Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Herbe et prairies artificielles en Roussillon xvie-xviiie siècle

Texte intégral

  • 1 La province du Roussillon comportait trois vigueries : Roussillon-Vallespir, Conflent-Capcir, Cerd (...)
  • 2 J. B. F. Carrere, Voyage pittoresque de la France avec la description de toutes ses provinces. Pro (...)

1Revenant de La Junquera sur la frontière des Pyrénées au mois de juillet 1787 et regagnant le Languedoc, Arthur Young observa en Roussillon un grand nombre de parcelles de luzerne, de prairies artificielles, de cultures pratiquées après les moissons comme les haricots, synonymes pour lui d’une agriculture avancée. Cette observation prit un relief supplémentaire ensuite car il ne retrouva rien de semblable dans le Languedoc méditerranéen. Arthur Young assigne un cadre géographique ainsi qu’un moment précis : la plaine étroite située entre mer et montagne où à partir de 1 000 mètres l’herbe était naturellement abondante, la fin du xviiie siècle où les nouveautés ainsi que les prairies artificielles commençaient à se répandre dans les campagnes1. Ce paysage était-il récent, car le Roussillon disposait alors d’une société d’agriculture, de personnalités attentives aux nouveautés, favorables aux expérimentations, ou existait-il antérieurement ? Une réflexion du docteur Carrere dans sa Description du Roussillon parue la même année le donnerait à penser. Cette plaine, écrit-il, « manque naturellement de pâturages [...], on y trouve très peu de prairies, on commence cependant depuis quelque temps à y faire des prairies artificielles, la culture du sainfoin, du trèfle et de la luzerne y a déjà pris une certaine faveur »2.

  • 3 « Des routes misérables de la Catalogne, œuvre de la nature, en quelque sorte, vous arrivez sur un (...)
  • 4 G. Larguier, « Espace agricole, structures foncières et bétail en Roussillon d’après un dénombreme (...)

2Donner une réponse assurée, passer des réflexions du voyageur attentif à une évaluation précise des superficies en herbe n’est pas chose aisée car on ne dispose pas en Roussillon de dénombrement avant le premier quart du xviiie siècle ou de documents comparables aux compoix languedociens. Les premiers dénombrements entrepris eurent pour fonction de dresser un état des lieux en vue d’établir une fiscalité sur la province, de déterminer les superficies cultivées, la nature et l’importance des récoltes, du bétail entretenu. Avantage de l’État – dont Arthur Young utilisateur des magnifiques routes qu’il emprunte se fait le laudateur presque à son corps défendant3 – capable d’obtenir des informations à partir desquelles on peut dresser une carte de l’espace cultivé, impossible à réaliser au même moment dans le Languedoc voisin pourtant doté de compoix depuis le xive siècle4.

  • 5 G. Larguier, « Une institution originale : les surposés de l’horte et la police champêtre en Rouss (...)

3Source tardive, que l’on peut compléter par les estimes des experts assermentés habilités à évaluer les dommages subis par les récoltes et les biens fonciers. Nombre de communautés, Perpignan notamment en raison du privilège de ses habitants de pouvoir faire intervenir les sobreposats de la horta partout où ils étaient propriétaires5, disposaient en effet d’experts désignés par les conseils municipaux. Le détail des estimes réalisées sur place donne des indications intéressantes sur la localisation et la superficie des parcelles en herbe et des prairies artificielles, leurs propriétaires, parfois les animaux qui y pénètrent indûment. Cela autorise à tenter d’évaluer, très classiquement, l’étendue de l’herbe en Roussillon, de déterminer ses propriétaires, d’entrevoir sa fonction dans le système agraire, très différente de ce qu’elle est en montagne.

L’herbe en Roussillon au xviiie siècle d’après les dénombrements

  • 6 1 C 1081 pour la viguerie du Roussillon-Vallespir ; 1 C 1912-2041 pour celle du Conflent-Capcir ; (...)
  • 7 1 C 1081 : « sur les déclarations faites par chaque habitant propriétaire ou fermier après serment (...)

