Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

L’architecture des universités

1966-1972, l’Université du Mirail de Candilis, Josic et Woods comme composition ouverte1

Rémi Papillault

Texte intégral

  • 1 Cet article est la prolongation de la communication faite lors du colloque du Mirail de 2010. Il co (...)

1Dans cette présentation nous évoquerons l’histoire de la conception de l’Université de Toulouse-le Mirail, de 1966, date des premiers dessins de conception à 1971, date de la fin de la construction et du début d’ouverture de l’université. Cinq années de recherche pour une équipe d’architectes composée de Georges Candilis, architecte mandataire, de Shadrach Woods dans le modèle de l’Université libre de Berlin, d’Alexis Josic à la conception directe et des architectes toulousains Fabien Castaing et Paul Gardia à la réalisation.

  • 1 Sur cette question de l’ouverture en urbanisme et en architecture voir Papillault, 2011.

2Il s’agit de trouver à l’échelle d’un bâtiment une structure souple, ouverte qui « laisse la porte ouverte au hasard »1.

3Les chercheurs ont mis en avant l’importance de l’Université dans la composition du quartier du Mirail, dans son lien avec l’université de Berlin, sa grande sœur, dans l’application de la théorie du web à grande échelle et dans la façon dont l’université formerait le complément d’un quartier « savant » dans la continuité de la ville nouvelle. Pour les architectes, Candilis, Josic et Woods, l’université était l’expression la plus avancée de leur théorie : la fusion entre la structure linéaire de la ville à croissance organique, le stem, et la structure tramée du web. Cette rencontre de systèmes aura effectivement une grande fortune critique. L’université est un prototype pour bien des réalisations de trame neutre qui suivront.

  • 2 Eco, 1979.

4Toulouse-le Mirail, comme Cumbernauld en 1963, de l’architecte Geoffrey Copcutt, était regardée comme une conception urbaine ayant réussi ce que le Mouvement Moderne n’avait su faire dans la séparation du véhicule et du piéton, dans le lien à la nature et dans l’ouverture au temps. D’après ses concepteurs Le Mirail illustre la rupture d’avec le hors-sol du monument moderne au travers d’une composition architecturale située, relationnelle, tramée et ouverte. L’œuvre ouverte d’Umberto Eco s’exprimait en architecture par l’école d’architecture de Caracas construite en 1957 par Carlos Raúl Villanueva, seul bâtiment cité par Eco dans son ouvrage2. Cette volonté d’ouverture, d’architecture de système fait la force conceptuelle de l’ensemble de l’Université du Mirail reconnu dès l’origine comme tendance d’avant-garde, notamment par Giedion dans l’édition de 1966 de Space, Time, Architecture :

  • 3 Giedion, 2004.

5« L’urbanisme exige à l’heure actuelle un programme général flexible, capable de tenir compte des changements temporels, c’est-à-dire de laisser la porte ouverte au hasard. Le plan de l’université libre de Berlin de Candilis, Josic et Woods en est un exemple : il n’offre qu’un cadre général et réserve partout la possibilité de changements futurs »3.

6Nous proposons donc de nous en tenir à l’histoire de la conception de l’Université laissant de coté l’analyse de sa transformation dans le temps pour plus tard, avec en tête le paradoxe suivant : ce projet qui se voulait ouvert, aura plutôt figé les choses ou pour reprendre une question de Bernard Huet et Gian Carlo di Carlo posée dans Architecture d’Aujourd’hui en 1975 :

  • 4 Huet, 1975.

7« une université peut-elle devenir l’occasion d’une vaste interaction culturelle qui implique un désordre créatif, si son organisation physique est entièrement et perpétuellement conditionnée par le corset d’une grille matérialisée ? »4.

8Cette réserve fondamentale était certes valable à l’époque, mais le temps l’aura épuisé ou plutôt transformé, les enjeux d’aujourd’hui sont ailleurs. À l’heure d’un schéma d’ampleur pour l’UTM, comment patrimonialiser une structure ouverte qui appelle dans sa conception même son évolution, son altération ?

9Nous limiterons ici l’analyse à la genèse de la conception : dans quel contexte historique prend place l’université du Mirail ? En quoi est-elle la synthèse de savoirs antérieurs, pour l’équipe, pour un groupe ? Comment le web théorisé par Woods au début des années soixante va être transformé par Alexis Josic et mis en œuvre sur le projet de l’université ?

LE MIRAIL COMME SYNTHÈSE

  • 5 Candilis, 1975.

10Dans ses mémoires5, Candilis insère un cahier central d’illustrations qui montre comment le quartier de Toulouse-le Mirail est la synthèse de la production de l’agence Candilis, Josic et Woods de l’ATBAT Afrique en 1952, ou plus exactement de la rencontre entre Bodiansky, Woods et Candilis sur le chantier de l’unité d’habitation de Marseille jusqu’à la dissolution de l’agence en 1971-1972 et le décès de Woods en 1973.

11Cette durée de vie correspond peu ou prou à celle du Team X, dont on peut dater la création au CIAM 9 d’Aix en Provence, en 1953, avec la fête finale du congrès sur le toit de l’Unité d’Habitation de Marseille, jusqu’à la rencontre de 1971, à Toulouse, où Candilis invita tous les membres du groupe à venir convaincre le nouveau maire Pierre Baudis qui venait d’enlever la mairie au socialiste Bazerque, de sauver le projet du Mirail.

