Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La vieillesse des uns et le travail des autres

 | 
Hervé Blanchard
, 
Eliane Le Dantec

Pour introduire

Un centre communal d’action sociale et des personnes âgées dépendantes. Quand la « prise en charge » cherche à faire une place à la « prise en compte » !

Sophie Pantalacci

Testo integrale

INTRODUCTION

1Vivement encouragé par l’équipe municipale à étendre son rôle de prévention et d’animation auprès des personnes âgées dépendantes, le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) dont il est ici question a considéré que pour mieux s’investir dans la prise en charge de ceux et celles qui en ont besoin, il convenait au préalable de les connaître davantage en procédant à un état des lieux de ce qu’ils pensent, ressentent et attendent.

  • 1 La distinction que nous établissons entre « prise en charge » et « prise en compte » se réfère à l (...)

2Dans cette perspective, une enquête par entretiens a été menée en priorité auprès des personnes âgées dépendantes de la commune mais aussi de différents acteurs gravitant autour d’elles (aidants familiaux et professionnels, responsables à divers titres des structures employeurs de ces derniers). Les informations que nous avons pu regrouper nous paraissent constituer autant de points d’accroche pour une « prise en compte »1 apte à accroître l’efficacité sociale de la « prise en charge » comme ensemble de moyens humains et financiers mais également comme posture collective autour de la fin de vie.

3Ces informations renseignent sur trois dimensions structurant fortement la vie quotidienne des vieilles personnes rencontrées en la spécifiant nettement par rapport à celle des personnes plus jeunes et surtout plus valides. La première concerne leur rapport au quartier (I). La seconde aborde leur rapport au temps (II). La troisième a trait à leur rapport au système institutionnalisé d’aides auquel elles peuvent recourir (III).

I. IL EST RASSURANT DE POUVOIR COMPTER SUR SES VOISINS !

4Dans la commune de l’agglomération perpignanaise où s’est déroulée l’enquête, les nouveaux lotissements qui, aujourd’hui, participent largement à son développement ne semblent pas avoir mis à mal les réseaux d’interconnaissances de proximité innervant, depuis longtemps, la vie de l’ancien village. Au contraire, ils semblent se les être appropriés. En effet, les différents quartiers sont caractérisés par des relations de voisinage faisant, au quotidien, une place assez significative à une attention aux personnes âgées dépendantes. C’est ce comportement d’attention au sort des plus âgés, favorisé par le fait de continuer à se connaître entre voisins, que nous désignerons ici en termes de « en avoir le souci ».

5Or, ce « avoir le souci des plus âgés » ne peut que gagner à être cerné dans ses formes et contenus pour favoriser la stabilisation d’une posture collective autour de la fin de vie où les dispositions institutionnelles régulées devant allier efficacité sociale et efficacité économique pourront s’articuler étroitement, dans une logique de complémentarité, aux pratiques de proximité spontanées fondées sur le sens et l’expérience d’une « commune humanité ».

6De l’enquête, il est ressorti que le souci des vieux du quartier prend trois grandes formes suscitant un degré d’implication des voisins plus ou moins important et pouvant s’imbriquer selon les moments et en fonction des situations : être sensible aux modifications intervenues dans la manière d’être des vieux voisins lorsqu’on les croise au hasard d’un déplacement sur le quartier, être alerté par des évènements inhabituels qui surviennent dans leur environnement matériel et leur apporter une aide palliant les effets contraignants du vieillissement.

I.1 Quand on ne croise pas les vieux sans les voir !

7À l’échelle des quartiers de la commune (les nouveaux lotissements comme le centre ancien), lors des déplacements de la personne âgée hors de son domicile, il y a indéniablement une aptitude à être sensible aux modifications intervenues dans sa manière d’être physique ou mentale pouvant informer d’une dégradation de son état de santé. Le propos suivant d’une personne du voisinage illustre bien cette première forme du souci des vieux du quartier :

« L’autre jour je l’ai vue avec une canne. Je me suis demandé Hou là !, qu’est-ce qu’elle a ?... Heureusement, elle a les enfants, les petits-enfants qui viennent tous les jours ».

8Cette sensibilité à la personne âgée fait que ce qui lui arrive ne passe pas inaperçu aux yeux des autres. Et, se connaître entre voisins induit que celui qui se soucie peut notamment se rassurer puisqu’il sait que la vieille personne qui se déplace désormais avec une canne est visitée quotidiennement par sa famille. Cette première forme du souci de l’autre âgé ne débouche pas sur une intervention directe et précise de celui qui se soucie. Elle n’en témoigne pas moins d’une sociabilité de voisinage où ce qui arrive à l’autre sur l’espace public du quartier n’est pas totalement transparent et où les informations qu’on a sur l’intensité et le rythme des interactions de sa vie privée permettent de rester néanmoins à distance.

I.2 Quand on sait s’alerter sur quelque chose d’inhabituel dans l’environnement matériel des vieux

9Sur les différents quartiers de la commune, les voisins gardent une capacité à être alerté au moindre signe matériel d’éventuelles difficultés intervenues dans la vie de la personne âgée alors qu’elle est à son domicile. Le constat par un voisin des volets non ouverts le matin ou non fermés le soir en est l’un des ressorts principaux. Cette seconde forme de souci de l’autre âgé suscite une implication effective du voisin qui va donner l’alerte auprès d’un tiers (le plus souvent la mairie) qui, lui, pourra se rendre au domicile de la personne âgée pour vérifier sa situation et prendre, si nécessaire, les mesures qui s’imposent.

10Ici la sociabilité de voisinage ne se déploie pas que sur l’espace public de proximité. Elle se préoccupe pour partie de la sphère privée à travers les indices objectifs qui la relie à l’extérieur immédiat ; notamment, la perturbation dans le cycle quotidien de l’ouverture et de la fermeture des volets mais aussi le courrier qui reste dans la boite aux lettres ou encore le chien qui n’est pas sorti. Ici, bien qu’elle soit non visible physiquement, la personne âgée n’est pas absente à la mémoire de ses voisins.

I.3 Quand on n’hésite pas à aider ses voisins !

11L’aide directe aux voisins peut être apportée sur l’espace public du quartier en proposant à la vieille personne gênée dans sa mobilité un appui pour traverser une rue ou en portant un sac chargé de provisions. Ces petits services très concrets qui, à n’en pas douter, soulagent la personne âgée sont d’abord perçus par elle comme des petits moments « pour parler un peu, de tout et de rien, de la pluie et du beau temps ». L’enquête a aussi montré que les voisins peuvent venir en aide à la personne âgée au sein de son domicile suivant des rythmes et des modalités très diverses. Il peut s’agir d’un service très ponctuel répondant, par exemple, à un problème impromptu (une quelconque réparation faisant suite à une panne ou un bris) mais il peut s’agir aussi d’un service plus régulier comme les courses, une contribution à la préparation des repas et au ménage, ou encore, du temps consacré à parler ensemble. Ces aides directes apportées par le voisinage à l’autre âgé suggèrent deux remarques.

12La première est qu’elles mettent une nouvelle fois en exergue l’importance accordée par les personnes âgées au fait de pouvoir parler avec quelqu’un, que ce soit sans autre objectif ou que ce soit en étant « enmaillé » dans des tâches matérielles. Sous cet angle, la prise en charge positive par la collectivité du vieillissement, ne peut esquiver ce besoin de parler exprimé explicitement ou implicitement par les vieux, tout spécialement ceux qui doivent affronter ce que nous nommons la dépendance. Pour la collectivité, tout l’enjeu est d’imaginer comment « consacrer du temps pour parler avec les vieux » peut être compris comme activité socialement utile ?

13La seconde remarque est que la mise en évidence par l’état des lieux de ces aides directes apportées aux vieux, d’une part, informe que, toujours à domicile grâce à un double soutien familial et de voisinage, des personnes en situation de dépendance ne sont pas recensées en tant que telles par la commune. D’autre part, ces aides directes de proximité sont aussi apparues comme compensant l’insuffisance de l’offre institutionnelle de services dans le cadre de l’APA (Aide Personnalisée à l’Autonomie). Plusieurs personnes enquêtées se sont plaintes de ne « pas avoir assez d’heures APA ».

14De l’état des lieux opéré par le CCAS à la demande de la municipalité, il ressort donc qu’à côté de l’offre institutionnelle, que les responsables souhaitent surtout améliorer dans sa qualité et que les usagers voudraient avant tout plus dense, existe bel et bien un « souci de l’autre âgé » sur les différents quartiers de la ville. De toute évidence, si la persistance positive de ce « souci de l’autre âgé » comme expression d’une véritable solidarité intergénérationnelle est le produit de la culture de village traditionnelle qui imprègne toujours la ville et ses extensions récentes, les responsables locaux éviteront son épuisement en le publicisant – ou encore à lui donnant officiellement ses lettres de noblesses – comme composante à part entière de l’aide au bien ou mieux vieillir ; un vieillir que chacun expérimentera forcément un jour.

II. UN TEMPS COMPTÉ MAIS SI LONG À PASSER !

15L’étude met en lumière un des paradoxes de la vieillesse : alors que le temps à vivre arrive à sa fin, son écoulement est très souvent vécu comme un long ennui. Désormais compté dans sa durée globale, nombreux sont les instants où il est douloureusement ressenti comme n’en finissant pas (Klein, 2004). Ce paradoxe du temps compté mais si long à passer a bien sûr été au cœur des entretiens auprès des personnes âgées dépendantes.

