Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

Témoignages croisés

Briey-Nancy / 1955-1975 le patrimoine rebelle du logement social et de l’expérimentation

Joseph Abram

Texte intégral

  • 1 Gadjos, Lyon-Caen, Pastrana, 1980.

1À la fin des années 1970, certains chercheurs envisageaient une extension radicale de la notion de patrimoine à l’ensemble du domaine bâti1. Cette ouverture théorique induisait un élargissement effectif des procédures de conservation à des catégories d’édifices de plus en plus étendues. Mais comment, dans une conjoncture culturelle donnée, une fraction du construit accède-telle à une protection juridique ? En d’autres termes, comment un patrimoine virtuel se transforme-t-il historiquement en un patrimoine concret ? Face à ces processus éminemment complexes, l’architecture de la seconde moitié du XXe siècle pose problème et, au sein de cette production, le secteur dominant du logement social. Nul ne semble prêt aujourd’hui, ni du côté du public, ni du côté de l’administration, à regarder les grands ensembles, ou les proliférants, comme les éléments constitutifs d’un quelconque patrimoine. Si rien, en théorie, ne devrait empêcher la conservation de ces témoignages de notre histoire récente, tout, dans les faits, s’y oppose. Qu’il s’agisse de l’image négative attachée à ces ensembles, de leur dégradation continue en dépit des moyens considérables affectés à leur transformation, des effets prédateurs de ces transformations (qui aboutissent le plus souvent à leur défiguration, voire à leur destruction), les obstacles se dressent en grand nombre sur le chemin d’une éventuelle protection. L’étendue du matériau soulève des questions de méthode, mais aussi, en amont, une interrogation fondamentale quant à la problématique patrimoniale elle-même. Toute politique de conservation suppose une large prise de conscience au sein du public. Dans le domaine du logement social, celle-ci est presque inexistante.

ill. 1 - Le chantier de l’unité d’habitation de Briey en 1960. Photo : Jean-Pierre Bourreaux (Archives de « La Première Rue », Briey).

2Une course de vitesse s’est engagée entre la connaissance historique de ce patrimoine potentiel et le processus irréversible de sa destruction. Depuis vingt ans, l’héritage des Trente Glorieuses a connu toutes sortes de traitements. Les échecs sont légion. Les succès rarissimes. Les situations varient en fonction de l’échelle des opérations d’origine, de leurs caractéristiques intrinsèques, mais aussi des politiques locales en matière de logement. Je souhaiterais aborder ici trois exemples qui expriment bien l’hétérogénéité de ce type de patrimoine et les difficultés inhérentes à sa protection : l’unité d’habitation de Le Corbusier à Briey, le grand ensemble de Bernard Zehrfuss à Nancy, l’opération proliférante réalisée dans la même ville par Jacques Mermet.

L’UNITÉ D’HABITATION DE BRIEY

  • 2 Bouillon, 1980.
  • 3 Donzé, 1995.

3En 1950, la Ville de Briey (3 500 habitants) décide de lancer un programme de logements sociaux afin de répondre aux besoins engendrés par le redémarrage de la sidérurgie lorraine. Convaincu de l’urgence d’une telle opération par Philippe Serre, conseiller général de Meurthe-et-Moselle, et par Eugène Claudius-Petit, ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme, Pierre Giry, le maire de cette cité, propose aux quarante-quatre communes de l’arrondissement de Briey de créer un office public d’HLM. C’est cet organisme intercommunal qui sera, quatre ans plus tard, le commanditaire de l’unité d’habitation de Le Corbusier2. L’implantation de l’immeuble est pensée, au départ, dans le cadre d’un plan global d’extension de Briey conçu en 1953 par Georges-Henri Pingusson, architecte du Groupement d’Urbanisme de la Région Sidérurgique et du Bassin Houiller de Lorraine.3 Pingusson organise, sur un terrain situé dans la forêt domaniale, à deux kilomètres du noyau historique de Briey, une cité nouvelle composée de trois grands immeubles, de maisons individuelles, d’un centre commercial, d’une école et d’une église. Ce plan, qui doit accueillir une unité d’habitation, sera entièrement remanié en 1954 par Le Corbusier. Accompagné d’André Wogenscky, le célèbre architecte viendra expliquer son projet à Briey le 15 septembre 1955. Les études se poursuivront jusqu’en 1956. Mais il faudra encore trois ans pour que s’ouvre enfin le chantier [ill. 1]. Les luttes politiques locales expliquent, en grande partie, ce retard. Mais les difficultés rencontrées lors de l’adaptation du modèle de l’unité d’habitation aux contraintes HLM y ont aussi leur part.

ill. 2 - Le Corbusier à Briey, le 5 avril 1960. Photo : Jean-Pierre Bourreaux (Archives de « La Première Rue », Briey).

  • 4 A. Wogenscky, propos recueillis par Joseph Abram et Joël Bouillon, Paris, mai 1983.

