Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Iconographie funéraire romaine et société

 | 
Martin Galinier
, 
François Baratte

Contextes provinciaux et christianisme

Les sarcophages dans l’Afrique antique

Images romaines et provinciales

François Baratte

Texte intégral

  • 1 Turcan, 1996 ; Turcan, 1999 ; Turcan, 2003. Pour une appréciation différente : Zanker ; Ewald, 2006

1Quelle que soit la manière dont on les considère, les images en rapport avec la mort sont rarement neutres. Elles constituaient pour ceux qui les avaient choisies, qu’il s’agisse du défunt lui-même ou de ceux qui avaient fait ériger la tombe pour lui, un moyen de manifester, d’une manière d’autant plus forte qu’elle était désormais immuable, quel qu’en soit le support, à l’intention des hommes, de soi-même ou de la divinité, l’image que l’on voulait donner de soi (ou que l’on souhaitait garder du défunt) ou des croyances sur la mort1. On pensera aux paroles de Job, 19, 23-24, à propos précisément de sa foi dans la résurrection de la chair :

  • 2 Traduction Bible de Jérusalem.

« Oh ! Je voudrais qu’on écrive mes paroles, qu’elles soient gravées en une inscription, avec le ciseau de fer et le stylet, sculptées dans le roc pour toujours »2.

  • 3 CIL VIII, 434 = ILTun 426. Pikhaus, 1994, p. 46, B 43 ; Koortbojian, 1995, p. 124 ; Baratte, 1999, (...)
  • 4 Petrone, Satiricon, 71.

2Mais tout aussi significative est cette inscription funéraire d’Ammaedara, en Afrique, sur laquelle l’épouse du défunt, Cornelia Galla, inconsolable, explique qu’elle a fait ériger sur la tombe une effigie en marbre de son mari pour garder de lui chaque jour le souvenir de ses traits3. La description que donne Trimalcion de sa tombe4 est parfaitement éclairante de la diversité des préoccupations que chacun pouvait avoir en ce domaine, des plus hautes aux plus triviales, et l’épigraphie funéraire, en Afrique notamment, en explicitant le sens des images qui apparaissent sur le monument, en rend bien compte elle aussi.

3Or là où le choix avait été fait de manière massive, par certains groupes sociaux tout au moins, d’utiliser des sarcophages illustrés, à Rome comme dans toutes les régions de l’empire liées aux centres majeurs de production, l’ampleur du corpus donne évidemment une prise plus facile à l’analyse des images. Mais on voit bien aussi que partout où il existait des ateliers locaux, et même si la production reste restreinte en nombre, des thèmes originaux étaient parfois retenus, ou des variations significatives, qui manifestaient sans doute les uns comme les autres des préoccupations particulières. Il vaut alors la peine de les examiner attentivement.

  • 5 Une liste des sarcophages de Tipasa est donnée par Gsell, 1894, p. 431-448.
  • 6 Fournet-Pilipenko, 1961-1962. Une liste commode des sarcophages importés de Rome dans Koch, 1977, p (...)
  • 7 Ferchiou, 1976. Pour les rapports entre les ateliers de Carthage et la péninsule ibérique, par exem (...)
  • 8 On lira par exemple les remarques de Zanker, 1983, p. 30-38.

4C’est le cas en Afrique, où la situation est contrastée de l’Atlantique à la côte des Syrtes. Ni au Maroc ni en Tripolitaine on n’a jusqu’à présent retrouvé de sarcophage à reliefs. Ils sont plus nombreux sur le territoire de l’actuelle Algérie, sans avoir jamais été véritablement recensés5. Ils apparaissent enfin avec une relative fréquence en Tunisie où, depuis l’inventaire d’H. Fournet-Pilipenko, qui recensait en 1962 cent soixante neuf sarcophages, quelques exemplaires sont encore apparus6. Mais la plupart de ces sarcophages proviennent des ateliers de Rome, ou d’ateliers locaux souvent influencés par ceux de la capitale, si l’on excepte quelques fragments de cuves attiques, ou imitant les productions des ateliers attiques, et un groupe tardif, très homogène et d’un certain niveau de qualité, celui des sarcophages en kadhel, issus d’ateliers de Carthage et diffusés assez largement vers la péninsule ibérique7. On ne saurait d’ailleurs s’étonner de cet état de choses quand on connaît les liens qui, sur un plan plus général, unissaient l’Africa et l’Italie et qui se traduisent, en particulier, dans le domaine de la sculpture8. Mais on voit bien aussi que les frontières politiques ne sont pas toujours aussi artificielles qu’on l’imagine : la situation est ainsi radicalement différente en Cyrénaïque où on a retrouvé des sarcophages en bien plus grand nombre qu’en Tripolitaine, et qui proviennent tous, ou à peu près, des ateliers attiques : dans le domaine de la sculpture comme dans celui de l’organisation administrative, cette province était tournée vers le monde grec.

  • 9 Présentation du dossier par G. Koch, dans Koch ; Sichtermann, 1982, p. 311-313.

5Au total, le corpus des sarcophages de l’Afrique romaine est donc restreint9, et on peut dès à présent noter avec un certain étonnement que dans des régions où le christianisme était si vigoureux, il n’y a que bien peu de sarcophages chrétiens, même là où la sculpture était par ailleurs appréciée.

  • 10 Représentation des Rosalia : Picard-Le Bonniec-Mallon, 1970, fig. 6 et 7.
  • 11 Brogan ; Smith, 1984.
  • 12 Ferchiou, 1989.

6La situation peut sembler paradoxale quand on connaît la place que tient l’image en Afrique : grâce à la mosaïque, elle est omniprésente et le répertoire en est infini. Même si l’on considère que c’est d’abord dans le domaine de la vie quotidienne, privée ou publique, que se retrouvent notamment la plupart des mosaïques, on observe aussi que l’image est bien présente dans le domaine funéraire. Elle ne l’est pas tant sur les stèles, relativement décevantes de ce point de vue, alors que les stèles votives sont plus riches d’un point de vue iconographique, que sur les mausolées, sous la forme de reliefs, sur certains mausolées au moins. Dans les hautes steppes tunisiennes en effet, ou en Numidie, le décor sculpté fait défaut : en Proconsulaire, c’est à Mactar qu’on en trouve les exemples les plus significatifs, qui restent assez modestes10. Au sud-est en revanche, aux confins du désert, et sur le plateau de Tripolitaine, plusieurs mausolées sont d’un grand intérêt. À Ghirza, notamment, le décor, dû manifestement à des artisans locaux, témoigne cependant à la fois d’une certaine forme d’intégration dans le monde romain de la part des chefs de clans auxquels on peut les attribuer, mais aussi d’un attachement profond à leurs traditions11. Imitant parfois avec maladresse des formules empruntées à l’art romain (les portraits en buste par exemple), ils mettent en scène aussi bien des cérémonies d’allégeance que des sacrifices, des scènes de victoires, et des épisodes de la vie quotidienne, des activités agraires, la moisson par exemple ou les labours, y compris avec des dromadaires, et des divertissements, c’est-à-dire la chasse. Dans le Sud tunisien, quelques monuments sont à rapprocher, par leur répertoire, de ceux de Pannonie, le mausolée d’El Amrouni en particulier12. On y retrouve en effet Orphée et Eurydice, Orphée charmant les animaux, Hercule et Alceste, Ixion et sa roue et quelques autres suppliciés des Enfers : un programme original par rapport à celui des pavements – Orphée et les animaux mis à part, et même s’il existait bien en mosaïque des images analogues. Le programme choisi par Q. Apuleus Maxssimus, dont l’épitaphe, rédigée en latin, l’est aussi en néo-punique, montre clairement qu’en Afrique aussi l’iconographie funéraire pouvait être développée et s’attacher à des thèmes dont la signification parait indiscutable. Pourtant les sarcophages, support idéal pour des images de cette sorte, n’ont rencontré qu’un succès mitigé, et n’offrent ni la même variété, ni, en apparence tout au moins, la même richesse.

