Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation-restauration de l’architecture du mouvement moderne

 | 
Catherine Compain-Gajac

De la notion de conservation-restauration

Rapportée à l’architecture du Mouvement Moderne

Catherine Compain-Gajac

Note de l’éditeur

Introduction au colloque Conservation, restauration de l’architecture du Mouvement Moderne : l’exemple de l’Université de Toulouse-Le Mirail de Georges Candilis à Toulouse, le 8 avril 2010.

Texte intégral

1Penser aujourd’hui la conservation et la restauration du patrimoine de l’architecture du Mouvement Moderne, impose de remonter le temps, l’espace de quelques lignes, afin de nous remettre en mémoire les origines de cette vaste entreprise qui permet aujourd’hui de mettre en œuvre des procédures destinées à protéger les édifices et les objets témoins des siècles passés, et, pour le sujet qui nous concerne, des soixante-dix ans qui nous précèdent.

2Dans un premier temps, avant d’évoquer une architecture encore récente au regard de l’histoire de l’humanité, rappelons comment est apparue, au début du XIXe siècle, l’idée selon laquelle le patrimoine architectural ancien devait désormais faire l’objet d’attention et de protection.

  • 1 Cf. http://www.merimee.culture.fr/fr/html/mh/liste_mh.pdf

3Mûrie en France pendant les siècles derniers, l’idée de conserver le patrimoine a pris forme au lendemain de la Révolution de 1789 grâce à la détermination passionnée d’une poignée d’hommes. En 1794, la dénonciation par l’éminent abbé Grégoire des actes de vandalisme sur les biens publics, puis en 1825, la déclaration de « Guerre aux démolisseurs » de Victor Hugo enfin, le rôle décisif joué à partir de 1830 par les infatigables inspecteurs des Monuments historiques que furent Ludovic Vitet (1830) et Prosper Mérimée (1834) ont permis, en 1840, l’ouverture d’une première liste d’inventaire des monuments à protéger1.

ill. 1 - Le Corbusier, Cité radieuse, Marseille, cliché C. Compain-Gajac 2005.

  • 2 Cf. Françoise Férat, in Rapport d’information no 599, Au service d’une politique nationale du patri (...)
  • 3 Au 1er janvier 2009 le ministère de la culture dénombrait : 43 180 Monuments historiques protégés a (...)

4Cette année-là, mille trente-quatre Monuments historiques ont ainsi été répertoriés2, présentés par ordre d’importance. Ensuite, après plusieurs révisions, menées sous la Restauration et sous le Second Empire en particulier, la commission des Monuments historiques, chargée de dresser la liste des édifices, a adopté sous l’influence de Viollet-Le-Duc une démarche normative fondée sur la notion de typologie et sur le caractère national de l’édifice. À partir de la loi du 30 mars 1887 complétée de la loi du 31 décembre 1913 qui fixe les conditions de l’intervention de l’État, la politique du patrimoine a connu une évolution constante. Cette loi est déterminante, car elle définit le cadre et le statut des Monuments historiques, prévoit comme nouvelle mesure de protection l’inscription à l’Inventaire et remplace la notion d’intérêt national par celle d’intérêt public, étendant la possibilité de classement à la propriété privée. Aujourd’hui, plus de quarante mille édifices sont protégés au titre des Monuments historiques3.

5Pendant deux siècles, c’est essentiellement l’idée du passé et de ce qui est ancien qui a guidé la démarche de protection de l’architecture. Aujourd’hui, si la question demeure posée dans ces mêmes termes pour les architectures qui relèvent d’un passé plus lointain, il apparaît que de nouveaux critères doivent être proposés pour les édifices construits au cours de périodes plus récentes, en particulier pour l’architecture du XXe siècle. Il est en effet remarquable que, depuis une cinquantaine d’années, l’idée de patrimonialiser notre environnement bâti récent prend un sens nouveau. Les historiens de l’architecture, les architectes, les chercheurs de l’université, divers groupes de réflexion sont ainsi toujours plus nombreux à prendre position en véritables défenseurs à la fois des caractères les plus significatifs et des théories portées par l’architecture du XXe siècle. Ils considèrent que le patrimoine récent doit être étudié et perçu comme une nouvelle étape dans l’histoire de la protection des Monuments historiques. Il nécessite en effet de trouver des solutions nouvelles capables de répondre aux interrogations diverses car, pour la période récente, la mise en place des procédures de protection se montre souvent très complexe.

6Il est un fait que le patrimoine récent, souvent mal conservé, généralement mal compris du point de vue du sens autant que de celui de l’esthétique, souffre en conséquence d’un évident manque de reconnaissance. Dans la mesure où il est difficile de le comparer au patrimoine traditionnel plus ancien qui résulte d’une histoire souvent longue de plusieurs siècles, considérer le patrimoine du XXe siècle dans le contexte spécifique de l’histoire d’une époque et des métamorphoses d’une société s’avère dès lors une démarche obligatoire. Dans un sens, nous pouvons considérer que la France a pris assez vite la mesure de l’intérêt du patrimoine du XXe siècle [ill. 2]. Les premières architectures remarquables datant de 1913 ont en effet été classées dès 1957, c’est-à-dire moins de 50 ans plus tard.

ill. 2 - 1962, sept monuments classés, PAO de C. Compain-Gajac.

  • 4 décret no 59-212 du 3 février 1959, relatif aux attributions du ministre de la Culture.

7Ces actions entraient dans le contexte plus général des mesures de protection menées sous l’impulsion du premier ministre de la Culture, André Malraux, des listes de classement consacrées aux architectures dites « modernes » ayant été ouvertes. Cette politique a été plus particulièrement affirmée dans le texte fondateur du nouveau ministère de la Culture, le décret du 3 février 19594 qui évoque l’existence d’œuvres capitales de l’humanité, à cette époque encore en nombre très limité, témoignages des siècles passés.

