Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

1640, Une conjoncture internationale, régionale, locale

Texte intégral

  • 1 La bibliographie sur la crise de 1640 est immense ; quelques références seulement ici : História, (...)

1L’année 1640 fut désastreuse pour l’Espagne, on le sait1. Le 7 juin, jour du Corpus Christi où les travailleurs venaient à Barcelone s’engager pour les travaux de l’été, une émeute gigantesque se produisit au cours de laquelle le vice-roi fut frappé à mort. Le 1er décembre, une poignée de conjurés pénétra dans le palais royal de Lisbonne, assassina le secrétaire d’État Miguel de Vasconcelos ; une semaine plus tard, le duc de Bragance fut reçu dans la ville comme roi légitime. Les deux événements frappèrent de stupeur les autorités madrilènes incrédules. 1640 fut fertile en autres faits aussi marquants ; ainsi en Angleterre avec l’épreuve de force engagée entre le roi Stuart Charles 1er et le Parlement.

2L’entreprise portugaise visait le retour à l’indépendance. En Catalogne, il n’était pas question de faire sécession, même si l’on commençait à en agiter la menace, plus tactique que réellement convaincue d’abord afin d’obtenir davantage de considération de la part de Madrid. La sécession portugaise fut préparée, ourdie dans le secret ; le Corpus de Sang inopiné bien que pas entièrement imprévisible effraya les autorités catalanes plus qu’elle ne les réjouit. En Angleterre, le bras de fer engagé depuis plusieurs années prit simplement un tour plus conflictuel. Trois situations différentes révélatrices de conflits de pouvoir dont le xviie siècle fut fertile.

3On évoquera ici seulement ceux qui concernent l’Espagne, la Catalogne plus particulièrement pour en souligner les caractères originaux. Les tensions auxquelles la monarchie espagnole se trouvait soumise du fait de la guerre les ont favorisées. Elles étaient antérieures. Des aristocrates portugais refusèrent de participer à la répression dirigée contre la Catalogne, des relations se nouèrent rapidement entre Catalans et Portugais ; l’ambassadeur du nouveau roi de Portugal à Barcelone assista ainsi à la bataille de Montjuich depuis les remparts de la ville. Le ressort interne des événements est néanmoins radicalement différent même si leur position périphérique par rapport au pouvoir central les rapprocha, si le refus de Philippe IV de réunir les Cortes portugais eut son équivalent en Catalogne. Leur signification et leur importance à court et à long terme aussi. La guerre de Separació catalane rejaillissait directement sur l’équilibre des forces terrestres avec la France, le Portugal se trouvait hors des théâtres d’opération sinon par mer, mais son retour à l’indépendance impliquait la perte de son empire colonial.

4Le cas catalan est unique dans l’Europe du xviie siècle puisque la separació – d’avec la Castille – eut pour corollaire l’unió avec le royaume voisin. La separació peut s’entendre étant donné les contentieux accumulés de longue date, les relations détestables entretenues avec Olivares. L’unió beaucoup moins car le royaume de France incarnait à beaucoup d’égards ce que les Catalans rejetaient. L’option française fut défendue avec vigueur cependant. La guerra dels papers, à lire comme une entreprise de défense de la position catalane et un intense effort de réflexion accéléré par l’engrenage des événements, prend une ampleur inédite. Elle avait des précédents, en France lors des guerres de Religion, au Portugal quand Philippe II et le prieur de Crato s’étaient appliqués à justifier leurs prétentions. Le duc de Bragance emploiera les mêmes moyens afin d’asseoir sa légitimité. Jamais cependant, si l’on tient compte de la population de la Catalogne – 400 000 habitants environ –, on n’avait assisté à autant de publications en si peu de temps. Il ne s’agit pas ici de reprendre l’ensemble du dossier, simplement de dégager les caractères de la position de la Catalogne sur l’échiquier européen qui vont conduire à la separació et à sa justification.

I. La Catalogne et la conjoncture européenne

5En 1640, l’Europe est plongée depuis près de vingt ans dans la guerre de Trente Ans. L’Espagne et la France sont en conflit direct depuis 1635. En dépit de similitudes apparentes, les deux royaumes présentent des situations radicalement différentes qui ont pesé sur la conduite de la guerre comme sur les types d’oppositions qui purent s’y développer. Le royaume de France était agité depuis trois quarts de siècle par des troubles récurrents quand l’Espagne, en dehors de la révolte des Pays-Bas, ne connaissait que des troubles limités. Les obstacles rencontrés par le pouvoir royal ne furent cependant pas là où on pourrait le croire au premier abord.

La France

6Roi depuis vingt-cinq ans quand commence la guerre avec l’Espagne, Louis XIII avait connu des débuts difficiles. La stabilisation du royaume demeurait précaire en 1610. L’assassinat de son père par un être fragile et influençable le montre, même si aucune complicité n’a été démontrée. La mésentente entre Marie de Médicis et son fils ne facilita pas les choses. Des conspirations visèrent Richelieu jusqu’au bout. Viser la tête sera un trait spécifique des luttes de pouvoir en France, ce qui ne sera jamais le cas en Espagne où l’on s’en prendra davantage aux secrétaires d’État ou aux vice-rois représentant le monarque. Révoltes et assassinats sont caractéristiques du siècle qui sépare le début des guerres de Religion du règne personnel de Louis XIV. L’infertilité du couple royal prolongeait l’incertitude, favorisait la brigue. Le décalage est singulier entre le prestige théorique de la personne royale tiré de l’imaginaire monarchique patiemment échafaudé ainsi que du sacre et le quotidien.

