Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Les échanges franco-catalans à la fin du xvie et dans la première moitié du xviie siècle

Texte intégral

1Déterminer précisément la circulation des marchandises depuis leur lieu de production ou de fabrication jusqu’à leur livraison et leur vente au détail est moins facile qu’il ne paraît au premier abord, on le sait. Les contrats écrits concernant la circulation sont relativement rares en effet, sauf en matière maritime. De même, les sources publiques privilégient la mer, au moins du côté français en raison de l’organisation des Amirautés et de la Foraine, administrations souvent conjointes, qui enregistraient les marchandises à l’entrée et à la sortie des ports maritimes ou aux « ports secs ». La documentation concernant ces derniers, malheureusement, a été mal conservée. Il n’est pas dit pourtant – illusion des sources ? – qu’une partie substantielle du trafic ne soit pas passée par terre. C’est le cas dans la partie orientale de la chaîne des Pyrénées où le choix pouvait se faire d’emprunter la route plutôt que la mer. Les temps de parcours, contrairement à une idée trop communément admise, n’étaient souvent guère plus long par terre que par voie maritime. Les voyages par mer – même si l’on voyageait plus fréquemment à la mauvaise saison qu’on ne le croit – restaient trop tributaires des temps d’attente des marchandises ainsi que des conditions météorologiques.

  • 1 On ne considérera ici que la circulation des marchandises à longue distance, qui passent la frontiè (...)

2Quelles routes pour quels trafics ? est la première question à laquelle on s’intéressera1. Le type de voie empruntée n’est pas forcément le même selon les marchandises transportées, les individus qui les convoient, voire les conditions de sécurité ou les circonstances politiques. Selon la conjoncture aussi ? C’est plus difficile à appréhender car il s’agit là davantage du volume que de la nature des trafics (I). Celle-ci doit faire l’objet d’une attention minutieuse, sans que l’on s’appesantisse sur les difficultés bien connues que l’on rencontre pour en faire une analyse exhaustive – la fraude... Ne conditionne-t-elle pas en effet l’activité de centres de production, fort éloignés parfois, et de lieux de distribution ? (II). La vivacité des échanges ne tient pas seulement au nombre et à l’importance des passages. Elle dépend aussi de l’organisation du négoce, des réseaux de transporteurs et de négociants qui sont à l’œuvre. On les devine à peine souvent car on a affaire principalement aux intermédiaires, aux commissionnaires, aux facteurs. Ils ne sont pas les moins caractéristiques de la première moitié du xviie siècle que nous envisagerons plus particulièrement (III).

I. Itinéraires, conjoncture

A. La terre et la mer

  • 2 Arch. dép. Aude, 17 C 31 (1606-1607), 71 C 24 (1621-1625).

3Du côté est des Pyrénées, l’opportunité était donc offerte de choisir deux modes de transport différents avec la possibilité, d’une part, d’accroître le volume des échanges, d’autre part de les spécialiser. Ne croyons pas cependant que ces conditions lui réservaient un avantage déterminant sur les autres parties des Pyrénées. Le relief ne décourageait pas ; on faisait rarement de longs détours dès qu’existait un chemin, surtout de ce côté de la chaîne où les routes restaient impraticables à cause de la neige et du mauvais temps peu de jours par an seulement. Bien sûr, la route ne servait pas seulement au passage des marchandises. La plus directe entre Narbonne, Perpignan et le col du Perthus, voyait passer également des pèlerins allant à Notre-Dame de Montserrat, des religieux se rendant à Rome ou en revenant avec force médailles et rosaires, des gentilshommes, ambassadeurs ou émissaires envoyés à Madrid à la cour du roi2. La voie de circonvolution de la Méditerranée occidentale conservait sa fonction en dépit de l’insécurité endémique et de conditions de circulation difficiles, car on ne recherchait guère à l’améliorer de manière à contrarier, éventuellement, les incursions ennemies et le déplacement de l’artillerie. Aussi, aucune voie de transport ne disposait d’une supériorité manifeste sur les autres. Le choix des itinéraires empruntés venait davantage des hommes et des marchandises convoyées, sans qu’il y eut d’exclusive absolue, de la possibilité d’utiliser le bateau, le chariot ou l’animal à bât.

B. Routes empruntées : l’apport des registres de douane

  • 3 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais (1300-1789), Perpignan, PUP, (...)
  • 4 Entre 1575 et 1585 pour Narbonne.

4Quels sont le nombre moyen des embarcations et le volume des cargaisons passant au large du cap Creus au cours de la première moitié du xviie siècle ? Les sources disponibles ne permettent pas de nous éclairer complètement. Pour le Languedoc par exemple, où l’on dispose seulement des sources de l’amirauté et de la foraine de Narbonne, ils ne sont pas négligeables, mais concernent un trafic d’envergure à peine régionale, presque locale même, puisque les relations s’effectuaient principalement avec les havres du Roussillon, les petits ports nichés dans les replis de la côte qui ne pouvaient guère entrer en relation avec l’extérieur que par mer, dépassaient rarement Barcelone. Ce trafic entre le Languedoc et la Catalogne représentait relativement peu de chose comparé aux échanges avec Marseille, la Provence et la Rivière de Gênes3. Narbonne, point de jonction des voies provenant de l’est, d’Aquitaine, ainsi que du Massif central, constitue un bon observatoire des passages en direction de la Catalogne. À une réserve près : on ne peut préjuger de l’itinéraire emprunté par les déclarants après Narbonne. Ils n’empruntaient pas forcément le trajet le plus direct, préféraient souvent les « chemins obliques », moins surveillés par où il était possible de passer la frontière en fraude. La comparaison des droits forains encaissés du côté français et aux issues du Conflent et du Roussillon à la fin du xvie siècle est éclairante. Dommage cependant qu’en raison de la guerre civile en Languedoc les années où l’on dispose ensemble d’informations des deux côtés de la frontière ne puissent être complètement comparées. Les bureaux de Perpignan et de Narbonne encaissent la majorité des droits : respectivement 80 % et 92,7 % (tableaux 1 et 2)4, la différence tenant au fait que d’autres bureaux du Roussillon comme Canet ou Collioure enregistraient des expéditions par mer et que dans le Languedoc proche celles-ci se déclaraient à Narbonne.

