Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

L’architecture des universités

Faut-il reconstruire le campus de l’Université du Mirail ?

Jean-Michel Minovez

Texte intégral

1Le campus du Mirail a été conçu dans les années 1960. Il s’intègre au projet « Mirail Ville nouvelle » des architectes Candilis, Josic et Woods et s’inspire fortement de son aînée, l’Université libre de Berlin. Livré au début des années 1970, il a présenté, dès le départ, des dysfonctionnements majeurs. Pour ces raisons et par manque de maintenance, le bâti que l’on dénomme le « Candilis » s’est considérablement dégradé en deux décennies, au point de menacer gravement la sécurité des personnes. Même si les effets du Plan d’urgence de 1990 et du Plan Université 2000 ont apporté sur le campus quatre nouveaux bâtiments (Arche, Bâtiment de l’UFR d’Histoire, Arts, Archéologie, Maison de la recherche, Bibliothèque universitaire centrale), la situation immobilière est devenue un problème majeur de l’université.

2Aussi, au début des années 2000, l’État a validé le projet de démolition-reconstruction intégral du « Candilis », en s’assurant du soutien des collectivités territoriales. Un schéma directeur a été préparé grâce à la forte mobilisation de toute la communauté universitaire, autour de groupes de projet, et avec la participation du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il est validé en 2002 et 2003 et se définit en trois phases successives dont seule la première est financée. Dès l’automne 2003, la question de sa faisabilité est posée. L’opportunité d’une démolition intégrale est aussi interrogée. L’université entreprend alors un travail de révision du schéma directeur [ill. 1].

3Nous proposerons de présenter, dans une première partie, les raisons qui ont conduit l’université Toulouse II-Le Mirail (UTM) à demander une restructuration intégrale de son campus, la méthode qu’elle a instituée pour y parvenir et les résultats auxquels elle est parvenue par la production d’un premier schéma directeur.

ill. 1 - « Nappe Candilis » et bâtiments récents en 2003.

4Dans un second temps, on analysera le processus qui a amené à réviser le schéma directeur et les nouvelles propositions radicalement opposées aux solutions fonctionnelles, techniques, architecturales et urbaines préalablement envisagées.

INADAPTATIONS ET DÉGRADATIONS DU CAMPUS : QUE FAIRE ?

5Jusqu’en 1989, les universités sont de grands enfants : elles ne possèdent aucune prérogative en matière de politique immobilière, entièrement aux mains de l’État. Après cette date, la maintenance entre dans leur domaine de compétence. Quelques années de tâtonnements passées, l’UTM se saisit pleinement de la dimension immobilière par la mise en place d’une véritable politique en la matière. Mais la tâche est immense.

Élaborer une politique immobilière, initier une démarche de projet

6Il fallait connaître avant tout l’état réel du parc immobilier ; un audit est alors lancé ; il s’appuie sur l’avis d’experts extérieurs qui rendent leurs conclusions définitives en mars 1999. Cet audit s’avère capital pour au moins deux raisons ; il sert de base à la négociation du XIIe Contrat de plan État-Région (CPER) (2000-2006) et il jette les bases du cahier des charges de la consultation pour recruter un bureau d’études techniques (BET) d’architecture, d’urbanisme et de programmation pour proposer des solutions aux difficultés bâtimentaires rencontrées par l’UTM. En effet, ce sont les conclusions de l’audit technique qui dessinent les grandes lignes du projet de l’UTM inclus dans le XIIe CPER ; l’université choisit une solution moyenne prévoyant la destruction de la bande centrale du campus formée, du sud au nord, par la bibliothèque universitaire centrale, l’UFR Langues, Littératures et Civilisations étrangères et l’UFR Sciences, Espaces, Sociétés ; cela s’accompagne de la demande de financements pour remplacer les bâtiments devant être détruits (UFR Langues, Littératures et Civilisations étrangères et deuxième tranche de la BUC) et pour construire de nouveaux équipements aux fonctions transversales (la Fabrique culturelle et l’Université ouverte). Parallèlement à la négociation du XIIe CPER, l’UTM obtient de l’État, en 2000, la sélection du BET devant aider à la définition du projet d’ensemble de l’UTM, l’université conservant le pilotage sur le terrain. Le SACIM (service académique de constructions immobilières) rédige alors le cahier des charges de la consultation, en collaboration avec l’UTM. Les préoccupations techniques paraissent tout d’abord premières (du fait d’une attente forte de l’UTM soucieuse de régler les dysfonctionnements de son parc immobilier, du fait aussi de la spécialité d’origine des rédacteurs de l’audit et du cahier des charges, tous ingénieurs) : elles portent sur la construction de surfaces supplémentaires, l’état des locaux, l’optimisation des dépenses de fonctionnement (en raison d’une difficulté majeure à maîtriser les dépenses en fluides). Elles s’enrichissent d’une démarche programmatique fonctionnelle et d’une réflexion sur le phasage et la faisabilité du projet. L’appel d’offre est lancé. En juillet 2001, les enveloppes sont ouvertes. Le cabinet Pro-Développement (Pro-D) est choisi. Son équipe est composée de Véronique Granger, géographe-urbaniste, programmiste, Jean-François Josselin, architecte-programmiste, Julien Claeys, urbaniste, Pierre Tailhardat, ingénieur NTIC et Pierre Noé, architecte, économiste de la construction. Véronique Granger, directrice des Études de Pro-D et Jean-François Josselin sont les interlocuteurs privilégiés de l’UTM tout au long de l’étude [ill. 2].

