Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

Témoignages croisés

La réhabilitation patrimoniale de deux ensembles architecturaux

Conçus par l’agence Candilis en Provence-Alpes-Côte d’Azur1

Sylvie Denante

Texte intégral

  • 1 Cet article puise très largement dans les travaux de Claudine Bron et Frédéric Nicolas, cités en so (...)

1Dans le cadre de la politique en faveur du patrimoine du XXe siècle engagée en 1999 par le Ministère de la Culture et de la Communication, la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) de Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) a attribué en 2001 et 2006 le label Patrimoine du XXe siècle à trois réalisations de l’agence Candilis dans la région : le lotissement Les Mûriers à Manosque, la résidence Le Petit Nice à Aix-en-Provence, la cité de La Viste à Marseille. Les deux premières, réalisées pour loger le personnel du commissariat à l’énergie atomique de Cadarache, font chacune l’objet d’une tentative de réponse à cette question sous la forme d’une expérience de « connaissance-réhabilitation patrimoniale ». Face à la nécessité d’interventions, ces copropriétés ont accepté d’engager un travail en deux volets : la réalisation d’une étude documentaire et historique d’abord, dont les résultats constituent la base pour l’établissement d’un guide de recommandations qui servira lui-même de cadre prescriptif pour les travaux futurs, en préservant et en valorisant l’esprit et le parti d’origine.

2En préambule, il convient de préciser quelques points.

3Les deux exemples présentés sont des expériences, l’une en cours (Les Mûriers), l’autre à peine engagée (Le Petit Nice).

4Contrairement à d’autres réalisations présentées dans cet ouvrage, la question porte sur des ensembles de petite échelle, d’habitat individuel groupé ou collectif, mais ne relevant pas du logement social.

  • 1 Au moment même où se tenait ce colloque, le 8 avril 2010, le ministère de la Culture et de la Commu (...)
  • 2 Depuis la tenue de ce colloque, une étude historique et documentaire, sur le même principe que cell (...)

5La situation « patrimoniale » de l’œuvre de l’agence Candilis : actuellement, aucune réalisation de l’agence Candilis n’est encore protégée au titre des Monuments historiques ; quatre ensembles sur le territoire national bénéficient du label Patrimoine du XXe siècle : la cité de l’Étoile à Bobigny (Seine-Saint-Denis)1 ; trois réalisations en PACA : le lotissement Les Mûriers à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence), la résidence Le Petit Nice à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), la cité de La Viste à Marseille (Bouches-du-Rhône)2. Certaines réalisations peuvent éventuellement se situer en zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP), ou en abord de monument historique, ou être mentionnées dans un plan local d’urbanisme (PLU) « fin ».

6La terminologie employée doit être précisée : le terme de « restauration », tel que défini dans les recommandations internationales (ICOMOS...) ne peut être retenu pour les travaux présentés ci-dessous. Le terme le plus approprié serait celui de « réhabilitation patrimoniale ».

  • 3 Circulaire no 2001/006 du 1er mars 2001 relative à l’institution d’un label Patrimoine du XXe siècl (...)

7Il faut enfin rappeler le sens de la procédure de labellisation au titre du patrimoine du XXe siècle : cette reconnaissance du caractère patrimonial d’un édifice ou d’un ensemble n’a aucune incidence juridique ni financière3. En conséquence, les expériences ne peuvent être conduites qu’en accord avec les propriétaires, le label XXe n’entraînant aucune obligation de faire.

  • 4 Les dossiers complets sont consultables sur demande à la DRAC PACA ou auprès des syndics de copropr (...)

8Cet article ne consiste pas à présenter en détail les deux ensembles, mais les interventions qui y sont conduites4.

CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE

9La méthode repose d’abord sur l’établissement d’une relation avec les propriétaires, dans le but de sensibiliser et d’aider à conserver ou retrouver l’esprit d’origine de l’habitat considéré, sans le momifier. Il s’agit d’établir un socle de connaissances sur lequel s’appuieront des recommandations pour les travaux et l’entretien, librement acceptées par le propriétaire.