  • 6 Banham, 1970.

12Presque tous étaient là, Alison et Peter Smithson, les Hollandais, Jacob Bakema et Aldo Van Eyck, Gian Carlo di Carlo, Soltan autour de Candilis. Alexis Josic, amer de ce qu’il considérait comme un échec préférait ne pas venir. Shadrach Woods avait déjà un pied aux États-Unis. Cette réunion du Mirail fut l’occasion pour tous les membres de vérifier à grande échelle certaines de leurs propositions communes : continuité, identité, lien à la nature, structuralisme, composition neutre. Presque vingt ans auparavant ce combat commun avait commencé pour Candilis et Woods au Maroc avec Bodiansky et Ecochard, pour les Smithson sur l’École secondaire d’Hunstanton où ils avaient pu dire leur admiration pour l’écriture architecturale de Mies Van der Rohe, notamment pour l’écriture brique et métal de l’Illinoy Institut of Technology (1940-1958). En fait le courant brutaliste se fonde sur la double paternité de Mies Van der Rohe (bâtiment IIT) et de Le Corbusier pour l’Unité d’Habitation de Marseille et des maisons Jaoul de Saint-Cloud. Ces bâtiments sont repérés par Reyner Banham comme conçus autour d’un discours commun dit brutaliste6.

13On peut repérer cela aussi sur l’orphelinat d’Amsterdam d’Aldo Van Eyck, entre 1955 et 1960, où, sur une trame de béton avec remplissage brique, il conçoit un bâtiment à croissance ouverte qui s’adapte à la forme de la parcelle. À cette écriture architecturale correspond donc une dimension urbaine qui s’exprime soit par la capacité de la trame à s’étendre soit, comme dans le projet de Cluster city des Smithson en 1952, par la croissance organique continue de barres de logements sur lesquels s’accrochent des tours, hommage déformé, voire critique, aux typologies des villes radieuses corbuséennes. Les Smithson amplifient ce thème sous la forme d’une trame organique en urbanisme de dalle sur Haupstad Berlin en 1958 avec une trame qui s’élève haut dans le ciel, en suivant les propositions utopistes de Yona Friedman, « Paris spatial » en 1960 ou la même année sur le projet de Kenzo Tange d’urbanisation de la baie de Tokyo.

CLUSTER, STEM ET WEB

14Shadrach Woods (1923-1973), ingénieur, diplômé en philosophe à Dublin, va essayer de théoriser ces recherches du Team X sur la ville par des notions originales comme le cluster (grappe), le stem (centre linéaire), le web (trame), outils conceptuels incontournables pour qui veut comprendre le Mirail mais dont on aurait tort de limiter la fortune critique à la seule opération du Mirail.

15La notion de cluster (grappe) existe dans l’urbanisme anglo-saxon de longue date et les membres du Team X ne vont faire que se l’approprier. Alison et Peter Smithson sur un projet logement social en banlieue de Londres au début des années cinquante. Candilis, Josic et Woods, en 1955-56, dans des logements au Nicaragua groupés par 4 autour d’un noyau central, ou encore avec Jean Prouvé dans des maisons préfabriquées au Panama. La croissance organique du Mirail le long d’un espace public structurant à la rencontre des habitants sur les centralités de quartier va être conceptualisée par le stem, la tige. Cette idée née en parallèle aux concours pour les extensions de villes comme Bilbao, Caen, devait plus tard être reprise dans le projet pour Fort Lamy au Tchad. Toulouse le Mirail en était la synthèse bâtie.

16Le stem servit aussi de base pour la conception du projet pour l’Université de Bochum, où l’équipe développait les thèmes de croissance linéaire où « la ligne n’a ni dimension, ni forme », la séparation forte entre véhicule et piéton, la bonne densité de points de contact entre transport et logis, et enfin la possibilité de choix dans l’accès au logis.

17Cette notion de stem sera complétée toujours par Woods, en 1962 par celle de web, le réseau, qui plus qu’un système de circulation, correspond à un « système d’environnement » capable de refléter l’espace entier d’une « société universelle » soumise à des conditions basées sur le temps. La longue et riche citation ci-dessous servait de cahier des charges conceptuel à différents bâtiments, dont celui de l’université de Berlin :

18« - Les systèmes seront tels que l’homme puisse, à travers eux, contribuer à la création de son propre environnement.

19- Les systèmes ne se limiteront pas aux trois dimensions habituelles, ils auront également une dimension temps.

20- Les systèmes seront suffisamment flexibles pour permettre leur extension et des transformations intérieures au cours de leur existence.

21- Les systèmes resteront ouverts vers l’intérieur et vers l’extérieur.

22- Les systèmes feront preuve, à leur commencement, d’une intensité d’activité répartie, de manière à ne pas compromettre l’avenir.

23- L’étendue et le caractère des systèmes seront évidents, ou tout au moins constatables à partir de la compréhension des parties des systèmes. Le web doit être un système hautement flexible dans un monde d’une grande mobilité. Aux échelles auxquelles les urbanistes travaillent aujourd’hui, il n’est pas possible de concevoir un plan de grande étendue basé sur des rapports spatiaux ou d’une composition définie.

24Même dans le cas où la première partie d’un plan serait réalisée, elle modifierait les conditions qui détermineraient sa seconde partie, et par un effet rétroactif, le plan tout entier.

