Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

Contextes historiques

18 Centre d’ar(t)chitecture et de design, PFE 2008

Le projet attentif de l’architecte Mathieu Lebecq

Catherine Compain-Gajac

Texte intégral

  • 1 Sources : - Mathieu Lebecq, PFE 2008, sous la direction de Sophie Courrian, architecte. « Réhabili (...)

1Nous nous faisons ici le rapporteur du projet de fin d’étude de l’architecte Mathieu Lebecq à l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux en 20081, un projet de réhabilitation pour la caserne de pompiers de la Benauge à Bordeaux.

2L’intérêt du travail de Mathieu Lebecq repose sur un constat paradoxal. En effet, dans cette ville de Bordeaux où le XVIIIe siècle architectural a dicté sa loi jusqu’à l’aube du XXe siècle, la caserne des pompiers de la Benauge est aujourd’hui considérée comme un édifice emblématique. La communication de Marc Saboya le démontre. Mathieu Lebecq a choisi cet édifice pour montrer qu’il était alors désormais possible de trouver une articulation entre ce bâtiment venu parasiter visuellement l’unité architecturale du port de la Lune et la ville, en face et autour, qui déroule, le long du fleuve, ses façades de pierre blonde.

3Installé sur la rive droite de la Garonne, le bâtiment s’inscrit en effet avec autorité dans un site plat dont il émerge de toute la blancheur de son revêtement peint à rehauts aujourd’hui orangés, à l’origine rouges, sur fond de collines vertes [ill. 1].

ill. 1 - Caserne de pompiers de la Benauge, Bordeaux 2008, photo Mathieu Lebecq.

4Il y a là incontestablement matière à imaginer, de la part de ses concepteurs, une certaine provocation : provocation à imposer une architecture à ce point contrastante avec l’architecture environnante des XVIIIe et XIXe siècles caractéristique de Bordeaux que depuis des décennies elle ne laisse pas le regard indifférent. Au soleil de la fin d’après-midi sa large façade blanche rutile même avec arrogance face aux immeubles inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO qu’elle domine.

  • 2 Ibid.

5La caserne des pompiers est aujourd’hui considérée comme un édifice emblématique parce que, dans le contexte de l’histoire de l’architecture bordelaise, elle se distingue comme véritable archétype fonctionnaliste. C’est indéniablement une œuvre de premier plan de la modernité des années 50 en France. Marc Saboya, la considère comme un bâtiment « résolument contemporain, signal de l’avènement de tout un quartier dans le monde de l’après-guerre »2. Construite par les architectes bordelais Claude Ferret, Adrien Courtois, et Yves Salier en 1954, elle illustre parfaitement la volonté de la ville qui voulait voir dans cette architecture « l’affirmation du XXe siècle en face de l’admirable XVIIIe ».

6Le propos est ici de présenter le projet de Mathieu Lebecq. Sa proposition architecturale se donne pour objectif de mettre en place les éléments nécessaires à la sauvegarde des bâtiments un temps menacés de destruction.

7C’est d’un premier état des lieux que l’architecte pourra faire émerger ses premières idées. La caserne de pompiers occupe un large site, sur la rive de la Garonne.

8Elle fait face aux quais classés et à la somptueuse architecture du palais de la Bourse, offrant ainsi, depuis ses balcons, une vue panoramique exceptionnelle et unique sur Bordeaux. L’histoire des bâtiments et leur qualité architecturale ayant impliqué le choix de la conservation plutôt que celui de la destruction de l’édifice, Mathieu Lebecq s’est obligé à une réflexion qui rend compte de l’existant. Pour lui, « créer dans le créé » devient l’idée motrice du projet. Faisant le constat des qualités à la fois structurelles, plastiques et environnementales de l’ensemble architectural que représente la caserne, l’architecte en déduit qu’il est aisément envisageable de réfléchir à un projet de reconversion.

9Depuis quelques années, au vu d’expériences vécues avec satisfaction, la réhabilitation de l’architecture de XXe siècle est désormais une démarche perçue favorablement. Elle permet en outre de mettre en œuvre des procédures de développement durable qui aujourd’hui sont devenues incontournables.

