Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

Témoignages croisés

Les actions de Docomomo France pour la sauvegarde du patrimoine moderne

Un patrimoine moderne à l’abattoir...

Agnès Cailliau

Texte intégral

1Le patrimoine Moderne à l’abattoir, intitulé originel choisi pour cette communication est un peu provocateur. Il est un clin d’œil au lieu où se déroule ce colloque. Mais hélas il reflète une triste réalité qui fait référence aux exactions que subit l’architecture du XXe siècle, aux démolitions de notre héritage récent qui s’apparentent à une mise à mort. Deux cas précis situés en banlieue de Paris illustrent les forces d’abattage et sources d’abattement qu’a rencontrées l’association Docomomo France ainsi que les nombreux architectes, historiens de l’Architecture, hommes politiques, habitants et citoyens attentifs qui la soutiennent.

2L’un est un ensemble d’ateliers collectifs consacrés au travail à Sèvres, le second est un ensemble de logements collectifs consacrés à l’habitat social à Pierrefitte-sur-Seine. D’un côté des architectes connus, anciens collaborateurs de Le Corbusier, une banlieue riche, « nantie », censée avoir accès à la Culture, tranquille. De l’autre, de jeunes architectes moins connus, anciens collaborateurs de Jean Renaudie, dont le projet se trouvera dans une banlieue nord-est difficile, avec les problèmes que l’on y connaît depuis quelques années. Chacun des permis de démolir de ces deux « cités » a mobilisé l’énergie de notre association aux côtés de nombreux autres défenseurs de l’architecture du XXe siècle. En septembre 2006, le permis de démolir de la Cité artisanale de Sèvres construite par les architectes Candilis, Josic et Woods est affiché. En juin 2009 le permis de démolir de Desnos, une partie de la Cité des Poètes de Pierrefitte, construite par Jeronimo Padron Lopez est également délivré. L’autre partie, des frères Euvremer, semble étonnamment restée en sursis provisoire.

ill. 1 - La Cité artisanale de Sèvres, œuvre de Candilis, Josic et Woods.

ill. 2 - La Cité artisanale de Sèvres : plan-masse.

ill. 3 - Maison Prouvé.

ill. 4 - La juxtaposition de la nouvelle opération Cogedim et Bouygues avec ce qui reste de la Cité artisanale.

  • 1 Jean Prouvé et notre célèbre trio d’architectes collaborèrent ensemble à un concours sur le comple (...)

3La Cité artisanale de Sèvres, œuvre de Candilis, Josic et Woods [ill. 1] est un ensemble architectural né de la collaboration exemplaire de trois architectes, grec, américain et serbe, donc de naissance étrangère. Le plan-masse [ill. 2] est dessiné sur 1 200 m², dans les bois de Meudon. Il est étudié précisément à l’échelle urbaine et architecturale, très différente des ensembles qui ont poussé dans les années 50-60. Ce projet sera publié en 1964 dans la revue Architecture d’aujourd’hui. L’opération était installée le long de la Route des Gardes à Sèvres, en face de quatorze maisons de Jean Prouvé [ill. 3] constituant le lotissement « Sans Souci », construit 10 ans avant. Nous avions ainsi un rare paysage du XXe, avec d’un côté les pavillons du célèbre constructeur dont on connaît la modernité, et, en face, la magnifique élévation de la Cité artisanale qui se déployait dans les arbres1.

4La façade de la Cité artisanale était construite sur une trame carrée de 4,50 m par 4,50 m, avec deux niveaux de toits-terrasses alternant, en hauteur, à 3 m ou 4,50 m. Le concept, assemblages de volumes abritant des ateliers de travail autour d’atriums ouverts qui font entrer généreusement la lumière, réutilise la logique de la Casbah étudiée précédemment par l’équipe d’architectes. Ce jeu simple de tabourets de différentes hauteurs, tables basses et tables hautes, jouant sur une ossature de poteaux et des parois en béton banché, anime la troisième façade, et fonde le principe générateur urbain plein d’intelligence que l’on retrouve à l’université du Mirail à Toulouse. Cette combinaison modulaire, sorte de « web » constructif, est illustrée par la très belle image de notre colloque. C’est une matrice, à la fois architecturale et urbaine, qui engendre un caractère à la fois dynamique et paisible aux qualités spatiales et sociales propices à la concentration du travail et des études. Des panneaux en béton banché et vitrages aux proportions très étudiées composent les parois de remplissage comme des tableaux de Piet Mondrian.

5Avant sa destruction, l’ensemble était en bon état. Et l’on peut souligner aussi à quel point la surélévation rajoutée au projet d’origine par Josic améliorait encore l’intégration de cette grande composition dans les bois de Meudon.

