport à celle du nord et de l’est : elle reste stable pendant la Révolution et l’Empire bien qu’elle partage une région autrefois homogène où la population conserve des liens étroits avec le sud. C’est pourquoi la permanence des trafics illicites, les continuités, l’emportent sur les discontinuités.

Diversité et ampleur des trafics

  • 4 N. Posthoumis, S. Caucanas, P. Rosset, Les routes du Roussillon, milieu xviie siècle, milieu xixe (...)
  • 5 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc, Narbonne et Narbonnais, 1300-1789, Perpignan, 1996 (...)

4La position du Roussillon place la province – le département des Pyrénées-Orientales plus tard – au cœur d’une vaste zone de trafics terrestres et maritimes, variés, complexes, qui impliquent directement ou indirectement la plus grande partie de la population. Aussi ancienne que l’existence même des frontières, des États donc, pour qui la matérialisation de limites est un moyen de s’affirmer, la contrebande est tributaire d’une situation géographique et d’une configuration du relief. Les communications entre le Languedoc et la Catalogne, entre la France et la péninsule ibérique plus largement, sont malaisées. La plaine côtière manque de continuité, les liaisons routières y restent difficiles jusqu’à une date tardive pour des raisons stratégiques4. Il manque d’ouvrages pour traverser les cours d’eau. Les vallées qui pénètrent dans le relief, orientées est-ouest, très étroites dans leur partie supérieure, rendent malaisés les échanges nord-sud. C’est par ces chemins difficiles, en provenance des Corbières, elles-mêmes montagneuses, que passe traditionnellement la majeure partie du trafic5. Quant au littoral formé d’une côte sableuse inhospitalière puis, sans transition, d’abrupts rocheux et de criques difficilement accessibles, il offrait toute latitude pour embarquer ou débarquer à l’abri des regards. Cette disposition topographique, l’entrecroisement des liaisons entre le nord et le sud, la côte et l’intérieur, les complémentarités économiques ainsi que les solidarités humaines et culturelles, font du Roussillon une zone propice aux échanges illicites.

5Quelles furent leur nature et leur ampleur au xviiie siècle ainsi que pendant la Révolution et l’Empire ? On a du mal, il faut l’avouer d’emblée, à saisir le détail des trafics ainsi que leurs mutations au cours du siècle en fonction, d’une part, des nouveaux produits qui se diffusent, d’autre part, de la volonté et des moyens mis en œuvre par l’État pour les intercepter. En fait, l’ancien et le nouveau, le proche et le lointain, les petits et les grands trafics se mêlent inextricablement.

6Les trafics locaux ou régionaux au xviiie siècle de part et d’autre des deux frontières appartiennent à la continuité économique et culturelle. Les produits qui viennent du sud – principalement de l’huile, des figues, de l’ail, des sardines, des oranges, du sel, voire des objets qui relèvent de l’appartenance culturelle – arrivent surtout par mer. Le Roussillon n’est qu’une destination de ce commerce traditionnel. Les barques catalanes les débarquent dans tous les havres du golfe du Lion. Ceux qui sont convoyés du nord vers le Roussillon et l’Espagne empruntent plus souvent les chemins de terre : il s’agit essentiellement de vin, de grains, de cuirs, de drilles, c’est-à-dire de chiffons pour fabrique du papier, de bétail.

  • 6 Arch. dép. Aude, C, foraine de Narbonne, à la date indiquée.
  • 7 A. M. De Boislile, Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des pr (...)
  • 8 4 M 474, 1813, suspects de Latour-de-Carol, de La Llagone, arrêtés pour contrebande de moutons. Ce (...)

7La contrebande que parviennent à intercepter les gardes de la foraine sur les deux frontières du Roussillon concerne majoritairement les échanges de proximité. Du côté languedocien, les prises portent sur du blé, des légumes, du vin, du charbon de bois, des planches, du bétail6. Ces trafics, déjà bien installés à la fin du xviie siècle, sont loin d’être négligeables : le vin s’exporte traditionnellement de la plaine ou du Conflent vers la Cerdagne, le Donézan, le Languedoc, s’échange contre des céréales. Le trafic qui a le plus d’ampleur et le plus de valeur concerne le bétail. Il s’agit aussi bien d’un trafic où la proximité est exploitée au maximum – les gens de Fitou font valoir par exemple qu’ils ont le droit de passer des troupeaux en Roussillon pour aller pâturer en altitude sans payer de droits mais ne ramènent pas leurs bêtes – que d’échanges qui intéressent une très vaste région. Des moutons surtout, mais également des mulets, des chevaux, des bœufs, sont achetés dans les foires du Lauragais, du Toulousain, et conduits vers le Donézan, le Capcir, la Cerdagne, puis passés de l’autre côté des Pyrénées. L’intendant Bâville signalait déjà ces exportations de bétail dans une correspondance au contrôleur général en 1698 : un seul marchand de Castelnaudary, rapportait-il, s’était engagé à faire passer 10 000 moutons et 3 000 brebis7. Elles se développent au cours du xviiie siècle avec l’augmentation de la consommation de viande en Catalogne, d’autant que des commerçants roussillonnais prennent en main l’approvisionnement de Barcelone. Les interdictions seront impuissantes à interrompre ces flux, même pendant la Révolution ou en 1813, au plus fort de la guerre et de la résistance contre les armées impériales8.

  • 9 Arch. dép. Aude, foraine de Narbonne, 26 mai 1666, vente de 300 qx. de tabac par un marchand de Fi (...)
  • 10 Ibid., foraine de Narbonne, 6 novembre 1682, Leucate ; 12 mai 1683 ; 27 juillet 1687. À Caudiès, u (...)

8La plupart de ces trafics régionaux reposent sur des échanges anciens qui se sont transformés en fonction de pénuries – de charbon de bois par exemple – ou de l’évolution de la consommation. D’autres s’ajoutent, plus récents, déjà puissants pour quelques uns à la fin du xviie siècle, qui prennent un essor considérable, comme les toiles peintes, les mousselines, les mouchoirs de soie faciles à transporter et à dissimuler, le tabac, les denrées coloniales. Ces produits participent d’habitudes, de consommations, de clientèles, de circuits de distribution différents, sont l’objet de droits spécifiques, d’une surveillance beaucoup plus stricte. Le tabac circulait déjà en grande quantité en Languedoc au milieu du xviie siècle9. Le monopole de la vente au profit de l’État, institué en 1674, n’eut d’autre résultat que de susciter partout une vaste contrebande. Elle était particulièrement active sur la côte, entre le Conflent et le Languedoc10. Les mouchoirs de soie, de fabrique catalane puis perpignanaise, s’infiltrent plus tard. Leur vogue ne se développe qu’après 1730. Quant aux denrées coloniales et aux tissus anglais, c’est évidemment après 1806 que l’interdiction de leur entrée ou les droits qui les frappent entraînèrent une prolifération des conduites en marge de la légalité.

