Version classiqueVersion mobile

Iconographie funéraire romaine et société

 | 
Martin Galinier
, 
François Baratte

Contextes provinciaux et christianisme

Méthodes, questions et hypothèses d’interprétation concernant l’iconographie des sarcophages en Gaule Narbonnaise

Vassiliki Gaggadis-Robin

Texte intégral

Dans les notes ci-dessous lire MDAA : Musée Départemental Arles Antique. Pour l’illustration de cette étude, je suis redevable à mes collègues Bruno Baudoin et Loïc Damelet que j’ai le plaisir de remercier.

1La Gaule Narbonnaise n’a rien à envier concernant les sarcophages romains à d’autres provinces de l’Empire. Arles et Marseille concentrent à elles seules un grand nombre de pièces découvertes dans leurs sols. La mise au jour en Gaule Narbonnaise d’un nombre important de sarcophages, constitue un précieux indice d’usages funéraires venus d’Italie et bien ancrés dans la province. Malgré cela, les sarcophages découverts depuis longtemps et dont nous ignorons le contexte archéologique, peuvent rarement nous venir en aide pour comprendre les rites funéraires correspondants.

ÉTUDE HISTORIOGRAPHIQUE

  • 1 Pour la problématique générale sur les sarcophages et l’état de la recherche : Baratte, 2006, passi (...)
  • 2 Turcan, 2003, p. 270.

2La première assise de la problématique concernant les sarcophages dans les provinces1 doit être l’étude historiographique des collections, menée au préalable pour connaitre plus précisément leur origine, car malgré la massivité des pièces on sait que bon nombre d’entre elles ont quitté le sol de leur lieu de découverte pour des lieux lointains. Il convient également de bien distinguer les pièces qui ont été transportées en Gaule de Rome ou d’ailleurs dans les temps modernes, faisant partie parfois des collections d’antiquités2. Pour cela la connaissance des archives est fort importante et en particulier celles concernant les érudits locaux.

ill. 1 - Couvercle de sarcophage ; Marseille, Musée d’archéologie méditerranéenne. © A. Chéné, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.

3Pour illustrer l’intérêt de l’utilisation de cette méthode, je citerai les résultats obtenus pour deux exemples, l’un à Marseille, l’autre d’Arles.

  • 3 Espérandieu, 1907, p. 60-61 no 64 ; Gaggadis-Robin, 1994, p. 20 no 25, 32, 147-177, fig. 48-50 ; Ga (...)
  • 4 Espérandieu, 1907, p. 60-61 no 64.
  • 5 Toynbee, 1977, p. 345.
  • 6 Benoit, 1950, p. 16-31 ; et Benoit, 1959, p. 139-141.
  • 7 Koch, Sichtermann 1982, p. 299 n. 53 : « ’Auch Deckel in Massilia und ehemals in Lugdunum weisen Ve (...)
  • 8 Gaggadis-Robin, 1999.
  • 9 Gaggadis-Robin, 1999, p. 233-234.
  • 10 M. G. F. A. de Choiseul-Gouffier, Voyage pittoresque dans l’empire ottoman, en Grèce, dans la Troad (...)

4Un fragment de couvercle de sarcophage3 a intéressé les savants à cause de trois légendes qui décorent son petit côté [ill. 1]. Dans le fronton se trouve Médée prête à tuer ses enfants qui l’implorent à ses pieds ; dans l’acrotère de gauche Ulyssse, sa nourrice Euryclée et son chien Argos, dans celui de droite Œdipe face au sphinx. Dans les acrotères sur les longs côtés se trouvent à gauche un couple en dextrarum iunctio, à droite le portrait en buste d’un homme. Bien que l’origine précise de ce couvercle fût inconnue, les savants comme Espérandieu4 ou bien Toynbee5 le qualifiaient de « travail gallo-romain de basse époque, mais inspiré d’un original grec », ainsi que de « monument provincial » alors que F. Benoit6 y voyait un objet « d’art local » et un « précieux jalon de la connaissance de l’Odyssée à Marseille », tout comme Koch7. Grâce aux informations que m’a procurées Marianne Hamiaux concernant la découverte qu’elle a faite au Cabinet des dessins du Musée du Louvre d’un dessin à l’encre de Cassas qui y est conservé [ill. 2], j’ai pu établir que ce couvercle est probablement arrivé à Marseille bien plus tard que l’antiquité romaine. Les recherches que j’ai entreprises8 dans différentes archives m’incitent à penser que fort probablement le dessinateur Louis-François Cassas, qui a participé à l’expédition du comte de Choiseul-Gouffier en Orient, a dessiné ce couvercle en 1786 à Sigée même ou aux alentours, avec les autres sculptures qui figurent sur le dessin. Ce dessin a d’ailleurs été utilisé pour une gravure, signée par L. F. Cassas9 et servant de cartouche de légende à une des planches10 du deuxième volume du Voyage pittoresque dans l’Empire ottoman, en Grèce publié en 1809 par le comte. On connait mieux maintenant l’aventure de la collection d’antiquités du comte Choiseul, de sa constitution en Orient jusqu’à son arrivée à Paris en 1801, après avoir été confisquée en 1793 à Marseille comme bien d’émigré. Toutes les pièces n’ont pas été rendues en 1802, malgré la décision du Premier Consul. Le comte se battit jusqu’à 1811 pour les récupérer. En tout cas, comme le premier inventaire du musée l’indiquait : ce fragment était un « don de Famin ». Le nom de ce personnage familier à Achard, premier conservateur du musée, suffisait à l’époque. Mais bien de décennies après, on avait oublié que Famin était marseillais et qu’il avait été choisi par le comte Choiseul comme son fondé de pouvoir à Marseille pour défendre ses intérêts. Famin offrit certainement ce couvercle au musée avant sa mort en 1834.

ill. 2 - Dessin à l’encre de Louis-François Cassas. © Musée du Louvre. Cabinet des dessins. RMN 4841-163.

  • 11 Gaggadis-Robin, 2007a et Gaggadis-Robin 2007b.

5Il s’avère donc que cette pièce provient d’Asie Mineure, le marbre d’ailleurs, blanc fin avec des veines vert-bleu en bandes horizontales, et l’exécution du décor indiquent un atelier de Proconnèse. Si cette recherche historiographique a montré que cette pièce ne pouvait pas nous informer sur les ateliers de sculpture à Marseille, elle a aussi permis de reconsidérer le dossier de la collection du comte Choiseul-Gouffier et de son impact pour la création du musée de Marseille11.

  • 12 Espérandieu, 1907, p. 139-141 no 173 ; Gaggadis-Robin, 1998, 262-274, fig. 105, 107 ; Gaggadis-Robi (...)

6Le sarcophage12 aux Centaures [ill. 3] exposé désormais avec son couvercle dans le musée d’Arles, était resté longtemps dans l’oubli. Bien souillé par le temps, son marbre s’était assombri et paraissait être une pièce de moindre qualité. La cuve avait été offerte à la ville de Marseille en 1803. Une gravure de 1789, illustrant l’ouvrage du père Dumont [ill. 4], montre ce sarcophage entier dans les Alyscamps, dans le premier musée de la ville en plein air. L’examen attentif de deux pièces, mais également l’investigation menée pour préciser l’origine du marbre : pentélique pour les deux, et par la suite l’analyse stylistique et iconographique du décor, m’ont permis d’attribuer cette pièce à un atelier attique daté entre 150 et 170. Cette étude historiographique m’a donc permis de mieux cerner les échanges commerciaux entre Arles et les ateliers attiques, car ce sarcophage par sa datation est certainement un des premiers sarcophages grecs à être arrivés à Arles.

ill. 3 - Sarcophage attique aux Centaures. Arles MDAA © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 4 - Le sarcophage aux Centaures dans la cour du couvent des Pères Minimes. D’après : le Père Dumont (V.), Description des anciens monuments d’Arles, 1789, (imprimé par de Noble-Lalauzière, 1808, pl. 26.

EXAMEN DIRECT

7La seconde voie d’investigation, est à mes yeux, celle de l’examen direct et minutieux des pièces, de leurs matériaux, des indices techniques laissés par les sculpteurs qui peuvent dévoiler certains choix des commanditaires. Je ne nie pas pour autant l’aide précieuse que peuvent nous apporter les photographies, mais elles servent à exposer les résultats et ne peuvent suffire comme base de l’étude.

  • 13 Espérandieu, 1907, p. 109-112 no 133 ; Ward-Perkins, 1956, p. 10-16, pl. I-III ; Gaggadis-Robin, 20 (...)
  • 14 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 72-90 no 14.

8J’ai pratiqué un examen attentif et j’ai analysé les détails techniques du sarcophage attique le mieux connu d’Arles illustrant la légende de Phèdre et Hippolyte13, daté vers 250. La cuve tout d’abord présente une différence de traitement, à savoir la face principale [ill. 5] et le petit côté gauche [ill. 6] sont en haut relief parfaitement sculpté, alors que l’arrière [ill. 7] et l’autre petit côté [ill. 8] sont traités en plus bas relief, voire même restés inachevés. L’analyse du décor a montré14 que ceci n’est nullement dû à la négligence du sculpteur, comme cela a été parfois supposé, mais bien au contraire cette caractéristique nous incite à penser que le sculpteur connaissait parfaitement les caractéristiques physiques et mécaniques du matériau qu’il utilisait et qu’il a su en tirer le meilleur profit. En effet le bloc de marbre blanc pentélique, dans lequel a été taillée la cuve, comporte de larges veines verdâtres. La plus grande partie de ces impuretés occupe la moitié inférieure du petit côté droit et de l’arrière, mais seulement une toute petite partie en bas du petit côté gauche, c’est-à-dire qu’elles se trouvent essentiellement sur les côtés traités en plus bas relief. L’examen attentif montre que le sculpteur a placé les reliefs mythologiques très élaborés et en haut relief sur les panneaux qui présentaient le moins d’impuretés, traitant moins et même laissant inachevées les faces où se trouve la plus grande partie des impuretés et qui menaçaient de se disloquer si on les traitait plus en profondeur.

ill. 5 - Sarcophage dit « de Phèdre », face principale. Arles MDAA. © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 6 - Sarcophage dit « de Phèdre », petit côté gauche. Arles MDAA. © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 7 - Sarcophage dit « de Phèdre », arrière. Arles MDAA. © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 8 - Sarcophage dit « de Phèdre », petit côté droit. Arles MDAA. © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.

  • 15 Ce type de toge apparaît aux temps des Sévères et se pérennise le long du IIIe siècle : Goette, 199 (...)
  • 16 Ward-Perkins, 1956, p. 10-16, pl. I-III.
  • 17 Le cas d’une seule figure sur le couvercle est assez rare : Koch, Sichtermann, 1982, p. 372 n. 62. (...)
  • 18 Par exemple sur des sarcophages à Athènes, à Tyr, ou bien à Split : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 86 n. (...)
  • 19 La toge peut être parfois portée par des personnes qui n’ont pas la citoyenneté romaine : Goette, 1 (...)

9Le bloc de marbre dans lequel a été taillé le couvercle de ce même sarcophage [ill. 9] présente le même type d’impuretés. En effet, des veines de couleur verdâtre ou rougeâtre sont visibles à droite dans la cassure, mais également sur le devant et sur le corps du personnage. Mais l’étude minutieuse du couvercle a montré des modifications iconographiques, tout aussi intéressantes. Un homme y est étendu et accoudé sur son bras gauche, habillé d’une longue tunique à manches et d’une toge contabulata15. À droite à côté du personnage, d’une seconde figure qui s’y trouvait à l’origine reste un rectangle aplati, laissé libre. Devant les jambes du personnage étendu, subsiste un autre rectangle aplati, piqueté sur son côté antérieur vers le bord et portant la trace des plis légers d’une figure féminine préexistante. Comme Ward-Perkins16 l’a montré, au départ un couple a été fort probablement sculpté sur le couvercle. D’après ce qu’on peut déduire d’un grand nombre de couvercles conservés de ce type17, le couple se présente étendu face aux spectateurs, et l’homme se trouve à droite, posant sa main droite sur l’épaule droite de sa compagne. Sur le couvercle de Trinquetaille, pour une raison liée probablement au commanditaire arlésien, la figure masculine a été arasée, puis la figure féminine a été retravaillée, afin de représenter un homme. La rondeur des seins a été réduite au ciseau ainsi que la zone de l’abdomen, afin de réduire le volume et créer ainsi des plis plats concentriques et successifs. Le vêtement est aussi sommairement traité sur le dos. La maladresse des plis indique un sculpteur qui n’était peut-être pas familier du travail du marbre pentélique. La reprise du groupe sur le couvercle et la mise à jour suivant une commande particulière sont plutôt rares, mais elles sont malgré tout connues ailleurs18. Il se peut que ces transformations du couvercle aient été opérées par un atelier local, à Arles. En tout cas elles sont dues à la volonté expresse du commanditaire, ou bien de sa famille, de se représenter seul et en toge, l’habit (en principe) du citoyen romain19, et non pas portant l’himation grec, détail passé inaperçu jusque-là. La présence à Arles d’un certain nombre de citoyens romains, probablement d’origine servile malgré leur tria nomina, suggère que peut-être le commanditaire du sarcophage, fraîchement promu dans cette classe, tenait particulièrement à faire ressortir ce fait dans l’iconographie de son sarcophage et n’a pas hésité à faire entreprendre ces modifications par un atelier local. L’effacement de la frise des Ichthyocentaures sculptée sur la face antérieure du couvercle et l’aménagement d’un cartouche, resté anépigraphe, ont été effectués certainement pour les mêmes raisons.

ill. 9 - Sarcophage dit « de Phèdre », couvercle. Arles MDAA. © G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.

