Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Moïse Carcassonne et le commerce des juifs en Languedoc et en Roussillon au xviiie siècle

Texte intégral

  • 1 R. Moulinas, Les juifs du Pape en France, Toulouse, 1981, La « vague de faillites de 1778 », p. 341 (...)

1Dans sa thèse, Les Juifs du Pape en France, René Moulinas avait attiré l’attention sur la faillite de Moïse Carcassonne en 1778 à la suite de laquelle nombre de ses coreligionnaires de l’Isle-sur-la-Sorgue et de Cavaillon déposèrent également leur bilan. Cette affaire eut un retentissement considérable dans le Comtat Venaissin comme en Languedoc, à Versailles, à Rome1. Le bilan de cette faillite fait apparaître en effet un passif de près de un million et demi de livres, les endossements non compris. Ces sommes, sans équivalent en Languedoc, sont seulement comparables aux grandes faillites marseillaises de 1774. Moïse Carcassonne se tirera à bon compte de sa déconfiture semble-t-il grâce à de hautes protections. Comment était-il parvenu à manier autant d’argent ? Le dénouement de la crise et les démêlées judiciaires auxquelles elle donna lieu livrent peu d’informations à cet égard. La vague de faillites de 1778 met néanmoins en relief l’étendue des activités développées par les marchands juifs en Languedoc depuis le second tiers du xviiie siècle.

2C’est à partir de Narbonne où Moïse Carcassonne résidait que tout se noue. Au départ, la faillite d’un certain Jean Pascal fondateur dans la ville à la fin des années 1750 d’une filature de soie puis d’une manufacture de soieries. Pascal, originaire d’Avignon, fut-il attiré par Moïse Carcassonne ? Ce dernier avait ses habitudes à Narbonne depuis la fin des années 1740. On le voit marchand de mules, faisant crédit aux paysans.

  • 2 C. Bloch, « Un épisode de l’histoire commerciale des juifs en Languedoc (1738) », Revue des études (...)

3Des mules à la faillite millionnaire de 1778. Tel est en raccourci l’itinéraire de Moïse Carcassonne. Son exemple permet, à partir de l’observatoire narbonnais, de mieux apercevoir les étapes de la progression des marchands juifs en Languedoc. Elles restent encore assez mal connues en effet. Si l’on a pu réunir des informations assez sûres et convergentes sur la partie orientale du Languedoc2, de la vallée du Rhône à Montpellier, on ne sait encore que peu de choses au-delà. Le commerce reste difficilement mesurable en l’absence d’archives familiales ou, à défaut, de bilans de faillite. Dans le cas des juifs, l’itinérance disperse encore davantage les traces de l’activité. Aussi, a-t-on du mal à se faire une idée de l’étendue des affaires de tel ou tel individu ou groupe d’associés, des relations et des connexions d’intérêts.

I. Une présence difficilement acceptée

  • 3 D. et C. Iancu, op. cit., p. 214.
  • 4 Les arrêts d’expulsion de 1679 et 1680 concernent Montpellier, Nîmes, Toulouse. On retrouvera en 17 (...)
  • 5 Arch. mun. Narbonne, les déclarations sont inscrites dans les registres de « Qualités », non cotés. (...)
  • 6 À Montpellier : 63 passages entre 1705 et 1714, D. et C. IANCU, op. cit., p. 214 ; pour Toulouse : (...)
  • 7 Des marchands juifs du Comtat apparaissent pour la première fois à Saint-Victor-de-la-Coste ; D. et (...)

4Les premières mentions de marchands juifs à Narbonne sont consécutives aux arrêts favorables rendus par le parlement de Toulouse en 1695, 1698, 1705, 1707, 1712, qui permettaient aux marchands juifs « d’acheter, vendre et débiter toutes sortes de marchandises neuves ou vieilles pendant un mois de chacune des quatre saisons de l’année dans les villes de Toulouse, Montpellier, Pézenas, Narbonne, Béziers et autres lieux de Languedoc »3. Des marchands avaient-ils fréquenté Narbonne précédemment ? Je n’ai trouvé aucune mention à cet égard, mais ce n’est pas impossible car ce sont les mêmes individus qui passent de ville en ville4. Les registres narbonnais signalent 39 passages de marchands entre 1705 et 1716, près de 4 par an en moyenne avec un maximum de 6 passages en 1708 et 17115. C’est moins qu’à Montpellier ou à Toulouse6. La simultanéité des premières mentions d’arrivée des marchands juifs dans les registres de Montpellier et de Narbonne est frappante : le 5 février 1705 à Montpellier, le 16 février de la même année à Narbonne. On constate la même chose partout en Languedoc, aussi bien dans la vallée du Rhône qu’à Nîmes par exemple7.

  • 8 D. et C. Iancu, op. cit., p. 214.
  • 9 8 passages pour Semé David Dalpuget et Israël Astruc, 6 pour Samuel Astruc, 4 pour Lion Rouget, Isa (...)
  • 10 Exemple : 8 juillet 1708, Aaron Revel fait sa déclaration « tant pour lui que pour sa compagnie ». (...)
  • 11 13 mars 1708 : Semé David Dalpuget arrivé le 13 repart le 21 mars, Michel Petit arrivé le 15 repart (...)

5Ce sont à l’évidence les mêmes individus ou petits groupes que l’on rencontre à Narbonne et à Montpellier8. Semé David Dalpuget, Lion Rouget, Isaac Vallabrègues, Israël et Samuel Astruc, Michel Petit, Jacob et Abraham de Carcassonne sont les plus assidus9. Circulant rarement seuls, ces marchands originaires d’Avignon étaient unis par des liens très étroits : Isaac et Israël Vallabrègues étaient frères, comme Isaac et Samuel Astruc ou Abraham et David Carcassonne. Daniel Rouget se déplaçait souvent avec son fils, de même que Israël Astruc, beau-père de David Revel. La plupart se disaient associés comme Samuel Astruc et Michel Petit ou Semé David Dalpuget, Lion Rouget, Samuel Astruc10. Les trois ou quatre constellations familiales ou d’intérêts avignonnaises fréquentent Narbonne très régulièrement pendant une dizaine d’années, faisant des séjours en ville d’une dizaine de jours à un mois avec deux temps forts au cours de l’année : du mois de janvier au mois de mars, du mois de mai au mois d’août11.

  • 12 L’arrêt est du 29 février 1716 : il n’est pas encore connu en Languedoc. Il met fin, au moins dans (...)
  • 13 Arch. dép. Hérault, C 2743.

6Le dernier passage à Narbonne intervient le 12 mars 1716, quelques jours après que le Conseil d’État ait annulé les autorisations accordées par le parlement de Toulouse12. Doit-on penser que les marchands juifs discontinuent complètement leur négoce de ce côté de la province ? Aucune correspondance de subdélégué ou plainte de marchands n’en fait état comme dans d’autres villes, notamment à Toulouse qu’ils continuent à fréquenter et où des marchands de vieilles hardes s’établissent. Les demandes pressantes présentées aux intendants, les réponses qu’ils font après demande d’éclaircissement ou vérification, dessinent assez bien les étapes et le type de négoce auquel se livraient les marchands juifs. Pendant les quinze années qui suivent l’arrêt du Conseil d’État on n’entend plus guère parler d’eux, bien que de petits groupes soient implantés en Languedoc comme à Montpellier : depuis 25 ans à Montpellier où ils pratiquaient le commerce des vieilles hardes affirment-ils en 1731 dans une supplique13. Leur présence restait discrète. À Nîmes, ils ne venaient qu’épisodiquement, et pour quelques jours ; à Béziers, ils ne vendaient « qu’en chambre », chez des particuliers ; à Carcassonne, ils déclaraient généralement leur présence à l’hôtel de ville. Mais les marchands d’origine comtadine n’étaient pas seuls à fréquenter les foires languedociennes.

  • 14 Id.

7Des coreligionnaires de Bordeaux ou de Bayonne venaient aussi essayer d’écouler leurs étoffes de soie, ce qui montre la précocité des liens à l’échelle de tout le sud du royaume14.

  • 15 Ibid., C 2745.
  • 16 Ibid., C 2743, 2745, « l’on m’a assuré que ce n’est que depuis quelques années que l’on y vend des (...)

8Si l’on en croit l’intendant, les établissements fixes disparaîtraient ensuite : depuis dix ans, affirme-t-il dans une lettre du 11 novembre 1740, « les juifs n’ont eu aucun établissement fixe ni à Montpellier ni dans aucun lieu de la province »15. Par contre, à partir de 1729, s’engage une lutte âpre que l’on demande à l’intendant d’arbitrer. Trois types de négociants réagissent contre la concurrence : les fripiers et les chaussetiers, les marchands de soie, les marchands de bétail. Les premiers n’étaient guère puissants. Les juifs leur portaient ombrage, mais la fripe était de longue date leur spécialité. Les seconds furent les plus incisifs, à Montpellier plus particulièrement où ils bénéficiaient du soutien de la Chambre de commerce. La multiplication de leurs protestations à partir de 1730 provient d’un développement du négoce de la soie par les juifs. L’exemple des foires du Pont-Juvénal à Montpellier est très significatif à cet égard. Auparavant elles n’étaient guère que des foires spécialisées dans le bétail. Elles avaient pris un cours nouveau lorsque le comte de Grave s’était mis à attirer les juifs qu’il logeait dans son château comme le laissaient entendre ses détracteurs16. Les protections ne se bornaient pas là : n’allait-on pas jusqu’à insinuer que les marchands de soie avaient leur magasin chez le juge mage en personne ?

  • 17 Ibid., C 2748.
  • 18 Ibid., C 2746, 1er septembre 1745.

9Les péripéties de ces premiers engagements conflictuels montrent la complexité des relations établies dès le premier tiers du xviiie siècle entre les juifs et la société méridionale. Les commerçants chrétiens font flèche de tout bois avec leurs corporations et leurs gardes-jurés chargés de contrôler les marchandises apportées aux foires. Les accusations, les dénonciations, les entreprises visant à empêcher les ventes en foire ou à provoquer les saisies de marchandises se multiplient. À Béziers par exemple, tel marchand – ... qui est le seul de la place à vendre des étoffes de soie – réclame en 1745 une ordonnance pour empêcher les marchands juifs de s’arrêter ; quelques années plus tard, les prévôts des marchands font saisir les ballots de marchands qui depuis Pézenas se rendaient à la foire de la Saint-Jean de Toulouse17. Dans la ville du parlement, les marchands juifs rencontrent les pires difficultés. Les gardes-jurés toulousains s’ingénient à leur faire de « mauvaises manière» : manœuvres dilatoires pour retarder le contrôle de leurs marchandises qui leur faisaient perdre plusieurs jours de ventes, vérifications si intempestives que les pièces de soie étaient abîmées,... quand les marchands n’étaient pas tout bonnement « chassés ignominieusement »18.