10Le cadre des deux interventions est le suivant : la copropriété est maître d’ouvrage des études engagées. Elle reçoit une aide financière et un accompagnement pour le suivi de l’étude de la part de l’État, et en outre, dans le cas du Petit Nice, à Aix-en-Provence, il convient de souligner que l’aide financière est intervenue sur la base du seul Label XXe, la résidence ne bénéficiant d’aucune protection ni signalement au titre de l’urbanisme communal. Le dossier a été soutenu grâce à l’engagement du directeur du patrimoine, et de l’adjointe au patrimoine.

11Dans chacun des deux cas a été constitué un groupe de pilotage qui s’est réuni régulièrement. Il était composé du syndic de copropriété, d’un ou de plusieurs représentants du conseil syndical, de l’architecte des bâtiments de France, d’un représentant de la DRAC, de représentants de la ville (dans le cas du Petit Nice) et des mandataires de l’étude (Claudine Bron, historienne de l’architecture, pour l’étude historique et documentaire, et Frédéric Nicolas, architecte, pour le guide de recommandations).

12Le montage a été légèrement différent dans les deux cas : la méthodologie mise au point aux Mûriers a pu être améliorée sur le Petit Nice.

13Aux Mûriers, les choses se sont faites en deux temps. En raison d’un contexte très tendu au départ, l’étude historique et documentaire a été prise en charge par la DRAC. Ensuite, la copropriété a passé commande à Frédéric Nicolas, architecte, pour la réalisation du guide de recommandations ; ce travail a été pris en charge par la copropriété et subventionné par la DRAC.

14Au Petit Nice, étude et guide ont fait l’objet d’une commande passée par la copropriété. La DRAC et la Ville d’Aix ont apporté chacune une aide de 25 %, sur un montant total de 20 000 euros. La participation pour chaque foyer a été d’environ 60 euros.

Phases d’étude

15Le travail se décompose en quatre phases.

    • 5 Déposé à la bibliothèque Kandisky, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris.

    L’étude documentaire et historique a été confiée à une historienne de l’architecture spécialiste de la période. Il s’agit d’établir la connaissance préalable à toute intervention. Elle consiste en une expertise bibliographique, recherche dans tous les fonds d’archives disponibles, fonds d’architectes, fonds photographiques, etc. La consultation du fonds photographique Véra Cardot-Pierre Joly5 s’est révélée d’une extrême utilité. Il faut rappeler que, si ces deux réalisations ont fait l’objet de mentions dans des publications, aucune étude de fond n’était alors disponible concernant le contexte, l’histoire de la commande, du projet, de la réalisation, de son évolution, des altérations, ni le point de vue des usagers. Il s’est avéré que les deux ensembles étaient très richement documentés. La recherche bibliographique se complète d’une expertise sur le terrain et de premiers contacts avec les usagers (échange d’informations, appels à documents). Cette connaissance objective est indispensable en tant que telle, mais également pour dépasser le caractère affectif inhérent à ce type de dossiers en raison de leur proximité dans le temps, et, paradoxalement, de la méconnaissance qui l’accompagne, souvent générateurs de conflits. La connaissance sera donc aussi une aide pour le syndic, gestionnaire de la copropriété. Cette phase achevée, l’étude documentaire et historique est remise à la copropriété.

  • Une phase « contact-sensibilisation-échange », sur la base de l’étude documentaire et historique, l’architecte en charge du guide de recommandations organise rencontres et réunions avec les copropriétaires. C’est la phase d’échange, d’écoute, de négociation. En fin de parcours, les bases du guide sont établies, visant à concilier les demandes des usagers, la préservation ou la reconquête des qualités de la résidence, et les contraintes de mise aux normes et de développement durable. L’architecte rédige le guide de recommandations.

  • Dans le cadre d’une assemblée générale de copropriété, l’étude documentaire et historique et le guide de recommandations sont successivement présentés aux copropriétaires, en présence de l’ensemble des partenaires, qui, chacun dans son domaine de compétence, répondent aux questions. Les travaux pourront ensuite être engagés, sur cette base acceptée par les copropriétaires, qui peut être annexée au règlement de copropriété. Pour la résidence Les Mûriers, le guide de recommandations a été annexé au PLU.