16L’état des lieux réalisé fait ressortir que ces dernières sont fortement préoccupées par les occupations relationnelles et matérielles qui vont pouvoir remplir pour partie leur journée. Il montre que, contrairement aux plus jeunes qui sont soumis de fait à un temps où les activités se présentent à eux en les contraignant et les bousculant, les vieux –tout spécialement ceux qui sont dépendants–, doivent construire leur temps. Devenus inactifs aux yeux de la collectivité, ils se retrouvent en position d’être « actifs » pour faire et être dans leur temps de fin de vie. Position d’autant plus difficile à tenir qu’elle n’est pas reconnue socialement, se jouant dans une sorte de « huis clos » entre le vieux et lui-même. Position, qu’au fond et pour s’en protéger, les plus jeunes ne veulent pas connaître dans ses ressorts subjectifs et affectifs.

17Socialement invisible, cette capacité à faire et être dans le temps de la fin de vie que les vieux se doivent de mettre en œuvre au quotidien pour qu’il ne rime pas qu’avec isolement et solitude a transparu, d’une part, dans les activités dont ils restent encore les ordonnateurs et, d’autre part, dans les activités que, de plus en plus, on fait à leur place.

II.1 S’obliger à avoir des activités

18Cette préoccupation mise en mots de manière récurrente par les vieilles personnes enquêtées est un moyen de garder une part de contrôle au regard de capacités physiques déjà amoindries et s’amoindrissant. Cette volonté de garder malgré tout un contrôle prend forme à travers les tâches de tous les jours qui, à la fois, maintiennent dans le faire soi-même et permettent de « passer le temps », ou mieux encore, de « ne pas voir passer le temps ».

19Ces activités « obligées » pour « remplir le temps et forcer à se lever le matin » ressortent de deux registres principaux : celles relatives à l’entretien de son domicile qui, en général, impliquent un effort physique sans l’espoir qu’il en soit autrement et celles qui assurent le maintien du lien avec l’extérieur et préservent une vie relationnelle. Avec les premières la personne âgée continue d’assurer tant que c’est possible l’ordre de son domicile tout en reproduisant toujours les petits rituels du quotidien qui signent l’ancrage dans le fil de la vie. Sous cet angle, les propos de Madame E sont significatifs :

« Chaque jour, je fais mon lit, je fais ma chambre heu voilà... Aujourd’hui, j’étendrai mon linge, après je sais pas, je ferai des petites choses que je peux faire. Ce que je peux pas faire, c’est Karine qui le fait voilà [...]. Je me... Je m’oblige, je m’oblige à faire tout ce qu’on doit faire [...]. Sinon, vous savez, si je me laissais aller, vous savez, je resterai bien couchée. C’est là où j’ai pas mal ! ».

20Il est intéressant de noter que dans cette enquête, comme dans d’autres, pouvoir « encore se lever et faire son lit chaque matin » constitue pour la personne âgée, en situation de dépendance –tout spécialement pour la vieille femme – un acte essentiel de la vie qui suit son cours. L’avancement dans l’âge, surtout quand il s’accompagne de difficultés à se mouvoir, dote cet acte du quotidien d’une portée hautement symbolique au sens où, en étant encore en mesure de l’accomplir jour après jour, on se donne des preuves de sa capacité à vivre de manière suffisamment autonome. Et, d’ailleurs, quand celle-ci ne pourra plus s’exprimer, c’est dans ce même lit qu’on veut mourir (le convaincu « moi, je veux mourir dans mon lit » de la personne âgée toujours à son domicile et l’impuissant « malheureusement, je ne mourai pas dans mon lit » de celle hospitalisée ou admise en maison de retraite (cf. Le Dantec).

21De même, les propos de Madame E font ressortir que le « s’obliger à avoir des activités » découle nécessairement d’un arbitrage psychologiquement difficile entre celles qu’on peut effectivement prendre en charge mais dont on sait bien que le nombre ira forcément en diminuant et celles qu’on doit déléguer dont, inversement, le nombre ne pourra que s’accroître. Cet arbitrage, fréquemment renégocié en défaveur de la personne âgée, lui rappelle en permanence, les limites physiques de son énergie à vivre, mentalement élaborée. Ressenti comme vital mais rencontrant forcément en se faisant les freins objectifs à cette vitalité subjective, le « s’obliger à avoir des activités » prend, en quelque sorte, la forme d’un baroud d’honneur en demi-teintes.

22Le second registre à travers lequel prend forme le « s’obliger à avoir des activités » renvoie aux pratiques aptes à conserver le lien avec l’extérieur et à préserver une vie relationnelle. Ces pratiques font que la mobilité réduite – ou la non-mobilité – à laquelle la personne âgée est confrontée ne cantonne pas le domicile à n’être qu’un lieu d’enfermement, coupé du monde. Au contraire, à travers ces pratiques, la personne âgée institue son domicile, à la fois, « repère et repaire » (Caradec, 2004) en un espace de communication dont elle a à cœur de réguler le cycle des différentes séquences.

  • 2 Les personnes âgées rencontrées savent qu’Internet peut être un bon moyen pour « faire de nouvelle (...)

23Outre la séquence où la personne âgée consacre du temps à observer de sa fenêtre ce qui se passe dans le voisinage, qui a longtemps prévalu sans concurrence mais qui aujourd’hui n’en est plus qu’une parmi d’autres, deux autres séquences se sont imposées : celle où l’on regarde la télévision et celle où l’on parle au téléphone2.

24Dans la journée de la personne âgée, regarder la télévision est une activité très importante, tant qualitativement que quantitativement. À cet égard, les propos recueillis lors de l’enquête en disent long :

« Mes journées c’est, télé, télé et voilà ». (Madame V)
« Quand je me sens pas trop bien que je commence à ruminer... Boh ! J’allume la télé, je sors dans le jardin ». (Madame E)
« La journée, oui la journée je regarde la télé. Je regarde les informations le midi. Dans l’après-midi j’ai à peu près un laps de temps comme maintenant pour la regarder et après bon, il faut que je mange tôt parce qu’à six heures et demie elles sont là (les aides-soignantes qui viennent chaque soir pour sa toilette) ». (Madame C)

25La télévision fait rentrer le monde dans leur domicile. Elle le fait bien sûr à travers le journal télévisé mais surtout à travers les « séries » qui leur permettent de suivre, en s’y attachant, des gens qui sous leurs yeux construisent leur vie alors que la leur se termine. Et, peu importe si ces vies fictives qu’ils regardent avec passion se nouent dans des évènements très décalés par rapport à la réalité, à leur réalité !... Ce qui compte, c’est de se laisser aller à en faire des intimes de son quotidien avec leurs qualités et leurs défauts et dont on pourra éventuellement parler avec des « vrais » gens.

26Les « séries » sont donc très fréquemment au centre des pratiques télévisuelles des personnes âgées rencontrées. Il apparaît que leurs horaires sont devenus des points forts incontournables dans l’organisation de l’emploi du temps journalier. Assidûment suivies, les « séries » ne doivent pas être interrompues. Aussi, celles-ci sont à l’origine de négociations avec la famille pour placer les séquences « téléphone » et avec la structure employeur de l’auxiliaire de vie (bien que plus difficilement) afin que « ses heures ne soient pas les mêmes que celles des "séries" ». Ces négociations pour arbitrer les horaires de la vie relationnelle ont un double ressort. S’il convient, comme nous venons de le souligner, que la personne âgée ne soit pas interrompue alors qu’elle est en train de regarder « sa série », il s’agit aussi de faire en sorte que la journée soit le plus possible remplie par une succession de moments interactifs et d’échanges (la télévision mais aussi le téléphone et la venue de l’auxiliaire de vie ou de l’aide-soignante). Notamment, les personnes âgées rencontrées nous ont dit « aimer » que les interventions de l’auxiliaire de vie ou de l’aide-soignante soient des moments qui les distraient en plus de l’aide matérielle apportée. Aussi, il ne faut pas qu’elles aient « à choisir entre l’auxiliaire de vie ou l’aide-soignante et la série télé ».

27Dans la vie des personnes âgées dépendantes, le temps consacré au téléphone occupe également une place importante. Il permet d’avoir un contact régulier avec la famille, quand celle-ci est éloignée mais avec qui elles sont en bons termes. Ce sont en général les enfants qui téléphonent pour prendre des nouvelles. Ces coups de fil, antidotes à la solitude, sont attendus. Dans le planning de la personne âgée, ils sont placés à jours (souvent tous les jours) et horaires fixes sur la base, d’un arbitrage par rapport à ceux des « séries télé » et des « heures de l’auxiliaire de vie ou de l’aide-soignante ».

— « Et, vous vous sentez pas trop seule ?
— Non parce que souvent j’ai des coups de téléphone et tout... Vous voyez
— La journée vous faites quoi ?
— Ben, la journée, comme je peux même pas lire, je suis au téléphone. Ma sœur elle me téléphone, mon fils me téléphone. Tout le monde voyez [...]. Ils me téléphonent pour savoir si je suis bien, s’il m’est pas arrivé quelque chose la nuit ». (Madame F)

II.2 Les activités faites par un tiers : autant l’opportunité d’échanger qu’un appui matériel

  • 3 Parmi les personnes âgées dépendantes enquêtées, aucune n’était aidée uniquement par un aidant fam (...)

28Ces activités sont généralement réalisées par des intervenants professionnels dont les prestations peuvent s’articuler à celles des aidants familiaux (le conjoint toujours assez valide, un enfant ou plusieurs enfants vivant à proximité)3.

