Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

Contextes historiques

La Caserne des pompiers de Bordeaux rive droite (1950-1954) par Claude Ferret, Yves Salier & Adrien Courtois

Marc Saboya

Texte intégral

1Au début de l’année 1953, la revue Urbanisme publie un numéro spécial consacré à Bordeaux. Les élections municipales approchent et le panorama que propose le périodique dirigé par Jean Royer, urbaniste en chef et chargé du département de la Gironde, peut contribuer à faire un bilan positif des travaux entrepris et à dévoiler les projets hardis et modernes que le maire propose aux Bordelais : « Nous avons voulu », écrit Jacques Chaban-Delmas dans la préface du numéro, « mettre sous les yeux des Bordelais comme autant d’indications pour demain, ces réalités d’aujourd’hui : maisons claires, ensoleillées, entourées d’arbres et de fleurs, auprès desquelles on disposera de l’équipement collectif le plus complet, où il fera bon vivre, où les nouvelles générations pourront s’élever dans la joie et la dignité ».

2La revue s’organise en trois rubriques : la rénovation de l’habitat et équipement des quartiers, l’aménagement général de la ville et Bordeaux capitale régionale.

  • 1 Urbanisme, no 27-28, 1953.

3On y trouve des articles sur la distribution d’eau, de gaz, l’électricité, l’équipement hospitalier, les écoles, les marchés, la Foire internationale, le musée, le service des Monuments historiques, la nouvelle Faculté des sciences. De nombreuses études traitent de l’aménagement de la rive droite que Jean Royer, dans son éditorial, présente ainsi : « Une expérience a été entreprise, véritable gageure, sur le quartier qui fut toujours hors de Bordeaux, sur l’autre rive du fleuve, celui qui avait la réputation d’être oublié et vient de devenir un quartier pilote. Constituant l’unité résidentielle par excellence, celle dont rêvent les urbanistes, où lieux de travail et zones de résidence s’équilibrent et se complètent harmonieusement, le quartier de la Bastide va se trouver, demain, sur le plan social, sanitaire, scolaire, sportif, culturel, dans des conditions inégalées d’équipement »1.

ill. 1 - Maquette originale. Archives Ferret.

  • 2 Id., p. 146 sqq.

4Parmi ces équipements, la revue retient la construction de la cité de la Benauge, la suppression des passages à niveau de l’avenue Thiers, le nouveau marché de la Bastide et la caserne des sapeurs-pompiers dont la construction s’achevait2.

  • 3 Salier, 1995, p. 94.
  • 4 Id., p. 13.

5Dans un court article technique illustré de trois dessins et de trois photographies, le journaliste évite soigneusement d’analyser le parti esthétique d’une œuvre dont Yves Salier dira plus tard (1995) : « C’était un grand coup de poing »3. Face au Bordeaux classique, l’immeuble rigide de béton blanc avec ses hublots, ses panneaux rouge-corsaire, ses stores jaune-citron fermait et fermera désormais toutes les perspectives architecturales que les siècles précédents s’étaient attachés à ouvrir sur le fleuve. François Loyer en le décrivant parlera « d’audace », « d’inconscience » et « d’objet de scandale qui fera date dans l’histoire bordelaise »4.

6L’œuvre est en effet audacieuse, car elle introduit pour la première fois, dans une ville marquée par un XVIIIe siècle qui sert de modèle au XIXe et au courant moderniste de l’avant-guerre, une esthétique dont un des principes fondamentaux est la rupture avec les formes du passé [ill. 1]. Certes, Bordeaux avait connu Le Corbusier entre 1924 et 1927. Mais cette expérience, sans lendemain, avait eu pour cadre une banlieue et les pavillons de la cité Frugès, mal acceptés par les habitants, avaient été rapidement et profondément transformés.

7L’audace de Ferret est d’avoir imposé, sur un site sensible, face aux quais et aux quartiers anciens, un édifice qui n’affiche aucune concession à la prestigieuse architecture locale et qui prend même le contrepied des valeurs qui s’affirment sur la rive opposée, [ill. 2].