    • 5 Jean-Michel Leniaud, Vingt-cinq ans d’histoire du patrimoine, in P. Poirrier et L. Vadelorge (dir.) (...)

    En 1962, la législation sur la protection du patrimoine historique et esthétique de la France définit sept monuments dignes de bénéficier d’une restauration : le Louvre, les Invalides, les châteaux de Vincennes, Versailles, Fontainebleau et Chambord et la Cathédrale de Reims5 [ill. 2].

  • La notion de secteurs sauvegardés destinés à protéger les centres-ville anciens fait son apparition.

  • La création de l’Inventaire général, en 1964, étend à l’ensemble des richesses architecturales et mobilières du pays la notion de protection.

  • La loi de 1962 ne prenant en considération que des monuments situés dans la région de Paris, elle sera complétée en 1967 et élargie à la conservation d’une centaine d’autres édifices répartis sur l’ensemble du territoire.

  • Progressivement, dans les années 1970, les critères de sélection s’élargissent encore au point d’inclure l’art du XIXe et du XXe siècle.

    • 6 Id.
    • 7 plus de 6 000 se forment, monuments anciens, chantiers de reconstruction, cellules d’animation et d (...)

    Le mot « patrimoine » entre de façon explicite dans le vocabulaire administratif6 en 1978, avec la création de la direction du patrimoine au sein du ministère de la Culture. Progressivement, la politique culturelle de l’État va s’étendre en dehors du champ des collectivités publiques et, à la suite, l’institution de l’année du patrimoine en 1980 se montrera incitative de l’initiative privée par le jeu des associations locales7 qui, bénéficiant de subventions, vont multiplier les actions. En 1982, le ministre Jack Lang développe davantage l’objectif de « préserver le patrimoine culturel national, régional ou des divers groupes sociaux pour le profit commun de la collectivité toute entière ». Il met en place des mesures de reconversion du patrimoine industriel et élargit encore le champ des objets concernés par la patrimonialisation en y incluant des architectures aussi diverses que l’architecture rurale, les constructions industrielles, les villas balnéaires ou encore les salles de spectacle.

  • 8 COmmission RÉgionale du Patrimoine Historique Archéologique et Ethnologique. Créées par décret du 1 (...)
  • 9 Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager, créée par la loi de décentralis (...)

8Toutes ces procédures vont engendrer un nombre croissant de demandes de classement et d’inscription auxquelles les Directions régionales des affaires culturelles [DRAC], créées en 1984, devront répondre avec le concours des Commissions régionales du patrimoine, les CO.RE.P.H.A.E8. Les secteurs sauvegardés vont s’élargir au paysage, devenant des Zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager, les ZPPAUP9.

  • 10 Toulier, 1997.
  • 11 43 000 édifices et sites.
  • 12 http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/VISITES/labelxx/lieu_frameset.htm

9En 1997, une première liste de 1 000 monuments protégés a été établie dans le but d’inciter un consensus autour de l’idée de patrimoine du XXe siècle10. On y a ajouté « Treize mesures pour le patrimoine du XXe siècle », présentées à la presse lors du lancement des Journées du Patrimoine de septembre 1998, puis reprises dans la circulaire ministérielle du 18 juin 1999. Bien qu’elles soient l’indicateur d’une motivation sans faille, ces nouvelles prises de conscience se sont révélées encore insuffisamment efficaces pour la promotion d’un patrimoine XXe siècle puisque, dans l’ensemble du patrimoine protégé11, il n’est encore aujourd’hui que faiblement représenté. Pour pallier cette carence, un label Patrimoine du XXe siècle12 a été mis en place en 1999 par le ministère de la Culture. Par des plaques apposées sur les architectures reconnues, le label Patrimoine du XXe siècle « identifie et signale à l’attention du public les édifices et ensembles urbains qui, parmi les réalisations architecturales du siècle, constituent les témoins matériels de l’évolution technique, économique, sociale, politique et culturelle de notre société ». Cette procédure n’a pas d’incidence juridique ou financière. Elle est un simple appel à l’attention des usagers, des décideurs et des aménageurs qui peut s’accompagner d’actions de sensibilisation de natures diverses. C’est en fait dans la mise en œuvre de la procédure d’attribution que le label « Patrimoine du XXe siècle » montre le mieux sa capacité à animer l’action en faveur du bâti récent. En effet, au plan local, elle entraine la constitution de groupes de travail pluridisciplinaires, chercheurs de l’inventaire, chargés d’études documentaires des Monuments historiques, architectes des bâtiments de France, enseignants en école d’architecture et en université, chargés d’élaborer et de valider les listes de monuments du XXe siècle susceptibles de recevoir le label qui seront présentées aux Commissions régionales du patrimoine et des sites pour être ensuite approuvées par le préfet de région. La préparation au Label XXe convoque ainsi une pluralité de personnalités et d’organismes (associations) d’origines diverses, et par ce moyen provoque une réflexion qui sans doute n’aurait pas existé.

  • 13 Cf. Donnat, 1998 : 39 % des Français sont allés une fois au moins au cours des 12 derniers mois dan (...)

10C’est l’ensemble de ces mesures, associées à l’initiative privée, qui permettent d’observer aujourd’hui la place remarquable occupée par le patrimoine dans le paysage culturel français. De nombreuses architectures sont protégées, soit au titre des Monuments historiques, soit au titre de l’inscription à l’Inventaire supplémentaire. Et la sensibilisation de la population au phénomène patrimonial s’exprime avec évidence, essentiellement à travers le développement constant des pratiques culturelles13, la visite des Monuments historiques, accessibles et ouverts au public, étant devenue une activité très populaire.