ill. 2 - Le schéma directeur programmatique de Pro-D en 2003.

Le premier schéma directeur immobilier : il faut détruire le « Candilis » !

7Grâce à la sélection de Pro-D, l’UTM entre dans une phase active de réflexion qui conduit à l’élaboration de son premier schéma directeur immobilier. Cela marque un changement radical dans la manière de se projeter. En effet, depuis l’achèvement de la nappe « Candilis », l’UTM s’est développée en s’appuyant exclusivement sur des logiques d’opportunités : exploitation des plans d’urgence successifs (construction des pétales), inscriptions ponctuelles de bâtiments dans le cadre des CPER (construction de l’Arche, de la Maison de la Recherche, de l’UFR d’Histoire, Arts, Archéologie). À partir de la fin des années 1990, l’UTM adopte une démarche de projet par une forte mobilisation de l’ensemble de la communauté universitaire.

8Cela débouche, le 4 avril 2002, sur une première proposition de schéma directeur par Pro-D lors du séminaire de Bruguières regroupant les directeurs des composantes pédagogiques et les chefs de service réunis par la direction de l’université. La proposition reprend la première présentation faite à un groupe plus restreint de responsables de groupes de projets le 25 mars 2001. Elle forme la base de ce dont les trois conseils discutent le 11 octobre 2002.

9Pro-D y considère, tout d’abord, que « le campus du Mirail est une pièce (mal) rapportée dans le projet initial de “Candilis”. En effet, le plan de masse nie le sol naturel et s’en affranchit par un urbanisme de dalle ce qui aboutit à casser les vues de l’est vers l’ouest (vers le parc, où la vue est bloquée par les constructions en élévation) ». Or, pour Véronique Granger, la « véritable topographie est en dessous ! Il y a ici une potentialité de paysage et de points de vue qui sont occultés par la dalle. La faible déclivité a été prise en compte dans le schéma directeur puisque les bâtiments ne vont pas au-delà de R + 2. Tout ceci n’est pas définitif et nous devrons jouer avec la topographie [...]. L’intérêt est de retrouver le niveau naturel ». Cela permet de supprimer le vide sanitaire techniquement peu satisfaisant pour Jean-François Josselin : « il existe des solutions techniques qui sont certainement beaucoup mieux adaptées aux exigences de qualité et de fiabilité que l’on peut avoir dans un nouveau projet que ce vide sanitaire fait de bric et de broc, on a l’impression que Candilis n’a pas fini le chantier. On est en train de réfléchir à ce que pourrait être un plan futur de réseau en fonction duquel vous pourriez faire des interventions éphémères mais aussi définitives ».

