Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

L’architecture des universités

Trames et lignes de fuite : le mat de Candilis comme lieu de l’œuvre

Isabelle Alzieu

Texte intégral

1L’œuvre « Lignes de fuites » que la plasticienne Jagna Ciuchta réalise in situ à l’Université Toulouse II-Le Mirail en 2005 est exemplaire et particulièrement démonstrative d’un regard porté sur le mat de Candilis et sur les trames proliférantes développées par l’architecture universitaire des années 1960-70. Cette œuvre est de fait un véritable écho plastique à l’expérience que chacun peut faire de l’architecture de l’UTM et d’autant plus significative que l’on en connaît l’histoire et l’émergence de ses formes. Aussi, je m’appuierai sur l’étude de l’urbanisme universitaire européen autant que sur ma propre réception des lieux pour donner, via l’analyse plastique de cette œuvre, une vision singulière de l’université Toulouse II-Le Mirail.

URBANISME UNIVERSITAIRE : L’ÉMERGENCE DES PROPOSITIONS DE TEAM X EN EUROPE

  • 1 Merlin, 1995.
  • 2 Ibidem p. 253.

2Selon l’étude de Pierre Merlin sur l’urbanisme universitaire à l’étranger et en France1, les universités traditionnelles françaises sont situées au centre des villes. D’une manière générale, c’est seulement avec les années 60 que l’on observe, selon sa formule, « des formes et des localisations en rupture complète avec celles des périodes antérieures »2. On connaît le contexte d’expansion des effectifs d’étudiants : le campus « à la française » se dessine désormais, au regard des expériences anglaises et américaines, prenant en compte les apports de la modernité, théories urbanistiques et architecturales confondues.

3Les terrains des périphéries urbaines sont vastes, peu chers ; ils permettront de faire évoluer les bâtiments plus tard, de les agrandir en fonction des besoins, de prévoir les équipements complémentaires nécessaires (bibliothèques, restauration, sports), et les places de stationnement pour les véhicules. Mais surtout, qualité première avant toutes, un grand espace libre en périphérie autorise la mise en œuvre d’un programme complet nouveau, selon les théories de la modernité et sans contrainte d’intégration dans un environnement déjà bâti.

  • 3 Curtis, 2004, p. 542.

4Le cas de l’Université de Toulouse est particulier, nous l’avons vu : le campus naît effectivement d’un territoire non encore urbanisé, mais sera intégré à un plan d’ensemble plus complet de constructions du nouveau quartier du Mirail. Parallèlement à la proposition de Candilis, Josic et Woods pour le Mirail, on peut se rappeler de l’Université de l’East Anglia de Denys Lasdun, construite entre 1962 et 1968 près de Norwich. Cet établissement compte parmi les nouvelles universités construites à la campagne, à l’extérieur des centres urbains. Sur un vaste site vert en pente douce se développent les résidences en escalier, appuyées sur un « mur d’enseignement » polyvalent, en béton préfabriqué. Le plan affirme la linéarité des circulations tout en collant au terrain. Il fait surtout la démonstration d’une forme de développement des clusters blocks, principe de grappes d’habitations, sensé renouveler la communauté non satisfaisante du groupement d’habitats en barres. Lasdun insiste sur la structuration en strates de ses plates-formes : « Les activités se déroulent sur des " plates-formes", sols, cheminements, terrasses, passerelles, etc. Un bâtiment peut être considéré comme un ensemble de plates-formes, de connexions et d’espaces imbriqués. Des échelonnements sensibles de niveaux et de hauteurs peuvent répondre au site et à la fonction, créant une variété infinie de rythmes et d’échelles, satisfaisant en eux-mêmes et adaptables à n’importe quelle situation urbaine, y compris à l’architecture du passé »3.

5À ce projet fait écho l’Université libre d’Urbino dans sa première phase, conçue par Giancarlo de Carlo en 1962-65, où les bâtiments épousent la colline en se répandant sur les pentes de manière proliférante, presque organique. Les modules cubiques vitrés des cellules se détachent les uns des autres par autant de décalages et d’orientations que le site le permet, dominés par le volume plus massif du sommet, centre de la vie collective. Cette proposition incarne à son tour la prise de position contre l’objet autonome corbuséen.