7Depuis le début du règne, aucune année n’avait été exempte de troubles. Trois types principaux se juxtaposèrent plus qu’ils ne s’additionnèrent sauf épisodiquement au début comme en 1615 ou en 1620 où les protestants et des Grands agirent de concert ; ce qui fut certainement la chance du pouvoir royal : les révoltes protestantes, les entreprises nobiliaires, les révoltes anti-fiscales, sans compter les résistances comme celle dont firent preuve les États de Languedoc. Le royaume dans son entier fut concerné une fois ou l’autre. Jamais cependant il n’y eut d’opposition d’une province entière ni d’alliance ou d’association. Les coups de feu anti-fiscaux mis à part, ils relevaient davantage de réseaux constitués antérieurement ou activés pour la circonstance. Les mieux organisés, les plus longs à réduire car disposant de moyens importants en chefs, en hommes, en places, jouissant d’appuis extérieurs, vinrent des protestants. Plusieurs « guerres » furent nécessaires pour en venir à bout. Louis XIII paya physiquement de sa personne. Sa fermeté à l’égard du parti protestant, son opiniâtreté à restaurer le culte catholique en Béarn, eurent un écho considérable hors du royaume. On ne saurait comprendre son prestige sans saisir qu’à travers lui se manifestait l’esprit de la croisade où ce prince valeureux et victorieux assisté de Dieu rétablissait la vraie foi et la justice. Le descendant d’une lignée séduite par l’erreur la terrassait. Plus tard, quand vint l’espérance d’un héritier, il plaça de royaume sous la protection de la Vierge Marie. La comparaison entre Louis le Juste et le lis poussé au milieu des épines – métaphore de l’hérésie – s’établira naturellement.

8L’Espagne ne connaît pas ce type de turbulences. Des mouvements anti-fiscaux s’y produisent, moins violents qu’en France. Ici entrent en jeu les structures des royaumes qui expliquent à la fois l’étendue des révoltes en France mais aussi à terme leurs moins graves conséquences qu’en Espagne. Le royaume de France – inutile d’insister sur ce point – était beaucoup plus anciennement constitué que son rival. Il symbolisait la foi, représentait la durée puisque le lien avec Clovis n’avait jamais été rompu. Formé progressivement autour d’un noyau qui en restait toujours le cœur, par réunions et absorptions lentes, ses structures administratives s’étaient développées à partir de la Curia regis par divisions et bourgeonnements successifs. L’architecture judiciaire, celle des cours des comptes plus tard, est très représentative à cet égard de même que la procédure d’enregistrement qui introduisait la législation royale dans l’ensemble du royaume.

9Encore fallait-il que cette politique de longue haleine durât par-delà les déchirements périodiques. Une des principales différences entre la France et l’Espagne réside dans le nombre des officiers sur lesquels le pouvoir royal put compter. Leur augmentation en France a été retracée, le moyen principal pour y parvenir décrit : la vénalité. Au cours de la seconde décennie du xviie siècle, les recettes tirées de la vente des offices constitua une des principales ressources du Trésor royal. Sans bourse délier quasiment, la monarchie s’offrit une véritable fonction publique. On s’est longtemps arrêté sur les plaintes élevées par la noblesse peu apte à relever le défi par culture, par manque de capitaux et de compétences, sur les places mises à l’encan, sur les menaces qui pouvaient en découler comme la Fronde le démontrera. Peut-être faut-il mettre en avant un autre point, peu évoqué, car difficilement mesurable : l’enrôlement des élites urbaines prêtes à acquérir les offices, à les exercer grâce à la formation reçue dans le réseau des collèges et par voie de conséquence l’amoindrissement de leur capacité d’opposition, d’autant que les offices les plus prestigieux ou la transmission de père en fils de nombre d’entre eux conféraient la noblesse sans que le capital investi fut perdu puisqu’il pouvait se négocier comme n’importe quel autre bien mobilier. La vénalité fut-elle la voie qui permit à la monarchie française d’éviter que les oppositions ne prissent la tournure dangereuse de fronts unis en dissociant les villes de la noblesse et de la masse des contribuables ? Il est significatif que la principale vague de vente d’offices fut contemporaine des principales révoltes nobiliaires et antifiscales.

L’Espagne

10En Espagne, Philippe IV règne depuis 1621. Le principal ministre Olivares, homme de grande capacité comme Richelieu en France, occupe le pouvoir sans discontinuer depuis 1622. L’architecture du royaume est radicalement différente de celle de son voisin. Sa forme dans la seconde moitié du xviie siècle date de moins d’un siècle et demi. Jeunesse accentuée par une série de discontinuités dont la dernière s’était conclue par le transfert de la couronne aux Habsbourg... qui eux-mêmes, à force de mariages consanguins, dureront moins de deux siècles. Au-delà des hasards du quotidien, des péripéties locales, l’Espagne se trouve confrontée aux contradictions de son essor stupéfiant de la fin du xve et du début du xvie siècle. Olivares s’épuisera à y faire face, comme Charles Quint auparavant.

11La conquête musulmane avait produit une solution de continuité dans la péninsule, sauf dans sa partie nord-est, ce que les Catalans ne manquaient pas de souligner. Le royaume de Castille fait figure de nouveau venu par rapport aux Comtés et aux royaumes du Levant formés antérieurement qui avaient eu le temps de se forger une personnalité territoriale et institutionnelle. La rapidité de son expansion lui donne un éclat sans précédent mais fragilise son équilibre interne ; en témoigne la migration de sa capitale de Burgos à Valladolid, à l’Escorial, à Madrid enfin. Principal bénéficiaire des « trésors » américains, il supporta aussi la pression fiscale la plus élevée ce qui engagea Olivares à proposer l’« union des armes » entre les territoires dépendant de la couronne. Avec ses possessions situées au nord de la France, en Italie, dans le Nouveau Monde et jusqu’aux Philippines, avec de surcroît les métaux américains qui lui conféraient une rente dont elle était la seule à bénéficier, la monarchie paraissait disposer d’infiniment plus de ressources que le royaume des Bourbons. La dispersion des territoires extérieurs, leur hétérogénéité que marque le conflit des Pays-Bas vraie guerre de frontière religieuse, se révèlent sources de conflits incessants et particulièrement dispendieux.

