Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Le crédit en Catalogne au xviie siècle : les foires de change de perpignan, 1630-1651

Texte intégral

1Les Comtés catalans situés au nord des Pyrénées se sont trouvés placés dans une situation délicate à partir de la seconde moitié du xvie siècle. Les facteurs se multiplient pour créer cette situation inconfortable : la guerre, la fin de l’expansion catalane en Méditerranée qui avait dynamisé la production textile en ouvrant des marchés, des prix et des salaires attractifs mais stérilisants, le bandolérisme, etc., additionnent leurs effets. Les régions alentour comme le Fenouillèdes ne furent pas épargnées non plus. Les Comtés furent-ils pour autant entraînés dans un déclin irréversible, perdant leurs principales productions comme le textile, le lucratif négoce d’exportation, sans pouvoir réagir car ils ne disposaient pas de prise sur les facteurs qui se conjuguaient ?

  • 1 G. Larguier, « Les échanges franco-catalans à la fin du xvie et dans la première moitié du xviie s (...)

2Il n’est pas facile de répondre de manière nuancée encore, même si l’on sait que l’effondrement de la draperie ne fut pas aussi rapide et marqué qu’on l’a dit, que d’autres activités s’étaient développées, comme la métallurgie, bien qu’elles n’aient pas eu les mêmes effets économiques et sociaux : la métallurgie, rurale, employait surtout des bûcherons pour la fabrication du charbon de bois et des spécialistes des forges issus pour une part du pays de Foix. De même, le commerce par terre et par mer était resté soutenu1. Un épisode peu connu étaie cette appréciation : l’existence de foires de change à Perpignan au cours du second tiers du xviie siècle dont on tentera d’éclairer les conditions de leur érection, leur fonctionnement, la clientèle et par là le rôle qu’elles eurent.

Création

Contexte

  • 2 Crides y edictes fets per lo excellentissim senyor don Jean Sentis bisbe de Barcelona..., précédés (...)
  • 3 112 Edt 40, testaments des consuls, 1626-1627, art. 22 : Perpignan entend obtenir sa « desunió » ; (...)
  • 4 7 janvier 1624, publié à Perpignan le 16 mars de la même année ; 17 novembre 1627, publié à Perpig (...)

3La création des foires de change est à inscrire dans la maîtrise ancienne des changes et de la banque en Catalogne, ainsi qu’au sein d’une législation fournie dont un des derniers décrets importants datait du 11 avril 16062. Faut-il la mettre en relation avec les rapports tendus entretenus alors par Perpignan et Barcelone ? Soumise à la pression du royaume contigu, Perpignan s’était engagée dans une politique de revendications afin d’obtenir des fonctions nouvelles susceptibles de pallier l’isolement et le déclin dont elle se disait victime, voire de se faire attribuer un nouveau statut. C’est ainsi qu’elle obtint le transfert du siège épiscopal jusque-là situé à Elne, sollicita sa « desunió » de Barcelone3. Les affaires n’en continuèrent pas moins entre les deux capitales. D’ailleurs, il n’y est pas fait allusion dans l’édit de création du 10 octobre 1623, ni dans les deux suivants destinés à en préciser le fonctionnement4. Seule est invoquée la nécessité de réduire le coût du crédit et les commissions prises par les intermédiaires.

4Les changes touchant à l’intérêt de l’argent, le vice-roi et capitaine général Jean Sentis, par ailleurs évêque de Barcelone, tint à souligner en préambule qu’il avait pris le conseil de personnes éclairées ainsi que d’« alguns theolechs y graves doctors per descarrech de sa conciencia ». L’édit, avançait-il, se justifiait par la réglementation des changes récemment donnée à Gênes et la nécessité de suivre en matière commerciale et cambiaire ce qui se pratiquait aux foires de Plaisance, Novi, Lyon, des royaumes de Castille, Valence et Aragon. La vocation de Perpignan ne serait cependant pas de rivaliser avec ces places financières de rang international, puisqu’il serait interdit de négocier avec elles (1, art. 2).

Réglementation

  • 5 On se reportera aux études classiques sur les lettres de change : R. De Roover, L’évolution de la (...)
  • 6 Le troisième édit du 16 décembre 1627 a pour seul objet de retarder le début de chaque foire d’un (...)

5Classiquement, les édits réglementent les dates, le déroulement des foires, les procédures des opérateurs, le tarif des rémunérations des intermédiaires, les obligations des contractants ainsi que les espèces utilisées5. Perpignan aura quatre foires consacrées uniquement au change, de huit jours chacune, des Rois, de Pâques, d’Août, de Toussaint (1, art. 5), ouvertes respectivement les 2 janvier, 2 avril, 2 juillet, 2 octobre6. Seul le change d’une foire à l’autre serait autorisé. Les deux premiers jours seraient consacrés aux acceptations, les suivants aux paiements. Les protêts interviendraient à leur issue.

