Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Représentations de la Catalogne, de la Castille et de la France pendant la « guerra dels papers » (1640-1641)

Texte intégral

1La Catalogne peut apparaître au premier abord comme un poste d’observation privilégié pour traiter du thème « Adhésion et résistance à l’État en France et en Espagne entre 1620 et 1660 » puisqu’il y eut successivement résistance puis choix – qui sous-entend adhésion à une autre souveraineté – avec la Guerra de Separació et « l’élection » du roi de France. Résistance et adhésion, voire adhésion comme moyen de résistance – à la France, contre la Castille – dont le retentissement fut grand car les deux royaumes se livraient une lutte sans merci. La situation de la Catalogne au nord de l’Espagne et à la frontière de la France où se déroulaient traditionnellement des actions de guerre ajoute encore à l’intérêt de l’analyse : on touche en effet là à des sujets qu’affectionnent les historiens comme celui des relations entre centre et périphérie. Mais en l’occurrence s’agit-il bien exactement ou seulement de cela, c’est-à-dire de l’Espagne, de la France, et même de l’État comme on l’entend depuis que se sont développées les recherches sur les fondements de l’État moderne ? Ce dernier connut une phase décisive alors, au moins en France en raison de la guerre et des besoins financiers qu’elle entraîna, mais ses effets ne pouvaient être immédiatement perçus, surtout à l’extérieur. D’où le risque, pas toujours complètement évité, de penser en terme d’État, ce qui serait anachronique.

  • 1 La bibliographie sur la crise de 1640 est immense. J. H. Elliott, La revolta catalana, 1598-1640. (...)

2Pour le saisir, le mieux est de se placer au cœur de la crise de 16401, de s’adresser aux sources qui présentent la position de la Catalogne au sein de l’Espagne et ses relations avec la France : les libelles, pamphlets, pièces de théâtre, chansons, ou traités rédigés pour défendre la Catalogne, faire connaître sa situation et justifier les prises de position de ses instances représentatives.

La « guerra dels papers »

  • 2 A. Simon I Tarrés, Els origens ideològics de la revoluciò catalana de 1640, Barcelone, 1999, p. 18 (...)
  • 3 J. H. Elliott, La revolta catalana..., op. cit. ; ID., « La classe dominant catalana en els segles (...)
  • 4 J. Reula, « 1640-1647 : Una aproxumaciò a la publicísta de la Guerra dels Segadors », Pedralbes, n(...)

3Dès le début de l’année 1640 les publications fleurissent : des pamphlets ou avisos comme se désignent certains, ainsi El verdader Angel de la llum dont l’auteur Francesc Martí i Viladamor jette des exemplaires dans la salle du Conseil des Cent puis dans la « grand-rue de Barcelone » au passage d’une ambassade du vice-roi2, ou Avisos del Castillano daté du 26 février 1640 qui attire l’attention sur la ruine totale promise au Principat et dénonce l’attitude trop passive de la ville de Barcelone. Celle-ci, J.-H. Elliott a beaucoup insisté sur cet aspect, avait mis en avant jusque-là les constitutions catalanes en évitant de rompre avec Philippe IV3. Des œuvres plus polémiques et de plus grande ambition paraissent lorsque les exactions des troupes puis la révolte populaire conduisent à la rupture avec Madrid. Cette production considérable, en partie anonyme, pas toujours bien datée car des textes manuscrits circulent avant d’être imprimés, n’a pas encore fait l’objet d’une recension exhaustive malgré des tentatives dans ce sens4. Autant que l’identification des auteurs, la connaissance fine de leur statut social et de leur attitude tout au long de la crise, il conviendrait de savoir le moment précis où ils furent rédigés et comment ils furent diffusés.

  • 5 L. Vidal Pla, Guerra dels Segadors i crisis social, Barcelone, 1984.

4Les premières publications suivent de près la reprise du château de Salses dont la perte, avait accusé Olivares, était due à la médiocrité militaire du contingent catalan. Le climat insurrectionnel à partir du mois de mai, puis l’émotion populaire du 7 juin à Barcelone, suscitèrent peu d’écrits d’abord. Les violences et la révolte populaire créaient une situation inédite, les réactions du peuple difficiles à contrôler inquiétaient. Elles justifiaient l’intransigeance du pouvoir royal et rendaient les négociations délicates. Madrid ne manquait d’ailleurs pas de soutiens. La société catalane fut moins unanime qu’on l’a longtemps dit, le nombre des exilés philippistes le prouve5. Des ambassades partirent de Barcelone pour maintenir le contact avec le pouvoir. La tension avec les ministres resta vive. Le mémorial apporté le 23 juillet par les envoyés des institutions catalanes déclencha notamment une vive colère du comte-duc.

  • 6 R. Garcia Carcel, La revolta catalana, Pau Claris, Barcelone, 1985.
  • 7 A. Simon I Tarrès, Els orígens..., op. cit., p. 172.
  • 8 R. Garcia Carcel, « Glosa cathalana », L’Avenç, no 40, 1981, p. 41-42.