12Dans la péninsule, le leadership acquis par la Castille laissait en l’état ses relations avec les autres royaumes. En France, des privilèges étaient reconnus, mais le roi exerçait le même pouvoir partout. Les assemblées provinciales, lorsqu’elles existaient, ne disposaient pas de prérogatives capables de faire pièce au pouvoir royal. Même les États constitués dans les territoires absorbés comme la Bretagne furent étroitement contrôlés. Rien de tel dans la péninsule, au contraire même puisque en Catalogne le roi n’était reconnu comme comte de Barcelone qu’à partir du moment où il venait dans la province jurer de respecter ses constitutions et ses usages. Davantage, tout au long du xvie siècle, les Corts légiférèrent avec l’aval du souverain.

  • 2 J.-P. Dedieu, Ph. Loupès, « Les résistances internes à l’État dans la monarchie espagnole au milie (...)

13Une série de travaux menés depuis un quart de siècle sur les institutions castillanes et les moyens à disposition du pouvoir royal montrent que ce dernier ne se renforçait pas, malgré les apparences2. Tous les royaumes possédaient des assemblées qui votaient l’impôt. En France aussi parfois, comme en Languedoc où les demandes de subsides de la part du souverain faisaient l’objet de tractations. Mais une fois votées, la perception et le contrôle des sommes prélevées leur échappait.

14Dans la péninsule, la fiction du contrat initial voulait que le roi avait obtenu assez pour faire face à ses obligations. Tout surplus, concédé pour une durée limitée, devait faire l’objet d’un vote, de la vérification préalable que les services convenus avaient été rendus, du contrôle à posteriori de l’emploi des sommes recueillies. La perception échappait généralement aux agents royaux. Certaines assemblées, comme en Catalogne, en Aragon ou dans le royaume de Valence, étaient même parvenues à ce qu’aucun transfert de fonds hors de la province n’eut lieu. L’analyse serrée des recettes du royaume a montré une fraude considérable. L’État ne perçut jamais l’intégralité des sommes sollicitées. Le rendement de l’impôt eut même tendance à diminuer.

15La raison principale tenait à la place occupée dans l’administration du pays par les villes sur lesquelles les agents royaux ne pouvaient guère peser. La monarchie possédait peu de pouvoirs de coercition à leur encontre en effet. On a même démontré qu’une forme de colonisation de l’administration royale par les élites citadines se produisit en Castille. Le contraste est total avec la France où se met en place une administration à peu près homogène sur l’ensemble du territoire par la double voie de la vénalité des offices et de l’intendance en cours de développement, où s’accentue durablement la pression fiscale, où l’autonomie des municipalités est mise à mal avec le contrôle préalable de leurs dépenses.

La Catalogne, entre deux constructions monarchiques

  • 3 J.-F. Dubost, La France italienne, xvie-xviie siècle, Paris, 1997.

16La guerre entre les deux royaumes accentue leurs difficultés intérieures. Des dissensions internes au milieu du xve siècle, exploitées par Louis XI à peine monté sur le trône qui vit une occasion pour restaurer la capacité à s’étendre de son royaume, conduisirent à l’occupation du Roussillon. L’épisode marqua profondément les Comtés car Louis XI les traita non comme un gage mais à l’instar d’un territoire annexé, établit une administration et de nouvelles institutions. Lorsqu’ils furent rendus, l’Espagne des rois Catholiques était en plein gloire, la France s’engageait en Italie, « Amérique » où elle pouvait compter sur un parti français, moins incertaine à première vue que les conquêtes éventuelles issues des aventures maritimes. Il conviendra un jour, malgré la distance d’un siècle, de comparer attentivement la séduction exercée par le prestige de la monarchie française dans les principautés italiennes et en Catalogne3.

17La compétition entre les Habsbourg et la dynastie voisine exposa encore davantage les Comtés et le Principat. Les expéditions dirigées contre Salses et Perpignan au cours de la première moitié du xvie siècle visaient-elles pour autant à conquérir un territoire ? Ce n’est pas sûr. L’attaque des Comtés exerçait davantage la fonction d’abcès de fixation. La restitution du Roussillon en 1493, autant célébrée sur le moment que la découverte du Nouveau Monde, contribua à placer le pays catalan entre deux constructions monarchiques en voie de consolidation. Le concept d’État moderne sur lequel on a insisté naguère a fait l’objet de réserves, pour des raisons théoriques et d’effectivité : les limites des pouvoirs monarchiques restaient réelles quelles que fussent les prétentions affichées. Cela ne signifia pas moins que la position des pays catalans se trouva totalement modifiée. C’est à partir de leurs territoires, avec leurs moyens matériels, financiers et humains que s’était réalisée l’expansion catalano-aragonaise en Méditerranée, synonyme de conquête de territoires, de marchés où put s’écouler la production drapière alors en plein essor. L’occupation du Roussillon par Louis XI, l’union personnelle de la Castille et de l’Aragon, ruinèrent la dynamique qui avait caractérisé jusque-là les territoires du comté de Barcelone. Le pôle doué d’énergie, conquérant antérieurement, se trouvait marginalisé, dépendant des relations conflictuelles des deux royaumes concurrents, sans prise aucune sur leur politique.

18Position particulièrement inconfortable qui devint dangereuse au xviie siècle quand la guerre devint européenne, fut menée avec des moyens matériels, financiers et humains bien plus considérables que par le passé alors que la Catalogne ne disposait d’aucune force militaire, que la guerre faisait peser la menace d’une remise en cause de son statut et de ses privilèges. C’est pourquoi la protestation contre Madrid, contre Olivares plus particulièrement, prit d’abord la forme d’une défense des constitutions catalanes.