4Deux dénombrements, de 1725 et de 1730, une enquête réalisée en 1775, donnent un aperçu de l’herbe en Roussillon au xviiie siècle6. Les informations qu’ils comportent ne sont pas rigoureusement identiques : les dénombrements de 1725 et de 1730 distinguent les prés et la luzerne, l’enquête de 1775 mentionne seulement des prés, mais signale les pacages rarement donnés ailleurs. Tous ces dénombrements, il convient de l’indiquer, proviennent de déclarations des propriétaires ou des exploitants, non de mesures antérieures communiquées ou d’un arpentage entrepris pour l’occasion7. Le Roussillon, à l’inverse des autres provinces du Midi, pratiquait peu la mesure des terres, y compris pour les terriers seigneuriaux. Les enquêtes, à but fiscal, ont néanmoins été réalisées avec beaucoup de soin.

  • 8 66 sur 118 (55,9 %) ; 44 uniquement des prés, 11 seulement de la luzerne, 11 des prés et de la luz (...)
  • 9 Le dénombrement de 1725 donne 2 284 arpents de prés, 341 de luzerne, soit 1,78 % de la superficie (...)

5L’herbe n’occupe qu’une place réduite : à peine plus de la moitié des communautés en déclarent8. Au total, elle couvre moins de 3 % des superficies cultivées (2,84 %), c’est-à-dire, en tenant compte des lacunes – le vaste territoire de Perpignan n’est pas documenté –, moins de 1 500 hectares, dont 200 hectares de luzerne environ, soit 15 % des superficies en herbe. Les autres types de prairies artificielles comme les lupins, le trèfle, le sainfoin, furent-ils comptabilisés dans les prés ? Il y a ambiguïté sur ce point9. L’interrogation principale est ailleurs : on n’est pas certain que toutes les parcelles ensemencées temporairement de fourrage aient été comptabilisées. Si ce n’était pas le cas cela ne modifierait cependant pas sensiblement les résultats ni le paysage agricole de la plaine.

Tableau 1. L’herbe dans la viguerie du Roussillon-Vallespir d’après le dénombrement de 1730 (en ha)

Tableau 1. L’herbe dans la viguerie du Roussillon-Vallespir d’après le dénombrement de 1730 (en ha)

6Peu d’herbe donc, mais une géographie contrastée dont on peut rapidement donner les traits principaux (cf. carte) :

  • deux taches blanches correspondant au nord aux contreforts des Corbières, au centre à la vigoureuse dorsale comprise entre le Tech et la Têt – près de la mer la montagne est répulsive pour l’herbe, contrairement à l’intérieur –, signalent les secteurs dépourvus d’herbe ;
  • les prés se situent essentiellement au sud et vers l’intérieur ;
  • les prés et la luzerne cohabitent autour de Perpignan et près de la côte ; association qui prend un relief supplémentaire si l’on tient compte des pacages mentionnés en 1775 importants près de la mer.
  • 10 Terres à l’aspre (non arrosables) : 57,2 %, regatiu : 27,3 %, prés : 7,9 %, vignes : 3,1 %, olivet (...)

7Ces observations appellent quelques remarques. La première est qu’en pays méditerranéen plus qu’ailleurs l’herbe et l’eau vont de pair, mais ici de manière plus nuancée qu’en nombre d’endroits. Le Roussillon bénéficie de fleuves descendus des montagnes proches, correctement alimentés une bonne partie de l’année malgré leur régime contrasté. On y pratiquait l’irrigation depuis longtemps, un réseau de canaux existait, administré par des syndicats d’arrosants. La proportion des terres labourables « à l’arrosage », le regatiu, était élevée. Pour les communautés documentées dans le dénombrement de 1775, les terres irriguées représentaient 30 % environ des terres labourables, 20 % des terres cultivées ; mais 100 % en quelques secteurs privilégiés, comme dans la basse vallée de la Têt entre Ille et Perpignan ou en Conflent autour de Prades. Or, dans l’ensemble, ces communautés ne se signalent pas par une présence remarquable de l’herbe. Elne, combinant une proportion significative de superficies susceptibles d’être irriguées et des prés, faisait figure d’exception10. L’eau permettait l’éliminer la jachère, d’alterner les grains et d’autres cultures, de pratiquer une seconde récolte après les moissons. Autant de facteurs complexes qu’a perçu l’agronome anglais dont la route parcourait la zone la mieux pourvue en prés et en luzerne.