  • 7 Stem, Architectural Design, 1960 et 1961.

25Le web décentré, aux pôles extrêmes mobiles, cherche à répondre à ce processus de vie. La flexibilité est garantie par l’uniformité de l’intensité initiale des activités sur le web, de telle sorte qu’il puisse être accroché à n’importe quel point, et qu’il puisse lui même s’accrocher aux systèmes plus importants à n’importe quel endroit. Ces liaisons déterminent des points de très grande intensité, mais la flexibilité première reste toujours, et les points de densité qui surviennent à mesure que le web en vivant devient polycentrique, gardent leur caractère de mobilité » Shadrach Woods7.

  • 8 Entretiens de l’auteur avec Georges Candilis, 1992.

26La notion de web trouve donc deux applications en 1963, en Allemagne. À Francfort tout d’abord, pour la rénovation du cœur de la ville, puis à l’Université libre de Berlin dont Woods à plus particulièrement la charge tant dans la conception que dans le suivi de réalisation. Candilis racontait comment ils se répartissaient les concours et chantiers au sein de l’agence8. À Francfort au centre entre la Dom Cathédrale et la petite église Saint-Nicolas (là où se trouve aujourd’hui la kunsthall) ils imaginent une superposition de nappes orthogonales complexes qui dans une croissance organique prolifère jusqu’au Main préfigurant un urbanisme de dalle pour les centres.

  • 9 Shadrach Woods, Le Carré Bleu 1-1964.

27À Berlin pour l’Université Libre, il s’agit en suivant une formule de Woods de construire « un organisme vivant comme une cité »9. Un urbanisme de 3 à 4 dimensions intégrant donc le temps et permettant dans le cadre d’un édifice d’une grande compacité (320 x 220 m) de favoriser les échanges entre les différentes spécialités tout en préservant leur autonomie. Une composition ouverte en opposition aux figures fermées de la Renaissance dont la composition symétrique du Capitole de Rome fut donnée comme symbole : extension sur axe symétrique contre extension de système.

  • 10 Candilis, p. 230-231.

28« Au lieu de garnir le vide, avec des constructions immuables et fixées à tout jamais, nous avons imaginé une structure souple qui permette au temps et aux hommes de l’avenir de compléter notre œuvre et qui puisse s’adapter à l’évolution du futur... à l’exemple du passé, les bâtiments ont été conçus pour permettre d’en modifier la fonction. Ainsi la bibliothèque pouvait être transformée en maison de jeunes et un restaurant en salle de spectacle. Cela donnait une structure urbaine polyvalente, une mégastructure, qui allait donc permettre de recevoir non seulement les activités imposées par le concours, mais également toutes les autres, non inscrites, que personne ne pouvait encore imaginer »10.

29L’université Libre est une trame neutre, indifférente à l’idée de composition de plan ou de façade. Elle génère sa propre ouverture sur l’extérieur par un système aléatoire en trois dimensions de cours patios-terrasse. Le système constructif par des éléments de métal standardisés, structure et peau, devait permettre d’approcher au plus près des subtilités de programme sans pour cela les rendre lisibles puisque tout était fondu dans une même écriture :

  • 11 Joedicke, 1968, p. 208, cité par Lucan, p. 472.

30« les différentes fonctions spécifiques se logent dans un cadre général qui exprime l’université... (Même si), la nostalgie pour les formes expressives tend à diviser l’université en département autonome »11.

31L’immeuble tour ou skyscraper malgré les ascenseurs, divise les fonctions sur la verticale. À Berlin en 1963, Woods invente le groundscraper qui permet selon lui dans un minimum d’espace une mise en réseau de l’information sans sacrifier à la tranquillité soit de l’individu, soit du groupe. Ce système du groundscraper appliqué à la ville sera repris par les Smithson autour de la théorie du mat-building dont ils publieront plusieurs exemples réalisés notamment dans les pays du golfe.

32Mais la fortune critique du stem et web ne s’arrêtent pas là. L’article de Woods publié dans Le Carré Bleu, revue de faible audience, mais surtout dans Architectural Design en 1960 et 1961, va connaître un grand succès dont nous voudrions citer trois exemples qui montrent à quel point cette question de la composition par trame est signe d’une tendance, d’une avant-garde architecturale reconnue par les grands maîtres de la modernité.

33Tout d’abord Gian Carlo di Carlo, membre du Team X, il participe activement à la réflexion sur la question de l’identité et de la composition par trame neutre. Dans le Collegio del Colle, à Urbino, l’architecte dispose une trame complexe qui s’adapte à la topographie du site. Ce bâtiment deviendra même l’archétype des qualités de l’adaptation d’une trame au site.

34Fin août 1959, Louis Kahn est à Albi, Carcassonne et Salses, juste avant le dernier congrès des CIAM d’Otterlo qui eut lieu en septembre où il présenta son plan pour Philadelphia et pour le Medical Research Building de la même ville. Deux ans plus tard, il compose en Inde, à Ahmedabad, l’Indian Insitute of Management sur la base de la rencontre entre une grande composition monumentale axée pour les bâtiments d’enseignement et d’une trame neutre diagonale pour les bâtiments de résidence des étudiants. Il expérimente là une façon de composer une trame neutre, mais toujours changeante en jouant sur le minimum d’élément dans l’altération de la répétition par une rupture de niveau, un joint creux, un arbre.