II. L’originalité catalane

  • 4 A. Simon i Tarrés, Els orígens ideològics de la revolució catalana de 1640, Barcelone, 1999 ; X. T (...)

19La défense des privilèges en Catalogne ne fut pas le simple raidissement d’une province à propos de droits reconnus antérieurement. La vigueur de la protestation contre Madrid vient de la précocité de l’apparition puis de la consolidation d’institutions originales, de leur projection dans le passé issue d’une construction historique relativement récente abondamment utilisée dans la guerra dels papers4.

Antériorité et liberté

  • 5 V. Ferro, El Dret Públic Catala, Vic, 1987.

20Peu de textes de 1640 font une allusion précise à la date de création des Corts et de la Generalitat5. L’accent est mis davantage sur l’antériorité catalane par rapport à la Castille et sur la liberté dont elle ne cessa jamais de jouir. Antériorité et liberté allaient de pair. Tous les publicistes rappellent ce postulat : la Catalogne tenait son origine de Thubal, fils de Japhet, petit-fils de Noé, remontait par eux au commencement puisque la terre n’était pas peuplée avant le déluge. Jamais elle n’avait perdu sa liberté, ni durant la domination romaine puisque Barcelone ne payait pas de tribut à Rome, ni quand les Goths s’étaient établis en Espagne, ni lorsque les infidèles musulmans avaient envahi la péninsule. Les Catalans leur avaient résisté avec le soutien de Charlemagne. Pour qu’elle put se revendiquer utilement, l’antériorité ne devait avoir été entachée d’aucune solution de continuité. La Castille ne pouvait s’en prévaloir.

21La liberté se doublait de la foi. En ce domaine, l’antériorité catalane ne souffrait d’aucune contestation. Le premier gentil de la péninsule converti au christianisme, le premier évêque institué (à Barcelone), le premier sang versé pour la foi (de sainte Eulalie native de Barcelone), avaient été catalans. La résistance à l’hérésie, la liberté préservée, permirent de maintenir la pureté de la foi. Cette dernière tint une place déterminante quand la Catalogne se dressa contre le roi Catholique. La foi fut davantage qu’une affaire de religion, une composante essentielle de l’imaginaire catalan. La Castille ne pouvait en dire autant. D’aucuns virent là la raison pour laquelle les tercios stationnés dans la province se comportèrent comme des hérétiques.

22L’antériorité des institutions catalane, leur maturité acquise hors d’un pouvoir monarchique, allaient de soi. C’est pourquoi elles ne sont guère évoquées. Les Corts composées de trois bras – militar (la noblesse), ecclésiastique, royal (les villes) – s’étaient réunies très précocement, en 1283, avant que des États généraux ne fussent assemblés en France à l’initiative de Philippe le Bel. Tout aussi importante avait été l’institution d’une Généralité qui exerçait une fonction de représentation permanente. En dépit de l’intégration du pays dans des ensembles plus vastes, jamais leur fonctionnement ne s’était trouvé durablement remis en cause même au plus fort des tensions avec Madrid. La Généralité assurait la continuité, évitait l’intrusion d’agents du pouvoir royal. Son rôle sera déterminant lors de la guerre de Separació : elle permit d’agir, conféra une légitimité aux initiatives prises.

Libre choix, libre destin

  • 6 F. Martí i Viladamor, Cataluña en Francia. Castilla sin Cataluña y Francia contra Castilla, Barcel (...)

23L’absence de soumission des Catalans, même temporaire, leur conférait la liberté de choisir leurs seigneurs. Il en avait toujours été ainsi : sous les Goths où les quatrième, cinquième et sixième conciles de Tolède décidèrent que leurs rois seraient élus ; avec Charlemagne élu conformément aux lois gothes et aux décrets conciliaires ; avec les comtes de Barcelone6. La succession en ligne directe de ces derniers pouvait affaiblir cette doctrine. On alléguait qu’il ne s’agissait pas là d’une manifestation de faiblesse ou de l’abandon du régime de l’élection ; plutôt d’une preuve de la loyauté légendaire des Catalans. La conclusion s’imposait d’elle-même : le pouvoir appartenait au peuple. Il le confiait au roi, en reprenait possession à sa mort, l’attribuait au nouvel élu sous la même forme. Il n’y avait pas en Catalogne de « le roi est mort, vive le roi » comme en France où le roi disposait de la plénitude des pouvoirs sur l’ensemble du royaume dès la disparition de son prédécesseur. L’exercice des droits régaliens dépendait du serment de respecter les lois. En cas de tyrannie avérée, de non respect du contrat, le peuple se trouvait délié de sa parole.

24La défense sourcilleuse de ce modèle, génératrice à plusieurs reprises de graves conflits comme au milieu du xve siècle avec Jean II d’Aragon dont Louis XI avait profité pour occuper le Roussillon, a-t-elle placée le pays catalan en décalage par rapport à l’évolution d’autres ensembles territoriaux, l’empêchant de se doter de moyens financiers significatifs, d’une administration efficace ? La question ainsi formulée renvoie en négatif aux caractères qui avaient marqué la formation de « l’État moderne » : l’absence de pouvoir fort, la faible capacité à prélever l’impôt, le manque de moyens militaires, auraient condamné le comté de Barcelone à l’impuissance. Il n’est pas facile de répondre. Le refus du régime monarchique, pour lui-même en quelque sorte, le plaçait hors du champ des stratégies familiales, moyen privilégié des constructions territoriales, source aussi de rivalités et de rapports de force. Une façon de conserver la maîtrise de son destin. Bien que composante du règne d’Espagne, la Catalogne se considérait comme un espace fini, dépourvu d’ambitions territoriales. D’où cette position en porte-à-faux où elle se trouvait placée depuis la fin du xve siècle qui devint inconfortable sinon intenable à partir de 1635.

