Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

L’espace agricole, structures foncières et bétail en Roussillon d’après un dénombrement de 1730

Texte intégral

  • 1 D’autres l’avaient précédé : dénombrements en 1694 (1 C 2055, 2063, 2089), 1725. Ce dernier concer (...)
  • 2 Dénombrement par communauté. Les états sont dans les liasses des différentes communautés, classées (...)

1Il est rare de disposer d’informations substantielles sur le bétail entretenu dans les campagnes avant la fin du xviiie siècle. Un dénombrement effectué en 1730 dans la province de Roussillon constitue une heureuse exception1. Les troupeaux avaient déjà fait l’objet d’un comptage systématique au cours de l’été et de l’automne 1720, mais il pêche par son manque de rigueur : les types d’animaux pris en compte changent d’une déclaration à l’autre, ce qui nuit à son homogénéité et réduit son intérêt2. Celui de 1730, d’une tout autre ampleur, couvre l’ensemble de la province et ne se limite pas au seul bétail.

Le dénombrement de 1730

  • 3 En essayant de faire rendre leurs comptes aux receveurs ainsi qu’aux syndics et aux consuls des co (...)
  • 4 Orry est intendant du Roussillon du 26 juillet 1727 au mois de septembre 1729 ; Jallais du 10 juin (...)
  • 5 1 C 871, brouillon de lettre de l’intendant, 10 mai 1716. Seuls les employés des Fermes et les off (...)
  • 6 1 C 1081.

2Les pièces concernant sa préparation – ordonnance, correspondance – n’ont pas été conservées, si bien qu’on ignore les objectifs qu’il poursuivit et comment il fut préparé. On a cependant tout lieu de penser qu’il fut commandé par l’intendant Jallais dès son arrivée dans la province. Près de trois quarts de siècle après l’annexion du Roussillon, les intendants avaient le plus grand mal à asseoir une fiscalité directe et à faire rendre leurs comptes aux receveurs. Un écart considérable séparait les sommes espérées et l’argent que l’on tirait effectivement de la province. Lors de son passage à l’intendance du Roussillon, entre 1727 et 1729, Orry s’était employé à assainir la situation3. Sans beaucoup de succès. Devenu contrôleur général, il assigna comme tâche prioritaire à son successeur avant son départ pour Perpignan de mettre un terme aux désordres du recouvrement de la capitation et des autres impositions4. La pression fiscale n’était pas excessive pourtant. La province avait échappé presque entièrement au Dixième à cause des charges qu’elle supportait au moment où cet impôt fut établi. L’intendant justifiait quelques années plus tard cette exemption par « les pertes que les habitants souffrent dans les temps des guerres, soit par les corvées qui les détournent du travail de leurs terres, soit par les bestiaux qu’ils perdent aux voitures et convoys à la suite des armées, [...] soit enfin parce qu’ils ont fourni aux troupes du roy pendant des années entières la subsistance en argent, pain, viande, et autres denrées... »5. Le Roussillon, par ailleurs, ne possédait pas de cadastre, ni d’instrument susceptible de guider l’intendance dans la répartition de l’impôt entre les communautés. Un dénombrement fouillé serait pour l’administrateur le meilleur moyen de connaître sa circonscription. Nommé intendant le 10 juin, Jallais donna ses ordres au viguier de la viguerie du Roussillon et Vallespir le 28 juillet 17306. Autant dire que la mise en chantier du dénombrement fut une des premières décisions qu’il prit à son arrivée à Perpignan.

  • 7 Ibid.
  • 8 En Roussillon-Vallespir sont ainsi mentionnés le statut des communautés (paroisses ou annexes), le (...)

3Le viguier du Roussillon-Vallespir nous donne une indication sur la manière dont il procéda : par enquête sur place dans les communautés et « déclarations faites par chaque habitant propriétaire ou fermier après serment par lui prêté devant nous ou ceux qui ont été par nous commis pour recevoir les dites déclarations »7. Pour cette dernière viguerie, seuls nous sont parvenus des tableaux récapitulatifs où est reporté ce qui appartenait respectivement aux habitants et aux forains8. Cette distinction est faite moins rigoureusement en Conflent, en Capcir et en Cerdagne. La propriété foraine n’y avait pas la même importance. Les états de ces deux vigueries, signés par les bailes et les consuls de chaque communauté, comportent en revanche les déclarations des chefs de famille et le détail de leurs biens, ce qui permettra de se faire une bonne idée de la structure de la propriété et de la répartition du bétail.

4La richesse de l’information que nous livre le dénombrement est un peu affaiblie, malheureusement, par deux facteurs. La moitié du dossier du Conflent, d’une part, n’a pas été conservée. Le déficit porte principalement sur les communautés de la vallée, les plus peuplées : Prades, Vinça, Villefranche..., où la répartition de la terre et du bétail n’était pas identique à celle qui avait cours dans les écarts ou les villages les plus isolés. Le précédent dénombrement de 1720, trop disparate et effectué sur des bases différentes, supplée mal à cette carence. D’autre part, les rubriques retenues en Conflent, Capcir et Cerdagne, moins nombreuses qu’en Roussillon et en Vallespir, ne sont pas strictement comparables. En ce qui concerne le bétail, qui nous intéresse ici principalement, les bœufs de labourage sont comptés à part, les mules, les mulets et les chevaux ensemble, les vaches mentionnées en Cerdagne où elles sont beaucoup plus nombreuses que les bœufs de labour, sont omises en Conflent et en Capcir. Cette lacune, de peu de conséquence en Conflent où il y avait moins de bêtes à cornes, est dommageable pour le Capcir, pays de montagne et de pâturages abondants. L’analyse par types d’animaux, intéressante pour déterminer les caractéristiques des unités géographiques si marquées du Roussillon, du Vallespir, du Conflent, du Capcir et de la Cerdagne, en sera un peu brouillée. Il n’est pas indifférent d’autre part, on le verra, de savoir si on employait pour le transport davantage de chevaux, de mules ou de mulets. De même, le manque d’information sur les vaches minorera l’importance du gros bétail en Capcir par rapport au reste de la province. On ne sait trop dans quelle proportion.

  • 9 2 556 et 650.
  • 10 1 C 1909, 1941, 1958, 1986, 1990.

5Il y avait en Cerdagne au moment du dénombrement 4 vaches pour un bœuf de labourage9. Mais il n’est pas sûr que la structure du troupeau ait été la même en Capcir. Utiliser les comptages de 1720 est peut-être risqué car le nombre des bêtes à cornes est donné en bloc, sans distinction entre les bœufs et les vaches. À effectif bovin constant, il n’y aurait eu que 2,5 vaches pour un bœuf en Capcir. Mais peut-on retenir cette évaluation ? Le troupeau de bêtes à laine aurait été alors 50 % plus important qu’il ne le sera dix ans plus tard10. Ceci donne un aperçu des difficultés d’interprétation de notre source qu’il faudrait parvenir à replacer dans le temps, de manière à apercevoir les fluctuations des effectifs et de la structure des troupeaux. Si l’on donne du crédit à ces quelques chiffres, on serait en Capcir en 1730, au moins pour les ovins, dans une période peu favorable.

