Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

Conclusion

Catherine Compain-Gajac

Texte intégral

1C’est un exemple d’architecture « en perdition », l’université de Toulouse II-Le Mirail, conçue par l’agence d’architecture Candilis, Josic et Woods au début des années 1970, qui a ainsi conduit ces historiens de l’art, architectes et pratiques de ce lieu à proposer un débat plus large sur la conservation et la restauration d’édifices de la même époque dont l’architecture a pu être mise en danger ou le sera dans des délais plus ou moins longs.

2L’idée de cette rencontre n’était pas, comme certains l’ont craint, d’entraver des projets de réhabilitation déjà pensés. Il s’agissait plutôt de rassembler autour de l’architecture du XXe siècle quelques-uns de ces chercheurs, historiens, architectes ou acteurs de terrain qui, à travers leurs expériences personnelles, ont entrepris une réflexion de fond sur la question de sa protection. L’ambition était de mettre en lumière, de rassembler et de confronter des idées, de manifester l’impérative nécessité de prendre en compte, désormais, ce patrimoine récent. Chacun a apporté le témoignage de la fortune actuelle d’architectures vulnérables. La chronologie des débats organisée autour de deux axes, l’architecture de Georges Candilis à l’UTM et les exemples significatifs d’architectures menacées, a conduit à des échanges percutants sur la notion plus générale de protection de l’architecture du XXe siècle.

© Henri-Fred Techer

  • 1 Monnier, 2000 ; Monnier, 1999.

3À travers l’écrit, cet ouvrage rend compte des communications. Mais sa mission ne se limite pas seulement à cela. Il se veut aussi, modestement, mais avec conviction, une pierre supplémentaire posée sur l’édifice d’une réflexion en ébullition. Les contributions, introduites par la plume experte du professeur Gérard Monnier1 et signées de spécialistes concernés, montrent la sensibilité de chacun. Elles confirment leur détermination à promouvoir une action indispensable à la survie d’un témoignage essentiel de l’époque moderne, son architecture.

4Le professeur Marie-Christine Jaillet, en sa qualité de vice-présidente du Conseil scientifique de l’Université Toulouse II-Le Mirail (20082012), - spécialiste des questions urbaines, a clairement formulé l’intérêt qu’elle porte au devenir de l’architecture de Candilis dont elle a rappelé la place dans le grand projet de ville toulousain.

  • 2 Voldmann, 1997.
  • 3 Weidknnet, 2006.

5Danièle Voldman, s’appuyant sur le contexte général des Trente Glorieuses a donné à comprendre comment, à partir de 1958, les villes avaient organisé un urbanisme aux champs qui allait engendrer nombre de villes nouvelles et projets d’aménagements universitaires2. Évoquant les ombres qui ont cerné les débats autour de la ville nouvelle du Mirail depuis sa conception, l’urbaniste Pierre Weidknnet3 a dressé un état des lieux de l’architecture toulousaine du XXe siècle.

  • 4 Papillault, Gruet, 2008.
  • 5 Minovez, 1997.
  • 6 Candilis, 1977.
  • 7 Blin Pascale, 2002.
  • 8 Alzieu, 2008.

6La reconstruction du campus du Mirail et les problématiques qui s’y rattachent ont été développées par l’architecte Rémi Papillault4. Actif sur l’actuel schéma directeur d’aménagement, il a rappelé la place historique de l’université dans le projet de ville nouvelle conçue par l’équipe Candilis, Josic et Woods, puis il a développé la dualité des enjeux d’un débat destruction-reconstruction face à l’idée d’une patrimonialisation possible de l’architecture. Les controverses qui avaient animé les débats autour de la reconstruction de l’Université du Mirail ont été mises en lumière par Jean-Michel Minovez, historien et vice-président au Patrimoine jusqu’en 20085. À travers la communication de Nicolas Golovtchenko, actuel vice-président au Patrimoine, nous avons pu replacer l’université dans le contexte de son histoire et présenter le nouveau schéma directeur. On y voit une volonté de réhabilitation architecturale et un souci de conserver une part significative de l’architecture de Candilis en développant l’architecture du futur campus à partir de la trame constructive originelle6. Le compte rendu de la communication de l’architecte Gérard Huet témoigne, dans ce sens, d’une intervention exemplaire7. Quant au regard d’historienne-plasticienne qu’Isabelle Alzieu a souhaité apporter, il rend l’émotion et l’enthousiasme d’une pratique personnelle du lieu puis il développe deux interventions d’artistes8.