25L’intégration à l’Aragon puis au règne espagnol sous la forme d’une association contractuelle – on parle du roi-comte – faisait du comte de Barcelone une personnalité dépourvue de consistance physique, figeait la forme des institutions tout en les laissant fonctionner, poursuivre une production législative qui touchait aux droits public et privé, ce qui permit une identification à leur endroit et leur défense unanime quand elles parurent menacées. La faiblesse principale des pays catalans résidait dans leur manque de forces armées, par voie de conséquence d’instances de commandement capables d’encadrer une armée. Il y avait bien des forces, rapidement mobilisables : le somatent. Anachronisme mis à part, il s’agissait davantage d’une défense civile de type communautaire qui s’assemblait en cas d’alerte. La défense du pays reposait sur un principe analogue. Précaution destinée à se prémunir contre toute surprise éventuelle, les troupes royales étaient tolérées seulement si elles avaient été sollicitées, les conditions de leur entretien soigneusement réglées.

26Le destin voulut que les Comtés devinssent un des principaux lieux d’affrontement entre les deux monarchies. La Catalogne se vit donc entraînée dans des conflits qui la dépassaient, auxquelles elle répugnait à contribuer, où elle ne pouvait jouer qu’un rôle subalterne tout en supportant les dommages causés aux biens et à la population. La garnison placée dans la citadelle de Perpignan dont les relations avec les habitants furent toujours tendues illustre la contradiction. La Généralité ne disposait pas de ressources suffisantes pour résister aux armées mises sur pied depuis le xvie siècle dotées de pièces d’artillerie. Son handicap venait d’une population insuffisamment nombreuse, d’une fiscalité peu adaptée à la levée rapide puis durable de sommes suffisantes pour conduire une guerre longue. Le prélèvement provenait principalement de ressources de type indirect, de droits mis sur la circulation des marchandises. La fiscalité des communautés comme de la Généralité faisait peu, voire pas de place à l’impôt direct seul susceptible en dehors de l’emprunt de répondre à des besoins pressants. Le prélèvement direct, qu’il fut sous une forme personnelle ou réelle, constitua un atout indéniable pour la monarchie française, comme sa capacité à drainer le produit de l’impôt, ce que ne parvint jamais à faire correctement la monarchie castillane.

Des divisions internes

27Cette conjonction, lourde de menaces pour la Catalogne, n’allait pas sans tensions internes. Perpignan, seule ville importante en dehors de Barcelone, réclamait une meilleure reconnaissance de son rôle. Alors que les relations avec la Couronne se dégradaient, qu’à deux reprises les Corts réunies ne parvenaient pas à leur terme, signe de graves désaccords, Perpignan et Barcelone s’opposaient durement. Version intérieure d’une « désunion » entre les Comtés et le Principat. Le conseil de ville de Perpignan mit sur pied une expédition contre Barcelone justifiée par la procédure de Mà armada qui autorisait de se faire justice en cas d’atteinte à ses droits ou à ceux de ses habitants. Elle ne dépassa pas Elne. La lutte fut beaucoup plus acerbe par libelles interposés. La désunió agita beaucoup les esprits. Il ne faut pas en exagérer la profondeur. Elle ne concerna guère que les deux capitales ; de plus, au même moment, des foires de change trimestrielles fondées à Perpignan resserrèrent les relations économiques entre la ville et le Principat.

28La position des deux villes explique en grande partie le différend. Perpignan, les Comtés, avaient supporté depuis près de deux siècles la pression du royaume de France, la guerre, la présence des soldats. Barcelone, peu affectée jusque-là par les sièges et l’occupation, n’en connaissait guère les contraintes. De telles divisions n’auraient pas pris une telle tournure si la Catalogne n’avait formé une entité autonome. La guerre effacera la manifestation du contentieux. Les publicistes, majoritairement barcelonais il est vrai, n’en parlent jamais, invoquent uniquement la qualité de Catalan, l’attachement à la patrie, comprise comme la « Terre » qui jouissait de privilèges consacrés par le serment du monarque.

III. La guerre révélatrice

29La guerre agit comme un puissant révélateur, porte à l’incandescence les conflits antérieurs. La chronologie des faits est bien établie maintenant. Les réactions qu’ils suscitèrent compteront seules ici.

Une guerre meurtrière

  • 7 J.-H. Elliott, La revolta..., op. cit., p. 384-385.

30Les opérations militaires portées vers les Comtés avec l’investissement de Salses par les troupes françaises ont un caractère largement inédit : les pertes subies furent considérables, probablement plus élevées que jamais précédemment comparé au chiffre de la population. Davantage peut-être : en raison de la durée de la guerre et du maintien de la menace, les troupes espagnoles ne restèrent pas cantonnées dans les Comtés, prirent leurs quartiers d’hiver dans le Principat. La Catalogne fut ainsi concernée dans son ensemble. Salses, passée aux ennemis, fut reprise au début du mois de janvier 1640. Le retrait français fut considéré comme un succès par les Catalans qui avaient payé un lourd tribut à la défense de la place depuis le début des l’offensive française. On estime leurs pertes à 7 000 hommes environ dont 200 nobles7, ce qui rapporté à la population de la province représentait près de 1,75 % du nombre de ses habitants. À titre de comparaison, cela équivalait à 40 % des pertes françaises durant la guerre de 1914-1918.

  • 8 J.-H Elliott, Olivares, 1986, traduction française, Paris, 1992, p. 657.