  • 14 http://www.culture.gouv.fr/culture/organisation/dapa/zppaup-fr.pdf

11D’un point de vue pratique, la loi a organisé les diverses procédures de protection qui peuvent être mises en œuvre. La réglementation de la protection du patrimoine architectural est régie par le Code du patrimoine (2004), Livre VI, dont les règles édictées se fondent sur l’importante loi du 31 décembre 191314. Il y est indiqué que l’architecture bénéficie de protection à divers titres : Monuments historiques, abords des Monuments historiques, zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager et secteurs sauvegardés.

  • 15 Code du Patrimoine, articles L. 621-1.
  • 16 Collectivités locales, associations...

12De manière à bien comprendre, à la lecture de certaines communications, le bien-fondé de l’inquiétude de ceux qui « bataillent » pour protéger une architecture, il paraît nécessaire de préciser, à titre indicatif, la procédure parfois complexe qui conduit à la protection au titre des Monuments historiques. Deux niveaux de protection correspondent ainsi à deux catégories d’édifices15. D’une part, « les immeubles dont la conservation présente, du point de vue de l’histoire ou de l’art, un intérêt public... peuvent être classés en totalité ou en partie par décision du ministre chargé de la Culture, après avis de la Commission supérieure des Monuments historiques (CSMH) ». D’autre part, « les immeubles qui, sans justifier une demande de classement immédiat au titre des Monuments historiques, présentent un intérêt d’histoire ou d’art suffisant pour en rendre désirable la préservation... peuvent être inscrits sur l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques (ISMH) par arrêté du préfet de région, après avis de la Commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) ». Ce sont les Directions régionales des affaires culturelles (DRAC) qui initient et instruisent la procédure en première instance. Elles sont généralement saisies à la suite d’un recensement ou d’une demande du propriétaire ou d’un tiers y ayant intérêt16. Le dossier de protection est soumis pour avis à la CRPS et le préfet de région, sur la base de cet avis, décide de l’inscription par arrêté ou propose le classement au ministre chargé de la Culture. Si le classement est envisagé, le préfet de région prend un arrêté d’inscription à titre conservatoire et transmet le dossier au ministère pour examen par la Commission supérieure des Monuments historiques (CSMH) qui peut, soit proposer le classement, soit trouver suffisante l’inscription sur l’ISMH. En cas de classement, le propriétaire est invité à formuler son accord par écrit mais, en cas de refus, il peut être contraint par une procédure de classement d’office engagée par le ministre chargé de la Culture puis par décret du Premier ministre après avis du Conseil d’État. En cas d’inscription, la décision peut être prise sans le consentement du propriétaire.

  • 17 Périmètre d’un rayon de 500 m autour du monument.

13Étant entendu que les contraintes vont se révéler plus souples dans le cas d’édifices inscrits sur la liste de l’Inventaire, cette réglementation de protection va bien sûr avoir des conséquences importantes sur les conditions d’utilisation des bâtiments classés ou inscrits. Les effets sont multiples. Il suffit d’en évoquer les principaux pour se rendre compte de la portée de la protection. Par exemple, l’immeuble inscrit ou classé ne peut être ni détruit, ni déplacé, ni modifié, même en partie, sans autorisation, contrôle et avis de la DRAC, de la Commission régionale des Monuments historiques, de l’architecte des bâtiments de France et même du ministère dans des conditions qui sont très clairement définies par les textes. De même, conséquence du classement ou de l’inscription, toute construction, restauration, destruction effectuée dans son champ de visibilité17 doit obtenir l’accord de l’architecte départemental des bâtiments de France.

14De nombreuses autres contraintes venant s’ajouter, la question se pose alors de l’intérêt de sauvegarder une architecture. En effet, au sens le plus large, l’architecture, présente dans nos vies au plus près de l’activité humaine, s’impose à nous sous les formes d’expression les plus diverses. Si l’architecture monumentale appelle tout naturellement à une forme de reconnaissance, celle qui nous est proche, celle qui abrite notre quotidien, se laisse au contraire bien souvent oublier. Objectivement, on a du mal à prendre en considération la valeur culturelle, patrimoniale et immatérielle des bâtiments et des savoir-faire qui lui sont associés. En conséquence, les débats qui s’y rapportent sont généralement mal compris et de fait, souvent par manque de connaissance, les projets architecturaux ou urbanistiques qui les concernent ont du mal à être partagés, même avec les principaux concernés. C’est pourquoi la pensée selon laquelle l’architecture ancienne, respectée par le témoignage de l’histoire qu’elle manifeste, se doit d’être conservée est communément admise, alors que l’idée de réfléchir sur l’architecture nouvelle est difficile à concevoir. De fait, traditionnellement, dans les esprits, la nécessité d’en référer à l’histoire de l’architecture est unanimement acceptée. On a longtemps imaginé en effet qu’il suffisait de s’en tenir à l’analyse des significations liées au projet d’origine comme le font les historiens de l’architecture. Jusqu’à une époque récente, il n’apparaissait pas utile que d’autres démarches puissent être associées de manière systématique, comme c’est le cas aujourd’hui de la sociologie, de l’ethnologie, de l’urbanisme ou encore du paysage. L’histoire de l’architecture du XXe siècle, si elle est incontournable, s’avère en effet bien souvent incapable de légitimer à elle seule l’intérêt patrimonial d’un bien. On est généralement peu enclin à porter de l’intérêt à l’expression purement historique de ce bâti, dans le domaine de l’habitat en particulier, qu’il soit collectif ou individuel. À plus forte raison pour cette période, est-il indispensable de compléter l’apport de l’histoire par diverses autres études comme celles des formes urbaines ou des comportements sociaux.

