Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

L’architecture des universités

Le patrimoine de l’enseignement supérieur

Jalons historiques et questions d’actualité

Christian Hottin

Texte intégral

  • 1 Gaillard, 2007, p. 6-7.

1Entre les universitaires et leurs locaux, les histoires d’amour commencent mal, en général. Françoise Gaillard, enseignante à Paris 7 Denis Diderot, ne ménage pas ses critiques sur les tout nouveaux bâtiments de l’Université, qui vient pourtant de quitter le célèbre « gril » de Jussieu pour la Célesteville de Tolbiac : pauvreté des aménagements intérieurs, inadéquation de l’édifice à sa fonction, tant dans l’économie générale des espaces que dans le détail des réalisations... Le constat est sans appel : « on dirait que la façade et l’intérieur n’ont pas été pensés pour fonctionner ensemble »1. Faire patrimoine avec son cadre de vie est souvent une question de temps, et qui croirait aujourd’hui que la très patrimoniale Sorbonne fut en son temps éreintée tant par les critiques d’architecture que les professeurs de l’Université de Paris ?

  • 2 « Le bicorne et la boîte à claque. Création du patrimoine et construction identitaire au sein des é (...)

2On s’est interrogé, dans un autre contexte2, sur les modes de constitution du patrimoine des établissements d’enseignement supérieur et sur la place que ces bâtiments, objets et comportements pouvaient avoir dans les représentations et les identités des institutions concernées. La question de la chronologie avait alors été mise de côté, afin de privilégier une approche diachronique. C’était il y a plus de six ans. Rouvrant aujourd’hui ce dossier, en marge des journées organisées par l’Université de Toulouse-Le Mirail autour de l’œuvre de Candilis, on empruntera délibérément le chemin de l’histoire, tout en tentant de rendre compte d’une dynamique actuelle forte, qui n’était encore guère perceptible au moment où nous proposions cette première lecture du patrimoine universitaire.

3Disons-le d’emblée, cette nouvelle approche sera marquée par une certaine dissymétrie, moins gênante pourtant qu’il n’y paraît de prime abord : si l’analyse historique reste principalement fondée sur des exemples parisiens, le panorama des actions en cours ou prévues aura pour cadre l’ensemble du territoire français. On gardera à l’esprit, pour justifier cette modification du périmètre, que Paris et ses abords furent, jusque sous la Troisième République, l’espace de la plus forte concentration en établissements d’enseignement supérieur, les facultés, puis les universités, des grandes villes n’émergeant que lentement. A contrario, la situation actuelle est marquée par un rééquilibrage, certes relatif, mais bien réel. Une seconde distinction, présente quant à elle tout au long de notre propos, concernera le rôle joué par les différents acteurs en présence : d’une part les membres des institutions elles-mêmes (administrateurs, enseignants, anciens élèves formant la communauté élargie des établissements) et d’autre part les représentants de l’institution patrimoniale (archives, bibliothèques, Monuments historiques ou musées). Enfin, aussi souvent que faire se peut, les grandes écoles et grands établissements, spécificités du système français d’enseignement supérieur, seront pris en compte.

4Avant d’esquisser un tableau de la situation contemporaine, les principaux jalons de notre parcours chronologique seront donnés par les moments de rupture et de transformation de l’institution universitaire : depuis la Révolution et l’Empire, temps de la disparition des Universités d’Ancien Régime et de la fondation d’une Université centralisée, embrassant tous les ordres d’enseignements et ne connaissant en son sein que des facultés dépourvues d’autonomie, en passant par la Troisième République, véritable réinvention de l’institution universitaire (en matière d’organisation, de méthodes ou finalités des enseignements et de conditions matérielles), jusqu’à la fin des universités ainsi reconfigurées, soit au commencement des années 1970 (fin du régime des facultés, fragmentation des universités de chef-lieu d’académie en plusieurs universités, plus ou moins pluridisciplinaires). La période actuelle est quant à elle marquée par de nouveaux regroupements, les institutions étant à la recherche d’une plus grande visibilité et en désir d’atteindre le seuil critique leur permettant de s’imposer dans une compétition désormais très internationale.

VUE CAVALIÈRE SUR DEUX SIÈCLES D’HISTOIRE DU PATRIMOINE UNIVERSITAIRE

L’Université d’Ancien Régime : un non-héritage pour le XIXe siècle

  • 3 En 1763, à la suite de l’expulsion des Jésuites, furent supprimés définitivement vingt-sept des col (...)
  • 4 Szambien, 1994, 299 p., p. 27-38.
  • 5 Gady, 1998, 327 p.
  • 6 Le Cœur, 1993, p. 67-80.
  • 7 Voir : « Retour sur un patrimoine méconnu : les espaces de transmission du savoir à l’époque Modern (...)
  • 8 Gady, 1999, 222 p., p. 79-88.
  • 9 Laget, Paris-I Panthéon-Sorbonne, Daniel Rabreau (dir.), Londres, William Blake and Co, Arts & Arts (...)
  • 10 Jullien de Pommerol ; Monfrin, 1974, p. 4-21. Repris dans Archives et sources pour l’histoire de l’ (...)

5Progressivement anéantie entre 1791 et 1793, l’Université de Paris a disparu et avec elle quasiment tous les collèges qui en étaient la composante la plus visible dans le paysage de la capitale. Nombre d’entre eux avaient déjà été supprimés au cours du XVIIIe siècle, à la faveur de réformes et de regroupements3. Il n’en reste quasiment plus rien à l’heure actuelle. Passés en main privées, ils ont été petit à petit détruits, du fait des travaux d’urbanisme du Second Empire, mais aussi en raison de l’agrandissement des établissements demeurés en place (tels que le Collège de France ou le Lycée Louis-le-Grand) ou de la création de nouveaux équipements : ainsi la bibliothèque Sainte-Geneviève, qui prit sous la monarchie de Juillet la place du collège de Montaigu. L’École polytechnique, établie depuis 1805 dans les bâtiments du collège de Navarre, a fait progressivement disparaître, pour répondre aux besoins de l’enseignement et de la recherche, ou encore à l’accroissement de ses effectifs, la totalité des bâtiments de l’ancienne fondation royale, à commencer par sa chapelle, œuvre du XIVe siècle inspirée de la Sainte-Chapelle du Palais, ainsi que sa remarquable bibliothèque4. À Paris, le patrimoine encore visible de l’Université médiévale se limite aujourd’hui à la chapelle du Collège de Beauvais et aux réfectoires des Bernardins ou des Cordeliers, épargnés grâce à des réaffectations utilitaires. Les bâtiments datant de l’époque moderne sont un peu plus nombreux, mais ce patrimoine reste aujourd’hui encore peu identifié en tant que tel, à moins de recourir à des guides érudits5 : si l’on connaît bien la chapelle de la Sorbonne ou le collège des Quatre Nations, devenu siège de l’Institut de France, on repère moins aisément le collège des Irlandais, celui des Écossais, ou encore ceux de l’Ave Maria, des Grassins ou des Trente‑Trois, pour ne pas parler des vestiges du Collège Louis-le-Grand incorporés dans le lycée rebâti par Le Cœur sous la Troisième République6. Les facultés et écoles ont mieux survécu à la tourmente révolutionnaire et à la pioche des aménageurs : les anciens amphithéâtres de médecine ou de chirurgie de Paris7, tout comme celui de Montpellier, sont encore visibles. Il en va de même pour la Faculté de Droit (construite par Soufflot face à la nouvelle église Sainte-Geneviève), le Collège de France (aménagé par Chalgrin peu avant la Révolution)8 ou encore l’Académie de Chirurgie de Gondoin, autre œuvre antérieure de peu à 17899. Pour le patrimoine écrit, le tableau à dresser serait comme le négatif de celui qui précède : les Archives nationales conservent d’importants fonds de collèges, mais presque rien ne subsiste des archives des facultés10.

