Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

L’architecture des universités

La Modernité : greffe difficile sur le « Grand village » ?

Pierre Weidknnet

Texte intégral

1Le Mirail a constitué un point de rupture et de focalisation essentiel dans l’histoire urbaine de Toulouse au XXe siècle, point autour duquel tout s’ordonne, bien au-delà du devenir du Mirail lui-même. Largement instrumentalisé de tous bords, le Mirail a en effet servi jusqu’à aujourd’hui de repoussoir pour faire de l’urbanisme et de l’architecture des sujets tabous du débat politique, à parasiter tout débat urbain local jusqu’à la fin du XXe siècle. En témoigne encore, lors des élections municipales de 2008 à Blagnac, ville de banlieue où le maire lance la ZAC Andromède, opération qui se veut innovante et exemplaire au plan urbanistique, le slogan du candidat d’opposition municipale : « Andromède ne doit pas être un autre Mirail ! »

2Il n’est pas possible, dans une réflexion sur la conservation et la restauration de l’Université de Toulouse-Le Mirail de Georges Candilis, d’isoler ni l’UTM du Mirail, ni le Mirail de son contexte historique et territorial. C’est pourquoi nous allons ici tenter de manière synthétique de resituer les grandes étapes de la politique urbaine à Toulouse dans le temps long de l’histoire de la société locale, de ses valeurs. Car pour comprendre les choix opérés, au-delà des décisions des élus et responsables, il faut ici convoquer mémoires, projets et comportements d’une société dans sa complexité, ce que nous allons tenter ici à partir de divers travaux, débutés jadis par une maîtrise et une thèse portant sur les politiques urbaines à Toulouse dans les années 1960‑1970, jusqu’à ceux analysant des politiques urbaines récentes dans l’agglomération.

  • 1 Gauchet, 2007, p. 110.
  • 2 En agronomie, une greffe associe les caractéristiques de rusticité et d’ancrage territorial du port (...)

3Deux caractères nous semblent ici déterminants pour expliquer ce contexte : d’une part la modernisation économique, sociale et culturelle de Toulouse, a été historiquement un processus essentiellement exogène et d’autre part on a assisté, dans la période récente, mais aussi au cours des deux derniers siècles, à la construction simultanée d’une identité locale largement passéiste et d’une image de modernité revendiquant l’avenir. La modernisation en termes d’innovation et de développement économique et technologique est localement revendiquée comme image valorisante, tandis que la modernité, particulièrement aux plans esthétique, urbain et architectural, a été globalement refusée par la société locale. Ce sont deux images qui pourraient paraître contradictoires, comme y incite d’ailleurs l’approche opposant patrimoine et modernité, mais qui sont aussi les deux faces d’un même processus complexe d’évolution, qui se rendent mutuellement acceptables. La modernité est ici entendue comme processus inscrit dans la durée, par lequel évoluent nos sociétés occidentales depuis plusieurs siècles, à la fois au plan économique et technologique, mais surtout dans leurs dimensions sociales et culturelles, processus ayant en arrière-fonds des « multiples révolutions de la modernité [...] la révolution de l’autonomie »1. On pourrait alors analyser la modernité à Toulouse comme greffée2 sur un organisme à qui elle reste étrangère, mais qui finit par porter des fruits en dépassant l’opposition initiale. C’est dans ce cadre, que s’inscrit ce questionnement des rapports que Toulouse, face aux enjeux de la modernisation d’une capitale régionale, entretient avec la modernité, particulièrement aux plans urbain et architectural.

LE « GRAND VILLAGE » QUI VOULAIT SE FAIRE MÉTROPOLE

4Les fleurons économiques et urbains dont s’enorgueillit Toulouse et qui sont au cœur de son image identitaire dynamique actuelle furent généralement apportés, voire imposés par l’initiative extérieure, généralement étatique : secteurs économiques comme principaux projets d’aménagement urbain.

  • 3 Coppolani, 1962.
  • 4 Jalabert, 2009.
  • 5 Godechot, 1974.
  • 6 Coppolani, 1978.
  • 7 Coppolani, 1978.
  • 8 Girard, Rouges, Weidknnet, 1982.
  • 9 Leroy-Ladurie, 1980-1985.

