Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

Contextes historiques

Mission du patrimoine des XIXe et XXe siècles (1987-2004)

Bernard Toulier

Texte intégral

1L’idée de conférer un statut à l’architecture des XIXe et XXe siècles apparait dans les années 1960 avec la mise en place d’une politique qui repose d’abord sur l’identification des édifices à protéger. À partir des années 1980, cette architecture de l’histoire contemporaine entre dans le champ des « Nouveaux Patrimoines » et le ministère de la Culture lui réserve un traitement administratif équivalent à celui du patrimoine de l’ethnologie ou de l’industrie. Il crée des cellules centralisées, spécialisées, chargées de définir la doctrine de l’État et de la traduire en actions à mettre en œuvre dans les services déconcentrés. La Mission du Patrimoine des XIXe et XXe siècles est créée en 1987, en application du « plan patrimoine » décidé en septembre 1986 par le ministre de la Culture et de la Communication, François Léotard.

1987-1991. L’ÉLABORATION D’UNE DOCTRINE ET LA CONSTRUCTION DES ÉCHELLES DE VALEURS

2Un conservateur du patrimoine, Françoise Hamon, nommée par le directeur du Patrimoine Jean-Pierre Bady, est chargée de cette mission. Elle calque son action sur la Mission du patrimoine industriel d’où elle était issue. La nouvelle Mission est rattachée au service de l’Inventaire général des Monuments et Richesses artistiques de la France. Le bilan de la protection reste décevant avec moins de 200 protections, dont 90 % portent majoritairement sur des constructions individuelles de la période Art nouveau. En 1987, un colloque réunissant des spécialistes français et européens est organisé au couvent de La Tourette (L’Arbresle) pour annoncer cette création et tenter de définir un corps de doctrine.

  • 1 Coll., Les enjeux du patrimoine architectural du XXe siècle, actes du colloque de la direction du p (...)

3Un consensus se dégage sur les critères de sélection des édifices à protéger, fondée sur « la notion d’originalité, d’exemplarité, liée notamment à l’invention technique ; la reconnaissance, à l’inverse, d’une production de masse significative des conditions historiques, sociologiques, économiques et culturelles ; en corollaire, la reconnaissance d’une diversité locale ; la notion de diversité des programmes et la prise en compte d’une large typologie fonctionnelle, la notion de cohérence des ensembles et le message idéologique de portée générale »1.

  • 2 Coll., Patrimoine architectural du XXe siècle : stratégies de conservation et de mise en valeur, Vi (...)

4Deux ans plus tard, une partie de ces réflexions sert de socle à un groupe de travail du Conseil de l’Europe pour la définition de stratégies de conservation et de mise en valeur du patrimoine du XXe siècle en Europe. Les critères français, repris et amendés en concertation avec les spécialistes étrangers, sont adoptés sous la forme de Recommandations du Conseil de l’Europe par le comité des ministres du 9 septembre 19912. Celles-ci « recommandent » aux autorités responsables de la protection de se doter de critères précis pour la reconnaissance et la sauvegarde des « objets » du XXe siècle s’inspirant des considérations suivantes :

5« - l’opportunité de reconnaître la valeur des créations significatives dans l’ensemble des styles, types et méthodes de construction du vingtième siècle ;

6- la nécessité de retenir pour la protection non seulement les œuvres des créateurs les plus renommés d’une période ou d’un type d’architecture, mais aussi des témoignages moins connus, significatifs de l’architecture et de l’histoire d’une période ;

7- l’importance de prendre en compte parmi les facteurs de sélection d’une création non seulement ses données esthétiques, mais aussi son apport du point de vue de l’histoire des techniques et des évolutions politique, culturelle, économique et sociale ;

8- l’indispensable ouverture de la protection à l’ensemble des composantes de l’environnement bâti, comportant non seulement les constructions indépendantes mais aussi les structures produites en série, les lotissements, les grands ensembles et les villes nouvelles, les espaces et aménagements publics ;

  • 3 Recommandations du Conseil de l’Europe pour le patrimoine du XXe siècle : R91 13. Ces recommandatio (...)