10Pour Mathieu Lebecq, c’est dans la dynamique nouvelle du courant d’urbanisation galopante qui touche les quartiers de la rive droite que le projet de réaménagement de la caserne des pompiers prend tout son sens. Il veut donner une nouvelle signification à cette architecture en lui faisant une place dans ce quartier qui a pour ambition d’être la vitrine du Bordeaux 2013.

11Comment envisager dès lors cette architecture aux formes géométriques blanches soulignées d’un reste de couleur rouge orangé qui s’élève, parallèle au courant ocre du fleuve, sur une large parcelle de 2 ha ? L’architecte considère dans un premier temps que l’emplacement et la réalité foncière des lieux donnent toutes les raisons de s’orienter vers un projet densificateur. Il remarque également que l’arrivée, à proximité, d’un nouveau pôle universitaire va créer un besoin de logements étudiants.

12Le projet s’oriente donc naturellement vers deux axes, chacun trouvant sa justification dans une certaine complémentarité. D’une part, l’architecte imagine de créer un centre d’art, d’architecture et de design et ses annexes (médiathèque, auditorium, stockage, restaurant, lounge...) ; d’autre part, il prévoit la réhabilitation des logements de fonction en résidence d’étudiants et d’artistes et installe, dans la tour de manœuvre, des ateliers d’artistes. Ainsi, pense-t-il, en attribuant à la caserne des pompiers de nouvelles fonctionnalités, en lui inventant une activité culturelle, pourra-t-on également répondre au souci de lui donner une signification patrimoniale fondée sur son histoire et réaffirmée par sa requalification.

13Œuvre du XXe siècle, remarquable mais encore mal connue et souvent mal aimée des Bordelais, même encore aujourd’hui, la caserne des pompiers de la Benauge constitue un patrimoine d’actualité, porteur de valeurs émotives et plastiques qui appartiennent autant à la mémoire qu’à l’avenir. À la fin de l’année 2008, au moment où les pompiers la quittent, c’est une œuvre qui fait suffisamment et positivement débat pour qu’une réflexion sur une éventuelle réhabilitation puisse être envisagée. Un appel à idées avait d’ailleurs été lancé dans ce sens par la ville de Bordeaux.

  • 3 Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’architecture à l’ENSAPBx.

14Comme l’affirme Gilles Ragot, « La prise de site est le premier défi que les architectes doivent relever. [...] Loin de refuser la confrontation, Ferret l’assume et compose avec la Garonne et le vieux Bordeaux »3. Pour Mathieu Lebecq, l’un des intérêts majeurs de la caserne des pompiers de la Benauge est sa situation.

ill. 2 - Plan-masse extrait du fascicule de présentation anglais de la caserne : 1 - garage, 2 - cour de manœuvre, 3 - ateliers, 4 - logements, 5/6 - accès, 7 - gymnase, 8 - tour de séchage et de manœuvre, 9 - dortoirs, 10 - administration, 11 - réunion/mess, 12 - machinerie.

  • 4 Gilles Ragot.

15C’est en effet là une « prise de site » audacieuse, voire provocatrice qui confronte l’édifice avec la Garonne et le front ancien bordelais. La caserne, parfois violemment éclairée par le puissant soleil du soir aquitain, offre une image unique de la richesse de la modernité : toit-terrasse, pilotis, loggias, polychromie, porte-à-faux, formes ondulantes ou franches du béton, verrières. Claude Ferret, Yves Salier et Adrien Courtois en ont fait un condensé de l’enseignement de Le Corbusier et de l’école brésilienne. En outre, son plan-masse obéit au principe du fonctionnalisme à l’image de l’école du Dessau [ill. 2]. Son découpage « répond distinctement à la multiplicité des fonctions du programme. [...] l’indépendance de chaque volume garantit la lisibilité de la distribution des fonctions essentielles du programme »4. Le plan-masse originel indique deux jeux de cours. L’une, ouverte vers le fleuve, pourrait favoriser la pénétration du futur parc des berges prévu sur la rive droite de la Garonne en vue d’accueillir à la fois des équipements publics et privés (guinguettes, éléments d’animation etc.) et des parkings. L’autre, enclose au milieu des bâtiments, permettrait de mettre en œuvre la volonté de conserver l’esprit du bâtiment d’origine dans ses principes de fonctionnalité et « d’empreinte ».

