Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

Témoignages croisés

L’extension de Bagnols-sur-Cèze

Les cinquante ans des Escanaux

Laurent Duport

Texte intégral

  • 1 Auguste Mione (1898-1962) est un entrepreneur de la Modernité qui crée en 1936 la Construction Mode (...)

1L’opération n’est pas banale : une ville qui va voir tripler sa population par l’implantation d’un nouveau centre urbain à construire et une cité romaine à préserver. Nous sommes en 1956 et Georges Candilis est contacté par Auguste Mionne1 le directeur de la Construction Moderne française, mandaté par le Commissariat à l’énergie atomique pour la construction de logements pour les ouvriers, cadres et techniciens supérieurs qui vont travailler à Marcoule où vient d’être édifié l’un des premiers sites nucléaires de France. Ce dernier a vu le jeune Candilis à l’œuvre quelques années plus tôt, quand Le Corbusier lui faisait suivre à Marseille le chantier de l’Unité d’habitation.

  • 2 Georges Candilis est contacté en 1956 par Auguste Mionne, directeur de la Construction Moderne Fran (...)
  • 3 Bagnols-sur-Cèze est une ville romaine située sur un carrefour de la route Nîmes – Lyon.

2C’est ce défi urbain qui vaudra quatre ans plus tard le premier grand prix national d’urbanisme à Georges Candilis, Alexis Josic et Shadrach Woods2 associés aux urbanistes Raymond Coquerel et Charles Delfante. La tâche qui s’annonce à Bagnols-Sur-Cèze est ardue [ill. 1]. L’équipe va devoir donner forme aux attentes d’une maîtrise d’ouvrage constituée d’une des premières sociétés d’économie mixte, la SEMIB, de l’office HLM du Gard et de la municipalité de Bagnols-sur-Cèze qui veut voir s’élever au final quelques 1 500 logements aux côtés d’une ville médiévale3.

ill. 1- Bagnols-sur-Cèze, vue aérienne, carte postale, Archives municipales de Bagnols-sur-Cèze.

3Quant aux « contraintes » du site, elles sont nombreuses avec le Mistral au Nord, les crues de la Cèze, une topographie capricieuse à proximité d’un bourg marqué par ses rues étroites et sinueuses...

  • 4 ATBAT, Atelier des Batisseurs.

4Il faudra aux architectes toute l’expérience accumulée depuis plusieurs années pour répondre à ce programme. Heureusement, de l’expérience ils n’en manquent pas. Celle acquise à l’ATBAT4 par Georges Candilis et Shadrach Woods en construisant des logements « dignes » pour différents types de population (européennes, musulmanes, israélites) notamment au Maroc leur sera précieuse. Ils y ont expérimenté des assemblages astucieux sur quatre ou cinq niveaux, y ont compris comment densifier intelligemment, ont appris à construire en tenant compte d’une culture locale et savent varier leurs propositions. L’immeuble « nid d’abeilles » aux superpositions simples et idéalement éclairées puis l’immeuble « Sémiramis » partagé en deux pour suivre la topographie ont rompu les architectes à ce genre de problématiques [ill. 2]. À cela s’ajoute l’expérience du concours dont ils sont lauréats en 1955 avec Alexis Josic qui les a rejoints. L’équipe propose une réflexion architecturale avec l’opération Million, campagne du gouvernement français pour abaisser le coût de construction d’un logement de 3 pièces de 1,5 à 1 million de francs de l’époque en élaborant des modèles standards applicables immédiatement.

5Ainsi vont être construits près de 3 000 logements en région parisienne : logements collectifs à Ivry, Cité Emmaüs au Blanc-Mesnil (1955-1957), à Bobigny (1956-1962) et Gennevilliers (1955-1956) ainsi que l’extension de la Ville de Bagnols-sur-Cèze.