  • 13 Ballu, 1919 ; Carcopino, 1922 ; Chamoux, 1962 ; Sintes ; RebahI, 2003, no 132, p. 258-259 (M. Blanc (...)
  • 14 Autre exemple sur un sarcophage chrétien découvert à Damous el-Karita : Fournet-Pilipenko, 1961-196 (...)
  • 15 Carcopino, 1922, p. 217.
  • 16 Le dossier de cet hypogée a été repris récemment de manière détaillée par Laporte, 2001. Sur le sar (...)
  • 17 Le dossier a été récemment repris par N. Duval, « Le mausolée de Blossius ou de Blossus (fouille de (...)

7On peut cependant se demander si, dans certains monuments funéraires, ce n’est pas la mosaïque qui, captant l’attention du commanditaire et des visiteurs, était chargée de porter le sens du tombeau et rendait donc inutile la présence de reliefs sur un éventuel sarcophage. Le plus bel exemple en est fourni à Lambiridi en Algérie par le mausolée qui abrite le tombeau de Cornelia Urbanilla, un cas particulièrement intéressant puisque une grande partie de l’équipement de la tombe est conservée13 : le monument, très ruiné il est vrai, les trois sarcophages qu’il contenait et le pavement de mosaïque. Le sarcophage de Cornelia Urbanilla, sans aucun décor, portait l’épitaphe, rédigée en grec, ce qui est déjà un élément significatif14. Le texte est très sobre, mais précise toutefois, d’une manière fort elliptique, que la jeune femme (elle avait 28 ans) a « été sauvée d’un grand péril », formule que l’on peut évidemment comprendre, avec J. Carcopino, comme une allusion d’ordre mystique15. C’est la mosaïque du pavement de la tombe qui retient le plus l’attention. Imitant un décor de plafond, elle présente un médaillon central soutenu par quatre Atlantes anguipèdes et quatre lunettes. Deux inscriptions apparaissent dans cette composition, l’une en latin, qui nomme un personnage inconnu, Euterpius, l’autre en grec, maxime désabusée : « Je n’étais pas, je fus ; je ne suis pas ; peu m’importe ». Une troisième inscription, en latin, répète, dans une des lunettes, le nom de la défunte sur l’image de son sarcophage, dans lequel elle est couchée, enveloppée dans des bandelettes et le visage, semble-t-il, doré. Le décor de deux autres des lunettes est conservé, deux canards dans l’une, deux paons dans l’autre, de part et d’autre d’un cratère. Au centre, deux hommes assis l’un en face de l’autre. Le premier, nu, décharné, est ausculté par le second, manifestement un médecin. Nous ne reviendrons pas ici sur les diverses interprétations qui ont été proposés pour cette image, qui renverrait selon Carcopino à Asclépios et à l’hermétisme, ou qui illustrerait, pour F. Chamoux, l’épisode du prince macédonien Perdiccas, dévoré d’un amour incestueux pour sa mère, et dont Hippocrate, par l’auscultation, aurait aussitôt reconnu la cause de sa maladie. Nous voudrions seulement souligner qu’il y a manifestement là un véritable programme, en rapport avec la mort, même si nous n’en comprenons pas toute la signification : l’inscription grecque sur le pavement, et peut-être celle du sarcophage de la défunte, contribuaient encore à l’interprétation de l’ensemble. Mais l’essentiel du sens, quel qu’il soit, est bien fourni par la mosaïque : un sarcophage à reliefs était donc inutile. Certes le tombeau de Lambiridi est exceptionnel, au moins parmi les monuments parvenus jusqu’à nous, mais on observera qu’il est loin d’être unique : pour nous en tenir à des exemples de monuments qui étaient accompagnés de sarcophages, on citera l’hypogée de Sousse d’où provient un beau sarcophage d’enfant aujourd’hui conservé au musée archéologique d’Alger. Les deux pièces étaient pavées de mosaïque, parmi lesquelles l’une figurait un labyrinthe, au centre duquel se tenait le Minotaure, et une autre Thésée et les jeunes athéniens qu’il vient de délivrer voguant vers la Grèce, deux images qui peuvent s’accorder avec un contexte funéraire ; mais ici le sarcophage comporte son propre décor, ce qui est d’ailleurs parfaitement logique puisqu’il peut fort bien avoir été réalisé bien après l’hypogée et indépendamment de celui-ci avant d’y être introduit16. Il existe en outre ailleurs, en Italie par exemple, bien d’autres cas où le décor intérieur très riche de la tombe n’a pas empêché le choix de sarcophages historiés. Observons enfin qu’il pouvait en aller de même dans un contexte chrétien : le mausolée de Blossius Honoratus, à Bordj el Youdi en Tunisie (Furnos Minus), dont le sol était couvert d’une mosaïque représentant Daniel entre les lions, offre, toutes proportions gardées, un cas analogue à celui de Lambiridi – mais il n’y avait pas ici de sépulture en sarcophage, mais des tombes sous arcosolium, signalées par des mosaïques funéraires17.

  • 18 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 158 (sarcophage de Victoria) et 159.
  • 19 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 60, p. 108.
  • 20 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 101, p. 121. Sur la tombe et les bijoux : Ch. Egger, « Das Grab ei (...)
  • 21 Gsell, 1894, p. 447-448 ; Christern, 1968, p. 236-237 ; Sichtermann, ASR XII, 2, no 83, p. 139.
  • 22 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 148, p. 146-149 ; Kranz, ASR V, 4, 1984, no 586, p. 287 ; Sichterm (...)

8Il vaut donc la peine d’examiner plus en détail ce que montrent les sarcophages en Afrique. Toutefois une remarque préliminaire s’impose : que la cuve ait été importée de Rome, ou bien plus rarement d’Attique, ou bien encore qu’elle ait été exécutée sur place, nous ne savons que très peu de choses des défunts eux-mêmes ; les épitaphes conservées sont rares (le sarcophage de Cornelia Urbanilla, d’ailleurs sans décor, est dans cette perspective une exception), peu disertes, et ne permettent guère de connaître l’origine de ceux qui étaient déposés dans la cuve. Cette information, que fournit en revanche le mausolée de Q. Apuleus Maxssimus à El Amrouni, puisque l’épitaphe y figure en latin et en néo-punique, serait pourtant un élément précieux dans une réflexion sur les reliefs et dans l’appréciation que l’on peut porter sur une éventuelle originalité de ceux-ci. Certes le contexte est connu dans un certain nombre de cas, à Sousse on vient de le voir, mais aussi à Carthage, à Bir Ftouha pour les sarcophages retrouvés dans le trifolium, ou dans une certaine mesure pour ceux provenant de Damous el-Karita, ou bien encore à Dougga18 ; mais il s’agit, sauf à Sousse, de cuves au décor bien modestes, des strigiles ou un simple panneau figuré. Bien souvent d’ailleurs il n’a pas été transmis de manière détaillée par les découvreurs, sauf pour quelques trouvailles récentes, par exemple le sarcophage découvert près de Lemta, qui mêle scènes de chasse et scènes paléochrétiennes, dont on a pu à la fois identifier la sépulture d’origine, une fosse construite, et reconnaître le contenu (le défunt était enfermé dans un premier sarcophage en plomb). Mais même dans ce cas favorable, nous ne savons rien du contexte, et peu de choses du défunt lui-même : sans doute un personnage d’origine africaine, comme paraissent l’indiquer les noms qui figurent sur la moulure supérieure de la cuve. Une seule épitaphe livre un détail précis : celle d’une jeune chrétienne, Cassianilla, clarissima femina, morte à 19 ans, sur un sarcophage en kadhel découvert à Damous el-Karita. Mais le décor y est des plus simples : des strigiles et deux Amours funéraires19. Rappelons aussi le sarcophage, au décor similaire, découvert au Koudiat-Zateur20 et qui contentait les restes d’une femme richement vêtue, qui portait des bijoux considérés comme vandales. Mais cette inhumation correspond à un remploi du sarcophage. La connaissance du contexte n’apporte en fait rien, ou presque, sur les raisons qui ont présidé au choix des images. C’est vrai en particulier lorsqu’il s’agit, comme au Koudiat Zateur, d’un remploi, même s’il peut y avoir là matière à réflexion : à Tipasa, c’est un sarcophage représentant le mythe de Séléné et d’Endymion qui servait de cénotaphe à la jeune martyre vénérée sur place, Salsa21 [ill. 1]. À Oued R’mel, en Tunisie, au pied du cap Bon, le panneau représentant les trois Grâces entre les Saisons est un cas différent : il n’avait pas été remployé comme sarcophage, mais sa face antérieure, découpée, avait été intégrée dans un baptistère, peut-être dans la construction de la cuve baptismale [ill. 2]. La publication des fouilles est malheureusement très insuffisante et ne permet de préciser ni l’emplacement du relief, ni la manière dont il se présentait, c’est-à-dire si les divinités païennes, en outre très suggestives, étaient visibles ou non dans le monument paléochrétien22.

