Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

Témoignages croisés

L’inscription de l’Œuvre architecturale de le Corbusier au patrimoine mondial

Nature et enjeux de la proposition

Gilles Ragot

Texte intégral

  • 1 Le dossier est élaboré par un groupe d’experts nommés par chaque pays concerné, par des représentan (...)

1Le dossier L’Œuvre architecturale et urbaine de Le Corbusier a été initié par le ministère de la Culture français en 2003, élaboré par sept pays, déposé en janvier 2008, et après les 18 mois d’expertise habituels d’ICOMOS, soumis au Comité du patrimoine mondial réuni à Séville en 2009. Le dossier n’a pas été accepté, mais a fait l’objet d’un report. Nous travaillons actuellement pour une nouvelle soumission en 20111.

2L’objectif de cette intervention est double. Il s’agit de présenter la nature et les enjeux du dossier d’inscription de l’œuvre de Le Corbusier au patrimoine mondial de l’UNESCO et de tenter de cerner certaines spécificités du Patrimoine du Mouvement Moderne à travers cette proposition d’inscription et les débats qu’elle a suscités. Pour bien comprendre la nature de cette proposition, il convient, dans un premier temps, de resituer la place du Patrimoine contemporain et plus particulièrement du Mouvement Moderne au sein de la liste actuelle de l’UNESCO.

LA PLACE DE L’ARCHITECTURE ET DE L’URBANISME DU XXe SIÈCLE SUR LA LISTE DU PATRIMOINE MONDIAL

  • 2 On se reportera avec profit au site internet de l’UNESCO où figure la liste à jour des biens inscri (...)

3Sur les 890 biens actuellement inscrits sur la liste de l’UNESCO, 689 sont des biens culturels, 176 sont des biens naturels, 25 des biens mixtes. Au sein de cet ensemble, seulement 18 biens témoignent de l’Architecture du XXe siècle, ce qui représente 1,8 % de la totalité des biens inscrits à l’UNESCO2. Ces chiffres fournissent déjà un premier élément d’appréciation, à savoir quantitatif. L’architecture du XXe siècle est largement sous représentée par rapport à d’autres périodes de création, d’autant plus, si l’on considère la progression exponentielle, à l’échelle planétaire, de la construction au XIXe et au XXe siècle. Remarquons cependant que cette sous-représentation relative est sensiblement conforme à ce que l’on observe en France où, malgré les efforts considérables enregistrés depuis 2000, seulement 1 700 biens sur les 42 000 inscrits ou classés en 2008, relèvent du XXe siècle, soit environ 7 %.

  • 3 Docomomo, association internationale reconnue par l’UNESCO : Documentation et Conservation du Mouve (...)

4L’argument du nécessaire recul historique n’est en l’occurrence plus recevable pour expliquer cette situation. Depuis plus de 25 ans, les très nombreuses recherches, publications, thèses, ou expositions consacrées à l’architecture contemporaine, comme les efforts considérables réalisés dans de très nombreux pays pour conserver les archives du XXe siècle nous fournissent aujourd’hui les éléments de connaissance permettant de protéger davantage d’œuvres de manière raisonnée. Pour ce qui est du Mouvement Moderne dans sa diversité, le travail exemplaire accompli par Docomomo depuis 20 ans, le confirme3.

  • 4 Il s’agit dans leur ordre d’inscription de : l’œuvre architecturale d’Antonio Gaudí [LMP 1984 et 20 (...)

5Quels sont ces dix-huit biens déjà inscrits sur la liste du patrimoine mondial ? Cinq sur les 18, soit plus de 25 %, sont des réalisations relevant de l’Art nouveau4. Cette proportion importante en regard du caractère éphémère de ce mouvement, et du nombre des réalisations qu’il nous a laissé, se retrouve encore dans le patrimoine français protégé où l’Art nouveau est également surreprésenté en regard d’autres périodes ou courants de pensée. Cette situation s’explique par la nature même de cette architecture – flamboyante, colorée, richement décorée, étonnante, parfois fantaisiste, souvent luxueuse, composée d’œuvres singulières et uniques – qui fait largement consensus lorsqu’on aborde la notion d’œuvre d’art et de patrimoine.