5Toulouse a pu être considérée longtemps comme un « gros village »3. Il faut d’ailleurs ici, comme l’a bien montré Guy Jalabert4, que si le qualificatif « Toulouse est un grand village »5 correspond à une réalité, il a aussi été instrumentalisé comme mythe « de la bourgade rurale réveillée par Baudis », et que la modernisation de Toulouse est plus ancienne, à la fois venue de l’extérieur et portée par son prédécesseur, Louis Bazerque. Son dynamisme actuel est essentiellement dû à la conjonction d’entreprises, de laboratoires de recherche et de centres de formation dans les secteurs de la haute technologie, mais « les décisions stratégiques, les sources de financement échappent largement à Toulouse qui apparaît alors, pour caricaturer, comme un simple atelier technique et commercial... malgré l’internationalisation qu’elle connaît, la ville de Toulouse n’est pas un espace central, mais un espace périphérique de l’économie mondiale »6. Sous l’Ancien Régime, la ville que l’on qualifiait alors volontiers de « Sainte, Sotte, Sale », était dominée par une aristocratie terrienne préférant « les honneurs au profit et les arts aux affaires »7. Le plan Mondran de 1752, dont les réalisations structurent durablement la ville et son paysage (promenades, quais, tracés périphériques en patte d’oie...), avait déjà pour objectif proclamé de construire une image de modernité pour faire de Toulouse une ville moderne8. Magnifiques exemples d’un « urbanisme frôleur, qui dresse parmi les taudis le décor somptueux d’une urbanité élitiste »9, les travaux, initiés par l’intendant du Languedoc et portés par une poignée d’hommes des Lumières locaux, ne purent être – difficilement – réalisés, face aux réticences locales, que par l’appui politique et financier des États du Languedoc et surtout d’archevêques éclairés, mais non toulousains, Brienne et Dillon.

  • 10 Jalabert, 1972.

6Au XIXe siècle, la ville reste largement une cité préindustrielle aux valeurs sociales anciennes : « Toulouse n’est pas une ville bourgeoise »10. Elle est d’abord le centre d’une région agricole de polyculture à faible rendement, aux structures agraires archaïques : dissuasif de toute initiative, où le métayage domine. Une société de paysans propriétaires aisés édifie une tradition républicaine modérée, base d’un système politique clientéliste. Ses comportements démographiques malthusiens doivent être compensés par une importante immigration. Le grand village reste largement en marge de la révolution industrielle et il ne s’y développe pas significativement de bourgeoisie industrielle locale. Les industries sont créées par des acteurs externes : l’État principalement qui implante l’arsenal, et la Manufacture des tabacs ; des entrepreneurs immigrés aussi à l’origine d’entreprises du textile et de la métallurgie. Toulouse est fondamentalement au XIXe siècle le point de convergence de neuf lignes de chemin de fer et un centre administratif important. Dans cette ville rentière, en l’absence d’une bourgeoisie dynamique, le marché immobilier est particulièrement atone et les transformations urbaines limitées. À Toulouse, un long débat s’engage pour définir le tracé de la Route Impériale no 20, opposant le projet de percée « des Ingénieurs » à celui « des architectes ». Deux conceptions, mais aussi deux structures sociales et économiques s’opposent. D’une part le projet de « Messieurs les architectes » locaux consiste en un simple élargissement par alignement de la traversée existante et est conforme aux capacités et intérêts locaux des propriétaires, entrepreneurs, architectes. D’autre part celui de « Messieurs les ingénieurs » proposé par la Compagnie du Midi de chemins de fer des frères Pereire, est une percée rectiligne, en cœur d’îlot de préférence, qui implique un bouleversement de la propriété, du parcellaire, du marché, de la maîtrise d’ouvrage, et n’est réalisable que par des entreprises et concepteurs extérieurs. Passant largement à côté de la modernisation haussmannienne, Toulouse conserve ainsi un centre ancien préservé, dont elle s’enorgueillit à la fin du XXe.

7Au XXe siècle, ce processus exogène d’industrialisation se poursuit avec l’installation des actuels fleurons de l’économie locale, sources abondamment instrumentalisées de fierté identitaire. Entre 1915 et 1939, l’État localise des industries stratégiques loin de la menace allemande : l’industriel Lillois Latécoère crée en 1915 l’aéronautique « toulousaine » ; en 1924 une loi crée l’Office National Industriel de l’Azote (ONIA) pour exploiter le procédé allemand Haber-Bosch récupéré au titre des dommages de guerre ; en 1933 l’État délocalise à Toulouse l’aéronautique parisienne ; l’État développe aussi l’arsenal, la poudrerie, la confection... Pour faire fonctionner ces industries nouvelles, il fallut alors faire venir un personnel qualifié du nord de la France et faire appel à la main d’œuvre de l’Empire ou immigrée.