6Cette extension est constituée de quatre entités. Une opération parmi celles-ci a principalement marqué les esprits, c’est bien évidemment la construction du quartier des Escanaux. Avant cette phase, Candilis, Josic et Woods ont dû urgemment construire le quartier de la Coronelle (80 logements) puis le quartier de la Citadelle (370 logements, un centre commercial et une école de quartier construits en onze mois). La dernière entité sera un ensemble de 30 villas dans la cité-jardin « Le Bosquet ».

ill. 2 - Bodiansky, Candilis, Woods, Carrières Centrale, Casablanca, 1953 ; tirée du Catalogue de l’exposition « Team 10 1953-1981, In Search of A Utopia of the Present », Nai Publishers, Rotterdam 2005.

7Au milieu de ces trois opérations, on trouve « les Escanaux » et la parfaite mise en application des principes de l’équipe. Ce quartier constitue la principale extension de Bagnols-Sur-Cèze. Au total, ce sont 1 200 logements, un centre scolaire, un centre sportif (stade, gymnase, piscine) un centre culturel (théâtre, cinéma, salle de concert, espace d’exposition, salle de réunions), un centre commercial (place, magasin, marché), des commerces et des équipements. C’est un nouveau morceau de ville, auquel il faut donner tout ce dont il a besoin pour vivre harmonieusement.

8Les Escanaux n’ayant jamais fait l’objet d’une prise en compte globale de son patrimoine, il faut faire preuve d’imagination pour avoir conscience de la valeur d’exemple de l’opération. Pourtant cela en vaut la peine et l’analyse du projet originel nous livre aujourd’hui encore de précieux enseignements [ill. 3].

9Prenons de la hauteur et survolons l’Unité de voisinage des Escanaux : un plan orthogonal, des immeubles bas en R + 4 et des tours de 14 étages. Présenté de cette manière, on imagine une cité comme il en existe partout. Pourtant, et c’est là la force de Candillis, Josic et Woods, on ne ressent pas les défauts de la production de masse. C’est que l’articulation est loin d’être banale. Tout d’abord, il y a du rythme : on trouve six types d’immeubles différents avec notamment les immeubles bas à redents qui rompent l’uniformité en dessinant des angles. À cela se conjugue l’alignement fluide des six tours suivant deux axes qui bordent la composition. Ainsi l’extension de Bagnols-Sur-Cèze fait déjà apparaître les prémices du stem – ce « centre linéaire d’activité » qui sera la marque du trio – et donne à voir un développement équilibré qui alterne harmonieusement parallélisme et perpendicularité suivant une ligne continue.

Ill. 3- projet originel de Georges Candilis ; titré de « CIAM ’59 in Otterlo » Oscar Newman éditeur, Stuttgart 1961.

ill. 4 - Les Escanaux, les tours jumelles ; tirée de « CIAM’59 in Otterlo » Oscar Newman éditeur, Stuttgart 1961.

  • 5 Abram, 1999.

10Cette disposition donne une échelle différente de celle des « grands ensembles » en donnant un caractère spécifique à chaque sous-ensemble, le centre étant occupé par le vide que constitue le stade. Cette opération, « témoigne d’un intérêt nouveau pour la notion de continuité »5 comme le souligne Joseph Abram.

11Approchons-nous à présent des logements et considérons leur typologie. L’expérience de Casablanca trouve un écho méditerranéen dans cette architecture fonctionnelle et idéalement éclairée. Commençons par les immeubles bas destinés aux ouvriers : chaque niveau qui comprend deux logements s’assemble et s’articule autour d’un escalier, les espaces communs sont réduits au minimum et des voiles de béton de 18 cm d’épaisseur disposés tous les trois mètres, constituent la trame porteuse. Poussons la porte : l’espace y est privilégié et les appartements « traversants » s’étendent vers les loggias, balcons et terrasses séchoirs qui apportent la lumière jusque dans les salles de bain. Les façades quant à elles évoquent Piet Mondrian et ses grands aplats de couleur primaire. Ces panneaux polychromes, dont la conception revient à Alexis Josic, qui s’offrent au regard, ne sont pas sans rappeler les jeux de couleur qui ponctuent l’architecture de Le Corbusier. Les tours proposent quant à elles plusieurs typologies avec deux tours à quatre branches en « svastika » pour célibataires et couples avec un enfant, deux tours de grands logements plus compactes et deux tours à deux branches ou « tours jumelles » [ill. 4].

