Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

L’architecture des universités

L’arche du campus de l’Université Toulouse-Le Mirail

Une entrée remarquable

Catherine Compain-Gajac

Texte intégral

  • 1 Gérard Huet, Colloque Conservation-restauration de l’architecture du Mouvement Moderne : l’exemple (...)

1« Toulouse-Le Mirail, son université... une empreinte emblématique des " modernes" en terre toulousaine. Peut-elle s’adapter aux évolutions dictées par le temps ? L’Arche, bâtiment d’entrée révèle cette question »1, c’est par la problématique ainsi posée du sens d’un bâtiment qu’il a lui-même conçu que Gérard Huet, architecte toulousain, introduit son propos dans le contexte du colloque Conservation-restauration de l’architecture du Mouvement Moderne : l’exemple de l’Université Toulouse-Le Mirail de Georges Candilis. Voici son témoignage.

2Dans les années 1987-88, 15 ans après la mise en service de l’Université du Mirail, les services techniques du Rectorat ont lancé une consultation en vue de réfléchir à un nouveau projet d’édifice destiné à marquer l’entrée physique de l’université, au sud, dans le prolongement du projet non achevé dessiné par Georges Candilis en 1970. Le programme prévoyait ainsi la construction d’une antenne de l’administration affectée à l’accueil des étudiants et des salles de cours.

  • 2 Aujourd’hui Agence Cardete & Huet à Toulouse.
  • 3 Saint-John Perse, Selected Poems, Seahorse, Ed. New Directions Publishing Corporation, 1982, p. 13 (...)

3La jeune agence toulousaine ARCA2 sortie lauréate du concours propose alors de construire une architecture-signal en rupture apparente avec l’orthogonalité et l’horizontalité du campus de Candilis. « Nos actes sont partiels et nos œuvres parcellaires » dit Gérard Huet, citant Saint John Perse3, dont la pensée a guidé les jeunes architectes face à l’ampleur de la responsabilité qui leur incombait dans le cadre de cette mission.

4Dans un premier temps, la problématique leur paraît « singulière et les programmes compliqués ». Gérard Huet souligne combien il leur a été difficile de se trouver, jeunes praticiens, confrontés à un projet urbain d’une telle envergure, spécifique en outre d’un des très grands architectes de la modernité, en la personne de Georges Candilis. L’université constituait en effet, en 1970, l’œuvre d’achèvement du grand projet de la zone à aménager en priorité (ZUP) du Mirail.

5Replaçant l’Université Toulouse-le Mirail dans le contexte typologique des universités françaises des années 1945-1975, Gérard Huet l’affirme comme « un modèle unique » ; sa conception, en 1970, répondant selon lui à des thématiques qui relèvent d’une utopie visant à concevoir « l’université dans la ville, la ville dans l’université ». Un retour sur l’environnement historique de cette architecture permettrait en effet de la rapprocher, toujours selon Gérard Huet, du modèle allemand d’Heidelberg dont Georges Candilis aurait pu s’inspirer en raison de la relation étroite qui s’y était établie entre la ville historique et la ville universitaire. Pour son concepteur, l’université du Mirail devait ainsi être perçue comme un monument du savoir, une institution dont la fonction était de divulguer le savoir au plus grand nombre.

6Ayant aussi connaissance de l’université de Berlin, les architectes ont souhaité « en appeler à la mémoire du travail et à la connaissance des choses ». Il leur est apparu qu’ils devaient prendre en considération le legs de Candilis.

7À ceux de la mémoire et de l’histoire il fallait ajouter un autre paramètre incontournable, celui du constat de l’évolution exponentielle de la démographie estudiantine entre le moment de l’ouverture de l’Université et le moment où de nouveaux projets architecturaux allaient être évoqués. Il s’avérait de ce fait indispensable d’envisager l’Université du Mirail comme un véritable corps vivant. Conçue et dimensionnée à l’origine pour accueillir 10 000 étudiants en 1988, à peine 15 ans après 25 000 personnes la peuplaient. Cette énorme surdensité et par voie de conséquence l’invraisemblable surexploitation des bâtiments sont venues s’ajouter à un autre fait aggravant, la mauvaise conservation de l’architecture, résultant certainement d’un manque de qualités constructives mais aussi d’un défaut d’entretien récurrent au long des années. Ces remarques et ces réflexions seront à l’origine lointaine du projet.

8À la nécessité de mettre en évidence la fonction identificatrice du bâtiment à construire, les architectes vont répondre par un projet d’édifice caractérisé par une échelle monumentale. L’objectif est de signaler en effet l’entrée piétonne de l’université pratiquée par un très grand nombre d’étudiants arrivant en métro. À cette époque, Toulouse vient en effet d’adopter ce mode de transport urbain. Perçu par l’architecte comme « un dispositif dans le processus d’institutionnalisation des sociétés », le métro va impacter ainsi directement le projet car son tunnel traverse le terrain sous lequel ce dernier doit être implanté, dans sa diagonale.