6Les treize autres biens inscrits relèvent du Mouvement Moderne dans sa diversité. Ce sont toutes des réalisations uniques – aucune série à une exception près – et des œuvres que l’on peut qualifier d’iconiques, ou des ensembles urbains :

  • la ville nouvelle de Brasilia, principalement de Lucio Costa et Oscar Niemeyer [LPM 1986] ;

  • le Bauhaus et ses sites majeurs à Weimar et Dessau [LPM 1994] ;

  • le cimetière de Skogskyrkogarden, en Suède, de Gunnar Asplund [LPM 1994] ;

  • la Maison Schröder de Gerrit Rietveld à Utrecht [LPM 1999] ;

  • la Maison Tuggendhat de Mies van der Rohe à Brno [LPM 2000] ;

  • la Cité universitaire de Caracas [LPM 2000] ;

  • la ville blanche de Tel-Aviv [LPM 2002] ;

  • la Maison atelier de Luis Barragan à Mexico [LPM 2003] ;

  • le Centre-ville reconstruit de la ville du Havre par Auguste Perret [LPM 2005] ;

  • la Halle du centenaire de Wroclaw construite par Max Berg [LPM 2006] ;

  • l’Opéra de Sydney de Jørn Utzon [LPM 2007] ;

  • le campus central de l’université de Mexico [LPM 2007] ;

  • les cités de logements sociaux de Berlin, | LPM 2008] : cette dernière inscription, en consacrant une série de logements sociaux à Berlin, principalement réalisés par Walter Gropius, nous avait semblé d’une nature nouvelle, extrêmement encourageante lors de la préparation du dossier Le Corbusier.

LES SPÉCIFICITÉS DU DOSSIER LE CORBUSIER

7Quelles sont les spécificités du dossier consacré à l’Œuvre architecturale et urbaine de Le Corbusier ? La première tient au fait qu’il s’agit d’un bien sériel. Nous avons choisi de présenter non une ou deux œuvres iconiques et monumentales de Le Corbusier, mais une série d’œuvres, certaines monumentales, d’autres de taille plus modeste, qui rendent compte non seulement de la production de cet architecte mais également de la nature même de l’évolution de l’architecture au XXe siècle. Le fait qu’il s’agisse d’un bien sériel, et non d’une œuvre unique, revêt également une importance puisque l’article 137 des recommandations du Comité du patrimoine mondial spécifie que, dans le cas d’une série, il ne s’agit pas de démontrer la Valeur universelle exceptionnelle de chaque objet (V.U.E), qui constitue la série, mais bien la V.U.E de l’ensemble de la série en tant que construction intellectuelle. En revanche, il nous appartient de bien montrer ce qui lie les différents objets entre eux pour constituer une série. Il nous appartient enfin de bien montrer en quoi chaque objet contribue à la définition de la V.U.E de l’ensemble. Ce point est particulièrement important puisque, précisément, l’ICOMOS ne reconnaissant pas la notion de bien sériel à l’Œuvre de Le Corbusier a privilégié en 2008‑2009 une analyse objet par objet qui a desservi le dossier. Il y avait là une différence importante d’appréciation de fond.

8Il s’agit également d’un dossier transnational.

  • 5 Initialement l’Inde était partie prenante du dossier, mais s’est retiré fin janvier juste avant le (...)
  • 6 Pour chaque dossier ICOMOS nomme un expert indépendant qui se rend sur place pour voir le bien prop (...)

9Le dossier a été déposé par la France au nom de six pays sur trois continents : l’Allemagne, l’Argentine, la Belgique, le Japon, la Suisse, et bien sûr la France5. Cette série transnationale est la première d’une telle ampleur. Cependant, il ne s’agissait pas d’accumuler le plus grand nombre possible d’États parties pour réaliser un dossier d’une nature inédite ; cette dimension transnationale se justifiait par la nature même de l’Œuvre de Le Corbusier. Elle illustre également le phénomène irréversible d’internationalisation de la pratique architecturale au XXe siècle. Une mutation profonde où le Mouvement Moderne, et en particulier Le Corbusier, jouent un rôle majeur. Cette dimension internationale, essentielle, est autant un atout qu’un handicap dans la mesure où elle sort des critères d’appréciation courants d’ICOMOS et de l’UNESCO et pose même des problèmes pratiques pour l’expertise du dossier6.