9- le besoin d’étendre la protection aux décors extérieurs et intérieurs ainsi qu’aux équipements et mobiliers conçus en même temps que l’architecture et donnant son sens à la création architecturale »3.

  • 4 Les crédits d’étude, mis en place en 1988-1989 ont été très rapidement fléchés vers d’autres action (...)

10Contrairement aux deux missions précédentes sur l’ethnologie et l’industriel, la Mission du Patrimoine des XIXe et XXe siècles est composée d’une seule personne en administration centrale et ne bénéficie pas de recrutement spécifique en région, seulement de quelques crédits d’étude. Ces crédits servent essentiellement à enrichir la connaissance dans trois directions : le rassemblement des sources documentaires, notamment celles issues des revues et recueils d’architecture, l’étude des nouveaux matériaux et des nouveaux programmes4. En 1989, le départ de Françoise Hamon à l’université de Paris IV laisse la Mission sans chef de file durant plusieurs mois.

1991-1997. LA MISE EN PLACE DE BASES DE DONNÉES ET D’OUTILS D’AIDE À LA RECHERCHE

11En 1991, le directeur du patrimoine Christian Dupavillon, nomme Bernard Toulier, ancien conservateur régional de l’Inventaire général de la région Centre responsable de la Mission du Patrimoine des XIXe et XXe siècles. La feuille de route est explicite : impulser une politique publique pour mieux connaître, sauvegarder et valoriser le patrimoine architectural de l’époque contemporaine. En clair, fournir les connaissances et les aides nécessaires à la décision pour les équipes déconcentrées des Directions régionales des affaires culturelles. L’objectif est notamment de favoriser les avancées de la connaissance pour accélérer la protection et la sauvegarde du Patrimoine des XIXe et XXe siècles.

12L’exploration de ce nouveau champ patrimonial exige que soient levées deux questions préalables sur la période chronologique et l’espace géographique concernées, objets de longues discussions. La périodisation retenue est celle du temps long qui remonte à la fin du XVIIIe siècle. Calquée en partie sur les limites des enquêtes systématiques de l’Inventaire général, la limite post-quem est progressivement repoussée de la période de l’ancien cadastre à la Seconde guerre mondiale et aux années 1960, puis à la suite d’échanges avec nos collègues européens, suit le décalage trentenaire équivalent à une génération. Cette limite se double d’un usage – dont il existe de nombreuses dérogations – dont la pratique est issue du monde des musées qui considère que les artistes vivants ne peuvent accéder à la reconnaissance patrimoniale de la protection. La définition de l’espace géographique s’étend au seul territoire français, métropolitain et outre-mer. Dans l’optique « opérationnelle » du ministère, la connaissance de l’architecture française édifiée dans les colonies ou sur des territoires étrangers ne faisait pas partie de la « commande ».

13Il s’agissait d’abord de définir, de rassembler et de mettre rapidement à disposition des chercheurs et acteurs du ministère un ensemble de connaissances préalables donnant un minimum d’informations sur chacun des « objets » de ce vaste corpus. La documentation générale sur les matériaux de construction et leurs mises en œuvre ou la discussion sur les programmes ou l’organisation professionnelle étaient exclues à priori de ses investigations. La période se caractérise par l’abondance des sources et le problème du grand nombre. Le dépouillement des sources archivistiques et documentaires, privées ou publiques, primaires ou secondaires pour une mise à disposition des chercheurs comme documentation préalable à la reconnaissance sur le terrain.

  • 5 Travaux conduits par le Centre André Chastel (CNRS-Université Paris IV, CRHAM) à partir de 1988 sou (...)