  • 11 1 J 74. Brouzet recevait les piastres par l’intermédiaire de Paris et Ollivier et Jacomet de Barce (...)
  • 12 G. Antonetti, Une maison de banque à Paris au xviiie siècle, Greffulhe Montz et Cie (1789-1793), P (...)
  • 13 M. Brunet, Le Roussillon, une société contre l’État, 1780-1820, Perpignan, 1990, p. 91-92.

9Dernier type de trafic important : les piastres. Il est de nature différente, mais n’en est pas moins lié aux autres car les entrées d’or et d’argent soldent pour une part un déséquilibre du commerce entre la France et l’Espagne. Les espèces sont d’autant plus recherchées que le grand commerce montpelliérain, lyonnais, genevois, marseillais – il s’agit souvent de la même chose –, ou parisien à l’occasion, en a besoin pour le commerce du Levant notamment. Des maisons de négoce perpignanaises comme Brouzet et fils, ou Ribes, le directeur de la Monnaie de Perpignan, le surveillaient très étroitement. Brouzet fils recevait les piastres par la Cerdagne à Mont-Louis11, Ribes était au début de la Révolution un des principaux fournisseurs d’espèces de la maison parisienne Greffulhe Montz et Cie12. Une estimation du contrôleur général évalue les entrées à 20 millions de livres environ en 1786, la moitié moins au cours des années suivantes13. D’autres, plus proches de la réalité, à 30 à 40 millions de livres. Le Roussillon était un des principaux points d’introduction du numéraire en France à la fin du xviiie siècle, d’une importance certainement très supérieure à celle du versant atlantique des Pyrénées.

  • 14 1 C 1050.

10D’autres trafics sont signalés à l’occasion. Sans avoir l’importance ni la durée des précédents, ils n’en révèlent pas moins des filières peu évoquées par ailleurs. Brouzet père, homme de confiance de marchands lyonnais installés à Madrid, s’entremettait pour recruter des ouvriers dans les fabriques françaises et les faire passer en Espagne moyennant soixante et dix louis pour les frais de voyage14. On pourrait citer d’autres exemples.

  • 15 Arch. dép. Aude, C, foraine de Narbonne, 1er juin, 10 août 1772, au poste de la redoute de Mattes (...)
  • 16 J.-G. Gigot, « Banyuls-sur-Mer et la contrebande du tabac (1780) », C.E.R.C.A., no 34, 1964, p. 27 (...)

11Le Roussillon se trouve ainsi placé au centre ou au passage de commerces illicites complexes, qui s’additionnent plus qu’ils ne se mêlent. Leur caractère principal en effet est d’être, au moins jusqu’à l’Empire, relativement spécialisés. La terre l’emporte sur la mer aussi bien entre le Languedoc et le Roussillon qu’entre celui-ci et l’Espagne. Les trafics régionaux sont principalement terrestres, comme celui des piastres. Il en sera de même après 1806 pour les denrées coloniales. S’agit-il cependant d’une illusion d’optique due à la densité des postes de surveillance et au nombre des douaniers déployés ? Les prises, tout au long du xviiie siècle, sont beaucoup plus nombreuses aux points de passage des routes de montagne. Du côté de la mer, un seul trafic a de l’ampleur, celui du tabac. C’était par bateau en effet qu’arrivait celui-ci. Témoins ces affaires en 1772 sur la côte narbonnaise15 : des bateaux palangriers allaient et venaient pour vendre du faux tabac, avaient l’habitude d’accoster de ce côté du golfe du Lion car des gens postés sur la plage les attendaient en faisant de grands signes. Ils venaient de Gênes et bien que leurs cargaisons soient importantes – on trouvera vingt-trois ballots dans l’un d’eux – pratiquaient déjà la redistribution. Ils avaient chargé en effet dans les îles situées au large de Marseille. Quant à l’origine des marins, aux commanditaires, à l’organisation même du négoce, les situations étaient variées : un équipage prétendait être du royaume de Naples, bien que les cinq hommes qui le composaient fussent habillés à la catalane. Les marins déclaraient ne former qu’une seule famille et être solidairement propriétaires du tabac. La marchandise de l’autre bateau appartenait à un Béarnais. Toute la côte méditerranéenne était concernée par cette contrebande généralisée. Mais c’est probablement en Roussillon qu’elle disposait d’un de ses centres les plus actifs. Banyuls, située entre les rochers, à portée de grottes naturelles ouvertes dans le schiste, difficile à surprendre, s’en était fait une spécialité à la fin du xviiie siècle. La réputation des habitants et la quasi impunité dont ils jouissaient en dépit de quelques prises était telle que le commandant en chef de la province, le maréchal de Mailly, avait suggéré de raser le village. Une estimation probablement un peu courte évaluait le tabac débarqué clandestinement chaque année à 400 000 livres environ ; de quoi alimenter vers l’intérieur par les chemins de montagne des transports incessants16.

12La contrebande du tabac suscite les opérations les plus spectaculaires des bandes pour récupérer le tabac saisi ou libérer des complices emprisonnés.

13Les quelques chiffres que l’on peut glaner, qui ne sont que des estimations, suffisent à donner une idée de l’ampleur de la contrebande. Celle-ci n’est pas dissociable de l’économie du Roussillon, plus largement de la Méditerranée occidentale. Les périodes de pénurie, liées au Blocus continental et aux profits rapides que l’on pouvait espérer, ne font que l’exaspérer.

Organisation, acteurs, profiteurs. Contrebande et criminalité

  • 17 Arch. dép. Aude, C, foraine, 23 juin 1763, au bureau de Fitou : Pierre Maréchal, de Brive, dit avo (...)
  • 18 Ibid., foraine, 17 juin 1706, au bureau de Fitou ; visites domiciliaires chez les curés de Feuilla (...)

14Transportant ou accompagnant les produits sur les routes de terre et de mer, contribuant à nourrir les flux dont l’importance varie au gré de la conjoncture ou des relations entre les États, les hommes agissent rarement seuls. Le délit de contrebande est constitué dès que l’on se soustrait intentionnellement au paiement d’un droit que l’on doit acquitter par omission ou dissimulation, que l’on détient ou consomme une marchandise prohibée. Il y a des degrés cependant, du fraudeur occasionnel à l’organisation de trafics de grande envergure. On sait que ceux-ci ne sont pas les plus faciles à atteindre et à identifier. Les tentatives de passer de menues marchandises sans payer de droits sont monnaie courante. Faut-il les ranger dans la contrebande, même si les informations de ce type constituent une large partie de notre information ? On peut hésiter parfois, bien qu’elles relèvent de conduites quasi rituelles, chez les migrants originaires du Massif central par exemple qui rentrent chez eux munis de mouchoirs ou de fichus de soie ainsi que d’un peu de tabac17. Elles ont au moins le mérite d’attirer l’attention sur des catégories sociales peu aperçues par ailleurs. Le meilleur exemple est celui des ecclésiastiques avec qui les gardes de la foraine entretiennent des relations souvent conflictuelles. Les religieux transportent du tabac, fument, vont jusqu’à être suspectés de faire un petit commerce : des Franciscains regagnant la Prusse après avoir assisté au chapitre général de leur ordre en Espagne transportent dans des boites de fer-blanc du tabac, des mouchoirs de soie, etc. ; des curés des Corbières utilisent du faux tabac, l’un d’eux se défend en protestant qu’il est incommodé de la bile ; un homme vend publiquement du tabac de contrebande à Narbonne pour le compte d’un bénéficier du chapitre cathédral18...