5Courant septembre, le nombre des publications grossit fortement. Ce second temps fort de la « guerra dels papers » coïncide avec la convocation par le président de la Generalitat, Pau Claris, de la Junta general de Braços dont le rôle consultatif n’était pas sans importance en période de graves difficultés, d’autant que ceux qui vinrent siéger, majoritairement favorables à une attitude ferme à l’égard de Madrid, encourageaient à ne rien céder sur les principes énoncés par les constitutions catalanes6. Les écrits justifient les réactions de la population dressée contre la soldatesque. Le ton est beaucoup plus dur qu’au début de l’année, bien que l’on prenne encore soin d’épargner le souverain et de lui manifester la loyauté des Catalans en avançant qu’il ignorait ce qui se passait. Un pamphlet comme la Glosa cathalana parue courant septembre où l’auteur critique sévèrement les institutions, les personnages du gouvernement de Madrid coupables de bafouer les lois ainsi que la justice et l’armée, ou la missive envoyée le 18 du même mois par les Braços qui justifiait le soulèvement armé du Principat pour se défendre de l’occupation des troupes commandées par Olivares, traduisent bien l’état de l’opinion à ce moment là7. Selon J. Vidal Pla, la Glosa cathalana émanait d’un cercle proche de conseillers municipaux de Barcelone qui cherchait à peser sur les décisions de la Junta8. Beaucoup de textes imprimés sont directement inspirés voire commandés par les milieux gouvernementaux de la Catalogne. Ainsi, début octobre, le moine augustin Gaspar Sala i Berart, docteur en théologie de l’université de Barcelone, travaillait pour le compte du Conseil des Cent à la Proclamación católica a su Magestad piadosa Felipe el Grande.

  • 9 A. Simon I Tarrès, op. cit., p. 173-181.
  • 10 Justificació en conciència de haver pres lo Principat de Catalunya las Armas per a resistir als so (...)

6Ce texte passionné clôt la série des doléances adressées par les Catalans à Philippe IV et inaugure la bataille de propagande proprement dite des Institutions catalanes9. Des exemplaires furent envoyés à Saragosse, Valence, Madrid, Majorque, Naples, Rome : d’autres parvinrent à Paris où Richelieu en prit connaissance. Il fit l’objet de traductions en français, en portugais, en néerlandais. Gaspar Sala présentait le soulèvement populaire comme un acte de guerre sainte où se manifestait la « mano vengadora de Dios ». Les moissonneurs n’étaient que le bras de la justice divine : la Providence avait voulu les événements du Corpus de sang. Sala avançait en outre un thème dont on ne manque pas de percevoir immédiatement le caractère menaçant : la liberté et les privilèges dont jouissait la Catalogne devaient beaucoup à Charlemagne, à Louis le Pieux et à Charles le Chauve ; ce qui suggérait clairement vers où les Catalans pourraient porter leurs regards. La diffusion donnée à la Proclamación católica montre qu’il ne s’agissait pas d’un simple ballon d’essai destiné à obtenir une révision de la politique d’Olivares. Elle était à peine imprimée – l’information de sa parution date du 12 octobre – que la Généralité convoquait une assemblée de théologiens pour donner une assise doctrinale à la résistance armée. Il en sortit un texte fondé essentiellement sur les écrits des théologiens castillans les plus en vue10.

  • 11 Calaluña en Francia, Castilla sin Calaluña y Francia contra Castilla : panegyrico glorioso al Chri (...)

7Un degré supplémentaire fut franchi avec la Noticia universal de Calaluña de Francesc Martí i Viladamor qui s’était déjà illustré par ses positions anti-castillanes. Le Conseil des Cent auquel il la présenta fin décembre en ordonna la publication après la correction de quelques détails. L’œuvre, au ton très polémique, témoigne de l’évolution rapide des positions des députés des Braços et du conseil barcelonais au cours de l’automne 1640. Martí i Viladamor y défendait une conception républicaine de la Catalogne à grands renforts d’arguments historiques et juridiques et se prononçait pour la séparation du Principat de la monarchie espagnole plus nettement que la Proclamación católica. En développant la thèse selon laquelle la Catalogne était régie comme un principat électif depuis l’élection de Charlemagne, il reprenait l’idée avancée dans certains cénacles de Barcelone : proclamer Louis XIII comte de Barcelone. Dès lors, les principaux thèmes et arguments de la propagande catalane sont formulés. On n’innovera plus guère ensuite, sinon pour justifier « l’élection » du roi de France. Martí i Viladamor ira le plus loin dans ce sens en publiant à la fin de l’année 1641 sa Calaluña en Francia, Castilla sin Calaluña y Francia contra Castilla11.

  • 12 J. Sarroca, Política del comte d’Olivares, « declaren los teòlegs en Barcelona fer llícita per mol (...)
  • 13 « La regia ma superior y divina en forma de segadors », « ha obrado en este faccion [à Montjuich] (...)
  • 14 J. Sarroca, op. cit., p. 86.

8Issu de la dénonciation de la politique d’Olivares, des exactions de la soldatesque et du mépris affiché des Catalans – les critiques portées à leur encontre après la perte de Salses les ont humiliés –, le discours s’approfondit et s’élargit dans le temps et dans l’espace par un double mouvement de remontée aux origines et d’extension de la réflexion à l’ensemble de l’empire espagnol. La Catalogne étant « la clau i la força de tota la monarquia »12, Olivares s’en prenait à elle en profitant de la guerre avec la France pour la réduire à merci puis s’attaquer aux autres composantes de la monarchie. Exemplaire, la guerre se vivait en Catalogne comme une œuvre de Dieu, menée avec l’aide des premiers martyrs et des plus saints patrons de la Catalogne, sainte Eulalie et saint Georges13, et une entreprise licite conforme aux constitutions14.

  • 15 H. Hettinghausen, op. cit., p. 12.
  • 16 Entre 1640 et 1652. En outre, Catálago de la colección de Folletos Bonsoms, relativos en su mayor (...)
  • 17 . A. Simon i Tarrès, op. cit., p. 207, 209.