La Troisième République : constructions, reconstructions, destructions et sauvetages

  • 11 Gréard, 1893, XV-407 p.
  • 12 Chabannes, 1999, 222 p., p. 105-110.

6Animé par la volonté de doter enfin la France d’un enseignement supérieur bien équipé en amphithéâtres, laboratoires et bibliothèques, le nouveau régime n’a pas hésité à poursuivre une œuvre de destruction commencée dès après la Révolution et amplifiée au temps d’Haussmann. Le jury du concours chargé de la reconstruction de la Sorbonne préféra le projet de Nénot à celui de Lheureux, seul de tous les candidats à avoir proposé de conserver les façades de Jean Autissier et Jacques Lemercier qui formaient un bel écrin pour la chapelle. En dépit des « adieux à la vieille Sorbonne » faits par le vice-chancelier Gréard11, celle-ci fut bel et bien sacrifiée sur l’autel de la modernisation. Ginain, architecte du VIe arrondissement en charge de la reconstruction de la Faculté de Médecine, procéda de manière plus subtile, se livrant sur l’œuvre de Gondoin à une véritable opération de « façadisme » avant la lettre : il conserva de l’ancienne Académie de Chirurgie la colonnade et les façades sur cour, détruisit tout le reste et noya l’amphithéâtre semi-circulaire, premier du genre en France, dans les maçonneries sévères de ses extensions. À la Faculté de Droit, Lheureux, encore lui, se montra décidément le plus respectueux de l’œuvre antérieure, reprenant scrupuleusement les élévations de Soufflot sur la rue éponyme, tout en créant au cœur de la nouvelle Faculté une bibliothèque directement inspirée par les théories violletleduciennes12.

  • 13 Valette, 1982, p. 64-77.
  • 14 http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?action=retrouver&field_2=deno&value_2=universi (...)
  • 15 Il fut également protégé au titre des Monuments historiques le 28 octobre 1931 : http://www.culture (...)

7Mais ce temps fut aussi celui de la préservation, de manière parfois assez audacieuse, d’éléments d’architecture ou de mobilier rappelant les siècles passés et permettant aux institutions régénérées par la République de s’inscrire dans la continuité de leurs ancêtres. Lors du transfert de l’École de pharmacie de la rue de l’Arbalète à l’avenue de l’Observatoire, la collection complète des portraits ornant l’ancienne salle des actes fut transposée dans la nouvelle, conçue selon un plan et avec une ornementation destinés à rappeler l’ancien local dans le nouvel édifice13. Sauvée de la destruction et libérée des activités licencieuses qui y avaient élu domicile, la Faculté de Médecine (dont certaines parties remontent au XVe siècle) et son amphithéâtre classique (dit « amphithéâtre de Winslow) devinrent le siège de l’association des étudiants de l’Université de Paris14. Le premier amphithéâtre des chirurgiens, après avoir longtemps accueilli l’École des arts décoratifs, échappa à la destruction et devint quant à lui une annexe de la Faculté des Lettres15.

Les Trente Glorieuses : entre obsolescence et patrimonialisation

8L’après-guerre commença fort mal avec la destruction, par le ministère des Armées, du bâtiment des bacheliers de Navarre, vaste corps de bâtiment du XVIIIe siècle qui avait vu passer cent quarante années de promotions de polytechniciens : les bâtiments de France furent pour ainsi dire mis devant le fait accompli. Il fallait coûte que coûte accroître les capacités d’accueil de l’école, très à l’étroit déjà sur les 2,5 hectares de la Montagne Sainte-Geneviève. Seul fut préservé l’avant-corps central, avec son fronton et son horloge. Une barre de béton remplaça le reste... Avant d’être elle-même remplacée, après le transfert de l’école de Palaiseau, par un pastiche de l’ancien collège.

  • 16 Hottin, 2008, p. 375-405 et pl. XVI. Voir p. 395 l’émouvant croquis dressé par Jacques Foucart, qui (...)

9Tant en raison des besoins de la recherche que de l’accroissement spectaculaire du nombre d’étudiants, une bonne partie de l’œuvre de la Troisième République se vit frappée d’obsolescence et mise en péril à son tour. Là encore, il n’y eut guère de prise de conscience de l’intérêt de ces architectures, de ces décors ou de ces équipements. À mesure que les services de la Faculté des Sciences émigraient vers l’eldorado de la Halle aux vins imaginé par Zamansky et Albert, les locaux de la Sorbonne étaient banalisés en salles de cours pour la Faculté des Lettres, bientôt seule maîtresse des lieux. Les pavillons de dissection de l’école pratique de médecine édifiée par Ginain se virent préférer ceux de la nouvelle Faculté de la rue des Saints-Pères, plus salubres, et une tour courtaude remplaça la plus grande partie d’entre eux. Disparue encore l’école de dissection de Clamart, haut lieu de la formation des internes en médecine. Il fallut encore déplorer la perte des trois salles de Lheureux pour la bibliothèque de la Faculté de Droit, rude coup pour les amoureux de l’architecture métallique, contemporain de la destruction des Halles de Baltard, la bibliothèque ayant été transférée de l’autre côté de la rue, les salles se trouvèrent désaffectées et, peu propices à un autre usage, bientôt abattues pour faire place à un centre administratif et des salles de cours. Dans l’affaire se perdit aussi la salle des actes de la Faculté, dont le décor peint, œuvre de René Ménard, fut sauvé de justesse par les conservateurs du Louvre16.

  • 17 Hottin, 2007, 280 p., p. 165-280. Il s’agit notamment d’œuvres d’André Brouillet : La prière sur l’ (...)
  • 18 Classement au titre des Monuments historiques du 30 septembre 1975. En outre, les façades sur rue e (...)

