Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

Témoignages croisés

L’architecte face à la sauvegarde d’un de ses bâtiments

Le cas de la cité artisanale de Sèvres édifiée par Alexis Josic au sein de l’équipe Candilis/Josic/Woods

Bénédicte Chaljub

Texte intégral

1L’Université des Lettres de Toulouse le Mirail trouve des similitudes dans son principe avec une cité artisanale construite à Sèvres peu de temps auparavant par la même équipe constituée autour de Georges Candilis avec Alexis Josic et Shadrach Woods. Malgré une reconnaissance critique indéniable manifestée dès sa livraison, l’édifice est démoli en 2007 au profit d’une opération privée de promotion immobilière de logements en accession. Revenir sur ce cas particulier permet d’ouvrir le débat quant aux conditions de conservation de l’Université des Lettres.

2Édifiée entre 1963 et 1965, la cité est destinée à reloger les artisans expulsés du centre-ville de Sèvres par le projet de rénovation de la commune initiée quelques années plus tôt. Le programme invite son auteur, l’architecte Alexis Josic, à inventer une nouvelle forme de plan qui organise les masses à l’aide d’une grille de module carré de 4,50 m de côté sur laquelle reposent des tabourets en béton à différentes hauteurs [ill. 1]. Le parti choisi permet de ne pas donner de limites définitives au plan de masse. Le caractère imprécis du programme, le nombre d’artisans devant rejoindre la cité restant jusqu’au bout indéterminé, est sans doute un des principaux moteurs du principe. Par ailleurs, la cité reste un bâtiment extrêmement rudimentaire dans ses finitions, livrée en béton brut de décoffrage, proposant des volumes sans prestations autres que les arrivées d’eau et d’électricité. L’aménagement intérieur est à la charge des futurs usagers, dont les activités sont extrêmement diversifiées [ill. 2].

ill. 1 - La Cité Artisanale de Sèvres, œuvre de Candilis, Josic et Woods : plan-masse.

ill. 2 - La Cité Artisanale de Sèvres, maquette de l’ensemble urbain.

ill. 3 - La Cité Artisanale de Sèvres, articulation des modules.

3Des entretiens avec Josic permettent d’en repérer les sources. Lorsqu’il dessine, l’architecte, membre du Team 10, est principalement influencé par l’organisation de l’orphelinat du hollandais Aldo van Eyck livré à Amsterdam en 1959 et visité lors du congrès d’Otterlo en septembre. L’orphelinat se présente sur le mode d’une addition aléatoire d’unités de forme carrée, de différentes tailles, chapeauté de toits [ill. 3]. Alexis Josic y relève la variété d’usage que permettent des volumes semblables. D’autres images peuvent avoir imprégné cet homme dont le mode de pensée passe par les impressions visuelles et le dessin, telles que l’organisation de la ville méditerranéenne, la Casbah. Josic est un exilé yougoslave, d’origine serbe ; or la Serbie a longtemps été un pays sous dominance turque ; les maisons à cour y sont communes.

  • 1 Mot employé par Alexis Josic. Entretiens avec Alexis Josic, courant 2009.
  • 2 Candilis, 1964-1965.
  • 3 « Conversations avec Alexis Josic », AMC, mars 2009.
  • 4 Candilis, 1954.