29À la question « que faites-vous de vos journées ? », toutes les vieilles personnes enquêtées, même si elles bénéficient d’un soutien familial, répondent en évoquant d’abord l’occupation primordiale que constitue la venue des intervenants dont elles dépendent pour assurer les gestes et tâches de la vie quotidienne qu’elles ne peuvent plus faire elles-mêmes. Ces intervenants – tout spécialement l’auxiliaire de vie et/ou l’aide-soignante – sont très attendus pour deux raisons étroitement imbriquées : de manière formelle pour leur hygiène corporelle et l’entretien de leur domicile mais aussi de manière informelle comme « compagnie » source d’échanges langagiers. Quand la vieille personne dépendante vit seule, l’importance de la venue de l’intervenant dans sa dimension « compagnie » est encore plus nette. D’ailleurs en aval et en amont, elle occupe l’esprit et peut même être préparée si la vieille personne le peut. C’est par exemple le cas de Madame C :

« J’ai des aides-soignantes qui viennent le matin me faire la douche et puis le soir pour me faire une petite toilette et m’aider à me mettre au lit. Du coup, ma journée, je vais vous dire, elle est bien remplie parce que, je vais vous dire moi, je leur prépare tout je leur prépare tout ce qu’il faut de façon à ce que, quand elles arrivent, elles ont tout de prêt et elles ne cherchent pas ».

30Les propos de Madame C montre qu’au-delà de leur présence quotidienne en temps réel à son domicile, les deux aides-soignantes sont présentes à sa mémoire comme deux personnes à qui, elle-aussi, elle prête attention avec l’objectif d’alléger leur travail dont elle est l’enjeu. Ils nous rappellent combien vivre c’est pouvoir avoir en tête des gens à qui penser avec l’idée de leur faire plaisir d’une manière ou d’une autre. Ce besoin humain d’avoir quelqu’un à qui penser pour se sentir bien, alors que les possibles en ce sens tendent à diminuer avec le grand âge, conduit les vieilles personnes à s’attacher à nouer des liens d’amitié avec les intervenants professionnels mobilisés pour la gestion matérielle de leur quotidien. Madame F exprime bien cela :

— « J’aime bien la compagnie vous savez... Voilà y’a l’aide à domicile qui vient le matin Et, y’a les infirmières qui viennent me voir aussi. Elles viennent me voir et elles viennent me soigner.
— Vous êtes bien entourée...
— Oui oui je sais. Elles sont toutes [...]. C’est des amies là [...]. Elles sont très très gentilles avec moi. Elles viennent et puis on discute un peu ».

31Madame F prend du plaisir à percevoir dans les visites des professionnelles qui viennent chez elle pour y accomplir des tâches d’entretien du domicile ou des soins infirmiers de l’attention affectueuse et de l’amitié à son égard. Pour Madame F, le signe tangible de l’intérêt non strictement professionnel qu’on lui porte est que « l’aide à domicile » et « les infirmières » ne se contentent pas de venir faire ce qu’elles ont à faire mais restent pour discuter un peu. Encore une fois, « qu’on leur parle et qu’on leur donne l’occasion de parler » est quelque chose d’essentiel pour les personnes âgées dépendantes. Elles restent alors des sujets actifs qui se sentent pris en compte ; elles ne sont pas que des personnes âgées passives dépendantes à prendre en charge.

32Outre d’être assumées par des intervenants professionnels, les gestes et tâches de la vie quotidienne que la personne âgée ne peut plus faire seule peuvent aussi l’être par un aidant familial. L’enquête a fait ressortir que, le plus souvent, ces gestes et actes du quotidien sont alors accomplis, dans la complémentarité, par un ou plusieurs intervenant(s) professionnel(s) et l’aidant familial (le conjoint ou un enfant). La complémentarité est organisée et répartie selon le degré de dépendance de la personne âgée et la capacité à aider de l’aidant. Cette organisation et cette répartition s’avèrent très évolutives en fonction, bien sûr, de la dégradation de l’état de la personne aidée mais aussi de celui du conjoint aidant.

33Malgré la complémentarité et son adaptabilité, quand l’aidant familial est le conjoint, l’aide a apporter peut – de manière pesante – devenir une activité à plein temps. C’est ce que Madame I vit :

« Eh bien, maintenant mes activités se réduisent à m’occuper de mon mari ».

34L’enquête a d’ailleurs montré qu’avoir le statut d’aidant familial constitue une charge, non seulement lourde dans ses dispositions pratiques, mais aussi très prégnante mentalement. Dans les gestes et tâches du quotidien effectués par l’aidant familial, l’implication subjective est particulièrement forte, générant un mal être récurrent à un double titre. D’une part, les gestes et tâches du quotidien devant être réalisés par l’aidant familial conduisent inévitablement à une remémoration douloureuse d’un long passé commun ou la personne aidée était en capacité de les accomplir avec aisance dans le partage plus ou moins négocié (quand l’aidant est le conjoint) ou dans une attitude de soin et d’éducation (quand l’aidant est un enfant). D’autre part, dans ses modalités tant subjectives qu’objectives, l’attention à accorder à l’aidé contraint fortement l’emploi du temps de l’aidant ; à la fois, l’obligeant à renoncer à des activités qui lui tiennent à cœur et le faisant culpabiliser « d’oser » ressentir qu’il doit renoncer. La relation de l’aidant familial à l’aidé mêle inextricablement ce qu’il se doit de faire au nom d’un lien affectif durablement instauré pour le meilleur et pour le pire et ce qu’il aimerait faire pour lui-même. Dans cette mise en tension permanente, le « ce qu’on se doit de faire » finit toujours par s’imposer. L’aidant familial ne souhaitant pas « que quelqu’un d’autre s’occupe à sa place » de l’aidé, de son aidé !... Mais, le désir de « ce qu’on aimerait faire pour soi-même » ne s’efface jamais totalement pour autant, Monsieur D (aidant familial) souligne que :

« Puisqu’on peut plus simplement profiter de la vie à deux, ce serait tout de même bien, de temps en temps, d’avoir la possibilité de discuter avec des personnes extérieures pour pouvoir s’aérer l’esprit [...] Oui, voilà, ça fait 53 ans qu’on est mariés vous savez c’est difficile maintenant même si c’est comme ça !... C’est dommage parce qu’on aurait pu faire quelques voyages de temps en temps [...]. On en a pas profité [...]. Y’a dix ans à peu près qu’on peut pas sortir ni qu’on peut rien faire ».

« Ben y’a un moment qu’on est pas sortis ensemble de la maison. Moi oui... Moi j’essaye de sortir le matin de bonne heure pendant qu’elle dort mais pendant la journée non on peut pas sortir. D’abord elle est accrochée avec l’oxygène et bon j’ai demandé dernièrement à l’infirmière de l’APA qui est venue si on pouvait avoir des machins pour la faire sortir. Mais elle veut pas sortir. Et, comme elle ne veut pas sortir alors elle est pas bien, hein... Elle a pas envie de sortir ni rien du tout [...] Normalement, je vais à l’acupuncture et y’a plus d’un an que j’y suis pas allé avec elle alors ce qui fait que, bon, je vais voir le docteur. Je lui dis "vous me renouvelez l’ordonnance" et, puis, je dis bon je pourrais pas y aller ».

35Quand « être aidant familial » s’installe dans la durée et que les pratiques afférentes gagnent en intensité, le conjoint qui exerce cette fonction tend à s’isoler de plus en plus du monde extérieur. Comme c’est le cas pour l’aidé, même si c’est avec un décalage dans le temps, la vie sociale de conjoint aidant tend à se réduire drastiquement, créant des conditions psychologiques difficiles qui augmentent le risque de sa propre dépendance. Comme le souligne Claude Hamonet (2004), si les situations d’isolement et d’enfermement où se trouvent les personnes âgées dépendantes peuvent conduire à une véritable « mort sociale », nous ajouterons, que le conjoint –aidant familial– peut, dans la foulée, en être aussi victime. Ce d’autant que l’aidé, préférant en priorité avoir recours au soutien d’un membre de sa famille qu’à une intervention extérieure, y entraîne l’aidant de façon parfois assez tyrannique en usant du chantage affectif.

II.3 De la difficulté d’échapper à la solitude

36Les activités –directement assumées et/ou effectuées par un tiers – à travers lesquelles prend forme le quotidien de la personne âgée dépendante ne parviennent que partiellement à soulager la solitude qui imprègne leur existence. Selon les personnes âgées dépendantes enquêtées, la solitude gagne inexorablement du terrain au fur et à mesure que le réseau de relations s’amenuise en raison, à la fois, de la mort de plus en plus fréquente de proches et de la mise à l’écart suscitée par le fait de ne plus pouvoir sortir de chez soi. Comme le fait remarquer Madame C, la solitude c’est le vide qui, de façon de plus en plus nette, se fait autour de soi :

« On arrive à un certain âge et alors on les perd les amis. On les perd parce que, naturellement, ils sont malades et ils partent... ».

