Version classiqueVersion mobile

Iconographie funéraire romaine et société

 | 
Martin Galinier
, 
François Baratte

Contextes provinciaux et christianisme

Les représentations des défunts sur les sarcophages chrétiens

Sarcophages païens et chrétiens en comparaison

Manuela Studer-Karlen

Texte intégral

  • 1 Le sujet de cette intervention est issu de la thématique de ma thèse intitulée : « Verstorbenendars (...)

1La décoration des sarcophages dépend fortement du groupe social auquel appartient l’acquéreur et, lors de travaux spéciaux, de la volonté d’un commanditaire unique. Le sujet des représentations des défunts sur les sarcophages chrétiens ne doit pas être considéré seulement d’un point de vue iconographique car il livre aussi beaucoup d’informations intéressantes sur la société de l’Antiquité tardive1.

  • 2 Dresken-Weiland, 1994, p. 109-130 ; Deckers, 1996a, p. 137-171 ; Dresken-Weiland, 1997, p. 19-27 ; (...)

2À côté de représentations de défunts, reprises de la tradition païenne, on trouve de nouvelles images chrétiennes créées par une élite sociale innovatrice. Comme la majorité des chercheurs, je pense que la plupart des sarcophages, à l’exception des pièces simples et de moins bonne qualité, ont été exécutés sur commande2. Il faudra mettre en évidence quelles images sur les sarcophages chrétiens sont reprises du répertoire païen et lesquelles doivent être considérées comme une innovation chrétienne.

ill. 1 - Velletri, fin IIIe siècle, Museo Civico (Rep. II 242) (DAI Rom Neg. 57.784).

  • 3 Koch, 1993, p. 2-3, 58-61 ; Koch, 2000, p. 1-4 ; Brandenburg, 2004, p. 2 ; Brandenburg, 2006, p. 34 (...)
  • 4 À voir les listes détaillées dans la publication de ma thèse (Studer-Karlen, 2012) p. 227-236.

3Il est bien connu que les sarcophages païens étaient fabriqués pendant une période plus longue et par conséquent dans une quantité plus grande que les sarcophages chrétiens3. Le phénomène le plus intéressant, ce qui est à montrer dans cet article, c’est que, sur les sarcophages chrétiens, le défunt s’intègre dans davantage de contextes iconographiques. Si on calcule le nombre de représentations de défunts sur les sarcophages païens et chrétiens, on constate que, proportionnellement, les défunts sont plus souvent représentés sur les sarcophages chrétiens. Sur environ 2 000 sarcophages chrétiens, on en connaît environ 400 exemples4.

4Le souhait d’être proche du Christ et du Salut a été un facteur déterminant de cette évolution. La proximité du défunt avec les protagonistes d’une scène, et, par ce biais, la cohérence du contenu, est une préoccupation essentielle dans ces représentations. L’influence opérée par le commanditaire sur le choix iconographique est plus perceptible sur les tombeaux chrétiens que païens. Ce phénomène s’exprime à travers la création d’une nouvelle iconographie, qui s’explique par le désir des proches, ou du commanditaire, de représenter le défunt dans un contexte manifestant la croyance ferme en une vie après la mort.

  • 5 Autour du portrait sur les sarcophages chrétiens, voir par ex. Rilliet-Maillard, 1994, p. 217-222 ; (...)
  • 6 Rep. II 242 : Dresken-Weiland, 1998, p. 84 ; Van Dael, 1978, p. 65, 132, 143, 278, Nr. 218, Abb. 22 (...)
  • 7 Autour de cette thématique sur les sarcophages chrétiens voir p. ex. : Van Dael, 1978, p. 53-56 ; D (...)

5Mais comment peut-on reconnaître les défunts sur les sarcophages ? Étant donné que le portrait, comme indicateur d’une ressemblance aussi proche que possible avec une personne, n’est plus une priorité au IVe siècle, il faut comprendre la définition du terme « représentation de défunt » de manière élargie5. La représentation du défunt consistait soit en un portrait individualisé, soit en un portrait aux traits idéalisés. Comme exemple d’un portrait individualisé on peut mentionner l’orante sur la plaque de Velletri de la fin du IIIe siècle6. Les traits marquent un visage âgé [ill. 1]. Sur de nombreux sarcophages, il y a des figures mises en évidence qui sont probablement des défunts. Leurs têtes sont travaillées mais elles sont dépourvues de traits caractéristiques. Il s’agit de têtes idéalisées. C’est souvent le cas pour les figures d’orantes. Parfois les figures possèdent un visage ébauché, dit en bossage. Le phénomène du bossage se rencontre déjà sur des sarcophages romains du IIe et IIIe siècles. Ces têtes ébauchées ne peuvent s’expliquer que d’une seule manière. Sans aucun doute, elles témoignent d’une certaine indifférence face aux portraits sur les sarcophages7.

ill. 2 - Rome, couvercle d’un sarcophage, Museo Pio Cristiano (Rep. II 237) (Per concessione dei Musei Vaticani, M. Studer-Karlen).

  • 8 Rep. II 237 : Dresken-Weiland, 1998, p. 81 ; Studer-Karlen, 2008, p. 552, 558, 566.
  • 9 Rep. III 62 : Christern-Briesenick, 2003, Christern-Briesenick, 2003, p. 45-47 ; Studer-Karlen, 200 (...)
  • 10 Plus détaillé sur ce sarcophage et le remaniement : Studer-Karlen, 2008, p. 561-562.