9Des Avisos rapidement composés du début de l’année 1640 aux derniers ouvrages de plusieurs centaines de pages, la production imprimée principalement à Barcelone fut considérable. H. Ettinghausen, pour qui la Guerre des Segadors représente le grand « boom » de l’impression catalane, en a édité 342 dont 252 en catalan15. Encore son choix est-il sélectif puisqu’il n’a retenu que les textes de 8 feuillets au maximum16. Il faudrait ajouter à ce nombre au moins une cinquantaine d’ouvrages plus importants, plus les textes restés manuscrits ou perdus par suite de destructions, car une série de dispositions ordonna, à partir de 1653, de remettre tous les manuscrits et les imprimés ayant trait à la période de « séparation » de la monarchie espagnole à l’avocat fiscal de la Royal Audience17.

  • 18 La Justificación Real de Alonso Guillem de la Carrera imprimé à Madrid au mois d’octobre 1640 auqu (...)

10Ces chiffres peuvent paraître relativement modestes si on les compare à la production recensée en France pendant les guerres de Religion ou la Fronde – des centaines de libelles pendant la Ligue, des milliers au cours de la Fronde –, aux Pays-Bas lors de la révolte contre l’Espagne et en Angleterre. Le contexte était différent, moins propice au développement d’une littérature de combat ou portée à la dérision comme pendant la Ligue et la Fronde. Des divergences interviendront en 1641 sur le degré d’engagement en direction de la France. Cependant, on n’aperçoit guère en Catalogne de partis qui se combattent. Les publications pro-castillanes, imprimées à Madrid, ne deviendront significatives qu’après 164118.

  • 19 Frances Martí i Viladamor, Gaspar Sala par exemple.
  • 20 3 000 exemplaires pour la Noticia dans un premier temps, elle fera l’objet de plusieurs éditions, (...)

11Quels furent la diffusion de ces écrits et leur retentissement ? Ils sont issus pour l’essentiel de l’entourage de cercles dirigeants, milieu étroit de quelques centaines de personnes où Barcelone pesait d’un poids déterminant. Bénéficiant de la lutte menée depuis la polémique institutionnelle de 1621-1622 à propos du vice-roi et de la question du serment royal où les privilèges carolingiens et le caractère électif de la monarchie en Catalogne avaient déjà été clairement évoqués, les juristes jouèrent un rôle essentiel ainsi que les ecclésiastiques, notamment avec leurs sermons, les plus actifs publiant plus d’une dizaine de textes identifiés19. Quelques ouvrages seulement furent réimprimés en raison de la médiocrité de la population catalane – l’équivalent de Paris environ –, mais certains comme la Noticia universal de Catalunña connurent un tirage considérable20.

  • 21 Escrits politics, t. 1, p. 19-20, 30. Martí i Viladamor avait déjà utilisé ce procédé dans les Avi (...)

12Ce nombre d’exemplaires de traductions en français, portugais, néerlandais, d’impressions à Rouen ou aux Pays-Bas, témoigne du souci de faire connaître le plus largement possible la cause catalane. D’où le choix de la langue. La majorité des opuscules est en catalan. Quelques-uns en latin. Mais des auteurs comme Martí i Viladamor pour sa Noticia ou plus tard sa Cataluña en Francia préfèrent employer le castillan. Il s’agissait pour eux, en l’occurrence, de mieux se faire entendre. Un autre moyen fut de paraître au-dessus de la mêlée. Dans la dédicace de la Noticia Martí i Viladamor se présente comme un « forastero castillan », un étranger, afin de paraître impartial : son livre « escluye toda passion, porque neutralisa commo juez, y executa commo verdad »21.

Catalogne et Castille : la liberté et la foi contre la duplicité et la tyrannie

13C’est dans ces textes de la « guerra dels papers » que l’on trouve le langage de l’argumentaire de résistance, du refus de l’adhésion aux États. Les emprunts, voire les répétitions, fréquents de l’un à l’autre, leur donnent une unité et une puissance de conviction qui ont contribué à faire accepter l’idée de l’élection du Très Chrétien comme comte de Barcelone. Il s’en dégage une représentation de la Catalogne, de la Castille et de la France de plus en plus nette dans le dessin et la fonction à mesure que les événements se précipitent, comme si la guerre et ses malheurs servaient à les révéler. Si l’on s’est intéressé séparément aux ouvrages principaux dans l’historiographie catalane on n’a guère tenté jusqu’ici d’en suivre avec minutie la constitution progressive et l’emploi dont ils ont fait l’objet, par où s’opère la separació de la Catalogne avec la Castille puis s’effectue la justification de l’option française. On les envisagera ici au terme de leur élaboration.

  • 22 Martí i Viladamor, Noticia, p. 4
  • 23 Gaspar Sala, Proclamación católica, p. 211.
  • 24 Noticia, p. 52.
  • 25 Ibid., p. 140.

14Deux postulats fondent la représentation que les Catalans se font d’eux-mêmes et de leur pays : la liberté et l’antériorité, d’où découlait leur position dans l’ordre politique et la foi. Ils se considéraient comme des hommes libres, de toute origine. Cette liberté remontait au fondateur d’« Espanya », Tubal, un petit-fils de Noé22. Par l’héritage qu’ils portaient, ils s’identifiaient aux premiers Espagnols dont ils conservaient précieusement le trésor original. La liberté et l’histoire catalane se confondaient. La Catalogne était une terre libre, les Catalans naturellement des hommes libres : « por las libertades que gozan los Catalanes, todos son hidalgos »23. La preuve, ils n’avaient jamais été des vassaux conquis comme d’autres Européens ou les Américains. C’est pourquoi, lorsqu’ils s’étaient donnés à un souverain, cela s’était fait par un acte volontaire moyennant des conditions imprescriptibles garantissant cette liberté24. Sa situation géographique avait préservé la Catalogne des Carthaginois premiers oppresseurs de l’Espagne25, puis lui avait offert le privilège d’être libérée la première du joug musulman.

  • 26 Escrits polítics, I, p. 16.
  • 27 Noticia, p. 135.
  • 28 Ibid., p. 136.