  • 11 Agneaux : Escarro : 32,68 % (1 C 1929) ; Ria : 34 % (1 C 1991) ; Taurinya : 30 % (1 C 2010) ; Saho (...)
  • 12 Cf. Mantet : 1 C 1960.

6Ces inconvénients, imputables au manque d’homogénéité de notre source, sont identifiés ; on peut en tenir compte. Plus inconfortable est l’absence de commentaires en annexe des tableaux ou de correspondances entre les viguiers et l’intendant susceptibles de lever une série d’interrogations au sujet des animaux réellement pris en compte. Ainsi : certains états de 1720 distinguent les brebis, les moutons et les agneaux, plus rarement les chèvres et les cabris. Les agneaux constituaient 30 à 35 % des troupeaux de bêtes à laine, les cabris de 20 à 25 % des caprins11. Les chiffres concernant les jeunes bovins sont plus incertains car la distinction n’est pas clairement faite entre les veaux de lait et les seguits – littéralement les suivants, c’est-à-dire les jeunes bêtes qui n’étaient pas encore sevrées12 – : au minimum 10 à 15 % On ne sait pas si les jeunes animaux furent comptés en 1730. Dans la négative, il faudrait augmenter les chiffres des ovins que nous donne le dénombrement de 50 %, les caprins de un tiers... ce qui nous ramènerait à peu près aux déclarations de 1720.

  • 13 1 C 2045.

7Plus insidieuse est la variation saisonnière des troupeaux. Les bovins de la montagne vendus pour la boucherie approvisionnaient Perpignan ainsi que les bourgs de la province. Ils s’expédiaient en automne, après l’estive d’été, et avant que les neiges d’hiver ne contraignent à enfermer les animaux dans les étables13. Les bailes et les consuls des communautés du Capcir signent la mise au net du dénombrement entre le 20 octobre et le 28 novembre 1730. Il ne serait pas surprenant que des propriétaires de troupeaux se fussent déjà séparés de quelques bêtes à cette période là.

8Ces réserves faites, tout laisse à penser que le dénombrement de 1730, effectué avec beaucoup de soin, peut-être considéré comme une source de valeur dont on a peu d’équivalent pour la première moitié du xviiie siècle.

Espace cultivé et cultures en Roussillon dans la première moitié du xviiie siècle

  • 14 J’ai reporté sur la carte la proportion des terres cultivées par rapport aux terres déclarées uniq (...)

9Minutieux, le dénombrement de 1730 porte sur les terres des particuliers, cultivées ou non. Les mentions des biens communaux, des terrains de parcours et des pâturages d’altitude qui accueillaient l’été les troupeaux forains, sont trop incertaines et allusives, lorsqu’elles existent, pour qu’on puisse en tirer parti. Les terres incultes sont déclarées, mais ne restituent pas toujours avec fidélité le rapport entre l’ager et le saltus, sauf en plaine peut-être. La province du Roussillon, terre de contrastes, se partageait entre les finages très partiellement défrichés et les communautés qui exploitaient plus des deux tiers, voire de 90 % de leurs terres privées. Sans surprise, la carte des zones où la proportion des terres cultivées était la plus élevée épouse celle du relief et des vallées alluviales : la retombée des Corbières jusqu’aux abords de l’étang de Salses et à Peyrestortes qui touche Perpignan, la terminaison des Aspres avancées au niveau de Fourques et de Passa et le haut Vallespir prolongé par les Albères, ne laissaient qu’une place mesurée aux terres arables. Celles-ci n’étaient abondantes qu’au centre de la viguerie et à proximité du littoral (carte 1)14.

  • 15 0,59 ha. L’ayminate du Vallespir valait 1 600 cannes carrées (0,6355 ha) ; l’ayminate du Roussillo (...)
  • 16 Sur les 29 communautés pour lesquelles nous sommes informés - qui ne correspondent pas à autant de (...)
  • 17 De 42 à 72 dans le Capcir. La taille des groupements d’habitants était plus hétérogène en Cerdagne (...)

10Vers l’intérieur, le Conflent possédait de bons fonds dans sa partie inférieure, à proximité de la Têt ou dans les étroits bassins que traversaient les petits cours d’eau descendus du Canigou. Mais dès que l’on atteignait Villefranche où la vallée se resserrait et le relief devenait plus vigoureux, les espaces susceptibles d’être mis en culture se réduisaient à presque rien. Cas limite il est vrai, les habitants de Thuès ne déclaraient qu’une ayminate de terre labourable !15 Le contraste était saisissant entre les communautés de fond de vallée qui disposaient de plus d’une centaine d’hectares de terre arable à mettre en valeur et celles qui s’étaient établies à flanc de coteau ou plus à l’intérieur des reliefs et dont les ressources se limitaient à quelques dizaines d’hectares. Sansa, Py, Canaveilles, Conat ou Evol dans le haut Conflent, vivaient avec moins de 50 ha de terre cultivable. On comprend que la grande propriété foncière ne s’y soit jamais développée, que les investisseurs n’aient jamais cherché à pousser leur avantage de ce côté-là et que la taille des communautés d’habitants soit restée modeste16. Quant aux hauts bassins, le Capcir et la Cerdagne, leur situation était moins contrastée, encore que des différences sensibles aient existé, de part et d’autre du col de la Quillane qui les séparait, entre les localités situées le plus en hauteur et celles qui jouissaient de conditions plus clémentes. Mais aucune ne comptait plus de cent chefs de famille17.

Carte n° 1 – Superficie cultivée par rapport à la superficie déclarée

Carte n° 1 – Superficie cultivée par rapport à la superficie déclarée

Carte n° 2 – Nombre d’hectares cultivés par feu

Carte n° 2 – Nombre d’hectares cultivés par feu

11Les superficies consacrées aux grains l’emportaient largement dans tous les secteurs géographiques et deux grands types d’associations culturales se partageaient l’espace rural : le type montagnard en Cerdagne et en Capcir, fondé sur les grains et l’herbe, le type du bas pays qui reposait sur 70 % de terres labourables, un quart de vigne environ et deux complémentaires d’importance secondaire, les oliviers et les prés. La plaine disposait d’une supériorité éclatante sur l’intérieur. Les superficies exploitées, rapportées au nombre des feux, y étaient très supérieures, de l’ordre de 90 % par rapport au Vallespir, de 60 % par rapport au Conflent (carte 2). La qualité des terres de labour destinées aux grains plus particulièrement accentuait encore cette supériorité. Le Conflent tirait son épingle du jeu pour les olivettes seulement, parce qu’elles s’y trouvaient dans des endroits favorables (tableaux 1 et 2).