10« L’ossature urbaine permanente » est aussi durement critiquée du fait de « l’extrême banalisation de l’architecture [qui] fait disparaître toute centralité. Le centre de gravité a basculé du fait de la construction de bâtiments neufs sur les franges (bâtiments hauts, front bâti, s’opposant au vide du parking). De ce fait, on est sorti de la trame initiale. Aussi, s’il y avait une relative unité de lieu et unité de temps dans le premier plan-masse, du fait de son inexécution, elle a tout de suite disparu ; on aboutit donc à un faux campus. De ce dernier, rien n’est lisible et surtout pas l’entrée : l’entrée principale, au sud, essentiellement piétonnière, ne correspond pas à l’adresse postale (qui est celle de l’accès voitures, à l’est). Cette banalisation de l’architecture et cette faible lisibilité favorisent le processus d’encerclement de l’université ».

11Pro-D ajoute, que la solution intermédiaire préconisée par l’audit technique de 1999, qu’il critique, relève de « l’acharnement thérapeutique » car « l’audit a été mal chiffré, prend mal ou ne prend pas en compte les transformations à faire dans les rez-de-chaussée une fois qu’on [...] surélève [les bâtiments], en termes de circulations intérieures [...]. La solution proposée reviendrait à maintenir un système inadapté à l’évolution des structures universitaires [la trame adoptée ne permet pas une bonne adaptation à la pédagogie et à la taille des groupes], pour des économies supposées, très faibles voire nulles, par rapport au prix du neuf. La surélévation de la bande centrale si elle devait être retenue produirait une densification forte, étant donné le nombre de m² à construire. Il en ressortirait une image de grande " densité". Le tout aboutirait aussi à un épannelage médiocre [vue sur les terrasses], ainsi qu’à une perte des vues jugées positives et des paysages ».

12Mais, pour être validée, la proposition de Pro-D doit être votée par le CA de l’UTM et acceptée par le Comité de pilotage. Bien que figurant au Schéma de services collectifs de l’enseignement supérieur et de la recherche pris en application de la loi d’orientation pour l’aménagement du territoire (dite Loi Voynet), le projet de démolition/reconstruction doit être au préalable validé par l’État et les collectivités territoriales (financeurs et maîtres d’ouvrage). Pour obtenir l’aval du comité de pilotage, l’UTM se doit de justifier son option dans le cadre d’un plan d’ensemble ou un schéma d’intentions à appliquer, avec la plus grande rigueur nécessaire. La première étape de la validation indispensable de la préparation du futur passe donc par l’établissement d’un schéma directeur. Le CA du 3 décembre 2002 lance le débat sur ses grandes options. Celui du 10 décembre vote la « Stratégie globale d’intervention » qui valide le projet de démolition/reconstruction de la totalité de la nappe « Candilis » et le choix du sol naturel comme niveau de référence. Le 17 décembre, le CA vote le schéma directeur. Le 20 décembre, le Comité de pilotage valide les propositions de l’UTM et évoque la répartition des futures maîtrises d’ouvrage. L’UTM cherche à obtenir le plus rapidement ces désignations, ainsi que la ventilation des financements, pour lancer au plus vite la première tranche de la reconstruction. Parallèlement, il s’agit de préparer les demandes d’expertise et donc de finaliser les programmes théoriques. Juste avant, le Rapport final de l’achèvement de la phase 1 du schéma directeur est validé par le comité de pilotage en juillet 2003.

PHASE OPÉRATIONNELLE DE LA RECONSTRUCTION ET PROJET RÉVISÉ

L’application partielle du schéma de Pro-D

13En réalité la phase opérationnelle de la reconstruction a été lancée avec la construction de la nouvelle BUC. En effet, c’est en 1996 que le projet de la première tranche débute sur la base d’un financement obtenu en 1991. En septembre 2001, elle est prête à être inaugurée quand, le 21 septembre, l’explosion de l’usine AZF l’endommage et impose d’importantes réparations.

14Son ouverture est repoussée à 2004. On peut alors mettre en application le schéma directeur : l’ancienne BUC est démolie pour libérer les terrains destinés à la construction de la Fabrique culturelle et de l’Université ouverte, les constructions de la Fabrique culturelle et de l’UFR Langues, littératures et civilisations étrangères débutent.