  • 6 La Construction Moderne Française fascicule, 1965, CAP Fonds Candilis.

12La réception de cette opération est quasiment sans précédent avec des publications dans L’Architecture d’Aujourd’hui à de nombreuses reprises ainsi que dans Architectural Design. La Construction Moderne Française [ill. 5] publie elle aussi un fascicule qui vante les mérites de l’opération avec des photos de la réalisation et dans laquelle Georges Candilis rappelle que « le plan est la conséquence d’une étude extrêmement minutieuse pour arriver au maximum d’économie et au maximum d’habitabilité »6. De nombreuses photos sont prises pendant le chantier. Mais c’est surtout l’occasion pour l’équipe et en particulier pour Georges Candilis de montrer cette opération en train de se construire au 10e et dernier congrès des CIAM à Otterlo en 1959. Il retrouve là le rôle qu’il avait déjà joué à la présentation de l’Unité d’habitation, à la demande de Le Corbusier, au 7e congrès des CIAM à Bergame en 1949, soit dix années auparavant.

13En 1960, le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme célèbre au CNIT l’exposition qui montre les opérations de logements réalisées par l’État dans le cadre du développement industriel du territoire. C’est à cette occasion que l’opération, dont on peut voir la maquette sur le stand de l’office HLM du Gard, obtient le premier grand prix d’urbanisme décerné en France [ill. 6].

  • 7 Team Ten est la réunion de plusieurs architectes en réaction aux CIAM.

14Ainsi Bagnols-Sur-Cèze, par ce projet d’extension, devient la ville où la concrétisation du projet s’apprête à bouleverser les idées en place. C’est en effet dans cette ville du Gard qu’aura lieu la première réunion de Team Ten en 19607, organisée par Candilis. Les participants y débattent, s’y prennent en photo, envoient une carte postale à Le Corbusier et continuent les discussions entamées à Otterlo l’année précédente. Cette réunion qui a lieu du 25 au 30 juillet 1960 réunit une vingtaine d’architectes incluant outre le trio Candilis/Josic/Woods les architectes Giancarlo de Carlo, Aldo Van Eyck, Alison & Peter Smithson, Jaap Bakema mais aussi Fuhimiko Maki, Juan Busquets, Oskar Hansen et Ralph Erskine. C’est la première réunion d’une série de 12 qui se terminera en 1977 à Bonnieux, la maison de campagne de Candilis.

15À l’unité de voisinage des Escanaux l’utilisation des équipements et la mixité de population s’avère un succès dès 1964. L’office départemental des HLM du Gard est toujours propriétaire des logements depuis la construction du quartier, en charge de son entretien et de sa maintenance. Vingt-cinq ans après sa construction un nouveau regard est porté sur les Escanaux dans le cadre de l’opération Banlieues 89. Ainsi sous la mandature de Georges Benedetti en 1984, parmi les 220 présentés un projet est proposé dans la thématique – réparer – qui prévoyait de « construire parmi les tours et les barres et les espaces verts : organiser un lieu plus urbain », il est abandonné en 1985 et ne sera donc jamais subventionné.

16Aujourd’hui, il n’est pas évident de saisir la qualité de cette opération réalisée entre 1956 et 1962.

17Sans compter que les réhabilitations ou plus exactement les interventions successives n’ont pas su prendre en compte le patrimoine que représentaient les Escanaux. Cependant aucun immeuble ne sera détruit en 50 ans, un équipement (grande salle) viendra compléter le quartier. Il n’y a pas eu de modifications de l’intérieur des logements, mais des travaux de maintenance et d’entretien vont avoir des conséquences sur l’architecture comme le changement de la chaudière collective qui passe du fioul au gaz et l’isolation par l’extérieur des six tours en 1980. Une vêture est apposée sur les façades entraînant la perte de la force plastique et l’effacement des couleurs initiales, rendant les tours méconnaissables. Les mêmes interventions produiront les mêmes effets sur la tour à quatre branches du Clos d’Orville à Nîmes.

ill. 5 - Les Escanaux, vue du ciel ; tirée de La Construction Moderne Française, fascicule, 1965, CAP Fonds Candilis.

ill. 6 - Les Escanaux, maquette de l’ensemble du projet ; tirée de La Construction Moderne Française, fascicule, 1965, CAP Fonds Candilis..

