Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Avant-propos

Texte intégral

1Découvrir le Roussillon et le pays catalan est ce qu’ont visé ces travaux parus dans des revues ou des actes de colloques au cours d’un parcours professionnel autant que possible historien. Faire de l’histoire, il faut le rappeler inlassablement, est d’abord une position que l’on tente d’adopter et de cultiver, un paradigme vers lequel on s’efforce de tendre. À moins de beaucoup de naïveté ou de suffisance, cet horizon, on le sait, est difficilement accessible.

  • 1 Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais (1300-1789), Perpignan, PUP, 1996, 1368 p

2Contrairement à la majorité des sciences dites « dures », l’historien familier des archives met en œuvre des matériaux étroitement territorialisés et circonscrits dans le temps. Ayant d’abord travaillé sur le Languedoc, j’avais été en contact pour mes recherches antérieures avec le Roussillon, la Catalogne, l’Espagne plus généralement, à propos de la circulation des hommes, des trafics terrestres et maritimes, des fortifications, de la défense des frontières... ; mais à titre de complément, sans approfondissement réfléchi sur la nature et les conditions de la production des sources1. Mon affectation à l’université de Perpignan afin de prendre en charge l’histoire moderne (1993) m’invita à étudier de plus près une documentation que je pressentais profondément différente de celle à disposition en Languedoc. Des investigations rapides, dans les registres du Contrôle des actes des notaires d’abord, confirmèrent mes premières impressions, aiguisèrent mon intérêt pour ce terrain d’enquête que je découvris, non sans surprise, assez peu investi par la recherche alors qu’existaient des fonds particulièrement fournis, diversifiés et originaux.

  • 2 R. Noell, Essai de bibliographie roussillonnaise, Prades, Terra Nostra, 1. Des origines à 1906, 19 (...)
  • 3 P. Henry, Histoire du Roussillon, Paris, 1835, 2 vol.
  • 4 Il faut mettre à part néanmoins l’admirable thèse de J. S. PONS, production isolée de l’entre-deux (...)
  • 5 B. Alart, Privilèges et titres relatifs aux franchises, institutions et propriétés communales de R (...)
  • 6 J.-A. Brutails, Étude sur la condition des populations rurales du Roussillon au Moyen Âge, Paris, (...)
  • 7 En 1985, Sylvie Caucanas constate cependant que les « ouvrages et études concernant l’histoire du (...)
  • 8 B. Alard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Pyrénées-Orientales (...)

3Le quasi exhaustif Essai de bibliographie roussillonnaise de René Noell le donnait à voir2 : peu d’études consistantes avaient été produites depuis les premières Histoires du Roussillon3, sinon une poussière de notes érudites. Il serait injuste néanmoins de ne pas mentionner les contributions méritoires à partir de 1890, toujours utiles, d’une génération de prêtres érudits au premier rang desquels figurent Philippe Torreilles, Jean Capeille, Jean Sarrete, bien introduits auprès de familles détentrices de pièces originales qu’ils publièrent partiellement. Ils n’eurent malheureusement guère de successeurs4. Les raisons de cette situation ne sont pas difficiles à comprendre. L’intérêt des premiers archivistes comme Bernard Alard, infatigable découvreur et transcripteur de chartes5, ou Jean-Auguste Brutails6, se porta presque exclusivement sur l’histoire médiévale7. Le classement et la mise à disposition des archives furent inégaux, même si des séries cardinales (B, C, G) bénéficièrent précocement d’inventaires détaillés8. Le facteur principal de l’atonie de la recherche fut l’absence d’université. Celle dont Perpignan avait été dotée en 1350, maintenue jusqu’à la Révolution, retrouva vie tardivement, les sciences humaines ne prenant leur essor qu’après les sciences, le droit, les lettres.

  • 9 L. Cologni-Canal, L’identité catalane de 1848 à nos jours. Inventaire en sang et or, thèse d’histo (...)
  • 10 La bibliographie dans J. Sagnes (dir.), Le Pays catalan, Pau, 1985, 1131 p., t. II, p. 1110-1112, (...)

