Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

L’architecture des universités

Avec la mise en œuvre de son projet de reconstruction

L’Université Toulouse II-Le Mirail ouvre « une nouvelle page de notre histoire »1

Catherine Compain-Gajac

Texte intégral

  • 1 Source : Daniel Filâtre, Thierry Blandino, Une nouvelle page de notre histoire, lettre d’introducti (...)
  • 1 Ibid.
  • 2 Ibid.

1L’Université de Toulouse II-Le Mirail [UTM], « héritière d’une longue tradition d’humanisme et d’ouverture disciplinaire »1 depuis le XIIIe siècle, traditionnellement installée dans le centre-ville jusqu’en 1971, prend place cette année-là au cœur de la ville nouvelle du Mirail. La nouvelle université des Arts, Lettres, Langues, Sciences humaines et sociales, conçue pour accueillir des effectifs d’étudiants à cette époque en forte croissance, va occuper un ensemble de bâtiments élaborés par trois architectes associés Georges Candilis (1913-1995), Alexis Josic (1921-2012) et Shadrach Woods (1923-1973), pouvant accueillir 10 000 étudiants. Mais les effectifs étudiants ne cessant de croître (ils atteignent 27 000 étudiants dans les années 1990) le site s’avère rapidement trop étroit. En outre, les bâtiments, conçus selon un modèle urbain déduit des formes et des techniques des années 1960, montrent, dès leur réception, « des malfaçons qui, malgré des travaux de réparation menés dans les années quatre-vingt, ne seront jamais totalement effacées »2. Plusieurs plans d’urgence sont menés sans succès entre les années 1990 et 2000, mais, en raison des dégâts occasionnés par l’explosion de l’usine AZF en 2001, la situation du bâti est devenue à ce point problématique que sa démolition totale et le déménagement de l’université dans un autre lieu ont été un moment envisagés.

2Depuis cette époque, une réflexion est ainsi menée. Elle vise d’une part au maintien de l’université sur le site du Mirail et d’autre part à l’adoption d’un premier schéma directeur en 2003, puis d’un second en 2009, dont le but est de préciser les grands principes d’un nouvel aménagement du campus.

3Les collectivités territoriales et l’État accompagnent ce projet de reconstruction par la signature de deux contrats de projets État-Région (CPER) successifs (2000-2006 et 2007-2013) qui font état d’un budget de plus de 110 millions d’euros. L’État, s’engage aussi, en septembre 2009, à travers l’action du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, attribuant une enveloppe de 175 millions d’euros de crédits budgétaires pour permettre l’achèvement de la reconstruction de l’université dans le cadre d’une procédure de contrat de partenariat public-privé. L’addition des crédits CPER et des crédits d’État permet dès lors de programmer la reconstruction intégrale de l’université pour l’année 2016.

  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid.

4Cette opération de reconstruction intégrale ne se limite pas à réhabiliter l’université de Georges Candilis et à produire de nouveaux bâtiments. « C’est bien plus que cela »3. Elle doit aussi s’articuler étroitement avec un projet d’établissement ambitieux : « Inscrire l’Université de Toulouse II-Le Mirail au meilleur niveau : reconstruire une université qui accueille mieux ses étudiants ; proposer des espaces de travail de qualité pour les enseignants-chercheurs, les personnels comme pour les étudiants ; offrir aussi de nouveaux équipements (espaces numériques, sportifs et culturels...) ; dynamiser la vie étudiante » affirme son président4.

  • 5 Ibid.

5Cette communication se donne donc pour objectif de retracer dans un premier temps l’historique des étapes du projet pour présenter ensuite ce que sera le campus de l’UTM à l’horizon 2016, à partir du dernier schéma directeur d’aménagement établi en 2010 : « un campus totalement rénové, réellement attractif, au service de la formation et de la recherche, mieux relié à la ville et notamment au quartier du Mirail, ancré dans les principes du développement durable »5.

UNE ARCHITECTURE UNIVERSITAIRE INSOLITE ET D’AVANT-GARDE

6En 1961, dans l’objectif de doubler la capacité d’accueil de sa ville, Louis Bazerque, alors maire de Toulouse, lance un concours d’architecte sur le projet de construction d’une ZUP (zone à urbaniser en priorité) à la périphérie sud-ouest de la ville. Les lauréats, Georges Candilis, Alexis Josic et Shadrach Woods, sont retenus sur un projet mettant en œuvre un urbanisme aux caractéristiques modernes. Conçu en continuité avec la ville, il mêle logements, infrastructures et espaces verts. Ce n’est que progressivement, à partir de 1964, que la faculté de Lettres, qui n’a pas été évoquée à l’occasion du concours, entrera dans le contexte de l’édification de ce grand projet d’urbanisme baptisé « quartier du Mirail ».

7À cette époque, l’augmentation du nombre des étudiants entraîne la saturation de l’ancienne faculté du centre-ville. De nouvelles solutions sont déjà en réflexion pour accueillir les trois universités toulousaines de Droit, Lettres et Sciences et la question de la faculté de Lettres est posée aux architectes.

ill. 1 - UTM, élévation, photo Henri-Fred Techer.

ill. 2 - UTM, allée d’entrée traversant le grand patio, photo Henri-Fred Techer.

8En 1966, Alexis Josic, associé aux architectes toulousains Fabien Castaing et Paul Gardia, va ainsi signer les premiers projets de l’université des Lettres. Le plan‑masse, approuvé en deux étapes en 1968 puis en 1970, est établi sur une réserve foncière d’une trentaine d’hectares, créée au profit du rectorat autour du château du Mirail, au nord de la ZUP du Mirail. Les plans initiaux et les élévations permettent de lire une architecture globalement horizontale dont les bâtiments ne dépassent pas deux niveaux [ill. 1]. La construction à flanc de talus repose en partie sur une dalle sous laquelle est installé un parking. Les bâtiments sont organisés par rapport à quatre voies principales de circulation, elles‑mêmes génératrices d’un réseau secondaire développé à l’extérieur autant qu’à l’intérieur des bâtiments. Ce système de voirie, hiérarchisé comme dans un quartier urbain, permet ainsi une circulation aisée entre les îlots bâtis. La lecture en plan de ces rues recouvertes d’une toiture plate [pl. 1], révèle un réseau de coursives qui dessine un maillage orthogonal caractéristique du plan de cette université [ill. 2]. Les différents bâtiments ainsi mis en relation forment des volumes compacts percés de patios végétalisés [ill. 3]. Les espaces s’interpénètrent en un ensemble unique et cohérent sur un plan oblong orienté nord‑sud. La construction des bâtiments repose sur une structure poteaux‑poutres, agencée selon une trame modulaire de 6 mètres. L’ossature métallique, adoptée dans un premier temps, supporte le bâtiment expérimental. Elle sera ensuite remplacée pour l’ensemble des autres bâtiments, principalement en raison de son coût, par une ossature en béton armé. Le remplissage fait apparaître une diversité de matériaux parmi lesquels dominent la brique naturelle, clin d’œil à la « ville rose », et le verre qui occupe de larges surfaces. Conformément à la volonté de l’architecte, les bâtiments bénéficient en effet d’un important éclairage naturel agrémenté par la vue sur les patios végétalisés.

ill. 3 - UTM, patio en creux entre les modules, photo Henri-Fred Techer.

ill. 4 - UTM, composition des toits-terrasses, photo Henri-Fred Techer.

