Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Iconographie funéraire romaine et société

 | 
Martin Galinier
, 
François Baratte

Contextes archéologique et iconographique

À vendre. Les sarcophages romains dans les ateliers

Suggestions méthodologiques

Martin Galinier

Texte intégral

  • 1 Turcan, 1978, p. 1721. Ou encore (p. 1709) : « le "programme" iconographique des marbriers et ce qu (...)
  • 2 Koch, 1993, p. 58 : douze mille sarcophages impériaux, tous ateliers confondus ; six mille romains, (...)
  • 3 Turcan, 1978, p. 1720. Ou encore et inversement (p. 1703) : « En revanche, le petit nombre des moti (...)

1Observer l’iconographie funéraire romaine, et en particulier celle des sarcophages impériaux, ne peut se faire sans que la question de sa signification ne vienne à l’esprit. Comme l’a énoncé Robert Turcan : « Il s’agit de savoir ce qui, primairement, a commandé le choix de ces thèmes mythiques, même si ultérieurement et occasionnellement les exégèses ont proliféré »1. Or, une des particularités du corpus issus des ateliers romains (environ six mille pièces) est la coexistence de thèmes « réalistes » (vie quotidienne, métiers, scènes de vie publique et privée) et de thèmes « mythiques »2. Ces derniers, pour la plupart tirés des traditions grecques, ont retenu l’attention de par les difficultés d’interprétation qu’ils posent dans le contexte funéraire. Je cite encore une remarque de R. Turcan dans son article de 1978, prolongement de l’ouvrage de 1942 de Franz Cumont, Recherches sur le symbolisme funéraire des Romains dont nous a parlé Jean-Charles Balty dans l’Introduction de ce colloque : « Quelles doctrines de l’âme peuvent bien s’être greffées sur tant de mythes scabreux, scandaleux ou sanguinaires ? »3.

  • 4 Ibid., p. 1726 : « On doit remarquer d’abord que si presque tous les mythes sculptés sur les sarcop (...)
  • 5 Actéon : 1 exemplaire et des fragments (période : 130 après J.‑C.) ; Ilioupersis : 1 exemplaire (17 (...)
  • 6 Millin, 1806, p. 482-484, pour les deux extraits qui suivent.

2La question du choix iconographique et de sa motivation est au cœur des interrogations4, surtout au regard de mythes centrés sur l’extermination d’une famille (les Niobides, Médée, Œdipe) ou d’une cité (l’Ilioupersis et la famille de Priam, les Sept contre Thèbes), présents sur des cuves destinées à honorer la mémoire d’un défunt. Ces scènes de dislocation familiale (infanticide, matricide, parricide, adultère) ont cependant été réalisées par les officines5 puis achetées par un client et disposées dans un tombeau. Quel message, forcément en rapport avec la fonction sépulcrale, y trouvait l’acheteur ? Le parallélisme entre destin du défunt et personnage mythique a été fait très tôt. Ainsi Aubin-Louis Millin écrivait-il en 18066 :

« Les bas-reliefs qui décorent les sarcophages sont quelquefois purement de fantaisie ; ils offrent des traits de la fable ou de l’histoire qui n’ont aucun rapport à la cessation de la vie, tels que les géans (sic) foudroyés par Jupiter, Achille reconnu par Ulysse parmi les filles de Lycomède, Vénus surprise dans les bras de Mars par Vulcain, Oreste matricide poursuivi par les Furies ; des combats de Centaures et de Lapithes ; mais le plus souvent les bas-reliefs tirés également de la mythologie ou de l’histoire héroïque ont un rapport plus marqué avec leur destination ; ils rappellent les aventures tragiques de quelques illustres familles des temps héroïques, les sujets de douleur des dieux même, et semblent inviter par la représentation de ces grandes calamités, les parens (sic) et les amis de celui que renferme ce froid monument à recevoir quelque consolation, en pensant que les hommes parvenus au faîte de la gloire et des dignités, que les dieux même ne sont pas exempts de semblables peines. C’est ainsi que dans l’Iliade, Achille voyant à ses pieds le vieux Priam abaissé par la Fortune au point de baiser la main qui a porté le coup mortel à son fils chéri, lui raconte l’histoire déplorable des Niobides, pour calmer sa douleur par le récit d’un malheur encore plus grand que le sien [Iliade XXIV, vers 599 et suivants] ».

3Le commentateur napoléonien poursuit en associant héros mythique et type de deuil (les termes soulignés correspondent à sa « typologie ») :

« Sur le sarcophage d’un jeune guerrier mort dans sa première campagne, après avoir quitté sa jeune et tendre épouse, presqu’au premier moment d’un hymen fortuné, on voit Protésilas prenant congé de Laodamie pour suivre l’armée des Grecs, où il payera de sa vie l’honneur d’être descendu le premier sur le rivage troyen. ( ) Sur la tombe d’un jeune homme passioné (sic) pour la chasse, on sculptoit les aventures d’Actéon. Souvent le jeune guerrier est caractérisé par quelque héros de l’antiquité [suivent les exemples de Hippolyte, Phaëton, Patrocle, Achille, Hector, Priam, Méléagre, Antiloque, les Niobides]. La mort d’une jeune princesse est retracée par la fin tragique de Créuse consumée par la robe empoisonnée, présent funeste de Médée, sa rivale. Si le jeune homme étoit dans la première adolescence, son tombeau retrace à ses parents l’aventure d’Hylas ( ). Si ce n’étoit encore qu’un enfant, le monument rappelle l’aventure du jeune Opheltès qu’Hypsipyle avoit couché sur des plantes ( ). Souvent aussi par une ingénieuse allégorie, les artistes représentoient le sommeil de celui ou de celle qui dormoit éternellement dans le sarcophage, par quelque sommeil célèbre dans la mythologie ou dans l’histoire héroïque [suivent les exemples d’Endymion, Thétis et Pélée, Ariadne]. L’idée de l’enlèvement par quelque dieu étoit allégorique chez les anciens, comme celle du sommeil pour désigner la mort. Si un jeune homme ou une jeune fille, célèbres par leur beauté, étoient mort à la fleur de l’âge, on disoit que quelque dieu les avoit enlevés à la terre [suivent les mythes de Ganymède, Pélops, Proserpine, les Leucippides]. La mort moissonnant une jeune personne d’un courage au-dessus de son sexe, a été représentée par Penthésilée expirant dans les bras d’Achille qui l’a tuée ; sur le sarcophage d’une mère chérie, et d’un fils sensible et reconnoissant, on représentoit Bacchus ramenant du séjour des morts sa mère Sémélé (...). [Suivent des explications pour Prométhée, Hercule, les Baccanales, les Néréides, les Muses, les scènes de métier et de chasse, puis les sarcophages chrétiens] ».

  • 7 Par exemple Bayet 1922-1923.
  • 8 Cumont, 1966, p. 17 : « [à propos du mythe d’Actéon] Dirons-nous que cette fable rappelle le châtim (...)
  • 9 Elsner 2011, p. 9-11.
  • 10 Turcan, 1999, p. 43 (à propos de Médée et Créüse en particulier).
  • 11 Galinier, 2008.

4Les intitulés d’A.‑L. Millin ne sont assurément plus les nôtres, d’autres typologies ont été proposées depuis7, jusqu’à l’ouvrage fondamental de Franz Cumont8 aujourd’hui remis en question9. En 1999, R. Turcan précisait ainsi qu’en l’absence de « connotation eschatologique évidente (...) c’est l’amour meurtrier qui est au centre de la représentation »10. Pour ma part, j’ai proposé ailleurs11 de comprendre certains thèmes étonnants par le double sens de monere, verbe qui a donné monumentum et memoria et qui signifie à la fois « se souvenir » et « avertir ». Avertir de quoi ? – et pour répondre à cette interrogation : si mise en garde il y avait par le biais de ces mythes sanguinaires, à qui s’adressait-elle ?

5Comme son titre l’indique, cet article vise à définir une méthode d’analyse des sarcophages romains et à la valider par confrontation avec le corpus. Je partirai donc des normes juridiques encadrant funus et sepulcrum à Rome (1. Normes rituelles et sociales : sepulcrum et monumentum) puis, après avoir identifié les valeurs romaines fondamentales à l’œuvre dans le domaine funéraire mais pas seulement (2. Pietas et oblivium), j’essaierai d’analyser les difficultés posées par certains documents et d’en tirer des principes méthodologiques visant à leur résolution (3. Réflexions contemporaines), enfin je procéderai à une contre-expertise en confrontant ces principes à des cas précis (4. In hoc sarcophago...). Il y aura ainsi un aller-retour entre théorie et mise en pratique, et même si les exemples choisis n’épuiseront pas les difficultés, ils constitueront, je l’espère, un début de vérification acceptable à mes propositions.

1. NORMES RITUELLES ET SOCIALES : SEPULCRUM ET MONUMENTUM

  • 12 De Visscher, 1963, p. 32-33. Sur les rites : Scheid, 1984, et plus récemment Scheid, 2005, p. 189-2 (...)
  • 13 De Visscher, 1963, p. 49.
  • 14 Ibid., p. 52 : le cénotaphe est un monumentum qui ne contient aucun corps (Digeste XI, 7, 2, 5-6 et (...)

6L’objectif du rituel d’inhumation est connu : condere, « cacher » le corps, nécessite qu’au moins un ossement repose sous terre pour que la famille, funesta, redevienne pura12. Le lieu d’inhumation, sepulcrum13, est un locus religiosus, alors que le terme monumentum désigne le signe (architecture, statue, inscription, etc.) permettant de préserver la memoria du défunt14. Et Fernand de Visscher de conclure :

  • 15 De Visscher, 1963, p. 15 ; il s’appuie sur le Digeste 47, 12, 2. N. Laubry a à juste titre attiré m (...)

« Un monument funéraire forme un tout indivisible, dont aucun élément, fut-il purement décoratif, ne peut être séparé. La jurisprudence sur ce point est formelle : c’est ainsi que les statues qui ornent une tombe, même non scellées ou fixées, échappent à la propriété privée. Elles font corps avec le monument au même titre que les ossuaria, l’urne ou le sarcophage, et appartiennent aux dieux Mânes »15.

  • 16 Scheid, 2008, p. 7 : « (...) il n’existait pas de rite funéraire unifié des Romains : chaque famill (...)
  • 17 Que certains sarcophages n’aient été visibles que le jour de l’inhumation, ou aient cessé de l’être (...)
  • 18 Par exemple Zénon, évêque de Vérone vers 360-380 (l’évêque s’adresse à de nouveaux baptisés et les (...)

7Dans le détail, la grammaire des rituels est complexe, variable16, mais elle traduit toujours ces préoccupations romaines, sociales et familiales, autour des notions de pietas, caritas et memoria. On le sait, les tombeaux étaient visités et leur décoration pensée pour être vue par la famille éplorée lors des funérailles, puis lors des fêtes anniversaires, et surtout aux Parentalia du 21 février17. Le public y était familial (au sens romain du terme), lié par le sang et / ou la pietas et la fides et, pour les connaissances, l’amicitia. Or les Fastes d’Ovide (dies Parentales ou Ferales) renseignent sur les valeurs que le rituel (et la vision des sarcophages) célébrait. Je précise que ce rapprochement (poème du Ier siècle avant J.‑C. / cuves du IIe siècle après) n’est pas anachronique : les évêques du 4e siècle durent lutter pour amener leurs ouailles à l’église le 21 février18.

« C’est aussi le moment d’honorer les tombeaux, d’apaiser les âmes des ancêtres et de porter de menues offrandes sur le tertre des sépultures. Les Mânes demandent peu de chose : la piété (pietas) leur est plus agréable qu’une riche offrande (). Cette tradition, c’est Énée, maître qualifié en piété (pietatis idoneus auctor), qui l’a introduite dans tes terres, ô vertueux (juste) Latinus. (...) Cette date porte le nom de Feralia parce qu’on porte (ferre) aux morts les offrandes qui leurs sont dues : c’est le dernier jour pour apaiser les Mânes ».

8À cette fête dans les nécropoles succède le 22 février une cérémonie domestique, les Caristia, où cette fois est honorée la concordia entre les membres vivants de la familia :

  • 19 Ovide, Fastes II, vers 533-570 puis 617-622 (trad. R. Schilling, Paris 1992). Les Caristia apparais (...)

« Le jour suivant doit son nom de Caristia aux parents qu’on chéri (cari) ; alors, l’ensemble des proches vient rendre visite aux dieux de la famille. Bien sûr, quand on quitte les tombeaux et les proches qui ont disparu, on est heureux de reporter tout de suite ses regards sur les vivants, de voir, après tant de pertes, ce qui reste de notre sang et de compter les différentes générations »19.

ill. 1a-c - Sarcophage avec mythe des Niobides, daté de 130-140 après J.‑C. (d’après Koch ; Sichtermann, 1975, kat. 48).

9Si les Parentalia rappellent les parents disparus (amissos), Ovide insiste sur le contraste d’atmosphère avec les Caristia, et il décrit à propos du 22 février les comportements à bannir car ils pourraient entraîner la disparition de la familia : la perfidia, le crime, le parricide. D’abord dans un registre réaliste, puis avec des exemples mythiques :

  • 20 Ovide, Fastes II, vers 623-626 puis 627-634 (trad. R. Schilling, Paris 1992).

« Pour venir il faut être pur (innocui veniant) : loin d’ici, oui, loin d’ici le frère impie (procul impius esto frater), la mère cruelle (mater acerba) envers sa progéniture, le fils qui trouve trop longue la vie de son père et qui compte les années de sa mère, la belle-mère qui opprime injustement la bru qui lui est odieuse (...). Ici sont indésirables les deux frères (fratres), petits-fils de Tantale, l’épouse (uxor) de Jason, celle qui remit aux paysans des semences grillées, Procné et sa sœur (soror) ainsi que Térée, leur bourreau à toutes deux, enfin quiconque recourt au crime pour augmenter sa fortune. Vous, les justes, offrez de l’encens aux dieux de votre lignée : la Concorde, dit-on, est particulièrement propice ce jour-là »20.

  • 21 Tantale meurtrier de son fils, et ses descendants les Atrides, Médée, Ino l’épouse d’Athamas qui, p (...)

10Concordia : voilà ce qu’il faut préserver, car les effets de sa disparition parmi les membres de la famille seraient terribles. Les mythes21 évoqués par Ovide, à côté de vrais crimes familiaux « types » (fratricide, matricide, etc.), sont à considérer comme des contre-modèles à éviter, l’absolu contraire de la concordia célébrée lors des Caristia et que le poète entend promouvoir, précisément en citant les effets désastreux de la discordia.

  • 22 Koch ; Sichtermann, 1975, p. 49-50 kat. 48 pl. 124-128 (Niobides) et p. 52-53 kat. 53, pl. 133.2 et (...)
  • 23 Fittschen, 1992, p. 1057, utilise l’expression « terreur de la mort ».

11La tombe dite « de la Méduse », de la Porta Viminalis, a ainsi livré en 1839 deux sarcophages, installés sur des briques datées de 134 après J.‑C. et sans doute issus d’une même officine. Le sarcophage avec mythe des Niobides aujourd’hui conservé au Vatican [ill. 1a-c] présente les dieux archers sur le couvercle et, sur les petits côtés, une scène bucolique et une lamentation des parents devant le sépulcre de leurs enfants ; il provient du même tombeau qu’un sarcophage relatant le mythe d’Oreste [ill. 2a-c]22. À l’extermination familiale des Niobides répond donc le thème des ultimes meurtres familiaux des Atrides. L’association des deux sarcophages indique un choix délibéré : épouse massacrant son mari et ayant choisi comme amant meurtrier son cousin, fils vengeant son père mais meurtrier de sa mère, mère coupable de la mort de ses enfants en raison de sa superbia, ou encore impiété originelle de Tantale envers l’ordre divin – autant de crimes à éviter. Quel réconfort à contempler ces mythes ? Aucun23, si ce n’est que, le lendemain des Parentalia, la famille, avertie, se souvenant de ces effroyables histoires mythiques, devait célébrer avec plus de ferveur la concordia dans la domus. Telle est ma proposition à propos des mythes sanguinaires : conformément au double sens du terme monere, ils avertissaient les vivants des comportements impies à éviter en montrant, lors de l’inhumation puis des Parentalia et toujours dans le registre mythique, leur effet désastreux sur la familia.

ill. 2a-c - Sarcophage avec mythe d’Oreste, daté de 130-140 après J.-C. (a : d’après Zanker ; Ewald, 2004, p. 364-365 ; b-c : d’après Koch ; Sichtermann, 1975, kat. 53).

12C’est cet objectif moral que l’on retrouve sur certaines cuves aux mythes « scabreux » et qui, par cette inversion iconographique, révèle du même coup l’objet commun à l’ensemble des sarcophages : préserver la memoria du défunt par le biais de la pietas erga parentes, laquelle nécessite la continuité familiale et la Concordia, célébrée parmi les vivants aux Caristia du 22 février.

2. PIETAS ET OBLIVIUM

  • 24 Voir ici l’ill. 8 de l’article de F. Stilp : sarcophage dit de vie quotidienne, conservé à Mantoue, (...)

13Les mythes « positifs » (la virtus de Méléagre, Hercule, Alceste, Laodamie, etc.) et les sarcophages dits réalistes ou de vita communis sont plus aisés à comprendre. Ils sont les véhicules des valeurs canoniques romaines : virtus, clementia, pietas, iustitia pour les hommes, à l’identique des qualités énoncées lors des éloges funèbres. Images sépulcrales24 et discours funéraires mentionnent magistratures publiques et situation familiale pour attester des qualités du défunt, et nous disposons d’une liste « modèle ». Pline l’Ancien rapporte, à propos de L. Caecilius Metellus, les éléments qui, dans l’éloge funèbre prononcée par son fils Quintus, étaient jugés comme :

  • 25 La dimension religieuse est présente dans les deux termes placés ici entre parenthèses, imperium et(...)
  • 26 Pline l’Ancien, Histoire naturelle VII, 140 : (...) scriptum reliquit decem maximas res optimasque, (...)

« (...) les dix objectifs suprêmes, à la recherche desquels les sages passaient leur vie : il avait voulu être le premier guerrier, le meilleur orateur, le général le plus valeureux (fortissimum imperatorem), diriger les plus grandes opérations (auspicio suo maximas res geri)25, remplir les plus hautes fonctions, posséder la plus grande sagesse, passer pour le sénateur le plus éminent, acquérir une grande fortune sans renoncer à l’honnêteté, laisser de nombreux enfants et jouir du prestige le plus éclatant dans la cité : il avait obtenu toutes ces faveurs, seul entre tous depuis la fondation de Rome »26.

  • 27 L’obligation juridique du mariage et de la procréation est rappelée dans Peter, 1992, qui cite par (...)
  • 28 L’anecdote citée par Valère Maxime, Faits et dits mémorables, I, 5, 4 (trad. R. Combès, 2003), prou (...)
  • 29 Toso, 2002, p. 303.

14Pour les citoyennes, la carrière politique était évidemment impossible, mais demeura tout au long de l’histoire romaine l’exigence du statut d’épouse et de mère de citoyen27, lui-aussi occasion de manifester ses qualités personnelles : casta (vertueuse), pia (pieuse), domiseda (cantonnée à la maison, terme composé de domus et de sedes, le « siège » de l’uxor étant forcément domestique)28 et, entre autres, lanifica (travaillant la laine, seule occupation digne des matrones)29. L’anonyme éloge funèbre d’une matrone romaine décrit ainsi les qualités « attendues » de l’épouse disparue :

  • 30 Éloge funèbre d’une matrone romaine, 30-34 (d’après la traduction M. Durry, 1950) : Domestica bona (...)

« Tes qualités domestiques, ta pudeur, ta docilité, ta gentillesse, ton bon caractère, ton assiduité aux travaux de la laine, ta religion sans superstition, la discrétion de tes parures, la sobriété de ta toilette, pourquoi les rappeler ? Pourquoi parler de ta tendresse pour les tiens, de ta piété pour ta famille, quand tu as eu les mêmes égards pour ma mère que pour tes parents, quand tu lui as assuré la même tranquillité qu’aux tiens, quand tu as eu toutes les autres et innombrables vertus qu’ont toutes les matrones soucieuses d’une bonne renommée ? »30.

ill. 3 - Sarcophage de Caius Junius Evhodus et Métilia Acté, Ostie, daté de 160-165 (d’après Turcan 1995, p. 232 fig. 298).

  • 31 Liverani ; Spinola, 2010, p. 29-35.
  • 32 Sarcophage de Caius Junius Evhodus et Métilia Acté, conservé au Museo Chiramonti mais provenant d’O (...)
  • 33 Quelques exemples de visages laissés en réserve et inachevés dans Turcan 1999, fig. 23 (Arès et Aph (...)
  • 34 Elsner, 2011, p. 13 note 54 pour la bibliographie existant sur le sujet, et en dernier lieu Russell (...)