  • 19 Ibid., C 2748, 2746, « tout le monde court aux marchands juifs et les marchands de la ville se trou (...)

10Mais ces vexations répétées, bon témoignage de la fréquentation régulière par les marchands juifs de l’axe Avignon-Toulouse, sont de plus en plus mal supportées. Elles finissent par susciter des réactions contraires à l’effet recherché chez les autorités comme dans la population. Les accusations de fraude, de marchandises prohibées ou de qualité douteuse, se révèlent sans fondement. Les enquêtes ne montrent jamais rien de suspect. Les marchands juifs proposent des marchandises à meilleur compte, un assortiment de pièces très étendu puisque à tous les prix, des vêtements de femme en grande quantité qui connaissent un grand succès. En fait, les protestataires veulent maintenir un monopole à leur profit, continuer à vendre à des prix exagérés sans être aussi bien achalandés. L’attitude de la population, d’ailleurs, est sans ambiguïté : des murmures s’élèvent lorsque les marchands chrétiens parviennent à leurs fins et font saisir quelques ballots. Les clients continuent à se précipiter aux foires19. Cette bataille des foires, du négoce des soieries et des principaux axes routiers, est gagnée entre 1750 et 1760.

  • 20 R. MOULINAS, « le Conseil du roi et le commerce des juifs d’Avignon en France », Dix-huitième siècl (...)
  • 21 Arch. dép. Hérault, C 2743.

11L’évolution des dispositions des autorités de la province à l’égard des juifs est tout à fait significative du changement d’attitude à leur égard. En 1731, à la suite de l’arrêt du Conseil qui venait de casser deux arrêts du parlement de Dijon favorables aux marchands juifs d’Avignon20, l’intendant avait encore pris une ordonnance rappelant l’interdiction faite aux juifs de venir commercer dans la province, à plus forte raison d’y séjourner, et les fortes amandes auxquelles s’exposaient ceux qui les recevraient dans leurs maisons. Mais c’était sans conviction. N’avouait-il pas dans sa lettre d’envoi au contrôleur général que ces défenses avaient peu de chance d’être opérantes car « les principaux officiers du présidial » – il s’agit du juge mage de Montpellier – les accueillaient chez eux ?21

12D’une prudente réserve, l’intendant ainsi que les syndics généraux de la province Joubert et Montferrier passent en quelques années à une attitude ouvertement favorable aux marchands juifs. En 1735-1736, il n’est plus seulement question de consommation, de soieries, de produits associés à une idée de luxe et de frivolité, mais de production, d’agriculture et de transport. L’intendant et les syndics généraux entendent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour faciliter l’introduction des mules et des chevaux en Languedoc, faire baisser le prix du bétail de trait, excessif à leurs yeux. Cette préoccupation est à mettre en relation avec les efforts entrepris pour stimuler une agriculture trop languissante, l’inquiétude manifestée par les États provinciaux à l’égard des dettes des communautés.

  • 22 Ibid., C 2743.
  • 23 Ibid., C 2744. L’ordonnance de l’intendant concernait uniquement le bétail, interdisait aux juifs l (...)
  • 24 R. Moulinas, « Le Conseil... », art. cit., p. 172.

13Les juifs comtadins avaient déjà une bonne connaissance de ce commerce qu’ils pouvaient pratiquer en Provence. Ils traversaient d’ailleurs le Languedoc avec leur bétail au retour des foires auvergnates. Un certain Monteux d’Avignon se fit ainsi arrêter à Sommières en 1733 à l’instigation d’un marchand de mules de l’endroit qui le soupçonnait de vendre des animaux en route22. Aussi purent-ils répondre sans délai à la demande et au marché qui s’ouvrait à eux. Dès 1735, ils proposent des animaux dans la vallée du Rhône. À l’annonce de l’autorisation de l’intendant acquise le 20 août 1736, ils se répandent dans le Poitou, le Limousin, l’Auvergne, le Rouergue, l’Albigeois23. Les marchands de mules languedociens tentent de donner un dernier coup d’arrêt, font saisir le 28 août 1738 22 mules dans une auberge du faubourg de la Saunerie à Montpellier en s’appuyant sur l’ordonnance de 1731 et une décision prise récemment par l’intendant d’Orléans24. Bernage ordonna immédiatement la main levée sur les animaux qui appartenaient à Moïse Levi et à Jassande Carcassonne de Carpentras, puis renouvela les autorisations de six mois en six mois malgré des arrêts du Conseil de 1739 et 1740 défavorables aux juifs.

  • 25 Arch. dép. Hérault, C 2746.

14La perception du juif se modifie ainsi, au moins dans l’esprit des autorités de la province : le marchand juif, aiguillon de la concurrence, personnifiera bientôt la liberté du commerce. « Je crois devoir vous prévenir que le Bureau du commerce auquel la discussion de cette affaire sera renvoyée est aujourd’hui très favorable à tout ce qui autorise la liberté du commerce. On y a souvent rejeté les exclusions données aux juifs, et je doute que l’on veuille restreindre les dispositions qui leur sont favorables par rapport à leur commerce » écrit Trudaine à l’intendant le 5 novembre 1755 à la suite des doléances des marchands toulousains25. Le marchand juif n’est plus seulement toléré, son utilité est reconnue. On saisit l’importance de la doctrine du Bureau du commerce, notamment parce que le débat ne fut jamais placé que sur le terrain économique. Elle anticipe, prépare et crée les conditions d’autres reconnaissances.

II. Les mules, le crédit

15Le négoce comtadin changeait de mesure, sinon de nature. L’autorisation de vendre du bétail offrait des opportunités nouvelles aux juifs comtadins : parcourir le Languedoc en permanence, ce qu’ils n’avaient pu faire auparavant, atteindre une clientèle rurale. C’est à cette activité que se consacrent essentiellement la majorité d’entre eux désormais, à travers elle qu’ils sont connus tout au long de la seconde moitié du xviiie siècle même si la plus grande partie de leurs trafics concerne d’autres types d’affaires.

  • 26 Les marchands juifs qui vendent des mules à Narbonne à la fin de la décennie 1740-1749 et au cours (...)
  • 27 Arch. mun. Narbonne, compoix cabalistes, non cotés. Les comtadins ne procurent pas seulement du bét (...)

16Il faut attendre le milieu de la décennie 1740-1749, beaucoup plus tard que dans la bordure rhodanienne, pour déceler une présence assidue des marchands de bétail comtadins en Biterrois et en Narbonnais. L’explication de ce décalage est-elle à rechercher dans l’origine des réseaux de marchands qui investissent successivement le Languedoc ? Les négociants venus déclarer leur arrivée au bureau de police entre 1705 et 1716 étaient d’Avignon ; ceux qui fournissaient le bétail près du Rhône et interviennent auprès de l’intendant en 1736 de Carpentras ; les marchands de mules les plus actifs à Narbonne seront de l’Isle-sur-la-Sorgue26. Au début, ce sont des citadins principalement qui traitent avec les marchands du Comtat : des voituriers, des ménagers, des jardiniers qui ne se servaient que de mules27. À partir de 1755, la clientèle s’élargit. Narbonne devient un marché au bétail pour tout le diocèse. Son rayonnement s’étend même au-delà puisque des ménagers viennent de Moux, Douzens, Trèbes, Capendu, Badens, dans le diocèse de Carcassonne, des pagès de Espira-de-l’Agly, Peyrestortes, Rivesaltes, Salses, Saint-Laurent-de-la-Salanque, dans la province du Roussillon, dépassant ainsi largement l’aire d’attraction traditionnelle de la ville qui se bornait à une vingtaine de kilomètres de rayon.

  • 28 Quels sont les capitaux qu’ils parviennent à mobiliser au départ et quels profits dégagent-ils dans (...)
  • 29 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais, 1300-1789, Perpignan, 2e éd. (...)
  • 30 Un processus différent qu’à Saint-Victor-de-la-Coste où les mules remplacent les bœufs.

17Le succès des marchands juifs s’explique facilement. Ils vendaient moins cher, consentaient de larges facilités de crédit, exigeaient un modeste acompte voire rien du tout à l’achat, acceptaient un règlement en deux ou trois versements échelonnés sur vingt à trente mois28. De plus, la conjoncture, avec l’augmentation du prix du blé, leur était favorable. En quelques années, les maquignons comtadins s’imposent en Narbonnais. Tous les villages, des Corbières notamment, se trouvent bientôt obligés à leur égard. Chez les notaires qui acceptent de recevoir leurs contrats, les juifs sont seuls à consentir des prêts. Le changement est radical par rapport à la situation antérieure, comme au xviie siècle, modifie les relations entre la ville et sa campagne. Narbonne, par l’intermédiaire de ses marchands, de notaires ou de détenteurs de petits offices, retirait des profits substantiels des avances d’argent faites aux ruraux à rembourser en laine, en huile ou en blé29. Désormais, les prêts servent à améliorer la traction animale et les profits ne restent pas forcément dans la ville car les créanciers n’y résident que temporairement. L’arrivée des marchands de mules juifs n’en a pas moins une importance capitale pour le Narbonnais. On assiste à une amélioration sensible de la qualité du bétail employé dans l’agriculture qui est à replacer dans une histoire longue de la traction animale. Après les lourds attelages du xve siècle, constitués de bœufs et de juments, la dégradation du xvie siècle liée au bouleversement des structures agraires et une phase « asinière » au xviie siècle qui a sans doute contribué à la stagnation de la production, on assiste après 1740 à une substitution du mulet aux ânes. La « révolution du mulet » qui précède celle du cheval du xixe siècle, n’est pas sans effets, difficilement mesurables il est vrai, sur les performances agricoles30.

  • 31 Arch. dép. Aude, 3 E 9037, 12 juin 1763, François Rodriguez marchand de mules de Perpignan vend un (...)
  • 32 Des ménagers des Corbières vont même à Béziers ; Arch. dép. Hérault, 4 C 289, 21 mai 1777, un ménag (...)
  • 33 Arch. dép. Hérault, à Béziers : Thomas Arnaud marchand de mules de Thézan, Jean Pujol (2 E 14/ 412, (...)