Herbe et pâturages dans la province du Roussillon en 1730 (% des terres cultivées)

Herbe et pâturages dans la province du Roussillon en 1730 (% des terres cultivées)

L’herbe aristocratique

  • 11 Prats-de-Mollo, Arles-sur-Tech, Les Bains (Amélie-les-Bains), Céret (en Vallespir) ; Le Boulou, El (...)

8L’herbe distingue les terroirs. Elle est également un élément distinctif des types de propriété ; les deux caractères allant de pair. La terre était très inégalement répartie dans la province en effet. Dans la plaine, le poids écrasant de la ville s’affaiblissait à mesure que l’on s’en éloignait, se réduisait à rien en Cerdagne. La plaine dominée par la ville et la montagne étaient donc des mondes étrangers. Le dénombrement de 1730 qui distingue les terres tenues par les forains et les habitants le montre très clairement. 70 % des superficies en herbe sont entre les mains de propriétaires non résidents – essentiellement des gens de Perpignan. Les propriétaires fonciers des communautés possèdent la majorité des vignes, une proportion moindre des olivettes, les citadins les champs irrigables, les prés, les pacages et les bois. Quelques localités seulement, à bonne distance déjà de la ville et qui s’approchent de 500 feux comme Prats-de-Mollo, Céret, Collioure, résistent à la pression citadine. Elles comptent au nombre des rares communautés où la part des prés et de la luzerne détenue par les autochtones dépasse celle des citadins11.

9Par forains et citadins il faut entendre nobles et catégories sociales relevées. Le dénombrement de 1775 conservé partiellement – 63 communautés de la viguerie du Roussillon-Vallespir soit une sur deux environ, 67 du Conflent, 27 de Cerdagne –, où les propriétaires sont classés en quatre catégories (nobles, ecclésiastiques, privilégiés, non exempts c’est-à-dire ruraux) donne approximativement la part de chacune. L’Église possédait relativement peu de chose à la réserve de bois dans le Conflent (6,4 % du sol seulement), la noblesse beaucoup plus : 41,96 % des terres déclarées, les privilégiés 17,92 %, les ruraux 33,75 %. Pour les prés, les bois et les pacages pris en compte aussi, les écarts dans la viguerie du Roussillon-Vallespir étaient encore plus importants à l’avantage de la noblesse, des ecclésiastiques et des privilégiés : les non exempts ne possédaient que 28,4 % des terres susceptibles d’être arrosées, 22,1 % des prés, 18,3 % des bois et pacages. Situation inverse en Conflent où, en dehors des bois et des pacages, les ruraux l’emportaient avec il est vrai des superficies moyennes par propriétaires très exiguës. Une répartition sociale des cultures, qui recouvre celle de la qualité des terres.

  • 12 1 C 873, Don Joseph de Çagariga : 13,2 ha de pré à Théza, Saint-Laurent-de-la-Salanque, 4,74 ha de (...)

10Les dossiers déposés à l’occasion de l’instauration du Dixième ainsi que les plaintes auprès des juges du jardinage illustrent concrètement cette répartition. Les grands propriétaires dont les biens se répartissaient dans plusieurs communautés autour de Perpignan ne possédaient des près qu’en quelques endroits, à peu près les mêmes12. On constate d’ailleurs lors des expertises que leurs parcelles en herbe, dont les dimensions n’excédaient guère un hectare, se trouvaient souvent côte à côte.

Diversité et utilisation de l’herbe à la fin du xviiie siècle

  • 13 A. Young, Voyages en France..., t. 2, p. 763.

11L’herbe est associée à l’élevage. Le Roussillon comportait effectivement beaucoup d’animaux, pas seulement dans sa partie montagneuse ; ce qui la singularisait par rapport à la plupart des régions méditerranéennes. Arthur Young l’avait aperçu : « De Bellegarde à Perpignan. De grands troupeaux de moutons, avec ou sans cornes [...]. Beaucoup de grands troupeaux. Le Roussillon est donc un grand producteur de moutons, infiniment plus que tout ce que j’ai vu en France, et, à cet égard, il ne le cède pas même au Dorsetshire »13. La diversité du bétail élevé était plus grande en fait qu’il ne le signale : des bovins, des chevaux, des ânes et des mulets, des ovins, des caprins, des porcins, sans compter la volaille. En 1730 la viguerie, le territoire de Perpignan non compris, comptait sans comprendre les volailles 206 380 têtes de bétail soit plus de 20 par feu ; en moyenne 1 cheval, âne ou mulet, 1 cochon, 4 chèvres, 13 moutons. Il y avait des densités étonnantes. À Argelès 204 feux entretenaient 6 697 animaux, dont 810 cochons qui trouvaient leur subsistance sur les pentes des Albères, possédés sauf les ovins presque entièrement par les habitants.