10Une autre spécificité de ce dossier tient au fait que l’œuvre de Le Corbusier est intrinsèquement universaliste. Parmi tous les dossiers soumis à l’UNESCO depuis 1972, ce dossier est certainement le premier sous-tendu par une doctrine universaliste. Une part des idées du Mouvement Moderne, et en particulier de la pensée de Le Corbusier vise intrinsèquement à l’universalité. Ainsi, au-delà de la V.U.E de cette série, avons-nous argumenté sur cette dimension universaliste des réalisations de Le Corbusier. Chacune s’inscrit évidemment dans un lieu et dans un contexte culturel précis, mais toutes dépassent cette contextualisation et ce territoire pour apparaître comme des propositions de réponses à quelques-uns des enjeux majeurs de notre société, au siècle dernier notamment : la question de l’habitat du plus grand nombre, la question de l’industrialisation et de la normalisation du bâtiment, la question de l’équilibre entre l’individuel et le collectif.

LA COMPOSITION DE LA SÉRIE

  • 7 Ces pays sont : l’Allemagne, l’Argentine, la Belgique, les États-Unis, la France, l’Inde, l’Irak, l (...)
  • 8 Voir note no 1.

11Le Corbusier a peu construit : on compte environ seulement 78 réalisations ou ensembles de réalisations, ce qui est très peu par rapport à la majorité des grandes, ou moins grandes figures du Mouvement Moderne. En revanche, Le Corbusier est le premier architecte, dans l’histoire générale de l’architecture, à avoir construit dans autant de pays : onze en tout sur quatre continents7. Notons que la sélection n’a pas été faite uniquement par la France, mais par un collège d’experts de chaque pays qui depuis 2003, s’est réuni plusieurs fois par an8. Nous avons croisé plusieurs critères :

  • La volonté des États parties : les onze pays concernés ont été invités à participer au montage de ce dossier afin que la dimension internationale de la production de l’architecture au XXe siècle soit le plus largement illustrée. Mais certains pays, pour diverses raisons, n’ont pas souhaité ou n’ont pas pu, pour le moment, participer à ce dossier. C’est notamment le cas de la Tunisie car la villa Baizeau de Carthage (1928-1931) se trouve dans un domaine présidentiel, ce qui, pour des raisons d’accessibilité et de sécurité rendait son insertion dans la liste impossible.

  • Une protection nationale préalable : la première condition imposée par l’UNESCO pour une inscription au patrimoine mondial est que le bien soit au préalable protégé au titre de la législation nationale du pays où il se trouve. Ainsi, le Carpenter Center de Boston (1960-1963) ou le Centrosoyuz de Moscou (1929-1935) ne pouvaient-ils être pris en compte.

  • L’état de conservation : chaque bien proposé doit être dans un état de conservation, d’authenticité et d’intégrité remarquable. C’est la raison pour laquelle, des réalisations majeures comme la Villa Stein et de Monzie à Garches (1928) n’ont pu être retenues. Autant l’extérieur présente un état de conservation remarquable, autant la composition spatiale exceptionnelle de cette villa, remarquée en son temps, par Siegfried Giedion, a aujourd’hui complètement disparu.

  • La représentativité : ce critère a été retenu pour des séries comme celle des Unités d’habitation. Nous ne pouvions retenir les cinq unités construites, c’est pourquoi nous avons choisi la Cité radieuse de Marseille (1945) en tant que prototype, même si elle n’entre pas dans le cadre d’une commande de logement social.

12Pour présenter et argumenter sur les qualités propres à chaque objet qui contribuent à la V.U.E de la série, nous avons refusé de présenter le dossier en additionnant des chapitres nationaux, pays par pays, ce qui eut été contraire à la portée universelle de ces œuvres.

