Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

Contextes historiques

Le contexte de la création de Toulouse-le Mirail

Architecture et urbanisme au temps des Trente Glorieuses

Danièle Voldman

Texte intégral

  • 1 Fourastié, 2009, p. 169.

1À partir du milieu des années 1950, l’essentiel de la reconstruction achevé, la France a connu une phase de prospérité économique, oubliée depuis les temps lointains de la Belle Époque. En 1979, l’économiste Jean Fourastié, dans un livre célèbre, constatait que, depuis 1945, la France avait « largement réalisé ce qui était l’essentiel du grand espoir du XXe siècle : l’élévation du niveau de vie du peuple et notamment des plus pauvres »1. Dans cette période d’épanouissement économique et social, la société française est entrée dans l’ère de la consommation et du plein emploi. Accompagnée d’une expansion démographique et industrielle, cette ère a coïncidé avec un développement urbain parallèle au mouvement qui vidait alors les campagnes. Dans un pays aux traditions paysannes encore fortes, les villes sont devenues des agglomérations, concentrant une urbanité en rupture avec l’organisation spatiale et sociale traditionnelle. Pour loger les nouveaux urbains, des quartiers d’habitations ont poussé à la périphérie des villes. Ces constructions ont transformé les paysages autant que les habitudes, suscitant des mesures réglementaires et législatives, mais aussi des réflexions sur leurs bienfaits et leurs limites.

2Contemporaine de ces transformations, la création du quartier du Mirail à Toulouse prend place dans ce moment d’intense activité constructive. Celle-ci est avant tout caractérisée par la quantité de logements et d’équipements construits : 7 millions de logements ont été bâtis en 25 ans. Cet apogée de la construction de masse a vu également des changements dans les savoir-faire, les conditions de la commande et les formes architecturales. Ne seront abordés ici que trois éléments permettant de situer le contexte de la création du Mirail : la création des grands ensembles, la procédure des zones à urbaniser en priorité et la politique d’aménagement du territoire.

LES PREMIERS GRANDS ENSEMBLES (1951-1958)

  • 2 Ibidem, note 1, p. 137.

3Depuis le retour de la paix, le logement connaissait une crise profonde due à la conjonction de plusieurs facteurs. Le premier était un déficit ancien et structurel d’habitations pour les classes populaires, remontant à la fin du XIXe siècle. Cette carence était aggravée par l’état du parc immobilier, vétuste et peu entretenu, ainsi que par la faiblesse du volume de la construction durant l’entre-deux-guerres. Dans les villes de plus de 50 000 habitants, environ deux tiers des logements avaient été construits avant 1914, la proportion s’élevant à 85 % à Paris, sans eau courante, salle d’eau et chauffage. À Saint-Étienne, ce même chiffre concernait les logements datant d’avant 1870. Selon Jean Fourastié dans l’ouvrage déjà cité, « au recensement de 1946, il s’est trouvé à Paris, seulement une salle de douche ou de bain pour 5 logements. Sur les 84 271 immeubles, cent cinquante-quatre avaient un vide ordure ! À Nîmes, à Brest, à Limoges, à Toulouse... les neuf dixièmes des immeubles étaient en 1946 privés d’égout, les sept dixièmes n’avaient que des WC collectifs dont le tiers sans eau courante »2. En 1946, un ménage sur trois vivait dans un logis surpeuplé, avec une moyenne de 3,10 personnes par pièce.

4Cette situation héritée du passé avait été renforcée par les ravages de la guerre. Avec près de 500 000 immeubles totalement détruits et le triple plus ou moins sérieusement endommagé, les destructions accrurent la tension du marché du logement. D’autant qu’une grande partie des édifices détruits, largement composés d’habitations, étaient situés dans les villes où affluait une main-d’œuvre attirée par les offres d’emplois. Si Fourastié pouvait inscrire Toulouse au palmarès des villes ayant les plus mauvaises conditions de logement, les destructions de la guerre étaient en revanche moins lourdes qu’ailleurs avec un volume de destructions bien inférieur à 10 %.

