Version classiqueVersion mobile

Vierges à l’Enfant médiévales de Catalogne

 | 
Marie-Pasquine Subes
, 
Jean-Bernard Mathon

Corpus des Vierges à l’Enfant (xiie-xve s.) des Pyrénées-Orientales

Corpus des vierges à l’enfant (XIIe-XVe siècles) des Pyrénées-Orientales

Texte intégral

1sous la direction de Jean-Bernard MATHON
responsable du centre de conservation et de restauration du patrimoine Conseil général des Pyrénées-Orientales

2Notices, historique, iconographie
Guillaume DALMAU (GD) Catherine ROGÉ-BONNEAU (CRB),
chargés d'inventaire et de documentation (CCRP/Conseil général des Pyrénées-orientales)

3avec la collaboration de Christiane DE CASTAIGNER et Isabelle JUBAL-DESPERAMONT
restauratrices de bois polychrome (CCRP / Conseil général des Pyrénées-Orientales)

4Crédits Photographiques
DINH THI TIEN-IMAGE MAKER, pour le Conseil général des Pyrénées-Orientales (sauf mention contraire)

001 Alenya Vierge au raisin dite aussi Nostra Senyora de la Crinyana

5Église paroissiale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie
Bois de pin polychrome
75 x 24 x 19 cm
XIVe siècle - XVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 31 novembre 1948

  • 1 Olive, 1996, p. 31
  • 2 Le carignan est un cépage typiquement roussillonnais, cultivé essentiellement en Languedoc-Roussill (...)
  • 3 Récolement de la conservation des A.O.A. des Pyrénées-Orientales de 1952, dossier de la commune d’A (...)

6Les paroissiens désignent cette statue sous le nom de Vierge au raisin, ou Nostra Senyora de la Crinyana1 (carignan2 en français), en référence à la grappe en plâtre tenue par la main droite. En 1952, le récolement de la Conservation des antiquités et objets d’art des Pyrénées-Orientales indique cette main manquante et signale que « l’apprêt et l’or se détachent en grandes plaques »3.

7Monoxyle, cette statue est réalisée dans un bois de cœur. L’Enfant découpé au niveau des cuisses a été réassemblé à l’aide de cinq grands clous.

  • 4 « Devis de remise en état », dressé par M. Mainponte en 1956, dossier de la commune d’Alenya, servi (...)

8En 1956, l’œuvre est restaurée par Marcel Mainponte, sculpteur à Bagnolet, qui fait un « traitement antivers – décapage et raccords divers après décapage »4, rajoute la main et la grappe (à partir d’un modèle ?), une partie du voile de la Vierge et la base, en plâtre.

  • 5 Cet évidement circulaire de 3 cm de diamètre sur 35 cm de haut a sans doute été fait pour retirer l (...)

9Les images du scanner montrent un évidemment pratiqué au centre de la statue, par en-dessous5. De nombreuses fentes radiales sont masquées par des flipots et la dernière polychromie.

10Malgré les repeints, on distingue sous les aplats rouges de la robe, des traces de bleu et des traces rouges sous la polychromie verte de la tunique de l’Enfant. (GD, CRB)

Avant la restauration de 1956, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine– diffusion RMN.

002 Amélie-les-Bains Notre-Dame de Vie dite aussi Nostra Senyora de Vida

11Église paroissiale Saint-Quentin (nouvelle)
Provenance : ancienne église paroissiale Saint-Quentin des Bains d’Arles
Bois de peuplier polychrome
70 x 29,5 x 26 cm
Fin du XIIIe siècle - début du XIVe siècle
Propriété de la commune

  • 6 ADPO, 175J37, fonds Cortade.
  • 7 Archives de la conservation des A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune d’Amélie-les- (...)
  • 8 Cazes, 1975, p. 6.
  • 9 ADPO, 175J37, fonds Cortade.

12La tradition situe l’invention de Notre-Dame de Vie au lieu-dit « l’oratori », sur la route de Palalda6. La statue provient de l’ancienne église paroissiale Saint-Quentin d’Amélie7 rasée en 19328. Transférée dans la nouvelle église paroissiale, la Vierge à l’Enfant est alors présentée « sur un pilier, couverte de longs vêtements »9, pour donner l’impression d’une vierge debout, d’une hauteur de 1 m 30 environ. Aujourd’hui, elle est sur une console fixée au mur.

13Cette statue non évidée est plane au revers. Les fleurons sommitaux des couronnes de la Vierge et de l’Enfant sont arasés pour mettre en place des couronnes amovibles.

14Des réparations ont été faites au bras droit de l’Enfant (au XVIIIe ou XIXe siècles ?) et au bras et à la main droite de la Vierge qui ne semblent pas d’origine.

15Une fente radiale apparaît sur la face de la statue depuis le socle jusqu’au giron de la Vierge.

  • 10 Témoignage recueilli en octobre 2010 par C. de Castaigner, restauratrice au CCRP.

16La polychromie actuelle est un repeint généralisé à l’ensemble de la statue sous lequel apparaît du rouge sous la tunique jaune de l’Enfant, du jaune sous le livre rouge, de la dorure sous le voile bleu de la Vierge. Des motifs réalisés au poinçon sont visibles aux encolures et sur les bordures de vêtements (peut-être y avait-il une argenture à l’origine ?). D’après le Père Jean Labadie10, curé de la paroisse d’Amélie-les-Bains de 1995 à 2009, cette statue aurait été restaurée en 1980 et sécurisée sur un socle.

  • 11 Subes, 2011, p. 71.

17Son style est caractéristique du groupe des vierges de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle défini par Marie-Pasquine Subes11 et rapproché des vierges à l’enfant de Prunet et Belpuig, de Talau (Ayguatebia), de Thorrent (Sahorre) ou encore de Sansa, dans la lignée de celle de Serrabone. (GD, CRB)

Vue ancienne, non datée, de la Vierge et de l’Enfant coiffés de nouvelles couronnes, © Archives du diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.

Vue ancienne, non datée, après restauration d’une partie du siège et du socle, © Ministère de la Culture (France)– Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN, cl. Pierre Ponsich.

003 Amélie-les-Bains Vierge à l’Enfant

18En dépôt chez un particulier
Provenance : ancienne église paroissiale Saint-Quentin des Bains d’Arles Marbre
48,5 x 24 x 20 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 10 février 1923

  • 12 Cazes, 1975, p. 6.
  • 13 Archives de la conservation des A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune d’Amélie-les- (...)

19Cette Vierge à l’Enfant provient de l’ancienne église paroissiale Saint-Quentin des Bains d’Arles détruite en 193212. Pour une raison indéterminée, cette œuvre publique est depuis 1980 déposée chez un particulier13.

20Cette sculpture en bas-relief est en marbre avec une usure prononcée au niveau des visages, sur le nez où elle semble volontaire (martelage ?). La partie sommitale de la tête de la Vierge est tronquée. Son style est équivoque et sa datation problématique. (GD, CRB)

Vue de l’ancienne église Saint-Quentin des Bains d’Arles, © Collection particulière.

004 Amélie-les-Bains Notre-Dame de la Vall Verda dite aussi Nostra Senyora de la Vall Verda

21Église Sainte-Marie de Montalba d’Amélie
Marbre polychrome
109 x 34 x 28 cm
Première moitié du XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 30 mars 1954

  • 14 Durliat, 1954, p. 190-191.

22La Vierge à l’Enfant en marbre occupe la niche centrale du retable du maître-autel dédié à la Vierge et attribué au peintre perpignanais, Honorat Rigau14.

  • 15 L’inscription, qui court sur deux lignes, mesure 7 cm de long sur 2,5 cm de haut.
  • 16 En 1954, Marcel Durliat y a lu : « Brg Urgt me feu fer / lay M [...] », Archives de la conservation (...)
  • 17 La fin du millésime n’est pas lisible, le support du socle étant trop abîme.

23Une inscription15 est gravée sur le socle de la Vierge et présente des résidus de polychromie noire dans les creux. Il nous semble y lire : « Brg Grut me feu fer / lay M C C C X [...] »16. Cette inscription est exceptionnelle puisqu’elle est l’unique exemple de notre corpus. Celle-ci livre le nom du commanditaire de l’œuvre, un certain Berenger Grut et la période d’exécution, la première moitié du XIVe siècle17.

La Vierge, dans le retable attribué à Honorat Rigau (premier quart du XVIe siècle).

24Le support de l’œuvre est un bloc de marbre monolithe, évidé du revers des épaules aux pieds de la Vierge.

25Des restes de polychromie d’origine apparaissent sur la robe de la Vierge (motif de feuilles rouges et noires) et sur la tunique de l’Enfant (motif de croix noires). Les carnations, l’intérieur du manteau et les dorures sont des apports récents. (GD, CRB)

L’inscription sur le socle.

005 Angoustrine Vierge à l’Enfant

26Église paroissiale Saint-André
Provenance : église de Saint-Martin d’Envalls
Bois polychrome
55 cm (hauteur Vierge) ; 74 cm (hauteur de la Vierge avec socle et couronne).
Première moitié du XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 28 mai 1932
Volée

Statue au centre du retable à baldaquin, © Archives du diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.

27Cette statue était située sous le dais d’un retable à baldaquin dédié à la Vierge, premier et unique ensemble associant une statue en ronde-bosse et des panneaux latéraux peints, figurant l’Annonciation et la Visitation.

  • 18 Minute de lettre datée du 10 novembre 1932, Dossier de la commune d’Angoustrine, service des objets (...)
  • 19 « bois à traiter et nettoyage », Devis de M. Mainponte de mai 1951, Dossier de la commune d’Angoust (...)
  • 20 Rapport de J. Talaron, inspecteur des Monuments historiques, en date du 29 septembre 1951, Dossier (...)
  • 21 Cette même année est restauré le devant d’autel.
  • 22 Mémoire de restauration de J. Malesset d’août 1954, Dossier de la commune d’Angoustrine, service de (...)

28Lors de son classement en 1932, la statue était conservée dans l’ancienne église Saint-André, tandis que son retable se trouvait déposé chez M. Agosti, maire d’Angoustrine18. En 1951, la statue est restaurée par Marcel Maimponte19, puis rejoint la nouvelle église paroissiale Saint-André20. En 1954, le retable et la Vierge à l’Enfant sont restaurés par J. Malesset21. Le mémoire de restauration précise pour la statue : « dépoussiérage et assainissement des bois », « décapage de tous les ajouts polychromés » et « restauration de la polychromie d’origine »22.

  • 23 Bilan d’activité de l’Atelier Départemental de Restauration pour l’année 1976. Archives du CCRP, Co (...)

29En 1961, le retable à baldaquin et la Vierge à l’Enfant sont placés sur l’autel majeur de l’ancienne église Saint-André, lors de la restitution du devant d’autel restauré par J. Malesset. La statue est volée dans la nuit du 16 au 17 novembre 1975, certains éléments du retable à baldaquin sont brisés puis restaurés par l’Atelier départemental de restauration : « réfection du retable-baldaquin roman, cassé au moment du vol de la Vierge qui faisait partie de l’ensemble. Assemblage et collage de toutes les parties. Peinture et patine »23.

  • 24 Le Pogam, 2009, p. 60-62.

30D’un point de vue stylistique, cette statue est associée selon Pierre-Yves Le Pogam à celle d’All, conservée au MNAC à Barcelone24. (GD, CRB)

Face de la statue en 1929, © Fundació institut Amatller d’art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.

Côté gauche de la statue, © ADPO 123J151, fonds Muller.

Revers de la statue, © ADPO 123J151, fonds Muller.

Côté droit de la statue, © ADPO 123J151, fonds Muller.

006 Angoustrine Vierge à l’Enfant

31Ancienne église Saint-André
Bois polychrome
74 cm (hauteur Vierge) ; 34 cm (hauteur Enfant).
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 28 mai 1928
(classée à nouveau le 23 novembre 1948)
Volée

Vue de la statue au centre du retable du Rosaire, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

  • 25 Archives de la conservation des A.O.A des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune d’Angoustrine.

32Présentée dans la niche centrale du retable du Rosaire (1693) de l’ancienne église Saint-André, la statue est déplacée entre 1951 et 1955 dans l’église nouvelle où elle est dérobée entre 1976 et 198025.

  • 26 « [...] vaciada por detras en forma de armario, pero sin tapa » (Martí de Sanjaume, 1926, p. 11).

33Jaime Martí de Santjaume en 1926 décrit l’arrière évidé, sans volet, comme une armoire26. Les photographies anciennes montrent le support de l’œuvre en bon état de conservation à l’exception du bras droit de la Vierge brisé et des cassures à la base du socle. Les clichés de 1929 et celui antérieur à 1939 montrent un état différent du visage de la Vierge (repeint ?, décapé ?)

  • 27 Récolement de la conservation des A.O.A. de 1951, dossier de la commune d’Angoustrine, service des (...)
  • 28 Ibidem.

34Le récolement d’août 1951 réalisé par Marcel Durliat, conservateur des antiquités et objets d’art des Pyrénées-Orientales, indique que la Vierge a été « décapée par Mainponte »27. En effet dans son devis de mai 1951 ce dernier précise : « à traiter, nettoyer et consolider »28. Cette statue est originale par son style (forme des couronnes et des plis du manteau de la Vierge) et par la position de l’Enfant, debout dans le giron de sa mère. (GD, CRB)

Vue de face et de biais de la statue en 1929, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.

Vue de face de la statue, avant 1939, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.

Vue de face de la statue, après restauration, © ADPO 123J151, Fonds Muller.

007 Arboussols Notre-Dame de Las Grades dite aussi Nostra Senyora de les Grades

35Église paroissiale Notre-Dame de Las Grades de Marcevol (Arboussols)
Bois de noyer polychrome
41,5 x 19 x 18,5 cm
Seconde moitié XIIIe siècle
Propriété de la commune
Traitement de conservation réalisé en 2013 par Christiane de Castaigner (CCRP)

36Cette statue, de petite taille, est plane au revers. L’Enfant est taillé dans la même bille de bois que la Vierge. L’imagerie médicale (scanner) a mis en évidence des éléments cloués, rapportés a posteriori sur les parties originales rabotées et qui modifient les côtés de la statue (des épaules aux bras).

Vue de la statue le 8 juillet 1914, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », cl. J. Delpont.

37Deux planchettes de résineux en réemploi, fixées par des clous, ont été rajoutées pour le siège ; une troisième a été placée à la base de la statue. Le bras droit de l’Enfant est refait.

38La polychromie actuelle est un repeint de mauvaise qualité, effectué sans doute à la suite de ces transformations et visible sur un cliché de 1914.

39Sous microscope binoculaire, une polychromie lacunaire, intermédiaire, constituée de feuilles d’or posées sur une assiette brune a été observée sous le repeint vert. Sur le visage de la Vierge, trois polychromies superposées ont été identifiées. Des traces de polychromie originale, une argenture recouverte d’un vernis coloré orangé, persistent sous forme d’îlots, à l’arrière de la statue.

  • 29 Subes, 2011, p. 63-66.

40Stylistiquement, cette statue est proche de Notre-Dame del Pessebre provenant de Saint-Michel de Cuxa, conservée à Corneilla-de-Conflent. Dans cette lignée de Vierges, avec un manteau aux plis tuyautés dont un pan est retenu par la main droite, on peut associer les Vierges de Tartera, du Coral (Prats-de-Mollo)29 et de Palau de Cerdagne. (GD, CRB)

Image scanner recomposée, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.

008 Ayguatebia Vierge à l’Enfant

41Église Saint-Étienne de Talau (Ayguatebia)
Bois de peuplier polychrome
58 x 22 x 20,5 cm
Fin XIIIe - début XIVe siècles
Propriété de la commune
Inscrit M.H. le 17 octobre 2001

42La Vierge à l’Enfant de Talau, taillée dans une seule bille de bois, est située dans la niche centrale du retable du Rosaire. La main droite de la Vierge, refaite, est rapportée. Le revers, évidé, était refermé par un volet fixé par quatre clous en fer forgé, aujourd’hui disparu. Une planche de consolidation a été fixée à la base de la statue par trois clous. Les couronnes de la Vierge et de l’Enfant ont sans doute été rabotées. Les fleurons ont disparu, remplacés par une auréole rayonnante, visible sur un cliché de Victor Pyguillem (années 1950 ?) et dont le trou de fixation est toujours en place.

Vue de la statue de la Vierge à l’Enfant in situ, au centre du retable du rosaire.

  • 30 Bilan d’activité de l’Atelier Départemental de Restauration pour l’année 1976, Archives du CCRP, Co (...)
  • 31 Subes, 2011, p. 200.

43La Vierge à l’Enfant a été entièrement repeinte, sans respect des codes traditionnels de couleur. L’épaisseur de ce repeint ne permet pas, in situ, d’investigations sur les polychromies sous-jacentes. La statue a été restaurée en 1976 à l’atelier départemental de restauration, qui a réalisé : « nettoyage, désinfection et peinture de certaines partie »30. Cette statue présente les mêmes caractéristiques qu’un groupe de Vierges (Serrabone, Prunet, Gurb, Sahorre, Canaveilles, Saint-Laurent-de-Cerdans...) appelées « les Vierges de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle » par Marie-Pasquine Subes31. (GD, CRB)

La Vierge et l’Enfant coiffés d’une auréole rayonnante, © ADPO, 123J7/152, Fonds Delcor, cl. Victor Pyguillem.

009 Baillestavy Vierge à l’Enfant

44Église paroissiale Saint-André (la nouvelle)
Provenance : Église paroissiale Saint-André (l’ancienne)
Bois d’aulne polychrome
66,5 x 26,5 x 22 cm
XIIIe siècle
Propriété de la commune

  • 32 Seules 6 statues sont sculptées en aulne sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, (...)

45Fixée sur un socle récent, cette statue en aulne32 est plane au revers. Le siège de la Vierge est évidé à l’arrière, formant une cavité (fermée à l’origine ?). L’Enfant a été sculpté à part, puis rapporté et cloué dans le giron de la Vierge. Les bras de la Vierge disparus, étaient rapportés et assemblés à l’œuvre.

46Les reliefs de la sculpture sont très affaiblis par l’attaque des insectes : volumes du siège, nez des visages, bout des pieds et de la main droite de l’Enfant, qui esquissait un signe de bénédiction.

47La polychromie est lacunaire et subsiste en îlots d’aspect mat, situés dans les creux (traces de rouge et de bleu). (GD, CRB)

Vue extérieure de l’ancienne église Saint-André, © cg66/Michel Castillo.

010 Baixas Notre-Dame de Pène dite aussi Nostra Senyora de Pena

48Presbytère de Baixas
Provenance : chapelle de l’ermitage de Notre-Dame de Pène (Cases-de-Pène)
Bois de pin et de peuplier polychrome
66 x 30,5 x 20,53 cm
XIIe siècle
Propriété de la commune
Traitement de conservation réalisé en 1996 par Isabelle Jubal-Desperamont (CCRP)

  • 33 Camós, 1772, p. 357 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.
  • 34 Sangla, 2011, p. 104.

49Le récit de l’invention miraculeuse de cette œuvre raconte qu’un bœuf qui pâturait devant une grotte se mit à beugler, attirant l’attention du berger qui alla à sa rencontre ; ce dernier découvrit alors dans la grotte l’image de la Vierge33. Provenant de l’ermitage de Notre-Dame de Pène, cette œuvre a fait l’objet d’une dispute entre les communes de Baixas et Cases-de-Pène après la sécularisation des biens d’église en 1792. Le mobilier de l’ermitage est confié à la commune de Baixas, mais les habitants de Cases-de-Pène tentent de récupérer l’autel de l’ermitage. Après une confrontation physique et un vol dans l’église de Baixas, l’œuvre y demeure conservée34.

50La statue est composée de plusieurs pièces de bois assemblées. La Vierge avec l’Enfant, seule partie originale, est réalisée dans un tronc de feuillu (peuplier) ; les planches du dossier, du sol et les montants du siège sont en résineux. Les bras, rapportés, sont en bois de feuillu. La statue a été repeinte de nombreuses fois. La polychromie originale, sans doute ruinée, n’a pu être retrouvée. Le premier repeint est précédé par la pose de pièces de toile sur les assemblages et semble être la seule polychromie de qualité : la robe de la Vierge était rouge avec des liserés verticaux et des motifs verts. Ce repeint a été presque entièrement détruit par le feu. Il est suivi de quatre autres, le dernier étant précédé par l’application d’une nouvelle toile, plus épaisse sur l’ensemble de la statue, qui modifie totalement les reliefs.

51Son état actuel reflète la catastrophe d’une intervention ancienne et maladroite de dégagement, ignorant la fragilité de l’objet et ayant entraîné des pertes irréversibles. Le traitement de conservation réalisée en 1996 a eu pour objectif de stabiliser l’état de la statue et de la rendre plus présentable.

52La présence d’une planche adossée à l’arrière et la faible épaisseur de l’œuvre, contribuent à la rapprocher d’un point de vue stylistique des statues de Notre-Dame de Belloch à Dorres, et de Nostra Senyora de Cuadras à All. (GD, CRB)

Vue de la statue avant le « maladroit » dégagement, © Col. particulière, cl. Denis Fontaine.

Vue de la statue présentée habillée. La Vierge est coiffée d’une perruque et couronnée, © ADPO, 53J29, cl. M. Descossy.

Image scanner reconstituée du profil droit, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.

011 Baixas Vierge à l’Enfant

53Église paroissiale Notre-Dame
Bois de châtaignier polychrome
179 x 61 x 25 cm
XVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 15 juin 1976

  • 35 Sangla, 2002, p. 55.

54La Vierge à l’Enfant est présentée dans la niche centrale du retable du Rosaire. Ce retable, provenant du couvent des grands Augustins de Perpignan, sécularisé en 179135, a été profondément remanié lors de son remontage dans l’église de Baixas.

  • 36 Ponsich, 1999, p. 35.
  • 37 Camós, 1657, p. 333-334.

55Deux hypothèses sont plausibles pour la provenance de cette statue. Une commande d’un retable dédié à la Vierge, « de fusta, amb guixa », est passée en 1454 au sculpteur perpignanais Guillem Costa pour l’église de Baixas36. La statue en occupait peut-être la niche centrale et pourrait être le dernier témoin de ce retable disparu. Cependant une Vierge à l’Enfant, dite Nostra Senyora de Gràcia37, était conservée dans l’église du couvent des Augustins de Perpignan. Les dimensions données par Camós pour cette œuvre (neuf empans de haut pour la Vierge, soit près de 180 cm) correspondent aux dimensions de celle de Baixas.

  • 38 Seules 4 statues sont sculptées en châtaignier sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desper (...)
  • 39 Archives de la conservation des A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Baixas.

56De taille monumentale, la Vierge à l’Enfant debout est sculptée en ronde-bosse dans du bois de châtaignier38. Cette Vierge semble avoir subi des modifications importantes au XIXe siècle, au niveau de la polychromie, et lors d’une restauration récente. Elle a été redorée et repeinte, la leur de lys dans sa main droite est ajoutée. Sous les repeints actuels, une couleur bleu sombre est visible à la base de statue et sur le côté. Au début des années 1990, le retable du Rosaire et ses statues ont été restaurés par l’atelier Maimponte de Bagnolet39. (GD, CRB)

Vues de l’œuvre dans la niche du retable.

012 Banyuls-sur-mer Notre-Dame des Abeilles, dite aussi Nostra Senyora de les Abelles ou Nostra Senyora dels Monts

57Ancienne église paroissiale Saint-Jean l’Évangéliste (dite La Rectorie)
Provenance : Chapelle Sainte-Marie des Abeilles
Bois de peuplier polychrome
99 x 47 x 35 cm
XVe siècle
Propriété de la commune
Restauration réalisée en 2007 par Christiane de Castaigner, restauratrice au CCRP

  • 40 Camós, 1772, p. 340.
  • 41 Témoignage de Françoise Magne (descendante des propriétaires du mas et de la chapelle des Abeilles (...)

58Cette Vierge à l’Enfant est citée dans l’ouvrage de Narcís Camós en 1657, sans qu’il soit fait mention d’un récit d’invention40. Elle provient de la chapelle, aujourd’hui privée, Sainte-Marie du mas des Abeilles. Dans les années 1935, la statue est retirée de la chapelle par le Père Vergès de Ricaudy pour être transférée dans l’église de La Rectorie41.

59Elle est sculptée dans une bille de bois, mais les bras droits de la Vierge et de l’Enfant sont rapportés comme le socle fixé à sa base. Le revers est évidé et refermé par un volet. Certaines zones cassées ou fragilisées par des attaques d’insectes ont été consolidées par un enduit de type plâtre à l’occasion d’une restauration au milieu du XIXe siècle. Le volet arrière porte l’inscription peinte de cette intervention : « Restaurée en juin 1855 par Pre Rouand ». À cette occasion la statue a été repeinte (robes à pois de l’Enfant et de la Vierge) comme en témoigne un cliché de 1910. Une autre intervention, postérieure et non datée, a modifié le support (repositionnement du bras gauche de l’Enfant et suppression du globe qu’il tenait dans la main). Un repeint généralisé a repris le motif antérieur.

  • 42 Camós, 1772, p. 341.

60En 2007, la polychromie a été nettoyée et les repeints ponctuels supprimés. Quelques îlots de polychromie sous-jacente (originale ?) ont été discernés : rouge sur la robe de la Vierge, bleu sur la tunique de l’Enfant. Ces observations se rapprochent de la description donnée par Narcís Camós qui témoigne d’une réfection de la polychromie au milieu du XVIIe siècle : « es pintada de nuevo, la vasquiña de carmesin, y el manto de azul »42. (GD, CRB)

Vue de la statue en 1910, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.

Détail de l’inscription portée au revers en 1855.

Image scanner reconstituée du profil droit, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.

013 Boule d’Amont Vierge à l’Enfant dite de Serrabone

61Église paroissiale Saint-Saturnin
Provenance : Prieuré Sainte-Marie de Serrabone (?)
Bois polychrome
65,5 x 23 x 23 cm
Fin XIIIe siècle - début XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 28 décembre 1964

Vue ancienne de la statue, © ADPO, 123J152, Fonds Delcor, cl. Goudin.

  • 43 Delcor, 1970, p. 111-112.
  • 44 Subes, 2011, p. 71 et p. 192.

62Selon la tradition, cette statue proviendrait du prieuré de Serrabone, et serait, selon Mathias Delcor43 le modèle d’une série de Vierges à l’Enfant (Santa Creu de Thorrent, Vierges de Sansa, Prunet et Belpuig, Talau...). Cette approche est nuancée par Marie-Pasquine Subes qui préfère parler d’un large groupe d’œuvres de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe siècle, proches sur le plan formel44. La sculpture n’est pas évidée. La Vierge et l’Enfant sont sans doute sculptés dans la même bille de bois. Le bras et la main de la Vierge sont rapportés, la main droite de l’Enfant a disparu. Certaines parties du support ont été reprises : les plis de la partie inférieure de la robe, le socle. L’ensemble est repeint.

63L’aspect très noir, satiné, est peut-être la conséquence des fumées d’un incendie. Par endroits, des éléments d’une polychromie antérieure sont visibles, sans que l’on puisse affirmer s’il s’agit de l’original ou d’un repeint. Cette polychromie présente l’emploi de la feuille d’argent sur le manteau de la Vierge, du bleu dans les creux du manteau, du rouge mat sur le revers d’un fleuron, et quelques restes de rouge et de vert sur un des plis en partie basse. (GD, CRB)

014 Boule d’Amont Vierge à l’Enfant

64Chapelle de Saint-Jean d’Arsus
Bois
XIIIe-XIVe siècle
100 - 125 cm (hauteur approximative)
Propriété privée

Vue rapprochée du visage de la Vierge, coté gauche, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

  • 45 Témoignage de G. Llense, maire de Boule d’Amont, recueilli par G. Dalmau (CCRP), en avril 2011.

65Conservée dans la chapelle privée du mas d’Arsus, cette sculpture a été déplacée en Belgique il y a plusieurs années par l’actuel propriétaire du mas45.

  • 46 Témoignage de R. Payré, de Boule d’Amont, recueilli par C. Rogé-Bonneau (CCRP) en 2011. Après-guerr (...)

66D’après les seuls clichés photographiques connus (vers 1960), cette œuvre sculptée en ronde-bosse, paraît plane au revers. Elle est en très mauvais état de conservation46, sauf le visage de la Vierge, son voile et sa couronne d’où émerge à l’arrière un fleuron. L’attaque prononcée des insectes xylophages a entraîné la disparition des drapés des vêtements, des bras de la Vierge et de l’Enfant. De grandes fentes radiales et la polychromie ruinée laissent supposer une exposition prolongée de la statue dans une niche extérieure.

67Le visage de cette Vierge présente des similitudes avec celui de la Vierge de Belloch (Elne). (GD, CRB)

Vue générale de la statue, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

Vue générale de la statue (cl. recadré), © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

015 Bouleternère Notre-Dame del Congost dite aussi Nostra Senyora del Congost

68Église paroissiale Saint-Sulpice
Provenance : chapelle Notre-Dame del Congost (dite aussi chapelle Sainte-Anne)
Bois de pin polychrome
60 x 30 x 19 cm
Deuxième quart du XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 22 mars 1977
Restaurée en 2003 par Caroline Leynia de la Jarrige (CCRP)

Vue de la porte Sud du village de Bouleternère où la statue a séjourné avant d’être installée dans l’église, © cg66/CCRP, cl. Jean-Bernard Mathon.

  • 47 « La capella del cami real dit del Congost » est citée dans un acte de 1410 (ADPO, cartulaire manus (...)
  • 48 « Nuestra Señora cerca de Bula » (Camós, 1772, p. 365).
  • 49 Paulet, no 89, nd.

69Cette œuvre provient certainement de la chapelle Notre-Dame del Congost, bâtie le long du chemin royal47, unissant le Roussillon et le Conflent via un défilé (congost en catalan) aboutissant au col de Ternère, à quelques pas de Bouleternère48. À une date inconnue, la statue a été déplacée à la porte sud de la ville, comme cela a été rapporté à l’abbé Paulet dans les années 1960-197049. Son exposition à l’extérieur est très certainement à l’origine des lacunes du support et de la polychromie. Aujourd’hui, Notre-Dame del Congost est conservée dans l’église paroissiale.

70La statue, jadis fixée sur un socle, au revers plat, est sculptée dans une demi-bille de bois. L’Enfant et la Vierge sont sculptés dans la même pièce de bois. Les bras gauche de l’Enfant et droit de la Vierge étaient des éléments rapportés et assemblés par un tourillon de bois (éléments disparus).

71De la toile a été appliquée sur le bois au niveau des assemblages et des fentes naissantes. La tête de l’Enfant a été retaillée pour y adapter une couronne métallique, peut-être fixée par le gros clou forgé encore planté à l’arrière.

72La polychromie originale est recouverte de quatre repeints complets, et d’un cinquième sur les carnations. À l’origine le manteau blanc devait être orné de feuilles de lierre ou de trèfle, bleus et rouges. La robe et la couronne étaient recouvertes d’une argenture et d’une couche translucide rouge.

  • 50 Subes, 2011, p. 238-243.

73D’après Marie-Pasquine Subes, en raison de sa ressemblance avec Notre-Dame del Roure, à Taillet (œuvre disparue), cette statue pourrait faire partie d’un groupe d’œuvres du second quart du XIVe siècle, caractérisé par une mise en valeur de la taille de la Vierge et la position de l’Enfant « moins strictement verticale »50. On peut également la rapprocher stylistiquement de la Vierge à l’Enfant debout d’Err. (GD, CRB)

016 Bourg-Madame Vierge à l’Enfant

74Église paroissiale Saint-Martin d’Hix
Bois de saule polychrome
69 x 29,5 x 16,4 cm
Fin XIIe siècle - début XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 5 décembre 1908

  • 51 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, (...)
  • 52 Photographie ancienne, début XXe siècle (Archive de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », c (...)

75Taillée dans un bois de cœur de saule51 la Vierge à l’Enfant d’Hix est présentée au centre du retable de Saint-Martin (XVe siècle). Non évidée, la statue parait monoxyle. La main gauche de la Vierge et le bras droit de l’Enfant sont rapportés. De légères fentes radiales apparaissent dans l’entrejambe de l’Enfant et de la Vierge au niveau de la partie basse de la robe. Le pied droit, l’index et le majeur de la main droite de l’Enfant sont cassés. Les découpes et les manques sur la couronne de la Vierge s’expliquent, sans doute, par la présentation à une certaine époque de la Vierge parée d’une couronne métallique52.

  • 53 Delcor, 1970, p. 54.
  • 54 Mémoire de restauration du retable de saint Martin à Hix, dossier de la commune de Bourg-Madame, se (...)
  • 55 Mémoire de restauration de la Vierge d’Hix, dossier de la commune de Bourg-Madame, médiathèque de l (...)

76Sous la polychromie, une toile a été marouflée sur le support53. Un minutieux travail en relief exécuté dans la préparation orne les couronnes et la face du siège. Ce décor, aux motifs de cercles, mandorles, points, rinceaux et fleurettes, était très certainement recouvert d’une argenture à la détrempe (ruiné à ce jour). La polychromie ne paraît pas d’origine, bien qu’elle reprenne des motifs médiévaux (reprise de motifs sous-jacents ?). Certains repeints ponctuels sont identifiables en particulier sur le revers du siège, les vêtements et les carnations des personnages. Ils correspondraient à une intervention récente. Une première restauration exécutée en 1952 par l’atelier de G. Chauffrey et M. Muller sur l’ensemble du retable (« refixage, nettoyage, restauration »)54, a sans doute pris en compte celle de la Vierge placée au centre. Puis en 1967, la statue a fait l’objet d’une restauration spécifique par l’atelier de Paul Moras : la Vierge « a été nettoyée. La peinture qui s’écaillait a été refixée. Décapage d’anciens repeints. Collage de parties du bois détérioré. Restauration peinte »55.

  • 56 Heilbronner, 2007-2008, p. 31-50.

77La chasuble sculptée portée par la Vierge est caractéristique d’un petit groupe de Vierges romanes de Cerdagne (Targasonne, Ger ou Talló)56. (GD, CRB)

Vue de la Vierge et de l’Enfant parés de couronnes métalliques, début XXe siècle, © Archive de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », cl. Pierre Vidal.

Vue de la Vierge au centre du retable, avant restauration, en 1929, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.

© cg66/ccrp/Marc Michalczak.

017 Brouilla Notre-Dame de Grâce

78Église paroissiale Sainte-Marie
Bois polychrome
120 x 43 x 33 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 20 février 1922

Avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

Détail du drapé de la robe de la Vierge, avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

  • 57 Récolement de 1951, dossier de la commune de Brouilla, service des objets mobiliers, médiathèque de (...)
  • 58 Ibidem.
  • 59 Ibidem.

79Cette statue de grande taille est évidée à l’arrière et refermée par un volet plat. Lors de son classement en 1922, l’état de conservation de l’œuvre était jugé préoccupant par le curé, qui demanda une intervention57. Le maire sollicita à son tour une restauration en 194758. En 1951, à l’occasion d’un récolement, la statue est « menacée de destruction complète » et une « intervention d’extrême urgence devait être menée pour consolider le bois et détruire les vers »59. Une photographie témoigne de cette attaque généralisée par des insectes xylophages et des manques qu’elle a entraînés, en particulier au niveau des plis de la robe de la Vierge, de sa main gauche mais aussi sur l’ensemble du côté gauche de l’Enfant (torse, bras, jambe et dans une moindre mesure la tête). Le pied droit de la Vierge avait disparu.

  • 60 Devis et mémoire de restauration de M. Maimponte, dossier de la commune de Brouilla, service des ob (...)
  • 61 Notes typographiques sur la restauration de la statue, archives des A.O.A des Pyrénées-Orientales, (...)

80En 1952, la restauration est confiée à Marcel Maimponte (sculpteur à Bagnolet)60. Une fois la statue traitée contre les insectes, son support consolidé, les lacunes mastiquées, les zones lacunaires ont été reconstituées : drapé devant les jambes de la Vierge, côté gauche de l’Enfant et bras gauche de la Vierge, fleurons de sa couronne et la base. Par ailleurs, la Vierge a été en partie « décapée » jusqu’à un repeint, datant certainement du XVIIIe siècle61. Des traces de bleu sous-jacent sont encore visibles sous le manteau de la Vierge, ainsi que des motifs en relief très fins, réalisés dans la préparation originale, au niveau de l’encolure de sa robe, du lien retenant son manteau et sur la robe de l’Enfant (semis de petites fleurs à quatre « pétales »). Une toile est en place au bord d’une lacune du siège. Les bras de l’Enfant et le bras droit de la Vierge ont été refaits lors d’une restauration plus récente (non datée). (GD, CRB)

018 Caixas Vierge à l’Enfant

  • 62 ADPO, 123J19/581, fonds Mathias Delcor : coupure de presse de L’Indépendant du 4 avril 1935.

81Église Sainte-Colombe de les Illes
Marbre
Environ 80 cm62 Milieu XIVe siècle - seconde moitié XIVe siècle
Propriété de la commune
Volée

Vue rapprochée de la statue, 1936, © ADPO, 123J19/581, Fonds Delcor, article de L’Indépendant, cl. Duran.

  • 63 ADPO, 123J19/581, fonds Mathias Delcor : coupures de presse de L’Éclair du 5 avril 1935, L’Éclair d (...)

82Cette statue fit l’objet d’une première affaire de vol en 193463, jugée en 1935. Le maire de Caixas était inculpé de complicité de vol, un antiquaire perpignanais de vol et un brocanteur de Prades de recel. Après avoir été vendue à un antiquaire perpignanais, la Vierge à l’Enfant de Sainte-Colombe a été rachetée par un antiquaire de Versailles. La pérégrination s’est poursuivie jusqu’à New York où elle a été retrouvée en vente à la Brummer Gallery.

  • 64 ADPO, 123J19/581, fonds Mathias Delcor, coupure de presse de L’Éclair du 5 avril 1935.
  • 65 Témoignage recueilli auprès de M. et Mme Hubert, par G. Dalmau (CCRP), en avril 2011.

83Deux plats en étain, des ornements sacerdotaux, une Vierge en bois provenant de l’église Saint-Pons de Candell (Caixas), sont également dérobés. Dans le compte-rendu de jugement donné par le journal l’Éclair du 5 avril 1935, il est précisé que « la Vierge en bois de Candeil, très vétuste [...] aurait été réduite en poussière au cours de ses divers transports »64. La statue en marbre de Sainte-Colombe a été remise dans son église, puis dérobée à nouveau65 et disparue depuis. L’église ne conserve aujourd’hui que la couronne en fer blanc ornée de verroteries multicolores.

84Une photographie du début du XXe siècle montre le visage polychrome de la Vierge (carnations, cheveux) contrairement à celui de l’Enfant. La Vierge avait perdu son bras droit (assemblage par un tourillon) et l’Enfant son bras gauche ; une importante cassure horizontale (réparée) est visible sous le bassin de la Vierge. Sur le cliché Duran, publié par l’Indépendant en 1935, le visage de l’Enfant est polychrome ; les têtes de l’Enfant et de la Vierge sont ceintes d’une couronne, ce qui peut en expliquer l’arasement du sommet. (GD, CRB)

Vue d’ensemble de la statue, début XXe siècle, © Collection particulière, cl. Augustin Touron.

019 Calce Vierge à l’Enfant

85Église paroissiale Sainte-Marie
Bois de peuplier polychrome
92 x 38 x 22 cm
XVe siècle
Propriété de la commune
Restaurée en 2006 par Marijke Bos

86La Vierge à l’Enfant de très faible épaisseur et largement évidée au revers, devait faire partie d’un retable. Une toile marouflée est visible sur la tranche. Des restaurations anciennes ont entraîné des transformations notables de la statue. Une re-dorure généralisée des vêtements de la Vierge et de l’Enfant a très certainement été effectuée au XIXe siècle. Une toile beige de renfort a été rajoutée à l’arrière. La main droite de la Vierge est refaite tout comme la boule que l’Enfant tient dans sa main droite. Enfin, la base du manteau a été allongée de 15 cm.

87En 2006, lors d’une restauration non documentée, les carnations ont été repeintes. (GD, CRB)

Vue de la statue avant la restauration de 2006, © ADPO, 21Fi222, Fonds Durliat.

020 Calmeilles Notre-Dame de la Salut dite aussi Nostra Senyora de la Salut

88Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Félix
Bois de saule polychrome
62,5 x 30 x 26,5 cm
XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 2 avril 1908

Avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

  • 66 Ponsich, 1957, p. 109.

89La présence dans l’église d’un autel dédié à la Vierge est attestée dès 133966.

  • 67 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, (...)

90La statue, sculptée en bois de saule67, est évidée par en dessous jusqu’en haut du buste. Le revers du dossier, ouvert, est refermé avec deux planchettes, comme deux portes. Sur la face, l’Enfant semble rapporté sur le giron. Son bras droit a disparu, et celui de sa mère est certainement refait. Les couronnes de la Vierge et de l’Enfant ont été arasées. Les colonnettes du siège, présentes seulement sur la face, sont chacune assemblées grâce à deux chevilles en bois. Une toile est perceptible au niveau des assemblages.

  • 68 Ponsich, 1957, p. 109.
  • 69 Delcor, 1984, fig. 18, p. 118.
  • 70 Cette restauration n’est ni datée, ni documentée.

91En 1957, Pierre Ponsich décrivait la statue en ces termes : « seuls le visage et la couronne ont été assez grossièrement repeints, mais les vêtements ont conservé leur ancienne polychromie »68. En 1984, Mathias Delcor69 publie un cliché photographique qui témoigne d’une restauration de l’œuvre70. À cette occasion, le repeint des visages de la Vierge et de l’Enfant a été retiré, et le sommet lacunaire des colonnettes du siège, reconstitué en forme de pomme de pin. (GD, CRB)

021 Calmeilles Notre-Dame del Coll dite aussi Nostra Senyora del Coll

92Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Félix
Provenance : chapelle de l’ermitage Notre-Dame del Coll
Bois de feuillu polychrome
76 x 24 x 20,5 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune

Vue de l’ermitage Notre-Dame del Coll, gravure, © « Voyage aux hermitages des Pyrénées-Orientales » par le Chevalier de Basterot, lithographie de Bayot, Aubry éditeur, Perpignan, 1829.

  • 71 Just, 1860, p. 110.
  • 72 Ibidem, p. 109.

93Selon Louis Just, en 1855, cette statue était présentée sur un autel latéral de la chapelle de l’ermitage, habillée d’une robe ne dévoilant que les têtes de la Vierge et de l’Enfant71. Une scène peinte sur le retable du maître-autel faisait allusion au récit d’invention miraculeuse et montrait un laboureur mettant à jour la statue après la découverte faite par un bœuf72. La statue est depuis de nombreuses années conservée dans l’église paroissiale.

  • 73 Renseignements recueillis auprès de Brigitte Baux, maire du village par I. Jubal-Desperamont (CCRP) (...)

94À l’occasion de l’aplec (le 8 septembre), et jusqu’à une époque récente, la statue était portée en procession sur sa cadireta jusqu’à l’ermitage73. Sans doute pour cette raison, est-elle sculptée sur toutes les faces.

  • 74 « Les cheveux de la Vierge – qui avaient été repeints en noir – » Ponsich, 1957, p. 112.

95La Vierge, debout, au déhanchement particulier, a une robe, un manteau, et des cheveux dorés à la détrempe74. La bordure du manteau, l’encolure de la robe et le buste de la Vierge sont ornés de motifs poinçonnés. Un collier est peint autour de son cou. Cette polychromie bien qu’ancienne n’est sans doute pas d’origine. L’Enfant, porté sur l’avant-bras de la Vierge, n’a plus de bras, et sa tête est refaite. Sa robe est dorée avec un vernis rouge-orangé. Une couronne devait être posée sur sa chevelure.

  • 75 Nous ignorons le rôle des Études Roussillonnaises et le nom du restaurateur.
  • 76 Ponsich, 1957, p. 110-112, note 27.

96Dans les années 1950, en raison de son mauvais état de conservation, cette Vierge à l’Enfant a subi une intervention assez drastique relatée par Pierre Ponsich : « la statue de la Vierge était dans un état lamentable, l’épaule droite et le haut du bras, mangés par les vers, avaient disparu ; l’épaule gauche était déjà très endommagée, l’Enfant Jésus était sans bras, sa tête arrachée et il manquait une partie du dos ; la toile de marouflage pendait dans le dos de la Vierge, les visages avaient été grossièrement repeints et l’ensemble était fortement piqué des vers. La restauration, effectuée aux Études Roussillonnaises75, a consisté à nettoyer, imbiber d’insecticide durcissant, refaire les parties manquantes – sauf les bras de l’Enfant Jésus – et combler les trous de vers à la pâte à bois, enlever la peinture récente sur le visage et les cheveux de la Vierge, qui avait heureusement conservé la plus grande partie de la peinture et de la dorure anciennes, y faire enfin les raccords nécessaires, ainsi qu’à la peinture bleue et à la dorure ancienne de la robe de la Vierge et de l’Enfant (raccords à l’or véritable) »76. (GD, CRB)

022 Camélas Vierge à l’Enfant

97Église paroissiale Saint-Fructueux
Provenance : Chapelle Sant-Martí de la Roca
Bois de saule polychrome
71,5 x 28 x 35 cm
XIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 5 décembre 1962

Vue générale de l’œuvre avant sa restauration en 1963, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

Vue générale de l’œuvre, l’Enfant détaché, avant sa restauration en 1963, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

98La statue provient de la chapelle Sant-Martí de la Roca d’où elle a été descendue en 1953 afin d’être conservée dans l’église paroissiale Saint-Fructueux de Camélas.

  • 77 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, (...)

99Sculptée dans une bille de bois de saule77, la statue est plane au revers et non évidée. Les mains de la Vierge sont des pièces rapportées, tout comme l’Enfant, amovible, qui est fixé dans le giron de la Vierge par un tourillon de bois. La partie basse de l’Enfant semble avoir été sciée au-dessus des pieds.

  • 78 Dossier de la commune de Camélas, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du (...)

100En 1963, la restauration de Marcel Mainponte78 transforme son aspect : suppression de la couronne fixée sur le front de la Vierge et réapparition d’une guimpe (originale ?), retrait des repeints, en particulier ceux des carnations, modification du visage de la Vierge et de l’Enfant, réalisation d’une chevelure et fixation de ce dernier dans le giron de sa mère, comblement sur la face d’une importante fente radiale à la base de la statue...

101La succession des repeints confère à la polychromie un aspect hétérogène. Ils sont prononcés au niveau des visages, sur la robe et l’épaule droite de l’Enfant. Il semblerait qu’il n’existe plus de polychromie ancienne sous-jacente sur les visages et que le repeint ait été appliqué à même le support. (GD, CRB)

023 Camélas Notre-Dame de la Poma dite aussi Nostra Senyora de la Poma

102Église paroissiale Saint-Fructueux
Bois polychrome
59,5 x 25,5 x 23 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 5 décembre 1962

Vue de la statue placée dans la niche centrale à baldaquin du retable de saint Nicolas.

  • 79 Cazes, 1985, p. 158.

103La Vierge à l’Enfant est présentée dans la niche centrale à baldaquin du retable de saint Nicolas, datant de 1407. Selon l’abbé Cazes, cette statue est mentionnée dans l’église Sant Martí de la Roca (Camélas) en 165479. Le vocable de la statue vient du fruit qu’elle tient dans sa main.

  • 80 Information transmise par Albert Rigall, employé municipal de Camélas à la retraite.

104Cette Vierge fait l’objet d’une importante dévotion ; il existait à la fin du XVIIe siècle une confrérie de la pomme à Camélas80.

105La statue est sculptée dans une bille de bois, évidée au revers et refermée par un volet. Les mains et les fleurons des couronnes ne sont pas d’origine. Des restaurations récentes sont visibles au niveau du revers qui comporte de nombreux mastics.

106La polychromie est refaite. La dorure ornée d’un décor de poinçons a été sans doute appliquée au XVIIIe siècle. Au revers, la couleur verte du volet est peut-être d’origine. Le visage de la Vierge présente un repeint très lacunaire, à l’aspect délavé. (GD, CRB)

024 Canaveilles Vierge à l’Enfant

107Oratoire de Sainte-Anne, sur le chemin de Llar
Bois
XIIIe siècle
65 cm environ (hauteur Vierge)
Propriété de la commune
Disparue

Vue générale de l’oratoire sur le chemin de Llar où se trouvait la statue. © cl. I. Jubal-Desperamont.

  • 81 La hauteur de la statue est estimée à 65 cm environ, en se basant sur les dimensions de la niche : (...)
  • 82 En 2012 l’oratoire a été restauré par une association patrimoniale, et une statue de sainte Anne y (...)
  • 83 Témoignage oral recueilli auprès de paroissiens en 2010 par C. Rogé-Bonneau, chargée d’inventaire a (...)