9L’objectif des architectes était de produire une architecture perméable à son environnement et capable de se développer dans l’espace. Pourtant, l’édifice, à la fois complexe et homogène par ses limites strictement définies, donne aujourd’hui l’image d’une ville close des temps modernes : seules les grandes allées traversantes, ouvertes sur les quatre côtés, communiquent en effet avec l’extérieur.

  • 6 Le cluster conduit à la recherche de « l’unité de voisinage ». Il met en œuvre des modes de regroup (...)
  • 7 Le stem développe l’idée de la rue intérieure.
  • 8 Le web trouve son origine dans la structure de l’habitat des casbahs et propose un mode de répartit (...)

10En tout état de cause, l’architecture de l’Université du Mirail caractérise une œuvre unique et originale qui, pour être comprise, doit être replacée dans le contexte des trois concepts développés par Georges Candilis et le Team Ten : le cluster6, le stem7 et le web8. Significative de la mise en œuvre de ces nouveaux procédés d’occupation de l’espace, c’est une architecture qui illustre aujourd’hui un modèle universitaire rare que l’on compare volontiers à l’université libre de Berlin également conçue par Candilis, Josic et Woods, lauréats du concours international organisé pour son édification en 1963. Marquée du point de vue du style et de la forme par les influences méditerranéennes d’un habitat cubique à toit plat [ill. 4], l’Université du Mirail se veut profondément humaniste. Elle est conçue à l’image de cette architecture de réseau mise en place par Candilis dans les immeubles de type Nid d’Abeille et Sémiramis qui se caractérise par un bâti continu à partir d’une composition de modules d’habitation inspirés de la maison à patio et reliés par des circulations en coursives qui organisent les façades horizontalement et verticalement.

LES 40 ANNÉES DE LA VIE D’UNE ARCHITECTURE9

  • 9 Voir annexe 1.

11Sa construction achevée – elle a duré de 1970 à 1973 – l’Université du Mirail a progressivement ouvert ses portes. Prévue à l’origine pour 10 000 étudiants, elle va devoir faire face très rapidement à une augmentation exponentielle de ses effectifs puisque 5 ans plus tard ils dépassent déjà la capacité théorique prévue au point d’accueillir aujourd’hui près 25 000 étudiants.

12Le projet de l’université n’ayant pas été entièrement réalisé. Le projet est tronqué d’un certain nombre de bâtiments qui devaient abriter des structures complémentaires (deux cités universitaires, des équipements sportifs, un second restaurant. Au fil des années, les bâtiments d’origine s’étant rapidement révélés trop exigus, de nouveaux édifices ont dû progressivement compléter l’architecture originelle de manière à augmenter les capacités d’accueil. Des salles de cours en 1991, un UFR d’Histoire, Art et Archéologie en 1996, un bâtiment d’entrée en 1992, une Maison de la Recherche et une bibliothèque centrale en 2002 se sont développés autour du « noyau » de Candilis. En rupture avec « l’architecture mère », indifférentes à la poursuite de la trame prévue par l’architecte, certaines de ces architectures se sont volontairement positionnées pour « faire mur » sur le flanc sud du campus de manière à situer les limites plus larges d’un campus en voie de développement.

Université Toulouse-Le Mirail Architecte : Georges Candilis état originel 1970

Université Toulouse-Le Mirail Architecte : Georges Candilis Arche et UFR HAA étape 2

Université Toulouse-Le Mirail SDIA adopté en 2010
© Rémi Papillault, agence AAARP
Planche 1 - UTM évolution du plan depuis 1970, http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/​ftp_mesr/​opecampus/​comitepilotage-juillet-2011/​09Toulouse-Dossier-de-Presse.pdf

ill. 5 - L’Arche, vue plongeante.

  • 10 Cf. Catherine Compain-Gajac, L’Arche du campus de l’Université de Toulouse-le Mirail : une entrée r (...)

13D’autres au contraire ont tenté de s’intégrer au maillage : l’Arche [ill. 5], placée à l’entrée du campus, en diagonale dans un coin de la dalle, confrontant sa verticalité à l’horizontalité du bâti qu’elle introduit, elle est significative par le rôle d’architecture-signal qui lui a été dévolu10 ou encore l’UFR d’Histoire qui occupe le coin nord-est resté vide.

14En même temps que la nécessaire extension de ses locaux, l’Université Toulouse II-Le Mirail doit aussi penser la réhabilitation de son noyau architectural, baptisé « le Candilis ». Les bâtiments de 1973, victimes d’importants défauts de construction dès leur origine, se détériorent en raison de problèmes d’étanchéité incontournables qui empêchent une utilisation normale des locaux et vont jusqu’à mettre la résistance de l’édifice en péril. En fait, à la fin de la construction, bien que l’État ait refusé de réceptionner les bâtiments, les étudiants et les enseignants avaient dû les investir dans l’urgence. Il s’ensuivit plusieurs procédures de mises en demeure par la Cour des comptes, puis le Conseil d’État qui n’ont produit aucun résultat.

  • 11 Loi du 10 juillet 1989 d’orientation sur l’éducation (devenue article L. 762-2 du code de l’éducati (...)

15À partir de 198911, les établissements publics d’enseignement supérieur se sont vus fortement impliqués dans la gestion, la maintenance et le développement de leur patrimoine immobilier. Ainsi la responsabilité de la maintenance des bâtiments est-elle revenue à l’Université du Mirail alors qu’elle n’était pas en mesure d’assurer leur remise en état. À l’aggravation des défauts de construction, de nouveaux dysfonctionnements se sont ajoutés, révélés dans les années 1990 à l’occasion de la mise en œuvre des nouvelles architectures. L’alimentation électrique ne répondait plus à l’utilisation croissante des micros-ordinateurs, l’évacuation des eaux usées n’avait pas été conçue pour un aussi grand nombre d’utilisateurs, les terrasses étaient dangereuses, les pompiers s’inquiétaient des difficultés d’intervention, etc. De fait, à la fin de la décennie, l’ensemble des bâtiments fut déclaré mal construit et non conforme à l’accueil du public.

16Devant l’ampleur des réparations à effectuer, dans un premier temps la décision fut prise de tout reconstruire. Un pré-schéma directeur d’aménagement posait en effet un constat brutal : l’état des lieux obligeait à envisager de raser l’ensemble des bâtiments Candilis. Le projet de reconstruction prenait alors de nouvelles proportions, ne se limitant plus au simple agrandissement des bâtiments existants, ni à la construction de ceux qui avaient été « oubliés » en 1974. Il prévoyait la construction complète de nouveaux équipements. Cette solution radicale et très onéreuse était considérée comme inévitable. Il fallait envisager une université nouvelle à la fois capable de s’adapter aux multiples évolutions qui résultent d’une demande de formations en développement constant mais aussi apte à prendre en considération les méthodes nouvelles et les transformations des outils pédagogiques.