UNE PERCEPTION SENSORIELLE DES LIEUX

  • 5 Cf. note 1.

16« D’abord il y eut la rencontre avec un bâtiment, la caserne des pompiers de la Benauge. Si polémique, elle me "nargue" depuis presque dix ans maintenant. Aux Beaux Arts déjà, avant de rentrer à l’école d’architecture, je rêvais d’assemblages, de compositions, de figures géométriques... J’étais loin de m’imaginer son potentiel de reconversion »5.

17C’est après avoir effectué, en 2007, un stage dans le cadre d’Arc en Rêve centre d’architecture à Bordeaux, que le projet de Mathieu Lebecq a pris forme plus précisément. Depuis 1981, date de sa création, Arc en Rêve participe en effet très activement à de nombreuses actions « de sensibilisation culturelle dans les domaines de l’architecture, de la ville, du paysage et du design, avec un rôle de médiation pour la promotion de la qualité du cadre de vie ». Le siège de l’institution est installé dans les murs des Entrepôts Lainé à Bordeaux, bâtiment réhabilité du XVIIIe siècle destiné à cette époque à conserver les marchandises à proximité du port. Le lieu abrite également le C.A.P.C Musée d’art contemporain. À la fin de son stage, Mathieu Lebecq a la certitude qu’Arc en Rêves souffre davantage de cette association géographique obligée qu’elle n’en bénéficie. Il a alors l’idée de la transporter dans le bâtiment de la caserne des pompiers, idée qui va impulser celle du projet.

18Une relecture préliminaire de l’architecture de la caserne va permettre de mettre en évidence et d’intégrer les diverses notions « de conservation, de protection, de reconnaissance, de valorisation, et de transmission de l’architecture moderne ». Il sera alors possible de se projeter au-delà de l’a priori et d’envisager un possible lendemain à ce bâti‑ ment digne de considération [ill. 3].

19C’est ainsi que la question première a porté sur l’opportunité de mettre en place un centre d’art, d’architecture et de design dans un édifice aussi emblématique. Cela permettait d’installer une institution à visée culturelle dans un bâtiment très remarquable architecturalement et bien situé d’un point de vue identitaire autant que géographique (accès, vue, localisation). En outre, la liberté laissée par le plan de l’édifice permettait de doter le bâtiment de qualités d’adaptabilité, grâce, en particulier, à l’utilisation systématique de poteaux porteurs, les murs devenant des cloisons qui rendent l’espace aisément malléable. La construction des espaces n’allait plus dès lors être figée, ni même rigide. Ils y seraient orientés mais pas contraints. Ils autoriseraient une évolutivité indispensable à la transformation des besoins. Ainsi, l’idée généralement acceptée, selon laquelle il faut accepter de transformer une architecture parce que le bâtiment survit à son concepteur et parfois à sa fonction, prendrait-elle alors tout son sens.

20Mathieu Lebecq considère, à l’instar d’une majorité d’architectes, que la réhabilitation de l’architecture du XXe siècle, et particulièrement celle de l’architecture des années 50‑60, représente, quantitativement comme qualitativement un marché majeur dans les années à venir. Appelée à devenir une pratique incontournable, elle s’impose en effet dans la mesure où le « réemploi » est désormais perçu comme une solution, un acte déterminant dans la logique de préservation des bâtiments et même des ensembles urbains. Solution radicale, le « réemploi » doit aussi être compris comme un choix qui s’inscrit dans la logique de développement durable dont on reconnaît aujourd’hui l’indispensable nécessité.

ill. 3 - Ensemble de vues intérieures, fonds Ferret. Photographe Robert Lassus, Bordeaux 1954