6Le taux d’intérêt d’une foire à l’autre, fonction du marché, ne pourrait être supérieur à 2,5 %, comme aux foires de Novi, soit 10 % l’an (1, art. 6), une rémunération correcte pour un crédit à court terme, double en principe – hors les frais – de ce que rapportaient les rentes constituées. Le tarif des différents services était également fixé : les courtiers auraient 0,05 % du montant des lettres de 100 livres, 0,01 % de celles de 1 000 livres (1, art. 10) ; les intermédiaires chargés d’effectuer les écritures, d’encaisser l’argent à Perpignan, toucheraient 6 deniers pour 100 livres, 5 sols quand les lettres atteindrait 1 000 livres. Deux sols barcelonais iraient aux frais d’expédition des protêts, pris sur le 1 % du montant des lettres protestées.

  • 7 G. Larguier, « Argent et frontière. Espèces et circulation monétaire en Narbonnais dans la premièr (...)

7Les banquiers ou leurs mandants, solidairement responsables de leurs actes, seraient en possession de procurations en bonne et due forme ainsi que de leurs livres afin d’inscrire les acceptations, mentionnées sur une ligne à part comportant la signature ou une marque de la main du débiteur. Les échéances intervenant à jours fixes, et les porteurs des lettres de traites ayant l’obligation de les présenter le jour de l’échéance, les acceptations devraient être obligatoirement reçues vingt-quatre heures après leur notification. De même, avant d’en venir aux protêts, les banquiers seraient habilités à demander si quelqu’un désirait se substituer au débiteur – il s’agit de l’acceptation par intervention. Enfin, les acceptations reçues, les banquiers procèderaient à la compensation des traites afin de faciliter les paiements et de limiter la manipulation des espèces métalliques. Dans un premier temps il fut interdit de se libérer avec des espèces de qualité inférieure à celles reçues, afin d’empêcher la fuite des bonnes monnaies, considérable alors à partir du Roussillon (1, art. 4)7. Le second édit imposa l’usage exclusif de la livre barcelonaise ; ce qui, en dehors de la prévention des risques de spéculation, présentait l’avantage de réduire le nombre de protêts pour refus d’acceptation (2, art. 6).

  • 8 R. De Roover, op. cit., p. 72.

8Disposition fondamentale : les lettres, assorties de la mention du lieu et de la date d’émission, serviraient uniquement d’une foire à l’autre sous peine de nullité, à moins de les renvoyer vers Barcelone chargées de l’intérêt qui y avait cours ; en d’autres termes, il ne pourrait y avoir de dépôt de foire en foire. Dans la forme, les édits respectaient la décrétale de Pie V condamnant tout change assorti d’un « intérêt fixe et déterminé »8. En fait, l’intérêt de foire en foire sera fixé invariablement à 2,5 %, mais la forme respectée, puisque les jurisconsultes considéraient licite le cours fixé par les autorités des foires.

9On l’a compris, ce type de foires n’aurait pu être institué ni fonctionner aussi facilement si Perpignan n’avait été dotée depuis longtemps d’un Consulat de mer puisque toutes les opérations devaient s’effectuer à la Loge de mer. Les deux consuls de mer (un donzell, un mercader), avec leurs conseillers (deux bourgeois, un cavaller, six mercaders), institués juges des foires, proclamaient leur ouverture, les taux du change et des protêts, les faisaient publier en ville par « cri public », constataient la clôture des acceptations puis des paiements.

Les protêts seuls indicateurs de l’importance des foires

  • 9 112 Edt 41, 1628-29, art. 1, 2, 3 : interdiction d’entrer dans le pays prise contre les segadors f (...)
  • 10 13 Bp 91, 97, 101, 107. Le registre couvrant la période 1641-1645 manque.

10Une fois instituées, quand les foires commencèrent-elles à fonctionner ? Pas immédiatement après le premier édit, ni semble-t-il le troisième. La peste, déjà déclarée en Languedoc, dut être dissuasive9. En dehors des édits de création, les sources à disposition se limitent aux registres où l’on inscrivait les procès-verbaux d’ouverture et de clôture des foires, de fixation des taux de change et du coût des protêts ainsi que la mention succincte des lettres protestées10. Le premier s’ouvre pour la foire des Rois de 1630. Nous ne connaissons donc les foires de Perpignan que par défaut, sans que l’on sache toujours précisément si l’on a affaire à des protêts par refus d’acceptation ou par défaut de provision. De plus, ces derniers ne nous renseignent ni sur le nombre des lettres présentées à l’acceptation, ni sur le volume des crédits consentis. Les protêts dressés reflètent-ils correctement le mouvement des affaires ainsi que la clientèle intéressée par ce type de crédit ? Il est difficile de le savoir.