17Un long travail de réflexion commence alors. Il fallait d’abord redéfinir les fonctions et les priorités. Une analyse détaillée du site, de ses usagers et de son histoire, l’analyse des faits, des pratiques, des relations fonctionnelles, des perceptions, allait étayer l’élaboration d’un premier projet de schéma directeur immobilier. Parce qu’il devait s’inscrire dans le contexte territorial nouveau résultant du Grand Projet de Ville, le SDIA devait être pensé non seulement dans le souci de l’architecture et de la sociologie, mais aussi à l’échelle urbaine. L’Université du Mirail devait trouver dans le projet urbain une lisibilité claire, tant du point de vue de la formation que des pratiques culturelles, sportives, de restauration, d’échanges et de travail que sa finalité induisait.

  • 12 Un schéma directeur d’aménagement est une méthode destinée à établir des cohérences entre des actio (...)

18En 2001, sous la responsabilité de l’État, l’élaboration du premier schéma directeur d’aménagement12 est confiée au bureau d’études techniques Pro-Développement. Au sein de l’université, une commission est constituée pour suivre l’avancement des études. Dans un premier temps, diverses réflexions sont lancées transversalement sur les usages attachés à l’université. Des collaborations s’organisent avec les collectivités locales. L’année suivante, le projet étant sur le point d’être validé par le Conseil d’administration de l’Université, puis d’être soumis à l’approbation du comité de pilotage, il apparaît que la nature juridique du schéma directeur ne permet pas aux autorités locales de se sentir engagées. Considéré comme un simple outil de concertation, il n’a dès lors qu’une valeur de document préalable à l’intervention des architectes et ne pourra que servir de guide en matière patrimoniale. Face à ce blocage, tout en gardant à l’esprit que les bâtiments concernés sont appelés à être démolis à terme, on s’en tient, dans un premier temps, à l’objectif de répondre aux besoins les plus urgents : les bâtiments en bon état sont restaurés pour des réaffectations temporaires.

19En 2008, alors qu’il pouvait être appliqué sur des points précis tels les constructions de la Fabrique culturelle ou de l’UFR de Langues, le schéma directeur est remis en question : de toute évidence, l’idée de détruire le Candilis ne reçoit pas de consensus, des voix s’élèvent vivement contre la radicalité de cette décision. Une nouvelle équipe est alors créée, appelée à prendre désormais en considération la valeur patrimoniale de l’œuvre de Candilis. Elle va engager une démarche nouvelle.

20C’est l’époque de la mise en œuvre d’une grande réforme universitaire au plan national. Pour gagner sa place dans la course à l’excellence, l’Université Toulouse II-Le Mirail prend alors conscience qu’elle doit repenser la vie de son campus. Un nouveau schéma directeur est élaboré : il se donne pour objectif d’inventer un nouvel environnement à l’UTM capable d’assimiler les contraintes de son histoire architecturale.

« QUAND L’UNIVERSITÉ CHANGE... ÉTUDIER PREND UNE NOUVELLE DIMENSION »

  • 13 Sources : - Brochure de présentation du projet de reconstruction du campus du Mirail. Février 2012  (...)

21Le colloque « Conservation-restauration de l’architecture du Mouvement Moderne » a été l’occasion pour le vice-président au Patrimoine de l’Université Toulouse II-Le Mirail [UTM], Nicolas Golovtchenko, de présenter l’état d’avancement du projet de reconstruction des bâtiments au 8 avril 2010. À partir de ses propos, à travers l’entretien qu’il nous a consacré et une documentation qu’il nous a fournie, nous avons pu rassembler les éléments nécessaires à la description d’un état de la situation actualisé au mois de mai 2012. Le projet « Quand l’université change... étudier prend une nouvelle dimension », reconstruire et réhabiliter intégralement le site de l’UTM pour le début de l’année 2016, a été rendu public au mois de février 201213.

  • 14 Plan Université 2000 : Plan de modernisation des universités françaises, arrêté en conseil des mini (...)
  • 15 L’opération campus, lancée en février 2008, plan exceptionnel en faveur de l’immobilier universitai (...)

22Le plan d’urgence des années 1990, le plan Université 200014 et l’édification de nouveaux bâtiments n’ont pas été capables d’améliorer la situation immobilière du site universitaire du Mirail. Au fur et à mesure du temps, celle-ci est devenue un problème majeur pour les étudiants, les enseignants-chercheurs et les personnels administratifs et techniques de l’établissement. L’idée de reconstruction du campus de l’UTM, retenue à partir des années 2000, s’est prolongée en 2008 grâce à l’Opération campus15, quand l’UTM a été sélectionnée au titre du projet porté par le Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) de Toulouse. C’est ainsi que l’université des Lettres et Sciences sociales peut bénéficier, en complément des opérations de contrats de projets État-Région déjà engagées, d’un investissement de l’État de 175 millions d’euros qui prend en charge le coût de l’opération ainsi que les coûts de gestion et d’entretien des bâtiments pendant toute la durée du contrat de partenariat public-privé.

  • 16 http://www.urbane.fr/index.php/references/projet-urbains/utm;http://www.urbane.fr/images/slideshows (...)
  • 17 http://www.aarp.fr/post/2009/12/universit%C3%A9-toulouse-lemirail;http://www.aarp.fr/post/2011/03/H (...)
  • 18 http://www.arteliagroup.com/fr
  • 19 Voir Annexe 2.
  • 20 Le nouveau campus en quelques chiffres : - 94 000 m2 de bâtiments rénovés ou reconstruits ; - 1 200 (...)

23Le premier schéma directeur définissait le projet d’aménagement dans ses grandes lignes. La reconstruction démarre en 2003. Modifié et enrichi en 2009 par l’agence d’urbanisme Urbane16 associée à AARP17, avec le concours des programmistes du bureau d’études Artelia18 et des personnels mobilisés dans les groupes de travail19, il sera validé en 2010 par le Conseil d’administration de l’université20.

  • 21 Assemblée formée des trois conseils de gouvernance universitaire : CA, CEVU, CS.

24Les acteurs de la concertation, répartis en groupes de travail autour de thématiques spécifiques et transversales, ont établi un programme fonctionnel pour formaliser leurs besoins. À la suite, un préprogramme a été rédigé en tenant compte du budget alloué, suivant un principe de régulation entre les composantes, voté par le Conseil d’administration de l’université. On a ainsi attribué des mètres carrés à chaque UFR en proportion de la population étudiante en tenant compte des spécificités pédagogiques et en optimisant la mutualisation des salles. Ces décisions, présentées en Congrès21, validées en Conseil d’administration, ont fait l’objet d’une double expertise par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et par le ministère des Finances qui ont donné leur aval.

  • 22 Cf. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid24591/operation-campus.html
  • 23 Une dotation en capital de 350 M € est allouée au PRES de Toulouse pour réaliser la rénovation du c (...)
  • 24 Il est prévu d’ajouter une enveloppe financière à peu près équivalente pour le gros entretien, les (...)
  • 25 Dans le principe, à la fin du contrat, le partenaire remet les bâtiments à l’État et pendant toute (...)
  • 26 Voir annexe 3.