4Faut-il voir l’effet du hasard ? La mise en place des enseignements d’histoire, de l’histoire moderne plus particulièrement, coïncida avec l’affirmation dans l’espace public de l’identité catalane9 qui eut l’effet paradoxal au premier abord de focaliser le questionnement sur l’annexion des territoires situés au nord des Pyrénées. Moins sur l’événement lui-même d’ailleurs, sur le processus dont il fut le dénouement – les deux décennies 1640-1659 notamment –, que sur la situation postérieure, les conspirations, les révoltes qui agitèrent la province, la guerre, les fortifications érigées sur la frontière, voire les institutions – ainsi le Conseil souverain considéré comme le bras justicier de la nouvelle domination10. À l’inverse du discours tenu précédemment, l’annexion fut présentée comme le prolongement, l’accentuation même d’une longue période de difficultés pour le Roussillon. Cette vulgate prit corps sans que de nouveaux travaux fussent entrepris sur la période antérieure à 1659, ce qui pût permettre d’argumenter solidement et d’établir des comparaisons.

  • 11 J. Peytaví Deixona, El manual de 1700 de Jaume Esteve, notari de Perpinyà, Barcelona, 2004, 686 p.

5Ce type d’approche, l’expérience historienne l’a montré de longue date, expose souvent à des impasses. La trame évènementielle, pour aussi décisive qu’elle soit, n’est pas tout. Sous la surface, les structures démographiques, foncières, familiales, etc., les institutions ecclésiastiques ou municipales, l’expression de la spiritualité..., relèvent de temporalités et de rythmes différents. Elles furent peu affectées également, au moins à court terme, par l’obligation faite en 1700 de rédiger les actes publics en français, décision qui nourrit le thème de la « francisation » sans qu’on s’aperçut toujours avec suffisamment d’acuité que les notaires passèrent directement du latin au français dans nombre de leurs écritures11.

6Dans ces conditions, autant commencer par le fond, c’est-à-dire les sources dont la nature, la structure, l’évolution de la forme et du contenu dans la longue durée, la fréquence, en disent souvent plus long que les faits retenus par les chroniques. Ainsi, pour donner quelques exemples de cette attitude empirique, jalons d’un parcours de découverte : qu’étaient ces pardons repérés dans les registres du Contrôle des actes ou ces testaments apostoliques conservés par milliers, quelle place tenaient les capbreus dont seuls des exemplaires datant de la période médiévale avaient retenu l’attention, quel rôle jouaient les nombreuses communautés de prêtes ignorées malgré leur forte présence dans les registres des notaires ?

  • 12 Voir, « "À L’imitation de Jésus-Christ"... », p. 311 sqq.

7Autant d’expériences neuves, d’exercices préalables à effectuer, nécessaires avant de pouvoir saisir la texture de la société dont le destin dépendait de forces qui la dépassaient. Cela n’a pas été sans risques, ni – il faut l’avouer – insuffisances initiales. Un exemple : les pardons, jamais rencontrés précédemment dans les autres sources méridionales. Il s’agit d’interruptions d’actions judiciaires : les victimes d’injures ou de coups, à l’imitation de Jésus-Christ sur la croix, pardonnent à leurs agresseurs après l’intervention de médiateurs. La pratique en était suffisamment courante pour que des modèles figurent dans les recueils d’actes types utilisés par les notaires12. Bel exemple de conduites infrajudiciaires grâce auxquelles on découvre les relations sociales, le sentiment religieux. Mes investigations, encore dans une phase d’approche, ne m’avaient pas permis d’en apercevoir immédiatement la dimension ni tout l’intérêt. La lecture ultérieure des inventaires après décès m’a fait découvrir la présence quasi systématique, dès qu’un foyer disposait de livres, de l’Imitation de Jésus-Christ de A. Kempis popularisée en Catalogne par l’abbaye de Montserrat, encore imprimée à Perpignan peu avant 1700.