108Une photographie ancienne, publiée par Mathias Delcor en 1970, est l’unique témoin de l’existence de cette statue et nul ne connaît la date de sa disparition. Exposée dans la niche81 d’un oratoire dédié à Sainte-Anne82, au départ du chemin conduisant à Llar, la statue aurait été victime de vandalisme (repeinte, grimée) puis peut-être brûlée, aux dires de certains habitants83.

109D’après la photographie, la Vierge assise et l’Enfant sont sculptés dans deux blocs de bois distinct, avec l’Enfant rapporté et fixé par un clou au centre du giron de la Vierge. De même, les bras de la Vierge, disparus, sont des éléments rapportés (les tenons de fixation sont visibles sur la photographie). D’autres tenons, de part et d’autre du siège marquent l’emplacement des montants verticaux disparus. L’exposition en extérieur explique le mauvais état de conservation. Les volumes de la statue sont extrêmement usés, les traits du visage de la Vierge (bouche, emplacement du nez, guimpe), et les plis des vêtements sont peu distincts. L’Enfant couronné (absence des fleurons sommitaux) a perdu ses bras, ses pieds, et son visage ne présente plus aucune expression.

110La polychromie est ruinée et le bois est à nu sur la quasi-totalité de l’œuvre, même si des parcelles subsistent sur les épaules de la Vierge et sur son côté gauche. Sur le support, une toile marouflée, sur laquelle a été appliquée la polychromie, est visible au niveau de l’emplacement du bras gauche de la Vierge. (GD, CRB)

Vue générale de l’œuvre dans sa niche, © Archives de l’association « Les Amis de Matthias Delcor ».

025 Canaveilles Vierge à l’Enfant

111Niche extérieure d’une maison
Conservée chez un particulier
Bois de peuplier polychrome
57 x 25,5 x 23 cm
Fin XIIIe - début XIVe siècles
Propriété privée

Vue de la statue dans la vitrine, le Vendredi saint 2001, © cl. Madame Vaillant.

  • 84 Témoignage oral de la famille propriétaire de la statue, recueilli en juillet 2013 par C. Rogé-Bonn (...)

112Cette Vierge était présentée dans une niche, à l’angle de la maison située à proximité de l’ancienne école (actuelle Mairie). Dans les années 1930, la propriétaire quitta le village pour Perpignan et emporta la statue. L’œuvre est conservée jusqu’en 200284 dans son salon de coiffure, rue Mailly à Perpignan. Chaque année, pour la Semaine sainte, elle était présentée sur un reposoir avec des fleurs dans la vitrine.

  • 85 La famille se souvient que la Vierge et l’Enfant étaient parés de couronnes rajoutées, lorsque la s (...)

113La statue est sculptée dans un bois plein, dont le cœur est pratiquement centré à la base. Le revers est plat, la banquette juste esquissée. Le bras droit de la Vierge, disparu, était assemblé à l’aide d’un tourillon. De la toile a ponctuellement été appliquée sous la polychromie, sans doute sur des fentes déjà présentes ou des défauts du bois (arrière du siège et poignet gauche). La partie sommitale des têtes a été arasée, sans doute pour positionner des couronnes amovibles85. La statue présente des altérations consécutives à une exposition prolongée en extérieur, avec de nombreuses fentes et de multiples petits manques dans des zones attaquées par les insectes xylophages, notamment le bord du manteau, les doigts de l’Enfant, la base de la statue, le pied droit de la Vierge. Les reliefs de l’Enfant sont usés.

  • 86 Chaque année, la propriétaire faisait cirer la statue avant de la présenter dans la vitrine pour la (...)

114La polychromie est ruinée, mais cet état permet d’observer les traces d’outils (gouge, ciseau). Quelques fragments de polychromie subsistent dans des creux : une feuille d’argent ou d’étain appliquée sur une couche de préparation blanche. Le ou les vernis qui la recouvraient ont disparu. La surface de l’œuvre a été recouverte de cire86.

  • 87 Habituellement l’Enfant tient un livre dans la main gauche.
  • 88 Subes, 2011, p. 112.

115D’un point de vue stylistique cette Vierge, dont l’Enfant tient exceptionnellement une boule dans sa main gauche87, peut être associée à celles de Serrabone, Prunet, Thorrent (Sahorre) ou Talau (Ayguatebia), groupe important des « Vierges de fin du XIIIe siècle et du début du XIVe siècle » défini par Marie-Pasquine Subes88. (GD, CRB)

026 Canohès Vierge à l’Enfant

116Église paroissiale Saint-Cyr et Sainte-Julitte
Bois de peuplier polychrome et doré
96 x 35 x 29,5 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune (?)

Vue générale de la statue dans la niche, avant reconstitution de son bras droit, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.

  • 89 ADPO, 175J37 : fonds Cortade, note manuscrite sur la Vierge à l’Enfant de Canohès.

117L’origine de l’œuvre n’est pas connue. Elle fut donnée par une paroissienne au père Georges Abelanet89, ancien curé de Canohès. Scellée dans une niche à l’intérieur de l’église, la statue est remaniée. La main droite de la Vierge, tenant un globe, est refaite. Le nez de la Vierge est modifié ou refait comme certains plis de son vêtement. L’aspect curieux des pieds suggère qu’elle ne portait pas de poulaines. Le revers de la sculpture est plan et évidé jusqu’à la poitrine. Celui-ci était peut-être autrefois fermé par un volet. Le socle a été doublé par une planche.

118La polychromie a été modifiée plusieurs fois avec de nombreux mastics et des reprises au niveau de la dorure et des carnations. Le siège est repeint en jaune et vert avec des rayures, et le socle à pans coupés, en vert clair. (GD, CRB)

027 Canohès Vierge à l’Enfant

119Église paroissiale Saint-Cyr et Sainte-Julitte
Bois de noyer polychrome
40,6 x 16,5 x 10,5 cm
Seconde moitié du XVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 7 octobre 1997
Restaurée en 1992 par Isabelle Jubal-Desperamont (CCRP)

Avant la restauration de 1992.

  • 90 . Témoignage oral recueilli en 2010 par I. Desperamont-Jubal, restauratrice au CCRP.
  • 91 . Subes, 2011, p. 252-257.

120Cette statue aurait été trouvée dans les années 1980, par un pêcheur de Canohès dans une rivière, avant d’être offerte à l’église90. Elle a été ensuite remisée dans un placard en raison de son mauvais état de conservation. D’un point de vue stylistique, elle est proche de la tradition flamande et compte tenu de sa taille devait faire partie d’un retable91.

121Monoxyle et pleine, la statue, plane au revers, est sculptée sur trois faces, dans une bille de bois, à proximité du cœur. La main droite de la Vierge – rapportée et assemblée par une cheville –, le pied gauche et la main gauche de l’Enfant ont disparu.

122La tête de la Vierge est traversée latéralement par une cheville sans doute d’origine qui sert à maintenir une grande fente radiale. Sur des zones déjà fendues, une toile a été appliquée sur le bois avant la préparation.

123Si le support de la sculpture est assez bien conservé, la polychromie qui recouvrait entièrement l’œuvre a presque disparu car la statuette a séjourné dans l’eau et porte des traces de brûlures. Des restes d’une dorure à la détrempe sur une assiette rouge sont visibles sur les cheveux, les vêtements, ainsi que d’infimes parcelles de bleu, sans que l’on puisse affirmer qu’il s’agisse de la polychromie originale. Deux repeints successifs se distinguent dans les creux des carnations. Les yeux de la Vierge ont été maladroitement refaits. (GD, CRB)

028 Casteil Notre-Dame de Sous Terre dite aussi Nostra Senyora de la Soterrana

124Abbaye de Saint-Martin du Canigou
Bois polychrome
Environ 60 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune (?)
Volée

e - Statue placée sur l’autel de la chapelle souterraine, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade.

  • 92 Camós, 1772, p. 359-360 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.
  • 93 ADPO, 2V34.

125Cette statue se trouvait dans l’église inférieure dédiée à la Vierge de l’abbaye de Saint-Martin du Canigou92 ; son goig le rappelle : « Goigs de Nostra Senyora de la Soterrana, antiguissimament venerada en la cripta de la iglesia de Sant Martí del Canigó »93.

  • 94 « deux autre [lampes] devant lo altar de Nostra Senyora sotarriana dujus dita iglesia [...] (Alart  (...)

126Son vocable apparaît pour la première fois dans les documents d’archives en 1596, où il est question de deux lampes à huile devant l’autel de « Nostra Senyora sotarriania »94.

  • 95 ADPO, 8V31.
  • 96 Delcor, 1970, p. 63.

127Après la sécularisation de l’abbaye en 1783, la statue est déplacée à l’église paroissiale Saint-Martin de Casteil. Celle-ci n’apparaît toutefois pas dans l’inventaire des biens de l’église paroissiale, réalisé le 23 mars 190695, suite à la loi de séparation des églises et de l’État du 9 décembre 1905. Dans les années 1920, une fois la restauration de l’abbaye achevée par Monseigneur de Carsalade du Pont, évêque de Perpignan-Elne, la statue regagne l’église souterraine96. À l’occasion d’une nouvelle campagne de travaux et de rénovation en 1974, la statue est dérobée.

  • 97 Delcor, 1970, p. 63-64.

128En 1970, Mathias Delcor donne la description suivante de la statue : « la Vierge, assise en majesté sur une sorte de coffre est revêtue d’une tunique verte et, par-dessus celle-ci, d’une sorte de manteau rouge à manches courtes bordé d’or. Un large collier doré en forme de galon finement brodé comme les manches descend assez bas sur la poitrine et une ceinture également dorée fait le tour d’un corps maladroitement sculpté. Un voile blanc maintenu par un diadème encadre le visage très fin de la Mère »97. Les derniers clichés de l’œuvre (ill. a d et e), contrairement à celui de 1929 (ill. b), montrent un déplacage important de la polychromie sur la poitrine de la Vierge mettant à nu le support bois. Depuis le vol, une copie remplace dans l’église l’original. (GD, CRB)

a - Vue générale de l’œuvre, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.

029 Castelnou Notre-Dame del Pla de Ralla, dite aussi Notre-Dame del Mercadal

129Église paroissiale Sainte-Marie del Mercadal
Bois de pin polychrome
111 x 26 x 21 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune

  • 98 ADPO, 175J37 : L’abbé Cortade dans ses notes manuscrites évoque l’existence de cette statue au mas (...)
  • 99 Témoignages de Jean-Louis Mayneris et Roger Justafré, de Castelnou, recueillis par C. Rogé-Bonneau (...)
  • 100 La couronne de l’Enfant est en métal.

130Conservée pendant plus d’un siècle dans la chapelle Sainte-Marie du mas Aragon (Castelnou)98, Notre-Dame del Pla de Ralla a rejoint en 2010 l’église paroissiale de Castelnou, d’où elle provient. À la fin du XIXe siècle, la famille Aragon avait permis grâce à des dons, la restauration de l’église paroissiale de Castelnou et l’édification de sa sacristie. Aussi, lors de la consécration de la chapelle privée du mas Aragon en 1915, Mgr de Carsalade du Pont, évêque de Perpignan-Elne, aurait offert en remerciement la statue de Notre-Dame del Pla de Ralla, une œuvre jusque-là conservée à l’église paroissiale de Castelnou99. La statue en bois plein comporte un revers plat non sculpté. Elle est présentée sur une base à pans coupés, sur un socle carré datant du XIXe siècle. La Vierge devait tenir dans sa main droite un objet aujourd’hui disparu. Dans la chapelle du mas Aragon, elle était présentée avec une grappe de raisin dans cette main. Les auréoles de la Vierge et de l’Enfant100 sont rajoutées. Les pieds de l’Enfant entrecroisés à l’envers, sous le drapé, sont l’une des caractéristiques des sculptures du XIVe siècle.

131La polychromie de l’ensemble de la sculpture a été refaite vers la fin du XIXe siècle : dorure à la détrempe, rehaussée de décors gravés sur les vêtements, et carnations à l’aspect mat, très rosées (contemporain au remaniement du socle). Les visages ont été remaniés. Cette réfection et ce repeint ont peut-être été réalisés à l’occasion de la consécration de la chapelle. (GD, CRB)

Vue de l’église Sainte-Marie del Mercadal, © cg66/Michel Castillo.

030 Catllar Notre-Dame de Riquer

132Église paroissiale Saint-André de Catllar
Provenance : Chapelle Notre-Dame de Ri quer
Bois de peuplier polychrome
48 x 23 x 20 cm
Premier quart du XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 23 novembre 1948
Restaurée en 1999 par Isabelle Jubal-Desperamont (CCRP)

Vue générale de la Vierge, avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine– diffusion RMN.

  • 101 Sangla, 2011, p. 226.
  • 102 Dossier de la commune de Catllar, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du (...)

133En 1913, la statue est donnée au curé de la paroisse de Catllar par les propriétaires du mas Riquer, à condition qu’une messe soit célébrée chaque année pour leurs défunts101. Dérobée en avril 1975102, Notre-Dame de Riquer est mystérieusement envoyée par la Poste et remise en place dans l’église de Catllar en décembre 1995.

134La statue est particulièrement petite par rapport aux autres Vierges de la même époque. Elle est taillée dans une seule bille de bois de peuplier. Le bras droit de la Vierge, sans doute refait, est assemblé au niveau du coude. Sa couronne, constituée d’une languette de bois est clouée derrière la tête.

135La polychromie originale a été recouverte par deux repeints successifs et son état lacunaire rend une reconstitution très difficile. La feuille d’argent a peut-être été utilisée pour les vêtements, avec des rehauts translucides verts et rouges sur le manteau et la couronne. La banquette devait être verte avec des moulures rouges aux liserés noirs. Un premier repeint monochrome beige clair suivi de la dorure actuelle, pourrait être une intervention dans le goût du XIXe siècle. Cette dernière a été précédée d’une préparation, par endroits très épaisse, qui masque la finesse de la sculpture.

  • 103 . Subes, 2011, p. 228.

136D’un point de vue stylistique, Marie-Pasquine Subes situe cette Vierge assise dans le premier quart du XIVe siècle103. (GD, CRB)

031 Caudiès-de-Fenouillèdes Notre-Dame de La Val

137Église de l’Ermitage Notre-Dame de La Val
Pierre polychrome
112 x 41 x 26 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 2 février 1907

  • 104 Poisson, 1989, p. 103-107.
  • 105 En 1986, plusieurs sculptures en bois faisant parti du retable ont été arrachées pour être volées. (...)

138La statue est présentée au centre du retable de Notre-Dame de La Val. Le registre principal du retable, composé de huit bas-reliefs représentant les scènes de la vie de la Vierge, et la prédelle sont en pierre et ont été réalisés au milieu du XIVe siècle104. Les quatre bas-reliefs placés aux extrémités, sont en bois105 et seraient des ajouts du XVe siècle. La Vierge à l’Enfant est contemporaine de la partie centrale du retable. Son déhanchement, le raffinement des plis de sa robe, et le détail particulier du pied de l’Enfant retourné sous le drapé, sont caractéristiques des représentations gothiques du XIVe siècle.

Vue de la statue, au centre du retable.

  • 106 Le retable a fait l’objet d’une étude par des étudiants en restauration de l’Institut national du p (...)

139La statue est en pierre polychrome non évidée au revers. Elle a été entièrement redorée au XIXe siècle. Une polychromie ancienne, bleu sombre mat (azurite ?) est visible dans les creux du manteau de la Vierge. Des traces de polychromies anciennes subsistent également au niveau des carnations106.

  • 107 Les deux couronnes qui constituent aujourd’hui le trésor de Notre-Dame de La Val, ont été réalisées (...)
  • 108 L’Indépendant, 23 et 24 août 1954.

140Dans les années 1950, le curé de Caudiès décide de faire confectionner deux couronnes en or107 (pour la Vierge et pour l’Enfant), en utilisant les bijoux offerts comme ex-voto à Notre-Dame de La Val. La Vierge est couronnée le dimanche 12 septembre 1954, par l’abbé Gabriel, curé de Caudiès, en présence de Mgr Bernard, évêque de Perpignan-Elne108. En 1960, a lieu une deuxième cérémonie, pour le couronnement de l’Enfant Jésus.

  • 109 En 1743, l’obligation d’une procession annuelle à Notre-Dame de La Val est décrétée pour vaincre la (...)
  • 110 Il s’agissait d’un cœur recouvert de velours rouge sur lequel étaient fixés les bijoux offerts comm (...)

141Notre-Dame de La Val fait l’objet d’une très grande dévotion. Autrefois, des cantiques occitans étaient chantés en son honneur, des ex-voto illustrant les guérisons miraculeuses lui étaient offerts. Elle était portée en procession109 accompagnée de son trésor110. (GD, CRB)

032 Caudiès-de-Fenouillèdes Vierge des Mariées

142Église paroissiale Sainte-Marie
Pierre polychrome
122 x 55 x 30 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 31 mars 1992

  • 111 Cette tradition est assez récente ; elle date de sa mise en place à l’intérieur de l’église.
  • 112 Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, commune de Caudiès-de-Fenouillèdes. Une ancienne niche est (...)

143Le nom de cette Vierge à l’Enfant vient d’une tradition selon laquelle les mariées offrent à la Vierge leur bouquet à la fin de la cérémonie111. Aujourd’hui conservée dans l’église, cette statue provient de la niche du portail de l’église paroissiale112.

144Cette exposition explique les altérations constatées en partie inférieure de l’œuvre.

145La Vierge en pierre est évidée au revers, jusqu’à la ceinture. Une partie des extrémités des fleurons de sa couronne manque, et un pied de l’Enfant a disparu. Sa base est lacunaire : elle a été bûchée pour être retirée de son emplacement d’origine. Une cassure est perceptible sur le cou de l’Enfant. Des modifications ont été réalisées au niveau de l’épaule droite de la Vierge et sur son cou. Son voile est sculpté dans le dos, avec une bordure dorée.

  • 113 Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, commune de Caudiès-de-Fenouillèdes ; restauration par Jaum (...)

146La statue a été déposée dans l’église par Pierre Ponsich et restaurée par l’Atelier départemental de restauration, en 1972113. Au revers, un bouchage au plâtre subsiste dans l’évidement, probablement le reste d’une ancienne fixation.

  • 114 Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, commune de Caudiès-de-Fenouillèdes, notes typographiques d (...)

147Sa polychromie présente de nombreux repeints et il est difficile de distinguer l’originale, visible au niveau de sa chevelure, dorée par endroits114, et dans les creux qui comportent des traces de couleur bleue mate.

148La Vierge a la particularité d’être parée d’une sorte de collier, fait de trois cercles en pâte de verre, de couleur bleue et blanche, appliqués au niveau de l’encolure de sa robe. Sa main droite recouverte du manteau est un détail peu courant.

149Cette Vierge à l’Enfant présente plusieurs caractéristiques de la sculpture gothique : sa courbure très accentuée, le retour du pan de son manteau et les drapés qui s’enroulent. Il s’agit d’une Vierge à l’Enfant de type languedocien, proche de la Vierge de Bethléem de Narbonne. (GD, CRB)

033 Caudiès-de-Fenouillèdes Vierge à l’Enfant dite Nostro Damo de Dono Pa

  • 115 La dimension est approximative car la niche est inaccessible.

150Portail du parc de Notre-Dame de Laval
Pierre
80 cm (hauteur Vierge)115 XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 2 novembre 1988

Détail du visage de la Vierge.

  • 116 Vocable que l’on peut traduire de l’occitan en : Notre-Dame qui donne le pain.
  • 117 Le 04 juillet 1683, il fut « payé 5 sols pour avoir fait mettre l’image de la Vierge au-dessus de l (...)
  • 118 Fabre, 2007, np.

151La Vierge à l’Enfant est appelée « Nostro Damo de Dono Pa »116, car la population demandait son intercession en périodes de famines, et quotidiennement pour assurer la prospérité. En 1683, la statue est installée dans une niche au-dessus du portail d’entrée de l’actuel parc de Notre-Dame de Laval117 qui semble délimiter l’entrée de l’ancien cimetière118. La provenance de la Vierge à l’Enfant est inconnue.

152La statue dont la sculpture est d’une grande finesse, est très altérée par des fentes et lacunes du support (main droite de la Vierge, bras droit et tête de l’Enfant), et par de nombreuses éclaboussures de couleur claire sur la pierre calcaire beige. Aucune polychromie n’a été observée.

  • 119 Archives A.O.A des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Caudiès-de-Fenouillèdes.

153Sur une photographie des années 1950, la tête de l’Enfant Jésus, disparue, est encore visible. Une note d’archives précise qu’elle était en plâtre119. La polychromie de l’ensemble est inexistante. (GD, CRB)

Détail de l’Enfant Jésus.

Vue de la Vierge dans la niche placée au-dessus du portail.

Cliché des années 1950, avant la disparition de la tête de l’Enfant, © ADPO, 21 Fi 42/1, Fond Durliat.

034 Céret Vierge à l’Enfant

154Église paroissiale Saint-Pierre
Marbre
80 x 32 x 21 cm
Première moitié du XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 2 novembre 1988

Vue générale de l’œuvre avant la réfection de la tête de l’Enfant et de la main de la Vierge, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

  • 120 Témoignage recueilli en 2010 par Isabelle Jubal-Desperamont (CCRP).
  • 121 Jaume Cascalls est le sculpteur de la Vierge à l’Enfant en marbre conservée à Corneilla-de-Conflent

155De provenance inconnue, la Vierge à l’Enfant pourrait avoir été donnée par un prêtre au XIXe siècle120. Cette statue était sans doute à l’origine présentée dans la niche d’un retable car son revers est plat, sans finition, et comporte des traces d’outils. La finesse de la sculpture, de son drapé, peut être rapprochée des modèles catalans, dans la lignée de celles du sculpteur Jaume Cascalls121.

156Elle est sculptée dans un marbre blanc monolithique, excepté la main droite de la Vierge longtemps détachée et refixée récemment (son pouce a été rajouté). La tête de l’Enfant Jésus au visage d’adulte, a été refaite ; ses deux mains ont disparu. Sa jambe droite est repliée sous le drapé de sa tunique, laissant à peine entrevoir son pied retourné dépassant du vêtement, une caractéristique des Vierges de cette époque. L’Enfant tenait peut-être à deux mains un oiseau.

157La statue n’est plus polychromée, mais subsistent quelques vestiges de dorure au niveau des cheveux ondulés de la Vierge. (GD, CRB)

035 Céret Vierge à l’Enfant, dite de la Villa Canigou

158Palais de rois de Majorque, Perpignan
Provenance : villa Canigou, Céret
Albâtre polychrome
90 x 30 x 24 cm
XIVe siècle
Propriété du Conseil général des Pyrénées-Orientales
Classée M.H. le 28 août 1947

Détail des motifs peints et dorés, épaule gauche de la Vierge.

  • 122 Dossier de la commune de Céret, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du p (...)
  • 123 Carbonell-Lamothe, Poisson, Reynal, 1989, p. 101.

159Acquise auprès du propriétaire de la villa Canigou à Céret en 1953 par le Conseil général des Pyrénées-Orientales, cette œuvre a été installée au Palais des rois de Majorque122. Son origine est inconnue ; c’est soit une œuvre familiale ou bien un achat de l’ancien propriétaire. En raison de l’emplacement de la villa Canigou à quelques pas de la chapelle Notre-Dame du Pont à Céret (détruite à ce jour), Yvette Carbonell-Lamothe, ancienne conservatrice des antiquités et objets d’art, estime que cette œuvre pourrait provenir de cette chapelle123.

160Réalisée en albâtre, cette statue monolithe, est sculptée sur les quatre faces et polychromée uniquement sur la face. L’avant-bras droit de la Vierge et les deux bras de l’Enfant, aujourd’hui disparus, étaient les seuls éléments rapportés et assemblés à l’aide de goujons.

161Bien que très usées, des traces de polychromie originale sont visibles. Sur les vêtements, des motifs d’entrelacs et de rinceaux imitent des orfrois sur les bordures, des étoiles et des fleurs de lys stylisées de couleur noire. Cette ornementation a été réalisée à l’or à la coquille, directement sur la pierre. Le vêtement de l’Enfant porte des traces de polychromie très usée : un motif en forme d’étoile sans doute doré, comme certains motifs de la robe de la Vierge. Ces motifs dorés, trop usés sur la face, ou disparus, subsistent à l’état de trace en négatif. Les carnations, d’aspect satiné, sont repeintes. (GD, CRB)

036 Céret Vierge à l’Enfant

162Conservée chez un particulier (?)
Bois polychrome
Dimensions non connues
XIVe siècle
Propriété privée

  • 124 Delcor, 1984, p. 116-117.
  • 125 Le propriétaire n’a pu être identifié et l’œuvre n’a pas été localisée.

163L’existence de cette Vierge à l’Enfant est révélée dans l’article de Mathias Delcor, qui décrit la sculpture et publie sa photographie en 1984124. Cette statue ferait partie d’une collection privée à Céret125.

164Le support de cette statue en bois polychrome parait fragilisé. Une attaque d’insectes xylophages est sans doute responsable de la perte de la partie basse de la sculpture (absence des pieds de la Vierge). Par ailleurs, certains éléments rapportés, comme le bras droit de la Vierge et les mains de l’Enfant, ont disparu.

165Ce mauvais état de conservation est masqué par un repeint de couleur bleue qui recouvre toutes les parties de l’ensemble sculpté, à l’exception des carnations des visages. Cette polychromie semble très tardive. (GD, CRB)

Vue générale de l’œuvre, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

037 Codalet Vierge à l’Enfant

166Abbaye bénédictine Saint-Michel de Cuxa
Mise en dépôt par un particulier
Bois de peuplier polychrome
48 x 23 x 20 cm
Première moitié du XIVe siècle
Propriété privée

167Selon la tradition, cette statue a été récupérée par une habitante de Codalet pendant la Révolution française à l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa. Aujourd’hui, elle appartient toujours à un particulier mais est en dépôt à l’abbaye d’où elle est originaire.

168Sculptée dans un bois monoxyle, la statue est plane au revers. Le bras droit de la Vierge est rapporté a posteriori (refait ?) et celui de l’Enfant a disparu. Plusieurs fentes radiales s’observent sur le support, ainsi qu’une attaque prononcée des insectes xylophages. Une pièce de tissu marouflée et fixée par des pointes, a été disposée autour du visage de la Vierge, dans l’intention de reconstituer le voile.

  • 126 Camós, 1772, p. 348.

169La polychromie fortement écaillée, correspond à un repeint généralisé. Ce repeint très épais, entraîne une perte de lisibilité des volumes de la sculpture. Narcís Camós révèle quelques éléments sur la polychromie de l’œuvre au milieu du XVIIe siècle : « la Santa Imagen [...] es dorada [...]. El Jesus [...] es dorado como la Virgen, y morenito »126.

  • 127 Subes, 2011, p. 200.

170Cette statue présente les caractéristiques d’un groupe bien identifié (Serrabone, Talau, Gurb, Sahorre) appelé par Marie-Pasquine Subes « les Vierges de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle »127. (GD, CRB)

Vue de l’abbaye Saint-Michel de Cuxa, © cg66, cl. Michel Castillo.

038 Collioure Vierge à l’Enfant

171Conservée chez un particulier
Bois de noyer polychrome
73 x 23 x 29 cm
XIVe siècle
Propriété privée

Image scanner reconstituée, profil gauche, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.

  • 128 Témoignage recueilli en septembre 2013 auprès de la famille propriétaire, par G. Dalmau (CCRP).

172Cette statue est conservée dans une maison particulière de Collioure, où sa présence est attestée depuis le début du XXe siècle128.

  • 129 Observations confirmées par un scanner.

173Elle est en bois, évidée au revers et refermée par un volet à l’aide de gros clous forgés. L’Enfant est sculpté dans la même bille de bois que la Vierge. La sculpture comporte des éléments rapportés, les bras, les mains et le socle129. L’état de conservation de la statue témoigne d’une attaque ancienne du support par les insectes xylophages, entraînant la disparition de certains volumes de la sculpture. Cet affaiblissement du support a entraîné une modification du voile de la Vierge qui est arasé et recouvert d’une coiffe en résine. La base, modifiée, rend la statue instable. Des colonnettes de part et d’autre du siège ont disparu. La polychromie d’origine est conservée sur l’ensemble de la statue, excepté sur le visage de la Vierge. Elle est caractéristique des techniques rencontrées sur les vêtements des Vierges à l’Enfant du département, de la même époque : feuilles d’argent recouvertes d’un vernis brun, ornées de filets noirs en bordure et de décors en laque rouge. Des vestiges de polychromie d’origine subsistent sur les deux côtés du siège, décrivant un décor d’arcades peintes avec filets noirs et laque rouge. Sur le voile de la Vierge, en partie basse, s’observe également, une polychromie originale beige avec des rayures rouges. Le dos de la statue peint en rouge est authentique. Sur la tête de l’Enfant, des sondages indiquent que la polychromie d’origine existe au niveau du visage et de la couronne recouverte de feuilles d’argent. Le repeint, uniquement appliqué sur les visages et les bras droits, indique que la statue était présentée habillée. (GD, CRB)

039 Collioure Notre-Dame du Bon Succès, dite aussi Nostra Senyora dels Quatre Cantons

174Portail de la Vierge, rue saint Vincent
Bois polychrome
70 cm (hauteur Vierge)
XIVe siècle
Propriété privée
Volée

Vue du portail de la Vierge, au centre la niche renfermant la statue, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade.

  • 130 Témoignage recueilli par C. Rogé-Bonneau (CCRP) auprès de la famille propriétaire. Celle-ci a aujou (...)

175La statue était présentée dans une niche aménagée dans une porte de la ville, le portail de la Vierge. La Vierge à l’Enfant a été volée entre 1996 et 1997130.

  • 131 Delcor, 1984, p. 122.
  • 132 A.D.P.-O., 175J37, fonds Cortade.
  • 133 Aujourd’hui, le balcon est propriété communale. La maison appartenait à M. et Mme Émile Cortade.

176En bois sculpté polychrome, elle était assise sur un siège en forme de coffre sans dossier131. La niche placée au centre d’un décor en stuc en forme de retable baroque, est datée par l’abbé Cortade de la fin du XVIIe siècle132. Pour accéder à cette niche, un balcon privatif est accolé au portail, protégé par un appentis et accessible depuis la maison attenante133.

  • 134 Delcor, 1984, p. 122.
  • 135 Oliver, 1880, p. 6.
  • 136 Témoignage de S. Masségu (CCRP), originaire de Collioure.

177Cette Vierge faisait l’objet d’une dévotion toute particulière, dont l’origine est rapportée par Mathias Delcor : « on raconte qu’à l’époque de la peste qui décima la paroisse de Collioure, l’épidémie s’arrêta juste au portail de la Vierge, au-dessus duquel elle était placée »134. À la fin du XIXe siècle, à l’occasion de la procession en mer pour la saint Vincent, le 16 août, la barque regagnait la terre tirée par les marins depuis la mer « jusqu’au bout de la rue Saint-Vincent, sous le petit oratoire de la Vierge »135. Aujourd’hui, la dévotion demeure. La procession de la Sanch, au soir du Vendredi saint, s’arrête devant le balcon de la Vierge pour un temps de prières. Lors de funérailles, le cortège emprunte ce passage pour se rendre au cimetière, et fait une halte en signe de respect et de dévotion136.

  • 137 Delcor, 1984. p. 122

178La Vierge et l’Enfant portaient une couronne en métal. Plusieurs croix et médaillons, sans doute de véritables bijoux, étaient suspendus au cou de la Vierge. Sa main droite et une partie de son bras étaient refaits. Un cliché ancien, montre que la statue était jadis vêtue. Mathias Delcor137 rapporte que la polychromie d’origine avait disparu et que la sculpture était entièrement repeinte en bleu azur vif, excepté les carnations, et les cheveux noirs. (GD, CRB)

Vue générale de la Vierge à l’Enfant, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade.

040 Corneilla-de-Conflent Vierge à l’Enfant

179Église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption
Bois de peuplier polychrome
72,5 x 32,5 x 31,5 cm
Premier quart du XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 6 mai 1901
Restaurée en 2006 par Caterina Aguer Subiros, Cabanes (Girona)

Vue générale de la statue, avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

  • 138 Subes, 2011, p. 140-147.

180Considérée comme un modèle138, cette sculpture serait la plus aboutie du groupe des Vierges à l’Enfant formé de celles d’Err, Odeillo et Prats-Balaguer (Fontpédrouse). Elle est constituée de huit éléments en bois : le corps de la Vierge (partie centrale), l’Enfant, les mains, le bras droit de l’Enfant et les deux colonnettes latérales. Les fragments d’une toile marouflée sont visibles au niveau des bras et des mains de la Vierge, et sur le bras droit de l’Enfant, fixé à la Vierge par une cheville en bois et un clou. Au revers, plat et non évidé, une cavité reliquaire circulaire est aménagée ; ouverte et vide, elle devait être refermée par un volet à l’aide de clous dont trois sont conservés.

181Le support a subi des dégradations : perte de deux phalanges à la main droite de la Vierge, des doigts et des deux pieds de l’Enfant, disparition du livre des Écritures tenu par l’Enfant, base de la statue incomplète, fente radiale au revers. La base arrière de la sculpture a sans doute été retaillée pour l’encastrer dans les gradins d’un retable.

  • 139 Mémoire de restauration de M. Maimponte, dossier de Corneilla-de-Conflent, service des objets mobil (...)

182En 1953, les trois vierges médiévales en bois conservées dans l’église de Corneilla sont restaurées par Marcel Maimponte ; une intervention qu’il résume par ces mots : « décapage et consolidation »139. Les repeints successifs et disparates n’ont pourtant pas été retirés.

  • 140 Le parti pris de la restauration a été de conserver simultanément le repeint sur le visage de la Vi (...)

183Aujourd’hui, la polychromie est assez lacunaire mettant en évidence le bois du support140. La statue a cependant été restaurée en 2006 par Caterina Aguer Subiros, et les différents repeints ont été conservés excepté sur le trône. En effet, la polychromie originale était trop lacunaire sous le repeint du visage de la Vierge, et un retrait partiel sur les carnations de l’Enfant aurait entraîné un déséquilibre. Parmi ces repeints, on note : deux repeints bleus sur la robe de la Vierge (polychromie originale inexistante), un repeint rouge sur le manteau de l’Enfant (polychromie originale rouge sous-jacente, existante), un repeint sur les carnations des visages (polychromie originale visible sur le visage de l’Enfant, le nez de la Vierge), un seul repeint ocre sur le trône et la base (polychromie originale rouge encore existante). Les cheveux de la Vierge et de l’Enfant étaient dorés à la feuille. (GD, CRB)

041 Corneilla-de-Conflent Vierge à l’Enfant dite de Barcelone

184Église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption
Provenance : Catalogne, Barcelone ( ?)
Bois de peuplier polychrome
66 x 25 x 21 cm
Premier quart du XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 17 décembre 1952
Restaurée en 2006 par Caterina Aguer i Subiros
et Josep Paret i Pey, Cabanes (Girona)

Vue de la Vierge de Barcelona, avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

  • 141 ADPO, 175J37, fonds Cortade : notes manuscrites de l’abbé Cortade sur les vierges à l’enfant ; Gira (...)

185Cette œuvre aurait été rapportée par les frères Francesc et Miquel de Martí i de la Penya, une famille barcelonaise venue s’installer à Fuilla, vers 1835141. Donnée à l’église de Corneilla-de-Conflent, dans la seconde moitié du XXe siècle, cette Vierge que l’on dit « de Barcelone », en raison de l’origine géographique de la famille donatrice, provient certainement de Catalogne. La Vierge à l’Enfant est sculptée dans une bille de bois pleine. Elle présente de nombreux manques : le bras et la main droite de la Vierge ; le bras droit, la main gauche et les pieds de l’Enfant ; les montants latéraux du siège (emplacement de chevilles visible et absence de polychromie). Le support a subi quelques altérations liées à une attaque d’insectes xylophages, et à une fente radiale sur la face et le revers. De la toile marouflée est ponctuellement posée sur ces fentes.

186Avant la restauration, la polychromie visible correspondait à un repeint généralisé (vêtements et carnations). Il a été appliqué sur une couche de préparation directement posée sur la polychromie d’origine très lacunaire. Lors de la restauration de 2006, les différents repeints ont été dégagés afin de retrouver la polychromie originale. (GD, CRB)

042 Corneilla-de-Conflent Notre-Dame del Pessebre dite aussi Nostra Senyora del Pessebre

187Église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption
Provenance : Abbaye Saint-Michel de Cuxa (Codalet)
Bois de noyer polychrome
51,5 x 23 x 19,5 cm
Deuxième moitié du XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 17 décembre 1952
Restaurée en janvier 2006 par Caterina Aguer i Subiros et Josep Paret i Pey, Cabanes (Girona)

Vue de la statue ornée d’une couronne, © ADPO 175J37, Fonds Cortade.

  • 142 Cazes, 1991, p. 26.
  • 143 Le registre des délibérations du directoire du district de Prades délivre à la commune de Corneilla (...)

188Le vocable de la Vierge apparaît dans les textes d’archives en 1344 et en 1388 : « madona santa Maria advocada del presepi »142. Provenant de l’abbaye de Saint Michel de Cuxa, Notre-Dame del Pessebre a été transférée en 1791 à la commune de Corneilla-de-Conflent après la sécularisation du monastère143. Cette statue est sculptée dans une bille de bois, non évidée. Plane au revers, elle est enchâssée dans un siège rapporté a posteriori, constitué de plusieurs planches de résineux. L’Enfant est sculpté dans la même bille de bois que la Vierge. Certains éléments du support ont été recollés : la tête de l’Enfant et la main droite de la Vierge. L’attaque des insectes xylophages, les assemblages ouverts et la perte du bras gauche de l’Enfant ont fortement fragilisé la sculpture. La partie sommitale des têtes de l’Enfant et de la Vierge a été arasée (disparition des fleurons sculptés), pour y placer une couronne métallique. Une toile marouflée a été ponctuellement posée sur la couronne de la Vierge et sur le bras droit de l’Enfant.

  • 144 Mémoire de restauration de M. Maimponte (dossier de Corneilla-de-Conflent, service des objets mobil (...)

189La polychromie originale est inexistante ; le repeint est général. Les vêtements sont réalisés par l’application de feuilles d’argent posées à la détrempe, recouvertes d’une couche de gommelaque, oxydée, et de décors à l’huile pour le manteau. La polychromie de la robe, réalisée avec une feuille d’argent, est recouverte d’une laque rouge. En 1953, les trois vierges en bois conservées dans l’église de Corneilla sont restaurées par Marcel Maimponte, qui précise avoir pratiqué un : « décapage et consolidation »144. Lors de la restauration de 2006, les repeints sur le siège, sur les mains de la Vierge et sur les pieds de l’Enfant ont été retirés.

  • 145 Subes, 2011, p. 63-66.

190Cette œuvre de très petites dimensions, fait partie d’un groupe de Vierges à l’Enfant stylistiquement proche comme celles du Coral (Prats-de-Mollo), de Tartera (Catalogne), Marcevol (Arboussols) et Palau de Cerdagne, caractérisées entre autres, par un manteau aux plis tuyautés dont un pan est retenu par la main droite145. (GD, CRB)

043 Corneilla-de-Conflent Vierge à l’Enfant

191Église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption
Marbre blanc
113 x 37 x 26 cm
XIVe siècle (1345)
Cascall Jaume (sculpteur, Berga)
Propriété de la commune
Classée M.H. en 1840

Vue de la Vierge à l’Enfant au centre du retable de Jaume Cascall.

Détail des amulettes que l’Enfant porte à son collier

  • 146 Anno Domini M CCC XLV Ydibus Madii Fuit Istud Retrotabularium Completum Per Magistrum Iacobum Casca (...)
  • 147 ADPO, 175J34, fonds Cortade.

192La Vierge à l’Enfant est placée au centre du retable en marbre blanc, sculpté en 1345 par Jaume Cascall, comme en témoigne l’inscription figurant sur le retable : « Aux ides de mai de l’année 1345, le retable fut achevé par maître Jaume Cascall, originaire de Berga, pour le compte du prieur du monastère de Corneilla, Bérenger d’Axat »146. Cette information est confirmée dans un document d’archives, du 15 octobre 1346, dans lequel Bérenger d’Axat, prieur de Corneilla, donne quittance d’un legs pour la construction du retable de son église147.

193Œuvre de jeunesse de ce sculpteur, elle est l’une des rares vierges médiévales du département dont l’auteur soit identifié. Jaume Cascall représente la Vierge sous les traits d’une dame de cour, vêtue d’une robe à encolure arrondie soulignée par une ceinture longue à motifs de petites fleurs carrées en alternance avec des fleurs tressées. L’Enfant, vêtu d’une tunique à col montant, porte un collier à pendentifs que l’on retrouve chez les enfants de la haute société. De ces amulettes prophylactiques et pendentifs ludiques, se distinguent une branche de corail à droite, le pendentif central n’est pas identifié (dent de loup sertie ?) ni celui de gauche (hochet ?).

194Cette œuvre est monolithe. Seule la main droite de la Vierge, aujourd’hui disparue, était rapportée. Un fleuron de sa couronne manque ainsi que la partie droite du socle. Son revers est évidé. La polychromie de l’œuvre a entièrement disparu, sauf quelques fragments de bleu à l’intérieur des plis du manteau. (GD, CRB)

044 Corneilla-de-Conflent Vierge à l’Enfant

195La Font de la Barrera
Marbre
69,5 x 33 x 23 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune

Détail de l’encolure de la Vierge.

196La Vierge se trouve dans la niche supérieure d’un édifice situé au bas du village, à l’intersection du Carrer de la Vila et du Carrer de la Font de la Barrera. Cet édifice constitué d’une arcade légèrement brisée en marbre rose de Villefranche, ornée de deux blasons, abritait autrefois une fontaine. Une photographie de 1906 indique que la statue en marbre était alors placée au-dessus de l’édifice, tandis que la niche sommitale était ornée d’une autre statue de Vierge.

  • 148 Cazes, 1991, p. 36-37.

197L’origine de l’œuvre demeure inconnue. L’abbé Cazes émet l’hypothèse d’une œuvre déplacée au moment de la démolition du cloître, en s’appuyant sur le descriptif d’une sépulture édifiée en 1666 « au cloître nouveau, devant une image de Notre-Dame »148. S’agit-il de cette œuvre ? A-t-on réutilisé une arcade du cloître (ou un enfeu ?) pour construire cet édifice ?

  • 149 Cet état est déjà visible sur la photographie de 1906.

198En marbre blanc, veiné de gris, la statue semble sculptée en ronde bosse (le revers est non accessible). Assise sur un trône, la Vierge devait sans doute porter l’Enfant sur ses genoux, mais la face a été mutilée et celui-ci a disparu149. Il ne subsiste plus que la tête et la partie supérieure du buste de la Vierge, ainsi qu’une partie de son siège et de son manteau. Son visage entouré de cheveux ondulés a perdu du volume, traduisant l’usure du marbre exposé aux intempéries. L’encolure est retenue par un fermail circulaire avec une inscription difficilement lisible, comme les petits motifs, dont une arcature, sur les côtés du siège. La statue n’est pas polychromée. (GD, CRB)

Vue générale actuelle de l’oratoire avec la Vierge à l’Enfant.

Vue générale de l’oratoire en 1906, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine– diffusion RMN.

045 Dorres Vierge à l’Enfant, dite Vierge Noire, dite aussi Nostra Senyora de Belloch

199Église paroissiale Saint-Jean l’Évangéliste
Provenance : Notre-Dame de Belloch
Bois de saule et de pin polychrome
47,5 x 19 x 15 cm
XIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 26 mai 1932

Vue de face, en 1929, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.

Vue de la statue habillée et couronnée, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade, cl. Moret.

  • 150 Camós, 1772, p. 208 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.

200La Vierge de Belloch fait partie du groupe des vierges miraculeusement découvertes. D’après le récit d’invention elle a été découverte dans ou à proximité d’une fontaine, la Font del Buc, par des bergers qui faisaient paître leur bétail150. De nombreux exvoto rappellent la forte dévotion vouée à cette œuvre.

  • 151 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, (...)
  • 152 Récolement de 1971, dossier de Dorres, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture (...)

201La Vierge et l’Enfant sont sculptés séparément dans un bois de saule151. La statue est adossée à un panneau en pin. Selon Pierre Ponsich152, cet élément est le vestige d’un baldaquin sous lequel la Vierge était placée. Deux trous circulaires sur l’avant du socle, témoigneraient de l’emplacement de deux colonnettes supportant le baldaquin, inséré dans les deux rainures latérales en partie haute du dossier.

  • 153 Camós, 1772, p. 208.
  • 154 Devis de restauration de 1951 par M. Maimponte, dossier de Dorres, service des objets mobiliers, mé (...)

202Cette sculpture est très stylisée. Malgré une patine noire généralisée, on observe quelques traces de polychromie ancienne : bleu sur les plis inférieurs du manteau de la Vierge, rouge pour sa robe et la tunique de l’Enfant. Dans son ouvrage, Narcís Camós révèle des éléments sur la polychromie : « es dorada, y apenas se conoce, pues parece de un color negro [...]. Es morena y larga de cara [...]. [Jesus] es morenito, y largo de cara como ella »153. La Vierge était dorée avec le visage noir, comme celui de l’Enfant. La statue a été restaurée en 1951 par Marcel Maimponte. Le devis du restaurateur ne mentionne qu’un travail de « consolidation et nettoyage »154, mais les photographies avant et après la restauration, attestent de plusieurs transformations. Sur la planchette servant de banquette était placée une seconde pièce de bois, sur laquelle la Vierge était assise. Le retrait de cette pièce a abaissé la Vierge ; ses pieds touchant le socle, il a été aminci, retaillé grossièrement en biseau. Le panneau de bois à l’arrière était recouvert de deux plaques métalliques qui masquaient, en partie latérale, les motifs en relief, réalisés dans la préparation. Les plaques ont été retirées. L’actuel dossier à l’arrière, peint en rouge et jaune, ne semble pas d’origine. (GD, CRB)

046 Dorres Vierge à l’Enfant

203Conservée chez un particulier
Provenance : Notre-Dame de Belloch (?)
Bois polychrome
Dimensions non connues
XIIIe siècle
Propriété privée

  • 155 Brousse, 1896, p. 369.
  • 156 Brousse, 1896, p. 368.

204Cette statue, conservée dans une maison de Dorres, est présentée dans la niche d’un retable qui daterait, selon A. Salsas155, de la fin du XVIe siècle. Dans son ouvrage, Emmanuel Brousse156 émet l’hypothèse d’un retable provenant du sanctuaire de Belloch, au moment de sa fermeture en 1792.

205Cette Vierge à l’Enfant polychromée n’a pu être examinée, mais des clichés anciens permettent d’observer certaines altérations. Le bras gauche de la Vierge a disparu ainsi que les bouts des pieds de l’Enfant Jésus. Le sommet de la tête semble retaillé.

206L’examen de la sculpture permettrait entre autres, d’apprécier l’originalité des colonnettes du siège au curieux fût de forme hexagonale. (GD, CRB)

© Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.

047 Egat Vierge du Puig

207Église paroissiale Saint-Étienne
Bois polychrome
XIIIe siècle (?)
Propriété de la commune
Volée

  • 157 Rous, 1890, p. 45
  • 158 En 1901, Jean-Auguste Brutails mentionne l’existence de cette œuvre à Egat, Brutails, 1901, p. 189.
  • 159 « à ce jour disparue », Martí de Sanjaume, 1926, p. 16-17.

208Conservée en 1890 dans la sacristie d’Egat157, cette statue a été volée entre 1901158 et 1926. En 1926, année de publication de l’ouvrage de Jaime Martí de Sanjaume, la Vierge est citée comme étant « hoy desaparecida »159. Aujourd’hui, aucun habitant n’a le souvenir de son existence et aucune photographie n’a été collectée.

  • 160 Archives départementales de la Gironde, 90J18/51, fonds Jean-Auguste Brutails : carnet de dessin, p (...)

209En 1884, Jean-Auguste Brutails note dans ses carnets de dessin : « Vierge du Puig, assise, avec l’Enfant, les deux couronnes paraissent très anciennes »160.

  • 161 Rous, 1890, p. 45, note de bas de page no 1.

210D’après l’abbé Rous, « cette madone d’Egat a beaucoup de ressemblance avec la Vierge noire de Chartres »161.

  • 162 Brousse, 1896, p. 320

211En 1896, Emmanuel Brousse décrit une : « statue de la Vierge, assise, en bois semblable à celles d’Odeillo et de Font-Romeu, et qui paraît remonter au XIIe siècle. Elle est très grossièrement sculptée et a été fort malencontreusement peinturlurée »162.

  • 163 Martí de Sanjaume, 1926, p. 16-17.

212Le rapprochement stylistique fait par Brousse permettrait de dater la statue du XIIIe siècle. Jaime Martí de Sanjaume mentionne d’ailleurs l’existence dès cette époque de legs pour cette image163. (GD, CRB)

Vue de l’église Saint-Étienne, © cg66/Michel Castillo.