  • 11 George, 1946, p. 181.
  • 12 Jalabert, 2009, p. 110.
  • 13 Jalabert, ibid., p. 111.
  • 14 Laborie, 1998.
  • 15 Thépot, in Le Point, 1649 du 22 avril 2004, p. 11.
  • 16 Jalabert, 1996.
  • 17 En 1999 : Toulouse à 426 000 habitants, l’agglomération 760 000, l’aire urbaine 920 000 ; les commu (...)

8Les années 1950 1960 sont celles de la modernisation par l’État d’une ville qui est encore « surtout une métropole régionale et un marché agricole »11 : création d’une université scientifique et installation d’écoles d’ingénieurs, d’un centre de calcul numérique pionnier, qui sont à l’origine de l’industrie spatiale avec la création du CNES en 1961 ; l’État renforce le pôle aéronautique avec, en 1955, le moyen-courrier Caravelle, puis le regroupement des écoles d’ingénieurs en aéronautique, le programme franco-britannique Concorde en 1962, puis le projet franco-allemand Airbus en 1971. Il apparaît donc bien que « faire remonter au début des années 1970 le décollage toulousain est une interprétation nettement faussée de la réalité »12, comme le souligne Guy Jalabert qui évoque la « persistance du mythe ruralisant, de la cité terrienne endormie, tout juste capable de ressasser son lointain âge d’or du Pastel, qui se serait subitement réveillée à l’orée de la décennie 1970 »13, avec l’arrivée de Pierre Baudis. Il reste que Toulouse a « une croissance économique forte et de faibles capacités à organiser la vie collective »14, que c’est « un nain politique et un géant économique »15, la métropole d’une région rurale peu densément peuplée en marge des grands pôles d’activité et de décision, une « métropole incomplète »16, et non la métropole d’échelle européenne qu’elle cherche à apparaître. L’agglomération toulousaine, marquée par le très fort poids relatif de Toulouse17, ne s’est que tardivement dotée d’une structure de coopération intercommunale. La commune-centre dominante a, en fait, tout au long du XXe siècle, refusé toute collaboration avec les communes limitrophes, dominées par des notables, eux-mêmes concurrents entre eux. Le Groupement d’Urbanisme (26 communes), créé en 1956, ne joue aucun rôle réel et le Schéma directeur d’Aménagement et d’Urbanisme en 1976 n’est qu’un plan d’orientation non contraignant. Tandis qu’en périphérie sud-est le SICOVAL faisait figure de pionnier dès 1975, il faut attendre 1991 pour que Toulouse, Blagnac et Colomiers, dans l’obligation de s’entendre pour accueillir le siège d’Air Inter, passent un premier accord d’où naîtra en 1997 un District aux compétences minimales. La Communauté d’Agglomération du Grand Toulouse, créée le 1er janvier 2001, possède elle, enfin, des compétences élargies : développement économique, protection de l’environnement, politique de logement et d’aménagement du territoire communautaire. Mais il faut attendre janvier 2009, pour que le Grand Toulouse prenne le statut de Communauté urbaine. Au-delà de la faiblesse des institutions, force est surtout de constater aussi l’absence d’un collectif d’énonciation d’un projet urbain et l’émergence encore partielle et récente de démarches stratégiques. Car Toulouse se caractérise aussi, nous le verrons, par la faiblesse des politiques urbaines menées au XXe siècle, résultat de valeurs locales et de contextes, plus que des seuls politiques, et qui explique la situation actuelle marquée par un fort étalement urbain, l’insuffisance des infrastructures de déplacement, une gentrification très avancée de la ville. On peut avancer ici l’hypothèse que c’est la difficulté à accepter l’évolution du monde qui en est la source, dans une ville dont le dynamisme économique est « tombé du ciel », pour une société locale qui n’a jamais eu à lutter réellement pour son existence dans un monde concurrentiel : ici pas d’ancienne industrie du XIXe à reconvertir, de population à retenir, d’investissement à attirer, mais le confort d’une société jusqu’ici, sauf pour les plus fragiles, largement protégée des évolutions du monde. La cause des dysfonctionnements ne serait pas alors à rechercher dans les transformations elles-mêmes (la mondialisation, l’automobile, la maison individuelle...), mais dans le refus de prendre en compte ces évolutions, dans l’absence de politiques de maîtrise de la croissance urbaine qui auraient pu en organiser les formes.