6Les représentations en buste appartiennent à ce premier groupe de représentations de défunts, qui sont liées à la tradition païenne. Bien que les représentations en buste apparaissent souvent sur les sarcophages chrétiens et restent très appréciées durant toute la période de production de ces sarcophages, cette forme est très malléable ; de fait, on ne peut pas parler de « production en série ». Ceci est prouvé d’une part par le fait que, dans la majorité des cas, les personnes nommées dans les inscriptions conservées correspondent par leur sexe aux portraits en buste. C’est par exemple le cas sur le couvercle d’un sarcophage du Vatican [ill. 2]8. Le sarcophage était destiné à un enfant (largeur : 0,95 m). L’inscription mentionne un Marcellinus qui a eu 5 ans. Les traits du garçon dans le clipeus sont caractéristiques des enfants : joufflus et arrondis. D’autre part, les nombreuses modifications ainsi que les retouches postérieures témoignent de la volonté de donner au défunt une image aussi pertinente que possible. Le sarcophage à colonnes d’Arles, avec son couvercle orné de deux bustes et d’une tabula avec une inscription nommant les deux défuntes, est un remarquable exemple de remaniement [ill. 3-4]9. Il s’agit du sarcophage en marbre de la clarissima femina Hydria Tertulla et de sa fille Axia Aeliana. Sur la droite de la tabula se trouve un portrait féminin, probablement de Hydria Tertulla. Le buste sur la gauche du couvercle représente probablement la fille, Axia Aelina, devant un parapetasma tenu par deux victoires [ill. 3-4]. La faible grandeur de la tête de l’enfant indique qu’elle a été travaillée à partir d’une tête laissée en bossage. Le cou trop maigre est masqué par le collier. L’hypothèse d’un remaniement est appuyée par les traces de remodelage à l’épaule et à l’arrière de la tête. D’après le vêtement, une tunica contabulata, ce buste aurait donc été masculin à l’origine. Il n’y a aucune indication concernant l’âge et la date du décès des deux femmes, mais l’inscription indique que le sarcophage était offert par l’époux et père. Il semble que le buste à droite lui était destiné initialement10.

ill. 3 & 4 - Sarcophage de Hydria Tertulla, Arles, Musée de l’Arles Antique (Rep. III 62) (M. Studer-Karlen).

ill. 5 - Rome, Museo Pio Cristiano (Rep. I 39) (Per concessione dei Musei Vaticani, foto Musei Vaticani).

7La ressemblance avec le défunt n’est pas indispensable. En revanche, les éléments décrivant son statut social et montrant sa croyance sont importants. Comme le faisaient leurs prédécesseurs païens, les représentations en buste nous donnent des indications sur la condition sociale du défunt, tels que rang, richesse, éducation, beauté, et sur la Concordia d’un couple, lorsqu’il s’agit du portrait d’un couple [ill. 5].

8Les bustes individuels se retrouvent durant tout le IVe siècle, mais surtout à l’époque constantinienne. En revanche, la production de bustes de couples atteint son apogée dans le deuxième tiers du IVe siècle, lorsqu’émergent les sarcophages à frise et à double zone dont la forme ne permet normalement pas de mettre le défunt en évidence [ill. 5]. À la même période, l’élaboration de mausolées familiaux ainsi que la volonté de placer l’image du défunt sur un sarcophage disposé de manière ostentatoire, pourraient avoir joué un certain rôle.

ill. 6 - Rome, Santa Maria antiqua, fin IIIe siècle (Rep. I 747) (Su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali - Soprintendenza Speciale per i Beni Archeologici di Roma, M. Studer-Karlen).

  • 11 Reinsberg, 1984, p. 291-317 ; Reinsberg, 2006a.
  • 12 Amedick, 1991 ; Amedick, 1993, p. 145-153.
  • 13 Les sarcophages avec une iconographie traditionnelle de cette époque : Rep. I 853, 918, 1039. Les s (...)
  • 14 Rep. I 678, 688, 922 ; Rep. II 148, 149, 151 ; Rep. III 51.

9Sinon, la représentation de couples avec la Dextrarum Iunctio se trouve, depuis la deuxième moitié du IIe siècle, sur les sarcophages du type Vita Romana11. Les autres scènes de la thématique Vita Romana ou Vita Privata12, par exemple le défunt comme fonctionnaire, sont des sujets qui n’étaient guère représentés sur les sarcophages chrétiens. En revanche le motif de la Dextrarum Iunctio est repris sur les sarcophages chrétiens à la fin du IIIe siècle et au début du IVe siècle13. Après les premières décennies du IVe siècle, la scène disparaît, jusqu’à la fin du siècle où elle refait surface sur quelques rares sarcophages exceptionnels14.

10Les doubles portraits d’époux pouvaient éventuellement prendre le relais comme représentation du couple pendant cette interruption, ce qui signifie que le couple est représenté durant toute la période de production des sarcophages chrétiens.

  • 15 Les sarcophages à dextrarum Iunctio : Rep. I 688, 918. Les sarcophages avec un couple en buste : Re (...)
  • 16 Osiek ; Macdonald, 2006, 118-143.

11Il reste à souligner le fait que certains sarcophages à Dextrarum Iunctio de même que quelques-uns avec un couple en buste étaient, d’après l’inscription, destinés uniquement à une femme15. Évidemment, la représentation de la femme, réunie à celle de son mari, marque la signification prépondérante que le mariage avait pour les femmes dans l’Antiquité16.

  • 17 Rep. I 747 : Brandenburg, 1967, p. 306-307 ; Van Dael, 1978, p. 132, 134-135, 143, 165, 257, Nr. I (...)

12En revanche, les sarcophages chrétiens empruntèrent à la tradition païenne le motif du philosophe ainsi que la figure de l’orante. La première représentation chrétienne conservée d’un défunt se trouve sur le plus ancien sarcophage chrétien conservé, à savoir la cuve de Santa Maria Antiqua, datant de la fin du IIIe siècle, qui montre le couple défunt sous les traits d’un philosophe et d’une orante [ill. 6]17. Ils sont insérés dans une frise d’images bucoliques et maritimes.