Notes de Jean-Auguste Brutails sur l’église d’Egat, avec en dessous le croquis du profil de la Vierge de l’Invention de Font Romeu, et le buste de la Vierge d’Odeillo, © Archives Départementales de la Gironde, 90J18/51, fonds Jean-Auguste Brutails, carnets de dessin, p. 43vo.

048 Elne Vierge dels Tres Portalets

213Musée Terrus, Elne (dépôt)
Provenance : niche du portail dit dels Tres Portalets
Bois de peuplier polychrome
42 x 18 x 16 cm
XIIIe siècle
Propriété privée (association des Amis d’Illiberis)

Vue ancienne de l’œuvre, non datée, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

  • 164 Témoignage recueilli en 2010 par I. Jubal-Desperamont, restauratrice au CCRP.

214La statue du portail dit dels Tres Portalets de l’ancienne enceinte fortifiée, a été donnée par un particulier aux Amis d’Illibéris164. Elle est aujourd’hui déposée au musée Terrus d’Elne.

215Sculptée dans un bois de cœur, non évidé, la statue est monoxyle et son revers est presque plat. Le support de la statue est très abîmé à cause d’une attaque ancienne, mais très importante, d’insectes et de champignons. Cette fragilisation explique sans doute que la partie basse de la statue, trop altérée, a été sciée, et depuis manque de stabilité. Son exposition à l’extérieur a entraîné la disparition de nombreux reliefs, des plis et du visage de l’Enfant. Le bras droit de la Vierge, de l’Enfant et sa main gauche n’existent plus. Sur la face, une importante fente radiale s’est ouverte. De nombreux mastics couleur bois ont été réalisés un peu partout sur la statue ; peu esthétiques, ils sont craquelés et ne respectent pas les volumes de l’œuvre.

  • 165 Il s’agit sans doute d’un repeint.

216La polychromie est ruinée malgré quelques restes de bleu sur l’ensemble de la statue, face et revers165. (GD, CRB)

049 Elne Vierge de Belloch

217Conservée par l’association des Amis d’Illiberis
Provenance : église Notre-Dame de Belloch (Elne)
Bois de noyer polychrome
68 x 27 x 26 cm
XIIIe siècle
Propriété privée (association des Amis d’Illiberis)

Vue ancienne de l’œuvre, non datée, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », cl. E. Cattelain.

Détail de la polychromie au revers de la statue.

  • 166 Delcor, 1984, p. 123.
  • 167 Bonneau, Massegu, 2000, n.p.

218Cette statue pourrait provenir de l’église de Notre-Dame de Belloch : « elle aurait été donnée [à Roger Grau, ndlr] par un particulier, habitant une maison située non loin de l’église N-D de Belloch, l’ancien couvent des Capucins »166. Cette église, dans la ville haute d’Elne, aujourd’hui détruite, était un édifice du XIIIe siècle, à trois nefs167. La statue a été donnée en 2013 par la famille Grau à la Société des Amis d’Illibéris, pour le musée d’Elne.

219La sculpture est d’une bonne facture. Exception faite du bras droit de la Vierge rapporté (d’abord fixé par une cheville, puis par un clou), la statue est monoxyle. Le revers est presque plat, la sculpture suggérée. Une toile marouflée sur le bois, visible ponctuellement, est sans doute présente sur l’ensemble.

220L’importante attaque d’insectes et sans doute une exposition en extérieur ont entraîné la perte de certains volumes (visage de l’Enfant) et des éléments comme les bras. Les manques ont été repris avec de nombreux bouchages.

221La polychromie paraît d’origine. Sur une préparation blanche, la robe et le manteau de la Vierge présentent des feuilles d’argent recouvertes d’un vernis jaune. Sur la partie du manteau qui retombe le long du siège, un glacis vert est perceptible (sur feuille d’argent ?). Le voile de la Vierge est blanc. Quant au siège, il est décoré de feuilles d’argent recouvertes d’un glacis rouge, bien visible au revers de la statue. (GD, CRB)

050 Elne Vierge del Portal de Perpinyà

222Musée Terrus, Elne
Provenance : niche du portail de Perpignan
Bois de châtaignier polychrome
63,5 x 19 x 16 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune

Vue ancienne de l’œuvre, non datée, © Archives de l’association « Les Amis de Matthias Delcor ».

Vue ancienne du portail de Perpignan, carte postale © Collection particulière.

223La Vierge à l’Enfant était présentée dans une niche de l’ancienne porte fortifiée dite de Perpignan, du mur d’enceinte. La statue est restée en place jusque dans les années 1980, date à laquelle elle est déposée au musée Terrus d’Elne et remplacée par un moulage.

  • 168 4 statues sont sculptées en châtaignier sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, (...)
  • 169 Un repeint bleu a été également observé sur la Vierge dels Tres Portalets d’Elne.

224La Vierge, sculptée dans un bois de cœur de châtaignier168, est monoxyle, non évidée et plane au revers. Une fente radiale très ouverte dans le dos s’y profile. La main droite de l’Enfant a disparu, et celle de la Vierge est cassée au niveau du coude, mais assemblée. L’élément sommital de la boule tenue par la Vierge est manquant et le fleuron gauche de sa couronne a été refait. La polychromie de la statue est chaotique, presque entièrement ruinée, conséquence de son exposition prolongée à l’extérieur. La statue a dû être à un moment donné, entièrement repeinte en bleu169 (même le visage), puis grattée. Des fragments de polychromies sous-jacentes apparaissent (polychromie originale ?) : rouge pour la tunique de l’Enfant, et vert pour celle de la Vierge, sur une couche de préparation blanche. De même, la présence d’une toile marouflée est visible sous le menton de la Vierge. (GD, CRB)

Détail de l’encolure de la Vierge, © cg66 / CCRP / Dinh Thi Tien – Image Maker.

051 Err Notre-Dame d’Err dite aussi Nostra Senyora d’Err, dite « la Moreneta »

225Chapelle Notre-Dame
Bois de peuplier polychrome
61 x 32 x 28 cm
Premier quart du XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 5 décembre 1908
Restaurée en 2001 par Isabelle Jubal-Desperamont (CCRP)

Vue de la Vierge habillée et couronnée dans le camaril, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

Vue de l’œuvre avant la restauration de 2001.

  • 170 Réduit à l’arrière du retable, ouvert sur le sanctuaire et accessible aux fidèles.
  • 171 Dais ou brancard de procession.
  • 172 Camós, 1772, livre 8, p. 213 ; Dalmau, 2011, p. 29-39 ; « Foreu vos despres trobada, en la bora del (...)
  • 173 Martí Sanjaume 1927, p. 99 ; Speranze, 1942, p. 75

226La Vierge à l’Enfant est présentée dans le camaril170 de la chapelle érigée en son honneur. Chaque année, le 2 juillet, la statue est portée en procession, dans une cadireta171. Elle fait partie des vierges miraculeusement découvertes ; son invention s’est déroulée près de la rivière d’Err172. Certains auteurs du XXe siècle173 précisent qu’elle a été découverte dans le tronc d’un arbre. Quelques ex-voto accrochés dans le sanctuaire (le plus ancien date de 1857) témoignent du culte rendu à « la Moreneta ».

227La Vierge et l’Enfant sont sculptés dans deux billes de bois. L’Enfant est fixé sur le giron de la Vierge avec deux clous forgés. Le revers non évidé est plat. Les colonnettes, les bras de la Vierge et de l’Enfant sont rapportés, fixés par des chevilles en bois. Les têtes ont été retaillées pour placer des couronnes métalliques et la Vierge a perdu sa couronne fleuronnée d’origine.

  • 174 Les pigments trouvés sont pour le jaune de l’orpiment, pour le rouge du cinabre, de l’ocre rouge ou (...)

228Cinq polychromies successives sur l’ensemble de la sculpture, créent un empâtement des reliefs. Les visages volontairement recouverts d’une couche noirâtre (au XIXe siècle ?), ont donné le nom de « Moreneta » à la sculpture. La polychromie originale, lacunaire, est composée de vert, rouge, bleu et jaune174 très vifs. Le deuxième repeint montre un changement total de goût et l’emploi d’une technique fréquente à l’époque médiévale : l’application de feuilles d’argent recouvertes d’un vernis jaune donnant un aspect doré. Une bordure décorative aux motifs de losanges et disques est peinte sur la feuille de métal.

  • 175 Subes, 2011, p. 156-165.

229À l’occasion de la restauration de l’œuvre en 2001, en accord avec toutes les parties, la couche noirâtre des carnations a été retirée, redonnant à la « Moreneta » une couleur incarnat. Aucun autre dégagement de repeint n’a été entrepris, en raison de l’état lacunaire des couches sous-jacentes. La main gauche de l’Enfant, rajout grossier, a été retirée. Depuis la restauration, l’habillage de la Vierge a été abandonné par les paroissiens en dehors des processions. Cette Vierge appartient au groupe cerdan autour de la Vierge de Corneilla-de-Conflent175. (GD, CRB)

052 Err Vierge à l’Enfant

230Conservée chez un particulier
Bois de pin polychrome
78,5 x 25,5 x 17,5 cm
Second quart du XIVe siècle
Propriété privée

Vue générale de la statue au moment de l’achat en 2012, et avant la tentative de retrait du repeint, © collection particulière, cl. A. Catafau.

Détail du visage de la Vierge en 2012, avant la tentative de retrait du repeint, © collection particulière, cl. A. Catafau.

  • 176 Informations transmises par l’actuel propriétaire. Depuis son achat en 2012, la Vierge n’est plus c (...)

231Cette œuvre a été acquise en 2012 par un particulier auprès d’une famille qui la conservait à Err176.

  • 177 Lors de la vente de la statue, la main droite de l’Enfant était détachée. Elle a depuis été refixée
  • 178 Ce socle avait été retiré par l’actuel propriétaire avant notre venue ; l’examen des clous de fixat (...)

232La statue est sculptée dans un bois de cœur non évidé. Les avant-bras droits de la Vierge et de l’Enfant, rapportés, ne sont pas d’origine177. L’œuvre a été fixée a posteriori sur un socle à pans coupés178. Le support est particulièrement bien conservé, malgré une petite attaque ancienne d’insectes xylophages et quelques fentes radiales. La tête de l’Enfant a été retaillée et les fleurons de la couronne sculptée de la Vierge ont été arasés, sans doute pour y ajuster des couronnes en métal. Le pied droit de la Vierge, tourné vers l’extérieur de façon peu courante, est une réfection. La manière dont l’Enfant tient l’oiseau d’une seule main, serré contre sa poitrine, est particulièrement originale.

233La polychromie correspond à un repeint généralisé, réalisé sur une préparation épaisse qui empâte les volumes. La dorure date probablement du XIXe siècle. Au moins deux autres polychromies sous-jacentes sont perceptibles dont une présentant de la dorure avec des glacis colorés et un bleu de type azurite. Sur le visage de la Vierge, une tentative récente pour mettre à jour des carnations plus anciennes, déjà visibles dans des lacunes, a entraîné la destruction partielle de deux repeints et laissé un aspect très hétérogène. Cette tentative de dégagement des repeints a également été effectuée sur les carnations des mains et une partie du visage de l’Enfant, sur les chausses de la Vierge et ponctuellement sur l’ensemble des vêtements, excepté le manteau doré de la Vierge.

234Bien qu’elle soit représentée debout, cette statue se rapproche stylistiquement de Notre-Dame del Roure, à Taillet (œuvre disparue), de Notre-Dame del Congost, à Bouleternère et de la Mare de Déu dels Desemparats, de Millas (collection particulière). (GD, CRB)

053 Escaro Vierge à l’Enfant

235Église paroissiale Saint-Martin
Provenance : ancienne église paroissiale d’Escaro
Bois de noyer polychrome
82 x 34 x 30 cm
XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 7 avril 1971

Vue ancienne de l’œuvre, non datée, © ADPO, 123J152, Fonds Delcor, cl. Genovèse.

  • 179 Dès les années 1920, les premières inquiétudes apparaissent. En 1946 on assiste aux premiers effond (...)
  • 180 Recherches historiques et archives privées d’Oscar Robles, d’Escaro, transmises à C. Rogé-Bonneau ( (...)

236Cette statue est la plus ancienne des deux Vierges à l’Enfant médiévales conservées dans l’église d’Escaro. Elles proviennent toutes deux de l’ancienne église paroissiale, victime d’un effondrement suite à l’ouverture en 1921 d’une galerie de mine à proximité179. En juin 1952 débute la construction de la nouvelle église, achevée en mars 1953 et consacrée en octobre 1954180. Malheureusement, le transfert des objets liturgiques d’un édifice à l’autre n’est pas connu.

237La statue est constituée de plusieurs éléments rapportés. Son revers est évidé et refermé par une planchette en partie haute ; une découpe laisse entrevoir de nombreuses traces de gouge. La main droite de la Vierge est abîmée et son bras est assemblé par un clou forgé ancien. Sa couronne fleuronnée a été tronquée pour poser une couronne de métal. Des fragments de cuirs maintenus par des clous, sont visibles sur la partie supérieure de la couronne et une toile a été appliquée sur le bois au niveau du voile. La présence de mastics et de bouchages, en particulier au niveau du bras droit de la Vierge, témoignent d’une restauration ancienne.

238La polychromie originale a été recouverte par au moins deux repeints, dont un au XIXe siècle. La seconde Vierge datée du XIVe siècle, conservée dans l’église, en a aussi fait l’objet. Un décor ancien est encore visible au revers de la sculpture. (GD, CRB)

Vue de l’ancienne église romane, © Archives privées de M. Oscar Robles.

054 Escaro Vierge à l’Enfant

239Église paroissiale Saint-Martin
Provenance : ancienne église paroissiale d’Escaro
Bois de pin polychrome
72 x 32,5 x 22 cm
Deuxième moitié XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 7 avril 1971

Vue ancienne de l’œuvre, non datée, © ADPO, 123J152, Fonds Delcor, cl. Genovèse.

  • 181 L’église s’est écroulée à la suite du creusement d’une galerie minière (Archives privées d’Oscar Ro (...)

240Cette statue provient de l’église romane détruite d’Escaro181. Sculptée dans du bois de pin, elle semble monoxyle. L’avant-bras de l’Enfant, brisé, a disparu. Une simple couronne-diadème de perles, de couleur blanche, entièrement refaite et enduite de plâtre, surmonte le voile de la Vierge. Une toile marouflée est présente sur le socle de la sculpture et la couronne.

241La polychromie actuelle de la statue est pratiquement identique à celle de l’autre Vierge à l’Enfant d’Escaro (datée du XIIIe siècle). Ce repeint généralisé, réalisé par la même main, pourrait remonter à la fin du XIXe siècle. (GD, CRB)

Vue de l’abside ancienne église romane, © Archives privées de M. Oscar Robles.

055 Espira-de-Conflent Vierge à l’Enfant

242Église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption
Provenance : niche au-dessus du porche de l’église
Bois de noyer polychrome
100,5 x 44,5 x 27 cm
Début du XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 3 avril 1975

Vue de la façade sud de l’église, au-dessus du porche une niche carrée renfermait la statue, vers 1900, © ADPO, 1J292, cl. Borallo.

Vue de l’œuvre avant restauration dans sa niche extérieure, en 1931, © Archives du CCRP.

  • 182 Sur un cliché de 1951-1952, la Vierge est toujours installée dans la niche, archives A.O.A des Pyré (...)

243Aujourd’hui conservée dans l’église, la statue était placée dans une niche au-dessus du porche d’entrée de l’édifice182. Il s’agit d’une œuvre unique par son style, sa coiffure aux deux longues tresses.

244D’assez faible épaisseur, la statue est plane au revers et évidée. À l’origine, cette cavité était fermée par un volet, disparu, mais sur le pourtour, les six trous des chevilles de fixation sont visibles. La cavité est pourvue d’une étagère glissée dans des rainures. La Vierge est monoxyle à l’exception de ses avant-bras (disparus) rapportés et fixés par une petite cheville. L’Enfant est également rapporté dans le giron de la Vierge.

245Son exposition prolongée à l’extérieur l’a profondément altérée : usure des reliefs, aspect très fendillé du bois, attaques anciennes d’insectes, perte des avant-bras de la Vierge et du côté gauche de l’Enfant, ruine de la polychromie... Cet état de fragilité a nécessité, à une date inconnue, une consolidation du support, par de nombreux comblements de lacunes. L’Enfant, placé sur le genou gauche de la Vierge a été repositionné au centre de son giron, position d’origine. À la suite de cette restauration la statue a été placée dans l’église. Quelques traces de polychromies subsistent : du bleu sur le manteau et du rouge sur la robe, et un repeint ocre jaune. (GD, CRB)

056 Espira-de-Conflent Vierge à l’Enfant

246Conservée chez un particulier
Bois de peuplier polychrome
81 x 32 x 19 cm
XIIIe siècle
Propriété privée

  • 183 Delcor, 1984, p. 119 ; archives des A.O.A. des Pyrénées-Orientales.
  • 184 Témoignage recueilli auprès du propriétaire de l’œuvre.

247Cette Vierge a été récupérée en 1930 à la décharge publique où elle avait été jetée avec un tas de livres anciens183. Elle a été restaurée peu après à Perpignan184.

  • 185 Des traces noires de brûlure sont visibles sur le genou gauche de la Vierge.

248Plane au revers, la Vierge est assise sur un trône orné de deux colonnettes à boules rapportées et fixées par des clous forgés, comme les bras dont les doigts ont disparu (suite aux attaques d’insectes) et les fleurons de la couronne (dès l’origine ou réparation ancienne ?). Certainement assis sur le genou gauche de la Vierge, l’Enfant Jésus a été perdu, peut-être détruit lors d’un incendie185.

249Cette œuvre est curieuse à plusieurs titres : trois éléments circulaires au niveau de son encolure simulent un collier ou des cabochons ; des petites vagues ornent, sur la face, la périphérie du socle (stylisation d’une tunique qui dépasse sous le manteau ?).

  • 186 Cet enduit servait-il d’accroche entre le support et la couche de préparation blanche ? Un tel endu (...)

250Sur le support, une couche de préparation blanche assez épaisse, sans doute d’origine, a été appliquée. Sous cette préparation se distingue un enduit gris clair, épais186.

251La polychromie actuelle est dénaturée : un repeint rouge vif transparent a été appliqué sur l’encolure de la Vierge et dans les lacunes du siège ; le visage, les cheveux et le voile ont été décapés. Le bois mis à nu, ciré, prend un aspect couleur miel. Plusieurs couches anciennes se retrouvent à l’intérieur du manteau et la polychromie de la robe a peut-être été réalisée en feuilles d’argent. (GD, CRB)

Détail du socle.

057 Estagel Vierge à l’Enfant

252Tour de l’horloge
Marbre polychrome
61 x 30 x 25 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Restaurée en 2007 par Christine Goubert et Denis Bouvier (CCRP)

Vue de la statue dans la niche de la Tour de l’horloge.

253La Vierge à l’Enfant est présentée dans une niche de la Tour de l’horloge, au-dessus d’une porte fortifiée de la ville. La sculpture est polychrome et taillée en ronde-bosse dans un seul bloc de marbre très blanc à grains fins, dont la surface présente des signes d’altération témoignant d’une longue exposition de la statue à l’extérieur.

254L’étude menée pour sa restauration en 2007 a montré que des pièces en bois de résineux ont servi à refaire le bras gauche et la tête de l’Enfant Jésus. Afin de l’adapter, la zone d’assemblage a été sciée et remaniée. Les fleurons de la couronne de la Vierge ont disparu.

255La polychromie actuelle est contemporaine de cette restauration : les couleurs recouvrent des cassures et des épaufrures des plis des vêtements et la mise en teinte de la sculpture a entraîné des incohérences (pan de la robe côté droit peint couleur du manteau, avant-bras de la Vierge peint en carnation, alors que la bordure de la manche est visible au niveau du poignet...). L’intervention de 2007 a repris les assemblages et le soclage, et a conservé les repeints.

  • 187 La Vierge à l’Enfant de la villa Canigou de Céret illustre bien ce type de polychromie partielle.

256Des traces de dorure, sur la couronne et sur la bordure du manteau, correspondent aux décors partiels et originaux, caractéristiques des Vierges en marbre ou seuls des détails vestimentaires étaient dorés187. Stylistiquement, on peut la rapprocher de vierges languedociennes. (GD, CRB)

058 Eyne Mare de Déu del Remei

257Église paroissiale Saint-Michel
Bois polychrome et doré
77 cm (hauteur Vierge) ; 36 cm (hauteur Enfant)
Dernier quart du XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 21 mai 1932
Volée

Vue de l’œuvre, avant restauration, © ADPO, 123J152 (g), 123J151 (d) Fonds Delcor, cl. Muller.

  • 188 Les dimensions du siège sont les suivantes : 36 cm (hauteur de du siège) et 20 cm (largeur du socle (...)
  • 189 Brousse, 1896, p. 199.
  • 190 Ibidem.
  • 191 Emplacement donné lors du vol en 1958.

258Vierge assise, la Mare de Déu del Remei188 faisait l’objet d’une grande dévotion dont témoignaient les nombreux ex-voto placés à ses pieds189. Cette statue était présentée à la fin du XIXe siècle dans une niche de la chapelle du Rosaire (bas-côté droit)190, puis dans une niche rectangulaire du mur droit de la chapelle du Christ (bas-côté gauche)191.

  • 192 Dossier de la commune d’Eyne, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du pat (...)

259En 1952, Marcel Maimponte, sculpteur à Bagnolet, restaure la main gauche de la Vierge, le pied droit de l’Enfant, et le fixe sur les genoux de la Vierge192. Une intervention drastique sur la polychromie est réalisée.

  • 193 Article de L’Indépendant du 28 octobre 1958.
  • 194 Ibidem.
  • 195 Ibidem.
  • 196 Article de L’Indépendant du 27 septembre 2003.

260En mai 1956, la statue est dérobée et étrangement retrouvée deux mois après dans l’armoire de la sacristie. Le 6 octobre 1958, les paroissiens d’Eyne s’aperçoivent de la nouvelle disparition de la statue193. L’enquête de la gendarmerie de Saillagouse conduit à un non-lieu194, mais laisse entendre que la statue pourrait se trouver « assez loin d’Eyne »195. Depuis septembre 2003, une copie remplace l’original dans l’église196. (GD, CRB)

Vue de l’œuvre, avant restauration, © Ministère de la Culture (France)– Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

Vue de l’œuvre après restauration, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.

059 Felluns Vierge à l’Enfant

261Église paroissiale Sainte-Marie ou Notre-Dame de l’Assomption
Bois de pin polychrome
69 x 24,5 x 18,5 cm
Fin XIIIe siècle - début XIVe siècle
Propriété de la commune
Restaurée en 1996 par M. Langagne (Canohès)

La statue au centre du retable du maître-autel.

  • 197 Témoignage oral de Gabriel Pla, ancien maire de la commune, recueilli par G. Dalmau, en juillet 201 (...)

262Au début des années 1930, la statue est découverte dans des décombres de l’église paroissiale par les enfants de chœur, qui l’utilisent comme ballon de rugby197 ! Au fil du temps, les paroissiens prennent conscience de sa valeur. Suite à la restauration de l’œuvre, la Vierge à l’Enfant est placée au-dessus du maître-autel le 15 août 1996, au cours d’une grande cérémonie.

263La statue est sculptée dans un seul bloc de bois et comporte un revers plat. La partie inférieure de la face est ouverte par une fente radiale.

  • 198 Lors de la restauration, la statue a été recouverte d’un vernis très brillant.

264L’attaque ancienne, mais importante, du bois par les insectes xylophages a entraîné la perte des reliefs des plis de la robe, du siège, des bords du socle, des bras et mains de la Vierge et de l’Enfant. La Vierge était coiffée d’une couronne, la trace des fleurons disparus subsiste. La restauration de 1996 a permis de retirer les couches de repeints et de consolider son support. La polychromie est aujourd’hui très lacunaire surtout au niveau des bustes et vêtements (restes de préparation). La feuille d’argent a été mise à nu lors de la dernière restauration avec perte du vernis doré d’origine198. Le visage de la Vierge reste assombri sur le côté droit. La polychromie qui subsiste dans les creux des plis est originale. La Vierge aux yeux bleus porte un voile orné d’un décor avec liserés noirs et petits points noirs, que l’on retrouve sur sa ceinture ; ses sourcils sont bruns. Des vestiges de couleur bleue subsistent à l’intérieur du manteau de la Vierge, d’autres de couleur rouge sur celui de l’Enfant.

  • 199 Subes, 2011, p. 200.

265Cette statue présente les mêmes caractéristiques qu’un groupe de vierges (Serrabone, Prunet, Gurb, Sahorre, Canaveilles, Saint-Laurent-de-Cerdans...) appelées « les Vierges de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle » par Marie-Pasquine Subes199. (GD, CRB)

060 Fontpédrouse Vierge à l’Enfant

266Église paroissiale Sainte-Marie de Prats-Balaguer
Bois polychrome
71 cm (hauteur Vierge)
Fin XIIe siècle - début XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 30 mars 1954
Volée

Vue de la statue dans la niche du retable, © ADPO, 21Fi75, Fonds Durliat, cl. Paul Jauzac.

Vue de la statue couronnée, © collection particulière, cl. Desperamont.

  • 200 ADPO, 21Fi75, fonds Durliat, clichés Paul Jauzac.
  • 201 Dossier de la commune de Fontpédrouse, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture (...)

267Présentée dans la niche centrale du retable de la Vierge, et parfois sur le côté gauche du chœur200, la Vierge à l’Enfant a été volée dans l’église de Prats-Balaguer entre le 23 et le 29 juin 1975201.

  • 202 Delcor, 1970, p. 40-41.
  • 203 Il pourrait s’agir de feuilles d’argent.
  • 204 Dossier de la commune de Fontpédrouse, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture (...)
  • 205 Ces couronnes et un autre modèle destiné à la Vierge sont encore conservées à la chapelle Saint-Jos (...)
  • 206 Dossier de la commune de Fontpédrouse, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture (...)

268Mathias Delcor202 décrit une œuvre en bois couverte de feuilles d’étain203 vernies, pour donner l’impression de l’or204, procédé appelé colradura, en catalan. La Vierge était assise sur un siège à quatre colonnettes cannelées à l’avant et unies à l’arrière, terminées par une pomme de pin lisse. De chaque côté, entre les colonnettes, une rosace quadrilobée ornait le siège au centre. Les visages de la Vierge et de l’Enfant étaient repeints. Le bras gauche de la Vierge, cassé, était mal refixé. Sa couronne en bois avait été découpée et retaillée pour y placer une couronne en métal. Dans les années 1950, la Vierge et l’Enfant portaient une couronne assortie, en métal doré, ornée de pierreries de couleur blanche et rouge205. En 1965, lors d’un récolement, le conservateur des antiquités et objets d’art estime qu’un traitement du bois et une consolidation des feuilles d’étain (en voie d’arrachement particulièrement à la jointure du bras gauche) seraient nécessaires206.

269La position de l’Enfant avec les jambes croisées est peu courante, mais d’un point de vue stylistique la statue se rapproche de celles de Corneilla-de-Conflent, Err ou Odeillo. Un goig ancien est dédié à « Nostra Senyora de Prats valaguer en Conflent ». (GD, CRB)

© ADPO, 123J151, Fonds Delcor, cl. Muller.

061 Font-Romeu Notre-Dame de Font-Romeu dite aussi Nostra Senyora de Font Romeu ou Madone de l’Invention

270Église Saint-Martin d’Odeillo
Bois de noyer polychrome
69,5 x 39 x 17 cm
XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 5 juin 1928

La statue portée en procession dans les années 1960, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.

  • 207 Camós, 1772, livre 6, p. 210 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.
  • 208 Actuellement une réplique est utilisée pour les processions et dans le retable de l’ermitage ; l’or (...)
  • 209 Albert-Llorca, 2013, p. 253-260.

271Son récit d’invention est rapporté par N. Camós : dans les pasquiers de la forêt de la Calme, un bouvier, excédé par le comportement de son taureau qui quittait le troupeau pour aller creuser le sol auprès d’une fontaine, alla à la rencontre de son animal pour le corriger ; il découvrit alors la miraculeuse image207. Ce récit est sculpté par Josep Sunyer sur la prédelle du retable baroque du maître-autel de la chapelle de l’ermitage de Font-Romeu. Le dimanche de la Trinité, la statue, habillée et couronnée, est portée en procession de l’église d’Odeillo à l’ermitage où elle occupe le centre du retable de juin à septembre208. Pour la Nativité de Marie, elle est ramenée à Odeillo (el baixar) et remplacée par une autre statue, la Masovera209.

272Cette statue peu profonde est évidée au revers. Elle semble monoxyle hormis les bras droits de la Vierge et de l’Enfant sans doute rapportés, comme les deux colonnettes. Deux trous au milieu du cou, servaient à fixer un collier ou un vêtement.

273Le sommet de la tête de la Vierge a été découpé en biseau, pour y fixer une couronne. Des chevilles en bois sur le pourtour de la tête indiquent la présence de fleurons sur la couronne d’origine. Le support présente des fentes importantes à la base des colonnettes.

  • 210 Récolement de la conservation des antiquités et objets d’art de 1951, dossier de la commune de Font (...)
  • 211 Mémoire de restauration par M. Maimponte, dossier de la commune de Font-Romeu-Odeillo, service des (...)

274En 1951, Marcel Durliat précisait qu’« un bras de la Vierge et un bras de l’Enfant avaient été refaits maladroitement »210. En 1952, Marcel Maimponte restaure la statue : « décapage du mauvais or au pinceau, consolidation du bras de la Vierge, raccords à la feuille d’or »211.

  • 212 Camós 1772, p. 210.
  • 213 Rous, 1890, p. 50.
  • 214 Rous, 1890, p. 54.

275La polychromie actuelle est un repeint moderne : sur la face une dorure généralisée et le revers peint en ocre jaune. En 1657, N. Camós note que « la Imagen es de madera, està sentada, y es dorada »212. L’abbé Rous signale en 1890, d’après les livres de comptes de la paroisse d’Odeillo que « le visage de la Vierge, qui a pu être brun ou noir, a reçu, dès le milieu du XVIIe siècle une carnation naturelle »213. Ces carnations noires, présentes jusqu’en 1664 selon l’abbé Rous214, ne sont pas signalées par Camós. (GD, CRB)

062 Font Romeu la Masovera

276Chapelle de l’ermitage - Église Saint-Martin d’Odeillo
Bois de pin polychrome
51 x 13 x 11 cm
Fin XVe siècle
Propriété de la commune

Vue de la statue, habillée et couronnée, placée à l’entrée de l’ermitage, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.

  • 215 Albert-Llorca, 2013, p. 253-260.
  • 216 La « fermière » (en français), celle qui tient en fermage un mas.
  • 217 Depuis que la Vierge d’Odeillo a été restaurée et fixée définitivement dans le maître-autel, la Mas (...)

277Cette statue, présentée habillée et couronnée, remplace de septembre à juin la Vierge de l’invention dans la niche centrale du maître-autel de la chapelle de l’ermitage de Font-Romeu215. La Masovera216 est le reste du temps présentée à l’église d’Odeillo217. Elle a été modifiée pour paraître plus grande lorsqu’elle est habillée, sa base a été retaillée et insérée dans une structure métallique qui la surélève, son bras droit refait est disproportionné.

278Non évidée, la sculpture est plane au revers. Elle est taillée dans une seule bille de bois. Le bras droit de l’Enfant a disparu. De nombreux trous ont été pratiqués dans la structure pour la parer : orifices de part et d’autre du visage de la Vierge pour fixer des boucles d’oreille, trous de fixation des couronnes au sommet des têtes de la Vierge et de l’Enfant.

279La polychromie de l’œuvre est très endommagée et peu soignée. Décapée, elle a été repeinte sur une préparation blanche très fine. (GD, CRB)

063 Font-Romeu Notre-Dame d’Odeillo

280Église paroissiale Saint-Martin d’Odeillo
Bois de peuplier et tilleul polychrome
61 x 30 x 22 cm
Premier quart du XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 14 novembre 1907
Restaurée en 2002 par Isabelle Jubal-Desperamont (CCRP)

Vue de la Vierge placée au centre du retable du maître-autel.

Vue ancienne de l’œuvre, présentée au centre du retable saint Martin, © Archives du CCRP/CG66.

  • 218 Martí de Santjaume, 1926, p. 37.
  • 219 Naudo, 1944, p. 6.
  • 220 Albert-Llorca, 2013, p. 253-260.

281Présentée sur l’autel majeur en 1926218, la statue est localisée dans le retable de saint Martin de la chapelle latérale gauche en 1944219. Reléguée dans le grenier du presbytère, elle est retrouvée par un prêtre et conservée au presbytère. Depuis sa restauration en 2002, elle est exposée dans la niche centrale du retable du maître-autel220.

  • 221 Le bois de tilleul n’a été identifié que sur la Vierge de Ponteilla (Jubal-Desperamont, 2011, p. 92 (...)
  • 222 Récolement de 1951, dossier de Font-Romeu-Odeillo, service des objets mobiliers, médiathèque de l’a (...)
  • 223 Mémoire de restauration par Marcel Maimponte, dossier de Font-Romeu-Odeillo, service des objets mob (...)

282Plane au revers et non évidée, la Vierge est taillée dans une bille de bois (peuplier) dans l’axe du cœur. L’Enfant, sculpté dans un autre bois de cœur (tilleul)221, est fixé sur la Vierge par trois clous (réparation ancienne ?). Les colonnettes du siège et les avant-bras de la Vierge sont rapportés, assemblés à l’aide de chevilles en bois. Plusieurs altérations du support sont observées : attaques d’insectes, fentes radiales, réassemblage d’éléments avec des clous. La tête de la Vierge a été retaillée pour adapter une couronne en métal. Lors de réparations anciennes, le bras droit de l’Enfant a été inversé et les deux colonnettes du coté gauche, refaites. Marcel Durliat signale le 27 août 1951 : « deux doigts de la main de la Vierge et deux de la main de l’Enfant brisés »222. En 1952, Marcel Maimponte restaure la statue en réalisant « quelques raccords d’or »223 ; aucune précision n’est donnée sur la réparation des doigts brisés.

283Ne subsistent de la polychromie originale que des traces : un rouge, visible sur le manteau de la Vierge et la robe de l’Enfant, un bleu, devenu vert, sur la robe de la Vierge. La statue a été entièrement dorée ce qui a empâté les reliefs. Les carnations ont été repeintes deux fois.

  • 224 Subes, 2011, p. 166-171.

284Cette statue a pour modèle la Vierge de Corneilla-de-Conflent224. (GD, CRB)

064 Formiguères Vierge à l’Enfant

285Église paroissiale Notre-Dame de la Nativité
Bois de peuplier polychrome
50 x 21,5 x 22,5 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 31 mars 2011

  • 225 Un scanner de la statue a été réalisé à l’hôpital Saint-Jean de Perpignan.

286La statue est sculptée dans une bille de bois de peuplier. Le revers de la statue est plat et évidé. L’Enfant est réalisé dans le même bloc que la Vierge. Sa main droite, rapportée, a disparu, tout comme les extrémités des fleurons de la couronne de la Vierge. Une cavité circulaire creusée dans la tête de la Vierge, abritait certainement des reliques, aujourd’hui disparues. La sculpture a été remaniée probablement au XIXe siècle ; les modifications du support ont entraîné une reprise de la polychromie225. La statue a été fixée sur un socle rectangulaire et la cavité sommitale a été refermée par un volet en résineux. Les assemblages des mains ont été repris avec des clous. Les volumes des plis sur les côtés ont été repris par des bouchages d’enduit. La polychromie de l’œuvre s’inscrit dans l’esprit des polychromies du XIXe siècle, caractérisées par la dorure à la détrempe de l’ensemble des vêtements et où seuls les visages sont incarnat. Un décor de trèfles a été poinçonné sur la banquette. L’étude de la polychromie révèle que seul le visage de la Vierge présente une polychromie ancienne sous-jacente, sous forme de trois couches superposées.

  • 226 Rassemblement.

287Cette statue suscite une grande dévotion. Des crochets fixés aux oreilles de la Vierge servent à suspendre des boucles d’oreilles. L’œuvre est portée en procession lors d’aplecs226, les lundis de Pâques et de Pentecôte, le 2 juillet et le 16 août. (GD, CRB)

Vue de la statue portée en procession (années 1990), © cl. Cédrik Blanch.

Image scanner recomposée, vue de face, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.

065 Formiguères Vierge à l’Enfant dite Mare de Déu Nova227

  • 227 En opposition à la statue de la Mare de Déu Vella, conservée dans la chapelle Notre-Dame de Villene (...)

288Chapelle Notre-Dame de Villeneuve
Provenance : Église paroissiale Sainte-Marie de Formiguères
Bois de peuplier polychrome
135 x 35 x 30 cm
Fin du XVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 15 février 2000

Revers de la statue, © cl. Cédrik Blanch.

  • 228 Notes de l’abbé Jean Fondecave, archives diocésaine des Pyrénées-Orientales (Blanch, 2010, p. 26).
  • 229 Blanch, 2010, p. 24-26.

289La statue est actuellement présentée au centre du retable du maître-autel de la chapelle Notre-Dame de Villeneuve, mais ce n’est pas son lieu d’origine. D’après l’abbé Fondecave, le retable fut démonté lors de la Révolution française, et les divers fragments cachés et dispersés à Matemale228. Par la suite, toutes les pièces furent retrouvées pour reconstituer le retable, sauf la statue centrale. L’église paroissiale de Formiguères fit alors don de cette Vierge à l’Enfant pour remplacer celle manquante229.

  • 230 Archives des A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Formiguères.

290Cette sculpture est évidée au revers et fermée par un volet cloué, mais partiellement fracturé. Classée comme une œuvre du XVIe siècle230, cette Vierge à l’Enfant est une sculpture de la fin du XVe siècle, avec les caractéristiques des œuvres de cette période ; l’Enfant tient son pied droit retourné, à peine visible sous le drapé. La Vierge et l’Enfant n’étaient pas couronnés et la couronne actuelle de la Vierge, à laquelle manquent des rayons, est rajoutée. Sa main droite, est sans doute refaite.

  • 231 Technique de polychromie consistant à appliquer des couches colorées sur une dorure aqueuse, puis à (...)

291La sculpture est entièrement repeinte. La dorure à la mixtion des vêtements est contemporaine de la polychromie du retable, exécutée au XIXe siècle. Une polychromie sous-jacente (XVIIe-XVIIIe siècle) est visible au revers, ornée d’un estofado231 rouge sur la robe de l’Enfant et bleu sur celle de la Vierge. Aucune couche plus ancienne n’est perceptible. (GD, CRB)

Vue de l’œuvre dans la niche du retable.

066 Glorianes Vierge à l’Enfant

292Église paroissiale Saint-Étienne
Marbre
40 x 17 x 12 cm
XVe siècle
Propriété de la commune

293Cette statue de petite taille est juste épannelée au revers. Sur la face, le marbre a un aspect poli. Le nez de la Vierge est effrité, et le bout de ses chausses cassé. La réparation d’une cassure est également visible sur son cou.

294Sur l’auréole de la Vierge, des traces ténues de polychromie bleue sont visibles.

  • 232 Vers 1550, selon Marie-Pasquines Subes, docteur en histoire de l’art médiéval.

295De nombreuses similitudes apparaissent avec Notre-Dame del Correch, conservée dans un oratoire privé de la commune d’Olette. Cette dernière est toutefois datée du milieu du XVIe siècle232. (GD, CRB)

067 Ille-sur-Têt Vierge à l’Enfant

296Église paroissiale Saint-Étienne
Bois polychrome
180 cm (hauteur sans auréole)
XVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 16 mai 2003

Vue de la statue dans la niche, au centre du retable du Rosaire.

  • 233 La statue située à 457 cm du sol, est inaccessible.

297La statue, remarquable par sa taille, occupe la niche centrale du retable du Rosaire233, datant de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Une auréole, un chapelet, un sceptre enfilé dans sa main droite ont été ajoutés, ainsi qu’une couronne en métal sur la couronne en bois sculpté. La statue a sans doute été repeinte à la fin du XIXe siècle, en même temps que le retable. Sa base a été retaillée sur le pourtour et le bras droit de la Vierge réparé.

  • 234 La Vierge à l’Enfant d’Issenheim présente cette même caractéristique (Guillot de Suduiraut, 1998, p (...)

298Cette Vierge est la seule de notre corpus à porter une bague à l’annulaire gauche, sculptée dans la masse234. (GD, CRB)

Détail de la main de la Vierge ornée d’une bague.

068 Laroque-des-Albères Vierge à l’Enfant (?)

299Église paroissiale Saint-Félix
Provenance : Chapelle Notre-Dame de Tanya
Bois de pin polychrome
90 x 30 x 18 cm
Premier quart XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 2 novembre 1988
Restaurée en 2001 par Christiane de Castaigner (CCRP)

Chapelle de Tanya. Lithographie d’après un dessin du chevalier de Basterot, tirée du Voyage aux Hermitages des Pyrénées-Orientales, Perpignan, 1829.

  • 235 Loreto, 2010, p. 18.
  • 236 Ces deux statues sont actuellement présentées dans le chœur de l’église paroissiale de Laroque-des- (...)
  • 237 Dossier de la commune de Laroque-des-Albères, archives de la conservation des A.O.A des Pyrénées-Or (...)
  • 238 D’après Marie-Pasquine Subes, l’absence de l’Enfant Jésus et la stylistique de l’œuvre indiquent qu (...)
  • 239 Témoignage oral recueilli en 2010 par C. Rogé-Bonneau (CCRP). Il n’a pas été possible d’examiner ce (...)

300Cette œuvre provient de la chapelle Notre-Dame de Tanya235, ainsi qu’une statue de même facture représentant une sainte femme (ou Élisabeth ?)236. Il s’agit soit d’une Vierge à l’Enfant présentée au centre du retable de Tanya237, ou une figure féminine d’une mise au tombeau238. Une troisième statue du XIVe siècle provenant de cette chapelle, serait conservée chez un particulier239 ; son examen pourrait apporter un éclairage nouveau.

301L’œuvre est sculptée dans un demi-tronc de pin, l’épaule gauche et les bras, aujourd’hui disparus, étaient des éléments rapportés. Un clou sur le buste de la Vierge, du côté gauche, et l’absence de polychromie à cet endroit, confirment la disparition d’un élément (l’Enfant ?). Le socle de la statue n’existe plus. Une toile marouflée ponctuellement sur le support ne semble pas être d’origine.

302La polychromie actuelle est un repeint général sur une couche probablement originale, mais ruinée (inexistante sur le visage). À l’origine, cette sculpture était vêtue d’une robe rouge foncé (laque sur feuille d’or) drapée d’un manteau doré (feuille d’or) à l’extérieur et bleu à l’intérieur (bleu de lapis-lazuli) ; les chaussures étaient noires. (GD, CRB)

069 Latour-de-Carol Vierge à l’Enfant

303Église Saint-Fructueux d’Iravals
Provenance : Hospice de l’Hospitalet (col du Puymorens)
Bois de peuplier polychrome
62 x 22 x 18 cm
Dernier quart du XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 24 mai 1932

La Vierge à l’Enfant avant sa restauration en 1956, © Ministère de la Culture (France)– Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

  • 240 Dossier de la commune de Latour-de-Carol, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architectu (...)

304Cette Vierge à l’Enfant, originaire de l’ancien hospice de l’Hospitalet au col du Puymorens240, était conservée dans l’église paroissiale de Latour-de-Carol, avant d’être présentée dans l’église Saint-Fructueux d’Iravals.

305La statue n’est pas sculptée au revers, évidé au niveau du siège et au-dessus.

306La face d’une partie du socle et les pieds de la Vierge ont subi des pertes, conséquences d’attaques anciennes d’insectes xylophages. À ces altérations du support s’ajoutent quelques fentes dans le bois.

  • 241 Devis de M. Maimponte, engagement des dépenses par le ministère de l’éducation nationale, dossier d (...)

307La polychromie n’est pas d’origine. Très usée et lacunaire, elle est chaotique et parsemée de multiples réfections, notamment des mastics ocre-rouge. De nombreux repeints se succèdent, en particulier sur le visage de la Vierge. Une restauration de la statue, en 1956, par Marcel Maimponte, a consisté en un traitement du bois, des raccords de polychromie et à une réfection des doigts de la main gauche de la Vierge241. (GD, CRB)

070 Le Boulou Vierge à l’Enfant

308Église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption
Bois de peuplier polychrome
111 x 35 x 28 cm
Fin XIIIe siècle - XIVe siècle
Propriété de la commune
Travaux de conservation réalisés en 2005 par Isabelle Jubal-Desperamont (CCRP)

Scanner, coupe sagittale, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.

  • 242 Témoignage de Mme Maryse Sola, recueilli en 2011, par C. Rogé-Bonneau (CCRP).
  • 243 L’inventeur de la statue confia l’œuvre en échange d’un réfrigérateur, ce qui témoigne de l’intérêt (...)

309De provenance inconnue, cette statue a été découverte au début des années 1970 dans une caisse, enterrée dans un jardin des Hauts de Céret242, puis confiée243 à une paroissienne du Boulou qui la conserva dans sa maison familiale. Le 06 novembre 2003, Mme Maryse Sola, belle-fille de la paroissienne en fit don à la commune, afin qu’elle soit exposée dans l’église paroissiale.

  • 244 Évidement visible grâce au scanner réalisé sur la statue.

310Cette œuvre est sculptée dans un bois de cœur, centré au niveau de la tête de la Vierge. Le bras droit de l’Enfant est assemblé au niveau de l’épaule par un grand clou forgé, l’auréole de la Vierge est fixée par un clou usiné. Évidé244, l’arrière est refermé par un volet qui n’est pas d’origine. Une fente radiale du support, du sommet de la tête jusqu’à la base du cou, apparaît sur le visage de la Vierge. Son pied gauche et un doigt de l’Enfant manquent. La polychromie actuelle est sans doute de la fin XIXe ou du XXe siècle. Dans les lacunes, on distingue deux à quatre couches successives, mais la polychromie originale n’est pas identifiée. Ces nombreux repeints combinés à une épaisse couche d’enduit ont empâté les volumes de la statue. (GD, CRB)

071 Le Tech Vierge à l’Enfant

311Chapelle de l’ermitage de Sant-Guillem de Combret
Bois de peuplier polychrome
62 x 31 x 24,5 cm
XIVe siècle
Propriété privée
Proposée au classement M.H. le 11 juin 2010
Traitement de conservation en 2009 par Christiane de Castaigner (CCRP)

Vue de la statue dans la niche du retable, avant son traitement de conservation, © cl. Henri Loreto.

  • 245 Selon I. Desperamont-Jubal, restauratrice au CCRP, la polychromie de cette œuvre se rapproche de ce (...)

312Placée dans la niche centrale du retable de saint Guillem, la statue est sculptée dans du bois de cœur non évidé, avec un socle en bois de résineux. L’Enfant, les parties latérales du siège, le bras droit de la Vierge, son épaule gauche, sont rapportés. Le bras droit de l'Enfant a disparu. De style gothique, cette statue présente en revanche une polychromie de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècles, avec une technique d’estofado sur or comportant des camaïeux de rose et de bleu appliqués sur une épaisse préparation mêlée à de la filasse. La polychromie pourrait être attribuée à l’atelier des Escribà245, doreurs à Perpignan.

  • 246 L’absence de polychromie originale ne permet pas de lever le doute sur la datation médiévale de l’œ (...)

313La polychromie a dû être réalisée au moment du déplacement de la statue dans le retable. Elle a, soit remplacé une polychromie plus ancienne, lacunaire, et non décelée, soit été appliquée après un décapage246. Le revers n’est pas polychromé, laissant le bois apparent. (GD, CRB)

Vue de l’ermitage Saint-Guillem, © cl. Henri Loreto.

072 Llo Vierge à l’Enfant

314Chapelle d’une maison
Bois d’if polychrome
58,5 x 27 x 23
Dernier quart du XIIe siècle
Propriété privée
Classée M.H. le 29 octobre 1932

Vue de l’œuvre, non datée, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

  • 247 Témoignage de la famille propriétaire recueilli en 2010. La Vierge à l’Enfant n’est plus conservée (...)
  • 248 Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, documentation des objets protégés, cote 66/108, dos (...)

315L’histoire familiale247 rapporte qu’un ancêtre aurait découvert la statue en creusant les fondations de la maison. Le soir même, la statue est dérobée puis retrouvée le lendemain à l’endroit même de sa découverte. À cet emplacement, une chapelle attenante à la maison est construite. Leur propriété est établie dans la famille à partir de 1873248. Vers 1920, la chapelle est rénovée et à cette occasion la restauration de la statue est confiée à un certain Rigore. En 1937, une robe bleu clair est confectionnée pour cette statue qui ne sortait pas de la chapelle mais y était exposée chaque année, pour la procession du 22 mai (sainte Rita). Le cortège faisait une halte pour un temps de prières.