15Cela se fait en prenant comme niveau de référence la dalle « Candilis ». En effet, l’idée du retour au sol naturel est abandonnée dès l’automne 2003. Le schéma directeur de Pro-D prévoyait la destruction de la totalité de la nappe « Candilis » et le maintien des constructions récentes telles l’Arche, l’UFR Histoire, Arts, Archéologie, la Maison de la recherche, la nouvelle Bibliothèque universitaire centrale. De fait, à l’exception de la Maison de la recherche, les bâtiments construits dans les années 1990 l’avaient été en tenant compte de la dalle. Leur entrée ne se situait pas au niveau du sol naturel mais un étage plus haut correspondant au rez-de-dalle. Construire de nouveaux bâtiments en prenant le sol naturel comme niveau de référence conduisait à rendre insoluble la connexion entre le récent et le nouveau sur un chantier pouvant durer plusieurs décennies, risquant même de n’être jamais achevé. En outre, certains ingénieurs étaient attachés au maintien des vides sanitaires qui abritent deux grandes galeries techniques dans lesquelles circulent les réseaux structurants de l’université. Cette solution ne leur paraissait absolument pas obsolète ; ils la justifiaient en prenant pour exemple l’hôpital pour enfants, construit au CHR de Toulouse-Purpan par Pierre Riboulet, adoptant le même principe considéré, ici, comme particulièrement fonctionnel.

16Cela conduisit l’UTM à rédiger la demande d’expertise des VRD structurants et celle des trois bâtiments pédagogiques de la première tranche de la reconstruction en imposant de conserver le principe de la dalle comme niveau de référence. Le CA de l’UTM devait valider cette inflexion dès novembre 2003.

17Cette nouvelle orientation allait progressivement se traduire par une remise en cause du schéma directeur ; les propositions successives des cabinets d’architectes-urbanistes retenus comme AMO par l’État et/ou l’UTM s’avèrent en cela déterminantes. Le premier d’entre eux est l’atelier Choiseul.

La remise en cause du schéma directeur par l’atelier Choiseul

18L’atelier Choiseul est sélectionné pour réaliser une « Étude urbaine et architecturale pour la mise en œuvre du schéma directeur de restructuration de l’université du Mirail » et doit, en particulier, rédiger les cahiers des charges urbains, architecturaux et paysagers de la première tranche de l’UFR Langues, Littératures et Civilisations étrangères, de la Fabrique culturelle et de l’Université ouverte. Or, Choiseul discute immédiatement le bien-fondé d’une démarche de démolition/reconstruction du « Candilis » [ill. 3].

19Le diagnostic et les premières propositions rendues en décembre 2003 le révèlent pleinement ; Choiseul juge le « schéma directeur programmatique ambitieux mais risqué (coût, durée des travaux, écueils techniques), et dont la finalité spatiale reste à expliciter ». Il reproche à Pro-D de ne s’être concentré que sur la nappe « Candilis » sans prendre en compte la dimension de la ville environnante. Aussi, sa présentation fait une large place au diagnostic urbain. Il pousse à prendre en compte trois axes : l’axe paysager dont « le parc peut être prolongé en façade du campus par un mail paysager, complémentaire d’autres voies de liaison », l’axe « historique » en « affirm[ant] la logique de la dalle et du niveau commun entre les quartiers comme un vecteur d’usages et de déplacements », l’axe foncier en prônant « l’acquisition des terrains à l’est du site permettra d’obtenir un débouché fonctionnel et stratégique vers la rocade et le centre de Toulouse » [ill. 5].

20La critique touche aussi à l’absence de prise en compte de la qualité patrimoniale et technique du « Candilis ». Choiseul estime que le « site et [l] es bâtiments offr[e]nt un cadre de vie de qualité » : « qualité des espaces extérieurs, qualité des circulations, qualité des espaces intérieurs » qui confèrent au « Candilis » « une dimension patrimoniale », « ceci malgré une grande vétusté ». Aussi, comparant l’université libre de Berlin à l’UTM, Choiseul propose d’explorer « la possibilité d’une restructuration mesurée du site » avec la « réhabilitation des modules en bon état [l’]exploitation des emprises foncières périphériques » et la « conservation de la dalle ». Cette dernière est, en effet, « le niveau de référence pour les bâtiments du site et les réseaux techniques » ; elle abrite « deux galeries visitables [qui] constituent l’armature des réseaux » ; « la dénivelée permet de loger du stationnement sous dalle à l’est » ; enfin, « la dalle est " discrète" ». En envisageant la réhabilitation partielle du « Candilis », Choiseul s’appuie sur le diagnostic de 1999 en retourne les arguments sans nier pour autant « [l’]incertitude [qui pèse] sur l’état réel de la structure du " Candilis", sur l’état et la situation des réseaux [soulignant qu’] une expertise technique est à faire ».