    • 6 À paraître au printemps 2011.
    • 7 Film de Bénédicte Mourgues et Yann Magnan, Association Architecture Alpes de Haute-Provence, produc (...)
    • 8 Versement de l’étude sur Le Petit Nice prévue au printemps 2011 : www.paca.culture.gouv.fr

    La diffusion des résultats se fait sous la forme de publications (pour le Petit Nice, la réalisation d’une brochure historique dans une collection de la ville d’Aix-en-Provence est programmée)6, conférences (Petit Nice), films (La mue des Mûriers)7, information grand public via le site Internet de la DRAC8.

ill. 1 - Lotissement Les Mûriers, Manosque ; vue aérienne ; © Sylvie Denante, DRAC PACA, 2005.

Le lotissement les muriers à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence)

  • 9 Ce dispositif est prévu dans la circulaire instituant le label Patrimoine du XXe siècle.

16C’est un programme de trente villas à l’origine [ill. 1], conçu en 1962‑1963 par l’agence Candilis, Josic, Woods. Il bénéficie du label Patrimoine du XXe siècle en raison de sa mention spécifique, en tant que lotissement du XXe siècle, dans la ZPPAUP de Manosque approuvée en 20019. Toutefois, aucune prescription particulière n’était mentionnée dans le règlement de ZPPAUP. Le travail a été engagé afin de sortir d’une situation conflictuelle consécutive aux difficultés de choix des couleurs pour repeindre les façades des villas.

17En 1959, le commissariat à l’énergie atomique de Cadarache s’installe à Saint‑Paul‑les‑Durance. Les cadres seront logés dans les deux villes importantes les plus proches, Manosque et Aix‑en‑Provence. À Manosque, le lotissement Les Mûriers se situe à l’entrée sud de la ville, à proximité immédiate de la voie ferrée. Le projet comportait à l’origine du logement collectif – qui n’a finalement pas été réalisé – et trente maisons individuelles. En définitive, le lotissement est aujourd’hui constitué de trente‑deux maisons mitoyennes, encadrées par deux jardins privatifs, réparties en trois ensembles distincts organisés en U autour d’un jardin paysager collectif. Les maisons sont identiques, jumelées deux par deux en un module carré qui se répète en dents de scie dans chaque groupe. Le volume habitable est constitué d’un étage de soubassement avec garage, rez-de-chaussée surélevé avec séjour et cuisine, sanitaires et chambres à l’étage, le tout organisé en demi-niveaux. L’ossature est en béton armé, les murs-écrans en aggloméré, le toit en tuiles creuses. Le parti architectural des façades est une trame géométrique constituée par l’ossature et soulignée par de grands aplats colorés.

ill. 2 - Lotissement Les Mûriers, Manosque : Source ; K. Gatz, G. Achterberg, Barevnost v. architekture, Praha : SNTL Nakladatelstvi technické literatury, 1967, p. 34-35.

  • 10 Des photographies en couleurs (rares à l’époque) ont été trouvées dans une publication tchécoslovaq (...)

18Les qualités du lotissement résultent de son échelle réduite, de son plan-masse refermé ménageant l’intimité et rejetant la circulation automobile à l’extérieur et d’un jardin collectif réservé aux piétons, créé sur une butte artificielle empêchant les vis-à-vis. Le bâti, marqué par la trame répétitive des éléments de structure, est animé par le jeu des surfaces planes saillantes ou rentrantes et par leur mise en couleur. Il en résulte une architecture simple mais variée. La chromatique est également à retenir : le blanc pour la trame et les pignons, de grands aplats bleu clair pour les murs-écrans10 [ill. 2] et des aplats bleu foncé, ocre jaune, ou rouge grenat pour les murs situés en fond de porche. Toutes les menuiseries sont bleues. Est également à noter l’organisation intérieure qui privilégie la séparation des fonctions, la fluidité des espaces, la transparence. Il faut enfin souligner l’intérêt urbanistique de ce type de lotissement constitué d’habitat individuel groupé.

ill. 3 - Lotissement Les Mûriers, Manosque : simulation pour une remise en couleur des façades. © Agence d’Architecture Frédéric Nicolas, 2005.

19Au cours du temps, le lotissement, quoique bien entretenu, a néanmoins fait l’objet de transformations et de dégradations. Celles-ci consistent en la disparition de la polychromie d’origine, en extensions diverses et incontrôlées, remplacement de menuiseries, de boîtes aux lettres, modification des garde-corps, installation d’abris de jardin, de tonnelles, de clôtures, de portails...

  • 11 Source : Agence d’Architecture Frédéric Nicolas, lotissement « Les Mûriers, Manosque », guide de re (...)