  • 249 Il s’agit de l’unique cas sur un échantillon de 101 prélèvements de bois analysés (Jubal-Desperamon (...)

316Cette statue est la seule dans le département à être sculptée en bois d’if249. Le revers est plat, non évidé. Le socle à pans coupés est d’origine. Le support a subi de nombreuses altérations (plusieurs fentes radiales et perte d’éléments) : disparition des pieds et des fleurons de la couronne de l’Enfant et arrachement des moulures latérales du siège. Plusieurs éléments ont été refaits et rapportés, comme la main droite de l’Enfant et les bras de la Vierge (deux encoches visibles sur le buste de la Vierge témoignent peut-être de l’emplacement initial des bras originaux). L’Enfant, sculpté à part, est désassemblé. Fixé à ce jour sur le genou gauche de la Vierge par un tourillon de bois, il était à l’origine placé au centre du giron de la mère, comme en témoigne l’orifice bouché entre ses genoux. Une toile marouflée sur le support est visible sur le socle et la banquette.

317La polychromie est encrassée et présente de nombreux soulèvements. Le repeint des visages pourrait dater de la restauration des années 1920, alors que la polychromie des vêtements paraît authentique. Elle est composée d’une feuille d’argent ou d’étain recouverte par un vernis qui donne un aspect doré. Sur l’argenture « laquée », de petits liserés noirs sont visibles. Le voile blanc de la Vierge, orné d’un décor étoilé noir et rouge, est un repeint ancien, difficile à dater. La couche translucide verte qui recouvre le siège de la Vierge laisse apparaître une couche translucide rouge. Enfin, un papier collé sur sa couronne imite un décor à motifs de poinçons. (GD, CRB)

073 Los Masos Notre-Dame del Roure dite aussi Nostra Senyora del Roure

318Église paroissiale Sainte-Marie
Provenance : Église Notre-Dame del Roure (Los Masos)
Bois de pin polychrome et doré
105 x 35 x 23 cm
Seconde moitié du XVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 7 novembre 1948

Vue de l’œuvre en place dans le retable Saint Michel.

La Vierge à l’Enfant avant la restauration de 1952, © ADPO, 123J184, Fonds Delcor, cl. Muller.

  • 250 En catalan, « quintà » est la pièce de terre contigüe à la maison paysanne (le mas) ; une terre fum (...)
  • 251 Camós, 1772, p. 355 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.

319Cette Vierge à l’Enfant provient de l’église Notre-Dame del Roure, aujourd’hui ruinée. Son récit d’invention raconte qu’un berger qui faisait paître son troupeau sur son « quintà »250 dit del Roure (« du chêne » en catalan), vit une lumière, comme une étoile filante, descendre du ciel jusqu’au pied du chêne251. Le berger s’approcha et découvrit dans le tronc de l’arbre la statue de la Vierge. Aujourd’hui, elle est présentée dans l’église paroissiale, à gauche du retable de saint Michel.

320La statue, sculptée dans une bille de bois, a un revers plan. L’Enfant a perdu son avant-bras gauche. Une toile marouflée sur le support est perceptible sur le profil gauche du visage de la Vierge (lacunaire). La main droite de la Vierge n’est pas d’origine, et l’auréole rajoutée.

  • 252 Camós, 1772, p. 356.
  • 253 Dossier de la commune de Los Masos, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et (...)

321La polychromie n’est pas authentique. La statue a été entièrement dorée à la détrempe sur une assiette ocre rouge certainement dans la première moitié du XVIIe siècle ; Narcís Camós précise en 1657 : « Es la Imagen que la adorna de madera muy antigua, aunque dorada de nuevo de algunos años »252. Les visages présentent un empâtement des reliefs, à cause de l’épaisseur du repeint. Lorsqu’en 1952, Marcel Maimponte est chargé de restaurer la totalité des retables classés de l’église, il précise dans son rapport de restauration que la statue « a pu être remise en place après un simple nettoyage »253. (GD, CRB)

074 Marquixanes Vierge à l’Enfant

322Niche extérieure d’une maison, rue Notre-Dame
Bois d’aulne polychrome
54,5 x 22,5 x 20 cm
XIVe siècle
Propriété privée

La Vierge à l’Enfant couronnée.

Vue de la niche dans laquelle la statue est présentée.

  • 254 D’après des habitants de Marquixanes, la Vierge proviendrait d’une ancienne porte fortifiée du vill (...)
  • 255 6 statues sont sculptées en aulne sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, (...)

323La statue est conservée dans une niche sur la façade d’une maison, rue Notre-Dame254. Elle présente les altérations d’une sculpture située en extérieur : le support en aulne255est fragilisé (importante fente radiale en partie inférieure de la Vierge) et la polychromie comporte de nombreux déplacages.

324Sculptés dans un bois plein, certains éléments ont été remaniés : le bras droit de la Vierge refait et la base de la statue découpée, entraînant la perte des pieds et d’une partie des jambes. Son avant-bras gauche a disparu, un socle a été rajouté. La Vierge était sans doute couronnée, mais le sommet de sa tête a été modifié : elle est aujourd’hui coiffée d’une couronne en métal plus tardive (XIXe siècle ?) dont la plupart des rayons ont disparu. L’Enfant a perdu son bras gauche, et ne portait pas de couronne. Le sommet de sa tête est pourtant arasé, une fente transversale permettait peut-être la fixation d’une couronne en métal.

325La statue a fait l’objet de nombreux repeints. Deux couleurs dominent : un bleu foncé qui recouvre les vêtements de la Vierge et de l’Enfant ; la couleur crème pour les carnations (et du rouge pour rehausser les pommettes). La tunique qui recouvre le buste de l’Enfant est peinte de couleur crème comme s’il était torse nu. Une couleur rouge est sous-jacente sous l’ensemble des repeints. (GD, CRB)

075 Maureillas Vierge à l’Enfant

326Église paroissiale Saint-Étienne
Bois de peuplier polychrome
71 x 30,5 x 19,5 cm
Fin XIIIe - début XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 22 juillet 1977

Vue ancienne, non datée, de la statue déjà modifiée, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

  • 256 S’agit-il d’un réemploi d’une statue du XVIIIe ou XIXe siècles ?

327La statue est en bois plein, avec un revers plat. Le visage de la Vierge est refait et rapporté256, de même que l’avant-bras droit. Des cheveux ont été sculptés à la place du voile d’origine. Le bout de ses chausses a disparu à cause de la fragilité du support. Un trou sur le dessus de sa tête, permettait sans doute de rajouter une couronne en métal. L’Enfant devait tenir un livre et le globe à droite est une réfection. Des moulures ont été ajoutées sur les côtés de la banquette.

328La polychromie a été entièrement reprise, à l’occasion des remaniements du support.

  • 257 Subes, 2011, p. 200.

329Cette statue s’apparente aux « Vierges de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle »257, comme celles de Serrabone, Talau (Ayguatebia), Prunet, Sahorre, Canaveilles, Saint-Laurent-de-Cerdans... (GD, CRB)

076 Millas Vierge à l’Enfant dite Mare de Déu dels Desemparats

330Provenance : Église Sainte-Eulalie (?)
Conservée chez un particulier
Bois de résineux polychrome
Second quart du XIVe siècle
55 x 24,5 x 24
Propriété privée

Vues de l’œuvre avant restauration, © collection privée.

  • 258 Fournols, nd, np (archives privées de la famille propriétaire). Note de l’éditeur : cette version n (...)
  • 259 Témoignage de la famille propriétaire, recueilli en 2012 par C. Rogé-Bonneau (CCRP).

331Selon une tradition familiale, cette statue proviendrait de l'église paroissiale Sainte-Eulalie, d'où elle aurait été retirée pendant la Révolution française. Maître Joseph Fournols258 rapporte qu’un habitant aurait soustrait l’œuvre au vandalisme et l’aurait placée dans une niche au-dessus de la porte de sa demeure. Reléguée à la fin du XIXe siècle dans les combles de la maison, la statue y fut découverte par les ascendants des propriétaires, lors de l’achat de la maison dans les années 1917-1918259. Après avoir été exposée dans une niche de la cour intérieure de la maison et suite à une tentative de vol (dans les années 1970), l’œuvre fut retirée et mise en sécurité par les propriétaires.

  • 260 L’étude du support a été enrichie par un scanner.
  • 261 Restauration effectuée par Jaume Lladó (Atelier Départemental de Restauration).

332Taillée dans une bille de bois de cœur non évidée260, cette sculpture présente un revers presque plat avec une ébauche de la ligne du siège et des bras de la Vierge. La tête de l’Enfant, les deux bras restants et le socle sont refaits. Dans les années 1980, des volumes (voile, épaule gauche, arrière de la tête de la Vierge, genoux...) sont remodelés avec des mastics et des pièces de bois lors d’une restauration261.

333La statue a souffert de son exposition en extérieur et d’une attaque d’insectes xylophages.

334La polychromie est ruinée, mais quatre carnations successives sont encore présentes sur le visage de la Vierge. Une patine brune masque l’état de surface très hétérogène. D’un point de vue stylistique, cette statue se rapproche de Notre-Dame del Congost (Bouleternère), de la Vierge à l’Enfant d’Err (collection particulière) et de Notre-Dame del Roure (Taillet). (GD, CRB)

077 Millas Vierge à l’Enfant

335Conservée chez un particulier
Bois de pin polychrome
78 x 27 x 20 cm
XIVe siècle
Propriété privée

  • 262 Témoignages de la famille propriétaire, recueillis en 2011 par I. Desperamont-Jubal et C. Rogé-Bonn (...)

336D'après les propriétaires, la statue fut trouvée dans le grenier de leur maison, à Millas. C'était un lieu d’accueil pour les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle, puis une maison de retraite pour le clergé262. Ces différentes destinations peuvent expliquer sa présence en ce lieu.

337La Vierge, légèrement déhanchée, est sculptée dans un bois de résineux plein. Son bras droit disparu était rapporté, comme peut-être le visage de l’Enfant endommagé (perte du visage, des bras, des drapés de sa longue tunique). L’état de conservation actuel indique qu’elle était sans doute à l’origine dans une niche extérieure.

338Bien que polychrome initialement, il ne reste que de petites parcelles de polychromie dans des creux, sur le cou de l’Enfant et sur le visage de la Vierge (repeints). Les couleurs masquées par une couche de cire, ne sont pas identifiables. (GD, CRB)

078 Montbolo Vierge à l’Enfant

339Église paroissiale Saint-André
Bois de saule polychrome
81,5 x 48 x 25 cm
Premier quart du XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 14 novembre 1907
Restaurée en 1998 par Amélie de Torres (CCRP)

Vue de l’œuvre, non datée, avant restauration, © cg66/ CCRP.

  • 263 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, (...)
  • 264 Deux cartes postales, des années 1930 (?) présentent séparément la Vierge et l’Enfant, archives de (...)

340La sculpture est constituée d’un bloc central en saule263, largement évidé à l’arrière, sur lequel sont rapportés les éléments du trône et l’extérieur des manches du manteau. L’Enfant, également en saule, est rapporté264. Ses avant-bras et ceux de la Vierge, disparus, étaient insérés dans des mortaises rectangulaires. Les fleurons sommitaux des couronnes ont été supprimés, pour adapter des couronnes en métal. Des pièces de toiles ont été marouflées sur le support bois.

Vue de trois-quart gauche, non datée, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

  • 265 Récolement de Pierre Ponsich, Conservateur des antiquités et objets d’art des Pyrénées-Orientales, (...)
  • 266 Ibidem.
  • 267 Delcor, 1970, p. 48.
  • 268 D’après des clichés anciens, il était assis sur le genou droit de sa mère.

341En 1963, la Vierge est « dans un état déplorable (bois très attaqué) »265et « une intervention urgente, sous peine d’aboutir rapidement à une perte définitive »266 est demandée. Quelques années plus tard, l’œuvre est restaurée par Latapie (consolidation du bois, réfection de la colonnette droite manquante) et la statue replacée au sommet du retable du Rosaire267. L’Enfant est sans doute fixé au centre du giron de sa mère à cette occasion268. La polychromie d’origine est pratiquement inexistante ; il ne subsiste que quelques traces de rouge sur le manteau et la robe, les visages et la guimpe de la Vierge sont entièrement repeints (sans polychromie sous-jacente). L’intérieur de la manche droite porte une couche ancienne réalisée en glacis vert et pourrait correspondre à la polychromie originale. (GD, CRB)

079 Mosset Notre-Dame de Corbiach dite aussi Nostra Senyora de Corbiach

342Église paroissiale Saint-Julien et Sainte-Baselisse
Provenance : Église du prieuré de Sainte-Marie de Corbiach (Mosset)
Bois de peuplier et saule polychrome
55,5 x 22,5 x 23,5 cm
Deuxième quart du XIIIe siècle
Propriété de la commune
En cours de classement M.H.
Restaurée en 2005 par Isabelle Desperamont-Jubal (CCRP)

Notre-Dame de Corbiach portée en procession à Mosset, dans les années 1950-1960,
© collection particulière (cl. publié dans : Perpinyà, 2005, p. 60).

Vue ancienne, non datée, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

  • 269 Camós, 1772, livre 8, p. 351 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.
  • 270 Hamon, 1863, p. 134.
  • 271 Ruffiandis, 1970, p. 25.

343Notre-Dame de Corbiach aurait été découverte dans un figuier par deux bergers, guidés par le vol d’un corbeau269. La statue se trouvait dans l’église du prieuré de Corbiach jusqu’à sa fermeture et sa vente en 1792, pendant la Révolution française. D’après Hamon270, l’œuvre a été portée à l’église paroissiale de Mosset en 1793, d’après Ruffiandis271 au XIXe siècle.

344Les figures de la Vierge et de l’Enfant ne sont pas taillées dans la même bille de bois : l’une est en peuplier, l’autre est en saule. Le bras droit de l’Enfant (en deux morceaux), les avant-bras de la Vierge, les colonnettes du siège sont rapportés. Le socle n’est pas d’origine. L’Enfant et la couronne de la Vierge sont fixés par des clous. Sa main droite est refaite et le fleuron arrière de la couronne a disparu. Des pièces de toile marouflées sur le support en bois recouvrent et cachent les joints d’assemblage.

345La polychromie n’est pas d’origine et pourrait dater des XIVe-XVe siècles, à l’exception des carnations plus récentes. La polychromie originale est ruinée, mais certains vestiges subsistent : dans les carnations, du vert sur le manteau et la colonnette, du rouge sur la couronne, et de l’orangé à motif noir sur la tunique de l’Enfant. Le repeint médiéval est formé de feuilles d’argent recouvertes d’un vernis jaune, donnant un aspect doré à l’œuvre. Des motifs noirs et rouges sont peints par-dessus. Les carnations originales sont recouvertes de trois repeints. L’aspect général est terne en raison d’une opacification du vernis et d’une oxydation des feuilles d’argent.

  • 272 D’après une photographie des années 1950-1960.

346Le 15 août, la statue de Notre-Dame de Corbiach était portée en procession dans les rues du village par les jeunes filles de Mosset272.

  • 273 Subes, 2011, p. 180-187.

347Son style est proche de celui de la Vierge de Montserrat273. (GD, CRB)

080 Mosset Vierge à l’Enfant

348Niche de la porte Sainte-Madeleine à Mosset
Bois de peuplier polychrome
135 x 43 x 31 cm
Premier quart du XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 23 novembre 1948
Restaurée en 1997 par Hervé Giocanti (Atelier Lazulum, Marseille)

Vue de l’œuvre dans sa niche de la porte Sainte-Madeleine à Mosset.

Vue ancienne de l’œuvre, non datée, © ADPO, 21 Fi 222/5.

  • 274 L’hypothèse suivant laquelle cette œuvre proviendrait de l’abbaye Sainte-Marie de Clariana, au col (...)
  • 275 La présence d’un animal a été découverte par I. Jubal-Desperamont, restauratrice au CCRP, à l’occas (...)
  • 276 La couronne de la Vierge actuelle est une réfection tardive.

349Cette statue est placée à l’extérieur dans la niche du portail Sainte-Madeleine, à Mosset274. Longtemps exposés aux intempéries, le support et la polychromie ont souffert. La base et l’animal – sans doute un dragon275 – sculptés aux pieds de la Vierge, ont pratiquement disparu. Le bras droit de la Vierge, les côtés du siège et les couronnes276 n’existent plus. Cette sculpture monumentale est la plus grande des Vierges à l’Enfant assises recensées dans le département. Elle est taillée en grande partie dans une seule bille de bois. Les bras de la Vierge et les côtés du siège sont des éléments rapportés. De la toile marouflée sur le support couvre les joints d’assemblage. Le revers est largement évidé jusqu’en haut du dos et une planche, disparue, clouée à l’arrière refermait la cavité.

  • 277 Jubal-Desperamont, 2011, p. 224.

350La polychromie originale sur les vêtements présente une fausse dorure, constituée de feuilles d’argent ou d’étain recouvertes d’un vernis blond. On retrouve cette technique pour le motif de fleurettes réalisé en réserve sur le voile blanc de la Vierge. L’intérieur du voile et la ceinture de la Vierge sont rouges, l’intérieur du manteau, bleu. À l’occasion de sa restauration, le badigeon et les repeints successifs sur les carnations des visages ont été retirés, laissant apparaître la polychromie d’origine des vêtements. Sur les carnations le dégagement s’est arrêté au premier repeint, la polychromie originale étant quasiment ruinée277. (GD, CRB)

081 Nahuja Vierge à l’Enfant

351Église paroissiale Saint-Jacques
Bois de pin polychrome
52 x 21 x 15 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 24 mai 1932
Restaurée en 2002-2003 par Sylvie Mazillier et Laurent Paillard-Boyer (Nîmes)

Vue de l’œuvre dans les années 1960-1970, avant restauration, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

  • 278 En 1901, l’abbé Sarrète mentionne, dans le registre du conseil de fabrique de Nahuja, la présence d (...)
  • 279 « c’est par erreur que le peuple l’appelle une Sainte-Anne », note de l’abbé Sarrète datée du 16 ao (...)

352Placée dans le retable de la Vierge278, cette statue était considérée par les paroissiens comme une représentation de sainte Anne279, puisque le retable se trouvait dans une chapelle dédiée à sainte Anne. La statue est aujourd’hui présentée sur une console, au-dessus du baptistère.

353Cette statue de petite taille, au revers plat est en bois plein, de faible profondeur. La Vierge, dont la main droite a disparu, est assise sur un coussin, semblable à celui de la Vierge d’Ur. Elle tient son manteau de la main gauche, représentation et attitude insolites à cette époque.

354Une attaque d’insectes xylophages a sans doute entraîné des modifications. La statue a été entièrement repeinte au XVIIIe siècle, mais il reste au revers du voile une polychromie ancienne, jaune clair, peut-être originale. Une toile marouflée a été rajoutée sur le support au niveau des têtes. D’anciennes réfections – comme les pieds de l’Enfant – sont dissimulées par le repeint. (GD, CRB)

082 Nyer Nostra Senyora d’En

355Église paroissiale Saint-Jacques de Nyer
Provenance : Église Saint-Just et Saint-Pasteur d’En
Bois polychrome
66 x 30 x 22 cm
Fin XIIIe - première moitié du XIVe siècle
Propriété de la commune

Vue ancienne de Nostra Senyora d’En, devant le portail de l’église de Nyer, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade.

  • 280 Cazes, s.d., p. 17.

356Cette statue provient de l'église isolée du hameau ruiné d'En, à l'ouest de Nyer, d'où elle a été retirée, à une date inconnue, pour des raisons de sécurité. La statue, au revers plat, est sculptée dans un bois plein. Le socle est une planche rapportée en bois de résineux, fixée par deux clous forgés. La Vierge devait tenir un objet ou un fruit, dans sa main droite280. La Mère et l’Enfant sont couronnés, mais leur diadème résulte d’une restauration ancienne (XIXe siècle ?). Plusieurs repeints recouvrent l’ensemble : les vêtements sont repeints d’une bronzine d’aspect doré, mais assombrie ; les motifs noirs reproduits sur les bordures s’inspirent sans doute des motifs de la polychromie d’origine.

  • 281 Subes, 2011, p. 200.

357Cette statue présente les mêmes caractéristiques qu’un groupe de vierges (Serrabone, Prunet, Gurb, Sahorre, Canaveilles, Saint-Laurent-de-Cerdans,...) appelées « les vierges de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle » par Marie-Pasquine Subes281. (GD, CRB)

083 Nyer Vierge à l’Enfant

358Église paroissiale Saint-Jacques
Bois de peuplier polychrome
82 x 27 x 28,5 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune

Vue de l’œuvre dans la niche.

359La Vierge est présentée dans la niche située au-dessus du portail d’entrée de l’église paroissiale de Nyer et porte les altérations consécutives à une exposition prolongée à l’extérieur.

  • 282 . L’avant bras droit de la Vierge était rapporté et fixé par un tenon, dont il reste encore un frag (...)

360La statue est monoxyle, sculptée dans un bois de cœur. Son revers est plan et évidé au niveau du siège. La cavité était peut-être refermée par une planchette maintenue dans une rainure. Le socle à pans coupés n’est pas d’origine. La partie supérieure de l’Enfant, les avant-bras de la Vierge, les fleurons sommitaux de sa couronne, sauf un282, n’existent plus, mais la finesse de la sculpture est toujours appréciable.

361La polychromie a presque entièrement disparu, excepté quelques traces sur les côtés : argenture ornée d’un liseré noir sur la couronne et motifs noirs à peine lisibles sur le côté gauche de la banquette.

362La Vierge et l’Enfant étaient parés d’ornements. La manière dont sont taillés ceux du XVIIIe siècle, indique que l’Enfant et l’avant-bras de la Vierge n’étaient pas détériorés à cette époque. En revanche, les textiles du début du XXe siècle, de part l’absence d’aménagement dans la cape, montrent que ces éléments avaient disparu. Ces ornements posent la question de l’ancienneté de l’œuvre dans la niche : descendait-on la statue pour la parer ou bien s’agit-il d’un emplacement récent ? (GD, CRB)

Vue des ornements du XVIIIe siècle, © cg66/CCRP / C. Rogé-Bonneau.

084 Nyer Notre-Dame de la Roca dite aussi Nostra Senyora de la Roca

363Chapelle du château de la Roca
Bois de noyer polychrome
83 x 44 x 23,5 cm
XVe siècle
Propriété de la commune

Vue générale de l’édifice au pied des vestiges du château de la Roca.

Vue générale de l’abside de la chapelle de la Roca, avec le retable et les ex-voto.

  • 283 Retable à panneaux peints du début du XVIIe siècle dédié à la Vierge.
  • 284 La chapelle actuelle est une reconstruction de la fin du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle (...)
  • 285 Camós, 1772, p. 350 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.
  • 286 « trois hommes d’Olette vinrent à Nyer avec l’intention de brûler l’image de Notre Dame de la Roca. (...)

364La statue est au centre du retable du maître-autel283 de la chapelle de la Roca284, édifiée sur un éperon rocheux à côté des ruines d’une fortification médiévale. Narcís Camós rapporte que la statue a été trouvée dans une grotte par une jeune fille de Nyer alors qu’elle allait chercher du bois285. La tradition populaire prétendait encore dans les années 1950 que Notre-Dame de la Roca aurait échappé miraculeusement en 1793 au vandalisme révolutionnaire286.

  • 287 Camós, 1772, p. 350.

365La statue au revers plat, est sculptée dans un bois de noyer plein. Elle est présentée sur un socle octogonal, transformé pour recevoir des brancards de procession. Des traces d’outils sont visibles au revers. Une grosse entaille à l’arrière de la tête de la Vierge devait servir à fixer une couronne en métal ou une auréole. Il ne reste plus que la tige de la leur dans sa main droite. L’Enfant, qui tient un oiseau à deux mains, a la tête refaite. La sculpture est entièrement repeinte et il ne reste pas de polychromie sous-jacente visible. Quelques traces de dorure sont conservées sur les cheveux ondulés de la Vierge. La nature de ce repeint est conforme à la description faite par Camós : « esta gran Señora [...] es pintada de blanco, como de marmol, y la orla de azul [...] sus cabellos son dorados. El Niño [...] tambien es dorado de cabellos »287.

366La chapelle de la Roca est toujours un lieu de pèlerinage. L’aplec a lieu chaque lundi de Pentecôte ; les habitants de la vallée montent en procession depuis Nyer, en chantant des goigs à sa gloire. Les ex-voto suspendus au mur de l’édiice témoignent des nombreux miracles qui lui sont attribués. (GD, CRB)

085 Olette Vierge à l’Enfant

367Ancienne église paroissiale Saint-André d’Évol
Bois de pin polychrome
71,5 x 31 x 14,5 cm
Dernier quart du XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 7 avril 1971
Traitement de conservation réalisé en 2005 par l’atelier ACCRA Bedani-Genard (Ille-sur-Têt)

Vue de trois-quart droit, avant la restauration de 1982, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

La statue dans la cadireta.

368Cette œuvre sculptée dans une bille de bois, présente un revers plan et non évidé.

369Une toile marouflée est visible sur le support au niveau de la couronne de la Vierge, qui a perdu cinq fleurons. La base de la statue, les pieds de la Vierge, ont été découpés, sans doute trop fragilisés (par une attaque d’insectes ?). L’Enfant, placé dans le giron de la Vierge et accolé à sa main gauche, a disparu.

  • 288 Bilan d’activité de l’atelier départemental de restauration pour l’année 1982, archives du CCRP, Co (...)

370En 1982, l’Atelier départemental de restauration a refait le bout des doigts des mains de la Vierge et la boule sommitale gauche de la cathèdre. Le soclage, contestable, sur une planche moderne, comporte des mastics débordants288. Au cours de cette restauration, les repeints du visage supprimés, laissent la place à la polychromie d’origine. Celle de la tunique et du manteau est un repeint ; des traces de rouge apparaissent sous le bleu du manteau, et des traces de bleu sous le rouge de la robe.

  • 289 Actuellement, la Vierge est présentée dans une cadireta (XVIIe siècle) qui devait servir aux proces (...)
  • 290 Mairie d’Olette : Registre de la confrérie de Notre-Dame du Rosaire d’Evol (1690), suivi des délibé (...)
  • 291 Ibidem.

371À la fin du XVIIIe siècle, afin de gagner des indulgences, les confrères du Rosaire étaient tenus de réaliser le premier dimanche de chaque mois une procession289 avec « la devota imatge portatil de maria santissima »290. La procession faisait le tour du cimetière, où était donnée une absoute générale pour les confrères défunts, et se terminait dans l’église par une messe pro populo, célébrée à l’autel de la chapelle du Rosaire où la statue était déposée à l’issue de la procession291. (GD, CRB)

086 Oreilla Vierge à l’Enfant

372Église paroissiale Sainte-Marie
Provenance : niche au-dessus du lavoir (Oreilla)
Bois de noyer polychrome
85 x 30 x 28 cm
XIIIe siècle
Propriété de la commune
Proposée au classement M.H. en 2013

Détail du fermail du manteau de la Vierge.

Vue de la statue placée dans la niche, au-dessus du lavoir d’Oreilla, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

373Placée dans une niche au-dessus du lavoir, la statue est depuis sa restauration en 1976 conservée dans l’église d’Oreilla.

  • 292 Bilan d’activité pour l’année 1976 de l’atelier départemental de restauration, archives du CCRP, Co (...)

374La sculpture est monoxyle, le bras droit de la Vierge est refait et rapporté. Le revers est légèrement ébauché et non évidé. Les doigts de l’Enfant et les éléments sommitaux de la couronne de la Vierge ont disparu. Une toile marouflée sur le bois apparaît au niveau des fentes. En 1976, l’Atelier départemental de restauration est intervenu sur le support de l’œuvre : « Réfection du socle et de la base de la Vierge. Décapage de l’ensemble. Désinfection et durcissement de certaines parties. Réfection du visage de l’Enfant. Patine de l’ensemble »292. Malgré ce traitement (réfection au mastic), le bois reste très affaibli par l’attaque des insectes.

375L’exposition de la statue en extérieur a provoqué la disparition de la polychromie ancienne. Quelques traces sont visibles sur le visage de la Vierge (front, joue et œil droit) et dans quelques plis de son manteau. Des parcelles de dorure au niveau des cheveux et de la couronne de la Vierge ne semblent pas d’origine. Malgré cet état lacunaire, des motifs en relief, réalisés dans la préparation, subsistent sur le fermail du manteau et l’orfroi de l’encolure de la robe de la Vierge, où des traces de polychromie sont encore conservées : rouge sur le fond et dorure sur les décors en relief. (GD, CRB)

087 Palau de Cerdagne Mare de Déu de l’Escaleta

376Conservée chez un particulier
Provenance : niche extérieure de la maison Salsas
Bois d’aulne polychrome
46 x 19 x 15,5 cm
XIVe siècle
Propriété privée

Vue rapprochée, © ADPO, 123J148, Fonds Delcor, cl. Muller.

  • 293 Dimensions de la niche : h = 60 cm ; la = 40 cm.
  • 294 Il n’est pas exclu que cette statue provienne à l’origine de l’église romane.

377La statue était présentée dans une niche293 sur un mur extérieur du jardin de la maison Salsas, ancienne maison Gambus. Fermé par une grille en fer forgé ouvrante, sur laquelle est inscrit le millésime « 1764 », cet oratoire donne sur une rue, menant à l’ancienne église romane disparue (emplacement du cimetière actuel)294.

  • 295 Seules 6 statues sont sculptées en aulne sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, (...)
  • 296 Martí de Sanjaume, 1927, p. 128.
  • 297 Ibidem.

378La statue, réalisée dans une bille de bois d’aulne295, est plane au revers. Elle a souffert de son exposition, l’Enfant a perdu son visage (importante attaque d’insectes xylophages). Dans les années 1875, à la demande de la veuve Salsas, la statue est restaurée par un sculpteur de Puigcerdà, Casanovas296. En 1927, Jaime Martí de Sanjaume297, indique que le bras droit de l’Enfant bénit et la main gauche tient un livre, éléments modifiés ou disparus depuis. En effet, on relève plusieurs interventions non datées sur le support de l’œuvre : avant-bras refaits et côtés retaillés pour les assembler, base découpée (absence des pieds) et socle rajouté, nombreux volumes repris à l’aide de mastics épais et couronne de la Vierge resculptée en creux. En revanche, la tête de cette dernière et le revers ont été relativement épargnés.

379La polychromie n’est pas d’origine ; elle correspond à un repeint blanc généralisé exécuté sur un enduit épais, orné d’un motif de galon peint sur les tuniques de la Vierge et de l’Enfant, et à un repeint des cheveux, se confondant au voile de la Vierge. Des restes de polychromie pouvant témoigner des couleurs d’origine sont perceptibles uniquement sur le revers, la face étant ruinée : un rouge translucide pour le voile court et un bleu sombre sur le manteau.

  • 298 Pré-inventaire de la commune de Palau de Cerdagne, église Notre-Dame des Anges. Fiches d’inventaire (...)
  • 299 Témoignage oral d’une paroissienne de Palau-de-Cerdagne, recueilli en 2003 par C. Rogé Bonneau (CCR (...)
  • 300 Blanchon, 1966, p. 21-27.

380Depuis 1974298, par crainte de vol et de détérioration, la statue est mise en sécurité. Les habitants de Palau-de-Cerdagne étant très attachés à cette Vierge, une reproduction réalisée par la commune est placée sur les gradins du maître-autel de l’église paroissiale. Leur dévotion s’exprimait lors des enterrements299 où les cortèges funéraires s’arrêtaient devant la Mare de Déu de l’Escaleta, pour un temps de prières et de recueillement, avant que ne soit chanté le Salve Regina300.

381Malgré les modifications subies, cette statue peut être rapprochée de Notre-Dame del Pessebre à Corneilla-de-Conflent, de la vierge de Marcevol (Arboussols) ou de Notre-Dame del Coral à Prats-de-Mollo. (GD, CRB)

088 Perpignan Vierge à l’Enfant

382Église paroissiale Notre-Dame de La Réal
Bois de peuplier polychrome
95 x 28,5 x 23 cm
XIIIe siècle
Propriété de l’association diocésaine
Classée M.H. le 18 décembre 1986

  • 301 ADPO, 175J37, fonds Cortade.
  • 302 Témoignage de l’abbé Jean Palau, ancien curé de la paroisse de La Réal, à Perpignan, recueilli en 2 (...)

383Cette statue de provenance inconnue, faisait partie de la collection Delmas, ancien bijoutier de Perpignan301. Il en fit don en 1977 à la paroisse de La Réal, par l’intermédiaire de l’abbé Jean Palau alors prêtre desservant302.

384Le revers est plat, évidé jusqu’au niveau des épaules. La base du support est lacunaire de part et d’autre des pieds. Certains éléments ne semblent pas d’origine : les mains droites de l’Enfant et de la Vierge, l’extrémité de la main gauche de la Vierge mastiqué. Une toile est marouflée sur le support.

385La polychromie est d’un aspect très brun et les volumes sont alourdis par les repeints. (GD, CRB)

© cg66/CCRP/Marc Michalczak.

089 Perpignan Mare de Déu de la Llet

386Conservée chez un particulier (?)
Bois polychrome
dimensions précises non connues
XIIIe siècle
Propriété privée

Vue rapprochée de la Vierge, côté droit, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.

  • 303 Sur les clichés photographiques figure la légende manuscrite : « Perpinyà, Col. particular » (Perpi (...)

387Des clichés photographiques antérieurs à 1939, conservés à l’Arxiu Mas à Barcelone, attestent de l’existence de cette statue, dans une collection particulière à Perpignan303.

  • 304 Delcor, 1970, p. 95-98.
  • 305 Cazes, 1991, p. 35.

388La Mare de Déu de la Llet, en bois polychrome, est une des rares vierges à l’enfant allaitante. Il en existait deux autres en Cerdagne : Nostra-Senyora de la Sagristia à Puigcerdà et Santa Maria de la Ajuda à Maranges, disparues pendant la Guerre civile espagnole en 1936304. À Perpignan, le vocable de Nostra Senyora de la Llet est mentionné en 1641 au couvent des Dominicains305.

389La Vierge et l’Enfant sont sculptés dans la même bille de bois. L’épaisseur de l’Enfant est limitée sans doute par la bille de bois elle-même. L’Enfant est plaqué contre sa mère, et tète le sein gauche dénudé dans l’échancrure ouverte de la robe. Le bras droit de la Vierge, certainement rapporté, a disparu. Ses pieds manquent (lié à l’usure du socle), comme les fleurons sommitaux des couronnes (sciés ?). L’état de conservation de la base indique que l’œuvre était placée en extérieur.

390La polychromie, difficile à discerner sur les clichés anciens, paraît lacunaire avec quelques repeints. (GD, CRB)

Vue générale de l’œuvre, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.

090 Perpignan Vierge à l’Enfant dite Notre-Dame de la Merci

391Musée d’histoire de la Catalogne-Nord, Casa Pairal, Castillet
Provenance : Couvent de la Merci
Bois de peuplier polychrome
66,5 x 23,5 x 17,5 cm
Milieu XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 21 janvier 1980

  • 306 Lors de son classement Monument historique en 1980, la statue est mentionnée comme provenant de l’« (...)
  • 307 De Roux, 1996, p. 354.

392Cette statue proviendrait de l’église du couvent de la Merci306. Sécularisé en 1791 pendant la Révolution française, cet édifice fut reconverti en atelier de menuiserie au XXe siècle puis démoli en 1972307.

393L’arrière, plat, est évidé au niveau du siège. Le volet qui devait refermer la cavité a disparu, mais des traces de clous sont visibles. Le côté droit du siège, sans doute à l’origine sculpté dans la masse, a été brisé puis réassemblé par un grand clou forgé et plusieurs clous usinés. Le bras droit de la Vierge (rapporté) et celui de l’Enfant ont disparu. Une légère entaille a été pratiquée à l’arrière de la tête de la Vierge, pour y fixer une couronne métallique.

394La polychromie de la statue pourrait être d’origine, excepté les carnations de l’Enfant repeintes. L’encolure de la robe de la Vierge est ornée d’un décor de losanges et de ronds réalisés en relief dans la préparation. Son visage est lacunaire. La polychromie des vêtements (sauf le voile) a l’aspect de feuilles d’argent ou d’étain oxydées appliquées sur une préparation ocre-jaune et recouvertes d’un vernis jaune. (GD, CRB)

© cg66/CCRP / Marc Michalczak.

091 Perpignan Notre-Dame dels Correchs dite aussi Nostra Senyora dels Correchs

395Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan
Provenance : Église Saint-Jean le Vieux de Perpignan
Bois de noyer polychrome
104 x 39 x 43 cm
Fin du XIIIe siècle
Propriété de l’État
Classée M.H. le 14 novembre 1907

Vue de Notre-Dame dels Correchs le 26 août 1915, avant restauration, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », cl. J. Latrobe.

  • 308 Camós, 1772, livre 8, p. 330 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.
  • 309 De Dalmases et Pitarch, 1984, p. 76

396La statue aurait été miraculeusement découverte, dans un « correch » (ravin, en français)308. À l’origine présentée dans l’église Saint-Jean le Vieux de Perpignan, elle fut déplacée à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste entre 1508 et 1509309.

  • 310 ADPO, 1 J 698/7
  • 311 Durliat, 1953, p. 243.
  • 312 Notes historiques et manuscrites du chanoine J. Borallo sur l’église de Saint-Jean le Vieux de Perp (...)

397Deux restaurations anciennes sont connues. L’une a été réalisée à l’extrême fin du XVIIe siècle, comme l’indique le texte du parchemin collé dans la cavité au revers de la statue310 et daté du 13 décembre 1699 : « [...] curavit in signum devotionis et obsequii [...] ». L’autre restauration documentée est celle effectuée dans le premier quart du XXe siècle par le Dr Albert Donnezan, membre de la société agricole scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales311. D’après le chanoine Borallo, « les beaux-arts sont venus l’arracher de l’oubli. La restauration de cette image fut laborieuse, on fut obligé de refaire la main droite de la Vierge qui portait la pomme et l’on a placé dans cette main un bouquet enlevant à la statue son aspect symbolique et primitif »312.

398La Vierge et l’Enfant ont été sculptés dans une seule bille de bois de noyer, mais l’Enfant a été séparé et ré-assemblé. La Vierge est évidée au revers jusqu’au niveau des épaules. La planche qui forme le sol de la cavité est un rajout. Sur la tête de la Vierge, le scanner a permis de redécouvrir un orifice circulaire qui pourrait être une ancienne cavité reliquaire.

399Des parties ont été refaites : les montants latéraux du siège (avec les moulures), le bras gauche de l’Enfant, les deux bras de la Vierge. Des reliefs ont été remodelés à l’aide de mastics lors de la dernière rénovation (couronnes, sommets de plis...). Le bois a été très fragilisé par une attaque d’insectes xylophages.

  • 313 Jubal-Desperamont et de Castaigner, 2011, p. 122-127.

400L’étude de l’œuvre a mis en évidence trois polychromies successives. La polychromie originale lacunaire présente la Vierge vêtue d’une robe rouge sombre (laque rouge passée sur une feuille d’argent ou d’étain), avec des motifs à l’encolure ras de cou et une ouverture verticale à motifs probablement géométriques verts, rouges et noirs, réalisés en glacis. Les cheveux de la Vierge, et probablement ceux de l’Enfant, étaient dorés313.

401La statue est parsemée de restes de petits clous ou aiguilles qui servaient à fixer les vêtements. Les modifications des bras de la Vierge et la séparation de l’Enfant sont peut-être liées à l’habillage de la statue. (GD, CRB)

092 Perpignan Vierge à l’Enfant

402Cathédrale Saint-Jean-Baptiste
Bois de pin polychrome
48 x 22 x 10,5 cm
Fin XIIIe - début XIVe siècles
Propriété de l’État
Classée M.H. le 17 février 1964

  • 314 Brutails, 1901, p. 189.

403En 1901, Jean-Auguste Brutails signale une Vierge « dans le retable de l’absidiole du croisillon Nord »314, le retable saint Pierre (XVIe siècle). Il est probable que cette œuvre soit à l’origine un bas-relief, aujourd’hui manquant à l’extrême droite de la prédelle du retable, fixé au XVIIe ou XVIIIe siècle lors d’un remaniement (adjonction de colonnes torses). Un clou à l’épaule droite de la Vierge serait dans ce cas un élément de fixation.

404La statue plane au revers légèrement évidé a un faible relief. L’Enfant est placé de manière atypique sur le côté droit de la Vierge et croise les jambes. Des éléments du support ont disparu : mains et pied droit de l’Enfant, pied droit de la Vierge et une partie du socle en dessous, éléments de la couronne de la Vierge, partie haute du siège.

  • 315 La statue du Christ assis montrant ses plaies et une autre Vierge du XIVe siècle étaient conditionn (...)

405Le socle a été rajouté. Un ancien système de fixation est visible à l’arrière de la statue (installation dans un retable ?). Au revers, une étiquette mentionne : « cath. St Jean caisse no 3 statue de la Vierge assise XIIIe siècle, 5-9-39 », et correspond à la date de sa mise en caisse, deux jours après le début de la Seconde guerre mondiale315. La polychromie actuelle, avec une dorure à la détrempe, date de l’époque moderne. (GD, CRB)

093 Perpignan Vierge à l’Enfant

406Cathédrale Saint-Jean-Baptiste
Bois de peuplier polychrome
64 x 25 x 21 cm
XIVe siècle
Propriété de l’association diocésaine
Classée M.H. le 17 février 1964

Vue de l’œuvre, côté droit, non datée, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

  • 316 Testament olographe du 06 novembre 1921, retenu par Maître Delcos, notaire à Perpignan, archives de (...)
  • 317 La statue du Christ assis et montrant ses plaies, et une autre Vierge du XIVe siècle étaient condit (...)
  • 318 Le commandant aurait acheté ce devant d’autel vers 1905 à une municipalité du canton de Saillagouse (...)

407La statue a été léguée par le commandant Albar, le 06 novembre 1921 à la fabrique de l’église Saint-Jean à condition qu’elle soit placée dans la chapelle de Notre-Dame dels Correchs316. Une étiquette collée à l’arrière correspondant à un numéro d’inventaire lors de la mise en caisse de la statue après le début de la Seconde guerre mondiale317, confirme ce legs : « cathédrale St-Jean, caisse no 3, Vierge assise, don Commandant Albar, 5-9-39 ». Le commandant Albar lègue également par testament un devant d’autel roman provenant de Cerdagne, territoire où il avait rassemblé sa collection318. Il est donc probable que cette Vierge à l’Enfant provienne aussi de Cerdagne.

408La sculpture est taillée dans une bille de bois. Les mains sont rapportées et celles de l’Enfant refaites. Une toile a été marouflée entre le support et la couche de préparation. Une importante fente radiale apparaît sur la face. Plusieurs éléments du support manquent à la base de la statue, des fleurons à la couronne, et un attribut dans la main droite de la Vierge.

409La polychromie, présente sur toutes les faces, ne semble pas d’origine, mais elle est intéressante, en particulier le collier peint autour du cou de la Vierge et de l’Enfant. Cette polychromie est appliquée sur une préparation blanche, mais le bleu du manteau de la Vierge est passé sur une préparation au minium. (GD, CRB)

094 Perpignan Vierge à l’Enfant

410Centre de conservation et restauration du patrimoine du Conseil général des Pyrénées- Orientales
Provenance : Puigcerdà (?)
Bois de pin polychrome
44,5 x 20 x 16,5 cm
Fin XIIIe - début XIVe siècle
Propriété du Conseil général des Pyrénées-Orientales
Restaurée en 2003 par Caroline Leynia de la Jarrige (CCRP)

  • 319 Témoignage oral recueilli par I. Desperamont-Jubal, restauratrice au CCRP.

411Cette Vierge aurait été donnée par une famille de Puigcerdà319. Elle a été exposée plusieurs années dans la Tour de l’hommage du Palais des rois de Majorque de Perpignan. Depuis 2003, la statue est présentée au centre de conservation et restauration du patrimoine où elle sert d’objet didactique.

  • 320 Le soclage ancien a été retiré et la statue a été fixée sur un support métallique.

412Seule la partie supérieure de la sculpture est conservée. C’était une Vierge assise sur un trône, portant l’Enfant sur le genou gauche. Non évidée au revers, sa taille originale est estimée à 65 cm au maximum. Les attaques répétées d’insectes xylophages, en particulier de termites, ont ruiné le support et toute la partie inférieure320.

  • 321 Ils sont réalisés avec des carrés de feuille d’étain (côté 15 cm) estampés dans des moules et rempl (...)

413La polychromie originale a été recouverte de quatre repeints. Elle présentait à l’origine des carnations à base de blanc de plomb rehaussées avec du vermillon (cinabre). Le vêtement d’aspect doré est réalisé avec des feuilles d’argent posées à la détrempe et recouvertes d’un vernis jaune. Le premier repeint sur la robe est intéressant car il fait appel à une technique utilisée à partir du XVe siècle, mais rarement observée localement. Il s’agit de motifs répétitifs en très léger relief, dorés et peints, appelés « brocards appliqués »321. Sur la moitié gauche du visage de la Vierge, le dégagement des trois derniers repeints a mis en évidence une polychromie ancienne bien conservée, correspondant à un premier repeint. Seule cette partie a été retouchée pour la rendre lisible. Sur les brocards appliqués de la robe, ce dégagement n’a pas été réalisé en raison d’une trop grande fragilité.

  • 322 Subes, 2011, p. 200.

414Cette statue présente les mêmes caractéristiques qu’un groupe de Vierges (Serrabone, Prunet, Gurb, Sahorre, Canaveilles, Saint-Laurent-de-Cerdans...) appelées « les Vierges de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle » par Marie-Pasquine Subes322. (GD, CRB)

095 Perpignan Vierge du Séminaire

415Cathédrale Saint-Jean-Baptiste
Provenance : Palau-del-Vidre
Bois polychrome
XIVe siècle
Propriété de l’association diocésaine
Inscrite M.H. le 31 juillet 1980
Volée

Vue du côté droit, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

Vue du côté droit, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.

  • 323 Notes manuscrites figurant au dos de la photographie de la statue, rédigées en 2011 par le père Jea (...)
  • 324 Delcor, 1984, p. 122.

416Cette statue a été léguée au grand séminaire de Perpignan par le chanoine Jean Sarrète à sa mort. En 1956, lors de la fermeture du grand séminaire, l’œuvre a été transférée à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan. Le chanoine Estève, supérieur du grand séminaire, conservait la statue au presbytère de la cathédrale, où elle a été dérobée à une date inconnue323. D’après Mathias Delcor, cette œuvre provient de Palau del Vidre324.

417La sculpture était en bois polychrome. La partie supérieure de l’Enfant Jésus avait disparu, sciée au niveau du buste. La tête de la Vierge avait été découpée pour y adapter sans doute une couronne. (GD, CRB)

096 Perpignan Mare de Déu del Lliri, dite aussi Mare de Déu de la Salut

418Conservée chez un particulier
Provenance : niche d’une maison, rue porte de Canet, Perpignan
Bois de pin polychrome
115,5 x 42 x 32 cm
XIVe siècle
Propriété privée

  • 325 Témoignage recueilli auprès du propriétaire de la statue en 2013 par G. Dalmau (CCRP).
  • 326 Ibidem

419La statue était placée dans la niche extérieure d'une maison, située à l'angle de la rue Porte de Canet et de la rue de l'église Saint-Jacques ; la niche donnait sur la rue de l'église. Frappée d'un arrêté de démolition, la maison a été abattue et le propriétaire a conservé la statue325. Elle était alors entièrement marouflée et transformée en Vierge de Lourdes. Une restauration, réalisée dans les années 1952-1955 à Lyon, a restitué l’aspect initial, le marouflage ayant été retiré326. À cette occasion, la main droite, rajoutée à une date inconnue, a été éliminée.

  • 327 Pellissier, 1915-1916, p. 49-51, ADPO, 123 J 444.
  • 328 ADPO, 175 J 37, fonds Cortade.
  • 329 Le 2 novembre 1830 les consuls de la ville modifient le nom de la rue qui devient rue porte de Cane (...)

420Au début du XXe siècle, Lluís Pellissier signale cette Vierge sous le vocable de Mare de Déu del Lliri327, probablement en raison du lys que la Vierge devait tenir. Cette Vierge est aussi connue sous le vocable de Mare de Déu de la Salut328, nom que portait la rue avant 1830329. Son exposition à l’extérieur explique en grande partie le mauvais état de conservation du support et de la polychromie. Sculptée dans une seule bille de bois (Vierge, Enfant et socle), cette statue n’est pas évidée. Son revers est plat mais la sculpture se poursuit assez loin dans le dos. La Vierge a perdu son bras droit, comme l’Enfant, dont la main gauche a disparu. Une encoche sur la tête, permettait de la coiffer d’une couronne en métal. Les doigts de pieds de la Vierge sont sculptés comme si elle n’avait pas de chausses. Une brûlure importante sans doute provoquée par des bougies de dévotion, a endommagé le pli de son vêtement côté droit. La polychromie est très lacunaire, comporte des repeints et laisse le bois largement apparent.