37Cette solitude est d’autant plus douloureusement ressentie que les relations familiales sont distendues en raison de l’éloignement imposé par les conditions de vie des enfants ou interrompues pour cause de rupture suite à une mésentente patente. Si, en général, les mots manquent pour dire les ruptures familiales, ceux pour évoquer l’éloignement viennent plus facilement, soulignant ouvertement la difficulté qu’est l’attente incertaine d’être visité par les siens et laissant poindre la crainte sourde d’être finalement abandonné. Ce que nous ont dit Monsieur D et Madame V sur ce thème est particulièrement significatif :

« Elle (une voisine âgée), elle a de la famille à ses côtés. C’est différent de nous que les enfants ils viennent quand ils peuvent ! [...] Alors, celui de Marseille il doit venir. Il me dit qu’il va venir pour la fête des mères parce que, en fait, il le sait pas quand est-ce qu’il va venir. Il faut dire qu’il a une gosse aussi, alors bon... Alors c’est pas facile [...]. Le dimanche ? Vous me demandez. Eh bien, celui de Saint Cyprien, le dimanche... Ils jouent au rugby les petits (ses petits-enfants) alors ! [...]. Des fois, je lui dis bientôt on connaîtra plus tes enfants tant ils auront grandi ». (Monsieur D)

« Ce qui y’a le dimanche c’est que je suis pratiquement seule mais bon pour moi ça représente plus rien le dimanche. Mon mari est plus là... Ca représente plus rien car mes filles sont loin, elles sont mariées » [...] Elles sont toutes, ma pauvre !, elles sont toutes en couple,.. Qu’est-ce que je fais moi toute seule au milieu ? ». (Madame V)

38Enfin, l’enquête a montré que lorsque les relations humaines autour de la personne âgée sont très ténues, voire quasiment inexistantes, leur besoin de quelqu’un avec qui échanger et à qui prêter attention trouve, tant bien que mal, à se combler dans un animal de compagnie. Avoir un chien devient alors très important car il signifie « de la vie à ses côtés » en même temps qu’il donne la possibilité de s’occuper de quelqu’un et surtout de s’en préoccuper. Préoccupation aux multiples facettes puisqu’elle remplit un temps qui autrement serait très long à passer et, suscite, à la fois, de la reconnaissance et de l’inquiétude. La reconnaissance de se sentir exister pour quelqu’un et l’inquiétude que ce quelqu’un puisse disparaître nous laissant seul où se retrouver seul en raison de notre propre disparition ont été exprimées de manière récurrente au cours de l’enquête. Les propos suivants de Madame E en témoignent dans une veine presque tragi-comique où transpire la confrontation des vieux avec la solitude ; solitude en général esquivée par les plus jeunes et par la collectivité :

« Bon, je m’occupe pas mal car je dois m’occuper de mes chiens comme je peux pas les sortir [...]. Oui, je dois surtout m’occuper d’elle (sa chienne). Non, elle est plus très jeune alors elle reste dans un coin. Elle est pas trop affectueuse mais elle est toujours à côté de moi quand je mange là. Quand je vais aux toilettes, elle est devant. Quand je vais prendre ma douche, elle m’attend !... ».

39Compté mais long à passer, le temps ne va donc pas de soi, loin s’en faut, pour les personnes âgées dépendantes rencontrées. Faire et être dans le temps mobilise mentalement une importante énergie qui rencontre un double écueil : celui imposé par l’épuisement physique qui pose de plus en plus de limites à la mobilité, augmentant la solitude et celui lié au déni de reconnaissance sociale dont fait l’objet la fin de vie comme ensemble d’occupations et de préoccupations sur lesquelles le sujet âgé aimerait garder un contrôle malgré la nécessité d’être aidé.

40Par ailleurs, au-delà des gestes et tâches afférentes, l’enquête a fait ressortir que la nécessité grandissante d’être aidé caractérisant le vieillissement interpelle les pouvoirs publics au moins à deux nivaux. D’une part, en devenant de plus en plus impérative, elle fragilise et isole les aidants familiaux confrontés sans soutien à l’inextricable imbrication entre l’objectivité de la situation de l’aidé et les liens affectifs non exempts de la culpabilité de l’aidant qui s’y investit jusqu’à s’empêcher d’exister pour soi. D’autre part, les interventions professionnelles à travers lesquelles l’aide apportée met en exergue le rôle très positif du temps consacré à parler avec la personne âgée mais qui n’est pas élevé au rang de compétence en tant que telle et donc décompté comme faisant partie intégrante du temps de l’intervention.

III. UN SYSTÈME LOCAL D’AIDES SOUS LE REGARD DE SES USAGERS

41Le CCAS auquel nous nous intéressons ici est soucieux d’améliorer son offre d’aides aux personnes âgées dépendantes. Il a notamment consolidé son service d’aide à domicile en procédant à la titularisation des quinze auxiliaires de vie, jusque là contractuelles. Mais ce service ne parvient pas à couvrir une demande en augmentation significative. Sur la commune, les interventions de ses propres professionnelles sont donc articulées à celles de structures prestataires associatives et privées.

42Son souci d’une offre d’aides adaptée de même que compétente et qualifiée amène le CCAS à s’interroger sur la qualité d’une démarche reposant, de fait, sur la diversité des intervenants en termes, bien sûr, de statuts juridiques mais aussi de finalités de l’activité mise en œuvre. En effet, cette diversité des intervenants conduit inévitablement à penser et questionner le rapport entre l’efficacité sociale de l’offre d’aides dont les critères sont encore à préciser et son efficacité économique qui confronte à la question de la rentabilité du service proposé.

43Dans ce contexte, l’état des lieux commandé par le CCAS et dont nous présentons dans cet ouvrage quelques-uns uns des principaux résultats renseigne sur le regard que les personnes âgées dépendantes de la commune portent sur le système pluriel d’aides auquel elles recourent ou peuvent recourir. Souvent critique, ce regard se structure autour de deux axes principaux. Tout d’abord et d’une manière générale, il fait ressortir que le système d’aides pâtit d’un manque d’informations. Ensuite et plus spécifiquement, il insiste sur l’importance décisive des interventions professionnelles à domicile tout en pointant leurs failles.

III.1 Un système d’aides qui gagnerait à mieux informer

44Des entretiens réalisés auprès des personnes âgées dépendantes il ressort que les aides auxquelles elles accèdent ou peuvent accéder sont insuffisamment connues dans leurs conditions et modalités. Cette méconnaissance suscite du mécontentement chez des usagers qui se sentent déniés dans leur droit de pouvoir vieillir correctement. Le fait qu’une aide obtenue puisse « diminuer » alors que le vieillissement lui ne « s’arrête pas et va plutôt en s’aggravant » s’avère incompréhensible et est perçu comme une injustice. Pour Mesdames F et C l’injustice les concernant leur semble flagrante :

« Petit à petit on m’a enlevé des heures alors que mon état... On le sait bien, elles empirent les personnes d’un certain âge et avoir tout ce que j’ai moi, avoir tout ce que j’ai on peut pas améliorer, c’est pas vrai ! ». (Madame F)
« Elle m’a retiré 8 heures en chèques emploi services [...]. Y’a rien à faire ! écoutez je lui conviens pas [...]. Elle m’a dit vous n’avez pas le droit d’utiliser vos heures pour les jardiniers c’est que pour l’intérieur. Alors j’ai dit : écoutez, je ne le savais pas je l’ignorais. Je me suis contentée de dire que je savais pas car je voulais arriver à lui dire : mais si c’est comme ça je vais reprendre mes huit heures pour le ménage. Elle m’a dit, non, vous n’y avez pas droit et elle m’a dit en plus : et encore, vous risquez de passer devant le tribunal ! ». (Madame C)

45À travers les propos de Madame C, nous percevons combien la méconnaissance des conditions et modalités des aides par ceux qui en bénéficient ou peuvent en bénéficier les conduit à se vivre comme têtes de turc singulières « ne convenant pas ! » à un représentant singulier d’un système absurde qui les dépasse et qui, au bout du compte, ne ferait que les entourlouper ! En fait, il s’avère que mal connaître un système d’aides collectif amène à personnaliser négativement la manière dont il s’applique individuellement. Ici, en raison d’une information probablement trop peu explicitée par les expéditeurs et assurément mal appropriée par les destinataires, la prise en charge collectivement élaborée de la dépendance liée à l’âge rencontre des usagers effectifs et potentiels qui se vivent comme non pris en compte – tant qualitativement que quantitativement– dans leurs besoins.

46L’enquête a montré que le dispositif APA cristallise l’essentiel de l’incompréhension et du mécontentement inspirés par le système d’aides. Les personnes âgées disent ne pas comprendre comment sont « calculés les plans d’aide APA » et, surtout, n’avoir aucune explication claire quand il y a une modification du nombre hebdomadaire d’heures qui leur a été initialement attribué. Ce d’autant plus que, selon elles, l’évolution même de leur processus de vieillissement sous-tend qu’il leur faudrait ou faudra « davantage d’heures APA ! ». Il apparaît que les personnes âgées confrontées à la dépendance se vivent comme n’étant pas au cœur d’un dispositif qui pourtant leur est destiné mais, au contraire, comme en subissant les décisions « à l’emporte-pièce venant d’en haut ».

47L’enjeu dont il est ici question est celui de la distorsion dans l’appréciation du degré de la dépendance entre, d’une part, la puissance publique qui procède à sa mesure en devant articuler politiquement des critères sanitaires et sociaux à des critères économiques et, d’autre part, les usagers eux-mêmes qui l’évaluent en mêlant des éléments objectifs (ce qu’on ne peut plus faire seul et sans la contribution financière d’un tiers) et des préoccupations subjectives (pouvoir échanger avec autrui et occuper au mieux son temps). Au cœur des entretiens, d’un côté, il y a « les plans d’aide APA » forme langagière produite par la catégorisation officielle à partir d’un travail de codification administrative et qui « vous tombent dessus sans explication » et, d’un autre côté, il y a le « il me faudrait plus d’heures APA » issu du langage ordinaire ou de la catégorisation naturelle (Demazière et Dubar, 2007). Cette mise en tension, par les personnes âgées enquêtées, de la catégorisation officielle reçue comme aveugle et insensible à leur sort et de la catégorisation naturelle traduisant ce qu’elles expérimentent au quotidien dans leurs corps et leur cerveau est aussi celle générale du vieillissement inéluctable et commun à tous et de sa différenciation en termes de déroulement et de traitement dans une société de fait segmentée, hiérarchisée et conflictuelle.