15Premier point : l’éloge personnalisé de la matrone (non repris ici), qui suit cette énumération des vertus qu’ont toutes les matrones soucieuses d’une digna fama, est basé sur l’histoire du couple et est précisé après les qualités canoniques de la bonne matrone. On peut supposer que la hiérarchie était identique dans l’iconographie des sarcophages : en dominante le discours générique sur les qualités du (de la) défunt(e) ; en mineure la personnalisation de l’iconographie en relation avec la vie (carrière, métier, situation familiale) et les traits physiques du (des) défunt(s)31. Cette gradation, du générique au personnel, expliquerait la pratique variable du portrait sur les cuves des sarcophages [ill. 3]32, en définitive rares33 alors que les officines laissaient en réserve le visage de certains personnages34. Dès lors, l’analyse individuelle demeure pour nous difficile sinon impossible à reconstituer, puisqu’en l’absence d’inscription ou de contexte archéologique on ignore en général à qui était destiné le sarcophage.

  • 35 Valère Maxime, Faits et dits mémorables V, 5, utilise le terme de caritas pour désigner les liens f (...)

16Second point : Pietas (et caritas)35, tel est la valeur qui doit régir les relations entre les membres de la famille. Ovide la mentionne lorsque, dans Tristes, il énumère les qualités de son épouse dont il est séparé :

  • 36 Ovide, Tristes V, 5 vers 45 (trad. J André, Paris 1968).

« [Ce jour] vit naître la pudeur, la vertu, l’honneur et la fidélité (Nata pudicitia est, mores probitasque fidesque). (...) Ta tendresse (pietas) – ce que tu préférerais – resterait ignorée si des vents favorables gonflaient mes voiles »36.

17Sans surprise, on retrouve ces qualités sur la dédicace d’un sarcophage de l’époque d’Hadrien :

  • 37 CIL VI, 11602 : Hic sita est Amymone Marci optima et pulcherrima lanifica pia pudica frugi casta do (...)

« Ici gît Amymone, fille de Marcus, très bonne et très belle, tisseuse, pieuse, pudique, tempérante, vertueuse, maîtresse de maison »37.

  • 38 Tous les acheteurs de sarcophage étaient-ils citoyens ? Impossible d’en être certain, mais le modèl (...)
  • 39 Sur le pouvoir de l’amor et (entre autres) le décor du Forum de César : Sauron, 2001. Il s’agit bie (...)

18Cette permanence démontre le conservatisme des Romains en ce qui concerne le rôle familial et social des citoyens et de leur épouse38, et confirme que les monuments servaient de support de mémoire aux défunts. Dans ce cadre mental, la pietas erga parentes était la condition essentielle pour que la famille perdure et la memoria des défunts avec elle. Or, c’est de cette pietas dont sont dépourvues certaines héroïnes de mythes grecs (Médée, Phèdre, Niobè) choisies sur les sarcophages romains : criminelles, et victimes féminines de la puissance de Vénus, l’amor39.

  • 40 Le cubiculum E de la Maison de Jason à Pompéi propose la représentation de l’adultère Hélène (en co (...)
  • 41 À propos d’un récent programme de recherches sur l’abolitio memoriae, consulter la bibliographie de (...)
  • 42 Properce, Élégies II, 31, vers 13-14 (trad. D. Paganelli, 1947). Le mythe de Niobé figurait déjà da (...)
  • 43 Properce, Élégie IV, 6, vers 22, 57 et 65.
  • 44 Sauron, 1999 ; Galinier, 2008 ; Galinier, 2012.

19Les méfaits de la passion amoureuse pouvaient être montrés dans le cadre familial40, contre-exemples à méditer par les membres de la domus, en premier lieu les femmes. Cette double présence du thème, domestique et funéraire, s’ajoute à l’utilisation fréquente de contre-exemples civiques dans l’espace public41. Ainsi chez Properce, le choix des statues de Danaïdes dans le portique d’Apollon Palatin et, sur la porte du temple, la présence de Niobé éplorée et des Gaulois victimes de la vengeance du dieu de Delphes42, s’expliquent par l’intention augustéenne de désigner et de punir les perfides et impies responsables de la guerre tout en glorifiant le retour à l’ordre. Dans une autre Élégie43, l’ennemi de Phébus et d’Auguste à Actium est clairement identifiée comme femina puis mulier, et on reconnaît là Cléopâtre. Les criminelles mythiques du sanctuaire, Danaïdes et Niobé, les unes tueuses de leur mari, l’autre de ses enfants, toutes deux orientales, renvoyaient donc à l’impie reine d’Égypte44.

20Dans la partie qu’il consacre aux statues commémoratives en bronze érigées dans la cité, Pline l’Ancien explique que l’espace public fonctionnait sur le même principe moral que le sépulcre et la demeure :

  • 45 Ibid., XXXIV, 9, 16-17 (trad. H. Le Bonniec, 1953) : Effigies hominum non solebant exprimi nisi ali (...)

« On avait coutume de reproduire seulement l’image des hommes qui méritaient l’immortalité par quelque action d’éclat (...). [Puis] les statues devinrent l’ornement des places publiques de tous les municipes, on se mit à perpétuer le souvenir des grands hommes et à graver leurs honneurs sur le socle de leurs statues, afin que la postérité pût les y lire et que leurs tombeaux ne fussent plus seuls à les faire connaître. Plus tard les maisons particulières devinrent autant de places publiques, et l’hommage de clients prit cette forme pour honorer leurs patrons dans les atriums »45.

  • 46 Sur l’histoire des épitaphes romaines, voir Berrendonner, 2009.
  • 47 Son neveu ne dit pas autre chose quelques décennies plus tard. Pline le Jeune, Panégyrique de Traja (...)

21Sépulcre, place publique, domus et atrium ; statues, bases inscrites, hommage à destination des générations à venir afin de préserver la memoria des disparus : au-delà de son historicité46, le passage de Pline énonce clairement la fonction romaine de l’effigie et de l’inscription47 et suppose une adaptation spécifique à chacune des aires (funéraire, publique, domestique). Dans l’espace sépulcral, les rituels explicitent les enjeux liés à la commémoration du défunt : sans surprise, il y était question de pietas erga parentes. Sur cette base, il convient de poser certains problèmes méthodologiques.

3. RÉFLEXIONS CONTEMPORAINES

  • 48 Pietas était la « qualité nationale primordiale » atten due d’un Romain (Scheid, 1981, p. 117-118).
  • 49 Sarcophage dit Rinuccini, conservé à Berlin (Turcan, 1999, figure 70 ; Brilliant, 1994, p. 1042 fig (...)
  • 50 Turcan, 1999, p. 12-16, à ce propos.
  • 51 Blome, 1992. Turcan, 1978, p. 1715 ; Brilliant, 1986, p. 159 ; Sichtermann, 1992, p. 16-18 et Kat. (...)
  • 52 Par exemple sur le sarcophage de Pise (Koch ; Sichtermann, 1975, kat. 26 pl. 55.2 et p. 56-57). Voi (...)
  • 53 Ghiron-Bistagne, 1982 ; Musso, 1985 ; Brilliant, 1994, p. 430 ; Zanker, 1999 ; LIMC V. 1, s.v. « Hi (...)
  • 54 Koortbojian, 1995, p. 30-31, qui met en parallèle les couples Vénus-Adonis et Phèdre-Hippolyte.
  • 55 Sous le titre De pietate erga parentes et fratres et patriam, Valère Maxime, Faits et dits mémorabl (...)
  • 56 D’où la thématique mythologiques de certains couvercles de cuves « biographiques » : sarcophages de (...)

22Pietas : cette valeur cardinale de l’imagerie funéraire romaine48, déclinée en vertus masculines et féminines, est souvent mise en images dans le corpus « réaliste », mais ce dernier est en fin de compte inséparable du corpus mythique, comme l’indique cet exemplaire bien connu conservé à Berlin49 : à gauche une scène de dextratum iunctio entre époux renvoyant à leur concorde, puis un sacrifice public ; à droite la mort d’Adonis. L’ensemble développe un message cohérent (virtus, pietas et concordia entre époux, et la mort qui les sépare), mais comment reconstituer la lecture de manière certaine ? Il n’y a pas de texte antique explicitant l’iconographie funéraire50, et les adaptations romaines peuvent parfois surprendre. Ainsi Mars et Vénus, couple adultère chez Homère, est devenu à Rome modèle conjugal51. Il en serait de même pour Phèdre et Hippolyte52, belle-mère responsable de la mort de son beau-fils en raison de son amour déplacé et devenue, par la personnification possible avec la matrone, un modèle d’épouse éplorée53. Plus attendu dans le rôle, Vénus et Adonis peuvent porter les traits d’un honorable couple, lié par la pietas au-delà de la mort54. Par ces couples mythiques devenus modèles aux yeux des Romains, sont à mon sens rendues visibles la concordia et la pietas erga parentes contenues dans les scènes « réalistes » de dextrarum iunctio : reflet de la concordia et de la pietas erga deos55 que l’État romain se devait de préserver dans la sphère publique56.

  • 57 Blome, 1992, p. 1070 et 1072.
  • 58 Wrede, 1981. Je reviendrai sur cette notion d’immortalité post mortem et renvoie aux réflexions de (...)
  • 59 Koch, 1993, p. 55-58.
  • 60 Turcan, 1982, p. 682.
  • 61 Panosky, 1995, p. 37 et suivantes.
  • 62 Cumont, 1966 ; Zanker, 2000.

23Il a été écrit que ces images seraient rétrospectives, allusion aux qualités dont le ou les défunts avaient fait preuve durant leur vie, mais aussi prospectives, véhicules d’un espoir posthume, celui d’une immortalité du défunt par-delà la mort57, consecratio in formam deorum pour reprendre le titre d’Henning Wrede58, acquise grâce aux actions réalisées du vivant du personnage. Cette appréciation difficile des images romaines, rétrospective et / ou prospective, soulignée par Guntram Koch59, a été jugée par Robert Turcan « délicate et souvent arbitraire »60 ; Erwin Panosky avait, lui, conclu par un laconique : « tout cela est assez compliqué »61. Pour réduire les difficultés d’interprétation, les commentateurs contemporains construisent bien sûr une série, mais cette dernière peut être iconographique, archéologique, littéraire, rituelle, culturelle, philosophique ce qui explique que le corpus des sarcophages a été et sera compris de manière différente selon les documents privilégiés par l’auteur : philosophiques et hellénistiques pour Franz Cumont, rituels et de tradition romaine pour Paul Zanker – les deux extrêmes d’un arc interprétatif extrêmement étendu62. Or, cette diversité d’interprétation est liée à l’impossibilité, pour l’observateur contemporain, de reconstituer à coup sûr les intentions du commanditaire du sarcophage.

A. Identité et intentions du commanditaire

24Pour adapter notre commentaire au défunt concerné, il nous faudrait en effet connaître :

  • 63 Constat identique dans Liverani ; Spinola, 2010, p. 34‑35 (exemples de cuve préparée pour un défunt (...)

25a). son identité : sexe, âge, statuts social et familial : affranchi, sénateur, Romain « de vieille souche », enfant, adolescent, époux, etc. Cela est en général impossible car les indices que l’archéologie aurait pu nous donner ont disparu depuis des siècles, sauf exceptions récentes, et celles-ci démontrent souvent que nos généralisations sont erronées. Et même lorsqu’un corps est découvert dans un sarcophage, la question est de savoir s’il s’agit de l’inhumation initiale ou d’une réutilisation63 ; quant à l’inscription, elle a pu être gravée après coup, pour un mort autre que celui pour lequel la cuve avait été élaborée : la complexité est infinie.

  • 64 Voir ici l’ill. 6 de l’article de J. Balty (ou Koch ; Sichtermann, 1975, p. 15-16 kat. 1, pl. 1, 2. (...)

26Ainsi, dans le cas où un nom nous renseigne sur l’identité de l’inhumé(e-s), par exemple un sarcophage avec iconographie achilléenne : Achille à Skyros, mais dédicace féminine64, « Métilia Torquata », on peut se demander :

  • si la cuve a été commandée spécifiquement pour cette défunte ou si elle a été achetée par défaut ;

  • si l’inscription est un rajout tardif sur une cuve déjà installée dans le tombeau familial et choisie à l’origine pour un autre défunt.

27Bref l’équation « iconographie / inscription / défunt(e) » que nous avons sous les yeux est-elle cohérente ? Est-elle voulue dès l’origine, ou est-elle le fruit de décisions étalées dans le temps pour des défunts différents ? En l’occurrence, l’insertion du nom dans l’image, en façade, ne permet de déceler que l’intention du commanditaire de l’inscription : il s’agissait, au moment des funérailles de Métilia Torquata, d’héroïser la défunte par son assimilation posthume avec Achille, ici vêtu comme une des filles de Lycomède.

28De ce cas spécifique, où le bénéficiaire du sarcophage est connu, on peut dégager des règles générales :

  • ce sont les caractéristiques du document qui doivent orienter le commentaire (ici, réfléchir spécifiquement à la comparaison Métilia Torquata / Achille) ;

  • cette orientation est pertinente du point de vue anthropologique puisque le document atteste qu’elle a été voulue par le commanditaire romain ;

  • quelles que soient les circonstances de la production et de la commande du sarcophage, ce qui fait sens est l’état final du document.

ill. 4 - Tombe 87, Ostie, 140 après J.-C., décor intérieur (d’après Calza, 1940, p. 114 fig. 47).

29Le point de départ est donc le sarcophage, et la mise en série permet d’en dégager l’originalité ou la normalité ; la mise en contexte permet ensuite de situer le document dans sa trajectoire : la cuve a été placée dans un sépulcre (contexte d’utilisation) après avoir été produite dans un atelier de sculpteurs (contexte de création). Il convient bien sûr d’intégrer ces deux éléments à l’analyse.

  • 65 Sur le décor intérieur des tombes d’époque impériale : Feraudi-Gruénais 2001 (et bibliographie comp (...)
  • 66 Calza, 1940, p. 114, fig. 47.
  • 67 140 après J.‑C. d’après Baldassare et alii, 1996, p. 74.
  • 68 P. VARIVS AMPELVS / ET VARIA ENNVCHIS / FECERVNT SIBI ET / VARIAE P. F. SERVANDAE PATRONAE / ET LIB (...)
  • 69 D. M. / VARIAE P. F. SER / VANDAE / AMPELVS ET / ENNYCHS / LIBERTI D (e) S (ua) P (ecunia) (Calza 1 (...)
  • 70 Calza, 1940, p. 117 fig. 49.
  • 71 Une fresque avec personnage assis et deux paniers d’osier : Calza, 1940, p. 113-115, fig. 48, et p. (...)
  • 72 Paroi latérale gauche, niche centrale, Ajax traîne Cassandre par les cheveux à proximité du Palladi (...)
  • 73 Ibid., p. 74.

30b). Contexte d’utilisation du sarcophage : c’est-à-dire l’environnement spatial originel et les circonstances temporelles dans lesquels la cuve était visible par la famille et les proches. L’article de Katherina Meneicke ici, montre que les situations étaient diverses, et le constat n’est pas à limiter aux tombes à sarcophage65. Si on observe le décor de la tombe 87 d’Ostie [ill. 4]66 qui ne possède aucun sarcophage (ils y étaient interdits) et dont la construction est datée d’Hadrien67, on constate qu’elle est dédiée par deux affranchis, Publius Varius Ampelus et Varia Ennuchis, pour eux-mêmes, leur patronne Varia Servanda fille de Publius, et pour leurs affranchis et leurs descendants68. La sépulture principale, sous l’exèdre centrale face à l’entrée, est celle de la patronne : la niche, ornée d’une silhouette féminine, sans doute celle de Varia Servanda, est encadrée par deux colonnes. En-dessous, une seconde inscription, dédiée par les deux affranchis, confirme l’identité de la patronne69 : placée au niveau de l’urne cinéraire de Varia Servanda, cette plaque est sise dans le mur, lequel est orné d’une fresque représentant le mythe de Pyrame et Thisbé70 [ill. 5]. Alentour, Guido Calza a identifié d’autres thèmes, réalistes dans des niches latérales71, mythiques ailleurs72 ; enfin, le pavement présentait une mosaïque avec Endymion endormi survolé par un Amour ailé et par Séléné73.

ill. 5 - Tombe 87, Ostie, 140 après J.-C., détail de la fresque de Pyrame et Thisbé (d’après Calza, 1940, p. 117 fig. 49).

  • 74 Les deux fresques avec magistrat et prêtre renvoyaient-elles à la carrière du (par exemple) père de (...)
  • 75 Baldassare et alii, 1996, p. 74.

31C’est bien pour Varia Servanda que la tombe et, surtout, le décor axial ont été réalisés. Outre que ce dernier associe scènes réalistes74 et mythiques (dont certaines identiques à celles des sarcophages contemporains : Diane et Actéon, Endymion et Séléné), le thème de Pyrame et Thisbé, de par sa localisation, est intimement lié à la patronne, destinatrice initiale du sepulcrum. Mais le lien entre la fresque et la biographie de Varia Servanda n’est pas aisé à démêler. À l’évidence elle n’était pas mariée, sinon l’inscription le mentionnerait. À ce destin incomplet de citoyenne (ni mariage, ni descendance) peut donc répondre le sort tragique de Thisbé, puella célibataire. « Le thème de la mort violente semble le point commun du décor [de la tombe 87] à travers les exemples mythiques, qui soulignent non le côté mondain et romantique de la souffrance amoureuse, mais l’épilogue mortel », commente Ida Baldassare en élargissant l’analyse aux autres mythes75.

32Or les Métamorphoses d’Ovide proposent des proximités suggestives entre ce mythe et l’espace sépulcral. Pyrame, le plus beau des iuuenes, et Thisbé, puella préférée de l’Orient, utilisent pour se parler une fissure dans un mur ; lors de leur premier rendez-vous amoureux, près d’un tombeau, Pyrame, trompé par un tissu ensanglanté, croit que Thisbé a été dévorée par une lionne et se suicide ; à son arrivée, cette dernière se tue à son tour, avec ces mots à destination des parents survivants :

  • 76 Ovide, Les Métamorphoses IV, vers 55-166 (trad. O. Sers, 2009).

« Nous vous faisons pourtant cette prière ensemble, Ô, de moi et de lui pères trop malheureux, qu’à ceux qu’un ferme amour (certus amor) et le trépas unirent vous ne refusiez pas d’être unis au tombeau (tumulo). (...) Sa prière touche les dieux et les deux pères. (...) une urne commune a recueilli les cendres »76.

  • 77 Le poème ovidien n’est pas forcément la « source » de la fresque, en revanche il révèle de manière (...)

33Le jeu poétique entre le texte ovidien, qui décrit le mur séparant les amants puis l’urne aux cendres communes, et l’urne réelle de la tombe 87 dissimulée par la fresque, me paraît de nature à évoquer à la fois la vie de Varia Servanda (elle n’a pas connu l’amour, frappée tragiquement par la mort avant son mariage) et la pietas qui, par l’action de ses affranchis, va entourer à jamais sa sépulture. Les dernières volontés de la défunte ont été respectées et son souvenir, à elle qui est dorénavant « de l’autre côté du mur », va être célébré pour l’éternité par sa famille (ses affranchis), associé à celui de Thisbé, autre malheureuse puella morte trop tôt77.

34c). Contexte de création

35On touche ici à la troisième difficulté : les raisons pour lesquelles le commanditaire a opté pour tel ou tel décor dans son sépulcre (mythe ou scène « réaliste », sous forme de sarcophage, fresques, stucs, etc.). Devaient intervenir l’identité du défunt, les circonstances de sa mort, ses goûts et sa culture personnelle, les traditions funéraires familiales – en soulignant que le commanditaire pouvait être le destinataire si le sépulcre était préparé « du vivant », ou l’héritier si c’était un proche qui le réalisait lors d’un décès « précoce » ou si le sépulcre avait été pris en charge par un tiers (exemple de Varia Servanda). Pour les sarcophages, la question est plus spécifique encore : l’acheteur en commandait-il le décor, ou bien les thèmes étaient-ils déterminés par les ateliers ? C’est le troisième élément à intégrer à l’analyse des sarcophages, celui du contexte de création.

  • 78 Le stockage coûtant cher et immobilisant le capital de l’atelier : on identifie ici le modèle écono (...)

36La question du fonctionnement des ateliers a été récemment abordée par Ben Russell. Il ressort de son étude qu’entre préparation de la cuve dans la carrière (quarry workshop), officines de sculpture (sculpting worshop) et commanditaire, la réalisation d’une cuve nécessitait un processus complexe, complexité qui l’amène à écarter l’hypothèse de cuves « standardisées », préalablement sculptées puis stockées en attente d’un acheteur78, au profit d’une interaction initiale puis quasi-permanente entre l’officine et l’acheteur commandant « son » sarcophage. Les modes typologiques et iconographiques seraient ainsi dues en priorité aux commanditaires, mais les sculpting worshops pouvaient aussi innover.