12Ce dernier exemple souligne le caractère de la plaine du Roussillon : un bétail nombreux, diversifié malgré des superficies en herbe et des terroirs exigus. S’ajoutaient les montures de l’armée, problème moins crucial au xviiie siècle qu’il n’avait été entre 1640 et la fin du règne de Louis XIV, explique du côté français la conduite des opérations militaires lors des guerres : passer les Pyrénées aussitôt que possible afin de nourrir les animaux, épuiser les ressources en herbe, rendre plus difficile d’éventuelles attaques hostiles des ennemis. On le voit, le Roussillon présente une situation déconcertante : il y a peu d’herbe malgré l’abondance relative de l’eau et du bétail, ce qui invite à se poser la question suivante : les déclarations des propriétaires ou des exploitants, les enquêtes donc, donnent-elle une image correcte le l’herbe en Roussillon, de sa place dans le système agraire ? On peut solliciter et confronter deux types de sources pour ce faire : les descriptions d’administrateurs et de l’agronome anglais, les rapports des experts effectués à la suite des plaintes de propriétaires.

13Les premières sont connues. Voici ce que Pierre Poeydavant, subdélégué général de l’Intendance, écrivait dans un mémoire rédigé en 1778 :

  • 14 Le Roussillon à la fin de l’Ancien Régime, Mémoire rédigé par Pierre Poeydavant, subdélégué généra (...)

« La luzerne n’est pas le seul fourrage qu’on se procure en Roussillon par le secours de l’art. Il y a aussi de l’esparcète, qui réussit assès bien dans les terreins légers et même arides, pour peu que la saison lui soit favorable. Mais il y a d’autres ressources encore plus considérables. Dès le mois d’août, les terres qui ont porté des grains et qui sont susceptibles d’arrosage, sont ensemencées de trèfle, de lupins, espèce de pois granés, et même d’orge. Les herbages qui en proviennent sont réservés, pour être mangés en verd pendant l’hiver par les troupeaux à laine ; et le trèfle, qui repousse vigoureusement au printemps, fournit en sec une récolte, dont on tire la graine pour l’année suivante et un foin commun qui nourrit le gros bétail. »14

14Arthur Young à son chapitre Rotation des cultures :

« d’Espagne à Perpignan, le 21 juillet (1787), les guérets sont labourés et ensemencés avec du millet. On n’a aucune idée de la jachère dans les endroits où l’on a de l’eau à sa disposition ; on lui substitue le trèfle, les haricots, le millet et le maïs, mais celui-ci en quantité assez faible. La culture du trèfle est très singulière : on laboure les guérets au commencement d’août, on sème le trèfle et on le herse, ou plutôt on recouvre la graine avec un morceau de bois fixé à la charrue. Ce trèfle produit, au début du printemps, une nourriture abondante et précieuse pour les moutons et les agneaux ; après quoi, on l’arrose, et, au début de mai, il donne une bonne récolte de fourrage. On laboure alors la terre, et l’on plante des haricots, du maïs ou du millet, ou tout ce qui vient à temps pour introduire le froment ; après le froment, on a une autre récolte de haricots ou de millet ; ainsi on obtient deux récoltes par an. Mais là où l’on n’a pas d’eau, on emploie la jachère, qui prépare le froment. Cependant, sur les bonnes terres, on se sert de la jachère en vue de produire du millet, des haricots ou de l’orge qu’on utilise comme fourrage. »

15au chapitre Luzerne :

  • 15 A. Young, Voyages en France..., t. 2, p. 628-629, p. 658-659 ; É. Frenay, Agriculture et subsistan (...)