31Or la Cour, persuadée que la province était plus peuplée, que la Catalogne rechignait à défendre son territoire, n’adressa aucun message de satisfaction. Olivares appréciait peu les Catalans, les accusait de répondre avec trop de lenteur et de parcimonie aux demandes d’argent et de troupes. L’attachement qu’ils manifestaient en toutes circonstances à leurs constitutions, aux procédures institutionnelles, l’indisposaient au plus haut point : la guerre ne tolérait pas les délais superflus qui risquaient de mettre en péril le royaume tout entier. Ressentiments réciproques et incompréhension s’accusèrent. Olivares, comme symétriquement, concentrait l’ire des Catalans. Le válido il est vrai, en dehors de sa position qui le plaçait au centre du pouvoir et de la conduite de la guerre, abhorrait les particularismes paralysants. Une seule chose comptait à ses yeux : la fidélité au roi devant laquelle tout devait s’effacer. Rien ne traduit mieux sa façon de penser que les termes de sa réponse au marquis de Torrescuso, maître de camp napolitain qui s’était plaint à la suite d’une vive altercation devant Salses avec le vice-roi de Catalogne de sang catalan le comte de Santa-Coloma : « Maudites soient les nations et maudits soient les hommes qui sont nacionales ! [...] Je ne suis pas nacional, c’est bon pour les enfants »8.

32La lenteur mise à satisfaire les demandes de subsides et de troupes en raison des procédures à respecter avait incité Olivares à presser les fonctionnaires royaux et les juges de la Cour suprême, la Reial Audiencia, à être moins regardants sur le respect des privilèges. Des juges avaient assumé le rôle d’agents recruteurs dans la province pour le siège de Salses. La campagne terminée, le mécontentement éclata. Olivares aurait pu laisser la province reprendre son souffle. À peine eut-il appris le retrait des troupes ennemies qu’il écrivit à Santa-Coloma pour lui demander d’obtenir rapidement de nouveaux contingents. Il annonça aussi une prochaine réunion des Corts afin de débattre de la « réforme du gouvernement », ce qui signifiait pour lui la réduction des privilèges de la province, une plus grande contribution à l’effort de guerre supporté par la monarchie engagée sur de multiples fronts à la fois. Le válido crut-il habile d’impressionner la population, de prévenir les manifestations susceptibles de se produire pendant la tenue des Corts prévue pour le mois d’avril en faisant hiverner sur place l’armée royale qui avait combattu en Roussillon, soit 10 000 hommes environ ? Il se trompait lourdement. L’entretien gratis des troupes n’était pas conforme aux constitutions de la province, les réserves nécessaires à l’entretien des troupes se trouvaient épuisées par la campagne précédente. Santa-Coloma transmit à Madrid les protestations de la Diputatió, de la Reial Audiència, des villes.

33Mais Olivares raidit encore son attitude. Le 27 février, le Conseil d’Aragon préconisa une enquête sur le comportement du Conseil des Cent de Barcelone, l’arrestation d’un député de la Diputatió del General, l’hébergement de soldats à Barcelone ; autant dire l’équivalent d’une occupation de la tête du Principat. Francesc Tamarit député militar – de la noblesse – fut arrêté le 18 mars, puis deux conseillers municipaux. Ces mesures d’intimidation semblèrent toucher juste, préparer l’assouplissement de la position des autorités catalanes. En fait, la situation échappa aux hommes de pouvoir, la population trancha sans qu’il y eut de dessein réfléchi, des meneurs bien identifiés, une quelconque instrumentalisation en sous-main par des partis constitués. L’idée de faire permuter les troupes d’un cantonnement à l’autre fut un désastre en effet, entraîna une escalade d’exactions, de répression sans précédent, le soulèvement des populations contre les tercios obligés de se replier. Une émeute se produisit le 22 mai à Barcelone dans le but de libérer Francesc Tamarit, prémisses en quelque sorte du Corpus de Sang.

Être ou ne pas être, de Salses à Montjuich

34La révolte des segadors, les attaques perpétrées contre des juges de la Reial Audiència, des édiles, des fonctionnaires municipaux, la mort du vice-roi, impressionnèrent fortement les citadins, placèrent en position particulièrement délicate les autorités catalanes par rapport à Madrid car il ne pouvait plus être question de négociations avant longtemps. Une menace de débordement s’annonçait aussi avec la mise sur pied d’une « armée chrétienne » qui ne dissimulait pas son intention de faire la chasse aux traîtres. La guerre étrangère, une guerre civile, l’affrontement avec Madrid, allaient-ils s’additionner ? Il faut revenir à l’enchaînement des faits, et d’abord aux cris des émeutiers du 7 juin : « Morts aux traîtres », « Vive le roi », « À bas le gouvernement » : avertissement sans concession à ceux qui ne défendraient pas les libertés catalanes sans intention de rupture avec Madrid. On stigmatisait Olivares, incarnation du mauvais gouvernement, non le pouvoir royal lui-même.

35El verdader Àngel de la Llum, premier pamphlet clairement identifié de l’année 1640 jeté au Conseil des Cent de Barcelone le 19 février par un jeune avocat, était dans ce registre. Son auteur, Francesc Martí Viladamor, se présentait comme un médiateur des cieux qui donnait la conduite à tenir, appelait à la résistance : « O dichosa Barcelona [...] arma tos particulars, no’t disarmis tu », désignait la faiblesse principale de la Catalogne – le manque de forces armées qui lui permit de résister –, plaçait les événements sous l’égide de la Providence. Ces deux traits majeurs s’entremêlent, rendent compte de l’attitude des représentants des institutions catalanes, de la manière de vivre les événements et de les comprendre. L’absence de moyens militaires, la faiblesse des relais administratifs, laissaient peu de marge de manœuvre face à Madrid, mais aussi à l’intérieur de la Catalogne. La révolte contre les tercios, le coup de main perpétré pour libérer le député Tamarit, l’émeute du 7 juin, purent se produire car on ne put les prévenir. C’est pourquoi la défense du pays commença par la diplomatie et l’écrit. El verdader Àngel de la Llum excepté, aucune publication ne marqua le premier semestre de 1640, même les semaines qui précédèrent le 7 juin. Seule alternative des autorités du pays ensuite : insister plus que jamais sur les droits contractuels de la Catalogne, les préserver coûte que coûte afin d’éviter les divisions dans la province.