ill. 1 - Tipasa, fragment d’un sarcophage représentant l’histoire de Séléné et d’Endymion, ayant servi de cénotaphe de sainte Salsa. D’après Christern 1968.

ill. 2 - Oued R’mel (Sainte-Marie du Zit) : sarcophage des Trois Grâces, remployé dans le baptistère de la basilique paléochrétienne. Musée du Bardo. Cl. F. Baratte.

  • 23 Bouchenaki, 1975, p. 74-76.
  • 24 Robert, ASR, III, 3, 1919, no 324.
  • 25 Aymard, 1935 ; Sichtermann, ASR XII, 2, no 22, p. 96. À propos de l’identification du marbre, Aymar (...)
  • 26 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 145, p. 143-145 ; Wegner, ASR V, 3, 1966.
  • 27 Au musée du Louvre : Baratte ; Metzger, 1985, no 162, p. 249 ; Koch ; Sichtermann, 1983, p. 312, n. (...)
  • 28 Wegner, ASR V, 3, p. 86.
  • 29 Wegner, ASR V, 3, no 224.
  • 30 Sichtermann, ASR XII, 2, no 83, p. 139. cf. supra, n. 17.
  • 31 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 19, p. 90.
  • 32 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 151, p. 151-152.
  • 33 Gauckler, 1895, p. 154 ; Koch ; Sichtermann, 1982, p. 311.
  • 34 De Chaisemartin, 1987, no 129, p. 85-86. Le fragment n’est pas répertorié dans Koch, ASR XII, 6, 19 (...)
  • 35 Koch, ASR XII, 6, no 68, p. 103-104.
  • 36 Matz, ASR IV, 4, 1974, no 270.
  • 37 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, p. 86, note ; Matz, ASR IV, 3, no 176 A.
  • 38 Palma, 1974.
  • 39 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 103, p. 122-124 ; Turcan, 1966, p. 161.

9Si l’on revient aux images elles-mêmes, on note qu’elles sont relativement peu nombreuses. Les sarcophages à strigiles en effet, la forme la plus banale des sarcophages décorés, tiennent une place importante dans le corpus, sur les cuves importées de Rome, mais aussi parmi les sarcophages en kadhel provenant d’ateliers à Carthage même. On est frappé, à l’examen du répertoire mis en œuvre aussi bien sur les sarcophages de Tunisie que sur ceux d’Algérie, par leur diversité et surtout par leur dispersion : un seul thiase marin, par exemple, à Tipasa23, alors que le thème est un des plus répandus dans la mosaïque, un exemplaire de l’histoire de Pélops et d’Hippodamie24, sur le même site [ill. 3], un autre illustrant le mythe de Bellérophon, sur la magnifique cuve de Port-Gueydon (Azeffoun), en Algérie, très certainement un bel exemple de la production des ateliers de Rome, même si le marbre de la cuve a pu être considéré comme un marbre de Numidie, provenant des carrières du djebel Filfila25. Le sarcophage avait été découvert, à la suite de la fouille de ce qui parait avoir été le cellier d’une exploitation agricole, le fundus Fabricianus, cassé en de nombreux morceaux déposés en vrac dans les dolia qui se trouvaient dans la pièce. D’une remarquable qualité, il constitue un des rares exemples dans la sculpture, on le soulignera, d’un thème rare. Mais d’autres, bien plus fréquents dans la production des ateliers romains, ne sont pas mieux représentés : quatre reliefs tout de même sont consacrés aux Muses, l’un à Ghar el Mehl en Tunisie (anciennement Porto Farina)26, l’autre, fragmentaire, de facture manifestement locale, trouvé à Constantine, un sarcophage à clipeus sur lequel le buste du défunt était entouré par des Muses27 (sont conservées Thalie et Melpomène), un autre à Tigzirt28, un autre enfin à Tebessa29. Un seul, celui d’oued R’mel, l’est aux Trois Grâces, une série qui comporte tout de même vingttrois exemplaires, un seul à Endymion, celui provenant de la basilique Sainte-Salsa à Tipasa,30 alors qu’il s’agit d’un des groupes les plus nombreux, puisqu’il compte plus d’une centaine d’exemplaires. En outre la brève énumération qui vient d’être faite correspond à une liste qui est presque exhaustive : on peut y ajouter encore les fragments d’une cuve qui illustrait le massacre des Niobides31, deux sarcophages consacrés aux combats des Grecs et des Amazones, le premier trouvé Borj Messaoudi (Thacia)32, le second à Thagaste33, d’origine incertaine, puisqu’il combine un type romain et une facture influencée par les productions attiques, comme l’a souligné G. Koch ; deux autres, très fragmentaires, sont consacrés à Méléagre, l’un provenant de Sousse34, l’autre de Tébessa, d’époque tétrarchique35. Si l’on compare avec le répertoire des mosaïques, si riche en Afrique, on est frappé en particulier par l’absence presque complète des images bachiques, qui contraste avec leur omniprésence sur les pavements, où elles apparaissent sous les formes les plus diverses. Sur les sarcophages, elles sont très rares, puisqu’on ne compte qu’un seul thiase véritable, celui de Skikda (Philippeville), sur lequel le dieu apparaît dans son char tiré par des centaures clipéophores36, et un fragment de Carthage sur lequel on reconnaît Dionysos et Ariane37, absence que ne compensent guère quelques images apparentées, comme une très intéressante cuve d’enfants découverte à Carthage, à Mçidfa, dans l’area qui précédait ce qui était sans doute la Basilica Maiorum. Ce petit sarcophage inachevé d’origine attique et datable de la fin du IIe siècle, appartient à la série illustrée notamment par un très bel exemplaire d’Ostie38, celle des putti ivres, jouant parfois, comme ici, à se faire peur avec un grand masque de Silène39. Le contraste entre le décor de la vie quotidienne et la sculpture funéraire est donc frappant, et d’autant plus étonnant qu’il y avait là un thème qui aurait pu, tout naturellement, prolonger l’engouement qui se manifestait en Afrique pour le dieu.

ill. 3 - Tipasa, sarcophage de Pélops et d’Hippodamie, détail. Tipasa, musée, Cl. F. Baratte.

ill. 4 - Lemta, sarcophage. Détail du couvercle : chasse au cerf. Musée de Lemta. Cl. F. Baratte.

  • 40 Sur le sarcophage : Amedick, ASR I, 4, no 287, p. 168. Pour une photographie du revers, Himmelmann, (...)
  • 41 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 74, p. 111-112.
  • 42 Bejaoui, 2001 ; Bejaoui, 2002.