« Perpignan. La luzerne, arrosée dans tous les bas-fonds. Pia. De beaucoup la culture la plus riche et la plus profitable. On la sème en abondance sur deux sortes de terre : sur les sols pauvres, secs et pierreux, qui sont arrosés, et aussi sur le riche limon épais et friable de la vallée, situé entre Pia et les montagnes calcaires du Nord ; celui-ci n’est pas irrigué. Dans tous les cas, on la sème à la volée, et sans récolte de blé. On la coupe, la première fois, à la fin d’avril, et, ensuite, si elle est arrosée, tous les quarante jours, ce qui donne cinq coupes en tout ; si la terre n’est pas irriguée, on a trois coupes à plein rendement et une quatrième coupe, inférieure. Si elle est arrosée, elle ne dure que sept ou huit ans ; sinon, elle dure vingt et même trente ans ; le fourrage qu’elle donne est préféré à tous les autres ; un miriatre rapporte six louis pour quatre coupes. Je me suis promené sur des champs de luzerne ; j’ai trouvé les récoltes admirablement propres et luxuriantes, très différentes de ce que l’on peut voir en Angleterre, mais leur taille est d’un tiers moins haute que celle de Barcelone. De Perpignan à Villefranche, on fait trois récoltes de froment après la luzerne. » 15

  • 16 12 Bp 246-251 (1741-1786) ; Perpignan, 12 Bp 151 (1780-1781), 12 Bp 153 (1786-1787), 10 Bp 173, tr (...)
  • 17 12 décembre 1753 : 134 bêtes dont 25 appartenant à Francisco Castillo, 17 au sieur de Llobet.

16Sans couvrir des étendues considérables, l’herbe était donc, comme on le supposait, davantage répandue que ne le signalaient les enquêtes. Il y en avait de plusieurs types : les pacages, les prés, les prairies artificielles, les fourrages temporaires qui n’étaient pas les moins abondants ni les moins intéressants. Les estimes rurales confirment et nuancent les propos un peu généraux de Pierre Poeydavant et de Arthur Young. Voici quatre sites bien documentés : Millas au bord de la Têt proche du Conflent, Perpignan et les communautés voisines, le terroir du Vegariú entre Claira et Toreilles proche de l’Agly et de la mer, Elne16. Les enquêtes de 1730 et 1775 ne mentionnaient pas d’herbe à Millas. Il y en avait un peu néanmoins. Plus près des chemins empruntés par Arthur Young, il n’est pas étonnant que le nombre de mentions soit particulièrement élevé dans le terroir du Vegariú. Du gros bétail y paissait à l’année, ainsi un troupeau commun de chevaux comptant plus d’une centaine de bêtes17. L’intérêt de ces estimes est de montrer la diversité des associations fourragères – beaucoup de lupins à Millas, de luzerne au Vegariú, de trèfle à Elne, culture de l’orge pour une consommation en vert –, de préciser l’emploi de la luzerne : coupes régulières attribuées verbalement à des preneurs successifs au cours de l’année, production de graines de semences, etc., ce qui offrait un revenu qu’aucun autre type de culture ne donnait en Roussillon.

Tableau 2. Herbe et prairies artificielles en Roussillon dans la seconde moitié du xviiie s. d’après les plaintes du jardinage (% des plaintes concernant des parcelles en herbe, types de fourrage mentionnés dans les expertises)

Tableau 2. Herbe et prairies artificielles en Roussillon dans la seconde moitié du xviiie s. d’après les plaintes du jardinage (% des plaintes concernant des parcelles en herbe, types de fourrage mentionnés dans les expertises)

De la luzerne en Roussillon au xvie siècle

  • 18 12 Bp 245.
  • 19 261 pour 527 estimes au total.
  • 20 Auserda : luzerne, fe (fenc) : trèfle incarnat, vesa (pluriel : vesses) : vesse.
  • 21 3 E 2/785, 9 mai 1539, contrat pour faucher de la luzerne ; la plupart des mentions dans les minut (...)