35Le Corbusier est lui aussi sensible à cette idée de composition tramée. Il considère son projet pour l’hôpital de Venise, en 1964, comme un aboutissement pour ce type de composition dite ouverte :

  • 12 Voir la note 20 dans le texte de Bruno Reichlin, « L’œuvre n’est plus faite seulement d’elle-même » (...)

36« La cité de Venise est là, et je l’ai suivie. Je n’ai vraiment rien inventé. J’ai seulement projeté un complexe hospitalier qui peut naître vivre et s’étendre comme une main ouverte : c’est un édifice “ouvert”, sans une seule façade définitive, dans lequel on entre par le bas, c’est-à-dire du dedans, comme dans les autres lieux de cette ville »12.

  • 13 « Université », numéro spécial de l’Architecture d’Aujourd’hui, avril-mai 1968.
  • 14 Gian carlo di Carlo, Planificazione e disegno delle universita, 1968.
  • 15 « Constructions universitaires et scolaires », Techniques et architecture, 1964, no 1, p. 77.

37Le numéro spécial Université de l’Architecture d’Aujourd’hui de mai 196813 et l’ouvrage de Di Carlo sur les nouveaux bâtiments universitaires en Europe14, mettent en avant cette conception tramée pour leur capacité à l’adaptation contre les compositions Beaux-arts, fermées, utilisées par exemple par l’architecte Louis Arretche à Rennes ou à Nantes15.

TOULOUSE LE MIRAIL 1966, L’INSCRIPTION DE L’UNIVERSITÉ DANS UN PROJET DE VILLE NEUVE

38En 1961, la municipalité SFIO de Toulouse, dirigée par Louis Bazerque, sensibilisé par le débat du moment sur Paris-Parallèle, lance un concours pour un plan d’urbanisation d’une ville nouvelle. Il s’agit de créer, à quelques kilomètres du centre existant, un second centre urbain complémentaire. Ce projet s’inscrit dans une vaste vision urbaine et territoriale de l’État qui réorganise les régions françaises autour de métropole. Pour la commune l’ambition est d’agir sur la totalité de son territoire ainsi que dans son insertion dans la région. Sous l’impulsion de l’État et du maire, en pleine période progressiste, un vaste programme est mis en place. L’industrie, tout d’abord, qui jusque-là se concentrait principalement sur le traitement de l’azote, va s’ouvrir sur l’aviation et l’informatique. Les potentiels universitaires de Toulouse issus de son histoire sont renforcés par la construction de plusieurs universités : Sciences, Médecine, Lettres, Droit.

39La poussée démographique, un moment stoppée, reprend. Elle est issue des campagnes de la région, mais aussi, d’Italie, d’Espagne et des premiers Pieds Noirs quittant l’Algérie. La population de la ville passe ainsi de 150 000 habitants en 1914 à 420 000 en 1960 conduisant la ville à un vaste programme de construction de logements. La liaison de l’ensemble de ces activités est prévue par un réseau d’autoroutes urbaines, de rocades qui vont changer complètement la physionomie et l’appréhension de la ville. La ville nouvelle du Mirail n’est donc qu’une partie d’un plus vaste programme, mais le maire en fera son fer de lance politique. Les Toulousains associeront le nom du maire à celui du Mirail.

40Le programme est ambitieux, il n’en existait aucun de cette importance dans l’Europe d’alors. Il prévoit la réalisation de 25 000 logements pour 100 000 habitants, des équipements sportifs, culturels, commerciaux et cultuels répartis sur un territoire de 680 hectares.

41Les architectes G. Candilis, P. Dony, A. Josic, S. Woods accompagnés des ingénieurs N. Piot et J. François emportent le concours. Pour les seconder, le maire crée un institut de réflexion sur les problèmes juridiques, un atelier municipal d’urbanisme, l’État par le biais d’organismes HLM, de la Direction départementale de l’Équipement et par celle de l’Architecture assiste lui aussi à la conception. Ce n’est qu’en octobre 1964 que le quartier de Bellefontaine est commencé. La construction du quartier, constitué essentiellement d’HLM, pourra être terminée en 1972.

42Mais le constat est amer, tant de la part de l’architecte qui parle d’un « ghetto des pauvres », que de la part du maire : « Ce fut mon grand échec. J’aurais voulu qu’il n’y ait pas de ségrégation, que soient mixés HLM, logements moyens et standing ».

L’UNIVERSITÉ DE TOULOUSE LE MIRAIL, APPLICATION ET ALTÉRATION DU WEB

43La vieille université de Toulouse située en plein centre historique sur les terrains de l’ancienne chartreuse transformée en arsenal à la révolution est devenue trop exiguë. Le classement monument historique des églises des Chartreux et de Saint Pierre des Cuisines ainsi que des ruines du cloître restreignent d’autant les possibilités de reconstruction.

44Le ministre de l’Éducation nationale lors d’une réunion d’importance le 6 mars 1965 prend alors la décision de la création de trois nouveaux sites universitaires à Toulouse qui, comme métropole d’équilibre, se voit ainsi attribuer un rôle décisif sur l’aviation et l’informatique ainsi que sur l’éducation. On l’imagine deuxième ville universitaire de France.