20Mis à la vente par villas depuis 2002, l’ensemble nécessite donc des travaux d’entretien et de mise aux normes (notamment isolation et confort), à réaliser tout en préservant les qualités d’origine. Le guide a pour objectif d’encadrer ces interventions et de servir de cadre prescriptif. « L’attitude générale proposée correspond à la majorité des avis exprimés lors de la réponse aux questionnaires remis en cours d’étude, à savoir un cadre prescriptif qui préserve, et même valorise l’esprit et le parti d’origine, mais tienne également compte – hors de tout dogmatisme, de l’évolution de statut des occupants (passés de locataires à copropriétaires) et de celle des techniques et contraintes d’aujourd’hui, en particulier en matière de confort, d’économie d’énergie »11.

21Les prescriptions concernent les façades, les couvertures et les aménagements extérieurs. Le guide ne traite pas des espaces intérieurs des villas. Pour les façades, il s’agit de préserver et conforter leur simplicité et leur modénature, en mettant en valeur la trame de la structure et l’autonomie des panneaux de remplissage, exprimée par leur position en saillie ou en retrait. L’unité et l’animation de l’ensemble s’exprimeront grâce à la répétitivité de cette modénature. Pour les parties pleines, la trame et les murs pignons devront obligatoirement être traités dans une couleur unique, blanc cassé. Les remplissages seront traités en aplats de couleur, la même couleur devant être appliquée aux panneaux de façade courants de chaque module de deux maisons jumelles. Pour les panneaux en fond de loggia et les allèges, une couleur complémentaire est à appliquer parmi deux possibles. Le guide propose les modèles de combinaisons possibles, sous forme de simulation [ill. 3]. L’utilisation de peintures minérales est requise. La question des menuiseries, posée tardivement, a dû tenir compte des changements déjà intervenus sous forme de menuiseries en PVC blanc, en contradiction avec la mise en valeur de l’ossature. C’est le strict respect des divisions d’origine qui a été privilégié, conduisant l’architecte à proposer des couleurs de panneaux plus claires qu’à l’origine afin d’éviter un trop grand contraste de couleur entre la menuiserie et le panneau correspondant. Cette décision exprime à la fois l’objectif pédagogique de la démarche – faire comprendre la structure et lui restituer sa lisibilité – et la prise en compte des interventions antérieures à la mise en application du guide pour lesquelles les propriétaires ne doivent pas être pénalisés sous peine d’hypothéquer l’acceptation de l’opération. En ce qui concerne les fermetures, des prescriptions ont été adoptées pour les portes d’entrée et de garage, les barreaudages, les garde-corps, serrurerie, persiennes, volets roulants, loggias. Toutes les excroissances sont déconseillées. L’unité des couvertures est à conserver impérativement : des modèles de remplacement ont été proposés pour les tuiles. Celles-ci étant posées sur une toiture béton non isolée, le guide propose des solutions pour l’isolation. Enfin, des préconisations sont faites pour les aménagements extérieurs : clôtures, terrasses et constructions annexes, abord côté entrée, boîtes aux lettres, éléments communs.

22Le guide a été mis en application fin 2007. Dans le cas de cette copropriété (et à la différence du Petit Nice à Aix-en-Provence), les travaux ne nécessitent qu’une déclaration de travaux par le propriétaire, sans intervention d’architecte. La décision, individuelle et volontaire peut être prise à tout moment. Une visite en mars 2010 a permis de mesurer les premiers résultats. Ceux-ci pour le moment ne portent que sur des réhabilitations de façades, et concernent trois villas sur trente-deux. Dans chaque cas, c’est une seule des deux maisons jumelles qui a été traitée (le guide de recommandations prévoit que la deuxième maison devra se conformer au choix de couleur adopté pour la première, afin d’obtenir un module homogène). Sur deux d’entre elles, les travaux ont été réalisés par une entreprise. Pour la troisième, c’est le propriétaire lui-même qui a réhabilité. Ce constat fait apparaître la facilité d’application du guide, qui ne peut être qu’incitative. En outre, les maisons réhabilitées voient leur valeur vénale augmentée : à l’occasion de la mise en vente d’une villa non réhabilitée, l’acquéreur potentiel, comparant cette dernière avec sa voisine dans le même module, récemment réhabilitée, a demandé une révision du prix à la baisse.