10De la même manière, dans un tout autre registre, la chasse également est à peu près absente : on la rencontre sur un sarcophage de Skikda (Philippeville), mêlée assez banalement à une scène pastorale, dans une composition assez soignée, mais certainement d’origine locale, d’autant plus qu’il s’agit d’une chasse au lièvre. Le traitement très plat n’est pas sans évoquer certains revers de sarcophages romains, comme la chasse au lion que l’on trouve sur la face postérieure du sarcophage de P. Caecilius Vallianus, au Museo Gregoriano Profano40. Elle apparaît encore sur un fragment de couvercle d’une cuve chrétienne découverte à Carthage, dans les fouilles de la basilique Damous el Karita : deux cerfs se précipitent dans un filet41. On peut désormais y ajouter le très bel exemplaire découvert intact vers 1980 près de Lemta, Lepti Minus, sur la côte orientale de la Tunisie, sur lequel nous reviendrons plus loin : le couvercle y développe, de part et d’autre de la tabula centrale, les thèmes de la chasse au cerf et du retour de la chasse [ill. 4], développé également sur la cuve de manière originale, d’autant plus que s’intercale entre les participants une scène de Traditio Legis42.

  • 43 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 137, p. 137-139 ; Kranz, ASR V, 4, no 588, p. 287-289 ; Reinsberg,(...)
  • 44 Himmelmann, 1973, p. 3-11. Reinsberg, ASR I, 3, no 141, p. 234 et passim, en particulier p. 154, 15 (...)

11Les autres images liées à la vie humaine ne sont pas non plus très nombreuses. Si l’on reprend la classification retenue pour le corpus des Antiken Sarkophagreliefs, et en examinant d’abord les scènes de ce qu’il est convenu d’appeler la « vita romana », ce sont trois reliefs que l’on peut citer. Le premier, provenant d’Henchir Romana, dans la région de Téboursouk en Tunisie, daté de la fin du IIIe siècle : c’est une scène de dextrarum iunctio qui est insérée entre les Saisons43, dans une composition qui s’attache soigneusement aux effets plastiques, presque statuaires, provenant vraisemblablement d’un atelier africain. Le second fragment, découvert à Belli, près de Tunis, est un fragment de couvercle bien connu, commenté notamment par N. Himmelmann : il s’agit du sarcophage du chevalier C. Statius Celsus, scriba librarius, datés des années 260-270, un des rares sarcophages dont le défunt peut être situé avec quelque précision [ill. 5]. La représentation du défunt apparaissait au moins sur le couvercle ; il en reste un modeste fragment qui le montre en toge, tenant un volumen, précédé d’un licteur et d’un accompagnateur. On peut penser que sur la cuve se développaient des scènes en rapport avec la vie du défunt. Faute de parallèles, on se gardera toutefois de préciser, d’autant plus que l’épitaphe gravée dans la tabula n’évoque qu’un cursus relativement modeste, non pas une carrière de magistrat44. Les fragments du relief conservés soulèvent d’ailleurs une difficulté iconographique, comme l’a souligné N. Himmelmann, puisqu’ils évoquent plutôt un processus consularis, ce qui est évidemment impossible pour Celsus : il y a là, suivant l’expression de C. Reinsberg, une forme d’usurpation qui mérite de retenir l’attention. Quand bien même la cuve aurait porté des scènes plus modestes, mieux adaptées au rang somme toute subalterne de Celsus, on peut se demander si les images du couvercle ne pouvaient pas choquer les contemporains, voire valoir à Celsus, ou plutôt à ses frères, qui lui avaient offert le sarcophage, des ennuis. Ne faudrait-il pas penser, plutôt, que le personnage en toga contubalata, à gauche, qui est sur les autres exemplaires de la série le défunt lui-même, n’est pas, dans ce cas, Celsus.

ill. 5 - Carthage, fragment du couvercle du sarcophage de C. Statius Celsus. Musée du Bardo. D’après Fournet-Pilipenko, 19061-1962.

ill. 6 - Tipasa, sarcophage des Dioscures, détail. Tipasa, parc municipal. Cl. F. Baratte.

  • 45 Reinsberg, ASR I, 3, no 140, p. 233-234.
  • 46 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 165, p. 161-162. Le fragment n’est pas répertorié dans ASR I, 3.

12Mais l’exemplaire le plus imposant en rapport avec la « vita romana » a été retrouvé à Tipasa [ill. 6] : cette cuve de la fin du IIe siècle met en scène sous quatre arcades architecturées un Dioscure à chaque extrémité et, sous les autres arcades, deux images relatives au défunt : d’une part une dextrarum iunctio, d’autre part une scène qui le montre en habits militaires offrant un sacrifice en compagnie de son épouse45. Sans doute doit-on encore ajouter à cette série une cuve fragmentaire46 de provenance inconnue, autrefois dans une collection privée à Hammam Lif avant d’entrer au musée du Bardo : parmi les quatre personnages très incomplètement conservés, on remarque au centre un homme en toge et une femme, face à face de part et d’autre d’une base triangulaire. Le fragment n’avait pas été retrouvé par H. Fournet-Pilipenko, qui l’avait décrit d’après une photographie ; il n’est donc pas possible de contrôler l’original, sur lequel, d’après Mme Fournet-Pilipenko, le togatus serait nu-pieds.

  • 47 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 96, p. 116-118 ; Himmelmann, 1973, p. 24 et 52, no 26 (« Klinen-Ma (...)
  • 48 Cf. n. 16.
  • 49 Wrede, 1981, p. 200, no 13, pl. 18,3, 19, 1-4.

13En ce qui concerne la « vita privata », on ne trouve en Afrique qu’un unique fragment, datant du milieu du IIIe s. : découvert à Carthage47, dans une maison à l’est de la basilique de Dermech I, il constitue l’extrémité gauche d’un relief qui présentait un banquet, encadré, à gauche en tout cas, par un berger portant une brebis sur ses épaules, une composition qui se retrouve sur un sarcophage du Palais des Conservateurs à Rome, malheureusement très fragmentaire lui aussi. La présence du berger, d’un tronc d’arbre et de brebis à côté de la table sur laquelle est posée une volaille dans un plat indique que la scène est censée se passer en plein air. Le mauvais état du fragment rend difficile de savoir si le repas se passait sur une kliné ou autour d’un stibadium. Mais l’intérêt porté directement à la personne du défunt se manifeste surtout, de façon plus banale, à travers un nombre non négligeable de sarcophages sur lequel un clipeus dans lequel apparaît le buste du défunt est porté par des figures ailées, Victoires ou putti. L’exemple le plus monumental, en marbre de Proconnèse et datable aux alentours de 225, provient d’un hypogée d’Hadrumète (Sousse), déjà évoqué48 : le défunt, un jeune garçon, revient à trois reprises, sur la face antérieure et sur les côtés, dans un clipeus porté par deux Amours sur la face principale, dans une guirlande sur les côtés, dans trois costumes différents : en toge tout d’abord, puis en tunique et paludamentum, tenue qui en fait un soldat avant l’heure, allusion aux vertus qu’il aurait sans nul doute manifestées, enfin torse nu, portant une peau de lion sur l’épaule gauche, qui l’assimile ainsi à Hercule49. Deux génies funéraires occupent les angles antérieurs.

ill. 7 - Teboursouk, lénos. Cl. F. Baratte.

  • 50 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, nos 20, 21 et 27, p. 90-92 et p. 98-99.
  • 51 Bejaoui, 1985, p. 25-28.
  • 52 Ballu ; Cagnat, 1903, p. 24, pl. 9,3.
  • 53 Le sarcophage était conservé autrefois à Menzel Bourguiba : Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 140, p (...)
  • 54 Bejaoui, 1985, p. 26 : « sarcophage 3 ».
  • 55 Cf. n. 37.
  • 56 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 22, p. 92-94.
  • 57 Rolley, 1968. Le sarcophage de Carthage est cité p. 211, no 10. L’auteur choisit un terme neutre, « (...)