  • 4 Le modèle de la Casbah joue aussi un rôle dans le plan de l’Atelier 5 (atelier d’architecture de Be (...)
  • 5 Schiedhelm, 1999, p. 10.
  • 6 Ibidem p. 13.

6Enfin, et surtout, nous citerons l’exemple de l’Université libre de Berlin projetée en 1964 par Candilis, Josic, Woods, présentant le concept de mat (maillage) théorisé par le groupe pour répondre à l’isolement de la barre corbuséenne. La figure de la casbah4 dans ses articulations entre espaces ouverts et fermés, ses rythmes spécifiques, semble avoir fondé la réflexion sur ce point. Nous sommes en 1963 à Berlin, en pleine guerre froide, une année après la coupure de la ville par le mur. Willy Brandt souhaite doter Berlin-Ouest d’une nouvelle université de Philologie, Lettres et Histoire qui soufflerait un vent de réflexion et de liberté à sa jeunesse étudiante choquée, alors même qu’une dynamique jeune et explosive voit le jour dans tous les domaines des arts et de la culture en Europe et aux États-Unis. Ainsi que les universités anglo-saxonnes le concevaient et conformément aux théories modernes, le projet prend place dans le quartier vert de Dahlem, banlieue résidentielle de la ville ancienne, à laquelle on accède en train. Le maitre mot du projet sera la flexibilité, permettant d’envisager l’extraordinaire croissance des universités à venir. Manfred Schiedhelm s’en souvient dans l’article du Carré Bleu de 1999 : « La flexibilité était aussi dans l’air du temps pour ceux qui se préoccupaient d’architecture. Trois phénomènes nous fascinaient. Le premier était l’architecture méditerranéenne, avec sa beauté et son extraordinaire pouvoir d’adaptation. Ensuite, nous étions séduits par la limpidité cartésienne de la ville américaine. En troisième lieu venait notre expérience de la vie et du travail dans le Paris des années soixante, un lieu grouillant d’animation et un important centre de création artistique. Considérées avec l’œil de l’urbaniste, ces trois structures étaient dirigées par la rue, puisque celle-ci pourvoyait à toutes les activités constitutives d’une ville. La rue conçue comme un centre linéaire, autour duquel la ville peut se développer ; la rue en tant que vide qui permet aux gens, aux marchandises et aux moyens de transport de circuler ; la rue comme seul élément permanent de la ville. Dans la mesure où cet espace était dégagé, le reste pouvait être modifié en fonction des besoins. Ensuite, les rues s’entrelaçaient, formant ainsi le tissu urbain »5. C’est ainsi que les membres de la Team X déterminent pour l’université de Berlin, et après l’expérience de Francfort, une sorte de grille en trois dimensions comme modèle de schéma de circulation. Voies principales et voies secondaires forment en se croisant le maillage préalable et invitent à remplir les surfaces ainsi délimitées par des bâtiments de deux niveaux superposés au maximum, salles et amphithéâtres, en alternance avec des patios, réinsérant le jardin et la nature, que l’on retrouve aussi sur les toits. L’université à venir s’annonce comme un lieu ouvert, flexible, unissant diverses activités et fonctionnant comme une ville. Fonctionnelle et a priori compartimentée, elle mise pourtant sur la communication entre les différents secteurs et donc entre les disciplines. Si le maitre mot reste l’orthogonalité du système, l’équipe n’exclut pas « un ensemble de passages en diagonale menant d’une cour à une autre »6. Nous y reviendrons.

7Le groupe Candilis-Josic-Woods remporte le concours pour les nouveaux quartiers du Mirail à Toulouse et met en œuvre son nouveau modèle d’organisme de masse à partir du fameux stem (ou tige). Une zone piétonne d’espace public relie les constructions de petite et grande hauteur. Toute la théorisation de la future « dalle » est en place. Mais l’université n’est pas prévue au programme de 1961. Bien que le rectorat examine son positionnement délocalisé du centre-ville dès 1964, c’est en 1966 que les architectes du nouveau quartier la prennent en considération dans de premières esquisses. Le plan est adopté en 1968 par le conseil général des bâtiments de France, « avec quelques réserves ». La faculté elle-même se voit complétée de plusieurs équipements dont la bibliothèque interuniversitaire (Josic, Castaing et Gardia), deux restaurants universitaires, une bibliothèque centrale de prêt, un centre d’enseignement à distance et une maison d’activités culturelles.