17Les sources jusqu’ici sollicitées, les plus facilement mobilisables car les registres notariés ne livrent que peu d’informations, ne permettrent pas de savoir si les prairies artificielles étaient en train d’être acclimatées en Roussillon ou si elles existaient depuis longtemps. Un registre des sobreposats de la horta d’Elne, heureusement préservé, permet de répondre positivement, jette une lumière nouvelle sur la présence de la luzerne autour du golfe du Lion au début du xvie siècle18. Couvrant deux années pleines, il comporte plus de 500 rapports d’estimes effectués quasiment toujours à la suite de déprédations d’animaux entrés dans des parcelles d’autrui : des moutons, des chevaux, des porcs. La nature et le nombre des plaintes suit le calendrier agricole. On l’aperçoit bien avec celles qui concernent les blés gâtés moins en vert qu’en grains ou coupés et en gerbes. La surprise vient du nombre des plaintes pour des dégâts causés aux parcelles en herbe, la moitié environ du total19. Diversité des mentions20, variété des situations dans le terroir faciles à deviner même si aucune mention de contenance n’accompagne le rapport des sobreposats. Les ferrages sont de petites parcelles proches des maisons d’habitation réservées au bétail domestique, les prés, plus vastes, se trouvaient au bord de la rivière, de rigoles. Le nombre de parcelles semées de luzerne et de plaintes tout au long de l’année ne laisse aucun doute : la luzerne en 1535-1537 n’était pas d’introduction récente en Roussillon, était déjà devenue une composante significative du système agraire. Quelques notations éparses laissent à penser que la luzerne se cultivait également ailleurs en Roussillon au cours du second tiers du xvie siècle21.

Tableau 3. Plaintes auprès des sobreposats de la horta à Elne, mai 1535 - mai 1537

Tableau 3. Plaintes auprès des sobreposats de la horta à Elne, mai 1535 - mai 1537
  • 22 E. Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris, 1966, p. 68-69. Des luzernières existaient cep (...)

18À quand remonte son introduction et par quel canal s’effectua-t-elle ? L’éventail des plantes cultivées s’est considérablement élargi entre les dernières décennies du xve et la fin du xvie siècle on le sait : céréales, légumes cultivés dans les jardins d’abord, plantes fourragères. Emmanuel Le Roy Ladurie a retracé naguère l’apparition puis les progrès de la luzerne dans le midi de la France : on la rencontre pour la première fois à Die en 1507, elle migre ensuite vers Orange, le Comtat, atteindrait le Languedoc à la fin du xvie siècle22. Elle paraît aussi précoce à Elne que dans le Comtat même si la distance avec le lieu où elle a été signalée pour la première fois est plus importante. Cela place le Roussillon en bonne position dans ce qu’il est convenu d’appeler la révolution fourragère car à côté de la luzerne figurent le trèfle incarnat et les vesces. Tout aussi intéressante est la mention de haricots – mougètes – au mois d’août, exemple ici aussi très précoce de culture pratiquée en plein champ après les moissons. Le nombre des occurrences, on l’a vu plus haut, ne donne pas une idée exacte de la répartition des cultures, l’herbe attire davantage le bétail que les parcelles en jachère. Les principales composantes des cultures qui frappèrent Arthur Young paraissent néanmoins déjà en place dès le premier tiers du xvie siècle.

  • 23 E. Le Roy Ladurie donne pour première mention de luzerne en pays d’Aude la date de 1617. Paul Cayl (...)
  • 24 A. Molinier, Une paroisse du bas Languedoc : Sérignan (1650-1792), Montpellier, 1968.

19On voit immédiatement les questions soulevées par la présence de la luzerne à Elne, si bien installée dès la décennie 1530-1539. On n’en a guère rencontré jusqu’ici en effet en Languedoc avant la fin du xvie siècle : ainsi aucune mention d’auzerda n’a été trouvée en Narbonnais avant 160023. Pourquoi cette solution de continuité ? Malgré les contacts étroits entre le Roussillon et le Languedoc, ne serait-ce que par l’effet des migrations de population, considérables, comment se peut-il que la culture de la luzerne ait peu séduit ? Un seul exemple : à Sérignan, village maritime sur les bords de l’Orb, proche du Roussillon, la culture de la luzerne et du sainfoin, affirment les consuls en 1760, remonterait « à huit années »24. Or les registres des sopreposats de l’horta de la fin du xviie siècle de Perpignan montrent que la luzerne se cultivait dans nombre de communautés.