13Nous avons choisi de les présenter selon une typologie de sept catégories où se joue l’essentiel des enjeux de l’architecture moderne. En croisant ces différents critères nous sommes parvenus à une première liste composée de 22 réalisations. C’est cette série, baptisée L’Œuvre architecturale et urbaine de Le Corbusier qui a été soumise à l’appréciation du Comité du patrimoine mondial à Séville en 2009 :

14La résidence atelier :
Maison Guiette à Anvers, Belgique – Région flamande, 1926 ;
Maison Cook, Paris, Boulogne-Billancourt, France, 1926.

15La maison individuelle :
Maison Jeanneret-Perret, La Chaux-de-Fonds, Suisse, 1912 ;
Maison Schwob, La Chaux-de-Fonds, Suisse, 1916 ;
Maison La Roche et Jeanneret, Paris, France, 1923 ;
Petite villa au bord du lac Léman, Corseaux, Suisse, 1923 ;
Villa Savoye et loge du jardinier, Poissy, France, 1928 ;
Maison du Docteur Curutchet, La Plata, Argentine, 1949 ;
Maisons Jaoul, Neuilly-sur-Seine, France, 1951.

16L’habitat standardisé :
Cité Frugès, Pessac, France, 1924,
Maisons du Weissenhof-Siedlung, Stuttgart, Allemagne, 1927 ;
Cabanon de Le Corbusier, Roquebrune – Cap-Martin, France, 1951.

17L’habitat collectif :
Cité de refuge de l’Armée du Salut, Paris, France, 1929 ;
Immeuble Clarté, Genève, Suisse, 1930 ;
Pavillon suisse, Cité universitaire, Paris, France, 1930 ;
Immeuble locatif à la Porte Molitor- Appartement L.C, Paris, France, 1931 ;
Unité d’habitation, Marseille, France, 1945.

18L’architecture sacrée :
Chapelle Notre-Dame du Haut, Ronchamp, France, 1950 ;
Couvent Sainte-Marie-de-la-Tourette, Eveux-sur-Arbresle, France, 1953.

19Les grands équipements standards types :
La manufacture à Saint-Dié, France, 1946 ;
Le Musée national des Beaux-arts de l’occident, Taito-Ku, Tokyo, Japon, 1954.

20Urbanisme :
Site de Firminy-Vert, Firminy, France, 1953-1965.

21Concernant l’urbanisme, nous avions également retenu avec l’Inde, partie prenante depuis 2003, le plan de Chandigarh et les principaux édifices publics dont ceux du Capitole. Mais, pour des raisons administratives internes, l’Inde s’est retirée du dossier quelques heures seulement avant la cérémonie de signature du dossier organisée au Ministère de la Culture en janvier 2008. Chandigarh absente, ne restait plus dans la catégorie Urbanisme que Le site Le Corbusier de Firminy, présent pour l’ensemble urbain composé dans l’anneau du stade et de la Maison de la culture, et non pour le plan de Firminy-Vert qui n’est pas de Le Corbusier même s’il est fortement inspiré des thèses de la Charte d’Athènes. Ce désistement de dernière minute a lourdement contribué à déséquilibrer notre proposition.

LA DÉCISION DU COMITÉ DU PATRIMOINE MONDIAL EN JUIN 2009

22À l’issue des dix-huit mois d’expertise, le rapport dressé par ICOMOS a été très défavorable au dossier. ICOMOS ne reconnaissait pas la notion de série et la V.U.E qui lui est attachée et proposait de différer le dossier, un « différemment » signifiant pour les États parties concernés de reprendre à la fois la forme et le fond de la proposition et de reconstruire entièrement un nouveau dossier dans des délais laissés à leur appréciation.