15De ce postulat, une liberté originelle sans tache toujours sauvegardée, découlait la théorie du roi élu surgie au xvie siècle et entièrement constituée au cours de la décennie 1620 que reprenaient Gaspar Sala dans la Proclamación católica et Frances Martí i Viladamor dans la Noticia universal. La source du pouvoir politique se trouvait dans le populus ou communauté, non dans un pouvoir divin ou supérieur difficile à définir26. Le roi, investi de la souveraineté par élection pour la durée de son règne, ne pouvait la transmettre à quiconque. Encore risquait-il d’en être dépossédé s’il se comportait comme un tyran : « en el reyno electivo el derecho de la superioridad y soberaniá... se adquiere tan solamente a la persona electa, de tal manera, que muerto el rey, o depuesto por su tyranía, el pueblo recupera la potestad qui avía dado al rey »27. Le peuple, libre de toute contrainte, pouvait choisir la forme de gouvernement qui lui convenait et en changer éventuellement « aora sea democrático »28. Nul besoin de s’appesantir ici. On reconnaît les catégories aristotéliciennes reprises en France à l’occasion du débat sur la nature et l’exercice du pouvoir royal au cours de la seconde moitié du xvie siècle, notamment par Jean Bodin.

  • 29 Ibid., p. 81.

16Philippe IV, selon ce postulat, régnait comme comte de Barcelone par nouvelle et volontaire élection. Il en était déjà ainsi sous les Goths. Leurs rois, affirmaient en cœur les commentateurs catalans, avaient tous été élus. Une fois les musulmans repoussés, il en avait été de même pour Charlemagne. Élu, le roi devait jurer les lois et les privilèges avant son couronnement. Les lois gothiques ayant cours en Aragon, celles-ci jouissaient de leur pleine puissance en Catalogne. Certes, les monarques s’étaient succédés depuis longtemps, mais cela n’avait eu lieu qu’avec l’aval des Catalans, par déférence et « proverbial elegància o fidelitat ». Il s’agissait donc d’un acte gratuit dont la monarchie ne pouvait se prévaloir. Les Catalans restaient libres de reconnaître pour leur comte un autre roi29. Les Goths, Charlemagne, Louis le Pieux et Charles le Chauve, occupaient une place déterminante dans cette démonstration historico-juridique. Si le souvenir de Rome demeurait – on rappelait la liberté italique –, l’héritage barbare était valorisé au point d’être considéré comme le fondement de la constitution politique catalane. Cette revendication est contemporaine de l’exaltation des origines franques en France. Les ascendances gothiques et franques suggéraient une communauté de pratiques et d’esprit qui se retrouvait dans la continuité de l’élection, la reconnaissance et le renforcement des privilèges.

  • 30 Noticia, p. 35-40.
  • 31 « El primer que recibiò la fe de Christo ha sido catalan », Noticia, p. 95 ; formule à peu près id (...)
  • 32 G. Sala, Epitóme, ce sont les dernières phrases de l’ouvrage.
  • 33 G. Sala, Sermó chronólogich del illustre martyr y patron inclyt de Cataluny Sant Jordy, Barcelone, (...)

17Les Catalans s’appuyaient aussi sur le socle de la religion et la foi. La Catalogne était indiscutablement le berceau du christianisme péninsulaire, « la columna de la fe catholica »30. C’est chez elle qu’il y avait eu le premier converti31, le premier sang versé pour la foi – celui de la vierge Eulalie native de Barcelone –, les premières églises, le premier évêque, le premier tribunal de l’Inquisition de la péninsule, le premier inquisiteur d’Espagne. Inébranlables dans leur foi, les Catalans n’avaient jamais compté d’hérétiques parmi eux. La primauté, la pureté et la fermeté de la foi sont un acte essentiel de la Guerre des Segadors dont l’importance grandit à mesure que s’approfondit le fossé avec Madrid. La défaite du marquis de Los Vélez à Montjuich contre l’armée franco-catalane (26 janvier 1641), présentée comme une grâce de la martyre Eulalie et de la Vierge, et l’aide du contingent français comparé à l’armée de Charlemagne symbolisaient le triomphe de la liberté, du droit et de la foi32. Pour Gaspar Sala la cause du Principat s’identifiait à celle de Dieu33.

  • 34 G. Sala, Proclamación católica, p. 3, et de rappeler (p. 7), en faisant allusion au siège de Perpi (...)
  • 35 Ibid., p. 264. Les allusions sont permanentes : face aux contingents catalans et français à Montju (...)
  • 36 Secrets públics, p. 34, Sala cite Las Casas.

18Ces vertus cardinales faisaient qu’il n’y avait pas de vassaux plus fidèles et loyaux que les Catalans ; d’ailleurs, l’empereur Charlemagne « reconocio en los Catalans la fidelidad como congenita »34. Le portrait dressé de la Catalogne et des Catalans légitimait le recours aux armes et composait par contraste celui de la Castille. L’action des Segadors relevait de la légitime défense. La loi permettait à un particulier, au peuple lui-même, de refuser les injustices, de se venger des soldats oppresseurs, de résister aux violations de la loi et des privilèges catalans. Les exactions commises par les tercios dépassaient l’entendement : on croyait la Catalogne envahie par les « hereges, Turcos o Moros »35. Ils s’en étaient pris aux choses les plus sacrées, aux églises où les villageois avaient entreposé leurs biens les plus précieux. L’image de l’infidèle ainsi que les thèmes de l’impureté et du mal seront repris avec beaucoup d’instance. Les troupes castillanes, venues d’un pays resté longtemps sous domination musulmane, formées d’hommes envoyés par force comme des esclaves dans les terres étrangères, ne savaient commettre que des atrocités et réduire les populations en esclavage ; on l’avait vu en Amérique36.