10En dépit des nombreux graffiti qui fleurirent sur ses murs, l’occupation de la Sorbonne en mai 68 ne causa pas de perte majeure, hormis la dépose de quelques toiles marouflées17. Là se trouve pourtant, sans aucun doute, une des sources de l’intérêt bientôt porté à cet édifice par l’administration du patrimoine. Intérêt qui se concrétisa, quelques années plus tard, par le classement au titre des Monuments historiques de plusieurs parties du palais académique de Nénot : le grand amphithéâtre (qui abrite Le Bois sacré de Puvis de Chavannes), la salle des autorités, le grand escalier et son péristyle, les trois salons académiques donnant sur la rue des Écoles18. Mais cette décision intervint à un moment où l’Université de Paris avait cessé d’exister, remplacée par plusieurs établissements qui se partagèrent les édifices des anciennes facultés et se trouvèrent en situation d’occuper, sans autonomie pour le gérer, un vaste patrimoine mobilier et immobilier.

Au temps du patrimoine

  • 19 Inscription à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques du 28 janvier 1992, portant sur (...)
  • 20 Inscription à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 9 septembre 1994, classement (...)
  • 21 Le quadrilatère historique de la rue d’Ulm fut en outre inscrit à l’Inventaire supplémentaire des M (...)

11Après celui de la Sorbonne, d’autres classements vinrent, à mesure que l’architecture du XIXe puis de la première moitié du XXe siècle gagnait ses lettres de noblesse en patrimonialité : ce fut le cas notamment pour ces œuvres fort dissemblables mais également originales que sont l’ancienne école Coloniale19 et l’Institut d’art et d’archéologie20, toutes deux situées sur l’avenue de l’Observatoire. Pour plusieurs grandes écoles, le bicentenaire de la Révolution fut l’occasion de redécouvrir ou de rafraîchir un patrimoine parfois oublié : le cloître laïc de la rue d’Ulm, en piteux état, fut entièrement recrépi21, les peintures du bureau de Pasteur restaurées et la pièce transformée en « lieu de mémoire ». À Palaiseau, les polytechniciens redécouvraient bustes et peintures mis en caisse lors du transfert et leur donnaient une place sur les murs du grand hall de l’école.

  • 22 Gablot ; Benoist ; Eidelman, 1996, p. 6-7.

12Des associations s’organisaient pour faire découvrir le patrimoine scientifique du Quartier Latin, publiant des brochures et organisant des visites22.

  • 23 Marrey : 1975, repris dans Campus universitaire de Jussieu, naissance d’une grande bibliothèque, Pa (...)
  • 24 Griotteray, 1996, p. 25.

13Toutefois, pendant que s’affirmait cet intérêt pour le patrimoine universitaire, les œuvres disposées dans les cours de Jussieu se dégradaient lentement sous le regard des usagers du lieu, plus préoccupés du reste par l’inexorable naufrage de ce bâtiment qu’un doyen avait pourtant appelé à devenir le vaisseau amiral de la faculté des Sciences de Paris. Si quelques historiens d’art rappelaient l’ambition du projet artistique et l’originalité de la pensée d’Édouard Albert23, dans les colonnes d’autres journaux, on tentait de tirer parti du scandale de l’amiante pour effacer du paysage parisien ce qui n’était, à les en croire, ni plus ni moins qu’une abomination architecturale24, ou, au mieux, un empilement de mètres carrés d’une sordide banalité. Un jugement alors largement porté sur une bonne partie des réalisations universitaires des années gaullo-pompidoliennes.

RECHERCHES ET ACTIONS DE SAUVEGARDE ACTUELLES SUR LE PATRIMOINE UNIVERSITAIRE : UN PANORAMA

Jussieu à la croisée des patrimoines

  • 25 Réau, 1994, 1190 p., p. 949.
  • 26 http://jussieu.golgothe.net/ouencore:http://chiottes.jussieu.free.fr/

14« Jussieu », soit le site de l’ancienne faculté des sciences de Paris-centre, divisé entre les Universités Paris 6 et Paris 7 figure au tournant du siècle en bonne place sur la liste des sites universitaires les plus mal aimés et les plus décriés. Dès avant la révélation des problèmes de santé liés à l’amiante, historiens de Paris et chroniqueurs en mal de diatribes ont réclamé sont arasement25... Sur Internet des étudiants consacrent des sites à la décrépitude des locaux26... ou au délabrement des toilettes... Mal engagé, le chantier du désamiantage ne cesse de prendre du retard. Rares sont les voix, comme celle de Gérard Monnier, qui se sont fait entendre pour rappeler la qualité de l’œuvre d’Albert et l’ambition initiale du projet.

  • 27 En revanche, les matériaux d’origine ne seront pas reproduits, et on se prend à regretter aujourd’h (...)

15Le temps du désamiantage est pourtant aussi celui de la reprise en main des bâtiments, fort mal entretenus depuis des lustres, et, partant d’une première réflexion d’ordre patrimonial sur leur restauration : les premiers essais de rénovation des façades, conduits dans le secteur sud-est du site, modifient considérablement les élévations d’Albert en masquant à partir du premier étage les colonnettes en saillie, espacées d’un mètre cinquante, qui contribuaient à animer les façades et à rompre la monotonie de cette architecture sérielle. Sur les secteurs rénovés ultérieurement, cette erreur ne sera pas reproduite, rendant aux façades leur volumétrie d’origine27. Les colonnettes des façades ne sont du reste qu’un détail : c’est toute l’échelle du « campus » qui est désormais prise en compte. Après avoir été pendant presque trente ans le cadre potentiel de très nombreux projets sans suite, Jussieu devient un terrain d’action pour plusieurs cabinets d’architectes. Édifiant de nouveaux locaux ou rénovant chacun à leur manière telle ou telle partie du site, ils composent, à la marge comme au cœur du « gril », un visage nouveau pour l’Université, respectueux du parti d’origine, sans pour autant chercher à le copier platement : après l’AREA Sarfati sur le bâtiment Esclangon, Périphériques avec l’Atrium, Thierry van de Wyngaert sur la tour centrale, c’est au tour de Reichen et Robert de reprendre le secteur occidental, notamment en créant une communication entre rue et dalle voulue par le concepteur du projet mais jamais réalisée. Au début du XXIe siècle, on a enfin renoncé à copier l’œuvre d’Albert, en assumant désormais le risque de faire de Jussieu un lieu de confrontation entre architectures d’époques et de styles radicalement différents.