RAYMOND BADIOU, UNE FRILOSITÉ GRAVIÉRISTE

  • 18 Ledrut, in Urbanisme, no 93, 1966.

9Raymond Badiou, maire SFIO à la tête d’une municipalité issue de la Libération, dirige la ville jusqu’en 1958. Son objectif prioritaire est de rattraper le retard (réel) de Toulouse en matière d’équipement, notamment par un effort important de construction d’écoles, et de modernisation des réseaux (gaz, assainissement). Pour mener à bien cette politique, il s’attache à une gestion stricte du budget communal, et reste réticent à l’emprunt. Au plan urbain, la réduction des coûts d’infrastructure et d’équipements se traduit par la volonté de limiter la croissance urbaine et de privilégier la densification, d’empêcher l’extension urbaine en réduisant les zones constructibles. Raymond Ledrut note, dès 1966, que « les choix opérés entre 1945 & 1958 ont visé à [...] limiter l’étalement de la ville ». « Ce principe s’est avéré efficace et a permis de renverser le mouvement naturel du semis dispersé de petites habitations »18.

  • 19 Jalabert, 2009, p. 112.

10De fait, dès 1955, est apparue une pénurie de foncier constructible, et la croissance s’est reportée sur la banlieue, où se multiplient au coup par coup cités d’individuels ou de collectifs : refusée à l’échelle communale, la croissance devint étalement à celle de l’agglomération. Dans une même perspective, Raymond Badiou veut moderniser le centre : la rénovation du quartier Saint-Georges, lancée en 1955 par l’État, et qui démarrera en fait dans les années 1960, « à l’instar de nombreuses opérations dans la plupart des villes françaises, avait pour objectif à l’origine de créer un nouveau centre moderne »19. Cependant, au-delà de ce nécessaire rattrapage et de cette rigueur budgétaire, on peut analyser cette attitude dans le cadre de la difficile acceptation de la modernité en France dans les années 1950, frilosité aujourd’hui largement masquée par une lecture davantage attachée à décrire une modernisation héroïque et enthousiaste, pour en souligner les conséquences négatives. En effet, la modernisation programmée de la société française se heurte alors aux pesanteurs d’une société encore profondément imprégnée de ruralité et des modes de vie anciens, qui éprouvent à la fois fascination et crainte face à la modernité. L’ouvrage du géographe J.-F. Gravier, Paris et le désert Français, paru en 1947, traduit et fonde profondément la vision dominante de la population et des décideurs dans la France de l’après-guerre. Son influence témoigne aussi de la continuité idéologique entre l’avant et l’après-Libération, du poids du ruralisme en France : en effet cet auteur si influent dans la France résistante et gaullienne a été un militant d’extrême droite actif, maurassien et pétainiste. Sa doctrine est axée sur le refus de l’urbanisation et son argumentaire se nourrit volontiers aux thèmes favoris de l’extrême droite xénophobe et antisémite. Mais surtout J.-F. Gravier propose une politique d’aménagement du territoire antiurbaine : visant à redévelopper les campagnes et interdire la croissance urbaine, au profit d’une rénovation de l’habitat rural et spécialement agricole. C’est dans cette perspective qu’il propose une décentralisation de la France, qui n’est pas une « régionalisation », mais un refus de la grande ville et une volonté de préservation de la ruralité.

  • 20 Pour ne pas évoquer la maîtrise de la croissance des villes nordiques et scandinaves, de l’Egnsplan (...)