48Pour parvenir à comprendre les modifications, à leurs yeux injustes, des « plans d’aide APA », les personnes âgées enquêtées soulignent qu’elles demandent conseil à leur entourage (membres de la famille principalement, amis et/ou voisins plus exceptionnellement). En général, ne pouvant donner l’explication attendue, l’entourage consulté préconise – sans véritablement y croire et se défilant quelque peu – la rédaction d’un courrier à adresser à la mairie. Mais la temporalité souvent longue et le langage spécifique du courrier en réponse n’améliorent pas leur compréhension du problème auquel elles sont confrontées. La réponse conduit plutôt à renoncer, à baisser les bras, oubliant délibérément la « lettre de la mairie dans un coin ». Illisible, la « lettre de la mairie » fonctionne comme une violence symbolique à l’égard de la vieille personne et de son entourage. Et, au bout du compte, l’une et l’autre en viennent à penser que le destinataire de leur courrier est volontairement abscons dans sa réponse pour « mieux noyez le poisson ! », « pour finalement vous signifiez que c’est comme çà et pas autrement ». Ici, l’opacité du langage administratif pour l’administré âgé et son entourage témoigne des difficultés d’une prise en charge de la dépendance qui ne « forme » pas à l’appropriation de ses modes d’informations par ses bénéficiaires et qui, en retour, s’expose à être suspectée quant à la pertinence de ses actions et l’honnêteté de ses intentions en même temps qu’à être accusée de « bureaucratisme ».

49Les vieilles personnes enquêtées ont également mis en évidence ce qu’elles considèrent comme des manques importants de la prise en charge de la dépendance. Deux types de manques peuvent être dégagés des propos recueillis : ceux propres à la prise en charge à l’œuvre et ceux relatifs à sa dimension « prévention ».

50Les personnes âgées bénéficiant d’interventions de professionnels à leur domicile, que ce soit pour l’entretien de ce dernier et la facilitation de la vie au quotidien ou pour des toilettes corporelles disent pâtir de « leur interruption quasi systématique le week-end et pendant les ponts ». Cela est particulièrement pénible pour les personnes les plus dépendantes et isolées qui, de fait, se trouvent marginalisées encore davantage tant aux plans affectif que matériel et qui, en amont, vivent l’angoisse de devoir anticiper un moment très difficile pour éviter qu’il ne le devienne encore plus. Monsieur Z nous a confie à propos d’un « long pont » :

« Ca a duré donc du jeudi au mardi ! Alors faut que vous ayez fait vos provisions de pain, de nourriture et puis va falloir que vous vous débrouilliez d’une façon totale et tout seul ».

51Les personnes âgées enquêtées ont également signalé se trouver particulièrement démunies quand une panne intervenait à leur domicile, tout spécialement la nuit ou le week-end. Elles disent n’être pas informées sur « où et qui appeler pour le dépannage ». Quand la panne n’est pas grave, elles se résignent à attendre la venue programmée de l’intervenant habituel. Par contre, si la panne est plus grave et source potentielle de danger (problème d’électricité, d’eau, de chauffage...), les personnes âgées n’ont d’autre solution que de faire appel à un voisin qui, à défaut de réparer la panne, fera ce qu’il faut pour éviter un accident (cf. ci-avant, I.3). Monsieur Z précise :

« Ah absolument si j’ai un problème j’appelle n’importe lequel d’entre eux (ses voisins). Il arrive immédiatement ! Cela m’est d’ailleurs arrivé vendredi.
Mon cumulus me craque alors j’ai appelé mon voisin qui est venu bloquer les arrivées d’eau, bloquer un petit peu tout le système de façon à ce que je ne m’inonde pas totalement ».

  • 4 Contrairement aux dispositifs de prise en charge du handicap physique et mental qui, généralement, (...)

52De l’enquête il ressort que le dispositif local de prise en charge de la dépendance liée à l’âge ne fait pas de prévention relativement à l’aménagement adapté du domicile4. Pourtant, cette prévention semble d’autant plus requise que la plupart des personnes avançant en âge mais encore valides, comme c’est d’ailleurs le cas pour les personnes jeunes de leur entourage, sont peu enclines à envisager spontanément leur entrée puis leur installation dans la dépendance et, en conséquence, à anticiper des aménagements appropriés de leur domicile.

53Avec l’aide d’un membre de la famille ou seuls, nos interlocuteurs nous ont dit faire face – en temps réel – à la nécessité d’adapter leur domicile à leur vieillissement quand celui-ci se manifeste par un problème diminuant leur agilité et leur mobilité physiques. La non-anticipation de l’aménagement du domicile dans ses diverses dimensions (technique, financière et psychoaffective) fait que, souvent, il procède d’un bricolage au pied levé avec les moyens du bord qui ne met pas à l’abri de situations dangereuses, voire très dangereuses. À l’écart des règles de l’art du métier et de la sécurité, on retiendra la chaise –non fixée – placée dans la douche parce que la personne ne peut plus s’y tenir debout. Ce peut être aussi l’aménagement d’un garage en un espace habitable parce que la personne ne peut plus descendre ou monter un escalier mais sans que l’on pense sérieusement à optimiser la sécurité des circuits électrique et d’eau comme celle du chauffage.

54Il apparaît qu’une prise en charge locale du vieillissement de la population véritablement soucieuse de prendre en compte l’habitat comme paramètre décisif du bien ou mieux vieillir malgré l’invalidité avérée impliquerait, au-delà d’une démarche de prévention, d’une part, une vérification de l’état des domiciles concernés en terme d’aménagements garantissant, à la fois, la sécurité et le bien-être et, d’autre part, la définition de modalités de conseil et d’accompagnement aux démarches au cas où des aménagements seraient requis.

III.2 Des interventions professionnelles à domicile si importantes mais non sans failles

55Ces interventions ont occupé une grande place dans les entretiens que nous ont accordés les personnes âgées dépendantes. Comme nous l’avons mentionné ci-avant (II), ces professionnels font souvent partie des rares personnes – voire sont les seules – qui fréquentent régulièrement le domicile de la personne âgée et, évidemment, ils sont devenus pour cette dernière bien plus que ce pour quoi ils sont formellement mandatés (entretien du domicile, toilettes, soins infirmiers...). Entre ces professionnels et les personnes âgées dépendantes des liens affectifs se tissent. Recherchés par la vieille personne âgée isolée, ces liens contribuent à créer un contexte favorable à un « mieux vieillir » en raison notamment des échanges langagiers à travers lesquels ils se nouent.

56Nécessaires –voire vitales – tant subjectivement qu’objectivement, les interventions professionnelles au domicile des personnes âgées dépendantes ne sont pas moins l’objet de critiques de la part de celles-ci avec l’objectif que des dispositions soient prises pour qu’elles puissent apporter entière satisfaction sous l’angle du « être » comme du « faire ». Ces critiques ressortent de deux registres principaux : celles qui ont trait à la relation aidé âgé/aidant professionnel et celles relatives à la coordination des diverses interventions dont le domicile de l’aidé est le siège. Il convient de noter que les critiques formulées par nos interlocuteurs âgés introduisent des distinctions entre l’offre du CCAS et celle des autres structures prestataires (associatives et privées) opérant sur la commune.

III.2.1 Les critiques autour de la relation aidé/aidant

  • 5 Les professionnels dont il sera question dans cette partie sont le plus souvent des auxiliaires de (...)

57Ces critiques ont été plutôt réservées car elles ont à voir avec une relation de confiance qui ne peut que s’établir entre, d’un côté, la personne âgée qui doit être aidée et l’intervenant professionnel5 qui se trouve en situation d’accomplir son travail dans un espace privé. Cette relation de confiance découle d’ajustements souvent délicats à négocier de part et d’autre. En effet, devant être aidée, la personne âgée souhaite néanmoins garder un contrôle sur son monde privé dont elle a été avant l’ordonnateur principal mais tout en sachant que la personne qui va faire à sa place mettra forcément sa patte ; ce d’autant plus que son intervention est cadrée sous l’angle des tâches à accomplir et de la durée.

58Quant à l’auxiliaire de vie, devant faire à la place de quelqu’un dans un espace privé, elle sait que le cadrage temporel et organisationnel de son travail fixé par sa structure employeur va forcément déstabiliser – sinon heurter – les habitudes et la sensibilité de la personne âgée si elle ne sait pas y introduire une certaine souplesse.

59Quand la relation de confiance existe, malgré les décalages inévitables et les nécessaires ajustements qui en découlent, la personne âgée peut arriver à se dire que l’ensemble des tâches qu’elle confie à « son auxiliaire de vie » sont faites avec le même résultat que si elle les avait exécutées elle-même, comme elle le faisait avant. Quant à l’auxiliaire de vie, elle trouve les attitudes adaptées pour laisser à la personne âgée un contrôle subjectif sur l’ordre de son chez soi.

60En fait, les critiques qui ont été formulées concernent tout ce qui, essentiellement du fait des structures employeurs des intervenants, peut empêcher l’établissement de la relation de confiance ou surtout enrayer son bon fonctionnement. Quelques personnes âgées ont souligné que parfois leur propre personnalité et celle de l’auxiliaire de vie ne pouvaient pas permettre l’enclenchement d’une relation de confiance. De leurs propos, il ressort que le CCAS serait attentif « à fonctionner par profils » quand il organise ses plans d’intervention alors que ce ne serait pas à l’ordre du jour dans les autres structures prestataires. Des personnes âgées rencontrées disent avoir une fois abordé avec ces dernières la « non-correspondance des profils » et que leur réponse « a été de les confronter » avec les auxiliaires de vie concernées, créant ainsi « une situation très pénible à vivre » qui fait que, depuis, « on n’ose plus se plaindre ».