18Le commerce des animaux de trait était-il moins bien organisé à Narbonne qu’ailleurs en Languedoc ? On peut s’interroger. Les marchands comtadins s’imposent en effet sans coup férir et rares sont les maquignons à pouvoir se maintenir31. Ailleurs, la domination des marchands juifs qui appartiennent également à la carrière de l’Isle-sur-la-Sorgue paraît moins écrasante. À Pézenas comme à Béziers, où les ménagers de l’est du diocèse de Narbonne se rendent pour acheter leurs bêtes32, les marchands de mules languedociens résistent à la concurrence comtadine et conservent une part notable du marché33. Sans parvenir à le capter entièrement les marchands juifs pénètrent aussi le marché des mules du Roussillon dès le début de la décennie 1750 grâce aux facilités de paiement qu’ils consentent

  • 34 Nombreuses références dans les minutes des notaires de Perpignan : Arch. dép. Pyrénées-Orientales : (...)
  • 35 Opoul, Salses, Saint-Laurent-de-la-Salanque, Rivesaltes, Peyrestortes, Baixas, Espira-de-l’Agly, Ca (...)

19– paiement de un tiers ou moins du prix des bêtes à l’achat, règlement du solde en des versements étalés de un à un an et demi – ainsi qu’à des prix inférieurs à ce qu’ils pratiquaient ailleurs. Les Carcassonne sont omniprésents : Moïse qui ouvre la voie, mais aussi Isaac, Cadet, David, Jasse, ainsi que Jonas Cavaillon34. Les muletiers, les pagès, les brassiers de la province voisine venaient acheter à Narbonne. En Roussillon, les tractations s’effectuaient à Perpignan. La clientèle se recrutait principalement dans les communautés situées au nord ou à la proximité de la capitale du Roussillon35.

  • 36 On trouve la mention de quelques prêts cependant : Arch. dép. Hérault, 2 E 68/119, 6 avril 1777, pr (...)
  • 37 Arch. dép. Aude, 3 E 9033, 22 janvier 1756, le fermier de la dame d’Armissan doit à Aaron Carcasson (...)
  • 38 Arch. dép. Aude, 3 E 12317-12318.
  • 39 Les difficultés de certains propriétaires montrent combien des communautés étaient engagées à l’éga (...)
  • 40 12 mars 1777, emprunt de 18 600 livres à Jonas fils par Louis-Michel et Pierre-François Laporte, av (...)
  • 41 Arch. dép. Aude, 72 C 20/192, 30 septembre 1784.
  • 42 Ibid., 72 C 20/188, 26 janvier 1777, la transaction a été effectuée à Béziers, c’est Pascal qui off (...)
  • 43 Arch. dép. Aude, 3 E 9043, 3 E 12317, 13 mai, 19 octobre 1776, 3 E 12320, 3 E 9044. Il ne s’agit là (...)
  • 44 G. Larguier, « Le marché immobilier et foncier narbonnais en 1789 : atonie d’une ville, difficultés (...)
  • 45 Les plus actifs sont Isaac Carcassonne, Moïse Carcassonne, Moïse Cavaillon.
  • 46 D’autres prêteurs sont d’Avignon : Lion Vallabrègues (qui habite chez Moïse Carcassonne), 21 août 1 (...)

20Autre particularité narbonnaise semble-t-il, car on n’aperçoit guère ce type d’opération ailleurs36, les marchands juifs ne limitent pas leurs avances au commerce des mules. Au cours de la décennie 1750-1759, ils commencent à prêter de l’argent : quelques crédits d’abord à des fermiers fortement engagés auprès d’autres marchands, à des veuves qui poursuivent les affaires de leur défunt mari ou ont du mal à réunir la dot d’une de leurs filles37. Entre 1773 et 1778, les prêts sont plus nombreux, plus importants et représentent, si on totalise les capitaux engagés, des sommes sans commune mesure avec les avances pour l’achat du bétail. Chez le seul notaire Jean-Jacques Lagarde les prêts s’élèvent à 27 925 livres en 1776, 34 621 livres l’année suivante38. La clientèle change d’ailleurs, ainsi que les bailleurs de fonds. Des ménagers et des fermiers en mauvaise posture obtiennent des sommes considérables39. Germain Bax de Verzeille dans le diocèse de Carcassonne jusqu’à 11 500 livres en 1777 ! Les plus gros emprunteurs sont des citadins cependant, des bourgeois, des avocats40, des négociants, des nobles. Ces derniers ont accumulé les dettes et ne savent souvent comment se tirer d’affaire. Les situations difficiles, voire désespérées, ne manquent pas : le marquis de Montredon avait engagé sa terre à Paris en 1771 pour 123 000 livres41, il sera compté dans le bilan de Carcassonne pour 12 240 livres ; le comte de Fregoze abandonne en 1776 au même Moïse Carcassonne sa métairie de La Broutte située sur les terroirs de Truilhas et de Sallèles-d’Aude qui constituait l’hypothèque d’un prêt de 50 000 livres42 ; Joseph Anne Delort de Miailhe emprunte successivement à Moïse Cavaillon 4 000 puis 7 080 livres en 1776, 1 027 livres encore le 17 novembre 1778 à Jonas fils ; deux jours avant que sa femme fasse les comptes de ce que son mari devait à Isaac Carcassonne, David Carcassonne, Jasse Cohen, se substitue à lui et promette de payer 8 000 livres en douze ans...43. Les juifs constituent le dernier recours. La noblesse, obligée de vendre massivement alors ses biens en Narbonnais, est incapable de secourir ses membres les plus endettés et ne trouve guère à emprunter sur place44. Ces ouvertures de crédit, consenties d’abord par les marchands originaires de l’Isle-sur-la-Sorgue, constituent le prolongement de leur négoce muletier45. Leur développement rapide à partir de 1773 marque l’arrivée à Narbonne de juifs d’Avignon – Jonas fils est le principal opérateur46 – dont c’est l’activité principale : les pratiques sont plus élaborées que les transactions initiales, les prêts à plus long terme – de six à douze ans –, les annuités égales les unes aux autres. À l’occasion, ils se chargent de créances, de lettres de change, montrent une parfaite maîtrise du négoce des effets de commerce.

  • 47 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3 E 7/176, fos 50-51, 13 mars 1758 (référence communiquée par Carol (...)

21Apparemment, les marchands juifs se sont moins répandus dans les villages du Roussillon que dans le Narbonnais, moins introduits dans le crédit rural, à la structure très différente il est vrai de celle qui avait cours en Languedoc. Cela ne veut pas dire qu’ils aient complètement délaissé ce terrain : en 1758 le conseiller au Conseil souverain de Roussillon, Joseph Rovira, s’entremet pour le règlement de trois crédits consentis par Salomon Puget, Cadet, Jonas et Moïse Carcassonne, dont un au bénéfice du fils du viguier de Cerdagne Sicart47.

  • 48 L’activité plus réduite des marchands ces mois-là est-elle à mettre en relation avec les fêtes reli (...)

22En un quart de siècle de présence continue, les juifs comtadins ont donc considérablement développé leurs affaires, se sont fait une place dans l’économie et la société locale puisqu’ils sont devenus des partenaires indispensables des ruraux comme des citadins, entretiennent des relations suivies avec de nombreuses couches de la population. Malgré cela, et bien que nombre d’entre eux se soient établis, résident en permanence ou effectuent de longs séjours en ville, leur activité saisie à travers les contrats enregistrés chez les notaires garde entre 1750 et 1778 un caractère saisonnier très marqué. Chaque saison a ses temps forts et ses moments creux. Décembre et janvier, avril, juin dans une certaine mesure, octobre, sont habituellement peu actifs. La majorité des contrats se conclut à la belle saison : deux tiers entre mai et septembre avant 1766, un peu moins ensuite car nombre de prêts s’effectuent au cours du second semestre de l’année48.

  • 49 Arch. mun. Narbonne, Police, non coté.
  • 50 Arch. dép. Aude, 3 E 9033, 17 juillet 1754.
  • 51 Ibid., 3 E 9035, 6 juillet 1760, pour 6 ans, au prix de 150 livres par an. La maison fait face à l’ (...)
  • 52 Ibid., 3 E 12315, 31 août 1774.

23Les courbes mensuelles des contrats donnent une assez bonne idée du commerce muletier, des allées et venues des maquignons et de leurs séjours en ville. À partir de quelle date peut-on penser que des marchands de l’Isle-sur-la-Sorgue séjournent à Narbonne pour une durée supérieure à quelques jours ou quelques semaines, le temps de placer leur bétail et d’encaisser les obligations venues à échéance ? Moïse Carcassonne fut certainement le premier à s’établir à Narbonne. Plusieurs indices le laissent penser : ses déclarations lors de sa faillite, une plainte également portée devant le bureau de police le 20 octobre 1759 par le curé de la paroisse Saint-Paul contre une certaine Babé Resplandy accusée d’être une prostituée. Cette fille venait d’accoucher. Or, avançait le prêtre, elle fréquentait de jour comme de nuit un marchand juif du nom de Moïse dont elle avait eu un enfant quelques années auparavant49. Les marchands comtadins louent des locaux en Bourg non loin de l’hôpital de la Charité, à côté de la porte de Perpignan près de laquelle se trouvaient plusieurs auberges, lieux de rendez-vous où ils pouvaient commodément loger et négocier leurs mules. Aaron Carcassonne louait ainsi pour six ans en 1754 à François Bernardet, l’hôte de Saint-Jacques, une maison comportant une salle basse ainsi que quatre chambres dans les étages50, Moïse Carcassonne, en 1760, l’arrière-boutique et une chambre de la maison du négociant Raymond Berthomieu51. Carcassonne achètera même en 1774 un quartier de sa maison à la veuve Berthomieu, moyennant 6 000 livres52.

  • 53 David Carcassonne, Moïse Cavaillon, Jonas fils d’Avignon, Daniel Levi.
  • 54 Arch. mun. Narbonne, non cotés.
  • 55 Île Sainte-Marthe : Moïse Carcassonne et Lion Vallabrègue ; île des Carmes : Isaac Carcassonne, Isa (...)