36Durant les trois mois qui suivirent le Corpus de Sang, rien ne se passa en surface ; vide apparent du pouvoir qui ne signifia pas inaction. Des contacts furent pris avec la France, un accord d’assistance signé le 7 septembre. Cinq semaines plus tard paraissait la Proclamación Católica a su Magestad Piadosa de Felipe el Grande du frère augustin Gaspar Sala, justification de la position prise écrite à l’instigation du Conseil des Cent de Barcelone. L’ouvrage rappelait les droits imprescriptibles de la Catalogne, la fidélité de ses habitants, leur droit légitime à choisir leur souverain, mais restait déférent à l’égard du roi d’Espagne.

37Espérait-on marquer ainsi que la rupture n’était pas consommée ? La Justificació en Conciència, œuvre d’une commission de théologiens imprimée dans la seconde quinzaine du mois d’octobre insista : Les Catalans ne voulaient pas la guerre, ils s’y résoudraient cependant s’il ne leur restait que « lo dret natural de la defensa ; y que en virtut dell, pot lo Principat de Cathalunya y tots los Comtats, ab securetat de conciència, prendre las armas y defensar-se ». Francesc Martí Viladamor rédigeait alors la Noticia universal de Cataluña, consacrait de longs développements aux droits historiques de la Catalogne mais prévenait : le vàlido voulant établir « solamente un rey, une ley y una moneda », visant l’asservissement des autres provinces du royaume en cherchant à subvertir les libertés catalanes, il n’y avait d’autre solution que de « tomar las armas para su natural defensa ». Il ne s’agissait plus comme au début de l’année de réveiller les énergies, mais de se préparer à affronter les troupes rassemblées en vue de restaurer l’autorité royale. Olivares ne comprit pas la portée ni l’implication de ces textes.

38L’accord était unanime à Madrid en effet : il fallait réduire la Catalogne à l’obéissance. Le coup d’État portugais du 1er décembre fit hésiter cependant ; accepter par Olivares la négociation, mais seulement après qu’une démonstration de force, eut fait plier les Catalans. Le comte-duc crut habile de faire des réponses dilatoires aux ouvertures catalanes, le temps que les troupes du nouveau vice-roi Los Vélez s’approchent suffisamment de Barcelone. On ne peut comprendre l’hésitation des représentants des institutions ainsi que la tension dans Barcelone sans tenir compte des rumeurs qui courraient, de l’enjeu des décisions à prendre. Accepter l’aide française signifiait rompre avec Madrid : l’inconnu. Les Français s’impatientaient d’ailleurs. Le lendemain du jour où la Noticia parut, le commandant du corps de troupes françaises, le duc d’Espenan, s’était entendu secrètement avec Los Vélez et partiellement retiré. L’avance du vice-roi, la répétition des exactions des troupes, obligèrent à sauter le pas, avec des manœuvres de dernière minute. Pau Claris proposa d’ériger la Catalogne en république, mais dût se résoudre le 23 janvier à reconnaître devant les Braços qu’il était impossible de mener seul une guerre longue, qu’il fallait se placer aux côtés du gouvernement français « como en tempo de Carlo Magno, con el pacto de observar nuestras constituciones ». Louis XIII fut proclamé comte de Barcelone à titre personnel. Le « miracle » de Montjuich, trois jours plus tard, justifia les décisions prises.

Providentialisme

39Être ou disparaître, tel avait bien été l’enjeu de l’année 1640 marquée par l’approfondissement de l’imaginaire historique devenu fondateur des libertés catalanes et boussole : la décision prise le 23 réitérait la geste catalane contre les Maures. Histoire et providentialisme vont de pair ; c’est un des autres traits caractéristiques de 1640.

  • 9 J. Sarroca, Politica del comte d’Olivares... ; E. Serra, Escrits politics del segle xvii, t. 2, p. (...)
  • 10 Ibid., p. 115.

40Gaspar Sala dans sa Proclamación Católica exprimait le sentiment général en affirmant que la « mano vengadora de dios » avait guidé les segadors le 7 juin. La bataille de Montjuich n’aurait pu se gagner sans l’intervention divine assure Josep Sarroca : « guanya’s esta victòria plena de miracles » « sent cosa de Déu, més pocs podien vèncer »9. « Déu obra en Catalunya » répète-t-il sans cesse. Des signes le démontraient : un lis encore en boutons tenu par une femme de Gérone fleurit subitement ; à Barcelone, où nombre de maisons comportaient des gouttières ornées à leur extrémité de figures d’animaux, l’une d’elle décorée d’un lion portait une touffe d’iris « merveilleusement disposée en couronne » qui n’avait jamais fleuri ; elle se couvrit miraculeusement de fleurs, etc.10

41Pourquoi cette succession de malheurs en Catalogne alors ? Le recours constant des publicistes à l’Ancien Testament permet de le percevoir : il s’agissait de la mise à l’épreuve d’un peuple élu. Tout le montrait : les excellences du pays à nulles autres pareilles dans le monde, le privilège de la foi, l’assistance de Dieu quand tout paraissait perdu. Les faits justifiaient l’élection divine. Ce providentialisme explique probablement nombre de prises de positions, l’enthousiasme teinté de soulagement en faveur de Louis XIII manifesté par les élites barcelonaises, ecclésiastiques en tête. C’est Louis le Juste seul que l’on voit, dans la posture du protecteur triomphateur de l’hérésie, de symbole de la pureté de la foi.