  • 79 Indices : œuvre exceptionnelle par sa rareté (cuve connue en un seul exemplaire), ses dimensions (p (...)
  • 80 Sur ce type de réflexions pour les stèles funéraires de l’Athènes classique (commande/production en (...)
  • 81 Russell, 2011, p. 138 puis p. 141 : « This was the kind of production to defined market, as discuss (...)
  • 82 Ibid., p. 141-147.

37Quelques remarques : si une création unique ou la transcription originale d’un thème connu par ailleurs relève à l’évidence de la commande (la motivation de l’acheteur étant alors biographique, religieuse et / ou philosophique)79, le caractère sériel et parfois inachevé des cuves indique que la plupart d’entre elles étaient bel et bien réalisées à l’avance et en série80. Ben Russell convient d’ailleurs que certaines officines, spécialisées, pouvaient stocker du matériel pré-sculpté : il cite les cuves à strigiles, mais aussi les sarcophages d’enfants, forcément acquis dans l’urgence et donc réalisés en série, puis étend la possibilité à des sculpting worshops spécialisés dans des generic scenes81 Sa conclusion est à juste titre nuancée : l’hétérogénéité du corpus excluant un mode de fonctionnement unique, chaque cuve doit être examinée de manière individuelle, mais dans tous les cas le stimulus majeur expliquant l’objet fini est à attribuer à l’acheteur et au sculpting worshop82.

38Attardons-nous sur le travail dans les officines.

B. Ateliers et productions

39Les marbriers devaient vendre leurs cuves, donc s’adapter à la demande. Deux phénomènes sont dès lors à prendre en compte.

  • 83 Sauf ajout posthume : portrait, inscription... Le caractère inachevé de certaines cuves prouve que (...)

40a). Premier phénomène : le caractère imprévisible de la mort (surtout des morts précoces, si fréquentes dans l’Antiquité), qui implique que l’achat se faisait dans un temps court (le deuil a une durée rituelle limitée à Rome). Dans ce cas, l’acheteur n’avait a priori d’autre choix que d’acquérir une cuve disponible dans l’atelier, déjà terminée, sans lien iconographique individuel avec le défunt83. L’iconographie était donc pensée en amont, par l’atelier, pour répondre à une « typologie standard » de décès et, donc, d’acheteur potentiel : père / mère (ou patron / patronne) pour un « dépendant », fils / fille (ou affranchi-e-s / patron-ne) pour un « ascendant », époux / épouse pour un conjoint, frère / sœur, etc. Une commande spécifique, toujours possible, est alors identifiable par les éléments de personnalisation qu’elle impose à cette typologie standard et qui « perturbe la norme ».

  • 84 Russell, 2011, p. 139-140.

41Ben Russell a à raison objecté que beaucoup de Romains prévoyaient leur tombeau de leur vivant84. Certes, mais une mort brutale pouvait survenir avant l’achèvement du tombeau et du sarcophage prévus. Intervient alors une possibilité rituelle, qui autorise a priori la personnalisation systématique des cuves proposée par B. Russell en laissant du temps à l’atelier pour réaliser l’œuvre demandée : les transferts de corps après inhumation temporaire. John Scheid a commenté une inscription de Rome (datée de 135) qui évoque un tel cas et cite de surcroît l’achat différé d’un sarcophage de marbre :

  • 85 Le regroupement annoncé de la mère et de son fils dans une même cuve (avant le père) rend envisagea (...)
  • 86 Cours du Collège de France en date du 05 janvier 2012 (http://www.college-de-france.fr/site/john-sc (...)

« Exemplaire de la pétition remise : Étant donné que j’ai perdu avant ces jours mon épouse et mon fils, et que sous la pression de l’urgence j’ai déposé leurs corps dans un sarcophage en terre-cuite, tant que le lieu que j’avais acheté ne fût construit, sur la via Flaminia, entre le IIe et le IIIe milliaire pour qui part de la ville, sur le côté gauche, près de la guérite du monument de Flavia Thumele, et du mausolée de Marcus Silius Orcilius, je demande, Seigneur, que tu me permettes de réunir leurs corps au même lieu dans un sarcophage de marbre que je viens d’acheter85, et d’être placé avec eux quand je mourrai.‑ Décret : Il est permis de le faire. Moi, Iubentius Celsus, promagister (des pontifes), j’ai souscrit le 3 novembre, sous le consulat ordinaire d’Antius Pollion et d’Opimiamus, Severus et Sabinianus étant consuls (suffects) »86.

  • 87 Paturet, 2007, p. 350, à propos du Digeste XI, 7, 39, et sa thèse : Iura sepulchrorum. La sépulture (...)
  • 88 Mais aussi avant celle-ci : « Si le corps n’a pas encore été déposé dans sa sépulture perpétuelle, (...)

42Des textes juridiques témoignent de ce type de translatio corporis (motivée ici par la pietas du père et époux vis-à-vis des deux défunts)87 possible après l’inhumation rituelle88. La pratique existait donc, elle demeurait sans doute exceptionnelle, mais elle est à prendre en compte. Le décret de Iubentius Celsus démontre d’ailleurs l’urgence de la demande : le mausolée achevé, le sarcophage de marbre a été acheté, mais quel délai s’est écoulé ? Le plus court possible à l’évidence, le père voulant donner au plus vite à ses proches la sépulture définitive qu’il leur destinait. Ce dernier a-t-il obtenu un sarcophage personnalisé pour son épouse et son fils, ou bien a-t-il choisi, parmi les cuves disponibles dans l’officine (le sculpting worshop de Ben Russell), celle qui correspondait le mieux à sa situation familiale (il est veuf et a perdu son héritier) et à son intention : accueillir les restes de sa famille, puis les siens propres ? L’inscription ne permet pas de trancher, mais si certaines officines étaient, comme le propose Ben Russell, spécialisées, par exemple « l’atelier des sarcophages de Mars et Vénus » ou « l’atelier des scènes de bataille » (catalogue non exhaustif et invérifiable !), cela implique que le plus large choix de thèmes s’ouvrait en permanence au commanditaire sur le « marché » des sarcophages. Bref, que les officines aient été spécialisées ou « généralistes », l’acheteur pouvait toujours acheter le thème du sarcophage désiré :

  • en le commandant bien avant le décès s’il était prévoyant ;

  • ou bien en le choisissant au moment des funérailles si la mort survenait de manière impromptue : à lui alors de s’adresser à l’atelier « spécialisé » pour trouver une cuve conforme à sa sélection (en relation avec le défunt à honorer), ou encore de faire le tour des ateliers pour trouver, dans le stock, ce qu’il cherchait ;

  • ou encore en l’installant après la mort et les funérailles si, en tant que filius et heres légal et pour des raisons diverses (dans l’inscription ci-dessus, l’inachèvement du tombeau : l’inachèvement du sarcophage n’est pas évoqué), il sollicitait une translatio corporis. Le choix du thème comme la personnalisation de la cuve dépendait alors du temps et du coût que le commanditaire pouvait (et voulait bien) lui accorder, mais elle demeurait toujours possible.

43Quelle que soit la réponse (commande versus œuvre de série achetée en urgence), l’adaptation du sarcophage au défunt ne passe pas forcément par une « personnalisation » exceptionnelle : cette réelle possibilité ne doit pas, en l’absence d’indices clairs dans le sépulcre, influer sur notre interprétation du décor funéraire et s’imposer comme la grille d’analyse dominante du corpus.

44b). Second phénomène : en effet, les sarcophages découverts sont pour la plupart des œuvres de série, lesquelles ont été conçues pour être compatible avec une « personnalisation » minimale, telle que les Romains la recherchaient et qui satisfaisait aux impératifs rituels et sociaux de la famille. Je m’explique.

45Il y a des exemplaires uniques, sans que l’on sache avec certitude s’il s’agit d’un aléa de conservation ou d’une commande individuelle (on s’intéressera à l’un d’eux tout à l’heure). D’autres cuves sont de série mais personnalisées a minima (portrait, inscription). D’autres enfin sont « standards » mais étaient sans doute individualisées par des éléments extérieurs, inscriptions ou décors placés dans le cadre spatial d’origine. Dans tous les cas donc, la « personnalisation » du sarcophage, son lien spécifique avec le défunt, était forcément activée lors des funérailles : on déposait tel corps dans telle cuve et dans tel sépulcre, l’héritier rappelait à l’assistance le nom et la biographie du défunt inhumé, et selon l’ordre d’inhumation (ensevelissement « initial », ou bien époux rejoignant son conjoint mort précédemment, un parent son enfant, etc.), l’adéquation entre décor sculpté et inhumé variait dans le temps.

  • 89 Recherche non exhaustive menée à partir du site épigraphique www.manfredclauss.de. Je remercie très (...)

46En théorie donc, le décor d’un sarcophage pouvait, selon les circonstances et la personne inhumée, être « lu » avec des variantes importantes dans le temps ; sauf qu’un rapide survol des inscriptions latines mentionnant le terme sarcophagus ou sarcofagus prouve l’extrême attention portée par le dédicant aux personnes inhumées dans la cuve et au devenir de cette association « sépulcre / occupant »89.

47La première inscription, d’Ostie, datée d’Hadrien, identifie les membres de la famille bénéficiant du monumentum mais aussi la personne destinatrice de l’unique sarcophage :

  • 90 Thylander, 1952, p. 30-31, inscription sur plaque de marbre no A. 15 (CIL XIV, 4791) : [D (is)] M ( (...)

« Aux dieux Mânes. Marcus Antistius Epictetus a fait [ce monument] pour Marcus Antistius Melito, son fils très doux, qui vécut un an, dix mois et treize jours, pour lui-même et pour Arria Melitine, sa femme très sainte, et pour leurs enfants, et pour Iunia Epictesis, sa fille naturelle, un sarcophage dans le pavement, et pour Flavia Erotis, son épouse, femme très sainte, et pour ses affranchis et affranchies et leurs descendants »90.

  • 91 Autre cas (Notizie degli Scavi di Antichità 1923, p. 370 ; Rome) : D (is) M (anibus)/Mindiae/Dynami (...)
  • 92 AE 1975, 66 (inscription de Rome) : Hic situs est Olympus Antistianus/quod sarcofagum fecit Octavia (...)
  • 93 CIL XIII, 1974 (Lyon) : D (is) M (anibus)/et memoriae aeternae/C (ai) Ulatti Meleagri IIIIIIvir(i) (...)
  • 94 CIL XII, 2004 (Vienne, Gaule) : D (is) M (anibus)//quieti aeternae/Silvani Fortunati/Cassia Fortuna (...)
  • 95 CIL VI, 22517 (Rome) : Mindiae Feli/cissimae fecit M (arcus)/Antonius Suc/cessus coniugi/carissimae (...)
  • 96 AE 1948, 167 (Lyon) : [D (is) M (anibus) et memoriae aeternae]/[... quae vixit annum I dies]/CXIII (...)
  • 97 CIL XIV, 2429 (Latium-Campanie) : Tib(erio) Claudio Claudiano eq(uiti) R (omano)/mil(itiae) petit(o (...)
  • 98 CIL III, 11405 (Pannonie supérieure) : Memoria[e T] iti q (uondam)/Domnini sive P/asseris nego/tian (...)
  • 99 CIL VI, 19218 (Rome) : D (is) M (anibus)/Helpidiae A (ulus) Hermuleius/Epityncanus coniugi karissim (...)
  • 100 CIL III, 13663 (Asie) : D (is) M (anibus)/M (arcus) Aur(elius) Athenio veteranus/ex leg(ione) IIII (...)
  • 101 AE 1944, 109 (Pannonie supérieure) : D (is) M (anibus)/L (uciae) Caecilia(e) Bathanae/vixit annis L (...)
  • 102 CIL X, 8316 (Palerme) : D (is) M (anibus)/Valeria M (arci) fil(ia)/Marcia/Germanae/delicatae suae f (...)
  • 103 CIL XIII, 2181 (Lyon) : D (is) M (anibus)/Iuliae Heliadis/Sex(ti) Iuli Callisti/et Iuliae Nices fi/ (...)
  • 104 CIL VI, 20033 : L (ucius) Iulius Gamus/diis( !) Manibus/L (uci) Iuli Marcelli/nepotis sui/vixit ann (...)
  • 105 CIL III, 1198 (=AE 1993, 1333) (inscription de Alba Iulia, Dacie) : T (ito) Varen(i) T (iti) f (ili (...)
  • 106 CIL III, 9565 (Salona, Dalmatie) : Aur(elius) Maio[rinus( ?) hunc sarco]/fagum s [ibi comparavit de (...)
  • 107 CIL V, 7751 (Gênes) : D (is) M (anibus)/Aur(elio) Hilaro Aug(usti) lib(erto)/praep(osito) p (ueroru (...)
  • 108 CIL II, 4518 (Barcelone) : D (is) M (anibus)/Cl(audio) Saturni/no Cl(audius) Feli/cissimus Afer/sar (...)
  • 109 AE 1983, 135 (Fiumicino), AE 1998, 1176 ; CIL III, 2628 ; 2635 ; 8742 ; 8869 ; 9316 ; 9533 ; 9568 ( (...)

48Ici, le sarcophage est pour la fille91 ; ailleurs, il est pour l’époux et sa femme92 ; certaines inscriptions sont dédiées par l’épouse93 ou par l’épouse et la fille au bénéfice du mari94, ou vice-versa (par le mari95 ou par la fille pour la mère)96 ; d’autres cuves sont pensées par le père pour un97 ou deux fils98, ou pour l’épouse et la fille99, ou pour l’épouse et le fils100 ; d’autres encore par deux fils pour leur mère101, ou par la mère pour ses deux enfants morts102, par deux sœurs pour une troisième103, ou par un grand-père pour son petit-fils104 ; une autre indique que le sarcophage de la sœur décédée va servir pour le mari de l’épouse105, d’autres encore donnent l’identité de l’acheteur106, dont des affranchis pour leur patron107 : bref, le nom du dédicant et celui du bénéficiaire sont souvent don nés108, et quel que soit le ou les défunts inhumés, nombreuses sont les inscriptions interdisant l’ouverture et le dépôt d’un nouveau corps étranger dans la cuve109, par exemple sur un sarcophage d’Ostie représentant une femme endormie et son mari assis entourés par Vénus, Mercure et Cérès [ill. 6] :

  • 110 Thylander 1952, p. 176-177 no A. 245. Ou encore (ibid., p. 240 no B. 17 : « Une fois que Antonius V (...)

« Aux dieux Mânes. Terentius Lucifer a fait [ce sarcophage] pour Terentia Kallotyche et ses enfants. Si quelqu’un introduit dans ce sarcophage un corps et des os, il payera à l’aerarium de Saturnus trente mille sesterces »110.

ill. 6 - Sarcophage de Terentius Lucifer, Ostie (tombe 11), daté de 130-140 après J.-C. (d’après Baldassarre et alii, 1996, p. 189 fig. 69).

ill. 7a- Sarcophage avec Énée et Didon, Via Cassia, Rome, daté de 130-140 après J.-C., d’après Turcan 1995 p. 282.

  • 111 Par exemple cette inscription évoquant une imago sculptée (CIL XIII, 11835 ; Mayence, Germanie supé (...)

49Sans épuiser les possibles111, on voit bien qu’une cuve est destinée à un (ou plusieurs) défunt(s) précis et que les commanditaires veillent, autant que faire se peut, à ce que leurs intentions originelles soient respectées au-delà de leur propre mort. L’immense majorité des sarcophages n’est certes pas reliée à une inscription, mais il ressort de celles mentionnant le mot sarcoph/f/agus que le bénéficiaire initial de la cuve et le commanditaire sont nommés avec précision et que le lien entre défunt et dédicant est, dans la plupart des cas, consanguin (liens du sang) ou familial (y compris affranchi-e-s / patron), ce qui est conforme à l’obligation rituelle et sociale de pietas erga parentes identifiée plus haut.

50Au-delà de ces variations, demeurent deux constantes. Quelle que fut la raison de la commande iconographique, tous les sarcophages rentraient :

  • dans les possibilités techniques des ateliers et officines (modèles artistiques, mises en espace des personnages, décors secondaires des cuves, etc.) ;

    • 112 Personnalisation (portrait, inscription) ; choix culturel, philosophique, religieux personnel et/ou (...)

    dans le cadre mental, familial, rituel et social « normal » des acheteurs. Même un document considéré comme exceptionnel (par l’indice qui nous le révèle)112 est à considérer en regard de la norme usuelle puisque c’est de cette dernière que le commanditaire a voulu se démarquer.

  • 113 Je rappelle que je me place dans le cadre culturel « occidental » et ne prend en compte, pour les p (...)

51Partir de cette norme (dans le temps, l’espace, la culture considérés) doit donc permettre de comprendre en quoi les « produits types », gardés en stock ou réalisés sur commande par les ateliers, correspondaient aux demandes usuelles de la clientèle romaine113. Mais ces propositions résistent-elle à la confrontation avec quelques « commandes » exceptionnelles ?

ill. 7b-c - Sarcophage avec Énée et Didon, Via Cassia, Rome, daté de 130-140 après J.-C., d’après Sapelli, 1979, p. 320-324).

4. IN HOC SARCOPHAGO...

  • 114 Reproductions dans Sapelli, 1979, p. 320-324 figures 190 ; et Grassinger, 1999, pl. 66.1-2, pl. 67. (...)

52Un unicum a été mis au jour en 1964 à Rome : long de 1m 74, le sarcophage de la Via Cassia relate, dans un cadre africain et cynégétique, la rencontre entre Énée et Didon. L’épisode n’apparaît qu’ici, mais l’intérêt est que le contexte archéologique est accessible, qu’une mise en série avec d’autres tombes enfantines est possible, enfin qu’un rapprochement avec un texte latin, en l’occurrence l’Énéide de Virgile, a été fait [ill. 7]114.

53À gauche figure, devant une arche, un personnage armé coiffé d’un bonnet phrygien, un Troyen donc : il tient la main droite de Didon en un geste de dextrarum iunctio. À droite un personnage barbu, cuirassé tel un Romain, se tourne vers la reine de Carthage dont il est séparé par un Amour porteur d’une torche renversée : il s’agirait d’Énée. La scène marque le départ à la chasse au cours de laquelle les amours d’Énée et Didon prennent forme, selon les vers de Virgile :

  • 115 Sapelli, 1979, p. 318, voit dans l’arche, à gauche de la cuve, une allusion au palais dont sortent (...)

« Dès les premiers feux du soleil, les jeunes gens qui ont été choisis sortent des portes. Filets aux grandes mailles, panneaux, épieux au large fer ; galop des cavaliers Massyliens, et la meute qui fleure le vent. [Didon paraît] () En même temps les Phrygiens qui doivent l’accompagner et le joyeux Iule s’avance, et, le plus beau entre tous, Énée s’avance à ses côtés (...) »115.

  • 116 Sapelli, 1979, p. 320, identifiait le fils d’Énée avec le « cavaliere » (Huskinson, 1996, p. 103 au (...)

54Puis est évoquée la chasse de divers gibiers autour de la silhouette d’Iule-Ascagne, cavalier au centre de la cuve coiffé du bonnet phrygien116 :

  • 117 Virgile, Énéide IV, vers 151-159 (trad. A. Bellessort, Paris, 1964).

« Quand on fut arrivé dans les hautes montagnes ( ), voici que les chèvres sauvages ( ) dévalent sur la pente des sommets ; d’autre part les cerfs traversent au galop l’étendue des plaines ( ). Mais Ascagne au milieu de la vallée presse joyeusement sa vive monture, tour à tour les gagne de vitesse et fait des vœux pour qu’au milieu de ce lâche bétail surgisse un sanglier baveux ou descende de la montagne un lion fauve »117.

  • 118 Description reprise pour l’essentiel de Sapelli, 1979, p. 320, et de Battaglia, 1983 ; bref comment (...)

55Derrière le cavalier troyen se tient un porteur de filet (pour la traque des cerfs à droite, dans un environnement rocheux sur lequel trône une divinité masculine locale). Les petits côtés montrent à droite un jeune cavalier (sans bonnet phrygien) attaquant un sanglier dans son antre. Le petit côté gauche présente une scène allégorique où l’on peut reconnaître Africa et sa coiffe à tête d’éléphant, allusion au lieu de l’action. Enfin le couvercle décline les étapes de l’autre chasse dangereuse souhaitée par Ascagne, celle des lions118.

  • 119 Bonnes reproductions dans Battaglia, 1983, p. 100-123, et Mistero di una fanciulla 1995, p. 76-83 e (...)
  • 120 Grassinger, 1999, p. 92-98 et 222. L’identification centrale d’Ascagne/Iule à cheval l’amène aussi (...)