  • 5 M. Taurinya, Le commerce et les échanges en et à travers le Roussillon à la fin du xvie siècle, mém (...)

Tableau 1. Droits payés en Catalogne aux bureaux proches de la frontière, 1587-1589 (en livres barcelonaises)5

Tableau 1. Droits payés en Catalogne aux bureaux proches de la frontière, 1587-1589 (en livres barcelonaises)5
  • 6 Arch. dép. Aude, 71 C 1-2 ; G. Larguier, op. cit., p. 610-621.

Tableau 2. Recettes du bureau de Narbonne et des passages particuliers, 1575-1592 (en livres tournois)6

Tableau 2. Recettes du bureau de Narbonne et des passages particuliers, 1575-1592 (en livres tournois)6
  • 1 Recette de l’ensemble des bureaux (Narbonne et bureaux particuliers).
  • 2 Les bureaux de Quillan et de Caudiès « n’ont rien valu » au cours du second semestre à cause de la (...)
  • 3 Résultats du premier semestre seulement.
  • 4 La recette du bureau général est faite à Sigean, non à Narbonne, en raison de la peste.

Note*1
Note**2
Note***3
Note****4

5L’importance du trafic est largement fonction du moyen de transport : la roue, le sabot de l’animal, le pas de l’homme. Les attelages tirant les chariots chargés de balles achetées à la foire de Lyon prenaient la direction de Fitou puis de Salses, de Rivesaltes et de Perpignan ; par commodité, parce que ces marchandises jouissaient de la franchise de la foire. Il en était de même pour les caravanes de mulets, pour les voituriers professionnels qui avaient pris en charge des marchandises venues de plus loin et les conduisaient jusqu’à Perpignan, Gérone, ou Barcelone. Mais il s’agissait là pour l’essentiel d’un trafic descendu par le couloir rhodanien et passé par le bas Languedoc. Quant aux porta a coll, les pieds poudreux voyageant seuls ou en groupe, leur chargement sur le dos, peu économes de leur temps et des distances parcourues, ils choisissaient en fonction des opportunités qui se présentaient : facilité à éviter les postes de contrôle ou à s’entendre avec les gardes. L’écart entre les recettes des bureaux établis dans les Corbières, la haute vallée de l’Aude et ceux qui se trouvaient de l’autre côté de la frontière est dû à la fraude, massive dans ce secteur. Toutes les enquêtes concernant les taules du Conflent l’indiquent : l’extrême modicité de leurs recettes vient d’un système de corruption généralisé dont sont complices – victimes ? – les plus vulnérables. De la mer aux chemins les plus escarpés vers l’intérieur, toute une gradation existait néanmoins, des moyens, des hommes, de la valeur des biens transportés.

C. Mouvement saisonnier des transports, conjoncture

6En fut-il toujours ainsi selon les saisons et la conjoncture ? Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer au premier abord, l’hiver n’était pas forcément la saison la moins favorable au transport des marchandises. Le premier quartier de l’année produisait régulièrement il est vrai les recettes les moins bonnes au bureau de Perpignan, de Narbonne encore plus sensible aux variations du trafic maritime. Par contre, le produit des droits encaissés l’hiver dans les petits bureaux de l’intérieur dépassait celui des quartiers de printemps et d’été. C’est à l’automne que l’on enregistrait le plus grand nombre de passages, sauf à Perpignan. Pendant la saison chaude, les hommes et les animaux occupés aux récoltes n’étaient guère disponibles. Une fois gagnées les bonnes journées d’été et de début d’automne, nombre de gagne-petit de la région ou de plus loin partaient, quelques capes de Béarn ou un assortiment de mercerie sur le dos, afin de subsister pendant la morte saison.

Tableau 3. Mouvement saisonnier du trafic entre la Catalogne et la France (en pourcentage)

Tableau 3. Mouvement saisonnier du trafic entre la Catalogne et la France (en pourcentage)
  • 7 13 Bp 90.
  • 8 L’année 1627 correspond au second trimestre de 1627 et au premier semestre de 1628.
  • 9 História, Política i Cultura des Països catalans, vol. 4 : Crisi institucional i cavi social, segle (...)

7Les mouvements de plus longue durée sont moins faciles à saisir. Les variations pouvaient être fortes selon les années d’un point de passage à un autre. Il ne faut pas leur accorder une attention exagérée car le trafic se détournait lorsqu’un obstacle se présentait ; cela ne veut pas dire, globalement, que son volume se modifiait beaucoup. Plus significatifs pour rendre compte de l’évolution des échanges faits ou passant par les Comtés sont les baux du droit d’impariatge perçus par le Consulat de mer de Perpignan7. La période pendant laquelle nous sommes informés (16271664) est particulièrement troublée en raison de la guerre entre les couronnes de France et d’Espagne déclarée en 1635, des troubles arrivés en Catalogne – la guerre des Segadors–, des opérations militaires – le siège de Perpignan –, de la peste, très perturbatrice à cause des mesures prises pour éviter la contagion – 1629, 1632, 1652 – qui rendaient très aléatoires les amodiations : les candidats ne se pressaient pas ; n’importe comment, il eut fallu indemniser les preneurs en cas de nouvelle flambée pesteuse. L’extrême volatilité de la situation rendait les enchérisseurs particulièrement attentifs au déroulement des événements politiques et économiques. Le montant des baux passés au milieu de chaque année – fin juin ou début juillet8 – n’en traduit que plus finement l’état des affaires et l’état d’esprit des gens de négoce9.

Graphique 1. Amodiations du periatge au Consulat de mer de Perpignan, 1627-1664 (en livres barcelonnaises)

Graphique 1. Amodiations du periatge au Consulat de mer de Perpignan, 1627-1664 (en livres barcelonnaises)
  • 10 Arch. dép. Aude, 71 C 25.
  • 11 Ibid., 71 C 14.