24À cette date, plusieurs juifs comtadins sont désignés par les notaires comme « négociants de Narbonne » ou « habitant Narbonne »53, ce que confirment les compoix cabalistes qui recensaient tous ceux qui se livraient à une industrie ou à des activités lucratives54. Être imposé est une forme de reconnaissance et d’intégration dans la communauté citadine. La première mention d’un juif date de 1765. Elle est peu explicite ; île Saint-Vidal, « le juif de la maison de Monsieur Laffon ». L’année suivante, sept marchands sont inscrits sur le compoix55.

  • 56 5 juifs en 1777, 2 en 1778, 1 seul en 1779 (Moïse Cavaillon), 4 en 1781... ; en dehors de Moïse Cav (...)
  • 57 Ils sont très lourdement imposés, 18 livres chacun, ce qui est la plus forte cote du cabaliste. Leu (...)

25Sans discontinuer, avec des fluctuations liées à la déconfiture de Moïse Carcassonne cependant, car son départ entraîna le retrait de la plupart de ses coreligionnaires56, des marchands juifs seront imposés au cabaliste jusqu’à la veille de la Révolution : en 1787, Jonas dit Lion, Jasse Cohen et Moïse Cavaillon logés dans les îles Sainte-Marthe et Saint-Loup, au cœur du quartier investi dès 175057.

Moïse Carcassonne : les mules, la soie, l’argent

  • 58 1766, 1770. En 1777, la dernière année où il est mentionné, il est noté « pour négoce ».
  • 59 Arch. dép. Aude, 3 E 9038, 11 avril 1765, 2 avril 1765.

26Dans ces conditions, quelles sont l’originalité de Moïse de Carcassonne et les bases à partir desquelles il put développer des affaires si importantes qu’elles le conduisirent à une faillite millionnaire ? Il reste en effet désigné jusqu’en 1777 chez les notaires et dans des registres du cabaliste comme « marchand de mules et de chevaux »58. Certes, il commença par là et n’abandonna jamais cette branche de commerce, même s’il en chargea souvent un valet qui agissait pour lui en son absence59. Mais il ne vint pas à Narbonne seulement pour vendre des mules. Il fut lié à l’extension des trafics des juifs comtadins en Languedoc. Le nombre des contrats reçus par les notaires augmente d’ailleurs sensiblement dès son arrivée.

  • 60 L. Fonquernie, « Jean Maris (1695-1753) », p. 39-65 ; E. Praca : « L’industrie textile à Perpignan (...)
  • 61 Cf. note no 48 : Salomon Puget représente Cadet Carcassonne dans un crédit octroyé en 1755 (acte du (...)

27Bien que l’on n’en ait pas la preuve formelle, il ne fait guère de doute qu’en plus de son commerce de mules Moïse Carcassonne fut étroitement lié aux tentatives d’implantation du travail de la soie en Languedoc et en Roussillon par les juifs au cours de la seconde moitié du xviiie siècle. En Roussillon, plusieurs projets avaient eu lieu avant 1750 avec la participation notamment de François Brouzet, peu concluants60. En 1752, Salomon Puget, un colporteur originaire d’Avignon qui fréquentait depuis plusieurs années Perpignan pour proposer des étoffes de soie, installa une filature de soie à Ille-sur-Têt. Première étape en vue d’un développement futur ? Salomon Puget, constamment en relation avec ses coreligionnaires qui fréquentaient la province rendit plus solide sa position en obtenant un brevet de maîtrise de « marchand drapier, toilier et quinquailier », prenant la suite de David Dalpuget qui en avait obtenu l’un des huit créés à Perpignan par l’édit du mois de mars 176761.

  • 62 Pascal s’est alors associé à un négociant de Narbonne, Antoine Domergue, et à un des principaux mar (...)
  • 63 Arch. mun. Narbonne, Hôpital, E 12, 20 mars 1752. Il sera d’ailleurs un administrateur très assidu. (...)
  • 64 Une grosse affaire ; une part importante de la fabrication est écoulée à Marseille, G. Larguier, «  (...)
  • 65 Arch. mun. Narbonne, BB 48, 16 février 1764.
  • 66 Pascal exploitait aussi une tannerie dans le même quartier : Arch. dép. Aude, 3 E 8755, fo 54vosq.
  • 67 Ibid., 9 C 12, 13 (soit, en moyenne, 4 500 mètres par an).

28On voit mieux par contre le rôle de Moïse Carcassonne dans la création de la manufacture de soie de Narbonne. Jean Pascal, le directeur en titre de la manufacture, restait toujours en position d’obligé à son égard. Les choses ne sont pas très claires au début. Un projet de manufacture spécialisée dans le tirage de la soie mis sur pied par un négociant de soie lyonnais, Jean-Pierre Bentabole, eut un commencement d’exécution en 1750 avec le soutien de deux marchands avignonnais, sans subventions, l’intendant de la province n’y étant pas favorable car des établissements du même type fonctionnaient en Vivarais sans en recevoir. Un an et demi plus tard, Jean Pascal, originaire d’Avignon lui aussi, obtint un privilège exclusif de fabrication. Bentabole dut s’effacer. Pascal disposa immédiatement d’appuis efficaces : le subdélégué Rome le présente comme un homme digne de confiance, les États de Languedoc ne lésineront pas sur les subventions après que le Conseil d’État eut érigé en 1759 la fabrique de Pascal en « manufacture royale d’étoffes de soie de Narbonne »62. Le diocèse ainsi que le conseil de ville de Narbonne mirent à sa disposition des locaux, prirent à leur charge les frais d’installation des outils et des ouvriers de la manufacture qui obtint des États les mêmes avantages que celle de Lavaur fondée également par des gens du Comtat. Pascal fut reçu à bras ouverts. À peine eut-t-il obtenu son privilège qu’il fut coopté pour administrer l’hôpital général63. Des années durant il sera trésorier de la manufacture de bas et de bonnets de l’hôpital64, accédera même au conseil de ville comme conseiller politique de la seconde échelle65. L’entrepreneur avignonnais n’aurait jamais pu bénéficier d’autant d’aides ni acquérir une telle position s’il n’avait joui de solides protections. Car sa manufacture ne répondit pas aux espoirs mis en elle. Il avait promis 100 métiers au bout de deux années d’exploitation, 200 au total. Au plus fort de son activité elle n’atteignit pas 100 métiers battants ; 52 seulement travaillaient en 1762. La « manufacture d’étoffes de soie de Narbonne » ne se soutint qu’à coups de subventions66. Sa production n’en était pas moins de bonne qualité, diversifiée –on y réalisait aussi bien des étoffes pour meubles, très prisées, que du taffetas, des damas, des brocatelles à fleurs, etc. –, et non négligeable puisque 45 000 aunes de tissu furent fabriquées entre le 1er octobre 1768 et le 30 septembre 176967.

  • 68 Ibid., 3 E 9037, 7 mai 1763, location par Pascal de trois ailes du cloître des Carmes, du jardin de (...)
  • 69 Ibid., fonds municipal de Narbonne, HH 381 ; 730 aunes pour Pierre Mayoud le 11 mai 1776, 1 169 aun (...)
  • 70 François Bertrand, que l’on retrouve en affaire avec Moïse Carcassonne dans les livres de Brouzet e (...)
  • 71 Ibid., 9 C 13.

29Pascal n’était que le prête-nom de Moïse Carcassonne, personne ne pouvait l’ignorer. Le tirage de la soie s’effectuait dans le quartier où les marchands comtadins résidaient68. La manufacture livrait essentiellement à des négociants juifs établis dans les principales villes du sud du royaume. La liste des dernières expéditions des soieries narbonnaises faites par messagerie en 1776 et au début de l’année 1777, qui allaient d’une centaine à plus d’un millier d’aunes d’étoffe, est éloquente : les frères Jonas et Salomon Puget de Perpignan qui avaient tenté d’établir une manufacture d’étoffe de soie à Ille-sur-Têt en Roussillon peu après 1750 en liaison avec le marchand Brouzet, les frères Puget de Toulouse, Salomon et Moïse Foy de Bayonne, la veuve Astruc et fils, Lion et Vidal Lange de Bordeaux, Péchaud frères et neveu de Rochefort, mais aussi les frères Courault de Nantes et Pierre Mayoud négociant de Lyon69. Pascal travaillait également à la commande pour des clients prestigieux au nombre desquels on comptait l’archevêque de Narbonne, le maréchal de Mailly, commandant en chef de la province du Roussillon, un président à mortier du parlement de Toulouse, le directeur du Domaine du roi à Perpignan...70. L’intendant du Roussillon et le maréchal de Mailly s’émerveillaient d’ailleurs en 1772 devant une « étoffe brocatelle magnifique à fond bleu écarlate sur palmes aurores... le tout mêlé de guirlandes blanches »71.

  • 72 Ibid., inventaire fait chez me Hostalot, 3 E 8775, 9 juin 1778, fos 5 vo-61. Un autre inventaire av (...)
  • 73 25 février 1778, passé devant me Fournier à Paris, Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1046 ; Arch. (...)

30La faillite de Pascal, prononcée dans le courant de l’année 1777 après son décès, montre combien il était engagé à l’égard de Moïse Carcassonne et des marchands juifs établis en Languedoc. Sur la centaine d’effets de commerce dont ses créanciers firent un inventaire précis car il en était le bénéficiaire, 50 % avaient été souscrits ou endossés par Moïse Carcassonne, 30 % par d’autres marchands juifs, au premier rang desquels se trouvait Cadet Cavaillon de Pézenas72. Il y en avait au total pour 50 150 livres... que Moïse Carcassonne affirma lui appartenir et inscrivit à son actif dans l’atermoiement qu’il obtint de ses créanciers73.

  • 74 Ce que confirme le livre-journal de Brouzet fils ; 10 juin 1775, doit à Moïse Carcassonne, blé vend (...)
  • 75 L. Dermigny, « La banque à Montpellier au xviiie siècle », A. M., t. 93, 1981, p. 17-49 ; ID., « Le (...)
  • 76 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3 E 15/53, 9 mai 1758. Simple différend commercial ? Son élargissem (...)

31Si la manufacture de soie ne fut pas une affaire lucrative, elle ne fut pas entièrement responsable des déboires de Carcassonne, même s’il attribua sa chute à la faillite de l’entrepreneur avignonnais. Carcassonne s’essaya un temps au négoce des grains. C’est à ce titre qu’il est imposé au cabaliste en 177174. Une simple transaction certainement. En fait, Moïse Carcassonne négociait surtout du papier commercial75. S’occupa-t-il d’effets de commerce dès son arrivée à Narbonne en 1749 ? On l’ignore. Ses affaires furent parfois traversées d’incidents. Il fut ainsi condamné pour dette à la Bourse de Montpellier, brièvement emprisonné à Perpignan à la suite de la plainte élevée par le négociant du Comtat qui le poursuivait76.