ANALYSE ICONOGRAPHIQUE

  • 20 Il est conservé à l’Académie de Marseille : Gaggadis-Robin, 1996, p. 1-19.
  • 21 Espérandieu 1907, p. 101-102 no 120, suivi par Koch, 1977, p. 259.
  • 22 Au Kunstsammmlungen Schlossmuseum. Inv G 1744 : Kahil ; Linant de Bellefonds, 1990, p. 725 no 82 ; (...)
  • 23 Gaggadis-Robin, 1996, p. 14-15

10Enfin troisième voie pour appréhender les sarcophages : l’analyse de leur iconographie. Cependant les légendes qui s’y trouvent, intéressantes à plusieurs niveaux, peuvent parfois induire en erreur, lorsqu’on n’a pas pu examiner la pièce. Ainsi le sujet représenté sur un fragment de sarcophage découvert à Martigues20 [ill. 10], une femme portant quelque chose et en train de monter sur un bateau, a été interprété comme une légende locale, à savoir Aristarchè, femme d’Éphèse liée à la fondation de Marseille, au moment même où elle s’embarque sur le navire des Phocéens. D’autres21 y ont vu l’enlèvement d’Hélène. Ces deux hypothèses n’expliquent pas la tête humaine en bas à gauche, le reste en fait d’un personnage étendu mort. Si on prend en compte tous les éléments de la scène, le fragment s’insère bien dans la série métropolitaine des sarcophages illustrant la légende d’Iphigénie en Tauride. Un sarcophage conservé à Weimar22 est particulièrement éclairant. Non seulement il a été produit suivant le même carton iconographique, notre cuve paraissant être une réplique de plus petit format, mais en plus il nous donne à comprendre que la tête appartient à un des Taures qui attaquèrent Oreste, Pylade et Iphigénie fuyant la Tauride23.

11L’étude des formes et du décor en corrélation avec celle des matériaux peut cependant nous dévoiler le contexte social du propriétaire ou du commanditaire. Les sarcophages importés nous renseignent sur les relations commerciales de la province avec le reste de l’Empire. Apportent-ils pour autant des éléments sur les croyances des commanditaires et le sens symbolique qu’ils recevaient éventuellement d’eux ? Le nombre relativement restreint des sarcophages importés et de surcroît leur décor composé de scènes mythologiques peuvent-ils nous inciter à leur accorder un sens différent qu’aux cuves produites localement ? Quant à ces dernières, le matériau, mais également l’expérience technique et esthétique de l’artisan jouaient certainement un rôle pour le choix du décor. Doit-on ainsi conclure que les acquéreurs de telles cuves n’adhéraient pas aux mêmes croyances ? Quelle peut être la part du symbolique évoquée dans ce cas ?

ill. 10 - Fragment de sarcophage, Iphigénie quittant la Tauride. Académie de Marseille. © A. Chéné, CNRS, Centre Camille Jullian.

  • 24 Turcan, 1999, p. 101.
  • 25 CIL, XII, 442 ; Espérandieu 1907, no 59, Gaggadis-Robin, 2005b, p. 304, 634, fig. 868.
  • 26 Matz, 1975, p. 456 no 261 ; Turcan, 2003, p. 297

12Parmi les thèmes représentés sur les sarcophages de la Gaule Narbonnaise, la mythologie occupe une place importante. Il me semble intéressant d’évoquer certaines légendes qui ont décoré de manière marquante des sarcophages dans la province. Une place prépondérante est occupée par le cycle de Dionysos, dieu du vin et de la fête qui libère les humains de toutes les chaînes et qui fait oublier tous les chagrins24. L’allégresse de son imagerie, allant parfois jusqu’à l’impudeur, pouvait sembler narguer la mort. La cuve de Iulia Quintina25 [ill. 11] conservée dans l’abbaye Saint-Victor à Marseille pourrait être parmi les plus anciennes dans la province à illustrer ce thème. Remployée au VIIe s. pour ensevelir le corps de l’évêque de Marseille Mauront, elle est ornée de la rencontre de Dionysos et Ariane, débout chacun dans un char tiré par des Centaures et une Centauresse. Au centre figurent deux Victoires tenant des palmes et le clipeus avec l’épitaphe, sous lequel se trouvent deux barbares vaincus, réminiscence à la fois de l’iconographie impériale du triomphe, mais allusion également aux peuples barbares vaincus par le dieu. La simplicité de sa composition incite certains à penser à une œuvre locale26, mais on peut souligner contre cette hypothèse qu’elle se retrouve aussi sur des cuves de Pise et de Rome. Les avis divergent aussi sur sa datation : le début du IIe s. selon Matz, ou bien la deuxième moitié de ce siècle pour R. Turcan, datation qui nous semble plus probable.

ill. 11 - Sarcophage de Iulia Quintina, la rencontre de Dionysos et Ariane. Marseille, Abbaye Saint-Victor. © CNRS, LAMM.

  • 27 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 99-100 no 20, 149-151 nos 38-39.
  • 28 Espérandieu 1907, p. 151 no 188 ; Turcan 2003, p. 274 no 11.
  • 29 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 151 no 39.
  • 30 Matz, 1968-1975, p. 157-164 nos 51-57 ; 307-313 nos 162-168 ; 442-451 nos 258-259.
  • 31 Turcan, 1966, p. 468, 471-472.
  • 32 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 149-150 no 38.
  • 33 Koch, Sichtermann, 1982, p. 193. Voir par ex. la cuve de Baltimore du début du IIIe s. : Matz, 1968 (...)
  • 34 Gaggadis-Robin, 2005, p. 99-100 no 20.
  • 35 Simon, 1997, p. 1119 nos 92-106.
  • 36 Koch ; Sichtermann, 1982, p. 419-422, fig. 447-450.

13Quelques fragments datés du IIIe s., appartenant à des sarcophages importés de Rome ou de Grèce et découverts à Arles, attestent que les thèmes dionysiaques étaient aussi chers aux Arlésiens27. Une pièce conservée au musée Calvet d’Avignon28, mais provenant d’Arles, semble représenter une partie d’un cortège dionysiaque. Deux autres fragments conservés à Arles faisaient partie peut-être d’une même cuve. Le premier29 [ill. 12] représente un personnage allongé sur une forme arrondie et harmonieuse qui semble être le dos d’un animal, peut-être Dionysos-Bacchus, ou un personnage de son cortège et plus particulièrement de son triomphe en Inde. De nombreux sarcophages le représentent accompagné de son cortège triomphal constitué de Silènes, de Satyres, de Bacchantes, son char orné de pampres et de lierre traîné par des panthères. Parfois le dieu presque ivre est assis ou même allongé non plus dans son char, mais sur une panthère30, notre fragment appartient certainement à une telle scène. Le triomphe indien évoque la victoire de Dionysos-Bacchus sur les puissances obscures du chaos et de la mort, ainsi que l’héroïsation du dieu par la virtus31, c’est à quoi aspirait également le commanditaire de ces sujets de sarcophages. Le second fragment32 [ill. 13] représente une figure féminine nue et allongée. Peut-être Ariane, lorsque Dionysos et son cortège la découvrent abandonnée par Thésée et endormie sur le rivage de l’île de Naxos, comme c’est le cas sur de nombreux sarcophages datés entre 140 et 235 qui illustrent cet épisode33. Enfin une petite tête34 en marbre blanc probablement pentélique et de facture attique [ill. 14], interprétée tout d’abord comme celle du dieu de Vent, appartient à un Satyre jouant de la flûte, instrument dont le compagnon de Dionysos joue le plus souvent35. Et on sait que les thèmes dionysiaques ont été bien représentés par les ateliers de sarcophages grecs36.

ill. 12 - Fragment de sarcophage, Dionysos ? Arles MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 13 - Fragment de sarcophage, Ariane ? Arles MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 14 - Fragment de sarcophage, Satyre. Arles MDAA. © L. Damelet, C. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 15 - Fragment d’une lènos, thiase dionysiaque. Église de Cadenet (Vaucluse). © G. Réveillac, Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 16 - Fragment d’une lènos, thiase dionysiaque. Église de Cadenet (Vaucluse). © G. Réveillac, Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.

  • 37 Lavagne, 1999, passim.
  • 38 Lavagne, 1999, p. 312-313 n. 77.
  • 39 Lavagne, 1999, p. 313 : « La cuve de Cadenet ne fait pas exception à la règle : suivant l’étude de (...)

14La lènos de Cadenet (Vaucluse) [ill. 15-18], dont seulement une moitié est conservée, est un exemplaire fort intéressant daté par R. Turcan entre 220 et 240 grâce à la coiffure d’Ariane (trace de natteramenée sur la nuque). Elle illustre la découverte d’Ariane endormie par Dionysos. H. Lavagne37 a mené récemment une enquête historiographique minutieuse qui montre que la cuve a dû être découverte prés de Cadenet peu avant 1656, date à laquelle elle apparaît dans les visites pastorales, et placée sur un socle dans l’église de Cadenet où elle se trouve toujours, pour servir de fonds baptismaux. Elle a subi quelques restaurations aux XVIIIe et au début du XXe s. mais la qualité de son décor est saisissante. Dionysos [ill. 15], en partie conservé, avance sur son char (disparu) vers Ariane endormie sous la protomé d’un lion. Entre eux se trouvent une ménade et un Centaure. Ariane est encadrée par trois putti, derrière elle se trouve Somnus, ou Dionysos l’Ancien [ill. 16]. Après ce dernier personnage et la courbure de la cuve, le style change [ill. 17-18], l’exécution devient plus plate. Sur l’autre côté de la cuve, on trouve : un grand silène [ill. 17] tenant un lagobolon, un vieux silène à la lyre et Bacchus sur son char tiré par un Centaure [ill. 18]. Cette cuve exécutée en marbre de Proconnèse38, comme l’analyse d’un échantillon de marbre l’a montré, entre dans la série des sarcophages dionysiaques à lènos de Rome et ne fait pas exception quant à son matériau39.

ill. 17 - Fragment d’une lènos, thiase dionysiaque. Église de Cadenet (Vaucluse). © G. Réveillac, Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 18 - Fragment d’une lènos, thiase dionysiaque. Eglise de Cadenet (Vaucluse). © G. Réveillac, Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 19 - Masque cornier d’un couvercle de sarcophage, Dionysos. Arles, MDAA © cliché du musée.

  • 40 Au MDAA : Inv. RHO. 2007. 00. 1948. H. 43,5 cm, L. 27 cm, Ép. de la plaque 5, 5 cm : Gaggadis-Robin (...)
  • 41 Baratte, Metzger 1985, p. 71-75 no 25 ; 138-142 no 67.
  • 42 Baratte, Metzger, 1985, p. 142.

15Vient s’ajouter à cette série dionysiaque de la Narbonnaise le masque cornier [ill. 19] d’un couvercle de sarcophage en marbre blanc à gros grains saccharoïdes, récemment découvert par L. Long à Arles, dans les fouilles du Rhône40. Il s’agit de la tête d’un personnage masculin juvénile, aux cheveux longs et ondulés portant sur la tête une couronne de feuilles de vigne, de grappes de raisin et de fleurs et un bandeau qui apparaît à peine entre les feuilles au-dessus du front. La couronne identifie le personnage comme Bacchus lui-même, ou tout au moins comme un membre du thiase bachique. Notre pièce, malgré son état fragmentaire, peut être aisément rapprochée des masques d’un des sarcophages complets découverts au XIXe siècle en Gironde, à Saint-Médard-d’Eyrans41, datés vers 230-240 et conservés au Musée du Louvre, avec lequel il a en commun l’utilisation du foret et le polissage poussé indiquant le sens plastique du sculpteur42. Si on considère le traitement des cheveux, des yeux, l’utilisation du foret, ce masque peut être daté également vers le milieu du IIIe s. de notre ère. Peut-être que ce couvercle fermait une cuve illustrant la rencontre de Dionysos et Ariane, comme celle de St-Médard d’Eyrans.

ill. 20 - Fragment de sarcophage, Endymion. Arles MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 21 - Fragment de sarcophage, Endymion. Arles MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.