5Enfin, la reprise démographique fit passer la population française totale de 40,5 millions à 52,6 millions entre 1946 et 1975. Cet essor a été surtout marqué dans les zones d’industries nouvelles comme la région toulousaine. La ville rose elle-même est ainsi passée de 264 000 habitants en 1946 à 324 000 en 1962 et 374 000 en 1975 (chiffres arrondis).

6Le Premier Plan ou Plan Monnet avait donné la priorité à l’équipement et à la reconstruction des infrastructures au détriment de la consommation dont le logement faisait partie. Les difficultés rencontrées pour loger une main-d’œuvre indispensable à la reprise économique firent revenir les planificateurs sur cette stratégie. Si les effets des réorientations du Deuxième plan (1948) ne pouvaient se faire sentir avant quelques années, c’est à partir de ce moment que, devant la profondeur de la crise et l’urgence des besoins, les gouvernements de la Quatrième République commencèrent à mener une politique de soutien massif à la construction, en particulier celle de logements sociaux. Les mesures étaient à la fois financières pour les organismes de logement social et techniques pour le secteur du bâtiment. De ce point de vue, l’année 1953 cristallisa une série de mesures importantes, liées au Plan Courant du nom de l’ancien maire du Havre, ministre de la Reconstruction de l’époque : le lien entre une loi foncière et de nouvelles facilités pour les expropriations publiques, le mode de financement du logement par le prélèvement d’1 % de la masse salariale des entreprises de plus de 50 ouvriers affecté à la construction de logements, la programmation normalisée pour tous les constructeurs, le lancement d’unités à faible coût de construction comme les Logécos et les appartements de l’opération Million.

7Ces mesures accompagnaient les efforts des pouvoirs publics pour augmenter la production de logements. Elles faisaient suite à d’autres expériences comme le concours pour la cité Rotterdam à Strasbourg, lancé en 1951 par le ministère de la Reconstruction et relayé par l’Ordre des architectes. L’équipe d’Eugène Beaudouin l’avait remporté devant des finalistes parmi lesquels se distinguaient les grands noms de l’architecture moderne comme Marcel Lods, Bernard Zehrfuss, André Gutton, Jean de Mailly et Le Corbusier, classé quatrième. Une des conditions expresses de la compétition était le respect des délais. De fait, les locaux furent livrés dans les temps, en mars 1953. Mais, bâti rapidement avec peu de moyens, le premier des premiers grands ensembles portait en lui les germes des maux futurs. Pour rester dans l’enveloppe financière étroite, les équipements avaient été écartés du projet et l’on n’avait construit ni garages, ni commerces. Quant aux matériaux, ils étaient de moindre qualité. Dès 1957, l’Office public d’habitations à loyers modérés de Strasbourg, maître d’ouvrage de la cité, fut obligé de refaire les peintures extérieures, changer les persiennes et fermer les vide-ordures.

  • 3 Le Goullon, 2010.
  • 4 Wakeman, 1998.

8Tandis que les premiers habitants s’installaient dans la nouvelle cité de Strasbourg, l’année 1953 vit le développement de six programmes de plus de 1 000 logements à Angers (Belle Beille), Boulogne-Billancourt, Lyon (Bron-Parilly), Pantin, Le Havre et Saint-Étienne (Beaulieu, 1 262 logements répartis entre 19 barres et une tour de 22 niveaux)3. C’était le début de la construction généralisée des grands ensembles sur tout le territoire. À Toulouse, deux de ces nouveaux types de quartier furent érigés à Empalot et à Joliment4. Leur réalisation fut le plus souvent confiée à des bailleurs sociaux, offices publics, sociétés coopératives ou anonymes. Malgré l’effort d’organisation des chantiers, les exigences du ministère de la Construction et la conversion des architectes aux tours et aux barres collectives, la livraison des nouveaux bâtiments n’arrivait pas à suivre l’accroissement démographique et à satisfaire la demande. Autant que l’habitat insalubre dont la destruction tardait, la pénurie de logements persistait. Cette situation fut symbolisée par la crise de l’hiver 1954 et l’appel de l’abbé Pierre à faire cesser le scandale des expulsions et des taudis. Pour satisfaire l’opinion, le gouvernement proclama le déblocage de crédits destinés à construire des cités d’urgence, en attendant la mise sur le marché des appartements en construction.