8Programmés selon différents rythmes, tous les éléments du projet ne seront pas construits, voire même seront amenuisés ou annulés, comme la résidence universitaire. L’UTM elle-même n’est plus en capacité de recevoir les 12 000 étudiants déjà inscrits mais recevra seulement 8 000 étudiants. Les évènements étudiants de mai 68 entrainent méfiance et sanctions sur les projets immobiliers à venir. Héritant pleinement des expériences des projets universitaires précédents, l’UTM de Candilis-Josic-Woods est, en 1966, l’aboutissement de cette pensée du réseau, le web, en un tissu urbain sur deux niveaux qui s’incarnera dans une forme plastique simple et répétitive. Le sol en pente est aplani. Le réseau de l’UTM ne s’adaptera pas à la légère déclivité du terrain, comme ses grandes ainées.

9Réalisée à partir d’un module carré de 6 m de côté, la structure des portiques est d’abord exécutée avec une ossature métallique et un remplissage de briques claires non enduites (visible aujourd’hui sur le bâtiment de l’administration) puis, abandonnée pour raisons financières, elle sera continuée en béton préfabriqué. La construction est menée à la hâte, les malfaçons seront, dit-on, nombreuses. Dans les rues, pleins et vides alternent au rythme des salles et des patios. Sous la dalle, l’immense parking scande son espace de l’inlassable répétition des points porteurs. La très grande surface au sol de l’UTM accentue la présence de la géométrie dans la succession des points porteurs, les caissons des galeries couvertes et les fuyantes, omniprésentes.

VIVRE LA TRAME : EXPÉRIENCE DE L’UNIVERSITÉ TOULOUSE-LE MIRAIL

10En 1978, l’Université du Mirail est isolée, excentrée. Je la nommerais presque « objet célibataire », détachée de son contexte. Ce que l’on nomme communément « la dalle », à l’entrée de l’université n’existe pas encore complètement... On arrive à l’université en autobus depuis le centre-ville, on y entre en masse en un flot qui s’allonge de l’arrêt du bus vers le grand patio, en longeant la grande bibliothèque interuniversitaire aujourd’hui détruite (emplacement actuel de La Fabrique). Ni portail ni signe d’une entrée ne fait appel à proprement parler à l’orée du campus, une continuité spatiale caractérise le lieu depuis les voies d’accès routières vers les rues intérieures de l’université. L’entrée de l’université n’est « entrée » que parce qu’elle est en relation directe avec le lieu d’arrivée des transports en commun. N’importe quelle autre extrémité de rue se présente pareillement. Elle est en cela, résolument, une université ouverte. L’étudiant accède à son département ou se perd, un plan à la main, indispensable pour les premiers moments, parfois même pour plus longtemps. Les alentours sont déserts ; les quartiers vivants de Reynerie sont trop loin et ne s’annoncent pas ; on les ignore, non par dédain, mais parce qu’ils n’existent pas visuellement, on ne connaît pas leur existence, isolés par la ceinture des voies de circulation, barrés par les immeubles de grande hauteur. Seul le restaurant universitaire peut résumer le lieu de convivialité.

11Si l’on n’est pas en cours ou dans une bibliothèque, aucun lieu ne fait appel ou se singularise. Il y a peu de bancs, quelques rares exemplaires sont intégrés au dispositif des circulations, entre deux poteaux, ils sont peu fréquentés. Dans mon souvenir, comme aujourd’hui, les patios ne sont pas pratiqués. La plupart sont des petits cubes plantés à ciel ouvert isolés, avec parfois un ou deux bancs ; on ne s’y réunit pas, souvent sombres et trop frais. Pourtant, nous aimions leur rythme et l’inclusion des ilots de verdure. Les rues de l’université sont ventées, on ne s’y attarde pas. Les portes d’entrée des unités d’enseignements, donnant directement sur la rue, ne permettent pas vraiment de s’y arrêter pour parler un moment. C’est bel et bien la rue corridor tant décriée. Ces coursives sont autoritaires : il faut suivre la voie. Nous apprécions pourtant d’être protégés, au sec ou à l’ombre, dans ces espaces intermédiaires ouverts mais couverts. Ces espaces de circulation sont plus que fluides. Ce sont des espaces à parcourir pour aller d’un lieu à un autre, ils imposent un rythme, on ne s’y promène pas [ill. 1, 2, 3].