  • 43 Nous ne connaissons pas le contexte de découverte exact d’un fragment de Vienne (Gaggadis-Robin, Ga (...)
  • 44 Au MDAA, FAN. 92. 00. 12 : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 143-144 no 34.
  • 45 Au MDAA : FAN. 92. 00. 2839 : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 292 no 66.
  • 46 Deux cuves au Metropolitan Museum de New York : Sichtermann, 1992, p. 112-3 no 48, pl. 48, 1 ; 50, (...)

16La légende du berger Endymion aimé par la Lune, alors qu’il était endormi pour l’éternité, est la légende qui a eu le plus de succès, ayant été très souvent représentée sur les sarcophages43 car elle permettait l’espoir d’une tranquillité éternelle et elle évoquait l’héroïsation du mort par le sommeil face à une divinité. Quelques fragments découverts à Arles appartiennent à des cuves décorées de la légende d’Endymion. Sur l’un d’eux44 [ill. 20], figure un personnage masculin nu, dont la position du corps indique qu’il était allongé vers la gauche, certainement endormi comme le bras derrière la tête le laisse supposer. La chevelure, assez lourde et travaillée au foret, tombait sur la nuque. Espérandieu l’interprétait comme un Amour. Mais la position du bras et du corps allongé nous incitent à identifier ce personnage comme Endymion, qui figurait à droite de la composition, Sélénè devait arriver de gauche vers la droite. Ce schéma, tout comme l’usage du foret, se trouve sur les sarcophages de la première moitié du IIIe s. Un autre fragment45 [ill. 21] illustre peut-être une adaptation locale de la légende d’Endymion. D’un personnage vêtu d’un habit long et allongé il subsiste les jambes et le pied gauche chaussé d’une sandale. En arrière des pieds se trouve une petite figure peut-être féminine, et à côté d’elle à gauche est représentée une branche chargée de gros fruits. Le berger endormi figure toujours en bas de la cuve, et à la place de la petite figure peuvent se trouver un ou plusieurs Amours, suivant un schéma fréquent sur les sarcophages de Rome. Sur certaines de ces cuves46, Hypnos tenant une branchede pavot se tient près d’Endymion, ce que le sculpteur local a peut-être rendu par la branche aux fruits.

ill. 22 - Fragment d’une cuve, légende d’Endymion. Arles MDAA. © Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 23 - Détail de la cuve de l’illustration 22, berger et son chien. Arles MDAA. © Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 24 - Détail de la cuve de l’illustration 22, le chien d’Endymion. Arles MDAA. © Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 25 - Détail de la cuve de l’illustration 22, Tellus. Arles MDAA. © Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 26 - Détail de la cuve de la figure 22, Océan. Arles MDAA. © Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.

  • 47 Au MDAA : FAN. 2004. 01. 03 : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 139-142.
  • 48 H : 25cm ; L : 165 cm ; l : 31 - 51 cm.
  • 49 Huskinson, 1996, p. 101-104 ; Dimas, 1998, p. 28-33.
  • 50 Sichtermann, 1992, p. 134-138 no 80, pl. 68, 1.
  • 51 Gury, 1997, p. 706-715.
  • 52 Les Aurai sont les personnifications des vents frais et légers : Canciani, 1986, p. 52-54.
  • 53 Déesse aussi de la végétation, pour son iconographie : Ghisellini, 1994, p. 879-889.
  • 54 Cuves de Paris Ma 362, de Rome : Palais Rospigliosi-Pallavicini II, et de New York : Gaggadis-Robin (...)
  • 55 Voir l’arc de Galérien à Thessalonique (Ghisellini, 1994, p. 882 no 29) et celui de Trajan à Bénéve (...)
  • 56 Ghisellini, 1994, p. 882 nos 36-37.
  • 57 Statue cuirassée de l’époque de Claude (Ghisellini, 1994, p. 881 no 22), statue de l’époque flavien (...)
  • 58 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 141.
  • 59 Sur la cuve de Rome, Palais Borghese (Sichtermann, 1992, p. 118 no 56, pl. 57, 2 ; 59, 2), sur le f (...)
  • 60 Cuves de Frascati (Sichtermann, 1992, p. 127-128 no 73, pl. 75, 2 ; 78, 2), de Cliveden (Sichterman (...)

17Une cuve de lènos d’Arles47 [ill. 22-26], en dépit son état de conservation, est très intéressante. Ses dimensions48 indiquent un sarcophage d’enfant, mais ce fait n’a eu aucune conséquence sur son iconographie, comme d’ailleurs cela se remarque pour d’autres légendes choisies pour des cuves d’enfants49. L’état très fragmentaire de la cuve – il ne reste plus que son fond – n’interdit pas de saisir que le décor s’organise de part et d’autre de la scène de la visite de la Lune à Endymion au centre de la face principale. Le sarcophage de Clivenden50 peut servir de comparaison pour la composition. En partant de la gauche, y figurent divers personnages familiers du monde bucolique auquel appartient Endymion, comme le berger assis sur un rocher et son chien [ill. 23], ou bien une Nymphe dont subsistent les jambes croisées. Le char de la Lune51 arrivant de droite vers la gauche se trouvait en partie élevé dans les airs. Il n’en reste plus qu’une roue et deux sabots des chevaux. De la figure de la Brise, l’Aura52 qui, omniprésente sur les sarcophages, guide le char de Sélénè, ne reste plus que le pied droit. De la figure d’Endymion endormi sur un rocher subsiste seulement son pied gauche, chaussé d’une botte, et une petite partie de deux lances ou bâtons qu’il tenait de la main gauche. Au-dessous du rocher se trouve le chien du héros dans une sorte de petite grotte [ill. 24]. À gauche d’Endymion figurait le départ de Séléné sur son char, dont il subsiste le fond, une roue, et dans le char le pied droit de la déesse, ainsi qu’une partie de sa draperie. On remarque que comme sur bon nombre des sarcophages de ce cycle, l’arrivée et le départ de la Lune est ponctuée à gauche par Tellus [ill. 25], la Terre53 allongée et tenant une guirlande de fleurs, et à droite par l’Océan [ill. 26] appuyé contre un vase d’où jaillissent les flots, figure assez courante devant le char de Séléné sur les sarcophages54 de cette série. Ce schéma avec la présence de Tellus et d’Océan, issu de l’architecture officielle55, qui se retrouve aussi sur des monnaies56 et des statues cuirassées57 d’empereur, est censé faire allusion à l’univers. Peut-être que sur cette lènos d’Arles, destinée à un enfant, le visage d’Endymion, qui portait les bottes et les lances du chasseur, reprenait les traits du défunt. Comme je l’ai déjà souligné58, sur un certain nombre d’exemplaires de la première moitié du IIIe s. le visage du héros a été laissé inachevé pour recevoir le portrait du défunt59, sur d’autres on reconnaît un portrait60. Les amours de Séléné et d’Endymion sur les sarcophages, images sans aucune connotation érotique, se prêtent à l’évocation de la destinée de l’âme, soit que le bel endormi offre une image aimable de la mort, soit que la défunte soit identifiée à la déesse. La légende sur cette cuve d’Arles évoquait peut-être pour le jeune défunt l’espoir d’une félicité éternelle, car aimé par une divinité.

ill. 27 - Fragment d’un sarcophage, la légende de Léda. Aix-en-Provence, Musée Granet. © Photo du Musée.

ill. 28 - Petit côté du sarcophage de Licinia Magna, Léda et le cygne. Arles MDAA. © M. Lacanaud, MDAA.

  • 61 Espérandieu 1907, p. 78 no 96 ; Turcan, 1966, p. 337 ; Turcan, 1999, p. 40.
  • 62 Sur ces étoffes : Gaggadis-Robin, 1994, p. 128, 139.
  • 63 Turcan, 1999, p. 40.

18La légende de Léda illustre aussi la correspondance entre la mort et l’amour et est pratiquement la seule, parmi les aventures extraconjugales de Jupiter, à figurer sur des sarcophages. Un panneau de sarcophage brisé, datable à la fin IIe siècle61, découvert à Aix-en-Provence [ill. 27], illustre la légende de Léda représentée de manière détaillée et narrative. À gauche figure la visite de Zeus sous forme de cygne ; Eurotas, le fleuve de Sparte, où se situe la légende, est représenté comme souvent les fleuves : à demi-allongé, entouré de roseaux. Immédiatement à côté, Léda, nue, écarte d’une main son manteau et de l’autre le cygne qui fonce sur elle. Dans la partie droite du fragment, la naissance d’Hélène et des Dioscures a lieu dans une chambre devant une étoffe déployée62. Léda voilée et assise sur un lit ouvragée, fraichement accouchée, reçoit les soins de deux femmes placées dans l’arrière-plan, et la visite d’un homme nu, probablement Tyndare, son mari. Ce dernier fait un geste d’étonnement de la main, regardant les trois bébés se trouvant aux pieds du lit, mais sortant d’un même œuf dont la coquille est sculptée. Peut-on conclure comme R. Turcan63 : « Faut-il conjecturer que la cuve abritait les restes d’une femme digne, comme Léda, d’inspirer une passion « divine » » ? L’état de conservation de ce panneau ne nous y autorise pas facilement.

  • 64 Arles : FAN. 92. 00. 559, Gaggadis-Robin, 2005a, p. 197-201 no 65.
  • 65 C. Robert, 1904, p. 8 no 5 qualifiait ces objets d’incompréhensibles. Mais la forme des semelles et (...)
  • 66 La IIIe Légion a fait partie de l’armée de Lépide, Auguste lui a donné son surnom entre 27 et 19 av (...)

19Pourtant cette hypothèse semble plus plausible sur le sarcophage de Licinia Magna64, découvert à Arles [ill. 28], illustrant ce même thème. L’iconographie de ce sarcophage réunit des sujets décoratifs et symboliques à la fois, de nature à protéger le tombeau : griffons, Méduse, ou d’autres comme la Victoire à connotation victorieuse contre la mort. Le thème de Léda au cygne figure sur le petit côté gauche. Léda est nue, assise dans sa draperie étalée sur un rocher, de sa main gauche elle pousse par le cou le cygne qui vient de se précipiter entre ses jambes, en lui piquant l’épaule de son bec. Dans sa surprise, Léda a perdu ses sandales qui figurent dans le champ sous ses pieds65. L’Amour qui semble ici un sujet décoratif indépendant, traité pour lui-même, fait partie parfois du modèle attique de la scène. L’épitaphe mentionne aussi le mari de Licinia Magna, Titus Licinius Rusticus, centurion de la IIIe légion Auguste66, qui a servi en Afrique, peut-être un Arlésien, comme sa femme dont il a érigé le tombeau. La légende de Léda, une mortelle qui avait inspiré un amour divin, choisi pour Licinia Magna, ne choquait pas, malgré son caractère érotique. Comme Léda, Licinia peut être digne d’espérer en la bienveillance divine.

ill. 29 - Gravure de l’ouvrage Dumont (V. le Père), Description des anciens monuments d’Arles, 1789, (imprimé par de Noble-Lalauzière, 1808). En haut sarcophage dit « de Prométhée », découvert à Arles et conservé au Louvre.

  • 67 Baratte ; Metzger, 1985, p. 115-118 no 47.
  • 68 Arles au MDAA : FAN. 92. 00. 543 : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 203-208, no 67,
  • 69 Turcan, 1999, p. 144 : « elle est escortée et guidée par un enfant couronné ».
  • 70 Turcan, 1999, p. 144 n. 245.
  • 71 Interprété comme un symbole de l’amour d’où sort la vie, ou bien comme la félicité des époux fidèle (...)
  • 72 Koch ; Sichtermann, 1982, p. 213-217, fig. 151, 283, 288.
  • 73 Turcan, 1999, p. 144, Koch ; Sichtermann, 1982, p. 144.
  • 74 Koch ; Sichtermann, 1982, p. 527, nos 320-322.
  • 75 Sarcophages du cycle de Perséphone : Robert, 1919, p. 450-495, pl. 119-131 ; Koch ; Sichtermann, 19 (...)
  • 76 Sarcophage de Baltimore : Koch ; Sichtermann, 1982, p. 177, fig. 204 ; de Vienne : Koch ; Sichterma (...)
  • 77 Comme à New York, Metropolitan Museum : Mc Cann, 1978, p. 94-106 no 17, fig. 121-122 ; à Kassel : M (...)
  • 78 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 208.
  • 79 La rose, en guirlandes ou isolée, très souvent représentée sur les monuments funéraires, suggère «  (...)