11Les protêts concernent principalement les lettres émises dans le Principat. Les registres comportent également en fin de volume des protêts de traites émises dans les Comtés dont les donneurs et les bénéficiaires résidaient en Roussillon. Leur nombre est loin d’être négligeable puisqu’ils représentent 18,4 % des protêts des lettres émises dans le Principat entre 1630 et 1639. Leur montant, malheureusement, n’est quasiment jamais indiqué. Est-ce à dire que deux marchés fonctionnaient parallèlement, le premier du Principat, qui se conformait à la lettre des dispositions des édits, le second, des Comtés, moins respectueux de la réglementation édictée ? Nombre de protêts concernent en effet des prêts entre personnes du même lieu, Perpignan ou les localités voisines, ce qui annulait la distancia loci et pouvait être assimilé à un change sec. Au-delà des difficultés qu’elles soulèvent – ces lettres sont souvent émises pour servir de preuve à des prêts antérieurs non remboursés – elles présentent l’intérêt d’attirer l’attention sur l’aptitude à employer les lettres de change et la pratique généralisée dans le public des prêts à court terme.

Fonctionnement et activité

Types d’intervenants et de lettres de change

  • 11 F. Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme, xve-xviiie siècle, Paris, 1979, t. 2, Les jeux (...)

12Les foires de Perpignan étaient l’affaire d’un nombre réduit d’individus, de professionnels, facteurs de négociants ou de banquiers barcelonais, comme dans les foires les plus importantes11. Les protêts des lettres tirées dans le Principat furent le fait d’une douzaine d’intervenants, pas davantage ; au premier rang desquels se trouvaient Francès Masdeu i Canyet, bourgeois honoré de Barcelone, cité à chaque foire pour plus de la moitié des protêts, Jérôme Perarnau, Augustin et Jérôme Nouell, négociants de Barcelone, Jacques Garbi et Jacques Compta de Perpignan, etc. Les marchands et banquiers de Barcelone, bien sûr, ne faisaient pas le voyage de Perpignan, confiaient les traites à des procureurs, toujours les mêmes, dont plusieurs au début venaient de Barcelone, comme Jacques Carbonell. Rapidement, les banquiers préférèrent utiliser les services de correspondants locaux : Francès Masdeu i Canyet employait Jacques Badaula et Joseph Seguer, Raphaël Matali François Desclaux, Augustin Nouell Jacques Garbi et Michel Massat, Jérôme Peranau Joseph Mateu, etc. Certains comme le mercader Michel Massat protestaient des lettres au nom de plusieurs marchands, en l’occurrence Jérôme Perarnau, Jérôme Nouell, Jacques Garbi.

  • 12 Quelques uns d’entre eux sont conservés dans les registres. Les formulaires sont en latin, les pro (...)

13Pour les protêts, les mandataires complétaient des formulaires au nom de Blaise Canta, notaire du Consulat de mer, reportés brièvement sur le registre ouvert à cet effet, sans reproduire les longues formules juridiques des imprimés12. Les foires n’auraient pu fonctionner si un marché du crédit n’avait existé préalablement. Elles lui offrirent un cadre réglementaire qui en facilita le fonctionnement. Les détenteurs d’argent liquide immobilisaient peu de temps leurs capitaux, courraient peu de risques puisqu’ils s’adressaient à des professionnels. Le montant des lettres protestées, premier indice significatif, se distribue à l’intérieur de bornes étroites, comparables d’une foire à l’autre pendant deux décennies. Entre 1630 et 1640, un cinquième des lettres fut inférieur à 100 livres barcelonaises, un tiers environ comprises entre 100 et 499 livres, avec un léger avantage pour la tranche 100-199 livres ; 11,9 % seulement des lettres dépassèrent 500 livres (tableau 1). Après 1646, la proportion des lettres inférieures à 200 livres augmenta sensiblement au détriment des sommes plus importantes. Des facteurs conjoncturels, on le verra, expliquent cette modification.

Tableau 1. Distribution des lettres de change protestées selon leur valeur (en %)

14a. 1630-1640

15b. 1646-1651

Tableau 2. Proportion des lettres de change protestées en fonction de leur valeur (en %)

Tableau 2. Proportion des lettres de change protestées en fonction de leur valeur (en %)
  • 13 Foire de Pâques 1630.
  • 14 974 livres 16 sols en deux lettres protestées lors de la foire des Rois 1633, etc. Autres exemples (...)

16Si l’on déduit l’intérêt que portaient les lettres, une partie significative d’entre elles valait 50, 100, 200, 500, 1 000 livres. La proportion des valeurs « rondes », rarement ajustées aux besoins précis des emprunteurs, augmente au fil du temps. Elles ne descendent plus au-dessous de 45 % des lettres protestées à partir de 1634, dépassent constamment 50 % à partir de 1646, à l’exception notable de celles qui dépassaient 1 000 livres (tableau 2). C’est un signe d’organisation du marché du crédit. Les emprunteurs prenaient parfois plusieurs lettres, afin de parvenir aux sommes dont ils avaient besoin. Les sommes rondes facilitaient le règlement des dettes. Ainsi, Jean Monet, botiger de teles, avait-il emprunté 1 420 livres le 19 janvier 1630 par l’intermédiaire de Francès Masdeu y Canyet en dix lettres de change d’une valeur comprise entre 40 et 350 livres, hors intérêt. Un veloutier, deux femmes mariées, trois veuves, avaient fourni les fonds13. À l’inverse, le procureur de Jérôme Peranau protestait à l’issue de la foire des Rois de 1631 cinq lettres de change d’un montant total de 2 486 livres d’un même donneur, Pau Ferran, un mercader de Barcelone, habitué de ce type d’opération puisque son nom figure comme créancier dans d’autres protêts14. Les détenteurs de capitaux venaient les déposer chez un banquier qui lui-même disposait d’un procureur sur la place de Perpignan.