15L’évolution actuelle des problématiques liées à la protection de l’architecture montre au contraire que l’apport des historiens, s’il est indispensable, n’est plus suffisant pour définir le contexte d’une restauration/réhabilitation. Il ne suffit plus de porter un regard savant sur les formes, de donner aux faits une signification historique. Il faut se montrer soucieux de l’évolution du sens de l’architecture dans le temps, de l’évolution dans la transformation des espaces. Ce sont en l’occurrence les praticiens de la sauvegarde, et parmi eux les architectes chargés des projets de réhabilitation, souvent associés aux sociologues, qui, par la pratique qu’ils ont de leur métier, ont ajouté cette composante à la réflexion traditionnelle. Historiens et praticiens sont ainsi appelés aujourd’hui à jouer, de concert, un rôle pédagogique essentiel. Ils doivent non seulement conforter l’histoire du patrimoine architectural ancien, mais également nourrir une histoire de l’architecture contemporaine naissante. Leur rôle est d’autant plus essentiel que l’engouement actuel pour la question patrimoniale, s’il n’est pas contrôlé par les savoirs scientifiques, promet d’engendrer, sur la base de l’ignorance et des erreurs, des excès de patrimonialisation. De même, leur rôle est primordial dans les contextes de rénovation urbaine et architecturale pour empêcher, par exemple, des abus de démolition.

16Nous le constatons au quotidien, dans notre monde moderne, le patrimoine architectural récent constitue une part importante de l’architecture existante. En France, par exemple, il est avéré que le XXe siècle a plus construit que les 19 siècles qui l’ont précédé. Cette architecture, si elle ne montre pas un intérêt de conservation homogène doit cependant être étudiée de près, souvent au cas par cas, comme le montrent les exemples qui seront développés au fil de cet ouvrage. La nécessité de réhabiliter et la prise de conscience de préserver le patrimoine architectural du XXe siècle conduit ainsi des chercheurs de plus en plus nombreux à produire des études motivées de manière à éclairer sur des points essentiels les praticiens de la réhabilitation. Porter de l’intérêt à l’architecture et aux objets d’une époque très récente impose en effet de mettre en place des notions nouvelles capables de rassembler de larges consensus. Ceux qui sont appelés à réhabiliter ou à construire de nouveaux programmes doivent être sensibilisés à de nouveaux contextes. Les difficultés rencontrées dans les processus de conservation, de restauration et de réutilisation des bâtiments sont également nouvelles et nombreuses.

17La politique française de protection du patrimoine entre dans le contexte plus large d’une suite d’évènements organisés au plan européen et international.

181985 est ainsi l’année de deux rencontres décisives, l’une organisée à Paris par le Conseil international des Monuments et des Sites (ICOMOS), l’autre à Grenade qui a réuni les ministres européens de la Culture pour rédiger une recommandation en faveur de la protection et de la mise en valeur du patrimoine du XXe siècle. Deux ans plus tard, en France, la Direction du patrimoine du ministère de la Culture a organisé un colloque international sur la question des enjeux du patrimoine du XXe siècle. Puis, en 1988, le premier organisme voué à la documentation et à la conservation de l’architecture du Mouvement Moderne, (Docomomo International) a été fondé à Eindhoven aux Pays-Bas. Cette démarche se révèlera une initiative déterminante. Elle sera suivie de deux conférences d’experts organisées par le Conseil de l’Europe à Vienne et à Barcelone à la fin des années 1980 alors que l’Amérique du Nord s’engage à son tour dans le mouvement.

19La conférence internationale de Docomomo à Eindhoven en 1990 est la première d’une suite de rencontres biennales. Depuis cette époque, d’autres conférences sur la question du patrimoine récent se multiplient. L’UNESCO reconnaît le patrimoine du XXe siècle comme domaine d’intérêt et le comité du patrimoine mondial adopte le principe d’une liste. ICOMOS organise régulièrement des séminaires sur le patrimoine du XXe siècle, en 1995 à Helsinki, en 1996 à Mexico.

20En ce début du XXIe siècle, c’est essentiellement au sein des organisations liées à l’UNESCO que la réflexion sur la préservation de l’architecture moderne se concrétise. Le Centre du patrimoine mondial instaure des rencontres d’experts pour élaborer un programme d’études orienté vers la recherche et la documentation en patrimoine moderne. ICOMOS organise une conférence sur le thème de l’architecture de l’après-guerre dans les centres urbains. L’Asie montre à son tour de l’intérêt pour l’architecture moderne et met en place le Modern Asian Architecture Network.