  • 13 C’est pourquoi la liste des travaux concernant le Roussillon placée ci-dessous est présentée à leu (...)

8« Mes » pardons sont donc à compléter pour être pleinement aboutis et satisfaisants13.

9La progression dans les sources et les thèmes de recherche successivement découverts a suivi deux voies complémentaires : la réponse à des appels à communication en vue de colloques thématiques qui donnaient l’occasion d’analyser la genèse et les caractères de types de documents qui ne m’étaient pas familiers, la sollicitation de collègues afin d’étudier des situations ou des sujets spécifiques. Chaque expérience a produit les mêmes effets : la surprise d’abord devant les richesses rencontrées, insoupçonnées ; l’intérêt, l’ampleur des questions entrevues, la stimulation qu’elles exerçaient ; le sentiment aussi, quand une modeste avancée semblait acquise, de voir indéfiniment la matière se dérober. L’analyse de l’activité notariale par exemple montrait une forme de réseaux de professionnels profondément différente de ceux que j’avais fréquentés jusque-là, permettait de mieux comprendre le rôle tenu par les prêtres auprès des familles lors de la réception des testaments ou des successions. La place du clergé se révélait ainsi profondément originale. L’Église possédait peu de biens immeubles, mais jouait un rôle éminent de dispensateur de crédit par le biais des censals – les rentes constituées. Cet aspect, l’importance des communautés de prêtres dont les effectifs atteignaient trois centaines de prêtres environ au milieu du xviiie siècle, n’avaient pas été signalés, de même que l’omniprésence du crédit dans tous les actes et toutes les strates de la société, ou encore, par un effet d’aubaine indirect, les répercussions dans la province de l’effondrement du Système de Law. On voit l’enchaînement des observations, des questionnements, autrement plus stimulant pour la pratique historienne que l’enfermement auquel exposait la focalisation exclusive sur 1659 et ses effets.

  • 14 Cf. la carte p. 224 dans Nouvelle histoire du Roussillon, J. Sagnes (dir.), Trabucaire, Canet, 199 (...)
  • 15 Le revenu produit par l’amodiation des puits à glace était affecté dans certaines localités à l’ér (...)

10Les sources écrites ont tenu une place essentielle. D’autres également, comme les retables et les gravures du Voyage pittoresque de la France..., t. V. Province du Roussillon de J. B. F. Carrère paru en 1787. Il faut du temps pour prendre la mesure du nombre, de la qualité artistique des retables sculptés érigés jusque dans les plus petites églises de paroisses entre les milieux du xviie et du xviiie siècle14. Ils sont probablement les meilleurs témoins de l’élan spirituel et de l’implication de toute une société depuis les commanditaires, les confréries et les conseils municipaux attentifs à l’exécution rigoureuse des contrats, jusqu’aux paroissiens qui participaient par leurs dons, l’hébergement des artistes, leur consommation de glace l’été15 ; les plus fins révélateurs de la quasi indistinction entre le profane et le sacré, ce qui n’était déjà plus tout à fait le cas dans le Languedoc voisin – la réforme catholique étant passée par là... Ces retables témoignent de tout, sauf du repli sur soi d’une province, avec ce trait puissant qui les singularise : comme pour les fondations des confréries de piété, l’impulsion venait autant sinon davantage de la campagne que de la ville.

  • 16 On disposera bientôt de la thèse de J.-L. Antoniazzi, Art, foi et société. Les retables sculptés e (...)