8Toute analyse qui tente d’apprécier l’intérêt de cette réalisation doit donc tenir compte de la situation de l’édifice. Le face à face avec les quais révèle les qualités d’une architecture nouvelle proposant un mode de vie moderne face au vieux monde où un décor somptueux cache souvent des quartiers sordides. L’implantation sur la rive droite en pleine rénovation confère à l’édifice ce statut de monument phare sur lequel, comme jadis sur la façade des quais, pourrait se cristalliser la nouvelle image de la ville.

ill. 2 - Façade sur la Garonne, état d’origine.

  • 5 Urbanisme, op. cit., introduction de Jean Royer.

9En outre, la modernité du bâtiment renforce en 1953 l’image d’une municipalité moderne qui s’apprête à affronter lors d’élections délicates l’équipe d’Adrien Marquet dont les réalisations d’avant-guerre sont décrites, dans ce même numéro de la revue Urbanisme, comme des monuments de « haute valeur spectaculaire », mais qui restent dans la tradition5.

  • 6 Lechner, 1990, no 4, p. 29-39.
  • 7 Archives municipales de Bordeaux, 321 M 6.

10Rappelons d’abord les circonstances de la construction de la nouvelle caserne. En 1950, le quartier de la Benauge possède trois postes d’incendie dispersés. Cet équipement est insuffisant pour une zone en pleine expansion industrielle et qui commence à accueillir de grands ensembles de logements (cité de la Benauge 1947-1955, Paul Volette et Jacques Carlu). La Caserne centrale de Bordeaux est vétuste et les encombrements du pont de pierre empêchent une intervention rapide sur la rive droite. La construction d’une grande caserne moderne est donc décidée sur l’emplacement de l’ancienne gare de l’État, désaffectée. Le terrain, 5 710 m2 en bordure de la Garonne, est situé à l’angle du quai Deschamps et de la rue de la Benauge6. La gare est évacuée le 20 septembre 1951. La démolition commence. Le 7 avril 1952, les travaux sont arrêtés, car l’entreprise met à jour des « fragments antiques d’architecture » : trois colonnes de marbre. Il s’agit en fait de l’emplacement du magasin des marbres du Roi où l’on entreposait depuis le 8 août 1733 les marbres destinés aux constructions et aux embellissements de Bordeaux. « Aucun intérêt archéologique » déclare l’architecte de la ville. Les fragments sont vendus et les travaux reprennent7 !

  • 8 Archives municipales de Bordeaux, 321 M 6.

11Pour la construction de la nouvelle caserne, la municipalité s’est assuré la participation financière de l’État (dans le cadre du Plan d’équipement national), soit environ 20 millions de francs. Le prix de revient des locaux techniques devait atteindre 134 millions8. Les travaux ont été adjugés, en 1951, à plusieurs entreprises parmi lesquelles nous retiendrons les établissements Jean Prouvé pour les revêtements d’aluminium des appartements et pour les portes du garage. Le chantier est ouvert le 7 janvier 1952. Un an et demi plus tard (30 juin 1953), 82 % du programme est exécuté. En 1954, la caserne est inaugurée.

12Le projet avait été confié, en 1950, à Claude Ferret. Fils de l’architecte Pierre Ferret (1877-1949), Claude naît à Bordeaux en 1907 et meurt en 1993. Formé par son père, il entre ensuite dans l’atelier de Roger-Henri Expert, obtient son diplôme (D.P.L.G.) en 1934 et travaille dans l’agence d’Expert de 1930 à 1939.

13De retour à Bordeaux, il succède à son père comme professeur-chef d’atelier à l’École régionale d’architecture (1942-1977) où il marque, par son enseignement, des générations d’architectes bordelais, n’hésitant pas à associer ses élèves à ses réalisations. C’est ainsi qu’à Royan et à la Benauge il fait appel à Yves Salier et à Adrien Courtois.

  • 9 Yves Salier dans « Interviews croisés » op. cit., p. 94.
  • 10 Saboya, 1992, p. 76-82.