  • 5 Delemontey, 2010.

9Parallèlement, les recherches sur l’industrialisation du bâtiment s’intensifiaient5. Le ministère de la Reconstruction soutint la création en 1948 du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et finança nombre de recherches de moyens industrialisés comme le célèbre procédé Camus pour des panneaux extérieurs, usinés en série avant d’être montés sur les chantiers. Comme dans le concours de Strasbourg, les opérations supervisées par les pouvoirs publics s’efforçaient de favoriser l’association entre architectes, ingénieurs et entreprises pour bâtir des ensembles où la rationalisation des chantiers serait le gage de l’abaissement des coûts et de la rapidité d’exécution.

10Pourtant, ces efforts ne furent pas suffisants pour changer l’échelle de la construction, d’une part à cause de leurs limites techniques, de l’autre en raison d’obstacles juridiques et institutionnels. N’arrivant pas à augmenter de façon significative le nombre de logements mis annuellement sur le marché, les pouvoirs publics furent poussés à mettre au point de nouvelles procédures.

LES ZONES À URBANISER EN PRIORITÉ (ZUP)

  • 6 Journal officiel, 10 août 1957, p. 7906-7915.
  • 7 Journal officiel, 4 janvier 1959, p. 269.

11Souvent portées au seul crédit de la Cinquième République, ces procédures furent mises en place à la toute fin du régime précédant, à un moment où les plus importantes critiques concernant les grands ensembles pointaient l’insuffisance des équipements et leur éloignement des bassins d’emploi. L’idée était de mettre à la disposition des maîtres d’ouvrage de nouvelles procédures et de nouvelles formules pour créer de véritables quartiers de villes. La loi du 7 août 1957 « tendant à favoriser la construction de logements et les équipements collectifs » prévoyait la construction de 300 000 logements par an pendant cinq ans et la rénovation de 15 000 logements situés dans les îlots insalubres pendant la même durée6. À côté de mesures financières peu différentes, fondamentalement, de celles prévues dans les lois précédentes, la nouveauté portait sur plusieurs points : le souci apporté à « l’ensemble des équipements indispensables à la vie des collectivités » et celui de ne pas alourdir « les budgets des collectivités de charges incompatibles avec leurs ressources » grâce à un engagement financier de l’État (article 26) ; l’institution d’un haut conseil de l’aménagement du territoire (article 27) ; la possibilité pour le gouvernement de « fixer les règles administratives et financières selon lesquelles seront assurées la coordination des programmes et la réalisation des travaux nécessaires à la création d’agglomérations nouvelles, notamment lorsque celles-ci doivent s’étendre sur le territoire de plusieurs communes » (article 28) ; celle, précisément, de faciliter la réunion de plusieurs communes (article 9) ; l’élargissement des conditions d’expropriation. La notion de zones à urbaniser en priorité arrive à l’article 47. Celles-ci une fois délimitées, le préfet pouvait refuser tout permis de construire en dehors du projet. Cette loi fut complétée par le décret du 31 décembre 1958 relatif aux zones à urbaniser par priorité7. De telles zones étaient créées et délimitées par un arrêté du ministère de la Construction. Leur aménagement pouvait être concédé à des organismes spécifiques, dont des sociétés d’économie mixte et des organismes d’HLM. Chacune d’elles devait avoir une surface suffisante « pour contenir au moins cinq cents logements, avec les édifices, installations et équipements annexes » (article 1er). Le choix et l’achat des terrains à urbaniser décidés en conseil municipal, transmis par le préfet, devaient avoir l’aval du ministère de la Construction, tout comme la désignation des équipements. La procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique y était entièrement appliquée.