61D’ailleurs, étant en situation de dépendance, ces personnes âgées finissent par se convaincre qu’elles ont de la chance d’avoir quelqu’un à domicile pour pouvoir les aider dans les gestes qu’elles ne peuvent plus accomplir seules. Elles se disent également qu’elles ne veulent pas « causer de tort aux employés en se plaignant ». Le propos suivant de Madame C témoigne bien de l’ambiguïté d’une relation peu satisfaisante avec une aide à domicile dont, par ailleurs, elle a absolument besoin.

« Heu ! Je vais vous dire... Vous savez, moi honnêtement j’en ai besoin et mon seul problème c’est ça, c’est la dépendance parce que le jour où je n’en avais pas besoin je me sentais beaucoup mieux. Mais bon, là bon, je suis dépendante, je l’ai (l’auxiliaire de vie). Et heureusement faut le reconnaître, je l’ai... Et heureusement... ».

62Outre de négliger la question de l’incompatibilité des personnalités, le fait de ne pas informer l’aidant sur une particularité de l’aidé a été aussi montré du doigt. Cette négligence peut en effet générer des situations difficiles dont celles présentant des inconvénients pour la santé de l’aidé comme c’est le cas pour Madame F :

« Là, elle me fait frire un cordon bleu (elle chuchote car l’auxiliaire de vie est à proximité) mais elle sait pas faire un cordon bleu ni une tartelette ou un machin comme ça. Autrement, elle va m’acheter du tout prêt. Mais hier, le tout prêt, c’était pas si bon que ça, hein !... Parce que c’était des escargots à la catalane et alors c’était un peu piquant. Et moi, avec les infections urinaires que j’ai, ça m’arrange pas. Bon elle savait pas elle. Elle achetait ».

63Plus nombreuses sont les personnes âgées qui ont abordé ce qui gêne le bon déroulement de la relation de confiance aidé/aidant qui a pu s’établir. En priorité, celle-ci est contrariée quand l’intervention professionnelle au domicile de l’aidé ne repose pas effectivement sur un bon dosage entre tâches matérielles et échanges relationnels. Les entretiens réalisés montrent nettement que les personnes âgées dépendantes attendent plus que l’accomplissement de tâches matérielles par l’auxiliaire de vie ou l’aide-soignante. Elles doivent pouvoir se parler, non seulement, pendant que cette dernière « fait le ménage » ou « fait une toilette » mais aussi lors de séquences uniquement consacrées à échanger, généralement imposées par la personne âgée en demande et auxquelles les auxiliaires de vie comme les aides-soignantes semblent adhérer avec plaisir ou le souhaiteraient si leur « planning n’était pas aussi serré ». Ces échanges « enmaillés » dans les tâches définies par l’intervention professionnelle ou autonomes, s’intercalant entre celles-ci, sont pour les vieilles personnes la possibilité de continuer à expérimenter des petits moments de confidences et de convivialité qui ancrent dans la vie qui suit son cours :

— « Même si elle travaille chez moi, elle s’arrête deux minutes et on discute. Et puis bon en plus je la conseille comme si c’était ma fille hein. Et, elle dit je vais écouter d’ailleurs ces conseils car c’est par rapport aux bonshommes. (Madame V)
— L’auxiliaire m’a dit que vous lui prépariez le café...
— Oui oui, elle prend le café et un jus d’orange. Moi je l’aime beaucoup il est vrai que je m’attache facilement du fait que je suis seule ». (Madame E)

  • 6 Cela même si les contraintes temporelles imposées par les structures employeurs font que les momen (...)

64Hautement valorisés par les personnes âgées rencontrées et souvent perçus comme essentiels à la qualité de leur travail par les intervenants à domicile6, les échanges aidés âgés/aidants professionnels permettent d’envisager la dépendance liée à l’âge autrement que dans le seul registre de l’incapacité suivant lequel elle est actuellement couramment pensée. Sous cet angle, comme le souligne C. Hamonet (2004), la dépendance n’est pas que soumission à l’autre, elle est aussi cette interdépendance – positive– propre à la vie en société.

65Les petits moments uniquement consacrés à échanger qui semblent ponctuer de manière récurrente les temps d’interventions des professionnels au domicile de la personne âgée ne sont pas prévus formellement par leurs employeurs, ils sont plutôt comme des effractions à la règle de la prescription indispensables à l’équilibre de la vieille personne. Et d’ailleurs, comme le précise M-È. Joël (2000), la dépendance n’est pas un état figé, c’est un processus susceptible d’être stabilisé ou réduit dans ses manifestations, certes par la régression des pathologies, mais aussi par un environnement ou des prestations adaptées telles que ces petits moments uniquement pour parler.

  • 7 Il s’agit du temps dont l’auxiliaire de vie dispose pour se rendre d’un domicile à un autre domici (...)

66Bien que ne faisant pas partie formellement des séquences d’intervention, ces petits moments rien que pour échanger seraient moins à distance de « l’esprit » du CCAS qui valorise explicitement la recherche de qualité dans les relations personnes âgées/auxiliaires de vie que de celui des autres structures prestataires où les temps d’intervention seraient très comptés. Ainsi, alors que le service d’aide à domicile du CCAS encourage les auxiliaires de vie à stimuler les personnes âgées à sortir et à les accompagner à cette occasion, les autres prestataires conseillent à leurs professionnels de se limiter à répondre aux demandes des personnes âgées. Plus que les intervenantes relevant du CCAS, celles salariées par les autres structures prestataires semblent contraintes par la course contre le temps et reconnaissent parfois chercher à réaliser le travail qui leur est imparti dans un temps plus restreint que celui qui est prévu pour pouvoir se ménager un temps de pause pour le déjeuner ou un temps plus grand pour les « intervacations »7. Une aide à domicile précise :

« C’est sûr que si je peux faire le travail en une demi-heure au lieu d’une heure ça me laisse un peu de temps pour manger et, d’ailleurs, le travail il est aussi bien fait... ».

67Des propos recueillis auprès des personnes âgées dépendantes, à l’inverse, il ressort que les interventions dont le temps est compté au plus juste ne favorisent pas la qualité et le bien-être attendus. Ainsi, d’après elles, des structures effectuant des prestations de soins à domicile encourageraient les aides-soignantes à opter en priorité pour les actes qui prennent le moins de temps au mépris du confort du patient âgé. Outre le non-respect des conditions initiales de son accès à des soins, ce qui ici révolte Madame L c’est que la structure intervenante puisse décider arbitrairement de les modifier à son seul profit comme si –elle– elle ne comptait pas, n’étant qu’un temps travaillé à réduire.

« La condition sine qua non quand je suis rentrée à X (la structure prestataire de soins) c’était d’avoir une douche tous les jours. Là, ils essayent de me l’enlever. Ils disent que ça prend moins de temps la toilette au lit ».

68Ces vieilles personnes ont notamment signalé que, « forcément, si on se dépêche, le travail n’est pas toujours bien fait ! ». Dans cette critique répandue se conjugue, de manière complexe, l’appréciation négative d’un travail réalisé chez soi par un tiers et le ressenti douloureux de ne plus pouvoir faire soi-même ce que l’on aurait certainement mieux fait. De toute évidence, les critères d’évaluation de la qualité du travail effectué au domicile de l’aidé âgé par un aidant professionnel présentent des distorsions significatives selon celui qui l’établit. La structure employeur de l’aidant évalue en situant une intervention spécifique dans une organisation d’ensemble où les coûts économiques interfèrent en permanence avec la dimension sociale d’« accompagnement au bien ou mieux vieillir ». Quant à l’aidé, isolé à son domicile, il évalue l’intervention spécifique dont il est le destinataire quasi exclusivement dans sa version « pour soi » sans la percevoir comme maillon d’un système plus vaste la soumettant à des contraintes. Toutefois, ces distorsions compréhensibles dans l’évaluation du travail des aidants professionnels ne doivent pas conduire à dédouaner les structures employeurs dans leur responsabilité sociale à entendre les sujets aidés sur ce qui, selon eux, est bien pour eux, sur ce qui peut permettre de ne pas instaurer la frustration comme ressort principal du temps de la fin de vie.

69Des vieilles personnes enquêtées ont également abordé la difficile question de la maltraitance provenant d’un insuffisant respect du sujet âgé dans ses désirs. Cet extrait d’entretien avec Madame B est très significatif au sens ou une demande qu’elle a très explicitement exprimée n’est, selon elle, pas satisfaite et, de surcroît, on lui fait l’affront de lui soutenir que « ça a été fait » mais qu’elle ne s’en est pas rendue compte :

— « Je n’ai cessé de dire massez-moi les talons, massez-moi les talons et...
— Elles le font pas ?
— Certaines le font d’autres le font pas, c’est ça le problème vous savez
— Vous pouvez pas l’exiger ?
— Ben oui j’essaye d’exiger mais vous avez des filles qui ont du culot, hein, et qui vous disent ça y est je l’ai fait... Je vous ai pas vu, ben oui, ben vous ne pouvez pas tout voir ! ».

70Madame B considère être chanceuse de pouvoir encore avoir tout à fait conscience de l’attitude irrespectueuse qui lui est infligée mais, en même temps, appréhende l’avancée dans l’âge qui risque peut-être de lui faire perdre la raison ; perte qui, notamment, la priverait d’au moins « penser » ce qu’on lui fait subir à défaut de parvenir à s’y opposer :

« Je plains les personnes qui n’ont pas la possibilité de se défendre parce que malheureusement le cerveau est plus atteint hein... Y’a des gens qui vieillissent et le cerveau aussi vieillit hein et ben je trouve que c’est... Des fois ça manque beaucoup d’humanité ».