20La légende de Prométhée et de la création de l’homme met l’accent sur le sort réservé aux humains. Elle est illustrée par une cuve métropolitaine du Louvre, découverte au XVIe s. aux Alyscamps d’Arles et offerte par la ville au roi Louis XVIII en 1822 [ill. 29]. Elle a été finement analysée par F. Baratte67 qui la date de 240, tout comme R. Turcan. À gauche Prométhée assis est en train de façonner une statuette, encouragé par Athèna qui se trouve derrière lui. Sur cette cuve où figurent les Parques accompagnées de Poséidon, Psyché apparaît deux fois, une première fois entrainée par Hermès et une autre enlacée par Éros. Comme l’a souligné F. Baratte, cette cuve développe avec ampleur une évocation du destin de l’homme. Son iconographie complexe et les arrières-plans philosophiques que les savants modernes s’efforcent d’élucider sont impressionnants. Pourrait-on interpréter de la même manière la cuve dite « de Psyché » d’Arles68 [ill. 30], sculptée en marbre probablement pyrénéen par un sculpteur local, et dont le relief de la face principale est très intéressant du point de vue symbolique ? La scène originale qui y figure résulte, à mon avis, d’un mélange iconographique et reste une invention du sculpteur arlésien. Dans la partie droite, Psyché, reconnaissable grâce à ses ailes de papillon sur le dos, entièrement drapée dans une tunique longue et un manteau, pointe son index droit vers son visage. Elle est accompagnée par un homme nu69, vu de dos, tête tournée vers la gauche, qui lui touche l’épaule gauche. Il tient dans la main gauche une corbeille haute tressée, qui déborde de guirlandes de roses. À gauche dans un espace légèrement rocheux se trouvent deux Amours, nus, la tête ceinte d’une couronne végétale et tournée vers la droite. Le premier porte une guirlande de fleurs, probablement des roses, sa main droite est levée vers la bouche, doigts réunis dans un geste qui a parfois été interprété comme un baiser70. Le deuxième Amour assis sur un tabouret aux pieds croisés tient dans la main gauche un flambeau, flamme dirigée vers le bas. La main droite est dirigée vers la tablette centrale. Une guirlande, composée de roses et de feuilles de laurier pend sur le fond, accrochée à deux clous ouvragés. Il ne s’agit donc pas ici du schéma bien connu du couple d’Éros et Psyché71 qui figure très souvent enlacé sur les sarcophages72. Les Amours sont bien éloignés de Psyché et l’homme qui l’accompagne n’est pas un troisième Amour, car il n’a ni les ailes, ni le même vêtement que ceux figurés à gauche. Lui et Psyché arrivent du monde des vivants, suggéré par l’arcade qu’ils viennent de franchir, pour se diriger vers la gauche, où les attendent les deux personnages ailés. Ce passage rappelle la porte des Enfers représentée sur les sarcophages romains et étrusques, comme l’a souligné R. Turcan73. Le personnage psychopompe, très proche d’Hermès mais à qui le sculpteur arlésien a ôté tout attribut : caducée, sandales ailées etc., introduit d’un geste Psyché en la touchant par l’épaule. Mais cet homme nu à la corbeille rappelle Mercure, qui sur certains peintures funéraires74 ou sarcophages75, introduit d’un geste de la main Perséphone avançant voilée auprès de Pluton, dieu des Enfers. La corbeille de fleurs que le personnage tend sur la cuve d’Arles, offrande fréquente aux morts, est aussi un des éléments récurrents du cycle de Perséphone. Ce sont les corbeilles que ses compagnes s’occupaient à remplir de fleurs lors du rapt76. Mais par ce panier débordant de guirlandes de roses déliées, le personnage psychopompe d’Arles se rapproche aussi des figures masculines des Saisons, et en particulier du Printemps, telles qu’on les voit accompagner Dionysos sur certains sarcophages77. Notons aussi que l’Amour tenant le flambeau à gauche, attribut courant de l’Amour funéraire, a justement la même attitude que Pluton78 assis dans un trône, tenant le sceptre ou une lance et accueillant Perséphone sur les sarcophages précédemment cités. Enfin Psyché symbolise ici l’âme du défunt ou de la défunte. Le geste curieux qu’elle fait de son index sert à préciser que c’est bien elle la défunte. Plusieurs éléments de la scène nous aident à saisir son sens symbolique. L’âme du défunt est représentée au moment de son passage dans l’au-delà, conduite par un personnage dont nous venons d’évoquer les points communs avec le dieu Hermès ou Mercure. Dans ce lieu inconnu l’attendent deux Amours, dont l’un suit le modèle de Pluton, dieux des Enfers. Alors que le second Éros, d’un geste semblable à un baiser, révèle à l’âme le secret des mystères de l’au-delà. L’éternelle félicité qui est désormais le sort du défunt est symbolisée par les couronnes de roses79 qui figurent trois fois sur cette face, et par les guirlandes sculptées sur les autres côtés.

ill. 30 - Sarcophage dit « de Psyché ». Arles MDAA. © M. Lacanaud, MDAA.

  • 80 Un fragment de sarcophage avec une longue épitaphe en grec, mentionnant un professeur, conservé au (...)
  • 81 Espérandieu 1947, p. 26 no 7972, pl. XXXI ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 156 no 41.
  • 82 Espérandieu 1947, p. 26 no 7973, pl. XXXI ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 157 no 42.
  • 83 Espérandieu 1907, p. 119 no 141 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 152-155 no 40.
  • 84 Sur les exemplaires de San Simeon (Californie) : Wegner, 1966, p. 83-84 no 219, pl. 31a ; et de Ver (...)
  • 85 Sur la cuve de Rome, Palazzo Rospigliosi : Wegner, 1966, p. 66-67 no 170, pl. 37a, 39-40 la défunte (...)
  • 86 Rome, Palazzo Mattei : Wegner, 1966, p. 65-66 no 167, pl. 54a ; Musée Torlonia : Wegner, 1966, p. 5 (...)
  • 87 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 154 n. 220-226.
  • 88 Turcan, 1999, p. 73.
  • 89 Cumont, 1942, p. 287.

21Quelques exemplaires évoquent la sapientia, qualité valable aussi pour les provinciaux80, que l’on acquiert à la lecture des philosophes, des poètes et à la pratique des arts que personnifient les Muses. Comme l’a souligné R. Turcan : une existence nourrie par la fréquentation des Muses est aussi une raison ou un moyen de survivre. Si on peut en juger par les documents conservés à Arles, le thème des Muses a été prisé surtout au cours du IIIe siècle. Sur deux fragments il subsiste une seule figure, sur l’un81 [ill. 31] il s’agit probablement de Polymnie reconnaissable par son attitude accoudée sur un rocher ; sur l’autre82 [ill. 32], la figure fragmentaire sans attribut portant un manteau attaché en nœud sur le devant du corps est peut-être Calliope. Cependant sur un panneau [ill. 33] de plus grandes dimensions83, neuf figures sont conservées, mais elles ne sont pas toutes des Muses. Apollon figure au milieu d’elles, seul personnage masculin, habillé d’un long chiton. Ce détail, qui est très rare, signifie peut-être qu’il s’agit du défunt, puisque le dieu est toujours représenté nu ou portant un manteau qui laisse son torse nu. Comme cela peut se constater sur un bon nombre de sarcophages de la série des Muses, datant entre 230 et 300, Apollon cède la place au défunt84, voire même à la défunte85. Dans ce cas, cette figure est toujours au centre du panneau, parfois la tête est restée inachevée, car elle devait être traitée en portrait86, comme sur de nombreux exemplaires87, hypothèse difficile à vérifier aujourd’hui sur le panneau d’Arles. Les Muses qui ont pour fonction, par les arts qu’elles patronnent, de purifier les âmes, représentaient pour les Romains cultivés la restauration de l’âme et sa vie authentique après la mort88. Car « parmi les jouissances aucune n’est plus enivrante, plus noble et plus pieuse que la musique » écrivait F. Cumont89. Si la figure médiane est bien celle du défunt, se représenter parmi les Muses et à la place d’Apollon, ce qui n’est pas rare, n’a rien de prétentieux : bien au contraire, en choisissant ce sujet pour son sarcophage le commanditaire arlésien se déclare ami des Muses, initié à la connaissance et à la culture.

ill. 31 - Fragment de sarcophage, Polymnie. Arles MDAA. © M. Lacanaud, MDAA.

ill. 32 - Fragment de sarcophage, Calliope ? Arles MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 33 - Fragment de sarcophage, Apollon et les Muses. Arles MDAA. © M. Lacanaud, MDAA.

ill. 34 - Panneau de sarcophage à strigiles. Marseille, Musée Borély. © A. Chéné, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.

  • 90 Espérandieu 1907, p. 62 no 68 ; Wegner, 1966, p. 27 no 53, pl. 75a ; Gaggadis-Robin, 2005b, p. 304.

22Une autre cuve à strigiles et panneaux figurés, à Marseille90 [ill. 34], évoque probablement les mêmes croyances dans cette cité. Le défunt est assis de manière majestueuse face à sa femme, coiffée à la mode du IIIe siècle, dont l’attitude reprend le type de Polymnie en méditation, muse de la pantomime et de la mémoire. Aux pieds du défunt, tout comme à côté des autres figures aux angles (une femme à gauche, et un homme à droite), se trouvent des rouleaux qui les qualifient ainsi des lettrés.

23Quelques sarcophages de la Narbonnaise entrent, à mon avis, dans le domaine de la représentation de la vie du défunt, de ses activités ou bien de ses loisirs. Peut-on aussi avancer que ces reliefs revêtent un sens symbolique ? On peut répondre par la positive pour les deux exemples qui suivent, sur lesquels on note également une représentation divine, voire une allusion à une divinité.

ill. 35 - Sarcophage, Epona et un musicien. Arles MDAA. © L. Damelet, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 36 - Sarcophage de Iulia Tyrrania. Arles MDAA. © M. Lacanaud, MDAA.

ill. 37 - Fragment d’un couvercle de sarcophage, propriétaire des chevaux. Arles MDAA. © L. Damelet, CNRS, Centre Camille Jullian.

  • 91 Au MDAA : FAN. 92. 00. 474, ou P. 474 : Espérandieu 1907, p. 145 no 180 ; Gaggadis-Robin 2005a, p.  (...)
  • 92 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 186.
  • 93 Benoit 1950, p. 30 ; Boucher, 1999, p. 18.
  • 94 De la Bretagne au Rhin et au Danube, en Macédoine, en Italie, en Espagne, au Portugal et en Gaule d (...)
  • 95 Epona sur stèles funéraires de Metz : Boucher, 1990, p. 987 nos 29-31 ; 991 nos 137-138.
  • 96 Sur un petit nombre de documents, elle porte également contre son épaule un objet long qui a été in (...)

24Il se peut qu’une cuve91 décorée de la déesse celtique Epona [ill. 35], protectrice des équidés et des écuries, ait appartenu à un cocher ou marchand de chevaux. Epona portant une corne d’abondance92 est reconnaissable, dans le panneau de gauche, par la longue tunique, par le manteau qui rappelle ceux des Matres93 et par les cheveux coiffés attachés autour de la tête. Son culte attesté par des documents figurés a été bien diffusé dans l’Empire94, mais il reste très rare en Narbonnaise, province pour laquelle cette cuve serait l’unique témoignage figuré. Épona, qui devint tardivement une divinité infernale95, reste avant tout une déesse de l’abondance, de la fertilité, patronne des chevaux, des ânes, des mulets et des écuries qu’elle protège96. Le défunt espérait peut-être la protection dans l’au-delà de la divinité qui protégeait sa fortune. Peut-être que ce même défunt était également musicien, comme le relief de droite, représentant un joueur d’orgue hydraulique en pleine action, nous laisse le supposer.

  • 97 Espérandieu, 1907, p. 146-147 no 181 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 180-183 no 55.
  • 98 Attis tient la syrinx sur des terres cuites, des reliefs, ou des statues : Vermaseren ; De Boer, 19 (...)

25Sur un autre sarcophage [ill. 36], les activités musicales de la défunte Iulia Tyrrania97 sont évoquées par la présence de plusieurs instruments de musique : une syrinx, ou flûte de Pan, un orgue hydraulique à huit tuyaux, une cithare avec son plectre, un luth, ainsi qu’un cahier de musique. Notons qu’il s’agit d’un unicum par l’originalité de son iconographie, seul sarcophage de femme personnalisé à Arles. Cependant l’appartenance d’Iulia Tyrrania au groupe des fidèles de Cybèle et d’Attis est peut-être évoquée également par le bélier ou lion et le pin qui figurent sur sa cuve, symboles associés à la déesse Cybèle, sans oublier que la syrinx qui figure au-dessus des symboles divins est souvent associée à Attis dans l’iconographie98. Ainsi, la réalité des choses et le symbolisme religieux concordent pour commémorer les qualités d’une jeune femme « qui a été un exemple tant par ses mœurs que par ses principes de vie pour les autres femmes », selon son épitaphe.