56La conjonction des deux pièces (cuve et couvercle) adapte, y compris dans l’allusion aux chasses pratiquées, l’essentiel du texte virgilien, avec cependant une attention particulière portée à Iule, « le plus beau entre tous », qui tient la main de Didon. Par les dimensions de la cuve, inférieure à deux mètres quand les sarcophages d’adultes dépassent cette longueur, et par la thématique masculine du décor (virtus de la chasse), on pourrait attribuer ce sarcophage à un jeune homme, mort avant d’avoir exercé une charge publique avec, en mineure, la scène de dextrarum iunctio renvoyant à la nécessité du mariage pour le citoyen. Dagmar Grassinger a ainsi compris Ascagne-Iule comme le personnage principal du décor. Elle le reconnaît coiffé à la troyenne à gauche de Didon, puis au centre de la cuve à cheval, puis à pied chassant le cerf à droite de la cuve, enfin sur le petit côté droit face au sanglier. Autant je suis d’accord pour identifier Iule avec les jeunes gens à bonnet phrygien, autant le changement de type vestimentaire rend improbable une quadruple identification. Et surtout : c’est une petite fille de huit ans, embaumée, qui a été déposée dans le sarcophage avec ses bijoux119 et une poupée d’ivoire. Si bien que la lecture « masculine » de la cuve, qui ne tient pas compte de la défunte, aboutit à un paradoxe : alors que l’occupante de la cuve est exceptionnellement connue, D. Grassinger insiste sur « le départ, la chevauchée et la chasse d’Ascagne / Iule », ce qui ferait d’Ascagne le Vorbild der römische Jugend120.

  • 121 L’embaumement de la jeune fille de la via Cassia n’implique pas forcément qu’elle le fut en Égypte (...)

57Cet exemple montre bien la relativité de nos analyses iconographiques. Si l’on reprend le cas en appliquant les principes méthodologiques développées ci-dessus, c’est-à-dire en partant du document et en s’interrogeant sur les motivations du commanditaire, puis en intégrant l’iconographie au contexte de création et au contexte d’utilisation, on peut souligner que le sarcophage, unique, a été jugé « compatible » avec le décès de la petite fille et a été achetée pour elle, et ce, que la cuve ait été commandée à l’avance, choisie parmi d’autres sarcophages d’enfants en stock au moment des funérailles, ou installée après une translatio corporis rendue nécessaire par la commande spécifique et l’achèvement posthume du décor121. Ainsi que les inscriptions réunies précédemment l’attestent, l’acheteur, forcément lié à la jeune fille par des liens familiaux (au sens latin du terme), a voulu l’adéquation entre la défunte et la thématique exceptionnelle de son sarcophage.

  • 122 Virgile, Énéide IV, vers 59, pour les vœux adressés par Didon, entre autres, à « Junon qui veille a (...)

58La famille a certes pu commander ce décor unique parce que la défunte aimait le passage de l’Énéide, mais le sort tragique de Didon (emportée par le destin alors qu’elle escomptait le mariage)122, ourdi chez Virgile par Junon et Vénus, convenait à une jeune fille morte avant d’être sortie de l’enfance (pueritia). Le matériel archéologique tend à confirmer ce parallèle et à expliquer l’aspect central qu’occupe Iule dans l’iconographie, car il faut insister sur le fait que la reine ne tient pas la main droite du héros barbu, mais bien de Iule. Loin de n’être qu’une illustration de l’Énéide, l’iconographie du sarcophage en est une relecture : c’est, après le choix rare de l’épisode virgilien, le second indice de personnalisation du décor qu’il nous faut expliquer.

  • 123 Perse, Satires, II vers 70, est formel (à propos de l’intérêt que les dieux prennent à des offrande (...)
  • 124 Huskinson, 1996, p. 114, évoque deux sarcophages d’enfant où l’on voit une fillette jouer avec une (...)
  • 125 La plus grande mesurait 14 cm : Dasen, 2003, p. 198-199 ; Rossi, 1993, p. 152-157.
  • 126 Ivoire, début IVe siècle ; aujourd’hui conservée au Vatican, Musée Grégorien Étrusque (http://mv.va (...)
  • 127 Musco et alii, 2008, p. 46-47.
  • 128 Dans un sarcophage découvert en 1927, pour une petite fille de cinq à six ans ; hauteur de la poupé (...)
  • 129 Stefannelli, 1983, p. 38 ; Mistero di una fanciulla 1995, p. 71.
  • 130 Stefannelli, 1983, p. 46-47 ; Mistero di una fanciulla 1995, p. 70.
  • 131 Stefannelli, 1983, p. 45 ; Mistero di una fanciulla 1995, p. 70.
  • 132 La cuve (longue d’1 m 95), ornée de strigiles en façade, n’était sculptée que sur un côté du fait q (...)
  • 133 Sommella, 1983, p. 29 et 49-56 ; Mistero di una fanciulla 1995, p. 74-75. Lanciani, 1892, p. 301-30 (...)

59Revenons à la poupée : sa présence dans la cuve renvoie au rite pré-nuptial de l’offrande d’une poupée à Vénus123, plus exactement à l’absence d’offrande puisque l’enfant est morte avant d’accomplir le rite. Il y a de nombreux cas de poupées déposées dans la tombe de petite ou de jeune fille124, deux en ivoire à Yverdon-les-Bains dans le tombeau d’une adolescente de 14 ans125, l’une à Rome trouvée dans un sarcophage près de la basilique Saint-Sébastien126, une autre à Tor Cervara127, une autre encore à Tarragone dans une nécropole paléochrétienne128. L’exemple du sarcophage de Crepereia Tryphaena, mis au jour par Rodolpho Lanciani le 12 mai 1889 près du Mausolée d’Hadrien, est intéressant. La jeune fille d’environ 17-20 ans, accompagnée dans la tombe par un coffret de toilette et de nombreux bijoux, dont une couronne de myrte avec fermeture en argent129, un anneau d’or inscrit Filetus130 et un autre représentant deux mains droites serrées131, a été inhumée dans une cuve de marbre à la fin du second siècle de notre ère (vers 170) ; le petit côté gauche, sculpté en faible relief [ill. 8], montrait un couple, femme assise voilée, homme debout se tenant la tête, auprès d’un lit où une jeune fille est allongée : il s’agit d’une scène de deuil parental autour de la défunte132. Le corps était accompagnée d’une poupée d’ivoire de 23 cm [ill. 9]133.

  • 134 Sommella, 1983, p. 29 ; Lanciani, 1892, p. 303-304. L’engagement-ring de R. Lanciani renvoie à Plin (...)
  • 135 Manson 1978, p. 864 note 5 pour les textes romains mentionnant l’offrande de la puppa à Vénus à la (...)
  • 136 Stefannelli 1983, p. 45-46 (voir Boyancé, 1964 ; Mistero di una fanciulla 1995, p. 115 : anneau d’o (...)

60Ces éléments ont amené R. Lanciani à conclure que Crepereia Tryphaena avait été fiancée à un jeune homme nommé Filetus (la bague à son nom, ou la bague avec la dextrarum iunctio, serait l’anulus pronubus des sponsalia) puis, morte au seuil de ses noces, elle aurait été inhumée en habit de mariage, avec la nuptialis corona de myrte prévue pour l’occasion134. D’où la présence de la poupée dans la tombe, le don à Vénus, terme de la pueritia, n’ayant pu avoir lieu135. Son analyse a été acceptée jusqu’à nos jours, avec la nuance mineure que, si la scène de dextrarum iunctio n’est pas un geste du mariage romain, elle exprime tout de même Concordia et Fides136, valeurs cardinales d’une union.

61La pratique rituelle du dépôt funéraire de la poupée s’accompagne d’autres signes (bijoux, bas-relief de deploratio), et tous montrent dans leur intention (inscrire dans la tombe l’absence de mariage) que le deuil précoce des jeunes filles, figée dans la pueritia pour l’éternité, était une cause supplémentaire de tristesse pour les parents. Le rapprochement n’est pas pour surprendre, mariage et décès étaient liées dans l’imaginaire antique, ainsi Ovide en joue-t-il à propos des Parentalia :

  • 137 Ovide, Fastes II, vers 557-562 (trad. R. Schilling, Paris 1992). Aussi dans Héroïdes II. Phyllis à (...)

« Cependant, durant cette période, prenez du temps, jeunes veuves : le flambeau de pin nuptial doit attendre des jours purs. Et toi non plus, qu’une mère impatiente estime prête au mariage, ne laisse pas coiffer ta chevelure virginale avec l’aiguille à pointe recourbée. Enferme tes torches, Hyménée, et tiens-les à l’écart des flammes funèbres : la tristesse des tombeaux requiert d’autres torches »137.

62Taeda est en latin la « torche », mot devenu synonyme de torche nuptiale et de mariage ; et on sait que, renversé, le flambeau renvoie aux funérailles. Tel est le petit Amour figuré entre Énée et Didon sur le sarcophage de la Via Cassia. Précisément, le thème virgilien des « amours malheureux » de Didon avec non pas Énée ici, mais le jeune Iule, renvoie, je crois, aux fiançailles de la fillette inhumée dans la cuve et au projet de mariage. Image idéale du sponsus et de son père, ou du sponsus et du père de la jeune fille ? L’iconographie n’est pas aussi précise qu’une inscription, mais elle indique sans ambiguïté qu’à gauche les liens avec Iule sont matrimoniaux alors qu’à droite l’Amour, qui touche de la main le genou d’Énée et de la flamme de sa torche le pied de Didon, renvoie à la tristesse du deuil ressenti par Énée et à un amour non conjugal. Chagrin d’un père, en regard du petit côté gauche du sarcophage de Crepereia Tryphaena [ill. 8] et, par exemple, d’une inscription arlésienne dédiée par sa mère à une jeune fille :

  • 138 CIL XII, 00743 (= CAG-13-05, p. 540 ; Arles) : Aeliae Aelia[nae] / littera qui nosti lege casum et (...)

« À Aelia Aeliana. / Toi qui a appris tes lettres, lis l’infortune [...] et [...]. / Beaucoup nomment sarcophage ce qui (ce que ?) [...] / mais cette (?) demeure close, convenant aux abeilles [...]. / Injustice indigne ! Ici gît une (?) brillante [...]. / C’est bien plus que de la douleur : une belle [...] a été emportée. / La jeune femme a passé, quand déjà mûre elle attirait les regards. / Elle avait fixé le jour de ses noces, ses parents se réjouissaient de voir les vœux prononcés. / Elle vécut dix-sept ans, sept mois et dix-huit jours. / Heureux père, qui ne vit pas telle douleur ! / La blessure est fichée dans le cœur de sa mère Dionysias, / elle y est enfoncée, et son père Géryon étreint lui-même la jeune fille, attachée à lui »138.

ill. 8 - Sarcophage de Crepereia Tryphaena, petit côté gauche ; vers 170 après J.-C. (d’après Talamo 1983, p. 34).

63Inhumée avec son père, pleurée par sa mère au seuil du mariage : Aelia Aeliana rejoint dans la mort la jeune Minicia Marcella, morte vers 105 après J.‑C. à presque 13 ans, juste avant son mariage. Pline le Jeune, qui nous rapporte l’anecdote, révèle ce qui manque aux sarcophages, dont celui de la via Cassia : le contexte familial et les circonstances du deuil. Il insiste d’abord sur les qualités morales de l’enfant :

  • 139 Pline le Jeune, Lettre, V, 16, 3-6 (trad. Anne-Marie Guillemin, Paris, 1989). L’expression jam elec (...)

« Quelle ardeur, quelle intelligence dans ses études ! Quelle modération, quelle retenue dans ses jeux ! Avec quelle humeur égale (temperantia), quelle patience (patientia), quel courage (constantia), elle supporta sa dernière maladie ! Elle obéissait aux médecins, encourageait sa sœur, son père et se soutenait elle-même, quand ses forces physiques l’eurent abandonnée, par l’énergie de son âme. Cette vertu lui demeura jusqu’à la fin sans être entamée par la durée de la maladie ni l’appréhension de la mort. Aussi nous a-t-elle laissé bien des motifs, de grands motifs, de la regretter et de la pleurer »139.

ill. 9 - Poupée d’ivoire (et autres dépôts) du sarcophage de Crepereia Tryphaena (d’après Sommella, 1983, p. 31).

64Puis vient la tristesse du père qui, terrassé par le chagrin, transforme les dépenses prévues pour le mariage en achats pour les funérailles – comportement décelé dans les offrandes déposées auprès de Crepereia Tryphaena et de l’anonyme de la via Cassia :

  • 140 Ibid., 6-7 (trad. Anne-Marie Guillemin, Paris, 1989).

« Déjà elle était fiancée à un jeune homme distingué, déjà était fixé le jour des noces, déjà nous étions invités. Et cette joie, en quelle douleur s’est-elle changée ! Je ne puis trouver les mots pour dire le mal que j’eus à l’âme en entendant Fundanus lui-même – la douleur est féconde en lugubres inventions – ordonner qu’avec l’argent destiné aux vêtements, aux perles, aux pierres précieuses, on achetât de l’encens, des baumes, des parfums »140.

  • 141 Huskinson 1996, p. 77, évoquait, outre la lettre de Pline, la préface du livre VI des Institutions (...)

65Enfin, si la lettre de Pline nous permet de ressentir la douleur d’un père quelques années à peine avant les premiers sarcophages hadrianiaques, il nous livre aussi une expression importante141 :

  • 142 Pline le Jeune, Lettre, V, 16, 1-3 (trad. Anne-Marie Guillemin, Paris, 1989).

« Je suis bien triste en vous écrivant cette lettre après la mort de la fille cadette de notre ami Fundanus. Je n’ai jamais rien vu de plus gracieux, de plus aimable que cette enfant, rien qui méritât mieux non seulement une vie plus longue, mais presque l’immortalité (prope immortalitate). Elle n’avait pas encore achevée sa treizième année et déjà elle possédait la sagesse d’une femme âgée et la dignité d’une mère de famille, sans avoir perdu les charmes de la jeune fille et une pudeur virginale. Comme elle se suspendait au cou de son père ! Comme elle nous serrait dans ses bras, nous autres les amis de ce père, avec autant d’affection que de modestie ! Comme elle vouait aux nourrices, aux pédagogues, aux maîtres une affection dont les nuances variaient avec leurs conditions ! »142.

  • 143 CIL VI, 16631 : D(is) M(anibus) / Miniciae / Marcellae / Fundani f(iliae) / v(ixit) a(nnos) XII m(e (...)
  • 144 Herdejürgen, 1984, p. 7-25, analyse de même un certain nombre de signes iconographiques disposés su (...)
  • 145 Ferrari, 2002, p. 157-158.

66L’expression prope immortalitas annonce, je crois, les développements de l’iconographie des sarcophages qui exprimera, quinze ans après la lettre de Pline et à travers l’analogie entre défunt et héros chère à R. Turcan et H. Wrede, cette espoir de l’immortalité méritée par ses actes, memoria préservée par la pietas erga parentes. L’adverbe prope est fondamental : il place les analogies héroïques ou mythiques discernables sur les sarcophages (et ailleurs) dans un discours qui relève du mode conditionnel, et non affirmatif. L’ultime pièce du puzzle, le cippe funéraire de Minucia Marcella, retrouvé au XIXe siècle, est d’ailleurs d’une sobriété révélatrice [ill. 10] : il montre au-dessus de l’épitaphe « Aux dieux Mânes. À Minicia Marcella, fille de Fundanus, qui vécut douze ans, onze mois et sept jours »143, un aigle ; et sur les côtés, un vase à libation à gauche et une patère à droite. Autant d’éléments que l’on trouve fréquemment dans l’iconographie funéraire et qui témoignent du type de rituels auquel avait droit l’enfant144. Ainsi, entre l’expression de Pline, prope immortalitas, et la silhouette, sur l’autel funéraire de Minicia Marcella, des objets nécessaires aux libations et de l’aigle au-dessus de l’inscription, existe une similitude idéologique : l’immortalité lui est souhaitée, elle n’est pas véritablement envisagée. Placer un signe potentiel d’apothéose (l’aigle) sur un monumentum n’implique pas une croyance en une ascension stellaire de la défunte. Pline n’en dit rien, et la douleur du père n’est estompée par aucun espoir post mortem ; en revanche Pline souhaite à la jeune fille la même immortalité que celle des héros, à savoir la gloire, fama, que le souvenir de ses vertus et de son triste trépas ne soit pas oublié. Le sepulcrum, propriété des dieux Mânes, est aussi, grâce à la pietas dont fait preuve la familia (en l’occurrence Fundanus père, la mère étant morte), le monumentum destiné à préserver la memoria de la défunte. D’où l’importance de la concordia familiale et de la consolatio, genre littéraire mais aussi officium pietatis et officium amicitiae145 : c’est la pietas et la fides au sein de la famille qui commandent au funus, et c’est l’amicitia qui réunit le cercle plus large des proches. Ce sont ces valeurs que convoque Valère Maxime dans son catalogue d’exempla de l’amour conjugal (De amore coniugali) :

  • 146 Valère Maxime, Faits et dits mémorables IV, 6, 1 (trad. R. Combès, 1997). Il utilise plus loin (IV, (...)

« [ce sentiment] est pourtant un peu plus ardent et violent et, à propos de l’amour vécu dans le cadre des lois (legitimique amoris), je vais proposer à mes lecteurs pour ainsi dire quelques portraits (imagines) qu’ils ne devront pas manquer de regarder avec le respect le plus profond, en présentant une série de couples à la fidélité solidement éprouvée (coniuges stabilitae fidei), pour montrer ce qu’ils ont fait et qui est difficile à imiter, mais utile à connaître (...) »146.

ill. 10 - Autel funéraire de Minicia Marcella, vers 105 après J.-C.

67Après avoir comparé Tiberius Gracchus, époux de Cornelia et père des Gracques, à Admète, il cite Marcus Plautius qui se frappa sur le bûcher de son épouse, et commente ainsi l’anecdote :

  • 147 Ibid., IV, 6, 3 (trad. R. Combès, 1997). On songe ici à la fresque de Pyrame et Thisbé dans la tomb (...)

« Et sans doute lorsqu’on partage un amour qui est particulièrement vif et vertueux, il vaut presque mieux être réunis par la mort que séparés par la vie »147.

  • 148 Note 32 ci-dessus.
  • 149 C’est l’immortalité civique décrite par Pline l’Ancien (note 45 ci-dessus).
  • 150 Même idée dans CIL VI, 11252 (Rome, fin 1er siècle après J.‑C. ; traduction partielle dans Porte 19 (...)

68Cette affirmation se retrouve tant dans les dédicaces que dans l’iconographie funéraire. L’inscription du sarcophage de C. Junius Evhodus à son « l’épouse très sainte » montre [ill. 3] que la comparaison avec Alceste et Admète était usuelle à Rome148. Le sarcophage et son décor mythologique ont été choisis par Evhodus pour elle, morte avant lui et qu’il rejoindra à son décès. Rien dans la représentation n’implique un espoir de consecratio : le portrait personnalisé de Métilia Acté est celui de la défunte sur le lit au centre, non celui de la « revenante » des Enfers, et le souhait de l’immortalité a d’abord une visée consolatoire. Là où les sarcophages « biographiques » décrivent la dextrarum iunctio et la naissance d’enfants, là où une inscription énumère les qualités de l’épouse, là où Pline le Jeune utilise prope, l’analogie mythologique avec Admète identifie d’un coup Métilia Acté avec le paradigme de l’épouse modèle et rend visible la tristesse du mari séparé de sa « très sainte épouse »149 ; la mort les réunira pour toujours, dans le sarcophage150.

ill. 11 - Schéma d’analyse des sarcophages romains.

5. CONCLUSION

69Je récapitule les éléments énoncés aux points 3 et 4 [ill. 11] pour élaborer un modèle théorique aussi opérationnel que possible.

  • 151 Talamo 1983, p. 34, rapproche ainsi la silhouette de la défunte sur le sarcophage de Crepereia Tryp (...)
  • 152 Brilliant, 1986, p. 125.

70Le sarcophage a été produit dans un atelier, dans le but de remplir une fonction funéraire ; il était donc en conformité avec les rituels, comportements, valeurs attendus à cette occasion par le groupe ou la société concerné, et il appartenait à un vaste corpus influencé par des modèles antérieurs (traditions iconographiques classiques151, hellénistiques, italiques – statuaires, peintures, etc., pantomimes, grands classiques de l’éducation romaine : Virgile, Ovide...) et des modes contemporaines (coiffures des impératrices, actualité politique et militaire, « nouveautés » telle la colonne de Marc Aurèle) qui se fondaient dans ce que Richard Brilliant a appelé « a process of contextual reformation »152, une adaptation formelle et narrative conforme à la fonction de l’objet. Comme en témoigne les articles du LIMC, les sarcophages s’inscrivent dans et / ou modifient une « série » iconographique, l’enrichissant au gré des créations (le banquet qui suit la chasse de Méléagre est une innovation romaine propre aux ateliers de sarcophage) et des commandes spécifiques, commandes qui, une fois mises au point, pouvaient à leur tour donner naissance à une nouvelle série. Dans tous les cas, la mise en scène des personnages, la sélection et l’agencement des scènes étaient construits par rapport à la fonction funéraire du sarcophage.

71Tous les sarcophages dont nous disposons ont été achetés par un Romain, ce qui prouve que le produit était en conformité avec les rituels, comportements, valeurs attendus pour l’occasion par le groupe ou la société concerné.