4Véritable « trouvaille »1, sans antécédent dans l’œuvre de l’équipe, le bâtiment inaugure un cycle conceptuel auquel peuvent également être rattachés le centre commercial et le centre culturel de Toulouse le Mirail plus tardifs ainsi que l’Université des Lettres, également dessinés par Josic ; le projet de l’Université est ensuite repris par Georges Candilis. Dès le départ, l’édifice est dépeint sous l’appellation de « trame ». Il est question en premier lieu d’une trame constructive, liée aux retombées des tabourets2. Et dans sa description, Alexis Josic souligne qu’il ne s’agit plus d’un « bâtiment »3. Dans l’article « L’esprit du plan masse de l’habitat »4, Georges Candilis avait déjà énoncé, à partir d’exemples, son intérêt pour l’organisation du plan masse sous la forme de « trames ». La trame revêt plusieurs dimensions dans leur discours, constructive mais aussi organisationnelle. Le prototype de la cité artisanale démontre qu’une ossature simple pensée par unités de petite échelle, pouvant elles-mêmes accueillir des usages variés, autorise implicitement l’évolution du bâti [ill. 4]. De fait, le principe semble pouvoir s’appliquer à d’autres types de programmes, répondant ainsi implicitement aux nécessités de construction de masse de l’après-guerre. Il n’est pas étonnant qu’il ait été repris pour l’Université des Lettres car personne ne peut d’emblée dénombrer la quantité d’étudiants ni le type d’activités qu’un tel équipement abritera...

ill. 4 - La Cité Artisanale de Sèvres, vue plongeante.

ill. 5 - La Cité Artisanale de Sèvres, principe de la structure.

  • 5 Entretiens avec Alexis Josic, courant 2009.
  • 6 Candilis, 1969.

5Bientôt, au sein de l’équipe, la trame apparaît comme le support d’une doctrine. Alexis Josic5 raconte qu’il ne peut très vite plus concevoir sans l’aide de cet outil, palliatif à l’angoisse de la page blanche. Parallèlement, une fois seul, Georges Candilis s’en empare et le déploie telle une recette, ce que révèle le contenu de l’article « Les trames directionnelles et leur utilisation »6. La construction est conçue sur le mode du meccano, induisant dans le même temps une préfabrication de ses éléments, et une perte de l’architecture [ill. 5].

  • 7 Abram, 1999.

6La cité artisanale a des répercussions très importantes dans et hors de l’équipe : elle sera en effet qualifiée plus tard par la critique architecturale de « modèle de structure proliférante promis à un grand développement à la fin de la décennie [les années 60] »7.

  • 8 Entretiens avec Alexis Josic, courant 2009.
  • 9 Chaljub, 2010.
  • 10 Courrier de la SEMI de Sèvres à Josic, 20 août 1965.

7Dans leurs principes, ces deux édifices posent question quant à leur statut et la place de leurs auteurs. Alexis Josic aime à dire que « tout change »8. Non seulement, il appartient à cette génération d’architectes de l’après-guerre qui n’hésite pas à faire table rase de l’existant mais perçoit aussi dans sa propre production, quantitative, une architecture du temporaire, n’exprimant que peu de désir de protection de ses bâtiments. Cela rend ambiguë leur conservation, du moins à l’identique. Un retour sur les conditions de la conception de la cité artisanale invite à affiner leur analyse en permettant de rendre compte du décalage entre d’une part le discours de « changement » porté par la métaphore organique, énoncé par les architectes et relayé par la critique, et d’autre part la réalité de la pratique de ces derniers. Dès la livraison de la cité, Josic y installe une structure en son nom, l’Atelier Josic ; et se démarque ainsi franchement de ses acolytes, une crise étant amorcée depuis la concrétisation de la première tranche pilote de la ville de 100 000 habitants de Toulouse-le Mirail9. En tant qu’auteur du projet, il participe à l’écriture du règlement de copropriété de la cité et interdit ainsi notamment toutes modifications extérieures sans son aval10. Les enseignes, les stores extérieurs, la surélévation réalisée en 1978, et enfin le projet et la réalisation du restaurant d’entreprise sont ainsi dessinés et suivis par lui. En exerçant puis habitant sur place, il garde la maîtrise pleine et entière du destin et du dessin de l’édifice, une attitude en porte-à-faux avec la manière dont la cité artisanale est perçue par la critique.

  • 11 Notamment : Maurice Besset, New french architecture, Praeger, N. Y., 1967. Paris construit guide de (...)