12Le grand patio est le seul repère spatial, l’échelle resserrée de la trame s’ouvrant ici sur une surface spacieuse et aérée. Une très grande pelouse sans arbre s’offre à nos yeux. Elle n’est fréquentée que quelques jours en septembre et en mai. Notons qu’à cette époque, fin des années 70, le grand patio de pelouse, sans arbres, ne se traverse pas. Les circulations des étudiants suivent les allées piétonnes couvertes et se soumettent à l’angle droit. À la longue toutefois, quelques usagers vont se hasarder à traverser ce grand espace en diagonale, pour gagner quelques secondes dans le parcours piéton qu’ils ont à parcourir. Un usage s’instaure progressivement. À force de piétinements, un cheminement se crée, une oblique apparaît dans la trame orthogonale, raccourci pour l’étudiant pressé. L’équipe d’entretien répond par un travail de labour puis d’ensemencement. Protégée quelques mois pour la consolidation de la pousse herbeuse, la surface du grand patio est rendue aux usagers. Le geste était clair : les circulations doivent se faire orthogonalement, dans les allées prévues à cet effet. Mais les pratiquants du lieu ne l’ont pas entendu ainsi. Quelques mois plus tard, la diagonale piétonne des usagers est à nouveau tracée dans la pelouse. L’appropriation des lieux n’est pas à l’unisson des trames orthogonales. Le chemin de terre sera finalement matérialisé « en dur », par l’insertion rapide de dalles gravillonnées que nous pratiquons aujourd’hui. Par extension, les pans coupés s’affirment à chaque croisement d’allées et le patio vert se dessine d’une toile d’obliques, tel qu’il se présente aujourd’hui. Plastiquement, ce fait est notoire [ill. 4, 5].

13Le mat se fragilise dans sa forme initiale ou se complexifie... Si le projet de l’université de Berlin, comme nous l’indiquions plus haut, n’avait pas exclu a priori les passages en oblique d’une cour à l’autre, le projet de l’Université du Mirail ne laissait pas envisager que l’on put porter atteinte à ses rythmes orthogonaux, alors même que les monolithes de la nouvelle bibliothèque et de la Fabrique s’opposent à l’échelle et au rythme du Candilis. En revanche, on pourrait lire, pourquoi pas, dans cet usage d’atteinte à la trame, un écho de la proposition de l’Arche, affirmant haut et fort l’oblique et le pan coupé...

« LIGNES DE FUITE » : L’ŒUVRE ET SON LIEU

14En 2005, Jagna Ciuchta, plasticienne polonaise, est invitée en résidence à l’Université Toulouse-le Mirail par le CIAM (bien que ce mot fasse écho à bien des réflexions du domaine de l’architecture moderne, et soit central dans nos propos du jour, le CIAM est le Centre d’initiatives artistiques du Mirail, principal acteur des activités de la Fabrique Culturelle).

ill. 1, 2, 3 - L’Université Toulouse-le Mirail en 2010, coursives et allées couvertes, (photographies I. Alzieu).

ill. 4, 5 - L’Université Toulouse-le Mirail en 2010, le « grand patio » fractionné par les cheminements d’usage, marquant la résistance à l’orthogonalité des voies de circulation piétonne, (photographies I. Alzieu).

15Ainsi que la jeune artiste le précise, le lieu fonctionne comme « une commande ». Pour mémoire, nous rappellerons que c’est Daniel Buren qui crée l’expression de « œuvre in situ » pour signifier cette spécificité. Il affirme sa relation au site, comme la nature même de son art, et défend en cela la position de ne pas séparer l’œuvre de son contexte mais davantage les mettre en résonnance. Le lieu fait partie de l’œuvre qui s’offre elle‑même en tension avec son environnement. Il s’agit d’une conversation avec le site, site qui se trouvera métamorphosé par l’œuvre, autant que l’œuvre ne pouvait être sans lui [ill. 6, 7, 8].

ill. 6, 7, 8 - Jagna Ciuchta, Ligne de fuite, Œuvre in situ, Galerie A2 de l’Université Toulouse-le Mirail, 2005, (photographies Yohann Gozard ©).