15Ces infractions seraient anecdotiques si elles ne révélaient la banalisation de la fraude dans tous les milieux.

  • 19 Ibid., foraine, 13 août 1760, « avis qu’à Feuilla plusieurs particuliers introduisent du vin rouge (...)
  • 20 Cela arrive cependant. Foraine, 28 décembre 1731, Pierre Vidal, un négociant en draperie de Mirepo (...)
  • 21 Ibid., 9 mai 1769 ; 18 mars, 7 mai 1777, etc.

16La délinquance quotidienne, une composante des relations économiques de proximité, est rarement organisée. Elle est partout sur les chemins qui joignent le Languedoc, le Capcir, le Conflent et le Roussillon. Quelle est la proportion des rusques, du charbon de bois, des moutons, du blé, de l’huile, du vin – dans les deux sens pour celui-ci – qui passe sans régler les droits19 ? Ces marchandises circulent sur des « chemins obliques » difficiles à contrôler en permanence, où les postes et les habitudes des gardes sont connus de tous. Elles intéressent les gens du pays. D’autres, comme les articles de mousseline et de soie ont leurs circuits spécifiques. Les gardes les interceptent rarement à la frontière, sauf sur les voyageurs20. Les saisies s’effectuent en ville, sur les marchés, dans les foires locales des Corbières ou du Narbonnais où les colporteurs originaires du Dauphiné installés en Languedoc les vendent à découvert : mousseline ou mouchoirs de soie de facture étrangère achetés à Perpignan – c’est ce qu’ils affirment invariablement –, ou soie portée du Languedoc en Roussillon. Tous travaillent pour leur compte, n’ont éventuellement pour les aider qu’un domestique ou un collègue à qui ils rendront le même service21.

  • 22 M. Llatti, La contrebande en Roussillon au début du xixe siècle, D.E.S., université de Nancy, 1965 (...)
  • 23 4 M 474.
  • 24 7 U 38-39 et note 30.

17Les trafics structurés, hiérarchisés, avec des commanditaires, des chefs d’escouade et des passeurs, n’existent vraiment que sur la côte et la frontière des Pyrénées22. Le mieux organisé est celui du bétail dont la plaque tournante et les principaux intermédiaires sont en Capcir et en Cerdagne. Une chaîne d’intérêts et de complémentarités lie à l’évidence des négociants en foire du piémont pyrénéen – Montesquieu-Volvestre, Saint-Girons, Tarbes... –, les marchands de La Llagone, le centre le plus actif, Latour-de-Carol, Puyvalador, leurs associés du côté de la frontière, des bergers chargés de conduire les troupeaux. Moins d’une dizaine de négociants, guère plus d’accompagnateurs, suffisent à introduire ainsi des milliers de bêtes en Espagne23. Doit-on s’étonner du contraste entre la précision des informations communiquées, des renseignements contenus dans les correspondances adressées aux préfets, où l’on signale le passage de troupeaux de centaines de têtes, de l’arrestation de suspects qui ont pignon sur rue, et les maigres résultats obtenus sur le terrain par les douaniers ? Ils n’interceptent jamais que des troupeaux de trente à soixante moutons, c’est-à-dire le menu trafic alors qu’ils connaissent ceux qui le pratiquent en grand24.

  • 25 4 M 474, 6 janvier 1813.
  • 26 M. Brunet, op. cit., p. 112.
  • 27 Les piastres entrent par d’autres voies : nuit du 24 au 25 mars 1786 : vol de 2 sacs contenant 2 1 (...)

18On voit à peu près ici où sont les profits, importants entre 1812 et 1814, car la demande des « insurgés de Catalogne » est pressante. On le soupçonne explicitement de temps à autre : l’enrichissement des frères Py de Banyuls-sur-Mer est trop rapide et voyant pour être honnête. Peu de chose filtre des autres réseaux, bien qu’ils mobilisent le plus grand nombre d’individus. Il y en a de plusieurs types. Ce sont par exemple les groupes à pied disposés en caravane qui transportent des grains, chaque homme un sac sur le dos : des gagne-petit, rarement armés, qui décampent à la moindre alerte en laissant leur charge sur place. Il n’est pas rare qu’ils réunissent 10 à 20 individus : 31 sont ainsi découverts ensemble au col du Perthus le 26 septembre 1812. Ces troupes utilisent peu les animaux semble-t-il. La valeur des produits transportés est modeste, les sommes investies dans les moyens de transport réduites au minimum. Des dénonciations comme celle-ci signalent cependant l’emploi de bêtes de somme : « les villages d’Osseja et de Palau situés dans la Cerdagne française servent de repère à un grand nombre de mauvais sujets de toute espèce, de brigands, de contrebandiers, et d’entrepôt de grains qui de là sont transportés frauduleusement en Espagne sur des montures dont on porte le nombre à quarante »25. Bien peu sont contrôlés, encore moins pris en flagrant délit. On atteint là le type d’organisation le plus fréquent en Roussillon, de la « république contrebandière », où une partie importante du village pratique les mêmes trafics ou travaille en association. Les caravanes de mulets sont les moins vulnérables. Elles circulent toujours avec une avant-garde, une arrière-garde composées d’une ou deux bêtes dont la fonction est de donner l’alerte ou de retarder les gardes, puissamment armées26. C’est ainsi que passent les piastres en Cerdagne avec une régularité et une sécurité totales. Les douaniers, en nombre insuffisant, qui léseraient trop d’intérêts, ne s’y frottent pas bien qu’ils connaissent pertinemment les maisons où l’on stockait les espèces à Puigcerdà et qui les réceptionnait à Mont-Louis27.

  • 28 M. Brunet, idem ; 4 M 420, 28 octobre 1813.
  • 29 J. Saquer, art. cité.

19Le nombre fait la force. S’agit-il d’un discours destiné à justifier l’impuissance des gardes, à réclamer des moyens supplémentaires... ou à couvrir des compromissions ? On parle souvent de bandes armées qui agissent en toute impunité, comme celle de Céret en l’an VIII, constituée depuis un an, composée de trente à quarante hommes, ou celle formée de « brigands conscrits réfractaires, déserteurs et condamnés pour contrebande réfugiés en Espagne [qui] ont pris les armes contre leur patrie », d’importance comparable, que signale au mois d’octobre 1813 le maire de Saint-Laurent-de-Cerdans28. Ces bandes existent bel et bien, mais il est difficile de dire combien sont actives simultanément. Parfois, la forme adoptée est celle de la société. Le directeur des douanes donnait en 1816 le détail de l’organisation de la république contrebandière de Banyuls-sur-Mer : huit sociétés composées de 7 à 14 associés dont il citait les noms, avec un chef à leur tête – un conseiller municipal ou un adjoint au maire pour plusieurs d’entre elles –, se partageaient le trafic. 60 individus au total pour une population d’un millier d’habitants, une structure largement à caractère familial si on en croit les patronymes, des entreprises qui travaillaient pour qui passait commande. Une forme policée, beaucoup plus élaborée qu’à la fin du xviiie siècle où deux ou trois individus tenaient le haut du pavé29.