25Le financement du projet de reconstruction-réhabilitation intégrale du site de l’Université de Toulouse II-Le Mirail repose sur deux mécanismes : les contrats de projets État-Région [CPER] et un contrat de partenariat public-privé [PPP]. Deux CPER ont été mis en place. Le CPER 2000-2006 (46 M €) a financé la construction de la Fabrique, de la première tranche de l’UFR de Langues, Littératures et Civilisations étrangères (LLCE) et l’Université ouverte. Le CPER 2007-2013 (70 M €) finance la construction de la seconde tranche de l’UFR LLCE, le restaurant universitaire, l’UFR de Psychologie et six amphithéâtres. Le PPP a été mis en place dans le cadre de l’Opération campus22. En effet, lancée en février 2008 par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Valérie Pécresse, l’Opération campus a sélectionné l’Université de Toulouse avec 11 autres grandes universités françaises pour bénéficier de financements importants destinés à les rénover (urgence immobilière, construction et rénovation des locaux, améliorer les conditions d’accueil et de travail des étudiants et des personnels) et à renforcer leur attractivité par la valorisation des projets pédagogiques et scientifiques et par leur contribution à la vie économique et sociale. Outre l’ambition pédagogique et scientifique du projet, le développement de la vie universitaire, et le caractère structurant et innovant du projet pour le territoire, l’urgence de la situation immobilière était un critère demandé. Et pour le sujet qui nous intéresse, il a été déterminant. Si le plan Campus vise à positionner l’Université de Toulouse parmi les meilleures en Europe et les premières dans le monde pour l’avancée et la transmission des connaissances, tout en contribuant activement à la vie sociale et économique de son territoire par la mise aux standards internationaux des sites universitaires et par une meilleure intégration dans la cité, il n’en demeure pas moins que la somme de 175 M € a été allouée pour la seule reconstruction de l’Université du Mirail23 tandis que l’État, par ailleurs, lui accordait également 175 M € pour réaménager les espaces intérieurs et extérieurs et ainsi achever la restructuration de l’intégralité du campus24. Cette procédure de financement a été organisée dans le cadre d’un contrat de partenariat public-privé [PPP], dispositif qui permet de confier à un partenaire privé le financement, la construction, le gros entretien, les réparations et la maintenance du site principal de l’Université de Toulouse II-Le Mirail en contrepartie d’une rémunération pendant environ 25 ans sous forme de loyers financés par le budget du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche25. Dans le cadre du PPP, l’université garde la maîtrise du projet face à un seul interlocuteur, le titulaire du contrat de partenariat26.

  • 27 Voir annexe 4.

26Dans le cadre de l’opération campus, un avis d’appel public à concurrence a été lancé le 11 mars 2011. Quatre groupements, respectivement conduits par DV Construction, Icade, Meridiam et Vinci, se sont portés candidats pour le financement, la conception, la construction, le gros entretien, les réparations et la maintenance des bâtiments. Le dialogue compétitif s’est alors engagé avec chacun d’entre eux afin d’étudier et d’améliorer les propositions des groupements sous le contrôle de la commission de choix regroupant des représentants de l’université, de l’État, des collectivités territoriales, de la Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes et de la Direction régionale des finances publiques. Et le 10 juin 2011, un comité interministériel de suivi, réuni à l’initiative du responsable du service « Grands projets immobiliers » au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a donné un avis favorable à la poursuite du processus. Ainsi, le 14 juin 2011, le Conseil d’administration de l’Université de Toulouse II-Le Mirail a-t-il autorisé son président à engager un dialogue compétitif avec les quatre groupements d’entreprises candidats à la troisième opération de reconstruction du site universitaire du Mirail. Après l’établissement du programme fonctionnel, l’université a de nouveau réuni l’ensemble de ses composantes autour de thématiques spécifiques et transversales afin d’expertiser les propositions des groupements27.

  • 28 Anne Péré, urbaniste qualifiée OPQU – architecte DPLG – 3e cycle d’urbanisme des Ponts et chaussées (...)

27Parce que l’université devait être perçue comme un nouveau quartier au cœur de la ville, les urbanistes en charge de la réflexion sur le schéma d’aménagement se sont attachés à travailler les questions de la différenciation et de la fonctionnalité des espaces. Ils ont ainsi rendu les espaces publics extérieurs accessibles, attractifs et ouverts à tous et en permanence, ils ont soigné les espaces entre les bâtiments favorisant la présence de végétaux, ils ont enfin travaillé les espaces intérieurs comme des espaces privés, intimement dédiés aux études et à la recherche. « Il nous fallait d’abord comprendre le lieu pour continuer à écrire son histoire. Nous avons donc observé le site, son organisation, ses usages, ses circulations, mais aussi ses défauts et ses qualités. L’idée était de partir de l’histoire du lieu et de garder tout ce qui fait son intérêt, notamment le parc, les patios et la proximité des bâtiments entre eux. Nous avons donc travaillé sur les espaces collectifs. Ainsi, le grand patio devient une prairie, les espaces verts s’étendent d’ouest en est, mais aussi du nord au sud. Les patios, la prairie, le parc et les places arborés offriront une vraie diversité paysagère tout en donnant une nouvelle unité au site, et c’est là le changement fondamental. L’Université de Toulouse II-Le Mirail va devenir une université-jardin. Dans cette optique, le travail sur les volumes est significatif. Si les bâtiments sont plus hauts en bordure du site, et ainsi plus visibles de l’extérieur, ils resteront en revanche plus bas en son cœur. Mais ce sera un cœur qui respire et qui laisse voir la prairie et le parc, sans frontières » dit l’urbaniste Anne Péré28.

28Ainsi, les objectifs de la reconstruction des bâtiments dédiés à l’étude et à la recherche répondent-ils à des besoins qui ont été clairement identifiés au fil des années et strictement pris en compte aujourd’hui :

  • Assurer une qualité de vie aux étudiants, aux enseignants et aux personnels de l’université est devenu une finalité essentielle et c’est dans ce sens que la réflexion sur la qualité des espaces a été privilégiée.

  • Répondre au développement de nouvelles offres d’enseignement en renforçant les liens entre l’UTM et la ville. Georges Candilis avait fait du campus du Mirail une université qui se voulait étroitement liée à la ville nouvelle du Mirail. Affichée avec force en son temps, cette volonté n’avait pas été suivie d’effets. L’université du Mirail était restée isolée, hermétique au quartier environnant. Aujourd’hui il paraît indispensable de la « recontextualiser », de lui redonner le sens urbain et social auquel elle aurait dû répondre.

  • Respecter les nouvelles normes de développement durable imposées par notre époque de manière à ce que les constructions nouvelles et les réhabilitations se révèlent exemplaires.

29La reconstruction intégrale du site principal de l’Université de Toulouse II-Le Mirail se donne ainsi pour mission de créer des espaces propices aux études et à la qualité de vie, en même temps que de soutenir le développement de l’université et de renforcer ses liens avec la ville.

30Évoquées plus haut, depuis les années 1990, de nouvelles architectures sont venues progressivement compléter le site construit par Georges Candilis [planches 2 et 3].

  • 29 Ensemble de bâtiments préfabriqués.
  • 30 Cf. Catherine Compain-Gajac, « L’Arche du campus de l’université de Toulouse-le Mirail : une identi (...)
  • 31 Surface totale de 7 483 m2 SHON.
  • 32 350 000 ouvrages, 4 500 titres de revues et journaux sur papier, 17 000 revues électroniques, 20 00 (...)
  • 33 Elle offre 1 500 places assises, 150 postes informatiques, 3 salles de travail en groupe, la connex (...)