  • 99 Au MDAA : FAN. 2004. 01. 10 : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 176-179 no 54.
  • 100 S’il s’agissait d’un aurige vainqueur, son vêtement serait une tunique à manches et à ceinture haut (...)
  • 101 Sur certaines mosaïques, les animaux portent des colliers analogues : à Carthage, au Portugal (vill (...)

26Un couvercle [ill. 37], en forme de toit en bâtière découvert à Arles en 197499 appartient probablement au sarcophage d’un propriétaire de haras et de chevaux de course100, représenté tenant par la bride un de ses chevaux vainqueur, reconnaissable comme tel grâce au collier ornemental101 qu’il porte, cheval qui lui avait probablement procuré une victoire. Nous connaissons par des textes, notamment des lettres de Symmaque auteur latin du IVe siècle, l’existence à Arles de haras et donc de propriétaires de chevaux. Ce qui n’est pas étonnant quand on considère les possibilités qu’offre la Camargue. On pourrait déceler sur le décor de ce couvercle, me semble-t-il, la volonté de mettre en valeur les activités du défunt.

ill. 38 - Sarcophage à l’olivaison. Arles, MDAA. © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 39 - Fragment d’un couvercle de sarcophage, chargement de navires. Découvert dans le Var, perdu.

  • 102 Au MDAA : FAN. 92. 00. 2481, ou C. 8/FB7 : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 120-123 no 28.
  • 103 J’ai montré ailleurs (Gaggadis-Robin ; Maniatis ; Polykreti, 2009) que le fait que ce sarcophage so (...)
  • 104 Turcan, 1999, p. 86-87.

27La cuve102 mettant en scène des Amours cueillant et pressurant des olives [ill. 38], évoque-t-elle le rapport du défunt avec l’oléiculture ? L’hypothèse est plausible car nous savons qu’il existait à Arles un collège de diffusores olearii, grâce à une inscription (DIFF) gravée sur les accoudoirs des gradins de l’amphithéâtre de la ville. Par ailleurs le Digeste (XIV, 3, 13) mentionne également le commerce arlésien de l’huile. Mais notre hypothèse s’arrête là, car cette cuve taillée dans un bloc architectural de remploi en marbre blanc s’insère par ailleurs bien dans la grande série des sarcophages métropolitains103 illustrant des Amours menant des travaux agricoles, dont les prototypes remontent au IIe siècle. Ces images suggèrent les plaisirs de la vie à la campagne, mais aussi peut-être une certaine vision des grâces de la vie qui, avec d’autres occupations plaisantes comme la lecture ou le voyage, assuraient au défunt la bienveillance divine104. Son décor a peut-être conditionné le choix du commanditaire arlésien, du fait de l’activité représentée qui lui était familière.

  • 105 Boyer, 1968, p. 261-262 ; Turcan, 2003, p. 278-279 no 33.
  • 106 Sur le territoire de la commune de Fayence, au lieu-dit La Bégude.
  • 107 Brun, 1999, p. 400-401.

28Le fragment d’un couvercle105 [ill. 39], en marbre blanc, découvert dans le Var106 dans les années 60 et perdu depuis, daté de la deuxième moitié du IIIe s., représente de manière réaliste une scène de commerce maritime. Deux navires y figurent côte à côte en cours de chargement. Sur celui de droite, le mieux conservé, de forme arrondie dont la poupe se termine en col de cygne, on distingue au premier plan un des gouvernails. À l’intérieur du bateau, au pied du mât et de la voile repliée, figurent des amphores. À droite, emporté en grande partie par la cassure, figure un personnage qui était en train de charger le navire. À gauche, un autre homme nu est en train de monter l’échelle du second navire pour y embarquer des denrées impossibles à identifier. À La Begude107, lieu-dit de la découverte, situé dans une vallée cultivable dans le terroir de Fayence, des découvertes de colonnes, chapiteaux, plaques de marbre, montrent l’existence d’une villa romaine assez luxueuse. Peut-être que ce fragment faisait partie du sarcophage du propriétaire de cette villa, qui y menait des activités vinicoles ?

ill. 40 - Panneau de sarcophage, Chasse au sanglier. Arles, MDAA. © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 41 - Sarcophage, Chasse au sanglier. Arles, MDAA. © M. Lacanaud, MDAA.

  • 108 Dunbabin, 1978, p. 46-64.
  • 109 Dunbabin, 1999, p. 135, fig. 137 ; Ghedini, 1991, passim.
  • 110 Conservés au musée Calvet d’Avignon : fragment avec cavaliers chassant le sanglier : Espérandieu, 1 (...)
  • 111 Conservé au musée Calvet d’Avignon : fragment de cuve avec cavaliers chasseurs : Espérandieu 1907, (...)
  • 112 Découvert au lieu dit La Calade (Cabasse), fragment d’un couvercle en marbre, probablement perdu, f (...)
  • 113 Au MDAA : FAN. 92. 00. 458 : Espérandieu, 1907, p. 141-142 no 175 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 115-1 (...)
  • 114 Au MDAA : PAP. 74. 00. 3 : Rouquette, 1974, p. 263-265 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 108-114 no 26.
  • 115 Dans l’église Saint-Aphrodise : Espérandieu, 1907, p. 345-346 no 534 ; Andreae, 1980, p. 146 no 19, (...)
  • 116 Leur iconographie est proche de celle des cuves de Cahors (Espérandieu, 1908, p. 418 no 1648 ; Andr (...)

29Le thème de la chasse, passe-temps favori des Romains, est également un de leurs sujets de prédilection. Des cartons iconographiques très proches ont été utilisés aussi bien pour leurs sarcophages que pour les mosaïques qui décorent les sols de leurs habitations, comme sur de très nombreuses mosaïques de Tunisie108 et d’Italie109. Le thème semble avoir été assez populaire en Gaule Narbonnaise, des fragments découverts à Orange110, à Arles111, prés d’Aix-en-Provence112, mais également des cuves entières à Arles113 (dont une en contexte)114 et à Béziers115, en témoignent. Je me bornerai à donner ici quelques remarques générales, laissant pour une autre étude les détails iconographiques116, les points communs et les divergences entre ces cuves.

  • 117 Turcan, 1999, p. 64-66.
  • 118 Sur les liens entre l’iconographie des sarcophages et les conditions sociales : Amedick, 2010.
  • 119 La même chose se remarque sur les sarcophages attiques du IIIe siècle avec chasse de Méléagre : Ste (...)

30Les chasses sont représentées avec beaucoup de naturel et de vivacité, tant dans l’agressivité des bêtes sauvages, l’habillement des chasseurs, que dans les détails techniques de la chasse [ill. 40-41] : filets pour capturer les animaux vivants, personnages à cagoule pour bien indiquer que la chasse se pratique en hiver, manière de transporter le gibier mort ou vivant, réalisme aussi sur les animaux morts (taches de sang), le serviteur africain qui maitrise la bête, le harnachement des chevaux. La présence de chasseurs cavaliers sur certains sarcophages d’Arles est un motif fréquent qui suggère la virtus du défunt, face à la vie et à la mort. Mais comme R. Turcan117 l’a montré, dès l’époque sévérienne les sarcophages avec chasse au lion ou au sanglier remplacent progressivement ceux à bataille, reflétant certainement les mutations sociales qui interviennent en ce moment. Dès cette époque la classe des chevaliers commence à supplanter les sénateurs dans l’exercice des responsabilités militaires118. Ainsi l’iconographie de la chasse, qui trouvait son origine dans la mythologie par référence à la chasse de Calydon, cède sa place à l’héroïsation du défunt119.

ill. 42 - Fragment d’un couvercle de sarcophage, thiase marin. Arles, MDAA. © Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 43 - Fragment de sarcophage, Amour. Arles, MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 44 - Fragment de sarcophage, Amour faisant une cueillette. Arles, MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.

  • 120 Rouquette, 1974, p. 263-265 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 108-114 no 26.
  • 121 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 108-114 no 26.

31La cuve découverte en 1974120, dans un mausolée à Trinquetaille à Arles [ill. 41], constitue un cas rare121. La chasse à courre donnée à des sangliers et des biches, et la capture de cerfs vivants, sied-elle à la jeune femme d’environ 25 ans dont le squelette, ainsi que celui d’un nouveau-né, ont été découverts dans cette cuve inviolée ? S’agit-il d’un remploi antique par quelqu’un d’une même famille, ou bien d’une pièce choisie parmi le stock restant dans l’urgence d’une mort inattendue ? En tout cas nous avons là un bon exemple montrant que la considération de l’iconographie seule peut nous conduire à des conclusions loin de la réalité.

ill. 45 - Sarcophage, Amours forgeant des armes. Marseille, abbaye Saint-Victor. © CNRS, LAMM.

  • 122 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 158-159 no 43.
  • 123 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 160-161 no 44.
  • 124 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 162-163 no 45.
  • 125 Conservé dans l’abbaye Saint-Victor, chapelle Saint-Lazare : Espérandieu, 1907, no 61 ; Gaggadis-Ro (...)

32Les Amours, figures si fréquentes sur les sarcophages de divers cycles mythologiques, sont aussi assez présents dans la Narbonnaise. Personnages mythologiques liés à Venus, on peut aussi les considérer comme faisant partie des motifs décoratifs utilisés par les sculpteurs. Leurs plus anciennes représentations datent du milieu du IIe siècle et participent d’un thiase marin [ill. 42], des Amours chevauchant des dauphins et des chevaux marins122. D’autres fragments les montrent jouant de la flûte et accompagnant une Victoire portant l’épitaphe123 [ill. 43], ou effectuant une cueillette124 [ill. 44], à côté d’une corbeille pleine de fleurs et de fruits, symbole des Saisons et de félicité. Sur un sarcophage d’enfant à Marseille125 [ill. 45], daté du milieu du IIe s., les Amours sont occupés à forger des armes, purification de la violence, y compris celle de la mort, au nom de Venus dont ils sont les principaux assistants. Le clipeus qu’ils portent est décoré de la Louve romaine et est soutenu par un sphinx.

  • 126 Gaggadis-Robin, 2009, p. 383.
  • 127 Gaggadis-Robin ; Gascou 1996.
  • 128 À Arles : sarcophages d’Attia Esyche (Gaggadis-Robin, 2005a, p. 215-218 no 71), d’Iulia Grata (Gagg (...)
  • 129 Sarcophage de M. Iunius Messianus (Gaggadis-Robin, 2005a, p. 221-222 no 73).
  • 130 Sarcophage de Quintus Aristius Chresimus (Gaggadis-Robin, 2005a, p. 212-213 no 69), ainsi que la cu (...)
  • 131 Cuve de S. Alfius Vitalis et d’Alfia Epauxesis (CIL, XII, 689 et p. 818 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. (...)
  • 132 Turcan, 2003, p. 304.

33Ces personnages charmants sont récupérés par les sculpteurs locaux et deviennent vite un de leurs thèmes préférés. Un bon nombre de cuves d’Arles est orné d’Amours debout, ou volants tenant un cartouche d’inscription. Ce motif, qui se retrouve sur des exemplaires assez couteux en marbre, a été copié dans des exemplaires en calcaire qui reprennent les points essentiels, plus ou moins bien exécutés dans le détail. Le type s’est propagé d’Arles à Avignon126 et le long du Rhône jusqu’à Vienne127. Ces cuves à Amours étaient destinées aussi bien à des femmes128, qu’à des hommes129, et même à des enfants130. Signalons également un exemplaire dont la cuve a été aménagée en deux compartiments pour recevoir un couple131 et sur lequel, alors que la même épitaphe est répétée deux fois, le décor est différencié : les Amours [ill. 46], qui sur un des petits cotés tiennent le cartouche d’inscription, ont sur l’autre côté [ill. 47], laissé place à deux cornes d’abondance remplies d’épis de blé et de grappes de raisin. Ces symboles de fertilité et de Felicitas132 correspondaient peut‑être mieux à la défunte.

ill. 46 - Sarcophage double de S. Alius Vitalis et Alia Epauxesis, face A. Arles, MDAA. © C. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.

ill. 47 - Sarcophage double de S. Alius Vitalis et Alia Epauxesis, face B. Arles, MDAA. © C. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.