  • 30 7 U 6. Le tribunal spécial des douanes est installé à Perpignan le 15 avril 1811. 19 affaires seul (...)
  • 31 Des saisies sont effectuées jusqu’à Narbonne, Carcassonne.
  • 32 Toutes les informations des paragraphes ci-après sont tirées essentiellement de 7 U 38-39. Ces sta (...)

20Les chiffres communiqués par le directeur des douanes sont l’exception ; Banyuls est un cas particulier. Combien de localités se vouaient-elles aussi exclusivement à la contrebande ? Les autres informations, on l’a vu, sont imprécises et trop contingentes. Il est difficile d’évaluer le nombre d’individus qui pratiquaient, au moins occasionnellement, la contrebande. Les seules sources vraiment exploitables concernent une situation de paroxysme, entre 1811 et 1813, d’une part parce que la contrebande bat son plein, doublement stimulée par le Blocus et la rébellion, d’autre part parce qu’on pourchasse activement les trafics et qu’on installe à Perpignan un tribunal chargé de juger les délits douaniers. 358 saisies sont inscrites sur le registre d’ordre du tribunal en 1811, 455 en 1812, 399 en 181330. C’est beaucoup et peu à la fois étant donné le nombre des points de passage possibles et l’étendue du territoire sur lequel opèrent les douaniers31. On connaît mieux les produits arrêtés que les fraudeurs. Les marchandises de contrebande sont banales : du sucre essentiellement, pour les denrées coloniales, des grains, des légumes secs et du vin pour les marchandises du pays, avec une nette évolution de 1811 à 1812 : les quantités prises doublent en effet d’une année à l’autre32.

  • 33 L’augmentation est surtout sensible pour le seigle, la farine, les haricots, le riz, le vin.
  • 34 36,2 kg, 4 individus en moyenne et 102 montures en 1812 contre 30,5 kg , 3,4 et 35 en 1811.

21Le poids de la guerre est particulièrement sensible : les importations de sucre ne sont guère supérieures en 1812 à celles de l’année précédente, ce qui correspond, en année pleine, à une stabilité, voire à un léger fléchissement, même si ce type de saisie reste le plus fréquent. Les quantités de victuailles triplent pratiquement33. Le ravitaillement est devenu l’activité dominante. Des indices ne trompent pas : la charge moyenne par passeur augmente, de même que le nombre d’individus impliqués par affaire et les montures confisquées34. Le trafic Espagne-France des denrées coloniales, des pièces de nankin, de percale et des mouchoirs de soie n’a pas la même structure que celui de l’approvisionnement dirigé vers le sud. Les passeurs de sucre, de poivre, de cochenille, transportent une vingtaine de kilos, marchent seul, à deux ou trois, bénéficient de relais et de caches dans les buissons, les anfractuosités des rochers, les bergeries isolées, les remises dont les propriétaires déclarent unanimement ignorer à quel trafic elles servent. Les transporteurs de nourriture se déplacent en plus grand nombre, emportent rarement un seul type d’aliment, sauf bien sûr quand il s’agit de vin mis sur des montures dans des tonneaux.

  • 35 Dans 24 affaires en 1811 (11,3 %), 53 en 1812 (13,3 %).

22Combien de personnes sont-elles impliquées directement dans cette activité contrebandière ? Les chiffres sont incertains. Les gardes ne parviennent pas toujours à savoir combien d’individus portent les charges35. On peut les estimer approximativement à partir des marchandises laissées sur place. Les décomptes sont significatifs cependant, dispensent de longs commentaires. 720 à 725 fraudeurs sont concernés par les délits évoqués devant le tribunal des douanes en 1811, près de 1 600 en 1812. Sur ce total, les gardes en ont identifié 111 en 1811, 295 l’année suivante, chiffre et proportion en augmentation, résultat probablement d’un zèle supérieur, bien que le pourcentage des cas où les douaniers sont dans l’incapacité de dénombrer exactement les contrevenants augmente. L’efficacité du réseau douanier et de la justice installée à proximité de la frontière ne doit pas faire illusion. On ne dispose d’un signalement précis des prévenus identifiés que dans 15 % des cas environ en 1811, 28,5 % des cas en 1812. Les autres sont défaillants, n’ont pu être arrêtés ou ne se présentent pas à l’audience. Les comptes sont rapidement faits : le risque d’être arrêté et emprisonné si l’on était découvert s’élevait de 2,5 à 5 % au moment où la vigilance et la rigueur étaient à leur maximum. Certes, la proportion des marchandises laissées sur le terrain était plus élevée. Mais cela représentait quelle fraction des marchandises passées en fraude ?

23Le nombre des contrebandiers et les tonnages transportés doivent être comparés à la population, à l’économie et à la valeur des échanges du pays. Deux constats s’imposent. La contrebande est bien omniprésente sur la frontière des Pyrénées en 1811-1813. 1 600 individus en 1812, dont moins de 10 % d’adolescents et de femmes parmi les gens identifiés, pour une population de 100 000 habitants environ dans le département des Pyrénées-Orientales, parmi lesquels moins de un cinquième d’hommes adultes valides. Les tonnages transportés sont modestes, malgré les milliers de porteurs engagés. L’intense activité de 1812 est d’un rendement médiocre, même avec un recours croissant aux animaux de bât et aux chariots. La douane met la main sur moins de 60 tonnes métriques, guère plus de 160 kg par jour : des quantités infimes par douanier si l’on tient compte des forces déployées et de la longueur de la frontière.

  • 36 16 mars 1811 : 4 hommes de Béziers venus à Vinça achètent de nuit dans un champ proche du village (...)

24L’information lacunaire dont nous disposons sur les contrevenants fait hésiter à tenter de dresser un portrait des contrebandiers : les plus habiles et les mieux organisés échappent. Bien qu’elles soient peu nombreuses à se livrer directement à la contrebande, les femmes sont sur-représentées à coup sûr dans nos sources ; les Languedociens également, probablement : ils forment en 1811 et 1812 environ 20 et 30 % des prévenus dont on connaît le lieu de résidence. La majorité d’entre eux se fait prendre au poste de Fitou, à l’entrée du Languedoc, sur des routes importantes, assez loin de la frontière. Plusieurs sont rouliers ou voituriers. Mais quelques uns ne viennent pas seulement chercher du sucre36. Deux habitants d’Ouveillan, au nord de Narbonne, s’étaient déplacés pour vendre leur vin. Si l’on excepte encore les soldats et leurs épouses chargées de pièces de nankin ou de percale achetées en Espagne, le gros des passeurs est de Cerdagne, du Vallespir, des villages à portée de la retombée nord des Albères, de Perpignan. Sans surprise, les caravanes sont formées d’hommes jeunes ou dans la force de l’âge, encore que l’éventail des arrestations soit large, aille d’adolescents de 12 à 13 ans à des vieillards de plus de 65 ans.