72L’acheteur était soit le défunt lui-même (achat« du vivant »), soit l’héritier (heres), et la commande a pu précéder la mort, la suivre de peu (achat dans un atelier, en urgence) ou de longtemps (achat dans l’atelier après commande spécifique nécessitant le temps de la réalisation, plus ou moins long – portrait et / ou inscription et / ou décor spécifiques –, donc une inhumation provisoire puis la translatio corporis). Quoi qu’il en soit de ces variations, le sarcophage était forcément choisi par rapport à la biographie du défunt (sexe, âge, statut, métier, goûts littéraires, philosophiques, religieux, etc.), l’objectif étant la memoria de ses qualités et, plus largement, de son identité. Quoi qu’il en soit encore des circonstances de l’achat, celui-ci était forcément influencé par le lien existant entre l’acheteur et le défunt : autobiographique, ou collectif (collège professionnel ou funéraire), ou pensé pour rendre hommage à un(e) conjoint(e), parent(e-s), grand-parent(s), enfant(s), sœur(s), frère(s), patron(ne-s), affranchi(e-s) Les inscriptions montrent la variété des possibles mais aussi leur caractéristique commune : le respect de la pietas erga parentes (et de la fides, de l’amicitia...) envers le disparu, l’importance accordée par les dédicants à la mention exacte de leur parenté avec le défunt et au respect éternel des dispositions prises lors de l’inhumation.

73Le commanditaire achetait, dans l’atelier de son choix, le sarcophage jugé adéquat à son intention et / ou à sa position par rapport au défunt, ou bien demandait à individualiser à peu de frais une cuve pré-sculptée (portrait, inscription), ou bien encore commandait (et concevait ?) un thème mieux adapté à son projet, voire totalement personnel. Le premier cas (achat dans le stock de l’atelier), le plus fréquent au vu du caractère répétitif de la production, implique, selon la logique commerciale de l’atelier, que le motif pré-sculpté était construit pour répondre à un type précis de commande « usuelle », donc basé sur un lien familial « type » entre défunt et acheteur. Si personnalisation il y avait, elle se faisait par le biais de signes ajoutés – ou pas : cette personnalisation avait de toutes façons lieu lors des funérailles, où le nom et la dépouille du défunt étaient vus et entendus par l’assistance.

74Le second cas (commande spécifique avant ou après décès) est possible, mais son évidence demeure pour nous liée à la présence d’indice(s) permettant de dépasser l’hypothèse de l’achat « standard ». Tout indice « hors norme » autorise la personnalisation du commentaire (intention du créateur, commande de l’acheteur, réception orientée par les spectateurs), en revanche et en l’absence de tel(s) indice (s), l’interprétation ne peut dépasser le premier point sans risque de surinterprétation.

75Ces éléments impliquent que les ateliers de marbrier avaient intérêt à réaliser des thèmes polysémiques, correspondant à la plus large variété possible de décès et donc susceptibles de séduire la plus grande variété d’acheteurs potentiels, ou a contrario de produire des thèmes très « typés », illustrant un type précis de deuil et de relation avec le défunt. Cet objectif commercial se traduit, je crois, par l’existence de produits de série (registre réaliste ou mythique) pensés autour de « types de deuil familiaux usuels » :

    • 153 Huskinson, 1996, p. 79, identifie trois types de sarcophages d’enfants : avec des thèmes similaires (...)

    un ou une enfant en bas-âge, et dans ce cas les scènes d’éducation (par l’école et le jeu) et de déploration familiale renvoyaient l’acheteur à sa tristesse familiale ; dans le registre mythique, l’éroïsation des thèmes d’adulte permettait l’identification consolatoire de l’enfant disparu avec un héros infantilisé153 ;

    • 154 Le miroir d’argent de la tombe féminine de Vallerano, découverte en 1993, est orné de la représenta (...)

    un ou une adolescent(e), mort avant le mariage et l’entrée dans la vie publique : les scènes « réalistes » de deploratio existent, et dans le registre mythique on voit figurer autour de Proserpine, Phaéton, Adonis, Ariane (etc.)154 des amis et parents, mais surtout des pédagogues et des nourrices que les traditions littéraires grecques méconnaissent et qui, en tant qu’ajout romain, insistent sur la douleur qui frappe la familia : leur présence est signifiante et révèle l’interpretatio romana funéraire du mythe ;

  • l’époux ou l’épouse, la sœur ou le frère, le père ou la mère, la fille ou le fils etc. : les scènes dites réalistes (ou biographiques) tout autant que les mythes de « séparation » d’un héros et d’une héroïne, ou de dormition, sont susceptibles de véhiculer ce message de consolatio familiale. A aime B malgré la mort et le retrouvera dans l’au-delà – discours qui, après la mort de A, demeure valable mais se conjugue au passé (A a retrouvé B pour l’éternité). « Il vaut presque mieux être réunis par la mort que séparés par la vie ».

76J’insiste sur le fait que ces produits de série sont en conformité avec les valeurs morales standards du groupe ou de la société concernée (romaine, provinciale), lesquelles influent sur la culture familiale et personnelle de l’acheteur qui, elle, est moins aisée à reconstituer. Appréhender l’intention de l’acheteur, puis la réception de l’image par les spectateurs romains, est impossible, sauf indice clair dans l’image, l’inscription, le contexte monumental ou archéologique : si on en dispose, alors une lecture individualisée du sarcophage, adaptée à l’individu et à sa famille, peut être développée. Mais dans la plupart des cas, seule l’intention initiale, « conceptuelle », demeure : celle de l’atelier, conforme à la norme de la société. On peut donc comprendre pour quel type de deuil le sarcophage a été pensé dans l’officine, le type de valeurs romaines que le sepulcrum devait véhiculer, et supposer que l’achat puis la réception en contexte funéraire ont été conformes à l’intention initiale et aux valeurs normales de la société romaine, norme à reconstituer à partir des contextes d’usage (familial, rituel, social) et de l’environnement spatial (architecture, archéologie, inscription) du sarcophage.

  • 155 Les sarcophages romains ont été conçus dans des ateliers dont la réalité physique nous échappe. Les (...)

77Je proposerai donc un axiome : c’est en partant de la conception (ici la création des cuves dans les ateliers)155 et par l’analyse de l’image dans son contexte d’utilisation, que l’on peut espérer atteindre la réception « type » de l’œuvre.

Bibliographie

LIMC I. 1, s. v. « Alkestis » [Margot Schmidt], p. 533-544.

Baldassare et alii, 1996 : Ida Baldassare, Irene Bragantini, Chiara Morselli, Franca Taglietti, Necropoli di Porto. Isola Sacra, Rome 1996.

Battaglia, 1983 : Gabriella Bordenache Battaglia, Corredi funerari di età imperiale e barbarica nel Museo Nazionale Romano, Rome 1983.

Bayet, 1922-1923 : Jean Bayet, « Hercule funéraire », MEFR 39, 1921-1922, p. 219-266.

Becchi, 1998 : Egle Becchi, « L’Antiquité », dans Histoire de l’enfance en Occident de l’Antiquité au XVIIe siècle, Paris 1998, p. 40-68.

Belloc, 2009 : Hervé Belloc, « "Sepultus loquitur" : des vers trop silencieux dans un nouveau " carmen" de la cité d’Arles (CLEG N053 ; ILGN, 126) », dans Literatura epigráfica : estudios dedicados a Gabriel Sanders, Xavier Gómez i Font, Concepción Fernández Martínez, Joan Gómez Pallarés éd., Saragosse 2009, p. 13-35.

Benoist, 2009 : Stéphane Benoist, « Introduction. L’historien entre la mémoire et l’oubli », dans Mémoires partagées, mémoires disputées. Écriture et réécriture de l’Histoire (Centre régional universitaire lorrain d’histoire. Site de Metz 39), dir. St. Benois, A. Daguet-Gagey, C. Hoët-Van Cauwenberghe, S. Lefebvre), Metz 2009, p. 13-25.

Bergmann, 1996 : Bettina Bergmann, « The pregnant Moment. Tragic Wives in the roman Interior », dans Sexuality in Ancient Art. Near East, Egypt, Greece, and Italy (édité par Natalie Boymel Kampen), Cambridge 1996, p. 199-218.

Bergmann, 1999 : Bettina Bergmann, « Rythms of recognition : mythological encounters in roman landscape painting », dans Im Spiegel des Mythos. Bilderwelt und Lebenswelt (Palilia 6), Rome 1999, p. 81-107.

Berrendonner, 2009 : Clara Berrendonner, « L’invention des épitaphes dans la Rome médio-républicaine », dans Écritures, cultures, sociétés dans les nécropoles d’Italie ancienne (Études 23, Ausonius éditions) ; textes réunis sous la direction de Marie-Laurence Haack, Bordeaux 2009, p. 181-201.

Bielfeldt, 2003 : Ruth Bielfeldt, « Orest im Medusengrab. Ein Versuch zum Betrachter », Römische Mitteilungen, 2003, 110, p. 117-150.

Blome, 1992 : Peter Blome, « Funerärsymbolische Collagen auf mythologischen Sarkophagreliefs », Studi italiani di Filologia Classica 1992, 85, p. 1061-1072.

Boyancé, 1964 : Pierre Boyancé, « La main de Fides », dans Hommages à Jean Bayet, Latomus 1964, p. 109-113.

Brilliant, 1986 : Richard Brilliant, Visual Narratives. Storytelling in Etruscan and Roman Art, New York, 1986 (première édition 1984).

Brilliant, 1994 : Richard Brilliant, « Roman Myth / Greek Myth : reciprocity and appropriation on a roman sarcophagi in Berlin », dans Commentaries on roman art. Selected studies, Londres 1994.

Calza, 1940 : Guido Cazla, La necropoli del Porto di Roma nell’Isola Sacra, Rome 1940.

Cumont, 1966 : Franz Cumont, Recherches sur le symbolisme funéraire des Romains, Paris 1966 (réédition anastasique de l’ouvrage de 1942).

Dasen, 2003 : Véronique Dasen, « Les poupées », in D. Gourevitch, A. Moirin, N. Rouquet (dir.), Maternité et petite enfance dans l’Antiquité romaine (catalogue de l’exposition), Bourges, 2003, p. 198-199.

De Visscher, 1963 : Fernand De Visscher, Le droit des tombeaux romains, Milan 1963.

Dumézil, 1987 : Georges Dumézil, La Religion romaine archaïque, Paris 1987 (1er éd. 1974).

Elsner, 2011 : Jas Elsner, « Introduction », dans Life, Death and Representation. Some New Work on Roman Sarcophagi, J. Elsner et J. Huskinson éd., Berlin - New-York 2011, p. 1-20.

Feraudi-Gruénais, 2001 : Francisca Feraudi-Gruénais, Ubi diutius nobis habitandum. Die Innendekoration der kaiserzeitlichen Gräber Roms, Wiesbaden, 2001.

Feraudi-Gruénais, 2001 : Francisca Feraudi-Gruénais, Inschriften und Selbstdarstellung in stadtrömischen Grabbauten, Rome, 2003.

Ferrari, 2002 : Nathalie Ferrari, « Le corps consolé. Étude de la consolation privée dans la Rome antique », dans Corps romains (textes réunis par Philippe Moreau), Grenoble 2002, p. 139-159.

Fittschen, 1992 : Klaus Fittschen, « Der Tod der Kreusa und der Niobiden. Überlegungen zur Deutung griechischer Mythen auf römischen Sarkophagen », Studi italiani di Filologia Classica 1992, 85, p. 1046-1060.

Fortunelli, 2002 : Simona Fortunelli, « Nobilitas gentilizia e Virtù civili nella celebrazione dei membri dell’amplissimus ordo : su un gruppo di sarcofagi senatorii con scene di sacrificio », dans Iconografia 2001. Studi sull’immagine (Antenor Quaderni 1), Rome 2002, p. 365-378.

Galinier, 2008 : Martin Galinier, « Contraria videre. Meurtres et parricides sur les sarcophages romains, ou la mémoire avertie », dans Un discours en images de la condamnation de la mémoire (Centre régional universitaire lorrain d’histoire site de Metz 34), Stéphane Benoist et Anne Daguet-Gagey éd., Metz, 2008 (CRULH, Centres Gernet et Glotz), p. 245-263.

Galinier, 2012 : Martin Galinier, « Femmes violentes à Rome : représentations morales ? », communication au colloque Le conflit et sa représentation, 13-15 mars 2008, CERCAM (Montpellier 3 Paul Valéry) : Montpellier 2012, p. 463-500.

Geffroy, 1889 : Auguste Geffroy, « Lettre du directeur de l’École française de Rome », CRAI 1889, 3, p. 198‑200.

Giraud, 1997 : François Giraud, « La légende d’Oreste sur les sarcophages romains : scénographie », Latomus 1997, 56.1, p. 132-139.

Ghiron-Bistagne, 1982 : Paulette Ghiron-Bistagne, « Phèdre ou l’amour interdit. Essai sur la signification du "motif de Phèdre" et son évolution dans l’antiquité classique », Klio 1982, 64.1, p.. 29-49.

Grassinger, 1999 : Dagmar Grassinger, Die mythologischen Sarkophage. Achill, Adonis, Aeneas, Aktaion, Alkestis, Amazonen, Berlin 1999.

Heltulla, 2007 : Anne Heltyulla (dir.), Le iscrizioni sepolcrali latine nell’Isola sacra 1 (Acta Instituti Romani Finlandiae 30), Rome 2007.

Herdejürgen, 1984 : Helga Herdejürgen, « Sarkophage mit Darstellungen von Kultgeräten », dans Symposium über die antiken Sarkophage (Bernard Andreae éd.), Marburg-Lahn 1984, p. 7-25.

Hoffmann, 2007 : Geneviève Hoffmann, « À propos de la stèle funéraire attique de Mika, fille d’Hippoclès, quelques questions méthodologiques (Inv. no ? 5775) », Pallas 2007, 75, p. 177‑187.

Huet, 2004 : Valérie Huet, « Images et damnatio memoriae », Cahiers du Centre Gustave-Glotz 15, 2004, p. 237-253.

Koch, 1993 : Guntram Koch, Sarkophage der römischen Kaiserzeit, Darmstadt, 1993.

Koch ; Sichtermann, 1975 : Guntram Koch et Hellmut Sichtermann, Griechische Mythen auf römischen Sarkophagen, Tübingen, 1975.

Koch ; Sichtermann, 1982 : Guntram Koch et Hellmut Sichtermann, Römische Sarkophage, Munich, 1982.

Koortbojian, 1995 : Michael Koortbojian, Myth, Meaning, and Memory on roman Sarcophagi, Berkeley - Los Angeles - Londres 1995.

Lanciani, 1892 : Rodolfo Lanciani, Pagan and Christian Rome, Boston et New York, 1892.

Lefebvre, 2004 : Sabine Lefebvre, « Les cités face à la damnatio memoriae : les martelages dans l’espace urbain », Cahiers du Centre Gustave-Glotz 15, 2004 (= « Cités et damnatio »), p. 191-217.

Liverani ; Spinola, 2010 : Paolo Liverani, Giandomenico Spinola, Vatican. La nécropole et le tombeau de saint Pierre, Milan 2010.

Manson, 1978 : Michel Manson, « Histoire d’un mythe : les poupées de Maria, femme d’Honorius », MEFRA 90.2, 1978, p. 863-869.

Mattei, 1983 : Marina Mattei, notice dans Roma capitale 1870-1911. Crepereia Tryphaena. Le scoperte archeologiche nell’area del Palazzo di Giustizia, Venise 1983, p. 47.

Martin, 2003 : Jean-Pierre Martin, « Condamnations et damnations. Approches et modalités de réécriture de l’histoire. Introduction », Cahiers du Centre Gustave-Glotz 14, 2003, p. 227-229.

Messineo, 1985 : Gaetano Messineo, « Via Cassia km. 11. Località Casale Ghella », Bollettino della Commissione Archeologica Comunale LXC, 1985, p. 177-184.

Millin, 1806 : Aubin-Louis Millin, Dictionnaire des Beaux-Arts tome 3, article « Sarcophages », Paris 1806, p. 480-485.

Mistero di una fanciulla, 1995 : Mistero di una fanciulla. Ori e gioielli della Roma di Marco Aurelio da una nuova scoperta archeologica, Alessandro Bedini dir., Milan 1995.

Musco et alii, 2008 : Musco Stefano, Catalano Paola, De Angelis Flavio, Iannaccone Andrea, « L’hypogée du Haut-Empire de Tor Cervara », Les Dossiers d’Archéologie 330, 2008, p. 42-47.

Musso, 1985 : Luisa Musso, « Sarcofago con raffigurazione del mito di Ippolito », dans Museo Nazionale Romano. Le sculture I. 8.1 (dir. Antonio Giuliano), Rome 1985, p. 12-17.

Newby, 2011 : Zahra Newby, « In the Guise of Gods and Heroes : Portrait Heads on Roman Mythological Sarcophagi », dans Life, Death and Representation. Some New Work on Roman Sarcophagi, J. Elsner et J. Huskinson éd., Berlin - New-York 2011, p. 189-227.

Panosky, 1995 : Erwin Panosky, La sculpture funéraire, de l’ancienne Égypte au Bernin, Paris 1995 (éd. américaine 1964).

Paturet, 1997 : Arnaud Paturet, « Le transfert des morts dans l’antiquité romaine : aspects juridiques et religieux », Revue internationale des Droits de l’Antiquité 54, 2007, p. 349-378.

Peter, 1992 : Orsolya Marta Peter, « L’image idéale du mariage et de la filiation à Rome », dans Le droit de la famille en Europe. Son évolution de l’Antiquité à nos jours (Roland Ganghofer dir.), Strasbourg 1992, p. 363-373.

Porte, 1993 : Danièle Porte, Tombeaux romains. Anthologie d’épitaphes latines, Paris 1993.

Rebillard, 2003 : Éric Rebillard, Religion et sépulture : l’Église, les vivants et les morts dans l’Antiquité tardive (IIIe-Ve siècles), Paris 2003 (Civilisations et sociétés, 115).

Rossi, 1993 : Frédéric Rossi, « Deux poupées en ivoire d’époque romaine à Yverdon-les-Bains VD », Archéologie suisse, 16, 1993, p. 152-157.

Russell, 2011 : Ben Russel, « The Roman Sarcophagus "Industry" : a Reconsideration », dans Life, Death and Representation. Some New Work on Roman Sarcophagi, J. Elsner et J. Huskinson éd., Berlin - New-York 2011, p. 119-147.

Salathé, 2000 : Julie Ponessa Salathé, « Venus and the representation of virtue on third-century sarcosarcophagi», Latomus 2000, 59.4, p. 873-888 et pl. XVIII-XXIV.

Sapelli, 1979 : Marina Sapelli, « Sarcofago con caccia di Enea e Didone », dans Museo Nazionale Romano. Le sculture I. 1 (dir. Antonio Giuliano), Rome 1979, p. 318-324.

Sauron, 1999 : Gilles Sauron, « Légende noire et mythe de l’âge d’or. Les pôles complémentaires de la mystification augustéenne », dans Le mythe grec dans l’Italie antique. Fonction et image (collection EFR 253), Rome 1999, p. 593-625.

Sauron, 2001 : Gilles Sauron, « Vénus entre deux fous au Forum de César », Rome et ses provinces. Genèse et diffusion d’une image de pouvoir. Hommages à Jean-Charles Balty (textes rassemblés par C. Evers et A. Tsingarida), Bruxelles, 2001, p. 187-199.

Scheid, 1981 : John Scheid, « Le délit religieux dans la Rome tardo-républicaine », dans J. Scheid (dir.), Le délit religieux dans la cité antique (collection E. F. R. 148), Rome 1981, p. 117-171.

Scheid, 1984 : John Scheid : « Contraria facere : renversements et déplacements dans les rites funéraires », Annali dell’Istituto universario Orientale di Napoli, Archeologia e Storia Antica VI, 1984, p. 117-139.

Scheid, 2005 : John Scheid, Quand faire, c’est croire. Les rites sacrificiels des Romains, Paris, 2005.

Scheid, 2008 : John Scheid, « En guise de protocole », dans Pour une archéologie du rite. Nouvelles perspectives de l’archéologie funéraire, (études réunies par John Scheid), Rome, Collection École française de Rome 407, 2008, p. 5-8.

Sichtermann, 1992 : Hellmut Sichtermann, Die mythologischen Sarkophage XII. 2. Apollon bis Grazien, Berlin 1992.

Sommella, 1983 : Anna Mura Somella, « Creperia Tryphaena », p. 29-32 ; « 10. Bambola in avorio », p. 49-56 : notices dans Roma capitale 1870-1911. Crepereia Tryphaena. Le scoperte archeologiche nell’area del Palazzo di Giustizia, Venise 1983.

Stefannelli, 1983 : Lucia P. Biroli Stefannelli, « 3. Corona di folgie di mortella con fermaglio d’argento », p. 38 ; « 7. Anello d’oro con intaglio su diaspro rosso », p. 45-46 ; 9. Anello d’oro con cammeo in calcedonio-agata », p. 47-48 : notices dans Roma capitale 1870-1911. Crepereia Tryphaena. Le scoperte archeologiche nell’area del Palazzo di Giustizia, Venise 1983.