  • 9 Duport, Cregut, 1999 ; Lacaille, 1997.

7Le colloque ayant engagé à réfléchir à partir d’une œuvre de Candilis, diverses interventions se sont déclarées autour de cet architecte. Agnès Cailliau, présidente de Docomomo France, rappelant l’engagement déterminé de Docomomo dans des actions de plus en plus nombreuses, évoque la destruction d’une autre œuvre majeure de Candilis. Sylvie Denante, témoigne des conditions d’attribution du label Patrimoine du XXe siècle à deux autres œuvres de Candilis également convoquées par Laurent Duport à propos de la cité des Escanaux à Bagnols-sur-Cèze9.

  • 10 Toulier, 2002 ; Toulier, 2000.
  • 11 Massu, Pinson, 1992 ; Pinson, 1992.
  • 12 Abram, 2006.
  • 13 Ragot, 2010.
  • 14 Saboya, 2008 ; Saboya, 2005.

8Les communications font également état de perspectives plus larges. Le point sur les études et les recherches mises en œuvre par la mission sur le patrimoine architectural des XIXe et XXe siècles mise en place entre 1987 et 2004 a été fait par le conservateur en chef du patrimoine Bernard Toulier, insistant sur l’importance des engagements personnels10. La patrimonialisation de l’architecture de Le Corbusier a également été envisagée par plusieurs communications : Daniel Pinson mettant la cité de Rezé-les-Nantes en perspective avec la Claire cité de la Balinière11, Joseph Abram, retraçant l’histoire de la réhabilitation de l’unité d’habitation de Briey-en-Forêt12, Gilles Ragot expliquant la longue et difficile démarche de candidature de l’œuvre architecturale et urbaine de Le Corbusier à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO13. Enfin, le regard passionné de Marc Saboya et Mathieu Lebecq sur une architecture emblématique du Mouvement Moderne dans la capitale girondine ouvre sur des perspectives encourageantes14.

9À travers ces textes, la finalité du colloque Conservation, restauration de l’architecture du Mouvement Moderne : l’exemple de l’université de Toulouse-Le Mirail de Georges Candilis est affirmée : mettre l’accent, clairement et avec certitude, sur la gravité des enjeux de la conservation de l’architecture du XXe siècle afin que la production architecturale actuelle soit perçue comme constitutive du patrimoine futur, et pour cela, convaincre un public encore récalcitrant de la nécessité de conserver des bâtiments qui pourraient paraître obsolètes du point de vue de leur valeur d’usage.

  • 15 G. Monnier, Ne brûlez pas Jussieu ?, Rebonds, Libération, 23 août 1996, p. 4 ; Ph. Poirier (dir.), (...)