6De nombreux architectes se sont émus de cette démolition avancée. Avec Docomomo France, ils ont alerté le Ministère de la Culture. Une inspection générale a été diligentée et le préfet d’Île-de-France a stoppé les procédures d’urbanisme en cours pour examiner le dossier et plus particulièrement les conclusions du rapport de François Goven, inspecteur général, qui concluait à la proposition de ne pas laisser démolir ce maillon essentiel de l’architecture moderne.

  • 2 Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques, créée en 1977

7Mais seule une instance de classement, outil d’exception à disposition du ministre de la Culture, aurait pu sauver ce territoire de la main mise par les promoteurs. L’histoire met cruellement dans la balance de cette démolition la volonté du Maire de Sèvres, M. Kosciusko Moriset, qui depuis 2003 est aussi président de la MIQCP2 dont le Ministère de tutelle est le Ministère de La Culture, dirigé alors par Renaud Donnedieu de Vabres.

8Les architectes Josic père & fils habitent encore sur place, dans un « iceberg », une épave subsistant dans les constructions neuves commercialisées par la Cogedim et Bouygues [ill. 4], sorte de catalogue de maisons et d’immeubles d’aspect « francilien », faussement traditionnel, et tristement caricatural.

9L’ensemble de la cité artisanale de Sèvres a été détruit à 90 % en 2007.

ill. 5a - Desnos, un quartier de la Cité des Poètes à Pierrefitte-sur-Seine, façade sud.

ill. 5b - Desnos, un quartier de la Cité des Poètes à Pierrefitte-sur-Seine.

ill. 5c - Desnos, un quartier de la Cité des Poètes à Pierrefitte-sur-Seine, atrium vitré.

10Desnos, quartier de la Cité des Poètes à Pierrefitte-sur-Seine [ill. 5a-b-c] s’illustre par une grande originalité. Ce petit ensemble urbain de 440 logements est composé comme une place forte afin de se protéger du bruit infernal de la RN1 au Nord. Par contre, il s’ouvre en mode méditerranéen, en terrasses et patios, à 180o au sud. Propice à la surprise et à la découverte, aux jeux d’ombre et de lumière, l’habitat généreux s’y développe de part et d’autre d’une immense nef vitrée appelée « séjour urbain », et de deux jardins – patios plantés. L’exigence d’espaces verts privatifs offerts à chaque appartement sans exception, avec des balcons plantés ou des jardinets de plain-pied construits en gradins établis sur quatre étages maximum, et un système de récupération des eaux en faisait une opération pionnière et écologiste avant l’heure pour du logement social [ill. 6]. L’architecte espagnol Jeronimo Padron Lopez, ayant fait ses études à Venise, a conçu des coursives et passerelles de circulation ludiques, permettant toujours la surveillance collective des espaces extérieurs par les habitants. À l’intérieur, aucun logement n’est pareil à un autre, et bénéficie d’une double exposition.

11L’origine de notre motivation est venue de notre émoi devant l’aberration que signifiait la démolition de cet habitat social pionnier de l’écologie et d’une haute qualité environnementale, livré seulement en 1993, alors que nous sommes en pénurie cruelle de logements sociaux ! Pour des raisons obscures de financement d’une démolition au profit de la commune, la Cité des Poètes a soudain été catapultée dans les fourches caudines d’un mauvais projet de l’Agence Nationale du Renouvellement Urbain : injuste sort jeté à une œuvre diagnostiquée à tort en mauvais état, dégradée superficiellement en raison de l’habituel turnover de locataires démunis et du manque d’entretien les bailleurs.

ill. 6 - Ensemble Desnos, Pierrefitte-sur-Seine, plan-masse définitif (Source archives personnelles de Renée Gailhoustet. Jeronimo Padron-Lopez arch).

12Les appartements de rez-de-chaussée vont être rapidement murés avec des parpaings et les jeux pour les enfants supprimés des patios. La démolition a commencé par les cloisons intérieures et les vitrages : le second œuvre.

  • 3 Film de 6 min de Jeanne Broyon : http://latelelibre.fr/index.php/2009/10/il-faut-sauver-la-cite-de (...)

13Malgré les pétitions signées par des centaines d’habitants et des architectes renommés, par des élus ou députés, par le directeur du CAUE de Seine Saint-Denis, par le futur Président de l’ordre régional des architectes d’Île-de-France, par les associations Promenades urbaines et Paris historique, rien n’a permis d’ébranler la décision de l’État. Appelée aux côtés de la grande architecte Renée Gaihoustet, puis de l’architecte concepteur de la Cité elle-même, Jeronimo Padron Lopez, l’association Docomomo France a choisi de s’opposer à la démolition la Cité des Poètes. Dans le cadre de son action en justice, Docomomo France, aux côtés des architectes de l’œuvre et de deux locataires Magda et Joëlle, a obtenu en référé la suspension du permis de démolir du quartier Desnos. Mais la Ville de Pierrefitte a prétexté un mauvais état sanitaire de la grande verrière pour prendre un arrêté de mise en péril et faire procéder à la démolition malgré la décision de justice. Lorsque la société lorraine Melchior a commencé la démolition du gros œuvre toute chance de concrétiser un projet de réhabilitation a disparu. Pourtant c’est une solution qui aurait offert de réelles possibilités de travail à de nombreux artisans et entreprises locales, au chômage3.