11Découverte lente avant que la relation entre les sources écrites et l’image, la prodigieuse diversité et la profonde unité de cette floraison n’acquièrent sens, d’autant que la vulgate dont j’ai parlé l’ignorait complètement16. À l’inverse, les gravures du Voyage pittoresque, plus accessibles à appréhender, furent de fécondes introductrices, quasi immédiates dans leur fonction de dévoilement. En premier celle représentant le bâtiment de l’université récemment construit (cf. p. 438). Étonnante gravure, aussi juste qu’inexacte. Inexacte parce qu’elle transforme un site incommode et pentu en un terrain plat. Inexacte encore car de l’endroit où se place l’artiste on ne peut apercevoir d’un seul coup d’œil la façade du corps principal et la tour de l’amphithéâtre de dissection. Mais juste : elle révèle mieux que n’importe quel commentaire ses composantes, l’esprit du projet, le dessein politique qui l’inspirait. Illustration pénétrante d’un discours, instrument de propagande qu’est, de fait, le Voyage pittoresque dans son ensemble, destiné à la Cour, à Paris, au royaume, plus qu’au Roussillon.

  • 17 Heureusement réduites depuis. Un exemple : les justices royales secondaires et les justices seigne (...)
  • 18 Cinq volumes sont parus à ce jour aux Presses universitaires de Perpignan : 1. Pouvoirs municipaux (...)

12Ce recueil n’est pas exhaustif. Il aurait été trop volumineux. On relèvera quelques répétitions dans les premières lignes des articles. Destinés à des ouvrages différents, ils ne pouvaient faire l’économie de rapides mises en perspective. Ils témoigneront, je le voudrais, du plaisir indéniable de la découverte, servi par le constat d’être devant une tache blanche en nombre de domaines17 ; d’une démarche hésitante au début, qui s’est efforcée de varier les approches afin de vérifier si de premières constatations se confirmaient. La réflexion sur la nature et l’évolution des sources conduite avec les étudiants et des collègues historiens du droit ou spécialistes de l’histoire catalane qui travaillent sur les siècles modernes a joué un rôle déterminant. Maturation progressive à laquelle ont également beaucoup contribué la tenue d’un séminaire mensuel et l’organisation de journées thématiques d’Histoire et Histoire du droit18.

13Ces recherches – esquisses pour la plupart d’entre elles, repérages et simples griffures de surface tant il reste à faire – parcourent de longs siècles. Ce n’est pas le fruit d’un programme préconçu. Hasard ( ?), la charte municipale de Perpignan (1197) et le tricentenaire du traité des Pyrénées (1959) les bornent chronologiquement. La charte concrétisait un processus amorcé puisqu’une obra de la muralla de la villa de Perpinyà existait déjà, disposait d’un financement. Moment fondateur des institutions municipales et de la fiscalité qui vont de pair. L’aspect juridique des consulats a été davantage mis en exergue que la fiscalité dont les sources conservées, lacunaires et dispersées, sont postérieures. On ne perçoit pas encore avec assez de clarté ni ne dit avec suffisamment de force combien ce moment fondateur est constitutif de l’originalité européenne. 1959 n’est pas comparable. La frilosité des autorités municipales à l’égard du tricentenaire de la Paix des Pyrénées ne manque pas d’interroger. Elle pose la question de la relation d’une société avec sa propre histoire difficile à embrasser dans son ensemble, alerte sur des impasses, des esquives, des surévaluations ou des occultations, qui peuvent être successives. Insuffisance de prise de distance, c’est-à-dire de positionnement historien.

14Un mot encore. Si le Roussillon n’a pas constitué le seul terrain de recherche auquel je me suis employé, il a eu un rôle déterminant dans l’orientation des thèmes auxquels j’ai pu m’intéresser. Je peux le formuler ainsi : « Découvrir l’histoire du Roussillon, découvrir à partir du Roussillon ». Ce que je découvrais, l’interaction et la profonde cohérence des phénomènes observés, la manière dont intervenaient les continuités et les discontinuités, des mises en sommeil puis des revivifications ultérieures par delà des bornes événementielles considérées comme canoniques, m’ont aidé, par comparaison, à mieux apercevoir l’originalité de systèmes de même origine ou contemporains, fondés sur des principes identiques, mais entraînés dans des voies différentes ; lesquelles, au bout du compte, ont abouti à des combinaisons institutionnelles et sociales fort différentes. L’exemple le plus éclairant, une fois encore, est celui de la fiscalité. Le Roussillon, le pays catalan plus largement, et le Languedoc divergent au xive siècle, ce qui eut des effets structurants de longue durée sur les institutions et la société. Elles ont eu également la vertu de me garder, si je n’en étais pas préalablement convaincu, d’étroites focalisations temporelles et de pseudo-spécialisations thématiques. Le sujet prime, quels que soient le moment, les conditions de son émergence – toujours à garder en mémoire pour interroger de futurs développements –, les directions empruntées ultérieurement, les apports qui le nourrissent, les avatars ou l’épuisement dont il est éventuellement l’objet.