4« Les financements, explique Wogenscky, ne suivaient pas la hausse des prix. Il a fallu tirer sur tout. C’était la limite. Nous étions arrivés, Le Corbusier et moi, à la conclusion qu’il ne fallait plus construire les unités d’habitation dans le cadre HLM »4. Wogenscky déploiera des trésors d’imagination pour accroître le nombre d’appartements sans modifier le gabarit de l’immeuble afin d’assurer l’équilibre financier de l’opération. Des 294 logements initialement prévus, on passera bientôt à 321, puis à 339.

  • 5 Cf. « MM. Le Corbusier et Wogenscky ont ouvert officiellement, hier après-midi, le chantier de cons (...)

5Le Corbusier vient à Briey le 4 mars 1959 pour inaugurer les travaux [ill. 2]. « Je suis joyeux, dit-il, car on construit enfin une Cité radieuse dans son cadre, la forêt, la verdure, loin des bruits de la ville »5. Conduit par l’ingénieur Jean-Pierre Bourraux, le chantier est représentatif de cette nouvelle ère de la construction qui s’est ouverte en France au début des années cinquante avec les expériences d’Eugène Beaudouin à Strasbourg (800 logements en 18 mois) et de Jean Dubuisson à Saint-Germain-en-Laye (263 logements en 10 mois). Le jeune ingénieur, qui a côtoyé Le Corbusier à Paris, lors de la construction de la Maison du Brésil, a gagné sa sympathie. La société qu’il représente, la CEEMTP (Compagnie d’entreprises électriques, mécaniques et de travaux publics) a construit des barrages et des ponts, mais aussi l’unité d’habitation de Rezé. Comme le montrent les photographies de l’époque, le site de Briey-en-Forêt est d’abord aménagé en un vaste lieu de production [ill. 1] les éléments de grues, acheminés par camion, sont montés en trois unités géantes : deux grues de 60 m, une grue de 70 m.

  • 6 J.-P. Bourraux, « Présentation du chantier de la Cité radieuse », document dactylographié daté du 2 (...)

6Une centrale à béton, deux réserves à ciment d’une contenance de 30 tonnes et une bétonnière de 1 300 litres sont mises en service. Des installations provisoires sont construites pour abriter des ateliers techniques ainsi que des baraquements pour loger 120 ouvriers (sur les 170 attendus sur le site). En mars 1959, la fouille de 110 m x 20 m est réalisée. Les fondations (des semelles de 2,25 m d’épaisseur) sont coulées en mai. Les pilotis sont achevés en juillet. S’engage ensuite, à un rythme accéléré, la construction des étages. Deux procédés sont employés : les refends et les planchers sont coulés en place dans des coffrages métalliques, tandis que les volées d’escaliers et les garde-corps sont préfabriqués au sol dans des moules basculants à séchage rapide. Les ferraillages et les tubes de chauffage, assemblés au sol, sont mis en place à la grue par panneaux de 100 m2. Pour tenir les délais, le chantier fonctionne de 4 h du matin à 10 h du soir, en deux postes6.

  • 7 G. Ganachaud, « Un building s’élève en pleine forêt », La Voix de L’Est, 21 février 1960.
  • 8 G. Sinclair, « Hier, 2 pièces pour 11 personnes. Aujourd’hui, 8 pièces dans cette Cité radieuse », (...)
  • 9 A. Falk, « Le Corbusier a planté une Cité radieuse au pays des hauts fourneaux », Le Figaro Littéra (...)

7En 1960, alors que s’achève la construction de l’unité d’habitation [ill. 2], les journaux se font de plus en plus élogieux : « À deux kilomètres de Briey-Ville, un building s’élève en pleine Forêt ». « Par les soins de M. Le Corbusier, 1 500 personnes respireront au soleil », titre la Voix de l’Est7. Un reportage publié dans France Soir décrit en 1961 « l’aventure des premiers locataires » et « leur fierté d’habiter ce grand immeuble »8. Au début de l’année 1962, tous les appartements sont occupés. Le Figaro littéraire publie un article enthousiaste sur cette ville « inscrite à pic sur un horizon de bois et de champs »9.

  • 10 G.-H. Pingusson lettre à Le Corbusier datée du 10 octobre 1961, citée par Jean-Philippe Donzé, op. (...)
  • 11 Délibération de l’Office départemental d’HLM du 15 décembre 1967.
  • 12 Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, motion adoptée par la commission des finances, février 1983. (...)
  • 13 D. Robert, « Briey la Forêt : Le Corbu au rebut », Libération, 19 juin 1984.