14Depuis 2004, avec l’arrivée du code du patrimoine « qui remplace et abroge plusieurs lois dont la loi de 1913 sur les Monuments historiques », beaucoup d’autres exemples d’édifices de qualité architecturale reconnue sont partis à l’abattoir et stigmatisent l’attitude de frilosité de l’État qui refuse d’exercer son droit de protection sur les édifices du XXe siècle. Pourtant cette loi et l’instance de classement sont un outil qui caractérise l’exception française.

15Voici les édifices qui auraient dû être sauvés et bénéficier d’une instance de protection comme les Cités de Sèvres et de Pierrefitte.

  • Les intérieurs du cinéma le Louxor à Paris (1922). Les extérieurs sont inscrits.
  • La piste de l’ancienne aéropostale de Toulouse déjà inscrite4.
  • Le bassin des carènes et autres bâtiments de Perret à Balard.
  • La cité universitaire Jean Zay d’Eugène Beaudouin à Antony (1945)5, groupe « Dortoir », destiné à loger 2 000 étudiants célibataires et 500 ménages d’étudiants. C’est l’un des plus importants programmes de ce type lancé en France par le ministère de l’Éducation Nationale qui a longtemps été considéré comme le plus grand ensemble de résidence universitaire d’Europe.

Notes

1 Jean Prouvé et notre célèbre trio d’architectes collaborèrent ensemble à un concours sur le complexe du domaine skiable de St-Martin de Belleville en Savoie et à l’Université libre de Berlin.

2 Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques, créée en 1977

3 Film de 6 min de Jeanne Broyon : http://latelelibre.fr/index.php/2009/10/il-faut-sauver-la-cite-des-poetes/

4 La Ville de Toulouse a décidé de démolir le site historique de l’Épopée d’où décollaient Saint-Exupéry, Mermoz et Guillaumet, site universellement reconnu et qualifié de « jalon fondamental de l’Histoire de l’aviation » par le Ministère de la Culture et de la Communication. Ce site encore authentique, dont les bâtiments sont protégés au titre des Monuments historiques, est en cours de dépeçage au profit d’une opération immobilière de plus de 15 immeubles de 5 étages chacun. La démolition de la piste classée, premier aérodrome de Toulouse, se fait en toute illégalité. Remi Desalbres petit-neveu de Pierre-Georges Latécoère. Cf. http://blog.avionslegendaires.net/2010/08/despromoteurs-rasent-laerodrome-mythique-de-laeropostale/

5 Terrain affecté à l’opération : 11 hectares, métro « Croix de Berny » (devenu RER), face à l’une des entrées du parc de Sceaux. Après plusieurs années d’étude le projet aboutit en 1954. Bien plus que la construction d’une simple résidence, l’opération a l’ambition de réaliser, sous la forme d’un campus, un véritable projet urbain regroupant sur un vaste terrain engazonné et arboré, gymnase, piscine, terrain des sports, magasins, poste, école, pharmacie, coiffeur, blanchisserie, etc. in F. Goven, Inspecteur général, ministère de la Culture, à l’attention de M. M. Clément, Directeur de l’Architecture et du Patrimoine au Ministère de la Culture, juillet 2010.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - La Cité artisanale de Sèvres, œuvre de Candilis, Josic et Woods.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende ill. 2 - La Cité artisanale de Sèvres : plan-masse.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende ill. 3 - Maison Prouvé.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6936/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende ill. 4 - La juxtaposition de la nouvelle opération Cogedim et Bouygues avec ce qui reste de la Cité artisanale.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6936/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende ill. 5a - Desnos, un quartier de la Cité des Poètes à Pierrefitte-sur-Seine, façade sud.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6936/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Légende ill. 5b - Desnos, un quartier de la Cité des Poètes à Pierrefitte-sur-Seine.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6936/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende ill. 5c - Desnos, un quartier de la Cité des Poètes à Pierrefitte-sur-Seine, atrium vitré.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6936/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende ill. 6 - Ensemble Desnos, Pierrefitte-sur-Seine, plan-masse définitif (Source archives personnelles de Renée Gailhoustet. Jeronimo Padron-Lopez arch).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6936/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

Auteur

Architecte-urbaniste de l’État, Architecte du patrimoine, Enseignante à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Rouen, Présidente de Docomomo France

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540