La résidence le Petit Nice à Aix-en-Provence

23C’est un programme de 231 logements : 32 villas mitoyennes, 4 villas isolées, 9 immeubles type LOGECO, dits bâtiments B, 1 immeuble traditionnel, dit bâtiment A, conçu en 1962-1966 par l’agence Candilis-Josic-Woods [ill. 4]. La copropriété est constituée d’un ensemble de logements collectifs (bâtiment A et bâtiments B) et de villas.

24C’est à l’occasion d’un projet d’intervention sur les façades des bâtiments B (constituant la quasi-totalité des collectifs) que le responsable de copropriété s’est rapproché de l’Atelier du Patrimoine de la ville d’Aix-en-Provence et de l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) afin d’avoir des renseignements sur les couleurs d’origine. Sachant l’ensemble labellisé Patrimoine du XXe siècle, ce dernier a contacté la DRAC.

ill. 4- Résidence Le Petit Nice, Aix-en-Provence ; © Sylvie Denante, DRAC PACA, 2006.

25Une étude documentaire et historique a rapidement été engagée ; elle porte sur la totalité de la résidence, alors que le guide de recommandations traite seulement du collectif.

26L’ensemble résidentiel du Petit Nice a été construit par l’agence Candilis‑Josic‑Woods entre 1962 et 1966. Il était destiné au logement des cadres et techniciens du Centre d’études nucléaires (C.E.N.) de Cadarache et de l’entreprise Thomson‑Houston. Il est situé à l’est de la ville d’Aix-en‑Provence dans le quartier du Pont de Béraud, et implanté sur un ancien domaine passé en périmètre d’agglomération dans le plan d’urbanisme de 1961. Les qualités du lotissement tiennent d’abord à son site d’implantation et à son échelle, relativement modeste. Le plan‑masse [ill. 5] offre une composition ouverte, orientée par rapport à l’exposition, la topographie et le paysage. Les villas implantées en biais par rapport aux voies comportent un grand jardin, une vue dégagée et sont à l’abri de tout vis‑à‑vis. Les immeubles bénéficient d’une composition dynamique et fonctionnelle, autorisant à la fois la densité et l’intimité. La composition des espaces verts, en conservant des sujets de haute tige, a pris soin de tenir compte d’éléments préexistants. Les espaces extérieurs collectifs sont soignés, de même que leurs équipements : jeux d’enfants, bancs, bordures, lampadaires... Les bâtiments B, objets du guide, présentent un plan en ailes de moulin avec circulation centrale. Les façades, dont la verticalité est affirmée, offrent une large variété, tant dans le rythme, la largeur, la position en saillie ou en retrait de certaines travées que dans la variété des ouvertures. Il en résulte une architecture animée, dynamique, quasiment cinétique. La gamme chromatique souligne les volumes : grands aplats blancs, travées de fenêtres gris foncé avec une pointe de rouge, couleurs primaires pour les étroites travées en retrait.

ill. 5 - Résidence Le Petit Nice, Aix-en-Provence ; Agence d’architecture Frédéric Nicolas, 2010.

  • 12 Source : Agence d’Architecture Frédéric Nicolas, Résidence « Le Petit Nice », Aix-en-Provence, guid (...)

27Frédéric Nicolas, chargé de l’élaboration du guide, en précise l’objectif : « cet ensemble nécessite des travaux d’entretien et de mise aux normes qui doivent être réalisés tout en préservant les qualités d’origine, et même et surtout en retrouvant celles qui ont disparu ». Le but de ce guide est d’encadrer ces travaux et de servir de cadre prescriptif, tout en tenant compte de l’évolution des techniques et exigences d’aujourd’hui, notamment en matière de confort et d’économie d’énergie. « Le guide s’attachera également à améliorer la situation dans des domaines tels confort thermique, confort acoustique, accessibilité handicapés et mises aux normes à la réglementation incendie, sans que le caractère du projet d’origine en soit oublié. Ces améliorations, nécessaires ou souhaitées, sont l’occasion de pouvoir retrouver des particularités d’origine du lotissement qui ont aujourd’hui disparu, notamment la qualité d’espaces extérieurs ou la polychromie des façades »12.

ill. 6- Résidence Le Petit Nice, Aix-en-Provence : élévation projetée avec isolation et polychromie des façades ; © Agence d’Architecture Frédéric Nicolas, 2010.