14Dans le catalogue de l’exposition d’Arc en Rêve (1995) consacrée à l’agence bordelaise Salier, Courtois, Lajus, Sadirac et Fouquet, Yves Salier revendique la paternité du parti « moderne » de la caserne : « Claude Ferret, qui n’avait pas beaucoup construit, savait composer, mais pas suffisamment contemporain. Plus jeune que lui, je voyais plus en avant sur ce projet, je crois que j’en ai fait beaucoup »9. Notons tout de même que lorsque la municipalité confie à Ferret la construction de la caserne, l’architecte est responsable d’un immense chantier puisqu’il est, depuis 1945, architecte et urbaniste en chef de la reconstruction de Royan. Sous la direction de Ferret, des dizaines d’architectes découvrent sur ce chantier la richesse d’une modernité juvénile, mêlant l’enseignement de Le Corbusier aux leçons de l’école brésilienne : toits – terrasses, pilotis, loggias colorées, porte-à-faux, formes ondulantes ou raides du béton blanc, pans de verre, et cela dans une écriture variant d’une rue à l’autre, d’une villa à l’autre. L’image emblématique d’une ville recomposée reste la façade maritime qui suit la courbe de la Grande Conche : deux longs bâtiments incurvés déploient leurs quatre étages aux appartements traversants sur un rez-de-chaussée commercial abrité par un portique. Les deux premiers étages proposent des loggias en longues galeries courantes revêtues de tôle émaillée rouge qui se détache sur le blanc cassé de la maçonnerie. Cette composition était renforcée, naguère, par un grand portique, vaste terrasse montée sur pilotis qui s’alignait sur le premier étage des deux immeubles et dessinait, jusqu’à sa destruction en 1985, la porte maritime de la station balnéaire10. Ce front de mer préfigure le parti adopté pour la caserne de la Benauge, dans une situation identique, au bord de l’eau, avec une façade principale à l’ouest largement ouverte à l’air et à la lumière.

  • 11 Archives municipales de Bordeaux, 321 M 6.

15Dès 1950, Claude Ferret et le commandant Saldou arrêtent le parti définitif. Comme dans la majorité des casernes de pompiers l’ensemble doit comprendre plusieurs services : les logements des sapeurs, un garage pour les véhicules d’intervention, des ateliers, des services administratifs, un poste de garde, une infirmerie, un réfectoire, un gymnase, une tour de séchage des tuyaux tandis qu’un grand espace doit être réservé à une cour de manœuvres. Le commandant Saldou insiste sur la rapidité des déplacements à l’intérieur de l’édifice [ill. 3]. Ce principe de circulation facile et rapide détermine, selon Ferret, tout le parti architectural du bâtiment ; « c’est le principe même du projet » répond-il en 1950 à une critique du ministère de l’Intérieur qui lui reproche la « place trop importante attribuée aux circulations, entraînant des dépenses de construction ». Et Ferret répond : « il semble que dans le parti adopté il y ait, précisément, le souci de réduire les dépenses de la construction en centralisant la circulation qui sert, non seulement aux familles des pompiers, mais aux pompiers eux-mêmes lorsqu’ils sont en état d’alerte »11.

ill. 3 - Schéma des circulations

  • 12 Archives privées de Claude Ferret.

16Une vue du bâtiment diffusée par l’agence, explique clairement le parti adopté : un large plateau horizontal, aéré, sorte de rue surélevée sur un sol artificiel et passant sous le bâtiment des logements, conduit rapidement au garage et recueille les quatre descentes verticales desservant les appartements12. Ces quatre accès réunissent, dans un même élément, trois moyens de communication différents : un escalier extérieur à vis, à lames de béton suspendues aux barreaux verticaux d’une cage ouverte tourne autour d’un noyau creux occupé par un ascenseur tandis que, sur chaque palier, des mâts de descente en cuivre permettent aux pompiers d’atteindre rapidement le plateau horizontal.

17Cette mise en évidence, par l’architecture, des moyens de communication, montrés et non plus cachés, convient parfaitement à une caserne de pompiers, traduisant visuellement la rapidité et l’efficacité qui sont les vertus de ce corps d’intervention.

ill. 4 - Garage (état d’origine).

ill. 5 - Façade sur la cour d’exercices.

ill. 6 - Tour d’exercice et de séchage des tuyaux.

  • 13 Ragot, 1995, p. 64-66.