15La mise en page de ce livre, comme celle des précédents, a été effectuée par madame Bernadette Roché. Ma reconnaissance va également à madame Christiane Gratecos et à Paul Carmignani, directeur des Presses universitaires de Perpignan, pour la confiance qu’il m’a toujours témoignée.

TRAVAUX PORTANT SUR LE ROUSSILLON19

  • 19 Les astérisques signalent les textes non reproduits dans ce volume.

16* « Narbonne, l’expédition du Roussillon et les courants migratoires. Un révélateur pour le domaine occitano-catalan », Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Philippe Sénac (dir.), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1995, 445 p., 409-430.

17« Perpignan, une université de frontière », L’université de Perpignan au xviiie siècle, Jean Sagnes (dir.), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1996, 312 p., p. 13-22.

18« Les Lumières dans la ville », L’université de Perpignan au xviiie siècle, Jean Sagnes (dir.), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1996, 312 p., p. 31-45.

19« "À l’imitation de notre Seigneur Dieu Jésus-Christ". Pardons catalans », L’infrajudiciaire Du Moyen Âge à l’époque contemporaine, (colloque international, Dijon, 5 et 6 octobre 1995), Benoît Garnot (dir.), Dijon, EUD, 1996, 477 p., p. 403-415.

20« Les testaments apostoliques du diocèse d’Elne au xviiie siècle. Contribution à l’étude du processus de "francisation" de la province du Roussillon au xviiie siècle », Le Roussillon de la Marca Hispanica aux Pyrénées-Orientales (viiie-xxe siècle), Actes du LXVIIe congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Perpignan (1995), Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, CIIIe volume, 1996, p. 89-111.

21* « Draperie et économie au temps des rois de Majorque », Royaume de Majorque : De l’histoire au mythe, Perpignan, CeDACC, 1998, p. 33-41.

22« Le canal du Languedoc en Roussillon. Projets et début de réalisation, xviie-xviiie siècles », Le canal du Midi et les voies navigables dans le Midi de la France, Actes du congrès des Fédérations historiques languedociennes, Castelnaudary (1997), Bulletin de la Société des études scientifiques de l’Aude, 1998, p. 183-192.

23* « Textile et travail des pauvres en Languedoc et en Roussillon au xviiie siècle à travers trois exemples : Narbonne, Perpignan, Montpellier », "De la fibre à la fripe". Le textile dans la France méridionale et l’Europe méditerranéenne (xviie-xxe siècle), Actes du colloque de 1977, Montpellier, Université Paul-Valéry, 1998, p. 167-196.

24« Les paysans et leur notaire dans la province du Roussillon au xviie et au xviiie siècle », Le notaire, le paysan et la terre dans la France à l’époque moderne, Jean-Luc Laffont (dir.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1999, 215 p., p. 185-215.

25* Nouvelle Histoire du Roussillon, Jean Sagnes (dir.), Canet, Trabucaire, 1999, 382 p. ; chapitres

  • Dans l’Espagne du siècle d’or, sur les marges (1462-1659), p. 191-218
  • Une province du royaume de France, entre résistance, résignation et séduction (16601789), p. 219-248.