  • 28 Ce travail est désormais publié : Annette Roche, « le 1 %, de la Faculté des Sciences de Paris à l’ (...)
  • 29 Voir : http://www.upmc.fr/fr/culture/journees_europeennes_du_patrimoine_2011.html

16Cet énorme chantier ne pouvait laisser indemnes les œuvres d’art implantées dans les cours intérieures : au même titre que les bâtiments, elles font partie de ce « grand projet inachevé » dont Bernard Marrey a tracé les contours. Nombre d’entre elles avaient sombré dans l’oubli, subi les assauts du temps, souffert des transformations des équipements... En 2007, l’Université Pierre et Marie Curie confie à Annette Roche une mission de recensement des œuvres d’art présentes sur le site28. L’inventaire ainsi entrepris permet d’exhumer de nombreuses archives, des projets inédits... Il se prolonge bientôt en une exploration de l’ensemble du patrimoine artistique de l’Université, amenant la chargée de mission à étudier tout d’abord les œuvres présentes sur les sites des CHU Saint-Antoine et de la Pitié-Salpêtrière, avant de la conduire jusqu’à Banyuls ou Roscoff. Aujourd’hui diffusé et publié, cet important travail est d’ores et déjà valorisé, en particulier à l’occasion des journées du patrimoine de septembre 2011 : bornes interactives, exposition au dernier étage de la tour centrale, plaquettes et dépliants29.

17Surtout, ce travail permet de repenser la place des œuvres sur le campus rénové, de juger quels sont les maintiens sur sites possibles, ou au contraire les déplacements souhaitables. En relation avec ce travail sur les œuvres d’art, un autre est entrepris pour faire connaitre et mettre en valeur l’architecture de Jussieu, par exemple par le biais de visites dans le cadre des journées du patrimoine.

  • 30 Charmasson et Méchine, 2002. « Archives et mémoires étudiantes : état des lieux », Actes des deux p (...)
  • 31 Il n’en va pas de même dans de nombreuses universités étrangères. Voir, par exemple : Didier Devrie (...)

18Les travaux conduits à Jussieu sont également à l’origine de changements profonds dans la gestion et la conservation des archives universitaires. En plein désamiantage, Stéphanie Méchine, chef des archives du Rectorat de l’académie de Paris, réalise des opérations de collecte « en milieu extrême »30 pour récupérer des papiers de mathématiciens. En effet, après quelque quarante années d’existence de l’Université, rien ou presque n’avait été entrepris pour la collecte et la conservation des archives produites par les laboratoires, unités d’enseignement ou services administratifs des deux établissements présents sur le site. Le départ de Paris 7 Denis Diderot vers la ZAC de Tolbiac va provoquer une première réponse institutionnelle, avec la création d’une cellule d’archivage au sein de l’université. Cet exemple ouvre la voie à une évolution notable du rapport que les universités entretiennent avec leur patrimoine écrit, des archives qui n’avaient jusqu’alors que rarement été qualifiées comme telles31.

Aurore, à l’aube d’une archivistique universitaire

  • 32 http://www.archivistes.org/Archives-en-mouvements-journee

19Longtemps, les Archives du Rectorat de l’académie de Paris ont été le seul service d’archives dûment institué en relation avec les Universités franciliennes : une situation qui contrastait avec celle observée dans différentes grandes écoles qui, à l’image de Polytechnique, étaient dotées au sein de leur bibliothèque d’un secteur dédié aux archives. Depuis quelques années, plusieurs universités parisiennes ont franchi le pas, aidées en cela par le développement de formations en archivistique au sein des Universités (Mulhouse, Angers, Saint-Quentin en Yvelines, pour ne citer que quelques-unes d’entre elles) et par l’apparition d’une nouvelle génération d’archivistes, formés aux méthodes de gestion des documents contemporains et le plus souvent recrutés sur des postes d’ingénieurs. Ils se sont regroupés au sein d’une association spécifique, Aurore32, avant d’intégrer l’Association des archivistes français et d’y former une section particulière.

  • 33 Voir le programme : http://afhe.hypotheses.org/333

20En relation avec les présidences des universités parisiennes concernées et avec le concours d’historiens tels que Loïc Vadelorge ou Jean-Noël Luc, ce groupe est particulièrement actif dans le cadre de la préparation des manifestations liées aux quarante ans des universités franciliennes : dès juin 2011 a été organisée une première rencontre, consacrée à la prise en compte des archives universitaires33, une deuxième s’est tenue en mars 2012, centrée sur la question des archives orales, enfin une troisième est prévue pour octobre 2012 sur le thème de l’architecture des universités.

  • 34 Jean-Philippe Legois, « Archives et mémoires étudiantes : « non-lieu » de « mémoire » ?, In situ, r (...)

21Les archives institutionnelles ne sont pas seules à prendre en compte ici. Deux actions méritent tout particulièrement d’être rappelées. D’une part le travail au long cours entrepris par le GERME, et en particulier par Jean-Philippe Legois, pour la collecte et la conservation des archives des mouvements étudiants. Si la « Cité des mémoires étudiantes » un temps envisagée à Reims n’a pu voir le jour, du moins cet échec a-t-il permis une réflexion de fond sur la nature de ce patrimoine, particulièrement labile, et encouragé la recherche de nouveaux modes d’action plus adaptés à sa préservation34. Enfin, on rappellera le rôle moteur joué par les Archives de l’EHESS et par Brigitte Mason pour la collecte des papiers des chercheurs en sciences sociales et la toute récente collecte des archives du CSE de Pierre Bourdieu.

Œuvres d’art et collections scientifiques

  • 35 Art, architecture, université. Le 1 % culturel à travers les constructions universitaires, Grenoble (...)
  • 36 Regard sur le patrimoine culturel des universités, journées d’études organisées par l’Espace cultur (...)
  • 37 L’Art chemin faisant. Les œuvres de l’Université Rennes 1, Rennes, Université de Rennes 1, 2003, 81 (...)

22La démarche engagée à Jussieu par l’Université Pierre et Marie Curie est remarquable par son ampleur. Elle ne saurait faire oublier d’autres travaux d’étude ou de valorisation conduits sur les œuvres d’art des campus français. On se souvient par exemple du colloque tenu à Grenoble sur cette question il y a quelques années35, ou encore des journées d’étude organisées par l’USTL en 2004 et consacrées, plus largement, au patrimoine culturel des universités36. Plus près de nous, signalons la petite publication réalisée par l’Université de Rennes 1 pour mettre en valeur les œuvres d’art de son campus37.

  • 38 Martinez, 2005, 142 p., p. 93-104.

23Ces initiatives paraissent toutefois isolées en regard du large mouvement qui se dessine depuis plusieurs années en faveur de la sauvegarde (entendons ici restauration, revalorisation, protection juridique) des collections scientifiques des universités. L’enjeu est en effet de taille : au tournant du XXe siècle, ces collections ont pris une importance cruciale dans la vie des universités françaises en plein développement, et chacune de ces institutions pouvait apparaître comme le rassemblement de plusieurs musées scientifiques. Avec le temps, certaines de ces collections – en particulier celles de moulages destinés à l’enseignement de l’histoire de l’art – ont été frappées d’obsolescence. C’est ainsi qu’une grande partie de la collection de la Sorbonne a été détruite ou reléguée38. Depuis quelques années, plusieurs universités se sont engagées dans un travail approfondi d’inventaire et de conservation de ces collections. On retiendra tout particulièrement ici l’exemple de Montpellier et de Bordeaux.