21Cependant, aujourd’hui encore, malgré une motivation sans faille et une activité intense depuis presque trente années, les diverses instances et réseaux internationaux ne semblent toujours pas capables de convaincre de la valeur patrimoniale de l’architecture moderne. Cette prise de conscience nécessaire semble se révéler finalement réservée à une élite documentée, souvent perçue d’un regard curieux, parfois narquois. Que peut-on bien trouver d’intéressant à une architecture de béton aux formes géométriques en si mauvais état de conservation ? Sans doute peut-on attribuer à l’ignorance des fondements de celle-ci une partie de l’origine de ce manque de reconnaissance. Sans doute aussi est-il difficile de reconnaître une authenticité historique à des objets qui font encore partie de notre quotidien. Il est en effet avéré que le manque de référence historique reste un facteur important. Mais il n’est pas toujours déterminant. L’époque moderne a en effet imposé de nouveaux programmes dont les caractères architecturaux sont très éloignés de la tradition architecturale classique. La modernité a soumis l’architecture à l’évolution de la technique. Elle lui a aussi proposé une nouvelle esthétique des formes fondée sur de nouveaux principes : l’équilibre entre les divers éléments du bâtiment, les proportions, la texture ou encore la couleur. Avec la fonctionnalité, elle a affirmé et théorisé une nouvelle finalité. Ensuite, à l’issue de la Seconde guerre mondiale, l’explosion de la construction immobilière a provoqué une évolution très rapide et pas nécessairement bien acceptée de la structure et de la physionomie des villes. Enfin la restauration du patrimoine récent pose des problèmes liés à sa taille, à son volume, au vieillissement rapide de ses matériaux souvent expérimentaux pour lesquels les technologies qui les ont produits n’existent souvent plus aujourd’hui. L’obsolescence de certaines constructions résulte de leur perte de fonctionnalité. De fait, avec le patrimoine récent, non seulement le choix des éléments à protéger est difficile, mais encore la restauration et la réhabilitation sont-elles souvent problématiques.

22Il est de toute évidence compliqué de confronter ce patrimoine aux critères mis en avant dans l’article 24 des Orientations de la Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les critères d’authenticité, de nouveauté, de distance historique, de valeur de témoignage et de développement durable sont en effet davantage destinés à s’appliquer à la protection des bâtiments anciens. C’est sans doute la raison pour laquelle, bien que l’architecture du XXe siècle se soit développée de manière spectaculaire en raison de la très rapide explosion démographique, bien que pendant cette période on ait construit plus que pendant tous les siècles antérieurs, si on le compare au patrimoine ancien, celui du XXe siècle est largement sous-représenté dans la liste du patrimoine mondial.

ill. 3 - L’université du Mirail, perspectives intérieures, cliché C. Compain-Gajac.

23Ces diverses réflexions imposent aujourd’hui que nous nous interrogions au sujet des procédures à appliquer, bien souvent en urgence, pour sauver le patrimoine bâti du XXe siècle. Les édifices concernés par le risque de disparition pour cause de vétusté, d’abandon ou bien de démolition sont en effet nombreux. Dans ce sens, au mois d’avril 2010, un colloque a été organisé à Toulouse. Intitulé Conservation, restauration de l’architecture du Mouvement moderne : l’exemple de l’Université de Toulouse-Le Mirail de Georges Candilis. [ill. 3]. Il s’inscrit dans l’actualité de l’histoire d’une architecture significative des multiples interrogations qui concernent la patrimonialisation de l’architecture du XXe siècle.

24Ce colloque avait pour but d’offrir une tribune d’échanges sur cette question qui touche de nombreux historiens et architectes. Et, en effet, il s’est montré le lieu privilégié de débats passionnés sur la conservation du patrimoine bâti après la Seconde guerre mondiale par des architectes qui revendiquaient l’héritage des fondateurs du Mouvement Moderne.

25Si les intervenants ont été unanimes à souhaiter donner une réponse positive à la nécessité de conserver l’architecture du XXe siècle, ils se sont également tous interrogés sur les principes nécessaires à la mise en place d’une politique de conservation adaptée. Ils ont aussi réfléchi à l’élaboration de procédures destinées à rendre cette politique efficace. Pour l’ensemble des débats, les travaux se sont appuyés sur l’étude historique d’architectures choisies. Révélateurs d’une pluralité de points de vue, ils ont affirmé la nécessité de soumettre ce domaine à une recherche pluridisciplinaire.

26La présence de sociologues, d’urbanistes, d’historiens, d’architectes, de membres de l’administration a parfaitement illustré le sens donné au débat. Il est ainsi apparu à tous que l’importance quantitative du patrimoine architectural du XXe siècle demandait une nouvelle évaluation du champ du domaine culturel de l’histoire de l’architecture de cette époque afin d’imaginer de nouvelles définitions des pratiques de conservation.

27En effet, la relation critique au passé, si elle est indispensable, ne peut pas être considérée comme le seul préalable à la préservation de cette architecture. Il faut également être capable d’identifier le passé très proche même si l’exercice paraît difficile. C’est une notion qui peut évoluer par une meilleure compréhension de la perception qu’ont du temps les sociétés d’aujourd’hui. Il faut concevoir la production architecturale actuelle comme constitutive du patrimoine futur. Pour inciter à la protection d’une architecture aujourd’hui, le sens que porte la production architecturale ou bien la place qu’elle occupe dans le temps ne peuvent plus être considérés comme des critères suffisants. D’autres éléments de qualification doivent être convoqués. Ainsi, pour envisager la dimension du patrimoine architectural récent à sa juste mesure, dans le contexte d’une société qui se veut extrêmement mobile et variable, il peut devenir utile de modifier la vision que l’on a de la question même de ce patrimoine. On peut ainsi le considérer désormais non plus seulement a posteriori, mais au moment même de l’exécution de l’acte constructif. Le but n’est pas de négliger le patrimoine culturel ancien. Il est plutôt d’inciter à prendre en considération le processus de création de manière à ce qu’un objet, destiné à la patrimonialisation, puisse être associé à une identité patrimoniale nouvelle. C’est le juste fondement de cette démarche qui pourrait alors être soumis à l’appréciation du public. Parce que si dès sa conception l’architecture d’aujourd’hui était considérée comme le patrimoine de demain, alors il deviendrait possible d’imaginer que, dès la genèse du projet, la dimension qualitative de l’architecture contemporaine soit réfléchie. Et par voie de conséquence, il serait envisageable de concevoir le rôle déterminant de la planification urbaine et de l’aménagement du territoire dans la constitution du futur patrimoine architectural.