13Les défunts ne se laissaient toutefois pas représenter en tant que bergers, ce qui est sans aucun doute dû au très bas statut social de ceux-ci. Les acquéreurs de sarcophages voulaient se voir dans d’autres rôles. La nouveauté amenée par ce sarcophage de Santa Maria Antiqua consiste en deux scènes incontestablement chrétiennes : le Baptême, et Jonas au repos. Les éléments chrétiens sur les sarcophages témoignent tout particulièrement de la forte conscience d’identité chrétienne du commanditaire. Les chrétiens voulaient dès lors avoir des images chrétiennes sur leurs sarcophages.

  • 18 Voir surtout le livre d’Ewald, dans lequel se trouve aussi une discussion sur la recherche antérieu (...)

14À l’époque constantinienne, le motif du philosophe ne connut plus un grand succès18. Depuis environ l’an 300, le Christ et les Apôtres prennent l’apparence du philosophe. Pour cette raison, une importante différenciation entre le Christ et le défunt devint nécessaire. Les représentations du défunt comme philosophe cessent, le pallium, un rouleau à la main ainsi que des attributs tels que la Capsa ou les rouleaux restent toutefois présents durant tout le IVe siècle dans les représentations de défunts, car ces éléments permettent de souligner l’éducation de ce dernier.

  • 19 Zanker, 1995, p. 256-257, 259 ; Huskinson, 1999, p. 191-197.

15Si la muse Polymnie ou la Palliata, avec un rouleau à la main, étaient autrefois très appréciées sur les sarcophages à thème philosophique19, comme figure d’identification de la défunte, celles-ci cèdent leur place au profit de l’orante.

  • 20 Dresken-Weiland, 2006, p. 289-312 ; Dresken-Weiland, 2007, p. 285-302 ; Dresken-Weiland, 2009.

16Dans le contexte des représentations de défunts, il est particulièrement important de relever que, durant toute la période de production des sarcophages chrétiens, l’orante est la figure avec laquelle le propriétaire de la tombe s’identifie le plus volontiers. Depuis l’époque constantinienne, elle est de loin la représentation de défunt la plus appréciée. Il faut partir d’une interprétation liée au défunt, d’autant plus que de nombreuses épitaphes s’adressent en grande partie directement à celui-ci20. L’orante symbolise l’âme du défunt.

  • 21 Reinsberg, 1984, 312-315 ; Reinsberg, 2006, p. 172-173, 186-190.

17La figure de l’orante, sur les sarcophages chrétiens, est une variante, développée à partir de la figure de l’orante païenne21. Cette dernière se rencontre sur les sarcophages produits à Rome depuis le IIe siècle après J. ‑C. dans les scènes de Vita Romana et exprime la pietas de la défunte. Toutefois, peu d’exemples sur lesquels l’orante est représentée sont conservés. Au cours de la deuxième moitié du IIIe siècle, l’orante est sortie de ce contexte et a été mise en relation avec les bergers et les philosophes [ill. 6]. La pietas était bien le lien entre l’expression de la croyance et de la dévotion personnelles. Elle est responsable de l’adoption de ce motif de l’orante sur les sarcophages chrétiens, s’y ajoute l’interprétation faite de ce même motif en tant qu’âme du ou de la défunte.

  • 22 Koch, 2000, p. 250-253, 260-263.

18Au début de la production constantinienne de sarcophages, la figure de l’orante connaît une revalorisation : comme figure centrale, elle orne dorénavant la face antérieure du sarcophage de manière autonome, et elle est encadrée de scènes chrétiennes [ill. 7, 8, 10, 11]. Les variantes développées sont très nombreuses22.

  • 23 Reinsberg, 2006b, p. 297-316 ; Dresken-Weiland, 2009 ; Studer-Karlen, 2012, p. 118-170.

19À l’époque constantinienne en particulier, l’orante prend une place importante et reçoit des caractéristiques individualisées, de sorte que l’on peut avec certitude y reconnaître la représentation d’un défunt23.

ill. 7 - Rome, Cimitero di Pretestato (Rep. I 555) (DAI Rom Neg. 68.991).

ill. 8 - Rome, Ospedale S. Giovanni (Rep. I 990) (M. Studer-Karlen).

ill. 9 - Arles, Musée de l’Arles antique (Rep. III 33) (M. Studer-Karlen).

ill. 10 - Clermont-Ferrand, cathédrale Notre-Dame (Rep. III 218) (DAI Rom Neg. 60.2273).

  • 24 p. ex : Rep. I 17, 66, 107, 683, 722, 757, 780, 788, 886, 913, 990 ; Rep. II 15, 73, 118, 245 ; Rep (...)
  • 25 p. ex. Rep. I 60, 233, 429, 519, 555, 638, 647, 683, 747, 757 ; Rep. II 105, 118 ; Rep. III 33, 34, (...)

20Si les portraits sont plutôt rares, les autres signes distinctifs sont les bijoux, l’habillement ou la coiffure [ill. 7, 8, 9, 10]24. Une série de jeunes orantes se démarquent par leur robe très près du corps [ill. 7, 8]25. Grâce à cette robe et au mouvement très marqué du corps, elles mettent en évidence leur attractivité de manière très expressive. Grâce à cette figure, et particulièrement pour les femmes, s’ouvre un large éventail de possibilités quant à la manière de montrer leur statut social et personnel.

  • 26 Sotomayor, 1961, p. 5-20 ; Van Dael, 1978, p. 147-170 ; Koch, 2000a, p. 195-196 ; Studer-Karlen, 20 (...)

21Typique pour la représentation d’orante est le fait qu’elle est entourée de deux figures masculines [ill. 7, 10, 11]26. Ces figures n’apparaissent que très rarement dans les fresques de catacombes. Sur les sarcophages, elles séparent l’orante des scènes bibliques. Cette frontière n’est toutefois pas absolue, car l’orante fait référence à une figure en prière et exprime la foi et la participation du ou de la défunte aux événements bibliques. Manifestement, c’est la recherche de la proximité avec le Christ qui motive le choix de la figure de l’orante.