Tableau 1. L’espace agricole en Roussillon en 1730

Tableau 1. L’espace agricole en Roussillon en 1730

Tableau 2. Qualité des terres dans la province du Roussillon en 1730 (en %)

Tableau 2. Qualité des terres dans la province du Roussillon en 1730 (en %)
  • * B : bonnes, Md : médiocres, Mv : mauvaises

Note*

12Les hauts cantons avaient aussi leurs nuances. La proximité d’un cours d’eau, l’exposition, l’altitude surtout y jouaient un rôle déterminant. Dans le Capcir, les deux villages où la superficie moyenne déclarée par chef de famille était la plus étendue avaient la proportion de mauvaises terres et de prés la plus faible. Inversement, le village le plus haut perché, Les Angles, cultivait peu de terre, de qualité médiocre, et laissait une place importante aux prés : autant de caractères qui signalent les limites de l’occupation permanente par l’homme. En Cerdagne, plus étagée encore que le Capcir, où les agents qui procèdent au dénombrement se bornent à donner une appréciation globale par communauté, la qualité des terres et les grains produits dessinent avec sûreté les courbes de niveau : la montagne de l’orge et de l’avoine, l’étage intermédiaire du seigle et accessoirement du méteil, la plaine du seigle et du froment (tableaux 3 et 4).

Tableau 3. Répartition et qualité des terres en Capcir en 1730 (nombre d’ha. par feu, et en %)

Tableau 3. Répartition et qualité des terres en Capcir en 1730 (nombre d’ha. par feu, et en %)

Carte n° 3 – Pourcentage de la superficie cultivée en terre labourable

Carte n° 3 – Pourcentage de la superficie cultivée en terre labourable
  • 18 Le dénombrement ne distingue pas les jardins dont la place n’était pas négligeable, à Perpignan no (...)

13Les terres labourables consacrées aux céréales et les vignes se partageaient l’essentiel des terres cultivées18. Les terres labourables l’emportaient largement dans l’ensemble (carte 3), mais la vigne, mise à part la Salanque et les cantons montagneux, occupait de fortes positions. Dans la plaine, elles dépassaient les labours ou faisaient jeu égal avec eux – si l’on tient compte de l’assolement biennal – dans près d’une communauté sur quatre. Une véritable ceinture viticole se développait depuis Salses et le pôle viticole de Millas, Neffiac, Ille-sur-Têt, Bouleternère, jusqu’à Collioure où 97 % des terres travaillées étaient couvertes de ceps, autour d’un quadrilatère central davantage tourné vers la production céréalière. La vallée de la Têt en Conflent en constituait le prolongement. La vigne y occupait plus de 50 % de la superficie cultivée en certains endroits (Estoher : 54 %), et se hissait sur les pentes exposées au sud jusqu’à plus de 500 mètres d’altitude (Mosset). Les excédents de vin trouvaient leur débouché naturel à une journée de marche en Cerdagne et en Capcir où ils s’échangeaient contre du froment et du seigle. Une complémentarité qui fonctionnait de manière satisfaisante seulement lorsque la production de grains et de vin n’était pas trop déséquilibrée (carte 4).

  • * T L : terres labourables, T B : très bon, B : bon, A B : assez bon, Md : médiocre, Mv : mauvais. H (...)

Tableau 4. Qualité des terres, des herbages et céréales en Cerdagne en 1730*

Tableau 4. Qualité des terres, des herbages et céréales en Cerdagne en 1730*
  • 19 Avec quelques records : 7 moulins à Ille-sur-Têt, 6 à Thuir, 5 à Céret et Estagel, 4 à Truillas... (...)
  • 20 + 10 % dans 8 communautés : Tautavel, Estagel, Montner, Baixas, Ille-sur-Têt, Sainte-Colombe, Cére (...)

14L’olivier n’occupait qu’une place restreinte. L’arbre à huile n’a jamais bien réussi en Roussillon, la province a toujours été importatrice d’huile d’olive. Ce n’est pas parce que les moulins à huile manquaient, au moins dans la plaine. Leur nombre paraît même disproportionné par rapport au volume des récoltes qu’il était possible d’espérer : on ne comptait pas moins d’un moulin pour 24 hectares d’olivettes environ en moyenne19. Absent comme la vigne de la zone littorale, des hauteurs des Aspres, des Albères, du haut Vallespir, de la Cerdagne et du Capcir bien sûr, il était assez diffus dans la plaine au contraire du Conflent et du Vallespir, mais ne dépassait 10 % voire même 5 % de la superficie cultivée que dans une poignée de communautés20 (carte 5).

Carte n° 4 – La vigne en Roussillon en 1730. % des terres cultivées

Carte n° 4 – La vigne en Roussillon en 1730. % des terres cultivées

Carte n° 5 – L’olivier en Roussillon en 1730. % des terres cultivées

Carte n° 5 – L’olivier en Roussillon en 1730. % des terres cultivées

Carte n° 6 – Herbe et pâturage en Roussillon en 1730. % des terres cultivées

Carte n° 6 – Herbe et pâturage en Roussillon en 1730. % des terres cultivées

Carte n° 7 – La propriété foraine en Roussillon en 1730

Carte n° 7 – La propriété foraine en Roussillon en 1730
  • 21 Les forains possédaient 53,7 % des terres cultivées prises en compte par le dénombrement, les vill (...)
  • 22 Vallespir : 25,9 % ; Cerdagne : 23,2 %. 75 ha étaient entre les mains de propriétaires qui résidai (...)

15Un dernier facteur avait une grande importance et explique pour une part la densité rurale et le choix fait en faveur de telle ou telle culture : la place occupée par la propriété foraine, ici essentiellement de la ville et des bourgs. La propriété urbaine était écrasante autour de Perpignan. Les citadins détenaient plus de 80 % des terres cultivées dans les terroirs voisins21. Cette proportion dépassait même 95 % à l’est et au sud, entre Villeneuve-de-la-Raho et Saint-Cyprien. L’emprise urbaine, qui apparaîtrait plus forte si l’on tenait compte des bois et des terres incultes, était telle que l’on doit considérer la couronne rurale de la ville comme le prolongement de son territoire. Les communautés limitrophes, peu peuplées, qui mettaient en culture plus de 20 ha par feu, n’étaient que de gros domaines fonciers satellites. La ville faisait le vide autour d’elle. L’extension de la propriété foraine, de la grande propriété à l’échelle du Roussillon, a limité à l’évidence l’augmentation de la population rurale. Les petits bourgs – ce critère peut être retenu pour les distinguer – parviendraient seuls à limiter son influence. Rivesaltes, Ille-sur-Têt, Céret et Arles-sur-Tech en Vallespir, conservaient la maîtrise de leur territoire. L’emprise foraine, moins forte en Vallespir et en Cerdagne, faible en Conflent, beaucoup plus inégale aussi et qui ne s’exerçait que sur les territoires limitrophes, était quasiment nulle en Capcir22. L’influence de la capitale de la province n’allait pas au-delà de la plaine (carte 7).

  • 23 Part des forains en Vallespir : terres labourables : 24,4 %, vignes : 25,4 %, olivettes : 79,2 %, (...)

16Les parts détenues par les forains et les autochtones variaient fortement d’un type de culture à l’autre. Les citadins l’emportaient nettement pour l’herbe (72,71 %) (carte 6) et les terres labourables (59,96 %) dans la plaine ; dépassaient les olivettes des propriétaires résidents de quelques hectares (50,60 %), ne possédaient qu’un tiers des vignes (33,95 %) (carte 8). La vigne, accessible aux plus modestes, restait la culture villageoise par excellence, excepté autour de Perpignan, de Thuir, de Céret23. Une série de cercles concentriques de dimension et de densité inégales autour des agglomérations à caractère urbain qui figuraient assez fidèlement l’importance de l’investissement citadin et l’intérêt qu’ils portaient aux différents types de production.