Talamo, 1983 : Emilia Talamo, « Le scoperte archeologiche nell’area del Palazzo di Giustizia », dans Roma capitale 1870-1911. Crepereia Tryphaena. Le scoperte archeologiche nell’area del Palazzo di Giustizia, Venis 1983, p. 21-27.

Thomas, 1981 : Yan Thomas, « Parricidium I. Le père, la famille et la cité », MEFRA 93, 1981.2, p. 643-715.

Thylander, 1952 : Hilding Thylander, Inscriptions du port d’Ostie (Acta Instituti Romani Regni Sueciae IV. 1 et 2), Lund 1952.

Toso, 2002 : Sabina Toso, « Le cattive ragazze. Le amazzoni, Onfale e Medea », dans Iconografia 2001. Studi sull’immagine (AntenorQuaderni I), Rome 2002, p. 289-307.

Turcan, 1978 : Robert Turcan, « Les sarcophages romains et le problème du symbolisme funéraire », ANRW II. 16.2, 1978, p. 1700-1735.

Turcan, 1982 : Robert Turcan, recension parue dans Gnomon 54.7, 1982, p. 676-683 (recension de Wrede 1981).

Turcan, 1995 : Robert Turcan, L’art romain dans l’histoire, Paris, 1995.

Turcan, 1999 : Robert Turcan, Messages d’outre-tombe. L’iconographie des sarcophages romains, Paris 1999.

Wood, 1978 : Susan Wood, « Alcestis on Roman Sarcophagi », AJA 82, 1978, p. 499-510.

Wrede, 1981 : Henning Wrede, Consecratio in formam deorum : Vergöttlichte Privatpersonen in der römischen Kaiserzeit, Mayence 1981.

Wrede, 2001 : Henning Wrede, Senatorische Sarkophage Roms. Der Beitrag des Senatorenstandes zur römischen Kunst der hohen und späten Kaiserzeit (Monumenta Artis Romanae XXIX), Mainz am Rhein 2001.

Zanker, 1999 : Paul Zanker, « Phädras Trauer und Hippolytos’Bildung : zu einem Sarkophag im Thermenmuseum », dans Im Spiegel des Mythos. Bilderwelt und Lebenswelt (Palilia 6), Rome 1999, p. 131-142.

Zanker, 2000 : Paul Zanker, Die mythologischen Sarkophagreliefs und ihre Betrachter, Munich 2000.

Zanker ; Ewald, 2004 : Paul Zanker et Björn Christian Ewald, Mit Mythen leben. Die Bilderwerlt der römischen Sarkophage, Munich 2004 (trad. italienne Vivere con i Miti. L’iconografia dei sarcofagi romani, Turin 2008).

Notes

1 Turcan, 1978, p. 1721. Ou encore (p. 1709) : « le "programme" iconographique des marbriers et ce que K. Schefold appelle "l’élection des thèmes" devaient bien reposer sur un système d’idées communes, sur une certaine orientation de pensée concernant la vie, le destin et la mort ».

2 Koch, 1993, p. 58 : douze mille sarcophages impériaux, tous ateliers confondus ; six mille romains, dont (p. 72) mille deux cents exemplaires avec thèmes mythologiques ; en dernier lieu Russell, 2011, p. 127. Elsner, 2011, p. 1, insiste sur l’intégration nécessaire des sarcophages chrétiens dans les réflexions portant sur les sarcophages antiques : ce qui a été fait dans ce colloque.

3 Turcan, 1978, p. 1720. Ou encore et inversement (p. 1703) : « En revanche, le petit nombre des motifs qui, dans l’imagerie des sarcophages romains, relèvent du monde infernal et de l’Au-delà avait de quoi surprendre F. Cumont » (Cumont, 1966, p. 31).

4 Ibid., p. 1726 : « On doit remarquer d’abord que si presque tous les mythes sculptés sur les sarcophages correspondent à des sujets de pantomimes, inversement tous les sujets de pantomimes ne sont pas représentés sur les sarcophages ».

5 Actéon : 1 exemplaire et des fragments (période : 130 après J.‑C.) ; Ilioupersis : 1 exemplaire (170-180) ; Jason et Médée : 25 exemplaires (150-200) ; Niobides : 11 exemplaires (140-190) ; Œdipe : 2 exemplaires (vers 190-220) ; Oreste : 18 exemplaires (130-140) ; Sept contre Thèbes : 1 exemplaire (et deux fragments : Turcan, 1999, p. 36 ; fin 2e siècle) (chiffres d’après Koch ; Sichtermann, 1982, p. 88-267, et Koch, 1993, p. 55-58 et 66-90 ; voir également Zanker ; Ewald, 2004).

6 Millin, 1806, p. 482-484, pour les deux extraits qui suivent.

7 Par exemple Bayet 1922-1923.

8 Cumont, 1966, p. 17 : « [à propos du mythe d’Actéon] Dirons-nous que cette fable rappelle le châtiment soudain dont la Némésis divine frappe l’outrecuidance (...) ? Mais quel rapport cette moralité aurait-elle avec le sort des défunts ? Irons-nous jusqu’à supposer qu’on choisissait cette légende pour décorer les tombes de ceux qui avaient péri de quelque accident de voiture ? La platitude d’une telle explication n’effrayerait peut-être pas ceux qui se refusent à voir sur les pierres sépulcrales aucune allusion à la vie future ». Franz Cumont rompt ainsi avec les commentaires du type de celui de A.‑L. Millin.

9 Elsner 2011, p. 9-11.

10 Turcan, 1999, p. 43 (à propos de Médée et Créüse en particulier).

11 Galinier, 2008.

12 De Visscher, 1963, p. 32-33. Sur les rites : Scheid, 1984, et plus récemment Scheid, 2005, p. 189-209.

13 De Visscher, 1963, p. 49.

14 Ibid., p. 52 : le cénotaphe est un monumentum qui ne contient aucun corps (Digeste XI, 7, 2, 5-6 et surtout XI, 7, 42, 1).

15 De Visscher, 1963, p. 15 ; il s’appuie sur le Digeste 47, 12, 2. N. Laubry a à juste titre attiré mon attention sur le fait que ces distinctions (monumentum, sepulcrum) sont avant tout juridiques, liées à la propriété des tombeaux, plutôt que rituelles ; cependant le droit me paraît ici révélateur des fonctions rituelles des lieux, élément qui m’intéresse ici.

16 Scheid, 2008, p. 7 : « (...) il n’existait pas de rite funéraire unifié des Romains : chaque famille avait la responsabilité des enterrements des siens et du culte funéraire qui les concernait ». Cette variété ne remet en cause ni l’inhumation en présence de la famille, ni l’obligation de pietas posthume vis-à-vis des di(v) i Manes, quelle que fut la forme rituelle que prenait cette obligation. Dans tous les cas, les Parentalia, fête publique, s’imposaient à tous : elles sont citées dans plusieurs inscriptions impériales (par exemple CIL V, 2072 = AE 1997, 582 ; V, 4016 ; V, 4871 (D (is) M (anibus)/Severae/Profuturus/coniugi b (ene) m (erenti)/deditq(ue) nomin(e) eius/gentil(itati) Argeniae HS n (ummos) DC/ut ex reditu eor(um) rosal(ia) et/parent(alia) omn(ibus) an(nis) in pe[rp] et(uum)/procurent) ; CIL XI, 1436 ; CIL XIII, 2465). Voir également les documents réunis par J. Scheid dans son « Cours 9 : Culte des morts à Rome et dans les provinces occidentales du monde romain. 3.5 : les commémorations » (http://www.college-de-france.fr/site/johnscheid/). L’article à paraître de Nicolas Laubry, « Sepulcrum, signa et tituli : quelques observations sur la "consecratio in formam deorum" et sur l’expression du statut des morts dans la Rome impériale », dans les Actes du colloque de 2009 Signa et tituli. Monuments et espaces de représentation en Gaule méridionale sous le regard croisé de la sculpture et de l’épigraphie, revient à raison sur certaines conclusions de H. Wrede et étudie avec acuité des inscriptions où la distinction sepulcrum /templum n’est pas aisée ; je partage sa conclusion : « Pourtant, plus encore que le statut post mortem, c’est le statut du défunt ici bas, c’est-à-dire, sa mémoire dans la communauté qui était mise en valeur par ces pratiques, selon une conception bien romaine » (je remercie chaleureusement N. Laubry d’avoir accepté de me communiquer son texte encore inédit, et d’avoir accepté de lire ce texte : ses remarques m’ont été précieuses).

17 Que certains sarcophages n’aient été visibles que le jour de l’inhumation, ou aient cessé de l’être du fait de l’encombrement progressif du sépulcre (cf. l’article de K. Meinecke ici, et Liverani ; Spinola, 2010), ne remet pas en cause le fait que ces cuves avaient une exclusive fonction funéraire (accueillir le corps, protéger la memoria du défunt) et étaient pensées dans le cadre mental et rituel défini dans la note précédente. (Feralia ou Parentalia : Dumézil, 1987, p. 372).

18 Par exemple Zénon, évêque de Vérone vers 360-380 (l’évêque s’adresse à de nouveaux baptisés et les met en garde contre les sacrifices païens) : « Non seulement ceux-là, qui sont tels, déplaisent à Dieu, mais aussi ceux qui se répandent parmi les tombeaux, qui offrent des repas sacrificiels à des cadavres fétides de morts (...) » (Rebillard, 2003, p. 165).

19 Ovide, Fastes II, vers 533-570 puis 617-622 (trad. R. Schilling, Paris 1992). Les Caristia apparaissent sous le nom de cara cognatio dans le calendrier chrétien de Polemius Silvius au milieu du Ve siècle avec, selon G. Dumézil, « un commentaire qui en précise l’intention : il s’agit d’obtenir que les querelles qui ont pu diviser les membres d’une famille de leur vivant soient oubliées à leur mort ». (Dumézil, 1987, p. 408, à propos de Concordia).

20 Ovide, Fastes II, vers 623-626 puis 627-634 (trad. R. Schilling, Paris 1992).

21 Tantale meurtrier de son fils, et ses descendants les Atrides, Médée, Ino l’épouse d’Athamas qui, pour se venger d’une répudiation, est prête à sacrifier un de ses enfants, Térée qui viola sa belle-sœur et lui coupa la langue, mais son épouse l’apprit et tua son fils... autant de crimes familiaux dont sont en général victimes les enfants.

22 Koch ; Sichtermann, 1975, p. 49-50 kat. 48 pl. 124-128 (Niobides) et p. 52-53 kat. 53, pl. 133.2 et 135-140 (Orestie) ; Grassinger, 1999, p. 92 ; Bielfeldt, 2003 ; Zanker ; Ewald, 2004, p. 359-363 ; et l’article de K. Meinecke dans ce volume.

23 Fittschen, 1992, p. 1057, utilise l’expression « terreur de la mort ».

24 Voir ici l’ill. 8 de l’article de F. Stilp : sarcophage dit de vie quotidienne, conservé à Mantoue, vers 160-180 (dessin dans Salomon Reinach, Répertoire des reliefs grecs et romains. Tome troisième : Italie-Suisse, Rome 1966 (1re édition Paris, 1912), p. 54 ; de bonnes reproductions photographiques dans Koch ; Sichtermann, 1982, no 93 ; Turcan, p. 225 figure 288 ; ou le LIMC V. 1, s.v. « Homonoia-Concordia » [Tonio Hölscher], p. 479-502 et pl. 336 no 74c du V. 2. Les petits côtés montrent des assistants de la cérémonie de sacrifice, et sur le couvercle une série de dieux capitolins.

25 La dimension religieuse est présente dans les deux termes placés ici entre parenthèses, imperium et auspicium ; la traduction française la minore.

26 Pline l’Ancien, Histoire naturelle VII, 140 : (...) scriptum reliquit decem maximas res optimasque, in quibus quaerendis sapientes aetatem exigerent, consummasse eum : uolisse enim primarium bellatorem esse, optimum oratorem, fortissimum imperatorem, auspicio suo maximas res geri, maximo honore uti, summa sapientia esse, summum senatorem haberi, pecuniam magnam bono modo inuenire, multos liberos relinquere et clarissimum in ciuitate esse ; haec contigisse ei nec ulli alii post Romam conditam (trad. R. Schilling, 1977). Pline a tout d’abord (ibid., 139) rappelé la carrière de L. Metellus : « pontife, deux fois consul, dictateur, maître de la cavalerie, quindecemvir chargé de la répartition des terres, et qui, le premier, mena dans un cortège triomphal des éléphants qui provenaient de la première guerre punique (...) », autant de preuves historiques de son excellence. Le tombeau des Scipions a de même conservé des épitaphes comparatives : « (...) le meilleur d’entre les hommes de bien (...) » ; le défunt possédait « (...) l’honneur, la gloire, le courage, la gloire, et l’esprit (...) ». On peut objecter que ce modèle est aristocratique et républicain et non impérial, mais depuis Trajan, optimus princeps, le modèle traditionnel est plus que jamais pertinent au second siècle : il n’est que de lire le Panégyrique de Trajan du neveu de Pline l’Ancien.

27 L’obligation juridique du mariage et de la procréation est rappelée dans Peter, 1992, qui cite par exemple (p. 365) Cicéron, Lettre à Atticus 7.2, et reconstitue ainsi (p. 367) la formule traditionnelle des censeurs à chaque pater familias : « Déclares-tu avoir une femme selon ta décision libre, pour procréer des enfants ? ».

28 L’anecdote citée par Valère Maxime, Faits et dits mémorables, I, 5, 4 (trad. R. Combès, 2003), prouve que l’équivalence allait de soi : Caecilia Metella ayant laissé son fauteuil à sa nièce avec ces mots : « Bien sûr, je te laisse volontiers ma place (mea sede cedo) », elle mourut peu après et la nièce épousa son oncle devenu veuf ; la jeune fille prit bel et bien le sedes (la domus) de Caecilia Metella.

29 Toso, 2002, p. 303.

30 Éloge funèbre d’une matrone romaine, 30-34 (d’après la traduction M. Durry, 1950) : Domestica bona pudicitae, opsequi, comitatis, facilitatis, lanificiis tuis adsiduitatis, religionis sine superstitione, ornatus non conspiciendi, cultus modici cur memorem ? Cur dicam de tuorum caritate, familiae pietate, cum aeque matrem meam ac tuos parentes colueris eandemque quitem illi quam tuis curaueris, cetera innumerabilia habueris communia cum omnibus matronis dignam famam colentibus ? Le texte est daté de 8-2 avant J.‑C.

31 Liverani ; Spinola, 2010, p. 29-35.

32 Sarcophage de Caius Junius Evhodus et Métilia Acté, conservé au Museo Chiramonti mais provenant d’Ostie et daté de 160-165. Reproduction d’après Koch ; Sichtermann, 1975 pl. 17.2 ; Grassinger, 1999 pl. 78.1 et 79.1-2. Description dans Koch ; Sichtermann, 1975 p. 20-21 no 8 ; Wood, 1978 ; LIMC I. 1, s. v., p. 533-544 [Margot Schmidt], p. 535 no 8 ; Grassinger, 1999, p. 227-228 kat. 76 ; Zanker ; Ewald, 2008, p. 294-297 ; Newby, 2011, p. 194-196. C. Junius Evhodus est un affranchi (Wrede 2001, p. 15-16 note 19). La dédicace précise que la tombe a été faite pour lui et son « épouse très sainte » : D (is) M (anibus)/C (aius) Iunius Pal(atina) Euhodus magister q (uin) q (uennalis)/collegi(i) fabr(um) tign(uarium) Ostis lustri XXI/fecit sibi et Metiliae Acte sacerdo/ti M (atris) d (eum) M (agnae) colon(iae) Ost(iae) co(n) iug(i) sanctissim(a) e (CIL XIV, 371).

33 Quelques exemples de visages laissés en réserve et inachevés dans Turcan 1999, fig. 23 (Arès et Aphrodite, ou Mars et Vénus) ; fig. 36 (Phèdre et Hippolyte) ; fig. 43 (Protesilaos et Laodamie) ; fig. 101 (Endymion et Séléné) ; fig. 107 (Ariane, avec Dionysos) ; fig. 116 (sarcophage paléochrétien) ; fig. 140 (thiase marin) ; fig. 141 (époux dans un port). Et dans Zanker ; Ewald, 2008 (souvent les mêmes) : p. 48 (sarcophage de Phèdre et Hippolyte, 290 après J.‑C.) ; p. 108, 204-206 et p. 319-321 (Endymion et Séléné, 230 après J.‑C.) ; p. 263 (sarcophage paléochrétien ; vers 300) ; p. 374-376 (Protesilaos et Laodamie, 170 après J.‑C.).

34 Elsner, 2011, p. 13 note 54 pour la bibliographie existant sur le sujet, et en dernier lieu Russell, 2011, p. 138-139, et Newby, 2011 pour un catalogue des possibles ; elle conclut (p. 224) : « In many ways the portraits act as the visual equivalent to inscriptions, which are relatively rare in sarcophagi ». Même opinion chez Liverani ; Spinola, 2010, p. 34.

35 Valère Maxime, Faits et dits mémorables V, 5, utilise le terme de caritas pour désigner les liens fraternels : « De cette forme d’affection est tout proche le sentiment qui unit les frères et qui se situe juste après elle » (Hanc caritatem proximus fraternae beniuolentiae gradus excipit). Il donne en exemple (ibid., V, 5, 3) Drusus et Tibère, lequel dédia sur le Forum, en leurs noms (et alors que son frère était mort), le temple des Castores, modèles de piété fraternelle, et celui de Concordia avec le soutien de sa mère Livie (Galinier, 2012).

36 Ovide, Tristes V, 5 vers 45 (trad. J André, Paris 1968).

37 CIL VI, 11602 : Hic sita est Amymone Marci optima et pulcherrima lanifica pia pudica frugi casta domiseda (autre traduction dans Porte 1993, p. 81 ; et p. 23 pour l’inscription de Claudia, CIL I, 1007 (= CIL VI, 15346), du second siècle avant J.‑C., avec les mêmes qualités essentielles de la défunte matrone). Autre exemple, à Arles (CIL VI, 00861 = CLE 1192), Sempronia est dulcis, casta, viro reverens, pia, cara, fidelis...

38 Tous les acheteurs de sarcophage étaient-ils citoyens ? Impossible d’en être certain, mais le modèle civique était largement imité et demeurait l’idéal à atteindre – avec des nuances infinies, nées de l’origine régionale ou sociale de chaque individu et de sa situation personnelle, familiale, professionnelle, religieuse, philosophique, civique, etc.

39 Sur le pouvoir de l’amor et (entre autres) le décor du Forum de César : Sauron, 2001. Il s’agit bien sûr de l’amour excessif, non contrôlé, et non de l’amour conjugal.

40 Le cubiculum E de la Maison de Jason à Pompéi propose la représentation de l’adultère Hélène (en compagnie de Pâris et d’un petit Amour), de l’infanticide Médée (méditant le meurtre de ses deux fils, glaive en main, par dépit amoureux vis-à-vis de Jason) et de la noverca Phèdre (amoureuse de Hippolyte, fils de son mari Thésée) : Bergmann, 1996 et Bergmann, 1999 ; Galinier, 2008. Sur la noverca, souvent soupçonnée à Rome de menées criminelles intra-familiales, Thomas, 1981, dont p. 655 note 30.

41 À propos d’un récent programme de recherches sur l’abolitio memoriae, consulter la bibliographie de Benoist, 2009. Sur l’utilité pédagogique de laisser le vide « visible », Martin, 2003, p. 229 : « (...) les actes qui accompagnent la damnatio memoriae sont une manière d’attirer l’attention sur ce qui ne doit pas servir d’exemple » ; Huet, 2004, p. 241-24 ; Lefebvre, 2004, p. 217.

42 Properce, Élégies II, 31, vers 13-14 (trad. D. Paganelli, 1947). Le mythe de Niobé figurait déjà dans le temple de Zeus à Olympie.

43 Properce, Élégie IV, 6, vers 22, 57 et 65.

44 Sauron, 1999 ; Galinier, 2008 ; Galinier, 2012.

45 Ibid., XXXIV, 9, 16-17 (trad. H. Le Bonniec, 1953) : Effigies hominum non solebant exprimi nisi aliqua inlustri causa perpetuitatem merentium (...) in omnium municipiorum foris statuae ornamentum esse coepere propagarique memoria hominum et honores legendi aeuo basibus inscribi, ne in sepulcris tantum legerentur. Mox forum et in domibus priuatis factum ; atque in atriis honos clientium instituit sic colere patronos.

46 Sur l’histoire des épitaphes romaines, voir Berrendonner, 2009.

47 Son neveu ne dit pas autre chose quelques décennies plus tard. Pline le Jeune, Panégyrique de Trajan, 75 : « Comme si vraiment je pouvais faire tenir dans un discours ou garder dans ma mémoire les faits que, pour les soustraire à l’oubli (ne qua interciperet oblivio), vous avez décidé, Pères conscrits, de faire insérer à l’Officiel (publica acta) et de graver sur le bronze » (trad. M. Durry, 1947).