  • 27 Van Dael, 1978, p. 76-80 ; Reinsberg, 2006a, p. 171 ; Reinsberg, 2006b, p. 307.
  • 28 Par exemple Rep. I 99, 120, 238, 249, 293, 364, 498, 534, 659, 664, 776, 786, 822, 827, 951 ; Rep. (...)
  • 29 De nombreuses figures d’orantes masculines sont habillées dans un Paenula. Elles sont souvent dépou (...)
  • 30 Van Dael, 1978, p. 53-57 ; Deckers, 1996, p. 143.

22En ce qui concerne les figures d’orantes masculines, il faut mentionner qu’ils n’apparaissent pas sur les pièces païennes, à la différence des sarcophages chrétiens [ill. 11]27. Ce constat confirme le développement interne que subit la figure d’orante sur ces sarcophages. Mais, même sur les sarcophages chrétiens, les figures d’orantes féminines sont largement en surnombre. Les figures d’orantes masculines se trouvent sur des pièces chrétiennes à partir du début du IVe siècle, mais restent rares28. Il est démontré que les figures d’orantes masculines étaient choisies en particulier pour un groupe d’âge déterminé, à savoir pour des garçonnets ou de très jeunes hommes [ill. 11]29. Si, sur un sarcophage chrétien, une figure en orante possède un visage ébauché, cela pourrait signifier que le propriétaire du tombeau, indépendamment de son sexe, avait voulu l’employer comme figure d’identification30.

ill. 11 - Berlin, Staatliche Museen zu Berlin - Preussischer Kulturbesitz Museum für Spätantike und Byzantinische Kunst (Rep. II 32) (W. Steinkopf, Inv.-Nr. 17/61a).

ill. 12 - Londres, British Museum (Rep. II 243) (P&E MLA 1957,10-11, 1, AN34963001).

ill. 13 - Rome, Campo Santo Teutonico (Rep. I 893) (M. Studer-Karlen).

ill. 14 - Marseille, Saint-Victor (Rep. III 297) (M. Studer-Karlen).

ill. 15 - Rome, Museo Pio Cristiano (Rep. I 109) (Per concessione dei Musei Vaticani, M. Studer-Karlen).

  • 31 Dresken-Weiland, 2005, p. 108-121.
  • 32 Rep. I 46 : Brandenburg, 1967, p. 46 ; Van Dael, 1978, p. 63-64, 78, 132, 269, Nr. 70 ; Deckers, 19 (...)
  • 33 Rep. II 243 : Dresken-Weiland, 1998, p. 84 ; Deckers, 1996, p. 140 ; Koch, 1999, p. 313 ; Koch, 200 (...)
  • 34 Rep. I 893 : Brandenburg, 1967, p. 372 ; Amedick, 1991, Kat. 131, p. 143, Taf. 27, 7 ; Koch, 2000, (...)

23Sur les sarcophages romains, le défunt avait aussi la possibilité d’être intégré dans les thèmes mythologiques. Ceux-ci n’étaient plus représentés depuis la fin du IIIe siècle31. Alors que sur les sarcophages païens à scènes mythologiques le défunt pouvait, par le biais d’un visage individualisé, prendre part aux événements, les propriétaires d’un sarcophage chrétien n’étaient que rarement assimilés aux personnages bibliques. Toutefois, le défunt n’est mis particulièrement en évidence que dans très peu de cas et n’est que rarement individualisé. Parmi les rares exceptions avec scènes bibliques, dans laquelle un personnage biblique porte les traits du défunt, on peut mentionner le sarcophage bien connu de Iulia Iulianete du Vatican32 ainsi que la cuve de Londres [ill. 12]33, mais il y a encore des exemples moins connus, comme un fragment du Campo Teutonico. Noé y est individualisé par un bonnet phrygien [ill. 13]34.

  • 35 Rep. III 297 : Christern-Briesenick, 2003, p. 148 ; Koch, 2000a, p. 88, 307, 326, 481.
  • 36 Rep. I 109 : Brandenburg, 1967, p. 79-80 ; Koch, 2000, p. 229, 239.

24Par ailleurs, sur quelques sarcophages chrétiens, le défunt est présent comme figure complémentaire dans une scène biblique. C’est, par exemple, le cas sur un sarcophage de Marseille [ill. 14]35. La défunte s’intègre à la fois dans la scène de l’arrestation de Paul et s’assimile à sainte Thècle. Sur un fragment du Vatican, le personnage à côté de la scène de l’adoration des mages est considéré également comme le défunt [ill. 15]36.

  • 37 p. ex. Rep. II 149 ; Rep. III 49, 53, 138, 172, 510 ; Studer-Karlen, 2012, p. 182-184.

25Il est étonnant que les masculins adultes défunts n’aient, à part des bustes, pas beaucoup de possibilités de se représenter. On pense avoir retrouvé les défunts masculins dans les figures complémentaires des scènes bibliques, par exemple à côté de la scène de baptême37. Les représentations dévoilent différents niveaux de signification qui se superposent : à la représentation des événements bibliques s’allie le désir de créer un lien figuratif direct avec la thématique biblique et le Christ, afin de s’approcher le plus près possible du Salut tant espéré.

ill. 16 - Aix-en-Provence, Kathedrale Saint-Saveur (Rep. III 25) (M. Studer-Karlen).

ill. 17 - Paris, Musée du Louvre (Rep. III 428) (ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, dist. RMN/Hervé Lewandowski).

  • 38 p. ex. Rep. I 217, 675 ; Rep. II 149, 150, 151 ; Rep. III 25, 428.
  • 39 p. ex. Rep. I 241 ; Rep. II 10 ; Rep. III 32.
  • 40 p. ex. Rep. III 80, 81, 160.
  • 41 p. ex. Rep. I 679 ; Rep. III 291.