L’activité des foires

17Les foires de Perpignan s’imposèrent dès la première année où elles purent se tenir. Certes, on les connaît seulement par le biais des incidents de paiement dont on ne sait pas s’ils furent constants tout au long de la période. L’impression, cependant, est qu’aucune ne l’emporta vraiment, ni ne connut une moindre fréquentation (tableau 3). Pâques, où se réglaient les emprunts levés au cours de l’hiver, semble seule en retrait. Les autres variations perceptibles (montant moyen des lettres plus faible aux foires des Rois, un peu plus élevé au contraire à celle des Saints entre 1630 et 1651), sont de peu d’importance au regard du fait le plus marquant : le fonctionnement régulier de ce marché du crédit, tout à fait différent de celui de la terre caractérisé par un fléchissement prononcé au cours des second et troisième trimestres de l’année, affranchi aussi des fluctuations des récoltes ou des variations des prix. Ce qui ne va pas sans soulever la question suivante : quelle fut la raison de cette régularité de métronome des foires ? À l’offre ou à la demande ? Car le taux de rémunération du crédit, constant tout au long de la période, ne peut nous donner d’indication.

Tableau 3. Nombre et valeur des lettres protestées (indice 100 : moyenne des quatre foires)

Tableau 3. Nombre et valeur des lettres protestées (indice 100 : moyenne des quatre foires)
  • 15 Pendant cinq foires donc.

18L’offre, entendons par là l’existence de capitaux disponibles, de professionnels capables de les collecter et de disposer de mandataires à Perpignan, de prêteurs tentés par des gains rapides, sûrs, garantis par une réglementation contraignante et une institution vieille de deux siècles et demi comparable au Consulat de mer de Barcelone, eut un rôle déterminant. La demande également, car les capitaux trouvèrent à s’employer constamment, malgré des situations difficiles entre 1630 et 1659. La peste, on l’a vu, rodait en Méditerranée occidentale quand les foires commencèrent à fonctionner. L’épidémie culmina en 1631 et 1632. La foire d’Août 1631 n’eut pas lieu, les affaires vaquèrent jusqu’à la Toussaint 163215. Le retour des tercios à la fin du printemps 1640 perturba gravement les foires du second semestre. Le nombre des protêts enregistrés à celle d’Août (28) fut moins du tiers de ce qui s’était traité en moyenne lors des foires précédentes. La suivante ne put se tenir. En dépit de ces vicissitudes, au nombre desquelles on n’a mentionné encore ni le déclenchement de la guerre entre les couronnes de France et d’Espagne en 1635 qui perturba gravement le commerce par terre et par mer, ni le siège de Leucate où les opérations militaires désorganisèrent gravement la vie de nombre de villages, les foires maintinrent leur activité. Faut-il voir dans la déclaration de la guerre la cause de l’augmentation des protêts lors de la foire d’Août car on en compta 176 pour un capital de 35 195 livres avec un triplement des protêts concernant les lettres d’un montant inférieur à 100 livres, un doublement de celles comprises entre 200 et 1 000 livres ? C’est possible, mais les protêts avaient été nombreux aussi à la foire des Saints de 1633 pour un montant total à peine inférieur. Le record sera atteint lors de la foire de Toussaint de l’année suivante (44 142 livres).

19Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer à priori, la guerre perturba peu le marché du crédit dans un premier temps, comme le logement des tercios dans le Principat. Pour aussi graves qu’ils aient été, avec les conséquences que l’on connaît – la Guerra dels Segadors –, le marché continua à fonctionner à peu près normalement tant que Barcelone, d’où venait la majorité des capitaux, ne fut pas directement affectée. Seule l’interruption des communications ou le manque de confiance des opérateurs le déréglèrent. L’insurrection des Segadors a certainement pesé davantage que la guerre étrangère.

Les foires, indicateur conjoncturel des Comtés et du Principat

  • 16 112 Edt 40, 41.
  • 17 112 Edt 41, 1631-1632, art. 2 ; 17 : « la present vila esta molt depoplada y hi ha moltes cases ta (...)
  • 18 13 Bp 90. Il s’agit de droits mis sur les échanges faits ou passant par les Comtés.