48 Pietas était la « qualité nationale primordiale » atten due d’un Romain (Scheid, 1981, p. 117-118).

49 Sarcophage dit Rinuccini, conservé à Berlin (Turcan, 1999, figure 70 ; Brilliant, 1994, p. 1042 figures 2-3). Voir ici l’ill. 10 de l’article de F. Stilp, ou l’ill. 13 de celui de M. Koortbojian.

50 Turcan, 1999, p. 12-16, à ce propos.

51 Blome, 1992. Turcan, 1978, p. 1715 ; Brilliant, 1986, p. 159 ; Sichtermann, 1992, p. 16-18 et Kat. 4-20 p. 90-95 ; Brilliant, 1994, p. 431-438 figure 10 ; Turcan, 1999, p. 38-39 et figures 23-24. Sur ces identifications : Newby, 2011, p. 209-213. Précisons que déjà, sur le Vase François, Arès et Aphrodite sont présentés comme un couple divin parmi d’autres, Héphaïstos figurant seul sur la frise.

52 Par exemple sur le sarcophage de Pise (Koch ; Sichtermann, 1975, kat. 26 pl. 55.2 et p. 56-57). Voir l’article de Linant de Bellefonds ici.

53 Ghiron-Bistagne, 1982 ; Musso, 1985 ; Brilliant, 1994, p. 430 ; Zanker, 1999 ; LIMC V. 1, s.v. « Hippolytos I » [P. Linant de Bellefonds], p. 445-464. Newby, 2011 ne signale pas ce mythe parmi ceux susceptibles de recevoir les portraits de défunt ; or l’identification existe.

54 Koortbojian, 1995, p. 30-31, qui met en parallèle les couples Vénus-Adonis et Phèdre-Hippolyte.

55 Sous le titre De pietate erga parentes et fratres et patriam, Valère Maxime, Faits et dits mémorables V, 4, 1, lie bien évidemment les qualités familiales et civiques. Il écrit plus loin (ibid., V, 6) : « Les liens très étroits qui découlent du sang ont trouvé dans le respect des obligations (pietas) ce qui leur est dû. Il reste à le manifester maintenant à l’égard de la patrie. Sa majesté voit même l’autorité des parents, qu’on place sur le même plan que la volonté divine, renoncer à ses capacités devant elle, et l’amour fraternel (caritas) lui aussi céder de bon cœur et avec plaisir. À très juste raison d’ailleurs, puisque, lorsqu’une famille est détruite, l’État peut garder intacte sa situation, tandis que la ruine d’une ville entraîne avec elle tous les foyers, inévitablement » (trad. R. Combès, 1997). La préservation de l’État est bien, ici, associée à celles des familles, comme sur certains sarcophages romains.

56 D’où la thématique mythologiques de certains couvercles de cuves « biographiques » : sarcophages de Mantoue déjà cité, de l’Hermitage, de Saint-Laurent-hors-les-Murs (Salathé, 2000 ; Wrede, 2001 ; Fortunelli, 2002). Sur ce dernier, le sacrifice réalisé sur la cuve par le sacerdos illustre autant la pietas du citoyen que celle de l’État envers les dieux protecteurs de Rome, lesquels figurent sur le couvercle.

57 Blome, 1992, p. 1070 et 1072.

58 Wrede, 1981. Je reviendrai sur cette notion d’immortalité post mortem et renvoie aux réflexions de N. Laubry (article cité note 16 ici).

59 Koch, 1993, p. 55-58.

60 Turcan, 1982, p. 682.

61 Panosky, 1995, p. 37 et suivantes.

62 Cumont, 1966 ; Zanker, 2000.

63 Constat identique dans Liverani ; Spinola, 2010, p. 34‑35 (exemples de cuve préparée pour un défunt précis et attribuée à un autre en raison des « hasards de la vie »), et Elsner, 2011. Russell, 2011 propose une intéressante réflexion sur le processus de création d’un sarcophage, entre carrières, acheteur et officines : j’y reviendrai.

64 Voir ici l’ill. 6 de l’article de J. Balty (ou Koch ; Sichtermann, 1975, p. 15-16 kat. 1, pl. 1, 2.2, 3 ; Brilliant, 1986, p. 142, évoque l’œuvre sans mentionner l’inscription). Dédicace : METILIA TORQUATA (CIL IX, 00658 ; Rionero in Vulture).

65 Sur le décor intérieur des tombes d’époque impériale : Feraudi-Gruénais 2001 (et bibliographie complémentaire dans Elsner, 2011, p. 4 note 15, dont l’ouvrage à paraître de K. Meinecke, Sarcophagum posuit).

66 Calza, 1940, p. 114, fig. 47.

67 140 après J.‑C. d’après Baldassare et alii, 1996, p. 74.

68 P. VARIVS AMPELVS / ET VARIA ENNVCHIS / FECERVNT SIBI ET / VARIAE P. F. SERVANDAE PATRONAE / ET LIBERT LIBER-TABVS POSTERISQ EORVM / ITA NE IN HOC MONIMENTO SAR-COPHAGVM IN FERATVR H. M. H. F. EX NON S / IN FRONTE P. XS IN AGRO P. XXXIII (Calza, 1940, p. 346 ; traduction : Thylander, 1952, p. 193-194 no A. 268 et pl. LXXVIII : 1 ; je n’ai pu consulter Heltulla, 2007).

69 D. M. / VARIAE P. F. SER / VANDAE / AMPELVS ET / ENNYCHS / LIBERTI D (e) S (ua) P (ecunia) (Calza 1940, p. 347 ; Thylander 1952, p. 195 no A. 270 pl. LXXVIII : 3).

70 Calza, 1940, p. 117 fig. 49.

71 Une fresque avec personnage assis et deux paniers d’osier : Calza, 1940, p. 113-115, fig. 48, et p. 348, y reconnaissait l’empereur Trajan ; Baldassare et alii, 1996, p. 73, identifient aujourd’hui un magistrat, sans plus. Autre thème : un personnage en toge tenant un rotulus, accompagné par un camillus tenant un vase (Calza, 1940, fig. 48 p. 115 ; Baldassare et alii, 1996, p. 73).

72 Paroi latérale gauche, niche centrale, Ajax traîne Cassandre par les cheveux à proximité du Palladium, après le viol commis lors de la prise de Troie : ce thème est rare dans l’imagerie funéraire ; parois adjacentes, Ulysse et Diomède (l’identification de ce dernier est incertaine : Calza, 1940, p. 116 et p. 348 ; Baldassare et alii, 1996, p. 73, n’en parlent pas) ; Diane et Actéon (Baldassare et alii, 1996, p. 73).

73 Ibid., p. 74.

74 Les deux fresques avec magistrat et prêtre renvoyaient-elles à la carrière du (par exemple) père de Varia Servanda ? Impossible à affirmer.

75 Baldassare et alii, 1996, p. 74.

76 Ovide, Les Métamorphoses IV, vers 55-166 (trad. O. Sers, 2009).

77 Le poème ovidien n’est pas forcément la « source » de la fresque, en revanche il révèle de manière certaine une perception romaine du mythe de Pyrame et Thisbé.

78 Le stockage coûtant cher et immobilisant le capital de l’atelier : on identifie ici le modèle économique de référence.

79 Indices : œuvre exceptionnelle par sa rareté (cuve connue en un seul exemplaire), ses dimensions (plus petite que de coutume : adaptation pour un enfant ; plus grande : volonté de dépasser la norme), sa typologie (emprunt à un autre atelier géographique, à des modèles statuaires non funéraires prestigieux, etc.) ; abondance des figures sculptées, référence a une œuvre littéraire précise, etc. : tout élément « hors-norme » devient indice de personnalisation.

80 Sur ce type de réflexions pour les stèles funéraires de l’Athènes classique (commande/production en série), voir Hoffmann, 2007.

81 Russell, 2011, p. 138 puis p. 141 : « This was the kind of production to defined market, as discussed above, that made production to stock feasible ». Huskinson 1996, p. 79, avait admis que les sarcophages d’enfants ne pouvaient être commandés à l’avance (« ... so customers must have to choose from stock »).

82 Ibid., p. 141-147.

83 Sauf ajout posthume : portrait, inscription... Le caractère inachevé de certaines cuves prouve que ces éléments (tabula, imago) étaient, dans l’atelier, les supports normaux et prévisibles de personnalisation de la cuve.

84 Russell, 2011, p. 139-140.

85 Le regroupement annoncé de la mère et de son fils dans une même cuve (avant le père) rend envisageable l’utilisation, à Rome, de mythes grecs selon une grille familiale : par exemple Phèdre et Hippolyte, couple pouvant incarner l’amour d’une mère pour son fils tout autant, sinon davantage, que celui entre époux (voir notes 52-53 ci-dessus et de l’article de Linant de Bellefonds).

86 Cours du Collège de France en date du 05 janvier 2012 (http://www.college-de-france.fr/site/john-scheid/) ; l’inscription complète (CIL VI, 02120) est (la partie traduite est ici soulignée) : Velius Fidus Iubentio Celso col/legae suo salutem desideri(um) fra/ter Arri Alphii Arriae Fadillae domi/ni n (ostri) Imp(eratoris) Antonini Aug(usti) matris liberti/libellum tibi misi cogniti mihi/ex longo tempore iu<v = B> entutis/etiam miratus cum ab aedibus es/sem quot eo lo(co) se contulisset a quo/didici causa se requi(e) tionis set et re/ligionis magnope(re) a domino n (ostro) Imp(eratore)/impetrasse ita ne qua mora videa/tur ei per nos fieri libellum subscrip/tum per eu(n) dem publicum sine mora/mihi remittas opto te salvo<n = M> et fe<l = B>(i) cem es(se)/exe(m) plu(m) libelli dati/cum ante hos dies coniugem et filium ami/serim et pressus necessitate corpora eorum/fictili sarcofago commendaverim doni/que is locus quem emeram aedificaretur vi/a Flamina inter miliar(ia) II et III euntibus a/b urbe parte leava costodia monumenti/Fla(viae) Thumeles maesolaeo( !) M (arci) S [i] li Orcili/rogo domin(e) permittas mihi in eodem lo/co in marmoreo sarcofago quem mihi mo/do comparavi ea corpora cilligere ut <q = C> uan/done ego esse desider(o) pariter cum eis ponar/<d = F> ecretum fieri placet Iubentius Celsus/promagister subscripsi III Nonas No(v) emb(res)/Antio Pol(l) ione et Opimiano ko(n) s (ulibus !) ordina<r = L> i (i) s/<S = C> evero et Sabiniano co(n) s (ulibus).

87 Paturet, 2007, p. 350, à propos du Digeste XI, 7, 39, et sa thèse : Iura sepulchrorum. La sépulture en droit romain classique (Clermont-Ferrand 2006) ; également De Visscher, 1963.

88 Mais aussi avant celle-ci : « Si le corps n’a pas encore été déposé dans sa sépulture perpétuelle, rien n’empêche de le faire transférer ailleurs » (Paturet, 2007, p. 352, à propos du Code de Justinien 3, 44, 10). Mais le délai était forcément court, le rituel romain prévoyant une neuvaine entre décès et dépôt dans le sepulcrum. Russell, 2011, p. 141, prend l’exemple d’une inscription de Tolentino prévoyant un délai de quarante jours entre la mort et l’enterrement dans le sarcophage, mais le contexte est chrétien (CIL IX, 05566).

89 Recherche non exhaustive menée à partir du site épigraphique www.manfredclauss.de. Je remercie très vivement Stéphane Benoist pour ses traductions de certaines inscriptions : il a éclairé pour moi des passages demeurés obscurs... L’amitié est une lumière. De même, Nicolas Laubry a attiré mon attention sur le fait que les inscriptions qui suivent sont conformes à celles qui, sans citer le « sarcophage », protègent les tombeaux romains : il a assurément raison.

90 Thylander, 1952, p. 30-31, inscription sur plaque de marbre no A. 15 (CIL XIV, 4791) : [D (is)] M (anibus)//M (arco) Antistio Melitoni filio/dulcissim(o) qui vix(it) anno I mens(ibus) X/diebus XIII/M (arcus) Antistius Epictetus/fecit sibi et Arriae Melitine/uxori sanctissimae et liberis/suis et Iuniae Epictesi filiae suae/naturali sarcofagu(m) unum/in pavimento et Flaviae/Erotidi co(n) iugi sanctissim(ae)/feminae et lib(ertis) libertabusq(ue) posterisq(ue) eor(um). Autre cas (Thylander, 1952, p. 185 no A. 257) : Marcus Ulpius Mercurius donne un sarcophage à un couple (les liens de famille ne sont pas précisés).

91 Autre cas (Notizie degli Scavi di Antichità 1923, p. 370 ; Rome) : D (is) M (anibus)/Mindiae/Dynamini/quae vix(it) an(nos) IX/dies XIIX haec condita/est in sarcophago/P (ublius) Mindius Leonas/pater fil(iae) fec(it).

92 AE 1975, 66 (inscription de Rome) : Hic situs est Olympus Antistianus/quod sarcofagum fecit Octavia Irene/coniugi carissimo et sibi. CIL XIV, 5105 (Ostie) : « L (ucius) Sancius Sanbragius a fait, pendant sa vie, un sarcophage pour luimême et pour son épouse Cannia Magines » (Thylander, 1952, p. 158‑159 no A. 217). Ou encore : « Caius Veianus Philippus, affranchi de Veiania Iotape, a fait deux sarcophages pour lui-même et pour Acilia Corinthius, son épouse » (ibid., p. 196 no A. 272 = CIL 14, 5165). Autre dispositif : deux sarcophages pour un couple et son fils mort à trois ans (Thylander 1952, p. 147‑148 no A. 198). Aussi : CIL VI, 13115 (Roma) : Aur(elius) Heraclida/Aeliae Tigridi/coniugi dulcissim(ae) b (ene) m (erenti)/sarcofagum comparavit. Ou encore CIL XIII, 7028 et 7257 (Mayence, Germanie supérieure) ; AE 1996, 427 ; CIL VI, 41275.

93 CIL XIII, 1974 (Lyon) : D (is) M (anibus)/et memoriae aeternae/C (ai) Ulatti Meleagri IIIIIIvir(i) Aug(ustalis) c (oloniae) C (opiae) C (laudiae) Aug(ustae) Lug(uduni) patrono eiusdem/corpor(is) item patrono omnium/corpor(um) Lug(uduni) licite coeuntium/Memmia Cassiana coniunx/sarcofago condidit et s (ub) a (scia) d (edicavit). Aussi : CIL XIII, 8268 (Cologne) ; CIL VI, 1637 ; Thylander, 1952, p. 152 no A. 205 (sur un sarcophage) : « Aux dieux Mânes de Marcus Popilius Phoebus qui vécut soixante-trois ans, six mois et trois jours. Fabia Tertullina a fait [ce sarcophage] pour son époux bien méritant ».

94 CIL XII, 2004 (Vienne, Gaule) : D (is) M (anibus)//quieti aeternae/Silvani Fortunati/Cassia Fortunata filia et/Cassia Lais marito optimo/sarcofagum et sibi viva/iuxta iudicium ipsius.

95 CIL VI, 22517 (Rome) : Mindiae Feli/cissimae fecit M (arcus)/Antonius Suc/cessus coniugi/carissimae q (uae) v (ixit) a (nnos) XX/d (ies) VIII a sarcophago/recede rigore a [...]aes.

96 AE 1948, 167 (Lyon) : [D (is) M (anibus) et memoriae aeternae]/[... quae vixit annum I dies]/CXIII ut neque c [orde culpam...]/ciperet neque ore dolum l [oquere]/tur Lucilia Stratonice mater pi[a]/adfectione qua filiae dulcissim[ae]/debui sarcophagum cum basilic[a]/et fabrica eius omni simul et viva/mihi posterisque meis ponendum/curavi et sub ascia dedicavi.

97 CIL XIV, 2429 (Latium-Campanie) : Tib(erio) Claudio Claudiano eq(uiti) R (omano)/mil(itiae) petit(ori) sapienti et innocenti/adulescenti qui vixit ann(is) XXXIIII/mensibus VIIII diebus VIIII Clau(dius)/Ingenu(u) s |(centurio) coh(ortis) VI praet(oriae) pater/sarcofago corpus posuit ; CIL XIII, 1948 (Lyon)

98 CIL III, 11405 (Pannonie supérieure) : Memoria[e T] iti q (uondam)/Domnini sive P/asseris nego/tianti splend/ido qui vixi/t annis XXVI/interfect/o a barbari/s T [i] tius//Domninu[s]/pater infelix/filiorum [i] n/hoc sarco/fago duo/corpora/posuit//In m [emo] riam T [i] t [i] Ursinia/ni qui [vixit] ann(os) XVIII Tit/ius Domninus August(alis)/municipi(i) Br[i] g (etionis) filio pien/tissimo fac[i] endum/curav[i] t//.

99 CIL VI, 19218 (Rome) : D (is) M (anibus)/Helpidiae A (ulus) Hermuleius/Epityncanus coniugi karissimae/bene de se meritae in sarcophago/sitae fecit Eutychidi filiae dulcissimae/quae vixit ann(is) VII diebus XVII. Autre cas, pour l’épouse et ses deux filles (Inscriptiones Latinae quae in Iugoslavia inter annos MCMII et MCMXL repertae et editae sunt 03, 03004 ; Pannonie inferieure) : D (is) M (anibus) [s (acrum)]/C (aius) Iul(ius) Serenus vet(eranus) l [eg(ionis) IIII Fl(aviae) F (elicis)]/sarcophagum cond[idit et]/vi(v) us posuit ann(is) LXXX m [ensib(us)]/[...] d (iebus) V s (epultus) Iul(ias) Heracliam et S [abi]/nillam filias et Aurel(iam) Reg[inam]/uxorem.

100 CIL III, 13663 (Asie) : D (is) M (anibus)/M (arcus) Aur(elius) Athenio veteranus/ex leg(ione) IIII Fl(avia) ex b (ene) f (iciario) sibi vivos( !) et/coniugi suae Aur(eliae) Ammiae sar/cofagum posuit in aram quam/ipse construit in quo iam posi/tus est filius eorum alter/enim non ponetur in eum [ni]/si ipse c <um= ON> coniug<e = I> sua [eum]/si quis a <d = T> fectaverit i [nfe]/ret poena nomi[ne fisco( ?)/X (denarios) MM (le père sera enseveli avec l’épouse et le fils). Aussi : CIL VI, 28001 ; 36590.

101 AE 1944, 109 (Pannonie supérieure) : D (is) M (anibus)/L (uciae) Caecilia(e) Bathanae/vixit annis LXXX L (ucius) Caecilius/Viator et L (ucius) Caecilius Satur/ninus fili(i) sarcofagum m/atri pientissim(a) e fecerunt. Une inscription décrit des « proches », sans précision : CIL VI, 15031 : Ti(beri) Claudi [E] rasti/Ti(berius) Claudius Clemens et/Cl(audia) Arbuscula cognato/b (ene) m (erenti) dato ei loco sar[c] o/phagi de suo posuerunt. Un sarcophage est dédié aux parents par leurs enfants (AE 1993, 00248) : S [era]/piacus et A [...]/Hospital[is com]/para<v = B> er(unt ?) s [arco]/phag(um) par[entibus]/[be] ne mere[ntib(us)]/[...

102 CIL X, 8316 (Palerme) : D (is) M (anibus)/Valeria M (arci) fil(ia)/Marcia/Germanae/delicatae suae fil(iae)/Marcio Iusto/alumno suo/sarcophagum posuit/vixit ann(is) XXIIII men(se) uno/dieb(us) X. Aussi : CIL VI, 20987 (les deux enfants dans un sarcophage).

103 CIL XIII, 2181 (Lyon) : D (is) M (anibus)/Iuliae Heliadis/Sex(ti) Iuli Callisti/et Iuliae Nices fi/liae flaminic(ae) Aug(ustae)/quae vixit annis/XXV mensibus II/Iuliae Heliane et/Callistate corpus/sororis anima sua/sibi carioris ab urbe adferri/curaverunt et/sarcophago in/tra maesomaesolaeum( !)/condiderunt.

104 CIL VI, 20033 : L (ucius) Iulius Gamus/diis( !) Manibus/L (uci) Iuli Marcelli/nepotis sui/vixit ann(is) V/dieb(us) XXXXI/corpus integrum/conditum/sarcophago.

105 CIL III, 1198 (=AE 1993, 1333) (inscription de Alba Iulia, Dacie) : T (ito) Varen(i) T (iti) f (ilio) Pap(iria) Sabiniano eq(uiti) R (omano)/flam(ini) Laurentino item flam(ini)/col(oniae) Sarmiz(egetusae) dec(urioni) col(oniarum) Sar(mizegetusae) et Apul(ensis)/e (gregiae) m (emoriae) v (iro) omnib(us) equestrib(us) milit(iis) perfunc(to)/Cornel(ia) Lucilla coniux pila extruc/ta sarcofagum in quo Varenia/Probina q (uondam) Sabiniani soror condita/erat etiam eius corpore conloca/to superposuit.