12La réalisation des premiers grands ensembles, dans la décennie précédente, avait cristallisé l’espoir de donner des logements confortables aux classes populaires sorties des taudis et des bidonvilles. La création des ZUP a représenté celui de remédier aux défauts des nouveaux quartiers d’après-guerre en les désenclavant par l’arrivée des transports et en les équipant des attributs urbains dont ils étaient dépourvus (écoles, dispensaires, bibliothèques, centres culturels...).

  • 8 Monnier, 2000.
  • 9 Jaillet, Zenjebil, 2006, p. 85-98.

13Aux yeux de leurs promoteurs, les ZUP étaient une façon de promouvoir un nouveau système urbain, des villes neuves construites à côté des anciens centres et des quartiers traditionnels, aptes à absorber le triple apport de population auquel les pouvoirs publics avaient à faire face : l’excédent démographique naturel, la main-d’œuvre étrangère à laquelle il avait été largement fait appel et les centaines de milliers de rapatriés d’Algérie. Les deux premières réalisations suivant la procédure des ZUP au tout début des années 1960 furent le quartier de l’Arlequin à Grenoble confié à l’Atelier d’urbanisme et d’architecture (AUA) et l’ensemble de Toulouse-Le Mirail de l’équipe Candilis, Josic, Woods. La cité de l’Arlequin était conçue comme le premier quartier de la Villeneuve de Grenoble, faisant partie de la ZUP Grenoble-Echirolles. Elle comprenait 2 200 logements aux statuts diversifiés : plusieurs catégories de locatif social, des appartements en propriété, d’autres pour personnes âgées. N’avaient été oubliés ni les boutiques et les restaurants, ni le centre social, la bibliothèque, les écoles et les équipements sportifs. Comme au Mirail, son exact contemporain, le système urbain y avait été pensé avec des cheminements différenciés pour les piétons et les automobiles et une association aussi étroite que possible entre les logements et les équipements8. La différence entre ces deux réalisations précoces et emblématiques est la taille. Le projet de ville neuve du Mirail était porté par le nouveau maire socialiste Louis Bazerque élu en 1958 après une campagne placée sous le signe du slogan « un logement pour tous »9. Son décret de création signé le 15 septembre 1960 prévoyait une surface de 800 hectares, faisant d’elle la plus grande ZUP de France. Ce chantier majeur de la jeune Cinquième République était prévu pour 100 000 habitants, avec deux tiers de logements sociaux, des équipements de valeur régionale et une partie de l’université, trop à l’étroit au centre de la ville.

  • 10 Landauer, 2010.

14Environ deux cents ZUP ont été construites à travers la France métropolitaine entre 1958 et 1969, dont plus d’une vingtaine en Île-de-France, une quinzaine en Rhône-Alpes, une dizaine en Bourgogne, un peu moins en Midi-Pyrénées. L’Algérie d’avant 1962 en comptait deux dont les Annassers construits par la SCIC10.

15La lecture simplifiée des règlements des ZUP ne doit pas faire oublier la lourdeur et la complexité des procédures : va-et-vient entre les municipalités et les autorités préfectorales, rapports entre les communes concernées, mise en œuvre du délicat droit de préemption, expropriations, opposition des petits propriétaires fonciers malgré les indemnisations, montage des dossiers de financement, nombre d’études préalables et des contrôles... S’y est ajouté, dans bien des cas, un manque de coordination dans la construction des différentes ZUP au sein d’une même région. Toulouse en fournit un exemple avec le projet de Colomiers-Villeneuve porté par le maire de Colomiers Alex Raymond, concomitant et concurrent du Mirail.