34À travers les exemplaires que nous avons considérés, il est clair que l’iconographie des sarcophages de la Gaule Narbonnaise suit les modes de la métropole, sans particularité significative, jusqu’à l’entrée des ateliers locaux dans le système commercial. Ces ateliers locaux copient dans le marbre importé, ou dans le calcaire local, des thèmes des répertoires des grands centres de l’empire, thèmes qu’ils simplifient et qu’ils adaptent. L’aspect moins accompli de ces pièces dépend certainement des capacités d’exécution des sculpteurs locaux. Des sujets symboliques, sont conservés les éléments essentiels comme par exemple les Amours tenant l’épitaphe, et montrent que le décor figuré perd de l’importance et sert à mettre en valeur l’identité du défunt. Mémoriser son nom, ou celui de la famille, ou la vie du défunt, telle a été la préoccupation du sculpteur qui a transformé le couvercle du sarcophage de Phèdre, ou celui qui a sculpté les sarcophages aux instruments de musique, au cheval vainqueur etc. À travers cette étude iconographique on voit apparaître une partie de la population cosmopolite de la Narbonnaise, Italiens, Orientaux dont l’épigraphie montre le nombre important, affranchis, certains fraichement promus citoyens romains et désireux de commémorer ce fait.

Bibliographie

Amedick, 2010 : Amedick Rita, Sarcophagi and social distinction in roman culture, dans Hekster, Olivier, Mols, Stephan T.A.M. (éd.), Cultural messages in the Graeco-roman world, Acta of the BABESCH 80th anniversary workshop, Radboud University Nijmegen, Steptember 8th 2006, (BABESCH suppl. 15), Louvain, 2010, p. 33-46.

Andreae, 1980 : Andreae Bernard, Die Sarkophage mit Darstellungen aus dem Menschenleben, 2. Die römischen Jagdsarkophage, (Die antiken Sarkophagreliefs, I, 2), Berlin, 1980.

Baratte, 2006 : Baratte François, Les sarcophages romains : problèmes et certitudes, Perspective. La revue de l’INHA, 2006, 1, p. 38-54.

Baratte ; Metzger, 1985 : Baratte François, Metzger Catherine, Catalogue des sarcophages en pierre d’époques romaine et paléochrétienne, Paris.

Benoit, 1950 : Benoit Fernand, Sculptures d’art provincial au Bas-Empire en Provence, Provence Historique, 1950, p. 16-31.

Benoit, 1958 : Benoit Fernand, Circonscription d’Aix-en-Provence (Partie Sud), Gallia 16, 1958, p. 412-447.

Benoit, 1959 : Benoit Fernand, La légende de Médée à Arles et à Marseille, RA 2, 1959, p. 137-146.

Boucher, 1990 : Boucher Stéphanie, dans LIMC, V, 1990, s.v. Epona, p. 985-999.

Boucher, 1999 : Boucher Stéphanie, Notes sur Epona, dans Burnand, Yves et Lavagne, Henri (éd.) Signa Deorum. L’iconographie divine en Gaule romaine, Paris, 1999, p. 13-22.

Boyer, 1968 : Boyer Raymond, Fragment de sarcophage du Bas-Empire découvert à La Bégude, commune de Fayence (Var), RAN, 1, 1968, p. 261-262.

Brun, 1999 : Brun Jean-Pierre, Carte archéologique de la Gaule. Le Var 83/1 et 2, Paris, 1999.

Canciani, 1986 : Canciani Fulvio, dans LIMC, III, 1986, s.v. Aurai, p. 52-54.

Cumont, 1942 : Cumont Franz, Recherches sur le symbolisme funéraire des Romains, Paris, 1942.

Decourt, 2004 : Decourt Jean-Claude, Inscriptions grecques de la France (IGF), (Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, no 38), Lyon, 2004.

Dimas, 1998 : Dimas Stephanie, Untersuchungen zur Themenauswahl und Bildgestaltung auf römischen Kindersarkophagen, Akten des Symposiums ‘125 Jahre Sarkophag-Corpus. Marburg, 4-7 Oktober 1995, Sarkophag-Studien 1, Koch Guntram (éd.), Mayence, 1998, p. 28-33, pl. 11-14.

Dunbabin, 1978 : Dunbabin Katherine M. D., The Mosaics of Roman North Africa, Oxford, 1978.

Dunbabin, 1999 : Dunbabin Katherine M. D., Mosaics of the Greek and Roman World, Cambridge, 1999.

Ennaïfer, 1983 : Ennaïfer Mongi, Le thème des chevaux vainqueurs à travers la série des mosaïques africaines, MEFRA 95, 2, 1983, p. 817-858.

Espérandieu, 1907 : Espérandieu Émile, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule, I, Paris, 1907.

Espérandieu, 1908 : Espérandieu Émile, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule, II, Paris, 1908.

Espérandieu, 1947 : Espérandieu Émile, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule, XII, Paris, 1947.

Gaggadis-Robin, 1994 : Gaggadis-Robin Vassiliki, Jason et Médée sur les sarcophages d’époque impériale, Rome, 1994 (Collection de l’École française de Rome no 191).

Gaggadis-Robin, 1996 : Gaggadis-Robin Vassiliki, Iphigénie à Marseille. Note sur un fragment de sarcophage mal connu, Monuments et Mémoires. Fondation E. Piot 75, 1996, p. 1-19.

Gaggadis-Robin, 1998 : Gaggadis-Robin Vassiliki, Sarcophages d’Arles : art attique et influences micrasiatiques, dans Akten des Symposiums ‘125 Jahre Sarkophag-Corpus. Marburg, 4-7 Oktober 1995, Sarkophag-Studien 1, Koch Guntram (éd.), Mayence, 1998, p. 262-277, pl. 105-109.

Gaggadis-Robin, 1999 : Gaggadis-Robin Vassiliki, Un fragment de sarcophage avec Médée conservé à Marseille et l’expédition de Choiseul-Gouffier, dans Imago Antiquitatis, Religions et iconographie du monde romain, Mélanges R. Turcan, Paris, 1999, p. 229-241, fig. 1-6.

Gaggadis-Robin, 2003 : Gaggadis-Robin Vassiliki, La technique du « relief cerné ». Un marqueur chronologique ? Observations sur quelques sarcophages d’Arles, Bulletin du C. T. H. S., 30, 2003, p. 79-90.

Gaggadis-Robin, 2005a : Gaggadis-Robin Vassiliki, Les sarcophages païens du Musée de l’Arles antique, Arles, 2005.

Gaggadis-Robin, 2005b : Gaggadis-Robin Vassiliki, Les sarcophages de Marseille, dans Marseille et ses alentours, Carte Archéologique de la Gaule 13/3, (éd. M.-P. Rothé, H. Tréziny), Paris, 2005, p. 303-307.

Gaggadis-Robin, 2007a : Gaggadis-Robin Vassiliki, Le comte de Choiseul-Gouffier (1752-1817), érudit, ambassadeur et philhellène, dans Le voyage en Grèce du comte de Choiseul-Gouffier, Catalogue d’exposition 30/06/2007 - 5/11/2007, Musée Calvet, Avignon, 2007, p. 8-23.

Gaggadis-Robin, 2007b : Gaggadis-Robin Vassiliki, L’aventure de la collection Choiseul-Gouffier à Marseille, dans Le voyage en Grèce du comte de Choiseul-Gouffier, Catalogue d’exposition 30/06/2007 - 5/11/2007, Musée Calvet, Avignon, 2007, p. 84-93.

Gaggadis-Robin, 2007c : Gaggadis-Robin Vassiliki, La représentation du défunt sur les sarcophages d’Arles, dans Akten des IX. Internationalen Kolloquiums über Probleme des provinzialrömischen Kunstschaffens, Innsbruck, 25-28 mai 2005, E. Walde (Ikarus 2, Innsbrucker klassisch-archäologische Universitäts-Schriften), Innsbruck, 2007, p. 129-142.

Gaggadis-Robin, 2009a : Gaggadis-Robin Vassiliki, Ateliers de sculpture d’Arles : nouvelles recherches sur la série des sarcophages avec Amours, Histria Antiqua, 18-1, 2009, p. 381-388.

Gaggadis-Robin, 2009b : Gaggadis-Robin Vassiliki, Masque cornier d’un couvercle de sarcophage, dans Long Luc et Picard Pascale (éd.), César. Le Rhône pour mémoire. Vingt ans de fouilles dans le fleuve à Arles, catalogue d’exposition 24/10/2009 - 19/09/2010, Musée départemental Arles Antique, Arles, 2009, p. 144-148 no 22.

Gaggadis-Robin ; Gascou, 1996 : Gaggadis-Robin Vassiliki, Gascou Jacques, Les sarcophages décorés du Musée de Vienne (Isère), Revue archéologique de Narbonnaise 29, 1996, p. 145-171.

Gaggadis-Robin ; Maniatis ; Polykreti, 2009 : Gaggadis-Robin Vassiliki, Maniatis Yannis, et Polykreti Kiki, Usage du marbre et techniques de fabrication des sarcophages d’Arles, dans Ph. Jockey (éditeur), Leukos Lithos. Marbres et autres roches de la Méditerranée antique : études interdisciplinaires, Actes du VIIIe Colloque international de l’Association for the Study of Marble and Other Stones used in Antiquity (ASMOSIA), Aix-en-Provence, 2006, Aix-en-Provence, 2009, p. 663-667.

Genot ; Heijmans ; Bizot ; Feig Vishnia ; Gaggadis-Robin, 2011 : Genot Alain, Heijmans Marc, Bizot Bruno, Feig Vishnia Rachel, Gaggadis-Robin Vassiliki, Le sarcophage de Pompeia Iudea et Cossutius Eutycles. À propos d’une découverte récente faite à Arles, Provence Historique, 23-24, janvier-juin 2011, Hommage à Jean Guyon, p. 93-125.

Ghedini, 1991 : Ghedini Francesca, Iconografie urbane e maestranze africane nel mosaico della Piccola Caccia di Piazza Armerina, RM 98, 1991, p. 325-335.

Ghisellini, 1994 : Ghisellini, Elena, dans LIMC, VII, 1994, s.v. Tellus, p. 879-889.

Goette, 1990 : Goette Hans Rupprecht, Studien zu römischen Togadarstellungen, (Beiträge zur Erschließung hellenistischer und Kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur, 10), Mayence, 1990.

Guillaume-Coirier, 1998 : Guillaume-Coirier Germaine, De l’objet à l’ornement : couronnes et guirlandes de roses dans la sculpture funéraire de l’époque romaine, Journal des Savants, 1998, p. 3-54.

Gury, 1997 : Gury Françoise, dans LIMC, VII, 1997, s.v. Selene, Luna, p. 706-715.

Huskinson, 1996 : Huskinson Janet, Roman children’s Sarcophagi, Oxford, 1996.

Kahil ; Linant de Bellefonds, 1990 : Kahil Lilly, Linant de Bellefonds Pascale, LIMC, V, 1990, s. v. « Iphigeneia », p. 706-729.

Koch, 1975 : Koch Guntram, Die mythologischen Sarkophage. Meleager (Die antiken Sarkophagreliefs, XII, 6), Berlin, 1975.

Koch, 1977 : Koch Guntram, Ein Endymionsarkophag in Arles, BJb 177, 1977, p. 245-270.

Koch ; Sichtermann, 1982 : Koch Guntram, Sichtermann Helmut, Römische Sarkophage, Munich, 1982.

Lavagne, 1999 : Lavagne Henri, Le sarcophage à représentations dionysiaques de Cadenet (Vaucluse). Historiographie et problèmes d’iconographie, dans Imago Antiquitatis, Religions et iconographie du monde romain, Mélanges R. Turcan, Paris, 1999, p. 297-316.

Le Bohec, 1989 : Le Bohec Yann, La troisième Légion auguste (Études d’Antiquités africaines), Paris, 1989.

Linant de Bellefonds, 1985 : Linant de Bellefonds Pascale, Sarcophages attiques de la nécropole de Tyr. Une étude iconographique, Paris, 1985.

Matz, 1968-1975 : Matz Friedrich, Die dionysischen Sarkophage (Die antiken Sarkophagreliefs, IV, 1), Berlin, vol. 1-2 : 1968, vol. 3 : 1969, vol. 4 : 1975.

Mc Cann, 1978 : Mc Cann Anna Margurite, Roman Sarcophagi in the Metropolitan Museum of Art, New-York, 1978.

Robert, 1904 : Robert Carl, Die mythologischen Sarkophage. Einzelmythen (Die antiken Sarkophagreliefs, III, 2), Berlin, 1904.

Robert, 1919 : Robert Carl, Die mythologischen Sarkophage. Einzelmythen (Die antiken Sarkophagreliefs, III, 3), Berlin, 1919, (2e éd. Rome, 1969).

Rouquette, 1974 : Rouquette Jean-Maurice, Trois nouveaux sarcophages chrétiens de Trinquetaille, Arles, CRAI 1974, p. 254-277.

Sichtermann, 1992 : Sichtermann Helmut, Die mythologischen Sarkophage. Apollon bis Grazien (Die antiken Sarkophagreliefs, XII, 2), Berlin, 1992.