14Durant les premières années d’existence de la Mission, il s’agissait d’encourager les premiers dépouillements systématiques et les catalogues et sommaires des archives contenues dans les fonds publics ou privés. La Mission a aidé les débuts des travaux de dépouillement et de saisie des procès verbaux de délibérations du Conseil des Bâtiments civils. Cette base, composée aujourd’hui de 26 900 enregistrements dont 12 % avec images, intitulée CONBAVIL pour CONseil des BAtiments ciVILs, apporte une connaissance essentielle pour l’histoire de l’architecture publique de la première moitié du XIXe siècle5.

  • 6 Dion 1991. 2 vol. [rapport dactyl.]. Voir reprise incluse dans Gaubert, Cohu, 1996. Voir aussi l’ou (...)
  • 7 Seule une partie du dépouillement, concernant seulement les réalisations des architectes nés avant (...)
  • 8 Institut National d’Histoire de l’Art. http://www.inha.fr/spip.php? article1490. Après l’échec de l (...)

15Parallèlement, une aide a été attribuée au catalogage des premiers fonds privés d’architectes du XXe siècle déposés au Centre des Archives d’architecture du XXe siècle de l’Institut français d’architecture par la constitution de notices biographiques, établies avant l’informatisation des fonds entrepris à partir de 19976. Dans le même temps, une troisième entreprise de connaissance des acteurs de la construction, des architectes et de leurs réalisations, est pilotée plus directement par la Mission sur la base d’un dépouillement des dossiers de la Société des architectes diplômés par le Gouvernement (SADG, association privée). Une première partie des dépouillements, ceux concernant seulement les réalisations des architectes nés avant 1900, est accessible sur la base ARCHIDOC, soit 7 338 enregistrements7. Ces premières contributions à la recherche convergeaient vers la réalisation ambitieuse d’un « dictionnaire des architectes français des XIXe et XXe siècles », tant attendu par les chercheurs depuis deux décennies et indispensable aux acteurs du patrimoine. Depuis 2001, le soutien et la fédération des initiatives lancées dans ce domaine par d’autres institutions comme l’École des Beaux-arts, le Musée d’Orsay... ont été repris par l’INHA8.

  • 9 http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/.Bibliographie. La base contient 74318 enreg (...)
  • 10 Castaldi, Toulier 2011. Sur le processus de la commande en architecture : Peyceré, Gaubert 2000.

16L’effort le plus important s’est porté sur le dépouillement des sources documentaires, recueils et revues, et pour la seconde moitié du XXe siècle, de la bibliographie d’ouvrages de référence. L’ensemble de ces enregistrements est accessible depuis 1998 via la base ARCHIDOC, considérée à tort comme une base « bibliographique » qui n’a plus été enrichie depuis 20049. Cette recherche de documentation préalable doit être complétée par une guide « virtuel » des sources de l’architecture des XIXe et XXe siècles, incluant la connaissance des procédures administratives de la construction, le rôle spécifique de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre10, etc.

1998-2004. LES PRÉMISSES DES ÉTUDES SÉRIELLES ET LES PREMIÈRES VALORISATIONS

17L’exploration de ce nouveau domaine d’une histoire quantitative passe par la construction d’outils, notamment pour mieux comprendre l’apport des nouveaux matériaux et leurs possibilités de mise en œuvre, essentielle pour l’histoire de l’architecture des XIXe et XXe siècles, le rôle des nombreux programmes spécifiques ou innovants, et les conditions, « circuits » et réseaux de la commande et des acteurs, administratifs ou sociaux.

  • 11 Toulier 1997.
  • 12 Toulier, 1999.
  • 13 Lambert, Nègre 2011.