11Ces idées malthusiennes trouvent un large écho chez les décideurs comme dans la population, dans une France marquée aux XIXe et XXe siècles par d’une part la modernisation tardive de l’agriculture, retardée par les politiques protectionnistes mélinistes durables, et par d’autre part la permanence des modes de vie populaires collectifs anciens. D’où une urbanisation lente, et le fait que les politiques urbaines et du logement n’ont jamais constitué des enjeux majeurs pour la société française, et donc pour ses élus politiques, jusqu’au dernier quart du XXe siècle. Et lorsque, tardivement, mais brutalement dans les années 1950, cette modernisation se produit, la société et ses élites ne sont globalement pas prêtes à y faire face et tentent d’arrêter le temps. Dans cette hypothèse, l’étalement urbain aujourd’hui si décrié et particulièrement chaotique à Toulouse, résulterait moins de l’évolution des modes de vie, de l’automobile, du laxisme ou du complot, que du refus d’accepter la réalité de l’évolution du monde qui a privé des outils de maîtrise d’un processus. La peur de l’avenir et la volonté de préserver un passé volontiers mythifié, créent toutes les conditions pour que le pire advienne, le passé étant lui de toute façon révolu... Tandis qu’à Rennes20, le maire (MRP) Yves Fréville mène dès le milieu des années 1950 une politique de réserves foncières, d’intercommunalité et de planification volontaristes sur laquelle s’appuiera, après 1977, Edmond Hervé (PS), Toulouse ne connaîtra le plus souvent que des velléités et des proclamations sans conséquence : les formes de la croissance permettent de mesurer le différentiel d’efficacité entre le refus incantatoire du réel et l’action pour l’orienter.

LOUIS BAZERQUE, UN DÉSIR D’AVENIR

12En 1958, Raymond Badiou démissionne pour protester contre le ralliement de la SFIO à De Gaulle et rejoint le Parti socialiste autonome ; son premier adjoint, Louis Bazerque, SFIO, le remplace jusqu’en 1971, à la tête d’une municipalité de centre gauche, dont un adjoint nommé Pierre Baudis. Sous l’impulsion de Louis Bazerque est menée une politique nouvelle, dont l’objectif est d’accélérer la croissance par une politique dynamique attirant les investisseurs.

  • 21 Jalabert, 2009, p. 113.
  • 22 Le Monde, 2 février 1962.
  • 23 Bazerque, 1969.

13Comme le montre Guy Jalabert « l’arrivée au pouvoir de Louis Bazerque introduit une double dynamique : d’une part économique s’appuyant sur quelques universitaires de la faculté des sciences, partisans d’une ouverture vers les milieux industriels, et d’autre part urbaine en lançant de nouvelles opérations, dont Le Mirail »21. Louis Bazerque souligne alors la « volonté municipale de faire de Toulouse le point fort du Midi-Pyrénées [...] un acte de foi dans l’avenir [...] Toulouse de l’an 2000 est né aujourd’hui. Nous construisons la capitale du Languedoc »22. C’est que, pour lui, « l’avenir d’une grande ville dépend de ses capacités de développement et de ses aptitudes à faire face aux mutations économiques et sociales qui s’imposent à elle » : « écartant les politiques malthusiennes périmées, les responsables politiques toulousains ont délibérément orienté leur cité vers l’avenir ». Toulouse « comptera un million d’habitants à la fin du siècle »23.

14Cette orientation participe d’une évolution perceptible au plan national qui ouvre une période, relativement brève au demeurant, d’une quinzaine d’années, dans laquelle la modernisation est non seulement effective, mais aussi clairement assumée, même si une telle attitude n’est pas générale. Ainsi Paul Delouvrier, nommé en 1961 Délégué général du District de la région de Paris récemment créé, impulse avec le « Livre blanc » de 1963, une politique résolument modernisatrice en phase avec les enjeux du moment, assumant la réalité du monde moderne. Il développe une vision globale stratégique et non une réflexion limitée aux « problèmes » de la région parisienne, comme dans la période précédente. Cette nouvelle politique s’articule sur trois choix : d’une part l’acceptation de la croissance économique et démographique nationale, ce qui implique celle de la région ; d’autre part l’intégration dans le Marché commun, ce qui implique qu’en raison du rôle qu’elle doit jouer dans la compétition européenne, Paris n’est pas seulement la capitale, mais une métropole engagée dans la concurrence européenne ; enfin la prise en compte des évolutions des modes de vie qui exigeront plus d’espace pour chaque citadin. En conséquence le schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris de 1965 prévoit dans cette perspective un développement axé sur la vallée de la Seine, structuré par la création de 5 villes nouvelles.

  • 24 Bazerque, ibid.
  • 25 Le Monde, 2 février 1962.
  • 26 Bazerque, ibid.