Simon, 1997 : Simon Erika, dans LIMC, VIII, 1997, s.v. Silenoi, p. 1108-1133.

Stefanidou-Tiveriou ; Despinis ; Voutyras, 1997 : Despinis Georgios, Stefanidou-Tiveriou Theodosia, Voutyras, Emmanuel, Catalogue of sculpture in the Archaeological Museum of Thessaloniki I, Thessalonique, 1997.

Toynbee, 1977 : Toynbee Jocelyn Mary Catherine, Greek Myth in Roman Stone, Latomus 36, 1977, p. 343-412

Turcan, 1966 : Turcan Robert, Les sarcophages romains à sujets dionysiaques, Paris, 1966.

Turcan, 1999 : Turcan Robert, Messages d’outre-tombe. L’iconographie des sarcophages romains, Paris, 1999.

Turcan, 2003 : Turcan Robert, Études d’archéologie sépulcrale. Sarcophages romains et gallo-romains, Paris, 2003.

Vermaseren ; De Boer, 1986 : Vermaseren Maarten J., De Boer Margeet B., dans LIMC, III, 1986, s.v. Attis, p. 22-44.

Walker, 1990 : Walker Susan, Catalogue of Roman Sarcophagi in the British Museum, Londres, 1990.

Ward-Perkins, 1956 : Ward-Perkins John Brian, The Hippolytus Sarcophagus from Trinquetaille, JRS 46, 1956, p. 10-16, pl. I-III.

Wegner, 1966 : Wegner Max, Die Musensarkophage (Die antiken Sarkophagreliefs, V, 3), Berlin, 1966.

Notes

1 Pour la problématique générale sur les sarcophages et l’état de la recherche : Baratte, 2006, passim.

2 Turcan, 2003, p. 270.

3 Espérandieu, 1907, p. 60-61 no 64 ; Gaggadis-Robin, 1994, p. 20 no 25, 32, 147-177, fig. 48-50 ; Gaggadis-Robin, 1999.

4 Espérandieu, 1907, p. 60-61 no 64.

5 Toynbee, 1977, p. 345.

6 Benoit, 1950, p. 16-31 ; et Benoit, 1959, p. 139-141.

7 Koch, Sichtermann 1982, p. 299 n. 53 : « ’Auch Deckel in Massilia und ehemals in Lugdunum weisen Verbindungen zum Osten auf, sind aber einheimische Werke... ».

8 Gaggadis-Robin, 1999.

9 Gaggadis-Robin, 1999, p. 233-234.

10 M. G. F. A. de Choiseul-Gouffier, Voyage pittoresque dans l’empire ottoman, en Grèce, dans la Troade, les îles de l’archipel et sur les côtes de l’Asie Mineure, II, Paris, 1809, pl. 19, la légende précise qu’il s’agit de « la carte de la Plaine de Troie qui a été levée en 1786 et 1787 ».

11 Gaggadis-Robin, 2007a et Gaggadis-Robin 2007b.

12 Espérandieu, 1907, p. 139-141 no 173 ; Gaggadis-Robin, 1998, 262-274, fig. 105, 107 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 65-71 no 13.

13 Espérandieu, 1907, p. 109-112 no 133 ; Ward-Perkins, 1956, p. 10-16, pl. I-III ; Gaggadis-Robin, 2003, p. 81-82, fig. 2 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 72-90 no 14.

14 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 72-90 no 14.

15 Ce type de toge apparaît aux temps des Sévères et se pérennise le long du IIIe siècle : Goette, 1990, p. 58-59.

16 Ward-Perkins, 1956, p. 10-16, pl. I-III.

17 Le cas d’une seule figure sur le couvercle est assez rare : Koch, Sichtermann, 1982, p. 372 n. 62. Notons que lorsque le défunt figure seul, il occupe toute la longueur du couvercle.

18 Par exemple sur des sarcophages à Athènes, à Tyr, ou bien à Split : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 86 n. 100.

19 La toge peut être parfois portée par des personnes qui n’ont pas la citoyenneté romaine : Goette, 1990, p. 2, 57.

20 Il est conservé à l’Académie de Marseille : Gaggadis-Robin, 1996, p. 1-19.

21 Espérandieu 1907, p. 101-102 no 120, suivi par Koch, 1977, p. 259.

22 Au Kunstsammmlungen Schlossmuseum. Inv G 1744 : Kahil ; Linant de Bellefonds, 1990, p. 725 no 82 ; Gaggadis-Robin, 1996, p. 14, fig. 8.

23 Gaggadis-Robin, 1996, p. 14-15

24 Turcan, 1999, p. 101.

25 CIL, XII, 442 ; Espérandieu 1907, no 59, Gaggadis-Robin, 2005b, p. 304, 634, fig. 868.

26 Matz, 1975, p. 456 no 261 ; Turcan, 2003, p. 297

27 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 99-100 no 20, 149-151 nos 38-39.

28 Espérandieu 1907, p. 151 no 188 ; Turcan 2003, p. 274 no 11.

29 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 151 no 39.

30 Matz, 1968-1975, p. 157-164 nos 51-57 ; 307-313 nos 162-168 ; 442-451 nos 258-259.

31 Turcan, 1966, p. 468, 471-472.

32 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 149-150 no 38.

33 Koch, Sichtermann, 1982, p. 193. Voir par ex. la cuve de Baltimore du début du IIIe s. : Matz, 1968-1975, p. 386-388 no 216, pl. 226.

34 Gaggadis-Robin, 2005, p. 99-100 no 20.

35 Simon, 1997, p. 1119 nos 92-106.

36 Koch ; Sichtermann, 1982, p. 419-422, fig. 447-450.

37 Lavagne, 1999, passim.

38 Lavagne, 1999, p. 312-313 n. 77.

39 Lavagne, 1999, p. 313 : « La cuve de Cadenet ne fait pas exception à la règle : suivant l’étude de S. Walker les cuves à mufles des lions symétriques sont en marbre de Proconnèse ».

40 Au MDAA : Inv. RHO. 2007. 00. 1948. H. 43,5 cm, L. 27 cm, Ép. de la plaque 5, 5 cm : Gaggadis-Robin, 2009b, p. 144 no 22.

41 Baratte, Metzger 1985, p. 71-75 no 25 ; 138-142 no 67.

42 Baratte, Metzger, 1985, p. 142.

43 Nous ne connaissons pas le contexte de découverte exact d’un fragment de Vienne (Gaggadis-Robin, Gascou 1996, p. 160-163 no II, 1, fig. 17) figurant certainement Sélèné, daté vers 180-190, et qui pourrait aussi bien être arrivé en France dans les temps modernes.

44 Au MDAA, FAN. 92. 00. 12 : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 143-144 no 34.

45 Au MDAA : FAN. 92. 00. 2839 : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 292 no 66.

46 Deux cuves au Metropolitan Museum de New York : Sichtermann, 1992, p. 112-3 no 48, pl. 48, 1 ; 50, 2 et p. 134‑138 no 80, pl. 68, 1. Ainsi que sur une cuve au J. P. Getty Museum à Malibu : Sichtermann, 1992, p. 122‑123 no 65, pl. 53, 1 ; 62, 2.

47 Au MDAA : FAN. 2004. 01. 03 : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 139-142.

48 H : 25cm ; L : 165 cm ; l : 31 - 51 cm.

49 Huskinson, 1996, p. 101-104 ; Dimas, 1998, p. 28-33.

50 Sichtermann, 1992, p. 134-138 no 80, pl. 68, 1.

51 Gury, 1997, p. 706-715.

52 Les Aurai sont les personnifications des vents frais et légers : Canciani, 1986, p. 52-54.

53 Déesse aussi de la végétation, pour son iconographie : Ghisellini, 1994, p. 879-889.

54 Cuves de Paris Ma 362, de Rome : Palais Rospigliosi-Pallavicini II, et de New York : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 141 n. 150, 162.

55 Voir l’arc de Galérien à Thessalonique (Ghisellini, 1994, p. 882 no 29) et celui de Trajan à Bénévent (Ghisellini, 1994, p. 881 no 28).

56 Ghisellini, 1994, p. 882 nos 36-37.

57 Statue cuirassée de l’époque de Claude (Ghisellini, 1994, p. 881 no 22), statue de l’époque flavienne (Ghisellini, 1994, p. 882 no 34), et de l’époque de Trajan (Ghisellini, 1994, p. 882 no 35).

58 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 141.

59 Sur la cuve de Rome, Palais Borghese (Sichtermann, 1992, p. 118 no 56, pl. 57, 2 ; 59, 2), sur le fragment de Rome, Musée national romain (Sichtermann, 1992, p. 140 no 85, pl. 81, 3) et sur la cuve du Louvre Ma 1335 (Baratte ; Metzger, 1985, p. 71-75 no 25).

60 Cuves de Frascati (Sichtermann, 1992, p. 127-128 no 73, pl. 75, 2 ; 78, 2), de Cliveden (Sichtermann, 1992, p. 145-146 no 95, pl. 86, 2), de Rome, Palais Doria et de Woburn Abbey (Gaggadis-Robin, 2005a, p. 140 n. 155, 160).

61 Espérandieu 1907, p. 78 no 96 ; Turcan, 1966, p. 337 ; Turcan, 1999, p. 40.

62 Sur ces étoffes : Gaggadis-Robin, 1994, p. 128, 139.

63 Turcan, 1999, p. 40.

64 Arles : FAN. 92. 00. 559, Gaggadis-Robin, 2005a, p. 197-201 no 65.

65 C. Robert, 1904, p. 8 no 5 qualifiait ces objets d’incompréhensibles. Mais la forme des semelles et les lanières représentées ne laissent aucun doute quant à la fonction de ces objets

66 La IIIe Légion a fait partie de l’armée de Lépide, Auguste lui a donné son surnom entre 27 et 19 av. J.-C., pour services rendus : Le Bohec, 1989, p. 335-337.

67 Baratte ; Metzger, 1985, p. 115-118 no 47.

68 Arles au MDAA : FAN. 92. 00. 543 : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 203-208, no 67,

69 Turcan, 1999, p. 144 : « elle est escortée et guidée par un enfant couronné ».

70 Turcan, 1999, p. 144 n. 245.

71 Interprété comme un symbole de l’amour d’où sort la vie, ou bien comme la félicité des époux fidèles dans l’audelà : Turcan, 1999, p. 140-143.

72 Koch ; Sichtermann, 1982, p. 213-217, fig. 151, 283, 288.

73 Turcan, 1999, p. 144, Koch ; Sichtermann, 1982, p. 144.

74 Koch ; Sichtermann, 1982, p. 527, nos 320-322.

75 Sarcophages du cycle de Perséphone : Robert, 1919, p. 450-495, pl. 119-131 ; Koch ; Sichtermann, 1982, p. 179 n. 61.

76 Sarcophage de Baltimore : Koch ; Sichtermann, 1982, p. 177, fig. 204 ; de Vienne : Koch ; Sichtermann, 1982, p. 178, fig. 206.

77 Comme à New York, Metropolitan Museum : Mc Cann, 1978, p. 94-106 no 17, fig. 121-122 ; à Kassel : Mc Cann, 1978, fig. 113-116 ; ou bien au Louvre Ma 1046 : Baratte ; Metzger, 1985, p. 144-145, no 70.

78 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 208.

79 La rose, en guirlandes ou isolée, très souvent représentée sur les monuments funéraires, suggère « la vitalité de la végétation qui se communique à l’âme, en même temps que l’éternelle félicité » : Guillaume-Coirier 1998, p. 53-54.

80 Un fragment de sarcophage avec une longue épitaphe en grec, mentionnant un professeur, conservé au British Museum à Londres (Walker, 1990, p. 28-29 no 26), a été longtemps considéré comme provenant de la Narbonnaise et plus particulièrement d’Aix-en-Provence. Mais il a été démontré récemment (Decourt 2004, p. 54-56 no 50) qu’il provient de Rome, où il a été certainement acheté au XIXe siècle.

81 Espérandieu 1947, p. 26 no 7972, pl. XXXI ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 156 no 41.

82 Espérandieu 1947, p. 26 no 7973, pl. XXXI ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 157 no 42.

83 Espérandieu 1907, p. 119 no 141 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 152-155 no 40.

84 Sur les exemplaires de San Simeon (Californie) : Wegner, 1966, p. 83-84 no 219, pl. 31a ; et de Verone, Museo Maffeiano : Wegner, 1966, p. 87-88 no 227, pl. 127b, ou bien sur le sarcophage de Lansdowne : Wegner, 1966, p. 20 no 36, pl. 31b.