8Malgré le manque de crédits dont eut à souffrir la construction, l’unité d’habitation se présente comme un vaisseau superbe. Sa plastique puissante n’a pas été altérée par les économies drastiques dont elle fut l’objet. Bien au contraire, elle tire parti de son austérité brute pour s’imposer avec force dans son environnement naturel. Les proportions de l’immeuble, avec ses six rues intérieures et ses dix-sept étages, inspirent le respect : 110 m de long, 19 m de large, 56 m de haut, 70 m à son point culminant. Mais, en raison de l’abandon des équipements et des commerces prévus dans le plan d’urbanisme, la vie va s’avérer difficile à Briey-en-Forêt. Ayant perdu ses soutiens politiques (Philippe Serre a été battu aux élections cantonales de 1958, Pierre Giry aux élections municipales de 1959), Le Corbusier ne parvient pas à imposer la réalisation des équipements indispensables. Le nouveau maire, Hubert Martin, est un ennemi farouche de l’unité d’habitation. Atterré par ses propositions, Pingusson écrit à Le Corbusier : « Notre beau rêve d’une ville verte, qui était en voie de se réaliser, s’effondre brutalement »10. La construction du centre commercial est annulée face aux protestations des commerçants de Briey, qui craignent une « concurrence déloyale ». C’est de haute lutte que les habitants obtiendront l’installation d’une supérette dans un hangar en tôle ondulée. Avec la crise de la sidérurgie lorraine, la situation se dégrade encore. En 1967, l’office intercommunal d’HLM est en faillite. Son patrimoine est repris par l’office départemental, dont le siège est à Nancy11. Après une courte embellie, le taux d’occupation chute inexorablement : 145 logements vacants en 1980, 200 en 1982. En février 1983, le Conseil général demande que « soit évalué le coût de la destruction de l’immeuble »12. En juin 1984, Libération publie un article intitulé « Briey la Forêt. Le Corbu au rebut ». Le journaliste, Denis Robert, relève les divers graffitis qui racontent, sur ses murs, la dérive de l’unité d’habitation : « cité, fille de pute », « adieu ma belle », « rue des cons », « la cité vous dit merde... »13.

  • 14 L’intervention de Guy Vattier est publiée dans Le Républicain Lorrain du 23 avril 1987.

9Fermement opposé à la destruction, Guy Vattier, qui vient d’être élu maire de Briey, convainc le directeur de l’hôpital Maillot d’acheter une partie de l’édifice pour y loger une école d’infirmières. Formulée en février 1985, cette proposition est approuvée par le préfet en novembre 1986, mais l’OPAC ne signe pas l’acte de vente. Devant ce blocage, Guy Vattier organise, le 22 avril 1987, une conférence de presse à Paris. Accompagné de Claudius Petit, de Philippe Serre, d’André Wogenscky et de Jean Jenger, il expose la situation en ces termes : « Je souhaiterais vous faire partager mon émotion devant ce grand vaisseau ensablé, échoué par la faute des naufrageurs et dont le sommet émerge fièrement des flots vert sombre de la forêt qui l’entoure ». « Contemplant aujourd’hui ses fenêtres mortes, son entrée murée, je suis partagé entre la tristesse et la colère. Tristesse devant le spectacle des seuls oiseaux qui trouvent refuge sur ses balcons. Colère devant le crime contre l’intelligence que constitue la situation actuelle »14. Selon Guy Vattier, il faut éviter ce gâchis pour que jamais on ne lise dans les livres d’histoire « Le Corbusier né en 1887, assassiné à Briey en 1987 ». L’appel, qui touche les journalistes, marque le début d’une bataille culturelle acharnée qui aboutira au sauvetage de l’immeuble et à sa renaissance. Le ministre de l’Équipement, Pierre Méhaignerie, reçoit Guy Vattier. Le 23 avril 1987, il annonce la cession de l’unité d’habitation à l’hôpital Maillot pour le franc symbolique et sans report sur la commune des emprunts en cours. Le maire de Briey a gagné. Cependant, le 15 mai 1987, un commando armé de masses et de tronçonneuses s’introduit de nuit dans l’immeuble et saccage 150 appartements. Le professionnalisme des casseurs éveille les soupçons. Une enquête est confiée à la police judiciaire de Nancy, mais ni les auteurs, ni les commanditaires de ces actes ne sont démasqués. Malgré cet épisode lamentable, la rénovation s’engage durant l’été sous la responsabilité de l’architecte Jean-Louis Rauzier. Une école d’infirmières, quatre appartements et quarante-huit studios sont aménagés dans la partie nord de l’édifice. Certains refends sont percés au marteau-piqueur pour permettre la redistribution des locaux. Une nouvelle chaufferie est installée sur le toit, et les façades de béton sont peintes couleur crème. L’hôpital Maillot vend le reste de l’immeuble à un investisseur privé, qui entreprend la réhabilitation des logements et des parties communes. Les ascenseurs sont remplacés. Certains appartements sont réunis pour offrir des surfaces attractives. En mars 1991, la totalité des logements est vendue, à l’exception de trente-quatre appartements réservés à l’association « La Première Rue », créée à l’initiative de l’architecte anglais Ron Kenley. En 1993, l’État inscrit l’unité d’habitation à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques (façades, pilotis, hall, première rue et sept logements).

ill. 3 - Le chantier du Haut du Lièvre, 1960. (Archives Zehrfuss/AN-IFA).