  • 330 Subes, 2011, p. 244-246.

421Cette Vierge à l’Enfant présente de nombreuses similitudes avec la Mare de Déu Pixósa de la rue de l’Ange à Perpignan et doit être rapprochée par son style des ateliers languedociens330. (GD, CRB)

© cg66 / CCRP / Marc Michalczak.

097 Perpignan La Mare de Déu Pixósa

422Musée Hyacinthe Rigaud (en dépôt)
Provenance : niche extérieure d’une maison, rue de l’ange à Perpignan
Bois de noyer polychrome
125 x 46,5 x 34 cm
Second quart du XIVe siècle
Propriété privée
Classée M.H. le 30 décembre 1988
Restaurée en 2004 par Caterina Aguer Subiros, à Cabanes (Girona)

Vue de la Vierge dans sa niche rue de l’ange, © ADPO, 123J444, cl. publié par J. Delpont.

  • 331 « 1405, un citoyen de Perpignan, Pons Baster, avait fait faire un mantelet de soie pour la Vierge d (...)
  • 332 La rue de l’Ange se nommait alors carrer del Portal del Pes, puis dès le XVe s. carrer del Portal d (...)
  • 333 Aragon, 1928, p. 297.
  • 334 En 1714, une rente est crée sur une « maison de la rue dite anciennement de la Porte del Toró et au (...)
  • 335 Aragon, 1928, p. 297.
  • 336 Ibid. L’impasse est aujourd’hui ouverte sur la place Arago, mais la Vierge conserve toujours ce voc (...)
  • 337 La Vierge était parée d’une couronne en métal décorée de pierreries et entourée de rayons, et tenai (...)

423Cette statue pourrait venir du Portal del Pes331, ancienne porte des remparts qui barrait la rue de l’Ange332. Cette porte a été fermée au cours du XVIIe siècle, transformant la rue en impasse333. La Vierge à l’Enfant est alors déplacée dans la niche extérieure d’une maison à proximité de l’enceinte. Au début du XVIIIe siècle, la rue devient « rue de la Sainte Vierge »334, puis au XIXe siècle le « cul de sach de la Mare de Déu Pixósa »335. Le vocable « Pixósa » (pisseuse, en français) vient sans doute de l’aspect crasseux de cette impasse336. La Vierge faisait encore l’objet d’une importante dévotion au début du XXe siècle337. L’exposition en extérieur a entraîné de nombreuses altérations du support et de la polychromie.

  • 338 Archives de l’atelier départemental de restauration, conservées au CCRP.

424Sculptée sur trois faces, la statue n’est pas évidée. Elle est composée de onze pièces rapportées et fixées sur un tronc central. L’Enfant, son bras droit et celui de la Vierge sont rapportés. Une toile marouflée est ponctuellement visible sur l’Enfant et la robe de la Vierge. La base de l’œuvre a été sciée et les pieds de la Vierge supprimés. L’Atelier départemental de restauration a réalisé une intervention, non documentée et mal datée (entre 1963 et 1975)338. Depuis 2004, après une nouvelle restauration, l’œuvre est conservée au musée Rigaud de Perpignan, et une copie remplace l’original dans la niche.

  • 339 ADPO, 123 J 444, photographie et notice de J. Delpont, Delpont, 1904, n.p.
  • 340 Rogé-Bonneau, 2011, p. 251, note 12.

425La polychromie de l’œuvre, lacunaire, présente de nombreux repeints, dont six sur le manteau de la Vierge. Les carnations et le manteau bleu sont réalisés à l’huile. La robe est peinte à la détrempe. Certaines parties étaient dorées à la feuille : les cheveux de la Vierge, la ceinture de sa robe, les cheveux de l’Enfant. En 1904, J. Delpont précise que la Vierge est « vestida de blanch »339 ; ce qui semble correspondre à un repeint340.

  • 341 Subes, 2011, p. 244-246.

426Cette statue se rapproche du style des ateliers toulousains du Maître de Rieux341, et de la Vierge de la rue Porte de Canet à Perpignan. (GD, CRB)

098 Perpignan Vierge à l’Enfant

427Musée Hyacinthe Rigaud, Perpignan
Pierre calcaire
124 x 50 x 26 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune

  • 342 Information transmise par Claire Muchir, attachée de conservation, musée Rigaud à Perpignan.
  • 343 Information transmise par Henri Loreto, ancien conservateur délégué des antiquités et objets d’art (...)

428Cette statue a été achetée en Suisse par Louis Jeantet, époux de Simone Violet (famille propriétaire des caves Byrrh, à Thuir)342. Elle intègre les collections publiques du musée Rigaud au début des années 1980343, peut être à l’occasion d’un legs testamentaire après le décès de Louis Jeantet en 1981.

429Sculpté sur les quatre faces, le support comporte de nombreuses lacunes : perte du bras droit de la Vierge, des avant-bras droit et gauche de l’Enfant. Certains drapés présentent des cassures. Une inscription latine, difficilement lisible, gravée au niveau du buste, ne livre que les premières lettres : « meam [...] ». La sculpture est dépourvue de polychromie. Son style bourguignon en fait une statue plutôt atypique dans notre corpus. (GD, CRB)

Détail de l’inscription sur le buste de la Vierge.

099 Perpignan Vierge à l’Enfant

430Monastère Sainte-Claire de Perpignan
Marbre polychrome
55,5 x 18,5 x 14,5cm
XIVe siècle
Propriété de la communauté des sœurs clarisses

  • 344 Hernandez, 2002, n.p.

431La Vierge à l’Enfant pourrait provenir d’un petit retable marial, et constitue sans doute le seul témoignage du premier couvent des Clarisses de Perpignan, bâti dans la seconde moitié du XIIIe siècle extra-muros, près de la porte de Saint-Martin au pont de Sainte-Florentine344.

432La statue est taillée en ronde bosse dans du marbre. L’Enfant Jésus, dont il manque la tête, présente un pied droit retourné qui ressort à peine du manteau, détail caractéristique des sculptures de ce type au XIVe siècle.

433La polychromie de la statue n’est pas d’origine. Les vêtements sont recouverts d’une dorure à la mixtion qui ne permet pas de voir si une polychromie antérieure existe. Les visages et les mains ne sont pas peints. Au revers, une couleur marron a été appliquée sur un bleu clair. (GD, CRB)

100 Perpignan Vierge à l’Enfant

434Palais des rois de Majorque, Perpignan (en dépôt au CCRP)
Provenance : Couvent Sainte-Claire de Perpignan (?)
Bois de peuplier polychrome
99 x 37 x 30 cm
XIVe siècle
Propriété du Conseil général des Pyrénées-Orientales

  • 345 La statue fait partie d’un groupe d’objets légués par M. Delmas de Perpignan (témoignage de Louis A (...)
  • 346 Une carte postale rappelle cette origine : « Vierge à l’enfant (XIVe siècle) qui provient du Couven (...)
  • 347 Archives de l’atelier départemental de restauration, conservée au CCRP.

435La statue a été léguée, dans les années 1990, par M. Delmas, ancien bijoutier de Perpignan, pour orner la chapelle basse du Palais des rois de Majorque345. Dans les années 1920-1940, il aurait acquis cette sculpture qui proviendrait du couvent des Clarisses de Perpignan346. La statue est sculptée dans une bille de bois non évidée, avec un revers plat. Les montants du siège sont rapportés (essence de bois différente). Le bras droit de la Vierge a été repositionné maladroitement lors d’une restauration non documentée (entre 1963 et 1975)347, de l’atelier départemental de restauration.

436Une toile est marouflée sur le bois. La polychromie présente un aspect très hétérogène, suite à un dégagement partiel des repeints. À l’origine, le manteau était de couleur bleue, la robe dorée ou argentée (des traces d’argentures sont visibles un peu partout sur les vêtements) et le voile de couleur argent avec deux bandes bleues encadrant une bande rouge. Les montants du siège sont actuellement dorés à la détrempe. (GD, CRB)

101 Perpignan Vierge à l’Enfant

437Chapelle du Mas Jaubert
Provenance : Église Sainte-Marie de Mailloles, Perpignan
Bois
54 cm (hauteur sans les rayons de la Vierge)
XIVe siècle
Propriété privée

  • 348 L’œuvre est citée par Jean-Auguste Brutails, Brutails, 1901, p. 189.
  • 349 Cette œuvre n’a pas pu être localisée.
  • 350 « à la Métairie Jaubert, sur la route de Thuir et à une faible distance de l’antique Malloles, se t (...)
  • 351 Archives départementales de la Gironde, 90 J 20/3, fonds Jean-Auguste Brutails, carnets de dessin, (...)
  • 352 « Statue en bois. 54 cm, sans les rayons qui sont, ainsi que les couronnes, en métal et ajoutés apr (...)

438La chapelle du Mas Jaubert conservait encore au début du XXe siècle348 une statue de Vierge à l’Enfant349. D’après Pierre Vidal, le mobilier de cette chapelle provient en grande partie de l’ancienne église romane de Mailloles, à quelques centaines de mètres du mas350. Les archives départementales de la Gironde conservent un croquis au crayon gris, réalisé par Jean-Auguste Brutails le 19 avril 1885351 accompagné de notes au revers352.

  • 353 Vidal, 1879, p. 130.

439Assise, la Vierge à l’Enfant est placée sur un socle à pans coupés. L’auréole et les couronnes en métal ont été rajoutées. La boule surmontée d’une croix, dans la main droite de l’Enfant Jésus, n’est peut-être pas d’origine. Il n’existe aucune information sur la polychromie. Sur le plan formel, cette statue rappelle la Vierge à l’Enfant conservée au Palais des rois de Majorque de Perpignan et qui proviendrait du couvent Sainte-Claire. De par son aspect ancien, Pierre Vidal date la Vierge du IXe siècle, la typologie de la statuaire romane n’étant pas encore établie par Jean-Auguste Brutails353. (GD, CRB)

Croquis de Jean-Auguste Brutails du 19 avril 1885, © Archives Départementales de la Gironde, 90J20/3, Fonds Jean-Auguste Brutails, carnets de dessin, page 2.

102 Peyrestortes Vierge à l’Enfant

440Église paroissiale Saint-Jean-l’Évangeliste
Bois de peuplier polychrome
67,5 x 26 x 23 cm
Fin XIIIe - début XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 22 juillet 1977
Restaurée dans les années 2000 par Marijke Bos

Vue de l’œuvre, avant restauration, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

  • 354 Sur des clichés des années 1950-1970, la Vierge possédait encore son bras droit, sans que l’on puis (...)

441La statue est plane au revers et non évidée. Le bras droit de la Vierge et le bras gauche de l’Enfant ont disparu354.

442La couche de repeint, probablement du XIXe siècle, a été retirée sur l’ensemble de la sculpture lors de la restauration des années 2000. Cette intervention a fait apparaître par endroits le décor d’origine, notamment l’argenture des vêtements rehaussés d’un liseré noir et rouge et le décor de damiers et losanges des chausses de la Vierge. Un glacis vert sur la banquette est sans doute authentique. Au revers de la statue un repeint ancien, de couleur ocre rouge est encore visible. (GD, CRB)

103 Planès Notre Dame de la Merci dite aussi Notre-Dame des Fiévreux ou Nostra Senyora de Planès

443Église paroissiale Sainte-Marie
Bois de saule polychrome
55,5 x 22,5 x 23,5 cm
Premier quart du XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 12 février 1892
Restaurée en 2009 par Christiane de Castaigner (CCRP)

Vue de face, en 1929, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.

Vue de face après la restauration de 1952, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

  • 355 Camós, 1772, livre 8, p. 359 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.
  • 356 Dalmau, 2011, p. 29-39.
  • 357 Cette dévotion apparaît dans son goig : « Verdadera medicina / als febrosos Vos donau / sobtadament (...)
  • 358 La statue possède plusieurs ornements. Les plus riches étaient utilisés les jours de fêtes et de pr (...)

444Selon le récit d’invention, cette statue a été découverte dans une fontaine355. Un petit chaudron, une cloche et une croix, ont été rajoutés plus tard au récit le rapprochant de celui de la Vierge de Núria356. La cloche faisait l’objet d’une dévotion par les femmes qui ne pouvaient pas avoir d’enfant. Cette Vierge est aussi invoquée contre les fièvres, et désignée sous le nom de Notre-Dame des Fiévreux357. Placée au centre du retable du maître-autel, la statue était présentée habillée et couronnée jusqu’au milieu du XXe siècle358.

  • 359 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, (...)
  • 360 Rapport rédigé par J. Taralon, inspecteur des monuments historiques, novembre 1952, dossier de la c (...)

445Elle est sculptée dans un bois de cœur de saule359, non évidé ; les mains, les quatre colonnettes du siège, l’Enfant sont rapportés. Des zones sont entoilées au niveau de certains assemblages. Lors de la restauration faite par Marcel Maimponte en 1952, le bras droit, le nez et les orteils de l’Enfant, ont été refaits même si le rapport de restauration précise : « la restauration a consisté à décaper la statue pour retrouver la polychromie ancienne et à traiter le bois qui était vermoulu »360. Le support présente quelques fentes radiales.

446La statue a conservé sa polychromie d’origine sauf les carnations, disparues et repeintes. Des motifs sont réalisés en léger relief sur les frises (devenues illisibles) du manteau rouge et sur la robe verte. L’usure prononcée de la couleur rouge et des galons en léger relief est due à des nettoyages et des frottements liés au culte, et à des restaurations drastiques.

  • 361 Subes, 2011, p. 172-179.

447Cette statue peut être rapprochée de la Vierge de Corneilla-de-Conflent sur le plan formel et par sa polychromie361. (GD, CRB)

104 Ponteilla Notre-Dame des Victoires

448Église paroissiale Saint-Étienne Bois de tilleul polychrome 41,5 x 19 x 12 cm XIVe siècle Propriété de la commune

Vue des boucles d’oreilles portées par la Vierge.

  • 362 Desperamont-Jubal, 2011, p. 87-95. L’Enfant de la Vierge d’Odeillo serait lui aussi sculpté dans du (...)

449Cette sculpture est la seule de notre corpus à être réalisée en bois de tilleul362. De très petite taille, elle a été surélevée grâce à deux bases à pans coupés, ra joutées peut-être au XIXe siècle sous le socle d’origine, pour son exposition dans le retable de Notre-Dame des Victoires. Après la loi de séparation des Églises et de l’État en 1905, la statue a été retirée de l’église, conservée par une famille, puis restituée.

  • 363 Témoignage recueilli auprès de Mme Blanc, paroissienne de Ponteilla.
  • 364 Les boucles d’oreilles sont conservés dans leur coffret d’origine au nom du bijoutier (Delmas bijou (...)

450Le revers plan de la statue est recouvert d’une préparation beige-gris. Les bras droits de la Vierge et de l’Enfant, rapportés, semblent d’origine. Des crochets aux lobes des oreilles de la Vierge, et deux trous de part et d’autre du cou, servaient à la parer de bijoux à l’occasion de la fête de septembre363 (boucles d’oreilles en or et grenat364 et une chaîne en or disparue). À cette parure, s’ajoutent une couronne, une mantille et plusieurs robes dont une en dentelle (XIXe siècle).

451La polychromie est un repeint, sans doute du XIXe siècle, qui alourdit les volumes. Les vêtements sont dorés à la feuille sur une assiette ocre rouge. Le voile de la Vierge, repeint, donne l’illusion d’une chevelure, mais à l’origine, les cheveux de la Vierge, visibles au bord du voile, étaient dorés.

452Il existe un goig dédié à cette statue. (GD, CRB)

Vue de la couronne.

105 Port-Vendres Notre-Dame de Bonne Nouvelle

453Église paroissiale Notre-Dame de Bonne Nouvelle
Provenance : oratoire des Pénitents, rue Neuve à Perpignan (?)
Bois de peuplier polychrome
XVe siècle
148 x 49 x 31 cm
Propriété de l’association diocésaine

Détail de la position originale de l’Enfant.

  • 365 En 1963, la statue était déjà en place dans la chapelle. L’abbé Bousquet a quitté la paroisse de Po (...)
  • 366 Vidal, 1969, p. 61-63.
  • 367 Ibidem. L’auteur indique : « Un arceau entre les immeubles de cette rue indique encore l’emplacemen (...)

454Cette statue a été offerte dans les années 1950-1960 par l’abbé Jean Bousquet, curé de Port-Vendres365, qui l’aurait reçue d’une famille perpignanaise. Cette dernière la tenait d’un aïeul qui l’aurait acquise au moment de la sécularisation des biens du clergé pendant la Révolution Française366. Cette œuvre aurait été « la pièce principale de l’oratoire des Pénitents qui se situait rue Neuve, près de Saint-Mathieu »367.

  • 368 Une image de la Vierge, dite Notre-Dame de Bonne Nouvelle, aurait existé sur la façade d’une des de (...)

455Installée dans l’église de Port-Vendres dans la seconde moitié du XXe siècle, la statue prit le nom de Notre-Dame de Bonne Nouvelle, un vocable qui ne semble pas antérieur à la seconde moitié du XIXe siècle et à la construction de l’église (inaugurée en 1888)368. Les marins la priaient avant de prendre la mer. La Vierge tient d’ailleurs une ancre marine qui, rajoutée au moment de son installation dans l’église, rappelle cette dévotion des marins de Port-Vendres. La statue est sculptée dans une seule pièce de bois ; la main droite de la Vierge, rapportée, est refaite aux XVIIIe ou XIXe siècles. Le revers est évidé jusqu’aux épaules. Une planche de sol a été rajoutée sous la base de la statue. La Vierge et l’Enfant ne portaient ni auréole, ni couronne (aucun trou de fixation n’est visible). Le support est très fragilisé par une attaque d’insectes xylophages. L’Enfant a une position originale : il tient son genou droit à deux mains.

456La polychromie actuelle présente une surface chaotique en raison des nombreuses lacunes sous-jacentes. Les repeints successifs, dont une préparation intermédiaire épaisse, ont empâté les reliefs. Une toile appliquée sur le bois est visible dans une lacune du manteau et une polychromie ancienne est perceptible par endroits. (GD, CRB)

106 Prades Notre-Dame de la Volta dite aussi Nostra Senyora de la Volta

457Église paroissiale Saint-Pierre (Trésor)
Bois d’aulne polychrome
70 x 22 x 23 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 29 janvier 1990
Restaurée en 1999 par Christiane de Castaigner (CCRP)

Vue générale de la robe et de la couronne ornant la statue.

Image scanner, coupe sagittale montrant l’Enfant sculpté dans la même pièce que la Vierge, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.

  • 369 Cazes, 1985, p. 157.

458Le vocable de Notre-Dame de la Volta apparaît dès 1417369. La Volta désignerait soit la voûte de la chapelle dans laquelle la statue était vénérée ou le « tour » effectué pendant la procession.

  • 370 Seules 6 statues sont sculptées en aulne sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, (...)

459La Vierge et l’Enfant sont sculptés en ronde bosse dans la même bille de bois d’aulne370. La main droite de la Vierge est rapportée. Le socle et les fleurons des couronnes, fixés dans des cavités, ont disparu. La présence de toile marouflée est visible dans les zones fragiles, les fentes du bois et les assemblages.

460La polychromie actuelle est d’origine : celle du manteau de la Vierge, de la tunique de l’Enfant et leurs couronnes est constituée de feuilles d’argent posées à la détrempe, brunies et recouvertes d’un vernis coloré brun. Celle des visages, lacunaire, est un repeint. Sur la bordure du manteau et de la couronne, des croix et des losanges sont peints en noir, rouge et vert. La robe est bleu azurite ; le repeint bleu du XIXe siècle a été retiré lors de la restauration. Une brûlure a été observée sur le nez de la Vierge, sous le repeint.

  • 371 Subes, 2011, p. 71 et p. 206-208.

461Notre-Dame de la Volta possède une robe et deux couronnes en métal. Quatre ex-voto conservés dans l’église paroissiale Saint-Pierre de Prades, rappellent ses miracles. Cette statue s’inscrit d’un point de vue stylistique dans le groupe des vierges de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle, comprenant la Vierge de Serrabone, de Sahorre, de Prunet, Talau, Canaveilles, Felluns371... Cette œuvre se singularise du groupe de part sa position debout, peu courante à l’époque en Roussillon. (GD, CRB)

107 Prades Vierge à l’Enfant

462Église paroissiale Saint-Pierre (Trésor)
Bois polychrome
36 x 20 x 12 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune

Détail du visage de l’Enfant.

463Cette statue a été donnée par un particulier, pour le Trésor de l’église de Prades.

464Elle est sculptée probablement dans un bois de cœur plein et monoxyle ; son revers est plat. Elle est en mauvais état de conservation ; le support attaqué par les insectes xylophages explique la perte du buste, du bras droit et du visage de la Vierge. L’Enfant est presque complet ; il lui manque le bras droit et la main gauche. La Vierge porte une robe ceinturée drapée d’un manteau. Il subsiste le côté dextre du siège banquette qui présente des moulures en partie inférieure et supérieure, avec un départ de dosseret. La Vierge était assise semble-t-il sur un coussin.

465Sa polychromie n’est pas d’origine, et le dernier repeint de couleur bleue recouvre entièrement la statue, excepté les carnations et le siège. (GD, CRB)

108 Prades Vierge à l’Enfant

466Conservée chez un particulier
Bois de résineux polychrome
47,5 x 20,5 x 13,5 cm
XIVe siècle
Propriété privée

  • 372 Témoignage recueilli en 2010 par C. Rogé-Bonneau (CCRP) auprès du propriétaire de l’œuvre. La statu (...)

467La statue a été acquise en 1980 par un particulier auprès d'une famille de Prades, dans le cadre d’une succession372.

468Elle est sculptée dans un bois de résineux plein. Le revers est plat ; en partie basse un évidement profond et régulier de 7 cm de haut a été aménagé. Au-dessous, des traces de fixation par clous indiquent la présence, auparavant, d’une planche de sol. La Vierge est coiffée d’une couronne peu commune, ornée d’un bandeau de perles courant au-dessous des fleurons. L’Enfant Jésus a été scié à partir de la taille. Les bras de la Vierge ont disparu. Le devant de la sculpture est très arasé (plis du des vêtements, pieds et socle). Ce mauvais état du support peut s’expliquer par une exposition de la statue en extérieur.

  • 373 Ibidem.

469La polychromie n’est pas d’origine. La statue a été repeinte alors qu’elle était déjà très abîmée. Aucune polychromie sous-jacente n’est visible. Le revers n’est pas peint. Après sa vente, la statue a été restaurée par M. Rollin373, qui a surtout repris la polychromie du visage de la Vierge. (GD, CRB)

109 Prats-de-Mollo Vierge à l’Enfant

470Église paroissiale Sainte-Juste et Sainte-Ruffine
Provenance : niche du carrer de la creu negra
Bois de pin polychrome
71 x 29 x 17 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 15 juin 2012

Vue des trois œuvres dans la niche, avant la restauration des années 1966-1970, © Collection particulière de Danielle Zysman-Restany.

471Cette statue fait partie d’un groupe sculpté dit des « Trois Marie », composé d’une Vierge à l’Enfant au centre, de Marie Salomé à droite et de Marie Jacobe à gauche, séparées à l’origine.

Croquis de Jean-Auguste Brutails réalisé en 1885, © Archives Départementales de la Gironde, 90J20/27, Fonds Jean-Auguste Brutails, carnets de dessin, p. 24.

Vue générale de la niche, dans les remparts, © Coll. particulière de S. Roca.

  • 374 Archives départementales de la Gironde, 90 J 20/27, fonds Jean-Auguste Brutails, carnets de dessin, (...)
  • 375 « en una casa particular de Prats de Molló », Brutails, 1901, p. 189.
  • 376 Archives et témoignage de la famille Restany, recueillis en 2009 par Guillaume Dalmau.
  • 377 « En 1733, une porte de l’enceinte de Prats est mentionnée sous le vocable de Notre-Dame (Massana, (...)
  • 378 Intervention de Jaume Lladó.

472La Vierge à l’Enfant est connue grâce à un croquis au crayon gris de Jean-Auguste Brutails de 1885374. La légende du dessin précise : « Vierge appartenant à la famille Vila de Prats-de-Mollo ». Conservée dans la maison familiale375 (carrer de la creu negra), la statue fut vendue avec la demeure en 1935 à la famille Restany. Reléguées dans le grenier376, la Vierge à l’Enfant, ainsi que les deux autres statues, ont été placées dans une niche extérieure, aménagée dans le rempart de la rue377. Suite à des détériorations, elles ont été restaurées dans les années 1966-1970 par l’Atelier départemental de restauration378 et fixées sur un même socle. En 1992, la famille Restany fait don à la commune de ce groupe, conservé depuis dans l’église paroissiale.

473La statue est évidée au revers. Les bras droits de la Vierge et de l’Enfant ont disparu. Le support est détérioré au niveau du genou et de la jambe droite de l’Enfant. La base de la statue, scellée dans la niche du rempart d’après d’anciens clichés, est détruite (le croquis de 1885 montre l’existence à cette date de la chausse gauche de la Vierge). Lors de sa restauration à la fin des années 1960, la statue a été recouverte d’un enduit blanc pour boucher le bois altéré. La polychromie de la statue a été ruinée par l’exposition en extérieur.

  • 379 . Subes, 2011, p. 71.

474Par son style, cette Vierge se rapproche de celle de Serrabone et du groupe d’œuvres datées de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe siècle379. (GD, CRB)

Vue générale du groupe sculpté.

110 Prats-de-Mollo Notre-Dame del Coral, dite aussi Nostra Senyora del Coral, ou La Colometa

475Chapelle de Notre-Dame del Coral
Bois de noyer polychrome
51 x 23 x 20 cm
Seconde moitié XIIIe siècle
Propriété de la commune

Vue de l’œuvre avant restauration, carte postale, sans date, © Archives du CCRP.

  • 380 Camós, 1772, livre 8, p. 337 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.
  • 381 « Este año se halla noticia de la Imagen de nuestra Señora del Coral, hallada antes por las señas q (...)
  • 382 Dalmau, 2013, p. 23.
  • 383 Camós évoque une donation faite au sanctuaire en 1262, Camós, 1772, livre 8, p. 337. Dans son testa (...)
  • 384 L’acte de consécration n’est pas connu.
  • 385 D’ailleurs, l’auteur précise bien dans sa notice, que la conséquence immédiate à cette découverte f (...)
  • 386 Delcor, 1984, p. 117.

476Le récit d’invention rapporte que cette statue a été, par miracle, découverte au cœur d’un chêne par un vacher, alors qu’il venait chercher son taureau installé à l’ombre de l’arbre380. En 1709, la publication de N. Feliu de le Penya donne l’invention de la Vierge à l’Enfant pour l’année 1261381. L’existence d’une année d’invention est surprenante, car habituellement réservée aux récits d’apparition ; c’est d’ailleurs le seul cas connu382. Les premières mentions du sanctuaire du Coral datant des années 1260383, il est possible que N. Feliu de le Penya ait associé l’année de consécration du sanctuaire384 à celle de l’invention de la statue385. Cette statue est plane au revers. Le support, recouvert d’une toile marouflée, et la polychromie ont été modifiés. Les mains de la Vierge, informes, la tête et le bras droit de l’Enfant ne semblent pas d’origine. La tête de la Vierge a été re-sculptée par Jaume Lladó (Atelier départemental de restauration) dans les années 1970, « en remplacement de celle de style de Saint-Sulpice dont on avait affublé la Madone romane, sans doute au début du XXe siècle »386. C’est probablement à cette occasion que la couronne à rayons de la Vierge (non originale) est supprimée. La cape, dont elle était revêtue, n’est plus conservée à l’ermitage (disparue ?).

  • 387 Camós, 1772, livre 8, p. 337.

477La polychromie est un repeint généralisé, à l’exception de celle du siège, qui conserve un décor de baies en ogives, bleues sur fond rouge qui est d’origine. Camós décrit la polychromie de l’œuvre au milieu du XVIIe siècle : « [es] pintada de azul »387.

  • 388 Subes, 2011, p. 63-66.
  • 389 Subes, 2011, p. 63-66.

478Son style est proche de celui de Notre-Dame del Pessebre, conservée à Corneilla-de-Conflent, provenant de l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa. Les vierges de Tartera, Marcevol (Arboussols) et Palau de Cerdagne388 ont, comme cette Vierge, un manteau aux plis tuyautés retenu de la main droite389.

479Trois pèlerinages par an ont lieu à la chapelle de Notre-Dame del Coral : le lundi de Pentecôte, le 16 août et le 8 septembre. (GD, CRB)

111 Prats-de-Mollo Vierge à l’Enfant

480Chapelle Notre-Dame del Coral
Bois d’aulne polychrome
88,5 x 37 x 30 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune

481Cette Vierge à l’Enfant, coiffée d’une couronne, était présentée au centre du retable majeur de la chapelle Notre-Dame del Coral. Après la restauration de la chapelle et la suppression du retable, la sculpture a été déplacée et fixée sur une console dans le chœur.

  • 390 6 statues sont sculptées en aulne sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, (...)

482En aulne390, elle est évidée à l’arrière et la cavité refermée, en partie haute, par un volet cloué. Une toile marouflée sur le bois est présente au revers. L’Enfant, dont la tête ne paraît pas être d’origine, portait dans sa main gauche un globe surmonté de la croix, aujourd’hui disparu.

483La statue, entièrement repeinte, a été au préalable recouverte d’un enduit épais qui alourdit les volumes. (GD, CRB)

Vue générale du retable du maître-autel du Coral, avec la Vierge à l’Enfant au centre, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.

Vue ancienne de la statue, non datée, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.

112 Prats-de-Mollo Vierge à l’Enfant

484Établissement Thermal de La Preste
Provenance : Chapelle Saint-Roch des Bains de la Preste (bâtie en 1867)
Bois de noyer polychrome
36 x 18,5 x 8 cm
XVe siècle
Propriété privée

Vue de la chapelle Saint-Roch où la statue a séjourné, © cg66 / CCRP / Michel Castillo.

  • 391 Il s’agissait de la chapelle Saint-Côme et Saint-Damien construite en 1829 par la famille Hortet, S (...)
  • 392 Ribes, 1978, p. 30.
  • 393 Marie-Pasquine Subes, docteur en histoire de l’art médiéval.

485Dans sa publication, Jean Ribes rapporte que Charles Hortet « fit construire l’année suivante [en 1867], une église pour y célébrer le culte catholique, en remplacement de la toute petite chapelle qui jouxtait l’établissement thermal391. Le capitaine de vaisseau Dubut, un vieil habitué de la Preste, offrit, à cette occasion, une magnifique statue de la Vierge »392. Il s’agit certainement de cette œuvre, dont le style s’éloigne de celles inventoriées dans notre corpus. Selon Marie-Pasquine Subes393, cette sculpture pourrait être d’origine rhénane ou du Nord.

486Cette statue est plane au revers. L’Enfant semble sculpté dans la même bille de bois que la Vierge, mais le bras droit, refait, est rapporté et fixé par un clou. Les fleurons de la couronne de la Vierge sont cassés. La position de l’Enfant, un nombril, le double menton de la Vierge, sa poitrine prononcée sont inhabituels.

487La Vierge à l’Enfant est entièrement repeinte par aplats de couleur, sous lesquels, dans les lacunes transparaît une polychromie sous-jacente : bleu clair sur le manteau de la Vierge, rouge au niveau de la couronne. (GD, CRB)

113 Prats-de-Sournia Vierge à l’Enfant

488Église paroissiale Saint-Félix
Bois de peuplier polychrome
55 x 19 x 13 cm
XIIIe siècle - XIVe siècle
Propriété de la commune
Inscrite M.H. le 12 décembre 1996
Traitement de conservation réalisé en 1999 par Isabelle Desperamont-Jubal (CCRP)

489La Vierge à l’Enfant a été retrouvée en 1994 dans le grenier de l’ancien presbytère de Prats-de-Sournia. L’église conserve une statue de même facture représentant un apôtre.

490La sculpture est monoxyle, non évidée et plane au revers. À l’arrière, en partie inférieure, un départ de branche est la cause d’un affaiblissement du support. La tête de l’Enfant et sa main droite ont disparu.

491La polychromie de la statuette est presque inexistante, sauf sur le visage de la Vierge qui présente un repeint ancien recouvert d’une patine l’intégrant à l’ensemble. Cet aspect lacunaire de la polychromie est typique des statues longtemps exposées en extérieur, dans une niche ou un oratoire où elle se trouvait sans doute. (GD, CRB)

114 Prunet et Belpuig Vierge à l’Enfant

492Église de la Trinité
Provenance : Église Saint-Étienne de Prunet
Bois de pin polychrome
55,5 x 22,5 x 23,5 cm
Fin XIIIe - début XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 21 juin 2012
Restaurée en 2001 par Christiane de Castaigner (CCRP)

Des restes de polychromie sur le côté droit du siège étaient encore présents dans les années 1970, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

  • 394 Clous visibles sur le cliché du scanner, archives CCRP.

493Cette statue est sculptée dans un bois de cœur, non évidé. Seul le bras droit de la Vierge est rapporté, assemblé par une cheville en bois et recouvert d'une toile. L'Enfant est taillé dans la même bille de bois que la Vierge. Elle était fixée sur un socle aujourd’hui disparu comme en témoignent deux clous forgés394. Les reliefs sont très effacés à cause d’une ancienne attaque d’insectes xylophages qui a fragilisé la zone de l’aubier. L’auriculaire de la main droite de la Vierge a disparu.

494La polychromie comporte une succession de repeints ; la partie inférieure et l’ensemble du revers sont lacunaires. Trois repeints sont superposés sur les visages, et quatre sur la robe et le manteau. L’étude préalable à la restauration a révélé la polychromie originale : la robe est recouverte de feuilles d’argent (ou d’étain) rehaussées d’un vernis coloré, et ornée d’un liseré vert et noir en bordure et rouge sur l’encolure.

  • 395 Subes, 2011, p. 200.

495Cette statue présente les mêmes caractéristiques que celles du groupe formé par les vierges de Serrabone, Talau (Ayguatebia), En (Nyer), Canaveilles, Saint-Laurent-de-Cerdans, Sahorre... dénommées « Vierges de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle »395. (GD, CRB)

Vue de l’église de Prunet d’où provient la statue, © cg66 / CCRP / Michel Castillo.

115 Puyvalador Vierge à l’Enfant

496Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
Bois de peuplier polychrome
91 x 32 x 30 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 15 février 2000

Vue de l’œuvre, ancienne, © Archives du CCRP.

497Sculptée dans une bille de bois non évidée, la statue est fixée sur un socle à pans coupés. De nombreuses parties sont mastiquées, notamment la partie centrale du buste de la Vierge. Ses mains, trop petites, ne semblent pas d’origine. Les fleurons de sa couronne paraissent rapportés contrairement à la toile marouflée (présente sur la couronne) qui pourrait être d’origine. Les extrémités des doigts de sa main droite et les mains de l’Enfant ont disparu. Le siège, dont le côté droit a été refait, est une banquette sans dossier. Les visages de la Vierge et de l’Enfant, de couleur beige, sans détail, sont monochromes tachés de coulures de bronzine oxydées sur le front. Le repeint, appliqué sur l’ensemble, masque la qualité de la sculpture d’une grande finesse (visage de la Vierge, sourire esquissé, fossette sur le menton...). Au revers, sous le repeint bleu clair, une toile a été appliquée, lors d’une restauration, pour consolider la statue sans doute fragilisée par une attaque d’insectes xylophages.

  • 396 Selon Henri Loreto, ancien conservateur délégué des antiquités et objets d’art, archives A.O.A des (...)

498Cette sculpture pourrait être rapprochée de la Vierge aux dragons, conservée à Vinça396. (GD, CRB)

116 Reynès Notre-Dame des Neiges

499Église paroissiale Saint-Vincent (en dépôt au presbytère de Céret)
Bois polychrome
57 x 27 x 20 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 29 janvier 1990
Restaurée en 2010 par l’atelier Aguer-Paret, Cabanes (Gérone)

Vue de face avant réfection de la tête de l’Enfant Jésus, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade.

Dessin au trait de la statue habillée, © Dessin de Helen Kapp, publié dans Collier, 1939, p. 99.

  • 397 Témoignage recueilli auprès de Madame Marie-Jeanne Danyach, en 2013, par G. Dalmau (CCRP).

500Une tradition397 rapporte que cette statue proviendrait de la chapelle castrale de Reynès. Conservée dans l’église paroissiale du village, elle a été déposée au presbytère de Céret par sécurité, par l’abbé Segondy, curé de la paroisse.

  • 398 Dossier de restauration de la Vierge des Neiges de Reynès, réalisé par l’atelier de Caterina Aguer (...)

501Le revers de la sculpture est plat. Le bras droit, une partie du bras gauche de la Vierge, la main droite de l’Enfant, sont rapportés sur un tronc principal plein. En 2010398, une nouvelle tête a été sculptée pour l’Enfant Jésus, afin de remplacer une tête aussi refaite mais inesthétique.

502Le support, très affaibli par une attaque d’insectes xylophages, présente de nombreux comblements antérieurs à la dernière restauration.

503La statue est fixée sur un socle qui n’est pas d’origine portant l’inscription : « PINTOSE SIENDO OBRERO IULIÀ VILASECA ANO 1611 », date de reprise de la polychromie par un certain Julià Vilaseca, et de la dorure dont des traces subsistent sur la couronne de la Vierge. En 2010, la polychromie a été entièrement refaite.

  • 399 Collier, 1939, p. 99.

504Cette statue était présentée habillée dans l’église paroissiale399, mais n’était pas portée en procession. (GD, CRB)

117 Reynès Mare de Déu del Vilar

505Conservée chez un particulier
Bois de résineux polychrome
58 x 22 x 22 cm
XIVe siècle
Propriété privée

  • 400 Brutails, 1901, p. 189.
  • 401 « Cette Vierge offre cette particularité : que l’Enfant Jésus n’est pas assis sur les genoux de sa (...)

506En 1901, Jean-Auguste Brutails évoque une Vierge à l’Enfant médiévale assise conservée chez un particulier au Vilar de Reynes400. En 1921, Louis Pelissier publie une description401 et un historique de l’œuvre : « C’est une Vierge assise, en bois, que conservait pieusement [une famille] – depuis la Révolution, probablement – [...], chez qui nous l’avions vue en mai 1914. Mais le bois en était à ce point effrité qu’une légère restauration s’imposait. Les cinq années de guerres passées, c’est chose faite maintenant, grâce à l’intervention d’un sculpteur sur vieux bois et d’un peintre antiquaire ». La famille garde en mémoire que la statue servait à caler un foudre de vin et qu’elle a été découverte au début du XXe siècle pendant le démontage des cuves en bois, remplacées par des cuves en ciment.

  • 402 Réalisées sur une statue déjà très attaquée, les réfections en bois présentent quelques fragments d (...)

507Elle est sculptée dans le cœur d’un tronc de résineux. Sur la face, le haut du visage de la Vierge, son bras et son genou droits, tout le côté gauche de l’Enfant, son visage et sa main droite ont été refaits, sculptés en bois402. À une époque plus récente, un socle et un coin en bois pour combler une large fente radiale dans les plis du manteau ont été rajoutés. La sculpture était sans doute à l’extérieur comme l’indiquent une ancienne et très étendue attaque du support, la perte des reliefs sur la face, et la disparition presque complète de la polychromie. (GD, CRB)

118 Ria-Sirach Notre-Dame del Bon Sort

508Église paroissiale Saint-Pierre de Prades (Trésor)
Provenance : Église Saint-Christophe de Llugols (Ria-Sirach)
Bois de châtaignier polychrome
84,5 x 34 x 25 cm
Fin XIIIe - début XIVe siècle
Propriété de la commune
Restaurée en 1996-1997 par Giorgio Bedani, atelier ACCRA, Ille-sur-Têt

Vue d’ensemble, non datée, avant restauration, © ADPO, 123J152, Fonds Delcor.

  • 403 4 Vierges ont été sculptées en châtaignier sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamon (...)

509Cette statue est sculptée dans une bille de bois de châtaignier403, évidée au revers et refermée par un volet. Des éléments du support ont disparu : la Vierge tenait dans sa main droite un fruit, et sa couronne, retaillée, a perdu ses fleurons. Les bras et les mains de l’Enfant, le bras droit de la Vierge, ont été refaits.

  • 404 Camps, 1997, p. 47-87.
  • 405 Toutefois, il ne s’agit pas de la polychromie originale.

510La statue a été entièrement repeinte, mais le retrait du dernier repeint au niveau des carnations en 1996-1997404 a permis de découvrir une polychromie ancienne405.

  • 406 Subes, 2011, p. 71.

511De grande taille, cette statue se rapproche de celle de Serrabone et des Vierges datées de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe siècle406. La coiffure de l’Enfant, formant un rouleau derrière la tête, est caractéristique de la période d’exécution.

  • 407 Cazes, 1994, p. 9.

512Un goig dédié à Notre-Dame del Bon Sort était chanté le 8 septembre par les fidèles venus à la chapelle Saint-Christophe de Llugols, fêter la Nativité de la Vierge407. (GD, CRB)

119 Ria-Sirach Vierge à l’Enfant

513Église paroissiale Saint-Pierre de Prades (Trésor)
Provenance : Église Saint-Christophe de Llugols (Ria-Sirach)
Bois de peuplier polychrome
60 x 21 x 15 cm
Début XVe siècle
Propriété de la commune
Restaurée en 1999 par Giorgio Bedani, atelier ACCRA, Ille-sur-Têt

Vue générale de la statue, avant sa restauration en 1999, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.

514La Vierge à l’Enfant est réalisée en bois de peuplier et la planche du socle en résineux. L’Enfant semble sculpté dans la même bille de bois, sauf l’extrémité de la jambe tenue par la main de la Mère. La sculpture évidée au revers, est en bon état de conservation malgré la perte de la main droite de l’Enfant. La colombe fixée par un clou sur le buste, a sans doute été refaite. L’oiseau pince les doigts de l’Enfant avec son bec ; détail identique sur la Vierge à l’Enfant en marbre (1345) conservée à l’église de Corneilla-de-Conflent.

  • 408 Camps, 1997, p. 47-87.

515Entièrement repeinte à une date inconnue, la statue a été restaurée en 1999408. Les repeints ont été retirés, la polychromie restituée à l’exception des carnations qui ne sont pas d’origine.

516La tunique longue qui recouvrait le torse de l’Enfant, nu à l’origine, a été enlevée. Le manteau de la Vierge est orné d’argenture recouverte d’un vernis jaune, les bords sont rehaussés de liserés et d’une frise de poinçons ronds. La couronne de la Vierge est argentée, à fleurons élevés, posée sur un voile blanc très court, orné de lignes bleues et rouges. L’auréole à rayons de l’Enfant, rapportée et non d’origine a été enlevée. (GD, CRB)

120 Rigarda Vierge à l’Enfant

517Église paroissiale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie
Provenance : oratoire de Vilella (Rigarda)
Bois de peuplier
61 x 20 x 18 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune

  • 409 Le docteur Catala de Vinça a fait don de sa collection d’œuvres d’art (dans la seconde moitié XXe s (...)
  • 410 Témoignage de Mme Vidal, habitante de Rigarda, recueilli en 2011 par G. Dalmau (CCRP).

518Cette statue provient d’un oratoire sur le chemin de l’église romane de Vilella. Suite à des dégradations, elle fut retirée de l’oratoire et confiée au Docteur Catala de Vinça409, qui la fit restaurer (soclage, désinsectisation) et placer dans l’église de Rigarda410. Qualifiée par les paroissiens de sainte Anne, il s’agit bien d’une Vierge à l’Enfant.

519La statue au revers plat, a souffert de son exposition dans l’oratoire. Sculptée dans une pièce de bois non évidée, elle a perdu les éléments rapportés. L’avant-bras et la main droite de la Vierge, étaient fixés par deux gros tourillons fichés dans le bras. Les pertes du support sur le côté gauche de l’Enfant, sont le fait de l’attaque d’insectes xylophages généralisée à l’ensemble de la sculpture. Sur la face, une fente radiale se développe. Des réfections du bois sont visibles au centre du drapé des genoux. La polychromie de la statue a entièrement disparu. (GD, CRB)

121 Rivesaltes Nostra Senyora del Portal del Fort

520Église paroissiale Saint-André
Provenance : Portal del Fort, dit aussi Portal de Nostra Senyora
Bois de pin polychrome
78 x 35 x 33,5 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune

Vue générale de l’œuvre le 24 août 1920, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

  • 411 ADPO, G 537, « portale del fort dit de Nostra Senyora », Delcor, 1984, p. 121 et note 71, p. 130.

521En 1676, cette Vierge à l’Enfant se trouvait, dans une niche au-dessus de la porte des remparts de Rivesaltes411. Au revers d’un cliché de 1920, le vocable donné à la Vierge, Nostra Senyora del Portal del Fort, confirme l’emplacement.

522La statue et le socle sont sculptés en une seule pièce de bois, non évidé au revers. Les mains de la Vierge et de l’Enfant ne sont pas d’origine, et les fleurons des couronnes ont disparu. Des yeux en pâte de verre ont été rajoutés. Des crochets au niveau de ses oreilles servaient à suspendre des boucles d’oreilles.

523Suite à l’exposition en extérieur, elle a perdu sa polychromie d’origine. L’actuelle, mate, lui confère l’aspect d’une sculpture en pierre. Il s’agit sans doute d’un repeint du XVIIIe siècle, comme l’indique la couleur bleue (type bleu de Prusse) utilisée pour la polychromie des vêtements. (GD, CRB)

122 Rodès Notre-Dame de Domanova dite aussi Nostra Senyora de Domanova

524Ermitage Notre-Dame de Domanova
Bois de noyer polychrome
74 x 33 x 25 cm
XIVe siècle - XVe siècle
Propriété de la commune
Proposée au classement M.H. en 2013

Vue de l’œuvre placée dans la niche centrale du retable.

Détail de l’inscription du socle de la statue.

  • 412 Camós, 1772, p. 353.
  • 413 Cazes, 1995, p. 4.
  • 414 Cazes, 2003, p. 6.

525La légende rapporte que cette statue a été découverte dans un genévrier par un berger et son bœuf412. Elle est présentée au centre du retable du maître-autel, sculpté par Joseph Sunyer en 1701413. D’après l’abbé Cazes, la statue se trouvait dans l’ancien retable, peint en 1472 et toujours conservé dans la chapelle414. La statue est en bois de feuillu, non évidée et légèrement sculptée au revers.

  • 415 Le 05 novembre 1869, une grande procession est organisée à Rodès pour accompagner triomphalement le (...)
  • 416 « [...] hallaron la Santa Imagen en medio de las cenizas, aun encendidas ; y quiso el Cielo que no (...)

526La polychromie actuelle est un repeint généralisé dans un style néogothique, réalisé en 1869415. Une inscription sur son socle hexagonal indique : « Statue très antique restaurée dans son cachet primitif en 1869 ; brûlure de 1580 conservée ». Les mains, les couronnes et le socle ont été refaits à cette occasion. Selon Narcís Camós, en 1580, la statue aurait été jetée dans un feu allumé par un huguenot, venu piller la chapelle, mais elle aurait été préservée des flammes416. Des traces de brûlures sont visibles sur l’épaule droite et le genou gauche de l’Enfant.

  • 417 Camós, 1772, p. 353.

527Camós décrit, en 1657, une polychromie ancienne, peut être celle d’origine : « La Imagen desta gran Señora [...] es pintada de un color muy antiguo [...]. El Niño tiene en el brazo izquierdo : el qual es dorado muy antiguo y le falta la mitad del brazo izquierdo »417.

528L’ermitage conserve de nombreux ex-voto (du XVIIe au XIXe siècles) offerts à Notre-Dame de Domanova. (GD, CRB)

123 Sahorre Vierge à l’Enfant, dite La Santa Creu

529Chapelle Sainte-Croix de Thorrent
Bois d’aulne polychrome
62 x 27 x 18 cm
Fin XIIIe - début XIVe siècle
Propriété de la commune
Classement M.H. en cours
Restaurée en 1996 par Christiane de Castaigner (CCRP)

Vue ancienne, non datée, avant restauration, © ADPO, 123J152, Fonds Delcor.

  • 418 L’Indépendant, mercredi 28 août 1967.

530La Vierge à l’Enfant est nommée la Santa Creu, vocable dont l’origine demeure incertaine, mais identique à celui de la chapelle. Elle aurait pu servir de châsse aux fragments de la Sainte-Croix. Volée en mai 1966 par deux jeunes antiquaires perpignanais, la statue a été retrouvée à Pau avec une Vierge (XVIIe siècle) de l’ermitage de Notre-Dame de Pène, et saisie en juin 1967418.