85 Sur la cuve de Rome, Palazzo Rospigliosi : Wegner, 1966, p. 66-67 no 170, pl. 37a, 39-40 la défunte lettrée se trouve au centre à côté d’Athéna. Sur une cuve de Tebessa : Wegner, 1966, p. 86 no 224, pl. 126a, la défunte est assise et entourée de quatre Muses de chaque côté, ce qui suggère peut-être qu’elle devient la neuvième.

86 Rome, Palazzo Mattei : Wegner, 1966, p. 65-66 no 167, pl. 54a ; Musée Torlonia : Wegner, 1966, p. 53-55 no 133, pl. 60 ; et à Palerme : Wegner, 1966, p. 33-34 no 68, pl. 66.

87 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 154 n. 220-226.

88 Turcan, 1999, p. 73.

89 Cumont, 1942, p. 287.

90 Espérandieu 1907, p. 62 no 68 ; Wegner, 1966, p. 27 no 53, pl. 75a ; Gaggadis-Robin, 2005b, p. 304.

91 Au MDAA : FAN. 92. 00. 474, ou P. 474 : Espérandieu 1907, p. 145 no 180 ; Gaggadis-Robin 2005a, p. 184-186 no 56.

92 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 186.

93 Benoit 1950, p. 30 ; Boucher, 1999, p. 18.

94 De la Bretagne au Rhin et au Danube, en Macédoine, en Italie, en Espagne, au Portugal et en Gaule du Nord, de l’est et du Centre est : Benoit, 1950 ; Boucher, 1999.

95 Epona sur stèles funéraires de Metz : Boucher, 1990, p. 987 nos 29-31 ; 991 nos 137-138.

96 Sur un petit nombre de documents, elle porte également contre son épaule un objet long qui a été interprété comme une clé, celle des Enfers : Boucher, 1990, p. 999.

97 Espérandieu, 1907, p. 146-147 no 181 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 180-183 no 55.

98 Attis tient la syrinx sur des terres cuites, des reliefs, ou des statues : Vermaseren ; De Boer, 1986, p. 26-32 nos 56-70, 81, 115, 154-210.

99 Au MDAA : FAN. 2004. 01. 10 : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 176-179 no 54.

100 S’il s’agissait d’un aurige vainqueur, son vêtement serait une tunique à manches et à ceinture haute, comme on le voit sur un monument funéraire de Princeton (Gaggadis-Robin, 2007c, p. 137 n. 48.), ou bien sur les mosaïques africaines : Ennaïfer, 1983, p. 821-824, fig. 3-6, 11.

101 Sur certaines mosaïques, les animaux portent des colliers analogues : à Carthage, au Portugal (villa de Torre de Palma) etc. : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 179.

102 Au MDAA : FAN. 92. 00. 2481, ou C. 8/FB7 : Gaggadis-Robin, 2005a, p. 120-123 no 28.

103 J’ai montré ailleurs (Gaggadis-Robin ; Maniatis ; Polykreti, 2009) que le fait que ce sarcophage soit taillé dans un bloc de remploi ne prouve pas son origine locale, le phénomène existe même à Rome.

104 Turcan, 1999, p. 86-87.

105 Boyer, 1968, p. 261-262 ; Turcan, 2003, p. 278-279 no 33.

106 Sur le territoire de la commune de Fayence, au lieu-dit La Bégude.

107 Brun, 1999, p. 400-401.

108 Dunbabin, 1978, p. 46-64.

109 Dunbabin, 1999, p. 135, fig. 137 ; Ghedini, 1991, passim.

110 Conservés au musée Calvet d’Avignon : fragment avec cavaliers chassant le sanglier : Espérandieu, 1907, p. 207 no 267 ; Andreae, 1980, p. 144 no 6 ; ainsi que fragments de couvercle avec retour de chasse : Espérandieu 1907, p. 208 no 268 ; Andreae, 1980, p. 144 no 7.

111 Conservé au musée Calvet d’Avignon : fragment de cuve avec cavaliers chasseurs : Espérandieu 1907, p. 141 no 178 ; Andreae, 1980, p. 143 no 5, pl. 92, 1.

112 Découvert au lieu dit La Calade (Cabasse), fragment d’un couvercle en marbre, probablement perdu, filet avec deux cerfs capturés : Benoit, 1958, p. 434, fig. 32 ; Andreae, 1980, p. 146 no 21, pl. 85,6.

113 Au MDAA : FAN. 92. 00. 458 : Espérandieu, 1907, p. 141-142 no 175 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 115-117 no 27.

114 Au MDAA : PAP. 74. 00. 3 : Rouquette, 1974, p. 263-265 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 108-114 no 26.

115 Dans l’église Saint-Aphrodise : Espérandieu, 1907, p. 345-346 no 534 ; Andreae, 1980, p. 146 no 19, pl. 55, 3.

116 Leur iconographie est proche de celle des cuves de Cahors (Espérandieu, 1908, p. 418 no 1648 ; Andreae, 1980, p. 146 no 22, pl. 93, 2) et de Déols (Espérandieu, 1908, p. 372 no 1560 ; Andreae, 1980, p. 147 no 27, pl. 93, 1).

117 Turcan, 1999, p. 64-66.

118 Sur les liens entre l’iconographie des sarcophages et les conditions sociales : Amedick, 2010.

119 La même chose se remarque sur les sarcophages attiques du IIIe siècle avec chasse de Méléagre : Stefanidou-Tiveriou, 1997, p. 175.

120 Rouquette, 1974, p. 263-265 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 108-114 no 26.

121 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 108-114 no 26.

122 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 158-159 no 43.

123 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 160-161 no 44.

124 Gaggadis-Robin, 2005a, p. 162-163 no 45.

125 Conservé dans l’abbaye Saint-Victor, chapelle Saint-Lazare : Espérandieu, 1907, no 61 ; Gaggadis-Robin, 2005b, p. 635, fig. 869.

126 Gaggadis-Robin, 2009, p. 383.

127 Gaggadis-Robin ; Gascou 1996.

128 À Arles : sarcophages d’Attia Esyche (Gaggadis-Robin, 2005a, p. 215-218 no 71), d’Iulia Grata (Gaggadis-Robin, 2005a, p. 219-220 no 72), d’Iulia Lucina (Gaggadis-Robin, 2005a, p. 223-224 no 74) et d’Alfenia Attalis (Gaggadis-Robin, 2005a, p. 225-226 no 75).

129 Sarcophage de M. Iunius Messianus (Gaggadis-Robin, 2005a, p. 221-222 no 73).

130 Sarcophage de Quintus Aristius Chresimus (Gaggadis-Robin, 2005a, p. 212-213 no 69), ainsi que la cuve d’Arles du tout jeune Marcus Caesonius Charitonis, conservée au Musée de Beaucaire (CIL, XII, 771 ; Gaggadis-Robin, 2009a, p. 382-383).

131 Cuve de S. Alfius Vitalis et d’Alfia Epauxesis (CIL, XII, 689 et p. 818 ; Gaggadis-Robin, 2005a, p. 209-211 no 68). Sur les sarcophages doubles : Genot ; Heijmans ; Bizot ; Feig Vishnia ; Gaggadis-Robin, 2011.

132 Turcan, 2003, p. 304.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - Couvercle de sarcophage ; Marseille, Musée d’archéologie méditerranéenne. © A. Chéné, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende ill. 2 - Dessin à l’encre de Louis-François Cassas. © Musée du Louvre. Cabinet des dessins. RMN 4841-163.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende ill. 3 - Sarcophage attique aux Centaures. Arles MDAA © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende ill. 4 - Le sarcophage aux Centaures dans la cour du couvent des Pères Minimes. D’après : le Père Dumont (V.), Description des anciens monuments d’Arles, 1789, (imprimé par de Noble-Lalauzière, 1808, pl. 26.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende ill. 5 - Sarcophage dit « de Phèdre », face principale. Arles MDAA. © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende ill. 6 - Sarcophage dit « de Phèdre », petit côté gauche. Arles MDAA. © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende ill. 7 - Sarcophage dit « de Phèdre », arrière. Arles MDAA. © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende ill. 8 - Sarcophage dit « de Phèdre », petit côté droit. Arles MDAA. © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende ill. 9 - Sarcophage dit « de Phèdre », couvercle. Arles MDAA. © G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende ill. 10 - Fragment de sarcophage, Iphigénie quittant la Tauride. Académie de Marseille. © A. Chéné, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende ill. 11 - Sarcophage de Iulia Quintina, la rencontre de Dionysos et Ariane. Marseille, Abbaye Saint-Victor. © CNRS, LAMM.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende ill. 12 - Fragment de sarcophage, Dionysos ? Arles MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende ill. 13 - Fragment de sarcophage, Ariane ? Arles MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende ill. 14 - Fragment de sarcophage, Satyre. Arles MDAA. © L. Damelet, C. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende ill. 15 - Fragment d’une lènos, thiase dionysiaque. Église de Cadenet (Vaucluse). © G. Réveillac, Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende ill. 16 - Fragment d’une lènos, thiase dionysiaque. Église de Cadenet (Vaucluse). © G. Réveillac, Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende ill. 17 - Fragment d’une lènos, thiase dionysiaque. Église de Cadenet (Vaucluse). © G. Réveillac, Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende ill. 18 - Fragment d’une lènos, thiase dionysiaque. Eglise de Cadenet (Vaucluse). © G. Réveillac, Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende ill. 19 - Masque cornier d’un couvercle de sarcophage, Dionysos. Arles, MDAA © cliché du musée.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende ill. 20 - Fragment de sarcophage, Endymion. Arles MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende ill. 21 - Fragment de sarcophage, Endymion. Arles MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende ill. 22 - Fragment d’une cuve, légende d’Endymion. Arles MDAA. © Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende ill. 23 - Détail de la cuve de l’illustration 22, berger et son chien. Arles MDAA. © Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende ill. 24 - Détail de la cuve de l’illustration 22, le chien d’Endymion. Arles MDAA. © Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende ill. 25 - Détail de la cuve de l’illustration 22, Tellus. Arles MDAA. © Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende ill. 26 - Détail de la cuve de la figure 22, Océan. Arles MDAA. © Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende ill. 27 - Fragment d’un sarcophage, la légende de Léda. Aix-en-Provence, Musée Granet. © Photo du Musée.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende ill. 28 - Petit côté du sarcophage de Licinia Magna, Léda et le cygne. Arles MDAA. © M. Lacanaud, MDAA.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende ill. 29 - Gravure de l’ouvrage Dumont (V. le Père), Description des anciens monuments d’Arles, 1789, (imprimé par de Noble-Lalauzière, 1808). En haut sarcophage dit « de Prométhée », découvert à Arles et conservé au Louvre.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende ill. 30 - Sarcophage dit « de Psyché ». Arles MDAA. © M. Lacanaud, MDAA.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende ill. 31 - Fragment de sarcophage, Polymnie. Arles MDAA. © M. Lacanaud, MDAA.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende ill. 32 - Fragment de sarcophage, Calliope ? Arles MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende ill. 33 - Fragment de sarcophage, Apollon et les Muses. Arles MDAA. © M. Lacanaud, MDAA.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende ill. 34 - Panneau de sarcophage à strigiles. Marseille, Musée Borély. © A. Chéné, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende ill. 35 - Sarcophage, Epona et un musicien. Arles MDAA. © L. Damelet, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende ill. 36 - Sarcophage de Iulia Tyrrania. Arles MDAA. © M. Lacanaud, MDAA.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende ill. 37 - Fragment d’un couvercle de sarcophage, propriétaire des chevaux. Arles MDAA. © L. Damelet, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende ill. 38 - Sarcophage à l’olivaison. Arles, MDAA. © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende ill. 39 - Fragment d’un couvercle de sarcophage, chargement de navires. Découvert dans le Var, perdu.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende ill. 40 - Panneau de sarcophage, Chasse au sanglier. Arles, MDAA. © Ch. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende ill. 41 - Sarcophage, Chasse au sanglier. Arles, MDAA. © M. Lacanaud, MDAA.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende ill. 42 - Fragment d’un couvercle de sarcophage, thiase marin. Arles, MDAA. © Ph. Foliot, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende ill. 43 - Fragment de sarcophage, Amour. Arles, MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende ill. 44 - Fragment de sarcophage, Amour faisant une cueillette. Arles, MDAA. © C. Durand, G. Réveillac, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende ill. 45 - Sarcophage, Amours forgeant des armes. Marseille, abbaye Saint-Victor. © CNRS, LAMM.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende ill. 46 - Sarcophage double de S. Alius Vitalis et Alia Epauxesis, face A. Arles, MDAA. © C. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende ill. 47 - Sarcophage double de S. Alius Vitalis et Alia Epauxesis, face B. Arles, MDAA. © C. Durand, CNRS, Centre Camille Jullian.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7132/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search