16Par ailleurs, si on raisonne, non en termes administratifs ou juridiques, mais en termes typologiques, il n’y a pas lieu de distinguer de façon radicale l’ensemble des nouveaux quartiers qui ont été construits au temps des Trente Glorieuses. Les uns étaient nommément destinés à certaines entreprises ou branches industrielles.

17Ainsi, des villes neuves comme Mourenx ont logé les travailleurs de Lacq, d’amples quartiers comme à Bagnols-sur-Cèze ont abrité ceux de Marcoule. L’ensemble de Poissy dans la banlieue parisienne a été édifié pour recevoir les ouvriers de Simca. D’autres ont accueilli des populations plus diversifiées comme La Canardière à Strasbourg ou La Duchère à Lyon. On peut conclure à une diversité spatiale, architecturale et sociale des grands ensembles, malgré une formule répandue à travers tout le territoire. Encadrés ou non par la procédure des ZUP, ils étaient portés par une vision architecturale parallèle à la volonté politique de surmonter la crise du logement. Pour reprendre les expressions de Jean Fourastié, les objectifs de vaincre la crise du logement et les méfaits du mallogement semblaient atteints juste avant le choc pétrolier de 1973. Restait la question de l’armature urbaine du pays et le respect de ses équilibres.

L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET LA QUESTION URBAINE

18Les préoccupations concernant un aménagement concerté du territoire n’étaient pas une nouveauté dans les années 1960. On peut en suivre la lente émergence depuis les années 1930 avec la création du Comité supérieur d’aménagement et d’organisation générale de la région parisienne de 1928 et l’éclosion de la notion de décentralisation industrielle en vogue sous le gouvernement de Vichy. La parution en 1947 de l’ouvrage de Jean-François Gravier Paris et le désert français est un jalon important de la pensée de l’aménagement, car l’ouvrage faisait reposer sa démonstration sur l’hypertrophie parisienne qu’aménageurs et planificateurs devaient absolument contenir. Le ministère de la Reconstruction et de l’urbanisme, créé en novembre 1944, comprenait un service spécifique fort actif pour l’aménagement du territoire. Il fut élevé au rang de direction en 1949, prélude à la parution en 1951 du Plan d’aménagement national. Celui-ci prévoyait la création de vingt zones industrielles dont le développement serait accompagné de mesures financières et de programmes de logements.

  • 11 Dossier Aménagement du territoire, Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 79, juillet-septembre 200 (...)

19L’espoir mis dans ce Plan de 1951 fut déçu, car les mesures incitatives n’avaient permis ni de limiter la croissance parisienne, ni d’enrayer l’exode rural et le déclin des petites villes. C’est pourquoi, même si ce Plan peut être considéré comme son ancêtre direct, la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR) fut créée comme une administration plus autonome et directive en 196311. Cet organisme devait accompagner un redéploiement industriel et urbain à travers tout le pays. L’idée était de répartir harmonieusement (c’est-à-dire ailleurs qu’à Paris) les emplois, les équipements, les financements, les logements et les emplois sur tout le territoire. Huit villes, appelées métropoles d’équilibre, distantes de la capitale pour ne pas être attirées dans l’orbite de cet immense réservoir de ressources et de main-d’œuvre, furent choisies pour rééquilibrer le développement français hors du rayon parisien. Pour accentuer sa vocation aéronautique, Toulouse fut choisie pour devenir une de ces huit métropoles d’équilibre, en compagnie de Lyon, Marseille, Lille-Roubaix-Tourcoing, Bordeaux, Nantes-Saint-Nazaire, Strasbourg et Metz-Nancy-Thionville. À ce titre, comme les autres agglomérations de cette espèce, Toulouse bénéficia des facilités de création d’entreprises et d’équipements qui accompagnaient cette politique dite de décentralisation et de déconcentration, ainsi que de délocalisation d’entreprises et d’établissements publics qui pouvaient accentuer sa vocation.