  • 37 14 identifiés en 1811, 41 en 1812.

25L’origine et la profession des contrebandiers achève de distinguer les types de trafics. Les rouliers et les voituriers, nombreux à se faire intercepter avec des marchandises prohibées, s’en tirent généralement à peu de frais, plaident leur bonne foi, peuvent souvent justifier des ordres qu’ils ont donné à leurs commis ou leurs domestiques de n’accepter aucun paquet suspect. Les journaliers forment la moitié des prévenus environ. Les propriétaires terriens, les artisans plus encore, sont largement impliqués. L’aspect le plus intéressant peut-être des arrestations douanières est de nous informer sur les Espagnols qui se livrent au trafic37.

  • 38 5 août 1812... etc.

26Il y en a qui habitent Llivia, Puigcerdà, Bejet, Massanet-de-Cabrenys, La Vajol, Figueras, les villages ou principales localités à portée de la frontière qui servent d’entrepôt. La majorité d’entre eux affirment s’être installés récemment en France pour échapper à la conscription et à la guerre38. Celle-ci a provoqué un chassé-croisé de population de part et d’autre de la frontière. Le refus de la conscription – plus violent du côté français car il se traduit par la constitution de bandes et des engagements du côté adverse – a puissamment favorisé la contrebande.

  • 39 27 mars, 21 juillet 1812 ; 5 francs pour trois petits paquets, 16 juin 1812 ; 8 francs proposés à (...)

27Les profits à gagner étaient alléchants. Les moins chanceux sont les porteurs d’occasion à qui l’on propose de porter une charge moyennant une bonne rétribution, qui accompagnent les individus rencontrés ou se chargent de paquets à remettre à un endroit précis, moyennant 15, 25 sous, ou bien davantage : 8 francs pour trois pièces de percale, 25 francs pour une course de trois jours39... Les moyens employés en disent long sur l’étendue de la fraude, ses procédés, aléatoires parfois, difficiles à prévenir puisque n’importe qui pouvait se transformer inopinément en complice de la contrebande. Celle-ci est l’argent facile, rapidement gagné, peu risqué : quelques jours de prison, une amende importante – peu souvent réglée semble-t-il.

  • 40 20 juillet 1812, François Soubra, journalier demeurant à Py, avait acheté 6 kg de sucre à La Vajol (...)
  • 41 4 M 419, les dénonciations sont faites en 1813 surtout, au moment où les bandes, refuges des déser (...)
  • 42 Arch. dép. Aude, C, foraine, 23 juillet 1770.

28Ces quelques notations donnent un aperçu des convoyeurs. Les commanditaires, par contre, restent dans l’ombre. Des journaliers travaillent pour leur compte, achètent du sucre en Espagne, espèrent garder tout le profit40. Ce n’était pas la majorité. Les renseignements donnés, les lettres qui se prétendent bien informées et s’appuient sur des faits précis, désignent souvent les magistrats villageois : à Banyuls on l’a vu, mais ailleurs aussi : le maire de Lamanère, Jean Coste, aidé de ses deux frères, posséderait une troupe importante de 30 à 40 hommes, soit l’équivalent des hommes valides du village, bien organisée, difficile à saisir. Le maire d’Arles-sur-Tech, haut lieu de la contrebande des grains, ceux de Latour-de-Carol, d’Hix, des Guingettes, de Puyvalador, de Formiguères, des Angles, de Saint-Marsal, situés en Cerdagne, en Capcir et en Vallespir, auraient une bande à leur compte formée de leurs fils ou gendres, d’alliés, d’associés41. D’autres encore sont suspectés. Ils ne semblent jamais avoir été inquiétés. La contrebande est un puissant facteur de cohésion villageoise dont chacun tire un profit en fonction de sa position au sein de la cellule familiale et dans la hiérarchie villageoise. Mais était-ce bien une spécificité des communautés frontalières ? La mésaventure arrivée en 1770 aux gardes de la foraine en poste à Sigean révèle l’étendue et le niveau des compromissions. Sur l’avis que des habitants de la localité devaient introduire nuitamment des marchandises prohibées en provenance du Roussillon, deux d’entre eux vont faire le guet. Le premier consul Ferrier, notaire du lieu, contrôleur des actes, intéressé à la Ferme, les fait arrêter par les cavaliers de la maréchaussée, jeter en prison, et refuse de les relâcher ! Ferrier ne sera pas inquiété, restera l’homme fort de Sigean jusqu’au début de la Révolution42.

  • 43 M. Brunet, op. cit., p. 103 ; 4 M 419, 7 avril 1812 ; Y. Roustit, « Raymond Durand, commerçant à B (...)

29Les systèmes communautaires n’ont de puissance que locale. Leur territoire d’action reste relativement limité, de même que leurs profits, intéressants certes, mais portant sur des marchandises de faible valeur et répartis dans de nombreuses mains. Le grand négoce qui orchestre les trafics sur une grande échelle, avec des moyens puissants, se nourrit lui aussi de la guerre. Le cas des Durand est connu. Issus d’une famille languedocienne établie en Roussillon au début du xviiie siècle, les Durand disposaient de succursales à Barcelone, Montpellier, Marseille, et jusqu’à Odessa. Leur expérience et leurs relations en font des intermédiaires précieux pour ravitailler les troupes engagées en Espagne. François est nommé au mois de février 1809 commissaire extraordinaire du roi Joseph pour la Catalogne. Les deux frères Durand, François et Joseph, sont au nombre des principaux négociants chargés de l’approvisionnement, service en échange duquel ils sont autorisés à importer des denrées coloniales. Ils avaient de l’entregent, savaient écarter leurs concurrents. La terre n’était pas plus sûre que la mer ; c’est par là cependant que leurs convois passaient, faisant parfois des détours déconcertants, circulaient en terrain hostile sans être attaqués. La rumeur enfle, les dénonciations se multiplient : les Durand pactiseraient avec les insurgés, leur laisseraient une partie des chargements. Le ravitaillement des troupes était certainement à ce prix. Les Durand y gagnent une fortune, une influence qu’ils feront fructifier sous la Restauration43.

L’État face à la criminalité

  • 44 M. Brunet.

30Le phénomène contrebandier est le résultat d’échanges contrariés ou stimulés par des situations de monopole, de différence de demande ou de prix en fonction d’interdictions, de pénuries, de taxations. Sa banalisation et son ampleur doivent-ils être considérés comme la manifestation d’une « société contre l’État »44 ? Les comportements délictueux de populations situées loin de la frontière, la participation active de membres de catégories sociales qui jouissent d’une position favorable, exercent le pouvoir comme le premier consul de Sigean Ferrier, laissent circonspect.

  • 45 Cf. supra, note 27. Les frères Py de Banyuls organisent un traquenard contre la felouque et les ga (...)