21Un autre fait remarquable, selon Mathieu Lebecq, est l’attention nouvelle que le public porte aujourd’hui à la réhabilitation de l’architecture, plus particulièrement aux édifices emblématiques des années 50/60. La réhabilitation est aujourd’hui unanimement conçue comme un projet résolument contemporain qui n’empêche en rien l’expression de l’architecture actuelle et qui lui offre, au contraire, des perspectives nouvelles « projectuelles ». Avec la réhabilitation, l’architecte se voit en effet confronté à la nécessité d’inventer non plus un objet ex nihilo mais de découvrir les significations et potentialités d’une œuvre existante, de la relire afin d’écrire son devenir en conjuguant le futur avec son passé, parfois très prégnant, comme c’est le cas avec la caserne des pompiers. Cette posture permet alors d’envisager de nombreux scénarios interprétatifs qui se tissent ensuite dans un travail d’investigation et de documentation aux critères multiples (historiques, esthétiques, formels, sociologiques, économiques, écologiques, symboliques, etc.) qui, quelle que soit l’époque d’origine du bâti, fertilisent le projet de réhabilitation. « La réhabilitation part d’un "déjà là" architecturé, c’est-à-dire le bâtiment lui-même », écrit Mathieu Lebecq. En conséquence, l’architecte va s’adapter à l’existant en fonction de ce qu’il peut offrir. « La pièce jouée n’est pas une simple question technique ». Elle met aussi en œuvre plusieurs personnalités : celle des bâtiments avec une histoire forte et celle des architectes qui doivent créer dans la contrainte de ce déjà là : « c’est le créer dans le créé ».

22Mathieu Lebecq explique alors une manière nouvelle de percevoir le projet. La réhabilitation devient l’occasion « de profiter de l’architecture avec tous nos sens ». Elle oblige à comprendre, bien davantage qu’un espace, la culture qui l’a produite. Elle met en exergue ce passage, à la fois ambitieux et risqué, d’une architecture du passé vers une architecture du présent. La réhabilitation rapproche et met en résonance les qualités de l’édifice d’origine avec celles qui relèvent de l’architecture d’aujourd’hui, même si le parti est pris de renier ces qualités passées.

23C’est ainsi parce qu’il appartient à cette génération d’architectes qui devront se confronter à la question de la réhabilitation d’un bâti dont la reconnaissance patrimoniale est souvent contestée, qu’il est apparu indispensable à Mathieu Lebecq de réfléchir à la réhabilitation de la caserne des pompiers de la Benauge. Profitant de l’actualité du sujet il s’est interrogé à la fois sur la question du patrimoine et sur une démarche liée au développement durable. Il répondait ainsi à la politique affirmée de développement et de rénovation urbaine que la ville de Bordeaux préconise depuis plusieurs années. Enfin ce projet de réhabilitation de la caserne des pompiers de la Benauge avait la capacité de s’inscrire aussi, très précisément, dans le contexte de développement urbain mis en œuvre sur la rive droite de la Garonne. Situé dans la continuité des aménagements consécutifs du parc des berges, le projet pouvait en outre être perçu dans la dynamique de liaison des deux rives, la caserne étant placée à proximité de la tête du pont de Pierre, elle devenait un élément d’interpellation visuelle d’une rive à l’autre.

24Avec ce projet, Mathieu Lebecq souhaitait également prendre position par rapport à la candidature de Bordeaux au titre de capitale de la culture européenne en 2013. Des projets phares allaient être demandés. Il pensait qu’un centre tel que celui-ci, destiné à accueillir une résidence pour artistes et leurs ateliers, apportant la preuve de savoir-faire et constituant un nouveau lieu d’échanges pouvait attirer l’attention.

UNE DÉMARCHE DE PROJET PRAGMATIQUE ET CONSENSUELLE

  • 6 Sous la direction de Gilles Ragot.

25Pour concevoir son projet, Mathieu Lebecq s’interroge dans un premier temps sur la meilleure manière d’aborder l’existant, sur la façon de « s’en nourrir sans gâcher, sans défigurer, ou encore, être trop léger ». Cette réflexion, menée dès l’année 2007, a porté essentiellement sur la question d’une création architecturale conçue à l’intérieur même d’une autre création architecturale existante. C’est cette problématique essentielle du « créer dans le créé » que l’étudiant en architecture qu’il était alors avait déjà abordé dans un mémoire théorique6. Il s’agissait pour lui de s’interroger sur « quel(s) angle(s) aborder le processus de la création dans l’existant des années 50/60 », le but n’étant pas d’en déduire une méthode, mais plutôt de rechercher « ce qui fait l’aptitude, le regard de l’architecte dans un processus comme celui-ci ». Dans la situation présente, après avoir assimilé et interprété l’architecture existante, Mathieu Lebecq va mettre en œuvre des procédures qui lui permettront de construire ce qu’il appelle un « outil » utile pour faire des choix, ses propres choix, dans la réhabilitation qu’il envisage pour la caserne. Selon lui, la conservation d’un bâtiment tel que la caserne des pompiers de la Benauge impose d’installer un élément fédérateur sur sa base. Dans ce cas, ce sera un élément public qui pourra générer de l’attraction et un intérêt renouvelé pour le bâti à réhabiliter. C’est dans ce sens qu’il a pensé y installer un centre d’« art, architecture & design » dont il estime que les enjeux sont étroitement compatibles avec cette œuvre de premier plan de l’architecture moderne des années 50.