8Ce n’est pas tant la valeur du bâtiment qui importe – d’ailleurs figé dans sa représentation initiale, telle une icône –, mais plutôt ce qu’il signifie en tant que nouveau mode de conception des masses dans le contexte de l’époque. C’est d’ailleurs à ce titre qu’il eût été nécessaire de la conserver et que réagit en 2006 un collectif d’architectes lorsque le permis de démolir est déposé, les instances publiques – SDAP et service urbanisme de la ville – ne s’y étant pas opposés. Alexis Josic n’a pas davantage alerté l’opinion publique. Il faut dire que, curieusement, dès le départ, il comprend mal l’engouement dont fait l’objet l’édifice et qui se manifeste par les nombreuses visites ou les publications dans des guides d’architecture11. L’histoire de la conception de la cité lève donc le voile sur certains aspects contradictoires. En 2007, quarante années après son édification, et à l’issue d’une négociation entre les promoteurs et la famille Josic, seuls les quelques modules dans lesquels vit cette dernière sont conservés. La cohabitation de ces éléments avec les constructions neuves aux enduits ton pierre et aux toitures mansardées compose un tableau tragique qui rend compte de l’urgence d’intégrer les questions de sauvegarde de l’architecture du XXe siècle dans le débat public, quitte à faire fi de la position de leurs auteurs...

Bibliographie

Abram, 1999 : J. Abram, L’architecture moderne en France. Tome 2 : du chaos à la croissance, sous la direction de G. Monnier, Éditions Picard 1999.

Candilis, 1969 : G. Candilis, « L’esprit du plan masse de l’habitat », L’Architecture d’Aujourd’hui, no 57, 1954.

Candilis, 1969 : G. Candilis, L’Architecture d’Aujourd’hui, décembre 1964 - février 1965.

Candilis, 1969 : G. Candilis, « Les trames directionnelles et leur utilisation », L’Architecture d’Aujourd’hui, 1969.

Chaljub, 2010 : B. Chaljub « Toulouse-le Mirail », Candilis, Josic, Woods, Monum/In Folio, 2010.

G. Candilis ; A. Josic ; S. Woods, 1975 : G. Candilis, A. Josic et S. Woods, Toulouse-Le Mirail : la naissance d’une ville nouvelle, Geburt einer neuen Stadt, Birth of a New Town, Stuttgart, Karl Krämer Verlag, coll. « Dokumente d. modernen Architektur », 1975, 120 p.

Notes

1 Mot employé par Alexis Josic. Entretiens avec Alexis Josic, courant 2009.

2 Candilis, 1964-1965.

3 « Conversations avec Alexis Josic », AMC, mars 2009.

4 Candilis, 1954.

5 Entretiens avec Alexis Josic, courant 2009.

6 Candilis, 1969.

7 Abram, 1999.

8 Entretiens avec Alexis Josic, courant 2009.

9 Chaljub, 2010.

10 Courrier de la SEMI de Sèvres à Josic, 20 août 1965.

11 Notamment : Maurice Besset, New french architecture, Praeger, N. Y., 1967. Paris construit guide de l’architecture contemporaine, 1970 (I. Schein, M. Querrien) ; Guide d’architecture contemporaine en France, 1972 (D. Amouroux, M. Cretoll, J.‑P. Monnet) ; Guide de l’art dans la rue au XXe siècle Paris et sa banlieue, 1974 (B. Marrey) ; Architecture en France depuis 1945, 1983 (M. Emery, P. Goulet), Histoire de l’architecture moderne en France de 1889 à nos jours : un siècle de modernité, 1984 (R. Jullian).

Table des illustrations

Légende ill. 1 - La Cité Artisanale de Sèvres, œuvre de Candilis, Josic et Woods : plan-masse.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende ill. 2 - La Cité Artisanale de Sèvres, maquette de l’ensemble urbain.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende ill. 3 - La Cité Artisanale de Sèvres, articulation des modules.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende ill. 4 - La Cité Artisanale de Sèvres, vue plongeante.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6963/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende ill. 5 - La Cité Artisanale de Sèvres, principe de la structure.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6963/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

Auteur

Architecte, plasticienne

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540