17Les tableaux de synthèse confectionnés pour le Roussillon et le Vallespir sont moins parlants que les états nominatifs des deux autres vigueries. On pressant néanmoins que la propriété paysanne, et à contrario les paysans sans terre, étaient en relation inverse de la proximité de la ville et de l’étendue du vignoble. 19 % des chefs de famille seulement ne possédaient pas de terre en Conflent. Une proportion faible qu’il convient peut-être de considérer avec circonspection : nous n’avons pas la certitude que les communautés sur lesquelles nous disposons d’informations constituent un échantillon parfaitement représentatif, même si elles sont correctement disséminées dans les différents types de terroirs. Les situations locales y étaient très contrastées en effet. Dans les villages viticoles (Estoher) ou situés en hauteur, tout le monde ou presque possédait au moins un lopin de terre. Il n’en était pas de même au sud de la Têt, Py fournissant l’exemple le plus représentatif : 23 chefs de famille sur 44 ne déclaraient rien. Il s’agissait de charbonniers pour la majorité d’entre eux (tableau 8). La Cerdagne, où 69 % des chefs de familles se déclaraient propriétaires, présentaient des caractères comparables. Les communautés de montagne où l’on ne produisait que de l’orge et de l’avoine, vraies républiques de propriétaires, s’opposaient aux villages de la « plaine » où poussait le froment. La proportion des propriétaires ne s’abaissait nulle part au dessous de 50 %, excepté à Saillagouse qui exerçait les fonctions d’un petit centre malgré la modestie de sa population. Les veuves, les brassiers, les voituriers, les hôteliers, les cabaretiers, les artisans (maréchaux-ferrants, meuniers, maçons, tisserands, cardeurs, pareurs, tailleurs...), fournissaient l’essentiel des exclus du foncier. Une infime minorité des habitants du Capcir n’avaient pas accès à la terre (7,8 %) : des veuves, des brassiers, des gens de métier encore. Dans les villages d’altitude de moins de trois cents habitants, le métier valait brevet de pauvreté.

Carte n° 8 – Proportion des vignes possédées par les foraines

Carte n° 8 – Proportion des vignes possédées par les foraines

18La montagne, le Conflent et le Vallespir dans une moindre mesure, jouissaient donc d’une forte originalité par rapport à la plaine du Roussillon et à nombre de régions du royaume. La propriété paysanne l’emportait largement et il n’y avait, relativement, que peu de paysans sans terre puisque nombre de brassiers détenaient un petit bien, même s’ils ne pouvaient en vivre. Il ne s’agissait cependant, à de rares exceptions près, que d’exploitations de taille modeste. Un dernier renseignement finit de caractériser ces mondes si différents de la périphérie urbaine, des vallées intérieures et du haut pays : le nombre de domestiques. Les valets et les servantes, pour une fraction significative d’entre eux au service des habitants forains, étaient plus nombreux en plaine et à portée de la ville que dans le reste de la province (carte 9).

Carte n° 9 – Nombre de valets et de servantes par feu

Carte n° 9 – Nombre de valets et de servantes par feu

Le bétail expression et facteur de la diversité roussillonnaise

19Le dénombrement de 1730 recense le gros et le menu bétail, ne dit rien des animaux de basse-cour, beaucoup plus difficiles à inventorier il est vrai et auxquels on ne s’intéressait guère alors. Le total des animaux déclarés apparaît comme tout à fait considérable. Le cheptel du Roussillon atteignait, voire dépassait 280 000 à 300 000 têtes de bétail ; chiffre minimum auquel il faudrait probablement ajouter les jeunes animaux. Cela faisait, tout additionné, environ 4 animaux par habitant et à peine moins par hectare cultivé. L’animal était donc omniprésent partout. Le troupeau se répartissait approximativement ainsi : 69 % d’ovins, 16 % de caprins, 9 % de bovins et d’équidés (ces derniers l’emportant légèrement), un peu plus de 6 % de porcins. La Cerdagne, fidèle à sa vocation, comptait proportionnellement davantage d’animaux de toute espèce. Le Capcir, dont nous ne possédons pas il est vrai l’effectif des vaches, faisait presque pâle figure comparativement ; les habitants n’y nourrissaient en moyenne guère plus de bétail qu’en Roussillon et en Vallespir, ce qui va à l’encontre de l’image que l’on a de la montagne et de la plaine. Le Conflent se trouvait un peu en retrait.

  • 24 Pour le Conflent, on ne peut donner qu’une estimation des animaux par feu.

Tableau 5. Le bétail en Roussillon et en Vallespir en 173024

Tableau 5. Le bétail en Roussillon et en Vallespir en 173024

Tableau 6. Le bétail en Conflent, en Cerdagne et en Capcir en 1730

Tableau 6. Le bétail en Conflent, en Cerdagne et en Capcir en 1730

20Les différences entre secteurs géographiques portaient autant sinon davantage sur la structure que sur les effectifs des troupeaux, ce que rend compte sommairement l’écart qui les séparait pour chaque type d’animaux. Celui-ci allait de 1 à 4 pour le gros bétail : une bête par feu en Vallespir et en Conflent, près de 2 bêtes en Roussillon, 4 bêtes en Cerdagne : de 1 à 2 pour les ovins et les caprins : 12 bêtes environ par feu en Conflent, de 15 à 17 en Vallespir et en Roussillon, près de 24 en Cerdagne ; de 1 à 2, voire 2,5 pour les porcs : 7 porcs pour 10 feux en Conflent, 1 pourceau environ par feu en Roussillon et en Capcir, 2 en moyenne en Cerdagne et en Vallespir.

21Une rapide analyse de la répartition du bétail, mise en évidence par le nombre d’animaux par feu, confirme combien l’élevage de chaque type d’animal relevait de conditions spécifiques. Toutes les régions donnaient l’avantage aux bovins sur les juments, les chevaux, les mules, les mulets et les bourriques ; même le Roussillon où les trois catégories d’animaux composant le gros bétail s’équilibraient le mieux. Seule la zone frontière avec le Languedoc, qui se prolongeait jusqu’au cours de la Têt, rencontrait des difficultés à les nourrir. Au sud de Perpignan, on dépassait souvent la proportion de 2 bêtes à cornes par feu, même à proximité de la mer (carte 10). Les chevaux et les juments étaient une spécialité de la périphérie perpignanaise. La proportion des juments à Sainte-Marie-la-Mer, Alenia et Corneilla-del-Vercol, laisse à penser que l’élevage chevalin se spécialisait dans la reproduction, comme en Capcir et en Cerdagne où l’on donnait nettement l’avantage aux juments (carte 11). Le cheval s’utilisait peu pour la traction ou le transport ; le dépiquage des grains en Roussillon comme en de nombreuses régions du Languedoc s’effectuait par le foulage des juments.

  • 25 Opoul n’a que des mulets, aucune bourrique.