28Le colloque a également montré l’intérêt documentaire des archives d’architecture de cette période. Penser la patrimonialisation de l’architecture du XXe siècle implique de prendre en considération ces documents et plus encore, d’affirmer leur importance patrimoniale. Conservés dans des conditions très diverses, ils doivent être protégés car ils ont pour intérêt de proposer une histoire qui a le pouvoir de donner tout son sens à cette architecture. En mettant régulièrement en œuvre leur contenu, la recherche universitaire par exemple montre que ces archives constituent des outils essentiels à une argumentation indispensable à la mise en œuvre et à la reconnaissance du patrimoine aujourd’hui.

29Dans le cadre de cette rencontre, parce que la question de son intérêt patrimonial entrait de manière très sensible dans le cadre des problématiques de patrimonialisation qui se posent aujourd’hui pour l’architecture du XXe siècle, la réflexion autour du campus universitaire de Toulouse-Le Mirail a pris une ampleur nationale.

30Conçu en 1970 par l’architecte Georges Candilis, le campus de l’Université Toulouse Le Mirail (UTM) a été édifié dans le prolongement géographique des nouveaux quartiers que l’architecte avait conçus dans les années 1960. Dès sa conception, les architectes ayant insisté sur la nécessité de mettre en place des procédures capables de créer des liens privilégiés entre le campus, la ville et ses habitants, la situation de l’UTM et la philosophie du projet destinaient celui-ci à jouer un rôle de tampon entre les entités urbaines nouvelles et la ville ancienne. En quarante années d’existence, la constante progression des exigences de recherche et de formation et l’importante augmentation du nombre des étudiants ont incité à développer considérablement le site de cette université. Au début des années 2000, la restructuration de l’ensemble architectural étant apparue inévitable, la réflexion qui en est résultée a été source de multiples soubresauts entre destruction et restauration. Aujourd’hui, s’il paraît évident de penser l’architecture future du campus universitaire du Mirail dans le souci de préserver une part importante de l’existant, le projet de reconstruction, qui prévoit l’édification d’architectures nouvelles pour compléter la structure originelle, aborde également, de manière très réfléchie, la question de la restauration de la trame constructive initiale. La remise en état de l’œuvre de Candilis constitue une charge financière très lourde qui a souvent été mise en question. Elle est pensée désormais dans le sens d’une conservation de l’architecture par le nouveau schéma directeur d’aménagement qui insiste en outre sur la nécessité de créer des liens entre les bâtiments anciens et nouveaux. De même, la part importante accordée à la végétalisation de l’ensemble architectural, dans l’esprit des patios jardinés instaurés par Candilis, laisse imaginer une volonté d’abonder dans le souhait d’humaniser ce lieu souvent traité de manière très minérale par les divers architectes qui y sont intervenus depuis quarante ans. Le projet permet la survie de l’architecture de Candilis, internationalement considérée comme un témoignage exceptionnel de l’architecture du Mouvement Moderne, une architecture au caractère unique et expérimental dans le contexte de la typologie des campus universitaires.

31Le présent ouvrage, largement nourri par les communications d’historiens, architectes, sociologues, urbanistes tous investis dans la mission de sauvegarde de l’architecture du XXe siècle, se veut le témoin de trois journées d’échanges passionnés.

32Elles seront relatées en trois étapes. Les contextes historiques, sociologiques et culturels seront abordés dans un premier temps. À la suite, les témoignages des intervenants se croiseront sur des exemples d’architectures choisis. L’exemple particulier de l’architecture de l’Université du Mirail de Georges Candilis permettra enfin d’aborder la typologie particulière des universités édifiées après la Seconde guerre mondiale.

Bibliographie

Andrieux ; Chevalier, 2005 : J.-Y. Andrieux, F. Chevalier, dir., La réception de l’architecture du Mouvement Moderne : Image, usage, héritage. Actes de la septième conférence de Docomomo International, Saint-Étienne, Publication de l’Université de Saint-Étienne, 2005.

Compain-Gajac, 2012 : C. Compain-Gajac, « Conservation, restauration de l’architecture du Mouvement Moderne : l’exemple de l’université de Toulouse-Le Mirail de Georges Candilis », In Situ, no 17, 2011, mis en ligne le 25 juillet 2012. URL : http://insitu.revues.org/9540.http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail

Curtis, 2006 : W. Curtis, L’architecture moderne depuis 1900, Éd. Phaidon, Coll. Architecture, 3e édition 2006.

Donnat, 1998 : O. Donnat, Les pratiques culturelles des Français, enquête 1997, Documentation française, 1998.

Heinich, 2009 : N. Heinich, La fabrique du patrimoine, De la cathédrale à la petite cuillère, Éd. de la maison des sciences de l’homme, 2009.

Monnier, 1997 : G. Monnier, La protection de l’architecture de la seconde moitié du XXe siècle, Actes du Colloque Architecture du XXe siècle, le patrimoine protégé, École Nationale du Patrimoine, Paris, 13-14 novembre 1997, p. 115‑123.

Toulier, 1997 : B. Toulier (dir.), Mille monuments du XXe siècle en France : le patrimoine protégé au titre des Monuments historiques : Exposition, Paris, Palais d’Iéna, février 1998, Paris : Éd. du patrimoine, 1997.

Toulier, 1999 : B. Toulier, Architecture et patrimoine du XXe siècle en France, Paris, Éd. du Patrimoine, 1999.

Lectures et références complémentaires 

C. Boito, Conserver ou restaurer : Les dilemmes du patrimoine, Coll. Tranches de Villes, Éd. de L’Imprimeur, 2000.

C. Briolle, C. Marro, La Restauration du patrimoine du XXe siècle. Le cas de la villa Noailles in Modernismes. Villégiature et projets d’architecture moderne sur la côte varoise, s.l., ADAC/conseil général du Var, 1992, p. 58-65.

