Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Pourquoi benoît XIII choisit-il perpignan pour tenir un concile ?

Texte intégral

1Quand, le 3 janvier 1408, Benoît XIII arriva à Porto-Venere en Ligurie à l’extrémité sud de la riviera du Levant alors que Grégoire XII s’avançait à Lucques, il s’imaginait probablement en passe de l’emporter. Le 16 juin suivant, il reprenait la mer presque en fugitif, non sans avoir convoqué la veille un concile général dans la ville de Perpignan. Tous les ports du golfe de Gênes se fermèrent à lui. Il ne prit terre qu’à Noli ; encore sera-ce hors de la ville. Louis II d’Anjou lui interdit d’accoster en Provence. Interdiction rigoureuse puisqu’il ne put faire relâche qu’à l’île de Pomègues sans pouvoir descendre à l’abbaye de Saint-Victor de Marseille où il avait séjourné antérieurement de longs mois. Bien sûr, il fut hors de question qu’il s’approchât des côtes du Languedoc. Sur son trajet, ses galères ne furent reçues qu’à Villefranche, terre du duc de Savoie où il se reposa du 21 au 25 juin. Le 2 juillet il accosta à Port-Vendres, premier port dépendant de la domination aragonaise, la seule sur laquelle il était totalement sûr de pouvoir compter à ce moment là.

2Retournement complet de situation, choix d’un lieu qui en première analyse peut paraître par défaut puisque Benoît XIII vogue du port d’Italie le plus avancé où il s’était rendu au premier port où il pouvait se sentir en sécurité. La fermeture de la côte, l’accueil à Port-Vendres des galères pontificales, rendaient compte d’une distribution ancienne des obédiences, des événements récents avec la déclaration de neutralité de la France. Perpignan ne fut-il qu’un pis-aller imposé par la nécessité quand il fut clair que les cardinaux envoyés par Benoît XIII à Livourne pour parlementer avec les membres du Sacré-Collège urbaniste se ralliaient à leur proposition de concile des deux obédiences, quand avec la nouvelle de la neutralité française le bruit se répandit qu’un ordre d’arrestation avait été lancé contre lui et qu’il était plus prudent de se mettre promptement à l’abri ? Mais puisqu’il n’était que bruit d’un concile prochain, il prenait les devants et en convoquait un à jour décidé.

3Perpignan paraît d’évidence, surtout si l’on se rappelle les liens existant entre Pierre de Luna et le roi d’Aragon marié à une de ses proches parentes. Curieusement cependant, ni lui, ni un de ses proches, ni un acteur direct ou indirect des événements, ne fait allusion au choix de Perpignan, ne serait-ce que de manière allusive. Aussi convient-il, comme en préalable, de reprendre la question en se gardant de verser dans un quelconque déterminisme. À cette fin, il faut revenir en arrière, analyser le comportement de Benoît XIII. En dehors de l’appartenance de Perpignan à la couronne d’Aragon, élément déterminant, plusieurs facteurs se conjuguent : la mer, la sécurité du lieu, la présence sur place de gens d’une fidélité à toute épreuve.

Benoît XIII et la mer

  • 1 N. Valois, La France et le Grand Shisme d’Occident, 4 vol. , Paris, 1896-1902, t. 3, p. 264 ; L. S (...)

4Curieusement (?), le choix de Perpignan comme lieu où l’on estimait qu’il convoquerait éventuellement un concile avait été évoqué bien avant 1408. Le 15 avril 1402 exactement. Nous sommes alors au cœur des années de tension extrême de la soustraction d’obédience commencées en 1398 où Benoît XIII se trouvait retenu dans son palais à Avignon, assiégé, protégé par une garnison dévouée composée principalement d’Aragonais, de Catalans, de Castillans, de Navarrais... Le 15 avril 1402, une ambassade castillane était à Paris afin d’exposer la position de la Castille. Cette dernière, alignée d’abord sur la position française, prenait ses distances. L’évêque de Zamora, s’exprimant contre l’idée évoquée d’un concile réuni pour mettre un terme au schisme, énuméra les points qui ne manqueraient pas d’opposer les partisans et les adversaires de la soustraction : qui convoquerait le concile, où se tiendrait-il, qui le présiderait, qui en aurait la garde, qui le composerait, et c. ?1

5Parmi les lieux susceptibles d’être proposés par les parties, qui reflétaient la répartition géographique des forces en présence, il avança Perpignan ou Barcelone pour Benoît XIII. La suggestion est significative : ce n’est pas Pierre de Luna qui s’exprime en effet ; les sites sont mis explicitement en relation avec la sécurité des organisateurs et des participants éventuels. Cette réflexion des ambassadeurs castillans, alors que Benoît XIII se trouvait retenu dans son palais, informe sur la manière dont les observateurs envisageaient les développements éventuels du schisme.