20D’où la nécessité de confronter les fluctuations des protêts à d’autres indicateurs. L’image renvoyée par les sources narratives, comme les Mémoires de Pere Pasqual, ou le sentiment exprimé par les consuls de Perpignan dans leurs testaments (une forme de bilan d’activité dressé à leur sortie de charge), sont très sombres16. « Cette ville est dans un état de grande pauvreté » écrivent-ils à plusieurs reprises17. Il ne saurait être question de la discuter. Ils relèvent du vécu, mais ne rendent pas compte de tout. Les baux du periatge, par exemple, les nuancent fortement18. Les enchères font preuve d’allant depuis la fin de la décennie 1620-29, signe que les postulants attendaient un trafic de marchandises soutenu, connaissent leur maximum en 1634 (9 600 livres), refluent ensuite, tout en restant très au-dessus des niveaux atteints avant 1630 (cf. graphique). La courbe des protêts présente une orientation analogue, avec un temps de retard. Les années qui précèdent ou suivent immédiatement la déclaration de guerre n’ont pas été complètement néfastes dans les Comtés sur le plan économique, en dépit du retournement de la conjoncture en Europe au cours de la décennie 1620-1629. La décennie suivante est plus contrastée. Le trafic des marchandises reste soutenu, mais les foires de change peinent à se rétablir. Elles connaissent une première alerte au second semestre 1648, reprennent quelques couleurs ensuite, puis chutent lourdement lors de la foire de Pâques 1651. Elles se rétabliront. Les consuls et les conseillers continueront à proclamer l’ouverture des foires, comme rituellement, jusqu’en 1679, mais les seuls protêts enregistrés concerneront des lettres émises dans les Comtés.

Amodiation du periatge et montant des lettres protestées

Amodiation du periatge et montant des lettres protestées

Créanciers et débiteurs

21Bien qu’elles aient peu marqué la vie urbaine en raison du petit nombre de personnes concernées directement et cantonné leurs activités à un seul type de crédit, contrairement aux principales places de change, les foires de change de Perpignan ne furent pas sans importance. Atteindre annuellement un montant de lettres protestées égal ou supérieur à 80 000 livres barcelonaises, sans compter celles des Comtés sur lesquelles on n’est pas renseigné, suppose des flux financiers réguliers, de l’ordre de plusieurs millions de livres barcelonaises, à l’intérieur de la Catalogne.

22D’ailleurs, ce marché du crédit intéressait une clientèle plus large qu’on ne le soupçonne au premier abord : des Languedociens venaient lever des fonds en pays catalan, comme Jean Massia receveur des tailles du diocèse de Narbonne. Lors de la foire des Saints 1634, un protêt de 1 025 livres le concerne (prêt de 1 000 livres). Trois autres lettres sont protestées lors de la foire suivante – 400, 846 et 2 000 livres –, seize à la foire de Pâques 1635 (7 300 livres empruntées). Trois le seront à la foire d’Août 1637 à propos de fonds levés à Barcelone en 1634 (1 325 livres), une encore à Pâques 1638 (1 000 livres). Sans la déclaration de guerre il est probable que nous n’aurions rien su de ces emprunts. La création des foires de change à Perpignan a-t-elle facilité les opérations du financier languedocien ? On aimerait disposer d’informations sur ce point.

Dans le Principat

  • 19 M. Berthe éd., Endettement paysan et crédit rural dans l’Europe médiévale et moderne. XVIIe journé (...)

23Autant que le nombre de protêts qu’ils recèlent, considérable, et que les flux financiers dont ils constituent la trace, un des aspects les plus intéressants des listes consignées dans les registres du Consulat de mer est de donner à voir combien l’usage des lettres de change comme instrument de crédit était répandu dans le public en Catalogne. Notre connaissance du crédit provient habituellement de deux sources principales : les ventes de biens immobiliers à pacte de gràcia, les rentes constituées19. La comparaison des protêts des lettres issues du Principat et des Comtés pourrait laisser penser que le marché du crédit à court terme présenterait des caractères différents de part et d’autre des Pyrénées. Les protêts dressés au terme des huit jours de foire concernent en effet uniquement des lettres émises dans le Principat ; à Barcelone, mais aussi à Gérone, Vic, Manresa, Tarragone, etc., car les courtiers barcelonais collectaient des fonds hors de Barcelone, toujours à partir de villes, même si la clientèle rurale n’était pas négligeable.

24Les lettres émises hors de Barcelone – de l’ordre de 10 % environ – se situaient majoritairement dans les catégories inférieures à 200 livres. Des villes comme Gérone, Vic, Manresa ou Tarragone jouaient le rôle de centres secondaires de collecte des capitaux disponibles. Les marchands, les botigers de teles, les mangonniers, les notaires, les blanchers à Gérone, les artisans issus principalement du textile comme les veloutiers, les pareurs, les tailleurs d’habits, apportaient la majorité des capitaux. Des pagès aussi, ainsi que des ecclésiastiques, un imprimeur, un chirurgien de Puigcerdà, etc. Les banquiers ne dédaignaient pas non plus d’engager quelques fonds. Il existait manifestement des spécialistes de ce type de placement, marchands ou notaires. Des femmes, des exécuteurs testamentaires chargés d’administrer des successions ou le patrimoine d’enfants mineurs, faisaient aussi travailler l’argent liquide dont ils disposaient. Plusieurs protêts mentionnent expressément des prêts manuels. Dans ce cas, l’émission de la lettre de change, postérieure, puis le protêt, servaient de preuve au créancier, probablement avec l’accord du débiteur.