18Dix années plus tard, en 1990, est lancée une campagne de réhabilitation lourde avec changement des menuiseries extérieures en bois pour des menuiseries PVC plus épaisses et monochromes. Ceci a accompagné le nivellement des façades par l’ablation des balcons et séchoirs au profit de l’agrandissement des cuisines ainsi que la suppression des vide-ordures inutilisés. Puis en 1998 des travaux sont engagés sur certains espaces extérieurs et partiellement sur les VRD. Des subventions sont obtenues par un montage avec 66 % à la charge de l’office départemental des HLM du Gard (propriétaire des espaces verts) et 33 % à la charge de la municipalité de Bagnols-sur-Cèze. En contrepartie, les espaces verts sont rétrocédés à la municipalité par convention. Dans le même temps des aménagements sur les espaces extérieurs ont été proposés dans le même dessein que celui de l’opération Banlieues 89 qui souhaitait consolider le lien entre centre ancien et ville nouvelle par une équipe dirigée par le paysagiste Alain Marguerit, sans résultat.

19Ainsi il n’y a pas eu de prise en compte globale du patrimoine immobilier et architectural, mais des réhabilitations ponctuelles par divers architectes locaux : Jean-Louis Fulcrand (Nîmes), Patrick Lecourbe (Bagnols-sur-Cèze) ou Jean Malliet (Uzès), la politique d’intervention dépendant essentiellement des orientations de l’office départemental des HLM du Gard dont les responsables successifs n’ont pas conscience et ne mesurent pas la valeur d’exemple de l’opération. Plusieurs enquêtes sociologiques axées sur les données démographiques et les mouvements de population ont été menées depuis la construction jusqu’à nos jours sans pour autant, là aussi en tirer des enseignements.

20Cependant le quartier des Escanaux a fait l’objet d’un certain nombre d’attentions. Ainsi le quartier s’inscrit dans le cadre étatique de la politique de la ville depuis son classement en ZUS (zone urbaine sensible) le 26 décembre 1996. Les 1 250 logements sociaux des Escanaux sont gérés par le bailleur Habitat du Gard et représentent 47 % du parc social bagnolais. Ce classement s’est accompagné d’une opération contrat de ville signée le 11 décembre 2000 pour la période 2000‑2006 entre l’État, la ville le Département, l’office HLM et la SA Vaucluse Logement. Un contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) a été signé en 2007 et l’année 2009 a été l’occasion de célébrer par la ville l’anniversaire des 50 ans. Cette commémoration, qui s’est déroulée du 7 au 26 septembre 2009 s’est traduite par une série de manifestations dont la municipalité souhaitait qu’elles constituent un temps fort de sa programmation culturelle. Au début de l’année, plusieurs appels à la population ont été lancés par voie de presse ou dans le support de communication municipal pour la réalisation de l’exposition commémorative. Plusieurs rencontres ont été organisées au printemps 2009 par le service des archives municipales et la médiathèque où une quinzaine de personnes seniors qui ont vécu ou vivent encore aux Escanaux ont témoigné sur l’intégration, le cadre de vie, les activités du quartier à travers les générations. Au mois de juillet, un film a été réalisé par le centre social Passerelles sur Cèze consistant en un échange/discussion sur la vie aux Escanaux dans un décor des années 60 reconstitué. Des ateliers d’été en juillet et en août dirigés par une association avec l’implantation d’une yourte au cœur du quartier ont réuni quatre artistes européens et des jeunes de 11 à 18 ans pour partager leurs compétences et leurs passions autour d’ateliers d’initiation à la vidéo et à la photographie.