45Lors de cette réunion est donc décidée la création de plusieurs pôles :

  • une nouvelle faculté de droit et une bibliothèque universitaire pour 5 000 étudiants sur le site de l’Arsenal données à l’architecte Lemaresquier, grand patron de l’École des Beaux Arts de Paris et à son représentant toulousain, l’architecte Paul Desnoyer ;

  • une faculté de médecine, de science et d’aéronautique sur le site de Rangueil pouvant accueillir 25 000 étudiants ;

  • une faculté de Lettres prévue pour 12 000 étudiants à implanter sur le site proposée par la Maire de Toulouse sur 35 hectares au Mirail.

  • 16 CR de la réunion du 6 mars 1965, au cabinet du ministre, concernant les implantations universitaire (...)

46L’urgence fait que 1 500 m2 sont prévus à construire pour la rentrée suivante et il est précisé que « ce bâtiment à édifier selon les procédés de construction accélérée »16. Un terrain est donc choisi près du château du Mirail, le long du talus boisé qui correspond au talus Garonne. Depuis les premiers plans d’origine du quartier du Mirail son caractère plat favorable à la construction d’un grand équipement, l’avait fait réserver.

  • 17 « Construit en moins de quatre mois le CES du Mirail a été remis par la ville à la Faculté des Lett (...)
  • 18 « Un record battu », La dépêche du midi, 20 septembre 1968.

47Le château du Mirail accueille dès la rentrée de 1967 les cours d’espagnol et de portugais et en décembre 1968 le CES du Mirail, construit en moins de quatre mois, a été remis à la faculté de Lettres17. On construit vite à l’époque et l’on construit particulièrement vite au Mirail, grâce à l’équipe Candilis Toulouse dirigée par Jean Marie Lefèvre, plus au sud, le collège de Bellefontaine commandé le 1er mars fut ouvert aux élèves le 30 septembre 196818.

48Les archives des architectes, les archives municipales et celles du rectorat nous permettent d’approcher au plus près de l’histoire de la conception dont nous ne donnerons ici que les grandes lignes.

UTM, premier projet de mai à novembre 1966

49Pour le suivi des différents chantiers d’équipement comme l’Usine des Eaux, l’Usine d’incinération des ordures ménagères et quelques écoles, Alexis Josic, encore présent sur le quartier, dessine sur la base d’esquisses faites par Jean-Marie Lefèvre et par les architectes d’opérations toulousains, Fabien Castaing et Paul Gardia, un premier projet, à partir du mois de mai 1966, qui vient s’accrocher au système de dalle formant le centre linéaire du quartier. L’ancien parcours prévu est déformé pour venir chercher l’université dans un dialogue avec le château. L’idée défendue par les architectes sur leur projet de Bagnols-sur-Cèze, d’un patrimoine qui dynamise la composition est un peu oubliée, pour venir simplement s’accoler, se mettre sur le plat en contrebas du talus sans chercher dans un premier temps de lien. Les trois rues parallèles en prolongation de l’espace public du centre linéaire traversent complètement une trame neutre dans un sens nord-sud :

50« La première réflexion de l’académie fut de dire : "Où est l’entrée ?". Ils ne pouvaient pas comprendre que comme autrefois à Heidelberg la ville entière était l’université, où les habitants jeunes et vieux se côtoient avec les étudiants. Pourquoi un adulte ne pourrait-il pas rentrer, dans un amphithéâtre, assister à un cours ?... L’idée c’était que l’université était dans la ville et non un campus hors la ville » Alexis Josic, 1993.

51En adoptant l’écriture spécifique des équipements dalle, l’université est censée se fondre dans l’ensemble du quartier. On ne repère ni entrée, ni signe monumental, dans l’esprit de ce que Josic venait de livrer pour le centre commercial et le centre culturel de Bellefontaine, démoli aujourd’hui. Dans l’esprit aussi ses nouveaux bureaux de la rue Carle Vernet à Sèvres où il vient de la cité des Bruyères qu’il habite toujours aujourd’hui.

52Sur les maquettes et les plans, entre les grands immeubles et l’université, on voit le château conservé avec une partie de son parc [ill. 1, 2, 3].

UTM deuxième projet, 1967

53Le deuxième projet de Josic va plus loin dans la déformation de l’implantation des grands immeubles qui se desserrent autour de la dualité-château université. La dalle « rue-centre » s’agrandit pour de vastes esplanades qui traversent les voies rapides vers ce qui deviendra le quartier des Pradettes. Une barre en Y probablement destinée aux logements étudiants vient s’implanter dans la parcelle de l’Université. La composition de l’Université se rassemble dans un rectangle divisé en 9 bandes équivalentes dont trois sortent de la figure sur de grands parvis au Nord et au sud. Des patios de dimensions variables sont disposés aléatoirement qui montrent comment Josic cherche là une variante plus souple à l’université de Berlin. Un système plus adapté à la haute densité de la ville nouvelle du Mirail [ill. 4].

UTM troisième projet, 1967-68

  • 19 Plan T13, 1-7-1967 5, dossier FDES 30385, AMT.