16La singulière architecture de l’université et le caractère plastique fort des innombrables fuyantes des interminables perspectives impose dès lors une réponse tout aussi radicale. Jagna Ciuchta s’installe dans la salle A2, située à l’angle du grand patio (à proximité immédiate du premier bâtiment construit abritant l’administration centrale), salle oblongue qui prend l’usage de galerie d’art contemporain. Cette salle est le prototype même des espaces issus de la trame constructive de ce que l’on nomme désormais « le » Candilis.

  • 7 Plaquette de l’exposition, Centre d’Initiatives Artistiques du Mirail, Université Toulouse-Le Mirai (...)

17« L’importance de l’espace dans lequel s’inscrit une exposition est une évidence. Nous avons un corps qui s’inscrit dans le lieu, des sens qui le perçoivent. À travers notre expérience, aucun lieu n’est neutre. L’artiste ne peut pas omettre ces notions. Le lieu qui m’accueille est un élément de l’installation à part entière » affirme l’artiste7. Le lieu est le point de départ d’un projet, mais aussi parfois un défi à surmonter. La salle A2 est singulière par ses proportions (24 m x 6 m), sa symétrie, ses baies vitrées. Les lignes du sol et du plafond accentuent sa longueur. Elle résume à elle seule la trame conçue et la notion de flexibilité des espaces. Si les volumes peuvent se décloisonner, les espaces ainsi produits sont-ils encore utilisables ? La question semble lier l’œuvre à son lieu et questionner la notion de fonctionnalité et d’usage.

  • 8 Ibidem p. 13.

18L’installation que Jagna Ciuchta produit pour l’UTM, est titrée « Lignes de fuite ». Elle est composée de 400 cannes d’aveugles suspendues. Ces cannes d’aveugles, comme prothèses de la vue pour symboliser les lignes de fuite, expriment, de la manière la plus explicite, le moyen de prolonger le corps dans l’espace. Ces bâtons télescopiques prennent l’apparence de flèches exposées comme un flux qui traverse la galerie. « Mon projet est né de l’architecture, de la perspective – des lignes de fuites – avec tout ce que ces notions impliquent et d’une idée qui consiste à employer la canne d’aveugle pour sa forme et la prégnance de son sens... »8. Les cannes d’aveugles sont ici des fragments directionnels. La multiplication de l’objet est l’image d’un flux, la matérialisation de la progression, par avancées et par ruptures, par reprises. S’agit-il d’avancer dans cet espace, dans cette ville idéale tout entière pensée en une perfection formelle et fonctionnelle et dont on peut se demander où elle conduit ? Piliers, portiques, succession, quadrillages au-dessus de nos têtes, quadrillages au sol : tout fuit. C’est le règne de la ligne de fuite. Au fond, tout là-bas, le rectangle lumineux, l’extérieur, la sortie appellent le regard. Mais de quel aboutissement, de quelle issue s’agit-il ? Les trouées de lumière des patios n’y font rien. Les rues se parcourent indéfiniment. Rien ne fait signe. C’est l’orthogonalité permanente, une véritable démonstration de l’outil perspectif à l’usage des voyants, à l’image de ces panneaux de la Renaissance italienne représentant les cités idéales, telle celle d’Urbino, (Citta ideale, Galerie Nationale des Marches, attribuée autrefois à Piero della Francesca, datée de la seconde moitié du XVe siècle) ou encore celle de Berlin (Staatliche Museen, parfois attribuée à l’architecte Luciano Laurana, vers 1477). Nous noterons au passage l’étrange coïncidence : les universités de la modernité sont élevées à Urbino et à Berlin, et ce sont précisément les villes qui conservent les magistrales œuvres peintes des Cités idéales... De là à justifier l’impact de ces œuvres dans une esthétique des lignes de fuite de l’urbanisme de la modernité, il n’y aurait qu’un pas, mais que je ne franchirai pas ici.

  • 9 Ibidem.