  • 15 Sur l’histoire de l’unité d’habitation de Briey, cf. J. Abram, 2006.
  • 16 Guy Vattier, propos recueillis par Joseph Abram, Briey, avril 2006.

10Un « appartement-témoin » est ouvert au public. En 1997, afin de consolider sa situation financière, précarisée par la lourdeur des charges afférentes aux locaux dont elle est propriétaire, l’association met en vente une douzaine de logements et cède à la copropriété l’espace des pilotis. « La Première Rue » poursuit son activité culturelle à travers des expositions d’art et d’architecture : « Georges-Henri Pingusson », « André Wogenscky », « Diener & Diener », « Christian Kieckens », « Peter Joseph », « Marthe Wéry », « Peter Downsborough », « Claude Genzling »... Des travaux de réfection sont entrepris sur la terrasse, ainsi qu’un réaménagement des abords sous la direction de l’architecte suisse Bruno Reichlin. Une nouvelle campagne de réhabilitation, engagée au milieu des années 2000, se poursuit actuellement15. « Je suis heureux, conclut Guy Vattier, de la tournure qu’ont prise les évènements. La copropriété est une réussite. En 1986, nous avions avancé l’idée d’un centre de recherche en architecture. La rencontre avec Ron Kenley a été décisive. Grâce à lui a été créée l’association " La Première Rue". Il a fallu du temps pour que les Briotins s’approprient toutes ces innovations. Je crois que les choses sont en bonne voie. Le bâtiment s’améliore sans cesse. Le traitement des abords a contribué à sa revalorisation. La restauration des façades et des loggias est en cours. Bref, la Cité radieuse se porte de mieux en mieux »16.

LE GRAND ENSEMBLE DU HAUT-DU-LIÈVRE

11Au début des années 1950, Nancy subit une grave crise du logement. Le rythme de la construction, très faible durant les années trente, n’a pas permis le renouvellement du parc immobilier. Les quartiers du centre-ville sont vétustes et surpeuplés. Certains îlots du cœur historique sont insalubres.

  • 17 Abram, 1977. Voir aussi Abram, 1981.
  • 18 Cf. L’Est Républicain du 3 mars 1957 et L’Est Républicain du 7 mars 1959.

12Sortie indemne de la Seconde guerre mondiale, la Cité des Ducs de Lorraine n’a pas bénéficié, comme d’autres villes françaises, de l’effort de modernisation inhérent à la Reconstruction. On enregistre, à l’office public d’HLM, 6 000 demandes non satisfaites. C’est près d’un cinquième de la population qu’il faudrait reloger dans cette ville de 100 000 habitants. Pour résoudre massivement ce problème, la municipalité décide d’urbaniser un plateau situé au nord de l’agglomération : le Haut-du-Lièvre [ill. 3]. Le terrain choisi est le seul approprié (dans une commune dont le territoire est relativement exigu : 1 500 hectares), pour accueillir une opération de grande envergure. La présence d’une exploitation agricole de trente-trois hectares en fait une formidable opportunité foncière. La municipalité prend en charge l’acquisition des sols, qu’elle viabilise, pour les céder ensuite aux constructeurs. Le programme comporte près de 3 400 logements, dont 80 % pour l’office municipal d’HLM, 15 % pour la Compagnie Immobilière pour le Logement des Fonctionnaires, le reste se répartissant en deux petites opérations – un lotissement d’une centaine de maisons individuelles et un petit immeuble collectif pour une société de construction privée. Deux centres commerciaux, quatre groupes scolaires, des équipements sportifs et culturels, une église sont également programmés. L’opération est dotée d’un prêt d’un milliard de francs (valeur 1957), remboursable au taux de 1 % sur 45 ans, et d’un prêt complémentaire de 150 millions de francs17. Tous les moyens sont ainsi rassemblés pour une action publique à l’échelle des besoins en logements, et c’est avec un réel enthousiasme que la presse locale peut annoncer au printemps 1957 la création d’une « petite ville » sur les hauteurs de Nancy, « nouveau fleuron à sa couronne »18.

  • 19 Bernard Zehrfuss, présentation du quartier du Haut-du-Lièvre, document dactylographié, 1976.