  • 39 Il faut y ajouter, parmi les œuvres d’art, la galerie de 230 portraits de professeurs, faisant part (...)
  • 40 Voir : Luc Gomel, « Un service des collections à l’Université Montpellier 2. la constitution d’un s (...)
  • 41 Voir : François Michaud, « La renaissance du jardin des plantes de Montpellier. Passé, présent et a (...)

24À Montpellier, l’œuvre accomplie témoigne d’une heureuse coopération entre services de la DRAC et universités, notamment grâce à l’action entreprise par Hélène Palouzié, conservateur au service des Monuments historiques. Ont ainsi été protégées au titre des Monuments historiques la collection d’anatomie (5 688 pièces, classées le 5 octobre 2004), celle de l’observatoire (200 éléments, classés le 19 janvier 2006) et la collection de moulages (553 sculptures, soit 718 éléments individuels, classés le 15 janvier 2009). Les herbiers de l’Institut de botanique et une collection de 978 vélins répartis en 10 volumes sont actuellement en cours de classement39. Est à mettre en relation avec ce travail de protection la constitution d’un service exclusivement dédié aux collections au sein de l’Université Montpellier 240, ainsi que la restauration du Jardin des plantes, le plus ancien de France41.

  • 42 Voir : Marion Lagrange et Florent Miane, « Le musée archéologique de la Faculté des lettres de Bord (...)

25À Bordeaux, les collections archéologiques de l’ancienne Faculté des Lettres (442 moulages, 3 312 photographies et un ensemble d’objets provenant de fouilles) avaient souffert d’un désintérêt pédagogique patent depuis les années 1960. Elles font aujourd’hui l’objet d’une « véritable redécouverte » grâce à un programme de recherche portant sur le patrimoine artistique universitaire de l’Université de Bordeaux (Centre de recherches F.-G. Pariset, E.A. 538). Une fois inventoriées et numérisées, ces collections seront accessibles par le biais de la bibliothèque numérique du service commun de documentation ainsi que sous forme d’expositions virtuelles42.

  • 43 Voir : Jérôme de La Noë, « Les collections scientifiques de l’Université Bordeaux 1 sciences et tec (...)

26De nombreuses initiatives sont également en cours au sein de l’Université Bordeaux 1 (sciences et technologies), portant sur les collections scientifiques les plus variées (préhistoire, anthropologie, géologie, minéralogie, paléontologie, biologie animale, astronomie)43.

  • 44 Sophie Madeleine et Philippe Fleury, « Le " Plan de Rome" de Paul Bigot à l’Université de Caen et s (...)

27Enfin, ces actions de sauvegarde et de valorisation concernent parfois aussi des œuvres « hors-normes », exceptionnelles par leur histoire et par les services qu’elles peuvent rendre aujourd’hui encore à la recherche. C’est le cas du plan de Rome de Paul Bigot, conservé à l’Université de Caen. Seul restant en France de ceux réalisés par l’architecte de l’Institut d’art et archéologie, il sert désormais de base documentaire à une entreprise de restitution en trois dimensions de la Rome antique qui est utile aussi bien aux chercheurs et aux enseignants qu’aux simples curieux44.

Vers la redécouverte des « campus à la française » ?

  • 45 Entretien avec un chercheur au laboratoire de zoologie, cité dans : Art et architectures. Bilan et (...)

28Suivons ici encore le fil rouge qui nous a été donné par l’exemple si riche de Jussieu : sauvetage des archives, valorisation d’œuvres d’art... Qu’en est-il du patrimoine immobilier des universités à l’heure de l’autonomie ? Dans les années 1970, un usager du site parlait de Jussieu comme du « Sarcelles de l’éducation nationale »45. Il se visite aujourd’hui dans le cadre des journées du patrimoine et chaque départ de visite rassemble une foule nombreuse, comptant jusqu’à quarante participants. Pour rendre compte de l’évolution en cours, deux points de vue peuvent être adoptés : celui des universitaires eux-mêmes, avec leur intérêt pour l’architecture de l’enseignement supérieur contemporain en tant qu’objet d’étude, et celui des professionnels du patrimoine, avec leurs actions en faveur de la connaissance et (ou) de la protection de ce patrimoine.

  • 46 Colloque : Histoire de Paris 13. Paris 13 : L’université en banlieue (1970-2010), tenu à Paris 13 l (...)
  • 47 Poirrier, 2009, 187 p.

29Mal-aimés des universitaires, les campus ne sont pas de prime abord apparus comme des objets d’étude possibles, y compris dans le cadre de la recherche en histoire de l’architecture contemporaine. Le mémoire de DEA de Sabine Delanes, soutenu en 1997 à l’EHESS fait exception en la matière. Pour cette raison, on ne peut que se réjouir d’avoir vu, lors d’une journée d’étude récemment tenue à Paris 13 sur l’histoire et la mémoire de cette université, une session consacrée à l’architecture du site46. En regard de cette approche centrée sur une institution, tout en faisant une place à l’architecture aux côtés des autres formes de patrimoines et de mémoire, on peut mentionner l’ouvrage dirigé par Philippe Poirrier et consacré à l’architecture des campus au cœur de la problématique se trouve le campus de Montmuzard, dans la banlieue de Dijon, et une large part de l’ouvrage est consacrée à ce site, à son évolution et aux œuvres d’art qu’il renferme. Toutefois, les bâtiments de l’Université de Dijon sont ici inscrits dans une perspective plus large : Grenoble, Paris, sont donnés comme des points de comparaison en France, de même que Lausanne pour la Suisse ou encore les universités anglaises et américaines. Au final c’est bien l’esquisse d’une réflexion d’ensemble sur l’architecture des campus qui est offerte dans cet ouvrage47.

  • 48 Arrêté d’inscription du 24 juin 2004. Voir : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?a (...)
  • 49 voir : http://www.culture.gouv.fr/documentation/merimee/pdf/sri11/ia78001087.pdf
  • 50 http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?action=retrouver&field_2=deno&value_2=universi (...)
  • 51 http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?action=retrouver&field_2=deno&value_2=universi (...)

30Face à cet intérêt nouveau des universitaires pour les lieux d’exercice de leur art, il est intéressant de faire connaître les actions en cours au sein de l’institution du patrimoine. Rares sont encore les édifices du second XXe bénéficiant d’une protection ou d’un label. En Île-de-France, un effort certain a été fait pour protéger quelques témoignages de l’architecture de l’entre-deux-guerres : c’est par exemple le cas de l’ancienne École supérieure d’Électricité (aujourd’hui Université Paris 5)48. On notera surtout qu’un travail de plus grande ampleur a été entrepris par la DRAC en 2009 : il porte aussi bien sur un recensement en vue d’une possible extension des protections MH déjà existantes (en particulier à la Sorbonne, aujourd’hui en plein travaux) que sur une prospection en vue d’éventuelles nouvelles protections. Parallèlement à cette enquête, une autre est en cours, consacrée à l’attribution du label « patrimoine du XXe siècle » à des établissements d’enseignement supérieur. Indépendamment de l’œuvre de protection menée par les services des Monuments historiques, ceux de l’Inventaire général commencent eux aussi à faire une place à l’architecture universitaire sur la base Mérimée. En témoignent par exemple le dossier électronique concernant le campus HEC de Jouy-en-Josas49, ou encore les notices traitant des Universités d’Angers (Droit, Sciences sociales et Lettres)50 ou du Mans (restaurant universitaire)51.