10Les intervenants, le public et la communauté universitaire présents au colloque, concernés par l’histoire de l’architecture moderne, se sont montrés déterminés à envisager la poursuite d’actions significatives et systématiques. L’exemple du campus universitaire du Mirail de Georges Candilis, a permis d’aborder la question spécifique de la conservation de l’architecture universitaire. Suscitant aujourd’hui un intérêt croissant à travers les publications universitaires qui montrent la nécessité d’études spécialisées15, la restauration et la réhabilitation des architectures universitaires concernent tant l’architecture des bâtiments que l’organisation de l’urbanisme environnant. Elles posent la question de l’émergence de la notion de campus universitaire à partir de l’après-Seconde guerre mondiale et des réponses diverses qui ont été apportées, non seulement en France, mais à travers le monde. Analyser les concepts qui ont motivé l’acte créateur pour révéler la personnalité de l’architecte, voir et comprendre comment ces campus ont vécu et vieilli pendant un demi-siècle, observer comment ils sont aujourd’hui utilisés permet d’énoncer une démarche empirique destinée à favoriser la compréhension de ces architectures. Analyser l’évolution des contextes, observer l’augmentation de la population estudiantine et les modifications dans les modes de fréquentation des campus par les étudiants et par les enseignants, porter un regard sur les nouvelles données de l’offre de formations et sur l’évolution des méthodes d’enseignement, permet de situer ces architectures fatiguées dans une actualité soutendue par l’urgence. Partout à travers le monde, des universitaires et des architectes se sont depuis longtemps penchés sur les problématiques nées de l’évolution des campus universitaires. En France, Bordeaux, Dijon, Caen, Compiègne, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Orléans, Rennes, Jussieu, Saint-Denis, Villetaneuse, Montpellier ; en Europe, les campus de Louvain-la-Neuve, Valence-Blasco Ibanez, Berlin, etc. ; ailleurs Buenos Aires, Mexico, Laval, Tokyo, Constantine peuvent constituer des sites de référence à partir desquels il sera utile de développer des problématiques communes.

11Ces architectures particulières sont âgées de quelque 60 ans et plus. La démocratisation de l’accès à l’université, l’évolution du nombre des étudiants, le développement des propositions d’enseignements et de formation, l’importance du rôle de l’université dans le domaine de la recherche entrainent à repenser l’Université et par voie de conséquence les bâtiments qu’elle occupe. Les plans de modernisation, engagés depuis une vingtaine d’années concernent, à des degrés divers, l’ensemble des campus universitaires. Leur état de conservation, les conditions dans lesquelles ils ont été réaménagés, réhabilités, interrogent sur la faisabilité et l’intérêt même du maintien d’architectures parfois devenues obsolètes. L’amélioration des structures, la rénovation des locaux ne suffisent pas, souvent, à mettre en place les conditions d’une performance fonctionnelle et humaine des établissements. Une fois délimité le champ d’investigation, il deviendra possible d’analyser la mise en œuvre des procédures de conservation et de restauration actuellement vécues par les universités : conservation d’architectures témoins d’un moment et d’un lieu de l’histoire de l’enseignement supérieur, adaptation de ces architectures au monde universitaire d’aujourd’hui.

12Afin que ces réflexions trouvent un jour leur utilité, que ces travaux ne tombent pas dans l’oubli, que vive encore longtemps l’architecture du XXe siècle, une suite scientifique au colloque de Toulouse, centrée autour de la notion de conservation-restauration de l’architecture du Mouvement Moderne à travers la situation des universités édifiées entre 1945-1975, est dès lors fortement envisageable.

Bibliographie

Abram, 2006 : J. Abram, Le Corbusier à Briey - Histoire mouvementée d’une unité d’habitation, Éd. Jean-Michel Place, 2006.

Alzieu, 2008 : I. Alzieu, Tour d’un monde 1981-2008, Monographie de Georges Rousse, ouvrage collectif, p. 360-374, Éd. Actes Sud, Arles, 2008.

Blin, 2002 : P. Blin, Cardete-Huet modernité assumée, Éd. de l’Épure, Paris, 2002,

Candilis, 1977 : G. Candilis, Bâtir la Vie, Éd. Stock, 1977.

Duport ; Cregut, 1999 : L. Duport, N. Cregut, Greffes urbaines en Vaunage, une démarche expérimentale, Éd. de L’Espérou, Montpellier, 2007.

Lacaille, 1999 : S. Lacaille, Bagnols-sur-Cèze : l’unité médiévale et la cité de voisinage : Georges Candilis, Alexis Josic et Shadrach Woods, architectes : extensions et desseins pour le bourg rural de Bagnols-sur-Cèze : 1956-1970. Paris : École d’architecture de Paris-Belleville, 1999 (mémoire TPFE/dir. Marie-Jeanne Dumont).