  • 37 J. Sarroca, Política, p. 61.
  • 38 Escrits polítics, 1, p. 19 ; Noticia, chap. xxii-xxiii.
  • 39 La Proclamación católica comporte encore « Viva el Rey », p. 157.
  • 40 Política, p. 61, 130.

19Ce procès en hérésie contre le bras armé de la Castille renvoyait au Valido, Olivares, vrai Antéchrist responsable des malheurs de la Catalogne et de l’Espagne37. Autant la personne du roi fut longtemps ménagée, même après la rupture, autant Olivares fut la cible de toutes les rancœurs avec une accumulation de termes péjoratifs, dont l’apothéose se trouve dans le Sermó de Sant Jordy. On réclamait ouvertement sa « defenestratió » politique, allusion transparente à la défénestration de Prague38, en énumérant force griefs : de s’être interposé entre le Principat et le monarque comme un écran masquant la vérité, d’être à la tête d’une camarilla qui avait fait main basse sur le pouvoir, d’avoir transformé la monarchie espagnole en une tyrannie oligarchique par ambition et soif de domination. Presque obsessionnellement les premiers avisos portaient pour titre La vérité..., cachée au Prince39. Sarroca tenait le Valido pour un adepte du machiavélisme : faire le contraire de ce qu’il affirmait et promettait, employer la terreur pour obtenir l’obéissance, susciter la division de manière à déclencher des guerres civiles parmi les peuples et à ruiner leur capacité de résistance. Surtout, Olivares voulait « une loi, un roi, une monnaie »40 : un projet unificateur synonyme de tyrannie. Le roi, toutefois, n’était pas exempt de reproches à partir du moment où il n’écoutait pas les doléances de ses sujets, où il agissait contre la religion et trahissait son serment en refusant de se tenir lié par les lois.

  • 41 Noticia, p. 44. Le titre du chapitre IV (p. 43) est suggestif : « ... ni reconece Cataluña en sus (...)

20Or la doctrine catholique bien entendue répudiait la tyrannie41. On ne saurait mieux suggérer que le roi de Castille méritait peu le titre de roi Catholique et de défenseur de la foi.

  • 42 Justificació en Conciència..., op. cit.
  • 43 A. Simon I Tarrès, op. cit., p. 182 ; V. Ferro, El dret públic català. Les institucions a Catalany (...)

21La dénonciation de la tyrannie rappelle jusque dans les termes employés l’argumentation développée par les monarchomaques français de la seconde moitié du xvie siècle. Les auteurs catalans les citent peu cependant. Ils puisent par contre abondamment dans les œuvres des principaux théologiens castillans du xvie et du début du xviie siècle. Le texte le plus significatif à cet égard est la Justificació en Conciència qui exprime la position des théologiens assemblés par la Generalitat au mois d’octobre 164042 en retournant contre la monarchie espagnole le procédé qu’elle employait fréquemment dans sa propagande : l’appel à l’autorité des théologiens pour légitimer ses décisions43. Les ecclésiastiques catalans avaient beau jeu de mobiliser en faveur de la cause du Principat les idées de Francisco Suarez et de Juan de Mariana qui passaient pour exprimer la doctrine jésuite de l’État : le droit des peuples à résister contre le tyran devenait légitime lorsqu’il attentait gravement au bien commun.

France et Castille : le coq divin et le lion démoniaque

  • 44 J. Anton, M. Jimenez Sureda, « Francisco Martí i Viladamor : un pro-francès durant la guerra dels (...)
  • 45 Cataluña en Francia, p. 30.
  • 46 Ibid., p. 55.
  • 47 Ibid., p. 65.
  • 48 Ibid., chap. 10, p. 80.
  • 49 Ibid., p. 81-84-89.

22Il revint à Francesc Martí i Viladamor, le plus francophile des auteurs catalans, de compléter la représentation de la Castille et de son roi, figures antithétiques de la France et du Très Chrétien44. Sa Cataluña en Francia, traité soigneusement composé qui va très au-delà des thèmes mobilisés jusque-là dans la « guerra dels papers », suppose une connaissance très sûre de la monarchie française impossible à acquérir en quelques mois. La crise de 1640 est un bon révélateur de la diffusion des théories jésuites de l’État ainsi que de l’imaginaire des différentes monarchies. Convaincu de la signification des symboles et des emblèmes, Martí i Viladamor leur assigne une fonction téléologique. À l’origine, la France et l’Espagne disposaient des mêmes armes, le lion. Mais le Ciel « sempre favorable a Francia » lui envoya trois fleurs de lys45. La Castille se vit par contre confirmer le lion, symbole de l’imperfection et de la perversion : le lion est en effet « por todas sus partes y qualitades els symbols mas proprio de un tyrano »46. Les fleurs de lys manifestaient l’élection divine, la France ayant conservé les armoiries au lion jusqu’au baptême miraculeux de Clovis par où les rois de France étaient devenus Très Chrétiens. L’onction avec l’huile apportée du ciel par une colombe – comme au baptême de saint Jean-Baptiste47 – valait beaucoup plus que celle de tous les autres rois sur terre. Une excellence dont ne pouvait se prévaloir le roi de Castille48. Le toucher des écrouelles – en français dans le texte, puis en catalan et en italien – retient beaucoup Martí i Viladamor ainsi que l’oriflamme céleste envoyée à Clovis pour le distinguer des princes infidèles49.

  • 50 Ibid., chap. 15, p. 1
  • 51 Ibid., p. 114.