ill. 3 - L’ouverture sur la ville vue par l’atelier Choiseul en 2008.

21Dépassant la mission qui lui avait été confiée, malgré les réserves du chef du SACIM mais en accord avec la direction de l’université, Choiseul propose alors un « Schéma d’intentions urbaines » synthétisant son diagnostic. Il propose de « respecter la trame du bâtiment de G. Candilis pour les constructions nouvelles [de] penser des substitutions et des réhabilitations [de] conforter les qualités existantes [d’]exploiter les possibilités de construction en périphérie du site (bordure du parc), façade sur rocade [de] remettre l’université dans une véritable situation urbaine en relation avec le projet de GPV ». Les premières conclusions de Choiseul sont rendues en décembre 2003. Elles sont confirmées en novembre 2004 lors de la remise du « Bilan de la mission d’architecture et d’urbanisme pour la mise en œuvre des trois réalisations : UFR Langues, littératures et civilisations étrangères, Fabrique culturelle, Université Ouverte ».

22Alors que la première phase de la reconstruction suit son cours, les années 2004 et 2005 sont aussi consacrées à la recherche des financements et à la résolution des défis techniques que pose le lancement de la deuxième phase. Les questions mises en avant par Choiseul conduisent à proposer à l’État la poursuite de la mission d’assistance de l’atelier auprès de l’UTM. En effet, « le développement du grand projet urbain du Mirail, les perspectives urbaines qu’offrent certaines évolutions de sites proches du campus et surtout l’éventualité de reconsidérer l’évolution globale du site sans exclure la réhabilitation de bâtiments datant de l’origine, obligent à une révision du schéma existant ». La lettre de commande pour une « Mission d’accompagnement de l’évolution urbaine du campus du Mirail » est signée le 7 avril 2005 et prévoit une étude de révision du schéma directeur ainsi qu’une étude d’esquisse à valeur démonstrative d’une réhabilitation type d’une partie des bâtiments du « Candilis ».

23Pour ce faire, Choiseul a besoin que soit réalisé un nouvel audit technique et surtout attend de l’université la production d’un programme théorique pour lancer une étude de faisabilité. Compte tenu de l’ampleur du projet, il est demandé au rectorat la possibilité de sélectionner un programmiste pour accompagner l’UTM dans ce travail. Refus du chef du SACIM qui considère la demande comme ne relevant pas de la compétence de l’établissement. Il faudra donc faire seul ! Mais pour cela, il est indispensable de relancer les groupes de projet. Les objectifs stratégiques restant les mêmes, il est choisi de reconduire ceux réfléchissant sur « l’identitaire » au nombre de cinq (correspondant aux cinq UFR), à enrichir la réflexion sur le « communautaire » avec sept groupes de projet (Bibliothèque et bibliothèques ; Recherche et formation ; Système d’information informatisée ; Formation initiale, formation continue, formation des salariés, enseignement à distance ; Gestion de l’université, gouvernance ; Université ouverte ; Fabrique culturelle), à ajouter une réflexion spécifique sur les relations avec la ville dans un nouveau groupe de projet (L’université et la ville : culture et relations ; L’espace public et l’espace universitaire).