22La différence de présentation des statistiques des trois vigueries empêche de calculer et de comparer la proportion exacte des chevaux, des mules, des mulets, et des bourriques, qui est riche d’enseignements. Les mules et les bourriques se rencontraient surtout dans la plaine, autour de la dizaine de paroisses située en bordure du Languedoc et au sud de Perpignan entre Thuir, Montesquieu et Montescot (cartes 12 et 13). Les bourriques l’emportaient nettement dans l’ensemble en Roussillon et en Vallespir, les mules et les mulets en Cerdagne, en Capcir – mais il n’y en avait que très peu –, et en Conflent. Contrairement à une idée couramment admise, le nombre des mulets, des mules et des bourriques n’était pas très élevé dans le haut Vallespir. Mais peut-on se fier aveuglément aux dires des déclarants ? Les habitants de Coustouges par exemple déclaraient 2 mulets et 4 bourriques. C’est peu, trop peu : le lieu comptait 55 feux. Une partie du bétail avait-elle été placée hors d’atteinte des investigations du viguier et de ses agents de l’autre côté de la frontière avec l’Espagne toute proche ? Ces pratiques étaient monnaie courante. Quelques communautés ou secteurs se signalaient cependant par l’avantage donné au mulet : Collioure, le haut Vallespir et les localités les plus proches du Languedoc comme Vingrau et Opoul, ainsi qu’un groupe de villages cerdans – la vallée de Carol, Osséja, Villeneuve-des-Escaldes – où le bétail de charge était important25. C’était le signe d’une activité de transport à distance vers le Languedoc et la vallée de l’Ariège, à l’intérieur du haut Vallespir, en direction du sud.

Carte n° 10 – Nombre de bœufs et de vaches par feu

Carte n° 10 – Nombre de bœufs et de vaches par feu

Carte n° 11 – Nombre de chevaux par feu

Carte n° 11 – Nombre de chevaux par feu

Carte n° 12 – Nombre de mulets et de bourriques par feu

Carte n° 12 – Nombre de mulets et de bourriques par feu

Carte n° 13 – Proportion des mulets, bourriques, chevaux et juments

Carte n° 13 – Proportion des mulets, bourriques, chevaux et juments

Carte n° 14 – Nombre de têtes de gros bétail par feu

Carte n° 14 – Nombre de têtes de gros bétail par feu

Carte n° 15 – Les charrettes en Roussillon en 1730. Proportion par feu et de type de traction

Carte n° 15 – Les charrettes en Roussillon en 1730. Proportion par feu et de type de traction

23Les modes de traction animale étaient donc très divers. Mais, sauf en Conflent peut-être, la province ne souffrait pas d’un déficit grave d’animaux de trait, ce que traduit bien la carte du gros bétail même si une partie de celui-ci n’était pas employée au labourage et au transport (carte 14). On sait peu de choses sur la manière dont on les utilisait. Le nombre de charrettes et la nature des attelages qui les tiraient donnent une indication. Il n’y en avait qu’en deux endroits, étroitement circonscrits : en Capcir où elles étaient particulièrement nombreuses et servaient au transport de proximité – la Cerdagne, le Conflent et le Vallespir n’utilisaient que des animaux à bât –, et entre Perpignan et le littoral. Les attelages se composaient des gros animaux les mieux représentés localement : bêtes à cornes en Capcir et au sud-est de Perpignan, mules et mulets au nord. Les communautés situées à la hauteur de la capitale de la province se partageaient entre les deux types d’animaux. Les cours inférieurs de l’Agly et de la Têt servaient de frontière. Les exceptions ne concernaient que des communautés où moins d’un feu sur vingt disposait d’une charrette. Un partage rigoureux qui contribuait encore davantage à compartimenter le Roussillon en petites unités aux caractères spécifiques (carte 15).

24Avec un troupeau de 200 000 ovins environ, le Roussillon était certainement une des provinces du royaume qui entretenait le plus de bêtes par habitant dans la première moitié du xviiie siècle. Trois zones se distinguaient particulièrement : le nord de la province proche du Languedoc, la diagonale des Aspres qui descendait du Canigou jusqu’aux abords de Perpignan, et la Cerdagne (carte 16). Pas ou peu présentes en plaine, en Conflent et en montagne, à l’exception notable de Err en Cerdagne guère propice aux ovins, les chèvres ne s’élevaient en troupeaux qu’en deux régions : la retombée des Corbières au nord, les hauteurs qui couraient des Aspres aux Albères où elles disposaient de vastes aires de parcours et de broussailles inépuisables (carte 17). La géographie de l’élevage des pourceaux, différente, présentait autant de contrastes. Absents des communautés proches du Languedoc où les chèvres étaient si nombreuses, les porcins tenaient une place éminente au sud de Perpignan, en plaine comme en altitude, en Vallespir et en Cerdagne, mais ils ne semblent pas avoir fait l’objet d’un élevage systématique destiné au négoce, sauf peut-être à Argelès où les forains en tenaient 300 (carte 18).

25Le bétail appartenait presque exclusivement aux villageois en Capcir, en Cerdagne et en Conflent où la propriété foraine n’occupait qu’une place restreinte. La plaine se singularisait encore à cet égard ; moins nettement toutefois que pour la terre car les ruraux se déclaraient propriétaires de la majorité du cheptel. Ils auraient eu en propre les trois quarts des ovins et 93 % du gros bétail, proportion qui recouvrait des différences sensibles entre le Vallespir et le Roussillon et entre les différents types d’animaux. Les forains détenaient en proportion davantage de bœufs, de juments, et de mulets – le gros bétail de valeur – que de vaches et de bourriques (tableau 5). Ces estimations appuyées sur les chiffres que nous donnent le dénombrement paraissent solides. On ne peut manquer de s’interroger cependant : à qui appartenait exactement le bétail ? Où les résidents parvenaient-ils à nourrir leurs troupeaux près de Perpignan alors que la terre appartenait à d’autres ? On connaît la pratique des baux à cheptel, courante en Roussillon. Mais on manque d’informations à ce sujet. Les contrats de gazaille des minutes des notaires ne donnent pas un reflet fidèle de la réalité. La plupart d’entre eux, conclue verbalement, se reconduisait par accord tacite entre les parties. L’aire du bétail forain restait en deçà de la propriété foncière citadine. Elle concernait principalement les ovins qui disposaient d’un débouché assuré en ville aussi bien pour la viande que pour la laine (carte 19).

26Inutile d’aller chercher dans le détail. Ces chiffres et ces rapides notations descriptives suffisent pour montrer l’importance du cheptel en Roussillon, donner à voir sa composition, montrer combien l’animal constituait un facteur essentiel de différenciation entre la ville et la campagne, entre les communautés de tailles différentes, entre les secteurs géographiques. Le dénombrement de 1730 révèle, ceci n’a guère été souligné jusqu’ici, la diversité de ce bétail. On peut distinguer schématiquement quatre formes principales d’associations. La première, au nord-ouest de Perpignan, de type languedocien, se composait principalement de mulets, de bourriques, d’ovins, de caprins ; les bovins et les porcs y étaient extrêmement rares. La diagonale des Aspres entretenait le cheptel le plus varié : des chèvres, des moutons, des mulets, des bovins, beaucoup de porcins. Un troisième type de combinaison, en plaine, se caractérisait par la place réservée aux bœufs, aux chevaux et juments, par le nombre réduit de chèvres et des porcs, la quantité variable des ovins d’une localité à l’autre, trait particulièrement marqué dans les paroisses contiguës de Perpignan. L’association montagnarde donnait l’avantage aux bêtes à cornes – aux vaches plus qu’aux bœufs contrairement à la plaine –, aux bêtes à laine, aux pourceaux.