13Chargé de ce grand projet nancéien, Bernard Zehrfuss a déjà à son actif plusieurs expériences significatives en matière de logement. Il a dirigé une grande opération en Algérie et participé à divers concours du MRU. Plus qu’un quartier d’extension, c’est une « cité-satellite » qu’il entend construire sur les hauteurs de Nancy – une ville à part entière pouvant atteindre, à terme, 30 000 habitants. « Le terrain, explique Zehrfuss, était bien connu des Nancéiens, mais eu égard aux carrières voisines en exploitation, on n’avait pas encore songé à son utilisation et, du fait de cette sorte de miracle, il était vaste et libre de toute construction. La beauté de ce site, son orientation au midi, les possibilités de liaison rapide avec le centre de la ville, tout cela contribuait à le rendre favorable à l’habitation »19. En raison de l’activité des carrières Solvay, qui doit se poursuivre encore trente ans, seule la partie sud du terrain est urbanisable. L’ensemble réalisé par Bernard Zehrfuss s’étend d’est en ouest. Deux barres gigantesques, l’une de 400 mètres de long (le Cèdre Bleu, 15 niveaux, 917 logements), l’autre de 300 mètres (le Tilleul Argenté, 17 niveaux, 716 logements), et trois immeubles perpendiculaires constituent l’essentiel du quartier. Des tours en étoiles achèvent, de part et d’autre, la composition. Les centres commerciaux sont placés au nord des barres. Au sud, sur les terrasses plantées d’arbres qui bordent les immeubles, sont installés les groupes scolaires. Le plan-masse oppose donc, d’un côté, l’automobile, les commerces, l’activité ; de l’autre, le piéton, les écoles, les terrasses.

ill. 4 - La démolition partielle du Cèdre Bleu. Photo : Joseph Abram (2010).

14Les immeubles expriment bien les valeurs de la modernité : au sud, une façade entièrement vitrée avec balcon ; au nord, des fenêtres en bandes filant d’un bout à l’autre des bâtiments. Les plans sont rigoureux, rythmés par la trame des refends porteurs. La conception linéaire favorise le « chemin de grue » et la préfabrication lourde. Le procédé Estiot, employé par l’entreprise Ganier-Pététin, est un complexe acier-béton fondé sur la définition de six « types » constructifs : le refend, le plancher, la façade, le palier, l’escalier, la cage d’ascenseur. Vingt-quatre moules suffiront à l’édification complète du quartier. Une usine de préfabrication lourde est mise en place à proximité du chantier. Certains éléments seront produits à 2 000 exemplaires. Les pièces les plus massives (douze tonnes) sont coulées au pied des bâtiments, puis soulevées grâce à de moyens de levage très puissants. Les journaux locaux saluent ce chantier spectaculaire qui permet de « réduire industriellement les dépenses » et c’est avec fierté qu’ils parlent « des barres les plus longues d’Europe ».

  • 20 Bernard Zehrfuss, entretien avec l’auteur, Paris, le 17 juin 1980.

15Le grand ensemble sera très bien accueilli par la population nancéienne, heureuse de s’extraire de l’enfer du surpeuplement. La taille des bâtiments, leur masse et leur hauteur, loin de choquer, sont perçues comme des valeurs positives. On observe d’abord, dans ce quartier moderne, un brassage de population. Les couches sociales s’y côtoient. Ce n’est qu’à partir des années soixante-dix que la situation commence à se détériorer. Le Haut du Lièvre perd des milliers d’habitants, devenant, pour de nombreuses familles, une « cité de transit » vers d’autres secteurs de l’agglomération. La population passe de 12 500 habitants (1968) à 10 650 habitants (1975). Les centres commerciaux se vident. La presse évoque un « mal de vivre au Haut-du-Lièvre ». Bernard Zehrfuss constate, lui aussi, l’échec du quartier : « Lorsque le programme a été lancé par la municipalité, je pensais qu’il était possible de faire sur ce site magnifique autre chose qu’une banlieue... Le parti est peut-être discutable, je crois cependant qu’il était valable, parce qu’il affirmait la grandeur du site. Les immeubles sont bien orientés. À l’époque, on cherchait surtout à réduire les coûts. Il fallait construire vite... La volonté du maire était très forte. Ce qui a manqué, c’est un réel programme d’urbanisme. Il y avait l’urgence des besoins, le carcan du logement social. On ne pouvait pas placer les commerces sous les immeubles. C’est devenu une cité-dortoir... »20.

ill. 5 - L’opération Gamma à Nancy. Photo : Joseph Abram (1981).

16En 1978, la Ville de Nancy annonce sa volonté de démolir les deux grandes barres. Les habitants, inquiets, manifestent alors leur attachement au quartier. La municipalité fait marche arrière et engage, au début des années 1980, la rénovation des immeubles. Mais la démarche adoptée reste superficielle. La pauvreté, qui ronge le quartier, s’aggrave encore avec la montée du chômage, transformant irrémédiablement le grand ensemble en ghetto. Le Haut-du-Lièvre, qui a perdu la moitié de sa population (6 000 habitants), fait aujourd’hui l’objet d’une restructuration lourde fondée sur la destruction partielle des immeubles et sur l’urbanisation des anciennes carrières Solvay, libérée depuis 1984 [ill. 4].

LES LOGEMENTS GAMMA À NANCY

  • 21 Abram, Gross, 1983.