31Les Pétales29 et l’Arche30 conçues en 1991ont constitué une première vague d’extension. La Maison de la Recherche s’est ouverte en 1994. Construite pour accueillir l’ensemble des laboratoires de recherche de l’université et du CNRS, son architecture de béton31, haute de 7 étages, se caractérise par de larges baies vitrées en bandeaux. Œuvre du cabinet d’architecture Dominique Alet, elle est rythmée par une alternance de bâtis, de patios longitudinaux et de patios intérieurs associés les uns aux autres par une trame de poutres de bétons qui créent l’unité visuelle de l’ensemble. L’UFR d’histoire édifiée en 1996 se caractérise également par une architecture de béton. Le bâtiment est composé de deux modules fonctionnels de part et d’autre d’un espace de communication protégé par un portique, formant un dedans-dehors entre les salles de cours et les quatre amphithéâtres. La bibliothèque universitaire centrale, spécialisée dans les domaines lettres, langues, arts, sciences humaines et sociales32, a ouvert ses portes aux étudiants en 2004. C’est un vaste bâtiment de brique rose rythmé de fenêtres bandeaux horizontales, élevé sur 7 niveaux33, et construit par l’architecte Pierre Riboulet assisté du cabinet LCR Architecture sous maîtrise d’ouvrage du rectorat de l’Académie de Toulouse. La Fabrique, inaugurée en 2009, est un véritable centre culturel universitaire destiné à favoriser la création, l’expérimentation et la diffusion artistiques. La Fabrique peut s’enorgueillir d’être le premier site universitaire de cette ampleur en Europe dédié aux arts contemporains.

Maison de la recherche

Bibliothèque universitaire centrale

La Fabrique culturelle

Restaurant universitaire

UFR histoire, art et archéologie.
Planche 2 - UTM, les nouvelles constructions, graphisme Catherine Compain-Gajac.

Planche 3 - Chronologie des bâtiments, graphisme Catherine Compain-Gajac.

32Elle se veut au carrefour des disciplines artistiques, réunissant à la fois la formation, la création et la diffusion et s’ouvre à la ville de Toulouse et à ses quartiers. Son architecture, conçue par le cabinet d’architectes Gouwy Grima Rames, assisté du bureau d’études Beterem, se distingue par une imposante et brutale forme géométrique, parallélépipède d’acier Corten et de béton brut percé de failles de verre horizontales. Elle prend place sur la dalle, au sud, où elle remplace les premiers îlots détruits du Candilis. La première tranche de l’UFR LLCE a également été inaugurée en 2009. Conçue par l’architecte Dominique Alet assisté du bureau d’études Cotéba, le bâtiment accueille l’administration de l’UFR, le département Langues étrangères appliquées et le Centre de Traduction, Interprétation et Médiation linguistique (CETIM) grâce à un amphithéâtre de 200 places équipé de cabines de traduction, un espace multimédia d’auto-apprentissage en langues, des salles de cours équipées en multimédia, des laboratoires de langues et une salle de danse. Son architecture aux formes géométriques alterne modules de bois et de béton peint en blanc, reliés entre eux par des passerelles de verre et percés d’espaces ouverts qui accueillent une végétation intégrée. La seconde tranche de l’UFR LLCE a ouvert dans le courant de cette année 2012 dans un bâtiment qui réunit les administrations, les bureaux des enseignants-chercheurs, des salles de cours, les foyers étudiants et le centre de ressources documentaires de l’UFR. Conçue par les agences Atelier du Prieuré, et Hirsch & Zavagno assistées par le bureau d’études Gyrus, l’architecture se distingue par sa qualification BBC (bâtiment basse consommation), elle est équipée de panneaux photovoltaïques en toiture, d’une ventilation contrôlée pour une qualité de l’air optimale, d’une isolation thermique efficace et d’un système de récupération des eaux de pluie pour les sanitaires et l’arrosage extérieur. Le restaurant universitaire, enfin, dont l’ouverture est prévue pour janvier 2013, se veut être davantage qu’un Resto-U traditionnel. En accueillant non seulement une cafétéria, mais aussi deux salles de restaurant dans lesquelles pourront être organisés expositions ou concerts, le lieu se veut convivial. Le bâtiment imaginé par l’agence d’architectes Atelier 13-Loupiac, abrité derrière une résille de béton, s’ouvre largement sur les jardins de l’université. Il est prévu de le distinguer, dès l’entrée de l’université, par des lettres hautes de 3 mètres faisant face à la ville. Viendront ensuite divers autres bâtiments : l’Université Ouverte sous maîtrise d’ouvrage du Conseil général de la Haute-Garonne, abritera plusieurs entités dont les services de la formation à tous les âges de la vie et de l’enseignement à distance (le concours de maîtrise d’œuvre a été lancé à l’automne 2011, les travaux devant démarrer en 2012, la livraison du bâtiment est attendue pour 2014) ; l’UFR de psychologie et six amphithéâtres, sous la maîtrise d’ouvrage de la Région Midi-Pyrénées, est prévue en 2015. Salles de cours, amphithéâtres, centres de ressources documentaires, bureaux des enseignants-chercheurs et du personnel administratif et technique, laboratoires, mais aussi terrains de sports, restaurant, cafétérias, espaces de repos et de débats devraient ainsi permettre de favoriser le bien-être de tous et d’améliorer en conséquence la qualité de la formation et de la recherche.

33L’architecture de ces bâtiments montre une recherche singulière en matière de formes contemporaines. Dans l’héritage de la pensée de Georges Candilis, ils témoignent de l’importance accordée à la qualité architecturale, partant du principe que les nouvelles réalisations devront de se distinguer dans le paysage urbain environnant. Elles sont ainsi destinées à mieux y « asseoir » l’université. De même, par les nouveaux espaces autant intérieurs qu’extérieurs qu’elles organisent, elles promettent de créer de nouveaux lieux de vie, mais surtout des conditions de travail mieux adaptées aux besoins de la communauté universitaire.

34Le caractère urbain que l’agence Candilis-Josic-Woods avait voulu donner au campus du Mirail semble ainsi être exploité et développé par le nouveau projet, qui, en accordant une plus grande place aux espaces verts et publics est appelé à conforter ce choix historique. De même, en articulant les nouveaux axes de circulation avec la trame, en organisant la liaison entre le campus et le parc du château afin de mettre en valeur les qualités naturelles du site, en prolongeant les circulations au-delà des limites strictes du campus originel, les architectes instaurent des liens avec les quartiers environnants. Enfin, en organisant les parkings à voiture à l’extérieur du site, ils prévoient des déplacements à pied à l’intérieur du site, où l’espace ainsi libéré pourra accueillir les activités nouvelles prévues, spectacles, sports, à l’image d’un quartier urbain.

  • 34 Cf. l’article de Jean-Michel Minovez dans cet ouvrage.

35Le schéma directeur immobilier et d’aménagement, adopté en 2010 dans le double souci de sauvegarder l’esprit de l’équipe Candilis-Josic-Woods et de rendre l’université identifiable, sert ainsi de base de travail aux équipes qui réfléchissent à l’université de 201634.