27Cette répartition s’accorde assez bien avec le nombre moyen des animaux par feu ainsi qu’à la densité du bétail par rapport à la superficie cultivée (cartes 20 et 21) et confirme s’il en était encore besoin le caractère original du Roussillon, zone de contact entre un Languedoc de rocaille et le versant nord des Pyrénées où les alluvions des fleuves côtiers servaient de trait d’union entre la montagne et la plaine. Disposée fondamentalement nord-sud, elle demeurait conforme au relief, sans effacer pour autant les petites unités spécifiques que singularisaient des caractères communs ; on a pu s’en rendre compte avec l’exemple si éclairant des charrettes et des animaux qui les tractaient.

Carte n° 16 – Nombre de moutons et de brebis par feu en Roussillon en1730

Carte n° 16 – Nombre de moutons et de brebis par feu en Roussillon en1730

Carte n° 17 – Nombre de chèvres par feu

Carte n° 17 – Nombre de chèvres par feu

Carte n° 18 – Nombre de cochons par feu en Roussillon en 1730

Carte n° 18 – Nombre de cochons par feu en Roussillon en 1730

Carte n° 19 – Part du bétail possédé par les forains

Carte n° 19 – Part du bétail possédé par les forains

Carte n° 20 – Nombre d’animaux par feu

Carte n° 20 – Nombre d’animaux par feu

Carte n° 21 – Nombre de têtes de bétail par ha en Roussillon en 1730

Carte n° 21 – Nombre de têtes de bétail par ha en Roussillon en 1730

Bétail et hiérarchie sociale

  • 26 Il y a quelques différences entre le Conflent, le Capcir, où davantage de gens possédaient de la t (...)

28Quelques exemples pris dans les vigueries dont nous possédons les états nominatifs permettent de mieux apercevoir comment se répartissait le bétail dans ces territoires de propriété paysanne majoritaire où plus des trois quarts des chefs de familles détenaient au moins un lopin de terre. Chaque localité constituait un cas particulier. Mais on constatait partout une corrélation étroite entre la terre, le bétail, et la position sociale. L’animal, en raison du capital qu’il représentait, des locaux d’hébergement et des terrains de parcours dont il avait besoin, contribuait à déterminer le statut des individus autant sinon davantage que la terre. Les types et le nombre d’animaux possédés caractérisaient avec sûreté les degrés de la hiérarchie sociale. La société rurale se partageait en quatre strates principales, selon que l’on possédait ou non un cochon, des bêtes à laine ou des chèvres, des bœufs (tableaux 7 et 8)26.

29Le cochon traçait la frontière du dénuement, car ceux qui élevaient un cochon possédaient généralement aussi un bien foncier. À considérer le nombre des porcins, il devait en être ainsi également en Vallespir. On sait l’importance du sel en Roussillon, les réactions hostiles et les révoltes provoquées par l’établissement de la gabelle du sel après l’annexion de la province en Vallespir et en Conflent. La population entière se sentait concernée à cause des salaisons.

30Second seuil qui distinguait le tiers ou les deux cinquièmes des plus à l’aise des villages : les bêtes à laine et les chèvres. Aucun propriétaire du Conflent, du Capcir ou même de Cerdagne, n’entretenait plus de 200 ou 300 bêtes. Comme en plaine, les grands troupeaux qui fréquentaient les pâturages d’altitude l’été appartenaient aux forains. La norme était le troupeau de 5, 6, 10, 50 bêtes au plus pour les moutons – en Capcir principalement – et 2, 3, 10 chèvres au maximum en Conflent et dans les communautés de Cerdagne où l’on en élevait comme à Angoustrine. Un menu bétail facile à loger, à garder, à nourrir, dont il ne faut pas sous-estimer les ressources qu’il procurait : de jeunes animaux, agneaux ou cabris, du lait. Une chèvre donnait trois quarts de litre de lait par jour ; guère moins qu’une vache pendant de longs mois de l’année.

31Le gros bétail, les bœufs de labour plus particulièrement, caractérisait les strates supérieures, des notables, des pagès et des laboureurs, d’autant que les propriétaires d’une ou deux paires de bœufs entretenaient toujours d’autres animaux, divers et nombreux à proportion du gros bétail ; à une exception près, singulière même en Capcir, Puyvalador, où 9 chefs de famille sur 10 possédaient une paire de bœufs. Ce cas mis à part, la hiérarchie était particulièrement nette.

  • 27 E. Peroy, La viguerie de la Cerdagne française, du traité des Pyrénées à la Révolution (1660-1789)(...)
  • 28 Ibid., p. 69.

32Ainsi, en Cerdagne, Sainte-Léocadie et Angoustrine : la première située au sud de l’enclave de Llivia, en plaine, la seconde au nord, du côté de la montagne (cf. tableau 4). Trois des principales fortunes de Cerdagne résidaient à Sainte-Léocadie, dont le viguier François Sicart27. Son bétail se composait de 12 bœufs de labour, 30 vaches, 36 juments, 5 bêtes de charge, 300 bêtes à laine, 12 chèvres, 12 pourceaux. Des paires de bœufs plus qu’il n’en fallait pour mettre en valeur 38,9 ha de terres labourables et 10,3 ha de prés28. Sicart qui avait les étables les mieux garnies de la contrée pratiquait l’élevage pour le négoce comme deux dizaines de Cerdans. Tout en étant loin de ce sommet, les pagès de Sainte-Léocadie avaient chacun au moins une paire de bœufs et un nombre respectable d’autres animaux. Aucun brassier n’en possédait. Les brassiers se contentaient d’un cochon, comme deux veuves. Angoustrine, composée aussi de familles bien pourvues de terres et de bétail, mais située en altitude, moins favorisée, comptait un pagès pour 3 brassiers artisans environ. À défaut d’une paire de bœufs, chaque pagès possédait des vaches, des juments, une bête de charge, des chèvres et 4 cochons en moyenne. Un seul brassier disposait d’un couple de bœufs, un seul encore des moutons. Leurs collègues avaient des chèvres, mais nourrissaient moitié moins de cochons que les pagès. Il en était de même en Conflent où l’on employait peu le terme pagès et davantage celui de laboureur pour désigner le propriétaire foncier qui labourait ses terres avec ses bœufs. Mais les brassiers n’étaient pas sans rien. En plus d’un cochon, d’une bourrique parfois, une fraction significative d’entre eux élevait quelques moutons et chèvres. Le brassier, en Roussillon, n’est pas un paysan sans terre qui vit et se nourrit uniquement avec le gain de ses journées.

Tableau 7. Nombre de chefs de famille propriétaires fonciers, propriétaires de bétail et de différents types d’animaux (en %).

Tableau 7. Nombre de chefs de famille propriétaires fonciers, propriétaires de bétail et de différents types d’animaux (en %).