17En 1973 est lancée à Nancy une opération innovante visant à réaliser, sur un terrain très pentu, un ensemble proliférant constitué de soixante-quinze logements métalliques. Cette initiative originale dérive directement de la nouvelle politique technique mise en place par l’État dans le secteur du bâtiment à travers le Plan Construction. Il s’agit, dans un contexte idéologique marqué par la critique des grands ensembles, de lutter contre l’hégémonie de la préfabrication lourde en encourageant des systèmes constructifs alternatifs. Le Programme d’Architecture Nouvelle (PAN) permet aux jeunes équipes de faire connaître leurs propositions novatrices, tandis que la procédure des Réalisations Expérimentales (REX) leur offre les moyens concrets d’accéder à la commande, le plus souvent dans le domaine du logement social21. C’est dans ce cadre qu’est née l’opération Gamma [ill. 5].

  • 22 Jacques Mermet, propos recueillis par Joseph Abram et Daniel Gross, Nancy, février 1982.
  • 23 Voir la description du système Gamma dans Abram et Gross, op. cit., p. 90-99.

18Son concepteur, Jacques Mermet, travaille, au sein d’une agence d’architecture nancéienne, à la mise au point d’un système métallique. « À l’origine du système Gamma, rappelle Jacques Mermet, il y a les recherches de Parisot, qui avait déjà une certaine expérience du métallique. Il avait tenté de mettre au point avec un industriel de Verdun, M. Gervez, un système destiné au marché de la maison individuelle et ce n’est qu’après plusieurs expériences qu’ils ont cherché à commercialiser le procédé dans le domaine du collectif. Des contacts ont alors été pris avec l’OPHLM de Nancy qui s’est montré vivement intéressé. Il a été décidé de présenter le système au Programme d’Architecture Nouvelle pour obtenir un appui. Nous avons été mentionnés à ce concours et c’est de là qu’est partie l’opération de la rue de la Colline »22. Le procédé proposé est constitué de portiques en profilés d’acier de six à sept mètres de portée reliés par des bandeaux en tôle pliée servant de support aux panneaux de façade. Les planchers en bacs acier supportent une isolation thermique et des panneaux de particules sur lesquels sont collés les revêtements de sol. Les poteaux et les contreventements, rejetés à l’extérieur, sont peints en noir, tandis que les panneaux sandwichs, isolés à l’aide de mousse polyuréthane, sont en tôle d’acier laqué en blanc23.

  • 24 Jacques Mermet, propos recueillis par Joseph Abram et Daniel Gross, Nancy, février 1982.
  • 25 M. Langlais, propos recueillis par Joseph Abram et Daniel Gross, Nancy, avril 1982.

19Pour s’adapter à la forte déclivité du terrain, l’opération de la rue de la Colline se décompose en volumes de gabarits divers reliés entre eux par des escaliers extérieurs, des passerelles et des coursives. Il en résulte un ensemble très élégant, bien inséré dans ce site, mi-naturel, mi-urbain, caractéristique de la géographie nancéienne. En dépit de l’indéniable qualité du projet architectural, l’opération Gamma va révéler un certain nombre d’impasses techniques, qui aboutiront, au final, à la destruction de cette réalisation atypique. Jacques Mermet a énuméré, en 1982, les difficultés rencontrées. Le nombre de logements à construire était trop élevé compte tenu des risques de l’expérimentation. « Il avait bien été question d’effectuer les différentes mesures sur un prototype, mais, en réalité, cela ne s’est pas produit. Les essais ont eu lieu a posteriori lorsque les bâtiments en étaient déjà aux finitions ». L’opération a souffert du manque de stabilité des équipes techniques. « Le bureau d’ingénierie qui avait fait les premières études n’étant pas agréé par l’OPHLM, c’est un autre BET qui a suivi l’affaire. L’expérience accumulée n’a pas été transmise ». Il en fut de même pour les entreprises. « C’est Rouméas, et non Gervez, qui a réalisé l’opération ». À cela vint s’ajouter le changement de direction à la tête de l’office d’HLM et la mutation des équipes au sein du Plan Construction. « Le climat s’est totalement modifié. Cela a été particulièrement flagrant dans nos relations avec l’office. Nous n’avions plus affaire à un partenaire, mais à un gestionnaire hostile à l’expérimentation. La confiance qui régnait au départ a cédé la place à des rapports conflictuels »24. Force est de constater que le procédé Gamma, lorsqu’il a été mis en œuvre à Nancy, n’était pas au point. Les conditions d’une véritable expérimentation n’étaient pas réunies. Le déroulement chaotique du chantier a entraîné un long retard dans la livraison des logements. De nombreux problèmes subsistant après leur mise en service (isolations phonique et thermique déficientes, étanchéité mal assurée), les locataires ont engagé des actions revendicatives qui se sont poursuivies en justice, tandis que le maître d’ouvrage attaquait les constructeurs au titre de la garantie décennale. « Je crois, déclarait en 1982 M. Langlais, le directeur technique de l’OPAC, que cette opération ne satisfait personne. Aujourd’hui les bâtiments sont là, et on ne peut pas les détruire [ill. 6]. Mais c’est pour nous une charge énorme. Nos services y perdent un temps considérable et financièrement c’est un gouffre. Nous avons déjà englouti 4,5 millions de francs en travaux supplémentaires pour ces soixante-quinze logements. Bien entendu nous ne pouvons pas répercuter ces dépenses sur les loyers et nos locataires ont raison de refuser de faire les frais de cette opération »25. Après de nombreuses péripéties, les logements de la rue de la colline seront finalement détruits. Une première campagne de démolition, au début des années 2000, réduit l’ensemble à quelques cellules (conservées grâce à l’intervention de Gérard Monnier, président de Docomomo France). Engagée en 2008, la destruction des éléments subsistants suscite de nombreuses protestations. Les étudiants de l’École d’architecture de Nancy organisent des ateliers de projet pour obtenir la conservation des derniers logements. Relayée par Docomomo France et par la presse locale, leur action aboutit à la suspension des travaux de démolition et au lancement par l’OPAC d’une expertise technique conduite par Jean-Marc Weill (ingénieur) et Christian Vincent (architecte). Il s’agit, d’une part, de sauvegarder quatre logements Gamma en mettant en œuvre les procédures de réhabilitation traditionnelles, et, d’autre part, de reconstruire quatre nouveaux logements en intégrant au système originel les connaissances techniques acquises en matière de construction métallique. Cette étude, remise au maître d’ouvrage au cours de l’année 2009, devrait entrer prochainement dans sa phase opératoire.