54Avec ce projet le cartouche apposé au bas des plans, change. Candilis y est toujours en tête de liste à l’adresse de la rue Dauphine, mais apparaît en second Alexis Josic, Sèvres, ainsi que les deux architectes toulousains, Castaing, encore partenaire des 3A (Ateliers des Architectes Associés) à l’époque et Paul Gardia (1920-1969) qui décédera au début du chantier d’un cancer. C’est donc Fabien Castaing qui sera plus particulièrement en charge du suivi de chantier et d’une grande partie de la conception du projet final. Avec ce troisième projet on voit que le foncier dévolu à la faculté s’agrandit, toujours pénétré par de grands collectifs en stem, au sud et à l’ouest19. Le rectangle de départ de l’université se cale sur les deux parvis Nord et sud et des galeries est-ouest sortent de la figure pour aller chercher les immeubles de logement en passant au ras du château. Elles illustrent la volonté d’extension possible du système avec des parties qui finissent en attente.

ill. 1 - Alexis Josic, Dessin de conception du premier projet, novembre 1966, Fonds Alexis Josic, Sèvres.

ill. 2 - Alexis Josic, Schéma de circulation entre ville et université, Fonds Alexis Josic, Sèvres.

ill. 3 - Alexis Josic, Schéma de conception pour les « curseurs » et les « lotissements », novembre 1966, Fonds Alexis Josic, Sèvres.

ill. 4 - Alexis Josic, 2e projet avec grand parvis nord et sud et contournement de la ville.

55Ce dernier projet restera valable au moins jusqu’à la publication sur les universités en mai 1968 par l’Architecture d’Aujourd’hui, où l’on voit sur le plan de masse indiqué en poché noir le plan de masse des bâtiments connecté à un grand parking à l’est et aux barres de logements à l’ouest. Une coupe montre la reprise de la disposition de Berlin, ou justement de Sèvres, en groundscraper à trame neutre proliférant avec des bâtiments à R et R + 1 qui s’accrochent au terrain naturel. Les décrochements en coupe permettent qu’un bâtiment sans façade soit partout en lumière naturelle : amphithéâtres et salles de classes traversantes, circulation en éclairage zénithale, larges ouvertures sur des patios paysagers, interactions entre les salles...

56Dans l’article de mai 1968, c’est Candilis, véritable chargé de communication, qui décrit le projet pour Josic. Il explique sur la base de schéma du premier projet comment la trame prévue facilite les circulations et extensions, mais surtout le contact entre les enseignants et étudiants :

  • 20 « L’université de Toulouse-le Mirail », AA 137, mai 1968.

57« L’université est un lieu sans fin ni commencement où les conditions sont favorables pour apprendre, pour enseigner, pour chercher »20.

  • 21 Archives de l’IFA, fonds Candilis, Doc. 236_Ifa_813b.

58Sur la maquette réalisée21 on multiplie les galeries de connexions vers la ville alentour, on agrandit la dalle parvis au point de monumentaliser le bâtiment. Ce que l’on voulait neutre donne finalement la mesure des espaces publics du quartier [ill. 5 & 6].

Le bâtiment expérimental acier et brique 1968-1970 pour une casbah organisée

  • 22 OBTPMP, no 66, janvier 1970, p. 18-23.

59Malgré les évènements de mai 1968, c’est dès juillet que le plan d’ensemble est approuvé par le Conseil Général des Bâtiments de France. Fabien Castaing et Paul Gardia sont chargés d’établir les plans de bâtiments préfabriqués en septembre 1968. Cela correspond à une commande de bâtiments provisoires que les architectes ont proposé dans un temps et pour un prix record : 3 000 m2 en 4 mois à 650 fr.22 le m². De septembre à décembre le bâtiment dit expérimental sort de terre : enseignement au rez-de-chaussée et recherche à l’étage. C’est une structure acier de 6 x 6 par 3 mètres de hauteur avec remplissage brique cherchant à faire la synthèse entre les bâtiments de Berlin et ceux plus anciens des Smithson dont on a évoqué la dette à l’ITT de Mies Van der Rohe à Chicago. Les architectes parlent d’une « casbah organisée » construite en métal peint en brun pour annoncer l’acier corten qui doit être employé pour le reste de l’université. Acier brun, brique claire et huisseries peintes en couleur vives composaient la gamme de couleurs encore visible par endroits aujourd’hui. Les détails de mise en œuvre du métal sont soignés avec des poteaux cruciformes formés de cornières en L qui varient selon les dispositions de la trame. Dans l’angle de la cornière sont intégrées les descentes et canalisations. Le plancher bas en béton est coulé sur des hourdis de polystyrène expansé et le plancher haut est constitué de prédalles.

ill. 5 - Alexis Josic, 3e projet avec régularisation du rectangle de base et antennes d’extension vers le parc du château du Mirail.

ill. 6 - Alexis Josic, maquette en balsa du 3e projet où l’on distingue nettement les toitures des amphithéâtres disposés sur les trois curseurs, Archives du Rectorat, Toulouse.

60En façade de grands capotages horizontaux viennent masquer et isoler la structure, divisant l’ensemble en panneaux où la brique désaffleure de la structure métal avec un détail de construction par cornières soudées très soigné. Les grands éléments vitrés coulissants sont mis au point avec la société toulousaine PAM, pour qui Castaing a déjà construit les usines et dont il utilise le savoir sur la plupart des chantiers.

  • 23 Entretien avec Fabien Castaing, mars 2010.

61Cette expérimentation provisoire a valeur de manifeste. Les architectes toulousains y expérimentent les théories de Candilis, Josic et Woods qu’ils ont pu voir en œuvre lors d’un voyage spécial à l’université de Berlin23.