36Quelques autres points peuvent encore être précisés. Il est ainsi prévu de rassembler, sur la façade sud du campus, les activités universitaires destinées à s’ouvrir sur la ville tandis qu’au nord, la création-réhabilitation d’équipements sportifs sera privilégiée. Il est également prévu de réhabiliter le parvis de l’université en réponse à la volonté de la municipalité de réaménager la rue qui y conduit en sortant du métro. Il est enfin prévu de concevoir le parc comme un véritable espace de détente, de restaurer les rues et les patios et d’y développer la végétation.

37Nicolas Golovtchenko, vice-président délégué au patrimoine universitaire jusqu’en mai 2012, s’exprime clairement sur les grandes lignes de ce nouvel aménagement :

38« Le projet de reconstruction est un processus de longue durée. Frustrant lorsqu’il donne l’impression de ne pas progresser, mais enthousiasmant dès lors que de nouveaux bâtiments viennent prendre place sur le campus et visiblement en transformer le cadre de vie. Engagé depuis le début des années 2000, constamment soutenu par les différents présidents qui se sont succédé aux responsabilités. Ce projet, s’il a mobilisé des experts extérieurs, s’est aussi appuyé sur la propre expertise des acteurs de la communauté universitaire. Ce processus de concertation a donné lieu à l’élaboration d’un schéma directeur et d’un programme fonctionnel validés en 2010 qui formalisent l’ensemble des besoins exprimés par la communauté. Ce campus qui était dans les années 60 un modèle envié d’organisation de l’espace universitaire doit aujourd’hui, pour atteindre les standards du XXIe siècle, réaffirmer une ambition forte. Celle-ci s’exprime au travers d’un ensemble d’exigences adressées aux architectes et constructeurs. La réalisation devra ainsi être exemplaire en matière de confort (thermique été/hiver, acoustique, ergonomique) des espaces produits, de qualité (fonctionnalité, innovation technologique et robustesse) des réalisations et des équipements, et capable de produire des espaces économes en coûts de fonctionnement. Les espaces extérieurs – ceux qui relient les entités entre elles et contribuent à identifier le territoire de l’université – sont également pris en compte dans le programme de travaux. De nouveaux espaces vont aussi prendre place sur le campus et participer à son animation et sa vitalité : des lieux dédiés à la vie étudiante (foyers, centres de ressources documentaires), au sport (réhabilitation du terrain de sport, salle de musculation, de tir à l’arc, de sports de combat), à la culture, à la convivialité. Enfin, une université réhabilitée dans un environnement urbain dégradé n’aurait pas de sens. La réflexion sur la reconstruction passe ainsi par une meilleure intégration et visibilité du campus dans son quartier. Ce travail d’intégration urbaine a été mené en étroit partenariat avec la ville ».

39La reconstruction de l’université de Toulouse II-Le Mirail se veut à l’origine d’une nouvelle dynamique pédagogique et scientifique, portée par le Projet d’établissement 2011-2015 qui, dès la rentrée 2011, affichait ses priorités : accompagner la construction du projet de l’étudiant, renforcer la dynamique d’insertion professionnelle, renouveler et renforcer les nouveaux cursus de licence. Dans le domaine de la recherche, accroître la qualité de sa recherche et sa visibilité à l’échelle européenne et internationale, développer les interfaces entre les grands champs scientifiques, conforter son engagement dans la dynamique du PRES-Université de Toulouse, renforcer l’attractivité et le développement international, poursuivre la diffusion et la valorisation des recherches en contribuant au développement économique, social et culturel de la société, deviendront des priorités incontournables.

  • 35 En renforçant leur identité et en assurant un cadre de travail adapté à leurs besoins, en développa (...)
  • 36 D’ici 2016, l’UTM regroupera ses bibliothèques pour compter au final une bibliothèque universitaire (...)
  • 37 En parallèle de l’extension de la Maison de la Recherche, certaines activités scientifiques intégre (...)
  • 38 Localiser les UFR de manière plus cohérente afin de faire jouer leurs complémentarités, de développ (...)

40La reconstruction-réhabilitation va également permettre à l’université de donner de nouveaux moyens aux UFR35, d’enrichir la vie sur le campus en renforçant les échanges et en développant les lieux de vie étudiante, de créer des centres de ressources documentaires et multimédias36, de mieux intégrer les activités de recherche dans le campus37, de favoriser la coopération entre les composantes38, d’accueillir enfin de nouveaux partenaires : dès 2015 au sein du pôle Archéosciences, l’Institut national de recherches archéologiques préventives [IN‑ RAP] et le Service régional de l’archéologie de la Direction régionale des affaires culturelles [DRAC] ou encore l’école Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse [ENSA de Toulouse].

41La reconstruction de l’Université de Toulouse II-Le Mirail s’accompagne de la volonté d’articuler cette université-quartier avec le Grand Projet de Ville [GPV]. Les quartiers mitoyens de l’université, Bagatelle-Faourette, Reynerie-Bellefontaine et Empalot, sont concernés. Le lien avec ces quartiers passe par le projet piétonnier de la rue de l’Université du Mirail, par le réaménagement de la dalle commerciale, par l’ouverture de la station de métro à la fois côté ville et côté université. Le GPV prévoit également d’associer entre elles les structures du quartier que sont la Fabrique, la future Maison de l’Image, le château de la Reynerie, la future Médiathèque grand M et le Centre culturel Alban Minville de Bellefontaine. Enfin, ainsi que nous l’avons évoqué plus haut, en regroupant sur sa façade sud l’Université ouverte, la Fabrique, la bibliothèque universitaire centrale, le restaurant universitaire, la Maison de la Recherche – bâtiments qui pourront offrir des services aux habitants –, en inventant de nouvelles relations avec la ville, l’Université de Toulouse II-Le Mirail affirme sa volonté d’ouverture. En se restructurant en lien étroit avec la ville, elle participe du développement du quartier et au bien-être de ses habitants.

42La reconstruction de l’Université de Toulouse II-Le Mirail se donne enfin pour objectif de créer un site universitaire exemplaire en termes de développement durable. En effet, à l’instar de l’ensemble des architectures conçues dans les années 60, l’Université du Mirail est bien loin, aujourd’hui, d’être en conformité avec ces règles. L’ambition est de s’engager dans la mise en œuvre des standards de la Haute qualité environnementale (HQE), priorité est donnée à la sobriété énergétique des bâtiments, à la maîtrise des coûts d’exploitation et à l’insertion dans un campus vert.

Annexes

I. Les dates clés du site principal de l’université de Toulouse II-le Mirail39

1964 : Conception du site universitaire du Mirail.

1971 : Livraison d’un site incomplet, capable d’accueillir moins de 10 000 étudiants et présentant des dysfonctionnements majeurs. Très vite, le site se dégrade.

1990 : Le Plan d’urgence finance la construction de l’Arche (inaugurée en 1992) et des Pétales 1 et 2 (inaugurés en 1990 et 1991).

1994 : Le CPER 1994-1999 finance le Plan université 2000 : construction de l’UFR d’Histoire, de la Maison de la Recherche et de la première tranche de la bibliothèque universitaire centrale (inaugurée en 2002).

1999 : Schéma de service collectif, premiers éléments de réflexion sur la reconstruction.

2000 : Le CPER 2000-2006 finance la construction de la Fabrique, de l’Université ouverte, de la 1re tranche de l’UFR de Langues, Littératures et Civilisations étrangères, du 1er équipement de la 1re tranche de la BUC, et la 2de tranche de la BUC (inaugurée en 2004).