ill. 6 - L’opération Gamma en ruines. Photo : Joseph Abram (2008).

CONCLUSION

20Les trois exemples analysés reflètent l’hétérogénéité des situations patrimoniales rencontrées dans le domaine du logement. L’unité d’habitation de Briey a été sauvée de la destruction par la volonté d’un maire, Guy Vattier, qui est parvenu, à travers des transferts de programmes, à faire revivre l’immeuble de façon durable. L’aménagement d’une école d’infirmière, le changement du statut de propriété, la création d’une association culturelle d’envergure internationale ont contribué à la renaissance d’un patrimoine de premier ordre. L’acte fondateur de la conservation a consisté à réinstaller des habitants dans l’immeuble, et à leur en confier le devenir par le biais d’une copropriété. D’abord éloignée de l’héritage corbuséen, la réhabilitation physique du bâtiment tend à s’en rapprocher au fil des campagnes de restauration successives. Confronté, à la fin des années 1970, à la multiplication des logements vacants, Le Haut du Lièvre est promis, dès cette période, à la démolition. Mais devant les réactions de la population, le projet destructeur de la municipalité est enterré au profit d’une première rénovation du quartier. Le grand ensemble, dont les difficultés s’aggravent encore avec la crise, perd plusieurs milliers d’habitants au cours des années 1990.

  • 26 Barbu, Cochet, 2001.
  • 27 Abram, 2001.

21Une restructuration globale s’impose d’autant que les terrains libérés par les carrières Solvay sont désormais disponibles. Une étude menée au début des années 2000, à l’École d’architecture de Nancy, propose de sauvegarder l’identité du grand ensemble en recentrant toutes ses activités autour du Cèdre Bleu26. Ce projet, qui conciliait les intérêts patrimoniaux et la dynamique du quartier, n’a pas été pris en compte. La grande barre a été partiellement démolie au cours de l’été 2010. Quant à l’opération Gamma, elle a complètement disparu. Liée à la politique expérimentale du Plan Construction, elle ne pouvait se réduire à un simple échec technique. Par sa valeur patrimoniale, liée au contexte historique, cet ensemble méritait conservation, au même titre que plusieurs autres réalisations expérimentales, comme celles de Marcel Lods à Rouen, de Vladimir Kalouguine à Angers, ou de Pierre-Henri Maillard à Toulouse27. Compte tenu de la situation nancéienne, la reconstitution du système Gamma proposée par Jean-Marc Weill et Christian Vincent semble particulièrement opportune. Dans chacun des cas analysés, les notions de patrimoine et d’authenticité prennent des significations spécifiques. D’une manière générale, le logement social des Trente Glorieuses résiste à la problématique patrimoniale. Mais les stratégies de protection et de conservation peuvent s’adapter.

Bibliographie

Abram, 2006 : J. Abram, Le Corbusier à Briey, Histoire mouvementée d’une unité d’habitation, Éditions Jean-Michel Place, Paris, 2006.

Abram, 2001 : J. Abram, Fragilité et spécificité du patrimoine de l’expérimentation, propos recueillis par Hélène Corset, Nancy, janvier 2001.

Abram, 1983 : J. Abram, D. Gross, Bilan des réalisations expérimentales du Plan Construction en matière de technologie nouvelle, Plan Construction Paris, 1983.