Tableau 8. Catégories sociales et bétail : nombre de propriétaires et d’animaux possédés

33A. Cerdagne

34- Sainte-Léocadie : 18 chefs de familles, 17 propriétaires fonciers, 18 propriétaires de bétail

  • * Le viguier, un « bourgeois », un avocat

Note*

35- Angoustrine, 51 chefs de famille, 48 propriétaires fonciers, 47 propriétaires de bétail

36B. Capcir

37- Puyvalador, 73 chefs de famille, 70 propriétaires fonciers, 69 propriétaires de bétail

38C. Conflent

39- Molitg, 55 chefs de famille, 55 propriétaires fonciers, 45 propriétaires de bétail

  • * un « bourgeois », un avocat

Note*

40- Py, 44 chefs de famille, 23 propriétaires fonciers, 23 propriétaires de bétail

  • * défrichent, écobuent

Note*

41On pourrait poursuivre ce décompte minutieux, produire d’autres exemples. La conclusion serait la même : l’animal contribue à définir, à caractériser le statut social et la condition des personnes aussi bien que le partage de la terre ou la distribution des cultures. L’idée n’est pas neuve. Mais les exemples donnés ont surtout concerné jusqu’ici des régions d’élevage ou des zones de grandes exploitations. Le Roussillon n’appartenait vraiment ni à l’un ni à l’autre, sinon dans des secteurs limités de la Cerdagne, des hautes Albères ou aux abords de Perpignan. Le dénombrement de 1730, avec les réserves émises précédemment, révèle par le biais du bétail une image neuve du Roussillon rural et de la condition paysanne. Le cheptel est un indicateur aussi pertinent des structures sociales des campagnes que la répartition de la terre et la taille des exploitations, plus couramment utilisées pour les décrire – les sources sont plus abondantes. Le nombre et le type d’animaux possédés délimitent de manière encore plus marquée et lisible les principaux degrés de la société rurale.

42L’intendant Jallais – Orry derrière lui probablement – visait juste : visiter les étables ou les locaux où on logeait le bétail, procéder au dénombrement des animaux, constituait un des moyens les plus rapides et les plus sûrs pour connaître la population d’une province et ses capacités contributives.

Notes

1 D’autres l’avaient précédé : dénombrements en 1694 (1 C 2055, 2063, 2089), 1725. Ce dernier concernait seulement les superficies cultivées, par types de cultures, et l’état des récoltes de 1724 et 1725. Les résultats de la viguerie du Roussillon-Vallespir sont en 1 C 1081. C. Mach, Production agricole et population du Roussillon au xviiie siècle, maîtrise, Paris, 1968 ; J.-M. Moriceau, L’élevage sous l’Ancien Régime (xvie-xviiie siècles), Paris, 1999.

2 Dénombrement par communauté. Les états sont dans les liasses des différentes communautés, classées par vigueries : viguerie du Conflent-Capcir, par exemple, 1 C 1912-2041. Dans certaines communautés, sont décomptés les bœufs, les vaches, les veaux, les juments, les brebis, les moutons, les chèvres, les cochons, comme à Mantet (1 C 1960) ; ailleurs, les bêtes à cornes et les bêtes à laine, sans que la distinction soit faite entre les bœufs et les vaches, les moutons et les brebis (Estoher, 1 C 1920) ; ailleurs encore, uniquement les bêtes à laine. Nulle part on mentionne les mulets, les mules, les ânesses. Les états n’emploient que le terme bourrique, je le conserverai.

3 En essayant de faire rendre leurs comptes aux receveurs ainsi qu’aux syndics et aux consuls des communautés : lettre adressée aux syndics et aux consuls des communautés du Capcir, 26 novembre 1727, 1 C 1900.

4 Orry est intendant du Roussillon du 26 juillet 1727 au mois de septembre 1729 ; Jallais du 10 juin 1730 à 1739. Pierre Raymond, un des receveurs généraux de la province, n’avait pas rendu ses comptes de la capitation depuis 1721, par exemple, et ne s’était pas exécuté en 1733 malgré les injonctions de Jallais, C. Juhel, La fiscalité directe en Roussillon sous l’Ancien Régime (1659-1789), thèse de droit, université de Perpignan, 2000, p. 122-125.

5 1 C 871, brouillon de lettre de l’intendant, 10 mai 1716. Seuls les employés des Fermes et les officiers du Conseil souverain furent soumis au Dixième dans la province.

6 1 C 1081.

7 Ibid.

8 En Roussillon-Vallespir sont ainsi mentionnés le statut des communautés (paroisses ou annexes), les ecclésiastiques qui les desservent, les couvents et le nombre des religieux, la population (hommes mariés, veufs, veuves, garçons de plus et de moins de 15 ans, filles, valets et servantes), les maisons, les charrettes (à bœufs ou à mules), les bestiaux (bœufs, vaches, chevaux, juments, poulains, mulets ou mules, bourriques, brebis ou moutons, chèvres, cochons), les terres labourables (bonnes, médiocres, mauvaises), les incultes, les vignes (bonnes, médiocres, mauvaises), les olivettes (bonnes, médiocres), les fourrages (prés, luzerne), les bois (taillis, à châtaignes, à glands), les moulins (à farine, à huile, à foulon, à tordre la laine, à scier les planches), les forges (forges, martinets). Viguerie du Conflent et du Capcir, 1 C 1902 : nom des chefs de familles, garçons de plus et de moins de 15 ans, filles, valets et servantes, maisons, charrettes, terres labourables, vignes, olivettes, fourrage, bois (avec les mêmes qualités qu’en Roussillon-Vallespir), bœufs de labourage, chevaux, mules et mulets, bourriques, juments de haras, moutons et brebis, chèvres, cochons, moulins, forges et martinets. Viguerie de Cerdagne, 1 C 2045 : nom des chefs de famille, nombre d’enfants, garçons et filles, valets et servantes, maisons, terres labourables, prés, terres incultes, bœufs de labour, vaches, juments, bêtes à laine, chèvres, mulets et chevaux de charge.

9 2 556 et 650.

10 1 C 1909, 1941, 1958, 1986, 1990.

11 Agneaux : Escarro : 32,68 % (1 C 1929) ; Ria : 34 % (1 C 1991) ; Taurinya : 30 % (1 C 2010) ; Sahorre : 33,12 % (1 C 2013) ; Sansa : 34,34 % (1 C 2203). Cabris : En (Nyer) : 25,20 % (1 C 1935) ; Serdinya : 19,70 % (1 C 2005).

12 Cf. Mantet : 1 C 1960.

13 1 C 2045.

14 J’ai reporté sur la carte la proportion des terres cultivées par rapport aux terres déclarées uniquement dans la viguerie du Roussillon et du Vallespir, car elle n’a guère de signification en Conflent, Capcir et Cerdagne.

15 0,59 ha. L’ayminate du Vallespir valait 1 600 cannes carrées (0,6355 ha) ; l’ayminate du Roussillon 1 500 cannes carrées (0,5927 ha) ; le journal employé en Conflent, Capcir, Cerdagne 0,3565 ha. Dans le dénombrement, les superficies du Conflent et du Capcir sont comptées en ayminates ; le journal n’est utilisé que pour la Cerdagne.