8Les enchères sont décevantes à la fin de la décennie 1620-1629. Le periatge est adjugé pour moins de 3 000 livres. S’agit-il d’un creux dans le mouvement des échanges, d’un effet des dissensions entre Perpignan et Barcelone, profondes alors ? Le repli du trafic est net depuis 1622, compensé cependant du côté français par les fournitures à l’armée déployée près de la frontière10. La peste qui survient en 1629 affecte sérieusement le Languedoc où elle interrompt toute activité maritime pendant de longs mois, mais n’assombrit pas complètement l’horizon. Le rendement du periatge progresse en 1630 et 1631, bondit après le nouvel épisode épidémique de 1632 pour atteindre un record : 9 600 livres en 1634. La déclaration de guerre inverse la tendance, sans trop inquiéter outre mesure dans un premier temps bien que les relations soient stoppées net : une charrette et trois chevaux lourdement chargés de Jaume Pujade – 11 qx 38 livres de toiles, 3 qx 14 livres de mercerie, un demi quintal de papier – prennent la route du Roussillon le 1er juin 1635 ; le 9, passe le père provincial des religieux minimes de la province de Catalogne. Plus rien ensuite, à l’exception de rares voyageurs et marchands munis de laisser-passer11. Les amodiations demeurent cependant au-dessus des niveaux atteints à la fin de la décennie 1620-1629. Ce n’est qu’en 1637, avec le début des opérations militaires et le siège de Salses, que le climat devient plus morose. Le siège de Perpignan interrompt les réunions du Consulat de mer. L’activité ne cesse pas pour autant en Roussillon. Les troupes attirent en effet les fournisseurs. De plus, le ravitaillement de la population du Conflnt, du Capcir et de la Cerdagne, s’effectue à partir du Languedoc. D’ailleurs, la décennie 1640-1649 est bonne dans l’ensemble, au contraire de la suivante où le recul, excepté en 1654, est particulièrement sévère ; l’étiage étant atteint lors de l’année de la signature du traité des Pyrénées. Apparemment, à partir de 1661, les échanges avec le sud reprenaient une voie ascendante. On le voit, ni l’épidémie, ni la guerre, n’entravèrent durablement les relations commerciales. Preuve que les Catalans ne craignaient pas de venir en France, ni que les Français rencontraient durablement des difficultés insurmontables en Catalogne.

II. Marchandises

A. Des échanges essentiellement nord-sud

9Les sources des deux côtés de la frontière sont concordantes : le flux des marchandises de direction nord-sud l’emporte très largement sur celui en sens inverse.

10Rien d’étonnant à cela. La Catalogne, l’Espagne en général, importaient alors beaucoup plus qu’elles n’exportaient. Mais nos sources ne masquent-elles pas un peu la réalité ? Le nombre des transporteurs catalans venus déclarer des marchandises au bureau de la foraine de Narbonne avant de leur faire passer la frontière est supérieur à celui des Français. Auraient-ils fait l’aller à vide ? Du côté catalan, également, les vérifications des bureaux où se percevaient les droits d’entrée et de sortie font rarement état de fraudes en direction du nord alors qu’elles sont quotidiennes de la France vers la Catalogne.

  • 12 Arch. dép. Aude, 71 C 9, 10, 13, 14. Les grains sont portés en setiers ; les volailles, harengs sau (...)

Tableau 4. Trafic en direction de la Catalogne enregistré à Narbonne (première moitié du xviie siècle)12

Tableau 4. Trafic en direction de la Catalogne enregistré à Narbonne (première moitié du xviie siècle)12

C* : marchandises déclarées par des Catalans ; F* : marchandises déclarées par des Français.

11Le tableau n° 4 donnera un aperçu des produits déclarés au bureau de la foraine de Narbonne au cours de la première moitié du xviie siècle. La liste exhaustive ne peut en être donnée. Il faudrait pour cela consentir à faire l’inventaire hétéroclite des ustensiles de cuisine, des moulins à poivre, des selles, des éperons, des épées... ou des faucons portés en Espagne ; sans compter les chapelets, crucifix et images pieuses souvent rangés sans distinction dans la catégorie mercerie et marchandises mêlées. Trois séquences montrent la nature et le volume des marchandises transportées : la première (1617-1618, 1620-1621) est antérieure à la guerre de Trente Ans, la seconde (1633-1635) précède la rupture entre les Habsbourg et les Bourbons ou en est contemporaine, la troisième (1641) se place au plus fort de la tension et des opérations militaires en Roussillon.

  • 13 15 décembre 1617, 56 pourceaux venant du Poitou ; 1634 : 70 pourceaux et truies, 5 troupeaux compta (...)

12Bien qu’ils soient beaucoup plus diversifiés dans la direction nord-sud, les produits sur lesquels portent les échanges ne relèvent que d’un nombre étroit de catégories : les produits alimentaires, les produits semi-élaborés dans lesquels on peut ranger le bois, les produits manufacturés, des textiles principalement, auxquels il conviendrait d’ajouter des montures, mules et mulets principalement, conduites pour être vendues en Espagne. Sauf rares exceptions, pour de faibles quantités et en période de guerre lorsque la navigation comportait beaucoup de risques, les grains se transportaient par mer : du blé principalement et d’autres céréales panifiables. Les cargaisons d’avoine prennent de l’importance seulement après l’entrée des troupes françaises en Roussillon. Les petites barques de Cadaquès, Tossa, Arénys-de-Mar, convergeaient vers Narbonne dès la fin du dépiquage des grains, enlevaient de 40 à 60 setiers chacune, parfois moins. Les Provençaux, lorsqu’ils intervenaient – Narbonne ne disposait pas de marine alors –, transportaient davantage, de 300 à 500 setiers à chaque voyage. Les autres produits alimentaires se réduisaient à peu de choses : quelques poissons salés ou fumés, du fromage d’Auvergne transporté aussi bien par terre que par mer, des fruits secs ou demi-secs : prunes, figues, raisins, des épices – poivre principalement. Épisodiquement, aussi, passaient des troupeaux de pourceaux conduits depuis le Rouergue ou le Poitou13.