  • 20 Excepté quelques individus comme Jérôme Llopart, trafiquant que l’on retrouve de l’autre côté de l (...)
  • 21 Foire d’Août 1631.

25Les bénéficiaires des prêts appartenaient approximativement aux mêmes milieux que les donneurs, avec des nuances toutefois qui signalent l’orientation des flux financiers. L’aire de distribution des crédits paraît plus étendue au premier abord que la collecte des capitaux. C’est partiellement le fruit d’une illusion d’optique, les lieux d’émission des lettres étant notés plus précisément que le domicile des donneurs, mais correspond à une réalité : les bourgs du Llobragat, de la Selva, de la côte entre Roses et Mataró, utilisaient couramment ces traites à 90 jours. Les négociants empruntaient relativement peu sur ce marché, sauf les marchands de petites villes comme Olot20. Les marchands de tissus, les courtiers, les artisans, davantage. Le monde de l’artisanat maniait beaucoup le crédit, notamment entre gens du même métier. Les propriétaires fonciers – les pagès – empruntaient également beaucoup, mais des sommes relativement modestes dans l’ensemble. À l’occasion, on voit intervenir des personnalités promises à une grande réputation. Pau Claris, chanoine de la Seu de Urgel, sert de procureur à un tanneur de Obiana et à un habitant de Pallacols en Urgel, débiteurs respectivement de 350 et 300 livres à l’égard de Francès Claris21. Vu à travers ce type de crédit, les flux financiers des villes vers les campagnes n’étaient pas considérables.

Dans les Comtés

  • 22 Les protêts, rédigés en latin, emploient le plus souvent le terme agricola, mais aussi celui de br (...)

26Les protêts des traites intéressant les Comtés livrent une image très différente. Deux tiers des prêteurs résidaient dans les villages et les bourgs, un tiers seulement à Perpignan. Les citadins recevaient ainsi davantage des ruraux qu’ils ne leur octroyaient (tableau 4). L’origine des parties renforce cette impression, surtout si l’on met à part les prêts entre villageois. Les localités contributrices nettes de Perpignan l’emportent de beaucoup sur celles qui recevaient. 53 % des créanciers des villages étaient des paysans, pagès ou brassiers22. Les femmes tenaient une place avantageuse dans ce crédit à court terme – 28 % des créanciers. La circulation monétaire dans les campagnes était plus importante qu’on ne l’a souvent affirmé, la maîtrise de la lettre de change plus répandue qu’on ne l’imagine en milieu rural, dès la première moitié du xviie siècle.

27Les principaux consommateurs de crédit, on l’a compris, se recrutaient à Perpignan, dans le monde du commerce – marchands, négociants, botigers de toiles et de draps –, chez les artisans du textile, les cordonniers, les jardiniers. Une part des prêts s’effectuait entre gens du même métier ou d’un niveau social équivalent, entre citadins donc. Le nombre d’artisans du textile concernés par les protêts apporte une lumière crue sur la fragilité de ce secteur. La campagne contribuait ainsi au financement du négoce, des marchands de tissus approvisionnés en marchandises venues par le Languedoc, obligés de payer comptant à la livraison alors que leurs clients réglaient souvent avec retard.

28Dans les Comtés comme dans le Principat, par contre, il convient de le relever, la noblesse intervenait peu, de même que les bourgeois honorés ou les professionnels de la justice. Certes, des nobles apparaissent de temps à autre pour des prêts consentis à d’autres membres du second ordre, à un baille, à un paysan. La nature de notre source contribue peut-être à faire ce type de remarque, car les protêts pour défaut de paiement devaient être moins fréquents dans ces catégories aisées que chez les marchands, les boutiquiers, les artisans. Elles paraissent néanmoins avoir peu pratiqué ce type de crédit.

Tableau 4. Créanciers et débiteurs dans les Comtés, 1630-1640

Tableau 4. Créanciers et débiteurs dans les Comtés, 1630-1640

Des femmes actives sur le marché du crédit à court terme

29Une place à part est à réserver aux femmes. On insiste souvent sur leur incapacité à négocier des lettres de change. Elles participaient activement au marché du crédit en Catalogne, dans le Principat comme dans les Comtés. Trait commun des deux côtés des Pyrénées, elles se plaçaient quasiment toutes parmi les donneurs. Dans le Principat, elles constituent 14 % des créanciers environ, fournissent de 11 à 12 % des sommes prêtées à 90 jours. La proportion est double dans les Comtés, on l’a vu, peut-être accentuée par notre source. Dans l’ensemble, elles avançaient des sommes un peu inférieures à celles que fournissaient les hommes, surtout dans les centres secondaires : le plus souvent moins de 200 livres, mais parfois davantage, jusqu’à 1 000 et plus.

  • 23 Pâques 1631, Elisabeth Oliviera avait prêté 1 000 livres, etc.
  • 24 Anna Coste, Rois 1630 : 185 livres 11 sols 7 deniers, Pâques 1631 : 169 livres 13 sols 7 deniers ; (...)