23Cependant, le débat lors du Comité de Séville en 2009 a été dense, très partagé, et relativement long, puisqu’il a duré près de deux heures, quand la majorité des dossiers sont traités en 20 à 30 minutes. Le dossier a reçu un soutien appréciable, puisque, refusant les conclusions d’ICOMOS, 7 pays sur les 21 qui composent le Comité ont demandé l’inscription immédiate du dossier. Finalement, à l’issue du vote, le projet n’a pas été différé, mais simplement reporté. Le report représente une forme de première reconnaissance de la validité du dossier et en particulier de la notion de série. Dans ses recommandations, le Comité du patrimoine mondial a demandé de réduire la composition de la liste, de reprendre l’argumentation sur la V.U.E et de renforcer le plan de gestion. Techniquement, le report signifie également qu’un délai maximum de trois ans est accordé pour représenter le dossier, qui ne fait pas l’objet d’une nouvelle expertise longue de 18 mois, mais est soumis l’année même de son dépôt. C’est pourquoi nous travaillons à un dépôt en janvier 2011 pour un examen au Comité du patrimoine mondial de juin 2011.

24Plus fondamentalement, les débats enregistrés pendant la préparation du dossier et son instruction, et pendant le Comité à Séville ont révélé une discussion de fond de la notion même de patrimoine et des spécificités du patrimoine contemporain où s’opposent une vision monumentale essentiellement artistique autour d’œuvres iconiques et une vision où le patrimoine est davantage considéré pour sa valeur de témoignage sur les évolutions majeures de la société et plus particulièrement ici des réponses que l’architecture peut y apporter. Notre dossier s’inscrit dans cette seconde approche.

LA PRÉPARATION DE LA SECONDE VERSION DU DOSSIER

25Comment travaillons-nous aujourd’hui à la refonte du dossier ? Le premier point tient à la constitution de la série elle-même. Dans ses conclusions, ICOMOS proposait de remplacer le dossier sériel par trois dossiers séparés portant chacun sur une œuvre phare : la Villa Savoye (1928) ; la Chapelle de Ronchamp (1950), l’unité d’habitation de Marseille 1945). Cette proposition a été relayée officiellement par la présidente du Comité à Séville, mais refusée par les six états concernés représentés par Mme Colonna, Ambassadrice de France auprès de l’UNESCO. En effet, la série – comme image de la diversification des programmes et des centres d’intérêt des architectes au XXe siècle, comme image d’une mutation profonde de la pratique architecturale et comme image de l’internationalisation de la profession au XXe siècle – nous semble un point incontournable de la proposition d’inscription, afin de ne pas réduire l’œuvre de Le Corbusier et l’apport du Mouvement Moderne a une simple addition d’œuvres monumentales ou iconiques. Cependant, souhaitant répondre à l’attente de l’UNESCO d’un effort de réduction de la liste, trois réalisations ont été enlevées, réduisant cette liste à 19 objets, sans toutefois que son identité en souffre. Une fois de plus, nous avons croisé plusieurs critères pour procéder à ce choix difficile. Nous avons refusé d’enlever les œuvres se trouvant dans des pays où Le Corbusier n’a laissé qu’une seule réalisation, afin de ne pas réduire la dimension internationale du dossier. Les suppressions ne pouvaient donc se faire qu’en Suisse et en France. De même, avons-nous refusé de supprimer des œuvres qui se trouvent dans des communes où ne figure qu’une seule réalisation de Le Corbusier, afin de ne pas amoindrir le soutien des collectivités locales que nous avons eu du mal à mobiliser pendant les premières années. C’est ainsi que la Suisse a proposé d’enlever de la liste la villa Schwob (1916) en raison de modifications importantes dans ses aménagements intérieurs. Parallèlement, la France a proposé d’enlever :

  • la Cité de refuge (1929), dont le degré d’intégrité a déjà été contesté dans la première expertise et dont les intérieurs vont subir prochainement d’importantes modifications en vue de les adapter aux nouvelles normes sociales ;

  • la villa Cook (1926), à Boulogne-Billancourt, dont les qualités qui contribuent à la V.U.E de la série sont sensiblement identiques à celles d’autres villas retenues, en particulier la maison Guiette (1926) à Anvers.

26Enfin, l’unité d’habitation de Firminy (1959-1969) a été retirée de l’ensemble de Firminy-Vert pour recentrer la proposition sur l’anneau central que Claudius-Petit, employant un langage très corbuséen, appelait le Centre de recréation du corps et de l’esprit.