Conclusion

20Le regard aiguisé d’Arthur Young avait donc correctement perçu l’originalité du Roussillon. Sa description des prairies artificielles, pertinente, vaut surtout pour la manière dont on les semait, cultivait, utilisait. Sans être aussi étendue qu’il le laisse entendre, l’herbe jouait un rôle supérieur à l’impression que peut laisser la sécheresse des premiers dénombrements du xviiie siècle. Les ressources en herbe contribuaient à faire du Roussillon une contrée où la variété et la densité des animaux était étonnante. Arthur Young, néanmoins, comme d’ailleurs les gens du Roussillon si on lit bien le médecin Carrere, était loin de soupçonner que cette originalité remontait jusqu’au début du xvie siècle. Il reste encore à en préciser la date exacte et les modalités.

Notes

1 La province du Roussillon comportait trois vigueries : Roussillon-Vallespir, Conflent-Capcir, Cerdagne. Le Capcir et la Cerdagne, en montagne, abordés dans une autre communication, ne seront pas évoqués ici.

2 J. B. F. Carrere, Voyage pittoresque de la France avec la description de toutes ses provinces. Province du Roussillon, Paris, 1787, p. 68 ; p. 69 : en Conflent « les bords des ruisseaux et des rivières y sont couverts de prairies ».

3 « Des routes misérables de la Catalogne, œuvre de la nature, en quelque sorte, vous arrivez sur une splendide chaussée, faite avec la solidité et la magnificence qui distinguent les grands chemins de France [...] Plus je vais et plus je reconnais qu’on est amené à penser qu’il n’y a qu’une cause toute puissante qui stimule l’humanité, et c’est le gouvernement ! », A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, traduction, introduction et notes de Henri Sée, Paris, 1931, réimpr. 1976, t. 1, p. 123.

4 G. Larguier, « Espace agricole, structures foncières et bétail en Roussillon d’après un dénombrement de 1730 », dans M.-Cl. Marandet (dir.), L’homme et l’animal dans les sociétés méditerranéennes, Perpignan, 2000, p. 143-185.

5 G. Larguier, « Une institution originale : les surposés de l’horte et la police champêtre en Roussillon », dans A. Follain (dir.), Les justices locales dans les villes et les villages du xve au xixe siècle, Rennes, 2006, p. 307-320. L’expression est traduite au xviiie siècle par « tribunal du jardinage ».

6 1 C 1081 pour la viguerie du Roussillon-Vallespir ; 1 C 1912-2041 pour celle du Conflent-Capcir ; dénombrement de 1775 : J. Guibeaud, « Enquête économique sur le Roussillon en 1775 », Bulletin SASL, vol. 43, 1902, p. 291-336. J.-A. Brutails, « Notes sur l’économie rurale à la fin de l’Ancien Régime », Bulletin SASL, vol. 30, 1889, p. 225-291.

7 1 C 1081 : « sur les déclarations faites par chaque habitant propriétaire ou fermier après serment par lui prêté par devant nous ou ceux qui ont été par nous commis ».

8 66 sur 118 (55,9 %) ; 44 uniquement des prés, 11 seulement de la luzerne, 11 des prés et de la luzerne à la fois.

9 Le dénombrement de 1725 donne 2 284 arpents de prés, 341 de luzerne, soit 1,78 % de la superficie cultivée ; une proportion inférieure au dénombrement de 1730. Les enquêtes réalisées en 1735 en vue de la mise en place de l’impôt du Dixième, 946,10 ha en prés, 181,12 ha en luzerne, dont 482,01 et 126,54 ha possédés par les nobles et ceux qui jouissaient de privilèges militaires. L’enquête de 1775, pour les communautés de la viguerie de Roussillon-Vallespir dont les dossiers ont été conservés, donne une proportion de prés de 2,53 %.

10 Terres à l’aspre (non arrosables) : 57,2 %, regatiu : 27,3 %, prés : 7,9 %, vignes : 3,1 %, olivettes : 2,9 %, bois et pacages : 1,5 %.

11 Prats-de-Mollo, Arles-sur-Tech, Les Bains (Amélie-les-Bains), Céret (en Vallespir) ; Le Boulou, Elne (pour la luzerne seulement), Rivesaltes.