  • 14 G. Larguier, op. cit., p. 587-620.
  • 15 Sur les toiles, pour ne donner qu’un exemple : J. Bottin, « Les toiles de l’ouest français au début (...)

13Les textiles constituent le principal objet d’exportation, en valeur notamment. Ce n’est pas nouveau. Il en était de même depuis le milieu du xvie siècle au moins14. Rares étaient ceux qui passaient la frontière sans emporter quelques livres de toile, de cadis, de futaine ou d’autres tissus ; les gens à pied travaillant pour leur compte comme les transporteurs au service de marchands, les Catalans comme les Auvergnats, travailleurs saisonniers chargés aussi d’une fourme de fromage. Ces derniers portaient des cadis, des sargues, des cordelats, des estamets, des burats de production locale et de médiocre qualité. Ces tissus ainsi que les capes de Béarn constituaient la majeure partie du trafic transitant par les petits bureaux des Corbières et du Fenouillèdes15. Comme les autres produits, le textile se partageait entre la mer, la terre, les piétons et les conducteurs de bétail, chevaux, mules ou mulets, ânes plus rarement, car on n’utilisait pas un seul type d’animal près du littoral. Le trait le plus caractéristique, quelque soit le moyen de transport employé, est la place tenue par les Catalans d’origine ou de résidence dans ce négoce, qu’ils transportent la marchandise sur leur dos, leurs montures, ou s’en déclarent les propriétaires. L’étaient-ils tous, ou s’agissait-il de Français établis en Catalogne ? On ne peut toujours en décider. Trop de noms sont transcrits à la française, même ceux des patrons de barque venus des petits ports situés au sud du cap Creus. Mais, nous le verrons, il s’agissait essentiellement d’un trafic effectué par et pour des Français. Les principaux opérateurs expédiaient par mer. Cela n’empêchait pas les naturels du Roussillon de venir prendre à pied des capes en Languedoc, les Béarnais, les Gascons ou des hommes du piémont pyrénéen de les transporter jusqu’en Catalogne. Notons une exclusivité française, par voie de terre : l’exportation de « pointes et randes », des dentelles grossières transportées par des Provençaux de Saint-Paul-de-Vence ou de Tourette-sur-Loup.

  • 16 G. Larguier, « Narbonne et la voie méditerranéenne du pastel, xve-xviie siècle », A. M., t. 110, av (...)
  • 17 Arch. dép. Aude, 71 C 8, 16 décembre 1606. 17 C 13, 8 août 1634, une caisse de livres en latin expé (...)

14Quant aux produits semi-ouvrés, aux objets de métal ou au bois, ils n’étaient pas négligeables, sans être de première importance. Les expéditions de pastel se poursuivaient, désormais exclusivement par mer16. Plus significatifs et intéressants à observer, bien qu’ils ne figurent que très partiellement dans le tableau n° 4, étaient les objets de métal, les outils : scies, limes et cognées des groupes d’hommes venus du Forez, d’Auvergne ou du Rouergue qui partaient travailler en Espagne à la fin de l’automne et aux premiers jours de l’hiver ; ustensiles de cuisine en fer ou en laiton ; paires de ciseaux et de forces pour tondre les draps ; creusets destinés aux orfèvres, outils de bronze employés pour faire des images pieuses ; l’attirail nécessaire à l’installation d’une imprimerie17.

B. Médiocrité des échanges sud-nord

  • 18 Ibid., 71 C 27, 36.
  • 19 M. Taurinya, op. cit., p. 37-44 ; E. SERRA I PUIG, « Le Roussillon et la Généralité de Catalogne au (...)

15En comparaison, peu de choses arrivent du sud. Au port de Narbonne, entre 1604 et 1610 et en 1625-1626 où l’on dispose de l’inventaire des marchandises débarquées, la dizaine, vingtaine au plus, de barques catalanes venues chaque année porter des marchandises débarque de l’ail, des oranges, des balles de pignon, de riz, des amandes, des barils de sardines et d’anchois, du vin, de la vaisselle de terre, des cabas, des pièces de sparterie, de la poix18. Rien qui soit fabriqué et qui ne puisse venir – le vin excepté, la poix peut-être – de Provence avec qui les relations étaient beaucoup plus étroites. Les sorties du Roussillon proche en direction de la France se limitaient à du blé, du fer, du sel19. Seul le sel, en raison de droits inférieurs, passait par terre en Languedoc. Le blé ainsi que le fer exporté par Collioure gagnaient Marseille.

  • 20 Arch. dép. Aude, 71 C 19.
  • 21 M. Taurinya, op. cit., p. 46.
  • 22 G. Larguier, « Argent et frontière. Espèces et circulation monétaire en Narbonnais dans la première (...)

16Si l’on fait abstraction de marchandises exotiques ou de grande valeur comme des perles – mais s’agit-il d’un réel flux commercial ? – la principale matière d’exportation depuis la Catalogne consistait en de l’argent. Celui-ci, on le sait, sortait d’France de mille façons, par la Catalogne et la frontière terrestre avec la France entre autre. Les indices sont légion : des déclarations d’abord, mais elles sont rares, comme celle faite par deux négociants marseillais au mois de mai 1630 – 4 000 livres chacun en pistoles d’France20– ; des dénonciations : des patrons de barque transportaient en fraude jusqu’à plusieurs quintaux de pièces pour le compte de marchands français21, etc. Ceci était vrai à la fin de la décennie 1590 ainsi qu’au tournant du siècle. Mais après ? L’ensemble du secteur du Languedoc proche de la frontière avait été entièrement conquis par les espèces espagnoles à partir de la décennie 1610-161922. Aussi, est-il bien difficile d’évaluer la quantité de monnaie entrée chaque année en France. Il faudrait pour cela connaître le stock des espèces en circulation et en réserve.