18Après une étude sur la fonte de fer lancée en 1988-1989, la Mission poursuit ses investigations dix ans plus tard sur le béton armé11, à la demande du directeur du patrimoine qui avait déclaré, au Havre en décembre 1997, ces études de vocabulaire sur les nouveaux matériaux prioritaires. Mais l’aboutissement de ces manuels nécessite l’intervention d’équipes pluridisciplinaires, prenant en compte le domaine des brevets comme celui de l’organisation du chantier, ce qui n’était pas à la portée du seul ministère de la Culture. Pour le béton armé, la mise en œuvre des coffrages glissants dus à l’ingénieur Eugène Freyssinet pour l’entreprise Limousin est déterminante dans la construction des halles de Reims... sa protection et sa restauration12. La construction du grand nombre, comme celle des Grands Ensembles des Trente Glorieuses fait aussi largement appel à la préfabrication13. Les historiens n’ont pas encore donné un catalogue de tous ces procédés, depuis ceux utilisés pour l’édification de l’immeuble de grande hauteur à planchers suspendus ou l’édifice utilisant l’un des procédés de préfabrication comme le fameux procédé Camus (1950 à 1971) ou bien encore les procédés Cauvet, Strybrick... De nombreux projets de dictionnaires de la construction sont encore nécessaires à la reconnaissance sur le terrain ou en archives : fonte, fer, métaux ; béton ; verre ; matériaux de synthèse. Il en va de même pour le second œuvre ou les systèmes techniques de chauffage, de ventilation ou de circulation mécanique (les ascenseurs, tous les réseaux de fluides, etc.) et enfin pour les revêtements, murs extérieurs et intérieurs, sols, et pour les menuiseries.

  • 14 Programme européen Raphaël L’Europe de l’Air. Architecture de l’aéronautique. Partenariat entre le (...)
  • 15 Gremitzer, Toulier 2008
  • 16 Klein, Toulier 2009
  • 17 Toulier, 2007.
  • 18 Toulier, 2010.
  • 19 Ministère de la Culture et de la Communication, Les Grands ensembles urbains. Une architecture du X (...)

19Parallèlement, il faut organiser le recensement topographique, thématique ou sériel des nouveaux programmes architecturaux et des ensembles urbains par l’étude monographique et le repérage extensif. Dans ce secteur, la moisson est plus abondante mais les résultats de la recherche sont rapidement dépassés. Les petites familles constituées de corpus de quelques centaines d’œuvres sont plus facilement repérables et demandent des moyens relativement restreints. Les premières synthèses et les confrontations internationales apportent d’utiles conclusions sur le plan national et des recommandations patrimoniales utiles à l’ensemble des partenaires : aéroports14, sanatoriums15, maisons de la culture16, colonies de vacances17, architectures de la villégiature18, logements sociaux19... même si leurs publications arrivent parfois 10 ou 20 ans après le démarrage des études.

20L’œuvre étudiée, produit et témoin de son temps, n’est pas isolée, issue d’une analyse typo-morphologique fonctionnelle parfois stérile. Elle est une des clefs de lecture de l’histoire architecturale contemporaine, appartient à des ensembles plus vastes et se définit également par la nature de ses relations entretenues avec d’autres objets rassemblés dans un même lieu, reliés par un même tracé ou unis dans un même réseau. Elle fournit une clef de compréhension de la société qui la produit, mais aussi de celle qui l’a identifiée, étudiée et reconnue, toutes informations utiles et nécessaires à la transmission de l’héritage. On peut inclure dans l’étude de ces réseaux, ceux des mécanismes de la commande, de la réalisation et de l’usage de ses objets et appréhender ainsi le réseau des acteurs, administratifs ou sociaux, des usagers et des habitants.

  • 20 Lengereau Éric, http://paris-iea.fr/evenement/premieratelier-de-recherche-sur-les-mots-de-larchitec (...)

21Il reste à souhaiter que le nouveau chantier ouvert en 2010-2011 par Éric Lengereau sur le « nouveau vocabulaire de l’architecture contemporaine », aujourd’hui connecté à l’histoire du temps présent, puisse être aussi conçu comme un outil d’aide à la description et à la recherche pour la description des objets architecturaux et urbanistiques de l’histoire contemporaine20.