Mémoire et immatériel, des territoires à explorer encore...

31À l’heure où de nouveaux regroupements s’opèrent entre institutions d’enseignement supérieur, les universités françaises issues des réformes d’après 1968 s’apprêtent à fêter leurs quarante ans et commencent seulement à s’interroger sur leur identité et leur mémoire : un grand colloque est prévu pour la fin de 2013. Pour certaines, susceptibles de rattacher leur histoire récente à un passé illustre, une telle démarche ne va pas sans raccourcis radicaux : quoi de commun, en définitive entre l’Université de « Paris Sorbonne » et l’ancienne société théologique de l’Université de Paris ? Le lieu et le nom demeurent sans doute, mais toute autre continuité relève de la fiction... Il n’en reste pas moins que le nom de Sorbonne, promu au rang de marque (ou d’actif immatériel) peut se déposer, se vendre et se racheter.

32Pour d’autres universités plus récentes, le travail de mémoire sur les origines revêt un caractère beaucoup plus concret : il peut être accompli en sollicitant les acteurs de la naissance de l’université, les leaders des mouvements politiques étudiants de l’histoire contemporaine. La journée d’étude organisée en décembre 2010 par l’Université Paris 13 croisait constamment approches historiennes et témoignages, notamment sur la place tenue par cette université lors des manifestations étudiantes de l’automne 1986.

  • 52 Vincennes. Une aventure de la pensée critique (Jean-Michel Dijan dir.), Paris, Flammarion, 2009, 19 (...)
  • 53 « Ton apparence physique laissait à désirer. Tu n’étais pas vieille de trois ans que tu semblais ho (...)
  • 54 Parkinson, 1957.

33Que faire encore de la mémoire lorsque les lieux sont absents ou détruits ? Vincennes n’est plus, mais cette université n’a jamais été aussi présente dans l’édition en sciences humaines pour célébrer, ou analyser ou critiquer52 l’histoire de cette université hors-norme. Son dénuement et sa précarité matérielle53 paraissaient renouer avec l’essence même de l’idéal universitaire, dont la vitalité pourrait s’apprécier à l’aune de ce théorème de Parkinson : « seules les institutions au bord du précipice parviennent à la perfection du décor »54.

34Quant au patrimoine culturel immatériel, au sens où l’entend l’UNESCO, il demeure pour le moment largement un impensé au sein de l’université. Le folklore des bizutages ou de l’internat en médecine, quelque jugement moral ou éthique que l’on porte sur ces pratiques, présente une indiscutable valeur patrimoniale pour les communautés qui en sont détentrices. Il faudra bien étudier un jour ce que peut-être, selon un point de vue patrimonial, une soutenance de thèse, un jury de recrutement, une cérémonie de doctorat honoris causa...

Bibliographie

Chabannes, 1999 : L. Chabannes, « La Faculté de Droit : la brique et le métal », Les palais de la Science. Universités et grandes écoles à Paris, Paris, AAVP, 1999, 222 p., p. 105-110.

Charmasson ; Méchine, 2002 : T. Charmasson et S. Méchine, « La collecte des archives dans le cadre du désamiantage de Jussieu », La Gazette des archives no 193 (2002).

Dijan, 2009 : J.-M. Dijan (dir.), Vincennes. Une aventure de la pensée critique Paris, Flammarion, 2009, 191 p.

Gablot ; Benoist ; Eidelmann, 1996 : G. Gablot, S. Benoist et J. Eidelman, « Sur la Montagne Sainte-Geneviève. Une nouvelle approche du patrimoine scientifique », Culture et recherche, no 58, mars 1996, p. 6-7.

Gady, 1998 : A. Gady, La Montagne Sainte-Geneviève et le Quartier Latin, Paris, Hoëbeke, 1998, 327 p.

Gady, 1999 : A. Gady, « Du collège royal au Collège de France », Les palais de la Science. Universités et grandes écoles à Paris, Paris, AAVP, 1999, 222 p., p. 79-88.

Gaillard, 2007 : F. Gaillard, « La grande misère de l’architecture des campus », Revue Urbanisme, no 354, mai-juin 2007, p. 6-7.

Gréard, 1893 : O. Gréard, Nos adieux à la vieille Sorbonne, Paris, Hachette, 1893, XV-407 p.

Griotteray, 1996 : A. Griotteray, « Pourquoi il faut raser Jussieu », Le Figaro, 18 juillet 1996, p. 25.

Hottin, 2008 : C. Hottin, « Les visages du Droit. Le programme décoratif de la Faculté de droit de Paris (vers 1870 - vers 1920) », Bulletin de la Société d’Histoire de l’Art français. Année 2007, SHAF, 2008, p. 375-405 et pl. XVI.

Hottin, 2007 : C. Hottin, « Inventaire du patrimoine monumental peint et sculpté de la Sorbonne. Rectorat, Faculté des lettres, Faculté des sciences, École nationale des chartes, École pratique des hautes études », La Sorbonne, un musée, ses chefs-d’œuvre, Paris, Chancellerie des universités et Réunion des musées nationaux, 2007, 280 p., p. 165-280.

Jullien de Pommerol ; Monfrin, 1974 : M.-H. Jullien de Pommerol et J. Monfrin, « Les archives des Universités médiévales. Problèmes de documentation », Revue française de pédagogie, no 27, avril-juin 1974, p. 4-21. Repris dans Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement, Thérèse Charmasson (dir.), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 2005, 391 p., p. 13-46.

Laget, 1997 : P.-L. Laget, « Du Collège de Saint-Côme au temple d’Esculape : un monument royal dédié à l’art et science de chirurgie », Paris, capitale des arts sous Louis XV. Peinture, sculpture, architecture, fêtes et iconographie (Annales du Centre Ledoux, t. I, Université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, Daniel Rabreau, dir.), Londres, William Blake and Co, Arts & Arts, 1997, p. 149-165., p. 159.

Le Cœur, 1993 : M. le Cœur, « Le lycée Louis-le-Grand à Paris : chronique d’une reconstruction différée (1841-1881) », Histoire de l’art, no 23, octobre 1993, p. 67-80.

Marrey, 1996 : B. Marrey : « Un grand projet inachevé : la Faculté des sciences de Paris », Revue de l’art, no 29, 1975, repris dans Campus universitaire de Jussieu, naissance d’une grande bibliothèque, Paris, Sens et Tonka, 1993, 251 p., p. 32-51.