9Le nouveau bâtiment se veut également une réponse au « système capable » mis en œuvre par Candilis à l’Université du Mirail. La « figure » s’est imposée aux architectes. Ils l’ont perçue comme étant implicitement définie par Candilis à partir de ce territoire dimensionné aux limites clairement établies. Ils en ont déduit qu’à « périmètre égal, augmenter les surfaces induisait inévitablement de densifier, c’est-à-dire construire en hauteur à l’intérieur du maillage viaire conservé. En fait, se conformer aux principes urbains classiques : des rues, des îlots qui se refont sur eux-mêmes ».

10Aujourd’hui, vingt-cinq ans après la création de l’Arche, ses architectes sont confrontés à une problématique nouvelle. En effet, le bâtiment « est soumis à des évolutions permanentes ». Sur « le propos de l’altération dès lors qu’il s’inscrit dans le factuel, Gérard Huet en appelle à des notions de vigilance quant à sa gestion ». S’appuyant sur la pensée de Viollet-le-Duc, il affirme que le meilleur moyen de conserver un édifice est de lui trouver un emploi. C’est là, estime-t-il, « la justification de la nécessaire intervention humaine, avec les outils de son temps et le lien avec les techniques de son temps ». De fait, à propos de la politique du patrimoine, Gérard Huet regrette que la France adopte « une attitude fétichiste du patrimoine, voire une attitude passéiste, nostalgique ». Il considère que le patrimoine doit être perçu comme « porteur de valeurs mémorielles, même si elles sont anachroniques ». L’architecte envisage cette problématique sous l’angle philosophique et les propos exprimés par ailleurs, au cours de cette rencontre, en témoignent : la véritable question de la conservation du patrimoine n’est-elle pas en effet le plus souvent celle d’une confrontation obligatoire avec le besoin de l’actualiser ? Dès lors sans doute est-il indispensable de se situer à la fois dans la continuité, dans l’actualisation du concept originel et en accord avec l’histoire.

11L’Université du Mirail est implantée au sud-ouest de Toulouse, à l’extérieur et en bordure de la rocade de contournement de la ville par l’ouest. Elle est ainsi formellement et strictement séparée de la ville par cette autoroute difficile à traverser à pied. Par contre, elle se veut reliée formellement à la ZUP du Mirail par une passerelle qui enjambe la large avenue de Tabar. Une vue aérienne de l’UTM montre une architecture orthogonale compacte, un rectangle orienté nord-sud.

12La parcelle envisagée pour l’extension de l’université est située dans l’angle sud-est de l’UTM, au niveau de la dalle construite à mi-pente du plateau naturel. À l’époque du projet, il n’y avait encore aucune construction sur la partie basse du terrain naturel, alors strictement occupée par des parkings qui pénètrent sous le bâtiment du l’université, dans un sous-sol aménagé grâce au double décalage altimétrique. Les architectes décident de proposer « une figure très propre », ils envisagent de « finir d’édifier l’angle, construire l’angle ». Ils doivent, dans ce territoire strictement défini par l’architecture de Candilis, conçu comme un lieu que « l’on aurait dû continuer à considérer comme figé » selon Gérard Huet, imaginer une architecture qui montre « des capacités à gérer la densité ». Adoptant la posture radicale d’un bâtiment qui vient strictement occuper la parcelle, ils vont donc terminer l’angle, d’une manière volontairement marquée. Afin d’installer un lien formel entre l’intérieur et l’extérieur de l’université, ils le complètent d’une arche monumentale, marquée de hauts piliers orthogonaux et qui prend appui sur le volume central. Les architectes ouvrent deux niveaux de parvis : l’un situé au niveau du sol naturel, l’autre ascendant, formant le toit d’un amphithéâtre situé en dessous et se terminant par un vaste podium auquel on accède par une envolée de marches, en prolongement du patio central existant [ill. 1]. Ainsi posé dans un coin de l’architecture basse élaborée par Georges Candilis, le nouveau bâtiment se distingue-t-il avec force par sa hauteur. Provocateur, il « quitte les altimétries » de l’ensemble des bâtiments alentour en R1 et passe en R4.

ill. 1 - l’Arche, le parvis d’accueil, photo : Agence Cardete&Huet.

ill. 2 - Le passage d’entrée, photo : Agence Cardete&Huet.

ill. 3 - L’Arche, au-dessus de la ville, photo : Agence Cardete&Huet.

13L’Arche remplit ainsi un rôle multiple. D’une part, en répondant à la volonté première de marquer l’entrée du campus de l’UTM [ill. 2], elle s’invente une mission de « balise urbaine » [ill. 3]. D’autre part, elle permet aux architectes de proposer « les premiers signes de la manifestation d’une capacité à réinvestir le territoire sans pour autant remettre en cause son système distributif ».

ill. 4 - Systèmes de communication sur la hauteur, photo : Agence Cardete&Huet.

14La construction ne s’est bien sûr pas déroulée dans des conditions aisées. Le métro arrivé en cours de chantier, de multiples problèmes techniques en sont résultés, engendrant inévitablement des surcoûts importants liés notamment à l’enjambement du tunnel. Par voie de conséquence, l’augmentation du prix des travaux est venue en déduction des prestations intérieures du bâtiment. La volonté de marquer une entrée par rapport à la ville a obligé à traiter prioritairement sur le reste du programme le parvis de liaison entre la sortie de métro et l’université.