14Plusieurs autres sarcophages à clipeus, souvent de facture assez maladroite, sont encore connus en Afrique, à Carthage en particulier50 : une petite lénos, locale certainement, a encore été découverte il y a quelques décennies près de Teboursouk, en Tunisie ; on y voit le buste d’un jeune enfant en toge à contabulatio porté par deux putti en vol51 dont on notera l’attitude particulière : pour éviter que l’un des bras ne barre le torse présenté de face, les deux génies passent un bras derrière la tête [ill. 7]. Sur une cuve de Timgad, de la couronne végétale dans laquelle est enfermé le buste du défunt sortent deux rinceaux d’acanthe très charnus, aux extrémités desquels s’insèrent deux putti52. D’autres compositions permettaient d’ailleurs de mettre en valeur la figure du défunt, représenté sur un sarcophage chrétien en buste devant un parapetasma53, ou bien en pied au centre d’un sarcophage à strigiles54, ou encore au centre d’ensembles plus complexes, des Saisons souvent, sur le sarcophage d’Henchir Romana55 ou celui de Carthage dit « de l’enfant docteur »56. Il s’agit là d’un des plus remarquables sarcophages découverts en Afrique, l’un des plus soignés aussi, daté du début du IVe siècle ; sa face montre sur un fond soigneusement structuré aux angles par deux pilastres, puis par deux arbres à gauche, une treille et un arbre à droite, le jeune défunt, au centre [ill. 8] : fille ou garçon, il n’est pas évident de le déterminer d’autant plus que la tête pourrait avoir été sculptée après coup, sans tenir compte nécessairement du vêtement. Il est debout devant une draperie suspendue à deux gros anneaux, entre les quatre Saisons, représentées sous les apparences de jeunes garçons, de gauche à droite le Printemps, l’Été, l’Automne, l’Hiver coiffé d’un bonnet moulant, un faon sur les épaules et un canard dans la main gauche. Le défunt, en pallium, un coffret et un faisceau de rouleaux à ses pieds, est disproportionné par rapport aux Saisons : il ne serait pas étonnant qu’il ait été sculpté après coup, le visage en tout cas. Strictement de face, la tête arrondie, il est coiffé en longues mèches qui coulent derrière les oreilles. Un ruban plat divisé en deux bandes parallèles remonte de l’arrière du crâne, garni de deux rangs de perles, se terminant sur le front par une plaque rectangulaire d’où tombe une pendeloque, un type de bijou souvent mis en rapport, mais sans doute avec quelque excès, avec l’initiation isiaque, ou tout au moins avec les divinités égyptiennes, ou bien plus largement avec le culte des divinités à mystères57 : on peut en retenir qu’il constitue, d’une manière ou d’une autre, un signe religieux et que, de toute manière, du point de vue plastique, la tête du sarcophage témoigne d’une volonté de caractériser précisément le défunt. Le sarcophage est, en tout cas, un bel exemple de la plastique d’époque constantinienne.

ill. 8 - Carthage, sarcophage dit de « l’enfant docteur ». Musée du Bardo. D’après Fournet-Pilipenko, 1961-1962.

ill. 9 - Borj el Hatab, sarcophage d’Ovillia Junia, détail : l’Hiver. Localisation inconnue. D’après Fournet-Pilipenko, 1961-1962.

  • 58 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 152, p. 152-153.
  • 59 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 4, p. 83-86.

15Mais le groupe sans doute le plus nombreux parmi les sarcophages africains à décor figuré est sans aucun doute celui des Saisons. Le sarcophage de l’enfant docteur en est un bel exemple, mais on observe que la série est représentée sur une longue période de temps, depuis le sarcophage d’Henchir Romana, à la fin du IIe siècle, jusqu’au IVe siècle, période pendant laquelle le thème parait avoir joui d’une faveur certaine. On peut ainsi ajouter au relief de l’enfant docteur deux exemplaires à colonnes, très proches l’un de l’autre : à celui aux Trois Grâces de Sainte-Marie du Zit, Oued R’mel, daté vers 300, s’ajoute en effet un exemplaire très fragmentaire découvert dans la basilique II de Sbeitla58, certainement contemporain, mais dans lequel les divinités mythologiques sont remplacées par le défunt en pallium. Une place particulière doit être faite à l’étonnant sarcophage d’Ovillia Junia, découvert à Bordj el Hatab (Tunisie)59. Il présente sur un fond lisse strictement encadré par deux pilastres stylisés les quatre Saisons sous la forme de garçonnets potelés, de face, en assez faible relief. Ils encadrent une riche couronne végétale faite d’épis et de fruits, qui assume manifestement un caractère saisonnier. Les figures sont traitées de manière très savoureuse, non sans un certain talent : l’Hiver en est un bel exemple, emmitouflé dans son manteau serré autour de la tête, une houe dans la main gauche [ill. 9]. L’Été tient une gigantesque faucille : on y verra volontiers le produit d’un atelier africain de qualité, travaillant lui aussi dans la première moitié du IVe siècle.

  • 60 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 117, p. 129-130.
  • 61 Parrish, 1984.

16À côté de ces exemplaires de qualité, on relève encore l’existence d’autres reliefs, souvent de facture médiocre, qui illustrent le même thème : citons, parmi d’autres, un fragment de Carthage, assez caractéristique60. Il s’agit là de produits non seulement locaux, mais sortis des mains de sculpteurs peu experts, mal à l’aise avec le travail de la pierre comme avec l’iconographie même des Saisons. Il n’en demeure pas moins que la relative abondance de cette série et le fait même qu’il y ait de nombreuses imitations sur place, qui se prolongent encore à la fin de l’Antiquité, s’accordent bien, cette fois, avec l’intérêt qui s’exprime sur les mosaïques africaines, donc dans le décor de la vie quotidienne, pour toutes les images en rapport avec le temps, notamment les Saisons61. Nous en trouvons dans le domaine funéraire une nouvelle manifestation d’autant plus remarquable qu’elle se combine souvent avec l’effigie du défunt, ou avec une inscription qui l’évoque. On touche sans doute là un trait profond de la mentalité des « Africains », de ceux en tout cas qui s’expriment à travers ces images.

ill. 10 - Lemta, sarcophage : scènes de chasse et scène de Traditio Legis. Musée de Lemta. Cl. F. Baratte.

  • 62 C’est ce que fait, par exemple, brièvement, G. Koch dans la liste qu’il donne dans Koch, 1977, p. 2 (...)
  • 63 Bejaoui, 2001 ; Bejaoui, 2002.

17On comprend là sans équivoque que si les sarcophages à décor figuré ne constituent pas en Afrique un moyen d’expression privilégié, dans une région où, nous l’avons dit, les images se répandent sur d’autres supports, ils peuvent néanmoins constituer un support d’idées et de sentiments qui n’est pas négligé. On pouvait faire venir de l’Urbs des produits de haute qualité, spectaculaires, comme le sarcophage de Port-Gueydon, pour affirmer sa participation à la culture du centre de l’empire et donc sa place dans la société, ou bien les imiter plus ou moins habilement, au point que, parfois, nous pouvons nous interroger sur l’origine exacte de quelques-uns des plus beaux exemplaires que nous avons évoqués, comme le sarcophage aux Saisons de Sbeitla, celui d’Henchir Romana, la petite cuve aux putti ivres de Carthage, ou même le sarcophage de l’enfant docteur62. Le fait que l’on puisse hésiter ainsi pour des pièces majeures met évidemment en lumière le talent de sculpteurs qui auraient été capables d’assimiler presque parfaitement la manière de faire de leurs confrères romains ; il n’y a là à vrai dire rien qui doive étonner : on a bien mis en évidence depuis longtemps les rapports étroits et privilégiés qui existent, dans le domaine de la ronde-bosse et dans celui du portait notamment, entre l’Urbs et l’Afrique. Mais on reconnaît aussi la capacité créatrice de ces mêmes sculpteurs, à même d’élaborer, sur les sarcophages de Bordj el Hatab ou d’Henchir Romana par exemple, des compositions novatrices et de qualité. L’un des exemples les plus spectaculaires en est sans aucun doute le sarcophage de Lemta déjà signalé [ill. 10] : il s’agit certainement du produit d’un atelier africain, comme le montrent quelques détails particuliers des scènes de chasse sur le couvercle et sur la cuve, le retour notamment qui met en scène une femme tenant un petit animal ; mais c’est aussi la répétition des mêmes personnages, désignés par des noms assurément africains, et l’insertion très étonnante, presque absurde, au milieu des chasseurs d’une scène de Traditio Legis63 qui manifestent que les reliefs ne peuvent être attribués à un atelier de l’Urbs.

ill. 11 - Sidi bou Saïd, sarcophage à clipeus. Musée du Bardo. Cl. F. Baratte.

ill. 12 - Ucubi. Personnage au repos. Musée du Bardo. D’après Fournet-Pilipenko, 1961-1962.