Massu ; Pinson, 1992 : C. Massu, D. Pinson, La modernité critique, Jean-Lucien Bonillo (dir.), Éd. Imbernon, 2006.

Minovez, 1997 : J.-M. Minovez, L’impossible croissance en midi toulousain ? - origines d’un moindre développement, 1661-1914, Éd. Publisud, 1997.

Monnier, 1999 : G. Monnier, L’architecture Moderne en France, tome 2, Du chaos à la croissance, 1946-1966, Éd. A & j Picard, 1999.

Monnier, 2000 : G. Monnier, L’architecture Du XXe siècle, Éd. Presses Universitaires de France, 2000.

Papillault ; Gruet, 2008 : R. Papillault, S. Gruet, Le Mirail, mémoire d’une ville - Histoire vécue du Mirail de sa conception à nos jours, Collectif Poïesis, Toulouse, 2008.

Pinson, 1992 : D. Pinson, Des banlieues et des villes - dérive et eurocompétition, Éd. De L’atelier, 1992.

Ragot, 1997 : G. Ragot, Le Corbusier en France - Projets et réalisations, Éd. Le Moniteur, 1997.

Ragot, 2010 : G. Ragot, Toulier Bernard, Utopies réalisées - Un autre regard sur L’architecture du XXe siècle, Éd. Somogy, 2010.

Saboya, 2008 : M. Saboya, Fragments d’architecture contemporaine à Bordeaux - ordre et désordre, Éd. Le Festin, 2008.

Saboya, 2008 : M. Saboya, Bordeaux : la conquête de la modernité - architecture et urbanisme à Bordeaux et dans l’agglomération de 1920 à 2003, Éd. Mollat, 2005.

Toulier, 2002 : B. Toulier, Bachoud Louis, Jacob Philippe, Patrimoine culturel, bâti et paysager : Classement - Conservation - Valorisation, Éd. Delmas, 2002.

Toulier, 2000 : B. Toulier, Architecture et patrimoine du XXe siècle en France, Centre des monuments nationaux/Monum, Éd. du Patrimoine, 2000.

Voldmann, 1997 : D. Voldmann, La reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954 - Histoire d’une politique, Éd. L’harmattan, 1997.

Weidknnet, 2006 : P. Weidknnet, Les projets Constellation à Toulouse-Blagnac : projet en territoire périurbain et dynamisation concurrentielle d’une métropole. Actes du colloque « Logiques métropolitaines : modèles, acteurs et processus » organisé par l’IFRESI-CNRS, Université Lille-1, Lille, Éd. L’Harmattan, 2006. Epilogue

Notes

1 Monnier, 2000 ; Monnier, 1999.

2 Voldmann, 1997.

3 Weidknnet, 2006.

4 Papillault, Gruet, 2008.

5 Minovez, 1997.

6 Candilis, 1977.

7 Blin Pascale, 2002.

8 Alzieu, 2008.

9 Duport, Cregut, 1999 ; Lacaille, 1997.

10 Toulier, 2002 ; Toulier, 2000.

11 Massu, Pinson, 1992 ; Pinson, 1992.

12 Abram, 2006.

13 Ragot, 2010.

14 Saboya, 2008 ; Saboya, 2005.

15 G. Monnier, Ne brûlez pas Jussieu ?, Rebonds, Libération, 23 août 1996, p. 4 ; Ph. Poirier (dir.), Paysages de campus, Urbanisme, architecture et patrimoine, Éd. Universitaires de Dijon, coll. U-Culture, 2009 ; M. Bouchard, Pour la Bourgogne son université, souvenirs et réflexions, Éd. Universitaires de Dijon, 2008 ; A. Ricard, J.-B. Fabre, Le campus, Éd. Confluences, coll. la forme d’une ville, 1999 ; Ch. Hottin (dir.), Universités et grandes écoles à Paris. Les palais de la Science, Paris, AAVP, 1999, 222 p. ; Ch. Hottin (dir.), Les patrimoines de l’enseignement supérieur, In situ, Revue des patrimoines, no 17, 2011.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540