15L’idée du signal d’entrée comprenait également une réflexion sur le lien entre ce parvis d’accueil et le niveau du parking. C’est à cela que répond la diagonale. L’Arche se positionne à 45o de l’orthogonalité voulue par Candilis. Elle enjambe, signe, donne une identité et en même temps règle en calant les altimétries du projet. L’Arche entérine en fait ce que les usages piétons ont généré. À l’extérieur, c’est le toit d’un amphithéâtre de 1 200 places, conçu lui-même comme un amphithéâtre extérieur, qui répond à la question de l’installation d’un espace d’accueil pour les étudiants. À l’intérieur, un hall en quadruple hauteur [ill. 4], se prolonge par un autre amphithéâtre, les deux étant reliés en partie haute pour former une agora qui vient se connecter à l’ensemble du réseau de l’université.

ill. 5 - Référence à la trame, photo : Agence Cardete&Huet.

ill. 6 - Salle de cours, photo : Agence Cardete&Huet.

16Malgré sa position en oblique, en rupture affirmée avec l’orthogonalité du site, le bâtiment conçu par les architectes Gérard Huet et Francis Cardete revendique le respect des alignements et de la trame des circulations imposés par les bâtiments Candilis. En montrant comment l’Arche vient parfaitement s’inscrire dans le maillage, les architectes affirment une manière de réintervenir sur le projet Candilis. Ils démontrent qu’ils ont installé leur écriture architecturale dans « un dialogue avec la trame de Candilis » qui elle-même repose sur la trame initiale de Le Corbusier, le « Dom-Ino ». Gérard Huet explique que leur réponse a repris les principes généraux de Candilis une trame de 6 mètres par 6 mètres mettant en œuvre une typologie de remplissage faite de parties opaques en maçonnerie de brique et de parties transparentes en verre [ill. 5]. L’Arche prend effectivement appui sur cette trame de béton. Les problèmes de remplissage y sont réglés par l’installation de parois verre, protégées par un brise-soleil en caillebotis, de manière à donner une grande qualité spatiale et un confort aux classes [ill. 6].

17Faisant référence à un processus de « lente sédimentation de la ville où l’on conserve le système viaire en détruisant les parties des îlots et en reconstruisant par-dessus », Gérard Huet a exprimé et mis en évidence une authentique manière de réintervenir sur le travail de Candilis. Il regrette l’altération de l’image du projet Candilis. Il déplore en effet que l’Université du Mirail ait été dénaturée par la transgression de la « figure initiale ». « On a édifié sur le parking des bâtiments qui répondent à des problèmes spécifiques fonctionnels liés à la temporalité, mais qui s’affranchissent tous du principe originel fonctionnel ». Il considère que le principe de Candilis aurait très bien pu s’étendre. « On aurait pu faire glisser la trame de Candilis sur le parking et traiter de l’ensemble des problématiques qui s’imposent aujourd’hui ».

18Par ailleurs, si Gérard Huet admet que la relation entre l’université et la ville nouvelle du Mirail puisse être réglée par ses usages, il souligne qu’elle reste à mettre en œuvre du côté du centre historique. Il lui semble pour cela indispensable de régler prioritairement le problème du franchissement de la rocade. Il remarque en même temps que dans la perspective des nombreuses nouvelles problématiques auxquelles est confrontée l’Université du Mirail, l’essentiel est de répondre aujourd’hui à un programme de rénovation/construction de manière à permettre à l’université de répondre à des objectifs scientifiques et pédagogiques de natures différentes.

19« Il faut » dit-il en conclusion, « que tout ce travail d’architecte sur des sujets de cette nature nous convie à une très grande humilité, car beaucoup de questions se posent entre discipline et/ou thématique, recherche, usage générationnel, etc. Gardons à l’esprit l’idée que l’on travaille dans le sillon d’une mémoire infinie ».

Notes

1 Gérard Huet, Colloque Conservation-restauration de l’architecture du Mouvement Moderne : l’exemple de l’Université Toulouse-Le Mirail de Georges Candilis, Toulouse, avril 2010.

2 Aujourd’hui Agence Cardete & Huet à Toulouse.

3 Saint-John Perse, Selected Poems, Seahorse, Ed. New Directions Publishing Corporation, 1982, p. 138.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - l’Arche, le parvis d’accueil, photo : Agence Cardete&Huet.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7005/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende ill. 2 - Le passage d’entrée, photo : Agence Cardete&Huet.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7005/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende ill. 3 - L’Arche, au-dessus de la ville, photo : Agence Cardete&Huet.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7005/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende ill. 4 - Systèmes de communication sur la hauteur, photo : Agence Cardete&Huet.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7005/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Légende ill. 5 - Référence à la trame, photo : Agence Cardete&Huet.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7005/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende ill. 6 - Salle de cours, photo : Agence Cardete&Huet.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/7005/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540