20Conséquence du développement du pays autant que de cette politique d’aménagement, jusqu’au milieu des années 1970, les métropoles d’équilibre, comme la plupart des villes, ont connu un intense développement de leurs équipements. La réforme Debré de 1958 créa les centres hospitalo-universitaires, à partir des grands hôpitaux urbains. À Toulouse, le CHU fut créé en prenant appui sur les trois principaux établissements existants, dont l’Hôtel-Dieu et le centre hospitalier régional de Purpan. La réforme Fouché de 1963 fit fleurir les collèges d’enseignement secondaire, bâtiments industrialisés et normalisés, bâtis très rapidement pour faire face à l’afflux des élèves après la réforme portant la scolarité obligatoire de 14 à 16 ans. Le CES Pailleron à Paris, construit comme tous les autres avec des structures tubulaires métalliques devint, après sa destruction par le feu en février 1973, le symbole de cette architecture de l’urgence, responsable de la mort de ses usagers. 1963 fut aussi l’année de l’ouverture du premier grand centre commercial dit hypermarché dans le grand ensemble de la Croix-Blanche à Sainte-Geneviève-des-Bois dans l’Essonne. Enfin la loi Faure de 1968 donna un coup d’accélération à la construction des universités commencée au début des années 1960.

21Ainsi, avec les hôpitaux, les transports urbains et les constructions scolaires, les bâtiments universitaires, témoins de l’explosion démographique et de la démocratisation de l’enseignement, ont été l’un des équipements phares de l’époque. Pour faire face à l’augmentation du nombre d’étudiants, la mode était de construire les nouveaux bâtiments hors des centres villes en de modernes campus à l’américaine. Leur histoire s’est faite en deux temps, séparés par la loi Edgar Faure de novembre 1968, conséquence de mai 1968. D’abord, la création d’Orsay et de Nanterre dans la région parisienne au tournant des années 1950, puis la construction rapide et industrialisée du centre universitaire de Vincennes et celle plus « architecturale » par René Dottelonde des universités de Lyon II à Bron-Parilly et de l’université de technologie de Compiègne. Quant à l’université de Toulouse, son extension hors du centre ancien, en projet depuis le milieu des années 1960, faisait partie des esquisses du Mirail avant que sa construction, comme ailleurs, ne s’accélère après 1968.

  • 12 Journal officiel, 15 décembre 1971, p. 12 243.
  • 13 Journal officiel, 5 avril 1973, p. 3 864.

22Toutes ces constructions ont contribué à faire disparaître de larges pans des paysages urbains hérités de l’âge classique et de celui de la première industrialisation. Les Trente Glorieuses ont bien été une période d’urbanisation intense, accompagnée de construction de logements, des plus précaires avec les bidonvilles et les cités d’urgence, aux plus luxueux dans les nouvelles résidences de standing. Au tout début des années 1970, le combat contre le mal-logement semblait en passe d’être gagné. Mais cette victoire reposait sur cette transformation urbaine rapide et profonde qui ne laissait personne insensible. Depuis le début de leur édification, les grands ensembles subissaient des critiques, balayées par leur capacité à loger et à offrir à leurs nouveaux occupants un confort inconnu auparavant. Ces critiques furent relayées par les premiers écologistes issus du mouvement de mai 1968, qui fustigeaient le tout béton et la dictature du profit et de la consommation. En accord avec une partie de l’opinion, le 30 novembre 1971, la circulaire Chalandon « relative aux formes d’urbanisation adaptées aux villes moyennes » estimait que les immeubles de « tours » et de « barres » étaient « critiquables dans la mesure où ils cassent un paysage urbain ou naturel que nous devons nous attacher à sauvegarder »12. En conséquence le ministre de l’Équipement et du Logement annonçait la fin des dérogations aux règles de hauteur dans les agglomérations isolées de moins de 50 000 habitants et un pourcentage d’au moins la moitié des constructions en maisons individuelles (les « chalandonnettes »). Ce changement de politique fut renforcé par la circulaire Guichard du 21 mars 1973 « relative aux formes d’urbanisation dites grands ensembles et à la lutte contre la ségrégation sociale par l’habitat ». Elle affirmait en préambule : « Après les efforts considérables accomplis pour augmenter la production massive de logements neufs, il est aujourd’hui indispensable de répondre plus efficacement aux aspirations à une meilleure qualité de l’habitat et de l’urbanisme et de lutter contre le développement de la ségrégation sociale par l’habitat »13.