28L’élaboration du guide s’appuie sur quatre documents : l’étude historique et documentaire, une analyse in situ, une concertation avec les copropriétaires sous forme de questionnaire et de réunions et un diagnostic thermique établi par le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE) du Pays d’Aix en 2008. L’objectif est de préserver et conforter la simplicité et la modénature des façades, mais également leur unité et leur animation grâce à la répétitivité de cette modénature. Les recommandations portent sur le traitement des façades pleines et des murs-pignons, à repeindre en blanc cassé. Il s’agit également de traiter les trames des ouvertures des bâtiments A et B et de l’ensemble de leurs menuiseries en gris foncé avec une pointe de rouge, comme à l’origine [ill. 6]. Les menuiseries des angles rentrants des bâtiments B seront repeintes avec une couleur complémentaire, rouge, jaune ou bleu. Il est recommandé d’éviter de fermer les loggias, et si cela était impossible, d’adopter un modèle unique. Les couvertures devront conserver leur toit plat ; les impacts visuels devront être limités. Les espaces extérieurs devront progressivement retrouver leurs qualités d’origine. Un point particulier concerne la mise aux normes, indispensable : des solutions sont proposées pour une isolation par l’extérieur, en prenant soin de conserver la finesse de la trame d’origine. Les normes incendie, handicapés, thermique, acoustique sont abordées. La question des menuiseries a été posée tardivement comme au lotissement Les Mûriers. Le respect strict des divisions et des couleurs d’origine est demandé. On adoptera des vitrages doubles, clairs et transparents. Pour les séjours, un vitrage toute hauteur, envisagé à l’origine, est proposé. Un modèle commun de menuiseries bois-aluminium est proposé ; le coût pourrait en être abaissé en cas de changement généralisé. Les volets seront remplacés à l’identique, et coordonnés avec les panneaux de façade. Des prescriptions sont formulées pour les garde-corps et les barreaudages, les excroissances, les portes palières.

29L’étude historique et documentaire a été présentée en décembre 2009 en assemblée générale de copropriété. Le guide de recommandations a été adopté par les copropriétaires. Les premières consultations en vue de travaux devaient être engagées dès 2010. Pour cette copropriété, les travaux doivent faire l’objet d’un véritable projet porté par un architecte. La décision doit être collective, prise à la majorité, ce qui pose le problème, comme dans toute copropriété, des propriétaires à faible solvabilité.

  • 13 Sylvie Denante, avril 2010.
  • 14 Claudine Bron, juin 2010.

30Dans le cadre de son cycle « sensibilisation à l’architecture contemporaine », la ville d’Aix-en-Provence a souhaité que soient organisées deux conférences : l’une sur la patrimonialisation de l’architecture du XXe siècle, notamment via le label Patrimoine du XXe siècle13, une autre sur l’étude consacrée au Petit Nice14 que complèteront la brochure et le versement sur le site internet de la DRAC évoqués plus haut.

CONCLUSION

31Dans ces deux exemples, la nécessité de travaux a été l’occasion d’engager une réflexion de fond sur ces réalisations de l’agence Candilis. À la question de la préservation des qualités d’origine tout en étant à l’écoute des demandes des usagers s’est ajoutée, surtout au Petit Nice, intervenue un peu plus tard, celle du développement durable et des mises aux normes, nécessité mais aussi opportunité pour les copropriétaires. Il en est résulté une démarche de participation et de responsabilisation des habitants proche de l’esprit même de l’agence. Les résultats, avec leurs limites, tiennent compte avec réalisme du statut de propriété, du statut de protection (aucune), des souhaits des habitants.

32La démarche montre que ces résidences devraient pouvoir non seulement retrouver leurs qualités d’origine, mais au-delà, en regard des préoccupations actuelles (économie, développement durable, densité, qualité de vie), avoir valeur de références.

33Pour devenir opérationnel, le label Patrimoine du XXe siècle nécessite une sensibilisation préalable indispensable pour obtenir l’adhésion des usagers. Il est apparu ici comme un outil approprié en raison de son caractère incitatif, sa souplesse d’utilisation, sa capacité à prendre en compte l’évolution des techniques, des matériaux et les demandes des usagers. Enfin le label offre une capacité à promouvoir, en dehors du cadre réglementaire, mais dans le respect de l’esprit d’origine, des interventions de réhabilitation patrimoniale, appropriées aux cas particuliers et plus légères que la stricte « restauration Monument historique ».