C. Les échanges entre 1635 et 1659

17La nature des échanges se modifie-t-elle entre la fin du xvie siècle et le début de la « guerre ouverte » ? Apparemment guère. Tout juste peut-on noter une augmentation des expéditions de grains, la diminution progressive de celles de pastel. La guerre, au contraire, perturbe complètement les échanges pendant un quart de siècle. Plus rien ne passe par terre, au moins officiellement, sinon pour ravitailler les populations de la zone occupée par les troupes françaises. Les difficultés des habitants de Perpignan et de quelques bourgs sont indéniables. Rarement, cependant, les allées et venues des bateaux et des transporteurs furent aussi nombreuses. Mais la structure des échanges se modifia totalement. Plus rien ou presque ne vient du sud. Les porta a coll disparaissent pratiquement et avec eux les capes de Béarn ou les tissus de montagne. De même, les Provençaux porteurs de pointes et de randes perdent le marché catalan. Les toiles et les articles de mercerie exceptés, le secteur du textile est gravement affecté. La priorité est donnée au ravitaillement effectué par terre, exclusivement par des gens des Corbières, du Fenouillèdes et des villages passés sous domination française ; par mer essentiellement par des bateaux et des marins provençaux.

18Une part importante des grains dirigés précédemment vers Marseille prend la direction de la Catalogne, de Barcelone en premier. La nouveauté est l’importation massive de morue séchée pour la nourriture des habitants et des soldats. Elle venait de Marseille, comme les figues importées en beaucoup plus grande quantité. Les opérations militaires, à partir de 1637, auraient-elles eues une influence durable sur la consommation dans la région en assurant la promotion de la morue au détriment des prises de la pêche locale ? On constate en effet un recul durable des sardines, des arencades à partir du milieu du siècle et l’importation régulière du poisson de Terre-Neuve. On transportait également beaucoup d’huile d’olive et des produits que l’on n’avait guère eu l’occasion d’apercevoir jusque là : du savon et du tabac entrés davantage par mer que par terre, indice qu’on les destinait principalement aux troupes.

  • 23 1642 : 49 560,5 setiers de blé dont 19 623 pour Barcelone, 1 620 setiers d’autres céréales panifiab (...)
  • 24 Arch. dép. Aude, 71 C 25.

19Les volumes augmentent fortement au cours des années suivantes. Près de 50 000 setiers de blé sont expédiés en Catalogne en 1642, 38 000 l’année suivante, l’avoine oscille entre 6 000 et 10 000 setiers23. Ces quantités inscrites sur les registres des droits forains ne rendent pas compte de tout. Par terre, exclusivement cette fois, passaient des fournitures destinées à l’armée : des milliers de pains, du riz, de la morue, des œufs, du fromage, du lard, du sucre, des épices, du vin, du savon, du tabac, des drogues et des médicaments, des souliers, des toiles, etc. Les petites foires de Tuchan et de Lagrasse dans les Corbières connurent une fréquentation exceptionnelle quelques années durant, avant que les conditions de circulation ne redeviennent à peu près normales24.

20Le négoce parvint-il à se remettre de la guerre, puis de l’annexion des Comtés ? Les renseignements sont trop épars pour répondre avec certitude. Vingt ans de conflit désorganisèrent les réseaux : ce ne sont plus les mêmes individus qui purent reprendre leurs pérégrinations à pied ou avec une bête de somme.

21En tout cas, on ne voit plus guère ensuite des Foréziens ou des Auvergnats passer avec leurs scies et leurs cognées sur le dos, ni les porteurs de capes de Béarn. La guerra del Francès, comme on l’appelle au sud, clôt un long chapitre des échanges franco-catalans.

III. Hommes et réseaux

22Les circonstances sont instables, la nature du trafic se modifie temporairement de manière spectaculaire au cours de la première moitié du xviie siècle, les acteurs changent. Quelles que soient les conditions, les types d’individus qui les pratiquent et la manière dont ils procèdent ne se modifient guère. C’est par terre qu’on les aperçoit le mieux.

A. Pieds poudreux, traginers, marchands

  • 25 Ibid., 71 C 9, 27 septembre 1617, 12 Auvergnats portent avec leurs grandes scies 4 capes de Béarn, (...)
  • 26 Ibid., 71 C 8, 11, 13. Domenge Delpey fait ses déclarations les 26, 29 août, 9, 30 septembre, 1er, (...)
  • 27 31 septembre 1618.
  • 28 14 décembre 1634, un Perpignanais et 5 de ses compagnons...

23Des trafiquants de toutes statures se côtoyaient ou se rencontraient sur les chemins en effet. Les plus nombreux, les plus visibles, étaient les marcheurs dont il serait intéressant de pouvoir dresser le portrait, déterminer l’origine géographique, les trajets, voire ce qu’ils gagnaient à parcourir ainsi d’aussi grandes distances. Rares étaient les déclarants à être de Narbonne même ou de sa région proche. Les plus nombreux venaient de Perpignan, des villages situés sur ou à proximité des routes allant vers le sud, voire de Barcelone. Du côté français, deux provenances dominaient : le sud-ouest, depuis le diocèse de Mirepoix, le Comminges, la Gascogne, la Bigorre, le Béarn, jusqu’à la Saintonge – mais plus rarement – ; le Centre, du pays tarnais au Rouergue, et plus en profondeur à l’Auvergne et au Forez. Des Provençaux de Saint-Paul-de-Vence – mais ce n’était pas la majorité d’entre eux – portaient aussi sur le dos leurs pointes et randes. Parmi ces pieds poudreux se trouvaient des occasionnels, des individus partant travailler plusieurs semaines ou plusieurs mois en Espagne25, et des spécialistes. En voici deux en 1617 : Domenge Delpey, de Perpignan, se présenta 7 fois entre le 26 août et le 22 décembre à la foraine de Narbonne avec, successivement, des cartes et des épingles, de petits paquets de marchandises dont les agents ne donnent pas le détail, un petit paquet et 7,5 livres d’épices, des cartes à nouveau, des épices, des chandelles, des marchandises mêlées, 16 livres d’épices grossières pilées ; Michel Caminade de Paris, accompagné d’un serviteur par contre, déclara lors de ses 6 voyages uniquement des marchandises mêlées26. Domenge Delpey ne devait probablement guère dépasser Perpignan. Le rythme des déclarations de Michel Caminade et de son serviteur laisse supposer qu’ils allaient plus loin. Une hiérarchie existait donc au sein de la société piétonne. Tel, comme Jean Prats de Béziers, chargé de toile crue, de camelot, de burat d’Auvergne et de 2,5 livres de mercerie pesant en tout une trentaine de livres, est dit marchand27. C’est plutôt rare. Lorsque les agents de la foraine inscrivent l’expression « et ses compagnons » à la suite du nom du déclarant est-ce à dire qu’il s’agissait de groupes travaillant de conserve ? Il s’en trouvait des deux côtés de la frontière28.