30Le portrait de ces femmes n’est pas difficile à dresser. Il s’agissait de veuves pour les trois quarts d’entre elles dans le Principat, les quatre cinquièmes dans les Comtés, proportion qu’on peut affiner encore car les femmes dont les maris vivaient habitaient quasiment toutes à Barcelone ou à Perpignan. Ces dernières, on l’imagine aisément, prêtaient les plus fortes sommes23. En leur sein, on aperçoit des habituées qui plaçaient l’argent liquide dont elles disposaient24. La proportion largement supérieure des femmes des Comtés à figurer dans les listes de protêts s’explique par le fait que les épouses de bourgeois, de notaires, de marchands, etc., prêtaient à leur mari et souhaitaient en conserver une preuve. Usufruitières désignées par testament des biens de leurs maris décédés, attentives à employer l’argent de leur dot ou de l’augment prévu dans leur contrat de mariage, les femmes ne dédaignaient pas ce type de placement.

31Détail à relever, qui nous révèle des relations à l’intérieur de la ville sur lesquelles nous sommes rarement renseignés : les veuves avançaient de l’argent aux étudiants. Par elles, on aperçoit un dernier aspect intéressant du crédit à court terme : celui pratiqué à l’intérieur des familles. Une mère, une épouse, un père, un oncle ou une tante, prêtaient à un fils, un gendre, un neveu, un parent. Les protêts portant sur des lettres de cette nature représentent 10 % de ceux qui furent enregistrés entre 1630 et 1639.

Conclusions

32Les foires de Perpignan donnent ainsi à voir un aspect insuffisamment mis en relief du crédit pratiqué, la technique employée laissant peu de traces dans la documentation utilisée habituellement. Elles confirment l’importance du crédit dans la société catalane, toutes catégories sociales confondues, de la ville comme de la campagne. En dépit des turbulences de la période, elles prennent aussitôt leur essor. Les édits de création réglementaient des pratiques plus qu’elles ne tendaient à leur ouvrir la voie : la lettre de change s’employait couramment comme instrument de crédit, soit à titre « primaire », de prêt consécutif à un dépôt effectué chez un banquier, soit à titre « secondaire » comme preuve d’un prêt manuel antérieur, ce qui est le cas pour nombre de lettres émises dans les Comtés. Au-delà des informations précieuses qu’elles nous livrent sur la manière dont les mondes du négoce et de l’artisanat finançaient leurs activités, les foires de Perpignan révèlent une maîtrise remarquable des effets de commerce par la société catalane, très supérieure à ce que l’on observe dans le Languedoc voisin, ainsi que l’existence de canaux de collecte des fonds disponibles par des professionnels de Barcelone. De Lerida aux rives de la Méditerranée, à Barcelone, à Puigcerda ou à Prats-de-Mollo en haut Vallespir, le maniement du crédit, garanti par de solides institutions et des règlements précis, constituait un puissant unificateur de la société catalane.

  • 25 G. Larguier, Le drap et le grain..., op. cit., p. 951-956.
  • 26 J. H. Elliott, Olivares, Paris, 1992.

33Cette aisance technique, l’importance des flux financiers comme l’abondance de la monnaie métallique en circulation, permettent de mieux comprendre l’attrait exercé par la Catalogne sur les populations situées plus au nord, y compris sur un financier comme Jean Massia, gros emprunteur avant 1635, les rencontres contemporaines à Narbonne des marchands languedociens destinées à la clôture de leurs comptes – une manière d’organiser la compensation de leurs traites25 –, voire l’attitude d’Olivares, persuadé de la richesse de la Catalogne, ce que le volume des capitaux mobilisés à court terme pouvait lui faire accroire26. La place tenue pas les ruraux et par les femmes doit être soulignée. Si la position de Barcelone est très forte comme intermédiaire entre l’offre et la demande d’argent immédiatement disponible, les flux financiers ne sont pas à sens unique. Les ruraux et les habitants des petites villes effectuent également des placements, que ce soit dans le Principat ou dans les Comtés.

  • 27 Ibid., p. 478.

34Quelle signification doit-on attribuer aux foires de change de Perpignan ? Lorsqu’elles s’ouvrent, l’Espagne est en pleine tourmente. « Le royaume est dans un tel état de nécessité et tellement à court de monnaie que personne ne paie, même pas les riches. Aucune lettre de crédit n’est acceptée et dans certaines régions ils en sont réduits au troc faute de pièces de monnaie », écrivait un ministre en 162927. Contrairement à un sentiment répandu alors, Perpignan tirait-elle avantage de sa position périphérique par rapport au royaume ? La conjoncture venait de se retourner, les foires de change paraissaient amorcer leur déclin, obsolètes par rapport aux places comme Amsterdam où le change se pratiquait en continu. Enserrées dans une réglementation rigoureuse qui empêchait l’endossement, les foires de Perpignan paraissent comme décalées : un rouage original placé sur les marges d’un royaume asphyxié par le manque de monnaies et de crédit, créé quand il achève sa course ailleurs, qui rencontre un réel succès, peut-être en raison de la médiocrité de la conjoncture. Succès temporaire cependant, auquel met fin le siège de Barcelone, puis la « desunió » forcée du Principat et des Comtés.