71Ici, est pointée la dimension insidieuse de la maltraitance à l’égard des personnes âgées. La « raison » chancelante qui caractériserait souvent l’avancée dans le vieillissement autoriserait à leur égard, dans des situations banales où leur vie n’est pas en jeu, des comportements du type « leur dire qu’on l’a fait même si ce n’est pas le cas » au vu que, de toute façon, ils n’ont plus toute leur tête pour se rendre compte de la supercherie.

72Parmi les critiques faites par les personnes âgées rencontrées à l’encontre du système d’aides qui leur est destiné, il faut aussi retenir celles relatives aux « intervenantes qui tournent trop », remettant en cause la relation de confiance qu’y a fini par s’instaurer. La stabilité du binôme qu’il forme avec l’aidant professionnel est plébiscitée par l’aidé âgé notamment parce que son état de dépendance physique l’amène à devoir dévoiler de son intimité. La stabilité du binôme aidé/aidant est perçue ici comme un garant du respect de la pudeur duquel tout sujet doit pouvoir se prévaloir. Malgré une forte convergence en faveur de la stabilité du binôme aidé/aidant, l’enquête a fait ressortir que les « roulements d’intervenantes » pouvaient parfois permettre de déceler un problème de l’aidé que l’aidant de référence, pris dans l’habitude de la relation et des gestes afférents régulièrement répétés, n’a pas remarqué. Même si le propos de Madame C se noue dans le registre brutalement contrasté de la « référente » peu consciencieuse et de la « roulante » consciencieuse, il illustre parfaitement l’intérêt que peut avoir un regard neuf :

« Oh y’a des filles qui sont valables, hein, qui font leur travail consciencieusement. Il faut le reconnaître ! Attendez, vous avez des filles qui roulent et vous avez des fixes. Moi je vais vous dire, chez moi, il s’est passé un truc une fois. C’est une roulante qui vient de temps en temps qui a décelé que j’avais une escarre au talon alors que la fille référente qui me douche tous les jours ne l’a pas vu. Vous voyez c’est des choses comme ça que hein... ».

  • 8 De l’enquête il ressort que les structures employeurs associatives et privées qui opèrent sur le t (...)

73Enfin, dans l’aménagement des emplois du temps de ces salariés, le service d’aide à domicile du CCAS tiendrait compte, non seulement, des personnalités de l’aidant et de l’aidé mais aussi des caractéristiques de la vie privée de chacun. Les enfants, les horaires de classe..., (dans le cas de l’aidant) comme les visites de membres de la famille ou d’amis, les autres interventions professionnelles... (pour ce qui concerne l’aidé) sont des éléments auxquels il est prêté attention au moment de l’établissement des plannings. Ce type d’attention ne semble pas, du moins pour le moment, à l’ordre du jour dans les autres structures employeurs au vu que le nombre élevé8 de leurs salariés et des personnes âgées auprès de qui ils travaillent rendrait particulièrement complexe une organisation du travail qui chercherait à l’intégrer.

74Entre le service d’aide à domicile du CCAS et les autres prestataires associatifs et privés, des différences existeraient relativement aux dispositions qui permettent de contrôler la qualité du travail des auxiliaires de vie. Les autres prestataires baseraient ce contrôle sur la ponctualité, le respect de la prescription et, bien entendu, le comportement envers la personne âgée. Quant au service d’aide à domicile du CCAS, il étendrait son contrôle à la vérification de l’adéquation en situation des profils (personnalités et contraintes respectives de l’aidé et de l’aidant) et à la qualité des repas. Le point de vue de l’aidé s’avère davantage pris en compte dans l’évaluation de la qualité de la prise en charge. L’aidé paraît davantage sujet de l’intervention. Il n’est pas uniquement considéré comme une personne ayant des difficultés et qui, à ce titre, doit être prise en charge ; qui plus est, en se pliant aux dispositions de celle-ci sans pouvoir participer à leur élaboration.

III.2.2 Les critiques autour de la coordination des diverses interventions

75Les personnes enquêtées (principalement des vieilles personnes mais aussi des intervenants professionnels, leurs responsables et des intervenants familiaux) ont fréquemment évoqué le défaut de coordination des interventions qui ont lieu au domicile de la personne âgée. Ce défaut de coordination a été verbalisé à travers quatre thématiques : surtout les problèmes de planning mais aussi les mésententes entre les divers intervenants professionnels, les décalages dans l’approche de l’aidé entre sa famille et ces derniers et l’absence de transversalité entre les caisses de retraites dans la gestion de l’offre d’aide à domicile.

76Les problèmes de planning ont été abordés sous deux angles : celui de la succession mal agencée des différentes interventions et celui du « cahier d’intervention » qui ne serait pas toujours conforme à ce qui a été effectivement fait lors de la prestation. Le premier angle concerne essentiellement les personnes âgées pouvant encore quitter leur domicile (essentiellement pour faire les courses et plus exceptionnellement pour des activités de loisirs) mais qui se sentent empêchées de le faire parce que les différentes interventions dont elles bénéficient « ne sont espacées que d’une heure à une heure et demie » et se déroulent sur une plage horaire qui est aussi celle au cours desquelles, en général, l’on fait ses courses et s’adonne à des activités de loisirs. Il semble que chaque intervention professionnelle soit programmée uniquement en fonction de la structure employeur de l’intervenant sans qu’il y ait une quelconque articulation avec celle(s) de ou des autres intervenant(s) et encore moins avec l’emploi du temps de l’aidé. Ces problèmes de planning montrent combien la prise en charge de la dépendance liée à l’âge reste encore éclatée en champs professionnels bien distincts et avant tout préoccupés par la gestion au plus juste de leurs propres disponibilités temporelles, ne parvenant pas à susciter une démarche concertée autour de la personnes âgée et en faveur de son bien ou mieux vieillir. Ils renvoient également à l’attitude culturelle profondément ancrée qui consiste à dénier à la personne âgée la possibilité – sinon le droit – de s’impliquer dans l’organisation de son temps et de la négocier d’égal à égal avec ceux qui y en sont partie prenante à divers titres ; cela au vu qu’elle ne travaille plus et qu’elle a besoin du travail des autres !... Le déni de pouvoir maîtriser –au moins pour partie – son emploi du temps s’avère d’autant plus élevé que la personne est économiquement dépendante de la collectivité.

77Parmi les personnes âgées rencontrées, certaines ont tenu à souligner que le « cahier » qui doit être rempli à l’issue de chaque intervention à leur domicile était « mensonger » en faveur de l’intervenant. Ici, Madame C s’indigne du décalage dont le « cahier » est la trace écrite entre ce que l’aide-soignante devrait faire et ce que finalement elle se limite à faire mais tout en ayant à cœur de mettre en exergue ce qu’elle est encore en capacité de faire elle-même :

« C’est incroyable elle mettait qu’elle me couchait et c’était faux. Elle mettait qu’elle me coiffait le matin après la douche alors qu’elle s’est jamais occupée de ça parce que, moi, après qu’elle me faisait la douche je m’occupais, moi, de mon visage et tout le reste... On m’a jamais lavé le visage ni rien du tout... Alors moi j’ai dit, le cahier c’est du blablabla qui tient pas debout ».

78Pour le moment, il semble que les personnes âgées dépendantes ne soient pas véritablement impliquées dans la tenue du cahier d’intervention. Bien qu’il y soit question d’elles, elles ne semblent pas directement consultées – ni même informées – par l’intervenant qui est en train de le rédiger à leur domicile. La non consultation comme la non information révèlent encore une fois la difficulté des aidants à considérer les aidés comme des sujets à qui, par exemple, on peut dire « voilà ce que j’ai fait aujourd’hui chez vous. Êtes vous d’accord ? » et, si la réponse est non, avec qui on pourra discuter pour décider ensemble ce qui, in fine, sera inscrit dans le cahier d’intervention.

  • 9 Ces conflits entre métiers du domicile sont également évoqués dans les contributions d’Aurélia Bel (...)

79L’enquête a également mis en évidence des mésententes entre les différents professionnels qui interviennent au domicile des personnes âgées, tout spécialement entre les auxiliaires de vie et les aides-soignantes9. Comme le suggère le commentaire d’une responsable du personnel d’une structure spécialisée dans l’aide à domicile, les vieilles personnes âgées sont l’enjeu de mésententes qui, outre de se jouer sur des oppositions autour de la répartition des tâches à accomplir selon le métier et surtout sur la « valeur » du métier, mettent en scène des objets hautement symboliques de leur dépendance (ici : des couches, un bassin d’ailleurs non nommé !). Il convient de noter qu’ici ces objets associés à la « saleté » et aux « déchets » corporels sont institués comme « hors métier » par l’aide-soignante qui se décharge sur l’auxiliaire de vie qui –elle– est totalement habilitée à faire le nécessaire pour les faire disparaître :

« Mon aide ménagère me fait remonter : "ah, celle qui vient avant moi – l’aide-soignante –, heu, laisse les couches traîner, ne vide pas [...]
Ça, c’est pas mon travail". C’est le travail de qui alors ? Bon, dans ce cas là y’a quelques guerres parce que l’autre se dit "moi je suis l’aide-soignante je suis pas là hein pour [...]. Je vais le laisser à l’autre qui arrive derrière". Ça, oui ça arrive quelques fois ».