  • 419 6 statues sont sculptées en aulne sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, (...)
  • 420 La base du volet a été fracturée, peut-être au moment du vol (recherche des reliques ?).

531Sculptée dans un bois de cœur d’aulne419, la statue est évidée au revers. La cavité est refermée par un volet420 fixé par trois clous forgés et une bande de toile sur l’assemblage. Le socle à pans coupés est en bois de résineux. Le bras droit de la Vierge et la main droite de l’Enfant, rapportés, ont disparu. La main gauche de la Vierge a été remplacée par une main de facture différente. Des bandes de toile consolident les zones de faiblesse du bois.

  • 421 Des fenêtres témoins de la polychromie originale ont été réalisées et laissées visibles au revers d (...)
  • 422 De Castaigner, 2011, p. 192-199.

532La polychromie actuelle est un repeint. Deux couches successives recouvrent la polychromie originale421 qui est présente sur les vêtements et le siège, constituée d’une feuille d’argent recouverte d’un vernis brun doré, orné de filets noirs et de motifs géométriques rouges et verts, sur les bordures, la ceinture, les encolures et les couronnes. L’intérieur du manteau est bleu-azur. Le premier repeint est partiel et datable du milieu du XVIe siècle (présence de bleu de smalt sur le voile de la Vierge). Le second repeint, général, date au plus tôt du milieu de XIXe siècle (présence de blanc de zinc sur les carnations)422.

  • 423 Subes, 2011, p. 71 et p. 192.

533Cette statue est proche d’un point de vue stylistique du groupe des vierges de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle, comprenant la Vierge de Serrabone, de Prunet, Talau (Ayguatebia), Canaveilles, Saint-Laurent-de-Cerdans, Thorrent (Sahorre), Felluns423. (GD, CRB)

Détail au revers d’une fenêtre témoin de la polychromie originale.

124 Saint Feliu d’Amont Notre-Dame de la Salvetat, dite aussi Nostra Senyora de la Salvetat ou Nostra Senyora de les Lletres

534Église paroissiale Sainte-Marie
Albâtre polychrome
60 x 18,5 x 18 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 2 novembre 1988

Vue de la Vierge à l’Enfant couronnée, non datée, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade.

  • 424 « intitulose en tiempos passados con titulo de Nuestra Señora de Salvetat, como consta de un auto q (...)
  • 425 Camós nomme la Vierge de Sant Feliu, Nostra Senyora de les Lletres, Camós, 1772, p. 342-344.
  • 426 « nous n’avons jamais trouvé dans les chartes ce vocable de Les Lletres, mais par contre, depuis 14 (...)
  • 427 Date du démontage du retable et du déplacement de la statue, Jacquet, 2007, p. 16.
  • 428 Cette Vierge qui protégeait une des portes de l’enceinte fortifiée de Saint-Feliu d’Amont, est muti (...)

535La Vierge à l'Enfant est appelée Nostra Senyora de la Salvetat dès 1355424. À partir du XVIIe siècle, elle est mentionnée sous le vocable de Nostra Senyora de les Lletres425, en référence au livre ouvert tenu dans sa main droite ou bien en raison des noms (entremêlés de monogrammes et de croix) gravés sur la table d’autel lors de sa consécration426. Aujourd’hui placée dans le chœur de l’église, la statue était jusqu’en 1972427 au centre du retable du maître autel de Lluís Generès (XVIIe siècle), sans doute sculpté pour elle. Pendant la Révolution française, la statue aurait été mise à l’abri et remplacée par la Vierge dite de la portalada428.

536La sculpture en albâtre est en bon état de conservation malgré une réparation au niveau du cou de l’Enfant (tête cassée ?). Repeinte, elle conserve par endroits sa polychromie d’origine et notamment un décor visible au revers, ainsi que des restes de dorure dans les cheveux de l’Enfant.

537Cette Vierge à l’Enfant, au sourire si particulier et gracieux, s’apparente à celle de Villefranche-de-Conflent. (GD, CRB)

125 Saint-Laurent-de-Cerdans Vierge à l’Enfant

538Conservée chez un particulier
Bois de résineux polychrome
58,5 x 27 x 16,5 cm
Fin XIIIe siècle - début XIVe siècle
Propriété privée

  • 429 Témoignage recueilli par C. Roge-Bonneau (CCRP) auprès du propriétaire de l’œuvre. Cette statue n’e (...)

539La statue a été acquise en 2002 par un particulier auprès d’une famille de Saint-Laurent de-Cerdans, au moment de la vente de leur propriété429.

540Elle est sculptée dans un bois de cœur, parfaitement centré et plein. Son revers est plat. La Vierge et l’Enfant étaient à l’origine coiffés de couronnes à fleurons sculptées, par la suite arasées, sans doute pour les parer de couronnes amovibles. Le bras droit de la Vierge, assemblé à l’aide d’un tenon circulaire, est manquant. L’Enfant a perdu son bras droit et tient dans sa main gauche le livre fermé sur son genou.

  • 430 Ibidem.

541L’œuvre a été repeinte en bleu gris, par les anciens propriétaires430. Une polychromie sous-jacente, de couleur rouge avec des motifs jaunes au niveau de la robe, et bleu sombre sur le manteau est visible par endroits. Le revers n’est pas polychrome.

  • 431 Subes, 2011, p. 200.

542Par ses caractéristiques stylistiques, elle se rapproche du groupe des « vierges de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle »431, auquel appartiennent la Santa Creu de Thorrent (Sahorre), la Vierge à l’Enfant de Talau (Aiguatebia), celles de Prunet, Feilluns, Canaveilles, En (Nyer) et Serrabone (Boule d’Amont). (GD, CRB)

126 Saint-Michel de Llotes Vierge à l’Enfant

543Église paroissiale Saint-Michel
Bois de noyer polychrome
68,5 x 26,5 x 17,5 cm
Début XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 23 novembre 1948

La Vierge à l’Enfant tient dans sa main un fruit, © ADPO, 21 Fi 174, Fonds Durliat, vers 1950.

544La statue peu profonde est sculptée au revers où le drapé du manteau en forme d'éventail est original. L'arrière du siège, évidé, fermé à l’origine par un volet, conserve les traces de gouges du sculpteur. La tête de l'Enfant Jésus est refaite.

  • 432 Notes manuscrites d’Yvette Carbonell-Lamothe, archives A.O.A des Pyrénées-Orientales ; intervention (...)
  • 433 Ibidem.

545Avant la restauration de l’Atelier départemental de restauration en 1988, la main droite de la Vierge était « cassée et vermoulue »432, celle de l’Enfant « absente »433. L’avant-bras de la Vierge, a été réorienté sans le fruit qu’elle tenait initialement dans sa main. La main droite de l’Enfant et des fleurons de la couronne ont été restitués. Le remaniement des mains de la Vierge a modifié son allure, lui donnant une attitude protectrice. Le socle a été changé et l’extrémité des chausses de la Vierge reconstituée.

546La polychromie d’origine a été modifiée. Elle est recouverte d’une dorure du XIXe siècle avec des reprises récentes, réalisées lors de la dernière restauration. Les carnations ont été repeintes et les pieds de l’Enfant sont dorés au lieu d’être roses. Au revers, une couleur très sombre (bleu ?) correspond peut-être à une polychromie ancienne du drapé. (GD, CRB)

127 Sansa Vierge à l’Enfant

547Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
Provenance : ancienne Église Saint-Jean-Baptiste (Sansa)
Bois de bouleau polychrome
87 x 31 x 21 cm
Fin XIIIe siècle - début XIVe siècle
Propriété de la commune

Vue ancienne de la statue, © Delcor 1970, p. 88.

  • 434 Il s’agit du seul exemplaire sculpté en bouleau sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Despe (...)

548La statue est sculptée dans un bois de cœur de bouleau, essence peu présente dans le corpus des Vierge à l’Enfant des Pyrénées-Orientales434. Le support présente des lacunes : perte de la tête de l’Enfant, du bras droit de la Vierge et de l’Enfant (éléments rapportés). Les reliefs du nez de la Vierge et de son épaule gauche ont été arasés. Le genou gauche de la Mère et celui de l’Enfant ont été retaillés. L’état de conservation de la statue indique une exposition prolongée à l’extérieur.

549La Vierge, coiffée d’un voile court, portait autrefois une couronne ou une auréole, maintenue grâce à l’entaille derrière sa tête. Une toile maroulée sur le support est visible sur le front de la Vierge.

550Sa polychromie a disparu, détruite par un incendie (traces de brûlures, épisode non documenté). Quelques restes subsistent dans les creux et sur la moitié du visage de la Vierge. Les importantes lacunes du support et de la polychromie interrogent sur d’éventuelles détériorations volontaires.

  • 435 Subes, 2011, p. 200.

551Cette statue s’apparente au groupe des vierges « de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle »435 (Serrabone, Talau, Feilluns, Canaveilles, En, Prunet, Sahorre). (GD, CRB)

Vue de l’ancienne église Saint-Jean Baptiste.

128 Sauto Vierge à l’Enfant

552Église paroissiale Saint-Maurice
Bois de pin polychrome
96 x 27,5 x 25 cm
XIVe siècle - XVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 7 octobre 1981

Vue de l’œuvre dans la niche centrale du retable du maître-autel, dans les années 1950, © cl. Paul Jauzac, Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine– diffusion RMN.

  • 436 Actuellement, la niche centrale du retable est occupée par la statue de saint Maurice, saint titula (...)
  • 437 Archives des A.O.A des Pyrénées-Orientales.

553La statue était présentée dans la niche centrale du retable du maître-autel436, lors de son classement en 1981437. L’œuvre est à présent placée dans une niche du mur nord de la nef, fermée par une grille.

554Son revers non évidé, est pratiquement plat. La légère cambrure de la Vierge suit la forme de la bille de bois. Sur la face, une fente radiale se développe de la base à la ceinture de la Vierge. Les manques du support, à la base de la statue, ont été refaits en plâtre. La main droite de la Vierge n’est pas d’origine et sa couronne a perdu les fleurons avant le repeint généralisé et homogène de la seconde moitié du XIXe siècle. Les couleurs ont un aspect mat, la dorure à la détrempe est polie en bordure du vêtement. De nombreux soulèvements ont provoqué la multiplication des lacunes à la base et au sommet des plis. (GD, CRB)

129 Serdinya Notre-Dame de Marinyans

555Église paroissiale Saint-Côme et Saint-Damien
Provenance : Église Sainte-Marie de Marinyans (Serdinya)
Bois de pin polychrome
95 x 37 x 28 cm
Premier quart du XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 30 mars 1954
Restaurée en 2008 par Corinne Van Hauwermeiren (CCRP)

Vue de l’œuvre avant la restauration de 1981, © Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l’architecture et du patrimoine - diffusion RMN.

  • 438 « Le conseil de fabrique demande l’autorisation de transporter dans l’église paroissiale de Serdiny (...)
  • 439 Bilan d’activité de l’atelier départemental de restauration pour l’année 1981, archives du CCRP : i (...)
  • 440 La restauration a consisté en un nettoyage et l’élimination de repeints.

556Cette œuvre provient de l’église de Marinyans d’où elle a été retirée en 1895, avant la démolition de l’édifice devenu trop vétuste438. En 1981, l’Atelier départemental de restauration a restauré cette Vierge, mais la nature de l’intervention n’est pas précisée439 ; plusieurs bouchages et des repeints ponctuels ont été réalisés. La Vierge a été étudiée et à nouveau restaurée en 2008440.

557Elle est sculptée dans le tronc d’un pin sylvestre dont le cœur est parfaitement centré à la base. Le revers de la statue, non évidé, présente des traces d’outils. L’Enfant est sculpté dans la même bille de bois que la Vierge. Son bras droit, les fleurons de sa couronne ont disparu. Des pièces de toile de chanvre ont été appliquées sur les joints d’assemblage et sur des parties fragiles du bois, avant l’application de l’apprêt (par exemple sur la grande fente radiale de la face).

558La polychromie est originale, ce qui est rare. Elle se caractérise par l’emploi de feuilles d’argent couvertes d’un vernis doré. Un motif d’hermine est peint à l’intérieur du manteau. Sur la couronne, le fermail du manteau et les cheveux, des reliefs ont été réalisés en épaisseur avec de la préparation. Les carnations, d’aspect très clair, sont faites d’une couche blanche, juste modulée de quelques glacis roses.

Image scanner, coupe coronale, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.

130 Serdinya Vierge à l’Enfant

559Église paroissiale Saint-Côme et Saint-Damien
Provenance : Église Saint-Marcel de Flassa
Bois de feuillu polychrome
48 x 17 x 13 cm (hauteur sans le socle)
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 15 avril 1987
Restaurée en 1993 par Chantal Nicolet (Castelnau-le-Lez)

Vue de la statue placée au centre du retable de la Vierge, © Archives des A.O.A. des P.-O.

  • 441 Cazes, n.d., p. 23.

560Cette sculpture ornait la niche centrale du retable de la Vierge, dans l’église Saint-Marcel de Flassa. Elle est sculptée dans une seule bille de bois, sur toutes les faces. Un clou dans le bras droit de la Vierge indique qu’elle a sans doute fait l’objet d’une consolidation. Un socle complémentaire, plus large, a été placé sous la sculpture. Le support présente une fente ouverte sur le côté droit de la statue et des cassures à l’arrière du socle. Le profil droit de l’Enfant a été mutilé. Il tient dans sa main un livre-bourse, élément iconographique peu courant441.

561En 1993, le dégagement du repeint a mis à jour la polychromie originale, constituée de feuilles d’argent ou d’étain (oxydées) recouvertes d’un vernis jaune sur l’extérieur des vêtements de la Vierge, d’un bleu type azurite pour le revers du manteau, d’un rouge à l’intérieur de la couronne, avec des motifs en relief exécutés dans la préparation. (GD, CRB)

Vue de la statue de face, avant restauration, © Archives des A.O.A. des P.-O.

131 Serdinya Vierge à l’Enfant

562Église paroissiale Saint-Côme et Saint-Damien
Bois de pin polychrome
79 x 27 x 18 cm (hauteur sans le socle)
XVe siècle
Propriété de la commune

Vue de l’œuvre avant restauration, © ADPO, 21Fi222, Fonds Durliat.

563Sculptée dans un bois plein, plane au revers, cette statue présente de nombreuses fentes radiales. Des éléments du support ont été perdus : les fleurons de la couronne de la Vierge, les bras droits rapportés de la Vierge et de l’Enfant. Une toile marouflée sur le support est visible au niveau des plis du vêtement de la Vierge, de sa couronne et de son poignet gauche.

  • 442 Bilan d’activité de l’Atelier départemental de restauration pour l’année 1976, archives du CCRP ; i (...)
  • 443 Bilan d’activité de l’Atelier départemental de restauration pour l’année 1981, archives du CCRP.

564En 1976, l’Atelier départemental de restauration a consolidé le support : « réfection du socle, décapage intégral, durcissement et désinfection de l’ensemble »442. À cette occasion la statue a été placée sur un socle et des fentes comblées avec des mastics bruns. Les détails de l’intervention de 1981 ne sont pas connus443.

565La polychromie de la statue est ruinée à l’exception d’un reste de carnation, d’un îlot de polychromie rouge et d’un peu de gris à l’intérieur du pli gauche du manteau de la Vierge. L’absence de polychromie, l’aspect du bois trahissent une exposition à l’extérieur. L’aspect granuleux de la polychromie (déformation irréversible) au niveau du cou de la Vierge indique que la statue s’est trouvée à proximité d’une source de chaleur importante (incendie ?) ou a été brûlée. (GD, CRB)

132 Sorède Notre-Dame du Château

566Chapelle de l’ermitage Notre-Dame du Château
Bois de peuplier polychrome
134,5 x 50 x 39,5 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 29 octobre 1997
Restaurée en 2002 par Christiane de Castaigner (CCRP)

Vue de l’œuvre au centre du retable du maître autel

  • 444 Nogues, 1971, tome 2, p. 48.
  • 445 L’habillage de la statue était réalisé avec des robes de femmes offertes par dévotion à la Vierge, (...)

567Notre-Dame du Château provient de la chapelle du château d’Ultrera détruit au XVIIe siècle444. Elle orne le retable du maître-autel de l’ermitage. Objet d’une importante dévotion, cette Vierge a été très remaniée lors de la construction du camaril au XIXe siècle. Les côtés de la statue, de l’épaule à la taille, ont été sciés. L’Enfant a été détaché puis l’ensemble ré-assemblé. Des yeux en verre ont été incorporés à la Vierge et à l’Enfant, des mains amovibles ont été adaptées pour faciliter l’habillage de la Vierge445. Un socle est ajouté à cette époque pour rehausser la statue.

568La polychromie a souffert lors de l’incendie qui a ravagé l’ermitage en avril 2001. La combustion des matériaux et la pénétration de la suie l’ont assombrie.

Vue de la statue habillée et coiffée de couronnes, © Archives du CCRP.

  • 446 Camós, 1772, p. 335.

569La restauration récente a distingué la polychromie ancienne de celle de 1987 située sur des parties rapportées et visibles une fois la Vierge habillée (les visages, les mains de la Vierge et le corps de l’Enfant). Les bras et les côtés du buste n’ont jamais été repeints, dissimulés sous les vêtements. La polychromie ancienne (XIVe siècle ?), assez élaborée, repose sur une préparation blanche avec ponctuellement une toile marouflée sur le bois. Elle correspond en partie à la description donnée par Narcís Camós en 1657 : « es pintada de azul y colorada, y dorada en parte »446.

570Une laque rouge sur une feuille d’argent a été mise en évidence sur la robe de la Vierge. (GD, CRB)

133 Sournia Notre Dame d’Arsa

571Église paroissiale la Nativité de Notre-Dame
Provenance : église Saint-Laurent d’Arsa (Sournia)
Bois de noyer polychrome
70,5 x 28 x 23 cm
XIIIe-XIVe siècles
Propriété de la commune
Inscrite M.H. le 13 février 1978

  • 447 Delcor, 1984, p. 121.
  • 448 Témoignage oral de Mme Jacqueline Fontsagrive (Sournia) en 2011.

572Cette statue se trouvait dans l'église romane Saint-Laurent d'Arsa447. Elle est aujourd’hui conservée à l’église paroissiale de Sournia mais fait toujours l’objet d’une dévotion lors du pèlerinage à la chapelle d’Arsa, le 10 août pour la saint Laurent448.

573Sculptée dans un bois de cœur plein, elle est très remaniée. La Vierge et l’Enfant ont perdu leurs mains et leurs bras sont refaits. Des mastics ont été appliqués au niveau du voile de la Mère et de la tête de l’Enfant Jésus. Les rebords de la banquette ont été retirés.

574La polychromie n’est pas d’origine, repeinte et endommagée, avec une usure prononcée. Elle a été grattée ou décapée, parfois jusqu’au bois, notamment au niveau des visages. (GD, CRB)

Chapelle Saint-Laurent d’Arsa, © cl. S. Thibaud, mairie de Sournia.

134 Sournia Notre-Dame de Dona Pa

575Église paroissiale la Nativité de Notre-Dame
Bois de peuplier polychrome
74 x 24 x 23,5 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Inscrite M.H. le 13 février 1978

Vue ancienne, non datée, de l’œuvre, © Archives du CCRP.

  • 449 ADPO, 175J37, fonds Cortade : « Nostra [Senyora] que nos dona pa ».
  • 450 Témoignage oral de Mme Jacqueline Fontsagrive (Sournia), recueilli par C. Rogé-Bonneau (CCRP) en 20 (...)

576Notre Dame de Dona Pa449 était dans une niche extérieure du mur de l’église sur laquelle figurait une inscription, aujourd’hui effacée : « qui nous en a donné hier, nous en donne demain » (du pain)450. La Vierge est à présent dans la sacristie.

577Elle est en bois plein et son revers, plan, est peint en blanc. La tête et la main gauche de l’Enfant, rapportées, sont disproportionnées, par rapport à celle des pieds. La main droite de l’Enfant et la croix au sommet du globe (visible sur un ancien cliché) ont disparu. La Vierge devait serrer dans sa main droite une fleur dont il ne reste que la tige. Sa couronne a été modifiée, ses chausses arrondies.

578La sculpture a été entièrement repeinte au XIXe siècle avec des couleurs mates. Sur le manteau de la Vierge, des lacunes laissent apparaître une couleur bleue mate plus claire. Le réseau de craquelures d’âge, visible sur le visage de la Vierge, indique que plusieurs couches de polychromies se superposent à cet endroit. (GD, CRB)

135 Taillet Notre-Dame del Roure dite aussi Nostra Senyora del Roure

579Chapelle Notre-Dame del Roure
Bois polychrome
52 cm (hauteur)
Deuxième quart du XIVe siècle
Propriété de la commune
Disparue

Vue de l’œuvre, trois-quart gauche, © Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Taillet, cl. J. Comet

  • 451 Camós, 1772, p. 361.
  • 452 Berdague, 1904, p. 727. L’abbé Jean Berdagué, curé de Taillet, décrit le mobilier de l’église ainsi (...)

580D’après le récit d’invention, la Vierge à l’Enfant a été découverte dans un chêne par un berger venu récupérer son bœuf451. Un fragment de « ce » tronc était conservé, comme une relique, dans une armoire de la sacristie. En 1904, la statue était placée sur un autel latéral452.

  • 453 Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Taillet.
  • 454 Archives de la médiathèque de l’architecture et du Patrimoine, Paris, côte 1993/001/0383.

581Proposée au classement, au titre des monuments historiques, la statue est refusée le 05 juin 1956 par la commission supérieure de Paris, en raison de son mauvais état de conservation453. La statue est confiée en octobre 1956 à l’atelier de restauration de Marcel Maimponte et devait faire l’objet d’une nouvelle proposition de classement454. L’œuvre a disparu depuis, sans que l’on ne connaisse l’année de la disparition.

  • 455 Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Taillet. L’abbé Sarrète précise s (...)

582Visible sur un cliché, le support de l’œuvre semblait fragilisé par une attaque d’insectes xylophages455. La Vierge était ceinte d’une couronne, en grande partie détruite. Le bras droit rapporté de la Vierge, ceux de l’Enfant et une partie du livre avaient disparu. La présence d’une toile marouflée sur le support était perceptible par endroits.

  • 456 Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Taillet.

583La polychromie était, elle aussi, en mauvais état de conservation. L’abbé Sarrète la décrit ainsi : « la polychromie qui paraît ancienne comporte les teintes suivantes : rose pour la tunique de la Vierge, bleu pour son manteau et la tunique de l’Enfant »456. (GD, CRB)

Vue du dessous, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

Vue de face, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

136 Targasonne Vierge à l’Enfant

584Église paroissiale Saint-Saturnin
Bois polychrome
70 x 27 cm / 36 cm (hauteur de l’Enfant)
Fin XIIe - début XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 30 mars 1954
Volée

Vue de face, © cl. Muller, publié en première de couverture de l’ouvrage de Delcor en 1970.

  • 457 Récolement des objets classés monuments historiques, Pierre Ponsich, juillet 1971, dossier de la co (...)

585La statue occupait la niche centrale du retable de saint Sernin (XVIIe siècle). En 1971, elle est mise en sécurité dans la sacristie, « à défaut d’une fixation »457, puis dérobée entre le 11 et le 25 novembre 1975.

  • 458 Delcor, 1970, p. 55.

586Le support paraissait en bon état de conservation. Le bras droit de l’Enfant était un élément rapporté. L’Enfant avait conservé sa couronne d’origine, alors que celle de la Vierge était rabotée pour y installer une couronne amovible. Mathias Delcor signale que la statue était marouflée458.

  • 459 Récolement des antiquités et objets et d’art, dossier de la commune de Targasonne, service des obje (...)
  • 460 Heilbronner, 2007-2008, p. 31-50.

587La polychromie a été restaurée dans les années 1960. En juillet 1971, Pierre Ponsich précise que « l’enlèvement des repeints à l’occasion de l’exposition de 1966 à Perpignan, a permis de retrouver l’ancienne polychromie (XIIIe siècle) absolument intacte »459. La chasuble de la Vierge est caractéristique d’un petit groupe de vierges romanes de Cerdagne comme celle d’Hix (Bourg-Madame), Ger ou Talló (Catalogne)460. (GD, CRB)

Vue de l’œuvre dans la niche centrale du retable saint Sernin, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

Vue de l’œuvre avant restauration et retrait des repeints, avant 1966, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

137 Thuir Notre-Dame des Victoires dite aussi Nostra Senyora de Victòria

588Église paroissiale Notre-Dame des Victoires et Saint-Pierre
Bois de pin polychrome, métal
57 x 20 x 16 cm
XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 12 février 1892

Vues de l’œuvre, avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine– diffusion RMN.

  • 461 Camós, 1772, p. 344.
  • 462 Delcor releva plusieurs processions au XVIe siècle (1567, 1571, 1584, 1588), généralement pour conj (...)

589Les origines légendaires de cette statue remonteraient à l’époque du règne de Charlemagne461. Elle fait l’objet en Roussillon d’une grande dévotion et elle est régulièrement portée en procession462.

  • 463 « Claire, veuve de Bernard de Llupià, élit sépulture dans l’église de Thuir, devant l’autel de Notr (...)
  • 464 Les femmes enceintes arrachaient un morceau de tissu pour obtenir la protection de la Vierge lors d (...)
  • 465 En Catalogne, la Vierge de Plandogau, au Musée Frédéric Marès (Barcelone), qui provient d’un villag (...)

590L’autel de « Notre-Dame de Victoire » est mentionné dans un document de 1567463. Un ex-voto de 1756 témoigne du déroulement d’une procession, où la Vierge était portée habillée. Des fragments de tissus de soie, ornés de motifs d’aigles bicéphales, de bouquetins affrontés et d’écritures coufiques, sont conservés ; ils la recouvraient à la manière d’un manteau464. Il s’agit d’une œuvre tout à fait exceptionnelle par sa facture, la qualité des matériaux mis en œuvre et son iconographie465. Réalisée sur une âme de bois, cette statue est recouverte de plaques de métal (plomb ? étain ?), fixées par des pointes. Probablement entièrement peinte à l’origine, seuls des restes infimes de polychromie sont visibles : laque rouge sombre sur le livre de l’Enfant, en bordure de la robe de la Vierge et sur ses lèvres. À l’arrière, sous les épaules de la Vierge, une feuille d’argent ou d’étain recouverte d’un vernis doré est appliquée. Le siège de la statue est en bois polychrome orné sur les côtés d’un décor gothique d’ouvertures de type ogival. À l’arrière, le siège est peint d’un rouge satiné.

  • 466 . Dossier de la commune de Thuir, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du (...)

591Le récolement de la conservation des antiquités et objets d’art signale, en 1952, la main droite de la Vierge cassée reposant sur le genou. En 1959, la statue est restaurée par M. Toulouse, orfèvre à Paris, qui mentionne dans son mémoire : « enlevé toutes les pièces argent faisant raccords, remis en état l’étain en le réparant et le débosselant ; ressoudé têtes de la Vierge et de l’Enfant Jésus ; nettoyé la dorure et traité et recollé le siège en bois ; remonté la main droite ancienne »466.

592La Vierge à l’Enfant sort en procession le 7 octobre pour la fête du Rosaire. (GD, CRB)

138 Toulouges Notre-Dame de l’Eula dite aussi Nostra Senyora de l’Eula

593Église paroissiale Sainte-Marie
Bois de noyer polychrome
117 x 31 x 27 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Proposée au classement M.H. en 2013

  • 467 Cet édifice est actuellement une exploitation viticole.
  • 468 Ponsich, 1993, p. 400-401.
  • 469 L’église de Toulouges disposait d’un autel dédié à Nostra Senyora del Aula. Cet autel est mentionné (...)

594D'après Pierre Ponsich, cette statue proviendrait de l'ancien prieuré cistercien Sainte-Marie de l'Eula467 (commune de Le Soler), tout comme le portail sud de l’église paroissiale de Toulouges468. Selon Roland Serres-Bria, cette Vierge à l’Enfant est originaire de Toulouges et serait Nostra Senyora del Aula469.

  • 470 Dossier de la commune de Toulouges, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et (...)

595Sculptée dans une bille de bois de noyer, la statue a un revers plan avec un petit creusement en partie haute, qui n’est pas d’origine. Les fleurons de la couronne de la Vierge ont disparu. La statue a été restaurée par M. Latapie, à Paris, en 1967, pour la somme de 1 300 francs470. Des éléments du support ont été traités : la main droite de la Vierge remise en place, la fixation de la tête de l’Enfant refaite et ses mains rapportées.

596La recherche de la polychromie d’origine a conduit au décapage de la statue et au retrait de sept couches de polychromies successives. Celle d’origine ayant disparu, la polychromie actuelle est un repeint. La ceinture, l’encolure, les cheveux de la Vierge et de l’Enfant ont été redorés.

597Le traitement des drapés est remarquable, celui de l’Enfant rappelle la Vierge à l’Enfant de Vingrau. (GD, CRB)

139 Ur Vierge à l’Enfant

598Église paroissiale Saint-Martin
Bois de peuplier polychrome
40 x 22 x 18,5 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 14 octobre 1955

Vue générale de l’œuvre, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

La statue lors de la fête du 25e anniversaire du couronnement de la Vierge de Font-Romeu, le 6 juillet 1952, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

  • 471 Des photographies du début du XXe siècle nous montrent la main encore en place, quelque peu disprop (...)
  • 472 Cette couronne en métal a aussi disparu.

599Sculptée dans un bois de cœur plein, la Vierge est assise sur une banquette à dosseret agrémentée d’un coussin, comme celle de Nahuja. Au revers, une minuscule cavité a dû servir de reliquaire. Le réemploi d’un tronçon d’une autre statue a été constaté ainsi que des modifications sur le support. Un remaniement au niveau du cou de l’Enfant montre que la tête est refaite. La main droite de la Vierge, rapportée et brisée au niveau du poignet, a disparu471. Il manque l’index et le majeur à la main droite de l’Enfant. La polychromie n’est pas d’origine. La statue a été entièrement repeinte, au XIXe siècle comme l’indiquent les motifs de la robe. Au revers, la polychromie originale a été épargnée sur la robe. Elle est constituée de feuilles d’argent ou d’étain recouvertes d’un vernis jaune-brun, un voile blanc est orné de filets noirs. Un décor d’arcades au niveau du siège apparaît en léger relief sous le repeint. La statue dispose d’une cadireta qui permettait de la porter en procession. La Vierge était revêtue de capes ornées d’un galon doré, coiffée d’un long voile bordé de dentelle, ceinte d’une haute couronne en métal et pierreries472. Les trous dans le lobe des oreilles permettaient le passage de boucles d’oreilles. (GD, CRB)

140 Villefranche-de-Conflent Vierge à l’Enfant

600Église paroissiale Saint-Jacques
60 x 26 x 16 cm
Bois de châtaignier polychrome
XIIIe siècle - XIVe siècle
Propriété de l’association diocésaine
Restaurée en 1994-1995 par Giorgio Bedani, Atelier ACCRA, Ille-sur-Têt

Vue de l’œuvre avant restauration, © cl. Giorgio Bedani.

  • 473 Témoignage de l’abbé Cazes.

601La statue conservée dans l'église paroissiale Saint-Jacques de Villefranche-de-Conflent, a été acheté par l'abbé Cazes dans une vente aux enchères à Perpignan, pour la paroisse de Villefranche dont il était curé doyen473.

  • 474 4 statues sont sculptées en châtaignier sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, (...)
  • 475 Cazes, s.d., p. 7.

602Elle est sculptée dans une bille de bois de châtaignier474. En bois plein, son revers est plan. La Vierge tient un fruit (une pomme ou une figue ?)475, du bout des doigts de sa main droite. La disposition peu courante du voile-manteau, est identique sur la statue de Notre-Dame del Pessebre, conservée à Corneilla-de-Conflent.

603À la demande de l’abbé Cazes, des éléments disparus ou lacunaires ont été refaits : pieds de la Vierge et bras gauche de l’Enfant tenant dans sa main un livre. La main droite bénissante de l’Enfant a été modifiée. Une grande lacune au niveau du front et du nez de la Vierge a été comblée. La polychromie de la statue est un repeint ancien. (GD, CRB)

141 Villefranche-de-Conflent Notre-Dame du Bon Succès

604Église paroissiale Saint-Jacques
Provenance : Église du couvent des franciscains de Villefranche-de-Conflent (maison Mir)
Albâtre polychrome
45 x 18 x 15 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 18 février 1953

  • 476 Cazes, s.d., p. 28.
  • 477 Ibidem.
  • 478 ADPO, B116.

605Cette délicate sculpture provient de l’église du couvent des Franciscains de Villefranche-de-Conflent et a été transférée à la paroisse Saint-Jacques en 1775, après la fermeture du couvent en 1772476. Cachée chez un particulier pendant la Révolution française, elle a été rapportée en 1804 à l’église Saint-Jacques477. En 1365, Pere Oliver, apothicaire de Villefranche, lègue 50 sous pour la réalisation d’un manteau de soie (« mantel de sendat ») pour la Vierge de la chapelle des Frères Mineurs de Villefranche478 ; probablement pour Notre-Dame du Bon Succès.

  • 479 Cazes, s.d., p. 27.

606Un goig, conservé dans l’église paroissiale, lui est dédié. Il attribue à son intercession, la fin miraculeuse de l’épidémie de peste à Villefranche en 1652. En 1790, Notre-Dame du Bon Succès est prêtée aux habitants de Serdinya afin d’enrayer une épidémie de suette. En remerciement, une fête votive est instituée le 10 août. À Villefranche, sa fête est célébrée le 8 septembre479.

607Sculptée en albâtre, la Vierge à l’Enfant est tronquée à la base. Une encoche visible au niveau de la tête et l’usure sur le front indiquent la place d’une couronne amovible ; la couronne sculptée a été arasée.

608Seuls certains détails sont peints : les yeux, les lèvres et les cheveux de la Mère et de l’Enfant, un motif de dentelle noire dans l’encolure de la robe de la Vierge, et un collier rouge sur son cou. Des motifs sculptés colorés, peu lisibles, ornent sa ceinture. Des traces ténues de polychromie bleue sont encore visibles à l’intérieur de son voile, près de sa chevelure. D’un point de vue stylistique, elle se rapproche de Notre-Dame de la Salvetat de Saint-Feliu d’Amont. (GD, CRB)

142 Villemolaque Vierge à l’Enfant

609Église paroissiale Saint-Julien et Sainte-Baselisse
Bois polychrome
63,5 x 30,5 x 26,5 cm
XIIIe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 23 novembre 1948

Vue de la statue, avant restauration, dans l’église, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.

  • 480 Archives des A.O.A. des Pyrénées-Orientales ; intervention de Jaume Lladó.

610La statue est plane au revers, certainement évidée, car l'arrière est refermé par un volet. Les bras de la Vierge sont rapportés. L'Enfant a été sculpté à part, puis fixé sur la statue. Son bras droit et ses pieds ont disparu. En 1985, l’Atelier départemental de restauration a consolidé et repris, par de nombreux masticages, le support480. L’Enfant, posé dans la main gauche de la Vierge, a été fixé sur les genoux de sa Mère, sans doute sa position d’origine.

611La polychromie a été reprise au cours de la restauration (décapage ?) qui a fait disparaître le décor de volutes d’époque moderne sur le torse de la Vierge.

  • 481 Delcor, 1984, p. 110.

612D’après Mathias Delcor, « après être passée dans une collection privée, elle serait revenue à l’église paroissiale de Saint-Julien et Sainte-Baselisse »481. (GD, CRB)

Au moment de sa restauration, en 1985, © Archives CCRP.

143 Vinça Vierge aux dragons dite anciennement Notre-Dame des Anges

613Église paroissiale Saint-Julien et Sainte-Baselisse
Bois de noyer polychrome
90 x 35 x 28 cm
Fin du XIIIe - début du XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 2 mai 1984

Vue de la statue en 1929, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.

  • 482 ADPO, 123 J 15/444 ; fonds Mathias Delcor, notes manuscrites de l’abbé Sarrète.
  • 483 Sarrète, 1911, p. 327-328.
  • 484 La Vierge à l’Enfant placée dans la porte Sainte-Madeleine de Mosset présente également des reptile (...)

614Autrefois connue sous le vocable de Notre-Dame des Anges, la Vierge était sur l’autel du transept nord avant d’être retirée, à une date inconnue (fin XIXe siècle ?), par l’abbé Pons, curé de Vinça, et remplacée par les statues de saint Julien et sainte Baselisse482. Cette sculpture, de belle facture, a été retrouvée en 1904 dans les décombres et les vieux meubles de l’un des syndicats de l’église paroissiale de Vinça483. Elle porte aujourd’hui le nom de Vierge aux dragons, en raison des reptiles sculptés à ces pieds ; ce qui en fait une œuvre d’exception484. Elle est fixée sur une console sur le mur latéral du transept nord.

615La statue est sculptée dans une bille de bois de noyer, à l’exception des planches du revers qui sont en résineux. Le bras droit de la Vierge est assemblé par un tourillon. Le revers est entièrement évidé et refermé en partie supérieure par une planche fixe. En partie basse, un volet monté sur charnières ferme la cavité qui a pu servir de reliquaire ou de réserve eucharistique.

  • 485 Sur la couronne de la Vierge, les fleurons latéraux ont été reconstitués, celui de devant ré-assemb (...)

616Le support a été modifié : perte de l’attribut de la Vierge (les doigts de la main droite ont été refaits), et rabotage des fleurons des couronnes de la Vierge et de l’Enfant pour y adapter des couronnes en métal485. Une fente radiale s’ouvre largement dans la cavité du revers. La polychromie originale est recouverte par deux repeints complets et un troisième repeint partiel. On peut voir simultanément la dorure et les couleurs du siège du second repeint, avec les carnations, l’intérieur bleu du manteau de la Vierge et le voile blanc, du troisième repeint. La polychromie d’origine devait être semblable : aspect doré du manteau de la Vierge grâce à une argenture recouverte d’un vernis jaune, un voile blanc et des poulaines rouges comme l’intérieur du manteau de l’Enfant. Un décor de poinçons est encore perceptible sous la dorure extérieure du manteau de l’Enfant. Le décor en relief sur la couronne de la Vierge est original et réalisé dans la préparation.

  • 486 Subes, 2011, p. 128-130.

617Stylistiquement, la délicatesse de cette grande statue en fait une des œuvres majeures de la production nord-catalane de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe siècle486. (GD, CRB)

144 Vinça Vierge à l’Enfant

618Église paroissiale Saint-Julien et Sainte-Baselisse
Provenance : Chapelle de l’ancien Hospice de Vinça, antérieurement Portail del Puig
Bois de peuplier polychrome
63 x 25 x 21 cm
Fin XIIIe - premier quart du XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 2 mai 1984

  • 487 Lettre de Mme Lazerme de Pontich de Vinça à M. le Curé, le 3 juin 1902, archives des A.O.A. des Pyr (...)
  • 488 Cazes, s.d., p. 27

619Exposée au Trésor de l’église de Vinça, cette statue se trouvait dans la chapelle de l’ancien Hospice de Vinça et proviendrait de la niche extérieure du Portail del Puig : « le portail du Puig a été démoli en 1856 ou 1857. La Vierge est, dit-on, au chœur de l’hospice »487. D’après l’abbé Cazes, le commanditaire de l’œuvre serait Bernard de Corbiac, qui par testament fonda en 1376 l’hospice des pauvres de Vinça et qui souhaitait qu’une image de la Vierge soit placée au-dessus de la porte de l’hospice488. La datation stylistique de l’œuvre ne confirme pas cette hypothèse.

620Elle est sculptée dans un bois de cœur, non évidé. Le revers plat est en partie recouvert d’une toile enduite. Les couronnes de la Vierge et de l’Enfant ont été retaillées, des éléments en bois ont été rajoutés à la base de la statue. Les bras et mains de l’Enfant et de la Vierge, rapportés, ne sont pas d’origine.

621Plusieurs zones sculptées sur la face sont mastiquées et repeintes grossièrement. La polychromie est très usée comme grattée, poncée puis repeinte. Il reste peut-être des éléments de polychromie d’origine dans le dos de la Vierge. Des traces de dorure apparaissent sur la couronne de l’Enfant. La Vierge était parée d’une cape en soie bleue. (GD, CRB)

145 Vinça Vierge à l’Enfant

622Église paroissiale Saint-Jacques de Canet-en-Roussillon
Provenance : chapelle du syndicat des prêtres (Vinça)
Bois de saule polychrome
58,5 x 28 x 20 cm
XIIIe siècle
Propriété de l’association diocésaine de Canet
Restauration réalisée en 2003 par Marijke Bos

  • 489 Delcor, 1970, note 259bis, p. 113.
  • 490 Témoignage recueilli en septembre 2013 auprès de M. Georges Durand, par C. Rogé-Bonneau (CCRP).

623Cette statue provient de la chapelle du syndicat des prêtres de Vinça489. La communauté de chanoines était installée dans une maison située contre l’église et s’ouvrait devant le portail principal. Cette demeure jouxtait la maison de la famille Durand où la Vierge était conservée depuis plus d’un siècle490. Elle a été donnée le dimanche 27 juillet 2003, par cette famille à la paroisse Saint-Jacques de Canet-en-Roussillon.

  • 491 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, (...)
  • 492 Mathias Delcor signale la présence d’une toile marouflée sur le support, Delcor, 1970, note 259 bis (...)
  • 493 Témoignage recueilli en septembre 2013 auprès de M. Georges Durand, par C. Rogé-Bonneau CCRP).

624La statue est taillée dans une bille de bois de saule491, non évidée. L’Enfant, sculpté à part, est fixé par un tourillon de bois au centre de la Vierge. Une toile collée au support est visible ponctuellement sur son épaule droite492. Le siège sculpté au revers, est composé de quatre colonnettes et deux planches qui sont assemblées par des tourillons de bois au corps de la Vierge. La base de la sculpture, attaquée par les insectes xylophages, a été sciée493, entraînant la disparition des pieds de la Vierge et la partie inférieure du siège. Les fleurons de la couronne de la Vierge, ses deux mains, manquent car ces éléments ont été attaqués par les insectes. L’Enfant Jésus a perdu sa main droite. Lors de la restauration de 2003, les cassures et effritements du bois ont été bouchés (mains, couronnes et extrémités des colonnettes).

Vue générale de l’œuvre avant restauration, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».

  • 494 Mathias Delcor rapporte en 1970 que le manteau de la Vierge est vert, Delcor, 1970, note 259bis, p. (...)

625Un repeint général bleu pour l’ensemble des vêtements494, avec des décorations ocre jaune sur les encolures, recouvre la face de la statue. Sous ce repeint, devenu légèrement translucide, apparaît une couleur gris sombre qui pourrait être une polychromie ancienne, constituée d’une feuille d’argent oxydée. Les carnations sont aussi repeintes plusieurs fois et une teinte rose soutenue est visible dans les lacunes du visage de la Vierge.

626Sur le revers, au moins deux polychromies anciennes subsistent, dont deux rouges superposés et les rayures verticales rouge et jaune du dossier du siège (probablement la polychromie d’origine). Des décors géométriques originaux ornent les bords du voile. (GD, CRB)

146 Vinça Vierge à l’Enfant

627Porte de Marcevol
Bois
XIVe siècle
Propriété de la commune
Disparue

Vue de trois-quart droit, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », cl. Ponsich.

  • 495 Delcor, 1984, p. 119. Aujourd’hui une autre Vierge remplace la statue d’origine.
  • 496 Témoignage recueilli en 2013, par G. Dalmau.

628Présentée dans une niche au-dessus de la porte de Marcevol, cette statue est signalée en 1984 par Mathias Delcor comme ayant « récemment disparu »495. D’après certains habitants, cette statue aurait été vendue à ce moment-là par le propriétaire de la maison attenante496.

629Sur des clichés publiés en 1984 par Mathias Delcor, deux fentes radiales apparaissent sur la face de cette Vierge à l’Enfant assise. Des modifications sont visibles aux mains droites de la Vierge et de l’Enfant : celle de la Vierge est informe, et celle de l’Enfant, mal positionnée, donne la bénédiction. Un fleuron est visible sur la couronne de la Vierge.

630L’état de la polychromie n’est pas connu, mais probablement dégradé à cause de son exposition en extérieur. (GD, CRB)

Vue de face, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », cl. Ponsich.

147 Vinça Notre-Dame d’Espérance

631Niche extérieure d’une maison, rue de l’église
Provenance : portail de Joch, détruit
Marbre blanc polychrome
67 x 20 x 13 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune

Vue générale de la statue, le 20 août 1916, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », cl. Thibaut.

  • 497 Témoignage de la descendante des propriétaires recueilli en septembre 2013 par C. Rogé-Bonneau (CCR (...)

632La statue provient de l’ancienne porte fortifiée située à l’entrée de la rue de l’église dite « portail de Joch », démolie au début du XXe siècle. Lors de la destruction, les propriétaires de la maison située à proximité sont devenus dépositaires de la statue, à condition qu’ils aménagent une niche pour l’accueillir497.

  • 498 La statue n’était déjà plus présentée dans le portail de Joch.
  • 499 Archives photographiques de l’association des Amis de Mathias Delcor.
  • 500 Archives des A.O.A. des Pyrénées-Orientales, lettre de Mme Lazerme de Pontich à M. le Curé, le 3 ju (...)

633Au revers d’une photographie du 20 août 1916498, une inscription manuscrite précise le vocable de la Vierge, « Notre-Dame d’Espérance », et sa provenance, « l’ancien portail dit de Joch, à Vinça »499. Pourtant un courrier manuscrit de Mme Lazerme de Pontich, rédigé en 1902, témoigne de l’existence de deux statues distinctes : « N.D. d’Espérance [qui] n’existe plus, la niche est vide » et « la Vierge de l’ancienne de porte de Joch qui est débout »500. Aussi, il est probable qu’entre 1902 et 1916 il y eut une confusion, conduisant à l’association du vocable « Notre-Dame d’Espérance » à la statue de l’ancien portail de Joch.

634La statue, sculptée en ronde bosse dans du marbre blanc, est présentée sur un socle maçonné dans une niche extérieure.

  • 501 L’héritière de la famille dépositaire se souvient d’une restauration à la fin des années 1970.

635Le support présente de nombreux manques : perte de la main droite et du pied droit de la Vierge et un pan du socle, disparition de la tête (anciennement goujonnée) et des bras de l’Enfant. Celui-ci devait tenir un oiseau entre ses mains, un « vestige » sur sa tunique l’indique. Un trou au centre de la tête de la Vierge indique qu’elle portait une auréole. Un bouchage sur le cou et le voile de la Vierge, une reprise avec un enduit des ailes de son nez témoignent de restaurations antérieures501.

636La polychromie a souffert de l’exposition en extérieur. Elle est en cours de soulèvement et très encrassée ; celle visible semble un repeint bleu pour le manteau et rose pour les carnations. La Vierge est vêtue d’une robe aux manches ornées d’un décor de rang de perles en relief, visible sous la manche gauche de son manteau. Sa main gauche possède de longs doigts effilés. Le bout de la ceinture qui retient sa robe est retenu sous le pied de l’Enfant, formant un arc de cercle. L’Enfant tient son pied retourné sortant du manteau, détail caractéristique des vierges à l’enfant debout du XIVe siècle. (GD, CRB)

148 Vinça Vierge à l’Enfant

637Conservé chez un particulier
Marbre blanc polychrome
72,5 x 28 x 24 cm
XIVe siècle
Propriété privée

  • 502 La destination exacte du bâtiment n’est pas connue : ancien édifice religieux ou simple lieu de sto (...)
  • 503 Le récit de la découverte a été recueilli en 2011 par C. Rogé-Bonneau (CCRP) auprès de l’actuel pro (...)

638Cette Vierge à l'Enfant a été découverte par des particuliers au début du XIXe siècle lors de l’achat d’un bâtiment qui contenait du mobilier religieux502. La statue se trouvait sous un amas de bancs d’églises et autres objets503. Elle a été conservée par les propriétaires de l’édifice, puis vendue en 2006.

  • 504 Cavités de 8 à 10 cm de profondeur.

639Elle est sculptée en ronde-bosse dans un bloc de marbre blanc monolithe, le revers est soigneusement travaillé. Le support présente quelques lacunes. La tête, la partie supérieure du buste et la main droite de l’Enfant ont disparu. Les fleurons de la couronne de la Vierge sont écourtés. Sous le socle, deux cavités profondes504 devaient servir à la fixer. L’oiseau tenu dans la main gauche de l’Enfant est assez atypique dans sa forme. Le livre ouvert, dans la main droite de la Vierge, est lui aussi inhabituel.