  • 24 Il s’agit pour lui « de la composition la plus savante qui lui ait été donnée d’expérimenter », ent (...)

62À la même époque, Castaing construit pour la famille Espagno une passionnante villa de campagne où il décline le mode de composition vu sur l’université24.

  • 25 On peut par exemple citer l’article dans Architecture, Forme, Fonction, 1971 avec des photos de Tak (...)

63Cette expérimentation va aussi permettre aux universitaires de tester ce que doivent être les futurs bâtiments. Le succès médiatique25 ne pourra masquer les violentes critiques que nous ne pouvons résumer ici, mais qui seront à l’origine de nombreux changements.

La deuxième tranche de construction : le passage au béton

64Nous n’avons pu retrouver dans les archives le déroulé précis de l’abandon de la solution métal, mais dans le courant de 1970 on cherche une solution économique à structure béton et remplissage brique.

65L’équipe de conception se renforce de deux autres architectes toulousains qui œuvrent sur les bâtiments de restaurants universitaires : Jacques Lambert (1927) et E. Weiler.

66La définition de la trame de poteau est apparemment particulièrement délicate. Sur la base du 6 x 6 m, 18 poteaux sont nécessaires à recouvrir toutes les situations d’intersection : galerie, bâtis, angle rentrant, angle sortant... Ces poteaux d’à peine 3 m de hauteur supportent une dalle alvéolaire de 40 cm d’épaisseur pour 6 m de portée, pensée dans un premier temps à 16 compartiments puis finalement à 64. Castaing met au point un système de remplissage en brique, alterné avec des panneaux métal qui comportent dans une épaisseur minimale, vitrage, menuiserie et volet roulant. Sur la base de cette trame 6 x 6, on peut créer par division ou addition, des bureaux, des salles de classe de 36, 72 ou 144 m2. Pour les amphis une coupe spécifique est mise au point avec 7 m de hauteur sous charpente pour une portée de 24 par 18m. Les amphis sont prévus sur ce que Josic appelle les curseurs, le long des voies de distribution principale.

67Sur cette base est lancée la consultation des entreprises et en juin 1970 éclate le scandale d’une entente illicite des entreprises de gros œuvre au profit de la Société des Grands travaux de Marseille. Dans l’urgence on reboucle un dossier de consultation et en janvier 1971 l’Entreprise Pascal de Grenoble, est retenue dans un marché de gré à gré pour que le chantier démarre au plus vite. Les réunions de chantier démarrent en juin 1971 et l’on organise les premières réceptions en octobre. L’entreprise pour faire sécher plus rapidement les bétons fait passer du courant dans les ferraillages. Il faut finir et plus vite, car les étudiants sont déjà présents sur site. Les premiers cours ont lieu sur le chantier.

68Du fait du manque de soin de l’entreprise et d’une exécution trop rapide on observe dès la livraison des malfaçons, des fissures et des fuites d’étanchéité... S’ensuivra un long procès de 30 ans qui empêchera tout entretien sur les bâtiments obligeant enseignants et étudiants à vivre l’hiver en manteau au milieu des bassines, conduisant à un rejet de cette architecture mal construite et du coup probablement mal pensée. Le procès contre l’entreprise Pascal se terminera en 2001 par l’annulation de la poursuite, le tribunal estimant que trente années d’utilisation valaient réception. La fin du procès permettra de procéder enfin à quelques travaux d’entretien.

69Les malfaçons signaient le manque de suivi de chantier, installant un doute sur la pérennité de l’ensemble. Pire, l’impossibilité du Mirail à l’échelle urbaine à « faire ville », entrainait tout dans sa chute, de la maison à l’immeuble, de l’équipement aux commerces. Des années de ségrégation avait fait du quartier un ghetto social dont l’université s’était isolée, cernée, ou protégée, selon les points de vue, par du pavillonnaire et des concessionnaires de voitures. Comment imaginer un tableau plus sombre ?

70Dans le même temps, parallèlement à ce désaveu, la conscience patrimoniale n’avait cessé d’augmenter en partant d’indéniables qualités d’usages. La qualité du groundscraper à faire le lien à la nature, patios et parc du château, la capacité à accueillir, la profusion des lieux de rencontre, la lumière naturelle pour toutes les salles et circulations...

71Avec l’arrivée du métro, les débuts d’entretien des étanchéités, la pose de stores, la sécurisation de l’ensemble, l’ouverture et la transformation du quartier, on imaginait enfin peu à peu pouvoir s’installer ici avec un nouveau regard. Les nouveaux bâtiments construits permettent de regarder le Candilis avec plus de calme.

72Tous les acteurs semblent bien conscients du fait que l’université est un des jalons essentiels de l’histoire de l’architecture et de la ville, reconnu, dès sa construction, comme tel. Sa fortune critique était et reste importante. Certains à l’université, pris comme lieu de transmission, imaginent que sa préservation, en synergie avec les actions urbaines, soit un point de départ pour une nouvelle université.

  • 26 De 2003 à 2009 AARP et Urbane travaillent sur le Schéma directeur pour le quartier du Mirail, puis (...)

7340 ans après sa conception, alors que nous tentons de sortir du traumatisme de ces difficultés, notre schéma directeur pour le quartier et pour l’université voulait prendre appui sur la générosité, l’ouverture et la valeur historique de cet ensemble26.