- L’État valide le projet de démolition-reconstruction intégrale du site.

2001 : L’explosion de l’usine AZF affecte gravement le fonctionnement de l’université.

- Mobilisation de la communauté universitaire autour du projet de reconstruction et élaboration du 1er schéma directeur avec la participation du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

2003 : Validation du 1er schéma directeur.

2007 : Engagement du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour encourager une démarche dans la perspective d’un partenariat public-privé (PPP).

- Délibération du Conseil d’administration pour engager les études en vue du PPP.

- Le CPER 2007-2013 finance la construction de la 2de tranche de l’UFR de Langues, Littératures et Civilisations étrangères, du Restaurant universitaire, de l’UFR de Psychologie et de six amphithéâtres.

- Réactivation des groupes de projet en vue de la reconstruction intégrale du site.

2009 : Livraison de la 1re tranche de l’UFR de Langues, Littératures et Civilisations étrangères et de la Fabrique.

2010 : Validation du schéma directeur définitif.

- Choix des Assistants à personnes publiques (APP), c’est-à-dire des conseils qui accompagnent l’université dans sa reconstruction.

- Concertation et définition du programme fonctionnel.

- Validation du préprogramme.

2011 : Validation du projet d’établissement 2011-2015.

- Début du dialogue compétitif entre l’université et les groupements d’entreprises candidats à sa reconstruction.

- La concertation reprend autour des thématiques : HAA, SES, LPM, recherche, Archéosciences, gouvernance, accueil/vie étudiante/sports, DSI, SIMPPS/SSTP, technique/exploitation/maintenance/HQE, développement durable/espaces extérieurs/intégration urbaine/architecture, financier/juridique.

2012 : Fin du dialogue compétitif et signature du contrat de partenariat avec le groupement d’entreprises choisi pour la reconstruction.

- Livraison de la seconde tranche de l’UFR de Langues, Littératures et Civilisations étrangères.

2013 : Livraison du Restaurant universitaire.

2014 : Livraison de l’Université ouverte.

2015 : Livraison de l’UFR de Psychologie, de 6 amphithéâtres, livraison de l’UFR Sciences, Espaces, Sociétés (SES), de l’UFR Histoire, Arts et Archéologie (HAA), du Pavillon de la recherche et du Pôle Archéosciences, de l’UFR Lettres, Philosophie, Musique (LPM), des espaces communs (sports), de la gouvernance, et aménagement des espaces extérieurs.

2016 : Le site de l’Université de Toulouse II-Le Mirail devrait être entièrement reconstruit

II. 13 groupes de travail (sport, espaces de convivialité, maintenance...)

- Le Conseil d’administration.

- Le Congrès : composé des membres des conseils centraux de l’université.

- Le Comité technique paritaire (CTP) : le CTP réunit les représentations de l’administration de l’université et les représentations syndicales. Il s’est intéressé tout particulièrement aux effets de la reconstruction sur les conditions de travail.

- La Mission d’appui aux partenariats publics-privés (MAPPP) : la MAPPP est un organisme expert rattaché au ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie qui fournit aux personnes publiques un appui dans la préparation, la négociation et le suivi des contrats de partenariat.

- Le Comité de pilotage partenarial (COPIL) qui associe l’université, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le PRES Université de Toulouse, le ministère de l’Économie, le ministère du Budget, le rectorat de l’Académie de Toulouse, la préfecture de région Midi-Pyrénées, le Conseil régional Midi-Pyrénées, le Conseil général de la Haute-Garonne, la Communauté urbaine du Grand Toulouse, la mairie de Toulouse, le Sicoval, le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS), le Secrétariat général pour les affaires régionales(SGAR).

- Les Assistants à personnes publiques (APP), c’est-à-dire les entreprises qui conseillent et accompagnent l’université dans sa reconstruction : Coteba (entreprise d’ingénierie et de management de projets du groupe Artelia spécialisée dans le domaine de la construction), Norton Rose (conseil juridique), C5P (conseil financier), Urbane (urbaniste), ARPP (architecte), ADDENDA (expert environnement), SLH (bureau d’études techniques voiries et réseaux divers).

III. Programmes prévus dans le cadre du contrat de partenariat public-privé

- L’UFR d’Histoire, Arts et Archéologie (HAA).

- L’UFR Sciences, Espaces, Sociétés (SES).

- L’UFR de Lettres, Philosophie et Musique (LPM).

- La reconstruction du Pavillon de la Recherche.

- La création du Pôle Archéosciences – Maison de l’Archéologie.

- La gouvernance.

- Les locaux communs : accueil général, vie associative et syndicale, Direction du système d’information, médecine préventive et service de santé au travail des personnels, activités sportives y compris le terrain multisports situé au nord (tir à l’arc, musculation, sports de combat).

- La rénovation et l’isolement des galeries techniques en infrastructure.

- La démolition des bâtiments selon le scénario préconisé dans le schéma directeur.

- Le traitement des espaces extérieurs inclus dans le périmètre, dont le stationnement.

IV. Les différentes étapes du dialogue compétitif

- 15 juin 2011 : début du dialogue compétitif et envoi du dossier de consultation des entreprises (DCE) aux quatre candidats.

- Fin août 2011 : les candidats présentent une première esquisse architecturale du projet.

- Septembre 2011 : l’université échange avec les candidats sur l’architecture et l’urbanisme.

- Novembre 2011 : réception des propositions initiales définitives.

- De novembre 2011 à janvier 2012 : l’université échange avec les candidats sur les enjeux juridiques, financiers, de fonctionnalité, d’architecture, d’urbanisme et de maintenance.

- Avril 2012 : réception des propositions finales.

- Juin 2012 : la Commission de choix se réunit pour désigner le candidat lauréat.

- Septembre 2012 : signature du contrat de partenariat.

MAQUETTE 3D DU SITE

Vue aérienne est

Vue aérienne est

Vue aérienne nord

Vue aérienne nord

URBANE - AARP – ADDENDA – SLH
Février 2011

Notes

1 Ibid.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Le cluster conduit à la recherche de « l’unité de voisinage ». Il met en œuvre des modes de regroupement de l’habitat en système communautaire vivant.

7 Le stem développe l’idée de la rue intérieure.

8 Le web trouve son origine dans la structure de l’habitat des casbahs et propose un mode de répartition du bâti tramée et régulière.

9 Voir annexe 1.

10 Cf. Catherine Compain-Gajac, L’Arche du campus de l’Université de Toulouse-le Mirail : une entrée remarquable. Architecte Gérard Huet.

11 Loi du 10 juillet 1989 d’orientation sur l’éducation (devenue article L. 762-2 du code de l’éducation).

12 Un schéma directeur d’aménagement est une méthode destinée à établir des cohérences entre des actions de nature diverse, utilisée dans le domaine de la prévision et de la planification. Son application la plus répandue se trouve dans des documents d’urbanisme ou d’aménagement urbain établis sous sous la responsabilité des collectivités locales aussi bien que dans des établissements publics de grande taille. Le schéma directeur permet de « projeter » un état prévisible ou souhaitable du futur. Il désigne donc des objectifs à long terme. Son adoption permet de cadrer les opérations et les actions quotidiennes.