640La statue est entièrement repeinte et une patine brune a été appliquée sur le marbre. Le repeint bleu du manteau a été réalisé alors que la statue se trouvait à sa place initiale ; il indique qu’elle était présentée de trois-quart. L’aspect très usé (comme gratté), lacunaire et délavé témoigne d’une exposition de l’œuvre en extérieur. À l’origine la statue était polychrome, ou du moins en partie, comme en témoigne le liseré noir de l’encolure de sa robe. (GD, CRB)

149 Vingrau Notre-Dame du Bon Conseil

641Église paroissiale Notre-Dame de Fontfroide
Provenance : Chapelle Notre-Dame du Bon Conseil (Vingrau)
Bois de pin polychrome
108 x 36,5 x 32 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune
Classée M.H. le 4 avril 1996

Vue de la Vierge parée de sa couronne en métal.

  • 505 Archives des A.O.A. des Pyrénées-Orientales, carte manuscrite du père Marc de Schinkel, 19 janvier (...)

642Cette statue se trouvait dans la chapelle de Notre-Dame du Bon Conseil (1860) avant de rejoindre l’église paroissiale505.

  • 506 Témoignage de Hubert Fagot, recueilli par C. de Castaigner (CCRP) en 2010.

643La Vierge est sculptée dans un bloc de bois de pin, non évidé au revers. L’Enfant est rapporté, mais une partie de son manteau est sculpté dans le bloc principal. Des remaniements ont modifié le support, en particulier celui de l’Enfant : son buste est refait, et seul subsiste le drapé de son manteau. La Vierge a perdu sa main gauche et les pointes de ses chaussures. Sa main droite n’est pas d’origine mais empruntée à une statue plus récente. Le socle est retaillé sur la face ; deux trous y sont aménagés pour y glisser des brancards, lors des processions. À l’occasion de celles-ci, la Vierge était parée d’une cape, ornée de dentelle sur fond bleu, et sa tête ceinte d’une couronne en métal, ornée de fleurons et de pierreries506. Un goig dédié à la Vierge est encore conservé dans l’église.

644Notre-Dame du Bon Conseil a été plusieurs fois repeinte. Une inscription dorée au revers précise la dernière intervention : « 30.05.1922 Restauré Florce ».

645D’un point de vue stylistique, cette sculpture rappelle les Mare de Déu Pixosa et del Lliri, de Perpignan. (GD, CRB)

Détail de la signature du restaurateur au revers.

150 Vivès Notre-Dame de Vivès

646Église paroissiale Saint-Michel
Bois de peuplier polychrome
45,5 x 17,5 x 14,5 cm
XIVe siècle
Propriété de la commune

647La statue rehaussée sur un socle, était présentée dans la niche centrale du retable de saint Michel, du début du XVIe siècle, attribué au peintre Jaume Forner.

648Sculptée dans un bois de cœur, cette statue de petite taille est monoxyle et bien conservée. La main droite et le pouce à la main gauche de la Vierge, la tête de l'Enfant ont été refaits.

649La polychromie est d’origine, à l'exception des carnations repeintes et de quelques retouches ponctuelles. Le bleu de la robe de la Vierge est sans doute réalisé en azurite, la dorure à l'extérieur du manteau de la Vierge, exécutée à partir de feuilles d'argent recouvertes d'un vernis jaune. Cette polychromie est agrémentée d'un décor de fleurons dorés sur la couronne, ainsi que de motifs végétaux sur fond rouge sur le côté du siège. (GD, CRB)

Vue de la Vierge placée dans la niche au centre du retable saint Michel, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.

Bibliographie

Sources historiques et iconographiques

Archives départementales des Pyrénées-Orientales (Perpignan).

Archives départementales de la Gironde (Bordeaux).

Archives de la médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris).

Archives de l’association « les amis de Mathias Delcor » (Palau-de-Cerdagne).

Archives des Antiquités et Objets d’Art du département des Pyrénées-Orientales (Perpignan).

Archives du diocèse de Perpignan-Elne (Perpignan).

Archives du Centre de Conservation Restauration du Patrimoine, Conseil général 66 (Perpignan).

Archives- Collection particulière (Fonds d’archives privées).

Archives communales (Olette, Perpignan).

Alart, 1857 : B. Alart, « Les patronnes d’Elne et l’abbaye de Jau. Essais archéologiques et historiques », Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, Perpignan, tome X, 1857, p. 42-43.

Alart, 1858 : B. Alart, « Monastères de l’ancien diocèse d’Elne. Abbaye de Sainte-Marie de Jau ou Clariana », Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, Perpignan, tome XI, 1858, p. 278-308.

Alart, nd : B. Alart, Cartulaire manuscrit, vol. H, Médiathèque de Perpignan, p. 321.

Albert-Llorca, 2013 : M. Albert-Llorca, « Les " vraies" statues et leurs substituts », Archives des sciences sociales en religion, no 161, Paris, Ed. EHESS, 2013, p. 251-268.

Alcover i Moll, 1954 : Alcover i Moll, Diccioniari catalá, valencia, balears, Palma de Mallorca, 10 tomes, 1954.

Aragon, 1928 : H. Aragon, Les Monuments et les Rues de Perpignan du Xe au XXe siècle. Guide historique et archéologique de la Cité, Perpignan, Imp. Labau, 1928, 536 p.

Ausseil, 1927 : Fr. Ausseil, « Trois villages du Vallespir [Oms, Calmeilles, Taiilet] », Revue historique littéraire du diocèse de Perpignan, Perpignan, 1927, p. 40-45.

Berdague, 1904 : J. Berdague, « Taillet, notice historique sur N.D. del Roura », Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 45, Perpignan, 1904, p. 726-728.

Blanch, 2010 : C. Blanch, Histoire du Sanctuaire de Notre-Dame de Villeneuve en Capcir, Egat, Ed. Association Intercommunale de Sauvegarde de la Chapelle de Villeneuve, 2010, 104 p.

Blanchon, 1966 : J.-L. Blanchon, « Sainte-Marie de Palau est morte. Vive Sainte-Marie de Palau. Notes historiques sur les églises de Palau de Cerdagne », in Conflent, no 31, 1966, p. 21-27.

Brandi, 2002 : C. Brandi, Théorie de la restauration (trad. Colette Deroche), Paris, INP/Monum, Éditions du patrimoine, 2002.

Brousse, 1896 : E. Brousse, La Cerdagne Française, Perpignan, coll. Pyrénées inconnues, Imp de l’Indépendant, 1896, 458p.

Brutails, 1901 : J.-A. Brutails, Notes sobre l’art religiós en el Rosselló, Barcelona, Biblioteca del Centre Excursionista de Catalunya, Imp. L’Avenç, 1901, 266 p.

Camós, 1772 : N. Camós, Jardín de María plantado en el Principado de Cataluña, enriquecido con muchas imagenes de esta Celestial Señora ; que como Plantas Divinas descubrió en el milagrosamente el Cielo, y adornado con tanta muchedumbre de Templos, y capillas dedicadas a su Santissimo Nombre, que son entre todas mil treinta y tres, Girona, éd. Josep Bró, 1772, 424 p. (première édition 1657 à Barcelone).

Camps, 1997 : J. Camps, « Coup de Cœur pour une chapelle (Saint Christophe de Llugols) », Conflent, no 210, t. 6, 1997, p. 47-87.

Carbonell-Lamothe, Poisson, Reynal, 1989 : Y. Carbonell-Lamothe, « no 33bis, Vierge à l’Enfant », Mil. Millénaire d’art nord-catalan, Catalogue d’exposition, Conseil général des Pyrénées-Orientales. Perpignan, 1989, p. 101.

Castaigner (de), 2011 : C. de Castaigner, « Description. État de conservation. Traitement. Vierge à l’Enfant, dite Santa Creu de Torèn (Sahorre) », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 192-199.

Cazes, 1969 : A. Cazes, Les églises de la Vallée de Molig, Prades, Guide touristique Conflent, 1969, Perpignan, 43 p.

Cazes, 1975 : A. Cazes, Amélie-les-Bains Palaldà, Prades, Guide touristique Conflent, 1975, 33 p.

Cazes, 1985 : A. Cazes, Histoire du Roussillon anecdotique, vol. I, éd. Conflent, 1985, 175 p.

Cazes, 1985 : A. Cazes, Histoire du Roussillon anecdotique, vol. II, éd. Conflent, 1991, 134 p.

Cazes, 1990 : A. Cazes, Roussillon sacré, Prades, Guide touristique Conflent, 1990, 195 p.

Cazes, 1991 : A. Cazes, Notre-Dame de Cornellà, Prades, Guide touristique Conflent, 1991, 56 p.

Cazes, 1994 : A. Cazes, Saint-Christophe de Llugols, Prades, Guide touristique Conflent, 1994, 16 p.

Cazes, 1995 : A. Cazes, Notre-Dame de Domanova, Prades, Guide touristique Conflent, 1995, 15 p.

Cazes, s.d.. : A. Cazes, Nyer, Prades, Guide touristique Conflent, s.d., 28 p.

Cazes, s.d. : A. Cazes, Saint-Feliu, Prades, Guide touristique Conflent, s.d., 45 p.

Cazes, s.d. : A. Cazes, Saint-Jacques de Villefranche, Prades, Imp. Page à Page, s.d, 38 p.

Cazes, s.d. : A. Cazes, St-Côme et St-Damien de Serdinya, Prades, Guide touristique Conflent, n.d., 31 p.

Cazes, s.d. : A. Cazes, Saint-Julien de Vinça, Prades, Imp. Page à Page, s.d., 35 p.

Collier, 1939 : B. Collier, Catalan France, Londres, 1939, p. 343.

Dalmau, 2011 : G. Dalmau, « Récits d’inventions des vierges nord-catalanes », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 29-39.

Dalmau, 2013 : G. Dalmau, « Récits d’inventions des vierges nord-catalanes, le cas de Nostra Senyora del Coral », Costabona, Prats-de-Mollo, 2013, p. 17-32.

De Bonnefoy, 1858-1868 : L. De Bonnefoy, « Épigraphie roussillonnaise ou recueil des inscriptions du département des Pyrénées-Orientales », Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, tomes X, XI, XII, XIV, XVII, 1858-1868.

De Dalmases, Pitarch : N. de Dalmases, A.-J. Pitarch, Historia de l’art català, vol. III, L’art gòtic segles XIV-XV, Barcelona, Ed. 62, 1984, p. 76.

De Roux, 1996 : A. De Roux, Perpignan de la place forte à la ville ouverte (Xe-XXe siècles), Archives communales de Perpignan, 1996, 499 p.

Delcor, 1970 : Les vierges romanes de Cerdagne et de Conflent dans l’Histoire et dans l’Art, Barcelone, éd. Raphael Dalmau, 1970, 120 p.

Delcor, 1984 : M. Delcor, « Les vierges romanes tardives du Roussillon dans l’histoire et dans l’art », Les Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa, no 15, Codalet-Prades, 1984, p. 101-131.

Delpont, 1904 : J. Delpont, « Una Mare de Deu a Perpinyà », La Illustració Catalana, Barcelona, 1904, n.p.

Desperamont-Jubal, 2011 : I. Desperamont-Jubal, « Les bois des vierges médiévales des Pyrénées-Orientales », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 87-95.

Durliat, 1953 : M. Durliat, « La décoration et le mobilier de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan », Études roussillonaises, tome III, volumes 2-3-4, Perpignan, Imp. du Midi, 1953, p. 215-288.

Durliat, 1954 : M. Durliat, Arts anciens du Roussillon, Perpignan, 1954, p. 190-191.

Fabre, 2007 : F. Fabre, Notre-Dame de La Val à Caudiès-de-Fenouillèdes, Éd. Syndicat d’initiative de Caudiès de Fenouillèdes, 2e édit. 2007, n.p.

Feliu de la Penya, 1709 : N. Feliu de le Penya, Anales de Cataluña y Epílogo breve de los Progressos, y famosos Hechos de la Nación Catalana, de sus Santos, Reliquias, Conventos y singulares Grandezas ; y de los más señalados, y Eminentes Varones, que en Santidad, Armas y Letras han florecido desde la primera Población de España Año del Mundo 1788 antes del nacimiento de Christo 2174 y el Diluvio 143 hasta el presente de 1709, t. 2 : contiene los sucessos desde el año 1163 hasta los de 1458, liv. XI, lhap. XI, Barcelona, 1709, p. 59.

Fournols, n.d. : Joseph Fournols, La Mare de Deu dels Desamparats, n.d., n.p. (Archive privé)

Giralt, 1921 : J. Giralt, « Monographie de Corneilla-de-Conflent », Revue historique et littéraire du diocèse de Perpignan, 1921, p. 166-168.

Goigs del diòcesi d’Elna-Perpinyà, CIMP Centre Internacional de Música Popular, 1996, 711 p.

Guillot de Suduiraut, 1998 : S. Guillot de Suduiraut, La Vierge à l’Enfant d’Issenheim, un chef-d’œuvre bâlois de la fin du Moyen Âge, Paris, coll. Les dossiers du Musée du Louvre, éd. Réunion des Musées Nationaux, 1998, p. 14.

Hamon, 1863 : A.-J.-M. Hamon, Notre-Dame de France, ou Histoire du culte de la Sainte Vierge en France depuis l’origine du christianisme jusqu’à nos jours, vol. 3, Paris, Ed. Plon, 1863, p. 134.

Heilbronner, 2007-2008 : T. Heilbronner, « The wooden "chasuble Madonnas" from Ger, Ix, Targasona and Talló », Locus Amoenys, no 9, Barcelona, Ed. Universitat Autònoma de Barcelona, 2007-2008, p. 31-50.

Heilbronner, 2013 : T. Heilbronner, Ikonographie und zeitgenössische Funktion hölzerner Sitzmadonnen im romanischen Katalonien, Hamburg, 2013, 426 p.

Hernandez, 2002 : L. Hernandez, Mère Anna Maria Antigo et les Clarisses de Perpignan du XVIIe siècle à nos jours, Journal de l’exposition, Casa Xanxo, Perpignan, 2002, n.p.

Jacquet, 2007 : R. Jacquet, Saint-Feliu d’Amont. Mon village. Ma mémoire, Perpignan, Ed. les Presses Littéraires, 2007, p. 16.

Jubal-Despéramont, 2011 : I. Jubal-Despéramont, « Traitement. Vierge à l’Enfant (Mosset) », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 224.

Jubal-Despéramont, de Castaigner, 2011 : I. Jubal-Despéramont, C. de Castaigner, « Description. État de conservation. Vierge à l’Enfant, dite Notre-Dame dels Correchs (Perpignan) », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 122-127.

Just, 1860 : L. Just, Ermitages du diocèse de Perpignan, Perpignan, Imp. Tastu, 1860, 205 p.

L’Indépendant, du 10 juin 1950, du 28 octobre 1958, du 29 juin 1967 et du 28 août 1967.

Le Pogam, 2009 : P.-Y. Le Pogam, Les premiers retables (XIIe - début XVe siècle). Une mise en scène du sacré, Paris, Musée du Louvre Éditions, 2009, p. 60-62.

Loreto, 2010 : H. Loreto, « Sur le nom de Tanya à Laroque (La Roca) », Revue Massana, no 31, 2010, p. 18.

Lugand, 2004 : J. Lugand, Peintres et doreurs en Roussillon (1650-1730), thèse pour l’obtention du doctorat d’Histoire de l’art, sous la direction du Professeur Bruno Tollon, Université de Toulouse-Le Mirail, Département d’Histoire de l’art, vol. II, 2004, p. 465.

Martí Sanjaume, 1926 : J. Martí Sanjaume, Las Virgenes de Cerdaña, Lleida, tipografia Mariana, 1926, 131 p.

Mathon, 2011 : J.-B. Mathon, « Restaurer l’objet, restituer son histoire », in Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 97-101.

Naudo, 1944 : P. Naudo, Notre-Dame de Font-Romeu, Perpignan, Imp. du Midi, 1944.

Nogues, 1971 : P. Nogues, Histoire de Notre-Dame du Château, Perpignan, 2 tomes, 1971.

Olive, 1996 : J.-L. Olive, « LaVierge au raisin. Alenya », Les Cahiers du Vieil Ille, no 133, catalogue de l’exposition "D’Ève à Marie. Histoires de Femmes", Perpignan, 1996, p. 31

Oliver, 1880 : P. Oliver, Historique de la procession sur mer de saint Vincent de Collioure, Perpignan, Imp. Latrobe, 1880, 12 p.

Paulet, n.d. : C. Paulet, « La chapelle Sainte-Anne. Notre-Dame del Congost », Tourisme et Chrétienté. Pèlerinages, arts, culture, Montauban, no 89, n.d., n.p.

Pelissier, 1915-1916 : L. Pelissier, « La Mare de Déu de la Casa pixósa », Muntanyes Regalades, Perpignan, 1915-1916, p. 49-51.

Pelissier, 1921 : L. Pelissier, « La Mare de Déu del Vilar (de Reynès) », Muntanyes Regalades, Perpignan, 1921, p. 95.

Perpinyà, 2005 : M. Perpinyà, Les Mossetans ! L’âme d’une vallée, Saint Estève, Éd. Les Presses Littéraires, 2005, 152 p.

Poisson, 1989 : O. Poisson, « Le retable de Caudiès de Fenouillèdes », Le Grand retable de Narbonne : le décor sculpté de la chapelle de Bethléem à la cathédrale de Narbonne et le retable en pierre du XIVe siècle en France et en Catalogne, Actes du colloque, Éd. Ville de Narbonne, 1989, p. 103-107.

Ponsich, 1957 : P. Ponsich, « L’église Saint-Pierre et Saint-Félix de Calmella et son baldaquin peint », Études Roussillonaises, tome VI, volume 1-2, Perpignan, Imp. du Midi, 1957, p. 97-116.

Ponsich, 1993 : P. Ponsich, « Sant Sadurní de Montoriol d’Avall », Catalunya Romànica, vol. XIV, Rosselló, Barcelona, Ed Enciclopèdia Catalana, 1993, p. 261-262.

Ponsich, 1993 : P. Ponsich, « Santa Maria de l’Eula », Catalunya Romànica, vol. XIV, Rosselló, Barcelona, Ed Enciclopèdia Catalana, 1993, p. 400-401.

Ponsich, 1999 : P. Ponsich, « Sainte-Marie La Réal. Église paroissiale des Rois de Majorque, Abbatiale de 1381 à 1780 », Études Roussillonnaises, revue d’histoire et d’archéologie méditerranéennes, tome XVII, 1999, p. 25-36.

Reynes, 1994 : C. Reynes, Le retable saint Jacques à Nahuja, mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1994, p. 20-22.

Ribes, 1978 : J. Ribes, Els banys de La Presta (Historique des Bains de la Preste), éd. Terra Nostra. Prades, 1978, 107 p.

Rogé-Bonneau, Massegu, 2000 : C. Rogé-Bonneau, S. Massegu, Inventaire des églises et clochers des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Conseil général des Pyrénées-Orientales, 5 vol., 2000, n.p.

Rogé-Bonneau, 2011 : C. Rogé-Bonneau, « Historique. Vierge à l’Enfant dite Mare de Déu Pixósa (Perpignan) », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 244.

Rogé-Bonneau, 2011 : C. Rogé-Bonneau, « Historique. Vierge debout (Laroque-des-Albères) », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 232.

Rous, 1890 : E. Rous, Histoire de Notre-Dame de Font-Romeu (diocèse de Perpignan), Lille, Desclée, de Brouwer et Cie, 1890, 298 p.

Ruffiandis, 1970 : J.-J. Ruffiandis, « Mosset vieille cité », Tramontane, nos 535-537-538, Perpignan, 1970, p. 25.

Sangla, 2002 : M.-H. Sangla, Transfert du mobilier religieux en Roussillon pendant la Révolution française, mémoire de maîtrise, sous la direction de F. Amigues, Université de Perpignan Via-Domitia, 2002.

Sangla, 2011 : M.-H. Sangla, « Historique. Vierge à l’Enfant dite Notre-Dame de Pène (Baixas) », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 104-106.

Sangla, 2011 : M.-H. Sangla, « Historique. Vierge à l’Enfant, dite Notre-Dame de Marinyans (Serdinya) », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 214.

Sangla, 2011 : M.-H. Sangla, « Historique. Vierge à l’Enfant, dite Notre-Dame del Pessebre (Corneilla-de-Conflent) », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 188.

Sangla, 2011 : M.-H. Sangla, « Historique. Vierge à l’Enfant, dite Notre-Dame Riquer (Catllar) », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 226.

Sarrete, 1911 : J. Sarrete, « La Vierge aux deux reptiles de Vinça », Perpignan, Ruscino, revue d’histoire et d’archéologie du Roussillon, no 3, 1911, p. 321-330.

Serres, 1969 : R. Serres, « Toulouges en Roussillon, témoin de la Paix et Trève de Dieu (1027) Source Fraternité », Mélange d’histoire, d’archéologie, de folklore, tome I, 1969, p. 83-85.

Serres, 1993 : R. Serres, Le Roussillon sacré (complément), St-Estève, 1993, 71 p.

Speranze, 1942 : N. Speranze, Notre-Dame d’Err, Osseja, Éd. de l’Hermine, 1942, 83 p.

Subes, 2011 : M.-P. Subes, « Stylistique. Vierge à l’Enfant, dite Notre-Dame del Congost (Bouleternère) », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 238-240.

Subes, 2011 : M.-P. Subes, « Vierges à l’Enfant assises de style gothique dans les Pyrénées-Orientales », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Silvana édition, 2011, p. 68-73.

Torre, 1980 : M. de la Torre, Guide de l’art et de la nature. Pyrénées-Orientales, Éd. Berger-Levrault, 1980, n.p.

Tréton, 2011 : R. Tréton, « Aspect du mécénat d’art religieux à Perpignan au XIVe siècle : l’exemple d’un legs pour la façon d’une statue de la Vierge à l’Enfant pour l’église Sainte-Marie du Temple », Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éd. Silvana, 2011, p. 49.

Vidal, 1879 : P. Vidal, Guide historique et pittoresque dans le département des Pyrénées-Orientales, Perpignan, 1879, 516 p.

Vidal, 1897 : P. Vidal, Histoire de la ville de Perpignan depuis les origines jusqu’au Traité des Pyrénées, Paris, Éd. Welter, 1897, 651 p.

Vidal, 1910 : P. Vidal, « Recherches relatives à l’histoire des Beaux-Arts », Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, vol. 51, Perpignan, 1910, p. 328.

Vidal, 1969 : G Vidal, « Port-Vendres de l’Antiquité à nos jours », Tramontane, no 524-526, Perpignan, 1969, p. 61-63.

Annexes

Notices des vierges médiévales mentionnées dans la bibliographie et les sources documentaires qui ne sont plus conservées et pour lesquelles il n’existe pas de clichés.

Argelès-sur-mer : Notre-Dame du portail del Prat ou Nostra Senyora del Portall del Prat
Niche du portail del Prat, bois polychrome et doré, 60 cm de hauteur. Cette statue était placée dans la niche du portail del Prat, bâti sur le lieu d’invention de la statue et qui permettait de rentrer dans la ville d’Argelès507. Camós en donne une description. La Vierge était assise, polychrome, dorée et mesurait trois empans (soit près de 60 cm). L’Enfant, assis sur le genou gauche, tenait dans sa main gauche un livre tandis qu’il bénissait de la main droite.

Bourg-Madame : Vierge à l’Enfant
Église Saint-Romain de Caldégas
Le 5 avril 1330, Bernarda Coguls lègue 20 sous pour la réalisation d’un manteau pour l’image de la Vierge, conservée dans l’église paroissiale : « It. dimito. XX. sol. bares. qui dentur ad opus ciuisdam mentelli quod sit ad servitutem cuiusdam imaginis ste. mariae que est in ecclesia sti. romani predicti »508.

Font-Romeu : Vierge à l’Enfant
Église Sainte-Colombe de Via
Jaime Martí de Sanjaume mentionne l’existence de legs aux XIIIe et XIVe siècles pour l’image de Sainte Marie de Via, œuvre qu’il qualifie de « hoy desaparicida »509.

Montauriol : Vierge à l’Enfant
Église paroissiale Saint-Saturnin
Une statue de Vierge romane, conservée dans l’église paroissiale de Montauriol, est mentionnée dans un guide paru en 1980510. En 1993, Pierre Ponsich en parle aussi511, mais à cette époque elle avait déjà disparu. Aujourd’hui, personne ne semble s’en souvenir.

Perpignan : Notre-Dame des Grâces ou Nostra Senyora de Gràcia
Couvent des Augustins, bois doré, 180 cm (hauteur de la vierge)
Cette œuvre ornait peut-être la niche centrale du « retaule de Santa Maria de Gracia »512 cité en 1400 dans l’église du couvent des Augustins513 du faubourg Notre-Dame. Après sa destruction, la communauté s’installe en 1542 intra-muros entre la rue des Augustins, la rue Saint-Matthieu et la rue Sainte-Madeleine514. L’image est déplacée en procession. Selon Camós, la Vierge mesurait neuf empans (soit près de 180 cm), était sans doute debout, d’allure majestueuse, mais son visage « bizarre » interpelle Camós. L’Enfant est placé sur la gauche de la Vierge et il mesurait deux empans et demi (soit cinquante centimètres). Une correspondance troublante a été relevée avec la Vierge à l’Enfant, conservée à Baixas.

Perpignan : Vierge à l’Enfant
Église Sainte-Marie du Temple, pierre
Le 13 juillet 1363, Joan Homdedéu, ancien consul de Perpignan, lègue la somme de 15 livres pour l’exécution d’une Vierge à l’Enfant en pierre : « Item volo et ordono quod fiat una ymago beate Marie virginis cum carissimo filio suo de lapide ; et lego pro dicta ymagine quindecim libras, que ymago ponatur in altari majori beate Marie de Templo Perpiniani »515. Cette œuvre devait donc orner l’autel majeur de l’église Sainte-Marie du Temple, à Perpignan.

Porté : Vierge à l’Enfant
Église Notre-Dame, XIIIe siècle
Cette statue est brièvement décrite par Emmanuel Brousse en 1896 : « sur le devant du maître-autel, dans une niche surmontée de guirlande de fleurs, on voit une Vierge remontant sans doute au XIIIe siècle, portant un Enfant Jésus assis sur sa main gauche et tenant la boule du monde »516. Jaime Martí de Sanjaume reprend en 1926 les informations d’Emmanuel Brousse. Il ne précise pas si la statue se trouve encore dans l’église et émet l’hypothèse qu’elle pourrait provenir de la chapelle de l’hôpital du col du Puymorens517.
Il n’existe aucun cliché photographique mais les éléments donnés par Brousse rappellent la Vierge à l’Enfant debout, de la seconde moitié du XVIIe siècle conservée dans la niche du retable. Peut-être s’agit-il d’une erreur de datation de la part de Brousse ?

Saint-Estève : Vierge à l’Enfant
Église paroissiale Saint-Étienne, bois polychrome
La Vierge à l’Enfant a aujourd’hui disparu et aucun document n’a pu être retrouvé la concernant. D’après le sacristain518, cette Vierge était assise, en bois sculpté et polychromé. Très fragilisée par une attaque d’insectes xylophages, elle fut remisée sur la tribune. Lors de travaux de restauration de l’intérieur de l’édifice dans les années 1970, la tribune a été supprimée. Il semble qu’à cette occasion, la statue ait disparu comme plusieurs autres objets mobiliers de l’église.

Taulis : Vierge à l’Enfant
Église Saint-Jean l’Évangéliste
En 1901, Jean-Auguste Brutails dresse une liste des Vierges à l’Enfant médiévales conservées dans les communes du département. Parmi ces communes, il cite Taulis519. En 1991, à l’occasion du pré-inventaire de l’église, la statue n’est pas recensée520, certainement disparue.

(GD, CRB)

Notes

1 Olive, 1996, p. 31

2 Le carignan est un cépage typiquement roussillonnais, cultivé essentiellement en Languedoc-Roussillon.

3 Récolement de la conservation des A.O.A. des Pyrénées-Orientales de 1952, dossier de la commune d’Alenya, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris).

4 « Devis de remise en état », dressé par M. Mainponte en 1956, dossier de la commune d’Alenya, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris).

5 Cet évidement circulaire de 3 cm de diamètre sur 35 cm de haut a sans doute été fait pour retirer le cœur du bois.

6 ADPO, 175J37, fonds Cortade.

7 Archives de la conservation des A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune d’Amélie-les-Bains.

8 Cazes, 1975, p. 6.

9 ADPO, 175J37, fonds Cortade.

10 Témoignage recueilli en octobre 2010 par C. de Castaigner, restauratrice au CCRP.

11 Subes, 2011, p. 71.

12 Cazes, 1975, p. 6.

13 Archives de la conservation des A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune d’Amélie-les-Bains.

14 Durliat, 1954, p. 190-191.

15 L’inscription, qui court sur deux lignes, mesure 7 cm de long sur 2,5 cm de haut.

16 En 1954, Marcel Durliat y a lu : « Brg Urgt me feu fer / lay M [...] », Archives de la conservation des A.O.A des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune d’Amélie-les-Bains.

17 La fin du millésime n’est pas lisible, le support du socle étant trop abîme.

18 Minute de lettre datée du 10 novembre 1932, Dossier de la commune d’Angoustrine, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris).

19 « bois à traiter et nettoyage », Devis de M. Mainponte de mai 1951, Dossier de la commune d’Angoustrine, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris).

20 Rapport de J. Talaron, inspecteur des Monuments historiques, en date du 29 septembre 1951, Dossier de la commune d’Angoustrine, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris).

21 Cette même année est restauré le devant d’autel.

22 Mémoire de restauration de J. Malesset d’août 1954, Dossier de la commune d’Angoustrine, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris).

23 Bilan d’activité de l’Atelier Départemental de Restauration pour l’année 1976. Archives du CCRP, Conseil général des Pyrénées-Orientales. Restauration par Jaume Lladó.

24 Le Pogam, 2009, p. 60-62.

25 Archives de la conservation des A.O.A des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune d’Angoustrine.

26 « [...] vaciada por detras en forma de armario, pero sin tapa » (Martí de Sanjaume, 1926, p. 11).

27 Récolement de la conservation des A.O.A. de 1951, dossier de la commune d’Angoustrine, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du Patrimoine (Paris).

28 Ibidem.

29 Subes, 2011, p. 63-66.

30 Bilan d’activité de l’Atelier Départemental de Restauration pour l’année 1976, Archives du CCRP, Conseil général des Pyrénées-Orientales, restauration par Jaume Lladó.

31 Subes, 2011, p. 200.

32 Seules 6 statues sont sculptées en aulne sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95).

33 Camós, 1772, p. 357 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.

34 Sangla, 2011, p. 104.

35 Sangla, 2002, p. 55.

36 Ponsich, 1999, p. 35.

37 Camós, 1657, p. 333-334.

38 Seules 4 statues sont sculptées en châtaignier sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95).

39 Archives de la conservation des A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Baixas.

40 Camós, 1772, p. 340.

41 Témoignage de Françoise Magne (descendante des propriétaires du mas et de la chapelle des Abeilles dans les années 1935), recueilli par G. Dalmau, en août 2012.

42 Camós, 1772, p. 341.

43 Delcor, 1970, p. 111-112.

44 Subes, 2011, p. 71 et p. 192.

45 Témoignage de G. Llense, maire de Boule d’Amont, recueilli par G. Dalmau (CCRP), en avril 2011.

46 Témoignage de R. Payré, de Boule d’Amont, recueilli par C. Rogé-Bonneau (CCRP) en 2011. Après-guerre (vers 1947), M. Payré avait eu l’occasion de voir à plusieurs reprises la statue au mas Arsus. Son état de conservation était déjà très altéré par les insectes xylophages.

47 « La capella del cami real dit del Congost » est citée dans un acte de 1410 (ADPO, cartulaire manuscrit d’Alart, vol. M, p. 251).

48 « Nuestra Señora cerca de Bula » (Camós, 1772, p. 365).

49 Paulet, no 89, nd.

50 Subes, 2011, p. 238-243.

51 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95).

52 Photographie ancienne, début XXe siècle (Archive de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », cliché Pierre Vidal).

53 Delcor, 1970, p. 54.

54 Mémoire de restauration du retable de saint Martin à Hix, dossier de la commune de Bourg-Madame, service des objets mobilier, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

55 Mémoire de restauration de la Vierge d’Hix, dossier de la commune de Bourg-Madame, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, service des immeubles, Cote 1993/001/0384.

56 Heilbronner, 2007-2008, p. 31-50.

57 Récolement de 1951, dossier de la commune de Brouilla, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

58 Ibidem.

59 Ibidem.

60 Devis et mémoire de restauration de M. Maimponte, dossier de la commune de Brouilla, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

61 Notes typographiques sur la restauration de la statue, archives des A.O.A des Pyrénées-Orientales, commune de Brouilla.

62 ADPO, 123J19/581, fonds Mathias Delcor : coupure de presse de L’Indépendant du 4 avril 1935.

63 ADPO, 123J19/581, fonds Mathias Delcor : coupures de presse de L’Éclair du 5 avril 1935, L’Éclair du 12 avril 1935 et de L’Indépendant du 4 avril 1935.

64 ADPO, 123J19/581, fonds Mathias Delcor, coupure de presse de L’Éclair du 5 avril 1935.

65 Témoignage recueilli auprès de M. et Mme Hubert, par G. Dalmau (CCRP), en avril 2011.

66 Ponsich, 1957, p. 109.

67 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95).

68 Ponsich, 1957, p. 109.

69 Delcor, 1984, fig. 18, p. 118.

70 Cette restauration n’est ni datée, ni documentée.

71 Just, 1860, p. 110.

72 Ibidem, p. 109.

73 Renseignements recueillis auprès de Brigitte Baux, maire du village par I. Jubal-Desperamont (CCRP), en juin 2010.

74 « Les cheveux de la Vierge – qui avaient été repeints en noir – » Ponsich, 1957, p. 112.

75 Nous ignorons le rôle des Études Roussillonnaises et le nom du restaurateur.

76 Ponsich, 1957, p. 110-112, note 27.

77 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95).

78 Dossier de la commune de Camélas, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

79 Cazes, 1985, p. 158.

80 Information transmise par Albert Rigall, employé municipal de Camélas à la retraite.

81 La hauteur de la statue est estimée à 65 cm environ, en se basant sur les dimensions de la niche : 78 x 42 x 45 cm.

82 En 2012 l’oratoire a été restauré par une association patrimoniale, et une statue de sainte Anne y a été installée.

83 Témoignage oral recueilli auprès de paroissiens en 2010 par C. Rogé-Bonneau, chargée d’inventaire au CCRP.

84 Témoignage oral de la famille propriétaire de la statue, recueilli en juillet 2013 par C. Rogé-Bonneau (CCRP).

85 La famille se souvient que la Vierge et l’Enfant étaient parés de couronnes rajoutées, lorsque la statue était encore en place dans sa niche à Canaveilles.

86 Chaque année, la propriétaire faisait cirer la statue avant de la présenter dans la vitrine pour la procession de la Sanch.

87 Habituellement l’Enfant tient un livre dans la main gauche.

88 Subes, 2011, p. 112.

89 ADPO, 175J37 : fonds Cortade, note manuscrite sur la Vierge à l’Enfant de Canohès.

90 . Témoignage oral recueilli en 2010 par I. Desperamont-Jubal, restauratrice au CCRP.

91 . Subes, 2011, p. 252-257.

92 Camós, 1772, p. 359-360 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.

93 ADPO, 2V34.

94 « deux autre [lampes] devant lo altar de Nostra Senyora sotarriana dujus dita iglesia [...] (Alart : XXVIII-510) » (Cazes, 1991, p. 25).

95 ADPO, 8V31.

96 Delcor, 1970, p. 63.

97 Delcor, 1970, p. 63-64.

98 ADPO, 175J37 : L’abbé Cortade dans ses notes manuscrites évoque l’existence de cette statue au mas Aragon.

99 Témoignages de Jean-Louis Mayneris et Roger Justafré, de Castelnou, recueillis par C. Rogé-Bonneau (CCRP) en 2010. Un document, aujourd’hui disparu, attesterait cette version. Il était conservé dans la chapelle du mas, roulé derrière la sculpture.

100 La couronne de l’Enfant est en métal.

101 Sangla, 2011, p. 226.

102 Dossier de la commune de Catllar, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

103 . Subes, 2011, p. 228.

104 Poisson, 1989, p. 103-107.

105 En 1986, plusieurs sculptures en bois faisant parti du retable ont été arrachées pour être volées. La Vierge a été préservée. (Dossier de la commune de Caudiès-de-Fenouillèdes, Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales).

106 Le retable a fait l’objet d’une étude par des étudiants en restauration de l’Institut national du patrimoine dans le cadre du chantier école de 2009 et 2010.

107 Les deux couronnes qui constituent aujourd’hui le trésor de Notre-Dame de La Val, ont été réalisées par la maison Cussac, orfèvre à Perpignan (Fabre, 2007, np.).

108 L’Indépendant, 23 et 24 août 1954.

109 En 1743, l’obligation d’une procession annuelle à Notre-Dame de La Val est décrétée pour vaincre la nouvelle épidémie de peste qui sévit à Caudiès (archives municipales, registre des délibérations consulaires de Caudiès ; Fabre, 2007, np.).

110 Il s’agissait d’un cœur recouvert de velours rouge sur lequel étaient fixés les bijoux offerts comme ex-voto par les fidèles. Le 15 août, le prêtre se tenait en tête de la procession, sous un dais de broderie d’or et portait le trésor de Notre-Dame (Fabre, 2007, np.).

111 Cette tradition est assez récente ; elle date de sa mise en place à l’intérieur de l’église.

112 Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, commune de Caudiès-de-Fenouillèdes. Une ancienne niche est d’ailleurs visible au-dessus de la porte d’entrée de cet édifice.

113 Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, commune de Caudiès-de-Fenouillèdes ; restauration par Jaume Lladó.

114 Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, commune de Caudiès-de-Fenouillèdes, notes typographiques d’Yvette Carbonell qui relève en 1676 : « un versement de 10 livres pour la dorure ».

115 La dimension est approximative car la niche est inaccessible.

116 Vocable que l’on peut traduire de l’occitan en : Notre-Dame qui donne le pain.

117 Le 04 juillet 1683, il fut « payé 5 sols pour avoir fait mettre l’image de la Vierge au-dessus de la porte de la montée » (Registre des recettes et dépenses de la marguillerie de Caudiès, archives paroissiales ; Fabre, 2007, np.).

118 Fabre, 2007, np.

119 Archives A.O.A des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Caudiès-de-Fenouillèdes.

120 Témoignage recueilli en 2010 par Isabelle Jubal-Desperamont (CCRP).

121 Jaume Cascalls est le sculpteur de la Vierge à l’Enfant en marbre conservée à Corneilla-de-Conflent.

122 Dossier de la commune de Céret, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris. ADPO, 53 J 211, pré-inventaire : Palais des rois de Majorque, Saint-Dominique, Saint-François, Carmes.

123 Carbonell-Lamothe, Poisson, Reynal, 1989, p. 101.

124 Delcor, 1984, p. 116-117.

125 Le propriétaire n’a pu être identifié et l’œuvre n’a pas été localisée.

126 Camós, 1772, p. 348.

127 Subes, 2011, p. 200.

128 Témoignage recueilli en septembre 2013 auprès de la famille propriétaire, par G. Dalmau (CCRP).

129 Observations confirmées par un scanner.

130 Témoignage recueilli par C. Rogé-Bonneau (CCRP) auprès de la famille propriétaire. Celle-ci a aujourd’hui remplacé la Vierge volée par une statue moderne de couleur blanche et bleue.

131 Delcor, 1984, p. 122.

132 A.D.P.-O., 175J37, fonds Cortade.

133 Aujourd’hui, le balcon est propriété communale. La maison appartenait à M. et Mme Émile Cortade.

134 Delcor, 1984, p. 122.

135 Oliver, 1880, p. 6.

136 Témoignage de S. Masségu (CCRP), originaire de Collioure.

137 Delcor, 1984. p. 122

138 Subes, 2011, p. 140-147.

139 Mémoire de restauration de M. Maimponte, dossier de Corneilla-de-Conflent, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris. Une incertitude demeure sur la restauration des trois vierges de Corneilla-de-Conflent puisque le devis de M. Maimponte précise qu’il s’agit de la restauration d’une « petite Vierge assise du XIIe » alors que son mémoire parle de « trois vierges du XIIe siècle », avec dans les deux cas les mêmes interventions « décapage et consolidation », le tout pour un même prix...

140 Le parti pris de la restauration a été de conserver simultanément le repeint sur le visage de la Vierge et le bas de celui de l’Enfant, et l’original sur le visage de l’Enfant, ce qui crée un aspect curieux.

141 ADPO, 175J37, fonds Cortade : notes manuscrites de l’abbé Cortade sur les vierges à l’enfant ; Giralt, 1921, p. 166-168.

142 Cazes, 1991, p. 26.

143 Le registre des délibérations du directoire du district de Prades délivre à la commune de Corneilla-de-Conflent le 30 juin 1791 : « l’autel de Notre-Dame dit del Pessebre existant dans l’église de Saint-Michel de Cuxa, avec les accessoires de l’autel », ADPO, L. 61, folio 323 (Sangla, 2011, p. 188).

144 Mémoire de restauration de M. Maimponte (dossier de Corneilla-de-Conflent, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris. Une incertitude demeure sur la restauration des trois vierges de Corneilla-de-Conflent car le devis de M. Maimponte précise qu’il s’agit de la restauration d’une « petite Vierge assise du XIIe » alors que son mémoire mentionne « trois vierges du XIIe siècle », avec dans les deux cas les mêmes interventions « décapage et consolidation », le tout pour un même prix...

145 Subes, 2011, p. 63-66.

146 Anno Domini M CCC XLV Ydibus Madii Fuit Istud Retrotabularium Completum Per Magistrum Iacobum Cascalli de Berga Nomine Reverendi Domini Berengarii de Atciato Dei Gratia Prioris Huius monasterii, de Bonnefoy, 1858-1868, p. 278.

147 ADPO, 175J34, fonds Cortade.

148 Cazes, 1991, p. 36-37.

149 Cet état est déjà visible sur la photographie de 1906.

150 Camós, 1772, p. 208 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.

151 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95.

152 Récolement de 1971, dossier de Dorres, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

153 Camós, 1772, p. 208.

154 Devis de restauration de 1951 par M. Maimponte, dossier de Dorres, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

155 Brousse, 1896, p. 369.

156 Brousse, 1896, p. 368.

157 Rous, 1890, p. 45

158 En 1901, Jean-Auguste Brutails mentionne l’existence de cette œuvre à Egat, Brutails, 1901, p. 189.

159 « à ce jour disparue », Martí de Sanjaume, 1926, p. 16-17.

160 Archives départementales de la Gironde, 90J18/51, fonds Jean-Auguste Brutails : carnet de dessin, page 43 verso.

161 Rous, 1890, p. 45, note de bas de page no 1.

162 Brousse, 1896, p. 320

163 Martí de Sanjaume, 1926, p. 16-17.

164 Témoignage recueilli en 2010 par I. Jubal-Desperamont, restauratrice au CCRP.

165 Il s’agit sans doute d’un repeint.

166 Delcor, 1984, p. 123.

167 Bonneau, Massegu, 2000, n.p.

168 4 statues sont sculptées en châtaignier sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95.

169 Un repeint bleu a été également observé sur la Vierge dels Tres Portalets d’Elne.

170 Réduit à l’arrière du retable, ouvert sur le sanctuaire et accessible aux fidèles.

171 Dais ou brancard de procession.

172 Camós, 1772, livre 8, p. 213 ; Dalmau, 2011, p. 29-39 ; « Foreu vos despres trobada, en la bora del riu d’Err », extrait des Goigs de Nostra Senyora d’Err, Goigs del diòcesi d’Elna-Perpinyà, 1996, p. 237.

173 Martí Sanjaume 1927, p. 99 ; Speranze, 1942, p. 75

174 Les pigments trouvés sont pour le jaune de l’orpiment, pour le rouge du cinabre, de l’ocre rouge ou de l’hématite, un bleu organique qui pourrait être de l’indigo, en mélange avec le jaune, sert à donner du vert.

175 Subes, 2011, p. 156-165.

176 Informations transmises par l’actuel propriétaire. Depuis son achat en 2012, la Vierge n’est plus conservée à Err.

177 Lors de la vente de la statue, la main droite de l’Enfant était détachée. Elle a depuis été refixée.

178 Ce socle avait été retiré par l’actuel propriétaire avant notre venue ; l’examen des clous de fixation et de la polychromie montrent qu’il est relativement ancien.

179 Dès les années 1920, les premières inquiétudes apparaissent. En 1946 on assiste aux premiers effondrements. Le 27 février 1947 : arrêté municipal de démolition. Mai 1952 : démolition de l’église (archives privées d’Oscar Robles, d’Escaro).

180 Recherches historiques et archives privées d’Oscar Robles, d’Escaro, transmises à C. Rogé-Bonneau (CCRP).

181 L’église s’est écroulée à la suite du creusement d’une galerie minière (Archives privées d’Oscar Robles, d’Escaro). Voir note 1 de la fiche précédente 053.

182 Sur un cliché de 1951-1952, la Vierge est toujours installée dans la niche, archives A.O.A des Pyrénées-Orientales.

183 Delcor, 1984, p. 119 ; archives des A.O.A. des Pyrénées-Orientales.

184 Témoignage recueilli auprès du propriétaire de l’œuvre.

185 Des traces noires de brûlure sont visibles sur le genou gauche de la Vierge.

186 Cet enduit servait-il d’accroche entre le support et la couche de préparation blanche ? Un tel enduit gris existe également sous la couche de préparation blanche appliquée sur la Vierge de Planès.

187 La Vierge à l’Enfant de la villa Canigou de Céret illustre bien ce type de polychromie partielle.

188 Les dimensions du siège sont les suivantes : 36 cm (hauteur de du siège) et 20 cm (largeur du socle entre les colonnes).

189 Brousse, 1896, p. 199.

190 Ibidem.

191 Emplacement donné lors du vol en 1958.

192 Dossier de la commune d’Eyne, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

193 Article de L’Indépendant du 28 octobre 1958.

194 Ibidem.

195 Ibidem.

196 Article de L’Indépendant du 27 septembre 2003.

197 Témoignage oral de Gabriel Pla, ancien maire de la commune, recueilli par G. Dalmau, en juillet 2011.

198 Lors de la restauration, la statue a été recouverte d’un vernis très brillant.

199 Subes, 2011, p. 200.

200 ADPO, 21Fi75, fonds Durliat, clichés Paul Jauzac.

201 Dossier de la commune de Fontpédrouse, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

202 Delcor, 1970, p. 40-41.

203 Il pourrait s’agir de feuilles d’argent.

204 Dossier de la commune de Fontpédrouse, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

205 Ces couronnes et un autre modèle destiné à la Vierge sont encore conservées à la chapelle Saint-Joseph de Prats-Balaguer.

206 Dossier de la commune de Fontpédrouse, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

207 Camós, 1772, livre 6, p. 210 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.

208 Actuellement une réplique est utilisée pour les processions et dans le retable de l’ermitage ; l’original est conservé en permanence dans un coffre-fort.

209 Albert-Llorca, 2013, p. 253-260.

210 Récolement de la conservation des antiquités et objets d’art de 1951, dossier de la commune de Font-Romeu-Odeillo, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

211 Mémoire de restauration par M. Maimponte, dossier de la commune de Font-Romeu-Odeillo, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

212 Camós 1772, p. 210.

213 Rous, 1890, p. 50.

214 Rous, 1890, p. 54.

215 Albert-Llorca, 2013, p. 253-260.

216 La « fermière » (en français), celle qui tient en fermage un mas.

217 Depuis que la Vierge d’Odeillo a été restaurée et fixée définitivement dans le maître-autel, la Masovera est placée dans le retable latéral.

218 Martí de Santjaume, 1926, p. 37.

219 Naudo, 1944, p. 6.

220 Albert-Llorca, 2013, p. 253-260.

221 Le bois de tilleul n’a été identifié que sur la Vierge de Ponteilla (Jubal-Desperamont, 2011, p. 92).

222 Récolement de 1951, dossier de Font-Romeu-Odeillo, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine Paris.

223 Mémoire de restauration par Marcel Maimponte, dossier de Font-Romeu-Odeillo, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

224 Subes, 2011, p. 166-171.

225 Un scanner de la statue a été réalisé à l’hôpital Saint-Jean de Perpignan.

226 Rassemblement.

227 En opposition à la statue de la Mare de Déu Vella, conservée dans la chapelle Notre-Dame de Villeneuve.

228 Notes de l’abbé Jean Fondecave, archives diocésaine des Pyrénées-Orientales (Blanch, 2010, p. 26).

229 Blanch, 2010, p. 24-26.

230 Archives des A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Formiguères.

231 Technique de polychromie consistant à appliquer des couches colorées sur une dorure aqueuse, puis à gratter cette peinture pour faire réapparaître l’or en produisant des motifs ornementaux.