  • 64 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 20, p. 90-91.
  • 65 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 143, p. 141-142.
  • 66 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 163, p. 159.
  • 67 Picard, 1946, en particulier p. 446-452.
  • 68 Déjà Fournet-Pilipenko, 1961-1962, p. 159 « une simple scène pastorale ». Plus en détail : Sichterm (...)
  • 69 Sichtermann, ASR XII, 2, no 102, p. 155.

18Certes, les imitations peuvent être fort grossières, si l’on en juge par le sarcophage à clipeus découvert à Sidi Bou Saïd64, pour lequel ni le sculpteur, ni son commanditaire ne devaient s’attacher à la qualité du résultat [ill. 11]. On en vient même, sur le sarcophage chrétien d’Hammam Lif (Naro), à un décor – des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, accompagnées de légendes et disposées sur le couvercle – entièrement gravé65. Mais ce sont souvent les reprises les plus maladroites qui révèlent les préoccupations réelles de ceux qui choisissaient un sarcophage à décor figuré. On retiendra ainsi l’exemple du sarcophage d’Ucubi, au musée du Bardo [ill. 12], daté de la in du IIIe ou du début du IVe siècle, sur lequel une grande figure masculine couchée occupe une partie du panneau, dans un paysage champêtre, encadrée par deux génies funéraires66. Le thème évoque évidemment Endymion67, mais l’analyse montre clairement qu’il ne peut en être ainsi68 : on a à faire à un personnage au repos (le geste n’est pas celui du sommeil), sans qu’on puisse aller plus loin dans l’interprétation de la scène, et comprendre sa signification éventuelle. On trouve déjà à Rome, au palais Braschi, un exemplaire analogue dans la mesure où le défunt est représenté comme un Endymion aux proportions démesurées, seul, entre deux groupes bachiques de moindres dimensions69. Qu’en était‑il à Ucubi ? Si le personnage allongé doit être le défunt, peut-être ne faut-il pas écarter trop catégoriquement une contamination, même lointaine, avec la figure du berger mythique.

  • 70 Bourghida-M’charek, 2009.
  • 71 Koch, 1977b, p. 388-390 ; Koch ; Sichtermann, 1982, p. 565, fig. 562.

19Le second exemple est celui d’un couvercle fragmentaire récemment découvert avec des fragments d’un autre sarcophage orné de deux putti debout soutenant un clipeus à Henchir Ain Jannet par Mme F. Bourghida-M’Charek dans un mausolée d’une petite ville non identifiée du pagus Gunzuzi, en Tunisie centrale, la respublica Totiensium70. Certainement d’origine locale, sa présentation est étonnante. Il s’agit d’un couvercle à double pente, couvert de larges tuiles avec couvre-joints. Sur l’une des pentes sont sculptées deux personnages en fort relief, couchées côte à côte ; le premier, à droite, est certainement une face ; on peut hésiter pour le second, dont le torse, plus redressé, parait très plat. Les têtes ont été brisées. Les deux personnages portent une tunique à longues manches, très plissée. Ils ne sont pas exactement dans la même attitude, mais le plus à gauche ayant les bras cassés, il n’est pas facile de reconnaître le geste qu’il faisait. La femme à droite tient une lourde guirlande de fleurs, comme, sans doute, le personnage de gauche. On connait parmi les sarcophages d’Afrique quelques autres exemples de couvercles à double pente dont le décor imite une toiture de tuiles. Mais la présence des deux personnages est tout à fait insolite : nous ne savons pas les identifier : s’agit-il de défunts, comme le suggérerait leur attitude, ou de figures mythologiques ? Des acrotères sont ici évidemment exclus. Nous ne connaissons pas davantage de parallèles, en Afrique ou hors d’Afrique, à l’exception, bien lointaine, d’un curieux sarcophage provenant de Beyrouth, conservé à Washington, au couvercle en double pente à écailles, qui a été retravaillé pour y sculpter en très bas relief, au centre d’une des pentes, le couple de défunts sur un lit71.

20Il y a là une création originale, qui montre de manière spectaculaire à la fois la capacité d’invention des artisans et la manière dont ils se sont parfois appropriés les sarcophages, même en dehors des grands centres urbains. C’est bien l’enseignement que l’on peut retirer de l’examen de l’ensemble de ce dossier.

Bibliographie

Amedick, ASR I, 4, 1991 : Amedick Rita, Vita privata auf Sarkophagen, Rome.

Aymard, 1935 : Aymard Jacques, La légende de Bellérophon sur un sarcophage du musée d’Alger, MEFR, 52, 1935, p. 143-184.

Ballu, 1919 : Ballu Albert, Rapport sur les travaux de fouilles et de consolidations exécutés en 1918 par le service des Monuments historiques de l’Algérie, Alger.

Ballu ; Cagnat, 1903 : Ballu Albert, Cagnat René, Le musée de Timgad, Paris.

Baratte, 1999 : Baratte François, À propos du portrait privé dans l’Afrique romaine, dans Numismatique, langues, écriture et arts du livre, spécificité des arts figurés. Actes du VIIe colloque international. Nice, 21-23 octobre 1996, Paris, p. 281-300.

Baratte, 2007 : Baratte François, À propos des sarcophages dans l’Afrique romaine : thèmes et ateliers, dans Akten des Symposiums des Sarkophag-Corpus 2001. Marburg 2001, Koch, Guntram (ed)., Mayence, p. 241-250.

Baratte ; Metzger, 1985 : Baratte François, Metzger Catherine, Catalogue raisonné des sarcophages en pierre d’époque romaine et paléochrétienne, Paris.

Bejaoui, 1985 : Bejaoui Fathi, Sarcophages inédits de Tunisie, CEDAC Carthage, 6, mars 1985.

Bejaoui, 2001 : Bejaoui Fathi, dans Landes ; Ben Hassen, 2001, no 52, p. 150.

Bejaoui, 2002 : Bejaoui Fathi, Le sarcophage de Lemta, dans Koch, 2002, p. 13-18.

Bouchenaki, 1975 : Bouchenaki Mounir, Fouilles de la nécropole occidentale de Tipasa (Matarès), 1968-1972, Alger.

Bourghida-M’charek, 2009 : Bourghida-M’Charek Fathia : Reliefs funéraires inédits de Henchir Ain Jannet (antique Totia) dans le Haut-Tell tunisien, dans Les ateliers de sculpture régionaux : techniques, styles et iconographie. Actes du Xe colloque international sur l’art provincial romain, Arles et Aix-en-Provence, 21-23 mai 2007, Gaggadis-Robin, Vassiliki-Reddé, Michel (ed.), Aix-en-Provence, 2009.

Brogan ; Smith, 1984 : Brogan Olwen ; Smith D. J., Ghirza, a Libyan settlement in the roman period, Tripoli.

Carcopino, 1929 : Carcopino Jérôme, Le tombeau de Lambiridi et l’hermétisme, RA, 2, 1922, p. 211-301.

Chaisemartin, 1987 : Chaisemartin Nathalie de, Les sculptures romaines de Sousse et des sites environnants, CEFR 102, Rome.

Chamoux, 1962 : Chamoux François, Perdiccas, dans Hommages à Albert Grenier, Renard Marcel (éd.), Latomus, 58, 1962, p. 384-396.

Christern, 1968 : Christern Jurgen, Basilika und Memorie der heiligen Salsa in Tipasa, Bulletin d’archéologie algérienne, 3, 1968, p. 193-258.