1998-2004 LA CÉLÉBRATION DU TEMPS DU « MILLENIUM »

  • 21 Publications nationales : Toulier, 1997 ; Toulier, 1998 ; Toulier, 1999. Expositions nationales : -(...)
  • 22 http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/lettre/dossiers/dossier-71.pdf

22L’année 1998 marque un tournant dans l’affirmation d’une politique ministérielle en faveur de l’architecture du XXe siècle, favorisée par l’arrivée de la direction de l’architecture au ministère de la Culture... et la préparation du Millénium. Si l’effet d’affichage politique a peu de conséquences directes pour la recherche, les Treize mesures pour le patrimoine du XXe siècle présentées le 10 septembre 1998 par le directeur de l’architecture et du patrimoine François Barré produisent quelques résultats sur la protection, la restauration et la valorisation du patrimoine du XXe siècle. Les bases de données en gestation depuis une décennie sont mises sur internet à travers un portail spécifique, des expositions et des publications régionales, nationales et internationales sensibilisent le public21. Une série de villes des XIXe et XXe siècles entrent dans le réseau des villes et pays d’art et d’histoire comme Noisiel, Saint-Étienne ou Roubaix. En septembre 2000, la ministre de la Culture et de la Communication, Catherine Trautman, signe une liste indicative d’édifices ou d’ensembles du XXe siècle présentant un intérêt architectural majeur pouvant justifier une protection au titre des Monuments historiques ou des Zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP)22.

  • 23 Circulaire no 2001/006 du 1er mars 2001 relative à l’institution d’un label Patrimoine du XXe siècl (...)
  • 24 http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/VISITES/labelxx/lieu_frameset.htm. Liste des label (...)

23La création en 1999 d’un label sur le patrimoine du XXe siècle apporte une réponse efficace à la signalisation de tous les éléments remarquables du patrimoine architectural et urbain du XXe siècle, protégés ou non au titre des Monuments historiques ou des espaces protégés23. Sans effet juridique particulier, il signale à l’attention du public les éléments marqués par l’affichage d’un logotype. Le signalement est accompagné par des actions de promotion, sensibilisation et de diffusion auprès des élus, des aménageurs et du public (expositions, publications, bases de données...)24. Les listes sont préparées par des commissions régionales de spécialistes, présentées à la Commission régionale du Patrimoine et des Sites (CRPS) et approuvées par le préfet de région. La création et l’animation de ce réseau national, déconcentré et décentralisé de savoirs spécifiques, puisés au sein du ministère ou plus largement à l’extérieur nécessitent la mise en place de stages de formations et de rencontres, de confrontations des connaissances à travers des journées d’étude et des colloques nationaux ou internationaux, et de publications des résultats de ces recherches. Ce réseau de spécialistes régionaux et nationaux ou internationaux est entretenu par de nombreuses formations spécialisées, séminaires, ateliers et colloques.

24La recherche de ces compétences multiples et la rareté des moyens en personnel et en crédits a entraîné la signature de nombreux partenariats avec les autres ministères (Défense, Équipement), les centres d’archives (Archives nationales, Centre des archives d’architecture du XXe siècle), les établissements publics (Écoles d’architectures...), les centres de recherches universitaires (Paris IV, Rennes II), les associations spécialisées (Docomomo) et les institutions internationales.

  • 25 Le site internet www.patrimoine-XX.culture.fr ouvert au public en 2000-2001, a été progressivement (...)

25Une nouvelle version du site consacré par la direction de l’architecture et du patrimoine au patrimoine du XXe siècle est désormais en ligne à l’adresse www. patrimoine-XX. culture.fr. Ce site propose un accès au patrimoine architectural du XXe siècle, notamment en regroupant en un même lieu une information sur la politique du ministère de la Culture et de la Communication (réglementation, constitution de bases de données, conservation et restauration) et un accès aux connaissances que ses personnels scientifiques ont rassemblées. Le site se veut une invitation à consulter les ressources disponibles et les listes d’immeubles protégés, labellisés ou signalés, à présenter comment ils sont restaurés, à visiter des expositions virtuelles25...