  • 77 Ibid., 1 J 74, deux registres. Brouzet fils est inscrit à son bilan pour 230 000 livres, soit 15,5  (...)
  • 78 De laine en particulier, ce qui le mettait en relation avec les marchands-fabricants de Carcassonne

32Pour l’instant on n’a pas une idée précise de la provenance du capital qu’il maniait. On aperçoit une partie des opérations auxquelles il se livra entre 1774 et 1777 dans le livre-journal de Brouzet fils de Perpignan, son principal créancier chrétien77. Sous cette raison sociale fonctionnait une maison d’envergure qui tenait boutique à Perpignan avec un commis, disposait d’un agent à Barcelone, de clients en Roussillon et dans le royaume d’Espagne, travaillait surtout avec des agents de change de Montpellier, des négociants de Marseille comme Roux frères, des banquiers lyonnais et parisiens. Brouzet fils faisait du commerce78, s’occupait du change des monnaies, tenait les comptes de ses clients, négociait les lettres, traites ou billets à ordre de ses correspondants, virait de compte à compte, ce qui revenait à compenser localement une partie des papiers qui lui parvenaient, négociait ses traites en foire, escomptait, ajustait sa position à Paris, à Lyon lors des paiements en foire car c’est là que finissait par aboutir la plus grande partie du papier commercial, éventuellement y faisait travailler son argent.

33Différents types d’opérations, différentes strates des affaires : du niveau local, qu’il ne faut pas sous-estimer avec le change des piastres et la Monnaie de Perpignan, à l’étage régional constitué par la banque montpelliéraine et le cycle des foires du Bas-Languedoc – le couple Pézenas-Montagnac, la foire de Beaucaire –, au sommet lyonnais scandé par les paiements des Rois, de Pâques, d’Août et des Saints. Il revenait au banquier de trouver les moyens de passer d’un niveau à l’autre, d’assurer une fluidité entre les espèces ou les effets de commerce, d’effectuer en temps voulu les virements et les paiements entre places différentes, tout en gardant en équilibre sa balance entre doit et avoir, ce à quoi servait l’escompte. La maison Brouzet fils était totalement intégrée au réseau de la banque languedocienne, avec une particularité cependant qui provenait de sa position frontière avec le royaume espagnol : outre la réception et le change des piastres, une position de pont et de relais pour les maisons françaises, marseillaises en particulier, qui trafiquaient en Espagne.

  • 79 De rares négociants narbonnais apparaissent également dans le livre journal de Brouzet - Benausse, (...)
  • 80 Pour Brouzet, livre-journal, février 1775 ; pour Carcassonne, 5 juillet 1776 : « prêté 97 livres au (...)
  • 81 Mais cela arrivait : 12 septembre 1774, « Moïse Carcassonne m’a donné comptant... ».
  • 82 Relations par courrier sur Narbonne, mais aussi sur Montpellier et Paris : 2 octobre 1775, 13 juill (...)
  • 83 7 sacs pour la foire de la Saint-Hilaire à Montagnac, 7 février 1775...
  • 84 Escompte par Brouzet : 12 novembre 1774, reçu les effets suivants de Moïse Carcassonne... 35 879 li (...)
  • 85 1775, 10 mars : remis (à Moïse Carcassonne) 11 traites payables sur Beaucaire, 30 000 livres ; 16 j (...)
  • 86 17 février 1775 : « pour ses honoraires, ports de lettres de lettres et avances d’argent ».
  • 87 20 août 1774.
  • 88 Carcassonne ne parvient pas à écouler les effets confiés : 12 septembre 1774, rendu cinq traites...
  • 89 Et 174 000 livres encore début novembre sur Lyon et Paris !
  • 90 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 13 Bp 556.

34Parmi les manieurs d’argent avec qui travaillait Brouzet fils, Moïse Carcassonne apparaît régulièrement dans le livre-journal ; c’était même l’opérateur le plus important si l’on met à part les agents de change de Montpellier et les maisons de commerce de Marseille79. Sur bien des points, Moïse Carcassonne pratiquait des opérations de même nature que Brouzet et fils. Il n’en était pas l’alter ego cependant. Le monde de la banque comportait une hiérarchie en effet, comparable à l’importance des règlements, aux strates des marchés et des paiements. Brouzet se rendait en Languedoc de temps en temps pour rencontrer ses confrères de Montpellier. Moïse Carcassonne allait souvent à Perpignan80. Ils se rencontraient peu pour affaire81, communiquaient principalement par le courrier qui reliait Narbonne à Perpignan. Le courrier constituait l’auxiliaire indispensable de l’agent de change. L’amélioration des routes à laquelle ont beaucoup travaillé les États de Languedoc a contribué à faciliter la circulation du papier commercial82. Arthur Young se désolait de voir le grand chemin de Perpignan peu encombré et sous-employé ; il pensait marchandises, non espèces et effets de commerce. Par là passait « la finance », c’est-à-dire les espèces, dans le sens Narbonne-Perpignan : « reçu 36 000 livres comptant de Moïse Carcassonne », le 31 août 1774 par exemple ; plus souvent dans le sens Perpignan-Narbonne, et de là à Montpellier, aux foires de Pézenas et de Beaucaire, par sacs de 1 000, 1 002,5, 1 200 livres : deux caisses comprenant 29 sacs au total et 34 808 livres 14 sols pour Roux et Estève de Montpellier le 30 mars 177583 ; davantage les traites encore, pour la prise en pension d’effets, pour l’escompte du papier au taux de 6 % en principe84, ce que fit massivement Brouzet en mars 1775 quand il chargea Moïse Carcassonne d’aller négocier son papier en foire85. Moïse Carcassonne, c’est pourquoi il était en cheville avec Brouzet et indispensable, lui servait d’agent pour négocier ses effets en foire ou faciliter ses transferts sur Lyon86. En 1774, Brouzet demanda à Carcassonne de négocier à Beaucaire six traites payables fin septembre d’un montant de 20 000 livres sur Roux frères de Marseille87. Sans grand succès. Carcassonne rendra cinq traites88. On se trouvait, il est vrai, au plus fort de la tempête provoquée par la faillite d’agents de change de la place. En 1775, Carcassonne emporta 66 488 livres 7 sols 6 deniers pour les négocier à la foire au nom de Brouzet. Montagnac et Pézenas, rendez-vous moins importants que les paiements lyonnais, constituaient des rouages indispensables, intermédiaires, car placés entre les paiements de la place rhodanienne. Entre la fin du printemps et le début de l’automne 1775, des paiements de Pâques de Lyon à ceux d’Août, en passant par la foire de la Pentecôte de Pézenas et celle de Beaucaire, 265 000 livres dont 10 % en espèces transitent sur le compte que Carcassonne avait chez Brouzet fils89. Une lettre de change gardée dans les liasses de la Loge de mer de Perpignan, donne une assez bonne idée des circuits commerciaux où évoluaient Brouzet et Moïse Carcassonne. Tirée à Perpignan le 1er octobre 1776 par un certain Lonjon, elle fut endossée successivement par Delrieu, Brouzet fils, Moïse Carcassonne, Audiffret et cie, Moïse Beaucaire, Pin et cie, Élie Milhau, Rabaud Solier et cie, Louis Dumas, Audiffret Orange et cie, faisant ainsi le lien entre Perpignan, les juifs contadins, le négoce marseillais, la banque lyonnaise90.

  • 91 Jaume et cie à Paris par exemple, cf. L. Dermigny, « La banque à Montpellier... », p. 43. Jean Pasc (...)
  • 92 L. Dermigny, « La banque... », p. 20, 35.

35Moïse Carcassonne, toujours en mouvement, assidu aux foires, conservait un style de vie ainsi qu’un rythme saisonnier assez proches de ses coreligionnaires maquignons ou marchands de soieries. Mais lui était intéressé au pourcentage comme négociateur d’engagements chirographaires. C’était un intermédiaire à plusieurs titres, venu se glisser dans une communauté bancaire relativement étroite travaillant principalement, comme Brouzet et fils, avec des maisons languedociennes ou des sociétés que les Languedociens fréquentaient à Lyon et Paris91. Le comtadin avait pour partenaire en effet des agents de change catholiques et des banquiers protestants de Montpellier – François Taudou par exemple – ou de Lyon. Lui-même, ainsi que Brouzet fils, utilisaient à Lyon les services de David Auriol et fils, protestants notoires originaires de Castres92. La banque, la circulation des effets de commerce, furent un point de jonction des trois religions, le lien, qui n’est pas du pouvoir, entre le Languedoc, la province du Roussillon tard venue dans le royaume, le Comtat encore en marge, Lyon et Paris.

  • 93 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3 E 12/95, 26 octobre 1776. Moïse Carcassonne est qualifié de « nég (...)
  • 94 Ibid., 3 E 5/71, 26 mars 1777.
  • 95 Effet escompté 34 livres 6 sols 9 deniers.
  • 96 25 mars, 28 mars, 6 avril, 30 juin 1775...
  • 97 10 mars, 26 mars, 10 novembre 1775, 28 avril 1776.

36Que fut donc exactement Moïse Carcassonne : un agent de pénétration de la banque comtadine en Languedoc ? Tout le laisse supposer, bien que cet affairiste menant grand train ait constamment travaillé pour son propre compte et se soit intéressé à bien d’autres choses car on le découvre en 1776 réglant les droits de lods d’une maison que la dame Marie-Angélique d’Avisou Dupond de Paris venait d’acquérir aux jardins de Saint-Jacques à Perpignan93, ou créancier dans les faillites de Siau de Ganges, de Sarrat et Foucau de Toulouse en 177794. Quelle signification doit-on donner aussi à cette notation : 22 mars 1775, « avoir à Moïse Carcassonne de Narbonne pour un billet de Ribes payable des premiers fonds de la Monnaie, 2 068 livres »95, à ses relations suivies avec le commandant du fort de Bellegarde, le directeur de la Monnaie de Perpignan96 ou Bertrand, le receveur du Domaine du roi en Roussillon qu’il aide à transférer des fonds sur Paris ?97 Les opérations notées dans le livre-journal de Brouzet sont à multiplier par trois ou par quatre au minimum pour avoir la mesure des fonds brassés par Carcassonne.