6Avec Barcelone et Perpignan, quand ils avançaient le nom d’Avignon pour les cardinaux, de Lyon, Toulouse ou Tolède pour la France et la Castille, nous serions tentés de penser villes et Couronne d’Aragon. Il serait plus pertinent de considérer le territoire à l’intérieur duquel Benoît se mouvait depuis son élection au trône pontifical, davantage encore celui dans lequel il se tiendra après avoir recouvré sa liberté de mouvement : ses résidences successives, ses déplacements, les voies par où arrivaient son ravitaillement et les troupes qui assuraient sa protection. Benoît ne s’écarte jamais de l’eau, fleuve, rivière ou mer, toujours prêt à s’embarquer, une galère en vue. Observation d’autant plus à souligner qu’il ne posséda lui-même jamais de marine.

  • 2 É. Delaruelle, E.-R. Labande, P. Ourliac, L’Église au temps du Grand Schisme et la crise conciliai (...)
  • 3 N. Valois, op. cit., t. 3, p. 93-94.
  • 4 1er octobre 1398.
  • 5 Cet épisode a fait l’objet de la publication de nombreuses sources et de travaux. Principalement F (...)

7Dès le début de son pontificat il pensa mer. Doué d’une capacité supérieure à jeter les jalons d’opérations futures si les conditions favorables advenaient, Benoît XIII établit des contacts avec le comte de Fondi, hostile à un pape napolitain, ainsi qu’avec le préfet de Rome2. Son dessein ? Disposer de la citadelle de Civita Vecchia qui lui servirait d’appui contre le pape urbaniste, Il eut toujours le secret espoir en effet de triompher par la voie de fait3. La négociation n’aboutit pas, mais manifeste une double préoccupation : disposer d’un accès maritime et d’une citadelle. Tout au long de son pontificat il pensa sécurité et eau. Les péripéties de sa longue captivité, la manière dont il retrouva la liberté ensuite, ne purent que le renforcer dans ces dispositions. Huit jours à peine après que Geoffroy Boucicaut eut envahi le territoire d’Avignon, il écrivit à François Clément, chanoine de Barcelone chargé de réunir les fonds destinés à la Chambre apostolique, afin qu’il lui portât secours en organisant une expédition navale4. Elle eut lieu ; mais, on le sait, la flotte réunie par Pierre de Çagarriga l’adjoint de François Clément, commandée par un parent du pape, ne put aller au-delà de Arles5.

  • 6 Il y est encore le 1er janvier suivant où Gerson prêche devant lui.

8C’est par le fleuve que Benoît XIII quitta Avignon le 11 mars 1403. Son évasion ne pouvait réussir sans des complicités extérieures venues par le Rhône. Jacques de Prades, connétable d’Aragon, l’attendait. Sorti de la ville par la porte de l’Oulle, le pape prit place dans une barque qui remonta la Durance jusqu’au premier lieu défendu, Châteaurenard. Dès lors, on peut suivre ses allées et venues. Entre Avignon et Marseille où il se tint d’abord ; le long du littoral ensuite. Après être resté quelque temps dans le Comtat, avoir séjourné à Salon, Orgon, Berre, il se trouvait à Saint-Victor de Marseille au mois de novembre 1403, à Tarascon au mois de décembre où le duc d’Orléans vint le rencontrer le 86, resta là ou à Beaucaire sur le rive droite du Rhône jusqu’au 16 janvier. Le 13 juin suivant il était à nouveau à Marseille, installé à l’abbaye de Saint-Victor.

9Les progrès de l’influence française à Gênes, en Ligurie, jusqu’à Pise par le duc d’Orléans au printemps 1404, le passage de la région sous l’influence benoîtiste, la mort de Boniface IX peu après (1er octobre 1404), modifièrent la donne. Benoît XIII ne se déplaça plus qu’au-delà de Marseille. Seule exception à ses déplacements par bateau : il gagna par terre au mois de décembre Nice que le comte de Savoie mettait à sa disposition. Voyage de 20 jours à travers la Provence, mais ses effets, ses livres et les archives de la Chambre apostolique, furent acheminés par mer.