Bibliographie

Banham, 1970 : R. Banham, The New Brutalism : Ethic or Aesthetic ?, Karl Kramer, 1966. Traduction française, Le brutalisme en architecture, Éd. Dunod, 1970.

Candilis, 1975 : Bâtir la vie, Paris, Éd. Stock, 1975.

Candilis, 1977 : Candilis (Georges), Bâtir la vie, éd. Stock, 1977, 311 p.

Eco, 1962 : U. Eco, Opera aperta, Milan, Bompiani, 1962, trad. Fr., L’Œuvre ouverte, Paris, Seuil, 1965, (nous nous référons à la pagination de l’édition du Seuil de 1979).

Giedion, 2004 : S. Giedion, Espace, temps, architecture, Paris, Denoël, 2004, p. 463.

Huet, 1975 : B. Huet, « Université libre de Berlin-Dalhlem », in Team 10+20, AA, no 177, janvier-février 1975.

Joedicke, 1968 : J. Joedicke, Candilis, Josic, Woods, une décennie d’architecture et d’urbanisme, éd. Eyrolles, 1968, 224 p.

Papillault, 2011 : R. Papillault, Chandigarh, l’œuvre ouverte et le temps, Éd. Poïésis, 2011, 330 p.

Reichlin, 2008 : B. Reichlin, « L’œuvre n’est plus faite seulement d’elle-même », dans Le Corbusier, l’atelier intérieur, Les Cahiers de la recherche architecturale, Paris, éditions du Patrimoine, Centre des monuments nationaux, 2008, p. 123.

Notes

1 Sur cette question de l’ouverture en urbanisme et en architecture voir Papillault, 2011.

2 Eco, 1979.

3 Giedion, 2004.

4 Huet, 1975.

5 Candilis, 1975.

6 Banham, 1970.

7 Stem, Architectural Design, 1960 et 1961.

8 Entretiens de l’auteur avec Georges Candilis, 1992.

9 Shadrach Woods, Le Carré Bleu 1-1964.

10 Candilis, p. 230-231.

11 Joedicke, 1968, p. 208, cité par Lucan, p. 472.

12 Voir la note 20 dans le texte de Bruno Reichlin, « L’œuvre n’est plus faite seulement d’elle-même », dans Le Corbusier, l’atelier intérieur, Les Cahiers de la recherche architecturale, Paris, éditions du Patrimoine, Centre des monuments nationaux, 2008, p. 123.

13 « Université », numéro spécial de l’Architecture d’Aujourd’hui, avril-mai 1968.

14 Gian carlo di Carlo, Planificazione e disegno delle universita, 1968.

15 « Constructions universitaires et scolaires », Techniques et architecture, 1964, no 1, p. 77.

16 CR de la réunion du 6 mars 1965, au cabinet du ministre, concernant les implantations universitaires à Toulouse, 30368/2, AMT.

17 « Construit en moins de quatre mois le CES du Mirail a été remis par la ville à la Faculté des Lettres », La dépêche du midi, 23 décembre 1968.

18 « Un record battu », La dépêche du midi, 20 septembre 1968.

19 Plan T13, 1-7-1967 5, dossier FDES 30385, AMT.

20 « L’université de Toulouse-le Mirail », AA 137, mai 1968.

21 Archives de l’IFA, fonds Candilis, Doc. 236_Ifa_813b.

22 OBTPMP, no 66, janvier 1970, p. 18-23.

23 Entretien avec Fabien Castaing, mars 2010.

24 Il s’agit pour lui « de la composition la plus savante qui lui ait été donnée d’expérimenter », entretien avec Castaing, mars 2010.

25 On peut par exemple citer l’article dans Architecture, Forme, Fonction, 1971 avec des photos de Takis Candilis.

26 De 2003 à 2009 AARP et Urbane travaillent sur le Schéma directeur pour le quartier du Mirail, puis à partir de 2009 sur le quartier Bellefontaine. En 2009 ils ont été missionnés par l’Université pour établir le schéma directeur qui servit de base au concours en PPP (Partenariat Public Privé).

Notes de fin

1 Cet article est la prolongation de la communication faite lors du colloque du Mirail de 2010. Il correspond à une commande de l’Académie d’Architecture de Mendrisio dans le cadre de l’« Encyclopédie critique pour la restauration et la réhabilitation de l'architecture du XXe siècle » dirigée par Bruno Reichlin et Roberta Grignolo, à paraitre en 2013.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - Alexis Josic, Dessin de conception du premier projet, novembre 1966, Fonds Alexis Josic, Sèvres.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6999/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende ill. 2 - Alexis Josic, Schéma de circulation entre ville et université, Fonds Alexis Josic, Sèvres.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6999/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende ill. 3 - Alexis Josic, Schéma de conception pour les « curseurs » et les « lotissements », novembre 1966, Fonds Alexis Josic, Sèvres.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6999/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende ill. 4 - Alexis Josic, 2e projet avec grand parvis nord et sud et contournement de la ville.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6999/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende ill. 5 - Alexis Josic, 3e projet avec régularisation du rectangle de base et antennes d’extension vers le parc du château du Mirail.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6999/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende ill. 6 - Alexis Josic, maquette en balsa du 3e projet où l’on distingue nettement les toitures des amphithéâtres disposés sur les trois curseurs, Archives du Rectorat, Toulouse.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6999/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 327k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540