18Pour la même raison, l’architecte s’attache à trouver pour les voitures une circulation qui évite l’encombrement et les manœuvres inutiles : la sortie des véhicules se fait sur le quai Deschamps où donnent les garages [ill. 4] tandis qu’à leur retour les voitures entrent dans la cour par la rue de la Benauge [ill. 5]. Selon Gilles Ragot, dans ce parti fonctionnel se dessine l’héritage de Gropius et du Bauhaus de Dessau13. Mais la mise en évidence des schémas de circulation prolonge aussi, dans les années 1950, la notion de promenade architecturale chère à Le Corbusier. Tous les grands monuments royannais de Claude Ferret sacrifient d’ailleurs à cette mise en scène des déplacements qui participent ainsi à la beauté plastique de l’œuvre.

19La haute tour qui marque l’extrémité de la cour des manœuvres exploite aussi ce parti [ill. 6]. Dans la masse nette et compacte de la tour de séchage des tuyaux, percée de bouches d’aération rondes, s’ancre l’ossature de béton d’un édifice transparent, vide, dont il manquerait l’habillage, la peau de brique ou de verre. Passant d’un plancher à l’autre, seul un escalier aérien, suspendu entre les étages, meuble ces pièces vides.

ill. 7 - Vue sur l’élévation latérale.

20Mise en scène de la circulation, mais aussi exaltation d’un des grands principes de l’architecture contemporaine : la construction réduite à un squelette, à une structure, la tour de la caserne, avec ses terrasses conçues pour l’exercice des pompiers, peut apparaître comme le signal des tendances modernes face à la ville classique [ill. 7].

21Verticalité de la tour, horizontalité des terrasses de béton : l’affirmation de ce conflit détermine toute l’esthétique de la caserne. Parallèle à la Garonne s’élève le parallélépipède du bloc des appartements, haut de cinq étages, sous lequel se glissent les volumes longs et bas des garages et des ateliers. Une aile qui longe la rue de la Benauge accueille d’autres services et plus loin un gymnase ferme la cour que ponctue, à nouveau, la haute silhouette de la tour.

22L’asymétrie affirmée de cet ensemble dans lequel chaque fonction est rendue lisible par des volumes différents, exprime la variété et la complexité du programme, augmente le caractère attrayant de la composition tout en affirmant une option résolument moderne héritée du Bauhaus, du Style International ou de certains projets de Le Corbusier.

  • 14 Cf. les plans conservés aux Archives municipales de Bordeaux, 321 M 5.

23L’influence de Le Corbusier est d’ailleurs omniprésente dans le parti adopté pour le bloc d’appartements : trois rangées de seize pilotis surélèvent l’édifice et libèrent le sol pour laisser place aux garages, aux ateliers, à un peu de nature (un jardin d’agrément s’abrite, en partie, sous l’immeuble) et pour faciliter les déplacements. Le toit-terrasse est aménagé pour faire sécher le linge et un long auvent de béton déborde des façades latérales. Les quarante appartements, de deux à trois chambres, équipées du confort moderne, sont tous traversants et offrent une vaste salle de séjour de plan libre14.

  • 15 Archives municipales de Bordeaux, 321 M 6, lettre du 9 septembre 1953.

24Mais cette architecture hardie, qui affirme devant le Bordeaux de pierre, le triomphe du béton, de la préfabrication, la fin des modénatures et du décor appliqués au profit de l’exaltation de la structure comme seul décor, et proclame, de l’autre côté de la Garonne, un art domestique moderne, face au soleil, en pleine lumière, en suspension entre l’eau et le ciel, choque surtout par ses couleurs. En 1953, le Secrétaire adjoint de la mairie s’était ému, en visitant les appartements, des « fantaisies » auxquelles s’étaient livrés les architectes : « les pièces ont des panneaux peints avec des couleurs excessivement vives et criardes telles que bleu roi, jaune vif (...) (et) les colonnes qui traversent les pièces (...) sont peintes en noir très accentué »15. Ce parti coloré n’est pourtant pas nouveau : dès 1924, les architectes du mouvement De Stijl n’hésitaient pas à peindre les murs intérieurs et certains éléments extérieurs de leurs édifices en bleu, rouge, jaune, contrastant avec les supports noirs ou gris. Les couleurs primaires sont reprises aussi par Le Corbusier (Cité Radieuse, à Marseille) et par Claude Ferret lui-même dans ses immeubles royannais où elles ponctuent le blanc « Casablanca » du béton. Ferret les reprend donc à la caserne où elles soulignent les qualités bidimensionnelles de l’architecture : panneaux laqués « rouge-corsaire » pour les fonds de loggias, peinture rouge pour les sous-faces des corniches ou des terrasses (tour de manœuvre) ; jaune citron pour les blocs en saillie. Ce jeu coloré sur les pleins et les vides est accentué par la gamme et le rythme des baies : pour la façade sur cour, sans relief, l’architecte adopte les fenêtres en longueur ; sur la façade antérieure, les modestes baies rectangulaires des blocs réservés aux chambres alternent avec les longs panneaux d’aluminium, percés de hublots, fournis par Jean Prouvé. Ces éléments préfabriqués côtoyaient, naguère, de légers garde-corps métalliques (évoquant les coursives de Hans Scharoun pour la villa Schmincke, en 1933) qui renforçaient la symbolique navale de ce long bâtiment blanc, rouge et jaune flottant sur la Garonne.