24Le projet d’organisation est prêt à la fin de l’hiver 2006, l’objectif étant de le rendre opérationnel en mai 2006. Les élections générales à l’UTM (renouvellement des trois conseils et surtout élection du président) provoquant un changement de majorité, conduisent à des ajustements et repoussent sa mise en œuvre. En outre, l’affirmation nationale d’une politique de préfinancement de l’immobilier universitaire permet à l’UTM d’envisager d’une manière sérieuse l’obtention du financement de la dernière tranche de la reconstruction. Par une lettre du 28 mars 2007, François Goulard, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, officialise l’engagement de l’État. Lors de sa séance du 24 avril 2007, le Conseil d’administration valide l’engagement de l’université dans une démarche de type Partenariat Public-Privé (PPP) afin de poursuivre le projet de reconstruction et d’entamer le processus devant conduire à une évaluation préalable.

ill. 4 - Les différents scénarios proposés par l’atelier Choiseul en 2008.

ill. 5 - Le schéma directeur de l’atelier Choiseul en 2009.

25La nécessité d’engager une évaluation préalable nécessaire à la présentation d’un projet de contrat de partenariat (CP) ou PPP et la volonté d’élargir la réflexion au contexte urbain dans la perspective de la création d’un campus universitaire (associant UTM, CNRS, ENSAT, INRAP, CROUS, CNED) représentent des faits nouveaux qui font évoluer les besoins de l’université. Aussi, la mission de Choiseul, étendue en novembre 2007, est intitulée « Mission en vue de la rédaction d’un cahier des charges pour la reprise d’étude en vue de l’élaboration d’un schéma de cohérence urbaine, architecturale paysagère et environnementale du site de l’université de Toulouse-le Mirail ».

26Parallèlement, la commission Université 2010 élabore, sur la base de plus de cent réunions de groupes de projet, la programmation théorique du campus. Le 8 juillet 2008, les propositions de programme théorique sont présentées devant le CA. Le vote s’effectue sur des répartitions indicatives et encadrées par des valeurs hautes et basses.

27Choiseul poursuit parallèlement son travail et propose en novembre 2008 un premier rendu pour un nouveau schéma directeur intitulé « Diagnostic et scénarios ». Reprenant les conclusions de ses précédents rapports et les développant, Choiseul ouvre l’université sur la ville, élargit les enjeux du projet à l’échelle de l’agglomération (dans le cadre de « l’opération campus »), intègre les contraintes liées au stationnement des véhicules automobiles et développe une démarche de développement durable. Cinq scénarios sont proposés allant de la démolition/reconstruction intégrale à la conservation totale de la « nappe Candilis » qui subsiste. Confrontant les scénarios et le programme théorique, Choiseul présente des scénarios d’implantation et de répartition des programmes de bâtiments en février 2009. Le 6 juillet 2009, un schéma directeur validant la conservation de la bande centrale du « Candilis » et prévoyant la démolition/reconstruction des bandes est et ouest est adopté en bureau de l’UTM. En septembre 2009, Choiseul établit le plan de masse définitif du schéma directeur qu’il propose. Ce dernier est validé en octobre 2009 par le CA de l’UTM.

ill. 6 - Le « schéma d’aménagement » d’Urbane en 2010.

28La force du projet permet d’obtenir la confirmation de l’engagement financier de l’État ; le 10 septembre 2009, Valérie Pécresse, à l’occasion de l’inauguration de l’ENSIACET, annonce que l’UTM bénéficiera d’un préfinancement pour la fin de sa reconstruction à hauteur de 175 millions d’euros dans le cadre d’un « PPP budgétaire » (différent donc de « l’opération campus » du PRES de l’université de Toulouse qui reçoit 350 millions d’euros au titre de la « dotation campus »).

Urbane : pour la réhabilitation presque totale du « Candilis » [ill. 6]

29La certitude de disposer des moyens financiers nécessaires impose à l’UTM d’engager au plus vite le processus d’évaluation préalable. Elle sélectionne, à cette fin dans le courant de l’été 2009, des assistants à personne publique (APP, Assistant à maîtrise d’ouvrage des PPP).

30Dans le cadre spécifique de la refonte du schéma directeur immobilier réalisée par le Cabinet Choiseul, l’UTM confie une mission d’assistance urbaine, architecturale, environnementale, technique (VRD) et paysagère pour définir plus précisément et mettre en œuvre le scénario d’aménagement choisi et établir les cahiers des charges urbains, architecturaux techniques (VRD) et paysagers des différentes opérations. Le contexte de reconstruction du campus du Mirail s’accompagne d’une volonté de mise en place d’une démarche environnementale forte s’articulant autour d’un certain nombre de priorités : la maîtrise de l’énergie, des coûts d’exploitation des bâtiments, le confort, le bien-être et la santé des usagers. Le cabinet Urbane est retenu par l’UTM pour cette mission [ill. 6].