Notes

1 G. Larguier, « Les échanges franco-catalans à la fin du xvie et dans la première moitié du xviie siècle », dans Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées, Toulouse, FRAMESPA, 2005, p. 523-543 ; História, Política i Cultura dels Països catalans, vol. : Crisi institucional i canvi social, segles xvi, xvii, Barcelone, Enciclopèdia catalana, 1997.

2 Crides y edictes fets per lo excellentissim senyor don Jean Sentis bisbe de Barcelona..., précédés de Llibre de privilegis, usos, stils y ordinacions del consulat de mar de la fidelissima vila de Perpignan, Perpinyà, 1651 ; E. Badosa i Coll, « Lletres de canvi entre Barcelona i les fires de Perpinyà a la Guerra dels Segadors », Circulation des marchandises..., op. cit., p. 545-563.

3 112 Edt 40, testaments des consuls, 1626-1627, art. 22 : Perpignan entend obtenir sa « desunió » ; 112 Edt 41, 1628-1629, art. 3 : décision à la suite du conseil général du 19 janvier 1629 de recourir à la Mà armada contre Barcelone ; 1629-1630, art. 6.

4 7 janvier 1624, publié à Perpignan le 16 mars de la même année ; 17 novembre 1627, publié à Perpignan le 16 décembre.

5 On se reportera aux études classiques sur les lettres de change : R. De Roover, L’évolution de la lettre de change, xive-xviiie siècle, Paris, 1953 ; H. Van Der Wee (dir.), La banque en Occident, Paris, 1992.

6 Le troisième édit du 16 décembre 1627 a pour seul objet de retarder le début de chaque foire d’un mois afin qu’elles coïncident avec les foires d’Italie.

7 G. Larguier, « Argent et frontière. Espèces et circulation monétaire en Narbonnais dans la première moitié du xviie siècle », L’argent dans la France méridionale à l’époque moderne, Montpellier, 1996, p. 33-55.

8 R. De Roover, op. cit., p. 72.

9 112 Edt 41, 1628-29, art. 1, 2, 3 : interdiction d’entrer dans le pays prise contre les segadors francesos, d’aborder à Canet et à Collioure contre les Français.

10 13 Bp 91, 97, 101, 107. Le registre couvrant la période 1641-1645 manque.

11 F. Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme, xve-xviiie siècle, Paris, 1979, t. 2, Les jeux de l’échange, p. 72.

12 Quelques uns d’entre eux sont conservés dans les registres. Les formulaires sont en latin, les protêts des lettres du Principat en catalan, les autres en latin.

13 Foire de Pâques 1630.

14 974 livres 16 sols en deux lettres protestées lors de la foire des Rois 1633, etc. Autres exemples : Salvador Xunguera créancier de 1 720 livres en huit lettres (foire de Pâques 1631) ; Michel Aixada, notaire de Barcelone, qui avait engagé 2 030 livres partagées en six lettres de valeurs inégales, etc.

15 Pendant cinq foires donc.

16 112 Edt 40, 41.

17 112 Edt 41, 1631-1632, art. 2 ; 17 : « la present vila esta molt depoplada y hi ha moltes cases tancades » ; 1636-1637, art. 3 : « la miserabla vila nostra » ; 1643-44, « grand pobrera de la vila », etc.

18 13 Bp 90. Il s’agit de droits mis sur les échanges faits ou passant par les Comtés.

19 M. Berthe éd., Endettement paysan et crédit rural dans l’Europe médiévale et moderne. XVIIe journées internationales d’histoire de Flaran, 1995.

20 Excepté quelques individus comme Jérôme Llopart, trafiquant que l’on retrouve de l’autre côté de la frontière, en Languedoc, actif dans le commerce du blé, G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc, Narbonne et Narbonnais (1300-1789), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2e éd., 1999, p. 850.

21 Foire d’Août 1631.

22 Les protêts, rédigés en latin, emploient le plus souvent le terme agricola, mais aussi celui de brasserius.

23 Pâques 1631, Elisabeth Oliviera avait prêté 1 000 livres, etc.

24 Anna Coste, Rois 1630 : 185 livres 11 sols 7 deniers, Pâques 1631 : 169 livres 13 sols 7 deniers ; Anne-Marie Ribes, Rois 1630 : 51 livres 5 sols, Août 1630 : 184 livres 10 sols, etc. ; Izabel de Boxades y Rocaberti...

25 G. Larguier, Le drap et le grain..., op. cit., p. 951-956.

26 J. H. Elliott, Olivares, Paris, 1992.

27 Ibid., p. 478.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/730/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau 2. Proportion des lettres de change protestées en fonction de leur valeur (en %)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/730/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 3. Nombre et valeur des lettres protestées (indice 100 : moyenne des quatre foires)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/730/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Amodiation du periatge et montant des lettres protestées
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/730/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Tableau 4. Créanciers et débiteurs dans les Comtés, 1630-1640
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/730/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/730/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540