106 CIL III, 9565 (Salona, Dalmatie) : Aur(elius) Maio[rinus( ?) hunc sarco]/fagum s [ibi comparavit de su]/o labore [...]/omeo si [quis extraneus( ?)]/autem [voluerit super meum]/[c] orp[us.

107 CIL V, 7751 (Gênes) : D (is) M (anibus)/Aur(elio) Hilaro Aug(usti) lib(erto)/praep(osito) p (uerorum) pedisic(orum !)/Fortunius et/Alexander et/Hermes liberti/comparaverunt/sarcofagum pa/trono dignissimo. Thylander, 1952, p. 82-84 no A. 90, indique le don de douze sarcophages par Publius Cornelius Fortunatus (inscription trouvée in situ dans la tombe 16). Autre inscription, sur un sarcophage, par le mari qui a disposé plusieurs cuves pour lui-même, son épouse, leurs affranchis et descendants (ibid., p. 53-54 n. A. 47). Autre cas (ibid., p. 184-185 no A. 256), avec un sarcophage et des urnes attribués à chacune des trois personnes nommées dans l’inscription (tombe 102 à Ostie).

108 CIL II, 4518 (Barcelone) : D (is) M (anibus)/Cl(audio) Saturni/no Cl(audius) Feli/cissimus Afer/sarcofagu/m b (ene) m (erenti) f (ecit). CIL VI, 01637 (Roma) : D (is) M (anibus) s (acrum)/M (arcus) Ulpius Romanus/eq(ues) R (omanus) vixit annis XXIIII/mens(ibus) II die(bu) s XVIIII/M (arcus) Ulpius Georgus/lib(ertus) et heres/sarcofagum/posuit Cas(s) ia T (h) ae/udore co(n) iugi be/ne merenti fecit. CIL VI, 18207 : T (itus) Flavius Aug(usti) lib(ertus)/Severus et/Cervia Hedyle mat(er)/sarcophag(um) sibi/macerias lib(ertis)/libertabus/posterisq(ue) eorum. Encore : CIL VI, 27737 ; Thylander, 1952, p. 151-152 no A. 204.

109 AE 1983, 135 (Fiumicino), AE 1998, 1176 ; CIL III, 2628 ; 2635 ; 8742 ; 8869 ; 9316 ; 9533 ; 9568 (Salona, Dalmatie) ; 14203,40 (Thessalonique) ; 15106 (Dalmatie) ; CIL VI, 13822 ; 14672 ; 16693 ; 19596 ; 29976 ; 37103 ; CIL IX, 984 (Apulie et Calabre) ; 4822 (Samnium) ; 5860 (Auximum) ; CIL XI, 1497 (Pise) ; CIL XII, 5755 ; CIL XIV, 1236. L’une (Ostie) est inscrite sur le couvercle même d’un sarcophage d’enfant avec des représentations d’Amours : « Si un étranger place un corps dans ce sarcophage, il doit payer à l’aerarium du peuple romain vingt mille sesterces. Aux dieux Mânes. À Aurelius Irenio appelé aussi Ammonianus et à Aurelia Arpocratiana, frère et sœur » (Thylander, 1952, p. 48-49 no A. 41).

110 Thylander 1952, p. 176-177 no A. 245. Ou encore (ibid., p. 240 no B. 17 : « Une fois que Antonius Valens et Licinia Afrodisia (?), son épouse, auront été placés dans ce sarcophage, personne ne doit chercher à y introduire un autre corps (...) ».

111 Par exemple cette inscription évoquant une imago sculptée (CIL XIII, 11835 ; Mayence, Germanie supérieure) : Caecilio Septimini( !) | (centurioni) leg(ionis) [XXII Pr(imigeniae) P(iae)] F(idelis) Aurelius/Servatus | (centurio) collega et am[icus cor] pus sibi ab/eo comme[n] datum cond[itum sa] rcofago/recondi [c]uravi[t] imagine[mqu]e in [eiu]sdem / sarc[ofago Sep]t[i]mini s[culpsit...] XI[... (Également CIL VI, 8498, dont voici les quatre derniers mots :... sarcophagum de suo adornaverunt). Ou cette autre, évoquant une fermeture au plomb pour le sarcophage des époux (CIL VI, 8431, Rome) : D(is) M(anibus) T(itus) Flavius Aug(usti) l(ibertus) Agathopus/custos tabulari(i) a rationib(us) fec(it) sibi et/Iuliae Secundae coniugi suae karis/simae de se bene meritae cum qua/[vix(it)] ann(os) XXXXV sine ulla iniuria te/[aute] m heres meus iubeo te aperire/[sarcop] hagu et ossua et cineres meas/[ut post obitum meu] m in unum adicias et post/[denuo eum] cludas plumbo ne quis/[possit nobis i] bi iniuriam facere te autem/[...]utae commendo tibi corpus meum. Un travail systématique sur ce corpus d’inscriptions est en préparation.

112 Personnalisation (portrait, inscription) ; choix culturel, philosophique, religieux personnel et/ou familial ; transformation d’un « modèle » pour une clientèle locale/influence d’un « modèle » extérieur sur une production locale ; etc.

113 Je rappelle que je me place dans le cadre culturel « occidental » et ne prend en compte, pour les présentes réflexions méthodologiques, que les sarcophages des ateliers « romains ».

114 Reproductions dans Sapelli, 1979, p. 320-324 figures 190 ; et Grassinger, 1999, pl. 66.1-2, pl. 67.3, pl. 64.1, pl. 68.1-3 et pl. 691-2. Voir également Messineo 1985 ; Mistero di una fanciulla 1995, p. 76-83 ; Turcan, 1999, p. 160-161 et fig. 203.

115 Sapelli, 1979, p. 318, voit dans l’arche, à gauche de la cuve, une allusion au palais dont sortent les protagonistes ; le rapprochement avec le texte de Virgile y incite en effet (Énéide IV, vers 140-142 ; trad. A. Bellessort, Paris, 1964).

116 Sapelli, 1979, p. 320, identifiait le fils d’Énée avec le « cavaliere » (Huskinson, 1996, p. 103 aussi, qui en déduisait que le jeune homme « represent Rome’s investment in its youth »).

117 Virgile, Énéide IV, vers 151-159 (trad. A. Bellessort, Paris, 1964).

118 Description reprise pour l’essentiel de Sapelli, 1979, p. 320, et de Battaglia, 1983 ; bref commentaire et reproduction de la cuve dans Koch, 1993, p. 73-74.

119 Bonnes reproductions dans Battaglia, 1983, p. 100-123, et Mistero di una fanciulla 1995, p. 76-83 et 124-126.

120 Grassinger, 1999, p. 92-98 et 222. L’identification centrale d’Ascagne/Iule à cheval l’amène aussi à attribuer la cuve à un membre de l’ordre équestre.

121 L’embaumement de la jeune fille de la via Cassia n’implique pas forcément qu’elle le fut en Égypte (Turcan, 1999, p. 160). Un autre cas est mentionnée par Lanciani, 1892, p. 296-301 : découverte en 1485 sur la via Appia dans une cuve de marbre, la défunte était enduite de baume qui avait préservée la chair ; elle portait un anneau d’or (les autres offrandes ont été dérobées au moment de la découverte).

122 Virgile, Énéide IV, vers 59, pour les vœux adressés par Didon, entre autres, à « Junon qui veille aux liens du mariage », et vers 117-172 pour Junon qui sollicite l’aide de Vénus pour favoriser l’union avec Énée. L’épisode est narré succinctement par Ovide, Héroïdes VII. Didon à Énée, vers 93-96 (trad. M. Prevost, Paris, 1928). Quant à Macrobe, Saturnales V, 17, 1, il fait de Didon une chaste et pudique jeune fille contrainte au suicide par le destin.

123 Perse, Satires, II vers 70, est formel (à propos de l’intérêt que les dieux prennent à des offrandes en or), c’est à Vénus qu’est faite l’offrande : « Sans doute la même chose qu’à Vénus les poupées consacrées par une vierge ».

124 Huskinson, 1996, p. 114, évoque deux sarcophages d’enfant où l’on voit une fillette jouer avec une poupée : il s’agit de scènes de ludus spécifiques aux petites filles. La poupée retrouvée en 1929 à Tivoli et attribuée à la tombe de la vestale Cossinia, très âgée, sur la foi de l’inscription de l’autel au-dessus (AE 1931, 00078), appartiendrait en fait à une autre tombe, de jeune fille, inhumée entre 193 et 211 à proximité du sépulcre plus ancien de Cossinia (Mistero di una fanciulla 1995, p. 84-85).

125 La plus grande mesurait 14 cm : Dasen, 2003, p. 198-199 ; Rossi, 1993, p. 152-157.

126 Ivoire, début IVe siècle ; aujourd’hui conservée au Vatican, Musée Grégorien Étrusque (http://mv.vatican.va/5_FR/pages/x-Schede/MGEs/MGEs_Sala15_01_038.html).

127 Musco et alii, 2008, p. 46-47.

128 Dans un sarcophage découvert en 1927, pour une petite fille de cinq à six ans ; hauteur de la poupée : 23 cm.

129 Stefannelli, 1983, p. 38 ; Mistero di una fanciulla 1995, p. 71.

130 Stefannelli, 1983, p. 46-47 ; Mistero di una fanciulla 1995, p. 70.

131 Stefannelli, 1983, p. 45 ; Mistero di una fanciulla 1995, p. 70.

132 La cuve (longue d’1 m 95), ornée de strigiles en façade, n’était sculptée que sur un côté du fait qu’un autre sarcophage, celui de Crepereius Euhodus, était adjacent (Talamo, 1983, p. 23-24 et 33-35). Précisons que la tombe était disposée au fond d’un puits de 8 mètres, donc accessible uniquement lors des funérailles (voir l’article de K. Meinecke ici) et que du fer plombé fermait le couvercle de la tombe de la jeune fille : le dispositif était intact en 1889 (lettre de Geffroy, 1889 ; Sommella, 1983, p. 29-30 ; Mistero di una fanciulla 1995, p. 65).

133 Sommella, 1983, p. 29 et 49-56 ; Mistero di una fanciulla 1995, p. 74-75. Lanciani, 1892, p. 301-305, la croyait en chêne (voir illustration de la page 303). Dédicace du sarcophage (CIL VI, 35061) : CREPEREIA TRYPHAENA. Elle serait d’une famille d’affranchis, vu son nom grec (Sommella, 1983, p. 30).

134 Sommella, 1983, p. 29 ; Lanciani, 1892, p. 303-304. L’engagement-ring de R. Lanciani renvoie à Pline l’Ancien, Histoire naturelle 33, 12 : « C’est dans cet esprit qu’on envoie encore maintenant en cadeau à la fiancée une bague qui est en fer et n’a pas de chaton » (trad. H. Zehnacker, 1983). Aussi : Juvénal Satires 6, 27 ; Aulu-Gelle, Nuits attiques X, 10 (et IV à propos des fiançailles) ; Macrobe, Saturnales VII, 13 ; Tertullien, De l’Idolatrie16 et Apologétique 6, 4 ; Digeste 24, 1, 36 ; Isidore de Séville, Origines 19, 32, 4, et De ecclesiasticis officiis 2, 20, 8. Sponsa et sponsus désignent la et le fiancé(e).

135 Manson 1978, p. 864 note 5 pour les textes romains mentionnant l’offrande de la puppa à Vénus à la sortie de la pueritia (dont Perse, Satires II, vers 69-70) ou aux dieux Mânes.

136 Stefannelli 1983, p. 45-46 (voir Boyancé, 1964 ; Mistero di una fanciulla 1995, p. 115 : anneau d’or présentant deux mains serrées du trésor de Vaise, Lyon). L’anneau avec Filetus ne désignerait pas forcément le fiancé, mais pourrait être un cadeau de celui-ci signé en grec « digne d’amour » (Mattei, 1983).

137 Ovide, Fastes II, vers 557-562 (trad. R. Schilling, Paris 1992). Aussi dans Héroïdes II. Phyllis à Démophoon, vers 120 (à propos du mariage conclu sous de sinistres auspices) : « c’est la torche sépulcrale (sepulcrali lumina) qui secoue ses lueurs ». Même idée dans Héroïdes XI. Canacée à Macarée, vers 103-106 : « Loin de ce carnage, dieu de l’hymen, emporte les torches nuptiales et fuis d’un pied éperdu un toit détestable. Les torches que vous portez, noires Érynnies, portez-les contre moi, et que de votre flamme s’illumine mon bûcher ! » (trad. M. Prevost, Paris, 1928).

138 CIL XII, 00743 (= CAG-13-05, p. 540 ; Arles) : Aeliae Aelia[nae] / littera qui nosti lege casum et d [ole puellae] / multi sarcophagum dicunt quod cons[umit artus] / set( !) conclusa decens apibus domus ist[a vocanda] / o nefas indignum iacet hic praecla[ra puella] / hoc plus quam dolor est rapta est specios[a puella] / pervixit virgo ubi iam matura placebat / nuptias indixit gaudebant vota parentes / vixit enim ann(os) XVII et menses VII diesque XVIII / o felice patrem qui non vidit tale dolorem / h(a)eret et in fixo pectore volnus Dionysiadi matri / et iunctam secum Geron pater tenet ipse puellam. Je suis ici la reconstitution (et les lacunes) et la traduction de Belloc 2009.

139 Pline le Jeune, Lettre, V, 16, 3-6 (trad. Anne-Marie Guillemin, Paris, 1989). L’expression jam electus nuptiarum dies (« déjà était fixé le jour des noces ») trouve un écho dans l’inscription d’Arles (note ci-dessus) : nuptias indixit.

140 Ibid., 6-7 (trad. Anne-Marie Guillemin, Paris, 1989).

141 Huskinson 1996, p. 77, évoquait, outre la lettre de Pline, la préface du livre VI des Institutions oratoires de Quintilien comme source littéraire relative à la mors acerba. Becchi 1998, p. 68 note 120, cite encore Tacite, Annales XV, 23 (douleur de Néron à la mort de sa fille nouveau-né) et Ausone, Parentalia X et XI, 1-8 (mort d’un fils et d’un neveu). Il faut enfin mentionner Plutarque, Consolation à sa femme.

142 Pline le Jeune, Lettre, V, 16, 1-3 (trad. Anne-Marie Guillemin, Paris, 1989).

143 CIL VI, 16631 : D(is) M(anibus) / Miniciae / Marcellae / Fundani f(iliae) / v(ixit) a(nnos) XII m(enses) XI d(ies) VII.

144 Herdejürgen, 1984, p. 7-25, analyse de même un certain nombre de signes iconographiques disposés sur les monuments publics et les tombes : bucranes, guirlandes (y compris celles des premiers sarcophages : p. 13-16), aspergillum, patère... Elle conclut (p. 20) que ces objets de sacrifice renvoient à l’acte réellement exécuté par la famille de l’inhumé, quoique certains soient, sur les tombes, simples signes génériques de pietas (bucrane, lituus...) car non utilisés dans le rituel funéraire.

145 Ferrari, 2002, p. 157-158.

146 Valère Maxime, Faits et dits mémorables IV, 6, 1 (trad. R. Combès, 1997). Il utilise plus loin (IV, 6, 5) l’expression castissimos ignes à propos de l’amour de Porcia, épouse de Brutus et fille de Caton, qui se suicida après la défaite de Philippes : ces preuves d’amour sont honorables car légitimes et non fruits de la libido, ou de la mollitia, ou de la cupido (« passion », qui est aussi le nom du fils de Vénus...).

147 Ibid., IV, 6, 3 (trad. R. Combès, 1997). On songe ici à la fresque de Pyrame et Thisbé dans la tombe 87 à Ostie.

148 Note 32 ci-dessus.

149 C’est l’immortalité civique décrite par Pline l’Ancien (note 45 ci-dessus).

150 Même idée dans CIL VI, 11252 (Rome, fin 1er siècle après J.‑C. ; traduction partielle dans Porte 1993, p. 133).

151 Talamo 1983, p. 34, rapproche ainsi la silhouette de la défunte sur le sarcophage de Crepereia Tryphaena (ill. 9, ici) de modèles grecs du IVe siècle avant J.‑C.

152 Brilliant, 1986, p. 125.

153 Huskinson, 1996, p. 79, identifie trois types de sarcophages d’enfants : avec des thèmes similaires à ceux des adultes, mais pour une cuve de petites dimensions (seule la taille permet donc d’attribuer la cuve à un enfant) ; des thèmes d’adulte simplifiés (l’identification part bien d’une « norme », les sarcophages d’adulte) ; scènes spécifiques aux enfants : vie quotidienne, conclamatio, jeux, scènes avec cupidons. Elle conclut (ibid., p. 80) : « For a customer making a purchase around AD 160 there would have been a vastly extended choice within this group since all the scenes came into circulation around the mid-second century ».

154 Le miroir d’argent de la tombe féminine de Vallerano, découverte en 1993, est orné de la représentation du mythe de Hellé et Phrixos, enfants d’Athamas roi de Thèbes et de Néphélé ; leur belle-mère Ino ayant réussi à décider leur père à les sacrifier (Ovide, Fastes II, 628 : voir note 20 ci-dessus) ils sont sauvés par le bélier à la toison d’or envoyé par Néphélé : dans la fuite, Hellé chute, malgré l’effort de son frère pour la rattraper (Ovide, Fastes III, 853-874). C’est précisément la scène montrée sur le miroir, avec sans doute Néphélé ailé en arrière-plan et un monstre marin tapi dans les flots. Le thème convient à la sphère funéraire, au dé funt (ici une jeune femme) inhumé dans le sarcophage, et rejoint les exemples mythiques de perfidie que les Caristia du 22 février doivent, chez Ovide, tenir à distance (bonne reproduction dans Mistero di una fanciulla 1995, p. 40-41).

155 Les sarcophages romains ont été conçus dans des ateliers dont la réalité physique nous échappe. Les artisans maîtrisaient cependant les techniques de sculpture traditionnelles et usaient d’un répertoire de formes et de thèmes bien connus des commanditaires. Cela n’exclut pas l’innovation, la création de formes ou de thèmes inédits, sur commande mais adaptés au support et à sa fonction funéraire. En me plaçant du point de vue du concepteur de l’œuvre, dans l’atelier, devant la cuve encore brute, je propose d’analyser l’iconographie des sarcophages en inversant le questionnement : non pas qui a réellement acheté la cuve, mais (selon une grille théorique) quel acheteur potentiel visait-on en représentant tel thème, de telle ou telle manière. Mais en retour, le succès ou la rareté de certains thèmes et la réactivité « commerciale » des officines impliquent que la création des ateliers est sous le contrôle économique de la société : l’achat, la commande, la création et l’évolution des « séries » sont des phénomènes interactifs, révélateurs des (et conformes aux) attentes des acheteurs.

Table des illustrations

Légende ill. 1a-c - Sarcophage avec mythe des Niobides, daté de 130-140 après J.‑C. (d’après Koch ; Sichtermann, 1975, kat. 48).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7096/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende ill. 2a-c - Sarcophage avec mythe d’Oreste, daté de 130-140 après J.-C. (a : d’après Zanker ; Ewald, 2004, p. 364-365 ; b-c : d’après Koch ; Sichtermann, 1975, kat. 53).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7096/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende ill. 3 - Sarcophage de Caius Junius Evhodus et Métilia Acté, Ostie, daté de 160-165 (d’après Turcan 1995, p. 232 fig. 298).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7096/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende ill. 4 - Tombe 87, Ostie, 140 après J.-C., décor intérieur (d’après Calza, 1940, p. 114 fig. 47).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7096/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende ill. 5 - Tombe 87, Ostie, 140 après J.-C., détail de la fresque de Pyrame et Thisbé (d’après Calza, 1940, p. 117 fig. 49).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7096/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende ill. 6 - Sarcophage de Terentius Lucifer, Ostie (tombe 11), daté de 130-140 après J.-C. (d’après Baldassarre et alii, 1996, p. 189 fig. 69).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7096/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende ill. 7a- Sarcophage avec Énée et Didon, Via Cassia, Rome, daté de 130-140 après J.-C., d’après Turcan 1995 p. 282.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7096/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende ill. 7b-c - Sarcophage avec Énée et Didon, Via Cassia, Rome, daté de 130-140 après J.-C., d’après Sapelli, 1979, p. 320-324).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7096/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende ill. 8 - Sarcophage de Crepereia Tryphaena, petit côté gauche ; vers 170 après J.-C. (d’après Talamo 1983, p. 34).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7096/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende ill. 9 - Poupée d’ivoire (et autres dépôts) du sarcophage de Crepereia Tryphaena (d’après Sommella, 1983, p. 31).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7096/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende ill. 10 - Autel funéraire de Minicia Marcella, vers 105 après J.-C.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7096/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende ill. 11 - Schéma d’analyse des sarcophages romains.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7096/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540