  • 98 On sait que sont notées « avoir » les sorties d’argent, donc la diminution des sommes inscrites en (...)
  • 99 31 janvier, il les lui escompte, il y en a pour 14 550 livres 16 sols.
  • 100 3 avril 1776, 4 lettres n’ont pas été payées par Jaume, 20 000 livres.
  • 101 28 avril 1776.
  • 102 12 janvier, 29 janvier, 9 avril, 24 mai...
  • 103 16 000 livres à Rimberge le 2 septembre 1776 ; 9 juillet 1777 : « j’ai remboursé sa traite sur Pari (...)
  • 104 C’est une des dernières opérations notées sur le livre-journal. L’activité de Brouzet fils s’est no (...)

37Avec une rigueur insuffisante manifestement. Dès le début de l’année 1776 sa situation chancelle. Les opérations notées « avoir » par Brouzet l’emportent sur les opérations en « doit »98. Fin janvier, Brouzet fait acquitter les billets de Moïse Carcassonne à la foire de la Saint-Hilaire de Pézenas99. Au printemps, les banquiers parisiens s’inquiètent. Jaume et cie, les premiers, refusent le papier de Moïse Carcassonne100. Cela n’empêche par Carcassonne de se charger de 91 550 livres de créances que Brouzet avait sur Marseille payables à la foire de Pentecôte de Pézenas, à celle de Beaucaire, ou à date fixe avant la fin de l’année101. Jaume et cie s’obstinent à retourner les billets de Carcassonne. Les autres banquiers parisiens chez qui les Languedociens possédaient des comptes, comme Gaillard ou Rimberge et cie, adoptent la même attitude à partir du mois de juin. Les agents de change de Montpellier protesteront les traites de Carcassonne au début de l’automne. Début 1777, les protêts se multiplient102. Carcassonne tentait il est vrai de se débarrasser autant qu’il le pouvait du papier de Pascal. Brouzet soutint Moïse Carcassonne avec beaucoup de constance, fit acquitter ses traites à Paris103, paya pour lui encore 17 993 livres 4 sols 6 deniers le 29 novembre. En vain104.

  • 105 R. Moulinas, op. cit., p. 342 sq.
  • 106 Arch. dép. Hérault, 8 B 422. Parmi les principales : celles de Joseph Coustau aîné de Pézenas, 48 0 (...)
  • 107 Parmi elles deux billets de Brouzet, 6 900 livres.
  • 108 Parmi ses dettes actives : 1 000 livres par Audier fils de Lagrasse, pour reste d’un compte courant
  • 109 Moïse Carcassonne a un valet, son gendre Daniel Levi est étroitement associé à ses affaires, il a u (...)
  • 110 Moïse Carcassonne compte des gens de Béziers pour 94 000 livres dans son bilan - le comte de Bausse (...)

38Moïse Carcassonne quitte Narbonne et le Languedoc à ce moment-là. Ses tribulations ultérieures ne sont plus de notre propos. On perd d’ailleurs assez rapidement sa trace105. À cette date, il n’était plus le seul juif établi en Languedoc à manier du papier commercial. La cascade de faillites laissées derrière lui, ainsi que celle de Pascal, donnent à voir de solides implantations, à Pézenas notamment. Un seul exemple : celui de Menahem Cavaillon dit Cadet, acculé à déposer son bilan en 1778. Ses affaires étaient beaucoup plus saines que celles de Moïse ; leur dérangement provenant d’une série de faillites à Pézenas, Béziers, Narbonne et de celles des marchands juifs qui lui causaient une perte de 248 190 livres106. Les créances chirographaires en sa possession se montaient à 277 747 livres107. Mais ses actifs n’étaient pas négligeables ; il possédait en particulier une maison à l’Isle-sur-la-Sorgue « à la carrière des marchands juifs » évaluée 20 000 livres. Sa défaillance passagère surmontée, Cadet Cavaillon reprendra son négoce. Il s’était beaucoup engagé avec Pascal, c’est-à-dire avec Moïse Carcassonne. La structure de leur bilan n’était pas comparable. Cadet Cavaillon ne devait rien à d’autres banquiers, même s’il pratiquait lui-même un peu la banque semble-t-il108. Des caractéristiques communes rapprochaient néanmoins les deux personnages. Tous deux venaient de l’Isle-sur-la-Sorgue, travaillaient plus ou moins en société, avec des membres de leur famille ainsi qu’avec des coreligionnaires de leur carrière109, continuaient à pratiquer le commerce des mules, entretenaient des relations d’affaires avec les mêmes maisons ou compagnies – Brouzet, les Beaucaire, comme David dit le Gros, noté tantôt de l’Isle, tantôt de Marseille, Audiffret et cie, banquiers d’Avignon établis aussi à Lyon, etc. Tous deux avaient de gros intérêts dans les mêmes zones du Languedoc, avec chacun une dominante, Narbonne pour Moïse Carcassonne, Pézenas pour Cadet Cavaillon, le Biterrois en commun110. Dans leurs papiers rien qui laisse apercevoir une activité à l’ouest de Narbonne ou à l’est, entre Pézenas et le Rhône.

  • 111 Arch. dép. Hérault, C 2748, 1786, Menahem Moussé affirme être établi depuis quarante ans ; 1 J 1037 (...)
  • 112 Cadet Cavaillon n’est-il pas désigné comme « citoyen de Pézenas » et Menahem Moussé dit Roujan, « é (...)
  • 113 Arch. dép. Hérault, 2 E 68/302, Moïse Cavaillon succède à Jonas Cavaillon son grand-père marchand d (...)

39Ces lacunes et ces points forts qui délimitent un Bas-Languedoc étroit du principal axe de communication est-ouest, l’établissement vers le milieu du siècle dans des nœuds secondaires et incomplètement tenus par la banque jusque-là de groupes issus de la même carrière111, qui se fixent, s’intègrent parfaitement112 et font souche – au moins à Pézenas113 –, suggèrent une stratégie concertée. Après une période d’observation, de la lutte défensive menée par le négoce chrétien dans les provinces, perdue définitivement au milieu du siècle et peut-être d’abord en Languedoc, l’expansion du négoce comtadin est extrêmement rapide. Il y eut d’abord les maquignons avec leurs convois de mules dans les foires, les auberges des faubourgs et des quartiers proches des portes des villes ; puis les créations de manufactures de soie. À l’évidence, la simultanéité des demandes d’établissement à Narbonne, à Lavaur ou dans le Roussillon ne doit rien au hasard. La circulation des espèces et du papier commercial viendra ensuite. C’est à travers les livres de Brouzet fils et l’activité de Moïse Carcassonne qu’on l’aperçoit le mieux. Ce dernier travaillait peut-être également pour d’autres agents de change ou banquiers. La cascade de faillites de 1777-1778 apparaît comme l’effondrement partiel du système mis en place – sans le mettre à bas totalement toutefois – à cause du plus flamboyant, du plus équivoque d’entre eux certainement, Moïse Carcassonne qui pratiquait parallèlement les trois branches principales du négoce comtadin entre Perpignan, Marseille, le Comtat, Lyon, Paris, les négociants en soieries de Toulouse et des ports de l’Atlantique, et avait étendu ses affaires à une large partie du royaume.

Notes

1 R. Moulinas, Les juifs du Pape en France, Toulouse, 1981, La « vague de faillites de 1778 », p. 341-357.

2 C. Bloch, « Un épisode de l’histoire commerciale des juifs en Languedoc (1738) », Revue des études juives, avril-juin 1892, p. 272-282 ; L. Simon et A.-M. Duport, Les juifs du Pape à Nîmes et la Révolution, Aix, 1988 ; R. Moulinas, « Les juifs à Montpellier au xviiie siècle », C. Iancu dir., Les juifs à Montpellier et dans le Languedoc à travers l’histoire du Moyen Âge à nos jours, Montpellier, 1988, p. 269-282 ; D. et C. Iancu, Les juifs du Midi. Une histoire millénaire, Avignon, 1995, p. 213 sq.

3 D. et C. Iancu, op. cit., p. 214.

4 Les arrêts d’expulsion de 1679 et 1680 concernent Montpellier, Nîmes, Toulouse. On retrouvera en 1705-1716 des noms identiques à ceux qui sont cités dans les arrêts d’expulsion.

5 Arch. mun. Narbonne, les déclarations sont inscrites dans les registres de « Qualités », non cotés. Nombre de passages : 1705 : 2, 1706 : 2, 1707 : 2, 1708 : 6, 1709 : 4, 1710 : 3, 1711 : 6, 1712 : 2, 1713 : 5, 1714 : 5, 1715 : 1, 1716 : 1.

6 À Montpellier : 63 passages entre 1705 et 1714, D. et C. IANCU, op. cit., p. 214 ; pour Toulouse : J.-L. Laffont : « La présence juive à Toulouse sous l’Ancien Régime », Revue des études juives, 158 (3-4), 1999, p. 399-415.

7 Des marchands juifs du Comtat apparaissent pour la première fois à Saint-Victor-de-la-Coste ; D. et C. IANCU, op. cit., p. 215 : des marchands juifs de Nîmes affirment dans une supplique de 1731 qu’ils sont habitants de la ville depuis vingt à vingt-cinq ans.

8 D. et C. Iancu, op. cit., p. 214.

9 8 passages pour Semé David Dalpuget et Israël Astruc, 6 pour Samuel Astruc, 4 pour Lion Rouget, Isaac Vallabrègues, Michel Petit... Autres marchands juifs : Jacob de Cassin, David Revel, Aaron Revel, Israël de Sasia, Samuel Azornes, Israël Vallabrègues frère de Isaac, Daniel Rouget, Lion Vallabrègues, Isaac et Salomon Astruc, David et Lion Carcassonne frères, Isaac de Benastruc.

10 Exemple : 8 juillet 1708, Aaron Revel fait sa déclaration « tant pour lui que pour sa compagnie ». La liste des marchands établie à partir des déclarations est donc incomplète.

11 13 mars 1708 : Semé David Dalpuget arrivé le 13 repart le 21 mars, Michel Petit arrivé le 15 repart le 21 mars ; Jacob Cassin arrivé le 20 juillet 1710 repart le 17 août ; Jacob Cassin et Israël Vallabrègues arrivés le 5 juillet 1710 repartent le 2 août...

12 L’arrêt est du 29 février 1716 : il n’est pas encore connu en Languedoc. Il met fin, au moins dans cette partie de la province, au commerce des marchands avignonnais.