ÉPILOGUE

26Durant la première période 1988-1991, les retombées de la déconcentration aux régions mais aussi celles du colloque sur « Les enjeux du patrimoine architectural du XXe siècle » tenu en 1987 au couvent de la Tourette à Éveux se font surtout sentir en 1989 et 1990. Durant ces années, les trois quarts des régions présentent des édifices du XXe siècle devant le CO.RE.P.H.A.E, la mission a donc été très rapidement efficace. En dix ans, le nombre d’édifices protégés a doublé. De 1998 à 2004, on peut noter que le patrimoine du XXe siècle protégé est passé de 0.5 % à 4 %, soit une hausse considérable. Cependant, ces chiffres ne suffisent pas à rendre compte du travail qualitatif effectué ni de la situation actuelle. Mais la sollicitation sur le XXe siècle due au rapprochement au sein de la même direction de l’architecture et du patrimoine fait peu à peu éclater la mission d’origine et le XIXe siècle passe à la trappe. Le Patrimoine du XXe siècle, revendiqué par le nouvel établissement public de la Cité de l’architecture et du patrimoine (CAPA) est un faire-valoir du mariage avec l’architecture du temps présent. À partir de 2004, la Mission du Patrimoine des XIXe et XXe siècles disparaît à la faveur d’un remaniement de l’organigramme à l’échelon de l’administration centrale.

Bibliographie

Castaldi, Toulier, 2011 : N. Castaldi, B. Toulier (dir.). Les sources du patrimoine : comment et où mener une recherche. INP, séminaire de formation permanente, 7-9 décembre 2010, Paris, 2011, 140 p. http://mediatheque-numerique.inp.fr/

Dion, 1991 : Mathilde Dion, Notices biographiques d’architectes français. Paris : IFA/Archives d’architecture du XXe siècle, 1991, 2 vol. (rapport dactyl.).

Gaubert, Cohu, 1996 : S. Gaubert, R. Cohu (sous la dir. de C. Nougaret, D. Peyceré, G. Ragot), Archives d’architectes : état des fonds, XIXe-XXe siècles, Paris, Direction des Archives de France/Institut français d’architecture/La Documentation française, 1996.

Gremitzer, Toulier, 2008 : J.-B. Gremitzer, B. Toulier (dir.), Histoire et réhabilitation des sanatoriums en Europe, Paris, Docomomo Journal, no spécial, 2008.

Klein, Toulier, 2009 : R. Klein, B. Toulier (dir.), Des maisons du peuple aux maisons de la culture en Europe, Docomomo Journal, no spécial, 2009.

Lambert, Nègre, 2011 : G. Lambert, V. Nègre, « Les chantiers de l’innovation constructive », ministère de la Culture et de la Communication, Les Grands ensembles urbains. Une architecture du XXe siècle, Paris, Éditions Carré, 2011, p. 189-205.

Peyceré, Gaubert Peyceré, 2000 : D. Peyceré, S. Gaubert, La pratique de l’architecture du XXe siècle en France, La Gazette des archives, no 190-191, 3e et 4e trimestres 2000, p. 187-204.

Smith, Toulier, 2000 : P. Smith, B. Toulier (dir.), Berlin-Tempelhof, Liverpool-Speke, Paris-Le Bourget. Années 30. Architectures des aéroports. Paris, Éditions du Patrimoine, 2000.

Toulier, 1997 : B. Toulier, Histoire, techniques et architecture du béton armé en France, Monumental, 1997, t. 16, p. 7-20.

Toulier, 1997 : B. Toulier (dir.), Mille monuments du XXe siècle, Paris/Nantes, CNMH/Éditions du patrimoine, Coll. Indicateurs du patrimoine, 1997.