19Mais ces villes sont des villes représentées, autrement dit, pour voyants. Qu’est donc la perspective pour un non-voyant ? l’extrémité de sa canne, la projection de son esprit ? les non-voyants sont-ils bien ceux à qui l’on pense ? La Lettre aux aveugles de Diderot nous éclairerait sans doute sur ce point. Jagna Ciuchta précise « Si le mot aveugle signifie être privé du sens de la vue, le même mot désigne aussi quelqu’un qui est en errance, qui est incapable d’avoir une réflexion ou un jugement clair. La « perspective » est une projection dans le temps et dans l’espace, une distance, une potentialité, une espérance... La fuite, elle, est une évasion, un exode, un abandon ou une tentative. Les 400 cannes qui traversent le volume de la salle A2 sont comme des éléments individualisés d’un organisme qui progresse dans une même direction. Elles suivent le mouvement général infini et agaçant qui ne s’arrête pas. La forme dessinée dans l’espace est comme une section d’un flux saisie entre les murs de la galerie »9.

20L’artiste, au regard d’un lieu typé, à la fonction symbolique forte (une université) s’engage, selon la réflexion de Anna Olszewska, « dans la volonté de dépasser la possibilité physique du corps, de franchir le territoire, de fuir les limites établies, elle rejoint la signification, donnée aux lignes de fuite par Gilles Deleuze ». En effet, c’est en tant que vecteurs d’une déterritorialisation que cette expression prend ici son sens. Les lignes de fuite ne constituent pas des « pointes » qui feraient fuir le territoire (champs de fixité et de clôture) pour reproduire son schème ailleurs, mais elles désignent les zones d’expérience d’un devenir, d’une déterritorialisation absolue, moment de la pensée.

21L’œuvre proposée par Jagna Ciuchta pour l’Université du Mirail est donc à lire sans doute avec Piero della Francesca, Diderot et Deleuze pour une réception des théories de la modernité architecturale en question aujourd’hui.

22J’ose penser que le regard que les artistes portent sur ce lieu à travers leurs œuvres est au moins aussi riche de sens que les autres témoignages sur l’histoire et la spatialité du Candilis de l’Université Toulouse-Le Mirail.

Bibliographie

Curtis, 2004 : W. Curtis, L’architecture moderne depuis 1900, Paris, Phaidon, 2004, p. 542.

Merlin, 1995 : P. Merlin, Urbanisme universitaire, à l’étranger et en France, Paris, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, 1995.

Schiedhelm, 1999 : M. Schiedhelm, « L’expérience de l’Université libre de Berlin », Le carré bleu, Paris, no 1, 1999, p. 10.

Notes

1 Merlin, 1995.

2 Ibidem p. 253.

3 Curtis, 2004, p. 542.

4 Le modèle de la Casbah joue aussi un rôle dans le plan de l’Atelier 5 (atelier d’architecture de Berne, fondé en 1955 par Erwin Fritz, Samuel Gerber, Rolf Hesterberg, Hans Hostettler et Alfredo Pini) pour le Siedlung Halen, de Berne en 1961, sorte d’unité compactée pour s’adapter au site, terrain en pente. Relation sociale de la place à la rue aux circulations secondaires, aux jardins et aux quartiers résidentiels.

5 Schiedhelm, 1999, p. 10.

6 Ibidem p. 13.

7 Plaquette de l’exposition, Centre d’Initiatives Artistiques du Mirail, Université Toulouse-Le Mirail, 2005.

8 Ibidem p. 13.

9 Ibidem.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende ill. 1, 2, 3 - L’Université Toulouse-le Mirail en 2010, coursives et allées couvertes, (photographies I. Alzieu).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende ill. 4, 5 - L’Université Toulouse-le Mirail en 2010, le « grand patio » fractionné par les cheminements d’usage, marquant la résistance à l’orthogonalité des voies de circulation piétonne, (photographies I. Alzieu).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7011/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7011/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7011/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende ill. 6, 7, 8 - Jagna Ciuchta, Ligne de fuite, Œuvre in situ, Galerie A2 de l’Université Toulouse-le Mirail, 2005, (photographies Yohann Gozard ©).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7011/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

Auteur

Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université Toulouse II-Le Mirail, Laboratoire LLA-creatis, UTM

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site