10Le 2 mai 1405 Benoît XIII prenait la mer avec 6 galères catalanes ou génoises, faisait escale successivement à Monaco, Albenga, Savone, arrivait le 16 à Gènes accompagné de 6 cardinaux. Son but était de progresser plus avant. Une offensive épidémique à la fin de l’été, la mort de plusieurs membres de la Curie, l’obligèrent à revenir à Savone le 8 octobre. Il était à Toulon le 24 octobre 1406 quand il apprit la mort de Innocent VII, à Marseille au début de l’année suivante lorsque les émissaires de Grégoire XII vinrent le trouver pour lui proposer une rencontre des deux pontifes. C’est là qu’il attendit les plénipotentiaires urbanistes pour la négociation qui aboutit le 21 avril à la signature de l’accord sur le lieu et la date où ils devaient se retrouver : Savone à la Saint-Michel suivante.

11En vue de cette rencontre, Benoît XIII convoqua à Nice ses cardinaux qui habitaient Avignon. Lui-même commença à se rapprocher, était à Lérins le 23 août. Il arriva à Savone le 24 septembre, 5 jours avant l’expiration du délai convenu. Grégoire XII ne vint pas on le sait. Benoît XIII, sûr de son avantage, offrit d’aller jusqu’à Porto-Venere, site à l’extrémité d’une langue de terre d’où il serait à portée de Sarzana quand Grégoire XII promettait d’être à Pietrosanta. Le 23 décembre Benoît XIII accosta à Gênes, reprit la mer le 31, toucha Porto-Venere le 3 janvier où il offrit de progresser jusqu’à Livourne.

  • 7 Curieusement, Port-Vendres, fondé pendant la période romaine, est un autre « port Vénus », ... Ben (...)

12Alors qu’il se voyait sur le point de l’emporter, il dut se retirer précipitamment, passer du point le plus avancé à l’est où il avait pu progresser au port le plus proche des terres soumises à l’Aragon7. La reconstitution des déplacements du pape avignonnais (qui pourrait être beaucoup plus fouillée), de l’espace où il se maintient, désigne des lieux uniquement accessibles en bateau, avec quelques points forts : Marseille, Nice, Savone ; ses allées et venues s’expliquant par l’évolution des négociations avec les papes urbanistes, les changements de position à son égard des puissances qui tenaient le littoral, les menaces épidémiques.

  • 8 N. Valois, op. cit., t. 3, p. 573. Attitude que conservera Benoît XIII jusqu’au bout, à sa dernièr (...)
  • 9 Ce soutien se manifeste en toutes circonstances. À l’occasion du rendez-vous pris pour la Saint-Mi (...)

13On comprend la saillie de contemporains observant que Benoît XIII ne s’éloignait jamais d’une côte, une barque toujours prête à lever l’ancre, alors que Grégoire XII multipliait les obstacles pour ne pas s’en approcher : ils comparaient l’un à un animal aquatique, l’autre à un animal terrestre, qui redoutaient l’élément où leur adversaire se complaisait8. Benoît XIII l’avait clairement perçu dès le début de son pontificat : l’eau, les moyens mis à sa disposition (par les rois d’Aragon principalement)9, constituaient un de ses atouts principaux sur ses adversaires, dans une position plus précaire à Rome, à la merci de manifestations populaires ou de luttes de clans.

Perpignan, une ville/château à disposition du pape

  • 10 N. Valois, op. cit,.], t. 3, p. 197-198.

14Port-Vendres, Perpignan derrière qu’il gagna le 24 juillet 1408, répondaient parfaitement à une autre préoccupation constante de l’Aragonais : la sécurité garantie par un ensemble de conditions qu’il s’efforça de s’assurer ou de maintenir en toutes circonstances : des moyens matériels en vivres, en armes et en munitions, une connaissance minutieuse du terrain, l’autorité sur les lieux négociée avant qu’il se mit en route. Il n’aurait pu résister à l’investissement d’Avignon à partir du mois de septembre 1398 s’il n’avait préalablement pris la précaution de garnir le Palais de vivres, de munitions, de troupes nombreuses et expérimentées comprenant des artilleurs et des arbalétriers10.

15La manière dont il procéda à Gênes au mois de mai 1405 lors de sa première avancée en terrain naguère urbaniste est éclairante. Il fixa sa résidence dans le couvent des frères mineurs situé à proximité d’un château, établit aussitôt une communication entre eux : un lieu sûr, une résidence forte, des hommes d’armes en nombre suffisant.

  • 11 Ibid., p. 506.