  • 16 Urbanisme, op. cit.

25Audacieux, provocateur, résolument contemporain, signal de l’avènement de tout un quartier dans le monde de l’après-guerre, le bâtiment de Claude Ferret illustrait parfaitement la volonté de Jacques Chaban-Delmas qui souhaitait, en 1953, que la nouvelle architecture bordelaise fût « l’affirmation du XXe siècle en face de l’admirable XVIIIe »16. L’enthousiasme du maire de Bordeaux doit être tempéré par les propos d’Yves Salier qui, revendiquant, nous l’avons vu, la paternité du parti moderne de l’édifice, ajoute, dans l’interview déjà signalée : « Enfin, on ne se fait pas aimer avec ce type d’architecture ; Chaban ne m’a jamais rien demandé depuis... ».

Bibliographie

Lechner, 1990 : G. Lechner, « L’architecture à Bordeaux dans les années 50 », Le Festin, 1990, no 4, p. 29-39.

Ragot, 1995 : G. Ragot, « 1950-1954, caserne des pompiers de Bordeaux », Le Moniteur des architectes-AMC, no 59, 1995, p. 64-66.

Saboya, 1992 : M. Saboya « Royan, promenade dans le vieux monde et dans la modernité », Le Festin, no 11, 1992, p. 76-82.

Salier, 1995 : Y. Salier, « Salier, Coutois, Lajus, Sadirac, Fouquet, atelier d’architecture, Bordeaux 1950-1970 », dans Interviews croisés : Y. Salier, P. Lajus, M. Sadirac, P. Fouquet, Bordeaux, 1995, p. 94.

Notes

1 Urbanisme, no 27-28, 1953.

2 Id., p. 146 sqq.

3 Salier, 1995, p. 94.

4 Id., p. 13.

5 Urbanisme, op. cit., introduction de Jean Royer.

6 Lechner, 1990, no 4, p. 29-39.

7 Archives municipales de Bordeaux, 321 M 6.

8 Archives municipales de Bordeaux, 321 M 6.

9 Yves Salier dans « Interviews croisés » op. cit., p. 94.

10 Saboya, 1992, p. 76-82.

11 Archives municipales de Bordeaux, 321 M 6.

12 Archives privées de Claude Ferret.

13 Ragot, 1995, p. 64-66.

14 Cf. les plans conservés aux Archives municipales de Bordeaux, 321 M 5.

15 Archives municipales de Bordeaux, 321 M 6, lettre du 9 septembre 1953.

16 Urbanisme, op. cit.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - Maquette originale. Archives Ferret.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende ill. 2 - Façade sur la Garonne, état d’origine.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6921/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende ill. 3 - Schéma des circulations
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6921/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende ill. 4 - Garage (état d’origine).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6921/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende ill. 5 - Façade sur la cour d’exercices.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6921/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende ill. 6 - Tour d’exercice et de séchage des tuyaux.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6921/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende ill. 7 - Vue sur l’élévation latérale.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6921/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 438k

Auteur

Maître de conférences HDR en Histoire de l’art moderne et contemporain, Université de Bordeaux-III, Centre de recherches F.-G. Pariset, E.A. 538

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540