23Le coq encore davantage, auquel il consacre plus d’une dizaine de pages nourries d’une impressionnante quantité de références d’auteurs anciens50. Effrayé par la vue et le chant du coq, craintif devant ses battements d’ailes, le lion redoutait par-dessus tout les coqs blancs : la couleur blanche représentation de la vérité immaculée épouvantait le fauve/créature du diable. Le soleil avait reconnu la supériorité du coq en lui confiant l’honneur de l’annoncer chaque matin. Il révélait la divinité : son chant la célébrait, l’apôtre Pierre n’avait pas su entendre ses avertissements, etc. Les esprits immondes, au contraire, se manifestaient sous la forme du lion. Le coq venait de chanter la foi en la Catalogne – la Cataluña en Francia paraît à la fin de l’année 1641 –, de se dresser contre les lions féroces pour arrêter leurs cruautés, ... des lions féroces au nombre desquels Martí i Viladamor plaçait « el leon Valido »51.

  • 52 Ibid., chap. 19, p. 157-167.
  • 53 Ibid., chap. 20-25, p. 167-249, avec une insistance particulière sur le rôle de Pépin le Bref et d (...)
  • 54 Ibid., p. 248.
  • 55 Ibid., p. 276.

24Ce thème du coq héraut de la foi associé aux mille vertus des fleurs de lys servait de transition pour aller à l’essentiel, la foi catholique. La France avait reçu la foi avant l’Espagne, un Franc était devenu le premier prince chrétien, grâce dont bénéficiait la Catalogne sa plus proche voisine. La preuve irréfutable de l’ancienneté de la foi en France se trouvait dans l’antiquité de ses églises52. Cette primauté n’aurait pas eu d’effet sans la persévérance de la plus ancienne monarchie catholique dans la foi. L’Église catholique devait beaucoup aux rois Très Chrétiens, en particulier à Louis XIII le Juste53, si bien que l’on pouvait considérer « la religion comme naturelle dans la nation française »54. Mieux que quiconque, la France montrait la fermeté de sa foi face à l’hérésie. La Castille était mal placée pour la montrer du doigt dans ce domaine car, attaquée de toutes parts, la foi y avait triomphé « como sol entre sombra y floresca come lirio entre epinas »55.

  • 56 L’argument est déjà employé dans le Sermó de Sant Jordy du mois d’avril 1641.
  • 57 P. 356.

25La Catalogne chérissait autant la foi que la France, l’Espagne n’était pas digne de la fidélité des Catalans. L’ancienneté, la pureté et la vigueur de la foi catholique rapprochaient la Catalogne et la France. L’union de leurs armes contre la Castille poursuivait leur commun combat pour la foi. Derniers arguments en faveur de la France et de son roi : les armes de la famille des Bourbons comportaient des fleurs de lys comme la lignée issue de Clovis ; Louis XIII descendant en ligne directe de la Catalogne par les Béarn-Moncada serait le défenseur naturel des lois catalanes56. Roi juste d’une France « Terre des justes »57 il rétablirait la justice en Catalogne.

  • 58 Le Sermó chronólogich est écrit peu après Montjuich.

26La conclusion s’imposait d’elle-même : la Catalogne ne pouvait balancer entre le Bien et le Mal, entre ses origines naturelles de la terre, du sang, de l’élection divine, et un attachement funeste à l’Espagne. Les contempteurs des violations des libertés catalanes réservaient leurs coups à la Castille. Martí i Viladamor avait fait de même dans ses premiers écrits. Sa Calataluña en Francia opérait néanmoins un changement de perspective considérable en s’extrayant des contingences événementielles. Celles-ci n’étaient que l’accomplissement d’un projet divin annoncé par des signes et des emblèmes avant que la Castille existât. Le lion de ses armes représentait les forces démoniaques, désignait la tyrannie. L’infidélité sous le couvert de la foi s’incarnait dans le Valido. À son dessein d’Union des Armes, destructeur de l’Espagne, s’opposait l’union de la Catalogne et de la France qui renouait avec l’esprit de la croisade contre les infidèles et la victoire. La Catalogne soumise à la couronne d’Espagne ne produisait que des fruits secs. Dans le Sermó chronólogich, Gaspar Sala employait une image forte : la vigueur des sarments d’une vigne dépendait du cep. Ils ne donnaient rien sur celui de la Castille, placés sur le cep de France ils reverdissaient immédiatement58.

  • 59 Je renvoie pour cette question à la contribution de A.-M. Cocula, « La fin du parti protestant en (...)

27Tout est dit à la fin de l’année 1641. Les ouvrages postérieurs de la « guerra dels papers » n’apporteront rien de plus aux images forgées de la Catalogne, de la Castille et de la France. Celle de la Catalogne, la plus vigoureuse, avait les traits de la liberté, de la foi et du martyr. La Castille, derrière la face du roi Catholique, reflétait la perfidie, la tyrannie, marques d’une cryptoinfidélité. Quant à la France, royaume élu destiné à proclamer la foi et à triompher de l’hérésie, elle possédait toutes les vertus. De ces trois images, la troisième, trop neuve et intellectuelle, trop habile également, heurtait des souvenirs encore trop vivaces dans la population comme l’occupation du Roussillon par Louis XI ou les expéditions plus récentes dont il n’est jamais soufflé mot pour se fixer durablement. Plus efficace et insidieux était le parallèle fait entre la Castille et la France au sujet de la pureté de la foi. On connaît la hantise de la pureté du sang et de la foi dans l’Espagne du xvie siècle et de la première moitié du xviie siècle ainsi que le procès en hérésie instruit contre la France. Personne n’ignorait dans les cercles barcelonais francophiles la réputation acquise par Louis XIII depuis le début de son règne. Louis le Juste – il n’est désigné qu’ainsi –, de descendance hérétique, avait été choisi par Dieu pour laver la tache familiale, relever les églises, rétablir le culte, vaincre les hérétiques59. Nouveau Charlemagne, le Très Chrétien achèverait sa croisade en Catalogne.