Abram, 1977 : J. Abram, Le Haut du Lièvre à Nancy, étude urbaine réalisée pour l’Agence d’Urbanisme de la Ville de Nancy dans le cadre du CEMPA, centre de recherche de l’école d’architecture de Nancy, 1977.

Barbu ; Cochet, 2001 : S. Barbu et J.-D. Cochet, Le Haut-du-Lièvre. Une proposition de renouvellement urbain, École d’architecture de Nancy, 2001.

Bouillon, 1980 : J. Bouillon, Le Corbusier, architecture et urbanisme. L’échec de Briey-en-Forêt, mémoire de fin d’études, école d’architecture de Nancy, 1980.

Donzé, 1995 : J.-P. Donzé, Georges-Henri Pingusson dans l’Est de la France et en Sarre, architecture, création, modernité, mémoire de fin d’études, école d’architecture de Nancy, 1995.

Gadjos ; Pastrana ; Lyon-Caen, 1980 : C. Gadjos, J.-J. Lyon-Caen, R. Pastrana, Les enjeux de la conservation du patrimoine, rapport de recherche, Tabula Rasa/Corda, Paris, 1980.

Notes

1 Gadjos, Lyon-Caen, Pastrana, 1980.

2 Bouillon, 1980.

3 Donzé, 1995.

4 A. Wogenscky, propos recueillis par Joseph Abram et Joël Bouillon, Paris, mai 1983.

5 Cf. « MM. Le Corbusier et Wogenscky ont ouvert officiellement, hier après-midi, le chantier de construction de la troisième Cité radieuse de France, à Briey-en-Forêt », Le Républicain Lorrain du 5 mars 1959.

6 J.-P. Bourraux, « Présentation du chantier de la Cité radieuse », document dactylographié daté du 28 février 1962 (archives Bourraux).

7 G. Ganachaud, « Un building s’élève en pleine forêt », La Voix de L’Est, 21 février 1960.

8 G. Sinclair, « Hier, 2 pièces pour 11 personnes. Aujourd’hui, 8 pièces dans cette Cité radieuse », France Soir, 31 janvier 1961.

9 A. Falk, « Le Corbusier a planté une Cité radieuse au pays des hauts fourneaux », Le Figaro Littéraire, 27 janvier 1962.

10 G.-H. Pingusson lettre à Le Corbusier datée du 10 octobre 1961, citée par Jean-Philippe Donzé, op. cit. p. 65.

11 Délibération de l’Office départemental d’HLM du 15 décembre 1967.

12 Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, motion adoptée par la commission des finances, février 1983. Le 3 mai 1983, L’Est Républicain publie un article intitulé « Fermeture de la Cité radieuse : le processus engagé ».

13 D. Robert, « Briey la Forêt : Le Corbu au rebut », Libération, 19 juin 1984.

14 L’intervention de Guy Vattier est publiée dans Le Républicain Lorrain du 23 avril 1987.

15 Sur l’histoire de l’unité d’habitation de Briey, cf. J. Abram, 2006.

16 Guy Vattier, propos recueillis par Joseph Abram, Briey, avril 2006.

17 Abram, 1977. Voir aussi Abram, 1981.

18 Cf. L’Est Républicain du 3 mars 1957 et L’Est Républicain du 7 mars 1959.

19 Bernard Zehrfuss, présentation du quartier du Haut-du-Lièvre, document dactylographié, 1976.

20 Bernard Zehrfuss, entretien avec l’auteur, Paris, le 17 juin 1980.

21 Abram, Gross, 1983.

22 Jacques Mermet, propos recueillis par Joseph Abram et Daniel Gross, Nancy, février 1982.

23 Voir la description du système Gamma dans Abram et Gross, op. cit., p. 90-99.

24 Jacques Mermet, propos recueillis par Joseph Abram et Daniel Gross, Nancy, février 1982.

25 M. Langlais, propos recueillis par Joseph Abram et Daniel Gross, Nancy, avril 1982.

26 Barbu, Cochet, 2001.

27 Abram, 2001.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - Le chantier de l’unité d’habitation de Briey en 1960. Photo : Jean-Pierre Bourreaux (Archives de « La Première Rue », Briey).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende ill. 2 - Le Corbusier à Briey, le 5 avril 1960. Photo : Jean-Pierre Bourreaux (Archives de « La Première Rue », Briey).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6951/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende ill. 3 - Le chantier du Haut du Lièvre, 1960. (Archives Zehrfuss/AN-IFA).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6951/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende ill. 4 - La démolition partielle du Cèdre Bleu. Photo : Joseph Abram (2010).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6951/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende ill. 5 - L’opération Gamma à Nancy. Photo : Joseph Abram (1981).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6951/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende ill. 6 - L’opération Gamma en ruines. Photo : Joseph Abram (2008).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6951/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 326k

Auteur

Architecte, historien, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy, chercheur au Laboratoire d’Histoire de l’Architecture Contemporaine

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540