232 Vers 1550, selon Marie-Pasquines Subes, docteur en histoire de l’art médiéval.

233 La statue située à 457 cm du sol, est inaccessible.

234 La Vierge à l’Enfant d’Issenheim présente cette même caractéristique (Guillot de Suduiraut, 1998, p. 14).

235 Loreto, 2010, p. 18.

236 Ces deux statues sont actuellement présentées dans le chœur de l’église paroissiale de Laroque-des-Albères.

237 Dossier de la commune de Laroque-des-Albères, archives de la conservation des A.O.A des Pyrénées-Orientales. Peut être s’agit-il de la statue dont fait mention Louis Just en 1854 : « L’image vénérée de la Sainte Vierge est une statue antique, habillée à la manière des Madones de la Catalogne ; elle porte l’Enfant Jésus, tenant à la main gauche la boule du monde, surmontée d’une croix », Just, 1860, p. 113.

238 D’après Marie-Pasquine Subes, l’absence de l’Enfant Jésus et la stylistique de l’œuvre indiquent qu’il s’agit d’une sainte femme et non d’une Vierge à l’Enfant, Subes, 2011, p. 232.

239 Témoignage oral recueilli en 2010 par C. Rogé-Bonneau (CCRP). Il n’a pas été possible d’examiner cette statue pour confirmer l’information.

240 Dossier de la commune de Latour-de-Carol, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

241 Devis de M. Maimponte, engagement des dépenses par le ministère de l’éducation nationale, dossier de la commune de Latour-de-Carol, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

242 Témoignage de Mme Maryse Sola, recueilli en 2011, par C. Rogé-Bonneau (CCRP).

243 L’inventeur de la statue confia l’œuvre en échange d’un réfrigérateur, ce qui témoigne de l’intérêt alors portée à cette découverte.

244 Évidement visible grâce au scanner réalisé sur la statue.

245 Selon I. Desperamont-Jubal, restauratrice au CCRP, la polychromie de cette œuvre se rapproche de celle de la Vierge à l’Enfant de Notre-Dame de Vie de Villefranche-de-Conflent, attribuée à Félix Escribà. Joan Escribà est documenté de 1670 à 1710 ; son neveu, Félix, l’est de 1714 à 1727 (Lugand, 2004, vol. II, p. 465).

246 L’absence de polychromie originale ne permet pas de lever le doute sur la datation médiévale de l’œuvre, remise en question par certains historiens de l’art.

247 Témoignage de la famille propriétaire recueilli en 2010. La Vierge à l’Enfant n’est plus conservée dans la chapelle depuis une cinquantaine d’années.

248 Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, documentation des objets protégés, cote 66/108, dossier de classement de la Vierge romane, 1932. Selon Mathias Delcor, la chapelle a succédé à une ancienne église Notre-Dame, aujourd’hui détruite, Delcor, 1970, p. 39. Quelques mariages ont été célébrés dans la chapelle, lorsque la neige trop abondante empêchait les habitants de descendre à l’église paroissiale.

249 Il s’agit de l’unique cas sur un échantillon de 101 prélèvements de bois analysés (Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95).

250 En catalan, « quintà » est la pièce de terre contigüe à la maison paysanne (le mas) ; une terre fumée et cultivée intensivement, Alcover i Moll, tome IX, 1954, p. 62.

251 Camós, 1772, p. 355 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.

252 Camós, 1772, p. 356.

253 Dossier de la commune de Los Masos, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

254 D’après des habitants de Marquixanes, la Vierge proviendrait d’une ancienne porte fortifiée du village.

255 6 statues sont sculptées en aulne sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95).

256 S’agit-il d’un réemploi d’une statue du XVIIIe ou XIXe siècles ?

257 Subes, 2011, p. 200.

258 Fournols, nd, np (archives privées de la famille propriétaire). Note de l’éditeur : cette version n’est attestée par aucun document historique.

259 Témoignage de la famille propriétaire, recueilli en 2012 par C. Rogé-Bonneau (CCRP).

260 L’étude du support a été enrichie par un scanner.

261 Restauration effectuée par Jaume Lladó (Atelier Départemental de Restauration).

262 Témoignages de la famille propriétaire, recueillis en 2011 par I. Desperamont-Jubal et C. Rogé-Bonneau (CCRP).

263 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95.

264 Deux cartes postales, des années 1930 (?) présentent séparément la Vierge et l’Enfant, archives de l’association des Amis de Mathias Delcor.

265 Récolement de Pierre Ponsich, Conservateur des antiquités et objets d’art des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Montbolo, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

266 Ibidem.

267 Delcor, 1970, p. 48.

268 D’après des clichés anciens, il était assis sur le genou droit de sa mère.

269 Camós, 1772, livre 8, p. 351 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.

270 Hamon, 1863, p. 134.

271 Ruffiandis, 1970, p. 25.

272 D’après une photographie des années 1950-1960.

273 Subes, 2011, p. 180-187.

274 L’hypothèse suivant laquelle cette œuvre proviendrait de l’abbaye Sainte-Marie de Clariana, au col de Jau à Mosset (Cazes, 1969, p. 7), ne repose sur aucun fondement (sinon la tradition orale ?) et ne s’explique vraisemblablement que par l’opportunité de l’emplacement de ce monastère cistercien dédié à la Vierge, ruiné sur le territoire de Mosset. D’ailleurs, en se basant sur des inventaires, Bernard Alart ne fait pas mention de l’œuvre et même précise que le monastère « n’était guère riche en mobilier et en objets d’art » (Alart, 1857, p. 42-43 ; Alart, 1858, p. 298).

275 La présence d’un animal a été découverte par I. Jubal-Desperamont, restauratrice au CCRP, à l’occasion du constat d’état réalisé en 2010.

276 La couronne de la Vierge actuelle est une réfection tardive.

277 Jubal-Desperamont, 2011, p. 224.

278 En 1901, l’abbé Sarrète mentionne, dans le registre du conseil de fabrique de Nahuja, la présence de la Vierge assise dans la chapelle Sainte-Anne, Reynes, 1994, p. 114-115. Le pré-inventaire de 1974, indique que la statue est toujours placée dans le retable de la Vierge, ADPO, 53J178, pré-inventaire de la commune de Nahuja.

279 « c’est par erreur que le peuple l’appelle une Sainte-Anne », note de l’abbé Sarrète datée du 16 août 1929, dossier de la commune de Nahuja, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

280 Cazes, s.d., p. 17.

281 Subes, 2011, p. 200.

282 . L’avant bras droit de la Vierge était rapporté et fixé par un tenon, dont il reste encore un fragment fiché dans le bras.

283 Retable à panneaux peints du début du XVIIe siècle dédié à la Vierge.

284 La chapelle actuelle est une reconstruction de la fin du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle (Cazes, s.d., p. 11).

285 Camós, 1772, p. 350 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.

286 « trois hommes d’Olette vinrent à Nyer avec l’intention de brûler l’image de Notre Dame de la Roca. Arrivés au bas de la côte, ils furent frappés de cécité », cité dans « Notes Historiques : Notre-Dame-de-La-Roca à Nyer », L’Indépendant, 11 juin 1950. Remarque de l’éditeur : cette légende n’est confirmée par aucun document historique.

287 Camós, 1772, p. 350.

288 Bilan d’activité de l’atelier départemental de restauration pour l’année 1982, archives du CCRP, Conseil général des Pyrénées-Orientales ; intervention de Jaume Lladó.

289 Actuellement, la Vierge est présentée dans une cadireta (XVIIe siècle) qui devait servir aux processions.

290 Mairie d’Olette : Registre de la confrérie de Notre-Dame du Rosaire d’Evol (1690), suivi des délibérations et comptes de la fabrique d’Évol au XIXe siècle, p. 57, acte de rénovation de la confrérie du Rosaire (8 novembre 1772). Archives consultées par Guillaume Bernard, lors de l’inventaire de l’édifice en 2004.

291 Ibidem.

292 Bilan d’activité pour l’année 1976 de l’atelier départemental de restauration, archives du CCRP, Conseil général des Pyrénées-Orientales ; intervention de Jaume Lladó.

293 Dimensions de la niche : h = 60 cm ; la = 40 cm.

294 Il n’est pas exclu que cette statue provienne à l’origine de l’église romane.

295 Seules 6 statues sont sculptées en aulne sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95)

296 Martí de Sanjaume, 1927, p. 128.

297 Ibidem.

298 Pré-inventaire de la commune de Palau de Cerdagne, église Notre-Dame des Anges. Fiches d’inventaire établies par Mmes Serra et Flecher, en juin 1974 (ADPO, 53J189).

299 Témoignage oral d’une paroissienne de Palau-de-Cerdagne, recueilli en 2003 par C. Rogé Bonneau (CCRP).

300 Blanchon, 1966, p. 21-27.

301 ADPO, 175J37, fonds Cortade.

302 Témoignage de l’abbé Jean Palau, ancien curé de la paroisse de La Réal, à Perpignan, recueilli en 2013 par Mme Marie-Laure Lafont, bibliothécaire aux archives diocésaines de Perpignan.

303 Sur les clichés photographiques figure la légende manuscrite : « Perpinyà, Col. particular » (Perpignan, Collection particulière) et semblent avoir été réalisés lors d’une exposition (Vierge présentée sur un socle). Cette statue n’a pas été retrouvée.

304 Delcor, 1970, p. 95-98.

305 Cazes, 1991, p. 35.

306 Lors de son classement Monument historique en 1980, la statue est mentionnée comme provenant de l’« ancien couvent des Mercédaires » de Perpignan (Archives des A.O.A des Pyrénées-Orientales). C’est une œuvre récupérée par Joseph Deloncle pour le musée des arts et traditions populaires et figurant à l’inventaire de ce musée comme provenant de ce couvent.

307 De Roux, 1996, p. 354.

308 Camós, 1772, livre 8, p. 330 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.

309 De Dalmases et Pitarch, 1984, p. 76

310 ADPO, 1 J 698/7

311 Durliat, 1953, p. 243.

312 Notes historiques et manuscrites du chanoine J. Borallo sur l’église de Saint-Jean le Vieux de Perpignan et sur Notre-Dame dels Correchs, ADPO, 1 J 698/7.

313 Jubal-Desperamont et de Castaigner, 2011, p. 122-127.

314 Brutails, 1901, p. 189.

315 La statue du Christ assis montrant ses plaies et une autre Vierge du XIVe siècle étaient conditionnées dans cette caisse no 3, comme l’indiquent les étiquettes au revers.

316 Testament olographe du 06 novembre 1921, retenu par Maître Delcos, notaire à Perpignan, archives de la conservation des A.O.A. des Pyrénées-Orientales.

317 La statue du Christ assis et montrant ses plaies, et une autre Vierge du XIVe siècle étaient conditionnées dans cette caisse no 3, comme l’indiquent les étiquettes au revers.

318 Le commandant aurait acheté ce devant d’autel vers 1905 à une municipalité du canton de Saillagouse, archives de la conservation des A.O.A. des Pyrénées-Orientales. Il est actuellement exposé à l’hospice d’Ille-sur-Têt.

319 Témoignage oral recueilli par I. Desperamont-Jubal, restauratrice au CCRP.

320 Le soclage ancien a été retiré et la statue a été fixée sur un support métallique.

321 Ils sont réalisés avec des carrés de feuille d’étain (côté> 15 cm) estampés dans des moules et remplis d’une masse jaune probablement à base de cire. Les carrés sont ensuite collés côte à côte sur la préparation, puis dorés et rehaussés de rouge.

322 Subes, 2011, p. 200.

323 Notes manuscrites figurant au dos de la photographie de la statue, rédigées en 2011 par le père Jean Palau à la demande de Mme Marie-Laure Lafont, bibliothécaire aux archives diocésaines de Perpignan.

324 Delcor, 1984, p. 122.

325 Témoignage recueilli auprès du propriétaire de la statue en 2013 par G. Dalmau (CCRP).

326 Ibidem

327 Pellissier, 1915-1916, p. 49-51, ADPO, 123 J 444.

328 ADPO, 175 J 37, fonds Cortade.

329 Le 2 novembre 1830 les consuls de la ville modifient le nom de la rue qui devient rue porte de Canet, Aragon, 1928, p. 205. Cette rue portait au XVIIe siècle le nom de « lo carrer de la Mare de Deu de la Salut » en raison d’une « châsse dédiée à la Madone », située au croisement de cette rue et de celle qui conduit à l’église paroissiale Saint-Jacques. À son emplacement, était élevé un reposoir lors des processions générales, Aragon, 1928, p. 205.

330 Subes, 2011, p. 244-246.

331 « 1405, un citoyen de Perpignan, Pons Baster, avait fait faire un mantelet de soie pour la Vierge de la porte anciennement appelée du Poids », Vidal, 1897, p. 128.

332 La rue de l’Ange se nommait alors carrer del Portal del Pes, puis dès le XVe s. carrer del Portal del Toró, Aragon, 1928, p. 295-296.

333 Aragon, 1928, p. 297.

334 En 1714, une rente est crée sur une « maison de la rue dite anciennement de la Porte del Toró et aujourd’hui de la Sainte Vierge », Pellissier, 1915-1916, p. 49-51.

335 Aragon, 1928, p. 297.

336 Ibid. L’impasse est aujourd’hui ouverte sur la place Arago, mais la Vierge conserve toujours ce vocable, Rogé-Bonneau, 2011, p. 244.

337 La Vierge était parée d’une couronne en métal décorée de pierreries et entourée de rayons, et tenait dans sa main droite une rose. L’Enfant était coiffé d’une couronne en métal ornée de fleurons. Des vases fleuris et des veilleuses étaient disposés à leurs pieds comme en témoigne la photographie ancienne, ADPO, 123 J 444, photographie et notice de J. Delpont, Delpont, 1904, n.p.

338 Archives de l’atelier départemental de restauration, conservées au CCRP.

339 ADPO, 123 J 444, photographie et notice de J. Delpont, Delpont, 1904, n.p.

340 Rogé-Bonneau, 2011, p. 251, note 12.

341 Subes, 2011, p. 244-246.

342 Information transmise par Claire Muchir, attachée de conservation, musée Rigaud à Perpignan.

343 Information transmise par Henri Loreto, ancien conservateur délégué des antiquités et objets d’art des Pyrénées-Orientales.

344 Hernandez, 2002, n.p.

345 La statue fait partie d’un groupe d’objets légués par M. Delmas de Perpignan (témoignage de Louis Ausseil, ancien chargé de mission des A.O.A. des Pyrénées-Orientales recueilli en 2010 par C. Rogé-Bonneau (CCRP).

346 Une carte postale rappelle cette origine : « Vierge à l’enfant (XIVe siècle) qui provient du Couvent de Sainte Claire. Perpignan ».

347 Archives de l’atelier départemental de restauration, conservée au CCRP.

348 L’œuvre est citée par Jean-Auguste Brutails, Brutails, 1901, p. 189.

349 Cette œuvre n’a pas pu être localisée.

350 « à la Métairie Jaubert, sur la route de Thuir et à une faible distance de l’antique Malloles, se trouve une petite chapelle que peu de personnes connaissent. Elle renferme pourtant une partie du trésor de l’église de Malloles. Elle fut élevée, dit-on par Onuphre de Réart, évêque d’Elne (1599-1622) lequel y fit transporter les reliques. Deux reliquaires forts élégants, en style de la Renaissance, contiennent l’un des ossements de saint Victor, capucin martyr, l’autre des ossements de saint Maxime, martyr. Quelques statuettes d’une exécution médiocre mais fort anciennes méritent d’être examinées. Celle de la Vierge portant l’enfant Jésus date peut-être du IXe siècle », Vidal, 1879, p. 130.

351 Archives départementales de la Gironde, 90 J 20/3, fonds Jean-Auguste Brutails, carnets de dessin, page 1 verso.

352 « Statue en bois. 54 cm, sans les rayons qui sont, ainsi que les couronnes, en métal et ajoutés après coup », Archives départementales de la Gironde, 90 J 20/3, fonds Jean-Auguste Brutails, carnets de dessin, page 2.

353 Vidal, 1879, p. 130.

354 Sur des clichés des années 1950-1970, la Vierge possédait encore son bras droit, sans que l’on puisse affirmer qu’il s’agisse de l’original.

355 Camós, 1772, livre 8, p. 359 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.

356 Dalmau, 2011, p. 29-39.

357 Cette dévotion apparaît dans son goig : « Verdadera medicina / als febrosos Vos donau / sobtadament els curau / per intercessió divini / si a Vostra santa capella / fan un romiatge exprés », Goigs del diòcesi d’Elna-Perpinyà, 1996, p. 291.

358 La statue possède plusieurs ornements. Les plus riches étaient utilisés les jours de fêtes et de processions, notamment pour la fête du Corpus Christi (procession de Mont-Louis à Planès) et le 24 septembre (pèlerinage de la Merci).

359 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95.

360 Rapport rédigé par J. Taralon, inspecteur des monuments historiques, novembre 1952, dossier de la commune de Planès, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

361 Subes, 2011, p. 172-179.

362 Desperamont-Jubal, 2011, p. 87-95. L’Enfant de la Vierge d’Odeillo serait lui aussi sculpté dans du tilleul.

363 Témoignage recueilli auprès de Mme Blanc, paroissienne de Ponteilla.

364 Les boucles d’oreilles sont conservés dans leur coffret d’origine au nom du bijoutier (Delmas bijouterie, rue de l’argenterie, à Perpignan).

365 En 1963, la statue était déjà en place dans la chapelle. L’abbé Bousquet a quitté la paroisse de Port-Vendres en 1967. Témoignage oral de Jean Cacciuttolo, paroissien de Port-Vendres, recueilli en 2013 par C. Rogé-Bonneau (CCRP).

366 Vidal, 1969, p. 61-63.

367 Ibidem. L’auteur indique : « Un arceau entre les immeubles de cette rue indique encore l’emplacement de cette ancienne maison ».

368 Une image de la Vierge, dite Notre-Dame de Bonne Nouvelle, aurait existé sur la façade d’une des dernières maisons de la rue de l’église, vers le petit fanal. Témoignage de paroissiens, recueillis en 2013 par C. Rogé-Bonneau (CCRP).

369 Cazes, 1985, p. 157.

370 Seules 6 statues sont sculptées en aulne sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95.

371 Subes, 2011, p. 71 et p. 206-208.

372 Témoignage recueilli en 2010 par C. Rogé-Bonneau (CCRP) auprès du propriétaire de l’œuvre. La statue n’est plus à ce jour conservée à Prades.

373 Ibidem.

374 Archives départementales de la Gironde, 90 J 20/27, fonds Jean-Auguste Brutails, carnets de dessin, page 24.

375 « en una casa particular de Prats de Molló », Brutails, 1901, p. 189.

376 Archives et témoignage de la famille Restany, recueillis en 2009 par Guillaume Dalmau.

377 « En 1733, une porte de l’enceinte de Prats est mentionnée sous le vocable de Notre-Dame (Massana, no 48, p. 80) », Cazes, 1990, p. 37.

378 Intervention de Jaume Lladó.

379 . Subes, 2011, p. 71.

380 Camós, 1772, livre 8, p. 337 ; Dalmau, 2011, p. 29-39.

381 « Este año se halla noticia de la Imagen de nuestra Señora del Coral, hallada antes por las señas que dio un Toro en el corazon de un Robre, de la Parroquia de Miralles, Obispado de Elna, del Termino de Prats de Molló, en el qual lugar se halla fabricada la Iglesia », Feliu de la Penya, 1709, p. 59.

382 Dalmau, 2013, p. 23.

383 Camós évoque une donation faite au sanctuaire en 1262, Camós, 1772, livre 8, p. 337. Dans son testament, rédigé en 1267, le seigneur de Cabrenys, Guillem Hug de Serrallonga, lègue 10 sous à Nostra Senyora del Coral : « decem solidos Ste Marie de Coral », ADPO, B79, cartulaire manuscrit d’Alart, volume B, p. 235.

384 L’acte de consécration n’est pas connu.

385 D’ailleurs, l’auteur précise bien dans sa notice, que la conséquence immédiate à cette découverte fut l’édification du sanctuaire marial : « [...] en el qual lugar se halla fabricada la Iglesia », Feliu de la Penya, 1709, p. 59.

386 Delcor, 1984, p. 117.

387 Camós, 1772, livre 8, p. 337.

388 Subes, 2011, p. 63-66.

389 Subes, 2011, p. 63-66.

390 6 statues sont sculptées en aulne sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95.

391 Il s’agissait de la chapelle Saint-Côme et Saint-Damien construite en 1829 par la famille Hortet, Serres, 1993, p. 26.

392 Ribes, 1978, p. 30.

393 Marie-Pasquine Subes, docteur en histoire de l’art médiéval.

394 Clous visibles sur le cliché du scanner, archives CCRP.

395 Subes, 2011, p. 200.

396 Selon Henri Loreto, ancien conservateur délégué des antiquités et objets d’art, archives A.O.A des Pyrénées-Orientales.

397 Témoignage recueilli auprès de Madame Marie-Jeanne Danyach, en 2013, par G. Dalmau (CCRP).

398 Dossier de restauration de la Vierge des Neiges de Reynès, réalisé par l’atelier de Caterina Aguer et Josep Paret, le 10 février 2010.

399 Collier, 1939, p. 99.

400 Brutails, 1901, p. 189.

401 « Cette Vierge offre cette particularité : que l’Enfant Jésus n’est pas assis sur les genoux de sa mère (en tenant ses jambes pendantes), mais qu’il est assis sur le bras gauche replié de la Vierge et qu’il appuie ses pieds sur les genoux de la Vierge. La même pose se retrouve dans la statue de la Mare de Déu del Correch, de Perpignan », Pelissier, 1921, p. 95.

402 Réalisées sur une statue déjà très attaquée, les réfections en bois présentent quelques fragments de polychromie. Ces réfections ont aussi subi une attaque d’insectes xylophages.

403 4 Vierges ont été sculptées en châtaignier sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95.

404 Camps, 1997, p. 47-87.

405 Toutefois, il ne s’agit pas de la polychromie originale.

406 Subes, 2011, p. 71.

407 Cazes, 1994, p. 9.

408 Camps, 1997, p. 47-87.

409 Le docteur Catala de Vinça a fait don de sa collection d’œuvres d’art (dans la seconde moitié XXe siècle). Ce don permit la création du Trésor de l’Église de Vinça.

410 Témoignage de Mme Vidal, habitante de Rigarda, recueilli en 2011 par G. Dalmau (CCRP).

411 ADPO, G 537, « portale del fort dit de Nostra Senyora », Delcor, 1984, p. 121 et note 71, p. 130.

412 Camós, 1772, p. 353.

413 Cazes, 1995, p. 4.

414 Cazes, 2003, p. 6.

415 Le 05 novembre 1869, une grande procession est organisée à Rodès pour accompagner triomphalement le retour de la statue restaurée. Dans l’abside, une peinture murale réalisée par le peintre Oromi, illustre ce moment. Il est peut-être l’auteur du repeint de 1869 sur la statue, mais aussi de repeints sur le retable du maître-autel.

416 « [...] hallaron la Santa Imagen en medio de las cenizas, aun encendidas ; y quiso el Cielo que no padeciesse ningun daño, sino en la espalada, cosa muy poca, y el Niño, bien poco tambien en el pecho (haviendose quemado su retablo, y dosel a las espaldas) con que se conserva la memoria del milagro, atestiguandolo muy bien ; pues en lo demàs quedo sin señal de haver estado en fuego », Camós, 1772, p. 354.

417 Camós, 1772, p. 353.

418 L’Indépendant, mercredi 28 août 1967.

419 6 statues sont sculptées en aulne sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95.

420 La base du volet a été fracturée, peut-être au moment du vol (recherche des reliques ?).

421 Des fenêtres témoins de la polychromie originale ont été réalisées et laissées visibles au revers de la statue.

422 De Castaigner, 2011, p. 192-199.

423 Subes, 2011, p. 71 et p. 192.

424 « intitulose en tiempos passados con titulo de Nuestra Señora de Salvetat, como consta de un auto que tiene su iglesia, el qual se hizo en Perpiñan a los tres de enero del año 1355 », Camós, 1772, p. 342. Cazes, s.d., p. 15.

425 Camós nomme la Vierge de Sant Feliu, Nostra Senyora de les Lletres, Camós, 1772, p. 342-344.

426 « nous n’avons jamais trouvé dans les chartes ce vocable de Les Lletres, mais par contre, depuis 1409 jusqu’en 1789, uniquement celui de la Salvetat », Cazes, 1991, p. 28.

427 Date du démontage du retable et du déplacement de la statue, Jacquet, 2007, p. 16.

428 Cette Vierge qui protégeait une des portes de l’enceinte fortifiée de Saint-Feliu d’Amont, est mutilée au niveau des bras et du tronc, Jacquet, 2007, p. 26.

429 Témoignage recueilli par C. Roge-Bonneau (CCRP) auprès du propriétaire de l’œuvre. Cette statue n’est plus conservée à ce jour à Saint-Laurent-de-Cerdans.

430 Ibidem.

431 Subes, 2011, p. 200.

432 Notes manuscrites d’Yvette Carbonell-Lamothe, archives A.O.A des Pyrénées-Orientales ; intervention de Jaume Lladó.

433 Ibidem.

434 Il s’agit du seul exemplaire sculpté en bouleau sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95.

435 Subes, 2011, p. 200.

436 Actuellement, la niche centrale du retable est occupée par la statue de saint Maurice, saint titulaire de l’église. Le moment, ou la période, au cours de laquelle la statue de la Vierge était au centre du retable n’a pu être déterminée.

437 Archives des A.O.A des Pyrénées-Orientales.

438 « Le conseil de fabrique demande l’autorisation de transporter dans l’église paroissiale de Serdinya le mobilier en service à la chapelle de Marinyans », extrait de la lettre du sous-préfet de Prades au préfet des Pyrénées-Orientales du 18 décembre 1894, ADPO, 2OP4111, Sangla, 2011, p. 214-219.

439 Bilan d’activité de l’atelier départemental de restauration pour l’année 1981, archives du CCRP : intervention de Jaume Lladó.

440 La restauration a consisté en un nettoyage et l’élimination de repeints.

441 Cazes, n.d., p. 23.

442 Bilan d’activité de l’Atelier départemental de restauration pour l’année 1976, archives du CCRP ; intervention de Jaume Lladó.

443 Bilan d’activité de l’Atelier départemental de restauration pour l’année 1981, archives du CCRP.

444 Nogues, 1971, tome 2, p. 48.

445 L’habillage de la statue était réalisé avec des robes de femmes offertes par dévotion à la Vierge, souvent des robes de mariées.

446 Camós, 1772, p. 335.

447 Delcor, 1984, p. 121.

448 Témoignage oral de Mme Jacqueline Fontsagrive (Sournia) en 2011.

449 ADPO, 175J37, fonds Cortade : « Nostra [Senyora] que nos dona pa ».

450 Témoignage oral de Mme Jacqueline Fontsagrive (Sournia), recueilli par C. Rogé-Bonneau (CCRP) en 2011.

451 Camós, 1772, p. 361.

452 Berdague, 1904, p. 727. L’abbé Jean Berdagué, curé de Taillet, décrit le mobilier de l’église ainsi : « Au dessus de l’autel se trouve l’image de Marie. Richement habillée [...], cette statue qui date de 1720 seulement [...] n’est donc pas la statue primitive qui, à notre humble avis, pourrait être celle de l’autel latéral ». Il précise que « les pieux pèlerins émiettent [ce tronc] pour mélanger les petits morceaux réduits en poudre avec la boisson des malades atteints des fièvres ».

453 Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Taillet.

454 Archives de la médiathèque de l’architecture et du Patrimoine, Paris, côte 1993/001/0383.

455 Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Taillet. L’abbé Sarrète précise sur la fiche de présentation au classement « Il conviendrait de traiter rapidement le bois pour éviter la destruction de cet objet ».

456 Archives A.O.A. des Pyrénées-Orientales, dossier de la commune de Taillet.

457 Récolement des objets classés monuments historiques, Pierre Ponsich, juillet 1971, dossier de la commune de Targasonne, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

458 Delcor, 1970, p. 55.

459 Récolement des antiquités et objets et d’art, dossier de la commune de Targasonne, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

460 Heilbronner, 2007-2008, p. 31-50.

461 Camós, 1772, p. 344.

462 Delcor releva plusieurs processions au XVIe siècle (1567, 1571, 1584, 1588), généralement pour conjurer une période de sécheresse, Delcor, 1984, p. 107.

463 « Claire, veuve de Bernard de Llupià, élit sépulture dans l’église de Thuir, devant l’autel de Notre-Dame de la Victoire, et lègue un calice pour l’autel de la Vierge », Delcor, 1984, p. 106. Il intéressant d’observer que l’apparition de ce vocable est antérieur à la bataille de Lépante (1571).

464 Les femmes enceintes arrachaient un morceau de tissu pour obtenir la protection de la Vierge lors de l’accouchement. Ces tissus ont été restauré en 1956 par Madeleine Parquet (restauratrice de broderies et d’étoffes à Paris) et sont présentés sous verre, dossier de la commune de Thuir, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

465 En Catalogne, la Vierge de Plandogau, au Musée Frédéric Marès (Barcelone), qui provient d’un village de la région de Lérida, présente les mêmes caractéristiques. Mathias Delcor signale deux autres Vierges tout aussi proches en Auvergne : une en bois à Chateauneuf-les-Bains (Puy-de-Dôme), l’autre en métal à Saint-Georges-de-Beroilles (Loire). Delcor, 1984, p. 107-109

466 . Dossier de la commune de Thuir, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

467 Cet édifice est actuellement une exploitation viticole.

468 Ponsich, 1993, p. 400-401.

469 L’église de Toulouges disposait d’un autel dédié à Nostra Senyora del Aula. Cet autel est mentionné dans les textes d’archives dès la fin du XVIIe siècle (élection de sépulture dans la chapelle, existence de la pabordesses de la Mare de Déu del Aula). Serres, 1969, p. 83-85.

470 Dossier de la commune de Toulouges, service des objets mobiliers, médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris.

471 Des photographies du début du XXe siècle nous montrent la main encore en place, quelque peu disproportionnée par rapport à la taille de la statue. En 1952, cette main n’existe plus.

472 Cette couronne en métal a aussi disparu.

473 Témoignage de l’abbé Cazes.

474 4 statues sont sculptées en châtaignier sur les 101 dont le bois a été analysé, Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95.

475 Cazes, s.d., p. 7.

476 Cazes, s.d., p. 28.

477 Ibidem.

478 ADPO, B116.

479 Cazes, s.d., p. 27.

480 Archives des A.O.A. des Pyrénées-Orientales ; intervention de Jaume Lladó.

481 Delcor, 1984, p. 110.

482 ADPO, 123 J 15/444 ; fonds Mathias Delcor, notes manuscrites de l’abbé Sarrète.

483 Sarrète, 1911, p. 327-328.

484 La Vierge à l’Enfant placée dans la porte Sainte-Madeleine de Mosset présente également des reptiles sculptés à ses pieds (fiche d’œuvre no 80).

485 Sur la couronne de la Vierge, les fleurons latéraux ont été reconstitués, celui de devant ré-assemblé.

486 Subes, 2011, p. 128-130.

487 Lettre de Mme Lazerme de Pontich de Vinça à M. le Curé, le 3 juin 1902, archives des A.O.A. des Pyrénées-Orientales.

488 Cazes, s.d., p. 27

489 Delcor, 1970, note 259bis, p. 113.

490 Témoignage recueilli en septembre 2013 auprès de M. Georges Durand, par C. Rogé-Bonneau (CCRP).

491 7 statues sont sculptées en saule sur les 101 dont le bois a été analysé (Jubal-Desperamont, 2011, p. 87-95).

492 Mathias Delcor signale la présence d’une toile marouflée sur le support, Delcor, 1970, note 259 bis, p. 113-114.

493 Témoignage recueilli en septembre 2013 auprès de M. Georges Durand, par C. Rogé-Bonneau CCRP).

494 Mathias Delcor rapporte en 1970 que le manteau de la Vierge est vert, Delcor, 1970, note 259bis, p. 113-114.

495 Delcor, 1984, p. 119. Aujourd’hui une autre Vierge remplace la statue d’origine.

496 Témoignage recueilli en 2013, par G. Dalmau.

497 Témoignage de la descendante des propriétaires recueilli en septembre 2013 par C. Rogé-Bonneau (CCRP). La propriétaire actuelle de la maison est dépositaire de la statue qui reste propriété de la commune de Vinça.

498 La statue n’était déjà plus présentée dans le portail de Joch.

499 Archives photographiques de l’association des Amis de Mathias Delcor.

500 Archives des A.O.A. des Pyrénées-Orientales, lettre de Mme Lazerme de Pontich à M. le Curé, le 3 juin 1902, Vinça.

501 L’héritière de la famille dépositaire se souvient d’une restauration à la fin des années 1970.

502 La destination exacte du bâtiment n’est pas connue : ancien édifice religieux ou simple lieu de stockage ?

503 Le récit de la découverte a été recueilli en 2011 par C. Rogé-Bonneau (CCRP) auprès de l’actuel propriétaire de la statue.

504 Cavités de 8 à 10 cm de profondeur.

505 Archives des A.O.A. des Pyrénées-Orientales, carte manuscrite du père Marc de Schinkel, 19 janvier 1994 et témoignage de la famille J. Balaguer de Vingrau, recueilli par C. Rogé-Bonneau (CCRP) en 2011.

506 Témoignage de Hubert Fagot, recueilli par C. de Castaigner (CCRP) en 2010.

507 Camós, 1772, p. 333-334.

508 Martí Sanjaume, 1926, p. 15.

509 Martí Sanjaume, 1926, p. 86.

510 Torre, 1980, np.

511 Ponsich, 1993, p. 262.

512 Cazes, 1991, p. 26.

513 Camós, 1949, p. 333-334.

514 Aragon, 1928, p. 148.

515 ADPO, 3J716. Transcription réalisée par Rodrigue Treton (Treton, 2011, p. 49).

516 Brousse, 1896, p. 404-405.

517 Martí Sanjaume, 1926, p. 127.

518 Témoignage oral de Jean Sabardeil, sacristain de l’église de Saint-Estève, recueilli en 2010.

519 Brutails, 1901, p. 189.

520 ADPO, 53J321.

Table des illustrations

Légende Avant la restauration de 1956, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine– diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Vue ancienne, non datée, de la Vierge et de l’Enfant coiffés de nouvelles couronnes, © Archives du diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Vue ancienne, non datée, après restauration d’une partie du siège et du socle, © Ministère de la Culture (France)– Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN, cl. Pierre Ponsich.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Vue de l’ancienne église Saint-Quentin des Bains d’Arles, © Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende La Vierge, dans le retable attribué à Honorat Rigau (premier quart du XVIe siècle).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende L’inscription sur le socle.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Légende Statue au centre du retable à baldaquin, © Archives du diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Face de la statue en 1929, © Fundació institut Amatller d’art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Côté gauche de la statue, © ADPO 123J151, fonds Muller.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Revers de la statue, © ADPO 123J151, fonds Muller.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Côté droit de la statue, © ADPO 123J151, fonds Muller.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Vue de la statue au centre du retable du Rosaire, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Vue de face et de biais de la statue en 1929, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Vue de face de la statue, avant 1939, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Vue de face de la statue, après restauration, © ADPO 123J151, Fonds Muller.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Vue de la statue le 8 juillet 1914, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », cl. J. Delpont.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Image scanner recomposée, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Vue de la statue de la Vierge à l’Enfant in situ, au centre du retable du rosaire.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende La Vierge et l’Enfant coiffés d’une auréole rayonnante, © ADPO, 123J7/152, Fonds Delcor, cl. Victor Pyguillem.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Vue extérieure de l’ancienne église Saint-André, © cg66/Michel Castillo.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Vue de la statue avant le « maladroit » dégagement, © Col. particulière, cl. Denis Fontaine.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Vue de la statue présentée habillée. La Vierge est coiffée d’une perruque et couronnée, © ADPO, 53J29, cl. M. Descossy.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Image scanner reconstituée du profil droit, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Vues de l’œuvre dans la niche du retable.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Vue de la statue en 1910, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Détail de l’inscription portée au revers en 1855.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Image scanner reconstituée du profil droit, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Vue ancienne de la statue, © ADPO, 123J152, Fonds Delcor, cl. Goudin.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Vue rapprochée du visage de la Vierge, coté gauche, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Vue générale de la statue, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Vue générale de la statue (cl. recadré), © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Légende Vue de la porte Sud du village de Bouleternère où la statue a séjourné avant d’être installée dans l’église, © cg66/CCRP, cl. Jean-Bernard Mathon.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Vue de la Vierge et de l’Enfant parés de couronnes métalliques, début XXe siècle, © Archive de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », cl. Pierre Vidal.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Vue de la Vierge au centre du retable, avant restauration, en 1929, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende © cg66/ccrp/Marc Michalczak.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Détail du drapé de la robe de la Vierge, avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Vue rapprochée de la statue, 1936, © ADPO, 123J19/581, Fonds Delcor, article de L’Indépendant, cl. Duran.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Vue d’ensemble de la statue, début XXe siècle, © Collection particulière, cl. Augustin Touron.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Légende Vue de la statue avant la restauration de 2006, © ADPO, 21Fi222, Fonds Durliat.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Vue de l’ermitage Notre-Dame del Coll, gravure, © « Voyage aux hermitages des Pyrénées-Orientales » par le Chevalier de Basterot, lithographie de Bayot, Aubry éditeur, Perpignan, 1829.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Vue générale de l’œuvre avant sa restauration en 1963, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Vue générale de l’œuvre, l’Enfant détaché, avant sa restauration en 1963, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Vue de la statue placée dans la niche centrale à baldaquin du retable de saint Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Vue générale de l’oratoire sur le chemin de Llar où se trouvait la statue. © cl. I. Jubal-Desperamont.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Vue générale de l’œuvre dans sa niche, © Archives de l’association « Les Amis de Matthias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 889k
Légende Vue de la statue dans la vitrine, le Vendredi saint 2001, © cl. Madame Vaillant.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Vue générale de la statue dans la niche, avant reconstitution de son bras droit, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Légende Avant la restauration de 1992.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende e - Statue placée sur l’autel de la chapelle souterraine, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende a - Vue générale de l’œuvre, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Vue de l’église Sainte-Marie del Mercadal, © cg66/Michel Castillo.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Vue générale de la Vierge, avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine– diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Vue de la statue, au centre du retable.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Détail du visage de la Vierge.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Détail de l’Enfant Jésus.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Vue de la Vierge dans la niche placée au-dessus du portail.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Cliché des années 1950, avant la disparition de la tête de l’Enfant, © ADPO, 21 Fi 42/1, Fond Durliat.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Vue générale de l’œuvre avant la réfection de la tête de l’Enfant et de la main de la Vierge, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Détail des motifs peints et dorés, épaule gauche de la Vierge.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Vue générale de l’œuvre, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Légende Vue de l’abbaye Saint-Michel de Cuxa, © cg66, cl. Michel Castillo.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Image scanner reconstituée, profil gauche, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Vue du portail de la Vierge, au centre la niche renfermant la statue, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Vue générale de la Vierge à l’Enfant, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 634k
Légende Vue générale de la statue, avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Vue de la Vierge de Barcelona, avant restauration, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Vue de la statue ornée d’une couronne, © ADPO 175J37, Fonds Cortade.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Vue de la Vierge à l’Enfant au centre du retable de Jaume Cascall.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Détail des amulettes que l’Enfant porte à son collier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Détail de l’encolure de la Vierge.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Vue générale actuelle de l’oratoire avec la Vierge à l’Enfant.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Vue générale de l’oratoire en 1906, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine– diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Vue de face, en 1929, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Vue de la statue habillée et couronnée, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade, cl. Moret.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Vue de l’église Saint-Étienne, © cg66/Michel Castillo.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Notes de Jean-Auguste Brutails sur l’église d’Egat, avec en dessous le croquis du profil de la Vierge de l’Invention de Font Romeu, et le buste de la Vierge d’Odeillo, © Archives Départementales de la Gironde, 90J18/51, fonds Jean-Auguste Brutails, carnets de dessin, p. 43vo.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Vue ancienne de l’œuvre, non datée, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Vue ancienne de l’œuvre, non datée, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », cl. E. Cattelain.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Détail de la polychromie au revers de la statue.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Vue ancienne de l’œuvre, non datée, © Archives de l’association « Les Amis de Matthias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Vue ancienne du portail de Perpignan, carte postale © Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Détail de l’encolure de la Vierge, © cg66 / CCRP / Dinh Thi Tien – Image Maker.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Vue de la Vierge habillée et couronnée dans le camaril, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Vue de l’œuvre avant la restauration de 2001.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Vue générale de la statue au moment de l’achat en 2012, et avant la tentative de retrait du repeint, © collection particulière, cl. A. Catafau.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Détail du visage de la Vierge en 2012, avant la tentative de retrait du repeint, © collection particulière, cl. A. Catafau.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Vue ancienne de l’œuvre, non datée, © ADPO, 123J152, Fonds Delcor, cl. Genovèse.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-131.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Vue de l’ancienne église romane, © Archives privées de M. Oscar Robles.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-132.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-133.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Vue ancienne de l’œuvre, non datée, © ADPO, 123J152, Fonds Delcor, cl. Genovèse.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-134.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Vue de l’abside ancienne église romane, © Archives privées de M. Oscar Robles.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-135.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-136.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Vue de la façade sud de l’église, au-dessus du porche une niche carrée renfermait la statue, vers 1900, © ADPO, 1J292, cl. Borallo.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-137.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Vue de l’œuvre avant restauration dans sa niche extérieure, en 1931, © Archives du CCRP.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-138.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-139.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Détail du socle.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-140.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-141.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Vue de la statue dans la niche de la Tour de l’horloge.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-142.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-143.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Vue de l’œuvre, avant restauration, © ADPO, 123J152 (g), 123J151 (d) Fonds Delcor, cl. Muller.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-144.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Vue de l’œuvre, avant restauration, © Ministère de la Culture (France)– Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-145.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Vue de l’œuvre après restauration, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-146.jpg
Fichier image/jpeg, 821k
Légende La statue au centre du retable du maître-autel.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-147.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-148.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Vue de la statue dans la niche du retable, © ADPO, 21Fi75, Fonds Durliat, cl. Paul Jauzac.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-149.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Vue de la statue couronnée, © collection particulière, cl. Desperamont.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-150.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende © ADPO, 123J151, Fonds Delcor, cl. Muller.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-151.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende La statue portée en procession dans les années 1960, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-152.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-153.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Vue de la statue, habillée et couronnée, placée à l’entrée de l’ermitage, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-154.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-155.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Vue de la Vierge placée au centre du retable du maître-autel.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-156.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Vue ancienne de l’œuvre, présentée au centre du retable saint Martin, © Archives du CCRP/CG66.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-157.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-158.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Vue de la statue portée en procession (années 1990), © cl. Cédrik Blanch.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-159.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Image scanner recomposée, vue de face, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-160.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-161.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Revers de la statue, © cl. Cédrik Blanch.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-162.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Vue de l’œuvre dans la niche du retable.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-163.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-164.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-165.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Vue de la statue dans la niche, au centre du retable du Rosaire.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-166.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Détail de la main de la Vierge ornée d’une bague.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-167.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-168.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Chapelle de Tanya. Lithographie d’après un dessin du chevalier de Basterot, tirée du Voyage aux Hermitages des Pyrénées-Orientales, Perpignan, 1829.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-169.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-170.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende La Vierge à l’Enfant avant sa restauration en 1956, © Ministère de la Culture (France)– Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-171.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-172.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Scanner, coupe sagittale, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-173.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-174.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Vue de la statue dans la niche du retable, avant son traitement de conservation, © cl. Henri Loreto.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-175.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Vue de l’ermitage Saint-Guillem, © cl. Henri Loreto.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-176.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-177.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Vue de l’œuvre, non datée, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-178.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-179.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Vue de l’œuvre en place dans le retable Saint Michel.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-180.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende La Vierge à l’Enfant avant la restauration de 1952, © ADPO, 123J184, Fonds Delcor, cl. Muller.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-181.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-182.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende La Vierge à l’Enfant couronnée.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-183.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Vue de la niche dans laquelle la statue est présentée.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-184.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-185.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Vue ancienne, non datée, de la statue déjà modifiée, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-186.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-187.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Vues de l’œuvre avant restauration, © collection privée.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-188.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-189.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-190.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Vue de l’œuvre, non datée, avant restauration, © cg66/ CCRP.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-191.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Vue de trois-quart gauche, non datée, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-192.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-193.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Notre-Dame de Corbiach portée en procession à Mosset, dans les années 1950-1960,© collection particulière (cl. publié dans : Perpinyà, 2005, p. 60).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-194.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Vue ancienne, non datée, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-195.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-196.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Vue de l’œuvre dans sa niche de la porte Sainte-Madeleine à Mosset.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-197.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Vue ancienne de l’œuvre, non datée, © ADPO, 21 Fi 222/5.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-198.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-199.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Vue de l’œuvre dans les années 1960-1970, avant restauration, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-200.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-201.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Vue ancienne de Nostra Senyora d’En, devant le portail de l’église de Nyer, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-202.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-203.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Vue de l’œuvre dans la niche.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-204.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Vue des ornements du XVIIIe siècle, © cg66/CCRP / C. Rogé-Bonneau.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-205.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-206.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Vue générale de l’édifice au pied des vestiges du château de la Roca.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-207.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Vue générale de l’abside de la chapelle de la Roca, avec le retable et les ex-voto.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-208.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-209.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Vue de trois-quart droit, avant la restauration de 1982, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-210.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende La statue dans la cadireta.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-211.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-212.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Détail du fermail du manteau de la Vierge.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-213.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Vue de la statue placée dans la niche, au-dessus du lavoir d’Oreilla, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-214.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-215.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Vue rapprochée, © ADPO, 123J148, Fonds Delcor, cl. Muller.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-216.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-217.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende © cg66/CCRP/Marc Michalczak.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-218.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Légende Vue rapprochée de la Vierge, côté droit, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-219.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Vue générale de l’œuvre, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-220.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Légende © cg66/CCRP / Marc Michalczak.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-221.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Vue de Notre-Dame dels Correchs le 26 août 1915, avant restauration, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor », cl. J. Latrobe.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-222.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-223.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-224.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Vue de l’œuvre, côté droit, non datée, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-225.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-226.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-227.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Vue du côté droit, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-228.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Vue du côté droit, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-229.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-230.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende © cg66 / CCRP / Marc Michalczak.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-231.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Vue de la Vierge dans sa niche rue de l’ange, © ADPO, 123J444, cl. publié par J. Delpont.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-232.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-233.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Détail de l’inscription sur le buste de la Vierge.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-234.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-235.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-236.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-237.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Croquis de Jean-Auguste Brutails du 19 avril 1885, © Archives Départementales de la Gironde, 90J20/3, Fonds Jean-Auguste Brutails, carnets de dessin, page 2.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-238.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Vue de l’œuvre, avant restauration, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-239.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-240.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Vue de face, en 1929, © Fundació Institut Amatller d’Art Hispànic, Arxiu Mas, Barcelona.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-241.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Vue de face après la restauration de 1952, © Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-242.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-243.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Vue des boucles d’oreilles portées par la Vierge.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-244.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Vue de la couronne.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-245.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-246.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Détail de la position originale de l’Enfant.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-247.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-248.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Vue générale de la robe et de la couronne ornant la statue.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-249.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Image scanner, coupe sagittale montrant l’Enfant sculpté dans la même pièce que la Vierge, © Service d’imagerie médicale du centre hospitalier Saint-Jean de Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-250.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-251.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Détail du visage de l’Enfant.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-252.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-253.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-254.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Vue des trois œuvres dans la niche, avant la restauration des années 1966-1970, © Collection particulière de Danielle Zysman-Restany.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-255.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Croquis de Jean-Auguste Brutails réalisé en 1885, © Archives Départementales de la Gironde, 90J20/27, Fonds Jean-Auguste Brutails, carnets de dessin, p. 24.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-256.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Vue générale de la niche, dans les remparts, © Coll. particulière de S. Roca.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-257.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Vue générale du groupe sculpté.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-258.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Vue de l’œuvre avant restauration, carte postale, sans date, © Archives du CCRP.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-259.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-260.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Vue générale du retable du maître-autel du Coral, avec la Vierge à l’Enfant au centre, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-261.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Vue ancienne de la statue, non datée, © Archives du Diocèse de Perpignan-Elne, Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-262.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-263.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Vue de la chapelle Saint-Roch où la statue a séjourné, © cg66 / CCRP / Michel Castillo.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-264.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-265.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-266.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Des restes de polychromie sur le côté droit du siège étaient encore présents dans les années 1970, © Archives de l’association « Les Amis de Mathias Delcor ».
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-267.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Vue de l’église de Prunet d’où provient la statue, © cg66 / CCRP / Michel Castillo.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-268.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-269.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Vue de l’œuvre, ancienne, © Archives du CCRP.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-270.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7284/img-271.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Vue de face avant réfection de la tête de l’Enfant Jésus, © ADPO, 175J37, Fonds Cortade.
URL