13 Sources : - Brochure de présentation du projet de reconstruction du campus du Mirail. Février 2012 ; - http://lareconstruction.univ-tlse2.fr/consulté le 6 juillet 2012 ; - Communication de Nicolas Golovtchenko, vice-président au Patrimoine (2008-2012) in colloque « Conservation, restauration de l’architecture du Mouvement Moderne : l’exemple de l’Université Toulouse II-Le Mirail de Georges Candilis ». Toulouse, 8 avril 2010 ; - Entretien avec Nicolas Golovtchenko, 16 mars 2012.

14 Plan Université 2000 : Plan de modernisation des universités françaises, arrêté en conseil des ministres le 23 mai 1990

15 L’opération campus, lancée en février 2008, plan exceptionnel en faveur de l’immobilier universitaire a pour objectif de faire émerger « des campus d’excellence qui seront la vitrine de la France et renforceront l’attractivité et le rayonnement de l’université française ». Près du tiers des locaux universitaires étant déclarés vétustes, l’opération campus a pour but de répondre à l’urgence de la situation immobilière. Dix campus ont été sélectionnés par un jury international, sur concours. Deux sites supplémentaires ont été ajoutés dans le cadre du plan de relance, neuf campus prometteurs et innovants ont été distingués. Source : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid24591/operation-campus.html.

16 http://www.urbane.fr/index.php/references/projet-urbains/utm;http://www.urbane.fr/images/slideshows/utm/01_plan-2500e-050710.jpg;http://www.urbane.fr/images/slideshows/utm/05-pers1.jpg;http://www.urbane.fr/images/slideshows/utm/03-pers-3.jpg

17 http://www.aarp.fr/post/2009/12/universit%C3%A9-toulouse-lemirail;http://www.aarp.fr/post/2011/03/Histoire-et-%C3%A9volutionde-l%E2%80%99Universit%C3%A9-de-Toulouse-le-Mirail; (sites consultés le 6 juillet 2012).

18 http://www.arteliagroup.com/fr

19 Voir Annexe 2.

20 Le nouveau campus en quelques chiffres : - 94 000 m2 de bâtiments rénovés ou reconstruits ; - 1 200 places de parking ; - Un ensemble total de 129 051 m2 plus vaste qu’aujourd’hui (109 557 m2).

21 Assemblée formée des trois conseils de gouvernance universitaire : CA, CEVU, CS.

22 Cf. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid24591/operation-campus.html

23 Une dotation en capital de 350 M € est allouée au PRES de Toulouse pour réaliser la rénovation du campus grand Sud Est (Aerospace Campus, Rangueil et le Pôle Agrobiosciences) et la création du Quartier des Sciences en centre-ville.

24 Il est prévu d’ajouter une enveloppe financière à peu près équivalente pour le gros entretien, les réparations et la maintenance pendant toute la durée du contrat, c’est-à-dire entre 20 et 25 ans.

25 Dans le principe, à la fin du contrat, le partenaire remet les bâtiments à l’État et pendant toute cette période, l’université reste affectataire de ses locaux.

26 Voir annexe 3.

27 Voir annexe 4.

28 Anne Péré, urbaniste qualifiée OPQU – architecte DPLG – 3e cycle d’urbanisme des Ponts et chaussées, directrice associée de l’agence Urbane.

29 Ensemble de bâtiments préfabriqués.

30 Cf. Catherine Compain-Gajac, « L’Arche du campus de l’université de Toulouse-le Mirail : une identité remarquable », compte rendu de la communication de Gérard Huet infra.

31 Surface totale de 7 483 m2 SHON.

32 350 000 ouvrages, 4 500 titres de revues et journaux sur papier, 17 000 revues électroniques, 20 000 thèses, 3 500 films (fictions et documentaires) et 700 livres électroniques.

33 Elle offre 1 500 places assises, 150 postes informatiques, 3 salles de travail en groupe, la connexion wifi ou filaire au réseau Internet.

34 Cf. l’article de Jean-Michel Minovez dans cet ouvrage.

35 En renforçant leur identité et en assurant un cadre de travail adapté à leurs besoins, en développant une nouvelle dynamique en termes d’offre pédagogique, de vie étudiante, de recherche, de valorisation et de diffusion de la recherche, en offrant des espaces de travail adaptés, en favorisant le travail en commun, etc.

36 D’ici 2016, l’UTM regroupera ses bibliothèques pour compter au final une bibliothèque universitaire centrale et quatre centres de ressources : UFR de Psychologie ; UFR Sciences, Espaces, Sociétés et UFR Histoire, Arts, Archéologie ; UFR Lettres, Philosophie, Musique ; UFR de Langues, Littératures et Civilisations étrangères.

37 En parallèle de l’extension de la Maison de la Recherche, certaines activités scientifiques intégreront les locaux des UFR afin de favoriser les échanges entre étudiants et chercheurs

38 Localiser les UFR de manière plus cohérente afin de faire jouer leurs complémentarités, de développer l’interdisciplinarité entre les grands champs scientifiques et de faire émerger des projets scientifiques et des dispositifs de formation novateurs.

39 Source : Brochure de présentation du projet de reconstruction du campus du Mirail, février 2012 ; http://lareconstruction.univ-tlse2.fr/ consulté le 6 juillet 2012.

Notes de fin

1 Source : Daniel Filâtre, Thierry Blandino, Une nouvelle page de notre histoire, lettre d’introduction à la plaquette de présentation « Quand l’Université change... étudier prend une nouvelle dimension ». Présidence de l’université Toulouse II-Le Mirail, février 2012, http://lareconstruction.univtlse2.fr/accueil-la-reconstruction/actualites/par-daniel-filatre-139904.kjsp?RH=ACCUEIL_RECONSTRUCTI consulté le 6 juillet 2012.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - UTM, élévation, photo Henri-Fred Techer.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende ill. 2 - UTM, allée d’entrée traversant le grand patio, photo Henri-Fred Techer.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende ill. 3 - UTM, patio en creux entre les modules, photo Henri-Fred Techer.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende ill. 4 - UTM, composition des toits-terrasses, photo Henri-Fred Techer.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Université Toulouse-Le Mirail Architecte : Georges Candilis état originel 1970
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Université Toulouse-Le Mirail Architecte : Georges Candilis Arche et UFR HAA étape 2
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Université Toulouse-Le Mirail SDIA adopté en 2010© Rémi Papillault, agence AAARPPlanche 1 - UTM évolution du plan depuis 1970, http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/​ftp_mesr/​opecampus/​comitepilotage-juillet-2011/​09Toulouse-Dossier-de-Presse.pdf
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende ill. 5 - L’Arche, vue plongeante.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Maison de la recherche
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Bibliothèque universitaire centrale
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende La Fabrique culturelle
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Restaurant universitaire
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende URF langues
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende UFR histoire, art et archéologie.Planche 2 - UTM, les nouvelles constructions, graphisme Catherine Compain-Gajac.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Planche 3 - Chronologie des bâtiments, graphisme Catherine Compain-Gajac.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Vue aérienne est
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Vue aérienne nord
Crédits URBANE - AARP – ADDENDA – SLHFévrier 2011
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7017/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 365k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540