15Louis Bazerque mène lui aussi une politique de modernisation urbaine : élaboration d’un nouveau plan d’urbanisme prévoyant l’extension de la zone urbanisée, la réalisation des infrastructures de transport indispensables, et poursuivant la Rénovation du centre. Pour cela, mais aussi pour écarter de Toulouse l’AUAT pilotée par l’État, est créé l’Atelier municipal d’urbanisme. La grande opération de Louis Bazerque, « un acte de foi dans l’avenir »24, est bien sûr la ZUP du Mirail, qui avec un objectif de créer une « cité satellite de 100 000 habitants »25, alors que Toulouse n’en a que 300 000, est beaucoup plus qu’un quartier de logements. Il s’agit de réaliser un centre administratif régional regroupant les grandes administrations réinstallées hors du centre ancien, avec un pôle tertiaire et l’Université de Lettres et sciences humaines. C’est pour Bazerque « comme un second Capitole [...] le centre régional administratif, culturel et commercial du Mirail... jouera un rôle attractif sur les populations du vieux Toulouse et de la région [...] musées, salle de spectacle, préfecture de région, administrations, bureaux... »26. Cependant le Mirail devra faire face à forte concurrence, dans la commune et dans l’agglomération. Alors que, selon la loi, une ZUP doit concentrer toutes les opérations de plus de 100 logements, de nombreux ensembles sont édifiés en parallèle du Mirail : petits ensembles de logements collectifs privés, grandes opérations privées ou même publiques (Empalot, ZUP de Rangueil, ZUP de Bagatelle...).

  • 27 Marconis, 1986.
  • 28 Weidknnet, 2006.

16Dans cette agglomération sans structure intercommunale, la moitié seulement de la croissance entre 1962 et 1968 est absorbée par la commune centre, tandis que les villes de Blagnac (+ 58 %), et Colomiers (+ 129 %) croissent très rapidement27. À quelques kilomètres du Mirail, est édifié au même moment Colomiers Ville Neuve, une opération très originale sinon unique dans la production de son époque. C’est en effet une réalisation municipale, portée, depuis la décision initiale de 1957 jusqu’à l’achèvement actuel du quartier centre, par une très forte volonté politique municipale ; une opération conçue en référence explicite aux New-Towns anglaises de l’immédiat après guerre, en particulier à Harlow, par un urbaniste local autodidacte, René Viguier, imposé par le maire, selon les méthodes de Robert Auzelle. Le parti urbanistique de Colomiers est celui d’une « ville basse » mettant la maison familiale au cœur de la société tout en recherchant la densité nécessaire à l’économie de l’opération et à la vie sociale28. Il faut d’ailleurs noter que, dans une agglomération où dans ces années dominent des promoteurs locaux sur fonds propres, réticents à investir tant au Mirail qu’à Saint-Georges, la seule réalisation privée d’envergure d’un promoteur national a lieu à Colomiers (900 logements par la SEFRI de J.-C. Aaron, bientôt promoteur de la tour Montparnasse).

PIERRE ET DOMINIQUE BAUDIS, LE REPLI SUR LE CENTRE

  • 29 Le Monde, 25 avril 1971, interview de Pierre Baudis.
  • 30 Barron, 1928, p. 71.