  • 60 Dans les Secrets públics, publiés au début de l’année 1641 (E. Sera, Escrits polítics, t. 2, p. 20 (...)

28Les plus chauds partisans de la France considéraient que l’histoire depuis le commencement des temps et le passé le plus récent se mariaient pour créer une situation irréversible : la riposte catalane, prémices des secousses qui ébranlaient toutes les parties de l’empire espagnol, précédait de peu son effondrement60. Tous les auteurs, quelles que fussent l’ampleur et la profondeur de leurs vues se plaçaient dans la perspective de ce passé et d’une histoire en cours d’accomplissement. Mais ce recours à une histoire qui soudait le passé et le présent empêchait les Catalans, au moins ceux qui s’exprimaient et cherchaient à rendre intelligibles les épreuves endurées, de percevoir les transformations de l’État.

29Le terme État, c’est à souligner, n’est quasiment pas employé. Les auteurs parlent de règnes, de rois, de nations. Les relations décrites ou imaginées sont d’ordre purement personnel, ce à quoi portait la conception de l’élection du Prince. L’attachement aux constitutions, le refus du projet « une loi, un roi, une monnaie » était clairement un rejet de l’État tel qu’il tentait de se mettre en place alors avec ses structures administratives et son projet unitaire ; l’inclination vers la France, le fruit d’une image complexe du royaume et du prestige dont il jouissait fondé essentiellement sur sa place éminente dans la Chrétienté. Après les élans initiaux et les premières victoires, l’occupation des troupes françaises puis le peu de considération portée aux constitutions auront vite fait de mettre les plus zélés propagandistes en difficulté.

30La « guerra dels papers », unique par son intensité et son importance dans l’histoire catalane, prend place parmi les grandes batailles de l’écrit et de l’imprimé de l’époque moderne. Elle n’est cependant pas entièrement comparable à celles qui se déroulaient en France ou en Angleterre. Si elle contribua à identifier encore davantage les Catalans à leurs constitutions, elle suscita peu de débats, la controverse, l’affrontement des idées et l’approfondissement qui en procèdent. Probablement est-ce pour cette raison, ayant produit peu d’idées neuves transposables hors de la Catalogne, qu’elle a jusqu’à une date récente moins retenu l’attention et nourri la pensée politique que les luttes qui se déroulaient, précisément, là où l’État et la nature du pouvoir se trouvaient en question.

Notes

1 La bibliographie sur la crise de 1640 est immense. J. H. Elliott, La revolta catalana, 1598-1640. Un estudi sobre la decadència d’Espanya, Barcelone, 1966 ; J. Sanabre, La acción de Francia en Cataluña en la pugna por la hegemonia de Europa (1640-1659), Barcelone, 1956 ; Revoltes populars contro el poder de l’Estat, jornades de debats, Reus, 18-20 octobre 1990, Barcelone, 1992 ; La revolució catalana de 1640, Barcelone, 1991 ; J. H. Elliott (dir.), 1640 : la Monarquía hispanica en crisis, Barcelone, 1992 ; J.-H. Schaub, « La crise hispanique en 1640. Le modèle des « révolutions périphériques » en question », Annales, Histoire, Sciences sociales, janvier-février 1994, p. 229-239 ; Els Corts de Catalunya, actes del congrès d’Història institucional, 28-30 avril 1988, Barcelone, 1991.

2 A. Simon I Tarrés, Els origens ideològics de la revoluciò catalana de 1640, Barcelone, 1999, p. 188, note 57.

3 J. H. Elliott, La revolta catalana..., op. cit. ; ID., « La classe dominant catalana en els segles xvi i xvii, una aristocràcia provincial », L’Avenç, 40, 1981, p. 26-35.

4 J. Reula, « 1640-1647 : Una aproxumaciò a la publicísta de la Guerra dels Segadors », Pedralbes, no 11, 1991, p. 91-109. Catalogue de l’exposition El Corpus de Sang. Història i llegenda. A 350 anys de la revolta dels Segadors, Barcelone, p. 71-88 ; H. Hettinghausen, La Guerra dels Segadors a través de la premsa de l’època, Barcelone, 1993, 4 vols ; F. X. Burgos i M. Pena, « Aportaciones sobre el enfretamiento ideológico entre Cataluña en el siglo xvii (la publicísta catalana) », Primer Congrés d’História Moderna de Catalunya, Barcelone, 1984, vol. II, p. 557-567 ; M. R. Gonzalez Peiro, « Los predicadores y la revuelta catalana de 1640. Estudio de dos sermones », Primer Congrés..., p. 435-443 ; H. Nicolau, La polèmica castillano-catalana en la revolta de 1640, Universitat Autònoma de Barcelona, 1982. Publications récentes : Escrits polítics del segle xvii, t. 1, Noticia universal de Cataluña, de Francesc Martí Viladamor, X. Torres (éd.), Vic, 1995 ; t. 2 : Secrets Públics de Gaspar Sala, i altres textes, E. Serra (éd.), Vic, 1995. À titre d’exemple, médiathèque de Perpignan, Révolution de Catalogne de 1640, recueil de pièces, Res. 7851, 2.

5 L. Vidal Pla, Guerra dels Segadors i crisis social, Barcelone, 1984.

6 R. Garcia Carcel, La revolta catalana, Pau Claris, Barcelone, 1985.

7 A. Simon I Tarrès, Els orígens..., op. cit., p. 172.

8 R. Garcia Carcel, « Glosa cathalana », L’Avenç, no 40, 1981, p. 41-42.

9 A. Simon I Tarrès, op. cit., p. 173-181.

10 Justificació en conciència de haver pres lo Principat de Catalunya las Armas per a resistir als soldats que de present la invadeixen y als altres que amenassan invardirla.