27Ainsi, en raison de l’abandon de l’Inde et des modifications du contenu de la série, la proposition s’est recentrée sur l’architecture, induisant un nouveau titre : L’Œuvre architecturale de Le Corbusier – Une contribution exceptionnelle au Mouvement Moderne. Ce nouveau titre entérine la défection de Chandigarh, l’abandon de la présentation typologique et la volonté de dépersonnaliser davantage le dossier au profit d’une remise en perspective plus affirmée avec le Mouvement Moderne.

28La seconde version du dossier est aussi l’occasion de retravailler le plan de gestion. Il s’agissait d’un véritable point faible du premier dossier. Nous avions proposé un plan de gestion transnational sous forme d’une Conférence permanente des six états parties. Mais cette Conférence permanente internationale n’était pas suffisamment relayée au niveau local pour chaque objet de la série. En effet, nous ne sommes pas parvenus, jusqu’en 2009, à mobiliser fortement les collectivités locales où se trouvent ces réalisations, en particulier en France à l’exception notable de Firminy très engagée dès 2003. Autant il est aisé de mobiliser des collectivités locales dans le cadre d’un dossier consacré à des œuvres monumentales comme les citadelles de Vauban car chaque citadelle a un impact majeur sur le territoire de la commune, quand elle n’est pas la commune elle-même ; autant il est difficile de mobiliser des municipalités autour de la valorisation et la gestion à long terme de réalisations isolées, privées, d’une faible lisibilité dans le territoire, comme une villa, un immeuble collectif ou une petite usine. C’est pourquoi notre plan de gestion était un point faible de notre première proposition d’inscription. Cette situation a changé depuis le début de l’année 2009, lorsque la Ville de Firminy a réussi à créer une association internationale des villes concernées par le patrimoine corbuséen, qu’elles soient retenues sur la liste, ou non, et à insuffler une véritable dynamique de soutien au dossier. Avec l’aide des services décentralisés de l’État, l’association s’est fixée comme premier objectif de soutenir chaque commune à monter un plan de gestion cohérent. L’ensemble renforcera de manière significative la qualité du nouveau dossier.

RENFORCER L’ARGUMENTAIRE DE LA V.U.E SUR LES SPÉCIFICITÉS DU MOUVEMENT MODERNE

29Enfin, dernier point, nous travaillons à réécrire l’argumentaire démontrant la V.U.E de la série, et comment chaque objet contribue à la définition de cette V.U.E. Ces arguments étaient déjà dans le premier dossier mais nous les reprenons pour les rendre plus lisibles. Nous avons mis en évidence un certain nombre d’attributs de valeur qui sont ceux du Mouvement Moderne et pour lesquels la contribution de Le Corbusier nous semble essentielle. Ces attributs de valeurs que j’ai pour une grande part déjà évoqués sont les suivants :

  • inventer une nouvelle esthétique et un nouveau langage architectural ;

  • s’inscrire dans une démarche de recherche et d’innovation ;

  • relever les défis de la standardisation et de l’industrialisation ;

  • résoudre la question de l’habitat du plus grand nombre ;

  • assurer un équilibre entre l’homme et la communauté des hommes, ce que l’article 2 de la Charte d’Athènes évoque en parlant de l’équilibre entre l’individuel et le collectif. Il s’agit là d’une clef essentielle pour la compréhension du Mouvement Moderne.

30Au-delà du dossier Le Corbusier, et je conclurai ainsi, se dessine me semble-t-il un certain nombre de spécificités propres à l’architecture moderne qui rejaillissent dans les débats, dès lors qu’il s’agit de sa protection. Ces spécificités expliquent, pour une part, les difficultés rencontrées dans la patrimonialisation de cette architecture. Ces spécificités sont nombreuses, mais j’en retiendrai principalement cinq qui sont au cœur du dossier consacré à l’Œuvre architecturale de Le Corbusier :