M. Le Cœur, « Des collèges médiévaux aux campus », Histoire de l’éducation [En ligne], 102, 2004. Consulté le 24 juillet 2012, URL : http://histoire-education.revues.org/index697.html

Sabine Delanes, « L’architecture universitaire en France, des années de croissance aux temps de crise (1960-1980) », Labyrinthe [En ligne], 4 | 1999, Actualité de la recherche (no 4), consulté le 24 juillet 2012. URL : http://labyrinthe.revues.org/298

Ph. Delvit, Une Université à Toulouse, journées de Coimbra, décembre 2007, consulté le 24 juillet 2012, URL : http://www.ut-capitole.fr/medias/fichier/journees-de-coimbra_1335432582968.pdf? INLINE=FALSE, Le patrimoine urbain au cœur de rencontres entre Toulouse, Elche et Coïmbra, décembre 2007 à Coimbra (rencontres organisées par les villes de Coimbra, Elche et Toulouse – projet cofinancé par Interreg III B SUDEO – programme d’initiative communautaire) : le patrimoine architectural universitaire de Toulouse (trame de la communication de Philippe Delvit).

Ch. Hottin, Les délices du campus ou le douloureux exil, trois grandes écoles parisiennes face à leur transfert (1950-1980) dans L’architecture scolaire, Histoire de l’éducation, [En ligne], 102, 2004, p. 267. Consulté le 24 juillet 2012, URL : http://ife.ens-lyon.fr/publications/edition-electronique/histoireeducation/RH102.pdf

R. Legault, L’architecture des années 60 : quand l’histoire est dépassée par le patrimoine, in Repenser les limites : l’architecture à travers l’espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (Actes de colloques), 2005. Consulté le 24 juillet 2012, URL : http://inha.revues.org/922

J.-M. Léger, Architectes et sociologues, des hommes de bonne volonté, in : Communications, 73, 2002. Manières d’habiter. p. 125-148. Consulté le 24 juillet 2012, URL http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_2002_num_73_1_2116

J.-B. Minnaert, Les seuils de la patrimonialisation, Table ronde proposée par le Centre allemand d’histoire de l’art, 02-06-2012, avec M. Noell, G. Dolff-Bonekämper, B. Bongiorno, J.-M. Leniaud. Consulté le 24 juillet 2012, URL http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/les-seuils-de-la-patrimonialisation-table-ronde-proposee-par-le-centre-allemand-dhistoire-de-lart/

J.-B. Minnaert, Histoire de l’architecture contemporaine en Méditerranée : questions de méthode et d’historiographie in Repenser les limites : l’architecture à travers l’espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (Actes de colloques), 2005. Consulté le 24 juillet 2012, URL : http://inha.revues.org/540

J.-M. Minovez, Un patrimoine immobilier renouvelé. Construire, rénover, sécuriser, in À propos : lettre d’information de la direction et des conseils de l’Université de Toulouse-Le Mirail, mars 2006.

G. Monnier, L’architecture universitaire, les leçons de la croissance, Conférence-débat du 19 mars 1996, CIUP, Paris. Consulté le 24 juillet 2012, URL : http://gerard.monnier.over-blog.com/article-l-architecture-universitaire-les-le-ons-de-la-croissance-88844490.html

D. Paillarse, Le patrimoine du XXe siècle protégé en Midi-Pyrénées, Direction régionale des affaires culturelles de Midi-Pyrénées, 2005.

S. Vassal, Les nouveaux ensembles universitaires français. Éléments de géographie urbaine, In : Annales de Géographie. 1969, t. 78, no 426. p. 131-157. Consulté le 24 juillet 2012, URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1969_num_78_426_15836

S. Vassal, La crise des universités dans la Communauté Européenne. In : Annales de Géographie. 1988, t. 97, no 543, p. 535-560, doi : 10.3406/geo. 1988.20701. Consulté le 24 juillet 2012, URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1988_num_97_543_20701

Conseil de l’Europe, Comité des ministres, Recommandation no R (91) 13, du comité des ministres aux États membres relative à la protection du patrimoine architectural du XXe siècle. Consulté le 24 juillet 2012, URL : https://wcd.coe.int/com.instranet.InstraServlet?command=com.instranet.CmdBlobGet&InstranetImage=572428&SecMode=1&DocId=597966&Usage=2

Architecture du XXe siècle : Le patrimoine protégé, actes de la table ronde organisée par l’École nationale du patrimoine, Paris, 13-14 novembre 1997, Paris, École nationale du patrimoine, [1998]. (Les cahiers de l’École nationale du patrimoine ; 1), URL : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/malraux_fr

Patrimoine architectural du XXe siècle : Stratégies de conservation et de mise en valeur : Actes du Colloque organisé par le Conseil de l’Europe avec le ministère autrichien des Sciences et de la Recherche et le Bundesdenkmalamt, Vienne (Autriche), 11-13 décembre 1989, Strasbourg, Éd. Conseil de l’Europe, 1994.

Les Enjeux du patrimoine architectural du XXe siècle, actes du colloque de la direction du Patrimoine, Éveux, couvent de la Tourette, juin 1987, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, direction du Patrimoine, 1988.

Image institutionnelle et identité universitaire » : entretien avec Gérard Courtois et Antoine Grumbach, PAN Université, Programme Architecture nouvelle : L’Université et la Ville, résultat de l’appel d’idées 1991, p. 46-51.