80L’enquête a montré que l’approche de l’aide à apporter à la vieille personne dépendante présente des décalages qui, parfois, sont source de tensions entre sa famille et les aidants professionnels. Ceux-ci mettent en avant une aide référencée aux normes et exigences sanitaires et sociales de la prise en charge auxquelles ils ont été formés (les aidants en soin infirmiers) ou dont ils ont acquis l’expérience (les auxiliaires de vie) et qui structurent fortement leur identité professionnelle. Les familles, quant à elles, valorisent une aide attachée au respect du mode de vie antérieur de leur aïeul qui ne doit pas être trop « chamboulé » au regard de ses habitudes en matière d’hygiène corporelle et d’entretien du domicile de même que, plus généralement, dans sa façon d’organiser sa journée. Du côté des professionnels ; la dépendance liée à l’âge introduit une rupture forte par rapport à la vie antérieure de la personne qui nécessite d’abord de reconsidérer sa manière matérielle d’être au monde. Du côté des familles, cette dépendance s’inscrit dans la continuité d’une vie avec ses habitudes et rituels qui doivent pouvoir être maintenus, en particulier, pour contribuer au bien-être affectif de la vieille personne. La disparition de ses tensions supposerait une réelle articulation entre la logique de la prise en charge, en priorité, attentive à la régulation socio-économique du vieillissement de la population et la logique de la prise en compte soucieuse de préserver le plus possible les pratiques et les relations qui font que le temps de la fin de vie de chaque personne âgée puisse s’emboîter de manière suffisamment apaisée dans la mémoire accumulée de sa trajectoire de vie singulière.

81Enfin, l’enquête a pointé que suite au décès de l’un des conjoints âgés, l’autre pouvait se trouver en situation de devoir faire face à un changement d’auxiliaire de vie alors qu’il est en train d’affronter un événement particulièrement douloureux au plan affectif. Il s’avère que ce changement est motivé par le fait que, malencontreusement, l’ancienne auxiliaire de vie relève d’une structure employeur mandatée par la caisse de retraite du conjoint décédé qui n’est pas la même que celle de la vieille personne désormais seule et qui fait travailler d’autres structures employeurs. Ici, il convient de souligner que les caisses de retraites, comme composante du système d’aides élargi en faveur de la prise en charge de la dépendance liée à l’âge, pourraient certainement s’entendre afin de permettre le maintien de la même auxiliaire de vie au domicile de la personne âgée endeuillée.

82Ce maintien serait en effet un signe tangible que la prise en charge est capable de tenir compte du sujet âgé en lui garantissant, dans un moment où un lien majeur de son existence s’est défait, de pouvoir garder « son auxiliaire de vie » à laquelle il est habitué et qui constitue pour lui un repère relationnel fort.

CONCLUSION

83Comme ailleurs en France, sur la commune de l’agglomération perpignanaise sur laquelle à porté notre enquête, les pratiques localisées de « prise en charge » de la dépendance liée à l’âge sont, de fait, encadrées par les orientations retenues en matière de politique sociale à l’échelle nationale. Elles reflètent donc la difficile articulation entre, d’un côté, les contraintes budgétaires qui posent des limites au déploiement du système d’aides et, d’un autre côté, le « souci de l’autre âgé » qui semble progresser, réclamant son renforcement. Quand le volet « contraintes budgétaires » pèse davantage, la « prise en compte » de la vieille personne au regard de ses ressentis et attentes mais aussi de ce qu’elle a à dire sur sa fin de vie s’avère peu opérante. Par contre, quand ce volet est quelque peu relativisé, la « prise en compte » peut être raisonnablement envisagée.

84Or, l’enquête menée nous autorise à faire ressortir que, du moins pour le moment, le CCAS de référence a l’ambition de faire une place à la « prise en compte » des personnes âgées – notamment celles qui sont dépendantes – dans ses actions de « prise en charge » des problèmes liés au vieillissement de sa population. L’état des lieux que nous avons réalisé sur sa demande a permis de dégager quelques éléments à considérer pour, justement, favoriser la « prise en compte » des vieilles personnes. Les deux premiers éléments que nous mettons en exergue à l’occasion de cette conclusion ont trait à la conception générale de la vieillesse dans notre société et impliquent d’avoir une posture collective réflexive. Les trois suivants renvoient à des modalités pouvant être assez facilement concrétisées si, bien sûr, on s’en donne les moyens.

  1. Dans le temps de la fin de vie, « pouvoir parler » est une activité hautement valorisée par les personnes âgées, tout spécialement, quand elles ne peuvent pas quitter leur domicile pour des raisons de mobilité très réduite. Interpellée de manière récurrente sur ce thème, la collectivité doit désormais être capable d’imaginer comment « consacrer du temps pour parler avec les vieux » peut accéder au statut d’activité socialement utile ? Dans la foulée, elle doit notamment se demander à quelles conditions « passer du temps à parler avec les vieux » peut être une qualification reconnue aux professionnels intervenants à leur domicile et, en conséquence, susceptible d’être formée et rémunérée ?
  2. Les vieilles personnes doivent pouvoir rester « sujet de leur fin de vie ». Pour cela, elles doivent être systématiquement et correctement informées sur les tenants et les aboutissants des aides qui leur sont attribuées et, en retour, entendues sur la manière dont elles les perçoivent et souhaitent, éventuellement, leur modification. Ici, la collectivité doit apprendre à ne pas se résigner à accepter que la frustration soit le ressort principal du temps de la fin de vie. Dans cette perspective, elle doit réussir à s’émanciper de la conception très ancrée suivant laquelle la vieillesse n’est que dans le registre du déficit et, ainsi se prémunir de l’attitude maltraitance qu’elle peut avoir au vu que, de toute façon, les vieux ne se rendraient plus vraiment compte, ne ressentiraient plus les gestes et les paroles qu’on leur destine.
  3. Quand elle existe à l’échelle d’un quartier, « l’attention accordée aux vieux voisins » permet de créer un contexte favorable dans lequel ces derniers savent qu’ils ne sont ni transparents au regard des autres, ni absents à leur mémoire. Les responsables locaux de la prise en charge doivent donc valoriser cette attention dans sa capacité à générer une solidarité intergénérationnelle, afin d’en faire une composante à part entière du système d’aides au vieillissement sans remettre en cause son caractère non institutionnel.
  4. Pour permettre effectivement un « bien ou mieux vieillir », les différentes interventions au domicile des personnes âgées dépendantes doivent être mieux coordonnées. Elles réclament d’être ajustées dans leurs temporalités respectives tout en s’adaptant suffisamment à celles des activités « hors interventions » des vieilles personnes, qu’elles se déroulent chez elles ou à l’extérieur. Elles doivent pouvoir aussi s’accorder pour que les dispositions réglementaires de chacune puissent ne pas gêner la continuité d’une aide appréciée par ces dernières surtout quand elles sont en train de vivre un événement très douloureux. Quant au travail des aidants familiaux, il doit être reconnu comme faisant partie intégrante d’un système d’aides élargi. À ce titre, ils doivent pouvoir être soutenus pour faire face à la charge, inextricablement matérielle et affective, à laquelle ils sont confrontés et dans laquelle, étant sans appui, ils peuvent s’enfermer et s’isoler comme les aidés dont ils s’occupent et se préoccupent.
  5. Pour que l’objectif du « bien ou mieux vieillir » chez soi puisse accompagner au plus près le processus de vieillissement quand celui-ci sera caractérisé par la dépendance marquée, le système d’aides doit s’investir dans une démarche de prévention en faveur de l’aménagement adapté du domicile, en sensibilisant les personnes âgées et leur entourage familial à ses dimensions techniques et financières comme psychoaffectives.

Note

1 La distinction que nous établissons entre « prise en charge » et « prise en compte » se réfère à l’ouvrage de S. Karz (2004). Nous retiendrons ici que, largement dominante, la logique de la « prise en charge » a pour objectif d’aider les personnes repérées comme en difficulté à s’insérer au mieux dans la société telle qu’elle est. Suivant cette logique, les difficultés des personnes font que leur aptitude à concevoir elles-mêmes des solutions « raisonnables » est improbable. Quant à la logique de la « prise en compte », elle parvient à reconnaître que les personnes identifiées en difficulté sont capables d’avoir un point de vue sur les causes de leurs difficultés et sur ce qu’il conviendrait peut-être de mettre en œuvre pour les surmonter.

2 Les personnes âgées rencontrées savent qu’Internet peut être un bon moyen pour « faire de nouvelles connaissances ». Mais il s’avère que, dans leur écrasante majorité, elles n’y recourent pas.

3 Parmi les personnes âgées dépendantes enquêtées, aucune n’était aidée uniquement par un aidant familial.

4 Contrairement aux dispositifs de prise en charge du handicap physique et mental qui, généralement, font une prévention à l’aménagement adapté du domicile et accompagnent concrètement la réalisation de celui-ci.

5 Les professionnels dont il sera question dans cette partie sont le plus souvent des auxiliaires de vie et, plus secondairement des aides-soignantes.

6 Cela même si les contraintes temporelles imposées par les structures employeurs font que les moments consacrés uniquement à parler ne peuvent pas trouver véritablement leur place dans la durée de l’intervention.

7 Il s’agit du temps dont l’auxiliaire de vie dispose pour se rendre d’un domicile à un autre domicile.

8 De l’enquête il ressort que les structures employeurs associatives et privées qui opèrent sur le territoire de la commune ont au moins deux fois plus de salariés – voire dix fois plus – que le service d’aide à domicile du CCAS.

9 Ces conflits entre métiers du domicile sont également évoqués dans les contributions d’Aurélia Belkhiriet d’Éliane Le Dantec.

Autore

Titulaire d’un master professionnel obtenu en 2007. Elle occupe actuellement un poste d’agent de développement local au Pôle Régional d’Éducation pour la Santé (PREPS) en Corse.

© Presses universitaires de Perpignan, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540