31Ces conduites, en Roussillon, sont antérieures à l’annexion, étaient tout aussi développées dans la seconde moitié du xvie siècle et la première moitié du siècle suivant lorsque la perception des droits et le contrôle de la circulation des marchandises relevaient des institutions catalanes. Les attitudes ont-elles changées avec la mise en place après le traité des Pyrénées d’un corps de douaniers qui n’existait pas précédemment dans les Comtés ? Après l’épisode de la « guerre du sel » et la révolte des Angelets où l’on cherche délibérément à tuer des gardes, la tension retombe. Cela ne veut pas dire que les gabelous furent mieux acceptés. Dans l’ensemble, cependant, les incidents graves furent relativement rares au xviiie siècle sur les deux frontières de la province du Roussillon. La violence, le refus de toute autorité, le défi permanent aux ordres du pouvoir de la population catalane sont souvent mis en avant. Les Catalans qui assumaient traditionnellement leur propre défense étaient armés, il est vrai, ce que supportait mal le pouvoir. L’étude serrée des affaires portées devant le Conseil souverain au cours du xviiie siècle donne une image différente. Les injures pleuvent, les menaces sont fréquentes, les coups également. Il y a rarement mort d’homme. Les échauffourées ne sont pas rares, les crimes, les guet-apens, par contre, sont des exceptions, perçues comme de regrettables concours de circonstances, ou comme des actes inconsidérés45. Aucune violence grave n’est rapportée à propos du millier de délits instruits par le tribunal des douanes de Perpignan en 1811-1813. La violence attire les enquêtes, les investigations minutieuses, expose à de lourdes condamnations, à une surveillance renforcée ; elle a une fonction d’intimidation surtout. Les gardes n’ont jamais la supériorité numérique face aux bandes armées qui ont vite fait de passer de l’autre côté de la frontière. C’est pourquoi on ne voit pas jusqu’en 1815 d’expéditions montées contre des groupes et d’affrontements décidés. La grande délinquance est généralement impunie, et hors de nos sources.

32Cela renvoie aux moyens mis en œuvre par l’État, à ses intentions, à sa volonté de prévenir et de combattre la contrebande. Ils sont faibles comparés aux contrebandiers potentiels. Les effectifs de contrôle ont rarement dépassé en effet 150 hommes en Roussillon : une felouque de patrouille sur la côte, des brigades qui en rassemblant leurs forces pouvaient compter pour des opérations d’envergure 8 à 10 douaniers au plus. Il faut ajouter à cette présence légère la stratégie d’affaiblissement de son efficacité de la part des populations qui emploient tour à tour ou simultanément les procédés, classiques, de l’intimidation, de la neutralisation – en jouant mille tours aux gardes, en refusant de les loger, ce qui servait à les éloigner –, de la corruption.

  • 46 M. Defourneaux, « La contrebande roussillonnaise et les accords commerciaux franco-espagnols après (...)
  • 47 Foraine de Narbonne, 21 novembre 1789.

33Doit-on parler dans ces conditions d’impuissance, d’attitude permissive – à condition que les trafics ne soient pas trop voyants –, de tolérance lorsque la situation l’exigeait ? Il faudrait pour répondre de manière argumentée disposer de comparaisons avec d’autres frontières du royaume, avec d’autres États. On peut être tenté devant la répétition des insolences et la récurrence des délits de conclure à la faible efficacité des contrôles, de l’action de l’État. L’impression est peut-être trompeuse. La forte recrudescence des violences verbales et physiques, des émotions populaires contre les gardes à partir de l’été 1789, inviteraient à faire une réponse moins pessimiste. Sévérité des contrôles, impuissance et tolérance alternent. La continuité bourbonienne aidant, Versailles et Madrid s’entendent pour extrader les « bandits, assassins et déserteurs » réfugiés sur le territoire de l’autre pays. Une série d’accords formalise, renouvelle et précise cette entente qui va jusqu’à envisager le franchissement de la frontière pour mettre la main sur les délinquants. La convention de 1774 prévoit même explicitement que les douaniers et les soldats se donneront assistance lorsqu’ils pourchasseront les contrebandiers46. La fermeté est temporaire cependant. Le pouvoir hésite à aller trop loin dans cette région conquise tardivement, dont les liens avec le sud restent forts, même au cours des dernières années de l’Empire, à avouer l’étendue de la fraude. On craint que les réfractaires ne se multiplient, rendent la région incontrôlable, car les troupes sont engagées ailleurs. L’impuissance totale, où la frontière se trouve effacée de fait, est consécutive à la Révolution qui balaie la Ferme, aussi bien à Perpignan, sur la frontière des Pyrénées qu’aux limites du Languedoc où le poste de Fitou est attaqué et détruit47. Les débordements en Roussillon n’ont pas un caractère de gravité supérieur à ce que l’on peut observer dans d’autres régions du royaume.

  • 48 M. Brunet, op. cit., p. 119-127.
  • 49 Foraine de Narbonne, 16 novembre 1769, Coursan, malgré la présence de 10 gardes ; 26 août 1771, Na (...)
  • 50 Ibid., 17 décembre 1735, 18 novembre 1736.
  • 51 Bien que les rapports des gardes fassent fréquemment mention d’avis qu’ils ont reçu. Mais beaucoup (...)

34La grande émeute anti-douanière du 22 février 1791 dans les faubourgs de Perpignan contre la réinstallation de la douane, à laquelle participent des centaines de personnes, paraît démentir cette appréciation48. Elle est à replacer dans la multitude des émeutes qui agitaient le pays, dans la longue suite des émotions anti-douanières arrivées sur la frontière, même si l’ampleur de celles-ci n’est pas comparable. Mais ces dernières naissaient à l’improviste alors que les Perpignanais, prévenus, attendaient de pied ferme la force publique. La chronique émeutière, nourrie, ne peut pas être détaillée ici. Les lieux, les situations, les motifs, les acteurs des émotions sont variés. La frontière n’en a pas l’exclusivité : combien d’émotions populaires, en effet, à l’occasion de la recherche de faux tabac dans les villages du Narbonnais, même lorsque les gardes se présentent en force ?49 La parole des émeutiers en dit aussi long que la récurrence des émotions. Voici deux exemples pris dans le Pays de Sault, en Languedoc, au carrefour des chemins qui joignent le Roussillon aux vallées de l’Aude et de l’Ariège. Deux hommes chargés d’un sac de sel acheté en Donézan tentent de soudoyer les gardes au col de Garabel, puis de leur échapper. Cinq hommes armés de haches et de gros battons ferrés accourent, se jettent sur les gardes, permettent aux faux-sauniers de prendre la fuite, déclarent « qu’ils sont bien aise d’avoir rendu service à ces malheureux ». Non loin de là, au pont de Sau, un homme d’Escouloubre conduisait une mule chargée de vin, sans acquit ni congé. Arrêté par les gardes, il ameute les habitants du village qui se rassemblent, obligent les gardes à reculer, crient « qu’ils avaient toujours vécu en liberté et qu’ils voulaient continuer d’y vivre »50. Les gardes sont en terrain hostile, se heurtent à la solidarité voire à la complicité villageoise dans une région ou chacun est un contrebandier en puissance. Il est facile de comprendre pourquoi ils échouent à pénétrer les réseaux de contrebande et reçoivent si peu de dénonciations51.