  • 29 Arch. dép. Aude, 71 C 8.

24Au début du xviie siècle, le nombre des porta a coll est au moins équivalent à celui des conducteurs d’animaux chargés. La proportion diminue dès la fin de la décennie 1610-1619. Mais les indications chiffrées offrent-elles toutes garanties ? C’est à pied que la contrebande se pratiquait le plus. Posséder et entretenir un animal au cours de voyages nécessairement longs constituait un lourd investissement. La majorité des déclarants affirmait pourtant en être propriétaires. Parfois ils en avaient un ou deux, voire trois ou quatre, mais étaient alors accompagnés. Ce n’était pas eux cependant qui portaient les charges les plus volumineuses et de prix, les grosses balles de tissus et de mercerie, mais les voituriers. Les passages de charrettes sont rares. Les voituriers, d’ailleurs, n’en disposaient généralement pas, mais des bêtes avec lesquelles ils convoyaient les marchandises qu’on leur donnait à porter. Des deux côtés de la frontière, l’organisation était comparable, voire symétrique. La ville – Narbonne, Perpignan – possédait une poignée d’entrepreneurs propriétaires de 5 à 10 animaux, disposant chacun d’une clientèle spécifique. Au début du siècle, Laurent Vidal, de Narbonne, portait avec ses chevaux les marchandises de marchands de Toulouse, de Toulon, de Narbonne, parfois de Perpignan. Les Catalans préféraient s’adresser à François Py quand ils manquaient de montures. Quelques triginiers des villages voisin, comme Jean Noguier de Fraisse-des-Corbières transporteur sur ses ânes de terraille – la vaisselle de terre – et de ballots expédiés par les marchands narbonnais, complétaient l’offre de bétail29. Lorsqu’ils avaient besoin d’animaux de bât, les Catalans recouraient préférentiellement à des compatriotes. Est-ce à dire que les traginers catalans de Perpignan ou des villages situés entre la capitale du Roussillon et la frontière venaient spécialement à Narbonne réceptionner la marchandise attendue ? Narbonne constituait un point de rupture de charge.

  • 30 Ibid., 9 décembre 1606, un voiturier de Carcassonne.

25Les voituriers venus de plus loin et passant la frontière restaient l’exception30. Si l’on en croit les compoix cabalistes narbonnais où l’on notait les taxes mises sur le travail, les triginiers de la ville connaissaient alors leur âge d’or ; c’est par eux que passaient les draps et les toiles expédiés depuis les foires de Lyon, de Pézenas et de Montagnac. Leur nombre recule après 1650.

B. Commissionnaires

26Connaître les transporteurs est possible, déterminer l’étendue et la composition des réseaux commerciaux se révèle autrement plus difficile. En fait, leur nature et leur complexité coïncide étroitement avec les modes de déplacement. Les porta a coll, de trois types on l’a vu – les solitaires, les compagnies d’égaux, le patron et son serviteur –, portent leur capital sur le dos. Capital et travail ne font qu’un. Le rapport capital investi-durée de déplacement/dépense d’énergie est particulièrement modeste. Pour des dizaines d’individus de part et d’autre de la frontière cela constituait un moyen de subsistance occasionnel au moins. Quelle rétribution recevaient les serviteurs, quel pouvait être le profit de leurs patrons ? On aimerait le savoir.

27Dès que l’animal est utilisé, on atteint un autre stade du commerce. Au lieu d’une quarantaine de livres de marchandises au maximum (moins de 20 kg), une bête de somme emporte – si l’on se fie aux indications portées sur les registres de la foraine – de 5, 10 à 15 fois plus. Les sommes en jeu ne sont pas comparables. Déjà, la dissociation du capital et du travail peut être plus nette. Les Provençaux de Saint-Paul-de-Vence, comme Antoine Curel qui passe à Narbonne le 17 avril 1617, n’étaient pas entièrement à leur compte, agissaient aussi comme facteurs d’habitants de leur bourgade. Que ramenaient-ils en contrepartie de leurs pointes et randes ? On l’ignore, de même que l’on ne sait pas toujours si, une fois dans la péninsule, ils vendaient leur monture, ce qui se pratiquait assez fréquemment.

28On n’atteint le grand négoce et les réseaux commerciaux ramifiés que lorsque l’on a affaire aux triginiers ou au transport maritime. Ici, la distinction du capital et du travail est la règle. Les triginiers et les patrons de barques ne sont que des prestataires de services payés au voyage. Quelquefois, les marchands, propriétaires des produits déclarés, viennent eux-mêmes les montrer au bureau de la foraine. Ce sont essentiellement des gens de Narbonne et de Perpignan. Le plus souvent, les déclarants sont des commissionnaires agissant au nom de marchands éloignés. Ainsi Gaspard Laugier, marchand provençal établi à Narbonne. Voici ses déclarations de marchandises pour le compte d’autres marchands en direction de la Catalogne en 1617-1618, toutes destinées à être embarquées au port de La Nouvelle, sauf 3,25 qx de toiles crues et de Laval confiés à un voiturier de Leucate :

  • 31 Ibid., 71 C 9.