42Dans aucun texte de la guerra dels papers, au moins du côté catalan, on n’attire l’attention sur les pouvoirs du roi en France, sur la structure du royaume, sur le fonctionnement des institutions. Quelques voix s’élevèrent néanmoins, comme celle de Francesc Tamarit, pour marquer leur réticence à l’égard de l’option française : conflit entre les faits et l’imaginaire parachevé au cours de l’année 1640.

Conclusion

43Une victoire amère, une autre inespérée, encadrent l’année 1640 en Catalogne. Dans l’intervalle, une situation qui se dégrade jusqu’au choix de Louis XIII comme comte de Barcelone sous l’empire de la nécessité. La conjoncture internationale conduit Olivares, fermé aux réalités catalanes, à faire preuve d’une fermeté perçue comme de la provocation : le comte-duc reste sourd aux avertissements répétés du vice-roi, des émissaires envoyés à Madrid, n’imagine pas que les Catalans pussent reprendre leur liberté, se tournent vers un autre souverain. Position conforme à l’esprit des institutions réplique-t-on à Barcelone, où le face à face avec le válido et la soldatesque aiguise la réflexion, conduit à parachever l’élaboration d’une théorie cohérente des institutions sur laquelle fonder les décisions des représentants du pays, d’un imaginaire rassembleur. Ceci ne fait que renforcer la détermination générale, dramatiser les positions respectives, car toute atteinte aux constitutions était vue comme la subversion prochaine du pays, conduit à l’impasse que l’on sait, dépassée par la théorie du libre choix exercé « como en tempo de Carlo Magno ».

  • 11 Le vocable patrie est beaucoup plus souvent employé que celui de nation. On lui préfère tout simpl (...)

44La place prise par les ecclésiastiques dans la guerra dels papers, le recours massif aux preuves tirées des Écritures, alimentent le providentialisme latent ; le « miracle » de Montjuich le fortifient. Quelques personnalités parmi les plus radicales, employant un argumentaire symbolique qui s’accorde avec l’imaginaire du pays, considèrent l’option française comme naturelle. Le caractère imposant de la construction historique ne peut cependant masquer la faiblesse des moyens opposables à une force armée. Cette contradiction fait tout l’intérêt de l’exemple du pays catalan et de ce moment unique à beaucoup d’égards entre le xvie et la fin du xviiie siècle. Quelle que soit la diversité des attitudes et des positions prises – plus grande qu’on ne l’a souvent signalé –, le sentiment d’appartenance est extraordinairement fort. Il repose moins sur les organes institutionnels, précoces mais peu modifiés depuis leur établissement, que sur leurs productions normatives. Patriotisme11 et faiblesse des structures de type étatique vont de pair. Le sentiment d’appartenance, le patriotisme, s’exacerbent même alors en raison de cette faiblesse. Au xixe siècle, patriotisme et nationalisme serviront davantage à justifier la construction ou le renforcement d’États, les États utiliseront fréquemment le nationalisme pour accroître leurs moyens et justifier leur action.

Notes

1 La bibliographie sur la crise de 1640 est immense ; quelques références seulement ici : História, Política, Societat i Cultura dels països Catalans, vol. 4 : Crisi institucional i canvi social, segles xvi i xvii, Barcelone, 1995 ; J.-H. Elliott, La revolta catalana, 1598-1640. Un estudi sobre la decadència d’Espanya, Barcelone, 1966 ; J. Sanabre, La acción de Francia en Cataluña en la pugna por la hegemonia de Europa (1640-1659), Barcelone, 1956 ; Revoltes populars contro el poder de l’Estat, Jornades de debats, Reux, 18-20 octobre 1989, Barcelone, 1992 ; La revolució catalana de 1640, Critica, Barcelone, 1991 ; J.-H. Elliott, 1640 : La Monarquía hispanica en crisis, Barcelone, 1992 ; J.-F. Schaub, « La crise hispanique en 1640. Le modèle des « révolutions périphériques » en question », Annales, Histoire, Sciences sociales, 1994, p. 229-239 ; Els Corts de Catalunya, Actes del congrès d’història institucional, 28-30 avril 1988, Barcelone, 1991 ; A.-M. Cocula (dir.), Adhésion et résistances à l’État en France et en Espagne, 1620-1660, Presses universitaires de Bordeaux, 2001.

2 J.-P. Dedieu, Ph. Loupès, « Les résistances internes à l’État dans la monarchie espagnole au milieu du xviie siècle », A-M. Cocula (dir.), Adhésion et résistances..., op. cit., p. 23-38.

3 J.-F. Dubost, La France italienne, xvie-xviie siècle, Paris, 1997.

4 A. Simon i Tarrés, Els orígens ideològics de la revolució catalana de 1640, Barcelone, 1999 ; X. Torres, Escrits politics del segle xvii, t. 1, Vic 1995 ; E. Serra, Escrits politics del segle xvii, t. 2, 1995.

5 V. Ferro, El Dret Públic Catala, Vic, 1987.

6 F. Martí i Viladamor, Cataluña en Francia. Castilla sin Cataluña y Francia contra Castilla, Barcelone, 1641, p. 55.

7 J.-H. Elliott, La revolta..., op. cit., p. 384-385.

8 J.-H Elliott, Olivares, 1986, traduction française, Paris, 1992, p. 657.

9 J. Sarroca, Politica del comte d’Olivares... ; E. Serra, Escrits politics del segle xvii, t. 2, p. 122.

10 Ibid., p. 115.

11 Le vocable patrie est beaucoup plus souvent employé que celui de nation. On lui préfère tout simplement celui de pays, ce qui signale combien la notion de patriotisme au sens où nous l’entendons n’est pas encore bien identifiée.

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540