16La convention signée à Marseille le 21 avril 1407 qui régla les conditions de la rencontre personnelle des deux papes à Savone est encore plus révélatrice. Elle déterminait avec un luxe de détails les forces des parties, les moyens de maintenir l’ordre dans la ville11 :

  • nombre de galères avec lesquelles ils arriveraient, d’hommes d’armes, de conseillers, de serviteurs dont ils seraient accompagnés ;
  • Savone était alors aux mains du roi de France, mais durant toute la durée de la conférence la seigneurie et la juridiction sur le territoire urbain seraient transférées aux deux pontifes qui recevraient le serment des châtelains et des vassaux12, deux gentilshommes exerceraient conjointement pour eux le gouvernement dans la ville, des otages seraient remis en garantie ;
  • partage en deux, à égalité, du port et de la ville, chaque partie comprenant un château ;
  • accès libre et sécurité garantis aux gens des deux obédiences qui se rendraient à Savone par terre ou par mer.

17Benoît XIII exprima les mêmes exigences quand il suggéra de s’avancer jusqu’à Livourne : la seigneurie, la juridiction, les forteresses seraient réparties à parts égales entre les deux pontifes. On alla même – Livourne il est vrai n’était pas une localité considérable – jusqu’à envisager le déplacement de la population afin de prévenir toute surprise. Grégoire XII n’agissait pas différemment. Ses dérobades – au moins avance-t-il ce type de raison – s’expliqueraient par sa difficulté à obtenir de solides assurances des lieux où il souhaitait être reçu.

18L’option perpignanaise avait-elle été sérieusement envisagée avant que Benoît XIII y convoquât le concile de son observance ? On ne saurait le dire par manque de témoignages explicites. En dépit des marques de soutien que lui avait prodiguées Martin l’Humain dès le début de son règne – n’était-il pas allé le rencontrer à Avignon avant de rejoindre ses états ? –, Benoît XIII entendit obtenir ce qu’il avait exigé ailleurs :

  • autorité entière sur la ville, sa citadelle, son territoire ;
  • pleins pouvoirs de justice civile et criminelle exercés par ses officiers sur la population, ecclésiastiques comme laïques ;
  • liberté totale d’agir à sa volonté13.
  • 14 1 B 192, fo 101.
  • 15 « Axi com fariets propriament a nostra persona », ibid., 1 B 192, fo 118vo.
  • 16 B. Palustre, « Ouverture du concile de La Réal. 15 novembre 1408 », dans Revue d’histoire et d’arc (...)

19En d’autres termes, Perpignan serait temporairement l’équivalent d’un état pontifical « hors les murs ». Parallèlement, Martin l’Humain donna l’ordre à Bernard d’Oms, le châtelain de Perpignan, de livrer le château royal au pape14. Deux jours plus tard (le 12 juillet), il réglait les détails matériels pour qu’il n’y eut pas d’équivoque, commandait à ses procureurs dans les comtés de Roussillon et de Cerdagne ainsi qu’à l’obrer du château de Perpignan de fournir les lits, les tables, les bancs, le mobilier nécessaire comme ils le feraient pour lui...15 On n’imaginait pas Benoît XIII manquant de régler soigneusement ces détails, de prendre le temps qu’il fallait pour garnir la ville de provisions suffisantes. Cette préparation méticuleuse explique les délais entre son arrivée en terre aragonaise, les garanties données par le roi Martin, l’entrée à Perpignan en grande pompe mais rapide car le pape, passé par la porte d’Elne, gagna immédiatement le palais royal16.

20Le couple Port-Vendres/Perpignan correspondait parfaitement à la configuration recherchée par Benoît XIII – c’est celle de Porto-Venere/Sarzana – : un port facilement accessible, une ville comportant de solides défenses, une citadelle en son sein non moins puissante où il serait possible de loger une importante garnison et une nombreuse suite. De plus, Perpignan ne craignait pas d’accueillir temporairement une surcroît d’habitants. Des Corts s’y étaient tenues à l’automne 1405 et au début de l’année suivante. Dernier point à mentionner : la citadelle de Perpignan dépendait de la paroisse de Notre-Dame de La Réal. C’est pourquoi les cessions du concile se tinrent dans l’église du même nom.

21Si l’on se rappelle la réflexion des ambassadeurs castillans faite en 1402, on peut s’interroger : pourquoi Perpignan, non Barcelone, pour accueillir un concile ? La ville des bords de la Têt présentait des avantages pour le pape comme pour le roi d’Aragon. Le château, ainsi que la citadelle, n’avaient pas d’équivalent à Barcelone. La ville, de superficie plus réduite, la communication entre le sanctuaire où se tiendraient les cessions et l’endroit où il logerait, se contrôleraient beaucoup mieux. Se dépouiller de toute autorité sur Barcelone, outre la configuration des lieux, se serait révélé plus problématique car on ne pouvait prévoir la durée du rassemblement. Enfin, au moment où Benoît XIII sollicitait Martin l’Humain, des Corts se tenaient à Barcelone.