13 Arch. dép. Hérault, C 2743.

14 Id.

15 Ibid., C 2745.

16 Ibid., C 2743, 2745, « l’on m’a assuré que ce n’est que depuis quelques années que l’on y vend des étoffes », 2 décembre 1740.

17 Ibid., C 2748.

18 Ibid., C 2746, 1er septembre 1745.

19 Ibid., C 2748, 2746, « tout le monde court aux marchands juifs et les marchands de la ville se trouvent abandonnés », Toulouse, 2 mai 1745.

20 R. MOULINAS, « le Conseil du roi et le commerce des juifs d’Avignon en France », Dix-huitième siècle, 13, 1981, p. 169-179, p. 171.

21 Arch. dép. Hérault, C 2743.

22 Ibid., C 2743.

23 Ibid., C 2744. L’ordonnance de l’intendant concernait uniquement le bétail, interdisait aux juifs le commerce des étoffes de laine, de coton et de soie.

24 R. Moulinas, « Le Conseil... », art. cit., p. 172.

25 Arch. dép. Hérault, C 2746.

26 Les marchands juifs qui vendent des mules à Narbonne à la fin de la décennie 1740-1749 et au cours de la décennie suivante sont Aaron Carcassonne, qui faisait partie du groupe de marchands autorisés à pratiquer le commerce du bétail par l’intendant, le premier à être repéré dans les minutes des notaires (Arch. dép. Aude, 3 E 9030, 15 mai 1745), le plus actif aussi pendant une dizaine d’années puisqu’il passe près de 40 % de l’ensemble des contrats d’obligation pour ventes de mules, Moïse, Jassé, Isaac et David Carcassonne, Moïse Levi, Jonas Cremieux, Jonas Cavaillon, Menahem Moussé de Carpentras, Benas Truc de Bedarides. Ces derniers ne passent que quelques contrats. Les notaires qui acceptent de travailler avec les juifs sont peu nombreux : à Narbonne, Nicolas Barrué (Arch. dép. Aude, 3 E 9032-9045), Jean-Jacques Lagarde à partir de 1774 principalement (3 E 12313-12320). Les autres ne travaillent qu’exceptionnellement avec les juifs, comme le notaire Maupel (3 E 9015, 1770).

27 Arch. mun. Narbonne, compoix cabalistes, non cotés. Les comtadins ne procurent pas seulement du bétail. À l’occasion, du matériel roulant aussi : Arch. dép. Aude, 3 E 9040, 3 septembre 1770 : vente par David Haïn Dalpuget d’une caisse roulante de quatre places, pour 1 147 livres...

28 Quels sont les capitaux qu’ils parviennent à mobiliser au départ et quels profits dégagent-ils dans ces conditions ? Ce point est difficile à préciser pour l’instant en l’absence de carnets d’achat, de comptes de frais d’acheminement du bétail, du coût du crédit. Il en est de même du prix des mules qui paraît être plus élevé en Narbonnais que dans la vallée du Rhône. D’autres recherches seront nécessaires pour préciser cette question à l’échelle régionale.

29 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais, 1300-1789, Perpignan, 2e éd., 1999, p. 935-950.

30 Un processus différent qu’à Saint-Victor-de-la-Coste où les mules remplacent les bœufs.

31 Arch. dép. Aude, 3 E 9037, 12 juin 1763, François Rodriguez marchand de mules de Perpignan vend un cheval à un jardinier de Narbonne ; 3 E 9038, 5 novembre 1766, le même vend une mule « hors d’âge » à un jardinier.

32 Des ménagers des Corbières vont même à Béziers ; Arch. dép. Hérault, 4 C 289, 21 mai 1777, un ménager de Fontjoncouse. Narbonne ne parvient donc pas à attirer à son profit l’ensemble du marché des mules du diocèse. Nombreux sont les Narbonnais qui vont emprunter de l’argent à Béziers, ceci explique probablement ces « voyages à Béziers ».

33 Arch. dép. Hérault, à Béziers : Thomas Arnaud marchand de mules de Thézan, Jean Pujol (2 E 14/ 412, 1767 ; 2 E 12/41,1767) ; à Pézenas : Étienne Sicard, Étienne Cassan (2 E 14/397, 1774 ; 2 E 11/147), etc.

34 Nombreuses références dans les minutes des notaires de Perpignan : Arch. dép. Pyrénées-Orientales : 3 E 4/224, 225, 226, 227, 228, 229, 230, 233, 235, 236, 237, 238, 239 ; 3 E 5/63, 66, 71 ; 3 E 7/116 ; 3 E10/82, 81, 83, 96, 97, 99, 100, 109 ; 3 E 36/93 ; G. Larguier, « Les mules, les soieries, l’argent : les juifs à Perpignan dans la seconde moitié du xviiie siècle », Perpignan, l’histoire des juifs dans la ville (xiie-xxe siècle), Perpignan, 2003, p. 195-207.

35 Opoul, Salses, Saint-Laurent-de-la-Salanque, Rivesaltes, Peyrestortes, Baixas, Espira-de-l’Agly, Calce, Alenya, Toreilles, Thuir.

36 On trouve la mention de quelques prêts cependant : Arch. dép. Hérault, 2 E 68/119, 6 avril 1777, prêt de 816 livres à Pézenas par Jonas Cavaillon de Carpentras.

37 Arch. dép. Aude, 3 E 9033, 22 janvier 1756, le fermier de la dame d’Armissan doit à Aaron Carcassonne et cie 1 800 livres, 600 livres en argent, 1 200 livres en lettre de change sur un marchand de Béziers ; 3 E 9039, 14 juin 1767 ; Anne Mafre, veuve de Raymond Tarbouriech ménager de Sainte-Valière, emprunte 400 livres à Isaac Carcassonne pour la dot de sa fille Rose, à rembourser en deux versements égaux six et dix-huit mois plus tard.

38 Arch. dép. Aude, 3 E 12317-12318.

39 Les difficultés de certains propriétaires montrent combien des communautés étaient engagées à l’égard des juifs. En 1777, les officiers de Durban-Corbières sont obligés d’intervenir après qu’un ménager du nom de Roudière eut été menacé de saisie par Jonas fils pour n’avoir pu régler en temps voulu une dette de 4 330 livres. Trois personnes, dont le baile de Durban, reconnaissent la dette à rembourser en sept ans.

40 12 mars 1777, emprunt de 18 600 livres à Jonas fils par Louis-Michel et Pierre-François Laporte, avocats, à rembourser en neuf annuités.

41 Arch. dép. Aude, 72 C 20/192, 30 septembre 1784.

42 Ibid., 72 C 20/188, 26 janvier 1777, la transaction a été effectuée à Béziers, c’est Pascal qui officiellement sera le propriétaire de la métairie, bien sûr en lieu et place de Moïse Carcassonne. Ce dernier est en relation avec d’autres nobles : il accepte aussi de se charger de sommes dues à Pierre-Louis d’Aragon de Fitou, capitaine d’infanterie, à la suite d’une succession, puis les restitue un an plus tard, 3 E 12313.

43 Arch. dép. Aude, 3 E 9043, 3 E 12317, 13 mai, 19 octobre 1776, 3 E 12320, 3 E 9044. Il ne s’agit là que d’une partie des emprunts de Delort de Mialhe : on trouve dans la liste des effets de commerce détenus par Pascal des lettres de change de Mialhe au profit de Moïse Carcassonne, endossées par Pascal : 1 400 livres du 9 septembre 1776, 1 200 livres du 11 janvier 1777.

44 G. Larguier, « Le marché immobilier et foncier narbonnais en 1789 : atonie d’une ville, difficultés de la noblesse », A. M., tome 101, 1989, p. 375-407, notamment graph. no 2 et 3 p. 399.

45 Les plus actifs sont Isaac Carcassonne, Moïse Carcassonne, Moïse Cavaillon.

46 D’autres prêteurs sont d’Avignon : Lion Vallabrègues (qui habite chez Moïse Carcassonne), 21 août 1776, Arch. dép. Aude, 3 E 9043...

47 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3 E 7/176, fos 50-51, 13 mars 1758 (référence communiquée par Caroline Lentz).

48 L’activité plus réduite des marchands ces mois-là est-elle à mettre en relation avec les fêtes religieuses, le retour des marchands dans leur carrière ? Moïse Carcassonne revenait chaque années à l’Isle-sur-la-Sorgue pour les fêtes qui marquaient la fin et le début de l’année juive, dans les mois de septembre et d’octobre, R. Moulinas, op. cit., p. 344.

49 Arch. mun. Narbonne, Police, non coté.

50 Arch. dép. Aude, 3 E 9033, 17 juillet 1754.

51 Ibid., 3 E 9035, 6 juillet 1760, pour 6 ans, au prix de 150 livres par an. La maison fait face à l’hôpital de la Charité.

52 Ibid., 3 E 12315, 31 août 1774.

53 David Carcassonne, Moïse Cavaillon, Jonas fils d’Avignon, Daniel Levi.

54 Arch. mun. Narbonne, non cotés.

55 Île Sainte-Marthe : Moïse Carcassonne et Lion Vallabrègue ; île des Carmes : Isaac Carcassonne, Isaac aîné Dalpuget (chez François Bernardet hôte de Saint-Jacques, ce qui montre une stabilité de l’implantation des juifs dans la ville) ; île Saint-Vidal : Benas Truc, Daniel Cavaillon et David Carcassonne. Ceci confirme les affirmations de Moïse Carcassonne dans ses dépositions. Il était aussi imposé à la capitation et au vingtième d’industrie, René Moulinas, op. cit., p. 343.

56 5 juifs en 1777, 2 en 1778, 1 seul en 1779 (Moïse Cavaillon), 4 en 1781... ; en dehors de Moïse Cavaillon, ce sont des nouveaux-venus.

57 Ils sont très lourdement imposés, 18 livres chacun, ce qui est la plus forte cote du cabaliste. Leur imposition, égale à celle des marchands chrétiens d’abord, n’a cessé de s’élever ensuite. Cette petite communauté juive reste composée uniquement d’hommes semble-t-il.

58 1766, 1770. En 1777, la dernière année où il est mentionné, il est noté « pour négoce ».

59 Arch. dép. Aude, 3 E 9038, 11 avril 1765, 2 avril 1765.

60 L. Fonquernie, « Jean Maris (1695-1753) », p. 39-65 ; E. Praca : « L’industrie textile à Perpignan (vers 1750-1850) », p. 67-93, in La fibre catalane. Industrie et textile en Roussillon au fil du temps, Canet, 2005.