Christern-Briesenick, 2003 : Christern-Briesenick Brigitte, Repertorium der christlich-antiken Sarkophage, III. Frankreich, Algerien, Tunesien, Mayence.

Das Königreich der Vandalen, 2009 : Erben des Imperiums in Nordafrika. Das Königreich der Vandalen, catalogue d’exposition, Badisches Landemuseum Karlsruhe.

Duval ; Cintas, 1978 : Duval Noël ; Cintas Marcel, Etudes d’archéologie chrétienne nord-africaine. VI. Basiliques et mosaïques funéraires de Furnos Minus, MEFRA, 90, 1978, p. 907-915.

Ferchiou, 1976 : Ferchiou Naidé, Une carrière régionale en Afrique : Keddel. La carrière, le sanctuaire, la production, Römische Mitteilungen, 83, 1976, p. 376-402.

Ferchiou, 1989 : Ferchiou Naidé, Le mausolée de Q. Apuleus Maxssimus à El Amrouni, PBSR, 57, 1989, p. 48-49.

Fournet-Pilipenko, 1961-1962 : Fournet-Pilipenko Hélène, Sarcophages romains de Tunisie, Karthago, 11, 1961-1962, p. 78-166.

Gauckler, 1895 : Gauckler Paul, Musée de Cherchel, Paris.

Gonzenbach, 1969 : Gonzenbach Victorine von, Der griechisch-römische Scheitelschmuck und die Funde von Thasos, BCH, 93, 1969, p. 885-945.

Gsell, 1894 : Gsell Stéphane, Tipasa, ville de la Maurétanie Césarienne, MEFR, 14, 1894, p. 431-448.

Himmelmann, 1973 : Himmelmann Nikolaus, Typologische Untersuchungen an römischen Sarkophagreliefs des 3. und 4. Jahrhunderts n. Chr., Mayence.

Koch, ASR XII, 6, 1975 : Koch Guntram, Meleager, ASR, XII, 6, Berlin.

Koch, 1977a : Koch Guntram, Ein Endymionsarkophag in Arles, Anhang, Bonner Jahrbücher, 177, 1977, p. 263-265.

Koch, 1977b : Koch Guntram, Archaölogischer Anzeiger, 1977, p. 388-392.

Koch, 2002 : Akten des Symposiums « Frühchristliche Sarkophage ». Marburg, 30. 6.-4. 7. 1999, Koch, Guntram (ed.), Mayence.

Koch ; Sichtermann, 1982 : Koch Guntram, Sichtermann Hellmut, Römische Sarkophage, Munich.

Koortbojian, 1995 : Koortbojian Michael, Myth, Meaning and Memory on Roman Sarcophagi, Berkeley.

Kranz, ASR V, 4, 1984 : Kranz Peter, Jahreszeiten-Sarkophage, Berlin.

Landes ; Ben Hassen, 2001 : Landes Christian ; Ben Hassen Habib (ed.), Tunisie : du christianisme à l’Islam. IVe-XIVe siècle, catalogue d’exposition, Lattes.

Laporte, 2001 : Laporte Jean-Pierre, Un hypogée de Sousse et une mosaïque de Thésée et du Minotaure, BSNAF, 2001, p. 56-69.

Matz, ASR IV, 1-4, 1968-1974 : Matz Friedrich, Die dionysischen Sarkophage, ASR IV, 1-4, Berlin.

Metzger, 2002 : Metzger Catherine, Les sarcophages chrétiens d’Afrique du Nord, dans Akten des Symposiums « Frühchristliche Sarkophage ». Marburg, 30. 6.-4. 7. 1999, Koch (ed.), Mayence, 2002, p. 153-155.

Palma, 1974 : Palma Beatrice, Il sarcofago attico con tiaso di fanciulli dall’Isola Sacra, Rome.

Parrish, 1984 : Parrish David, Season Mosaics of Roman North Africa, Rome.

Picard, 1946 : Picard, Gilbert-Charles, Le mysticisme africain, CRAI, 1946, p. 443-466.

Picard ; Le Bonniec ; Mallon, 1970 : Picard Gilbert Charles ; Le Bonniec Henri ; Mallon Jean, Le cippe de Beccut, Antiquités Africaines 4, 1970, p. 125-164.

Pikhaus, 1994 : Pikhaus Dorothy, Répertoire des inscriptions versifiées de l’Afrique romaine, I, Bruxelles.

Reinsberg, ASR I, 3, 2006 : Reinsberg Carola, Vita-Romana Sarkophage, ASR I, 3, Berlin.

Robert, ASR III, 3, 1919 : Robert Carl, Einzelmythen, 3, Berlin.

Roda, 1998 : Rodà Isabel, Sarcofagos cristianos de Tarragona, dans Akten des Symposiums « 125 Jahre Sarkophag-Corpus », Koch, Guntram (ed.), Mayence, p. 150-161.

Rolley, 1968 : Rolley Claude, Les cultes égyptiens à Thasos : à propos de quelques documents nouveaux, BCH, 92, 1968, p. 187-219.

Rolley, 1970 : Rolley Claude, Nattes, rubans et pendeloques, BCH, 94, 1970, p. 551-565.

Sichtermann, 1966 : Sichtermann Hellmut, Späte Endymion-Sarkophage : methodisches zur Interpretation, Baden-Baden.

Sichtermann, ASR XII, 2, 1992 : Sichtermann Hellmut, Die mythologischen Sarkophage. 2. Apollon bis Grazien, Berlin

Sintès ; Rebahi, 2003 : Sintès Claude ; Rebahi Ymouna (dir.), Algérie antique, catalogue de l’exposition, 26 avril-17 août 2003, Musée de l’Arles et de la Provence antique.

Turcan, 1966 : Turcan Robert, Les sarcophages romains à représentations dionysiaques, Rome, Befar 210.

Turcan, 1999 : Turcan Robert, Messages d’outre-tombe : l’iconographie des sarcophages romains, Paris.

Turcan, 2003 : Turcan Robert, Études d’archéologie sépulcrale. Sarcophages romains et gallo-romains, Paris.

Wegner, ASR V, 3, 1966 : Wegner Max, Die Musensarkophage, ASR V, 3, Berlin.

Wrede, 1981 : Wrede Hening, Consecratio in formam deorum. Vergöttlichte Privatpersonen in der römischen Kaiserzeit, Mayence.

Zanker, 1983 : Zanker Paul, Provinzielle Kaiserporträts. Zur Rezeption der Selbstdarstellung des Princeps, Bayerische Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse. Abhandlungen, N. F. 90, Munich.

Zanker ; Ewald, 2004 : Zanker Paul ; Ewald Björn Christian, Mit Mythen leben. Die Bilderwelt der römischen Sarkophage, Munich.

Notes

1 Turcan, 1996 ; Turcan, 1999 ; Turcan, 2003. Pour une appréciation différente : Zanker ; Ewald, 2006.

2 Traduction Bible de Jérusalem.

3 CIL VIII, 434 = ILTun 426. Pikhaus, 1994, p. 46, B 43 ; Koortbojian, 1995, p. 124 ; Baratte, 1999, p. 281-282.

4 Petrone, Satiricon, 71.

5 Une liste des sarcophages de Tipasa est donnée par Gsell, 1894, p. 431-448.

6 Fournet-Pilipenko, 1961-1962. Une liste commode des sarcophages importés de Rome dans Koch, 1977, p. 263-265. Également Baratte, 2007. Les sarcophages chrétiens, sur lesquels nous ne reviendrons pas ici, ont été présentés dans Metzger, 2002 et par Christern-Briesenick, 2003, p. 274-298.

7 Ferchiou, 1976. Pour les rapports entre les ateliers de Carthage et la péninsule ibérique, par exemple Roda, 1998, p. 158-161.

8 On lira par exemple les remarques de Zanker, 1983, p. 30-38.

9 Présentation du dossier par G. Koch, dans Koch ; Sichtermann, 1982, p. 311-313.

10 Représentation des Rosalia : Picard-Le Bonniec-Mallon, 1970, fig. 6 et 7.

11 Brogan ; Smith, 1984.

12 Ferchiou, 1989.

13 Ballu, 1919 ; Carcopino, 1922 ; Chamoux, 1962 ; Sintes ; RebahI, 2003, no 132, p. 258-259 (M. Blanchard-Lemée, N. Abdelouahab).