26Ce bâtiment dont la force et l’identité sont indéniables constitue le lieu idéal d’un débat sur l’architecture à partir des divers prétextes que sont : la vue vers la façade XVIIIe de Bordeaux, la vue dominante depuis le toit-terrasse sur l’agglomération bordelaise, le choix du classement de Bordeaux au patrimoine mondial de l’UNESCO... De même il considère que la situation du bâtiment situé à l’entrée sud de la ville, visible des rocades d’accès et du grand pont François Mitterrand, en fait un signal urbain inévitable.

27L’argumentation du projet s’appuie sur une desserte des lieux bien organisée : réseaux de transport en commun développé, gare à dix minutes en tramway, facilités d’accès en vélo (5 minutes du centre-ville) ou en voiture (parking relais à proximité). Par ailleurs, le potentiel de conversion de l’édifice permet de libérer les grands espaces et de les transformer. Ainsi le garage, nef de grande hauteur bénéficiant d’un éclairage zénithal par des canons à lumière, peut-il être pensé pour plusieurs autres fonctions. De même, la parcelle de 2 ha et son emplacement idéal, et de ce fait très convoité, en front de Garonne, autorise-t-elle l’idée de densification de manière à mettre le projet en conformité avec la conjoncture actuelle du développement urbain et la pression de la réalité du foncier. Pour Mathieu Lebecq, les éléments du programme ne peuvent pas éviter cette donnée essentielle. Elle fonde en effet l’ambition de la ville de Bordeaux de (re)dynamiser sa rive droite.

  • 7 Le projet en chiffres : Accueil : 450 m2 ; Bar : 270 m2 ; Restaurant : 250 m2 ; Cuisines : 135 m2  (...)

28Ces éléments vont permettre au futur architecte de commencer à entrevoir le programme de manière plus claire : un centre d’architecture public, ses annexes (administration, réserve, auditorium, médiathèque...), des logements étudiants et, dans le parallélépipède situé au-dessus du garage et dont les espaces intérieurs sont eux aussi d’une grande qualité, des artistes en résidence dont les ateliers prendraient place sur les plateaux de la tour de manœuvre. L’ensemble deviendrait ainsi vitrine et phare pour le savoir-faire et l’expérimentation artistique bordelais7.

ill. 4 - Plan-masse du projet, Mathieu Lebecq.

29Le plan-masse s’est ordonné et dessiné à la fois à partir du programme, réorganisant et rapprochant les fonctions, et à partir de l’observation aérienne de la caserne qui permet de découvrir un bâti annexe développé venu se greffer au plan de masse original, ajoutant ainsi en volumétrie et en fonctionnement [ill. 4].

30La composition s’organise autour de deux cours concentriques. Une cour intérieure, attribuée au centre d’ar(t)chitecture+ design – outre ses aspects pratiques comme faciliter les livraisons et pouvoir accueillir des expositions extérieures – est un patio sur lequel s’ouvrent les différents espaces du centre articulé par la tour de manœuvre. Une autre cour s’inscrit à l’intérieur du long bâtiment coudé qui abrite le logement étudiant. Elle protège, tout en ouvrant sur le fleuve par une « rue » qui permet à la fois l’accès au parc des berges et la pénétration à l’intérieur de la parcelle.

ill. 5 - Projet, façade ouest, Mathieu Lebecq..

ill. 6 - Projet, façades sud, Mathieu Lebecq.