17En 1971, la campagne électorale municipale se mène essentiellement autour de deux thèmes de politique urbaine : le Mirail d’abord, considéré comme « un satellite sans âme imposé d’autorité aux portes d’une cité souriante... il faut construire heureux »29, et les difficultés de circulation d’autre part, attribuées à « l’abandon du centre » par L. Bazerque au profit du Mirail. Pierre Baudis, 1er adjoint centriste de L. Bazerque, emporte la Mairie avec une liste de centre droit, son fils lui succède et sa majorité conserve la mairie jusqu’en 2008. Pendant trois décennies, les enjeux de l’urbanisme seront largement absents des débats politiques, tandis que se développe une politique urbaine selon deux axes : la valorisation de l’image patrimoniale de l’hypercentre d’abord et la rapidité de l’amortissement financier comme critère de qualité urbaine des nouveaux programmes ensuite. Rapidement, dès 1971, le projet Candilis du Mirail est abandonné, Le Mirail devient Basso Cambo : abandon de la dalle, fractionnement des immeubles, diversification des programmes faisant une large place à la maison individuelle et nouveaux plans pour la 2e tranche désormais nommée les Pradettes. Les municipalités de Pierre puis Dominique Baudis, puis celles de Philippe Douste-Blazy et de Jean-Luc Moudenc ont mis au cœur de leur démarche une stratégie financière : il s’agit avant tout de réduire l’endettement jusqu’à parvenir à « la dette zéro », encore revendiquée en 2010 comme résultat essentiel de ces mandats. Tous les projets seront dans ces années soumis à cet objectif obsessionnel qui amène à faire de la rapidité de la commercialisation de la SHON le critère principal de choix dans les projets, au point que l’attribution des marchés aux opérateurs dans certaines ZAC a pu se faire aux enchères. D’où par exemple les violents conflits, à partir de 2002, pour que Blagnac obtienne la maîtrise d’ouvrage de l’ensemble du secteur Andromède. Au départ deux ZAC indépendantes étaient prévues par le schéma de secteur établi par l’AUAT, l’une accueillant l’habitat et les activités, l’autre une « coulée verte » est-ouest coupant en deux le secteur de la précédente, tandis que le projet de tram traversant nord-sud le secteur faisait l’objet d’une troisième démarche indépendante. Toulouse, à travers la CAGT naissante, s’opposait à la procédure de marché de définition proposée par Blagnac car cela faisait prendre du retard à une commercialisation projetée sur 18 mois maximum. Que le tram desserve l’habitat en relation avec le projet urbain, que le parc et l’habitat soient articulés semblait moins important que le montage financier à court terme, dans une agglomération riche et non endettée... La valorisation du centre ancien est le projet essentiel, voire exclusif, des municipalités Baudis : réhabilitation de l’habitat ancien, espaces publics luxueux et opérations façades, politiques de protection patrimoniale, organisation des déplacements vers et pour l’hyper centre commerçant. C’est en fait un intense processus de gentrification qui se développe, appuyé sur un vigoureux entre soi élitaire, prolongeant volontiers l’ancienne société aristocratique encore décrite au début du XXe siècle : « Là, en des hôtels infiniment calmes et retirés, à hautes fenêtres, à porte cochère, vivent à l’écart du tumulte moderne les descendants de l’aristocratie. Ces fières personnes se fréquentent entre elles, à l’exclusion sévère de toute autre société »30.

  • 31 Marconis Robert, op. cit., 1986.

18À partir de la fin des années 1960, le centre ancien était effectivement entré en déclin, et, jusqu’à la fin des années 1980, très dégradé et dévalorisé, peu animé et vieilli, il perd ses habitants tandis que la croissance démographique s’accélère en périphérie. Entre 1968 et 1975 la commune centre ne recueille plus que 3,4 % de la croissance, et sa population n’augmente que de 3 000 habitants en 7 ans, avec en plus un fort déficit migratoire de - 17 000 habitants, au moment même où sont réalisées de nombreuses opérations, dont Le Mirail. L’hypercentre perd 20 % de ses habitants entre ces deux recensements, les faubourgs près du tiers, tandis que le gain de population en banlieue est de 78 %. Entre 1975 et 1982, on relève une diminution importante de la population de la commune centre (- 25 000 habitants, - 7 %), et le déficit migratoire a plus que doublé par rapport à la période précédente (- 40 000 habitants). La banlieue ralentit sa croissance, et c’est désormais la zone périurbaine qui connaît la plus forte croissance (+ 32 %)31.

  • 32 Le Monde, 28 & 29 juin 1970.

19La politique menée par la municipalité toulousaine à partir de 1971, en favorisant l’hypercentre alors que les enjeux essentiels sont ceux de la croissance à l’échelle de l’agglomération, sera lourde de conséquences : étalement urbain incontrôlé, insuffisance des politiques de déplacements... Mais la valorisation d’une image identitaire patrimoniale qui recueille un large consensus localement est politiquement plus porteuse que la confrontation aux enjeux de la ville réelle. Le passé mythifié et inventé est rassurant face aux incertitudes de l’avenir, dans un monde complexe et globalisé dans lequel Toulouse ne joue qu’un rôle marginal. Louis Bazerque déjà, avant les Baudis, avait développé une image médiatisée d’une « ville où il fait bon vivre, accueillante, chaleureuse et animée »32, se donnant pour projet « que les Toulousains soient heureux... que Toulouse reste la ville rose », associant volontiers ville rose et vie en rose.

20Cette image va devenir constitutive de l’identité locale, fort éloignée désormais de l’image d’une ville grise, triste et sale qui dominait dans les récits des voyageurs jusqu’au milieu du XXe siècle, et qui restait une réalité au début des années 1980. Et la ville dans laquelle obligation était faite depuis le XVIIIe siècle de revêtir de blanc les façades devint peu à peu rose : la place du Capitole d’abord, dès les années 1950, puis les autobus de la STCRT des années 1960, puis à partir des années 1970 places, trottoirs et façades, fussent-elles d’architecture en béton des années 1950, et jusqu’aux poteaux supportant la dalle du quartier Belle‑Fontaine au Mirail, subirent ce rosissement.