Bibliographie

Bron, 2005 : C. Bron, Étude documentaire et historique, Manosque, lotissement Les Mûriers, DRAC PACA, 2005.

Bron, 2009 : C. Bron, Ensemble résidentiel Le Petit Nice, étude historique et documentaire, 2009.

Nicolas, 2007 : F. Nicolas, Lotissement « Les Mûriers, Manosque », guide de recommandations pour l’entretien du lotissement, Agence d’architecture Frédéric Nicolas, 2007.

Nicolas, 2010 : F. Nicolas, Résidence « Le Petit Nice », Aix-en-Provence, Guide de recommandations pour travaux de ravalement, d’entretien et de mise en valeur des immeubles collectifs, Agence d’architecture Frédéric Nicolas, 2010.

Notes

1 Au moment même où se tenait ce colloque, le 8 avril 2010, le ministère de la Culture et de la Communication a pris une instance de classement sur la cité de L’Étoile, à Bobigny.

2 Depuis la tenue de ce colloque, une étude historique et documentaire, sur le même principe que celles décrites dans cet article, a été engagée par la DRAC PACA sur cette cité, objet d’une opération de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU) ; cette étude sera rendue début 2011.

3 Circulaire no 2001/006 du 1er mars 2001 relative à l’institution d’un label Patrimoine du XXe siècle.

4 Les dossiers complets sont consultables sur demande à la DRAC PACA ou auprès des syndics de copropriétés.

5 Déposé à la bibliothèque Kandisky, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris.

6 À paraître au printemps 2011.

7 Film de Bénédicte Mourgues et Yann Magnan, Association Architecture Alpes de Haute-Provence, production Atelier Périscope, 2007.

8 Versement de l’étude sur Le Petit Nice prévue au printemps 2011 : www.paca.culture.gouv.fr

9 Ce dispositif est prévu dans la circulaire instituant le label Patrimoine du XXe siècle.

10 Des photographies en couleurs (rares à l’époque) ont été trouvées dans une publication tchécoslovaque : Gatz Konrad, Achterberg Gerhard, Barevnost v architekture, Praha : SNTL Nakladatelstvi technické literatury, 1967, p. 34-35.

11 Source : Agence d’Architecture Frédéric Nicolas, lotissement « Les Mûriers, Manosque », guide de recommandations pour l’entretien du lotissement, 2007.

12 Source : Agence d’Architecture Frédéric Nicolas, Résidence « Le Petit Nice », Aix-en-Provence, guide de recommandations pour travaux de ravalement, d’entretien et de mise en valeur des immeubles collectifs, 2010.

13 Sylvie Denante, avril 2010.

14 Claudine Bron, juin 2010.

Notes de fin

1 Cet article puise très largement dans les travaux de Claudine Bron et Frédéric Nicolas, cités en sources. Qu’ils en soient remerciés. Doivent l’être également les syndics des deux copropriétés, sans l’engagement desquels les opérations décrites ci-dessous n’auraient pu être conduites.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - Lotissement Les Mûriers, Manosque ; vue aérienne ; © Sylvie Denante, DRAC PACA, 2005.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende ill. 2 - Lotissement Les Mûriers, Manosque : Source ; K. Gatz, G. Achterberg, Barevnost v. architekture, Praha : SNTL Nakladatelstvi technické literatury, 1967, p. 34-35.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende ill. 3 - Lotissement Les Mûriers, Manosque : simulation pour une remise en couleur des façades. © Agence d’Architecture Frédéric Nicolas, 2005.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6975/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende ill. 4- Résidence Le Petit Nice, Aix-en-Provence ; © Sylvie Denante, DRAC PACA, 2006.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6975/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende ill. 5 - Résidence Le Petit Nice, Aix-en-Provence ; Agence d’architecture Frédéric Nicolas, 2010.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6975/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende ill. 6- Résidence Le Petit Nice, Aix-en-Provence : élévation projetée avec isolation et polychromie des façades ; © Agence d’Architecture Frédéric Nicolas, 2010.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6975/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

Auteur

Historienne d’art, Adjointe à la conseillère pour l’architecture et les espaces protégés à la DRAC-PACA

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540