26Au cours du IVe siècle, le rôle du commanditaire devient plus évident de par la multiplication des différentes formes de sarcophages. Le dernier tiers du IVe siècle voit apparaître de nouveaux types de sarcophages ainsi que de nouveaux thèmes. Parmi ces thèmes on peut citer les sarcophages à portes de ville où, sur la face avant, est représentée l’image intemporelle du défunt placé entre les Apôtres aux pieds du Christ [ill. 16]38. Cette image relative à l’au-delà exprime également le désir d’être en communion avec Dieu, ce souverain qu’on ne peut approcher autrement que par ce biais. Ce motif de la petite figure du défunt aux pieds du Christ était déjà connu sur quelques sarcophages à frise39, à strigiles40 et à colonnes41, où il était représenté au centre. En revanche, sur les sarcophages à portes de ville, les propriétaires apparaissent plusieurs fois de manière voyante.

  • 42 p. ex. Rep. II 149 ; 151.
  • 43 p. ex. Rep. I 675 ; Rep. II 149, 150, 154 ; Rep. III 428.
  • 44 Van Dael, 1978, p. 211-213, 303 ; Deckers, 1996, p. 156-157 ; Koch, 2000, p. 196-197, 351 ; Branden (...)
  • 45 p. ex. Rep. II 151, 153, 410 ; Rep. III 497.
  • 46 Dresken-Weiland, 1994, p. 26-27 ; Brandenburg, 2004, p. 1-34.

27L’image traditionnelle de la Dextrarum Iunctio, dans laquelle le propriétaire du sarcophage est représenté comme un haut dignitaire, semble être une composante fixe de leur iconographie42. De plus, sur un des côtés du sarcophage, on peut souvent trouver une représentation du défunt en habit de haut dignitaire, en pleine discussion philosophique avec ses compagnons [ill. 17]43. Il est possible que soit représenté le défunt de haut rang lors d’un enseignement chrétien44. Les sarcophages à portes de ville sur lesquels la scène d’enseignement manque, mais où, sur un côté, apparaît, isolée, la défunte représentée en orante, peuvent tous être répertoriés comme des sarcophages de femme45. L’arrêt de la fabrication de sarcophages à portes de ville marque la fin de la production des sarcophages chrétiens à Rome46.

28Avec un sarcophage, on rendait hommage au défunt, tout en confirmant sa place dans la société. Ce n’est pas vraiment étonnant que, la plupart du temps, ce soient les défunts de haut rang qui voulaient être représentés. On a trouvé de nombreuses possibilités d’intégrer le défunt au contexte chrétien, même si cela n’est pas aussi évident qu’on l’a souvent pensé. Importante est la recherche de proximité avec le Christ ou avec les sujets bibliques.

29Frappante est l’individualisation de l’iconographie des sarcophages. Les contextes iconographiques individuels montrent une participation intensive des commanditaires au répertoire des sarcophages chrétiens. Il ne peut que s’agir de travaux spécifiques et individuels.

30Cette étude prouve que la présence fréquente d’images de défunts est une très importante spécificité des sarcophages chrétiens, ce qui fait de la haute société chrétienne du IVe siècle une classe innovatrice et active. L’ambiguïté des représentations est une caractéristique des images de défunts sur les sarcophages chrétiens. C’est le salut du Christ que mettent en scène ces images. Les sculpteurs de sarcophages chrétiens avaient comme préoccupation, non seulement la volonté de donner forme aux espoirs des chrétiens en l’au-delà, à travers de très nombreuses images de Salut, mais aussi de créer un lien concret entre la représentation du défunt et l’image de Salut représentées.

Bibliographie

Amedick, 1991 : Amedick R. Die Sarkophage mit Darstellungen aus dem Menschenleben, Vita privata (ASR, I, 1), Berlin, 1991.

Amedick, 1993 : Amedick R., Zur Ikonographie der Sarkophage mit Darstellungen aus der Vita Privata und dem Curriculum Vitae eines Kindes, Grabeskunst der römischen Kaiserzeit, Koch G. (Hrsg.), Mainz, 1993, p. 145-153.

Bisconti, 2004 : Bisconti F., I Sarcofagi del paradiso, Sarcofagi tardoantichi, paleocristiani e altomedievali. Atti della giornata tematica dei Seminari di Archeologia Cristiana (École Française de Rome - 8/5/2002), Bisconti F. ; Brandenburg H. (Hrsgg.), Città del Vaticano, 2004, p. 53-74.

Brandenburg, 2004 : Brandenburg H., Osservazioni sulla fine della produzione e dell’uso dei sarcofagi a rilievo nella tarda antichità nonché sulla loro decorazione, Sarcofagi tardoantichi, paleocristiani e altomedievali. Atti della giornata tematica dei Seminari di Archeologia Cristiana (École Française de Rome - 8/5/2002), F. Bisconti ; H. Brandenburg (Hrsgg.), Città del Vaticano, 2004, p. 1-34.

Brandenburg, 1967 : Rep. I : Brandenburg H, Repertorium der christlich-antiken Sarkophage, I, Rom und Ostia, Wiesbaden, 1967.

Brandenburg, 2006 : Brandenburg H., Lo Studio dei Sarcofagi tardoantichi : Aspetti metodologici ed ermeneutici. I sarcofagi come testimonianze del passaggio dalla Roma pagana alla Roma cristiana, Bollettino dei Monumenti Musei e Galleria Pontificie, XXVI, 2006, p. 343-374.

Christern-Briesenick, 2003 : Rep. III : Christern-Briesenick B., Repertorium der christlich-antiken Sarkophage, III, Frankreich, Algerien, Tunesien, Mainz am Rhein, 2003.

Deckers, 1996 : Deckers J. G., Vom Denker zum Diener. Bemerkungen zu den Folgen der konstantinischen Wende im Spiegel der Sarkophagplastik, Innovation in der Spätantike : Kolloquium Basel, 6. und 7 mai 1994, Brenk B. (Hrsg.), Wiesbaden, 1996, p. 137-172.