POUR CONCLURE

31On peut affirmer qu’aujourd’hui, par sa volumétrie et ses couleurs, la caserne des pompiers de la Benauge a désormais acquis sa place dans le panorama architectural bordelais. Par son histoire aussi qui s’est imposée aux Bordelais dans l’élan des grands travaux de réaménagement urbains. En donnant aux quais de la Garonne, au centre-ville, et au quartier ancien de la Bastide sur la rive droite, un visage nouveau tourné vers davantage de contemporanéité, ceux-ci ont ouvert les esprits vers l’acceptation de formes, de matériaux, de fonctions nouvelles. L’image de la caserne des pompiers de la Benauge touche et émeut autant qu’elle peut être encore parfois détestée. Elle ne laisse en tout cas pas indifférent parce que désormais sa silhouette est perçue comme une empreinte forte dans le paysage architectural de Bordeaux.

32Dans le projet de Mathieu Lebecq, c’est la fonctionnalité de ce lieu, très pensée par ses concepteurs qui a orienté la nouvelle organisation intérieure, en particulier autour des circulations. Les circuits de déplacements sont en effet clairement lisibles. Mathieu Lebecq a souhaité conserver et développer cet esprit dont il considère que le principe fait effectivement la force de ce bâtiment. « Circulation. C’est un grand mot moderne. Tout est circulation dans l’architecture et dans l’urbanisme ». Citant Le Corbusier pour soutenir son propos, l’architecte espère voir dans l’ouverture physique du bâtiment au public une chance de rendre ce dernier acteur du lieu plutôt que spectateur. Il imagine que par l’entremise du public la perception de l’ouvrage changera positivement. Mathieu Lebecq voit dans cet édifice une architecture « aujourd’hui, toujours fièrement dressé, signal d’une nouvelle renaissance de la rive droite, le vaisseau rouge corsaire s’apprêtant à traverser le XXIe siècle » [ill. 5 & 6].

Notes

1 Sources : - Mathieu Lebecq, PFE 2008, sous la direction de Sophie Courrian, architecte. « Réhabilitation de la caserne de pompier de la Benauge, Bordeaux », - Communication au colloque « Restauration-conservation de l’architecture du Mouvement Moderne : l’exemple de l’Université Toulouse Le Mirail de Georges Candilis », Toulouse, 8‑10 mai 2010, http://www.canal-u.tv/producteurs/universite_toulouse_ii_le_mirail/

2 Ibid.

3 Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’architecture à l’ENSAPBx.

4 Gilles Ragot.

5 Cf. note 1.

6 Sous la direction de Gilles Ragot.

7 Le projet en chiffres : Accueil : 450 m2 ; Bar : 270 m2 ; Restaurant : 250 m2 ; Cuisines : 135 m2 ; Terrasse-belvédère : 650 m2. Centre d’ar(t)chitecture+ design : Administration : 960 m2 ; Galerie permanente : 690 m2 ; Galerie évènementielle : 1140 m2 ; Atelier : 360 m2 ; Médiathèque : 300 m2 ; Réserves : 430 m2 : Auditorium 466 sièges, 1030 m2.
Résidence d’artistes : 32 logements - 2384 m2 - 5 Ateliers de 52 m2chacun.
Logements étudiants : 4000 m2.
Parking en demi-niveau : 200 places.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - Caserne de pompiers de la Benauge, Bordeaux 2008, photo Mathieu Lebecq.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Légende ill. 2 - Plan-masse extrait du fascicule de présentation anglais de la caserne : 1 - garage, 2 - cour de manœuvre, 3 - ateliers, 4 - logements, 5/6 - accès, 7 - gymnase, 8 - tour de séchage et de manœuvre, 9 - dortoirs, 10 - administration, 11 - réunion/mess, 12 - machinerie.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6927/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6927/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6927/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende ill. 3 - Ensemble de vues intérieures, fonds Ferret. Photographe Robert Lassus, Bordeaux 1954
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6927/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende ill. 4 - Plan-masse du projet, Mathieu Lebecq.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6927/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6927/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende ill. 5 - Projet, façade ouest, Mathieu Lebecq..
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6927/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende ill. 6 - Projet, façades sud, Mathieu Lebecq.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6927/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 330k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540