16 Sur les 29 communautés pour lesquelles nous sommes informés - qui ne correspondent pas à autant de communes contemporaines -, 5 comptent moins de 10 feux, 6 ont entre 10 et 19 feux, 10 entre 20 et 49, 8 entre 50 et 69 feux.

17 De 42 à 72 dans le Capcir. La taille des groupements d’habitants était plus hétérogène en Cerdagne : de 11 chefs de famille à Vedrinyans, hameau situé sur la commune de Saillagouse, à 95 pour La Cabanasse, 18 des 32 communautés ont de 20 à 49 chefs de famille, soit en moyenne 150 habitants.

18 Le dénombrement ne distingue pas les jardins dont la place n’était pas négligeable, à Perpignan notamment avec ses centaines de jardiniers.

19 Avec quelques records : 7 moulins à Ille-sur-Têt, 6 à Thuir, 5 à Céret et Estagel, 4 à Truillas... Ils étaient beaucoup plus rares en Conflent (un seul à Joch sur l’ensemble des communautés documentées).

20 + 10 % dans 8 communautés : Tautavel, Estagel, Montner, Baixas, Ille-sur-Têt, Sainte-Colombe, Céret et Laroque-des-Albères qui détient le record de la proportion d’olivettes, 18,6 % ; + 5 % dans 25 communautés.

21 Les forains possédaient 53,7 % des terres cultivées prises en compte par le dénombrement, les villageois 46,3 %.

22 Vallespir : 25,9 % ; Cerdagne : 23,2 %. 75 ha étaient entre les mains de propriétaires qui résidaient à Puigcerda et dans l’enclave de Llivia, situés dans les communautés limitrophes de l’enclave. En Capcir, Les Angles est la seule communauté où existe une propriété foraine, extrêmement modeste. L’enquête agricole de 1775 mentionne au contraire de nombreux forains. Ont-ils été omis en 1730 ? Un doute subsiste (cf. par exemple : Formiguère, 1 C 1942).

23 Part des forains en Vallespir : terres labourables : 24,4 %, vignes : 25,4 %, olivettes : 79,2 %, herbages : 22,4 %.

24 Pour le Conflent, on ne peut donner qu’une estimation des animaux par feu.

25 Opoul n’a que des mulets, aucune bourrique.

26 Il y a quelques différences entre le Conflent, le Capcir, où davantage de gens possédaient de la terre que de cochons, et la Cerdagne où c’était l’inverse. Formiguères, où 32 chefs de famille n’élevaient pas de cochons, pèse fortement sur la moyenne du Capcir.

27 E. Peroy, La viguerie de la Cerdagne française, du traité des Pyrénées à la Révolution (1660-1789), mémoire de maîtrise, université de Perpignan, 1994.

28 Ibid., p. 69.

Notes de fin

* B : bonnes, Md : médiocres, Mv : mauvaises

* T L : terres labourables, T B : très bon, B : bon, A B : assez bon, Md : médiocre, Mv : mauvais. Herbages : Ab : abondants, Peu ab. : peu abondants, Md : médiocres.

* Le viguier, un « bourgeois », un avocat

* un « bourgeois », un avocat

* défrichent, écobuent

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 – Superficie cultivée par rapport à la superficie déclarée
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-1.jpg
Fichier image/, 378k
Titre Carte n° 2 – Nombre d’hectares cultivés par feu
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-2.jpg
Fichier image/, 415k
Titre Tableau 1. L’espace agricole en Roussillon en 1730
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-3.jpg
Fichier image/, 93k
Titre Tableau 2. Qualité des terres dans la province du Roussillon en 1730 (en %)
Légende Note*
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-4.jpg
Fichier image/, 133k
Titre Tableau 3. Répartition et qualité des terres en Capcir en 1730 (nombre d’ha. par feu, et en %)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-5.jpg
Fichier image/, 130k
Titre Carte n° 3 – Pourcentage de la superficie cultivée en terre labourable
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-6.jpg
Fichier image/, 838k
Titre Tableau 4. Qualité des terres, des herbages et céréales en Cerdagne en 1730*
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-7.jpg
Fichier image/, 168k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-8.jpg
Fichier image/, 120k
Titre Carte n° 4 – La vigne en Roussillon en 1730. % des terres cultivées
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-9.jpg
Fichier image/, 393k
Titre Carte n° 5 – L’olivier en Roussillon en 1730. % des terres cultivées
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-10.jpg
Fichier image/, 368k
Titre Carte n° 6 – Herbe et pâturage en Roussillon en 1730. % des terres cultivées
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-11.jpg
Fichier image/, 389k
Titre Carte n° 7 – La propriété foraine en Roussillon en 1730
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-12.jpg
Fichier image/, 396k
Titre Carte n° 8 – Proportion des vignes possédées par les foraines
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-13.jpg
Fichier image/, 349k
Titre Carte n° 9 – Nombre de valets et de servantes par feu
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-14.jpg
Fichier image/, 367k
Titre Tableau 5. Le bétail en Roussillon et en Vallespir en 173024
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-15.jpg
Fichier image/, 179k
Titre Tableau 6. Le bétail en Conflent, en Cerdagne et en Capcir en 1730
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-16.jpg
Fichier image/, 128k
Titre Carte n° 10 – Nombre de bœufs et de vaches par feu
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-17.jpg
Fichier image/, 443k
Titre Carte n° 11 – Nombre de chevaux par feu
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-18.jpg
Fichier image/, 411k
Titre Carte n° 12 – Nombre de mulets et de bourriques par feu
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-19.jpg
Fichier image/, 456k
Titre Carte n° 13 – Proportion des mulets, bourriques, chevaux et juments
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-20.jpg
Fichier image/, 416k
Titre Carte n° 14 – Nombre de têtes de gros bétail par feu
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-21.jpg
Fichier image/, 431k
Titre Carte n° 15 – Les charrettes en Roussillon en 1730. Proportion par feu et de type de traction
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-22.jpg
Fichier image/, 374k
Titre Carte n° 16 – Nombre de moutons et de brebis par feu en Roussillon en1730
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-23.jpg
Fichier image/, 430k
Titre Carte n° 17 – Nombre de chèvres par feu
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-24.jpg
Fichier image/, 431k
Titre Carte n° 18 – Nombre de cochons par feu en Roussillon en 1730
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-25.jpg
Fichier image/, 427k
Titre Carte n° 19 – Part du bétail possédé par les forains
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-26.jpg
Fichier image/, 333k
Titre Carte n° 20 – Nombre d’animaux par feu
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-27.jpg
Fichier image/, 430k
Titre Carte n° 21 – Nombre de têtes de bétail par ha en Roussillon en 1730
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-28.jpg
Fichier image/, 433k
Titre Tableau 7. Nombre de chefs de famille propriétaires fonciers, propriétaires de bétail et de différents types d’animaux (en %).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-29.jpg
Fichier image/, 126k
Légende Note*
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-30.jpg
Fichier image/, 101k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-31.jpg
Fichier image/, 96k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-32.jpg
Fichier image/, 101k
Légende Note*
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-33.jpg
Fichier image/, 174k
Légende Note*
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/727/img-34.jpg
Fichier image/, 193k

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540