Toulier, 1998 : B. Toulier (dir.), Architecture du XXe siècle : le patrimoine protégé, Actes de la table ronde de l’École nationale du patrimoine, Paris, Palais d’Iéna, 13-14 novembre 1997, Paris : École nationale du patrimoine, 1998.

Toulier, 1999 : B. Toulier, Architecture et patrimoine du XXe siècle en France, Paris : Éditions du Patrimoine, 1999.

Toulier, 1999 : B. Toulier, Les Halles de Reims : un hangar pour avions à usage de marché, Architectures et patrimoine du XXe siècle en France, Paris, CNMHS/Éditions du patrimoine, 1999, p. 248-251.

Toulier, 2001 : B. Toulier, La place des périodiques d’architecture dans la base de données ARCHI‑ DOC : bilan et perspectives, Les périodiques d’architecture XVIIIe-XXe siècle. Recherche d’une méthode critique d’analyse, Paris : École nationale des Chartes, 2001, p. 205-209.

Toulier, 2005 : B. Toulier, Aviation architecture and Heritage in France, Historic airports. Proceedings of the international « L’Europe de l’air » conférences on aviation architecture, Liverpool (1999), Berlin (2000), Paris (2001). Londres, English Heritage, 2005.

Toulier, 2007 : B. Toulier, Holidays camps in France, which architecture ? Architecture and society of the holiday camps. History and perspectives (Balducci Valter and Bica Suzanna, dir.). Timisoara, Editura orizonturi universitare ; Mirton, 2007, p. 36-59. Trad. française dans In Situ, no 9, avr. 2008, Les colonies de vacances en France, quelle architecture ? http://insitu.revues.org/4088

Toulier, 2010 : B. Toulier (dir.), Villégiature des bords de mer. Architecture et urbanisme. XVIIIe-XXe siècle, Paris, Éditions du patrimoine, 2010.

Notes

1 Coll., Les enjeux du patrimoine architectural du XXe siècle, actes du colloque de la direction du patrimoine, Eveux, couvent de la Tourette, juin 1987. Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 1988.

2 Coll., Patrimoine architectural du XXe siècle : stratégies de conservation et de mise en valeur, Vienne, décembre 1989. Strasbourg, Conseil de l’Europe, 1994. Recommandations du Conseil de l’Europe pour le patrimoine du XXe siècle : R91 13.

3 Recommandations du Conseil de l’Europe pour le patrimoine du XXe siècle : R91 13. Ces recommandations, ratifiées par le ministère de la Culture française n’ont cependant jamais été envoyées officiellement aux services déconcentrés et aux agents de ce ministère.

4 Les crédits d’étude, mis en place en 1988-1989 ont été très rapidement fléchés vers d’autres actions annexes et se sont progressivement taris jusqu’en 1998.

5 Travaux conduits par le Centre André Chastel (CNRS-Université Paris IV, CRHAM) à partir de 1988 sous la conduite infatigable de Françoise Boudon : dépouillement analytique et saisie informatique d’une partie des 66 premiers registres des procès-verbaux des séances du Conseil des Bâtiments civils, soit les années 1795-1840 (F21*2470 à F21*2536). Le ministère de la Culture a apporté sa contribution financière et intellectuelle à cette entreprise, jusqu’en 1998, à côté du CNRS et à la suite du ministère de l’Équipement et du Logement. À partir de 2006, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) a pris le relais et mis en ligne la base de données sur son site, en y associant les images numérisées des calques des projets acceptés, conservés dans la série iconographique F21 : http://www.inha.fr/spip.php?rubrique358.

6 Dion 1991. 2 vol. [rapport dactyl.]. Voir reprise incluse dans Gaubert, Cohu, 1996. Voir aussi l’outil de recherche actualisé : http://archiwebture.citechaillot.fr/. En 2010, pour les 409 fonds conservés à l’Ifa, la base de données comporte environ 265 instruments de recherches (inventaires ou simples repérages) ; une centaine d’autres sont accessibles au format pdf.