12 1 C 873, Don Joseph de Çagariga : 13,2 ha de pré à Théza, Saint-Laurent-de-la-Salanque, 4,74 ha de luzerne à Saint-Laurent-de-la-Salanque ; Monsieur de Montalt, viguier : 8,44 ha de prés à Saint-Laurent-de-la-Salanque, Llupia, Thuir, et deux terroirs de Perpignan, Saint-Jean de Taynière et Saint-Jean de Mailloles, 3,56 ha de luzerne à Saint Laurent-de-la-Salanque ; Don Sauveur de Tamarit : 7,71 ha de pré à Saint-Hippolyte, Saint-Laurent-de-la-Salanque, Montescot, Saint-Cyprien, 8,89 ha de luzerne à Saint-Hippolyte et Saint-Laurent-de-la-Salanque ; Don François d’Oms : 8,89 ha de pré au Soler, à Saint-Hippolyte, à Saint-Laurent-de-la-Salanque, à Saint-Cyprien, 4,74 ha de luzerne à Saint-Laurent-de-la-Salanque, etc.

13 A. Young, Voyages en France..., t. 2, p. 763.

14 Le Roussillon à la fin de l’Ancien Régime, Mémoire rédigé par Pierre Poeydavant, subdélégué général de l’Intendance, Bulletin SASL, XCVe volume, Perpignan, 1987, p. 233-234.

15 A. Young, Voyages en France..., t. 2, p. 628-629, p. 658-659 ; É. Frenay, Agriculture et subsistances en Roussillon au xviiie siècle, Perpignan, 1985.

16 12 Bp 246-251 (1741-1786) ; Perpignan, 12 Bp 151 (1780-1781), 12 Bp 153 (1786-1787), 10 Bp 173, tribunal du baillage où se portaient les appels du tribunal de la Horte ; Vegariú, 12 Bp 40 (1750-1754) ; Elne, 12 Bp 202 (1786-1789).

17 12 décembre 1753 : 134 bêtes dont 25 appartenant à Francisco Castillo, 17 au sieur de Llobet.

18 12 Bp 245.

19 261 pour 527 estimes au total.

20 Auserda : luzerne, fe (fenc) : trèfle incarnat, vesa (pluriel : vesses) : vesse.

21 3 E 2/785, 9 mai 1539, contrat pour faucher de la luzerne ; la plupart des mentions dans les minutes notariales concernant de la luzerne sont dans ces contrats de fauche (3 E 1/6974/2), référence communiquée par Denis Fontaine ; 1618, fo 206vo (2 septembre 1618), etc.)

22 E. Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris, 1966, p. 68-69. Des luzernières existaient cependant. Le site de La Cisterne à Cabrières (Hérault), de la fin du xvie siècle, a révélé l’existence de graminées et de petites légumineuses dont la luzerne hérissée, L. Bouby et M.-P. Ruas, « Prairies et fourrages : réflexions autour de deux exemples carpologiques de l’Âge du Fer et des Temps modernes en Languedoc », dans Cultures et élevages par monts et par vaux : quelle lecture archéologique ? Anthropozoologica, 2005, 40 (1), Paris, p. 109-139.

23 E. Le Roy Ladurie donne pour première mention de luzerne en pays d’Aude la date de 1617. Paul Cayla en avait trouvé dans les Corbières en 1610, P. Cayla, Dictionnaire des institutions, des coutumes et de la langue en usage dans quelques pays de Languedoc de 1535 à 1648, Montpellier, 1964, p. 59.

24 A. Molinier, Une paroisse du bas Languedoc : Sérignan (1650-1792), Montpellier, 1968.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. L’herbe dans la viguerie du Roussillon-Vallespir d’après le dénombrement de 1730 (en ha)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Herbe et pâturages dans la province du Roussillon en 1730 (% des terres cultivées)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Tableau 2. Herbe et prairies artificielles en Roussillon dans la seconde moitié du xviiie s. d’après les plaintes du jardinage (% des plaintes concernant des parcelles en herbe, types de fourrage mentionnés dans les expertises)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/729/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 3. Plaintes auprès des sobreposats de la horta à Elne, mai 1535 - mai 1537
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/729/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540