Tableau 5. Expéditions vers la Catalogne de Gaspard Laugier pour le compte d’autres marchands (1617-1618)31

Tableau 5. Expéditions vers la Catalogne de Gaspard Laugier pour le compte d’autres marchands (1617-1618)31
  • 32 Il se portait caution, également, pour divers trafiquants : le 6 octobre 1617 pour un Forézien de S (...)

29Laugier trafiquait aussi pour son propre compte et pour d’autres marchands, en direction de la Provence principalement : des grains, du fer, de la laine anisse, du bois. Sa principale activité consistait néanmoins à réceptionner les balles de toiles et de draps de marchands français installés au sud des Pyrénées32, les Limougeauds travaillant en compagnie, les Auvergnats étant d’envergure moindre. Par lui, on accède à un type de réseau connu, mais que l’on ne parvient pas toujours à apercevoir complètement car les Limougeauds étaient des grossistes spécialisés qui achetaient des produits fabriqués au nord de la Loire, les faisaient transporter jusqu’en Catalogne, approvisionnaient des boutiquiers citadins et villageois de la région de Barcelone.

C. Réseaux complexes

  • 33 G. Larguier, op. cit., p. 646-648.
  • 34 M. Taurinya, op. cit., p. 46.

30Il y en avait d’autres, constitués différemment, moins repérables dans les sources douanières. Les Limougeauds ne résidaient pas à Narbonne, même temporairement pour affaires. Les Auvergnats rarement, bien qu’ils y fissent étape lorsqu’ils revenaient de Catalogne ou y repartaient. Jean Carrière qui sollicitait occasionnellement Gaspard Laugier s’y arrêtait à la fin de l’été 1618, avec ses deux compagnons, 6 juments et 2 chevaux. Les réseaux les plus complexes se développaient des deux côtés de la frontière, à Narbonne et en Catalogne. Il y en avait déjà à la fin du xvie siècle : spécialisé dans le négoce du pastel depuis le Lauragais jusqu’à sa distribution à Gérone et Barcelone, constitué par une petite colonie de marchands du Puy33. Mais la dissimulation rend opaque tout un pan de leurs activités. Pierre Bonnafont du Puy, très actif à Narbonne vers 1590, embarquait sur la plage de Canet en Roussillon des sacs d’espèces à porter à Agde34. Gageons que des sites peu fréquentés, concertés d’avance, voyaient s’arrêter de petites embarcations chargées de pièces espagnoles.

  • 35 G. Larguier, op. cit., p. 956-958. Expéditions par mer : Arch. dép. Aude, 71 C 13. 1634 : début jui (...)
  • 36 Jaume Pujade (un parent de Vincent Pujade qui traitait avec Gaspard Laugier ?) passe par terre des (...)

31Une des organisations commerciales les plus élaborées est à mettre à l’actif d’un groupe de négociants de Nîmes, solidement installés à Narbonne entre 1625 et 1640 où plusieurs d’entre eux résidaient en permanence, où ils disposaient de magasins pour stocker leurs marchandises, qui faisaient venir des tissus de Lyon, de la fabrique nîmoise, achetaient de la laine remise aussitôt à des marchands qui faisaient fabriquer, recevaient en contrepartie des draps expédiés ensuite en Catalogne par terre et par mer35. Mais pas seulement : ces Nîmois en écoulaient une grande partie aux foires de Montagnac et de Pézenas. Ils recevaient aussi du sud-ouest des quantités de capes de Béarn. Des Catalans, comme Jaume Pujade, associé par ailleurs à un marchand de Limoux qui tenait boutique à Perpignan, des Auvergnats, écoulaient la marchandise36.

32La nature et l’organisation des échanges franco-catalans survivent-elles à l’annexion des Comtés, à l’établissement d’une frontière moins perméable que précédemment ? L’absence de sources douanières après 1650, notamment par terre, empêche d’en suivre l’évolution. Il semble cependant que le transport à dos d’homme devienne beaucoup plus rare, remplacé par la contrebande à courte distance, que les exportations de tissus effectuées par les Languedociens et les gens originaires du Massif central s’épuisent, au moins par les voies que nous avons observées. Les expéditions s’effectuent désormais davantage par mer – Marseille. C’est pourquoi la fin du xvie et la première moitié du xviie siècle constituent une phase originale des échanges dans le secteur nord de la Méditerranée occidentale.

Notes

1 On ne considérera ici que la circulation des marchandises à longue distance, qui passent la frontière entre les règnes de France et d’Espagne.

2 Arch. dép. Aude, 17 C 31 (1606-1607), 71 C 24 (1621-1625).

3 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais (1300-1789), Perpignan, PUP, 1996 (2e éd. 1999), p. 1296-1309.

4 Entre 1575 et 1585 pour Narbonne.

5 M. Taurinya, Le commerce et les échanges en et à travers le Roussillon à la fin du xvie siècle, mémoire de maîtrise, université de Perpignan, 1998, p. 120.

6 Arch. dép. Aude, 71 C 1-2 ; G. Larguier, op. cit., p. 610-621.

7 13 Bp 90.

8 L’année 1627 correspond au second trimestre de 1627 et au premier semestre de 1628.

9 História, Política i Cultura des Països catalans, vol. 4 : Crisi institucional i cavi social, segles xvi, xvii, Enciclopèdia catalana, Barcelona, 1995.

10 Arch. dép. Aude, 71 C 25.

11 Ibid., 71 C 14.

12 Arch. dép. Aude, 71 C 9, 10, 13, 14. Les grains sont portés en setiers ; les volailles, harengs saurs, barils de sardines, d’anchois et d’arencades, oranges, capes de Béarn, couvertures, bonnets, peaux et cuirs, majouriés, filates, bastardes, en unités ; les parchemins et estrasses de parchemin en grosses ; les souliers et bas en paires ; les pelles de bois en ballons ; les cercles de pipes et les postes en charges ; les dailhes en nombre et charges (c.) ; les autres marchandises en quintaux. Pour tous les termes cf. G. Larguier, op. cit., p. 1175-1183.