  • Diversification de la pratique des architectes : l’histoire de l’architecture et des innovations architecturales depuis l’Antiquité s’est faite sensiblement jusqu’au XIXe siècle à travers deux programmes privilégiés liés à une élite dirigeante : la maison de Dieu, ou des Dieux, sous toutes ses formes ; la maison du prince, ou des élites dirigeantes, noblesse ou grande bourgeoisie. À partir du XIXe et encore davantage au siècle suivant, les programmes se diversifient, le nombre d’architectes croît de manière conséquente et leurs pratiques se démocratisent. L’histoire de l’architecture se fait désormais essentiellement autour du programme de l’habitat et en particulier de l’habitat du plus grand nombre. Les programmes ne sont pas tous prestigieux, les formes ne sont plus nécessairement spectaculaires. L’objet même de l’architecture a profondément changé et notre vision du Patrimoine du XXe siècle, y compris au niveau mondial, doit intégrer ces mutations qui contribuent à la définition de nouveaux critères de V.U.E.

  • L’internationalisation de la pratique des architectes : j’en ai déjà parlé et n’y reviendrai donc pas, sinon pour souligner que cette mutation engage un nouveau rapport au territoire. L’article 137 des recommandations de l’UNESCO, déjà cité, spécifie qu’une série doit être représentative d’un ensemble « historico culturel ». Le Mouvement Moderne, auquel appartient l’œuvre de Le Corbusier, en est un. Il spécifie aussi qu’une série doit s’inscrire dans un territoire. Sur ce plan, il convient de prendre en compte que le territoire des architectes des siècles passés était le plus souvent local, voire national – c’est encore le cas pour Gaudi à Barcelone en Catalogne – mais au XXe siècle, le territoire d’intervention des architectes atteint parfois une échelle internationale. Sans nier la dimension contextuelle de ces projets, cette nouvelle échelle de compréhension doit être prise en compte dans l’appréciation du patrimoine moderne.

  • La personnalisation de la production : l’un des reproches majeurs faits au dossier sur l’œuvre de Le Corbusier est qu’il porte sur l’œuvre d’un seul homme. Nous entendons cette critique sur une personnalisation du dossier et nous nous attachons à remettre davantage les œuvres en avant. Mais comment dissocier l’œuvre construite de l’œuvre écrite, voire de l’œuvre artistique ou de la personnalité d’un tel créateur. Le ferait-on pour Picasso ? Le dossier sur Gaudi montre d’ailleurs que son œuvre relève davantage de son univers personnel que d’un rattachement exemplaire à l’Art nouveau.

31Au XXe siècle, l’architecture moderne est entraînée dans un phénomène global de médiatisation. Le Corbusier, en tant que porte-parole infatigable du Mouvement Moderne, fut sûrement le premier de ces architectes médiatiques. La constitution de propositions d’inscription autour de l’œuvre de fortes personnalités a donc toute sa légitimité pour le XXe siècle.

  • Un langage épuré : le Mouvement Moderne apporte un nouveau langage architectural en rupture violente avec le passé. Son caractère minimal, épuré, son absence de décor, l’élémentarité de ses formes géométriques, sont encore difficilement admis comme les éléments d’un langage artistique digne d’être patrimonialisé.

    • 9 Le Corbusier, Vers une architecture, 1923, éditions Crès et cie, Paris, p. 225 sqq.

    Un discours sur la société : enfin, le Mouvement Moderne est souvent porteur d’un discours sur les maux de la société, portant parfois cette fantastique utopie que résumait Le Corbusier dans cette alternative : « Architecture ou révolution ? » Avant de conclure : architecture9.

  • 10 La seconde version du dossier a été déposée officiellement fin janvier 2011 par la France au nom de (...)

32Que l’on y adhère ou non, cette quête suscite encore des réticences lorsqu’il s’agit de patrimonialiser cette architecture. C’est précisément parce que tous les acteurs de ce projet sur le dossier Le Corbusier croient à ces dimensions spécifiques du patrimoine moderne, que nous travaillons à la seconde version de cette proposition toujours fondée sur la notion de série10.