Bibliographie

Barron, 1928 : L. Barron, La Garonne, Paris, 1928, p. 71.

Bazerque, 1969 : L. Bazerque « Un pari tenu : Le Mirail » in Entreprise no 744, 13-12-1969.

Coppolani, 1962 : J. Coppolani, Toulouse au XXe siècle, Toulouse, Privat, 1962.

Coppolani, 1978 : J. Coppolani, Le Midi Toulousain, sous la direction de F. Taillefer, Éd. Flammarion, 1978.

Gauchet, 2007 : M. Gauchet, La révolution moderne, Gallimard, Paris, 2007, p. 110.

George, 1946 : P. George, Géographie économique et sociale de la France, 1946, p. 181.

Girard ; Rouges ; Weidknnet : 1982 : P. Girard, J.-L. Rouges, P. Weidknnet, Toulouse au XVIIIe siècle : architecture et urbanisme, Recherche BRA/EAT, 1982.

Godechot, 1974 : J. Godechot, Histoire de Toulouse, sous la dir. de Ph. Wolf, Privat, Toulouse 1974.

Jalabert ; Boudou ; Béringuier, 1972 : G. Jalabert, A. Boudou, C. Béringuier, Toulouse Midi-Pyrénées, la transition, Éd. Stock, 1972.

Jalabert, 1996 : G. Jalabert, Toulouse métropole incomplète, Economica-Anthropos, 1996.

Jalabert, 2009 : G. Jalabert, Mémoires de Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2009.

Laborie 1998 : J.-P. Laborie, Bordeaux Toulouse, approches métropolitaines, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 1998.

Leroy-Ladurie, 1980-1985 : E. Leroy-Ladurie, Histoire de la France urbaine, ouvrage collectif sous la direction de Georges Duby, Paris, Éd. du Seuil, 1980‑1985, tome 3 : la ville classique.

Marconis, 1986 : R. Marconis, Croissance et redistribution de la population dans l’agglomération de Toulouse (1954-1982), in « Statistiques et études Midi-Pyrénées » no 4, 1986.

Weidknnet, 2006 : P. Weidknnet, Colomiers Ville Neuve, Une réalisation municipale sur le modèle des New Towns anglaises, Actes du Colloque : « Des Grands Ensembles aux villes nouvelles » ; Revue de la Société Française d’Histoire Urbaine, Paris, 2006.

Notes

1 Gauchet, 2007, p. 110.

2 En agronomie, une greffe associe les caractéristiques de rusticité et d’ancrage territorial du porte-greffe et celles, dynamiques et porteuses d’avenir, du greffon.

3 Coppolani, 1962.

4 Jalabert, 2009.

5 Godechot, 1974.

6 Coppolani, 1978.

7 Coppolani, 1978.

8 Girard, Rouges, Weidknnet, 1982.

9 Leroy-Ladurie, 1980-1985.

10 Jalabert, 1972.

11 George, 1946, p. 181.

12 Jalabert, 2009, p. 110.

13 Jalabert, ibid., p. 111.

14 Laborie, 1998.

15 Thépot, in Le Point, 1649 du 22 avril 2004, p. 11.

16 Jalabert, 1996.

17 En 1999 : Toulouse à 426 000 habitants, l’agglomération 760 000, l’aire urbaine 920 000 ; les communes de périphérie les plus importantes ne dépassent pas 35000 habitants. Blagnac compte 20 000 habitants.

18 Ledrut, in Urbanisme, no 93, 1966.

19 Jalabert, 2009, p. 112.

20 Pour ne pas évoquer la maîtrise de la croissance des villes nordiques et scandinaves, de l’Egnsplan de Copenhague aux New-Towns anglaises.

21 Jalabert, 2009, p. 113.

22 Le Monde, 2 février 1962.

23 Bazerque, 1969.

24 Bazerque, ibid.

25 Le Monde, 2 février 1962.

26 Bazerque, ibid.

27 Marconis, 1986.

28 Weidknnet, 2006.

29 Le Monde, 25 avril 1971, interview de Pierre Baudis.

30 Barron, 1928, p. 71.

31 Marconis Robert, op. cit., 1986.

32 Le Monde, 28 & 29 juin 1970.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540