Martinez, 2005 : J.-L. Martinez, « La collection de moulages : un musée pédagogique », L’Institut d’art et d’archéologie, Paris 1932 (Simon Texier dir.), Paris, Picard, 2005, 142 p., p. 93-104.

Monnier, 1996 : G. Monnier, « Ne brûlez pas Jussieu ? [sic] », Libération, 23 août 1996, p. 4.

Parkinson, 1957 : C. N. Parkinson, 1 = 2 ou les règles d’or de Monsieur Parkinson, Paris, Robert Laffont, 1957.

Poirrier, 2009 : P. Poirrier (dir.), Paysages des campus : Urbanisme, architecture et patrimoine, postface de Gérard Monnier, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2009, 187 p. (collection U-Culture(s)

Réau, 1994 : L. Réau, Histoire du vandalisme. Les monuments détruits de l’art français (nouvelle édition, revue et augmentée par Michel Fleury et Guy-Michel Leproux), Paris, Robert Laffont, 1994, 1190 p., p. 949.

Szambien, 1994 : W. Szambien, « Les bâtiments de la Montagne Sainte-Geneviève au XIXe siècle », Le Paris des Polytechniciens. Des ingénieurs dans la ville (1794-1994) (Bruno Belhoste, Francine Masson et Antoine Picon dir.), Paris, AAVP, 1994, 299 p., p. 27-38.

Tessarech, 2011 : B. Tessarech, Vincennes, Paris, Nil Éditions, 2011, 81 p.

Tuilier, 1994 : A. Tuilier, Histoire de l’Université de Paris et de la Sorbonne, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1994, vol. 2, p. 171-172.

Valette, 1982 : S. Valette, « Les richesses artistiques de la Faculté de Pharmacie », La Faculté de Pharmacie, 1882-1982, Paris, 1982, p. 64-77.

Notes

1 Gaillard, 2007, p. 6-7.

2 « Le bicorne et la boîte à claque. Création du patrimoine et construction identitaire au sein des établissements d’enseignement supérieur parisiens », Mémoire et culture matérielle de l’Université, Actes du Colloque organisé par l’Université de Nancy, avril 2005 (Marie-Jeanne Choffel-Mailfert et Laurent Rollet, éd.), Presses universitaires de Nancy, 2008, p. 15-40. Disponible en ligne : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00087771/fr/.

3 En 1763, à la suite de l’expulsion des Jésuites, furent supprimés définitivement vingt-sept des collèges de l’Université de Paris, dix autres furent maintenus, dits « de plein exercice ». Tuilier, 1994, vol. 2, p. 171-172.

4 Szambien, 1994, 299 p., p. 27-38.

5 Gady, 1998, 327 p.

6 Le Cœur, 1993, p. 67-80.

7 Voir : « Retour sur un patrimoine méconnu : les espaces de transmission du savoir à l’époque Moderne (I) – De la maison à l’amphithéâtre », In situ, revue des patrimoines, « Le patrimoine scientifique », no 10, 19 mai 2009, 15 p., publication en ligne : http://www.revue.inventaire.culture.gouv.fr/insitu/insitu/article.xsp?numero=10&id_article=hottin-1343

8 Gady, 1999, 222 p., p. 79-88.

9 Laget, Paris-I Panthéon-Sorbonne, Daniel Rabreau (dir.), Londres, William Blake and Co, Arts & Arts, 1997, p. 149‑165., p. 159.

10 Jullien de Pommerol ; Monfrin, 1974, p. 4-21. Repris dans Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement, Thérèse Charmasson (dir.), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 2005, 391 p., p. 13-46.

11 Gréard, 1893, XV-407 p.

12 Chabannes, 1999, 222 p., p. 105-110.

13 Valette, 1982, p. 64-77.

14 http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?action=retrouver&field_2=deno&value_2=universite&number=23&grp=0&req=%28%28universite%29%20%3adeno%20%29&usrname=nobody&usrpwd=4%24%2534p&spec=9&syn=1&imly=&max1=1&max2=100&max3=100&dom=tous

15 Il fut également protégé au titre des Monuments historiques le 28 octobre 1931 : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?action=retrouver&field_2=deno&value_2=universite&number=25&grp=0&req=%28%28universite%29%20%3adeno%20%29&usrname=nobody&usrpwd=4%24%2534p&spec=9&syn=1&imly=&max1=1&max2=100&max3=100&dom=tous

16 Hottin, 2008, p. 375-405 et pl. XVI. Voir p. 395 l’émouvant croquis dressé par Jacques Foucart, qui indique l’emplacement des œuvres dans la salle bientôt détruite. Les toiles de René Ménard sont aujourd’hui au Musée d’Orsay.

17 Hottin, 2007, 280 p., p. 165-280. Il s’agit notamment d’œuvres d’André Brouillet : La prière sur l’Acropole et Les étudiants acclament Quinet Michelet le 6 mars 1848 lorsqu’ils reprennent possession de leur chaire.

18 Classement au titre des Monuments historiques du 30 septembre 1975. En outre, les façades sur rue et sur cour de l’ensemble de la Sorbonne ont alors été inscrites à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Voir : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?action=retrouver&field_2=deno&value_2=universite&number=27&grp=0&req=%28%28universite%29%20%3adeno%20%29&usrname=nobody&usrpwd=4%24%2534p&spec=9&syn=1&imly=&max1=1&max2=100&max3=100&dom=tous

19 Inscription à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques du 28 janvier 1992, portant sur les deux façades, l’escalier, la galerie des peintures et la bibliothèque.

20 Inscription à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 9 septembre 1994, classement Monument historique le 10 septembre 1996. Voir : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?action=retrouver&field_2=deno&value_2=universite&number=28&grp=0&req=%28%28universite%29%20%3adeno%20%29&usrname=nobody&usrpwd=4%24%2534p&spec=9&syn=1&imly=&max1=1&max2=100&max3=100&dom=tous

21 Le quadrilatère historique de la rue d’Ulm fut en outre inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 14 novembre 1994 : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?action=retrouver&field_2=deno&value_2=grande%20ecole&number=13&grp=0&req=%28%28grande%20ecole%29%20%3adeno%20%29&usrname=nobody&usrpwd=4%24%2534p&spec=9&syn=1&imly=&max1=1&max2=100&max3=100&dom=tous

22 Gablot ; Benoist ; Eidelman, 1996, p. 6-7.

23 Marrey : 1975, repris dans Campus universitaire de Jussieu, naissance d’une grande bibliothèque, Paris, Sens et Tonka, 1993, 251 p., p. 32-51. Voir aussi : Monnier, 1996, p. 4.

24 Griotteray, 1996, p. 25.

25 Réau, 1994, 1190 p., p. 949.

26 http://jussieu.golgothe.net/ouencore:http://chiottes.jussieu.free.fr/

27 En revanche, les matériaux d’origine ne seront pas reproduits, et on se prend à regretter aujourd’hui les allèges en marbre de Carrare caractéristiques des façades d’origine.

