Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

Épilogue

Catherine Compain-Gajac

Texte intégral

1Les actes du colloque Conservation-restauration de l’architecture du Mouvement Moderne : l’exemple de l’université Toulouse-Le Mirail de Georges Candilis sont publiés plus de deux ans après cette rencontre. Les thèmes évoqués, relevant d’une actualité en évolution, la plupart des communications ont connu une mise à jour retranscrite aujourd’hui dans les textes.

2Il convient de boucler ici la boucle ouverte par Marie-Christine Jaillet, le 8 avril 2010, au moment où, vice-présidente de l’université, elle était venue inaugurer le colloque. Ce jour-là, dans les propos de cette personnalité influente au sein de l’équipe de gouvernance de l’université, on sentait s’affirmer une détermination à conserver l’architecture de Candilis pour l’UTM.

3À cette époque, ainsi que cela a été largement développé par les intervenants au colloque, et jusque dans le courant de l’année 2011, tout concourait à l’idée de conserver la majeure partie de l’architecture de Georges Candilis. Le schéma directeur d’aménagement, établi en 2010, allait très clairement dans ce sens. Le concours de sélection a alors été lancé.

4Quatre équipes ont été retenues, chacune proposant des projets qui faisaient référence, bien qu’à des degrés très divers, à l’architecture de Candilis. Le choix final s’est fait en octobre 2012. Bien qu’ils affirment se positionner dans le respect de l’esprit de l’architecture originelle, les lauréats prévoient finalement de détruire les bâtiments existants pour les remplacer par une architecture nouvelle.

5C’est une décision radicale qui met en évidence l’ambivalence des attitudes des décideurs publics et des architectes maîtres d’œuvre à l’égard du patrimoine. On voit ainsi coexister aujourd’hui des pratiques destructrices avec un discours volontariste sur l’importance de la conservation, de la restauration et de la mise en valeur du patrimoine.

6Peut-on conclure dès lors que la proposition des architectes résulte des attentes de leurs commanditaires ?

7Pour reprendre les termes de Christian Hottin, comme à Jussieu, depuis ces trois dernières années, « rares sont les voix (...) qui se sont fait entendre pour rappeler la qualité de l’œuvre [de Candilis] et l’ambition initiale du projet ».

8Aujourd’hui, quelques jours seulement avant la publication de cet ouvrage, Marie-Christine Jaillet, de la même manière qu’elle avait introduit le colloque, accepte d’en écrire la préface. Les résultats du concours étant connus, la chercheuse qu’elle est redevenue propose un regard différent sur la question de la conservation du « Candilis ». Sa précieuse expertise, soutenue par une longue et attentive expérience des lieux, nous incite à considérer les évènements à venir avec sans doute davantage de pragmatisme... même si la déception est immense de voir disparaître une architecture exemplaire à bien des égards et surtout singulière dans la typologie de l’architecture universitaire.

9En 2010, la situation de l’architecture de Candilis à l’UTM avait servi de prétexte à la tenue d’un colloque. Désormais elle occupera une place essentielle au cœur même de la réflexion sur la conservation et la restauration de l’architecture Moderne.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540