13 15 décembre 1617, 56 pourceaux venant du Poitou ; 1634 : 70 pourceaux et truies, 5 troupeaux comptant 1 023 moutons au total, etc.

14 G. Larguier, op. cit., p. 587-620.

15 Sur les toiles, pour ne donner qu’un exemple : J. Bottin, « Les toiles de l’ouest français au début de l’époque moderne. Réflexions sur la configuration d’un espace productif », Annales de Bretagne, 2000, t. 107, no 2, p. 15-27 ; H. Casado Alonso, « Le commerce des « marchandises de Bretagne » avec l’Espagne au début du xvie siècle », Annales de Bretagne, 2000, t. 107, no 2, p. 29-40.

16 G. Larguier, « Narbonne et la voie méditerranéenne du pastel, xve-xviie siècle », A. M., t. 110, avril-juin 1998, p. 149-167.

17 Arch. dép. Aude, 71 C 8, 16 décembre 1606. 17 C 13, 8 août 1634, une caisse de livres en latin expédiée par un marchand de Limoux.

18 Ibid., 71 C 27, 36.

19 M. Taurinya, op. cit., p. 37-44 ; E. SERRA I PUIG, « Le Roussillon et la Généralité de Catalogne aux xvie et xviie siècles : les visites de la Diputatio, 1590-1626 », Le Roussillon de la Marca Hispanica aux Pyrénées-Orientales (viiie-xxe siècle), Bulletin SASL, 103e volume, 1996, p. 39-61.

20 Arch. dép. Aude, 71 C 19.

21 M. Taurinya, op. cit., p. 46.

22 G. Larguier, « Argent et frontière. Espèces et circulation monétaire en Narbonnais dans la première moitié du xviie siècle », L’argent dans la France méridionale à l’époque moderne, Montpellier, 1996, p. 33-55.

23 1642 : 49 560,5 setiers de blé dont 19 623 pour Barcelone, 1 620 setiers d’autres céréales panifiables, 5 935 setiers d’avoine ; 1643 : 38 012 setiers de blé, 258 setiers de céréales panifiables, 9 659 setiers d’avoine.

24 Arch. dép. Aude, 71 C 25.

25 Ibid., 71 C 9, 27 septembre 1617, 12 Auvergnats portent avec leurs grandes scies 4 capes de Béarn, des burats de montagne, des nappes et des serviettes fines, de la toile, 4 petits écritoires.

26 Ibid., 71 C 8, 11, 13. Domenge Delpey fait ses déclarations les 26, 29 août, 9, 30 septembre, 1er, 27 novembre, 22 décembre ; Michel Caminade les 31 janvier, 18 mars, 8 août, 18 septembre, 20 octobre, 15 décembre. Son serviteur porte de 15 à 50 livres, soit de 6,3 à 21 kg (230 livres au total, 96,6 kg). Michel Caminade n’est pas le seul parisien à trafiquer vers l’Espagne. Il y en a d’autres, avec une monture : Victor Buffet (5 mai 1625), avec un âne ; Olivier Buffet (12 mai 1625), avec des dentelles, des toiles fines de Bretagne, du fil, 0,25 ql de dentelles de Lorraine, 0,85 ql de toiles de Laval, 1,60 ql de mercerie (3 novembre 1633) ; Étienne Chevillard : mercerie, toile fine (18 janvier 1633), 2 balles de marchandises mêlées, 3,60 qx (17 juillet 1633), le 14 octobre 1634 il charge sur la barque d’un patron de Mataró 3,5 qx de mercerie. D’autres encore : 28 mai 1634, etc.

27 31 septembre 1618.

28 14 décembre 1634, un Perpignanais et 5 de ses compagnons...

29 Arch. dép. Aude, 71 C 8.

30 Ibid., 9 décembre 1606, un voiturier de Carcassonne.

31 Ibid., 71 C 9.

32 Il se portait caution, également, pour divers trafiquants : le 6 octobre 1617 pour un Forézien de Saint-Étienne et ses deux chevaux (celui-ci ne les ramenant pas, il doit régler les droits de douane).

33 G. Larguier, op. cit., p. 646-648.

34 M. Taurinya, op. cit., p. 46.

35 G. Larguier, op. cit., p. 956-958. Expéditions par mer : Arch. dép. Aude, 71 C 13. 1634 : début juillet, 8 août, 12, 18 septembre, 31 octobre ; 1635 : 2 avril, 28 avril.

36 Jaume Pujade (un parent de Vincent Pujade qui traitait avec Gaspard Laugier ?) passe par terre des quantités importantes de marchandises - pour le compte de la société nîmoise ? Il est un des seuls transporteurs à utiliser des charrettes. 1633 : 13 septembre, 10 décembre, 3, 15 janvier, 2 février, et, on l’a vu, 1er juin 1635.

Notes de fin

1 Recette de l’ensemble des bureaux (Narbonne et bureaux particuliers).

2 Les bureaux de Quillan et de Caudiès « n’ont rien valu » au cours du second semestre à cause de la contagion.

3 Résultats du premier semestre seulement.

4 La recette du bureau général est faite à Sigean, non à Narbonne, en raison de la peste.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Droits payés en Catalogne aux bureaux proches de la frontière, 1587-1589 (en livres barcelonaises)5
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 2. Recettes du bureau de Narbonne et des passages particuliers, 1575-1592 (en livres tournois)6
Légende Note*1Note**2Note***3Note****4
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/731/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tableau 3. Mouvement saisonnier du trafic entre la Catalogne et la France (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/731/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 1. Amodiations du periatge au Consulat de mer de Perpignan, 1627-1664 (en livres barcelonnaises)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/731/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 4. Trafic en direction de la Catalogne enregistré à Narbonne (première moitié du xviie siècle)12
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/731/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/731/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende C* : marchandises déclarées par des Catalans ; F* : marchandises déclarées par des Français.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/731/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 5. Expéditions vers la Catalogne de Gaspard Laugier pour le compte d’autres marchands (1617-1618)31
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/731/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 527k

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540