28 Ce travail est désormais publié : Annette Roche, « le 1 %, de la Faculté des Sciences de Paris à l’UPMC : Inventaire, restauration, valorisation d’un patrimoine artistique méconnu, In situ, revue des patrimoines, no 17, Le patrimoine de l’enseignement supérieur » : http://insitu.revues.org/889

29 Voir : http://www.upmc.fr/fr/culture/journees_europeennes_du_patrimoine_2011.html

30 Charmasson et Méchine, 2002. « Archives et mémoires étudiantes : état des lieux », Actes des deux premières journées d’étude organisées par le GERME (groupe d’études et de recherche sur les mouvements étudiants), 23 février 2000 à Nanterre et 6 juin 2001 à Paris.

31 Il n’en va pas de même dans de nombreuses universités étrangères. Voir, par exemple : Didier Devriese, « Good Morning Babilonia… le patrimoine “immatériel” des universités est-il un acte manqué ? Brèves réflexions sur le cas de l’Université libre de Bruxelles », In situ, revue des patrimoines, no 17, « Le patrimoine de l’enseignement supérieur » : http://insitu.revues.org/3846

32 http://www.archivistes.org/Archives-en-mouvements-journee

33 Voir le programme : http://afhe.hypotheses.org/333

34 Jean-Philippe Legois, « Archives et mémoires étudiantes : « non-lieu » de « mémoire » ?, In situ, revue des patrimoines, no 17 « Le patrimoine de l’enseignement supérieur » : http://insitu.revues.org/2885

35 Art, architecture, université. Le 1 % culturel à travers les constructions universitaires, Grenoble, 1995, 198 p.

36 Regard sur le patrimoine culturel des universités, journées d’études organisées par l’Espace culture de l’USTL, Villeneuve d’Ascq, 1er et 2 avril 2004. Actes publiés en ligne : www.univ-lille1.fr/culture

37 L’Art chemin faisant. Les œuvres de l’Université Rennes 1, Rennes, Université de Rennes 1, 2003, 81 p.

38 Martinez, 2005, 142 p., p. 93-104.

39 Il faut y ajouter, parmi les œuvres d’art, la galerie de 230 portraits de professeurs, faisant partie du patrimoine de l’Université Montpellier 1 et classée le 20 mai 2005. Voir : Hélène Palouzié, « Connaissance et reconnaissance des collections de l’Université de Montpellier : la protection Monument historique, un outil de conservation », In situ, revue des patrimoines, no 17, « Le patrimoine de l’enseignement supérieur » : http://insitu.revues.org/940

40 Voir : Luc Gomel, « Un service des collections à l’Université Montpellier 2. la constitution d’un service spécifique dédié à la conservation des collections. Un début de solution pour le sauvetage du patrimoine scientifique universitaire ? », In situ, revue des patrimoines, no 17, « Le patrimoine de l’enseignement supérieur » : http://insitu.revues.org/9522

41 Voir : François Michaud, « La renaissance du jardin des plantes de Montpellier. Passé, présent et avenir du plus ancien jardin botanique de France », In situ, revue des patrimoines, no 17, « Le patrimoine de l’enseignement supérieur » :http://insitu.revues.org/3851

42 Voir : Marion Lagrange et Florent Miane, « Le musée archéologique de la Faculté des lettres de Bordeaux (1886). L’institutionnalisation des collections pédagogiques et scientifiques », In situ, revue des patrimoines, no 17, « Le patrimoine de l’enseignement supérieur » : http://insitu.revues.org/920

43 Voir : Jérôme de La Noë, « Les collections scientifiques de l’Université Bordeaux 1 sciences et technologies », In situ, revue des patrimoines, no 17, « Le patrimoine de l’enseignement supérieur » : http://insitu.revues.org/1987

44 Sophie Madeleine et Philippe Fleury, « Le " Plan de Rome" de Paul Bigot à l’Université de Caen et son double virtuel. De l’objet patrimonial à l’outil scientifique », dans In situ, revue des patrimoines, no 17, « Le patrimoine de l’enseignement supérieur » : http://insitu.revues.org/840

45 Entretien avec un chercheur au laboratoire de zoologie, cité dans : Art et architectures. Bilan et problèmes du 1 %, ministère d’État aux Affaires culturelles – centre national d’art contemporain, Paris, 1970, n. p. Nous remercions Olivier Azzola, responsable des archives de Paris 7, pour la communication de ce document.

46 Colloque : Histoire de Paris 13. Paris 13 : L’université en banlieue (1970-2010), tenu à Paris 13 le 8 décembre 2010.

47 Poirrier, 2009, 187 p.

48 Arrêté d’inscription du 24 juin 2004. Voir : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?action=retrouver&field_2=deno&value_2=grand%20ecole&number=16&grp=0&req=%28%28grande%20ecole%29%20%3adeno%20%29&usrname=nobody&usrpwd=4%24%2534p&spec=9&syn=1&imly=&max1=1&max2=100&max3=100&dom=tous

49 voir : http://www.culture.gouv.fr/documentation/merimee/pdf/sri11/ia78001087.pdf

50 http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?action=retrouver&field_2=deno&value_2=universite&number=10&grp=0&req=%28%28universite%29%20%3adeno%20%29&usrname=nobody&usrpwd=4%24%2534p&spec=9&syn=1&imly=&max1=1&max2=100&max3=100&dom=tous

51 http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?action=retrouver&field_2=deno&value_2=universite&number=22&grp=0&req=%28%28universite%29%20%3adeno%20%29&usrname=nobody&usrpwd=4%24%2534p&spec=9&syn=1&imly=&max1=1&max2=100&max3=100&dom=tous

52 Vincennes. Une aventure de la pensée critique (Jean-Michel Dijan dir.), Paris, Flammarion, 2009, 191 p. « Conspuée par le pouvoir politique mais célébrée par les intellectuels du monde entier, "Vincennes" est une légende » écrit Marc Escola en introduction de son compte-rendu. Voir : http://www.fabula.org/actualites/j-m-djian-vincennes-une-aventure-de-la-pensee-critique_30196.php

53 « Ton apparence physique laissait à désirer. Tu n’étais pas vieille de trois ans que tu semblais hors d’âge et déglinguée, comme ta grande sœur Censier, comme tous les enfants que la Ve république avait fait à la hâte à l’Université française (...) Par contraste avec tes abords, l’intérieur me parut désert, sans personnel administratif, bureau d’accueil, rien qui ressemblât à une structure administrative. Comment ai-je trouvé mon chemin ? », Tessarech, 2011, 81 p. Voir aussi : Charles Soulié (dir.), Vincennes, un mythe à détruire, Saint-Denis, PUV, 2012, 488 p.

54 Parkinson, 1957.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540