De solides fidélités dans le groupe aristocratique des comtés

  • 17 J. Capeille, Dictionnaire des biographies roussillonnaises, Perpignan, 1914.

22Un dernier atout de Perpignan résidait dans la solidité des fidélités sur lesquelles il pouvait compter. Ce point est un des aspects du concile de Perpignan qui a le moins retenu l’attention. Dès les débuts de son pontificat, Benoît XIII n’eut de cesse de s’attacher les services de personnages issus des Comtés dans les emplois les plus divers : collecte et transfert de fonds, protection, missions diplomatiques, etc. Quelques uns jouèrent un rôle éminent. L’intérêt d’examiner leur carrière est d’apercevoir l’étendue des liens qui les unissaient ainsi que leurs relations étroites avec les rois d’Aragon17.

23La situation même des comtés incita-t-elle Pierre de Luna à solliciter des gens qui en provenaient ? On peut s’interroger au vu du nombre d’individus mobilisés. Aucune terre dépendant de la Couronne d’Aragon n’en fournit autant en effet. Perpignan était ville royale. Les Comtés ne recelaient pas de puissances seigneuriales ni de partis forts. Jaloux de sa liberté d’action, édifié par les difficultés des papes urbanistes en Italie, Benoît XIII évita toujours de lier son sort à des Grands. Il choisit ses meilleurs soutiens dans une poignée de familles au profil assez comparable, unies par d’étroites relations matrimoniales.

  • 18 J. Favier, Les finances pontificales à l’époque du Grand Schisme d’Occident (1378-1409), Paris, 19 (...)
  • 19 12 octobre 1398, G. Mollat, « Nouvelle contribution... », art. cit.

24Pierre de Çagarriga est probablement le plus représentatif des individus qui se placèrent dans le sillage de Benoît XIII. Titulaire de l’archidiaconé de Venasque dans le diocèse de Lérida au moment où Pierre de Luna fut élu, il fut immédiatement choisi pour être un de ses camériers puis substitut de François Clément collecteur des sommes qui revenaient à la Chambre apostolique18. L’épisode du siège du Palais d’Avignon en 1398 le mit en lumière. C’est lui en effet qui présida à Barcelone le conseil composé de 4 personnes à qui Benoît XIII confia la mission de le tirer de ce mauvais pas, rassembla ensuite à Collioure la flottille destinée à rompre le blocus dont il était l’objet19.

  • 20 François, est le fils aîné. Le cadet Raymond, proche de Jean 1er d’Aragon, joue un rôle militaire (...)
  • 21 Pierre de Luna, neveu du pape, le chevalier François de Pau, Raymond de Pérellos, vicomte de Roda, (...)
  • 22 1 B 171.

25Ce choix ne s’explique pas seulement par les charges financières qu’il exerçait alors. Son père, fils d’un modeste châtelain de Montferrer en Vallespir, avait pris parti pour Pierre III contre Jacques de Majorque. Cela lui valut de devenir viguier du Roussillon et de Vallespir, gouverneur de Majorque un temps. Il reçut aussi la châtellenie d’Opoul, poste avancé sur la frontière avec le Languedoc. Ses deux fils aînés, titulaires des mêmes charges, suivirent les rois d’Aragon dans leur aventure méditerranéenne. François, châtelain d’Opoul, servit Martin en Sicile puis en Sardaigne dont il fut gouverneur. Quant au cousin de Pierre, il était commandant du château de Perpignan depuis 139720. Personne n’était donc mieux placé que lui pour mobiliser dans les Comtés : les nobles les plus en vue qui enrôlèrent leurs hommes d’armes, des ecclésiastiques de rang élevé comme Jean de Rivesaltes, sacristain de l’église Saint-Jean de Perpignan, par ailleurs collecteur apostolique dans le diocèse d’Elne21, ou frère Arnald, abbé de Saint-Jean des Abadesses22, des gens de Perpignan, marchands ou bourgeois.

  • 23 En estimant la population totale des comtés à 50/60 000 habitants, les hommes âgés de plus de 15 a (...)

26Il faut prendre la mesure des effectifs rassemblés pour l’expédition afin de se rendre compte de la mobilisation des Comtés alors en faveur du pape. Chaque galère comptait 150 rameurs en moyenne. 18 galères et 8 fustes partirent de Collioure. Plusieurs d’entre elles, venues de Valence, disposaient déjà de leur équipage. Si, cependant, on ajoute les membres de la garde du Palais à Avignon (au moins 300 dont nombre de Catalans), c’est une proportion significative des hommes adultes valides des Comtés, de toutes conditions, qui se trouvait alors au service de Benoît XIII23.