11 Calaluña en Francia, Castilla sin Calaluña y Francia contra Castilla : panegyrico glorioso al Christianissimo Monarca Luis XIII el Justo, Barcelone, 16 f. + 426 p. (fin de l’année 1641).

12 J. Sarroca, Política del comte d’Olivares, « declaren los teòlegs en Barcelona fer llícita per molts títols la guerra que s’emprèn contra los invasors del Principat », Escrits politics..., t. 2, p. 133.

13 « La regia ma superior y divina en forma de segadors », « ha obrado en este faccion [à Montjuich] la mano de Dios », G. Sala, Epitôme de los principios y progressos de la guerra de Calaluña en los años 1640 y 1641, y señalada vitoria de Montjuyque, Barcelone, 1641.

14 J. Sarroca, op. cit., p. 86.

15 H. Hettinghausen, op. cit., p. 12.

16 Entre 1640 et 1652. En outre, Catálago de la colección de Folletos Bonsoms, relativos en su mayor parte a Historia de Cataluña, t. I, Cuadernos Bibliográphicos, no XLI, Madrid, 1980.

17 . A. Simon i Tarrès, op. cit., p. 207, 209.

18 La Justificación Real de Alonso Guillem de la Carrera imprimé à Madrid au mois d’octobre 1640 auquel Martí i Viladamor réplique dans Apoyos de la verdad catalana.

19 Frances Martí i Viladamor, Gaspar Sala par exemple.

20 3 000 exemplaires pour la Noticia dans un premier temps, elle fera l’objet de plusieurs éditions, A. Simon i Tarrès, op. cit., p. 187. Les Secrets públics. Pedra de toch, de les intencions del enemich y llum de la veritat de Gaspar Sala seront reproduits à de nombreuses reprises.

21 Escrits politics, t. 1, p. 19-20, 30. Martí i Viladamor avait déjà utilisé ce procédé dans les Avisos del Castillano fingado al Insigne Principato de Catalunya, pamphlet hostile à Olivares patronné par la Diputació. Gaspar Sala publie aussi en castillan à l’occasion, comme son sermon prononcé aux obsèques de Pau Claris, Lagrimas catalanes.

22 Martí i Viladamor, Noticia, p. 4

23 Gaspar Sala, Proclamación católica, p. 211.

24 Noticia, p. 52.

25 Ibid., p. 140.

26 Escrits polítics, I, p. 16.

27 Noticia, p. 135.

28 Ibid., p. 136.

29 Ibid., p. 81.

30 Noticia, p. 35-40.

31 « El primer que recibiò la fe de Christo ha sido catalan », Noticia, p. 95 ; formule à peu près identique dans la Proclamación católica, p. 8.

32 G. Sala, Epitóme, ce sont les dernières phrases de l’ouvrage.

33 G. Sala, Sermó chronólogich del illustre martyr y patron inclyt de Cataluny Sant Jordy, Barcelone, 1641, fo 4. M. R. Gonzalez Peiró, « Los predicadores... », Primer Congrès..., op. cit., II, p. 435-443.

34 G. Sala, Proclamación católica, p. 3, et de rappeler (p. 7), en faisant allusion au siège de Perpignan par les troupes de Louis XI, qu’on les avait appelés menjas rates - « el mayor blason de Cataluña » - pour leur résistance devant l’ennemi.

35 Ibid., p. 264. Les allusions sont permanentes : face aux contingents catalans et français à Montjuich la noblesse castillane avait le renfort de la « cavalleria millor de Andalousie » (Sermó de Sant Jordy, p. 15).

36 Secrets públics, p. 34, Sala cite Las Casas.

37 J. Sarroca, Política, p. 61.

38 Escrits polítics, 1, p. 19 ; Noticia, chap. xxii-xxiii.

39 La Proclamación católica comporte encore « Viva el Rey », p. 157.

40 Política, p. 61, 130.

41 Noticia, p. 44. Le titre du chapitre IV (p. 43) est suggestif : « ... ni reconece Cataluña en sus proprios reyes y señores tiranía ».

42 Justificació en Conciència..., op. cit.

43 A. Simon I Tarrès, op. cit., p. 182 ; V. Ferro, El dret públic català. Les institucions a Catalanya fins al decret de Nova Planta, Vic, 1987, p. 432.

44 J. Anton, M. Jimenez Sureda, « Francisco Martí i Viladamor : un pro-francès durant la guerra dels segadors », Manuscrits, 9, 1991, p. 289-304.

45 Cataluña en Francia, p. 30.

46 Ibid., p. 55.

47 Ibid., p. 65.

48 Ibid., chap. 10, p. 80.

49 Ibid., p. 81-84-89.

50 Ibid., chap. 15, p. 1

51 Ibid., p. 114.

52 Ibid., chap. 19, p. 157-167.

53 Ibid., chap. 20-25, p. 167-249, avec une insistance particulière sur le rôle de Pépin le Bref et de Charlemagne dans la défense du Siège apostolique.

54 Ibid., p. 248.

55 Ibid., p. 276.

56 L’argument est déjà employé dans le Sermó de Sant Jordy du mois d’avril 1641.

57 P. 356.

58 Le Sermó chronólogich est écrit peu après Montjuich.

59 Je renvoie pour cette question à la contribution de A.-M. Cocula, « La fin du parti protestant en Aquitaine », présentée à ce colloque.

60 Dans les Secrets públics, publiés au début de l’année 1641 (E. Sera, Escrits polítics, t. 2, p. 20, note 19) Gaspar Sala écrit que la Catalogne empruntait un chemin sans retour, que commençait « la nou estat i la nova restauració de Catalunya ».

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540