26« Fiscalité et institutions à Perpignan (xiie-xviiie siècle) », Louis Assier-Andrieu et Raymond Sala (dir.), La ciutat i les poders, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2000, 678 p., p. 435-448.

27« Espace agricole, structures foncières et bétail en Roussillon d’après le dénombrement de 1730 », L’homme et l’animal dans les sociétés méditerranéennes, Marie-Claude Marandet (dir.), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2000, 326 p., p. 143-185.

28« Contrebande par terre et par mer en Roussillon, 1715-1815 », Frontière et criminalité, 1715-1815, études réunies par Catherine Denys, Cahiers de l’université d’Artois, 18/2000, p. 59-79.

29« Un cahier de doléances du clergé du Roussillon inédit. Saint-Mathieu et les communautés de prêtres du diocèse d’Elne à la fin du xviiie siècle », Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, 108e volume, 2001, p. 194-226.

30« Représentations de la Catalogne, de la Castille et de la France pendant la « guerra dels papers » (1640-1641) », Adhésions et résistances à l’État en France et en Espagne (16201660), Anne-Marie Cocula (dir.), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2001, p. 151-167.

31« De révoltes en "années admirables" : les Comtés pendant la période moderne », L’Histoire à travers champs. Mélanges offerts à Jean Sagnes, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2002, 399 p., p. 215-229.

32« Capbreus des comtés de Catalogne du nord (Roussillon), xve-xviiie siècle », Terriers et plans terriers du xiiie au xviiie siècle, Actes du colloque de 1998, Bibliothèque d’Histoire Rurale 5, Mémoires et Documents de l’École des Chartes 62, édité par Ghislain Brunel, Olivier Guyotjannin et Jean-Marc Moriceau, 2002, 461 p., p. 65-78.

33* « Les mules, les soieries, l’argent : les juifs à Perpignan dans la seconde moitié du xviiie siècle », Perpignan, l’histoire des juifs dans la ville (xiie-xxe siècle), Perpignan, Archives communales, 2003, 270 p., p. 195-207.

34* « Perpignan, ville de commerce et de finances, xiiie-xviiie siècle », Perpignan une et plurielle, Raymond Sala et Michèle Ros (dir.), Canet, Trabucaire, 2004, 1101 p., p. 103-114.

35« Les échanges franco-catalans à la fin du xvie et dans la première moitié du xviie siècle », Jean-Michel Minovez et Patrice Poujade (éd.), Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées, xiiie-xixe siècle, 7e Curs d’Història d’Andorra/Col.loqui Internacional d’Andorra, 1-4 octobre 2003, Toulouse, CNRS/Université de Toulouse-le-Mirail, collection Méridiennes, 2005, 650 p., p. 523-543.

36« Le crédit en Catalogne au xviie siècle : les foires de change de Perpignan (1630-1651) », Annales du Midi, t. 117, n° 256, juillet-septembre 2005, p. 347-361.

37« Une institution originale : les surposés de l’horte et la police champêtre en Roussillon », Antoine Follain (dir.), Les justices locales dans les villes et les villages du xve au xixe siècle, Rennes, PUR, 2006, 403 p., p. 307-320.

38* « Le fer dans la partie orientale des Pyrénées. Note critique », Études roussillonnaises, t. XXII, 2006, p. 111-121.

39« 1640, une conjoncture internationale, régionale, locale », Études roussillonnaises, t. XXII, 2006, p. 149-157.

40* « Les communautés de prêtres de la province du Roussillon au xviiie siècle », Mélanges à la mémoire de Michel Peronnet. 1. Clergé, identité et fidélités catholiques, Montpellier, 2006, p. 469-484.

41* Le vin en Languedoc et en Roussillon. De la tradition aux mondialisations, xvie-xxie siècle (en collaboration avec Geneviève Gavignaud-Fontaine), Canet, Trabucaire, 2007, 309 p.