27Nommé évêque de Lérida le 3 décembre 1403, promu au siège métropolitain de Tarragone le 14 avril 1407, Pierre de Çagarriga eut un rôle essentiellement diplomatique, fut un des émissaires préférés de Benoît XIII, souvent associé à Pierre Ravat et Jean d’Armagnac ; un des hommes clé de sa politique de progression vers l’Italie : envoyé successivement à Rome au mois de mai 1404 en vue de proposer à Boniface IX une rencontre entre les deux papes, à Savone en 1407 afin de préparer la venue du pape et de recevoir le serment des habitants, au mois de novembre de la même année après la dérobade de Grégoire XII pour lui proposer un autre lieu de rencontre, à Livourne enfin où Benoît XIII lui commanda de rester après son départ précipité vers Port-Vendres afin qu’on ne pût lui faire grief d’avoir rompu les négociations. Jusqu’au bout il sera un de ses plus sûrs fidèles.

  • 24 Rares furent ceux qui restèrent en retrait, comme Michel de Pérellos, frère de Raymond, nommé à l’ (...)

28La parentèle de Pierre de Çagarriga, des proches aussi dont il faudrait reconstituer les faits et gestes, les déplacements, jusque dans le moindre détail, ont servi le pape au cours de ces années difficiles24. Raymond de Pérellos, vicomte de Roda, est un de ceux-là. Issu d’une lignée qui, également, s’était dégagée grâce à son action sur la frontière avec le Languedoc, très proche de Jean 1er, expérimenté déjà, il fut appelé par Benoît XIII au Palais d’Avignon dès qu’il s’y installa.

  • 25 Ibid., p. 465-466. François de Pérellos (Pérellos est un minuscule village proche d’Opoul), bailli (...)
  • 26 J. M. Casa Homs, « Reparació d’una galera l’any 1390 », dans Miscelánea de Textos Medievales, 2, 1 (...)

29Ce n’était pas le fruit du hasard. Fin connaisseur des principales cours européennes, Pierre de Luna n’ignorait pas la carrière originale de son père au service de Charles V qui l’avait pourvu d’une charge d’Amiral en 1368. Aussi, fut-il membre du conseil constitué à Barcelone en 1398, chargé d’établir les contacts avec la France où il se rendit à plusieurs reprises25. Il fut ensuite capitaine d’une des galères pontificales, capitaine général d’Avignon pour le pape peu après que ce dernier ait réussi à en sortir26. Le 15 novembre 1408, jour d’ouverture du concile, il fut un des quatre personnages qui tinrent le dais sous lequel Benoît XIII s’avança quant il se rendit à l’église de La Réal.

  • 27 J. Capeille, Dictionnaire..., p. 449 ; N. Valois, op. cit., t. 3, p. 378.
  • 28 Ibid., p. 585. Capitaine après 1410, il défend le Palais, est obligé de capituler le 22 novembre 1 (...)

30Le pape, à l’évidence, accorda la plus grande confiance aux gens des Comtés. Deux exemples encore. François de Pau, seigneur de Cervera, membre de l’expédition navale de 1398, était à Avignon le 12 mars 1403 quand Benoît XIII parvint à quitter le Palais. Il assura sa protection jusqu’à Châteaurenard. L’année suivante, il commanda l’escorte qui accompagna les négociateurs – dont Pierre de Çagarriga – envoyés à Rome auprès de Boniface XI. En 1407, il est mentionné comme maître de l’hôtel du Palais27. Bernard de So, vicomte d’Evol, efficace défenseur de la frontière à la mort de Jean 1er face aux ambitions du comte de Foix, capitaine général du Conflent et de la Cerdagne, fut également capitaine du Palais à Avignon28.

31Tous ces personnages, on l’aperçoit, présentent des caractères communs : ils appartiennent à des familles dont la notoriété, acquise grâce principalement à leur soutien apporté au roi d’Aragon contre le dernier roi de Majorque, ne datait pas de plus d’un siècle. À partir de là, on les voit tous très proches des rois d’Aragon, quels qu’ils soient, présents à la fois à la cour comme conseillers, sur la frontière avec le Languedoc, à leurs côtés dans la politique méditerranéenne où leur expérience militaire fut précieuse. Est mise en lumière ainsi, aussi, l’importance de la formation et de la défense de la frontière avec la France – il en est de même de l’autre côté en Languedoc – pour l’émergence d’un groupe social chargé de tenir les châteaux, de mobiliser les populations avoisinantes, qui se prolonge ici avec l’aventure aragonaise en Méditerranée et l’accession de Benoît XIII au trône de saint Pierre.