Dresken-Weiland, 1994 : Dresken-Weiland J., Sulla rappresentazione di defunti nei sarcofagi paleocristiani XLI Corso di cultura sull’arte ravennate e bizantina, 41, 1994, p. 109-130.

Dresken-Weiland, 1997 : Dresken-Weiland J., Zur Rolle der Auftraggeber frühchristlicher Sarkophage, Das Münster, 50, 1997, p. 19-27.

Dresken-Weiland, 1998 : Rep. II : Dresken-Weiland J., Repertorium der christlich-antiken Sarkophage, II. Italien mit einem Nachtrag Rom und Ostia, Dalmatien, Museen der Welt, Mainz am Rhein, 1998.

Dresken-Weiland, 2003 : Dresken-Weiland J., Sarkophagbestattungen des 4. & 6. Jahrhunderts im Westen des Römischen Reiches : RQ, Supplementheft, 55, Città del Vaticano, 2003.

Dresken-Weiland, 2005 : Dresken-Weiland J., Pagane Mythen auf Sarkophagen des dritten nachchristlichen Jahrhunderts Griechische Mythologie und frühes Christentum, Raban von Haehling (Hrsg.), Darmstadt, 2005, p. 106-131.

Dresken-Weiland, 2006 : Dresken-Weiland J., Vorstellungen von Tod und Jenseits in den frühchristlichen Grabinschriften des 3.-6. Jhs. in Rom, Italien und Afrika, RQ, 101, 2006, p. 289-312.

Dresken-Weiland, 2007 : Dresken-Weiland J., Vorstellung von Tod und Jenseits in den frühchristlichen Grabinschriften der Oikumene, Antiquité Tardive, 15, 2007, p. 285-302.

Dresken-Weiland, 2009 : Dresken-Weiland J., s. v. Orans, RBK, XXX, 2009.

Dresken-Weiland, 2010 : Dresken-Weiland J., Bild, Grab und Wort. Untersuchungen zu Jenseitsvorstellungen von Christen des 3 und 4 Jahrhunderts, Regensburg, 2010.

Ewald, 1999 : Ewald B. C., Der Philosoph als Leitbild. Ikonographische Untersuchungen an römischen Sarkophagreliefs, Mainz, 1999.

Filacchione, 2004 : Filacchione P., Sarcofagi paleocristiani con ritratto provenienti da Roma Sarcofagi tardoantichi, paleocristiani e altomedievali. Atti della giornata tematica dei Seminari di Archeologia Cristiana (École Française de Rome - 8/5/2002), Bisconti, F. ; Brandenburg H. (Hrsgg.), Città del Vaticano, 2004, p. 201-211.

Huskinson, 1998 : Huskinson J., Unfinished Portrait Heads on later roman Sarcophagi : some new Perspectives Papers of the British School at Rome, 66, 1998, p. 129-158.

Huskinson, 1999 : Huskinson J., Women and Learning. Gender and identity in scenes of intellectual life on late Roman sarcophagi Constructing Identities in Late Antiquity, R. Miles (Hrsg.), London - New York, 1999, p. 190-213.

Huskinson, 2008 : Huskinson J., Degrees of Differentiation : Role Models on early Christian Sarcophagi, Role Models in the Roman World, Identity and Assimilation, S. Bell ; I. L. Hansen (Hrsgg.) : Supplements to the Memoirs of the American Academy in Rome, volume VII, Michigan, 2008, p. 287-299.

Koch, 1993 : Koch G., Sarkophage der römischen Kaiserzeit, Darmstadt, 1993.

Koch, 1999 : Koch G., Produktion auf Vorrat oder Anfertigung auf besonderen Auftrag ? Überlegungen zu stadtrömischen frühchristlichen Sarkophagen der vorkonstantinischen und konstantinischen Zeit, Antike Porträts. Zum Gedächtnis von Helga von Heintze, H. von Steuben (Hrsg.), Möhnesee, 1999, p. 303-316.

Koch, 2000 : Koch G., Frühchristliche Sarkophage, Handbuch der Archäologie, München, 2000.

Osiek ; MacDonald, 2006 : Osiek C. ; MacDonald M.Y., A Woman’s Place. House churches in earliest Christianity, Minneapolis, 2006.

Reinsberg, 1984 : Reinsberg C., Das Hochzeitsopfer - eine Fiktion. Zur Ikonographie der Hochzeitssarkophage, JdI, 99, 1984, p. 291-317.

Reinsberg, 2006a : Reinsberg C., Die Sarkophage mit Darstellungen aus dem Menschenleben. Vita Romana-Sarkophage (ASR, I, 3), Berlin, 2006.

Reinsberg, 2006b : Reinsberg C., Demeter, Artemisia und die Pietas Augustae. Zur spätklassischen Statue der Orans, Ramazan Özgan’a Armagan. Festschrift für Ramazan Özgan, Istanbul, 2006, p. 297-316.

Rilliet-Maillard, 1994 : Rilliet-Maillard I., Un sarcophage à tondo et double portraits retrouvé, Bildund Formensprache der spätantiken Kunst. Hugo Brandenburg zum 65. Geburtstag : Boreas, 17, Jordan-Ruwe M. ; Real U. (Hrsgg), 1994, p. 217-222.

Sotomayor, 1975 : Sotomayor M., Sarcofagos Romano-Cristianos de Espana. Estudio inconografico, Granada, 1975.

Studer-Karlen, 2008 : Studer-Karlen M., Quelques réflexions sur les sarcophages d’enfants (fin IIIe siècle-début Ve siècle), Nasciturus, Infans, Puerulus, Vobis Mater Terra, F. Gusi ; S. Muriel ; C. Olària (Hrsgg.), Castello, 2008, p. 551-574.