42« L’Église, le crédit et les effets du Système de Law en Roussillon au xviiie siècle », Perpignan, l’histoire des catholiques dans la ville du Moyen Âge à nos jours (colloque, Perpignan, 10-12 mai 2007), Perpignan, 2008, 492 p., p. 65-83.

43« Des Comtés à l’État. Fiscalité et finances municipales en Roussillon : Vinça, xive-xviiie siècle », Les communautés et l’argent. Fiscalité et finances municipales en Languedoc, Roussillon et Andorre, xve-xviiie siècle, Gilbert Larguier (coord.), 2e journée d’Histoire et Histoire du droit et des institutions de l’université de Perpignan (27 janvier 2006), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2008, 214 p., p. 11-42.

44Les Lumières en Roussillon au xviiie siècle. Hommes, lieux, idées, Gilbert Larguier (dir.), Canet, Trabucaire, 2008, 235 p., chapitres

  • Penser les Lumières en Roussillon, p. 7-11,
  • Ouvertures. La province du Roussillon dans le royaume au xviiie siècle, p. 13-30,
  • * Deux bibliothèques en Roussillon au xviiie siècle : les bibliothèques de l’intendant de Bon et du juriste Fossa (en collaboration avec Caroline Chevalier et Caroline Lentz), p. 135-193,
  • Port-Vendres, une fondation maçonnique, p. 195-217.

45« Herbe et prairies artificielles en Roussillon, xvie-xviiie siècle », Francis Brumont (éd.), Prés, prairies et pâturages dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XXVIIIes journées internationales de Flaran, 15-16 septembre 2006, Toulouse, Presses universitaires de Toulouse-le-Mirail, 2008, p. 193-204.

46« Moïse Carcassonne, le commerce des juifs en Languedoc et en Roussillon au xviiie siècle », Gilbert Larguier (coord.), Métiers et gens de métiers en Roussillon et en Languedoc, xviie-xviiie siècles, 4e journée d’Histoire et Histoire du droit et des institutions de l’université de Perpignan, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2009, 270 p., p. 251-270.

47« Pourquoi Benoît XIII choisit-il Perpignan pour tenir un concile ? », Hélène Millet (dir.), Le concile de Perpignan (15 novembre 1408-26 mars 1409) (célébration du sixième centenaire du concile de Perpignan, Perpignan, 24-26 janvier 2008), Études Roussillonnaises, t. XXIX, 2009, p. 27-32.

48« Les étudiants du Roussillon entre Perpignan et les universités du Languedoc », Annales du Midi, t. 121, n° 268, octobre-décembre 2009, p. 503-521.

49« Trois centenaires du traité des Pyrénées », Del tractat dels Pireneus [1659] a l’Europa del Segle xxi : un model en construcciò ? Col.loqui international, Barcelone-Perpignan, 17-20 juin 2009, à paraître.

50* « 1659 ou la force du destin. Trois siècles de lectures du traité des Pyrénées en Roussillon », Conférences de Toulouges, à paraître.

Abréviations

51A. M. : Annales du Midi.

52Bulletin SASL : Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraires des Pyrénées-Orientales.

53Bulletin SESA : Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude.

54CERCA : Centre d’études et de recherches catalanes des Archives.

55Lorsque le dépôt d’archives n’est pas indiqué, les sources sont tirées des fonds des Archives départementales des Pyrénées-Orientales.

Notes

1 Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais (1300-1789), Perpignan, PUP, 1996, 1368 p.

2 R. Noell, Essai de bibliographie roussillonnaise, Prades, Terra Nostra, 1. Des origines à 1906, 1976, 224 p. ; 2. 1906-1940, 1973, 120 p. ; 3. 1940-1960, 1969, 122 p. ; 4. 1960-1980, 1983, 255 p., complété partiellement par la Bibliographie historique et archéologique des Pyrénées-Orientales. De la préhistoire au Moyen Âge (1981-2003), Perpignan, A.A.P.-O., 2007, 254 p.