35Les émotions sont l’action, en pleine montagne, dans les villages où les gardes ont rapidement affaire à plus forte partie qu’eux, même s’ils représentent la force publique. Les comportements émeutiers ont leur pendant devant les tribunaux. Ceux-ci, même le tribunal des douanes institué en 1811 à Perpignan, sont peu répressifs. Les jurys, représentants et reflets de la société, adoptent une attitude systématiquement bienveillante, pour ne pas dire plus. Ils disculpent facilement, s’efforcent de minimiser les charges, de blanchir les prévenus, contre toute évidence souvent. La création des jurys composés de gens du pays dessert l’administration qui n’en peut mais. Complaisance ? Moins qu’on pourrait le croire au premier abord, peut-être. L’analyse des procès criminels qui viennent devant le Conseil souverain au xviiie siècle invite à faire une autre lecture des décisions des jurys. Les criminels jugés, hommes ou femmes, étaient des récidivistes le plus souvent, des délinquants incorrigibles que les communautés rejetaient. La contrebande ne porte pas atteinte aux biens, aux personnes, à la société. Elle procurait des ressources au contraire. Les compromissions traversaient toutes les catégories sociales.

36Il n’est pas infondé dans ces conditions de parler d’une culture de la contrebande qui, à beaucoup d’égards, reproduit la société, ne serait-ce que dans les statistiques judiciaires qui sont notre source principale : la population appelée devant le tribunal des douanes à partir de 1811 est à peu de choses près la même que celle jugée au criminel par le Conseil souverain au cours du xviiie siècle. Cette culture finit-elle par s’imposer à l’État avant 1789, aux préfets et aux sous-préfets sous le Consulat et l’Empire ? Les ordres de ces derniers sont rarement répressifs. Le caractère de la contrebande, relativement peu meurtrière, pratiquée même pour la mieux structurée par des groupes qui n’unissent jamais leurs forces, versent rarement dans le banditisme au moins entre 1715 et 1815, n’entretiennent pas une insécurité généralisée – ce qui la distingue du bandolérisme des xvie et xviie siècles – explique cette attitude qui a toutes les apparences de l’indulgence. La culture contrebandière sait durer, en évitant de susciter des réactions qui la menaceraient.

Notes

1 N. Sales, Senyors bandolers, miquelets i botiflers, ed. Empuries, 1984; X. Torres, Els bandolers (s. xvi-xvii), Vic, 1991; ID., Nyerros i Cadells: Bandols i bandolerisme a la Catalunya moderna (1590-1640), 1993.

2 Les baux de l’impariatge perçu par le Consulat de mer et de la bolla de la collecte de Perpignan, droits qui portaient sur les marchandises et les textiles introduits dans les Comtés, augmentent considérablement au cours de la décennie 1640 : E. Serra I Puig, « Le Roussillon et la Generalitat de Catalogne aux xvie et xviie siècles : les visites de la Diputatio del General, 1590-1626 », Le Roussillon de la Marca Hispanica aux Pyrénées-Orientales (viiie-xxe siècles), Actes du LXVIIe congrès de la F.H.L.M.R., Bulletin SASL, 1995, p. 39-61 ; ID., « Diputats locals i participació social en les bolles de la diputació del General (1578-1638). Una mostra i una reflexió », Pedrales, 13 - 1993, p. 259-274, 14 - 1994, p. 199-206 ; Historia, Politica, Societat i cultura dels països catalans, vol. IV, Enciclopèdia Catalana, Barcelona, 1997, p. 111-115.

3 La révolte des Angelets, A. Ayats, Les guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres, Perpignan, 1997.

4 N. Posthoumis, S. Caucanas, P. Rosset, Les routes du Roussillon, milieu xviie siècle, milieu xixe siècle, Perpignan, 1986.

5 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc, Narbonne et Narbonnais, 1300-1789, Perpignan, 1996 (2e éd., 1999), p. 610-621.

6 Arch. dép. Aude, C, foraine de Narbonne, à la date indiquée.

7 A. M. De Boislile, Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des provinces, Paris, 1874, t. 1, no 1748, p. 488-489, 2 et 30 septembre 1698.

8 4 M 474, 1813, suspects de Latour-de-Carol, de La Llagone, arrêtés pour contrebande de moutons. Ceux-ci, destinés aux insurgés espagnols, ont été achetés en foire ; 2 août 1813, signalement d’un troupeau de 2 000 moutons, etc.

9 Arch. dép. Aude, foraine de Narbonne, 26 mai 1666, vente de 300 qx. de tabac par un marchand de Finale en Italie à des marchands de Villasavary.

10 Ibid., foraine de Narbonne, 6 novembre 1682, Leucate ; 12 mai 1683 ; 27 juillet 1687. À Caudiès, un ancien garde de la foraine fait de la contrebande de tabac ; 13 juillet 1690 : tabac pour Limoux, par un passeur du Conflent qui vient de Campredon de l’autre côté des Pyrénées. La contrebande est donc antérieure à l’établissement du monopole espagnol sur le tabac institué en 1701 auquel on la fait généralement remonter.

11 1 J 74. Brouzet recevait les piastres par l’intermédiaire de Paris et Ollivier et Jacomet de Barcelone dont les maisons confiaient les piastres à un voiturier pour les transférer de Mont-Louis à Perpignan : 20, 30 juillet, 1er, 10, 13, 14, 18, 30, 31 août, 6, 17, 27 septembre 1774, etc.

12 G. Antonetti, Une maison de banque à Paris au xviiie siècle, Greffulhe Montz et Cie (1789-1793), Paris, 1963.

13 M. Brunet, Le Roussillon, une société contre l’État, 1780-1820, Perpignan, 1990, p. 91-92.

14 1 C 1050.

15 Arch. dép. Aude, C, foraine de Narbonne, 1er juin, 10 août 1772, au poste de la redoute de Mattes à Leucate, près du poste du cap Saint-Pierre.

16 J.-G. Gigot, « Banyuls-sur-Mer et la contrebande du tabac (1780) », C.E.R.C.A., no 34, 1964, p. 274-277 ; R. Lavoux, L’Amirauté de Collioure, 1691-1790, thèse de droit, université de Perpignan, 1998, p. 437-444. Ces chiffres paraissent largement sous-estimés.

17 Arch. dép. Aude, C, foraine, 23 juin 1763, au bureau de Fitou : Pierre Maréchal, de Brive, dit avoir acheté la marchandise à Perpignan, etc.

18 Ibid., foraine, 17 juin 1706, au bureau de Fitou ; visites domiciliaires chez les curés de Feuilla et de Quintillan ; 13 février, 15 mars 1758 (des saisies sont aussi effectuées dans des métairies, dans les châteaux de nobles ruraux) ; 9 avril 1768.

19 Ibid., foraine, 13 août 1760, « avis qu’à Feuilla plusieurs particuliers introduisent du vin rouge en Roussillon sans payer de droits » ; 13 août, 20 septembre de la même année : le cabaretier de Feuilla est arrêté à son retour d’Opoul, des habitants de Davejan reviennent d’Estagel avec plusieurs montures qui portent des tonneaux de vin rouge, etc.