Autonomie immobilière des universités : gageure ou défi surmontable ?, rapport d’information de MM. Philippe Adnot et Jean-Léonce Dupont, au nom de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication et de la commission des finances no 578 (2009-2010) – Sénat, 23 juin 2010, http://www.senat.fr/notice-rapport/2009/r09-578-notice.html

Voyage au bout... de l’immobilier universitaire : Le patrimoine immobilier universitaire par M. Jean-Léonce Dupont au nom de la commission des affaires culturelles, Rapport d’information no 213 (2002-2003) déposé le 18 mars 2003. Consulté le 24 juillet 2012, URL : http://www.senat.fr/rap/r02-213/r02-213.html

Label XXe : consulté le 24 juillet 2012, URL : http://patrimoine-xx.culture.gouv.fr/index.html

©- Rémi Papillault, architecte.

©- Rémi Papillault, architecte.

Notes

1 Cf. http://www.merimee.culture.fr/fr/html/mh/liste_mh.pdf

2 Cf. Françoise Férat, in Rapport d’information no 599, Au service d’une politique nationale du patrimoine : le rôle incontournable du Centre des monuments nationaux, 30 juin 2010 http://www.senat.fr/rap/r09-599/r09-599.html

3 Au 1er janvier 2009 le ministère de la culture dénombrait : 43 180 Monuments historiques protégés au titre des Monuments historiques dont 14 367 monuments classés et 28 813 monuments inscrits ; 2 200 parcs et jardins protégés au titre des Monuments historiques ; 130 000 objets classés au titre des Monuments historiques ; 100 secteurs sauvegardés ; 610 ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager) ; 97 villes et 42 pays d’art et d’histoire. Source : http://www.outils2amenagement.certu.fr/statistiques-des-monuments-a487.html

4 décret no 59-212 du 3 février 1959, relatif aux attributions du ministre de la Culture.

5 Jean-Michel Leniaud, Vingt-cinq ans d’histoire du patrimoine, in P. Poirrier et L. Vadelorge (dir.), Pour une histoire des politiques du patrimoine, Paris, La Documentation française-Comité d’histoire du ministère de la Culture, 2003, 620 p. 22.

6 Id.

7 plus de 6 000 se forment, monuments anciens, chantiers de reconstruction, cellules d’animation et de visites, etc.

8 COmmission RÉgionale du Patrimoine Historique Archéologique et Ethnologique. Créées par décret du 15 novembre 1984 pour donner un avis au Préfet de région sur les mesures de protection des édifices au titre de la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments historiques et sur toute question relevant du patrimoine, les CO. RE. P. H. A. E. sont maintenant remplacées, depuis la loi du 28 février 1997 et le décret d’application du 5 février 1999, par les commissions régionales du patrimoine et des sites.

9 Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager, créée par la loi de décentralisation du 7 janvier 1983, développée par la loi « paysages » du 8 janvier 1993, article L6423 du Code du patrimoine. La ZPPAUP assure la protection du patrimoine paysager et urbain et met en valeur les quartiers et sites à protéger pour des motifs d’ordre esthétique ou historique en exprimant l’ambition d’améliorer la notion de champ de visibilité (« périmètre de 500 m » aux abords d’un monument historique) en lui substituant un « périmètre intelligent ». Les ZPPAUP ont été remplacées par les Aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine, en 2010. Les ZPPAUP mises en place avant le 14 juillet 2010 continuent de produire leurs effets de droit jusqu’au 14 juillet 2015.

10 Toulier, 1997.

11 43 000 édifices et sites.

12 http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/VISITES/labelxx/lieu_frameset.htm

13 Cf. Donnat, 1998 : 39 % des Français sont allés une fois au moins au cours des 12 derniers mois dans un lieu patrimonial (monument historique, site archéologique, son et lumière), parmi eux 14 % ont assisté à un spectacle son et lumière et 11 % sont allés visiter un site archéologique ; 50 % des Français se sont rendus dans un cinéma, 47 % à un spectacle vivant, 46 % dans un lieux d’exposition, et 31 % dans une bibliothèque ou une médiathèque. 71 % des Français déclarent avoir visité au moins une fois au cours de leur vie un monument historique : 30 % l’avoir fait au cours des 12 derniers mois. Un chiffre probablement sous-estimé, car beaucoup de personnes ont pu visiter une cathédrale, un quartier historique sans penser avoir affaire à un monument historique. Si on ajoute les personnes qui ont visité « de l’extérieur » un monument, on atteint la proportion de 58 % de visites en 1998. Ils sont aussi 54 % à fréquenter une brocante. Les sorties patrimoines concernent un public large, mais les facteurs diplômes et professions demeurent des variables distinguantes : on a plus tendance à visiter un Monument historique selon que l’on est plus diplômé, mais ce phénomène est moins caractéristique que, par exemple, pour le spectacle vivant. Quant aux modalités de visites, elles sont assez proches de celles des musées : la plupart des visites se font en famille, avec des enfants ou en couple. Plus généralement, ces tendances varient peu sur la durée. S’il y a une légère croissance de la fréquentation des Monuments historiques depuis 1989 (date de la précédente vague de l’enquête sur les pratiques culturelles), la structure sociologique du public demeure identique.

14 http://www.culture.gouv.fr/culture/organisation/dapa/zppaup-fr.pdf

15 Code du Patrimoine, articles L. 621-1.

16 Collectivités locales, associations...

17 Périmètre d’un rayon de 500 m autour du monument.

Table des illustrations

Légende ill. 1 - Le Corbusier, Cité radieuse, Marseille, cliché C. Compain-Gajac 2005.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende ill. 2 - 1962, sept monuments classés, PAO de C. Compain-Gajac.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Légende ill. 3 - L’université du Mirail, perspectives intérieures, cliché C. Compain-Gajac.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6897/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 225k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540