Studer-Karlen, 2012 : Studer-Karlen M., Verstorbenendarstellungen auf frühchristlichen Sarkophagen : Bibliothèque de l’Antiquité Tardive 21, Turnhout, 2012.

Sotomayor, 1961 : Sotomayor M., Notas sobre la Orante y sus acompanantes en el arte paleocristiano, AnalSacrTarr, 34, 1961, p. 5-20.

Van Dael, 1978 : Van Dael P.C.J., De dode. Een Hoofdfiguur in de oudchristelijke Kunst, Amsterdam, 1978.

Notes

1 Le sujet de cette intervention est issu de la thématique de ma thèse intitulée : « Verstorbenendarstellungen auf frühchristlichen Sarkophagen » sous la direction du professeur J.-M. Spieser à l’Université de Fribourg (CH). Cet article donne un aperçu des principaux thèmes du livre, dans lequel on trouvera entre autres une bibliographie plus ample et complète et surtout une discussion plus détaillée sur tous les problèmes mentionnés ici (Studer-Karlen, 2012). Je voudrais remercier à ce propos le professeur J.-M. Spieser et Mme la professeur J. Dresken-Weiland pour toute leur aide et leur amabilité.

2 Dresken-Weiland, 1994, p. 109-130 ; Deckers, 1996a, p. 137-171 ; Dresken-Weiland, 1997, p. 19-27 ; Koch, 1999, p. 303-316 ; Koch, 2000, p. 83-89 ; Dresken-Weiland, 2004, p. 149-153 ; Brandenburg, 2006, p. 343-374.

3 Koch, 1993, p. 2-3, 58-61 ; Koch, 2000, p. 1-4 ; Brandenburg, 2004, p. 2 ; Brandenburg, 2006, p. 348-350. Le nombre exact des sarcophages romains à l’iconographie païenne n’est pas établi. Totalement inconnu reste le rapport entre les sarcophages conservés et la production initiale.

4 À voir les listes détaillées dans la publication de ma thèse (Studer-Karlen, 2012) p. 227-236.

5 Autour du portrait sur les sarcophages chrétiens, voir par ex. Rilliet-Maillard, 1994, p. 217-222 ; Koch, 2000, p. 107-222 ; Filacchione, 2004, p. 201-211.

6 Rep. II 242 : Dresken-Weiland, 1998, p. 84 ; Van Dael, 1978, p. 65, 132, 143, 278, Nr. 218, Abb. 22 ; Deckers, 1996, p. 141-142, 173, Abb. 2 ; Koch, 1997, p. 197 ; Koch, 2000, p. 17, 88, 118, 241, 446, Tafel 131 ; Bisconti, 2004, p. 57, 71, fig. 30-31.

7 Autour de cette thématique sur les sarcophages chrétiens voir p. ex. : Van Dael, 1978, p. 53-56 ; Deckers, 1996, p. 143 ; Huskinson, 1998, p. 129-158 ; Koch, 2000, p. 108-109 ; Dresken-Weiland, 2003, p. 85-87.

8 Rep. II 237 : Dresken-Weiland, 1998, p. 81 ; Studer-Karlen, 2008, p. 552, 558, 566.

9 Rep. III 62 : Christern-Briesenick, 2003, Christern-Briesenick, 2003, p. 45-47 ; Studer-Karlen, 2008, p. 561-562.

10 Plus détaillé sur ce sarcophage et le remaniement : Studer-Karlen, 2008, p. 561-562.

11 Reinsberg, 1984, p. 291-317 ; Reinsberg, 2006a.

12 Amedick, 1991 ; Amedick, 1993, p. 145-153.

13 Les sarcophages avec une iconographie traditionnelle de cette époque : Rep. I 853, 918, 1039. Les sarcophages avec une iconographie chrétienne de cette époque : Rep. I 86, 952 ; Rep. II 245.

14 Rep. I 678, 688, 922 ; Rep. II 148, 149, 151 ; Rep. III 51.

15 Les sarcophages à dextrarum Iunctio : Rep. I 688, 918. Les sarcophages avec un couple en buste : Rep. I 778, 782 avec Rep. II 104, II 20, 102.

16 Osiek ; Macdonald, 2006, 118-143.

17 Rep. I 747 : Brandenburg, 1967, p. 306-307 ; Van Dael, 1978, p. 132, 134-135, 143, 165, 257, Nr. I 78 ; Deckers, 1996, p. 141, 173, Abb. 1 ; Dresken-Weiland, 1997, p. 14 ; Huskinson, 1998, p. 149-150 ; Ewald, 1999, p. 42-43, 46, 62, 75-76, 126, 152-153, C2 ; Koch, 2000, p. 4, 20, 23, 29, 75, 84, 109-110, 122, 221, 227-228, 237-239, Taf. 14 ; Bisconti, 2004, p. 57-58, 72, fig. 32 ; Huskinson, 2008, p. 290-292.

18 Voir surtout le livre d’Ewald, dans lequel se trouve aussi une discussion sur la recherche antérieure : Ewald, 1999.

19 Zanker, 1995, p. 256-257, 259 ; Huskinson, 1999, p. 191-197.

20 Dresken-Weiland, 2006, p. 289-312 ; Dresken-Weiland, 2007, p. 285-302 ; Dresken-Weiland, 2009.

21 Reinsberg, 1984, 312-315 ; Reinsberg, 2006, p. 172-173, 186-190.

22 Koch, 2000, p. 250-253, 260-263.

23 Reinsberg, 2006b, p. 297-316 ; Dresken-Weiland, 2009 ; Studer-Karlen, 2012, p. 118-170.

24 p. ex : Rep. I 17, 66, 107, 683, 722, 757, 780, 788, 886, 913, 990 ; Rep. II 15, 73, 118, 245 ; Rep. III 33, 118, 218, 366. 118 ; Sotomayor, 1975, p. 71-75, Nr. 9.