  • 29 J. Capeille, Dictionnaire..., p. 86.

32Ce groupe jeune, dynamique, en pleine ascension, tisse immédiatement des liens étroits, moyen de conserver les charges acquises. Ainsi, Bernard d’Oms à qui Martin l’Humain donna l’ordre de livrer le château royal de Perpignan n’était autre que le gendre de François de Çagarriga – neveu donc de Pierre de Çagarriga –, et des 3 filles qu’eut Raymond de Çagarriga une épousa le fils aîné de Raymond de Pérellos, lui-même prénommé Raymond, futur détenteur de la charge de gouverneur des comtés de Roussillon et de Cerdagne, une autre Guillaume de So, vicomte d’Evol29.

Conclusion

33L’appartenance de Perpignan à la Couronne d’Aragon fut, à n’en pas douter, un facteur déterminant de la décision de Benoît XIII d’y réunir le concile de son obédience. D’autres, que l’on voit se dessiner dès le début de son pontificat, n’ont pas été sans importance : l’accès à la mer, la sécurité, la présence d’un réseau de protection éprouvé, employé depuis des années au Palais à Avignon, sur mer, pour des missions diplomatiques, issu d’un groupe aristocratique en voie de consolidation à la suite de son rôle joué sur la frontière avec le royaume de France, au service des rois d’Aragon et de leur politique méditerranéenne, dont l’accession de Pierre de Luna au trône de saint Pierre pouvait constituer le prolongement.

Notes

1 N. Valois, La France et le Grand Shisme d’Occident, 4 vol. , Paris, 1896-1902, t. 3, p. 264 ; L. Suárez Fernández, Castilla, el Cisma y la Crisis conciliar (1370-1440), Madrid, 1960, p. 45 sq. ; H. Bresc, « La maison d’Aragon et le schisme : implications de politique internationale », dans Jornades sobre el Cisma d’occident a Catalunya. Les illes i el país valencià, (19-21 avril 1979), Barcelone, 1986, p. 37-51.

2 É. Delaruelle, E.-R. Labande, P. Ourliac, L’Église au temps du Grand Schisme et la crise conciliaire (1378-1449), Paris, 1962, p. 112. Toutes les sources du pontificat de Benoît XIII seraient à mobiliser. On ne peut les citer. Les étapes principales de ses déplacements et les documents qui les mentionnent sont indiqués dans les ouvrages de synthèse sur le Schisme : N. Valois, op. cit., etc.

3 N. Valois, op. cit., t. 3, p. 93-94.

4 1er octobre 1398.

5 Cet épisode a fait l’objet de la publication de nombreuses sources et de travaux. Principalement F. Ehrle, « Aus den Acten des Afterconzils von Perpignan (1408) », dans Archiv für literatur-und Kirchengeschichte des Mittelalters, t. V, 1889, p. 387-492, et t. VII, 1900, p. 576-696 ; H. Kaiser, « Ein Bericht aus Avignon von Spätherbst des Jahres 1398 », dans Milleilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung, XXXI, 1910, p. 302-310 ; P. Pansier, « Les sièges du Palais d’Avignon sous le pontificat de Benoît XIII », dans Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, IX, 1923, p. 1-187 ; G. Mollat, « Épisodes du siège du palais des papes au temps de Benoît XIII (1398-1399) », dans Revue d’histoire ecclésiastique, XXIII, 1927, p. 489-501 ; J. Serra Rius, « Galeres catalanes al servei de Benet XIII », dans Analecta Sacra Tarraconensia, XI, 1935, p. 334-352. Cf. le texte de Marie-Claude Marandet.

6 Il y est encore le 1er janvier suivant où Gerson prêche devant lui.

7 Curieusement, Port-Vendres, fondé pendant la période romaine, est un autre « port Vénus », ... Benoît XIII va donc d’un port Vénus à un autre.

8 N. Valois, op. cit., t. 3, p. 573. Attitude que conservera Benoît XIII jusqu’au bout, à sa dernière résidence à Peniscola.

9 Ce soutien se manifeste en toutes circonstances. À l’occasion du rendez-vous pris pour la Saint-Michel à Savone, Martin d’Aragon ordonne aux Barcelonais de tenir des bateaux prêts à prendre la mer, cf. É. Delaruelle, E.-R. Labande, P. Ourliac, L’Église au temps du Grand Schisme..., p. 130.