23Ainsi, à la fin de la période des Trente Glorieuses close à la fois par les conséquences culturelles de mai 68 et les deux chocs pétroliers, les grands ensembles pouvaient être considérés comme ayant rempli leur rôle : l’un des derniers bidonvilles fut détruit à Nice en 1976. Mais au fur et à mesure de l’augmentation de l’offre de logements, les dysfonctionnements des grands ensembles devenaient plus criants. Malgré les effets d’annonce et les efforts de l’État et des collectivités, les équipements n’avaient pas suivi, en particulier les transports. De plus, les coûts avaient été réduits, mais sans prévision pour l’entretien des bâtiments, d’autant plus nécessaire que les matériaux utilisés n’étaient pas de la plus haute qualité.

24Il est vrai que, d’une certaine manière, la construction des grands ensembles avait été conçue comme une architecture de l’urgence, qui n’était pas faite pour durer. Mais, il s’est trouvé que la rapide « paupérisation » du bâti a été parallèle à celle des habitants.

25Les meilleurs des planificateurs et les plus doués des architectes pouvaient-ils prévoir, aux beaux temps de la croissance, que l’augmentation du prix du baril de pétrole allait remettre en cause leurs espoirs de contribuer au bien-être des habitants, comblés par des villes modernes baignées d’air, de soleil et de lumière ?

Bibliographie

Delemontey, 2010 : Y. Delemontey, Le béton assemblé. Préfabriquer la France de l’après-guerre (1940-1955), thèse pour le doctorat en architecture, Paris 8/Université de Genève, 2010.

Fourastié, 1979-2009 : J. Fourastié, Les Trente Glorieuses ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard, 1979, réédition Hachette Littératures, coll. « Pluriel », 2009, p. 169.

Jaillet, Zenjebil, 2006 : M-C. Jaillet, M. Zenjebil, « Le Mirail : un projet de " quasi-ville nouvelle" au destin de grand ensemble », Histoire urbaine, no 17, décembre 2006, p. 85-98.

Landauer, 2010 : P. Landauer, L’invention du grand ensemble. La Caisse des dépôts maître d’ouvrage, Paris, Picard, 2010.

Le Goullon, 2010 : G. Le Goullon, Les grands ensembles en France : genèse d’une politique publique (1945-1962), Thèse pour le doctorat d’histoire, Paris 1, 2010.

Monnier, 2000 : G. Monnier, L’architecture moderne en France, tome 3, De la croissance à la compétition, Paris, Picard, 2000.

Wakeman, 1998 : R. Wakeman, Modernizing the provincial city. Toulouse 1945-1975, Londres, Harvard University Press, 1998.

Notes

1 Fourastié, 2009, p. 169.

2 Ibidem, note 1, p. 137.

3 Le Goullon, 2010.

4 Wakeman, 1998.

5 Delemontey, 2010.

6 Journal officiel, 10 août 1957, p. 7906-7915.

7 Journal officiel, 4 janvier 1959, p. 269.

8 Monnier, 2000.

9 Jaillet, Zenjebil, 2006, p. 85-98.

10 Landauer, 2010.

11 Dossier Aménagement du territoire, Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 79, juillet-septembre 2003.

12 Journal officiel, 15 décembre 1971, p. 12 243.

13 Journal officiel, 5 avril 1973, p. 3 864.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540