33La deuxième version de la proposition d’inscription, recentrée sur la seule œuvre architecturale de Le Corbusier, a été présentée lors du 35e Comité du patrimoine mondial qui s’est tenu à Paris en juin 2012. L’évaluation préalable d’ICOMOS soulignait « les efforts énormes faits pour préparer cette proposition révisée » et notait que les problèmes techniques concernant les zones tampons et la gestion des sites ont été « traitées par les États parties ». Mais paradoxalement, l’ICOMOS a recommandé que la proposition « ne soit pas inscrite », la valeur universelle exceptionnelle, n’étant toujours pas démontrée pour cet organisme d’évaluation. Il s’agissait d’une recommandation plus sévère que celle de 2009, mais une fois de plus, le Comité du patrimoine mondial n’a pas suivi les recommandations d’ICOMOS et a statué sur un report, ce qui laisse ouverte la possibilité de proposer une nouvelle proposition.

34Les points d’achoppement de cette deuxième évaluation sont identiques à ceux de la première : l’ICOMOS nie toujours la valeur sérielle de l’ensemble proposé et en refuse l’hétérogénéité, condition pourtant essentielle dans la prise en compte de la révolution des pratiques architecturales au XXe siècle à laquelle, comme l’indique le sous-titre de la deuxième soumission, Le Corbusier apporte une contribution exceptionnelle. Ce nouveau refus témoigne des débats actuels sur la nature et la place du XXe siècle au sein de la Liste du patrimoine mondial. Les auteurs de ce dossier n’appellent pas à la mise en place d’une grille d’évaluation particulière pour le XXe siècle, et en particulier le Mouvement Moderne sous toutes ses formes, mais à la prise en compte des mutations géoculturelles de la production architecturale et des spécificités de l’objet étudié. Dans ses attendus, la décision du comité du patrimoine mondial de 2012 recommande aux porteurs de ce dossier d’engager un dialogue avec l’ICO‑ MOS sur la nature de ce patrimoine. Ces échanges, engagés au printemps 2013, sont le préalable à une éventuelle nouvelle soumission.

© Pierre Compain.

© Catherine Compain-Gajac

© Catherine Compain-Gajac.

Notes

1 Le dossier est élaboré par un groupe d’experts nommés par chaque pays concerné, par des représentants du Ministère de la Culture et la Fondation Le Corbusier qui sont à l’initiative du dossier, et concernant les plans de gestions par des partenaires institutionnels au sein de chaque collectivité locale concernée. Gilles Ragot est l’expert nommé pour la France et le rédacteur principal du premier volume du dossier consacré à l’argumentaire.

2 On se reportera avec profit au site internet de l’UNESCO où figure la liste à jour des biens inscrits, et où il est possible de consulter tous les textes officiels, mais également l’actualité concernant la liste du patrimoine mondial. Des liens permettent également de consulter les dossiers d’inscription de chaque bien retenu.

3 Docomomo, association internationale reconnue par l’UNESCO : Documentation et Conservation du Mouvement Moderne.

4 Il s’agit dans leur ordre d’inscription de : l’œuvre architecturale d’Antonio Gaudí [LMP 1984 et 2005] ; l’œuvre architecturale de Domènech i Montaner à Barcelone [LMP 1996] ; le centre historique de Riga [LPM 1997] ; trois habitations majeures de Victor Horta à Bruxelles [LMP 1999] ; le palais Stoclet, de Josef Hoffmann, Belgique [LPM 2009].

5 Initialement l’Inde était partie prenante du dossier, mais s’est retiré fin janvier juste avant le dépôt de la proposition.

6 Pour chaque dossier ICOMOS nomme un expert indépendant qui se rend sur place pour voir le bien proposer et rencontrer les partenaires du dossier. Dans le cas d’un dossier transnational comme celui sur l’œuvre de Le Corbusier, quatre experts ont été nommés pour couvrir l’œuvre présente sur trois continents. Au-delà du coût d’une telle expertise se pose également la question de la coordination et de la synthèse.

7 Ces pays sont : l’Allemagne, l’Argentine, la Belgique, les États-Unis, la France, l’Inde, l’Irak, le Japon, la Russie, la Suisse, la Tunisie.

8 Voir note no 1.

9 Le Corbusier, Vers une architecture, 1923, éditions Crès et cie, Paris, p. 225 sqq.

10 La seconde version du dossier a été déposée officiellement fin janvier 2011 par la France au nom des six États parties, et sera examinée au Comité du patrimoine mondial à Bahreïn en juin 2011.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540