14 Autre exemple sur un sarcophage chrétien découvert à Damous el-Karita : Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 49, p. 106.

15 Carcopino, 1922, p. 217.

16 Le dossier de cet hypogée a été repris récemment de manière détaillée par Laporte, 2001. Sur le sarcophage : Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 134, p. 136-137 ; De Chaisemartin, 1987, no 128, p. 84-85 (datation : début du IIIe s. Pour F. Braemer : fin de l’époque sévérienne : Laporte, 2001, p. 69).

17 Le dossier a été récemment repris par N. Duval, « Le mausolée de Blossius ou de Blossus (fouille de 1898) », dans Duval ; Cintas, 1978, p. 907-915.

18 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 158 (sarcophage de Victoria) et 159.

19 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 60, p. 108.

20 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 101, p. 121. Sur la tombe et les bijoux : Ch. Egger, « Das Grab einer vornehmen Vandalin », dans Das Königreich der Vandalen, 2010, p. 358-360.

21 Gsell, 1894, p. 447-448 ; Christern, 1968, p. 236-237 ; Sichtermann, ASR XII, 2, no 83, p. 139.

22 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 148, p. 146-149 ; Kranz, ASR V, 4, 1984, no 586, p. 287 ; Sichtermann, ASR XII, 2, no 172, p. 180.

23 Bouchenaki, 1975, p. 74-76.

24 Robert, ASR, III, 3, 1919, no 324.

25 Aymard, 1935 ; Sichtermann, ASR XII, 2, no 22, p. 96. À propos de l’identification du marbre, Aymard, 1935, p. 148.

26 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 145, p. 143-145 ; Wegner, ASR V, 3, 1966.

27 Au musée du Louvre : Baratte ; Metzger, 1985, no 162, p. 249 ; Koch ; Sichtermann, 1983, p. 312, n. 17.

28 Wegner, ASR V, 3, p. 86.

29 Wegner, ASR V, 3, no 224.

30 Sichtermann, ASR XII, 2, no 83, p. 139. cf. supra, n. 17.

31 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 19, p. 90.

32 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 151, p. 151-152.

33 Gauckler, 1895, p. 154 ; Koch ; Sichtermann, 1982, p. 311.

34 De Chaisemartin, 1987, no 129, p. 85-86. Le fragment n’est pas répertorié dans Koch, ASR XII, 6, 1975.

35 Koch, ASR XII, 6, no 68, p. 103-104.

36 Matz, ASR IV, 4, 1974, no 270.

37 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, p. 86, note ; Matz, ASR IV, 3, no 176 A.

38 Palma, 1974.

39 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 103, p. 122-124 ; Turcan, 1966, p. 161.

40 Sur le sarcophage : Amedick, ASR I, 4, no 287, p. 168. Pour une photographie du revers, Himmelmann, 1973, pl. 27.

41 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 74, p. 111-112.

42 Bejaoui, 2001 ; Bejaoui, 2002.

43 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 137, p. 137-139 ; Kranz, ASR V, 4, no 588, p. 287-289 ; Reinsberg, ASR I, 3, no 142, p. 234 (groupe central).

44 Himmelmann, 1973, p. 3-11. Reinsberg, ASR I, 3, no 141, p. 234 et passim, en particulier p. 154, 158-159.

45 Reinsberg, ASR I, 3, no 140, p. 233-234.

46 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 165, p. 161-162. Le fragment n’est pas répertorié dans ASR I, 3.

47 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 96, p. 116-118 ; Himmelmann, 1973, p. 24 et 52, no 26 (« Klinen-Mahl ») ; Amedick, ASR I, 4, no 253, p. 162 (« Stibadium-Mahl »).

48 Cf. n. 16.

49 Wrede, 1981, p. 200, no 13, pl. 18,3, 19, 1-4.

50 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, nos 20, 21 et 27, p. 90-92 et p. 98-99.

51 Bejaoui, 1985, p. 25-28.

52 Ballu ; Cagnat, 1903, p. 24, pl. 9,3.

53 Le sarcophage était conservé autrefois à Menzel Bourguiba : Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 140, p. 140-141 ; Kranz, ASR V, 4, no 544, p. 277 ; Christern-Briesenick, 2003, no 644, p. 295-296.

54 Bejaoui, 1985, p. 26 : « sarcophage 3 ».

55 Cf. n. 37.

56 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 22, p. 92-94.

57 Rolley, 1968. Le sarcophage de Carthage est cité p. 211, no 10. L’auteur choisit un terme neutre, « enfant », sans trancher sur le sexe. Von Gonzenbach, 1969. Le sarcophage est cité p. 945, no 41. L’auteur penche pour un portrait de jeune fille. Rolley, 1970, dans lequel l’auteur propose une interprétation plus nuancée.

58 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 152, p. 152-153.

59 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 4, p. 83-86.

60 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 117, p. 129-130.

61 Parrish, 1984.

62 C’est ce que fait, par exemple, brièvement, G. Koch dans la liste qu’il donne dans Koch, 1977, p. 263-265, en particulier n. 65, ou pour le sarcophage aux Amazones de Cherchel.

63 Bejaoui, 2001 ; Bejaoui, 2002.

64 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 20, p. 90-91.

65 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 143, p. 141-142.

66 Fournet-Pilipenko, 1961-1962, no 163, p. 159.

67 Picard, 1946, en particulier p. 446-452.

68 Déjà Fournet-Pilipenko, 1961-1962, p. 159 « une simple scène pastorale ». Plus en détail : Sichtermann, 1966 ; Sichtermann, ASR XII, 2, p. 57-58.

69 Sichtermann, ASR XII, 2, no 102, p. 155.

70 Bourghida-M’charek, 2009.

71 Koch, 1977b, p. 388-390 ; Koch ; Sichtermann, 1982, p. 565, fig. 562.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - Tipasa, fragment d’un sarcophage représentant l’histoire de Séléné et d’Endymion, ayant servi de cénotaphe de sainte Salsa. D’après Christern 1968.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende ill. 2 - Oued R’mel (Sainte-Marie du Zit) : sarcophage des Trois Grâces, remployé dans le baptistère de la basilique paléochrétienne. Musée du Bardo. Cl. F. Baratte.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende ill. 3 - Tipasa, sarcophage de Pélops et d’Hippodamie, détail. Tipasa, musée, Cl. F. Baratte.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende ill. 4 - Lemta, sarcophage. Détail du couvercle : chasse au cerf. Musée de Lemta. Cl. F. Baratte.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende ill. 5 - Carthage, fragment du couvercle du sarcophage de C. Statius Celsus. Musée du Bardo. D’après Fournet-Pilipenko, 19061-1962.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7120/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende ill. 6 - Tipasa, sarcophage des Dioscures, détail. Tipasa, parc municipal. Cl. F. Baratte.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7120/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende ill. 7 - Teboursouk, lénos. Cl. F. Baratte.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7120/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende ill. 8 - Carthage, sarcophage dit de « l’enfant docteur ». Musée du Bardo. D’après Fournet-Pilipenko, 1961-1962.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7120/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende ill. 9 - Borj el Hatab, sarcophage d’Ovillia Junia, détail : l’Hiver. Localisation inconnue. D’après Fournet-Pilipenko, 1961-1962.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7120/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende ill. 10 - Lemta, sarcophage : scènes de chasse et scène de Traditio Legis. Musée de Lemta. Cl. F. Baratte.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7120/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende ill. 11 - Sidi bou Saïd, sarcophage à clipeus. Musée du Bardo. Cl. F. Baratte.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7120/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende ill. 12 - Ucubi. Personnage au repos. Musée du Bardo. D’après Fournet-Pilipenko, 1961-1962.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7120/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 248k

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540