31Jouant sur l’ambigüité existante entre schéma directeur et schéma d’aménagement et au lieu de préciser et de mettre en œuvre le scénario proposé par Choiseul, Urbane propose en réalité un nouveau schéma directeur : il se fonde sur la conservation de l’essentiel des bandes est et ouest de la « nappe Candilis » ainsi que de la moitié sud de la bande centrale. Seul le bâtiment dévolu dorénavant à l’UFR Histoire, Arts et archéologie et à l’UFR Sciences, Espaces, Sociétés est proposé à la démolition/reconstruction. C’est donc la majorité de la « nappe Candilis » existante encore qui est retenue en réhabilitation. On ne peut s’empêcher de s’interroger sur les conséquences de tels choix. Le schéma ne sous-estime-t-il pas les risques en matière de sécurité (incendie) en proposant la réhabilitation, intégrale et sans recoupement, d’un bâtiment à grande largeur et grande longueur au cœur même du campus ? Le projet n’est-il pas en contradiction avec les objectifs forts de l’UTM qui souhaitait faire de sa reconstruction un site pilote en matière de développement durable ? Alors que les bâtiments neufs seront conformes à cet objectif, affichant une exigence thermique à 50 kWhep/m ²/an, les bâtiments réhabilités devraient avoisiner 80 kWhep/m ²/an. En outre de la perte de labellisation de l’établissement – ce qui n’est peut-être pas l’essentiel – l’université aura à consacrer une part plus importante de son budget au fonctionnement courant du « Candilis » réhabilité.

CONCLUSION

32Livrée à elle-même dans des bâtiments mal conçus depuis l’origine et dégradés par manque de maintenance, l’UTM s’est saisie pleinement de ses prérogatives en développant une véritable politique immobilière à partir du milieu des années 1990. Les objectifs ont porté, au quotidien, sur la mise en sécurité et la maintenance des locaux et, dans une démarche stratégique à long terme, sur une requalification et une restructuration en profondeur du campus.

33Optant tout d’abord pour une solution de réparation de la « nappe Candilis », faute de moyens financiers pour en envisager une autre, l’UTM, sur la proposition de Pro-D, choisit pourtant l’option de la démolition/reconstruction intégrale en 2002, avec suppression de la dalle. La faisabilité du retour au sol naturel est très vite posée et le regard différent porté par Choiseul, imaginant possible une réhabilitation du « Candilis », conduit l’UTM à infléchir sa position. Le schéma directeur est révisé ; il est proposé en 2009 une solution équilibrée entre démolition/reconstruction et réhabilitation de la bande centrale du campus accompagnée de la conservation du principe de la dalle. En 2010, alors que l’on attendait des précisions sur la mise en œuvre de ce scénario, Urbane élabore un « schéma d’aménagement » – en fait un nouveau schéma directeur – prévoyant une réhabilitation presque totale du « Candilis » restant.

34Dans l’attente de l’arbitrage final de l’UTM, on peut se poser la question de savoir si cette nouvelle proposition représente un des derniers avatars d’un « acharnement thérapeutique » ou fonde les bases d’un choix politique inscrit dans une démarche de patrimonialisation d’un exemple jugé, par certains, emblématique de l’architecture du XXe siècle.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - « Nappe Candilis » et bâtiments récents en 2003.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7008/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende ill. 2 - Le schéma directeur programmatique de Pro-D en 2003.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7008/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende ill. 3 - L’ouverture sur la ville vue par l’atelier Choiseul en 2008.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7008/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende ill. 4 - Les différents scénarios proposés par l’atelier Choiseul en 2008.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7008/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 871k
Légende ill. 5 - Le schéma directeur de l’atelier Choiseul en 2009.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7008/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Légende ill. 6 - Le « schéma d’aménagement » d’Urbane en 2010.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7008/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 560k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540