61 Cf. note no 48 : Salomon Puget représente Cadet Carcassonne dans un crédit octroyé en 1755 (acte du 13 mars 1758). 1 C 1808 et 10 Bp 15. Tenir boutique de draps et de toiles est une voie longue d’installation en pays catalan, des Languedociens en particulier aux xvie et xviie siècles.

62 Pascal s’est alors associé à un négociant de Narbonne, Antoine Domergue, et à un des principaux marchands-fabricants de Carcassonne, Joseph Airolles. Sur les détails de l’établissement de la manufacture : G. Larguier, Le drap et le grain..., p. 1140-1142.

63 Arch. mun. Narbonne, Hôpital, E 12, 20 mars 1752. Il sera d’ailleurs un administrateur très assidu... qui à l’occasion empruntera de l’argent, E 54, 2 000 livres empruntées.

64 Une grosse affaire ; une part importante de la fabrication est écoulée à Marseille, G. Larguier, « Textile et travail des pauvres en Languedoc et en Roussillon au xviiie siècle à travers trois exemples : Narbonne, Perpignan, Montpellier », « De la fibre à la fripe », le textile dans la France méridionale et l’Europe méditerranéenne (xviie-xxe siècle), Montpellier, 1998, p. 167-196.

65 Arch. mun. Narbonne, BB 48, 16 février 1764.

66 Pascal exploitait aussi une tannerie dans le même quartier : Arch. dép. Aude, 3 E 8755, fo 54vo sq.

67 Ibid., 9 C 12, 13 (soit, en moyenne, 4 500 mètres par an).

68 Ibid., 3 E 9037, 7 mai 1763, location par Pascal de trois ailes du cloître des Carmes, du jardin de la maison où se fait le tirage des soies.

69 Ibid., fonds municipal de Narbonne, HH 381 ; 730 aunes pour Pierre Mayoud le 11 mai 1776, 1 169 aunes pour le même le 20 août suivant. La manufacture avait expédié aussi précédemment à Paris et en Allemagne.

70 François Bertrand, que l’on retrouve en affaire avec Moïse Carcassonne dans les livres de Brouzet et fils, cf. infra.

71 Ibid., 9 C 13.

72 Ibid., inventaire fait chez me Hostalot, 3 E 8775, 9 juin 1778, fos 5 vo-61. Un autre inventaire avait été fait auparavant devant le notaire Amans dont les registres ne nous sont malheureusement pas parvenus.

73 25 février 1778, passé devant me Fournier à Paris, Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1046 ; Arch. nat., minutier central, XLI 648. Moïse Carcassonne chiffrait dans son bilan les endossements de Pascal à 348 700 livres qu’il ne comprenait pas dans son passif de 1 479 252 livres. Pascal lui devait également, verbalement, par son compte courant ou par des reçus, 27 118 livres, il était débiteur à son égard de 15 100 livres.

74 Ce que confirme le livre-journal de Brouzet fils ; 10 juin 1775, doit à Moïse Carcassonne, blé vendu à Narbonne ; 15 198 livres 15 sols ; avoir, reçu de Decampe pour son tiers de bénéfice des blés (... ce qui implique un commerce en association), 875 livres 6 sols 8 deniers.

75 L. Dermigny, « La banque à Montpellier au xviiie siècle », A. M., t. 93, 1981, p. 17-49 ; ID., « Les foires de Pézenas et de Montagnac au xviiie siècle », Congrès régional des fédérations historiques de Languedoc, Carcassonne, 24-26 mai 1952, p. 97-115.

76 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3 E 15/53, 9 mai 1758. Simple différend commercial ? Son élargissement est-il à mettre en relation avec la transaction du 13 mai 1758 ? (cf. note no 48). Référence communiquée par Christophe Juhel.

77 Ibid., 1 J 74, deux registres. Brouzet fils est inscrit à son bilan pour 230 000 livres, soit 15,5 % de ses dettes. 67,2 % des sommes sont dues à des juifs : 700 000 à David Beaucaire aîné, 130 000 à son gendre Daniel Cohen, alias Daniel Levi.

78 De laine en particulier, ce qui le mettait en relation avec les marchands-fabricants de Carcassonne.

79 De rares négociants narbonnais apparaissent également dans le livre journal de Brouzet - Benausse, Domergue -, pour des opérations épisodiques.

80 Pour Brouzet, livre-journal, février 1775 ; pour Carcassonne, 5 juillet 1776 : « prêté 97 livres au jardin de Monsieur Canclaux »...

81 Mais cela arrivait : 12 septembre 1774, « Moïse Carcassonne m’a donné comptant... ».

82 Relations par courrier sur Narbonne, mais aussi sur Montpellier et Paris : 2 octobre 1775, 13 juillet 1776...

83 7 sacs pour la foire de la Saint-Hilaire à Montagnac, 7 février 1775...

84 Escompte par Brouzet : 12 novembre 1774, reçu les effets suivants de Moïse Carcassonne... 35 879 livres ; 1775, 10 mars, 3 000 livres sur Benausse à 2,5 %, 3 700 livres aux paiements d’Août (on sait que les paiements s’effectuaient un mois environ après la date des foires aux marchandises qui leur ont donné naissance, les paiement d’Août intervenaient donc courant septembre) ; le même jour, deux traites sur David Auriol et fils de Lyon payables aux paiements des Saints, perte de 10 mois 5 % ; 6 avril, agios de 4 mois à 2 %...

85 1775, 10 mars : remis (à Moïse Carcassonne) 11 traites payables sur Beaucaire, 30 000 livres ; 16 juillet, mes traites (une quarantaine) en foire de Beaucaire, 69 486 livres 7 sols 6 deniers au total.

86 17 février 1775 : « pour ses honoraires, ports de lettres de lettres et avances d’argent ».

87 20 août 1774.

88 Carcassonne ne parvient pas à écouler les effets confiés : 12 septembre 1774, rendu cinq traites...

89 Et 174 000 livres encore début novembre sur Lyon et Paris !

90 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 13 Bp 556.

91 Jaume et cie à Paris par exemple, cf. L. Dermigny, « La banque à Montpellier... », p. 43. Jean Pascal avait aussi un compte chez Jaume, Arch. dép. Aude, 3 E 8755, 2 septembre 1778, fo 87, description des 4 registres remis chez maître Amans après sa faillite ; premier registre, « du 17 janvier 1775, caisse, doit, traites sur Jaume et cie de Paris, 1 028 livres ».

92 L. Dermigny, « La banque... », p. 20, 35.

93 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3 E 12/95, 26 octobre 1776. Moïse Carcassonne est qualifié de « négociant résidant à Narbonne ».

94 Ibid., 3 E 5/71, 26 mars 1777.

95 Effet escompté 34 livres 6 sols 9 deniers.

96 25 mars, 28 mars, 6 avril, 30 juin 1775...

97 10 mars, 26 mars, 10 novembre 1775, 28 avril 1776.

98 On sait que sont notées « avoir » les sorties d’argent, donc la diminution des sommes inscrites en compte, et « doit » les entrées.

99 31 janvier, il les lui escompte, il y en a pour 14 550 livres 16 sols.

100 3 avril 1776, 4 lettres n’ont pas été payées par Jaume, 20 000 livres.

101 28 avril 1776.

102 12 janvier, 29 janvier, 9 avril, 24 mai...

103 16 000 livres à Rimberge le 2 septembre 1776 ; 9 juillet 1777 : « j’ai remboursé sa traite sur Paris »...

104 C’est une des dernières opérations notées sur le livre-journal. L’activité de Brouzet fils s’est notablement réduite en 1777, preuve que les difficultés de Carcassonne ont eu des effets ravageurs ailleurs que dans le Comtat et en Languedoc.

105 R. Moulinas, op. cit., p. 342 sq.

106 Arch. dép. Hérault, 8 B 422. Parmi les principales : celles de Joseph Coustau aîné de Pézenas, 48 000 livres, de Guibal de la Capelière négociant de Béziers, 24 000 livres (... ce dernier, en étroite relation avec Moïse Carcassonne, est mentionné dans le livre-journal de Brouzet fils : 27 septembre, 11 novembre 1775, 4 février 1776...), de Fouillé cadet négociant de Béziers, 19 000 livres, de Pascal de Narbonne qui le comptait dans son bilan pour 59 804 livres et dont il réclamait en plus 50 054 livres sur ses biens.

107 Parmi elles deux billets de Brouzet, 6 900 livres.

108 Parmi ses dettes actives : 1 000 livres par Audier fils de Lagrasse, pour reste d’un compte courant.

109 Moïse Carcassonne a un valet, son gendre Daniel Levi est étroitement associé à ses affaires, il a un frère (livre-journal de Brouzet, 25 mars 1776, son frère achète une carotte de tabac pour lui...), le compoix cabaliste de Narbonne présente Lion Vallabrègues comme son associé. Abraham de Digne, « juif de Pézenas », est présenté comme « ayant l’ordre du sieur Cadet Cavaillon », Arch. dép. Hérault, 2 E 68/283.

110 Moïse Carcassonne compte des gens de Béziers pour 94 000 livres dans son bilan - le comte de Bausset pour 74 000 livres -, des gens de Pézenas pour 10 500 livres. Le carnet-journal de Cadet Cavaillon est remis par Vincent Ferrier, un notaire de Sigean, à un confrère de Narbonne, Arch. dép. Hérault, 8 B 422.

111 Arch. dép. Hérault, C 2748, 1786, Menahem Moussé affirme être établi depuis quarante ans ; 1 J 1037-1039, registres de vente d’un marchand d’étoffes de Pézenas, 1757-1770, 1770-1790, ventes à des marchands juifs, fos 21, 25, 31, etc.

112 Cadet Cavaillon n’est-il pas désigné comme « citoyen de Pézenas » et Menahem Moussé dit Roujan, « établi depuis quarante ans », n’obtient-il pas en 1786 du subdélégué Granier une lettre de sollicitation pour l’autoriser à acheter des biens jusqu’à concurrence de 140 000 livres ? (Arch. dép. Hérault, 2 E 68/301, C 2748).

113 Arch. dép. Hérault, 2 E 68/302, Moïse Cavaillon succède à Jonas Cavaillon son grand-père marchand de mules de l’Isle. En 1783, Jasse et Menahem Cavaillon succèdent à Jonas Cavaillon le père...

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540