10 N. Valois, op. cit,.], t. 3, p. 197-198.

11 Ibid., p. 506.

12 Effectivement, les envoyés de Benoît XIII, Pierre de Çagarriga archevêque de Tarragone et Pierre du Pont doyen de Saint-Michel de Castelnaudary, sont à Savone le 23 août pour recevoir le serment des habitants.

13 « Habeat atque utatur utique valeat libere in premis, secundis et sequentibus instanciis intra castrum et villam Perpinioni predicta et terminos eius quoscumque, quamdiu in eis residebit, mero et mixto imperio et habeat plenissimam gladii potestatem cum omni interdiccione civili et criminali eamque possit et valeat libere exercere seu per eius officiales quoscumque quam ecclesiasticos tam seculares exerceri et regi facere libere ad sui libitum voluntatis et contra predictos et singulos eorumdem civiliter et criminaliter procedere et eciam enantare eosque iusta eorum merita vel demerita absolvere corrigere et punire... », 10 juillet 1408, J. Vincke, Schriftstücke zum Pisaner Konzil, Bonn, 1942, no 20, p. 122.

14 1 B 192, fo 101.

15 « Axi com fariets propriament a nostra persona », ibid., 1 B 192, fo 118vo.

16 B. Palustre, « Ouverture du concile de La Réal. 15 novembre 1408 », dans Revue d’histoire et d’archéologie du Roussillon, t. 1, 1900, p. 190-192.

17 J. Capeille, Dictionnaire des biographies roussillonnaises, Perpignan, 1914.

18 J. Favier, Les finances pontificales à l’époque du Grand Schisme d’Occident (1378-1409), Paris, 1966 ; J. Capeille, Notice historique sur la famille de Çagarriga, Perpignan, 1910, renseignements reproduits dans son Dictionnaire..., p. 83 sq.

19 12 octobre 1398, G. Mollat, « Nouvelle contribution... », art. cit.

20 François, est le fils aîné. Le cadet Raymond, proche de Jean 1er d’Aragon, joue un rôle militaire important sur la frontière menacée par le comte d’Armagnac, est ensuite gouverneur des comtés de Roussillon et de Cerdagne. François, cousin de Pierre de Çagarriga, est fils de Raymond.

21 Pierre de Luna, neveu du pape, le chevalier François de Pau, Raymond de Pérellos, vicomte de Roda, tous deux des Comtés, G. Mollat, « Les comptes de Jean de Rivesaltes, collecteur apostolique dans le diocèse d’Elne », dans Revue d’Histoire et d’Archéologie du Roussillon, V (1904), p. 296-312, 373-388 ; VI (1905), p. 22-32, 59-61. Jean de Rivesaltes servira d’intermédiaire entre les assiégés du palais pontifical, la flotte catalane et le vicomte de Roda.

22 1 B 171.

23 En estimant la population totale des comtés à 50/60 000 habitants, les hommes âgés de plus de 15 ans à 20 000 individus, c’est plus d’un homme sur 10 qui serait engagé au service du pape à la fin de 1398.

24 Rares furent ceux qui restèrent en retrait, comme Michel de Pérellos, frère de Raymond, nommé à l’archevêché d’Embrun par Clément VII en 1378, cf. J. Capeille, Dictionnaire..., p. 466.

25 Ibid., p. 465-466. François de Pérellos (Pérellos est un minuscule village proche d’Opoul), bailli puis châtelain de Tautavel, fut également bailli de Salses. Distingué par Pierre le Cérémonieux, il joua un rôle original entre l’Aragon et la France, obtenant la venue des compagnies de routiers conduites par Du Guesclin contre le roi de Castille, puis servant un moment la France. Raymond, son fils, très lié à Jean 1er dont il fut le chambellan, fut envoyé en ambassade, auprès du duc d’Orléans notamment, en 1398, 1399, 1400, 1401 (cf. J. Capeille, Dictionnaire..., p. 467-468 ; N. Valois, op. cit., t. 3, note 3, p. 206 ; p. 224 ; note 2, p. 226, etc.).

26 J. M. Casa Homs, « Reparació d’una galera l’any 1390 », dans Miscelánea de Textos Medievales, 2, 1974, p. 167-217 ; 4 avril 1403, [Valois], p. 331.

27 J. Capeille, Dictionnaire..., p. 449 ; N. Valois, op. cit., t. 3, p. 378.

28 Ibid., p. 585. Capitaine après 1410, il défend le Palais, est obligé de capituler le 22 novembre 1411.

29 J. Capeille, Dictionnaire..., p. 86.

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540