3 P. Henry, Histoire du Roussillon, Paris, 1835, 2 vol.

4 Il faut mettre à part néanmoins l’admirable thèse de J. S. PONS, production isolée de l’entre-deux guerres : La littérature catalane en Roussillon aux xviie et xviiie siècles : l’esprit provincial, les mystiques, les goigs et le théâtre religieux, Toulouse-Paris, 1929, XXI-397 p.

5 B. Alart, Privilèges et titres relatifs aux franchises, institutions et propriétés communales de Roussillon et de Cerdagne depuis le xie siècle jusqu’à l’an 1660... Première partie [1000-1279], Perpignan, 1878, III-348 p.

6 J.-A. Brutails, Étude sur la condition des populations rurales du Roussillon au Moyen Âge, Paris, 1891, 314 p.

7 En 1985, Sylvie Caucanas constate cependant que les « ouvrages et études concernant l’histoire du Roussillon au Moyen Âge [restent] assez peu nombreux », S. Caucanas, Introduction à l’histoire du Moyen Âge en Roussillon, Perpignan, 1985, 166 p., p. 11.

8 B. Alard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Pyrénées-Orientales, séries B et C, 1868, 1877 ; J.-A. Brutails, E. Desplanque, B. Palustre, Inventaire sommaire..., série G, Perpignan, 1904, 548 p.

9 L. Cologni-Canal, L’identité catalane de 1848 à nos jours. Inventaire en sang et or, thèse d’histoire, université de Perpignan, 2006.

10 La bibliographie dans J. Sagnes (dir.), Le Pays catalan, Pau, 1985, 1131 p., t. II, p. 1110-1112, est éloquente à cet égard.

11 J. Peytaví Deixona, El manual de 1700 de Jaume Esteve, notari de Perpinyà, Barcelona, 2004, 686 p.

12 Voir, « "À L’imitation de Jésus-Christ"... », p. 311 sqq.

13 C’est pourquoi la liste des travaux concernant le Roussillon placée ci-dessous est présentée à leur date de parution qui permet de mieux saisir la progression des recherches, les infléchissements perceptibles d’un article ou d’une contribution à l’autre à mesure que l’horizon s’élargissait et gagnait en profondeur.

14 Cf. la carte p. 224 dans Nouvelle histoire du Roussillon, J. Sagnes (dir.), Trabucaire, Canet, 1999.

15 Le revenu produit par l’amodiation des puits à glace était affecté dans certaines localités à l’érection ou à la dorure des retables.

16 On disposera bientôt de la thèse de J.-L. Antoniazzi, Art, foi et société. Les retables sculptés en Roussillon de 1655 à 1769, université de Perpignan, 2010.

17 Heureusement réduites depuis. Un exemple : les justices royales secondaires et les justices seigneuriales (cf. « "À l’imitation de notre seigneur Dieu Jésus-Christ"... », note 34). Elles ont fait depuis l’objet d’un important effort de classement et de mise à disposition qui a permis de premières recherches, très productives, publiées dans Les justices royales secondaires en Languedoc et en Roussillon, xviie-xviiie siècles, Perpignan, PUP, 2008.

18 Cinq volumes sont parus à ce jour aux Presses universitaires de Perpignan : 1. Pouvoirs municipaux et pouvoir royal en Roussillon et en Languedoc, xviie-xviiie siècles (2006) ; 2. Les communautés et l’argent. Fiscalité et finances municipales en Languedoc, Roussillon et Andorre, xve-xviiie siècle (2008) ; 3. Les justices royales secondaires en Languedoc et en Roussillon, xviie-xviiie siècles (2008) ; 4. Métiers et gens de métiers en Roussillon et en Languedoc, xviie-xviiie siècles (2009) ; 5. Mineurs, minorité ; jeunes, jeunesses en Roussillon et en Languedoc, xvie-xviiie siècle (2010). Un sixième est à paraître : Échanges et transmissions en Roussillon et en Languedoc, xvie-xixe siècle.

19 Les astérisques signalent les textes non reproduits dans ce volume.

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540