7 Seule une partie du dépouillement, concernant seulement les réalisations des architectes nés avant 1900, est intégrée à la base ARCHIDOC : recherche experte/Fonds dépouillés : SADG. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/chastel_fr ACTION=RETOUR&USRNAME=nobody&USRPWD= 4 % 24 % 2534P. Les biographies des architectes de la SADG ne sont toujours pas accessibles sur Internet.

8 Institut National d’Histoire de l’Art. http://www.inha.fr/spip.php? article1490. Après l’échec de l’inscription de ce projet dans un programme ANR, les projets en cours dans ce domaine ont effectué un repli et portent essentiellement sur le livre d’architecture.

9 http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/.Bibliographie. La base contient 74318 enregistrements sur des édifices ou des ensembles du XIXe et XXe siècles qui se répartissent comme suit : 40676 issues des revues (depuis les premiers numéros de la Revue générale de l’Architecture et des Travaux publics (1840-1855) jusqu’au dépouillement exhaustif de revues régionales comme La Construction lyonnaise (1879-1914) ; 10471 provenant de recueils (par exemple des monographies d’architectes de la célèbre collection EDARI éditée dans les années 1930) ; 9 467 à partir de sources documentaires portant sur Paris ; 5 776 issus d’une cinquantaine de livres de référence pour compléter notamment la période de la seconde moitié du XXe siècle. Pour les périodiques d’architecture : Toulier 2001.

10 Castaldi, Toulier 2011. Sur le processus de la commande en architecture : Peyceré, Gaubert 2000.

11 Toulier 1997.

12 Toulier, 1999.

13 Lambert, Nègre 2011.

14 Programme européen Raphaël L’Europe de l’Air. Architecture de l’aéronautique. Partenariat entre le ministère de la Culture (DAPA), English Heritage et Berlin Landesdenkmalamt. Contrat de la commission européenne (Bruxelles), 1999-2001. Smith, Toulier 2000 ; Toulier, 2005.

15 Gremitzer, Toulier 2008

16 Klein, Toulier 2009

17 Toulier, 2007.

18 Toulier, 2010.

19 Ministère de la Culture et de la Communication, Les Grands ensembles urbains. Une architecture du XXe siècle, Paris, Éditions Carré, 2011. Premier dénombrement des œuvres remarquables du logement social entre 1940 et 1970, avec exemple d’étude monographique, accompagnés d’un compendium sur le processus de la commande et du programme, de la mise en œuvre des matériaux, etc.

20 Lengereau Éric, http://paris-iea.fr/evenement/premieratelier-de-recherche-sur-les-mots-de-larchitecture-contemporaine

21 Publications nationales : Toulier, 1997 ; Toulier, 1998 ; Toulier, 1999. Expositions nationales : - Le patrimoine du XXe siècle en France. Exposition itinérante présentée au Conseil économique et social en 1998. - Les patrimoines de l’architecture du XXe siècle en France, Exposition itinérante multilingue pour l’international, ministère de la Culture et de la Communication/Cultures-France, 2000-2010 (avec Petit Journal).

22 http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/lettre/dossiers/dossier-71.pdf

23 Circulaire no 2001/006 du 1er mars 2001 relative à l’institution d’un label Patrimoine du XXe siècle, Bulletin officiel du ministère de la Culture no 124, p. 14-16. Circulaires d’application du 25 octobre 1999 et du 1er mars 2001.

24 http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/VISITES/labelxx/lieu_frameset.htm. Liste des labellisés Patrimoines du XXe siècle, non exhaustive, extraite de la base nationale Mérimée.

25 Le site internet www.patrimoine-XX.culture.fr ouvert au public en 2000-2001, a été progressivement remanié et en grande partie détruit (ex. suppression de toutes les photographies) ; les mises à jour se sont progressivement arrêtées entre 2004 et 2007.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540