21L’exposition rétrospective « Des canaux aux SKNO » proposée par les archives municipales à partir de documents d’archives et de témoignages de bagnolais a été présentée tout le mois de septembre au centre d’art rhodanien où nous avons animé une conférence sur Candilis et Team X et dialogué en présence de Takis Candilis et de Jovan Josic, les fils de Georges Candilis et d’Alexis Josic.

22Les manifestations se sont poursuivies par des visites guidées du quartier, un spectacle de son et lumière et un grand bal à l’école Jules Ferry sur le thème des années 60.

23Par la suite un workshop a été organisé en novembre 2009 avec une trentaine d’étudiants de 2e et 3e année de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier sur la thématique du patrimoine contemporain avec le questionnement sur sa labellisation au « Patrimoine du XXe siècle ». À ce titre les étudiants ont été amenés à répondre à cette interrogation au travers d’un regard porté sur la conception, la réception et l’actualisation des points de vue sur ce quartier.

24Même si certaines opérations comme la cité des Arlequins à Grenoble ou l’immeuble le Moustoir à Lorient ont été labellisées au Patrimoine du XXe siècle, le label est difficile à appréhender par la municipalité, les habitants et les néophytes en architecture tant le quartier des Escanaux a perdu au fil des années de son authenticité originelle.

Bibliographie

Abram, 1999 : J. Abram, 1999, L’architecture moderne en France, tome 2, p. 109.

La Construction Moderne Française, fascicule, 1965, CAP Fonds Candilis.

Notes

1 Auguste Mione (1898-1962) est un entrepreneur de la Modernité qui crée en 1936 la Construction Moderne française, une Société coopérative ouvrière de production anonyme à capital et personnel variables qui sera en charge de l’Unité d’habitation de Marseille (arch. Le Corbusier), des opérations à Bagnols-sur-Cèze, Nîmes, Marseille, Béziers (arch. Candilis/Josic/Woods) ainsi que d’autres en région parisienne et notamment dans l’Essone à Chamarande, ville dont l’entrepreneur sera membre du conseil municipal de 1965 à 1971 et maire jusqu’en 1973.

2 Georges Candilis est contacté en 1956 par Auguste Mionne, directeur de la Construction Moderne Française, mandaté pour la construction de logements pour l’Énergie Atomique (G. Candilis, Bâtir la vie, Stock, 1977, p. 211).

3 Bagnols-sur-Cèze est une ville romaine située sur un carrefour de la route Nîmes – Lyon.

4 ATBAT, Atelier des Batisseurs.

5 Abram, 1999.

6 La Construction Moderne Française fascicule, 1965, CAP Fonds Candilis.

7 Team Ten est la réunion de plusieurs architectes en réaction aux CIAM.

Table des illustrations

Légende ill. 1- Bagnols-sur-Cèze, vue aérienne, carte postale, Archives municipales de Bagnols-sur-Cèze.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende ill. 2 - Bodiansky, Candilis, Woods, Carrières Centrale, Casablanca, 1953 ; tirée du Catalogue de l’exposition « Team 10 1953-1981, In Search of A Utopia of the Present », Nai Publishers, Rotterdam 2005.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6969/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Ill. 3- projet originel de Georges Candilis ; titré de « CIAM ’59 in Otterlo » Oscar Newman éditeur, Stuttgart 1961.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6969/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende ill. 4 - Les Escanaux, les tours jumelles ; tirée de « CIAM’59 in Otterlo » Oscar Newman éditeur, Stuttgart 1961.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6969/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende ill. 5 - Les Escanaux, vue du ciel ; tirée de La Construction Moderne Française, fascicule, 1965, CAP Fonds Candilis.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6969/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende ill. 6 - Les Escanaux, maquette de l’ensemble du projet ; tirée de La Construction Moderne Française, fascicule, 1965, CAP Fonds Candilis..
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6969/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

Auteur

Architecte, maître-assistant à l’École nationale supérieure d’architecture de Montpellier

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540