25 p. ex. Rep. I 60, 233, 429, 519, 555, 638, 647, 683, 747, 757 ; Rep. II 105, 118 ; Rep. III 33, 34, 69, 218.

26 Sotomayor, 1961, p. 5-20 ; Van Dael, 1978, p. 147-170 ; Koch, 2000a, p. 195-196 ; Studer-Karlen, 2012, p. 121-127.

27 Van Dael, 1978, p. 76-80 ; Reinsberg, 2006a, p. 171 ; Reinsberg, 2006b, p. 307.

28 Par exemple Rep. I 99, 120, 238, 249, 293, 364, 498, 534, 659, 664, 776, 786, 822, 827, 951 ; Rep. II 16, 32, 33, 68, 106 ; Rep. III 36, 221, 296, 493, 500 ; Sotomayor, 1975, p. 23-27, Nr. 2.

29 De nombreuses figures d’orantes masculines sont habillées dans un Paenula. Elles sont souvent dépourvues de leurs attributs. Studer-Karlen, 2008, p. 551-574 ; Studer-Karlen, 2012, p. 158-164.

30 Van Dael, 1978, p. 53-57 ; Deckers, 1996, p. 143.

31 Dresken-Weiland, 2005, p. 108-121.

32 Rep. I 46 : Brandenburg, 1967, p. 46 ; Van Dael, 1978, p. 63-64, 78, 132, 269, Nr. 70 ; Deckers, 1996, p. 144 ; Koch, 1999, p. 306 ; Koch, 2000, p. 52-53, 84, 101, 111, 228-229, 239, Abb. 22 ; Dresken-Weiland, 2003, p. 19, 50, 53, 228 ; Huskinson, 2008, p. 293.

33 Rep. II 243 : Dresken-Weiland, 1998, p. 84 ; Deckers, 1996, p. 140 ; Koch, 1999, p. 313 ; Koch, 2000, p. 29, 61, 88, 118, 122, 230-231, 240, 446, 519.

34 Rep. I 893 : Brandenburg, 1967, p. 372 ; Amedick, 1991, Kat. 131, p. 143, Taf. 27, 7 ; Koch, 2000, p. 24, 247.

35 Rep. III 297 : Christern-Briesenick, 2003, p. 148 ; Koch, 2000a, p. 88, 307, 326, 481.

36 Rep. I 109 : Brandenburg, 1967, p. 79-80 ; Koch, 2000, p. 229, 239.

37 p. ex. Rep. II 149 ; Rep. III 49, 53, 138, 172, 510 ; Studer-Karlen, 2012, p. 182-184.

38 p. ex. Rep. I 217, 675 ; Rep. II 149, 150, 151 ; Rep. III 25, 428.

39 p. ex. Rep. I 241 ; Rep. II 10 ; Rep. III 32.

40 p. ex. Rep. III 80, 81, 160.

41 p. ex. Rep. I 679 ; Rep. III 291.

42 p. ex. Rep. II 149 ; 151.

43 p. ex. Rep. I 675 ; Rep. II 149, 150, 154 ; Rep. III 428.

44 Van Dael, 1978, p. 211-213, 303 ; Deckers, 1996, p. 156-157 ; Koch, 2000, p. 196-197, 351 ; Brandenburg, 2006, p. 359-365.

45 p. ex. Rep. II 151, 153, 410 ; Rep. III 497.

46 Dresken-Weiland, 1994, p. 26-27 ; Brandenburg, 2004, p. 1-34.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - Velletri, fin IIIe siècle, Museo Civico (Rep. II 242) (DAI Rom Neg. 57.784).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende ill. 2 - Rome, couvercle d’un sarcophage, Museo Pio Cristiano (Rep. II 237) (Per concessione dei Musei Vaticani, M. Studer-Karlen).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende ill. 3 & 4 - Sarcophage de Hydria Tertulla, Arles, Musée de l’Arles Antique (Rep. III 62) (M. Studer-Karlen).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende ill. 5 - Rome, Museo Pio Cristiano (Rep. I 39) (Per concessione dei Musei Vaticani, foto Musei Vaticani).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende ill. 6 - Rome, Santa Maria antiqua, fin IIIe siècle (Rep. I 747) (Su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali - Soprintendenza Speciale per i Beni Archeologici di Roma, M. Studer-Karlen).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende ill. 7 - Rome, Cimitero di Pretestato (Rep. I 555) (DAI Rom Neg. 68.991).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende ill. 8 - Rome, Ospedale S. Giovanni (Rep. I 990) (M. Studer-Karlen).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende ill. 9 - Arles, Musée de l’Arles antique (Rep. III 33) (M. Studer-Karlen).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende ill. 10 - Clermont-Ferrand, cathédrale Notre-Dame (Rep. III 218) (DAI Rom Neg. 60.2273).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende ill. 11 - Berlin, Staatliche Museen zu Berlin - Preussischer Kulturbesitz Museum für Spätantike und Byzantinische Kunst (Rep. II 32) (W. Steinkopf, Inv.-Nr. 17/61a).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende ill. 12 - Londres, British Museum (Rep. II 243) (P&E MLA 1957,10-11, 1, AN34963001).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende ill. 13 - Rome, Campo Santo Teutonico (Rep. I 893) (M. Studer-Karlen).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende ill. 14 - Marseille, Saint-Victor (Rep. III 297) (M. Studer-Karlen).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende ill. 15 - Rome, Museo Pio Cristiano (Rep. I 109) (Per concessione dei Musei Vaticani, M. Studer-Karlen).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende ill. 16 - Aix-en-Provence, Kathedrale Saint-Saveur (Rep. III 25) (M. Studer-Karlen).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende ill. 17 - Paris, Musée du Louvre (Rep. III 428) (ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, dist. RMN/Hervé Lewandowski).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7138/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

Auteur

Dr. Archéologie paléochrétienne et byzantine Université de Fribourg (CH)

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search