20 Cela arrive cependant. Foraine, 28 décembre 1731, Pierre Vidal, un négociant en draperie de Mirepoix, arrêté au bureau de Fitou, tentait de passer en Roussillon deux ballots de droguet de Carcassonne cachés dans des comportes sous des joncs.

21 Ibid., 9 mai 1769 ; 18 mars, 7 mai 1777, etc.

22 M. Llatti, La contrebande en Roussillon au début du xixe siècle, D.E.S., université de Nancy, 1965 : J. Saquer, La frontière et la contrebande dans l’histoire et l’économie du département des Pyrénées-Orientales de 1814 à 1850, D.E.S., université de Toulouse, 1967 ; ID., « La frontière dans l’histoire et l’économie du département des Pyrénées-Orientales de 1814 à 1850 : le cas de la « république contrebandière » de Banyuls-sur-Mer », Mélanges hispaniques offerts par ses amis et disciples à Jean Sermet, université de Toulouse-le-Mirail, 1980, p. 155-166.

23 4 M 474.

24 7 U 38-39 et note 30.

25 4 M 474, 6 janvier 1813.

26 M. Brunet, op. cit., p. 112.

27 Les piastres entrent par d’autres voies : nuit du 24 au 25 mars 1786 : vol de 2 sacs contenant 2 100 piastres à Jean Serrau négociant de Montpellier sur le chemin d’Espagne, à proximité du village de Villeroge en haut Vallespir, 2 B 2013.

28 M. Brunet, idem ; 4 M 420, 28 octobre 1813.

29 J. Saquer, art. cité.

30 7 U 6. Le tribunal spécial des douanes est installé à Perpignan le 15 avril 1811. 19 affaires seulement mentionnées aux mois de janvier et février 1811 ; l’inscription régulière ne commence qu’au mois de mars. Les mois où l’on compte le plus grand nombre de saisies sont juillet 1811 (52), septembre, novembre 1812, juillet 1813 (51).

31 Des saisies sont effectuées jusqu’à Narbonne, Carcassonne.

32 Toutes les informations des paragraphes ci-après sont tirées essentiellement de 7 U 38-39. Ces statistiques, exprimées en kilogrammes et en litres, sont établies à partir des affaires qui passent en jugement, soit 211 en 1811, 398 en 1812. Deux à trois mois s’écoulent entre la constatation de l’infraction et la date où l’affaire est évoquée devant le tribunal. 1811 : sucre : 7 293,6, poivre : 659,5, cacao : 85, café : 7 51,1, chocolat : 40,1, quinquina : 4,8, indigo : 20,4, cochenille : 44,4, tabac : 7, seigle : 2 821, méteil : 2 394, froment : 1 947, maïs : 448, farine : 147, fèves : 281, avoine : 18, morue : 147, poisson salé : 6, viande salée : 186, sel : 33, vin : 2 035, eau-de-vie 15, coton en laine ou filé : 287,3, drilles : 675, poteries : 99, fer : 41, 19 cuirs : 281 moutons ou béliers, des charges de volailles, des textiles (68 pièces de nankin, des bonnets de laine...), 38 montures, etc. 1812 : sucre : 8 417,2, cassonade : 32, poivre : 504,7, cacao : 157,9, café : 410,1, chocolat : 52,3, indigo : 263,45, cochenille : 592,95, tabac, 72,5, seigle : 6 600, méteil : 2 162, froment : 677, farine : 4 666, pain : 192, son : 12, petit son : 155, sarrasin : 276, maïs : 2 088, riz : 5 701, gros millet : 2 ;078, petit millet : 1 424, orge : 765, vesces : 423, fèves : 9 376, haricots : 2 703, légumes : 120, pommes de terre : 60, viande salée : 846, boudin, 11, morue : 100, lard : 99, fromage : 127, sel : 335, vin 4 931, drilles : 624, chanvre : 545, coton filé : 102, toiles : 85, pièces de percale : 31, pièces de nankin : 87, bouchons, 53, clouterie : 17, bois de pin, 60, montures : 102, etc.

33 L’augmentation est surtout sensible pour le seigle, la farine, les haricots, le riz, le vin.

34 36,2 kg, 4 individus en moyenne et 102 montures en 1812 contre 30,5 kg , 3,4 et 35 en 1811.

35 Dans 24 affaires en 1811 (11,3 %), 53 en 1812 (13,3 %).

36 16 mars 1811 : 4 hommes de Béziers venus à Vinça achètent de nuit dans un champ proche du village 306 kg de sucre...

37 14 identifiés en 1811, 41 en 1812.

38 5 août 1812... etc.

39 27 mars, 21 juillet 1812 ; 5 francs pour trois petits paquets, 16 juin 1812 ; 8 francs proposés à Thérèse Gilard épouse d’un voiturier de Finestret qui demeure à Figueras en Espagne pour passer trois pièces de percale, 10 juillet 1812 ; 15 francs de salaire pour trois jours de course, 5 août 1812, etc.

40 20 juillet 1812, François Soubra, journalier demeurant à Py, avait acheté 6 kg de sucre à La Vajol en Espagne, etc.

41 4 M 419, les dénonciations sont faites en 1813 surtout, au moment où les bandes, refuges des déserteurs, prolifèrent ; M. Brunet, op. cit., p. 147-148, 161 ; M. Llati, op. cit., p. 118-120.

42 Arch. dép. Aude, C, foraine, 23 juillet 1770.

43 M. Brunet, op. cit., p. 103 ; 4 M 419, 7 avril 1812 ; Y. Roustit, « Raymond Durand, commerçant à Barcelone, 1808-1814 », Estudios de Historia moderna, VI, 1956-1959, p. 313-409.

44 M. Brunet.

45 Cf. supra, note 27. Les frères Py de Banyuls organisent un traquenard contre la felouque et les gardes de la Ferme, des gardes sont tués, 3 B 27, deux gardes sont tués, etc.

46 M. Defourneaux, « La contrebande roussillonnaise et les accords commerciaux franco-espagnols après le Pacte de Famille, 1761-1786 », Actes du 94e congrès national des sociétés savantes, Pau, 1969, Paris, 1971, 1, p. 147-163 ; P. Sahlins, Fronteres i identitats : la formació d’Espanya i França, s. xvii-xix, 1993, p. 99-101.

47 Foraine de Narbonne, 21 novembre 1789.

48 M. Brunet, op. cit., p. 119-127.

49 Foraine de Narbonne, 16 novembre 1769, Coursan, malgré la présence de 10 gardes ; 26 août 1771, Narbonne, des femmes, principalement, s’opposent aux employés des Fermes, etc.

50 Ibid., 17 décembre 1735, 18 novembre 1736.

51 Bien que les rapports des gardes fassent fréquemment mention d’avis qu’ils ont reçu. Mais beaucoup de lettres de dénonciation sont suspectes, envoyées pour se couvrir (celle du maire de Saint-Laurent-de-Cerdans par exemple, note 28).

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540